Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LCN

Articles avec #colombo tag

CARMINE PERSICO ESPÈRE UN DERNIER PROCÈS POUR POUVOIR SORTIR DE PRISON

19 Février 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo

Carmine PersicoCarmine « The Snake » Persico (voir photo) a soufflé en Janvier dernier, sa trente deuxième année d’incarcération dans une prison fédérale. Actuellement emprisonné au pénitencier de Butner dans l’État de la Caroline du Nord, l’actuel Parrain de la famille Colombo essaie depuis quelques années de sortir de prison. Pour ce dernier qui est actuellement âgé de quatre vingt trois ans, la possibilité de retrouver le gout de la liberté s’amenuise de plus en plus, mais pour son avocat, rien n’est encore joué. Lors de procès en 1986, les procureurs fédéraux avaient prouvé que Carmine Persico avait pris le pouvoir au sein de son clan mafieux depuis 1972, et qu’il avait participé à un vote de la Commission, qui approuvait la mise à mort de l’ancien Parrain de la famille Bonanno, Carmine Galante en 1979. Mais aujourd’hui, nous en savons plus sur la façon dont s’est déroulé l’assassinat de Carmine Galante. D’après Joseph « The Ear » Massino, l’ancien Parrain de la famille Bonanno, qui devint un collaborateur de justice en 2002, le meurtre de Carmine Galante était seulement une « histoire de famille ». En effet, à cette époque, Joseph Massino, était un membre ambitieux, et d’après lui, le contrat fut lancé par Philip « Rusty » Rastelli, depuis sa cellule de prison et non autorisé, comme stipulé en 1987 lors de son procès, par la Commission. Mais même si cela était vrai, cela n’augmenterai pas forcément les chances de Carmine Persico de sortir de prison. En effet, Anthony « Fat Tony » Salerno, était un membre haut gradé de la famille Genovese,  qui fut soupçonné par les autorités pendant le procès dit de la Commission, d’occuper le poste de Parrain. Condamné à près de cent années de prison, il se révéla très rapidement, que les autorités s’étaient faites bernées, et qu’en réalité, le Parrain de la famille Genovese, n’était pas Anthony Salerno, mais Vincent « The Chin » Gigante. Malgré ces révélations, Anthony Salerno restera en prison et décèdera en 1992. De plus, il ne faut pas espérer pour Carmine Persico, de pouvoir se baser sur le témoignage de Joseph Massino, car en réalité, cela ne serait qu’une perte de temps, et l’avocat de l’actuel Parrain de la famille Colombo en est bien conscient. Pour ce dernier, il est important de prouver que l’ascension de Carmine Persico au sein de la famille Colombo se fit au début des années 1980, et non dans les années 1970, et que les crimes commis pendant cette période ne pouvaient lui être imputés. Ironiquement, l’avocat de Carmine Persico, ne conteste pas l’appartenance de son client dans la Cosa Nostra, mais il fustige le fait, que le gouvernement fédéral n’a pas publié des documents prouvant que dans les années 1970, la Commission avait décidé de valider la nomination de Thomas DiBella pour occuper la gérance de la famille Colombo. Dans ce cas, Carmine Persico ne pouvait pas siéger à la Commission et ne pouvait donc pas approuver la mort de Carmine Galante. Pour son avocat, le gouvernement fédéral, devrait prendre ses responsabilités et décidé d’annuler la condamnation de Carmine Persico pour qu’il puisse « enfin rentrer chez lui » : « La guerre contre le crime organisé est terminé et il est temps désormais de faire sortir le dernier prisonnier de cette guerre chez lui, afin qu’il puisse passer le reste de ses jours avec sa famille » déclara t’il. Mais ce qui est évident pour l’avocat de Carmine Persico, ne l’est pas forcément pour les procureurs fédéraux. En effet, pourquoi libérer un membre de la Cosa Nostra, qui malgré son incarcération, n’a jamais voulu céder sa place de Parrain, et qui de sa cellule, a organiser les guerres internes qui ont eu lieu dans les années 1990, et qui avait conforté son pouvoir.

Lire la suite

DES ASSOCIÉS REFUSENT D'ÊTRE INTRONISÉS DANS LA COSA NOSTRA

12 Février 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo, #Divers

 

Joseph PetilloPour un gangster d'origine Italienne, être initié dans une famille de la Cosa Nostra est le rêve de toute une vie. La consécration d'une carrière criminelle bien remplie. Être un Affranchi c'est la possibilité d'avoir des responsabilités et des privilèges qu'un simple Associé ne pourra jamais avoir. Il est respecté, craint et devient intouchable pour les autres criminelles. Une offre qui ne refuse pas, et pourtant... Le procureur fédéral Liz Geddes a en effet déclaré que Joseph Petillo (voir photo) un associé très respecté qui travaillait depuis des années pour la famille Colombo aurait refusé de se faire initier. « Quand vous devenez un membre initié d'une famille de la Cosa Nostra, vous êtes dans le collimateur du FBI » précisa Liz Geddes. D'autres Associés ont pris des décisions similaires et cela pour différents motifs. Par exemple, un Associé de la famille Gambino à décliné l'offre de rentrer dans la Cosa Nostra car il ne voulait pas que la famille Gambino ne passe avant sa propre famille. Certains Associés qui dirigent des entreprises lucratives pensent qu'ils peuvent se faire plus d'argent s'ils ne sont pas intronisés. En effet un Soldat de la Cosa Nostra, doit reverser un pourcentage plus important de ses bénéfices à son Capitaine : « En restant un simple Associé vous restez plus indépendant, vous êtes libre de vos propres décisions » déclara un avocat de la défense. Les mentalités ont bien changé. A une époque pas si lointaine, refuser d'être un membre, à part entière d'une famille de la Cosa Nostra signifiait un arrêt de mort automatique sans avertissement préalable. Refuser d’être introniser, c’est comme refuser d’obéir aux ordres du Parrain, qui accepter qu’un Associé de la mafia puisse rejoindre sa famille. Aujourd'hui les responsables d'une famille mafieuse ont tendance à comprendre et a accepter la décision d'un associé à ne pas devenir un membre à part entière de cette organisation criminelle. Francis « BF » Guerra un Associé de la famille Colombo avait aussi refusé de se faire introniser dans ce monde souterrain. Il avait la stature et l'expérience nécessaire pour devenir un Affranchi, mais selon les autorités il avait aussi la réputation de décliner ce genre d'offre. Pour l'agent du FBI Scott Curtis : « Tout le monde connaissait son parcours criminel et ce qu'il avait pu faire par le passé. Il n'avait pas besoin d'un titre pour augmenter sa réputation dans le milieu ». Pour certains experts, la décision de rester un simple Associé est une habile manœuvre d'éviter de plus grosse poursuite en cas d'arrestation. En effet pour utiliser la loi RICO, les procureurs doivent prouver l'appartenance de la personne à une organisation criminelle. Un Soldat d'une famille mafieuse est directement impliqué au terme de cette loi. Mais même en restant un simple Associé, les peines de prison peuvent être aussi importante. Francis Guerra avait été inculpé de plusieurs meurtres et de trafic d’oxycodone. Pendant son procès et malgré le témoignage de plusieurs repentis de la famille Colombo, Francis Guerra avait été finalement acquitté des inculpations de meurtre, mais reconnu coupable de trafic de drogue. Pour ce délit, l’Associé de la famille Colombo sera condamné à près de quatorze années de prison, un verdict que Francis Guerra fêtera dans le bus qui l’emmènera avec les autres prisonniers au Metropolitan Center de New-York.

Lire la suite

L'ANCIEN ACTING BOSS DE LA FAMILLE COLOMBO ATTAQUE LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL

11 Février 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo

Thomas GioeliCondamné à dix huit années de prison pour racket et conspiration de meurtre, l’ancien Acting Boss de la famille Colombo, Thomas « Tommy Shots » Gioeli (voir photo) n’a pas perdu pour autant son instinct de gangster. Alors que ce dernier est actuellement incarcéré dans la prison fédérale de Butner dans l’État de la Caroline du Nord, Thomas Gioeli a décidé avec l’aide de ses avocats, d’attaquer le gouvernement fédéral pour une blessure causée alors qu’il était emprisonné pendant son procès au Métropolitan Center de New-York. Alors que l’ancien Acting Boss de la famille Colombo participé à un tournoi de ping-pong avec d’autres détenus, une chute causée selon lui, en raison d’un sol trop glissant, fit que Thomas Gieoli se fractura le genou droit. Pour ses avocats, les services pénitenciers étaient au courant, qu’en raison d’une fuite provenant des douches qui se trouvaient à proximité de l’aire de détente réservée aux prisonniers, qu’il y avait un risque conséquent pour les détenus de pouvoir se blesser. Pour cette raison, Thomas Gioeli ne demande pas moins près dix millions de dollars de préjudice, qui handicapa selon ses avocats leur client pendant son procès fédéral. Pour la justice Américaine, l’ancien Acting Boss de la famille Colombo, savait très bien qu’il y avait un danger de pratiquer une activité sportive, mais que ce dernier avait décidé de ne pas suivre les directives des gardiens de prison. L’affaire a été confiée au juge fédérale Kiyo Matsumoto, connue des membres de la Cosa Nostra, pour avoir fait condamner de nombreux mafieux, dont la plupart étaient des membres de la famille Colombo. On attend forcément de voir dans ce procès, un Thomas Gioeli, raconter les souffrances endurées par cette blessure, surtout que ses avocats comptent venir à la barre, le médecin de la prison qui a soigné l’ancien Acting Boss de la famille Colombo après sa chute. Outre cette procédure qui embête forcément les procureurs fédéraux, même si ce procès ne durerait que trois jours, c’est surtout la somme demandée par Thomas Gioeli, près de dix millions de dollars de dommage et intérêt qui rend furieuse la justice Américaine. Pour essayer de contre-attaquer, les procureurs fédéraux vont appeler comme témoin, le contremaitre de la prison. Cette personne, avait déclaré, qu’il avait bien pris en compte les plaintes des détenus, mais que selon lui, aucune fuite d’eau n’était à signaler. Pour le BOP, en charge des prisons fédérales Américaine, il ne fait aucun doute que Thomas Gioeli a encore une nouvelle fois menti pour essayer de soutirer de l’argent. Selon l’un des gardiens du Métropolitan Center qui interviendra lui aussi dans ce procès, Thomas Gioeli avait été retrouvé à côté des douches et non à côté, comme il le prétend, d’une table de ping-pong. Cette histoire peut faire rire, mais elle s’inscrit dans un contexte particulier. En effet, les procureurs fédéraux sont depuis ces dernières années, à la peine pour faire condamner des membres de la Cosa Nostra, et ces derniers en profitent tout naturellement, pour essayer d’avoir des avantages en lançant des procès, qui au final ne fait qu’une seule victime, le contribuable Américain.

Lire la suite

ET PENDANT CE TEMPS LÀ...

29 Janvier 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Divers, #Detroit, #Colombo

FIN D'UNE ÉPOQUE POUR LA FAMILLE DE DÉTROIT :

Giacomo ToccoCoup dur pour la famille de Détroit, l’ancien Consigliere de Jack Tocco, Dominic « Uncle Dom » Bommarito est décédé cette semaine d’une crise cardiaque, il avait quatre vingt deux ans. Quand Giacomo « Jack » Tocco (voir photo), qui fut le Parrain de la famille de Détroit pendant plus de vingt ans, décèdera de cause naturelle en Juillet 2014, Dominic Bommarito, aurait selon le FBI, beaucoup aidé son successeur, Jack « Jackie The Kid » Giacalone a recomposer une hiérarchie convenable, pour continuer à gérer les affaires courantes d’une famille de la Cosa Nostra encore très active et influente. Après avoir été remplacé par Anthony Palazzolo, Dominic Bommarito était rentré dans une semi-retraite, mais ses conseils dans certaines affaires étaient toujours très appréciés par Jack Giacalone, qui le considérait comme un membre de la vieille école. Selon la justice Américaine, Dominic Bommarito a été intronisé dans la Cosa Nostra au début des années 1950 par Joseph « The Old Man » Zerilli, qui fut le Parrain de la famille de Détroit pendant plus de quarante ans. Très impliqué dans les paris sportifs, Dominic Bommarito fut soupçonné par le FBI, d’être au début des années 1960, d’être l’un des plus gros moneymaker dans le crime organisé. Naviguant sous le radar du FBI, Dominic Bommarito était très apprécié par les membres de la famille de Détroit : « Tout le monde apprécié Dom. C’était quelqu’un qui savait gérait ses affaires sans utiliser la violence et savaient comment parler aux gens », déclara l’un de ses proches.

JOHN FRANZESE VA BIENTOT FETER SON CENTIEME ANNIVERSAIRE EN PRISON : 

John Franzese (voir photo) reste une « légende » dans la Cosa Nostra. Ce dernier, qui a passé John Franzese plus de la moitié, va bientôt souffler sa centième bougie derrière les barreaux. Condamné à huit années de prison en 2011, pour avoir extorqué, à l’âge de quatre vingt treize ans, pour avoir extorqué plusieurs boites de striptease à Manhattan, avait été rapidement transféré dans centre médical pour les prisonniers fédéraux de Devens dans l’État du Massachusetts. Pour le FBI, il est certains que si John Franzese venait d’être libéré, il continuerait, malgré son âge avancé, à gérer ses son business pour le compte de la famille Colombo. Mais la santé de John Franzese est défaillante et le BOP (Federal Bureau of Prisons) en était en conscient. Alors le 27 Décembre, soit quelques jours après les fêtes de Noël, la justice Américaine avait accordé une faveur à John Franzese, en le libérant une seule journée, le 27 Décembre, pour profiter en retard, des fêtes de Noël avec sa famille. Mais le gangster qui est actuellement le détenu le plus âgé dans un complexe fédéral, souffrirait d’une pneumonie et son état de santé ne permettait pas cette sortie exceptionnelle. Pour son fils Michael, un ancien Capitaine de la famille Colombo, son père, était éligible à une sortie de prison en Juin dernier, et aurait pu si le BOP l’avait accepté, qu’il puisse intégrer une maison de transition entre New-York et Devens, mais le Federal Bureau of Prisons refusa, laissant alors John Franzese soufflait sa centième bougie dans une prison fédérale. Pour ce dernier, la Cosa Nostra coulera dans ses veines tout aulong de sa vie et la justice Américaine en est bien conscient. A noël dernier, le vieux gangster avait reçu de l’un des ses « amis », près de dix mille dollars, qui fut transféré sur son compte de prison, mais John Franzese qui doit encore plus de cent mille dollars au gouvernement fédéral suite à sa condamnation en 2013, s’était vu retiré une grosse partie de cet argent, el BOP ne lui avait laissé que deux cent cinquante dollars comme « prime de noël ».

Lire la suite

LE FILS DE L'ANCIEN PARRAIN DE LA FAMILLE COLOMBO VIENT DE DÉCÉDER

28 Janvier 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo

Anthony ColomboJoseph Colombo l’ancien Parrain emblématique de la famille Colombo s’est longtemps considéré comme un homme d’affaire, une homme d'honneur mais dans le sens familiale du terme et qui gagnait son argent légalement et non grâce au crime organisé. Fondateur de l’Italian-Americans Civil Rights League, Joseph Colombo voulait montrer aux autorités que les stéréotypes qu'ils faisaient continuellement sur les individus d'origines Italiennes en les considérant comme des gangsters étaient inacceptables. Le but de cette association était simple, pouvoir gérer ses activités criminelles en essayant de faire tourner en bourrique le FBI, tout en se faisant passer comme un individu honnête, qui n'hésiterait pas à aider son prochain contre ce genre de discriminations. Alors même si le FBI était persuadé que Joseph Colombo était un Parrain de la Cosa Nostra, qui gagnait des millions de dollars grâce à aux rackets et au meurtre, sa notoriété dans les médias empêchait la moindre action. Mais cette publicité n’était pas tellement appréciée par les autres Parrains de New-York et en particulier par Carlo Gambino, Capo Di Tutti Capi, qui préférait quant-à lui prospérait dans l’ombre. Le 28 Juin 1971, alors que Joseph Colombo, rassemblait pour la deuxième une immense foule pour son association, il fut criblé de balles par un pseudo journaliste, dénommé Jérôme Johnson, qui après cette attaque, sera aussitôt abattu par les gardes du corps du Parrain. Joseph Colombo survécut miraculeusement, mais restera les dernières années de sa vie complètement invalide, sa carrière dans la Cosa Nostra était désormais terminée, mais la famille Colombo qui se faisait nommer Profaci auparavant, gardera son nom en mémoire. Mais Joseph Colombo avait des enfants, et l’un de ses fils, Anthony, qui suivait les traces de son père, était décidé à continuer la lutte contre les discriminions faites sur les Italo-Américains. Par exemple, lorsque le film de Francis Ford Copolla, « The Godafther » sorti sur les écrans de cinéma en 1972, il avait négocié avec les producteurs du film, que les mots mafia et Cosa Nostra ne soient en aucun cas prononcés dans le film. Anthony Colombo déclarait aux médias que son influence venait du fait qu’il était vice-président du Italian-Americans Civil Rights League, sans avoué forcément qu’il était un membre intronisé de la Cosa Nostra. Mais en réalité, si les producteurs avaient refusé les conditions dictées par Anthony Colombo, le tournage du film aurait pu s’avérer très compliqué. En effet, par son influence, les Colombo auraient pu provoqué de de nombreuses grèves, avant et pendant le tournage, qui aurait paralysé une grande partie du tournage et aurait couté des millions de dollars à la Paramount. En 1986, les procureurs fédéraux réussirent à inculper Anthony Colombo de racket. Risquant la prison à perpétuité, ce dernier qui voulait « laver l’honneur de sa famille », acceptera de purger près de quatorze années dans une prison fédérale. A sa sortie de prison, Anthony Colombo continua a défendre la mémoire de son père, en déclarant que Jérôme Johnson, n’avait pas opéré seul et que la la Cosa Nostra avait profité de sa « fragilité psychologique » pour faire assassiner Joseph Colombo. Anthony Colombo fustigea le NYPD d’avoir classé si rapidement l’enquête. Mais sa lutte pour essayer de rendre l’honneur à son père s’arrêta brusquement, Anthony Colombo décèdera il y a quelques jours dans sa maison de San Diego, il avait soixante et onze ans.

Lire la suite

LE FILS DE CARMINE PERSICO ATTEND SON VERDICT ET MOBILISE SES SOUTIENS

22 Octobre 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo

Michael Persico (Michael Persicovoir photo) a une longue histoire avec la Cosa Nostra. Son père, Carmine « The Snake » Persico est actuellement et malgré son incarcération à perpétuité, le Parrain de la famille Colombo. Michael Persico quant-à lui n’a jamais été intronisé, mais son statut au sein de la pègre, lui vaut d’être un individu encore plus influent que certains membres initiés. Ce dernier qui se vantait de gagner sa vie légalement, à toute fois, toujours frôlé la ligne rouge et le FBI le savait très bien. À la fin des années 2000, une surveillance plus étroite des agents fédéraux sur Michael Persico, ont permis aux procureurs d’arrêter ce dernier pour racket et pour avoir été un acteur majeur dans l’assassinat de Ralph Scopo, un Capitaine de la famille Colombo, exécuté pendant la guerre interne qui éclata au sein de cette famille mafieuse au début des années 1990. Risquant une peine de prison à perpétuité, les procureurs fédéraux lui proposèrent une offre qu’il ne pouvait pas refuser. Il plaidait coupable de racket, purgeait au maximum cinq années dans un pénitencier fédéral, et la justice Américaine oubliait l’histoire avec Ralph Scopo. Michael Persico, malgré une certaine réticence au début, accepta cette offre, et sera condamné le 2 Novembre prochain par un juge fédéral de New-York. En attendant de recevoir son verdict, ses soutiens se mobilisent pour essayer d’influencer le juge, et de réduire sa peine de prison, en particulier sa mère Joyce Persico, qui en plus qu’assez de voir les membres de sa famille se faire incarcérer les uns après les autres. La faute à qui ?, à la justice Américaine ? ou à l’influence néfaste qu’a pu avoir Carmine Persico, qui régnait en Patriarche au sein de sa famille et qui ouvert les portes de la Cosa Nostra à l'ensemble de sa « vraie famille » : « Je suis vieille, et j’ai besoin de mon fils pour m’aider dans les tâches quotidiennes. J’ai peur que s’il est incarcéré, je ne le verrai surement plus à l’extérieur » déclara t’elle. Son deuxième fils, Alphonse « Allie Boy » Persico, âgé de soixante et un an, purge actuellement une peine de prison à perpétuité pour plusieurs meurtres orchestrés alors qu’il occupait le poste d’Acting Boss. Son troisième fils, Laurewnce, est désormais un individu complètement déconnecté de la société. Ancien usurier et actuellement livreur de pizza, il n’aurait plus aucun contact avec sa famille actuelle. Pour les procureurs fédéraux, Michael Persico devrait recevoir la peine maximum, en raison d’un statut privilégié dans une famille qui amasse des millions de dollars par an grâce au racket. De plus, selon leurs eux, il ne faut pas être indulgent avec un individu ayant participé au meurtre de Ralph Scopo, même si ce dernier ne fut pas inculpé dans cette affaire. Mais même en n’étant pas inculpé, le juge fédéral pourrait prendre en compte cette histoire pour alourdir la peine de l’accusé. Bizarrerie de la justice Américaine qui permet à un juge d'alourdir une peine de prison s'il pense que les preuves amassées contre l'accusé sont suffisantes. Pour soutenir l’appuie de Joyce Persico, les avocats de la défense ont déclaré, qu’une lourde peine pouvait sans nul doute, aggraver sa condition de santé. Michael Persico souffrirait d’emphysème et de polyarthrite : « Quand ont regarde toutes ses lettres de soutien, il est convainquant de se dire que Michael Persico, a toujours voulu respecter la loi, et surtout, qu'il a essayé de nettoyer toutes ces histoires qui ont souillé son nom de famille » déclarèrent ses avocats.

Lire la suite

LA COSA NOSTRA DU RÊVE À LA RÉALITÉ - PARTIE 2

10 Septembre 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo

LA COSA NOSTRA DU RÊVE À LA RÉALITÉ - PARTIE 2

Le clan Persico était persuadé qu’en éliminant Joseph Scopo, Vic Orena déciderait de rendre les armes. Joseph Scopo était un proche confident de Vic Orena (voir photo), et si ce dernier avait accédé au pouvoir, il aurait été occupé le poste d’Underboss. Dans l’esprit d’Alphonse Persico, il fallait « viser la tête » directement au lieu de s’attaquer aux « portes flingues » de Vic Orena. Ce soir là, John Pappa était accompagné par deux Associés de la famille Colombo, John Sparacino et Eric Curcio. Les trois mafieux se rendirent devant le domicile de Joseph Scopo, habitant à Ozone Park, ils remarquèrent très rapidement le Capitaine de la famille Colombo dans son véhicule. John Sparacino tira le premier avec un fusil mitrailleur, mais par miracle Joseph Scopo sortit indemne. Ce dernier sortit alors de son véhicule et essaya de s’enfuir, mais il remarqua très vite que John Pappa l’attendait non loin, caché derrière un arbre : « Si tu as des couilles, amènes toi, on va voir ce que tu vaux petite merde » lança Joseph Scopo à John Papa. L’Associé de la famille Colombo, savait que c’était l’occasion pour lui de montrer sa valeur à la Cosa Nostra et devenir peut-être un membre intronisé. Il s’avança alors vers Joseph Scopo et lui tira à plusieurs reprises, le tuant sur le coup. Comme avait prévu Alphonse Persico, ce meurtre mit fin à la guerre entre les deux factions de la famille Colombo, les affaires pouvaient enfin reprendre dans un climat à peu près serin, mais pour John Pappa, tout ne se passait comme il le souhaitait. Son meilleur ami, venait de se faire assassiner et John Pappa soupçonnait fortement, un Anthony « Tigger » DeLavecchia, un Soldat dans l’équipe de James Galione, son ancien mentor au sein de la famille Lucchese d’être derrière ce meurtre. Pour John Pappa, il n’y avait qu’une seule solution, se venger et comme son père avait fait quelques années plus tôt, il était prêt à enfreindre les règles de la Cosa Nostra : « Si je n’arrive pas à tuer Tigger » déclara t’il, « Je tuerai Camine Gargano Jr », le neveu d’Anthony DeLavacchia. John Pappa devenait de plus en plus paranoïaque. Lui qui avait exécuté Joseph Scopo, n’avait pas encore été promu au rang de Soldat, et son aigreur était de plus en plus vif. Un soir, en Juillet 1994, Carmine Gargano Jr s’entretua avec un Associé de la famille Lucchese, Mickey DeRosa : « Je vais te tuer », lança ce dernier en quittant le bar. Pour John Pappa, c‘était l’occasion ou jamais, pour rendre la monnaie de sa pièce à Anthony DeLavecchia. John Pappa devenait complètement fou, et n’hésitait pas à se vanter ouvertement de tous les meurtres qu’il avait commis et cela en public. Un soir, alors que John Pappa était accoudé au bar avec Eric Curcio et John Sparacino, ce dernier profita de l’absence des Associés de la famille Colombo pour déblatérer sur ces deux « amis » à un gangster nommé Basciano : « Ces tas de merde, ils se prennent pour des durs, mais c’est moi qui a tué Joseph Scopo ». Quand Basciano raconta l’histoire à John Pappa, son sang ne fit qu’un tour et décidera sans l’accord préalable de la famille Colombo, de l’assassiner à son domicile un mois après. L’assassinat de John Sparacino fut bâclé, et pour se venger, John Pappa essaiera d’enlever son visage avec un couteau. Le 26 Septembre 1997, John Pappa se rendit au mariage de son « ami », Salvatore Sparacino, le frère de John, qu’il avait assassiné un an plus tôt. Alors qu’il montait les marches menant à l’église, John Pappa fut interpelé par des agents de police. Se réfugiant dans l’église, John Pappa fut appréhendé quelques minutes plus tard. Quand Salvatore Sparacino fit la remarque aux policiers, de montrer un peu plus de respect le jour de son mariage, l’un des agents de police lui déclarèrent : « Du respect ? ce fumier à tuer ton frère. ». Son procès ne fut qu’une formalité. John Pappa sera condamné à quatre peines de prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle, plus quarante cinq ans pour trafic de drogue à seulement vingt quatre ans.

Lire la suite

LA COSA NOSTRA DU RÊVE À LA RÉALITÉ - PARTIE 1

7 Septembre 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo

LA COSA NOSTRA DU RÊVE À LA RÉALITÉ - PARTIE 1

Pour la plupart des gangsters, devenir un membre initié dans une famille de la Cosa Nostra est le rêve de toute une vie. La consécration d'une carrière criminelle bien remplie. Mais malgré l’image romancée que l’ont peut apercevoir dans certains films, la Cosa Nostra, reste une organisation criminelle, qui continue à détruire des vies, même à l’intérieur de son propre cercle. Prenons l’exemple de John Pappa (voir photo), un Associé de la famille Colombo. Son père Gérard, surnommé « Papa Bear » était connu des autorités pour être un tueur à gage à la solde des Colombo, puis un Soldat des Genovese. Impitoyable, c’était bien le mot qui collait le mieux à la peau du Soldat des Genovese. Un retard de paiement, entrainait automatiquement un contrat sur la tête de l’individu, à New-York, en appliquant cette méthode, Gerard Pappa se fit très une réputation d'un individu redoutable et tout le monde le craignait. Mais dans la Cosa Nostra, il y a certaines règles. Par exemple, on ne frappe, ni on tue un membre intronisé de la Cosa Nostra sans un accord préalable de sa famille. En 1980, Gerard Pappa, décida de tuer, sans accord préalable, un Capitaine de la famille Colombo, Thomas « Shorty » Spero. Par représailles, Gerard Pappa, sera exécuté de plusieurs balles de canon scié dans la tête, laissant son fils John, âgé de seulement cinq ans pratiquement orphelin. Malgré son jeune âge, John avait déjà remarqué le train de vie des amis de son père. Sa propre mère était conscient qu’en le laissant dans ce milieu, John, allait très vite travailler pour le crime organisé. Elle déménagea alors dans le New-Jersey, loin de son ancien quartier sulfureux, espérant trouver une meilleure issue pour son fils. Mais malgré des études secondaires réussies, John qui idolâtrait son père depuis son plus jeune âge, voulait devenir comme lui, un membre intronisé de la Cosa Nostra. John lentement se prépara à sa nouvelle vie. Il se fit d’abord tatouer sur son dos « Morte prime di disonore » (Plutôt mourir que d’être déshonorer) et sur son bras « Pappa Bear » le surnom de son père chez les Genovese, tout en essayant de se rapprocher d’une équipe de la famille Lucchese gérée par James Galione. La spécialité de John Pappa, c’était la drogue et il se débrouillait plutôt pas mal, il ramenait de l’argent et savait la boucler, le seul problème est que James Galione ne voulait pas de lui dans son équipe. Le Capitaine avait en effet une bonne raison. Le père de John Pappa avait tué son père Ralph, alors Associé de la famille Gambino, John Pappa se rapprocha alors de la famille Colombo, alors en pleine guerre interne. Au début des années 1990, Carmine « The Snake » Persico, Parrain de la famille Colombo, qui purgeait une peine de prison à perpétuité, était fortement contesté. Son fils Alphonse « Allie Boy » Persico, qui était nommé Acting Boss essayait d’éviter une guerre, mais un Capitaine réputé, dénommé Vic Orena, essaya de rassembler le plus de membres possible pour essayer de prendre le pouvoir. John Pappa s’affilia directement au clan Persico, et d’emballer, Alphonse Persico, lui demanda de prouver sa valeur, en assassinant, Joseph Scopo, un membre de la famille Colombo, et proche de Vic Orena. Pour John Pappa, ce contrat pouvait lui amener une entrée rapide vers son rêve, devenir un membre intronisé de la Cosa Nostra. Après plusieurs semaines de repérage, John Pappa, accompagné de deux Associés de la familles Colombo, décidèrent de passer à l’acte, un soir d’Octobre, en 1993.

Lire la suite

AUCUN STRESS VISIBLE POUR LES MAFIEUX DE L'OPÉRATION EAST COAST

31 Août 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Genovese, #Bonanno, #Colombo, #Lucchese

AUCUN STRESS VISIBLE POUR LES MAFIEUX DE L'OPÉRATION EAST COAST

La salle d'audience ne fut assez grande au tribunal fédéral de Manhattan pour pouvoir accueillir l’ensemble des accusés inculpés dans l’opération East Coast, qu'il fallut déplacer la session dans une salle réservée à la base aux demandes de naturalisation. Les procureurs ont déclaré devant les accusés, qu’ils avaient récupéré près de huit cent enregistrements, provenant de différents collaborateurs, la plupart ayant infiltré les familles de la Cosa Nostra pendant plusieurs années. Le procès ne sera pas pour tout de suite, les avocats de la défense devront déjà attendre plusieurs mois, avant de pouvoir récupérer et analyser les enregistrements. Les avocats de la défense décideront alors, de changer ou de confirmer le plaidoyer de leurs clients, la plupart avaient décidé de plaider non-coupable après leur arrestation. En entrant dans le tribunal, le juge fédéral lança la séance par un bonjour aux mafieux présents dans la salle. L’un des accusés, Bradford Nedra, interrompit le lancement de l’audience en déclarant : « Votre honneur, vous nous rendez le sourire et un énorme service, si vous décidiez d’annuler cette affaire » déclenchant le rire des mafieux, des avocats de la défense et même du juge en personne. Bradford Wadra, qui avait été condamné en 1981 à vingt cinq années de prison, pour avoir assassiné un individu lui ayant manqué de respect devant sa petite amie dans un bar de New-York, est aujourd'hui accusé de racket. L’ambiance était particulièrement détendue, les embrassades et les accolades ont continué de nombreuses minutes après la fin de l’audience, laissant présagé un certain optimisme pour les accusés. Pourtant ce climat euphorique pourrait certainement changer. En effet, les procureurs fédéraux vont sortir leur carte maitresse, leurs informateurs. Un agent du FBI identifié sous le pseudonyme de UC-1, sera forcément le témoin le plus important au vu de son statut d’agent fédéral, mais CW-1 identifié comme étant John « JR » Rubeo, un Associé de la famille Genovese, qui travaillait très souvent avec le Capitaine Pasquale « Patsy » Parrello (voir photo) pourrait permettre d'influencer le jury sur certaines condamnations. Le nom d’un autre Associé, aujourd’hui décédé, Ronald « The Beast » Mastrovincenzo, avait quelques semaines plutôt faussement circulé, une ruse des procureurs ?. Envoyé en Floride par Pasquale Porrello pour travailler avec l’actuel Parrain de la famille de Philadelphie sur les fraudes médicales, John Rubeo en avait profité pour enregistrer à plusieurs reprises Joseph Merlino en train de parler ouvertement d’activités criminelles. L’Associé de la famille Genovese avait décidé de coopérer avec le FBI après avoir été arrêté par la DEA en 2011, dans une affaire de trafic de drogue. John Rubeo évitera surement la prison, mais aura certainement du mal à faire condamner ses anciens collègues mafieux, en raison de son lourd passé criminel. Pasquale « Patsy » Parrello, serait selon certains spécialistes, l’un des accusés ayant le plus de chance de se faire condamner. Grâce aux enregistrements de l’informateur CW-1, les procureurs fédéraux auraient assez de preuves, pour relier le Capitaine de la famille Genovese, à une tentative de meurtre orchestrée sur un gangster Albanais, soupçonné d’avoir assassiné son fils, Pasquale Porrello Jr en 1993.

Lire la suite

PETIT TRAFIC DE DROGUE ENTRE FAMILLES

23 Juillet 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo, #Genovese, #Gambino, #Bonanno

PETIT TRAFIC DE DROGUE ENTRE FAMILLES

Le FBI en collaboration avec les procureurs de New-York, a lancé cette semaine une opération de grande envergure contre quatre familles de la Cosa Nostra, les Gambino, les Bonanno, les Colombo et les Genovese. Les individus arrêtés, sont accusés par la justice Américaine, de trafic de marijuana, de pilules d’oxycodone, un analgésique équivalent à la morphine, de fraude fiscal et l’exploitation de jeux illégaux, un grand classique, qui rapporte toujours autant d’argent aux membres de la Cosa Nostra. Ces inculpations démontrent que les familles de la Cosa Nostra se sont entendus ensemble, pour gagner d’énorme profit grâce au trafic de drogue, un délit qui est normalement interdit dans cette organisation criminelle. Entre Février 2014 et Novembre 2015, deux Associés de la famille Bonanno, John Kelly et Richard Sinde, qui purge actuellement une peine de six années de prison pour trafic de pilules de viagra, sont accusés par les procureurs fédéraux d’avoir cultivé illégalement et revendu dans plusieurs États des Etats-Unis, des kilos de marijuana, rapportant près de seize millions de dollars aux familles de la Cosa Nostra. Il est intéressant de noter que suite à l’incarcération de Richard Sinde en Juin 2015, les quatre familles New-Yorkaise se mirent rapidement d’accord, pour le remplacer par Lawrence Dentico Jr, petit-fils de l’ancien Consigliere de la famille Genovese, Lawrence Dentico. Ce dernier qui habite l’État de la Californie, a su rapidement palier l’absence de Richard Sinde, qui était considéré comme l’investigateur en chef de ce trafic. Lawrence Dentico Jr travaillait en collaboration avec deux Associés de la Cosa Nostra, qui eux aussi, cultivaient de la marijuana dans des anciennes fermes. La drogue était ensuite acheminée vers New-York par colis postaux ou en utilisant des camions de livraisons de la marque FedEx. De Manhattan, Stephen Gallo qui est identifié par le FBI comme un Associé de la famille Colombo, s’occupait de réceptionner les « colis » et de la distribution dans les rues de New-York. Stephen Gallo fut aussi accusé d’avoir vendu sans le savoir de la marijuana à deux agents de police de la NYPDC opérant sous couverture. L’un des accusés Frank Parisi, propriétaire du célèbre épicerie Italienne dénommé Parisi Baker, situé située en plein Little Italy, fut arrêté en possession de près de neuf kilos de marijuana. Les procureurs soupçonnent fortement Frank Parisi d’avoir revendu une quantité non négligeable de cette drogue. Toujours pendant la même période, Stephen Gallo, Frank Parisi et deux autres Associés de la Cosa Nostra dénommés Carl Murano et Frank Galesi, sont accusés d’avoir comploté pour tirer profit d’un site de paris illégaux, un délit qui aurait rapporté près d’un million de dollars en seulement un an. Dans l’acte d’accusation, un membre notoire de la Cosa Nostra fut lui aussi inculpé, il s’agit du Soldat de la famille Gambino, Michael « Mickey Boy » Paradiso. Ancien Capitaine dans cette organisation criminelle, ce dernier avait été rétrogradé au plus bas de l’échelle, après avoir été condamné à dix neuf années de prison en 1987 pour trafic de drogue. Libéré en 2011 d’un pénitencier fédéral, Michael Paradiso avait repris très rapidement ses activités au sein de la famille Gambino. Ce dernier aurait selon la justice Américaine comploté avec les différentes familles de la Cosa Nostra dans la mise en place de ce trafic de drogue. Ironiquement et malgré son statut au sein du crime organisé, Michael Paradiso, qui n’a toujours pas comparu devant un juge fédéral, est l’un des accusés ayant le moins de charge retenue contre lui.

Lire la suite