Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LCN

ET PENDANT CE TEMPS LA...

29 Mars 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Divers

ET PENDANT CE TEMPS LA...

VERDICT DANS L'AFFAIRE DU MEURTRE DE JAMES DONOVAN :

Il n’aura fallu que quelques heures au jury pour reconnaitre coupable Richard Riccardi et Luigi Grasso (voir photo) d’avoir participé au meurtre d’un Associé de la famille Lucchese, James Donovan. Cette condamnation, une petite victoire pour les procureurs fédéraux, fut en partie possible, grâce au témoignage d’Hector Pagan, un ancien Associé de la famille Bonanno et ex beau-fils de l’ancien Consigliere de la famille mafieuse, Anthony « TG » Graziano (Cf : Meurtre et téléréalité ne font pas bon ménage) : « Hector Pagan ne mentait pas quand il vous a dit que les deux accusés avaient réellement participé à ce meurtre. Il vous a dit lui même qu’il était le tireur, il ne vous a pas menti » déclara le procureur fédéral Nicole Argentieri. James Donovan, avait été pris dans une embuscade par les trois mafieux, car d’après Richard Riccardi, ce dernier avait toujours sur lui d’importante somme d’argent : « Que fais tu ici ? » avait déclaré d’après un témoin James Donovan à Hector Pagan, le jour du meurtre. Ce dernier, avait braqué son arme sur l’Associé de la famille Lucchese, puis avait tiré à plusieurs reprises, touchant l’artère fémorale, laissant James Donovan se vidait de son sang en plein milieu de la rue. En plus de la coopération d’Hector Pagan, le détective du NYPD, Peter McMahon, avait réussi à récupérer les mégots de cigarette, qu’avait laissée Richard Riccardi, pendant une de ses surveillances au domicile de James Donovan. Les mégots récupérés avaient permis au détective de comparer l’ADN de l’Associé de la famille Bonanno, une preuve qui avait pu permettre de prouver la présence du mafieux le jour du meurtre. Au début du procès, l’un des deux accusés, Luigi Grasso, qui d’après le FBI serait un Associé de la famille Gambino, s’était plaint au juge fédéral John Glesson, que les services pénitenciers avaient bloqué ses commandes de nourriture auprès d’un traiteur de Brooklyn pendant son procès : « Je suis affamé » avait déclaré Luigi Grasso, au juge John Glesson. Le gouvernement fédéral donne aux deux accusés, un sandwich, une pomme et une petite bouteille de lait pendant le procès. Insuffisant pour les deux mafieux, qui tous les deux étant de nature « corpulente », auraient selon eux besoin de beaucoup plus pour pouvoir être « concentré » pendant le procès. Riccardi et Luigi Grasso risquent jusqu'à la prison à vie pour ce meurtre, alors que pour Hector Pagan, il serait d'après plusieurs journalistes « bientôt de retour chez lui ».

ET PENDANT CE TEMPS LA...

Harold « Kayo » Konigsberg (voir photo) est un gangster d’origine juive qui servait « d’homme de main » à la famille Genovese et à son Capitaine Anthony « Tony Pro » Provenzano, un membre très important de la Cosa Nostra, qui fut suspecté par le FBI d’avoir participé au meurtre de l’ancien syndicaliste Jimmy Hoffa. D’après plusieurs témoins qui ont pu le fréquenter pendant toute sa carrière criminelle, Harol Konisberg, était un « tueur », qui « adorait » son métier et aimait être « payé pour exécuter des contrats ». Pour l’ancien détective du NYPD, Joseph Coffey qui le suivit pendant plusieurs années, Harol Konisberg était : « un sale « batard », c’était le pire du pire. Il aurait du mourir sur la chaise électrique », mais la justice avait décidé autrement, et il fut condamné en 1963 de 20 ans à la prison à vie pour le meurtre d’un ancien Associé d’Anthony Provenzano, Anthony « Three Fingers » Castellitto. Depuis 1998, Harol Konisberg avait été refusé à sept reprises à la libération sous conditionnelle, jusqu’en Avril 2012, ou il fut accepté à la surprise générale et placé dans une maison de retraite en Floride. Mais même en étant âgé de 88 ans, l’ancien tueur à gages de la famille Genovese, continue d’après les autorités à « bafouer » les règles élémentaires en société, en « martyrisant » les habitants de cette paisible maison de retraite : « Dire qu’il est arrogant, est un euphémisme, il ne s’entend pas avec n’importe qui. Il m’a dit de la fermer plus d’une fois » déclara Sandra Fiebert, une pensionnaire. Cette dernière s’était plainte à plusieurs reprises des nuisances sonores provoquées par Harol Konisberg, quand ce dernier regardait la télévision. Quand un personnel de l’établissement, lui demanda poliment de baisser le volume, l’ancien mafieux lui répondit sèchement : « Allez dire à ma voisine, qu’elle se suicide » : « Il n’est pas toujours agréable et parfois bruyant, mais cela ne me dérange pas » déclara un autre pensionnaire de la maison de retraite. Le mois dernier, les policiers de Sunrise, la ville en Floride ou est installée la maison de retraite,, lui avaient adressé un « avertissement » pour être rentré dans la maison d’un individu. Mais pour Doris Tucker, un de ses voisins de chambre, Harol Konisberg : « Ne ressemble pas à un gangster, c’est juste quelqu’un de mauvaise humeur ».


ET PENDANT CE TEMPS LA...

LE FILS DE L'ANCIEN ACTING BOSS DE LA FAMILLE BONANNO PLAIDE COUPABLE :

Vincent Basciano Jr (voir photo) est un membre « fait » de la famille Bonanno et le fils de l’ancien Parrain de la famille mafieuse, Vincent Basciano (Cf : Vincent Basciano à Supermax). En Septembre dernier, Vincent Basciano Jr ainsi que ses deux frères, Vincent Basciano Jr et Stephen Basciano avaient été accusé par la justice Américaine d’avoir participé à un trafic de marijuana dans plusieurs Etats (Cf : Les trois fils de Vincent Basciano arrêtés pour trafic de drogue). Vincent Bascinano Jr, qui avait décidé le jour de sa première comparution devant un tribunal fédéral, de plaider non-coupable, a décidé en fin de semaine de changer de fusil d’épaule et de plaider coupable des charges retenues contre lui. En décidant d’avouer ses crimes, le Soldat de la famille Bonanno, évite un procès de plusieurs semaines, mais surtout une très longue peine de prison. En effet, l’accord passé avec les procureurs, permet à Vincent Basciano Jr, d’être condamné au maximum à une peine de 57 mois de prison dans un pénitencier fédéral. Verdict le 18 Juillet prochain.

Lire la suite

"45 JOURS DE PRISON ? C'EST BEAUCOUP TROP !!"

26 Mars 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Colombo

"45 JOURS DE PRISON ? C'EST BEAUCOUP TROP !!"

Quarante cinq jours c’est la peine de prison que vient de recevoir Reynold Maragni (voir photo), un ancien Capitaine de la famille Colombo, qui avait décidé de collaborer avec la justice en 2011. Quarante cinq jours de prison pour, trafic de marijuana, extorsion et blanchiment d’argent et malgré ce verdict relativement dérisoire, ce dernier par le biais de son avocat déclara qu’il ne voulait pas effectuer sa peine. Sa collaboration avec le FBI avait peut être permit plusieurs arrestations au sein de la Cosa Nostra, mais ses différentes apparitions dans les procès de Dino « Little Dino » Saracino et Tommy « Tommy Shots » Gioeli se sont révélées désastreuses. Comme une dernière chance de se rattraper, les procureurs avaient aussi fait appel à lui dans le procès contre Francis Guerra, qui se solda par un verdict partiel pour l’Associé de la famille Colombo (Cf : Un Associé de la famille Colombo condamné à 14 ans de prison). Pendant des mois, Reynold Maragni avait enregistré des membres de la famille Colombo grâce à un micro placé dans sa « rolex » en train de discuter de blanchiment d’argent, mais surtout du meurtre d’un ancien membre très respecté de la famille Colombo, William « Billy Fingers » Cutolo en 1999. Malgré les différents « revers » durant les différents procès, les procureurs avaient insisté sur le fait que le témoignage de Reynold Maragni, fut « essentiel » dans leur lutte contre la Cosa Nostra : « Sa collaboration fut remarquable pour résoudre des anciennes affaires liées au crime organisé, et il continuera à aider le gouvernement dans sa lutte contre la Cosa Nostra » avait déclaré un procureur fédéral. Discours qui fut entendu par la juge fédérale Kiyo Matsumoto, mais qui provoqua le mécontentement de l’accusé, qui est rentré dans le programme de protection des témoins et installé lui et sa famille dans un nouvel Etat, loin de New-York. D’après son avocat, Reynold Maragni occupe le poste de « manager » dans une entreprise et ne peut se permettre de quitter son emploi pendant autant de jours, c’est pour cela qu’il demanda à la juge fédérale, si ce dernier pouvait faire sa peine « le week-end, chez lui, dans sa maison ». Réponse de la juge fédérale, qui déclara que la peine prononcée pour Reynold Maragni fut « relativement modeste », notamment en raison de son comportement « déloyal » envers le FBI pendant sa collaboration. En effet, alors que ce dernier était en train d’enregistrer ses anciens Associés pendant plusieurs réunions, Reynold Maragni continuait son travail « d’usurier » pour le compte de la famille Colombo et transférait des messages écrits à certains mafieux, sans avoir l’accord préalable du FBI.

Lire la suite

L'ANCIEN ACTING BOSS DE LA FAMILLE COLOMBO CONDAMNE A 18 ANS DE PRISON

23 Mars 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Colombo

L'ANCIEN ACTING BOSS DE LA FAMILLE COLOMBO CONDAMNE A 18 ANS DE PRISON

En Juin 2008, l’Acting Boss de la famille Colombo, Thomas « Tommy Shots » Gioeli (voir photo) fut inculpé par la justice Américaine de vol, d’extorsion et de plusieurs meurtres en relation avec la Cosa Nostra. Son procès ne débuta qu’en Mai 2012 et pendant toutes ces années, Thomas Gioeli fut incarcéré au « Métropolitan Correctional Center » à New-York, un centre de détention fédéral pour les détenus en attente de leur procès. Finalement, après des semaines de procès, ou plusieurs de ses anciens Associés de la famille Colombo étaient venu témoigner à la barre du tribunal, Thomas Gioeli fut acquitté de plusieurs meurtres, mais reconnu coupable avec le Capitaine de la famille Colombo, Dino "Little Dino" Saracino de racket et d’extorsion, une culpabilité qui pouvait l’amener à terminer sa vie derrière les barreaux (Cf : L’ancien Acting Boss de la famille Colombo attend son verdict). Pendant ces six années d’incarcération, de 2008 à 2014, outre ses nombreux problèmes de santé qui ont du suscité des interventions dans différents hôpitaux de New-York, Thomas Gioeli fut rendu célèbre pour avoir maintenu un « blog » à l’intérieur de la prison dénommé « «Tommygioelisvoice » et ouvrant même un compte « Twitter » ou l’ancien Acting Boss de la famille Colombo, ne se privait pas pour traiter les anciens membres de la famille mafieuse qui avaient décider de collaborer, mais aussi plusieurs personnes du tribunal. En début de semaine, Thomas Gioeli était debout devant le juge fédéral, Brian M. Cogan, pour recevoir son verdict et il fut condamné à une peine de 18 ans de prison dans un pénitencier fédéral. En retirant ses années de détention effectuées en attendant son procès, et si, ce dernier a un comportement « honorable » pendant son incarcération, Thomas Gioeli pourra espérer sortir de prison dans un peu moins de dix ans, il sera alors dans sa soixante dixième année. Le procureur fédéral, James Gatta, déclara : « Cette peine convient parfaitement aux crimes qu’a pu commettre Thomas Gioeli pendant sa carrière criminelle ». Avant d’entendre son verdict, Thomas Gioeli était assis, rabâché sur sa chaise, tordant sa moustache et n’écoutant visiblement très peu les paroles du procureur fédéral. Pendant le procès, ces derniers avaient déclaré que Thomas Gioeli avait été « d’accord » pour assassiner l’agent de police de New-York, Ralph Dolls (Cf : Joel Cacace acquitté), et qu’il avait participé personnellement à plusieurs meurtres mafieux au début des années 1990, pour le compte de la famille Colombo. Dino Calabro, un ancien Capitaine de la famille Colombo qui avait témoigné contre lui lors du dernier procès, avait expliqué comment Thomas Gioeli avait dissous des cadavres dans l’acide ou qu’il enterrait les corps de ses victimes dans le Long Island, mais le témoignage de Dino Calabro n’avait pas permis de faire condamner pour meurtre l’ancien Acting Boss de la famille Colombo. La famille de Thomas Gioeli a toujours été présente pendant son procès, ce qui suscita même des jalousies auprès de son propre avocat, Adam D. Perlmutte : « Je regarde son mariage, et je suis jaloux par rapport au mien ». Il faut dire, que pendant tout le procès, Thomas Gioeli avait voulu démontré que c’était un homme de « famille » qui fut « lésé » par des procureurs « zélés ». Le juge fédéral déclara que l’ancien Acting Boss de la famille Colombo avait été condamné car des « preuves écrasantes » prouvaient qu’il avait dirigé la famille mafieuse pendant plusieurs années et que même s’il avait été reconnu non-coupable des nombreux meurtres dont il avait été accusé, il était « fort probable » qu’il ai pu participer à ces assassinat : « M. Gioeli est comme beaucoup de truand, un peu schizophrène. Ils tuent des gens, et entre temps, ils vont aimer leur famille et aider leur communauté »

Lire la suite

L'ANCIEN PARRAIN DE LA MAFIA ITALIENNE AU CANADA ETAIT BIEN IMPLIQUE DANS PLUSIEURS AFFAIRES

21 Mars 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Rizzuto

L'ANCIEN PARRAIN DE LA MAFIA ITALIENNE AU CANADA ETAIT BIEN IMPLIQUE DANS PLUSIEURS AFFAIRES

Des écoutes téléphoniques entendues mercredi dernier lors de la « Commission Charbonneau » « (Commission qui permet d'alimenter la preuve, de faire connaître les stratagèmes de corruption et de collusion, de protéger les témoins et les victimes et d'assurer de meilleures pratiques dans l'avenir) ont montré des conversations accablantes entre Tony Magi, un entrepreneur et plusieurs membres de la famille Rizzuto, dont l’ancien Parrain Vito Rizzuto (voir photo) dans la transformation d’un ancien bâtiment industriel de Montréal. Situé au « 1000 » de la commune, ce bâtiment est désormais habité par des avocats, des hommes d'affaires, mais aussi par plusieurs personnes associées au crime organisé. Au début du projet, l’entrepreneur Tony Magi, connaissait des graves difficultés financières, et c’est à ce moment là que Vito Rizzuto, Parrain de la Cosa Nostra au Canada rentra en scène. Le commissaire de la « Commission Charbonneau » a entendu des heures d’enregistrement, ou on pouvait entendre Vito Rizzuto, discutait avec Tony Magi et un homme d’affaire dénommée John Norman. Mais Eric Vecchio déclara que même si Vito Rizzuto était « impliqué » dans ce projet, ce dernier n’aurait pas mis un seul sous de sa poche. Au lieu de cela, l’ancien Parrain de la Cosa Nostra, contrôlait Tony Magi grâce à ses nombreuses dettes qu’il avait pu accumuler au fil des années. Pour avoir joué les intermédiaires dans ce projet, Vito Rizzuto aurait récupéré près de 1.7 millions de dollars de bénéfices sur des appartements achetés pour seulement un seul dollar : « Si on considère qu'il n'y a pas eu d'investissement initial, c'est quand même un bon profit » déclara Eric Vecchio. Mais ce « profit » révélé dernièrement pendant la « Commission Charbonneau » n’est qu’une « infime » partie de tous les investissements effectués par la famille Rizzuto depuis des années. D’autres écoutes téléphoniques ont aussi révélées que Tony Magi et Vito Rizzuto étaient en relation permanente avec un conseiller municipal, Saulie Zajdel. Ce dernier avait d’après les spécialistes avaient grandement aidé les deux Associés dans le projet du « 1000 » : « On parle d’un dézonage fait par une partie amie. Encore une fois, le clan Rizzuto s’aida une fois de plus de ses réseaux » déclara de nouveau Eric Vecchio. Ce dernier compara Vito Rizzuto comme un homme de « compromis », qui était plus intéressé à jouer la « médiation » ou « l’arbitre » que d’utiliser la violence pour arriver à ses fins. Eric Vecchio déclara que le fait de « rendre tout le monde heureux » dans ses affaires, explique en partie son long règne au sein de la Mafia Italienne au Canada.
Tony Magi : « Salut »
Vito Rizzuto : « Tony ? »
Tony Magi : « « Hey Salut, comment tu vas ? »
Vito Rizzuto : « Pas trop mal, je viens de prendre une douche et toi ? »
Tony Magi : « « Ca va. Bon, Giorgio Tartaglino (un investisseur dans le projet de construction) veut te rencontrer, mais en ce moment il n’est pas tellement disponible, car il a plusieurs meetings, un au Texas et l’autre à Miami. Il est déjà parti depuis cinq jours et je ne sais pas quand il va revenir, tu comprends ?
Vito Rizzuto : « Oui, et alors ?, Je vais dire à Rocky de l’appeler. Qu’est ce que tu veux faire maintenant ? »
Tony Magi : « Le problème, c’est que je ne sais pas à qui je dois parler et ce que je dois faire »

Lire la suite

MEURTRE ET TELE-REALITE NE FONT PAS BON MENAGE

18 Mars 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Bonanno

MEURTRE ET TELE-REALITE NE FONT PAS BON MENAGE

Le procès fédéral pour le meurtre de James Donovan, un ancien Associé de la famille Lucchese, qui se déroule en ce moment même à New-York, a tout d’un feuilleton télé. Luigi Grasso, un Associé de la famille Gambino est accusé d’avoir tué James Donovan, lors d’un braquage qui aurait mal tourné. Mais ce dernier, le jour du meurtre n’était pas seul, il était accompagné d’Hector Pagan (voir photo), une ancienne « figure » du milieu, connu pour avoir été le beau-fils d’Anthony Graziano, le Consigliere de la famille Bonanno au début des années 2000 et vedette d’une émission de télé réalité, diffusée sur VH1 « Wive Mob ». Hector Pagan, fut arrêté en même temps que Luigi Grasso, mais contrairement à l’Associé de la famille Gambino, ce dernier ne voulait pas terminer sa vie derrière les barreaux et décida donc de coopérer avec la justice Américaine. En début de semaine, le médecin, Tara Margarella était venu témoigner à la barre pour raconter ses efforts inespérés, pour tenter de sauver la victime le jour du meurtre. Elle avait raconté à la barre des témoins, que James Donovan était arrivé à l’hôpital dans un état critique : « Il saignait abondamment. Je n’étais pas capable de le ramener ». Pendant son témoignage, les procureurs diffusèrent des images de la scène de crime, ce qui provoqua une crise de larme de la part de la fille de la victime, présente lors de ce procès. Puis le mardi, voila qu’Hector Pagan, le témoin vedette de l'équipe de procureur, se présenta pour raconter sa version de l’histoire. C’est la première fois dans un procès contre des membres supposés de la Cosa Nostra, que les procureurs fédéraux ont eu l’autorisation de garder anonyme le jury, non seulement pour protéger leur intégrité physique, mais aussi, pour éviter que des infos sur le procès circulent et soient exploités par les producteurs de l’émission de téléréalité « Wive Mob » : « Les membres de la presse ou les producteurs de « Mob Wive » vont essayer de communiquer avec les jurés pour créer des nouvelles histoires dans leur émission » déclara un procureur fédéral. La situation est particulièrement ironique, car le juge fédéral qui préside cette affaire, n’est autre que John Glesson, qui avec l’ancienne procureur fédéral, Diane Giacalone, avait essayé en 1987, de rendre anonyme un jury, lors du procès contre John Gotti, l’ancien Parrain de la famille Gambino. Le témoignage d’Hector Pagan, est très important, car il doit permettre de convaincre le jury de faire condamner Richard Riccardi et Luigi "Ronnie" Grasso, deux individus qui auraient participé à cet assassinat, à des peines de prison à perpétuité.
Procureur fédéral : « Quel est le crime le plus grave que vous ayez commis ? »
Hector Pagan : « Le meurtre »
Procureur fédéral : " Qui avez-vous tué ? "
Hector Pagan : « James Donovan »
L’ancien Associé de la famille Bonanno, déclara au tribunal, qu'il connaissait déjà la victime, qu’il avait rencontré James Donovan quelques mois plus tôt, et avec qui, il avait fait « plusieurs affaires » : « Je lui ai dis que je m’occupais de paris, que je vendais un peu d’herbe, des choses comme ça. Lui il m’a déclaré qu’il faisait des attaques à main armées » déclara Hector Pagan. Il indiqua aussi, que lui et Luigi Grasso, communiquaient entre eux, en utilisant plusieurs téléphones portables : « Généralement un pour parler de nos activités et un pour la famille ». Il raconta que le jour du meurtre, il était monté dans la voiture de Luigi Grasso, qui était garée dans un parking de supermarché. Quelques minutes plus tard, la voiture du deuxième accusé, Richard Riccardi arriva, avec à l’intérieur de son véhicule, plusieurs armes, qui serviront par la suite à l’assassinat.
Procureur fédéral : « Avez-vous consommé de l’alcool ce jour là ? »
Hector Pagan : « Oui j’avais bu un petit peu »
Au départ, le plan des trois individus, consistaient à braquer James Donovan, pendant que ce dernier faisait sa « récolte » (chercher l’argent des entreprises qu’il rackettait) pour le compte de la famille Lucchese. Après avoir tourné pendant un moment, ils aperçurent James Donovan à la sortie d’un atelier de carrosserie. Hector Pagan devait braquer son arme sur lui, pendant que Luigi Grasso devait s’emparer de l’argent, en attendant que Richard Ricchardi attendait patiemment dans le véhicule : « J’ai braqué mon arme sur lui et je lui ai demandé de ne pas bouger, mais il a commencé à courir, donc je lui ai tirais dessus » raconta Hector Pagan sans aucune émotion. Les trois individus partirent à toute vitesse et se rendirent dans une maison de Brooklyn, pour compter le butin de ce vol, près de 200000 dollars : « Ronnie (Luigi Grasso) m’a dit qu’il allait faire fondre mon arme et qu’il me recontacterait plus tard pour parler de ce meurtre » déclara Hector Pagan. Après avoir détaillé au jury le jour du meurtre de James Donovan, les procureurs demandèrent à Hector Pagan, de raconter un peu sa vie dans le crime organisé, une vie qu’il commença dès l’âge de treize ans. Il raconta qu'à la base, il avait été un Associé de la famille Lucchese, mais qu’une fois qu’il avait rencontré Renee Graziano, dont le père Anthony Graziano, était un important Capitaine de la famille Bonanno, ce dernier avait demandé l’autorisation de le faire « changer de famille », et c’est comme cela, qu’il était devenu un Associé de la famille Bonanno. Il raconta froidement au jury, qu’un jour il aperçut par hasard, la voiture de Renee Graziano garée avec un homme à l’intérieur. Ce dernier, s’énerva brusquement, s’arrêta près du véhicule et tira à plusieurs reprises à l’intérieur. Par chance, aucun des deux passagers ne furent blessés, mais Renee Graziano décida après cet « incident » de se séparer d’Hector Pagan. Une séparation qui ne durera que quelques mois, avant leur réconciliation dans un épisode de « Wive Mob ». Mais la rupture fut définitive quand, cette dernière apprit qu’Hector Pagan collaborait avec le FBI, la honte suprême pour une fille, dont le père est un membre important de la Cosa Nostra. Au départ, Hector Pagan avait été arrêté pour un vol à main armée, pas pour le meurtre de James Donovan, qui était toujours non-résolu, mais d’après lui, il préféra avouer directement sa participation dans ce meurtre, car il pensait, que ce genre d’informations pouvait lui éviter très certainement une peine de prison. Réponse dans plusieurs mois...

Lire la suite

UN ANCIEN SOLDAT DE LA FAMILLE GENOVESE CONDAMNE POUR MEURTRE

16 Mars 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Genovese

UN ANCIEN SOLDAT DE LA FAMILLE GENOVESE CONDAMNE POUR MEURTRE

Anthony J. Arillotta (voir photo), est un Soldat de la famille Genovese ayant opéré pendant plusieurs années dans l’État du Massachusetts. En 2010, il décida de coopérer avec la justice Américaine, après avoir été accusé d’avoir commandité le meurtre de son supérieur, un Capitaine de la famille Genovese, Adolfo « Big Al » Bruno. Ce dernier fut assassiné en 2003, alors qu’il se dirigeait vers son véhicule de plusieurs balles dans le corps, car la famille Genovese, considérait qu’Adolfo Bruno ne « gagnait » pas assez d’argent, mais aussi qu’il coopérait avec le gouvernement, chose qui s’est avéra fausse par la suite. La collaboration d’Anthony Arillota avec la justice Américaine, permit d’arrêter et de faire condamner les tireurs, à des peines de prison à perpétuité mais aussi l’Acting Boss de la famille Genovese à cette époque, Arthur « Artie » Nigro qui fut lui aussi condamner à une peine de prison à vie dans un pénitencier fédéral. Mais malgré toute son aide apportée pour résoudre cette affaire, Anthony J. Arillotta, devait comparaitre en milieu de semaine devant le juge fédéral Kevin Castel pour recevoir son verdict. Il fut reconnu coupable de deux meurtres, de trois tentatives de meurtres, d’extorsion et condamné à huit ans de prison et deux millions de dollars d’amende, une peine très clémente. Incarcéré depuis son arrestation en 2010, il est fort probable qu’Anthony J. Arillotta soit libéré dans moins de quatre ans. Cette condamnation ferme donc un « chapitre » de la Cosa Nostra dans l’Etat de Massachussetts grâce à un témoin qui fut considéré par les procureurs fédéraux comme l’un des « meilleurs informateurs de la Mafia depuis des années » : « Il est bien conscient qu'il est désormais une menace pour la ville de Springfield » déclara le procureur fédéral Daniel Goldman. Anthony J. Arillotta qui est le père de trois enfants, est aujourd’hui âgé de 47 ans à depuis son intronisation dans la famille Genovese en 2003, gérait les activités de la famille mafieuse dans un Etat particulièrement « infiltré » par la Cosa Nostra. Son initiation au sein de la Cosa Nostra, avait fortement surpris plusieurs spécialistes de la Mafia Italo-Américaine. En effet, alors qu’il témoignait dans un tribunal fédéral, Anthony J. Arillotta déclara que lors de son intronisation, le 11 Aout 2003, la veille de la naissance de sa fille, il fut convoqué au « Nebraska Steakhouse », un restaurant à New-York. En arrivant, lui et un autre individu, furent accueillis par Steve Alfisi, un Soldat de la famille Genovese. Ce dernier demanda aux deux « futurs mafieux » de laisser, leurs portables, montre et autres bijoux au bar, avant d’être emmenés dans un immeuble d’appartements en face du restaurant. Quinze minutes plus tard, ils arrivèrent dans un petit appartement ou Steve Alfisi, leur demanda de se déshabiller entièrement et d’enfiler un peignoir de bain avant de procéder à l’initiation : « Il voulait s’assurer que je ne portais pas de micros » déclara par la suite Anthony Arillotta. Une fois sortie de la salle de bain, ce dernier entra dans une petite pièce ou se trouvait Arthur Nigro et Pasquale "Scop" DeLuca, deux membres de la hiérarchie de la famille Genovese à cette époque. Ils étaient assis à une table, un pistolet posé sur celle-ci. Le reste fut assez anecdotique, et se passa comme la plupart des initiations au sein de la Cosa Nostra, sauf que cette fois-ci Anthony Arrillotta ne respecta pas son serment plusieurs années plus tard : « Tu as décidé de coopérer car tu n’étais pas capable d’accepter ton sort comme un homme. Tu as été un « Boss » inefficace et lamentable, tes jours de gloire sont terminés » déclara le fils d’Adolfo Bruno, Victor Bruno : « Ce gars là, j’ai grandi avec lui, je le connais par cœur. Ton deuxième prénom, ça ne doit pas être « Jude » mais « Judas ». Tu as décidé de coopérer car tu savais que tu allais être reconnu coupable. Tu es devenu un « rat » chose que mon père n’était pas » déclara de nouveau Victor Bruno dans la salle d’audience, ce qui ne provoqua aucune réaction de la part d’Anthony Arillota.

Lire la suite

NE JAMAIS RIRE PENDANT UN PROCES FEDERAL

14 Mars 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Lucchese

NE JAMAIS RIRE PENDANT UN PROCES FEDERAL

Il voulait faire le pitre pendant le procès et faire rire ses anciens Associés, mais le juge fédéral, Robert Kugler n’a pas trouvé ca très drôle et révoqua immédiatement la caution de John Maxwell l’ancien PDG de « FirstPlus » soupçonné avec Nicodemo Scarfo Jr et Salvatore Pellulo (voir photo) d’avoir aidé à dilapider pendant des années les caisses de son entreprise. Pendant le contre-interrogatoire de Cory Leshner, un ancien Avocat et un des témoins clé du gouvernement (Cf : Et pendant ce temps là…), John Maxwell, ne put s’empêcher de rigoler et ceux à plusieurs reprises en plein tribunal. Le verdict fut donc sans appel, ce dernier qui était encore libre en attendant son verdict, rejoindra dès à présent Nicodemo Scarfo Jr et Salvatore Pellulo dans le centre de détention ou ils sont incarcérés depuis leur arrestation, en Novembre 2011. L’avocat de John Maxwell, Mark Catanzaro, va demander dans quelques jours au juge fédéral de revenir sur sa décision, prétextant que ce dernier était en « état de choc » quand il apprit que sa caution fut révoquée. Mais pour le juge, Robert Kugler, ce n’était pas la première fois qu’il demandait à l’accusé de cesser de rigoler pendant les interrogatoires. Pour justifier de sa décision, il envoya donc une lettre à l’avocat de John Maxwell, prétextant que : « Ce dernier et malgré plusieurs avertissements, a gêné par ses fous-rires le procès et ceux en présence du jury. La révocation de sa caution est une sanction adaptée pour un outrage au tribunal » déclara le juge fédéral. Cory Leshner, était en train de se faire interroger par l’avocat de Nicodemo Scarfo jr, Michael Riley, quand celui-ci expliqua la personnalité de Salvatore Pellulo. Pour ce dernier, l’Associé de la famille Lucchese, était quelqu’un d « arrogant » mais qui pouvait être aussi « bon et généreux ». Mais il déclara qu’a plusieurs reprises, Salvatore Pellulo avait « menacé d’étouffer » un individu, même s’il ne l’a jamais vu agresser quelqu’un et c’est à ce moment là, que John Maxwell éclata de rire. Le juge fédéral Robert Kugler, demanda alors au jury de sortir de la salle d’audience et s’adressa aux accusés : « Vous voulez passez les prochaines nuits en prison, car vous trouvez ca drôle ? » déclara alors Robert Kugler, qui s’adressait forcément à John Maxwell, étant donné que Nicodemo Scarfo Jr et Salvatore Pellulo sont détenus depuis leur arrestation en Novembre 2011. Pour l’avocat de John Mawell, son client « n’était pas le seul à rire » pendant le procès. En effet, le juge fédéral avait aussi demandé à Salvatore Pellulo d’arrêter de rigoler quand Cory Leshner était en train de racontait sa première confrontation avec Nicodemo Scarfo Jr à un barbecue en 2006 : « Vous voulez continuer à rire M.Pellulo, vous pensez que c‘est drôle. Si vous n’arrivez pas à vous contrôler, il y des personnes dans ce tribunal qui vous feront sortir » avait aussi déclaré le juge fédéral à l’ancien bras droit de Nicodemo Scarfo Jr. Étant déjà incarcéré, et ne pouvant pas payer une amende car selon son avocat, son client n’a plus « d’argent », Salvatore Pellulo pourrait suivre, s’il continue a avoir un comportement inacceptable pendant le reste de son procès dans une salle annexe du tribunal, via un écran de télévision.

Lire la suite

ET PENDANT CE TEMPS LA...

12 Mars 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Divers

ET PENDANT CE TEMPS LA...

L'ASSOCIE DE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE ATTEND PATIEMMENT SON PROCÈS :

« Ils peuvent regarder ce qu’ils veulent, fouiller dans tous les fichiers de son ordinateur, ils ne trouveront rien, car c’est un homme honnête » déclara l’avocat de Ron Galati, Anthony Voci Jr, alors que ce dernier est incarcéré sans caution possible, en attente de son procès pour fraude fiscale et tentative de meurtre qui devrait débuter dans quelques semaines. Avec ces propos, l’avocat fait référence aux fouilles organisées par la police de Philadelphie dans le garage tenu par Ron Galati l’ « American Collision Inc. » et dans ses plusieurs propriétés dont l’appartement de son fils. L’Associé de la famille de Philadelphie, qui avait été arrêté en fin d’année dernière, avait décidé fin Février, de plaider non-coupable devant un juge fédéral de toutes les charges retenues contre lui ( Cf : Un Associé de la famille de Philadelphie plaide non-coupable) : « J’ai seulement été mis au courant que les fouilles correspondaient à la fraude à l’assurance dont mon client est accusé » déclara de nouveau son avocat. La police d’Etat, ainsi que le FBI ont fouillé pendant des heures, en cherchant les moindres indices pouvant collaborer les propos de Joseph Rao et son fils Joe qui viendront témoigner contre lui lors de son futur procès. Ces derniers qui avaient échappé de peu à un contrat orchestré par Ron Galati, sont maintenant dans le programme de protection des témoins. Toujours d’après l’avocat de Ron Galati, son client est « soucieux » de se défendre point par point sur chaque accusations : « Nous avons hâte que le procès commence » déclara Anthony Voci à la chaine Américaine FOX 29

ET PENDANT CE TEMPS LA...

SUITE DU PROCÈS CONTRE NICODEMO SCARFO JR :

Les procureurs fédéraux dans le procès contre Nicodemo Scarfo Jr et son Associé Salvatore Pelullo ont fait appel à un témoin clé, en la personne de Cory Leshner, un des avocats de l’entreprise « FirstPlus », dont la justice Américaine soupçonne Nicodemo Scarfo Jr et Salvatore Pelullo d’avoir dépouillé les fonds de la société pour « assouvir » leur train de vie luxueux. Cory Leshner, qui avait décidé de plaider coupable et de coopérer avec le gouvernement dans cette affaire, pour éviter une longue peine de prison, déclara que son rôle dans cette « organisation », était d’aider les deux accusés dans la « gestion » de leur argent engendré par la société. Il avoua avoir ouvert plusieurs comptes bancaires pour Salvatore Pelullo, pour effectuer des virements de plusieurs centaines de milliers de dollars entre Juillet 2007 et Avril 2008. Son but était donc simple, cacher l’argent de l’Associé de la famille Lucchese pour que le gouvernement ne remonte jamais jusqu’a lui. L’avocat de Salvatore Pelullo déclara que Cory Leshner avait accepté de « collaborer » avec la justice, car cette dernière lui proposait « seulement » cinq ans de prison dans un pénitencier fédéral, au lieu des cent ans dont il faisait face, si il avait décidé de plaider non-coupable. L’ancien avocat, avoua donc devant la cours qu’une peine de prison réduite avait : « joué un rôle dans ma décision, mais que cela n’avait pas été un facteur primordial. J’ai considéré M.Pelullo comme un père pour moi, et lui me considérait un peu comme son fils.» Même si pour ce dernier, il n’avait pas « conscience » de ce qu’il faisait, il était « fière » d’avoir pu « travailler » avec Salvatore Pelullo, qui l’a fait se « sentir mieux dans sa peau »

ET PENDANT CE TEMPS LA...

UN ASSOCIE DE LA OUTFIT RECONNU COUPABLE :

Un ancien officier de police de Chicago, devenu Associé de la Outfit, vient d’être reconnu coupable par la justice Américaine, d’avoir comploté pour assassiner et kidnapper un riche homme d’affaire de l’Etat de L’Illinois. Il n’a fallu que quatre heures au jury pour reconnaitre coupable Steve Mandell de toutes les accusations retenues contre lui. Il faut dire que les enregistrements audio du FBI, passées pendant le procès furent accablantes pour l’Associé de la Outfit, même si pour ses avocats, leur client n’avait pas « l’intention » de faire du mal à cet individu. Mais le parcours criminel de Steve Mandell n’a pas joué en sa faveur, car ce n’est pas la première fois que ce dernier se fait condamner pour ce genre de crime. En 1992, il avait déjà été condamné pour enlèvement et fut condamné à deux peines de prison à perpétuité. L’année suivante, en 1993, il avait été condamné à mort pour meurtre et fut détenu pendant près de huit ans dans le couloir de la mort de l’Etat de l’Illinois, avant que sa condamnation ne soit annulée en appel : « Les preuves parlent d’eux-mêmes et furent présentées de manière très convaincante » déclara le procureur fédéral Zach Fardon.

Lire la suite

LE PROPRIETAIRE DU "BADA BING" COLLABORAIT AVEC LE FBI

10 Mars 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Genovese

LE PROPRIETAIRE DU "BADA BING" COLLABORAIT AVEC LE FBI

Dans la célèbre série diffusée par HBO, « The Sopranos », Tony Soprano, Parrain de la Mafia dans le New-Jersey, gère la plupart de ses activités dans une boite de striptease dont il est le propriétaire dénommée « Bada Bing ». En réalité, cette dernière se nomme le « Satin Dolls » et a comme patron, un individu, qui lui aussi est lié à la Cosa Nostra, un Associé de la famille Genovese, Anthony « Tony Lodi » Cardinalle (voir photo). En Décembre 2013, ce dernier et plusieurs membres de la famille Genovese, mais aussi des familles Lucchese et Gambino, furent arrêtés pour avoir tenté de contrôler plusieurs entreprises de déchets dans l’État de New-York et du New-Jersey. L’Associé de la famille Genovese, qui avait décidé il y a quelques mois de décorer sa boite de striptease en hommage à James Gandolfini, décédé d’une crise cardiaque en Italie le 19 Juin dernier, choqua plusieurs personnes, quand le gouvernement déclara que l’Associé de la famille Genovese, travaillait depuis plusieurs mois pour la justice Américaine. Car même, s'il n'était pas un membre initié de la Cosa Nostra, Anthony Cardinalle, « travaillait » pour le compte de la famille Genovese dans l’État du New-Jersey, dans l’ancienne « équipe » d’un célèbre Capitaine, décédé en 2010, Tino « T » Fiumara. Le problème, était qu’Anthony Cardinalle, non content de percevoir des énormes bénéfices de sa boite de striptease, collaborait avec un de ses Associés du nom de Carmine "Papa Smurf" Franco à racketter le propriétaire d’une entreprise de déchets dans le New-Jersey. Ce dernier, qui se faisait malmené par la plupart des « Affranchis » du coin, décida de collaborer avec le FBI et enregistra pendant plusieurs années mois, Anthony Cardinalle et Carme Franco se vantant d’avoir des « connexions » avec la famille Genovese et d’utiliser la violence, si ce dernier ne donnait pas une partie des bénéfices de son entreprise (Cf : Fin de carrière pour Associé de la famille Genovese) : « Je suis ami avec un procureur de North Arlington (un arrondissement dans le comté de Bergen dans le New-Jersey). J’ai aussi aidé récemment un ami qui voulait ouvrir une discothèque. J’ai des relations un peu partout » se vantait Anthony Cardinalle au propriétaire de l’entreprise. Le racket fédéral est puni par la justice Américaine, de nombreuses années de prison et vu l’âge avancé d’Anthony Cardinalle, la perspective de terminer sa vie derrière les barreaux était plus que probable, c’est pour cela qu’il décida dès sa première comparution devant un juge fédéral de plaider coupable sur des accusations de racket d’extorsion : « Je reconnais avoir participé avec plusieurs individus, avoir demande à une personne de me donner une partie des bénéfices engendrés par son entreprise. J’ai aussi informé cette personne, que s’il refusait, son entreprise allait être fermée » déclara Anthony Cardinalle dans le tribunal. Mais même en plaidant coupable, Anthony Cardinalle, risquait toujours une peine d’emprisonnement, ce que l’Associé de la famille Genovese refusait catégoriquement. Dans un enregistrement révélé par le FBI, Anthony Cardinalle, expliqua qu’il « avait déjà soupé de la prison et qu’il ne voulait pas y retourner » et c’est pour cela que tout naturellement il coopéra très rapidement avec le FBI et sans nul doute plusieurs mois avant son arrestation. En raison de sa collaboration, l’ancien Associé de la famille Genovese sera surement « récompensé » par la justice Américaine d’avoir permis d’arrêter des membres de la Cosa Nostra encore très actifs dans le domaine des déchets. En attendant, Anthony Cardinale est rentré dans le programme de protection des témoins et sera présenté à un juge fédéral le 23 Mai prochain pour recevoir son verdict.

Lire la suite

ET PENDANT CE TEMPS LA...

7 Mars 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Divers

ET PENDANT CE TEMPS LA...

UN ANCIEN ASSOCIE DE LA FAMILLE GAMBINO DONNE DES CONSEILS AU GOUVERNEUR DU NEW-JERSEY :

D’origine Albanaise, John Alite surnommé "Johnny Alletto" par ses amis, n’a jamais pu prétendre à être intronisé dans la famille Gambino, ce qui ne l’empêcha pas d’être un très bon ami au fils de John Gotti, John Gotti Jr (voir photo) . Extradé du Brésil en 2006 vers la Floride, ou il avait essayé d’échappé à la justice, John Alite fut accusé par la justice Américaine d’avoir participé à plusieurs meurtres pour le compte de la famille Gambino. L’Etat de Floride est un des Etats Américain qui applique le plus souvent la peine de mort. Ne voulant pas terminer dans le couloir de la mort ou au mieux, dans une prison fédérale pour le restant de sa vie, John Alite passa secrètement un accord avec le FBI, ce qui lui permit, en échange de sa collaboration contre la famille Gambino, d’être condamné à une peine de 10 ans de prison pour tous ces crimes, une véritable aubaine pour l’accusé, qui une fois libéré, repris tranquillement le cours de sa vie, donnant des conseils à des médias Américains sur le crime organise. En début de semaine, il conseilla le gouverneur de l’État du New-Jersey, Chris Cristie de légaliser les paris sportifs. Pour l’ancien Associé de la famille Gambino, cela permettrait à la Mafia de perdre énormément d’argent, mais aussi, cela aiderait certaines familles à « payer leurs impôts » : « Moi je dis qu’il devrait penser à légaliser tout ça » déclara John Alite dans l’émission "60 Minutes Sports". E dernier déclara qu’une grosse partie de ses bénéfices quand il « travaillait » pour la famille Gambino était grâce aux paris sportifs, qui d’après le Fbi génère des milliards de dollars à la Cosa Nostra chaque année.

ET PENDANT CE TEMPS LA...

LA FILLE DE L’ANCIEN UNDERBOSS DE LA FAMILLE GAMBINO RECLAME DES MILLIONS DE DOLLARS AUX STUDIOS DE JEUX VIDEOS « ROCKSTAR » :

Karen Gravano (voir photo) est la fille de Salvatore « Sammy The Bull » Gravano, qui fut l’Underboss de la famille Gambino au début des années 1990, pendant le « règne » du célèbre Parrain, John Gotti (Cf : John Gotti Aka Le Don en Tefflon – Partie 1). En Novembre 1991, son père accepta de devenir un témoin pour le gouvernement et aida fortement la justice Américaine à incarcérer John Gotti à la prison à perpétuité. Pour le protéger de la famille Gambino et des autres familles de la Cosa Nostra, le FBI plaça Salvatore Gravano et sa famille dans l’État de l’Arizona ou pendant plusieurs années, l’ancien Underboss avec l’aide de sa famille dont de sa fille, s’adonna au trafic d’ecstasy avec un groupe de néo-nazi dénommé "Devil Dogs". Il plaida coupable en 2001 et fut condamné a près de 20 ans de prison dans le pénitencier de Supermax dans le l’État du Colorado, sa fille Karen, évita de justesse la prison et fut condamnée à plusieurs années de probation. Depuis quelques années, Karen Gravano est devenue la vedette d’une série TV mettant en scène des femmes ayant leur mari ou quelqu’un de leur famille dans la Cosa Nostra. Cette émission dénommée « Mob Wives », connait un franc succès et a permis à Karen Gravano de profiter de sa notoriété pour écrire un livre sur sa vie et sur sa relation avec son père pendant ses années au sein de la Cosa Nostra, « MobDaughter ». Dernièrement, elle attaqua la société de jeux-vidéos « Rockstar » rendu célèbre pour sa série « Grand Theft Auto », pour avoir utilisé « son personnage » dans le jeux vidéos GTA 5, sans que cette dernière ne soit mise au courant. Le titre du célèbre studio Américain, qui s ‘est vendu à près de 32 millions et demi d’exemplaires à travers le monde, à engendrait des millions de dollars de bénéfices à Take-Two Interactive, propriétaire de la boite. Selon elle, dans le jeu, le personnage dénommée « Antonia Bottino » a été copiée sur sa vie. Dans le jeu, cette dernière est la fille d’un ancien Undeross de la famille « Gambetti », dont son père « Sammy Bottino » décida de coopérer avec le gouvernement et fut placé dans le programme de protection des témoins. Beaucoup de similitudes qui rendirent furieuse Karen Gravano, qui ne demanda pas loin de 40 millions de dollars de dommages et intérêts à « Rockstar » : « Cela est inadmissible, c’est une détournement direct de mon nom de famille, de ma vie personnelle » déclara Karen Gravano aujourd’hui âgée de 41 ans. Cette dernière qui se « vante » auprès de plusieurs médias Américains, d’être connue aussi bien au niveau national qu’international, raconte que son histoire dans GTA 5, l’empêche de sortir son deuxième livre sur sa vie avec son père.

ET PENDANT CE TEMPS LA...

UN ASSOCIE DE LA FAMILLE GENOVESE EVITE LA PRISON :

Kenneth Baran (voir photo) est un Associé de la famille Genovese, qui fut arrêté en Mai 2012 avec des membres de la famille mafieuse, comme le Capitaine Joseph « Pepe » LaScala âgé de 80 ans pour avoir gagné des millions de dollars grâce à l’utilisation d’un site de paris en ligne qui ne rapportait aucun argent aux utilisateurs qui y étaient inscrits, « beteagle.com ». Ce dernier et plusieurs de ses Associés ont servi de « bookmakers » à la famille Genovese et donnaient une grande partie des bénéfices à Joseph LaScala qui supervisait les opérations depuis le New-Jersey. En début de semaine, Kenneth Baran, qui avait déjà plaidé coupable il y a quelques mois, fut condamné par la juge Claire Cecchi, à six mois de détention à domicile et deux ans de probation. De plus, l’Associé de la famille Genovese, devra s’acquitter d’une amande de 2000 dollars. Quand la juge lui demanda pourquoi ce dernier avait accepté de plaider coupable, ce dernier répondit calmement : « Car je le suis votre honneur ». Joseph LaScala est toujours en attente de jugement, ce dernier avait repris les affaire d’un célèbre Capitaine de la famille Genovese, après son incarcération à la prison à perpétuité, Angelo « The Horn » Prisco.

Lire la suite