Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LCN

Articles récents

UN CAPITAINE DE LA FAMILLE DECAVALCANTE CONDAMNÉ À DIX ANS DE PRISON

2 Avril 2017

Charles StangoEn plaidant coupable en Décembre dernier d’avoir essayé de planifier l’assassinat d’un Soldat de la famille DeCavalcante, le Capitaine, Charles « Charlie The Hat » Stango (voir photo), n’espérait plus qu’une chose, ne pas terminer sa vie derrière les barreaux. Opérant depuis l’État du Nevada, pas très loin de Las Vegas, Charles Stango était très remonté contre un Soldat de la famille DeCavalcante, Luigi Oliveiri, qui aurait manqué de respect à l’ancien Acting Boss, désormais décédé, Francesco « Frank » Guarani. Cet assassinat il voulait le planifier avec l’aide de son fils, Anthony, un présumé membre de cette famille mafieuse, qui sera condamné par la suite à six années de prison pur trafic de drogue et d’un gang de bikers, proche des DeCavalcante. Charles Stango avait imaginé plusieurs possibilités pour assassiné Luigi Oliveiri. Le premier, consistait à jeter des grenades dans le club social de Luigi Oliveiri basé à Élizabteh. Le deuxième, consistait à simulait un cambriolage et profitait de l’occasion pour criblé de balles le Soldat la famille DeCavalcante. La troisième solution, plus radicale, était de jeter de l’acide sur son visage. Mais alors que Luigi Oliveiri, fait face à une condamnation pour une contrebande de cigarettes surtaxées, Charles Stango jouait gros cette semaine, quand il se présenta devant un juge fédéral du New-Jersey. Alors même si selon les avocats du Capitaine de la famille DeCavalcante, leur client n’a fait que « parler à un téléphone », pour le juge fédéral, Charles Stango a essayé de préparer minutieusement un meurtre crapuleux pour le compte de ses supérieurs, dont Frank Nigro, Consigliere, qui vit ses charges abandonnées il y a quelques mois. Car en de plus de préparer un assassinat par téléphone, Charles Stango, conseilla son fils sur plusieurs types de délits, comme un système d’escort qui pouvait rapporter des milliers de dollars à la famille DeCavalcante. Pour Charles Stango, son fils Anthony, devait effectuer cette opération dans un endroit qui « n’attirerait pas l’attention » des agents fédéraux, comme un entrepôt, tout en stipulant que le prix des consommations devait être raisonnable pour ne pas effrayer le client. Dans un appel téléphonique, Anthony Stango déclara que les prostituées facturaient le prix qu’elles voulaient à leur client, mais qu’elles devaient remettre par heure de présence dans les locaux, près de trois cent cinquante dollars à la famille DeCavalcante. Face à une telle volonté de nuire à la société, le juge fédéral n’hésita pas une seule seconde, et condamna le Capitaine de la famille DeCavalcante à dix années dans une prison fédérale, mettant fin très certainement à la longue carrière criminelle de Charles Stango.

Lire la suite

NOUVELLES ARRESTATIONS DANS LA FAMILLE BONANNO

1 Avril 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Bonanno

Ronald GiallanzoLes mafieux de la Cosa Nostra défilent en ce moment devant la cour fédérale de New-York. La semaine dernière, le Capitaine de la famille Bonanno, Vincent « Vinny » Asaro, comparaissait avec d’autres membres de sa famille, pour incendie criminelle et vol de banque. Cette semaine, neuf membres présumés de la famille Bonanno, dont le propre neveu de Vincent Asaro, l’Acting Capo, Ronald « Ronnie G » Giallanzo (voir photo), ont été inculpés de plusieurs charges tenant de la loi RICO, comme le racket, le prêt usuraire, ou encore la tentative de meurtre. Ronald Giallanzo est devenu un Acting Capo, quand son propre cousin, Jérôme Asaro, fils de Vincent, fut condamné à sept années et demi de prison en 2015, pour avoir participé au meurtre de Paul Katz, un Associé de la famille Lucchese, impliqué dans le casse dit de la Lufthansa. D’après le FBI, quand Ronald Giallanzo fut nommé Acting Capo, il construisit un « énorme réseau de prêt usuraire », rapportant près de trois millions de dollars par an à la famille Bonanno : « Grâce à ses activités dans le prêt usuraire et dans les jeux illégaux, Ronald Giallanzo a pu se construire un manoir de plusieurs millions de dollars à Howard Beach. De plus pour renforcer sa position dans la famille Bonanno, Ronald Giallanzo participa à d’autres activités criminelles, comme la tentative de meurtre ou encore les incendies criminels » déclara un procureur fédéral. Ronald Giallanzo prêtait de l’argent à des taux exorbitants, mais surtout, il n’hésitait pas à utiliser la violence, voire le meurtre, pour arriver à ses fins et assouvir son pouvoir dans les rues. D’après le FBI, un individu qui devait énormément d’argent à l’Acting Capo de la famille Bonanno, aurait été assassiné en 2006 pour ne pas avoir remboursé Ronald Giallanzo, un meurtre qui ne fut jamais résolu manque de preuve. Ce dernier réclamait des versements hebdomadaires, sans qu’un seul retard ne soit accepté et si cela se produisait, il n’hésitait pas à demander à ses Associés de récupérer son argent. Menaces verbales ou physique, tout était bon pour récupérer son dû. Les procureurs fédéraux ont raconté l‘histoire d’un homme qui devait près de 250 000 dollars à Ronald Giallanzo et qui était activement recherché par la famille Bonanno. Ce dernier avec plusieurs de ses Associés, repérèrent son véhicule dans les rues de New-York, et commencèrent à le menacer, avant de l’extirper de son véhicule pour le rouer de coups. Et les anecdotes sur ce genre de délits, ne s’arrêtent pas là. Alors qu’ils étaient enregistrés dans un club social appartenant à la famile Bonanno, l’un des Associés de Ronald Gillianzo, s’amusait à raconter comment il avait renversé avec son véhicule un mauvais payeur, le percutant au niveau des chevilles, avant que ce dernier ne se cogne la tête contre le bitume. L’Acting Capo de la famille Bonanno, qui avait déjà été condamné à sept années de prison toujours pour prêt usuraire en 2004, avait très rapidement continuer, à sa sortie de prison, ses activités criminelles au sein des Bonanno. Risquant cette fois-ci, jusqu’à vingt années de prison, il sera intéressant de voir comment, le neveu de Vincent Asaro, va se comporter dans les semaines qui arrivent avec la justice Américaine.

Lire la suite

LE PETIT FILS DE JOHN GOTTI INCULPÉ AVEC UN CAPITAINE DE LA FAMILLE BONANNO

26 Mars 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Gambino, #Bonanno

Vincent AsaroAcquitté en Novembre 2015 d’avoir orchestré le fameux casse dit de la « Lufthansa », le Capitaine de la famille Bonanno, Vincent « Vinny » Asaro (voir photo), n’en a pas terminé pour autant avec la justice. En effet, ce dernier qui était encore sous la contrainte d’une libération surveillée, était suivi à la « loupe » par les agents fédéraux. La semaine dernière, le FBI a décidé d’inculper le petit fils de John Gotti, déjà condamné à huit années de prison pour trafic de stupéfiants, ainsi que plusieurs membres de la Cosa Nostra, dont Vincent Asaro, pour incendie criminelle. Au vue du pédigrée criminel du Capitaine de la famille Bonanno, ce dernier fut très vite incarcéré au Métropolitan Center de New-York, avant une nouvelle comparution devant un juge fédéral, qui devrait intervenir dans les prochaines semaines. Cette affaire remonte en 2012. Vincent Asaro qui rentrait tranquillement chez lui dans le Queens, se fit couper la route par un automobiliste, qui ne savait surement pas, que ce dernier était un membre intronisé de la Cosa Nostra depuis plus de trente années. Fou de rage, ce dernier, repéra la plaque d’immatriculation, puis l’adresse de l’individu en question. Après avoir récupéré toutes ces informations, Vincent Asaro ordonna l’incendie de son véhicule et sous traita l’affaire à l’un de ses Associés, qui demanda à John Gotti Jr et un autre individu dénommé Matthew « Fat Matt » Gullan d’effectuer la sale besogne. Quelques heures avant le délit, les trois complices remplirent un bidon entier d’essence dans une station proche, allèrent vers le domicile de l’individu, et Matthew Gullan commença à embraser le véhicule. avant se s’enfuir. Le feu attira l’attention d’un policier du NYPD, mais John Gotti Jr qui servait de chauffeur ce soir là, au volant d’une Jaguar, sema très rapidement le policier dans les ruelles du Queens, qui préféra abandonner la poursuite, pour éviter tout risque d’incident au vue de la conduite imprudente de John Gotti Jr. Selon les autorités, le lendemain, l’Associé de Vincent Asaro aurait conduit ce dernier dans une carrosserie ou le véhicule de l’individu avait été remorqué, pour prouver que son ordre avait bien été exécuté. Deux semaines après cet incendie criminel, John Gotti Jr, Matthew Rullan et un autre Associé, Michael Guidici, ont cambriolé le Maspeth Federal Saving and Loan, une banque à New-York. Selon les fédéraux, Michael Guidici serait rentré dans la banque et aurait transmis un message à l’agent d’accueil stipulant : « J’ai une bombe, donne-moi de l’argent ». Le guichetier, apeuré, avait donné près de cinq mille dollars. Après ce cambriolage, les trois complices quittèrent rapidement les lieux, au bord ce cette même Jaguar. Pour le procureur fédéral en charge de cette affaire : « Les membres de la Cosa Nostra inculpés cette semaine, sont accusés d’avoir commis un assortiment de crime violent, pour punir et gagner de l’argent ». Suite à l’incarcération de son client, l’avocat de Vincent Asaro, qui est prêt une nouvelle fois à convaincre un jury de l'innocence du Capitaine de la famille Bonanno, a ramené lors d'une audience préparatoire, un sachet rempli de médicaments, destiné à Vincent Asaro, stipulant, que son client n’avait pas quitté une seule fois son domicile depuis son acquittement. 

Lire la suite

UN SOLDAT DE LA FAMILLE BONANNO CONDAMNÉ À HUIT ANNÉES DE PRISON

25 Mars 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Bonanno

Peter Lovaglio, un Soldat de la famille Bonanno, est devenu en quelques semaines, le mouton noir des Bonanno. Ce dernier qui a purgé près de quinze années derrière les barreaux, s’était fait récemment remarqué pour avoir agressé le propriétaire d’un restaurant Japonais. Pris d’un coup de folie sans doute, le Soldat de la famille Bonanno, lui avait jetté en pleine figure son verre de cocktail, laissant le propriétaire, un ancien agent de police à la retraite, aveugle d’un œil. De sa cellule depuis un pénitencier fédéral du Texas, l’actuel Parrain des Bonnano, Michael « The Nose » Mancuso, vit rouge immédiatement. En apprenant cette nouvelle, il décida de « dépouiller » immédiatement Peter Lovaglio de tous ces rackets. Quelques mois après cette agression, le Soldat de la famille Bonanno se fit de nouveau remarquer, en se faisant arrêter par la police de Staten-Island, pour une conduite sans permis. Surprise, Peter Lovaglio déclara ouvertement aux agents de police, au moment de son arrestation, qu’il était un membre intronisé de la Cosa Nostra, Le Soldat de la famille Bonanno se rendit surement compte de son erreur et décida rapidement de plaider coupable, pensant surement qu’il allait être plus en sécurité à l’intérieur d’une prison que dans les rues de New-York. Alors même si les mentalités des mafieux ont changé, transgresser une règle aussi fondamentale de la Cosa Nostra, peut entrainer la mort, ou un rejet total des autres membres de la famille. Peter Lovaglio, qui était incarcéré au Métropolitan Center après sa dernière arrestation, paraissait la semaine dernière devant un juge fédéral, pour recevoir son verdict dans sa première affaire Le juge ne fut en aucun indulgent face au pédigrée criminel du Soldat de la famille Bonanno. Huit années de prison, soit la peine maximale qui fut prononcée rapidement, laissant la défense assez perplexe. Pour justifier sa décision, le juge fédéral déclara : « Personne n’a le droit de frapper et d’éborgner un individu gratuitement. Pour cet acte de violence, aucune excuse n’est valable » déclara t’il. Selon les procureurs fédéraux, Peter Lovaglio aurait commencé à coopérer avec les autorités dix jours après avoir agressé le propriétaire d’un restaurant Japonais, c’est pour cela que Peter Lovaglio, s’était vanté quelques semaines après, lors de son arrestation pour une conduite sans permis, d’être un membre intronisé de la Cosa Nostra. Pour son avocat, Peter Lovaglio, aurait permis pendant sa coopération, de récupérer plusieurs armes à feux, et a surtout rendu « Staten-Island beaucoup plus sûr ». Mais pour le juge fédéral, sa collaboration avec la justice Américaine, n’est pas forcément « nécessaire », se demandant ce que le témoignage de Peter Lovaglio pourrait apporter réellement dans des futurs procès contre des membres de la Cosa Nostra. S’excusant auprès de sa victime, Peter Lovaglio, rentrera probablement dans le programme de protection des témoins à sa sortie de prison.

Lire la suite

UN SOLDAT DE LA FAMILLE DECAVALCANTE AGRESSE UN AUTOMOBILISTE

18 Mars 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #DeCavalcante

Jerry BalzanoJerry Balzano (voir photo) a déjà un lourd passif dans le crime organisé. Identifié depuis des années comme un Soldat de la famille DeCavalcante, il aurait été intronisé pendant la gouvernance de Francesco Guarraci. Opérant principalement depuis l’État du New-Jersey, Jerry Balzano a été inculpé en 2011, d’avoir orchestré plusieurs rackets sur différentes entreprises dans l'État de la Floride. De New-York, Jerry Balzano était très actif dans le trafic de cigarettes. Condamné à deux années de prison et quinze mille dollars d’amende, Jerry Balzano était encore à ce jour, en liberté surveillé, après avoir déjà violé sa conditionnelle, il y a quelques mois, après avoir admit être en possession d’une arme à feux avec plusieurs munitions. Pour cette infraction, Jerry Balzano avait passé près de quatre mois derrière les barreaux. Mais ce jour là, le Soldat de la famille DeCavalcante, qui roulait une nouvelle fois sans permis de conduire, était visiblement très énervé. Alors qu’il conduisait son véhiculé sur une autoroute de l’État de New-York, Jerry Balzano n’a visiblement pas tellement apprécié qu’un automobiliste le colle d’un peu trop près, et qu’il essaye de le doubler de force. De rage, Jerry Balzano, stoppa sa voiture en pleine voie rapide, sortit de son véhicule, et commença a agresser verbalement l’automobiliste, qui à ses yeux, ne cessait de le provoquer depuis quelques minutes : « Vous voulez jouer c’est ça ? Je vais te couper les couilles moi. Tu veux me dépasser comme un dur ? ». La scène qui fut filmée par l’épouse de la victime, vit Jerry Balzano s’approchait très rapidement du véhicule de l’automobiliste, et selon cette dernière qui appelait la police locale, lui infligeait plusieurs coups de poing. Suite à cette altercation, un individu qui reste encore inconnu à ce jour pour les autorités, essaya de résonner le Soldat de la famille DeCavalcante, en le raccompagnant jusqu’à son véhicule. Démarrant en trombe, Jerry Balzano se fit identifié et rapidement arrêté par les services du FBI. Comparaissant devant le juge Kiyo Matsumoto, connu pour avoir jugé de nombreux membres de la Cosa Nostra, en particulier des mafieux de la famille Colombo, cette dernière décida, après avoir visionné la vidéo, d’incarcérer immédiatement le Soldat de la famille Colombo au Métropolitan Center, avant une prochaine comparution, à une date ultérieure.

Lire la suite

LES PROCUREURS FÉDÉRAUX PRÉVOIENT D'INCULPER LA HIÉRARCHIE DE LA FAMILLE LUCCHESE

12 Mars 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Lucchese

Steven CreaLes procureurs fédéraux de New-York, prévoient de frapper un grand coup contre la famille Lucchese, en inculpant prochainement, Steven Crea (voir photo) considéré comme l’actuel Parrain de cette organisation criminelle, et Matthew Madonna, actuel Acting Boss. Ces futures inculpations, découlent des arrestations effectuées en Février dernier du Soldat de la famille Lucchese, Christopher Londonio et de son Associé, Terrance Caldwell, accusés d’avoir orchestré l’assassinat de l’ancien leader du Purple Gang, Michael Meldish. Pour les procureurs fédéraux, il ne fait aucun doute que cet assassinat, avait été autorisé au préalable par la hiérarchie de la famille Lucchese, Mais alors qu’on était persuadé que Steven « Wonderboy » Crea avait récupéré le poste actuel Parrain, les agents fédéraux soutiennent encore que ce dernier ne servirait que d’Underboss au Boss, Vic Amuso, qui n’aurai pas lâché les rênes de la famille, malgré une peine de prison à perpétuité incompressible. La personnalité de Matthew Madonna intrigue énormément la justice Américaine. Gros trafiquant de drogue, spécialisé dans le trafic d’héroïne, il sera condamné en 1976 à trente années de prison. A sa sortie, en 1995, il sera intronisé dans la famille Lucchese en récompense de son silence, et franchira rapidement les échelons. Devenu Capitaine, puis faisant partie d’un panel de décision, il serait avec Steven Crea, les hommes forts de la famille Lucchese : « Il inspire le respect, et avec toutes ces années derrière les barreaux, il l’obtient très facilement » déclara un agent du FBI. Matthew Madonna qui est âgé de quatre vingt un an, purge actuellement une peine de cinq années de prison pour bookmaking. Mais dans la famille Crea, il y a aussi le fils, Steven Jr, pour qui les procureurs fédéraux ont demandé à un grand jury fédéral d’inculper ce dernier de racket. Steven Crea Jr, a été identifié comme un Soldat de la famille Lucchese, Ce dernier n’a pas de casier judiciaire, mais pour plusieurs informateurs, il serait une étoile montante de cette organisation criminelle, très actif dans les paris illégaux, une spécialité des Lucchese, qui rapportent des centaines de millions de dollars à la famille chaque année. D’après les procureurs fédéraux, l’assassinat de Michael Meldish aurait été planifié depuis le comté Westchester, un endroit gérait par Matthew Madonna : « Christopher Londonio aurait servi de chauffeur à Terrance Caldwell. Il l’aurait déposé sur le lieu du meurtre, et l’aurait ensuite reconduit à Harlem, lieu de sa résidence. En rentrant chez lui, Christopher Londonio aurait passé un coup de fil pour déclarer que l’assassinat avait été exécuté avec succès » déclara un procureur fédéral. En plus de ces différentes preuves, les procureurs fédéraux veulent utiliser Alphonse « Little Al’ D’arco, ancien Acting Boss de la famille Lucchese, devenu collaborateur de justice. D’après ce dernier, Christopher Londonio était déjà impliqué à son époque dans une multitude de crimes à Westchester dont, le trafic de drogue, l’extorsion, le vol qualifié et les jeux illégaux. Pour Alphonse D’Arco, la famille Luchesse est tellement bien implantée dans Westchester, qu’elle organiserait chaque année, leur fête traditionnelle de Noël, dans un restaurant Italien populaire du quartier, reconnu pour sa très bonne gastronomie.

Lire la suite

MAUVAISE SEMAINE DANS LES RANGS DE LA COSA NOSTRA

11 Mars 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Divers, #Gambino, #Outfit

Bartolomeo VernaceL’ancien Capitaine de la famille Gambino, Bartolomeo « Bobby » Vernace (voir photo à gauche), qui a fait partie d’un panel de décision pendant plusieurs années, vient de décéder d’une crise cardiaque en prison, alors que ce dernier purgeait une peine de prison à perpétuité pour un double meurtre datant de 1981. Cette nuit là, Frank Ricardi et une femme étaient en train de boire un verre tranquillement Un homme arriva et accidentellement renversa son verre sur la robe de sa compagne, ce qui mit immédiatement en fureur l’Associé de la famille Gambino. Pour empêcher une bagarre quasi-certaine, John D'Agnese, un des propriétaires, demanda gentiment à Frank Ricardi de sortir, ce qu’il fit difficilement, mais en jurant devant tout le monde qu’il allait revenir pour régler ses comptes. Quelques minutes, plus tard, trois individus armés, rentrèrent dans le ShamRock's Bar et tirèrent à plusieurs reprises sur les deux propriétaires John D'Agnese et Richard Godkin. Les assassinats de Richard Godkin et de John Agnese ne furent pas autorisés par la famille Gambino, ce qui n’empêcha pas l’intronisation quelques années plus tard de Bartolomeo Vernace. Il fallut attendre le 20 Janvier 2011 pour que Bartelomeo Vernace soit reconnu coupable de ce double meurtre. Imperturbable pendant l’énoncé du verdict, le mafieux de la famille Gambino accepta sa peine sans broncher. Bartolomeo Vernace purgeait sa peine dans la prison fédérale d’Allenwood dans l’État de la Pennsylvanie, un pénitencier composé de différents niveaux de sécurité, ou bon nombre de membres de la Cosa Nostra y sont incarcérés. D’après son avocat, la santé de Bartolomeo Vernace était défaillante. En effet ce dernier, souffrait d’un diabète assez avancé, de problème de reins, et avait subit récemment une crise cardiaque, l’obligeant à être hospitalisé, pour y décéder quelques semaines plus tard. Toujours d’après son avocat, l’ancien Capitaine de la famille Gambino, était « unique en son genre » : « Il était très intelligent. Il n’aimait pas trop parler, mais il inspirait le respect » déclara t’il.

Un Soldat de la Outfit de Chicago, Louis « Louis Tomates » Marino (voir photo à droite), vientLouis Marinode décéder de cause naturelle. Ce dernier, qui opérait depuis l’emblématique ville de Cicéro, était un ami proche de l’actuel Parrain, Salvatore « Solly D » DeLaurentis. Connu pour par ses Associés, comme un individu qui ramenait énormément d’argent, il était aussi identifié par le FBI, comme une personne extrêmement dangereuse, soupçonné d’avoir participé à plusieurs assassinats dont celui des frères Spilotro en 1986. Au début des années 1990, alors que Louis Marino était accusé de racket et du meurtre d’un Associé de la Outfit, dénommé Hal Smith, les procureurs fédéraux avaient diffusé un enregistrement assez édifiant, démontrant que Louis Marino, pouvait exécuter une personne pour une simple dette. En 1981, Louis Marino, fut enregistré par le FBI en train d’agresser un individu qui lui devait des milliers de dollars d'un prêt usuraire, sans savoir que ce dernier, effrayait des conséquences que pouvait avoir de ne pas rembourser la Outfit, avait décidé de porter un micro sous sa chemise. En arrivant sur les lieux, Louis Marino, fut accueilli par son ami Salvatore DeLaurentis, qui lui expliqua que l’individu en question « n’avait pas encore l’argent ». Enragé, Louis Marino, sorti un couteau et s’approcha de la personne en question, arme à la main : « Toi espèce de fils de pute, tu me dois de l’argent. Tu sais ce que tu dois faire pour me rembourser non ? Tu vas voler une bijouterie, un magasin, tu vends tes bijoux, les objets de ta mère, tu fais tout ce que tu veux, mais il me faut l’argent pour ce soir, tu as compris ? C’est grave putain, je suis à la porte de ta maison dès ce soir et s’il le faut je serais à côté de toi à ton réveil. Essaye d’aller nulle part, pas la peine de te cacher, sinon ça ira mal pour toi ». Reconnu non-coupable du meurtre de Hal Smith, Louis Marino sera reconnu coupable de racket, et le juge rendra un verdict exemplaire, vingt huit années derrière les barreaux, une peine que Louis Marino accepta sans broncher. En 2004, ce dernier était rentré dans une maison de transition, avant d’être libéré définitivement de prison. A sa sortie, il aurait repris très rapidement ses activités criminelles au sein de la Outfit.

Lire la suite

UN ANCIEN CAPITAINE DE LA FAMILLE BONANNO DANS UNE EMISSION DE TÉLÉ-RÉALITÉ

4 Mars 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Bonanno

Paul Cantarella et son père RichardRichard Cantarella (voir photo à droite) surnommé Shellackhead s’est toujours considéré comme un « homme d’honneur », mais force est de constater que ce dernier décida rapidement de collaborer avec les autorités en 2002, pour éviter une peine de prison à perpétuité. Il faut dire que Richard Cantarella a baigné dans la Cosa Nostra depuis son adolescence. Neveu d’Alfred « Al Walker » Embarrato, un ancien Capitaine de la famille Bonanno, Richard Cantarella s’est adapté très facilement aux règles mise en place dans cette organisation criminelle. Ramasser de l’argent, tuer pour la famille étaient des choses que Richard Cantarella savait effectuer à merveille, même pour assassiner son propre cousin, Anthony Mirra en 1982. Mais au début des années 2000, une opération de grande envergure lancée contre la famille Bonanno, bouscula à tout jamais la vie de Richard Cantarella. Quand ce dernier apprit que le Capitaine Frank Coppa avait décidé de collaborer avec la justice, Richard Cantarella oublia très rapidement son serment d’allégeance à la Cosa Nostra. Pour éviter la prison, il fallait donner des informations, et le Capitaine de la famille Bonanno en savait beaucoup, jusqu’au pplus haut sommet de la pyramide. Les procureurs fédéraux tenaient en la personne de Richard Cantarella, une « pièce maitresse », capable de faire condamner des membres haut placés de la Cosa Nostra. Son témoignage permit de rendre un verdict de culpabilité dans le procès de son ancien Parrain Joseph Massino, mais aussi quelques années plus tard, dans celui de l’Acting Boss, Vincent Basciano. En témoignant contre ses anciens « amis », Richard Cantarella prit conscience que sa vie dans la Cosa Nostra n’était faite que de « malheur » et de d’ « égoïsme » : « J'ai fais quelques erreurs dans ma vie et je voudrais oublier tout ça. La meilleure chose que j'ai pu faire, c'est éviter que mes enfants rentrent dans la mafia (Même si son fils Paul (voir photo à gauche), fut intronisé dans la Cosa Nostra). Ce dernier décidera lui aussi de coopérer avec les autorités. C'est un monde perfide, on ne peut faire confiance en personne ». Pour son témoignage, Richard Cantarella fut récompensés par la justice Américaine et rentra avec sa famille, dans le programme de protection des témoins. Une nouvelle vie s’offrait donc à lui, loin de ses ennuis avec la Cosa Nostra, mais Richard Cantarella, même éloigné des affaires, avait toujours envie de revenir sur le « devant de la scène ». Dernièrement, Richard Cantarella fit de nouveau parler de lui, en se donnant en spectacle dans une émission de télé-réalité, qui consistera à suivre sa nouvelle vie en dehors du programme de protection des témoins. Gonflé diriez-vous ? prendre le risque de dévoiler son nouveau visage et son lieu d’habitation, pourrait en effet réveiller des mauvais souvenirs pour les mafieux de New-York, mais l’ancien Capitaine de la famille Bonanno, sait pertinemment que les mentalités dans la Cosa Nostra ont beaucoup changé. En effet, assassiner les membres devenus des repentis pour la justice Américaine n’est plus tellement leur « priorité ». La famille Bonanno est en pleine reconstruction et son Parrain Michael « The Nose » Mancuso, incarcéré dans une prison fédérale jusqu’en 2019, n’a pas tellement envie de mettre en danger sa famille avec ce genre de choses. Ce mini documentaire de plusieurs épisodes, durant en moyenne une trentaine de minutes, suivra la vie de la famille Cantarella, dans leur entreprise de lavage de voiture, un buisiness difficile pour Richard Cantarella, mais légal cette fois-ci.

Lire la suite

LES SCARFO C'EST AVANT TOUT UNE HISTOIRE DE FAMILLE

25 Février 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Philadelphie

Nicodemo Scarfo SrEn Janvier dernier, Nicodemo Scarfo Sr (voir photo), l’ancien Parrain sanguinaire de la famille de Philadelphie, décéda dans la prison fédérale de Butner dans l’État de la Caroline du Nord, après avoir purgé près de trente années derrière les barreaux. Après le décès d’un membre de la Cosa Nostra, les membres de la famille se réunissent généralement pour présenter leur respect à ce dernier mais aussi à sa famille. Pour le FBI, ce genre d’événement est propice pour voir par exemple, s'il y a eu des changements dans l’organisation d’une famille mafieuse, ou si de nouveaux membres ont été intronisés. Mais malgré une présence de près de dix années comme Parrain de la famille de Philadelphie, l’enterrement de Nicodemo Scarfo Sr reste encore un mystère. Selon certains de ses proches, aucune cérémonie n’eut lieu et son incinération est reste « strictement privée ». Il faut dire que la gouvernance de Nicodemo Scarfo Sr à la tête de la famille de Philadelphie aura laissé des traces. Depuis l’assassinat d’Angelo « The Gentleman Don » Bruno en 1980 et de Philip Testa quelques mois plus tard, Nicodemo Scarfo Sr a commandité plusieurs meurtres, dans un seul but, prendre le pouvoir. Pour Angelo Bruno, le meurtre était utilisé seulement en dernier recours, quand toute forme de négociation avait échoué. Pour Nicodemo Scarfo Sr, le meurtre était utilisé régulièrement pour assouvir son respect, ce qui mènera la famille de Philadelphie à sa perte. Paranoiaque, Nicodemo Scarfo fera même assassiné le fils de Phil Testa, Salvatore, en 1985, par peur que ce dernier essaye de créer une guerre interne dans la famille pour venger le décès de son père. Pour Nicholas « Nicky The Crow » Caramandi, un Soldat de la famille de Philadelphie, qui décidera par la suite de coopérer avec les autorités, déclara : « La mort de Salvatore, fut la goutte d’eau qui fit débordée le vase. Après ça, nous nous sommes dit, après ça, il peut tuer n’importe lequel d’entre nous ». Le témoignage de Nicholas Caramandi permettra de faire condamner par la suite Nicodemo Scarfo Sr, à une peine de prison à perpétuité. Mais Scarfo, ne signifie pas seulement la famille de Philadelphie, c’est aussi une autre histoire de famille. Son fils ainé, Mark fera une tentative de suicide après la condamnation de son père. Après être resté près de vingt années dans le coma, il décèdera par la suite. Son fils, Nicodemo Scarfo Jr suivra les traces de son illustre père. Avec son aide, il avait tenté de prendre le pouvoir de la famille de Philadelphie, mais une tentative d’assassinat manquée contre sa personne, un soir d’Halloween, fit que ce dernier sera transféré dans la famille Lucchese, pour plus de sécurité. Mais comme son père, Nicodemo Scarfo Jr sera arrêté puis inculpé de racket par la justice Américaine. Condamné à trente années de prison, ce dernier qui est âgé de cinquante et un ans, pourra espérer une sortie de prison en 2037. Son cousin, qui fit office d’Underboss de Nicodemo Scarfo Sr, Phil Leonetti, témoignera par la suite contre son Oncle et plantera de ce fait les derniers clous de son cercueil. Pour un Associé de la Cosa Nostra, opérant de l’État de la Floride et faisant régulièrement des affaires avec la famille de Philadelphie et les familles de New-York, Nicodemo Scarfo Sr : « Aimait tuer des gens et même si des individus ont travaillé avec lui, cela signifiait pas forcément qu’il l’appréciait. En tant qu’être humain, il était inapte et délirant et au final ?, il est mort tout seul dans ça cellule comme un pauvre vieillard ». Phil Leonetti exhorte son cousin à collaborer et changer de vie pour de bon, mais Nicodemo Scarfo Jr, cela n'est pas aussi facile que ça. En effet, ce dernier a fait appel de son verdict, et espère pouvoir être acquitté de toutes les charges retenues contre lui. De plus, ses informations pourraient t'elles vraiment intéresser les procureurs fédéraux? à moins que l'actuel Capitaine de la famille Lucchese ne puisse résoudre des meurtres non élucidés. Pour terminer, Nicodemo Scarfo Jr est actuellement incarcéré dans la prison de Fairton dans le New-Jersey, proche de sa famille, mais aussi de Louis Manna, ancien Consigliere de la famille Genovese, qui purge une peine de quatre vingt années de prison pour escroquerie et tentative de meurtre. D'après les services pénitenciers, Louis Manna qui est désormais âgé de quatre vingt huit ans, l'aurait pris sous son aile. Louis Manna connaissait très bien Nicodemo Scarfo Sr et il est fort à parier, que ce dernier rappelle régulièrement à son fils, les valeurs de la Cosa Nostra, pour le dissuader de collaborer avec la justice.

Lire la suite

DEVENIR AFFRANCHI OU POLICIER : VIVRE DANS UN QUARTIER GANGRENÉ PAR LA COSA NOSTRA

24 Février 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Lucchese, #Genovese, #Gambino, #Divers

Anthony AccetturoBob Buccino a un parcours assez atypique. Né dans l’État du New-Jersey, d’origine Italienne, habitant dans un quartier gangréné par la Cosa Nostra et ayant fait partie à son adolescence d'un gang de rue, Bob Buccino était prédestiné à devenir un membre intronisé de la mafia, comme la plupart de ses anciens amis, qui eux le deviendront par la suite. Mais Bob Buccino, avec l’aide de sa femme, fit des études, et après être sorti de la fac, passa le concours de policier, qu’il réussit brillamment. Désormais à la retraite, c’est avec un brun de nostalgie, qu’il raconte encore son adolescence au début des années 1950, dans le Nord du New-Jersey. Comme déclara Henri Hill dans le film de Martin Scorsese, Les Affranchis : « C’était une époque bénie ». En effet, au début des années 1950, le quartier ou résidait Bob Buccino pullulé d’Affranchis, la Cosa Nostra était partout, elle faisait partie de l’atmosphère. Ce dernier raconta qu’il faisait parti d’un petit gang d’adolescents, qui espéraient tous devenir obtenir le Saint Graal, être un membre à part entière de la Cosa Nostra. Bob Buccino aidait les mafieux dans les paris, en les collectant bien sûr, mais aussi en récupérant l’argent des mauvais payeurs : « Je connaissais la Cosa Nostra bien avant le FBI. A cette époque, on pouvait parier sur tout et n’importe quoi et surtout n’importe ou. Du magasin de bonbons au coin de la rue, au restaurant du quartier » déclara t’il. Bob Buccino avoue avoir été « fasciné » par cette vie. Un peu comme Henry Hill, il voyait les gangsters avec leurs bijoux et leur Cadillac, avec les poches remplies de billets, à cette époque, ils contrôlaient tout. En particulier, Anthony « Little Pussy » Russo, l’un des plus grands usuriers du comté d’Essex, Capitaine dans la famille Genovese, qui se pavanait dans les rues avec sa Cadillac rose fluo. Bob Buccino admirait leur faculté, à « toujours avoir raison » et que personne n’osait les contredire. Ce dernier adorait le respect que pouvait dégager ces individus. Mais Bob Buccino parti vers une autre voie, et devint très rapidement, de par son expérience de la rue, un détective chargé de la surveillance des membres du crime organisé. Adolescent, il fit les quatre cent coups avec ses amis, maintenant, il allait les surveiller et si possible, les mettre derrière les barreaux. Dans le New-Jersey, outre la famille DeCavalcante, les familles Lucchese, Gambino et Genovese y sont très bien implantées. Le premier nom qui arriva sur sa short-lest, fut celui d’Anthony « Tumac » Accetturo (voir photo), un important Capitaine de la famille Lucchese, qui dirigeait ses affaires depuis le Nord du New-Jersey, mais aussi depuis l’État de la Floride. Anthony Acceturo était le frère d’un des meilleurs amis de Bob Buccino. Au début des années 1980, grâce notamment à l’un de ses informateurs, il fit condamner Anthony Acceturo à une peine de trente années de prison pour racket (Anthony Acceturo décidera par la suite de coopérer avec les autorités. Les relations qu’il entretenait avec la hiérarchie de la famille, notamment avec Vic Amuso et Anthony Casso devenait de plus en plus compliquées. Ces derniers avaient lancé un contrat contre le Capitaine de la famille Lucchese, sur son fils et même sur sa propre femme). Ce sont pendant ces arrestations, que Bob Buccino vit le côté fourbe de ces gangsters, qui simulaient la plupart des pertes de mémoire chronique, pour ne pas parler aux enquêteurs. Parmi les autres mafieux, que Bob Buccino côtoya pendant sa carrière, il cita plusieurs noms, comme Louis « Bobby » Mana, de la famille Genovese, qui fut l’un des investigateurs dans la tentative d’assassinat contre John Gotti. Robert « Bobby Cabert » Bisaccia, un Capitaine de la famille Gambino, impitoyable, dont Joe Pesci s’inspira pour jouer son personnage dans le film Les Affranchis (La scène avec Ray Liotta dans le bar). Mais aussi Tino Fimurara, un Capitaine très apprécié de la famille Genovese, et les frères Taccetta de la famille Lucchese entre autre. Ces derniers avaient la particularité d’habiter le même quartier que Bob Buccino. Michael Tacheta d’ailleurs, était dans la même classe que sa sœur, ce qui ne l’empêcha pas de réunir des preuves pour les faire incarcérer une bonne partie de leur vie derrière les barreaux : « Je n’aimais pas ce qu’ils représentaient. Mais ils m’ont toujours dit, que si j’arrivais à les arrêter, qu’il n’y aurait aucun problème avec moi. C’était un peu comme un match. J’étais le bon type et eux les truands, et mon rôle était de les attraper » déclara t’il. Alors même si Bob Buccino aurait pu dès son adolescence suivre une autre voie, il est heureux d’avoir participé à la chute de la Cosa Nostra. Pour ce dernier, cette organisation criminelle a toujours été un lourd fardeau à porter pour les individus d’origine Italienne : « Les immigrants Italiens ont construit notre pays, par leur main, avec leur cerveau et avec leur détermination » déclara t’il. Pour lui les préjugés contre les Italo-Américains sont encore très tenaces : « Encore aujourd’hui, il suffit qu’un ouvrier Italien, qui gagne durement sa vie, arrive à de mettre de l'argent de côté pour pouvoir s’acheter un camion pour travailler, on va tout de suite le cataloguer comme un gangster ».

Lire la suite