Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

L'UNDERBOSS DE LA FAMILLE COLOMBO RESTERA DERRIÈRE LES BARREAUX

28 Octobre 2021, 16:41pm

Publié par Xav

En 2013, j'écrivais mon premier article sur Benjamin Castellazzo. A cette époque, il avait soixante quinze ans et était considéré comme l'Underboss de la famille Colombo. Inculpé en 2011 avec plusieurs membres de cette organisation criminelle, il venait d’être condamné à près de cinq ans et demi de prison pour racket. Benjamin Castellazzo est loin de l’image véhiculée par les médias ou les films racontant l’histoire de certains personnages de la Cosa Nostra. Malgré son statut au sein de la hiérarchie de la famille Colombo, Benjamin Castellazzo vit modestement avec sa femme dans un mobilhomme dans l’État du New-Jersey. D’ailleurs, lors d’une audience devant la juge fédérale Kiyo Matsumato, Benjamin Castellazzo avait essayé de sauver sa peau, en jouant sur la corde sensible, en déclarant qu’il qu’il ne touchait que 850 dollars par mois de prestation sociale, mais en réalité personne n’était dupe de la réelle situation financière de l’actuel Underboss de la famille Colombo. Après s’être fait passé pour une personne honnête, ayant travaillé une grande partie de sa vie et même si le FBI ne trouva aucune trace pour justifier ses propos, il trouva tout de même le temps de déclarer au juge, avant d’être emmené par les US Marshall, qu’elle ne le “verra plus dans cette cour ni dans un autre tribunal. J'y ai réfléchi au cours des deux dernières années et je ne suis pas fier de la vie que j'ai pu mener". A sa sortie de prison, Benjamin Castellazzo aurait pu se retirer, se mettre en “retraite”, mais malgré une grande famille avec de nombreux petits-enfants et de surcroît des problèmes de santé, il retournera très vite vers la famille Colombo. Dix années après sa dernière inculpation, “The Claw", comme il est surnommé dans la famille Colombo, la “Griffe”, pour sa capacité à gérer tout type de business, se voit encore arrêter, à l’âge de quatre vingt trois ans, dans une énième opération du FBI pour une multitude de délits fédéraux. Pourtant cette arrestation n’étonne nullement les procureurs fédéraux chargés des affaires relatives aux membres de la Cosa Nostra. En effet, dans la dernière opération du FBI sur la famille Colombo, l’âge moyen des mafieux arrêtés avoisine les soixante dix ans. Benjamin Castellazzo est incarcéré actuellement au Métropolitan Center de New-York avec, selon ses avocats : “l’objectif de lutter contre toutes les accusations retenues contre lui”.

Domicile de Benjamin Castellazzo
Domicile de Benjamin Castellazzo

Le carrière criminelle de Benjamin Castellazzo commence dans les années 1950, avec une condamnation à quelques années derrière les barreaux pour des vols de marchandises. Suite à cette condamnation, Benjamin Castellazzo commença à se rapprocher de la famille Colombo et à être de plus en plus actif dans le trafic de drogue, qui se soldera au final par une condamnation au milieu des années 1970. En 1995, nouvelle condamnation à huit années de prison après avoir été reconnu coupable d’avoir exploité une entreprise de jeux illégaux, spécialisée dans les jeux de cartes. Malgré un casier judiciaire assez chargé, les autorités fédérales venaient seulement d'identifier Benjamin Castellazzo comme un Capitaine de famille Colombo, nous étions alors au début des années 2000. A cette époque, il gérait, depuis son club Social, une équipe des Soldats, impliquée dans les prêts usuraires et les jeux. En raison de ses activités criminelles, il sera de nouveau condamné à trois ans de prison, une peine qu’il essayera déjà à cette époque de faire diminuer, prétextant divers problèmes médicaux. A sa sortie de prison, Benjamin Castellazzo prendra du galon et sera nommé le nouvel Underboss de la famille Colombo, un titre qu’il ne quittera plus jusqu’à ce jour. Selon le FBI  Benjamin Castellazzo essaya tant bien que mal, avec l’aide d’Andrew Russo comme Acting Boss, de maintenir à flot la famille Colombo, en intronisant de nouveaux membres et en restructurant une famille complètement désorganisée depuis que plusieurs de ses membres aient décidé de coopérer avec la justice. 

La famille de Benjamin Castellazzo soutient que ce dernier est père et un grand-père aimant, prêt à rendre service à ses voisins dans le besoin. C’est d’ailleurs une partie de la communauté, où habite actuellement l’Underboss de la famille Colombo, qui a écrit à un juge fédéral afin de lui demander d’accepter la demande de libération sous caution de Benjamin Castellazzo. L’incarcération pour une personne âgée de quatre vingt quatre ans est difficile, surtout quand un juge fédéral déclara que les conditions de détention au Métropolitan Center étaient “horribles et intenables”. Pourtant et malgré ces déclarations, le juge fédéral refusa la demande de libération sous caution de l’Underboss de la famille Colombo. Les conditions au Métropolitan Center sont certes difficiles, mais Benjamin Castellazzo reste un membre de la Cosa Nostra et de part sa position au sein de la hiérarchie mafieuse, peut être un danger pour la communauté. Le juge fédéral a clairement indiqué que Benjamin Castellazzo avait effectué un appel téléphonique en prison, recommandant à un individu non identifié de se débarrasser des téléphones portables en sa possession. Benjamin Castellazzo doit certes suivre un traitement médical assez lourd en prison, mais il a encore toute sa tête. tourné encore et toujours vers la Cosa Nostra.

Lire la suite

FRANK LOCASCIO ANCIEN UNDERBOSS DE LA FAMILLE GAMBINO EST DÉCÉDÉ

10 Octobre 2021, 16:26pm

Publié par Xav

En pleine bataille juridique dans l'optique de pouvoir sortir sortir de prison, l’ancien Underboss de la famille Gambino, Frank “Frankie Loc” LoCascio, est décédé dans le pénitencier fédéral de Devens, un institut médical basé dans l’État du Massachusetts, il avait quatre vingt neuf ans. Au début des années 1990, après avoir été reconnu coupable de racket et de meurtre, Frank LoCascio se lança dans une diatribe contre le gouvernement, vantant les mérites de son Parrain, John Gotti : “Je suis coupable d’être un bon ami de John Gotti”, tout en précisant : “S’il y avait plus d’hommes comme John Gotti, nous aurions un meilleur pays”. Pourtant la relation entre les deux hommes n’a jamais été évidente. En effet, quand Frank LoCascio, John Gotti et Salvatore Gravano se retrouvent, ensemble, au Métropolitan Center après leur arrestation, une altercation entre les deux hommes, pour une histoire d’oranges volées à la cantine de la prison, met le feu au poudre. John Gotti s'en prendra très ouvertement à Frank LoCascio et le réprimandera très sévèrement devant certains prisonniers. Vexé d’avoir été humilié de la sorte devant certains prisonniers, Frank LoCascio aurait déclaré à Salvatore Gravano, qu’il souhaitait “tuer” John Gotti, après le procès, une fois qu'ils seront acquittés. Malgré cet épisode et après avoir reçu la certitude, par le bai de ses avocats, que le Parrain de la famille Gambino le critiquait ouvertement, Frank LoCascio n’aura jamais sourcillé une seule fois et aura tenu son serment d'allégeance à la Cosa Nostra jusqu'à la fin de sa vie. Frank LoCascio acceptera donc sa peine sans broncher, mais attendra le décès de John Gotti en 2002, pour se lancer dans une bataille judiciaire avec l'aide d'une ancienne juge fédérale.

Le but de cette manœuvre, faire sauter sa condamnation dans le meurtre du Soldat Louis DiBono, assassiné par John Gotti pour ne pas s’être présenté plusieurs fois à ses convocations. Lors des enregistrements dévoilés par l’équipe de procureurs, après les arrestations, le cas de Louis DiBono est souvent évoqué par John Gotti. A cette époque, la hiérarchie de la famille Gambino effectuait les réunions de "direction" dans un petit appartement, appartenant à une personne âgée, juste au-dessus du Ravenite Social Club, le quartier général de la famille Gambino. L’intérieur sera par la suite sonorisé par le FBI. Pour John Gotti, Louis DiBono devait payer son “manque de respect” pour ne pas s'être présenté plusieurs fois à des réunions dites de "conciliation". Pour le juge fédéral Leo Glasser, le silence assourdissant de Frank LoCascio, qui n’a jamais prononcé un seul mot pour essayer de le sauver Louis DiBono, valait sans nul doute une culpabilité dans ce meurtre : “Par son silence, Frank LoCascio a approuvé le contrat” déclara le juge Leo Glasser. Pourtant, lors d’un enregistrement effectué en Décembre 1989, on pouvait entendre Frank LoCascio déclarer que Louis DiBono allait donner près de cinquante mille dollars à John Gotti pour « calmer le jeu », une offre que John Gotti refusa d’un revers de la main. C’est sur cette conversation et sur cet enregistrement en particulier que l’équipe de la défense tente depuis des mois de “renverser” cette condamnation.

Le juge fédéral Leo Glasser avait d’abord rejeté complètement tous les motifs abordés par la défense afin d'éviter un nouveau procès, avant qu’une cour fédérale ne donne un dernier espoir à Frank Locascio. Dans ce rapport, trois juges avaient décidé que les nouvelles déclarations venant de Salvatore Gravano devaient être prises en compte, car ils pouvaient jouer sur “une future liberté” de Frank LoCascio. Nous étions alors en Mai 2021 mais c’était déjà trop tard pour l’ancien Underboss de la famille Gambino. Frank LoCascio aura passé près de trente et un an derrière les barreaux et son influence au sein de la famille Gambino restait encore intacte. En Décembre 2019, deux Capitaines de la famille Gambino, Andrew Campos et Richard Martino sont arrêtés et que trouve le FBI pendant les perquisitions ?, une photo prise en prison des deux mafieux avec Frank LoCascio. Richard Martino était loin d’être un inconnu dans la famille LoCascio. En 1996, Richard Martino s'était associé avec le fils de Frank LoCascio, Salvatore, un Soldat, tout comme lui, dans l’ouverture de sites pornographiques. Selon le gouvernement fédéral, cette escroquerie avait touché des milliers de personnes à travers les États-Unis, l’Europe et l’Asie rapportant près de sept cent cinquante millions de dollars à la famille Gambino. Chez les LoCascio la Cosa Nostra se transmettait de père en fils. 

Lire la suite

UN JUGE FEDERAL REFUSE LA DEMANDE DE LIBERATION SOUS CAUTION D'UN CAPITIANE DE LA FAMILE COLOMBO

9 Octobre 2021, 10:27am

Publié par Xav

Un juge fédéral de Brooklyn vient de refuser très fermement la demande de libération sous caution de Vincent Ricciardo, Capitaine de la famille Colombo, inculpé après une vaste opération du FBI en Septembre dernier. Pourtant les avocats de la défense ont essayé de jouer sur la corde sensible et avaient déclaré que leur client souffrait de nombreux problèmes cardiaques et qu’une incarcération pouvait lui être fatale. Mais les arguments de la défense sont tombés dans l’oreille d’un sourd et le juge fédéral affirma d’emblée, que Vincent Ricciardo était “un danger important pour la communauté” et que le risque “d’une fuite” était possible. Il faut dire que la “mini chasse à l’homme” lancée contre le Consigliere en exercice de la famille Colombo, Ralph DeMatteo, reste encore dans les esprits et le juge fédéral chargé de cette affaire ne veut prendre aucun risque. De plus, les enregistrements dévoilés par les procureurs le jour de ces arrestations sont assez dévastateurs pour Vincent Ricciardo. Dans l’un d’entre eux, le Capitaine de la famille Colombo demande très fermement à sa hiérarchie, l’autorisation d’assassiner un syndicaliste récalcitrant : “Nous enverrons des gens qu’il ne connait pas directement dans sa putain de maison”. Puis il continua : "Laissez-moi vous dire quelque chose. Vous savez quoi ? j’ai envie de lui tirer dessus devant sa femme et ses enfants. Vous pouvez déjà appeler la police car je vais m’en occuper”.

Pour la défense, Vincent Ricciardo est “tellement faible”, qu’il n’arrive même plus à mettre “ses chaussettes". Les procureurs fédéraux ont très vite ironisé sur cette situation, déclarant que “l’état de santé” du Capitaine de la famille Colombo ne l’avait pourtant pas empêché d’élaborer un complot afin de pouvoir assassiner une personne sans défense : “Ici nous parlons d’un membre de longue date d’une famille du crime organisée connue pour sa violence et dont le principal intéressé, de part son statut, à un rôle décisionnaire". Âgé de soixante-quinze ans, Vincent Ricciardo est dans la famille Colombo depuis plus de cinquante ans. Les procureurs ont également fait remarquer au juge, que malgré trois précédentes condamnations dans des affaires de racket, Vincent Ricciardo n’avait jamais essayé de se réinsérer et de quitter pour de bon la Cosa Nostra. Incarcéré actuellement dans une prison dans l’État de la Caroline du Nord, Vincent Ricciardo devrait prochainement être extradé vers New-York pour rejoindre ses collègues mafieux au Métropolitan Center, en attendant son procès dont la date reste encore à ce jour indéterminée. 

Lire la suite

UN MEMBRE INFLUENT DE LA FAMILLE COLLABORAIT AVEC LE FBI

2 Octobre 2021, 09:34am

Publié par Xav

Près de deux semaines après l’énorme coup de filet du FBI qui toucha la hiérarchie de la famille Colombo et plusieurs de ses membres, certains documents internes affirment que le témoin vedette du gouvernement dans cette affaire, serait un membre influent de cette organisation criminelle, craint et respecté, mais dont l'identité réelle reste encore incertaine. Une chose est sûre, ce repenti aurait assisté à certaines réunions avec des hauts dirigeants de la famille Colombo et en aurait profité pour enregistrer certaines conversations dites “cruciales” pour le gouvernement fédéral. Selon les derniers rapports dévoilés par les procureurs fédéraux, la famille Colombo aurait tenu deux réunions en Novembre 2020 dans une célèbre sandwicherie de Brooklyn, le “Brennan And Carr”. Lors de la première réunion, était présent, outre l’informateur du gouvernement, Théodore Persico, qui était toujours en liberté surveillée, l’Underboss, Benjamin “The Claw” Castellazzo, le Consgiliere, Ralph DeMatteo et deux autres Capitaines, Richard Ferrara et Vincent Ricciardo. La deuxième réunion aurait été supervisée par l’actuel Acting Boss de la famille Colombo, Andrew “Andy Mush” Russo et se serait concentrée sur deux sujets : l’extorsion d’une célèbre section syndicale du bâtiment et sur la gérance actuelle de la famille Colombo. Toujours selon les procureurs, les membres de la Cosa Nostra présents ce jour-là, auraient décidé que Andrew Russo puisse continuer de diriger la famille Colombo jusqu’au à la fin des contraintes judiciaires de Théodore Persico prévues en 2023. Par la suite, le neveu de Carmine Persico, considéré par les autorités comme un individu « extrêmement dangereux », une tête brûlée, qui n’hésite pas à recourir à la violence quand cela est nécessaire pour faire avancer son business, serait devenu le nouveau Parrain de la famille Colombo.

Andrew Russo
Andrew Russo

La famille Colombo connaît parfaitement ce genre de situation, petit retour en arrière. En Janvier 2011, une gigantesque opération du FBI permit d’arrêter près de 120 individus liés de près ou de loin à la Cosa Nostra. Cette affaire impacta les cinq familles New-Yorkaise, mais la famille Colombo fut plus durement touchée et vit déjà à cette époque, se voir arrêter une partie de sa hiérarchie, dont Andrew Russo et Benjamin Castellazzo. De plus, suite à ces arrestations, plusieurs membres de la famille Colombo décideront de collaborer. Trois Capitaines en particulier, Paul "Paulie Guns" Bevacqua, Anthony Russo et Reynold Maragni viendront témoigner à la barre d’un tribunal. Par “chance”, le principal témoin du gouvernement fédéral contre Andrew Russo, Paul Bevacqua décédera de causes naturelles quelques semaines avant de témoigner contre son ancien patron. Ce fut un réel coup dur pour le gouvernement fédéral, qui même en possession d’enregistrements incriminant directement Andrew Russo, préféra négocier un accord de plaidoyer très avantageux pour l’actuel Acting Boss de la famille Colombo. Dans cette nouvelle affaire, le gouvernement fédéral déclara qu’en plus d’un témoin, il serait en possession de “milliers d’heures d’enregistrement” qu’ils ont pu obtenir grâce à des écoutes téléphoniques sur les téléphones des Capitaines Richard Ferrara, Vincent Ricciardo et le Consigliere en exercice, Ralph DeMatteo. Les avocats de Vincent Ricciardo ont déjà fait une demande de libération sous caution prétextant que leur client avait effectué plusieurs crises cardiaques et qu’une incarcération prolongée pouvait lui être fatale. Réponse immédiate des procureurs qui ironisent, en déclarant que Vincent Ricciardo n’avait pas de “problème de coeur”, quand celui-ci hurla de colère devant Andrew Russo, lui demandant son autorisation d’assassiner un syndicaliste récalcitrant à son domicile devant sa femme et ses enfants.

Lire la suite