Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

UN CAPITAINE DE LA FAMILLE COLOMBO OPÉRANT DEPUIS LA FLORIDE ACCUSÉ DE FRAUDE

27 Novembre 2021, 18:32pm

Publié par Xav

Thomas Farese
Thomas Farese

En 2012, les fédéraux avaient subi un revers de taille avec l’acquittement pour blanchiment d’argent de Thomas « Tom Mix » Farese. A cette époque, Thomas Farese occupait le poste de Consigliere de la famille Colombo, un poste qu’il supervisait depuis l’État de la Floride où Thomas Farese gère la plupart de ses activités. Le procès pour les fédéraux ne s’était pas déroulé comme prévu. Leur témoin clé, un ancien Capitaine, Reynold Maragni, avait été sévèrement discrédité par la défense, quand elle prouva que ce membre de la Cosa Nostra profitait de son statut de témoin du gouvernement pour continuer à enfreindre la loi. Après son acquittement Thomas Farese retourna en Floride et gardera son poste de Consigliere, un statut qu’il conservera jusqu’en 2019. Mais au lieu de profiter du soleil de la Floride pour y jouer au golf, ce dernier qui vit dans le dans le comté de Palm Beach, fait souvent la une des journaux du coin, mais pas pour de bonnes raisons. En Avril dernier, l’ancien Consigliere de la famille Colombo, ainsi que quatre de ses Associés, Pat Truglia, Domenic Gatto Jr, Christopher Cirri et Nicholas DeFonte ont été inculpés d’avoir comploté pour frauder plusieurs instituts de santé entre Avril 2017 et et Avril 2019. Thomas Farese et Pat Truglia se connaissent très bien. En 2012, quand Thomas Farese était inculpé de blanchiment d’argent, Pat Truglia était à ses côtés, mais pour se défendre quant-à lui d’accusations de prêts usuraire et de blanchiment d’argent, mais contrairement à Thomas Farese, Pat Truglia sera reconnu coupable et purgera quelques années de prison. Dans cette affaire et en cas de culpabilité, la plupart des protagonistes risquent près de dix années derrière les barreaux. 

Thomas Farese
Thomas Farese

Thomas Farese est loin d’être un inconnu des autorités fédérales basées en Floride. En 1978, alors simple Soldat de la famille Colombo, il aurait dirigé une énorme opération de contrebande de marijuana, une affaire qu’il gérait au-dessus d’un restaurant à Broward County. A cette époque, c’était la DEA qui avait supervisé cette affaire sensible, car elle incriminait également des politiques de l’État que Thomas Farese essayait de corrompre avec l’argent de la drogue. Arrêté en 1980 et condamné pour trafic de drogue, Thomas Farese sera condamné à trente années de prison, mais sera libéré en 1994. A sa sortie de prison, Thomas Farese reprend tout naturellement ses activités criminelles au sein de la famille Colombo. En 1996, la DEA, toujours elle, fait infiltrer plusieurs de ses agents dans trois clubs de striptease gérés par Thomas Farese dans le comté de Palm Beach, le Hialeah's Club Pink Pussycat, le Goldfinger et le Club Diamonds. Rapidement les fédéraux se rendirent compte que Thomas Farese, grâce à ces trois établissements, avait blanchi près d’un million de dollars. Arrêté en 1996, il sera condamné à dix années de prison et de nouveau libre en 2005. Mais suite aux dernières arrestations, les fédéraux ont décidé de porter de nouvelles accusations envers Thomas Farese et son bras droit, Pat Truglia. Il faut savoir que les fédéraux ont calculé les pertes engendrés par les entreprises pharmaceutiques, qui, forcés d’acheter différents produits aux mafieux, ont perdu près de vingt-cinq millions de dollars. Alors que les deux accusés risquaient à la base au maximum dix années de prison, Thomas Farese et Pat Truglia risquent désormais de passer les vingt prochaines années derrière les barreaux.

Lire la suite

L'UNDERBOSS DE LA FAMILLE DE BUFFALO EN SEMI-LIBERTÉ

26 Novembre 2021, 17:25pm

Publié par Xav

Domenico Violi, considéré comme l’actuel Underboss de la famille de Buffalo, a vu un juge refusé sa demande de libération conditionnelle, mais à tout de même accepté que Domenico Violi rentre, trois ans après sa condamnation, dans un régime de semi-liberté. Pour les services pénitenciers, c’est la stupéfaction. En effet, ces derniers s’étaient fermement opposés à cette demande, prétextant que Domenico Violi avait une certaine “autorité” derrière les murs de la prison et “contrôlait” plusieurs prisonniers. L’Underboss de la famille de Buffalo qui occupait un poste de personnel de ménage en prison et qui participe à des activités bénévoles, dont l’apprentissage de nouvelles langues, de la guitare et des services religieux, a en trois ans de temps, changé par deux fois de prison. La première fois en Juillet 2019, quand les services pénitenciers décident de le transférer dans une prison de moyenne sécurité après avoir reçu des menaces sur sa personne. La deuxième fois, Domenico Violi aurait attiré l’attention d’un responsable du renseignement après avoir été impliqué dans l’envoi de “mandats”, d’ordre de paiement, venant de l’un de ses Associés, qui auraient été envoyés à des “délinquants” impliqués dans le trafic de drogue. Les conditions de sa semi-liberté sont très claires. Pendant ses moments de liberté, il ne pourra pas quitter le domicile familial et aura l’interdiction absolue de côtoyer ou de communiquer avec des personnalités du crime organisé. 

Joseph Todaro Jr
Joseph Todaro Jr

Domenico Violi attendra encore un petit moment avant de déguster une bonne pizza à la Nova Pizzeria, l’une des pizzerias les plus populaires de Buffalo et détenue par Joseph Todaro Jr, considéré par les autorités comme l’actuel Parrain de la famille de Buffalo. Cette semi-liberté reste encore assez surprenante. Lors de son arrestation en 2017, suite à une opération conjointe lancée par le FBI et la GRC, la police Canadienne, Domenico Violi avait été identifié formellement comme l’actuel Underboss de la famille de Buffalo, un statut qu’il aurait reçu lors d’une réunion clandestine organisée par Joseph Todaro Jr quelques mois avant son arrestation. A cette époque, cette information avait fait grand bruit et pour cause, personne au Canada n’avait occupé un poste aussi important dans la hiérarchie d’une famille de la Cosa Nostra. Il faut dire que Domenico Violi est loin d’être un inconnu dans le milieu du crime organisé. Domenico Violi est le fils de l'ancien Parrain de la mafia montréalaise Paolo Violi et le petit-fils de l'ancien mafieux d’Hamilton, Giacomo Luppino. Paolo Violi contrôlait la faction des Bonanno à Montréal jusqu'à ce qu'il soit assassiné par des mafieux rivaux de la famille Rizzuto

Lire la suite

LES FÉDÉRAUX DELIVRENT DES SECRETS SUR L'ANCIEN PARRAIN DE LA OUTFIT - PARTIE 1

12 Novembre 2021, 17:33pm

Publié par Xav

Suite au décès de l’ancien Parrain de la Outfit de Chicago, John “No Noze” DiFronzo, en 2018, les fédéraux ont récemment décidé de publier des rapports de surveillance, provenant d’agents de terrain ou d’informateurs du gouvernement, sur l’ancien homme fort de la mafia de Chicago. Dans les années 1940, John DiFronzo faisait partie d’un petit gang de rue surnommé les “Three Minute Gang”. La spécialité de ce gang était les cambriolages, avec la particularité, comme son nom l’indique, de dévaliser bon nombre de commerces en moins de trois minutes. Forcément le nom de ce gang est un peu “flatteur”, car en réalité la plupart de ces cambriolages se terminaient soit par des arrestations, soit par des courses poursuites avec la police. La première arrestation de John DiFronzo date de 1946 et c’est trois années plus tard, toujours pendant un cambriolage, qu’il obtient son surnom, qu’il gardera tout au long de son long parcours criminel, No Nose. Suite à cet énième cambriolage, John DiFronzo purgera six mois de prison et à sa sortie, il quittera petit à petit les “Three Minute Gang” pour s’affilier avec des plus grosses pointures comme Paul “Peanuts” Panczko. Comme son nom l’indique, ces individus avaient pour habitude de voler bon nombre de commerces en moins de trois minutes, même si certains cambriolages seront ratés, ce qui mènera au final à la première arrestation de John DiFronzo, nous étions alors en 1946. Suite à ce vol, John DiFronzo sera condamné à six mois de prison et à sa sortie, il continuera une nouvelle fois des cambriolages mais en s’associant cette fois-ci avec une célèbre équipe de cambrioleurs, les frères Panczko. D’origine Polonaise, Joseph, Edward et Paul étaient un trio de cambrioleurs adeptes du crochetage de serrures, d'explosions de coffres-forts et du vol de voitures. De par sa nature discrète et sa capacité à ramener facilement de l'argent, le profil de John DiFronzo intéressa de plus en plus des membres importants de la Outfit, comme Joe "Joe Gags" Gagliano. A cette époque, Joe Gagliano, considéré comme le meilleur exécuteur de Jackie Cerone, gérait une équipe de Soldats à Elmwood Park, dont Joseph “The Clown” Lombardo. Au décès de Joe Gagliano en 1971, John DiFronzo reprendra les rênes d’Elmwood Park et deviendra l’un des plus jeunes Capitaines de la Outfit. 

Contrairement à la plupart des membres de la Outfit, très enclin à la violence, John DiFronzo avait un profil complètement différent. Il était un gangster à col blanc, qui avait un sens de l’affaire aiguisé, n’utilisant le meurtre qu’en extrême recours. Résident à River Grove, une petite ville à proximité de Chicago, John DiFronzo, réunissait au moins une fois par semaine les membres de son équipe depuis un restaurant Italien, qui se situait à proximité de son appartement qu’il occupait avec son épouse. Les années 1970 étaient une très bonne période pour John DiFronzo. Devant la police, John DiFronzo gérait des affaires légitimes. Il était un très bon vendeur de voitures, propriétaire de plusieurs concessionnaires et remontant annuellement aux fiscs Américain des revenus supérieurs à six chiffres. En réalité, ses revenus gagnés légalement étaient une broutille par rapport aux bénéfices engendrés par les rackets de son équipe d’Elmwood Park. En Décembre 1981, les fédéraux ont réussi à capter une réunion d’affaires entre John DiFronzo et deux gros bookmakers, Soldats de la Outfit, Dominic “Large Dom” Cortina et Donald “The Wizard” Angelini. Le but de cette réunion était simple, coordonner toute la “partie jeux” de la Outfit, qui représentait à cette époque plusieurs centaines de millions de dollars par an. Ces réunions hebdomadaires ont permis aux agents du FBI de comprendre petit à petit les habitudes de John DiFronzo. 

John Cerone
John Cerone

John DiFronzo n’avait pas l’habitude de faire des grasses matinées et dès huit heures, il prenait son petit déjeuner au Gene’s Deli, un restaurant appartenant à son chauffeur et garde du corps, Eugene “Lefty” Cacciatore. Généralement il prenait son petit déjeuner avec son frère et confident, le Soldat de la Outfit Peter DiFronzo, Marco D’Amico, qui deviendra par la suite son Consigliere et Peter “Chevy Pete” Destito, un membre de la Outfit spécialisé dans les prêts usuraire. Vers dix heures trente, il allait généralement dans son bureau situé dans une l’une de ces concessions, le Elmwood Motors. Par la suite il allait très souvent dans une entreprise de transport et l'élimination des débris, le D&P Trucking & Construction. Selon le FBI, John DiFronzo était un partenaire “silencieux” de cette société qu’il utilisait comme façade auprès des autorités fédérales. En 1982, le FBI a observé plusieurs réunions de John DiFronzo avec l’Underboss de la Outfit, John Cerone dit Jackie The Lackey, au Gene’s Deli et à l’arrière d’une boutique de vêtements, le Rosanova Tailor Shop. D’après un informateur du FBI, ces réunions avaient pour objectif de préparer John DiFronzo à des futures responsabilités au sein de la hiérarchie de la Outfit. Les deux hommes s’appréciaient. John DiFronzo avait par le passé surveillé les intérêts de John Cerone quand ce dernier était parti en prison dans les années 1970 et était prêt à recommencer si l’Underboss de la Outftit retourner derrière les barreaux suite à son inculpation dans l'écrémage de plusieurs casinos de Las Vegas. 

Lire la suite

RETOUR À LA CASE PRISON POUR UN CAPITAINE DE LA FAMILLE COLOMBO

3 Novembre 2021, 17:29pm

Publié par Xav

Joseph Amato Jr et son père
Joseph Amato Jr et son père

Joseph Amato, Capitaine de la famille Colombo opérant depuis Staten-Island, vient d’être condamné à près de six années de prison. C’est forcément une mauvaise nouvelle pour Joseph Amato, qui espérait, après avoir accepté un accord de plaidoyer en Mars dernier, une peine avoisinant les soixante trois mois de prison maximum, soit un peu plus de cinq ans. Dans cette enquête, tout a commencé par une vulgaire scène de ménage entre un Capitaine de la Cosa Nostra et sa petite-amie. Joseph Amato était jaloux et suspectait sa maîtresse de voir quelqu’un d’autre et pour se "rassurer", décida de placer un dispositif GPS sous la voiture de sa maîtresse afin de pouvoir suivre le moindre de ses déplacements. Selon le FBI, qui se saisira de cette affaire plusieurs mois plus tard, ce dispositif était retiré régulièrement par le Capitaine de la famille Colombo afin de pouvoir le recharger et le placer de nouveau discrètement sous le véhicule. Sauf qu’un jour, le GPS avait disparu et Joseph Amato, paniqué, appela le fournisseur pour essayer de le localiser. Après quelques recherches, celui-ci fut capté curieusement dans un dépôt de bus à Manhattan et c’est là que tout commença. Rapidement, les fédéraux s'aperçoivent que ce traceur appartenait à Joseph Amato et demanda alors à un juge fédéral la possibilité de pouvoir surveiller le téléphone du Capitaine de la famille Colombo, ainsi que ceux des membres de son équipe et quelques adresses mails. Le FBI se rendit très vite compte qu’en plus de surveiller étroitement sa petite amie, Joseph Amato et son équipe de Soldats était très impliqué dans le racket et l’extorsion. 

Joseph Amato Jr
Joseph Amato Jr

Une année avant son arrestation, la petite-amie de Joseph Amato s’était plaint que des employés d’un bar de Staten-Island, avaient montré des vidéos du Capitaine de la famille Colombo en train de flirter avec une autre femme. Face à cette situation, Joseph Amato demanda à son fils, Joseph Amato Jr et l’un de ses Associés, dénommé Anthony “Bugz” Silvestro, de faire comprendre “gentiment” aux employés de ce bar, de ne plus jamais manquer de respect au Capitaine de la famille Colombo. La violence, toujours la violence et Joseph Amato n’a jamais hésité une seule seconde à l’utiliser pour défendre ses intérêts, ceux de la famille Colombo et ceux de son fils. Un soir, dans boite de nuit de Staten-Island, Joseph Amato Jr avait été repris verbalement par un individu qui l’accusait de “manquer de respect à une femme”. Pour se défendre, Joseph Amato Jr n’utilisa pas la violence, mais demanda à l’individu en question s' il savait qui était son père, une question que ce dernier répondit négativement. Selon les procureurs, Joseph Amato Jr aurait alors demandé l’autorisation à son père de “casser la gueule” à celui qui lui avait manqué de respect, une proposition que Joseph Amato accepta sans sourciller. Selon les procureurs fédéraux , cette personne sera frappée à plusieurs reprises non pas par Joseph Amato Jr, mais par plusieurs Associés de la famille Colombo. 

Lire la suite

L'UNDERBOSS DE LA FAMILLE COLOMBO RESTERA DERRIÈRE LES BARREAUX

28 Octobre 2021, 16:41pm

Publié par Xav

En 2013, j'écrivais mon premier article sur Benjamin Castellazzo. A cette époque, il avait soixante quinze ans et était considéré comme l'Underboss de la famille Colombo. Inculpé en 2011 avec plusieurs membres de cette organisation criminelle, il venait d’être condamné à près de cinq ans et demi de prison pour racket. Benjamin Castellazzo est loin de l’image véhiculée par les médias ou les films racontant l’histoire de certains personnages de la Cosa Nostra. Malgré son statut au sein de la hiérarchie de la famille Colombo, Benjamin Castellazzo vit modestement avec sa femme dans un mobilhomme dans l’État du New-Jersey. D’ailleurs, lors d’une audience devant la juge fédérale Kiyo Matsumato, Benjamin Castellazzo avait essayé de sauver sa peau, en jouant sur la corde sensible, en déclarant qu’il qu’il ne touchait que 850 dollars par mois de prestation sociale, mais en réalité personne n’était dupe de la réelle situation financière de l’actuel Underboss de la famille Colombo. Après s’être fait passé pour une personne honnête, ayant travaillé une grande partie de sa vie et même si le FBI ne trouva aucune trace pour justifier ses propos, il trouva tout de même le temps de déclarer au juge, avant d’être emmené par les US Marshall, qu’elle ne le “verra plus dans cette cour ni dans un autre tribunal. J'y ai réfléchi au cours des deux dernières années et je ne suis pas fier de la vie que j'ai pu mener". A sa sortie de prison, Benjamin Castellazzo aurait pu se retirer, se mettre en “retraite”, mais malgré une grande famille avec de nombreux petits-enfants et de surcroît des problèmes de santé, il retournera très vite vers la famille Colombo. Dix années après sa dernière inculpation, “The Claw", comme il est surnommé dans la famille Colombo, la “Griffe”, pour sa capacité à gérer tout type de business, se voit encore arrêter, à l’âge de quatre vingt trois ans, dans une énième opération du FBI pour une multitude de délits fédéraux. Pourtant cette arrestation n’étonne nullement les procureurs fédéraux chargés des affaires relatives aux membres de la Cosa Nostra. En effet, dans la dernière opération du FBI sur la famille Colombo, l’âge moyen des mafieux arrêtés avoisine les soixante dix ans. Benjamin Castellazzo est incarcéré actuellement au Métropolitan Center de New-York avec, selon ses avocats : “l’objectif de lutter contre toutes les accusations retenues contre lui”.

Domicile de Benjamin Castellazzo
Domicile de Benjamin Castellazzo

Le carrière criminelle de Benjamin Castellazzo commence dans les années 1950, avec une condamnation à quelques années derrière les barreaux pour des vols de marchandises. Suite à cette condamnation, Benjamin Castellazzo commença à se rapprocher de la famille Colombo et à être de plus en plus actif dans le trafic de drogue, qui se soldera au final par une condamnation au milieu des années 1970. En 1995, nouvelle condamnation à huit années de prison après avoir été reconnu coupable d’avoir exploité une entreprise de jeux illégaux, spécialisée dans les jeux de cartes. Malgré un casier judiciaire assez chargé, les autorités fédérales venaient seulement d'identifier Benjamin Castellazzo comme un Capitaine de famille Colombo, nous étions alors au début des années 2000. A cette époque, il gérait, depuis son club Social, une équipe des Soldats, impliquée dans les prêts usuraires et les jeux. En raison de ses activités criminelles, il sera de nouveau condamné à trois ans de prison, une peine qu’il essayera déjà à cette époque de faire diminuer, prétextant divers problèmes médicaux. A sa sortie de prison, Benjamin Castellazzo prendra du galon et sera nommé le nouvel Underboss de la famille Colombo, un titre qu’il ne quittera plus jusqu’à ce jour. Selon le FBI  Benjamin Castellazzo essaya tant bien que mal, avec l’aide d’Andrew Russo comme Acting Boss, de maintenir à flot la famille Colombo, en intronisant de nouveaux membres et en restructurant une famille complètement désorganisée depuis que plusieurs de ses membres aient décidé de coopérer avec la justice. 

La famille de Benjamin Castellazzo soutient que ce dernier est père et un grand-père aimant, prêt à rendre service à ses voisins dans le besoin. C’est d’ailleurs une partie de la communauté, où habite actuellement l’Underboss de la famille Colombo, qui a écrit à un juge fédéral afin de lui demander d’accepter la demande de libération sous caution de Benjamin Castellazzo. L’incarcération pour une personne âgée de quatre vingt quatre ans est difficile, surtout quand un juge fédéral déclara que les conditions de détention au Métropolitan Center étaient “horribles et intenables”. Pourtant et malgré ces déclarations, le juge fédéral refusa la demande de libération sous caution de l’Underboss de la famille Colombo. Les conditions au Métropolitan Center sont certes difficiles, mais Benjamin Castellazzo reste un membre de la Cosa Nostra et de part sa position au sein de la hiérarchie mafieuse, peut être un danger pour la communauté. Le juge fédéral a clairement indiqué que Benjamin Castellazzo avait effectué un appel téléphonique en prison, recommandant à un individu non identifié de se débarrasser des téléphones portables en sa possession. Benjamin Castellazzo doit certes suivre un traitement médical assez lourd en prison, mais il a encore toute sa tête. tourné encore et toujours vers la Cosa Nostra.

Lire la suite

FRANK LOCASCIO ANCIEN UNDERBOSS DE LA FAMILLE GAMBINO EST DÉCÉDÉ

10 Octobre 2021, 16:26pm

Publié par Xav

En pleine bataille juridique dans l'optique de pouvoir sortir sortir de prison, l’ancien Underboss de la famille Gambino, Frank “Frankie Loc” LoCascio, est décédé dans le pénitencier fédéral de Devens, un institut médical basé dans l’État du Massachusetts, il avait quatre vingt neuf ans. Au début des années 1990, après avoir été reconnu coupable de racket et de meurtre, Frank LoCascio se lança dans une diatribe contre le gouvernement, vantant les mérites de son Parrain, John Gotti : “Je suis coupable d’être un bon ami de John Gotti”, tout en précisant : “S’il y avait plus d’hommes comme John Gotti, nous aurions un meilleur pays”. Pourtant la relation entre les deux hommes n’a jamais été évidente. En effet, quand Frank LoCascio, John Gotti et Salvatore Gravano se retrouvent, ensemble, au Métropolitan Center après leur arrestation, une altercation entre les deux hommes, pour une histoire d’oranges volées à la cantine de la prison, met le feu au poudre. John Gotti s'en prendra très ouvertement à Frank LoCascio et le réprimandera très sévèrement devant certains prisonniers. Vexé d’avoir été humilié de la sorte devant certains prisonniers, Frank LoCascio aurait déclaré à Salvatore Gravano, qu’il souhaitait “tuer” John Gotti, après le procès, une fois qu'ils seront acquittés. Malgré cet épisode et après avoir reçu la certitude, par le bai de ses avocats, que le Parrain de la famille Gambino le critiquait ouvertement, Frank LoCascio n’aura jamais sourcillé une seule fois et aura tenu son serment d'allégeance à la Cosa Nostra jusqu'à la fin de sa vie. Frank LoCascio acceptera donc sa peine sans broncher, mais attendra le décès de John Gotti en 2002, pour se lancer dans une bataille judiciaire avec l'aide d'une ancienne juge fédérale.

Le but de cette manœuvre, faire sauter sa condamnation dans le meurtre du Soldat Louis DiBono, assassiné par John Gotti pour ne pas s’être présenté plusieurs fois à ses convocations. Lors des enregistrements dévoilés par l’équipe de procureurs, après les arrestations, le cas de Louis DiBono est souvent évoqué par John Gotti. A cette époque, la hiérarchie de la famille Gambino effectuait les réunions de "direction" dans un petit appartement, appartenant à une personne âgée, juste au-dessus du Ravenite Social Club, le quartier général de la famille Gambino. L’intérieur sera par la suite sonorisé par le FBI. Pour John Gotti, Louis DiBono devait payer son “manque de respect” pour ne pas s'être présenté plusieurs fois à des réunions dites de "conciliation". Pour le juge fédéral Leo Glasser, le silence assourdissant de Frank LoCascio, qui n’a jamais prononcé un seul mot pour essayer de le sauver Louis DiBono, valait sans nul doute une culpabilité dans ce meurtre : “Par son silence, Frank LoCascio a approuvé le contrat” déclara le juge Leo Glasser. Pourtant, lors d’un enregistrement effectué en Décembre 1989, on pouvait entendre Frank LoCascio déclarer que Louis DiBono allait donner près de cinquante mille dollars à John Gotti pour « calmer le jeu », une offre que John Gotti refusa d’un revers de la main. C’est sur cette conversation et sur cet enregistrement en particulier que l’équipe de la défense tente depuis des mois de “renverser” cette condamnation.

Le juge fédéral Leo Glasser avait d’abord rejeté complètement tous les motifs abordés par la défense afin d'éviter un nouveau procès, avant qu’une cour fédérale ne donne un dernier espoir à Frank Locascio. Dans ce rapport, trois juges avaient décidé que les nouvelles déclarations venant de Salvatore Gravano devaient être prises en compte, car ils pouvaient jouer sur “une future liberté” de Frank LoCascio. Nous étions alors en Mai 2021 mais c’était déjà trop tard pour l’ancien Underboss de la famille Gambino. Frank LoCascio aura passé près de trente et un an derrière les barreaux et son influence au sein de la famille Gambino restait encore intacte. En Décembre 2019, deux Capitaines de la famille Gambino, Andrew Campos et Richard Martino sont arrêtés et que trouve le FBI pendant les perquisitions ?, une photo prise en prison des deux mafieux avec Frank LoCascio. Richard Martino était loin d’être un inconnu dans la famille LoCascio. En 1996, Richard Martino s'était associé avec le fils de Frank LoCascio, Salvatore, un Soldat, tout comme lui, dans l’ouverture de sites pornographiques. Selon le gouvernement fédéral, cette escroquerie avait touché des milliers de personnes à travers les États-Unis, l’Europe et l’Asie rapportant près de sept cent cinquante millions de dollars à la famille Gambino. Chez les LoCascio la Cosa Nostra se transmettait de père en fils. 

Lire la suite

UN JUGE FEDERAL REFUSE LA DEMANDE DE LIBERATION SOUS CAUTION D'UN CAPITIANE DE LA FAMILE COLOMBO

9 Octobre 2021, 10:27am

Publié par Xav

Un juge fédéral de Brooklyn vient de refuser très fermement la demande de libération sous caution de Vincent Ricciardo, Capitaine de la famille Colombo, inculpé après une vaste opération du FBI en Septembre dernier. Pourtant les avocats de la défense ont essayé de jouer sur la corde sensible et avaient déclaré que leur client souffrait de nombreux problèmes cardiaques et qu’une incarcération pouvait lui être fatale. Mais les arguments de la défense sont tombés dans l’oreille d’un sourd et le juge fédéral affirma d’emblée, que Vincent Ricciardo était “un danger important pour la communauté” et que le risque “d’une fuite” était possible. Il faut dire que la “mini chasse à l’homme” lancée contre le Consigliere en exercice de la famille Colombo, Ralph DeMatteo, reste encore dans les esprits et le juge fédéral chargé de cette affaire ne veut prendre aucun risque. De plus, les enregistrements dévoilés par les procureurs le jour de ces arrestations sont assez dévastateurs pour Vincent Ricciardo. Dans l’un d’entre eux, le Capitaine de la famille Colombo demande très fermement à sa hiérarchie, l’autorisation d’assassiner un syndicaliste récalcitrant : “Nous enverrons des gens qu’il ne connait pas directement dans sa putain de maison”. Puis il continua : "Laissez-moi vous dire quelque chose. Vous savez quoi ? j’ai envie de lui tirer dessus devant sa femme et ses enfants. Vous pouvez déjà appeler la police car je vais m’en occuper”.

Pour la défense, Vincent Ricciardo est “tellement faible”, qu’il n’arrive même plus à mettre “ses chaussettes". Les procureurs fédéraux ont très vite ironisé sur cette situation, déclarant que “l’état de santé” du Capitaine de la famille Colombo ne l’avait pourtant pas empêché d’élaborer un complot afin de pouvoir assassiner une personne sans défense : “Ici nous parlons d’un membre de longue date d’une famille du crime organisée connue pour sa violence et dont le principal intéressé, de part son statut, à un rôle décisionnaire". Âgé de soixante-quinze ans, Vincent Ricciardo est dans la famille Colombo depuis plus de cinquante ans. Les procureurs ont également fait remarquer au juge, que malgré trois précédentes condamnations dans des affaires de racket, Vincent Ricciardo n’avait jamais essayé de se réinsérer et de quitter pour de bon la Cosa Nostra. Incarcéré actuellement dans une prison dans l’État de la Caroline du Nord, Vincent Ricciardo devrait prochainement être extradé vers New-York pour rejoindre ses collègues mafieux au Métropolitan Center, en attendant son procès dont la date reste encore à ce jour indéterminée. 

Lire la suite

UN MEMBRE INFLUENT DE LA FAMILLE COLLABORAIT AVEC LE FBI

2 Octobre 2021, 09:34am

Publié par Xav

Près de deux semaines après l’énorme coup de filet du FBI qui toucha la hiérarchie de la famille Colombo et plusieurs de ses membres, certains documents internes affirment que le témoin vedette du gouvernement dans cette affaire, serait un membre influent de cette organisation criminelle, craint et respecté, mais dont l'identité réelle reste encore incertaine. Une chose est sûre, ce repenti aurait assisté à certaines réunions avec des hauts dirigeants de la famille Colombo et en aurait profité pour enregistrer certaines conversations dites “cruciales” pour le gouvernement fédéral. Selon les derniers rapports dévoilés par les procureurs fédéraux, la famille Colombo aurait tenu deux réunions en Novembre 2020 dans une célèbre sandwicherie de Brooklyn, le “Brennan And Carr”. Lors de la première réunion, était présent, outre l’informateur du gouvernement, Théodore Persico, qui était toujours en liberté surveillée, l’Underboss, Benjamin “The Claw” Castellazzo, le Consgiliere, Ralph DeMatteo et deux autres Capitaines, Richard Ferrara et Vincent Ricciardo. La deuxième réunion aurait été supervisée par l’actuel Acting Boss de la famille Colombo, Andrew “Andy Mush” Russo et se serait concentrée sur deux sujets : l’extorsion d’une célèbre section syndicale du bâtiment et sur la gérance actuelle de la famille Colombo. Toujours selon les procureurs, les membres de la Cosa Nostra présents ce jour-là, auraient décidé que Andrew Russo puisse continuer de diriger la famille Colombo jusqu’au à la fin des contraintes judiciaires de Théodore Persico prévues en 2023. Par la suite, le neveu de Carmine Persico, considéré par les autorités comme un individu « extrêmement dangereux », une tête brûlée, qui n’hésite pas à recourir à la violence quand cela est nécessaire pour faire avancer son business, serait devenu le nouveau Parrain de la famille Colombo.

Andrew Russo
Andrew Russo

La famille Colombo connaît parfaitement ce genre de situation, petit retour en arrière. En Janvier 2011, une gigantesque opération du FBI permit d’arrêter près de 120 individus liés de près ou de loin à la Cosa Nostra. Cette affaire impacta les cinq familles New-Yorkaise, mais la famille Colombo fut plus durement touchée et vit déjà à cette époque, se voir arrêter une partie de sa hiérarchie, dont Andrew Russo et Benjamin Castellazzo. De plus, suite à ces arrestations, plusieurs membres de la famille Colombo décideront de collaborer. Trois Capitaines en particulier, Paul "Paulie Guns" Bevacqua, Anthony Russo et Reynold Maragni viendront témoigner à la barre d’un tribunal. Par “chance”, le principal témoin du gouvernement fédéral contre Andrew Russo, Paul Bevacqua décédera de causes naturelles quelques semaines avant de témoigner contre son ancien patron. Ce fut un réel coup dur pour le gouvernement fédéral, qui même en possession d’enregistrements incriminant directement Andrew Russo, préféra négocier un accord de plaidoyer très avantageux pour l’actuel Acting Boss de la famille Colombo. Dans cette nouvelle affaire, le gouvernement fédéral déclara qu’en plus d’un témoin, il serait en possession de “milliers d’heures d’enregistrement” qu’ils ont pu obtenir grâce à des écoutes téléphoniques sur les téléphones des Capitaines Richard Ferrara, Vincent Ricciardo et le Consigliere en exercice, Ralph DeMatteo. Les avocats de Vincent Ricciardo ont déjà fait une demande de libération sous caution prétextant que leur client avait effectué plusieurs crises cardiaques et qu’une incarcération prolongée pouvait lui être fatale. Réponse immédiate des procureurs qui ironisent, en déclarant que Vincent Ricciardo n’avait pas de “problème de coeur”, quand celui-ci hurla de colère devant Andrew Russo, lui demandant son autorisation d’assassiner un syndicaliste récalcitrant à son domicile devant sa femme et ses enfants.

Lire la suite

JOSEPH MERLINO DE RETOUR À PHILADELPHIE À QUELQUES MOIS D'UN PROCES DÉCISIF

24 Septembre 2021, 16:48pm

Publié par Xav

Libéré en Juillet 2020, après avoir passé près d’une année dans une prison fédérale et affranchi de toutes contraintes sur ses déplacements, le Parrain de la famille de Philadelphie, Joseph Merlino, a quitté pour plusieurs jours, sa luxueuse villa de Boca Raton dans l’État de la Floride, pour effectuer un retour tonitruant dans la “ville de l’amour éternel”. Alors cette visite surprise est-elle le signe d’une future réorganisation, dans une famille déstabilisée par une série d’arrestations effectuée par le FBI en Décembre dernier ou une simple visite de courtoisie après plusieurs mois passés derrière les barreaux ?. Après un séjour à Las Vegas, Joseph Merlino aurait profité, dès son premier jour, à Philadelphie de son moment de détente pour assister à un match de baseball avant de terminer dans un club branché dans un quartier chic de la ville. Le lendemain, après avoir assisté à un match de football Américain avec les Eagles de Philadelphie, Joseph Merlino serait, sous l'œil attentif des fédéraux présents pour son retour, parti boire un verre dans un club social détenu par la famille de Philadelphie en la présence de plusieurs de ses membres et Associés. D'après les fédéraux, Joseph Merlino se serait également déplacé, accompagné de membres influents de la famille de Philadelphie, vers l'État du New-Jersey, la famille de Philadelphie reste très bien implantée. Pour les autorités fédérales, il y avait certes de membres de “haut rang”, mais manquait à l’appel, l’Underboss, Steven Mazzone, le Capitaine, Domenic Grande et le Soldat Salvatore Mazzone, inculpés de plusieurs charges fédérales tenant de la loi RICO et tenus de rester à bonne distance de leurs collègues mafieux sous peine de retourner derrière les barreaux en attendant leur procès.

Dans cette affaire, un juge fédéral a déclaré aux avocats de la défense qu’il souhaitait un procès séparé pour les différents accusés. La raison ? des “préoccupations” liées au Covid. Alors oui, effectuer un seul procès pour près de quatorze mafieux reste problématique, au vue de la situation sanitaire actuelle, mais le fait de pouvoir séparer les mafieux de la famille de Philadelphie en différents procès à aussi des avantages pour le gouvernement fédéral. En effet, les procureurs n’ont toujours pas oublié le “maxi procès” contre certains de ces membres, dont George Borgesi ou encore Joseph Ligambi en 2014, qui s’était soldé par plusieurs acquittements. Les avocats de la défense ont donc reçu dernièrement un dossier complet, reprenant les preuves accumulées au fil des années par l’équipe de procureurs, comprenant des notes d’information, mais aussi des centaines d'heures d'enregistrement effectuées par des témoins du gouvernement. Car dans ce procès, la pièce maîtresse reste le Soldat de la famille de Philadelphie devenu repenti, Anthony Persiano. Ce dernier viendra témoigner à la barre des témoins et confirmera sans nul doute les enregistrements qu'il a pu effectuer pendant plusieurs mois et ceux-ci restent assez dévastateurs pour les accusés. Selon les procureurs fédéraux, Anthony Persiano aurait assisté à certaines cérémonies d’intronisation et en a profité pour enregistrer Steven Mazzone et Domenic Grande demander aux nouveaux membres de se lancer dans “opérations illégales” à Atlantic City.

La préparation de ce procès est encore en cours, gênée par des problèmes administratifs et des désaccords entre les procureurs et l’équipe d’avocats de la défense. Les procureurs souhaitent que les accusés puissent prendre connaissance de l’acte d’accusation finale dans le bureau de leurs avocats en leur présence. Pour la défense, ils seraient plus préférable que les mafieux puissent prendre connaissance de ce volumineux dossier depuis leur domicile où ils sont assignés à résidence depuis plusieurs mois. Le juge fédéral n’a pas encore statué sur ces remarques, mais a accordé une protection renforcée pour les différents témoins du gouvernement, après que les procureurs aient transmis des informations prouvant que les témoins aient pu recevoir plusieurs menaces. Pour le magistrat, il est évident que des individus qui ont juré allégeance à la Cosa Nostra, puissent être protégés afin d'éviter éventuelles représailles. Ce procès devrait commencer, si les deux parties se mettent d'accord, au printemps prochain.

Lire la suite

CONSIRÉRÉ COMME UN FUGITIF PAR LE FBI LE CONSIGLIERE DE LA FAMILLE COLOMBO SE REND AUX AUTORITÉS

18 Septembre 2021, 16:00pm

Publié par Xav

Pour les procureurs fédéraux, Ralph DiMatteo, identifié comme l’actuel Consigliere de la famille Colombo est devenu “un fugitif”. Ce mini-feuilleton judiciaire est digne d’un épisode de la série télévisée, The Sopranos. Une journée avant une opération du FBI qui permit d’ arrêter la hiérarchie de la famille Colombo ainsi que la plupart de ses membres, Ralph DiMatteo s’envola vers la Floride, vers une ville qui restait encore alors non-identifiée. Assez agacé de cette situation, les procureurs fédéraux furent une nouvelle fois très énervés, quand une photo postée sur le compte Twitter du fils de Ralph DiMatteo, affiche son père en train de poser tranquillement dans une piscine, torse nu, un crucifix en or autour du cou accompagné de son épouse. Provocation du mafieux ou une faute de mauvais goût provenant du fils de Ralph DiMatteo ?, cette question sera surement posée lors d'un futur procès. Mais pendant que les médias Américains faisaient les gros titre et que Consigliere de la famille Colombo profitait d’un bain de soleil en Floride, ses avocats essayèrent tant bien que mal d’entamer des pourparlers avec les procureurs en charge de ce dossier. Il faut dire que d’essayer d'échapper aux autorités peut aggraver considérablement les problèmes judiciaires de Ralph DiMatteo, qui est déjà accusé de plusieurs charges fédérales pouvant l'amener près de vingt ans derrière les barreaux.
 

Malgré le fait que les autorités furent assez surpris de voir Ralph DiMatteo occupait un poste aussi stratégique au sein d'une famille de la Cosa Nostra, ce dernier est loin d'être un inconnu du FBI. Déjà condamné à huit années de prison pour trafic de drogue et blanchiment d’argent en 1985, Ralph DiMatteo a récidivé en 2001 et condamné à dix-huit mois de prison, toujours pour blanchiment d’argent. Son rôle exact au sein de la famille Colombo ne fut relevé par les autorités que pendant ces deux années d’enquête. Grâce à ces milliers d’heures d’enregistrement, effectuées la plupart du temps grâce aux téléphones portables des mafieux, les fédéraux se rendirent compte que des membres de la famille Colombo identifiaient très clairement Ralph DiMatteo comme le “numéro 3” de cette organisation criminelle et que ce dernier se chargeait d’organiser des réunions au domicile d’Andrew "Mush" Russo, situé à Glen Head ou à “Brooklyn”, en faisant un référence à un garage abandonné dans le quartier de Gravesend et où la famille Colombo y tenait des réunions secrètes. Face à cette situation qui devenait de plus en plus problématique pour le Consigliere de la famille Colombo, Ralph DiMatteo décida de prendre un vol retour vers New-York et se rendit rapidement aux autorités. Les procureurs fédéraux ont déjà demandé à un juge fédéral de maintenir Ralph DiMatteo en détention au Métropolitan Center en attendant une future audience de libération qui devrait avoir lieu dans plusieurs semaines.

Lire la suite

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 > >>