Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LCN

ENCORE UNE PEINE LEGERE POUR UN SOLDAT DE LA FAMILLE GAMBINO

30 Juin 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Gambino

ENCORE UNE PEINE LEGERE POUR UN SOLDAT DE LA FAMILLE GAMBINO

En Janvier 2013, le FBI lança une opération de grande envergure contre les cinq familles de la Cosa Nostra à New-York. Plus de trente deux membres et Associés furent arrêtés et accusés par la justice d’avoir racketté pendant plusieurs années l’industrie des déchets dans les États de New-York et du New-Jersey. Comme à son habitude, les médias Américains avaient déclaré que la Cosa Nostra était en partie décimée, que cette opération mettait à mal une organisation criminelle qui avait perdu beaucoup de sa grandeur depuis des années. Mais au final, comme à son habitude, les condamnations ne furent pas à la hauteur et la plupart des membres arrêtés sortiront de prison dans moins de deux ans et pourtant cette enquête aura duré plusieurs mois. Encore pire, sur la trentaine d’individus arrêtés, près d’une dizaine ont eu leurs charges abandonnées. Carmine "Papa Smurf" Franco un Associé de la famille Genovese, avait été nommée comme « l’investigateur » dans cette affaire, un multi-récidiviste dans ce genre de racket, lui rapportant à lui et à la famille mafieuse des millions de dollars n'avait été condamné qu’à un an et un jour dans une prison fédérale, après avoir accepté de plaider coupable des accusations retenues contre lui. Une peine qu’il ne purgera sans doute pas, en raison de ses nombreux problèmes de santé (Cf : Un Associé de la famille Genovese veut éviter la prison). Arrêté au même moment, Anthony Bazzini (voir photo), un Soldat de la famille Gambino avait tout essayé avant son procès, pour ne pas être comparé à « Tony Soprano », célèbre personnage de la série « The Sopranos », mettant en scène un Parrain du New-Jersey très impliqué dans le domaine des déchets. Il ne voulait pas que ses « origines » Italo-Américaine lui donne une image de « gangster », car selon lui, il n’a jamais eu aucun rapport avec des entreprises de déchets et surtout avec la Cosa Nostra. Pourtant en écoutant attentivement les enregistrements du FBI, Anthony Bazzini fut capté à plusieurs reprises en train de menacer un individu qui ne donnait pas son argent rapidement : « Anthony Bazzini a déjà un passé assez trouble, il avait menacé une personne de lui couper sa main, de broyer son frère dans une décharge et de tuer toute sa famille, s’il ne le payait pas très rapidement » déclara le procureur fédéral Brian R. Blais. Mais face a autant de preuves, l’avocat d’Anthony Bazzini ne paniqua pas et avait déclaré que son client avait été « foutu en rogne » par le témoin du gouvernement qui l’enregistrait pendant qu’il menaçait l’individu : « Ce que vous ne savez pas, c’est que c’est ce même témoin qui avait demandé à mon client de menacer cette personne, il a donc été poussé au-delà de ses limites et a réagit en conséquence » Pas très crédible… De plus, l’avocat de la défense, déclara que le témoin du gouvernement était « un pervers », qui avait décidé de collaborer avec le FBI, après avoir été accusé d’avoir eu des relations sexuelles avec une fille de quinze ans. Une base de défense très légère qui pouvait amener le Soldat de la famille Gambino à être condamné à une quarantaine d’années derrière les barreaux pour tous ces crimes, c’est pour cela qu’il décida de plaider coupable. En plaidant coupable, Anthony Bazzini évite un procès de plusieurs semaines, mais il évite aussi une longue peine de prison. Ce genre de procédé fut a une époque pas du tout accepté par la famille Gambino (Au début des années 1990, John Gotti célèbre Parrain de la famille mafieuse, avait ordonné à ses membres de plaider non-coupable quand ils étaient arrêtés sous menace de mort) mais les mentalités évoluent et le fait de pouvoir reprendre les affaires après une courte peine de prison est devenu une chose très intéressante pour plusieurs membres de la Cosa Nostra. En début de semaine, Anthony Bazzini fut présenté devant le juge fédéral Kévin Castel. Accusé à la base de conspiration en vertu de la loi RICO, d’extorsion et de complot, son accord de plaidoyer effaça la plupart des charges, pour n’être accusé que de menace corporelle envers un propriétaire d’une entreprise rivale, une belle opportunité pour le Soldat de la famille Gambino qui ne fut condamné qu’a un an et un jour de prison, la même peine que l’Associé de la famille Genovese, Carmine Franco, l’investigateur dans cette affaire : « C’est New-York, quand vous engueulez quelqu’un vous êtes condamné » déclara son avocat.

Lire la suite

LES DELIBERATIONS SE POURSUIVENT DANS LE PROCES CONTRE UN CAPITAINE DE LA FAMILLE LUCCHESE

27 Juin 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Lucchese

LES DELIBERATIONS SE POURSUIVENT DANS LE PROCES CONTRE UN CAPITAINE DE LA FAMILLE LUCCHESE

Le jury a entamé son sixième jour de délibération dans le procès contre Nicodemo Scarfo Jr (voir photo à droite) et Salvatore Pelullo (voir photo à gauche) et il avance à petit pas dans les différentes charges retenues contre les différents accusés. Les jurés composés de sept femmes et cinq hommes ont envoyé en début de semaine, une question au juge fédéral Robert Kugler, laissant supposé plusieurs spéculations auprès des procureurs et de la défense, car les renseignements demandés par le juré était en rapport avec la charge principale de racket qui dirige l’acte d’accusation, sans celle-ci Nicodemo Scarfo Jr et Salvatore Pelullo seraient libres à l’heure actuelle comme les autres accusés dans cette affaire : « Je pense qu’ils sont encore en train de délibérer sur les premiers chefs d’inculpation » déclara un des avocats. Pendant tout le procès, le gouvernement fédéral a prétendu que Nicodemo Scarfo Jr, un Capitaine de la famille Lucchese et son bras droit Salvatore Pelullo ont dirigé par la force, la société de prêts hypothécaires « First Plus » basée au Texas en 2007. L’acte d’accusation montre que le duo a utilisé des faux contrats et profita de l’argent de l’entreprise pour assouvir leur train de vie somptueux, qui comprend l’achat d’un yacht, un jet d’affaire, une Bentley et plusieurs maisons dont une à Atlantic City. Nicodemo Scarfo Jr et Salvatore Pelullo qui sont incarcérés depuis le début de l’affaire, avaient été arrêtés avec onze autres accusés dont la femme de Nicodemo Scarfo Jr, Lisa Murray qui avait plaidé coupable peu de temps après. Pendant tout le procès, Savatore Pelullo s’était fait remarquer à plusieurs reprises par son comportement insolent, se moquant des différents témoins qui venaient témoigner à la barre et en les insultant. Ce comportement avait obligé le juge fédéral à l’exclure tout simplement de la salle de tribunal et il avait donc du suivre la fin de son procès de sa cellule. Pendant les délibérations, les accusés et leurs avocats, ont pu attendre dans le couloir, à proximité de la salle d’audience ou une sandwicherie et une cafétéria étaient ouverts pour l’occasion, quand à Nicodemo Scarfo Jr, il est lui aussi détenu par mesure de sécurité dans une prison pas loin du tribunal. Lorsque l’on demande à John Maxwell, un ancien Associé de Salvatore Pelullo et lui aussi accusé dans cette affaire, comment il occupe son temps pendant les délibérations, il déclara en souriant, qu’il « regarde des films sur son ordinateur portable » : « Ces gars là sont les dommages collatéraux du gouvernement. Leur but c’était de les avoir à deux (Nicodemo Scarfo Jr et Salvatore Pelullo), mais ils ne se sont jamais rendus compte, que mon client était une victime dans cette affaire, c’est une honte » déclara un ami de John Maxwell. Les autres « dommages collatéraux » seraient William Maxell, frère de John Maxwell, qui fut grassement payé par Salvatore Pelullo pour servir d’avocat de la société First Plus, David Adler un autre avocat qui fut recruté par le « duo » et Gary McCarthy, lui aussi un avocat de la société, spécialisé dans les questions commerciales. Nicodemo Scarfo Jr a déjà malgré son âge, un passé sulfureux dans le crime organisé. Son père n’était autre que Nicodemo Scarfo Sr, ancien Parrain de la famille de Philadelphie dans les années 1980, qui purge actuellement une peine de prison à perpétuité pour plusieurs meurtres. Après l’incarcération de son père, Nicodemo Scarfo Jr avait voulu prendre le pouvoir, mais plusieurs membres de la famille de Philadelphie en avaient assez du « règne de terreur » que pouvait exerçait la « famille Scarfo » et le 31 Octobre 1989, le soir d'Halloween, il fut atteint de plusieurs balles dans un restaurant, Nicodemo Scarfo Jr survécut miraculeusement, mais il comprit très vite le message, il n’était plus le bienvenu à Philadelphie. Son père, pour sauver son fils, demanda à la famille Lucchese de le « recueillir » et devint un membre initié de cette famille. Entre 2007 et 20011, Nicodemo Scarfo Jr demanda plusieurs fois de l’aide à son père Nicodemo Scarfo Sr, qui à cette époque était incarcéré dans la même prison fédérale de l’ancien Parrain Lucchese, Vic Amuso. Nicodemo Scarfo Sr qui malgré ses années d’incarcération, n’avait pas perdu son sens des affaires, et conseilla son fils et Salvatore Pelullo dans leur prise de contrôle de la société, bien sûr une compensation financière était obligatoire et d’après Nicodemo Scarfo Sr, Vic Amuso demandait beaucoup d’argent (Vic Amuso, cédera sa place de Parrain à Steven « Winderboy » Crea par la suite). La défense a toujours prétexté que le gouvernement fédéral, jouait sur le « spectre de la Cosa Nostra » pour embellir l’affaire et convaincre le jury qu’il y avait une fraude avérée. Mais pour ces derniers, Salvatore Pelullo, malgré ces précédentes condamnations pour les mêmes délits, était un simple entrepreneur, qui reprenait des entreprises en difficulté pour les « remettre à flot ». Salvatore Pelullo qui d’après la justice Américaine, a profité pleinement de son statut d’Associé de la famille Lucchese, pour menacer les employés de la société First Plus, organisant des diners avec ses amis dans des restaurants somptueux du Texas sous la musique du « Parrain ».

Lire la suite

ET PENDANT CE TEMPS LA...

24 Juin 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Divers

ET PENDANT CE TEMPS LA...

UNE NOUVELLE DATE DANS LE PROCÈS CONTRE ANTHONY NICODEMO :

Le procès d’Anthony Nicodemo (voir photo) annulé le mois dernier pour une soi-disant corruption de jury, ne commencera pas avant l’année prochaine, a déclaré le juge Jeffrey Minehart. Le premier procès s’était termine le 20 Mai dernier sur une « rumeur » lancé dans le tribunal, racontant qu’un des jurés avait été approché par la famille d’Anthony Nicdemo. Avant cette annulation, deux des jurés avaient déjà été exclus pour différentes raisons propre à un procès fédéral (Cf : Un juré raconte le procès d’Anthony Nicodemo), le panneau étant réduit à 11 jurés, il fallait l’accord des deux parties (les procureurs et la défense) pour pouvoir continuer le procès, chose qui n’arriva finalement pas. Le procureur fédéral, Brian Zarallo, déclara à la presse, qu’une enquête avait été ouverte par ses services avec l’aide de la police fédéral pour faire la lumière sur cette affaire. Anthony Nicodemo, qui fut arrêté en Décembre 2012, avait été accusé par la justice Américaine, d’avoir assassiné ou participé au meurtre de Gino DiPietro, un Associé de la famille de Philadelphie, trafiquant de drogue, qui collaborait depuis quelques mois avec le FBI. Le meurtre, qui fut considéré comme le « hit » le plus ridicule de la famille de Philaldelphie, fut orchestré en pleine rue, devant des dizaines de témoins et cela en pleine journée. Plusieurs de ces témoins avaient pu identifier le véhicule personnel d’Anthony Nicodemo se « sauvant » de la scène de crime, ce qui permit son arrestation près de trente minutes plus tard à son domicile. A l’intérieur de son véhicule, l’arme du crime fut retrouvé et Anthony Nicodemo était d’après la police dans un état de « stress intense » lors de son arrestation . Le juge avait ordonné aux procureurs de faire aucune allusion au crime organisé pendant le procès, prétextant que les procureurs n’avaient pas réussis à faire le rapport entre l’assassinat et la Cosa Nostra. D’ailleurs, lors des différents discours des procureurs fédéraux pendant le procès, ces derniers avaient déclaré qu’Anthony Nicodemo n’était « peut être pas le tueur, mais qu’il avait au moins participé » à cet assassinat, la deuxième supposition du meurtrier aurait pu être d’après eux Dominic Grande, un ami de longue date d’Anthony Nicodemo et un Associé (futur Soldat ?) de la famille de Philadelphie.

ET PENDANT CE TEMPS LA...

UN MEMBRE IMPORTANT DE LA FAMILLE PATRIARCA SORT DE PRISON :

Matthew « Matty » Guglielmetti (voir photo), un Capitaine réputé de la famille de la Nouvelle-Angleterre, surnommé aussi la famille Patriarca, vient de sortir de prison la semaine dernière, après avoir purgé près de dix ans derrière les barreaux dans le pénitencier fédéral de Fort-Dix dans le New-Jersey. Le mafieux qui est aujourd’hui âgé de 65 ans, avait plaidé coupable à des accusations de trafic de drogue en 2005. Selon les enquêteurs, Matthew Guglielmetti qui fut un « proche » des anciens Parrains Raymond « Junior » Patriarca et de Luigi « Baby Cabanes » Manocchio, protégeait les cargaisons de cocaïne à travers l’Etat du Rhode-Island pendant plusieurs années. Mais à sa sortie de prison, Matthew Guglielmetti se retrouve désormais avec une famille Patriarca complètement déstabilisée depuis une vague d’arrestation lancée par le FBI en 2011. En quelques mois, de temps, cette dernière avait perdu Lugi Manocchio Parrain en exercice qui fut condamné à cinq ans et demi pour extorsion, mais aussi des frères DiNunzio, Anthony et Carmen, respectivement Acting Boss et Underboss de la famille mafieuse, condamnés tous les deux à six ans pour racket. Une situation qui peut être propice pour Matthew Guglielmetti pour prendre le « pouvoir » une fois que les charges liées à sa libération conditionnelle soient terminées. D’après l’agent du FBI, Jeffrey Sallet : « La Cosa Nostra dans l’Etat du Rhode-Island a été décimée. Ce n’est pas une bonne époque pour faire des affaires » déclara t’il. Au jour d‘aujourd’hui, la famille Patriarca compte près de trente membres actifs et des centaines d’Associés.

ET PENDANT CE TEMPS LA...

NOUVEAU PARRAIN POUR LA FAMILLE DE DETROIT :

La famille de Détroit surnommée le « Partnership » est une des familles de la Cosa Nostra les plus actives des États-Unis. La particularité de cette famille est qu’elle a toujours vécu dans l’ombre, évitant des arrestations majeures pendant des années. La plupart de ses membres ont des relations familiales entre eux, évitant de ce fait une propagation de « collaborateurs » dans la famille, en effet, un membre arrêté par le FBI et risquant d’aller plusieurs années en prison, aura plus de mal à se retourner contre son clan, car il pourrait entrainait derrière lui, des cousins, des oncles, voir son propre père dans sa chute. De 1979 à 2012, elle fut dirigée, par un Parrain célèbre, connu pour sa discrétion auprès des autorités, Giacomo « Jack » Tocco, mais le Boss bientôt âgé de 87 ans, a décidé de laisser sa place et tout naturellement, il nomma Jack « Jackie the Kid » Giacalone (voir photo), un Capitaine réputé de la famille de Détroit, fils de Anthony « Tony Jack » Giacalone, une « légende » dans la famille de Détroit, soupçonné pendant des années d’avoir été un acteur majeur dans la disparition du célèbre syndicaliste Jimmy Hoffa. Jack Giacalone qui servait d’Acting Boss depuis la semi-retraite de Giacomo Tocco est aujourd’hui un des Parrains de la Cosa Nostra les plus puissants des États-Unis et la hiérarchie composée par le nouveau Boss montre une chose évidente, que la protection de sa vraie famille est très importante. En Underboss, il nomma, Anthony « Chicago Tony » La Piana , le poste de Consigliere fut attribué à Anthony « Tony Pal » Palazzola, soupçonné lui aussi d’avoir participé au meurtre de Jimmy Hoffa, d’après certains témoignages, il l’aurait battu avec une batte de baseball et enterré vivant dans du béton. Pour « rassurer » la famille Tocco, qui régna sur la famille pendant des dizaines d’années, Jack Giacalone nomma le neveu de l’ancien Parrain, Peter « Blackie » Tocco comme Acting Boss.

Lire la suite

NE JAMAIS LIRE LES MAILS DE L'ACTING DE LA FAMILLE BONANNO

21 Juin 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Bonanno

NE JAMAIS LIRE LES MAILS DE L'ACTING DE LA FAMILLE BONANNO

Les membres de la Cosa Nostra à New-York qui sont incarcérés en attendant un procès ou un verdict , sont regroupés au Métropolitan Correctional Center à Manhattan avant d’être transférer dans une des prisons fédérales aux Etats-Unis. Récemment, Thomas « Tommy Shots » Gioeli l’ancien Acting Boss de la famille Colombo, qui fut emprisonné pendant plusieurs années dans ce lieu de détention, avant sa condamnation à 18 ans de prison pour racket (Cf : Thomas Gioeli condamné à 18 ans de prison), vient de changer d’endroit en étant incarcéré dans le pénitencier fédéral de Butner en Caroline du Nord. Chaque étage à un degré de sécurité différent. Par exemple, quand John Gotti et Salvatore Gravano furent arrêtés en 1990, ils furent placés au 8ème étage du Métropolitan, considérés comme « l’isolement total », confinés dans leur cellule près de 23 heures par jour. Mais en dessous, les détenus ont « un peu plus de liberté » et peuvent communiquer avec leur famille grâce aux visites mais aussi par e-mails. En début de semaine ce fut un autre Acting Boss, celui de la famille Bonanno, qui fit parler de lui dans les médias Américains. Thomas « Tommy D » DiFiore (voir photo) qui est emprisonné depuis son arrestation en Janvier 2014, s’était plaint à plusieurs reprises sur ses conditions d’incarcération. Après avoir tenté de sortir de prison pour raison médicale, en prétextant souffrir d’un diabète de niveau 2, il n’avait pas tellement apprécié que le FBI puisse épier ses achats effectués alors qu’il était incarcéré. Mais alors que le procès des membres de la famille Bonanno et de Thomas DiFiore va commencer dans plusieurs mois, ce dernier a accusé le gouvernement en début de semaine, par le bilai de son avocat, de fouiner dans ses mails, une chose que ce dernier n’apprécia pas tellement. Steve Zissou était visiblement très énervé, quand il apprit que le gouvernement fédéral « surveillait » les mails envoyés par l’Acting Boss de la famille Bonanno à son avocat mais aussi à des membres de sa famille. Pour stopper ce genre de chose, Steve Zissou a menacé la juge fédérale qu’il allait porter plainte, jugeant cette pratique « inconstitutionnelle » et pour éviter des problèmes, la juge Allyne Ross accepta la demande de l’avocat et demanda aux agents du FBI de « stopper » leurs recherches, pour le moment : « Franchement, je ne savais pas que les procureurs faisait ce genre de chose, c’est immoral et une attitude non professionnelle ». Mais pour le procureur fédéral James McGovern, les détenus du Métropolitan Center sont au courant que les e-mails envoyés depuis les ordinateurs fournis par la prison peuvent être « surveillés », d’ailleurs, avant d’accéder à la messagerie, le détenu en question doit accepter une charte. Thomas DiFiore qui d’après certaines rumeurs est fortement énervé d’avoir été incarcéré à cause de la « grande gueule » de Vincent Asaro va surement profiter cette occasion pour essayer d’être libéré sous caution avant le début de son procès. Ironiquement, et alors que Steve Zissou, l'avocat de Thomas DiFiore, était en train de convaincre la juge fédérale de faire arrêter le FBI de lire les mails de son client, dans une salle annexe du tribunal fédérale, plusieurs membres de la famille Bonanno arrêtés en Juillet dernier, comparaissaient une nouvelle fois devant un autre juge fédéral (Cf : Arrestation dans la famille Bonanno). Nicholas « Nicky The Mouth » Santora l’Underboss en titre de la famille mafieuse, les Capitaines Ernest Aiello et Vito Badamo et le Soldat Anthony "Skinny" Santoro, ont essayé une nouvelle fois de faire rejetté une partie des accusations retenues contre eux. Visiblement, les membres de la famille Bonanno étaient très content de se retrouver ensemble, riant devant le juge fédéral, qui n’apprécia guère ce genre de comportement et pour marquer sa volonté de trainer en justice les membres de la Cosa Nostra, il rejeta en bloc les éléments de la défense et fixa une date pour un procès pour les prochains mois.

Lire la suite

FIN DE PROCES POUR UN CAPITAINE DE LA FAMILLE LUCCHESE

18 Juin 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Lucchese

FIN DE PROCES POUR UN CAPITAINE DE LA FAMILLE LUCCHESE

« On va l’éplucher couche par couche comme un oignon » voila par quoi a commencé le procureur fédéral pendant son réquisitoire final, dans l’affaire contre Nicodemo Scarfo Jr (voir photo), un Capitaine de la famille Lucchese et son Associé, Salvatore Pelullo, soupçonnés d’avoir dilapidé pendant plusieurs années pour près de douze millions de dollars la société « First Plus » basé au Texas. Pendant plus de trois heures, le procureur fédéral, Stephen D'Aguanno a tenté d’expliquer comment Nicodemo Scarfo Jr et Salvatore Pelullo ont falsifié des contrats, ont nommé des actionnaires fictifs et ont dépensé sans compter l’argent de l’entreprise pour assouvir leur train de vie luxueux. Dans un réquisitoire qui marqua près de cinq mois de procès, le procureur fédéral expliqua comment Salvatore Pelullo avait été nommé à la « tête » de l’entreprise dans un seul but, s’enrichir et relayer les ordres de Nicodemo Scarfo Jr, qui tapit dans l’ombre et avec l’aide son père incarcéré dans une prison fédérale, donna des conseils, pour vider le plus rapidement possible les caisses de la société depuis leur prise de contrôle en 2007. En plus de falsifier des documents, Salvatore Pelullo était très généreux, et faisait même profiter ses amis dans son escroquerie. Un de ses conseillers, William Maxwell, qui lui aussi fut arrêté, fut accusé d’avoir touché près de cent mille dollars par mois pour avoir « aidé » la société a mettre en place des contrats avec la deuxième entreprise de Salvatore Pelullo, « Seven Hills Management », un contrat qui fut beaucoup plus avantageux que celui de Nicodemo Scarfo Jr, qui gagnait près de trente trois mille dollars par mois, sans avoir aucune activité dans l’entreprise, ce dernier qui réside dans le New-Jersey, donnait la plupart de ses « conseils » par téléphone. Et pour montrer que Salvatore Pelullo et Nicodemo Scarfo Jr étaient déjà connus des autorités, le procureur fédéral démontra que l’Associé de la famille Lucchese avait déjà été condamné pour ce genre de délits par le passé, alors que Nicodemo Scafo Jr connu des autorités depuis des années pour sa relation avec la famille Lucchese était coutumier de ce genre de méfaits. Stephen D'Aguanno expliqua que l’association Pelullo-Scarfo ne représentait pas la Cosa Nostra, mais que les deux individus avaient « utilisé » leur « réputation » au sein de la pègre pour se mener au sommet de la société en menaçant la plupart des salariés présents dans l’entreprise. Et outre Nicodemo Scarfo Sr, qui s’était impliqué personnellement dans cette extorsion depuis la prison fédérale a Atlanta en ou il était incarcéré, Nicodemo Scarfo Jr et Salvatore Pelullo avaient aussi reçu le « soutient » de Vic Amuso, ancien Boss de la famille Lucchese qui à cette époque, était incarcéré dans la même prison que le père de Nicodemo Scarfo Jr depuis sa condamnation à perpétuité en 1992. Les deux anciens parrains ne furent pas inculpés par la justice Américaine pour éviter des dépenses inutiles au vu de leurs condamnations respectives, mais dans plusieurs conversations téléphoniques, Nicodemo Scarfo Sr avait bien rappelé à son fils, que « Oncle Vic » (Vic Amuso), attendait un pourcentage non négligeable de l’argent touché par Nicodemo Scarfo Jr et Salvatore Pelullo. Agé aujourd'hui de 80 ans, l'ancien Parrain n'avait pas perdu pour autant son « sens des affaires » Pour la défense et en particulier pour l’avocat de Salvatore Pelullo, Michael Farrell, cela est simple, les procureurs fédéraux ont essayé de médiatiser l’affaire en faisant planer le spectre de la Cosa Nostra. Mais pour eux, son client n’est ni un voleur, ni un Associé de la famille Lucchese, il est juste un « expert en redressement » d’entreprises en difficulté : « Le gouvernement n’a jamais laissé la moindre chance à mes clients et ils veulent vous convaincre aujourd’hui qu’ils sont coupables de tous ces crimes. Je peux vous dire que Salvatore Pelullo a sauvé beaucoup d’entreprises grâce à son talent » déclara Michael Farrell, en affirmant que son client avait été classé par un média Américain comme des meilleurs entrepreneurs des États-Unis. Il décrivit Salvatore Pelullo comme un individu ayant le « sens aiguisé des affaires, un preneur de risque » qui avait pour but de prendre des entreprises en difficulté pour les remonter financièrement : « Prendre la société ? il voulait tout simplement sauver cette entreprise ? » hurla t’il dans le tribunal. Il décria par la même occasion que Nicodemo Scarfojr avait était inculpé, non pas pour ces précédentes condamnations pour racket et pour être un membre initié de la famille Lucchese, mais en raison de son nom, car son père était l’ancien Parrain de la famille de Philadelphie « Le gouvernement veut vous faire croire qu’il est un gangster, alors que ce n’est pas le cas. Ils (les procureurs) veulent que vous condamnez mes clients en raison de leur relation supposée avec la Cosa Nostra ». Pour Donald Manno, le deuxième avocat de Nicodemo Scarfo Jr, il exhorta le jury à « examiner » les faits et non les « détournements » supposés des deux accusés.

Lire la suite

UN JURÉ RACONTE LE PROCES D'ANTHONY NICODEMO

15 Juin 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Philadelphie

UN JURÉ RACONTE LE PROCES D'ANTHONY NICODEMO

Après l’annulation du procès contre Anthony Nicodemo, un Soldat de la famille de Philadelphie, soupçonné d’avoir tué Gino DiPietro, un des jurés du procès accepta de parler à la presse : « Cette histoire de car-jacking était complètement absurde » déclara t’il (Cf : Annulation du procès contre Anthony Nicodemo). Cette déclaration montre clairement qu’un des jurés, avait trouvé l’explication de l’avocat de la défense complètement grotesque. Il faut dire qu’essayait de convaincre le jury qu’Anthony Nicodemo, un Soldat réputé de la famille de Philadelphie, soupçonné déjà de plusieurs meurtres, a pu être la victime malencontreuse d’un individu ayant tué Gino DiPietro, car il s’apprêtait à témoigner avec le gouvernement, était tout simplement aberrant pour la plupart des personnes présentes dans le tribunal. De plus pour le juré, il était évident que l’assassinat était lié à la Cosa Nostra, même si le juge fédéral avait interdit pendant le procès que les procureurs fassent toute relation avec le crime organisé. Le jury qui préféra rester anonyme, fut l’une des premières personnes qui furent rejetées pendant le procès par l’équipe de procureur : « Au cours des déclarations de son avocat (Brian McMonagle), j’ai pu remarquer que ce dernier portait un costume de luxe. De plus, sa montre devait couter plus chère que ma voiture acheté pourtant en 2011. J’ai alors compris, que cet avocat faisait de l’argent en défendant des « personnalités » du crime organisé et non avec des pauvres individus comme nous. » déclara de nouveau le juré. En portant le même raisonnement, il essaya de faire la même chose avec Anthony Nicodemo, en se demandant comment une personne, qui est incarcéré depuis plus d’un an, a pu avoir cet argent pour payer un avocat de la sorte : « J’ai vraiment eu des doutes à ce sujet ». Anthony Nicodemo était habillé beaucoup plus décontracté que son avocat, mais pouvait se permettre de changer d’habits tous les jours : « Je savais qu’il n’allait pas venir au tribunal en jean et baskets. Je me suis dis, s’ils (les procureurs) ont demandé à l’enfermer , c’est que c’était quelqu’un de violent et qui avait beaucoup d’argent ». Le juré stipula que pendant la sélection du jury, Anthony Nicodemo était souriant, mais que pendant le procès et surtout pendant la description du meurtre par les procureurs fédéraux, Anthony Nicodemo avait croisé plusieurs fois son regard et qu’il avait selon lui « un regard glacial. Il fut insensible aux détails racontés par les procureurs et par les témoignages troublants des témoins lors du procès. » . Le juré fut l’une des quatorze personnes choisies pour ce procès, le juge fédéral avait décidé d’opter pour seulement deux suppléants, ce qui entrainera l’annulation du procès par la suite. Mais le juré qui décida de témoigner dans la presse, fut rapidement rejeté par les procureurs fédéraux, ce qui ne l’empêcha pas d'entendre une grande partie de la thèse d’accusation et en particulier le témoignage de deux témoins clés, présents le jour du crime. L’un d’entre eux, était à quelques mètres seulement de Gino DiPietro, et put apercevoir très clairement, un individu avec une capuche s’approchait de la victime, avant de lui tirer dessus à plusieurs reprises. Le deuxième, quand à lui, put distinguer très clairement le véhicule du suspect, un Honda Pilot, moteur allumé, et donna très clairement le numéro de la plaque d’immatriculation à la police, ce qui permit d’arrêter Anthony Nicodemo mois d’une heure plus tard à son domicile. Le juré qui réside à Philadelphie et travaille comme consultant dans une entreprise, déclara qu’il n’était pas au courant du passé trouble d’Anthony Nicodemo et de sa relation présumée avec la Cosa Nostra. Même si ce dernier est persuadé aujourd’hui que ce meurtre fut lié avec le crime organisé, il ne comprit pas pourquoi le ministère public n’a put justifier ce crime comme étant lié à la Mafia Italienne. Une chose qui avait fortement contrarié le juré était l’image donnée par les médias Américains pour expliquer le renvoi du juré pendant le procès. Ils avaient déclarés que ce dernier avait été exclu car il avait lu quelque chose dans les journaux, hors ce n’est pas le cas, il stipula qu’il avait été « congédiée », car un membre de la famille de l’accusé l’avait reconnue dans la rue. Les procureurs ont préféré prendre les devant et demanda au juré de quitter le procès. En effet, d’après eux, cette dernière avait pris fortement position avec les accusations des procureurs, et ils avaient peur que la famille d’Anthony Nicodemo ne s’en prenne à lui à la sortie du tribunal : « Je pense que monsieur Nicodemo a fait une mauvaise chose, il a ensuite paniqué et il s’est fait prendre, cela arrive tous les jours. Je me suis vite rendu compte, que ce dernier était un gangster psychopathe, capable de commettre un meurtre et de continuer sa vie tranquillement après. » déclara t’il. Pour lui, il y a une chose troublante dans cette affaire, Antrhony Nicodemo fut arrêté le 12 Décembre 2012, dans le tarot Italien, la carte 12 signifie « Le Pendu » (voir photo), (Le pendu symbolise l'abnégation, le désintérêt pour les choses de ce monde, l'altruisme, le sacrifice, le renversement de la situation actuelle grâce à une décision personnelle, des idéaux atteints, la libération par le sacrifice).

Lire la suite

TIERCE GAGNANT POUR UN ASSOCIE DE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE

12 Juin 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Philadelphie

TIERCE GAGNANT POUR UN ASSOCIE DE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE

Ron Galati (voir photo), surnommé le « Don Corleone » de la réparation automobile dans le sud de Philadelphie a obtenu un « tiercé gagnant » en début de semaine, en étant inculpé d’une troisième charge fédérale. L’Associé de la famille de Philadelphie est déjà accusé de plusieurs délits, qui pourraient l’amener à terminer sa vie derrière les barreaux et sa volonté à ne pas coopérer avec le gouvernement surprenne quelque peu les procureurs. La première accusation dont il est accusé, est d’avoir engagé deux tueurs à gages pour tenter d’assassiner Joseph Rao et son fils Joe, propriétaire d’un garage de carrosserie et soupçonné par Ron Galati de collaborer avec le FBI. La deuxième, est d’avoir commandité la tentative de meurtre contre son ex beau-fils Andrew Tuono, qui fut tiré dessus à plusieurs reprises à Atlantic City, mais qui survécut miraculeusement. La troisième accusation arriva à la fin du mois de Mai, après une opération lancée par le FBI et la police d’Etat contre plusieurs personnes liées au crime organisé dont les fils, la femme et Ron Galati lui même. Incarcéré sans caution possible depuis son arrestation l’année dernière, l’Associé de la Cosa Nostra est accusé par la justice Américaine d’avoir comploté avec plusieurs individus, dans le but d’extorquer près de cinq millions de dollars à des compagnies d’assurance. En tout, pas loin de quarante et une personnes ont été inculpées et la plupart d’entre eux ont déjà décidé de collaborer avec la justice. Selon le bureau du procureur, l’un des témoins avait affirmé à la police, que Ron Galati se vantait de gagner énormément d’argent illégalement en fraudant plusieurs assurances. L’acte d’accusation stipula que ce dernier avait déjà été condamné pour ce genre de délit en 1995 et avait écopé de trente sept mois de prison dans un pénitencier fédéral, une peine de prison qui n’avait pas calmé pour autant Ron Galati. Les fraudes cumulées par lui et sa femme ont généré au couple pas loin de 1,2 millions de dollars sur plusieurs années, en général Ron Galati aurait gagné près de 250 dollars par semaine grâce à ses arnaques. Les demandes frauduleuses de remboursements ont été effectuées la plupart du temps par des clients ou des employés complices avec Ron Galati, la plupart des accidents étant le vandalisme, la collision du véhicule avec un objet, tout étant orchestré directement dans le garage que détenait l’Associé de la famille de Philadelphie, l’American Collision Inc, qui endommageait volontairement le véhicule pour toucher l’argent de l’assurance et le partageait avec le client, la voiture étant réparée gratuitement par la suite : « Ron Galati a inventé avec son équipe pendant plusieurs années, des scénarios d’accidents pour toucher illégalement l’argent des différents assurances » déclara un des procureurs en charge du dossier. Une des astuces favorites de Ron Galati, était le choc d’un véhicule avec un cerf, très présent dans les environs du garage de l’Associé de la Cosa Nostra. Ce dernier avait même stocké dans son garage, plusieurs carcasses de cerfs et plusieurs litres de sang de l’animal, qui étaient ensuite mis à l’intérieur du véhicule et pris en photo par le garage pour prouver l’accident auprès des assurances. Des fraudes qui avaient été révélées par Louis "Finger Bent" Monacello (Cf : Un ancien Capitaine de la famille de Philadelphie peut désormais commencer sa nouvelle vie), un ancien Capitaine de la famille de Philadelhie, qui avait témoigné dans le procès contre Joseph Ligambi et George Borgesi fin 2013. Louis Monaello avait déclaré pendant un des procès, que Ron Galati dans les années 1990, avait fait la copie d’une clé d'un véhicule appartenant à un de ses ses clients et qu’il avait ensuite donné à George Borgesi. Ce dernier avait ensuite tout simplement volé le véhicule et avait fait en sorte d’avoir une collision avec un autre véhicule appartenant lui aussi à un client de Ron Galati. Une fois les voitures endommagées, les individus en question, allaient voir l’Associé de la famille de Philadelphie pour faire réparer leur véhicule. Ce type d’arnaque avait fait augmenté considérablement les profits de l’ American Collision Inc et bien sur avait rapporté beaucoup d'argent à la famille de Philadelphie. De plus, toujours d’après Louis Monacello, Ron Galati avait trafiqué plusieurs documents pour gagner plusieurs appels d’offres venant de la ville de Philadelphie. Normalement, au vu des condamnations de Ron Galati et de la réputation qu’avait le garage auprès des autorités, l’American Collision Inc aurait être exclu de ce genre d’appels d’offres, mais curieusement, elle les gagna très facilement, car l’Associé de la famille de Philadelphie avec l’aide de sa « deuxième famille », avait beaucoup de relations. D’après le FBI, l’argent engendrait illégalement par Ron Galati, lui permettait de vivre une vie de « pacha », en organisant des repas somptueux dans différents restaurants Italiens de la ville. La plupart de ses anciens Associés, qui furent arrêtés il y a quelques semaines, avaient déclaré aux autorités que Ron Galati se prenait un peu comme « Don Corleone » et n’hésitait pas à utiliser plusieurs dialogues du film. C’est dans un de ces restaurants, que Ron Galati aurait menacé publiquement son ancien beau-fils, avant que celui-ci ne se fasse tirer dessus, ce restaurant qui appartenait à un ami du Consigliere de la famille de Philadelphie, George Borgesi (Cf : « Not Guilty ») a désormais fermé ses portes.

Lire la suite

LA FAMILLE GENOVESE CONTROLE TOUJOURS LES DOCKS DU NEW-JERSEY

9 Juin 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Genovese

LA FAMILLE GENOVESE CONTROLE TOUJOURS LES DOCKS DU NEW-JERSEY

En quelques mois, la famille Genovese, très discrète depuis plusieurs années, montre encore son influence dans le racket à New-York et dans le New-Jersey, deux États voisins, à forte influence mafieuse. Dernièrement, Carmine « Papa Smurf » Franco (Cf : Un Associé de la famille Genovese veut éviter la prison), un Associé de longue date de la famille Genovese fut condamné à un an et un jour pour son implication dans le milieu des déchets dans les Etats de New-York et du New-Jersey, son frère, Robert Franco, un membre initié, est en attente d’un verdict pour les mêmes accusations. Fin Mai, le FBI interpella trois dockers du New-Jersey (Salvatore LaGrasso, Michael Nicolosi, et Julio Porrao), suspectés d’être des Associés de la famille Genovese et accusés avoir racketté les docks du port de Newark pendant des années et d’après les autorités, ces individus n’auraient pas agis seul, ils seraient aux ordres d’un seul homme, Stephen « Beach » Depiro (voir photo), un des Soldats les plus importants de la famille Genovese dans le New-Jersey. A première vue, ce dernier, ressemble à un homme d’affaire, portant des vêtements de grande marque, roulant en voiture de sport et allant même d’après son avocat, à la messe tous les jours. Mais pour la justice Américaine, ce dernier utiliserait l’intimidation et la violence pour contrôlait d’une main de fer le Port de Newark (Elizabeth Marine Terminal), la principale plateforme pour l’arrivée des marchandises à New-York et dans le New-Jersey. Pourtant, son casier judiciaire, ne montre aucun crime violent, mais il est indiqué que pendant des années, il était fortement impliqué dans le détournement des marchandises pour la famille Genovese, en donnant à cette époque, une partie de ses bénéfices, à Lawrence Ricci, un ancien membre de la famille mafieuse, qui fut assassiné en 2005. Une implication tellement forte dans ce secteur, qui lui valut une arrestation en 2011 et pour échapper à une incarcération avant le début de son procès, le Soldat de la famille Genovese, fit appel comme plusieurs autres membres de la Cosa Nostra, à différents prêtres pour plaider sa cause. Et grâce à ces aides, Stephen Depiro, fut libéré sous caution et détenu à domicile depuis Mars 2011, en attendant un procès qui met du temps à démarrer : « Il ne faut pas oublier que Stephen Depiro a prêté serment jusqu'à la fin de ses jours pour la famille Genovese » déclara un des procureurs. Une incarcération forcée, qui n’empêcha pas ce dernier de demander à la justice de sortir plusieurs fois, pour mettre des fleurs sur la tombe de sa mère ou pour des représentations dans ces différents restaurants, La Campagna à Millburn, la Griglia à Kenilworth, et le Stella Marina à Asbury Park : « C’est un homme dévoué et sympathique, qui est capable de gérer n’importe quelle situation. C’est un modèle pour notre famille. » déclara sa femme. Pourtant ce n’est pas cette image qui émerge des différents enregistrements captés par le FBI, ou on pouvait l’entendre discuter avec un Associé de la famille Genovese, sur la façon de « briser » les mains à un docker qui refusait de payer « les hommages » à la famille mafieuse pendant les fêtes de Noel : « Il a besoin de ses mains pour travailler, si on fait ça, il ne travaillera plus pendant un petit moment » avait déclaré son Associé. De plus les nombreux rapports de surveillance, montre clairement Stephen Depiro en train d’assister avec des membres de haut rang de la famille Genovese, dont Tino "T" Fiumara (qui décèdera en 2010), à des réunions dans différents restaurants de Long-Island, en y mêlant à plusieurs reprises, Daniel Dellisanti, un ami et Soldat de la famille Genovese, déjà condamné pour meurtre et trafic de drogue. « Même si Stephen Depiro, est un fils et un mari attentionné, il est le successeur le plus récent de Tino Fiumara depuis sa mort. Il utilise la violence pour récupérer de l’argent » déclara un des procureurs. En attendant le procès de Stephen Depiro, les trois Associés de la famille Genovese, arrêtés fin Mai, décidèrent de plaider coupable des accusations retenues contre eux devant la juge fédérale Claire C. Cecchi, à Newark. Selon les documents judiciaires, Salvatore LaGrasso, Michael Nicolosi, et Julio Porrao ont admis qu’ils avaient comploté entre eux et avec d’autres membres, pour contraindre les dockers à payer leurs hommages à la famille Genovese et pour pouvoir travailler tranquillement. Salvatore LaGrasso, Michael Nicolos ont été suspendus de leurs activités, alors que Julio Porrao était déjà à la retraite lors de son arrestation, ils risquent jusqu'à vingt ans de prison et une amende de 250.000 dollars. Le verdict sera rendu le 17 Septembre prochain.

Lire la suite

LE BOSS DE LA OUTFIT CONSTRUIT DES ECOLES DANS LA BANLIEUE DE CHICAGO

6 Juin 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Outfit

LE BOSS DE LA OUTFIT CONSTRUIT DES ECOLES DANS LA BANLIEUE DE CHICAGO

Quand le maire de la ville de Park Ridge dans l’État de l’Illinois procède à un appel d’offres pour faire construire une école, cela semble tout à fait normal, mais quand l’entreprise sélectionnée appartient au Boss de la Outfit (Famille de la Cosa Nostra basée essentiellement dans l’État de l’Illinois et dans la ville de Chicago), cela semble inquiéter la justice Américaine et plus particulièrement le FBI. Quand on regarde de plus près, on peut s’apercevoir que l’entreprise est au nom de Joséphine DiFronzo, la femme de Peter DiFronzo, mais d’après ces derniers, la société D&B qui se situe à Melrose Park, appartiendrait à John "No Nose"Di Fronzo (voir photo), Boss actuel de la Outfit depuis 1996 et à son frère Peter DiFronzo, un Soldat de la Cosa Nostra. John DiFronzo qui a « miraculeusement » échappé au procès dit des « Secrets de familles », impliquant et condamnant plusieurs membres de la Outfit, dont Joey « Joe The Clown » Lombardo, Frank Calabrese Sr et James Marcello en 2005, continuerait à gérer les activités criminelles de la Mafia Italienne, qui serait composée d’une trentaine de membres actifs dans Chicago et ces environs. Pourtant John DiFronzo avait été fortement impliqué par Nick Calabrese, le fils de Frank Calabrese comme l’un des tueurs d’Anthony et Michael Spilotro, connus par le film de Martin Scorsese « Casino » en 1995, mais malgré ce témoignage, John DiFronzo évita un procès et cela lui permit de devenir le nouveau Parrain de la Mafia à Chicago. Scott Mackall, le gestionnaire des installations de la ville de Park Ridge, déclara que la société D&P, ne « fournissait qu’une seule benne » pour le projet et que ce dernier avait été sous-traité par l’entreprise, Palatine Bergen Construction Corporation, qui doit effectuer le plus « gros » du travail. Ce n’est pas la première fois que la société D&P tente de s’immiscer dans les constructions de plusieurs bâtiments. Selon un rapport du gouvernement Américain en 2008, la société D&P a fait l’objet d’une procédure disciplinaire, pour avoir comme salarié, de nombreux membres appartenant au crime organisé, indiquant que le conseil d’administration de l’entreprise, comprenait John DiFronzo et son frère Peter DiFonzo, alors que la femme de ce dernier a refusé à plusieurs reprises de répondre aux questions des journalistes, prétextant un « acharnement » contre sa famille. Quand John DiFronzo fut interrogé à la sortie de la société par des journalistes, celui-ci déclarait ne « rien faire de spécial », alors que son frère Peter s’enfuit avec sa voiture sous les hurlements de sa fille ordonnant aux journlaistes de le laisser tranquille : « Je n’ai jamais entendu parler d’eux » déclara Scott Mackall, en essayant de tenter tant bien que mal de se justifier auprès des journalistes. La construction de l’école qui devrait se terminer le 08 Août prochain, devrait couter près de 4,5 millions de dollars : « Il y a eu plusieurs offres de faites, mais nous avons chois les plus intéressantes » déclara de nouveau Scott Mackall. Déjà en 2011, D&P avait déjà participé à la construction de la « South Shore High School » et d’une école primaire dans la périphérie de Chicago : « Il n’envoie pas un très bon message au demi million d’élèves scolarisés en école publique » avait déclaré un journaliste. Pourtant même en fouillant minutieusement, le FBI n’a rien à reprocher à cette société, sauf qu’elle soit contrôlée par des membres du crime organisé. Un entrepreneur déclara même qu’il avait choisi cette entreprise en raison de ses prix compétitifs. Alors John DiFronzo a-t-il abandonné ses activités au sein de la Outfit pour se concentrer sur une entreprise légale ? Pas vraiment, encore il y a peu, il fut filmé à la sortie d’une pizzeria détenue par Marco D’Amico un membre imminent de la Outfit de Chicago. Interrogé sur sa présence suspecte dans ce restaurant, Joseph DiFronzo s’efforça de dire aux journalistes, que cela n’était que pur hasard et qu’il ne connaissait pas le propriétaire des lieux.

Lire la suite

UN MEMBRE DE LA FAMILLE "PERSICO" DERRIERE LES BARREAUX

3 Juin 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Colombo

UN MEMBRE DE LA FAMILLE "PERSICO" DERRIERE LES BARREAUX

Les Perscico, une famille entièrement dévouée à la Cosa Nostra et en particulier à la famille Colombo. Il y d’abord le patriarche, le Parrain actuel, Carmine « The Snake » Persico, qui depuis sa condamnation à la prison à perpétuité en 1986, dirige la famille Colombo de la prison fédérale de Butner en Caroline du Nord. Il y a son frère, Théodore Persico Sr, un capitaine réputé de la famille Colombo, qui vient de sortir de prison en 2013, après avoir passé la plus grande partie de sa vie derrière les barreaux. Son deuxième frère, Alphonse Persico, était lui un membre « dévoué » de la famille Colombo, qui fut pendant un temps Underboss, avant de mourir d’un cancer du larynx dans le centre médical pour les prisonniers fédéraux à Springfield dans le Missouri en 1989. Ce dernier venait d’être condamné à une peine de vingt cinq ans de prison pour extorsion de fond en 1987. Il y a le fils de Carmine Perscico, Alphonse « Allie Boy » Persico, qui fut pendant quelques années Acting Boss de la famille Colombo, et qui purge depuis 2007, une peine de prison à perpétuité dans le pénitencier fédéral de Coleman dans l’Etat de Floride pour le meurtre de William Cutolo. Michael Persico est le deuxième fils de Carmine Persico. Michael a toujours été considéré pendant des années comme le « bon fils de la famille », éloigné des activités criminelles de son père et de son frère et se refusant de devenir un membre initié de la famille Colombo. Michael Persico, faisait plus penser à un chef d’entreprise, gagnant sa vie légalement, mais d’après le FBI, ce dernier aurait donné une grande partie de son argent, lors de la guerre interne qui éclata dans la famille au début des années 1990, pour « soutenir » la faction Perscico. Un membre légendaire de la famille Colombo, John « Sonny » Franzese, avait été enregistré il y a quelques années par un informateur, en déclarant que : « Michael ne doit pas être un Affranchi, il fait un autre travail pour nous ». Après ces déclarations, a pression qu’exerça le FBI sur Michael Persico était devenue de plus en plus forte, il était maintenant accusé par la justice Américaine, de racket fédéral, mais aussi, d’avoir participé au meurtre de Joseph Scopo en 1993. Mais son absence de casier judiciaire plaida en sa faveur, et avant l’ouverture de son procès, il accepta de plaider coupable en 2012, d’une seule charge de racket fédéral, il devrait être condamné très prochainement à une peine maximale de quarante six mois de prison. Mais en début de semaine, c’était au tour du fils de Théodore Perscico Sr, de faire parler de lui dans les médias Américains. Theodore « Skinny Teddy » Persico Jr est lui aussi devenu depuis plusieurs années un membre initié de la famille Colombo. Considéré par le FBI, comme un individu extrêmement dangereux, une « tête brulée», qui n’hésite pas à recourir à la violence pour obtenir ce qu’il veut. Une façon de fonctionner qui l’entraina à passé une grande partie de sa vie d’adulte derrière les barreaux. Dans plusieurs enregistrements, on pouvait l’entendre « réclamer » à ses Associés une liste des personnes que la famille Colombo soupçonnait de « coopérer avec la justice » : « Je n’ai rien à perdre, je peux devenir fou vous savez. Ils (le gouvernement et le FBI) peuvent me faire quoi ?, me mettre en prison ?, je n’ai pas de femme, je n’ai pas d’enfant, je n’ai rien à perdre. » avait-il déclaré. Arrêté en 2010, il fut accusé d’avoir commandité plusieurs meurtres, dont celui de Joseph Scopo en 1993. Au début des années 1990, Théodore Perscio purgait une peine de prison dans un pénitencier fédéral et reçu une autorisation de sortie de quelques heures pour assister aux funérailles de sa grand-mère. Plusieurs membres de la famille Colombo étaient réunis au salon funéraire Scarpaci à Bensonhurst. A l’intérieur, Théodore Perscio arriva menotté, accompagné de trois gardiens de prison, ce qui n’empêcha pas ce dernier de faire passer des messages à plusieurs de ses Associés. Après avoir prié quelques minutes près du corps de sa grand-mère, Théodore Perscio Jr s’assit et d’après un ancien Soldat de la famille Colombo qui décida de coopérer avec le FBI, Anthony Russo, profita de cette occasion pour ordonner le meurtre de Joseph Scopo. La conversation à voix basse étant hors de portée des gardiens qui le « surveillaient » : « Vous allez voir Joey pour mettre fin à cette guerre » aurait-il déclaré, plusieurs mois plus tard, Joseph Scopo était abattu devant son domicile, mettant fin à la guerre interne qui avait éclatée dans la famille Colombo entre la faction menée par Vittorio « Little Vict » Orena et celle de Carmine Persico. Face à tant de preuves, Théodore Perscio décida de plaider coupable et la juge fédérale Sandra Townes, qui venait de condamner un ancien Capitaine de la famille Gambino à la prison à perpétuité, fut intransigeante et condamna le Soldat de la famille Colombo à près de douze ans dans un pénitencier fédéral : « Je vous assure, que je ferai de mon mieux pour ne plus me retrouver devant vous. » déclara Théodore Perscio Jr après le verdict.

Lire la suite