Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LCN

L'ANCIEN ACTING BOSS DE LA FAMILLE COLOMBO ATTAQUE LE GOUVERNEMENT FEDERAL

30 Novembre 2014 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo

L'ANCIEN ACTING BOSS DE LA FAMILLE COLOMBO ATTAQUE LE GOUVERNEMENT FEDERAL

En 2008, le FBI lança une opération de grande envergure contre la famille Colombo. Plusieurs de ses membres furent arrêtés dont l’Acting Boss, Thomas « Tommy Shots » Gioeli (voir photo). Dès son arrestation, ce dernier fut incarcéré au Métropolitan Center de New-York. Ce centre de détention fédéral accueille les détenus en attente de jugement et plusieurs membres de la Cosa Nostra des différentes familles s’y retrouvent incarcérés. Thomas Gioeli était accusé de vol, de racket, d’extorsion et de plusieurs meurtres liés à la Cosa Nostra et en particulier à la famille Colombo, pendant la guerre interne qui éclata dans la famille au début des années 1990. Son incarcération en lui-même était donc nécessaire, Thomas Gioeli, en étant à la tête d’une organisation criminelle, qui à cette époque était encore très active à New-York et dans les environs, pouvait commanditer des meurtres, c’est pour cela qu’il fut incarcéré dans la partie la plus dure du Métropilitan, appelé « IT », l’isolement total. Cette partie de la prison est conçue pour que les prisonniers ne puissent avoir aucun contact entre eux, enfermé près de vingt trois heures dans une cellule, Thomas Gioeli, n’avait le droit qu’a une heure d’ « activité », dans une minuscule cour de prison, donnant une vue imprenable sur des barbelés. Thomas Gioeli en avait plus qu’assez de ses conditions de détention, de plus souffrant de nombreux problèmes de santé, il fut transféré à plusieurs reprises dans des hôpitaux à New-York pour se faire soigner. Face à ces problèmes récurrents, il fut maintenu dans une partie jugée « moins difficile », ou le contact avec les prisonniers étaient donc permis. Ayant retrouvé d’avantage de temps libre, Thomas Gioeli en profita pour ouvrir un blog et même un compte Twitter, grâce aux ordinateurs de la prison. Sur ce blog, il communiqua sur ses conditions de détention et traita très volontiers les différents membres de la famille Colombo qui avaient décidé de collaborer. Le problème est que plusieurs de ses membres l’accusaient ouvertement dans plusieurs meurtres, mais en raison d'une une longue bataille juridique, le procès de l’ancien Acting Boss de la famille Colombo, commença seulement début 2012, soit plus de quatre ans après les arrestations. Ce procès qui dura plusieurs mois, se soldera au final par un acquittement pour les six meurtres dont Thomas Gioeli fut accusé, mais il sera reconnu coupable de racket, d’extorsion et d’avoir commandité plusieurs assassinats. Il fallut attendre plus d’un an avant que ce dernier ne soit condamné à près de dix huit années dans un pénitencier fédéral. Une fois le verdict prononcé, il quitta le Métropolitan Center pour être incarcéré dans une prison fédérale dans un autre État Américain, en Caroline du Nord, dans la prison de Butner, ou sont emprisonnés des anciens « amis » de Thomas Gioeli, comme Carmine « The Snake » Perscico. Ayant changé de lieu de détention, cela n’empêcha pas le mafieux de continuer à « insulter » le gouvernement fédéral et à se plaindre sur l’ « injustice » de sa condamnation. Lors du procès de l’ancien Acting Boss de la famille Colombo Joel Cacace, jugé pour avoir commandité le meurtre d’un officier de police Ralph Dols en 1998, Thomas Gioeli, salua avec respect le comportement de son ancien ami, qui ne broncha pas une seule fois, alors que ce dernier risquait au départ la peine de mort s'il était reconnu coupable (Joel Cacace sera finalement acquitté pour ce meurtre). Il déversa sa haine contre les anciens membres de sa famille qui ont décidé de collaborer comme Joseph « Joey Caves » Competiello, qu'il juge comme un meurtrier sans scrupule, qui risque de retrouver la liberté alors que d’après lui, le procureur en charge du dossier contre la famille Colombo était effrayé à l'idée de le questionner pendant les procès ou il apparaissait en tant que témoin. En début de semaine, il refit parlé de lui, après que le mafieux décida de poursuivre le gouvernement fédéral, réclamant près de dix millions de dollars pour une chute accidentelle dans les douches dans la prison ou ile st incarcéré. En Août dernier, alors qu'il voulait aller se laver, Thomas Gioeli, glissa et chuta lourdement sur le sol, en raison d'une inondation causée par un tuyau défectueux. A cause de cet incident, l'ancien Acting Boss de la famille Colombo, qui n'était pas au mieux de sa forme, en raison de ses problèmes cardiaques et de son diabète, a du mal désormais à marcher, boite et est presque devenu selon ses avocats « handicapé »..

Lire la suite

LA FAMILLE PATRIARCA EN PLEINE INCERTITUDE

27 Novembre 2014 , Rédigé par Xav Publié dans #Patriarca

LA FAMILLE PATRIARCA EN PLEINE INCERTITUDE

En 2009, pris dans une affaire de racket, le Parrain de la famille Patriarca, Luigi « Baby Cabanes » Manocchio, avait laissé le pouvoir à Peter Limone (voir photo), mais ce dernier, disposant d’une liberté très limité pour diriger la famille et commençant à souffrir de plusieurs problèmes de santé, décida depuis quelques années de s’entourer d’Acting Boss. Pour lui cette démarche est simple, un membre respecté de la famille, gère les activités sur le terrain, et surveille les intérêts de la famille, le Boss en exercice n’est la que pour prendre les décisions sur son orientation et intervenir en cas de conflit interne. Cette disposition permet aussi de diminuer un peu la pression que peut exercer les agents fédéraux sur l’actuel Parrain. Le gouvernement fédéral disposant de la loi Rico, elle peut faire condamner un membre important d’une famille du crime organisé et le faire incarcérer pour plusieurs années en prison. Le problème est qu’au jour d’aujourd’hui, il ne fait pas très bon d’être un Acting Boss dans la famille Patriarca. Le premier qui fut nommé à ce poste fut Anthony DiNunzio, qui resta à peu près deux ans à ce poste, avant de se faire arrêter et condamner à six ans de prison dans un pénitencier fédéral, pour avoir racketté pendant plusieurs années des boites de striptease dans le Rhode-Island. Son frère Carmen « The CheezeMan » DiNunzio qui occupait le poste de Consigliere, fut lui aussi condamné à six années pour corruption. Suite à ce chamboulement dans la famille, Anthony « Spucky » Spagnolo, un Capitaine respecté de la famille Patriarca, qui avait remplacé au pied levé Anthony DiNunzio, fut arrêté avec le Soldat Pryce « Stretch » Quintina, en Octobre dernier pour extorsion (Cf : L’Acting Boss de la famille Patriarca arrêté pour extorsion). Face à cette situation, Peter Limone se démonta pas et nomma de nouveau, un Capitaine respecté et craint de la famille, Anthony Parrillo . Si ce de dernier est aussi redouté dans la famille Patriarca, c’est en raison de sa dernière condamnation pour un double meurtre dans une affaire de drogue en 1977. Cette année là, il avait assassiné un Associé de la famille Patriarca, Ronnie Leone et son voisin Rudy Baronet, qui malheureusement pour lui était au mauvais endroit au mauvais moment. Ronnie Leone devait pas mal d’argent à Anthony Parrillo sur une affaire de drogue, et l’Associé de la famille Patriarca avait beaucoup de mal à le rembourser. Après plusieurs menaces fait par le mafieux pour obtenir son argent il convoqua Ronnie Leone à une réunion pour essayer d’obtenir un arrangement à l’amiable. Ce genre de phrase, « s’arranger avec quelqu’un », n’est pas dans le vocabulaire d’un membre de la Cosa Nostra, ces derniers, menacent, tuent, pour essayer d’obtenir au final ce qu’ils veulent, vouloir avoir un « arrangement à l’amiable », avec un Associé qui ne veut pas donner une part de ses bénéfices à un membre de la Cosa Nostra dans un trafic, c’est comme « s’allonger devant lui », une chose inacceptable. En arrivant sur les lieux, Ronnie Leone et son ami Rudy Baronet furent tués de plusieurs balles dans le corps. L’assassinat se déroula chez un Associé d’Anthony Parrillo, Denis Roche, et quand la petite amie du Capitaine de la Cosa Nostra arriva sur les lieux, elle vit le mafieux en train de découper les deux corps tranquillement : « J’espère que tu as l’estomac solide » lui déclara t’il sourire aux lèvres. En 1981, Dennis Roche fut tué et Janice Costa, la copine d’Anthony Parrillo craignit immédiatement pour sa vie, en pensant que cet assassinat était lié au double meurtre de Ronnie Leone et Rudy Baronnet et elle décida de collaborer avec la justice. Son témoignage permit de faire condamner Anthony Parillo à une peine de vingt ans de prison pour meurtre, au final il purgea onze années dans une prison fédérale et repris dès sa sortie ses activités au sein de la famille Patriarca. En 2011, il fut accusé par la justice d’avoir harcelé son ex-femme. Il se présenta directement chez elle, rentra dans son jardin, en lui hurlant de sortir de chez elle. Apeurée, et connaissant la notoriété et la violence d’Anthony Parrillo, elle appela la police qui arriva directement sur les lieux pour arrêter le mafieux. Vu son casier judiciaire, il fut tout de suite incarcéré mais libéré plus tard sous caution. Aujourd’hui, Anthony Parrillo arrive à la tête d’une famille qui est en pleine incertitude. Outre les arrestations depuis quelques années des différents Acting Boss, elle doit faire face aussi aux arrestations de Capitaines, qui chamboulent un peu plus son organisation. Récemment, le Soldat, Alfred « Chippy » Scivola a été placée dans une maison de transition fédérale avant sa sortie prévue pour Janvier 2015. Le vieux mafieux qui est âgé de soixante treize ans, avait été condamné à près de trois ans de prison en 2011, pour avoir extorqué plusieurs boîtes de striptease. Plaidant coupable des accusations retenues contre lui, sa peine fut considérablement réduite, mais ce dernier avait admit « travailler » pour la Cosa Nostra et en être un membre initié, une chose contraire à l’omerta, les membres initiés ayant interdiction de révéler leur présence dans cette organisation criminelle. La semaine dernière, Edward « Eddie » Latto qui a été condamné à neuf ans de prison il y a deux ans pour plusieurs charges fédérales, vient d’être de nouveau accusé par la justice Américaine d’avoir été à la tête d’une équipe gagnant de l’argent grâce aux paris sportifs. Transféré de sa prison fédérale ou il purgeait sa peine, à une prison d’État, s’il est reconnu coupable, le Capitaine de la famille Patriarca qui est âgé de soixante sept ans, pourrait terminer sa vie derrière les barreaux.

Lire la suite

ET PENDANT CE TEMPS LA...

24 Novembre 2014 , Rédigé par Xav Publié dans #Divers

ET PENDANT CE TEMPS LA...

"JE NE SUIS PAS UN GANGSTER MAIS UN GENTLEMAN"

Dans une lettre envoyée aux avocats du Soldat de la famille Bonanno, Anthony « Skinny » Santoro (voir photo), un juge fédéral de Manhatan, a refusé de rejeter les accusations de prêt usuraire, de trafic de drogue et de possessions d’armes à feux, dont le Soldat de la famille Bonanno était accusé. Par contre, le juge fédéral, en a profité pour « saluer » le comportement d’Anthony Santoro, lors de son interpellation en Juillet 2013. En arrivant à son domicile, ce dernier déclara d’emblée au FBI que les choses qu’ils allaient trouvées dans son appartement, n’appartenaient qu’à lui et que sa compagne, présente lors de la perquisition, n’avait rien à faire dans l’histoire. Ce jour là, les agents fédéraux avaient saisi près de dix kilos de marijuana, quarante six mille dollars en liquide et plusieurs armes à feux dont les numéros de séries avaient été enlevés. Mais son attitude « chevaleresque » a été souligné par le juge lors de son rapport envoyé aux avocats de la défense. Mais cela ne change en rien le comportement que peut avoir le Soldat de la famille Bonanno dans la vie de tous les jours. En effet, Anthony Santoro est un « gros bras » de la famille mafieuse, et les nombreux enregistrements dévoilés par les procureurs fédéraux lors de son arrestation, montre clairement une personne prête à « couper des têtes » si nécessaire, si certains individus ne le remboursaient pas. De plus l’attitude qu’a pu avoir Anthony Santoro, lors de son arrestation fut bien différente, quand il essaya de démontrer aux agents fédéraux que la plupart des armes retrouvées lors de la perquisition, appartenaient en réalité à sa voisine, qui était décédée en 2012 d’un cancer du poumon. Après son décès, son logement ne fut pas tout de suite occupé et le Soldat de la famille Bonanno en avait profité pour cacher plusieurs armes dont il n’arrivait plus à stocker dans son propre appartement. Face à toutes ces accusations, les procureurs lui proposèrent une peine entre neuf et dix huit années de prison si ce dernier acceptait de plaider coupable, une offre qu’il refusa immédiatement.

ET PENDANT CE TEMPS LA...

INCARCÉRATION RETARDÉE POUR JOEY MERLINO :

Fin Octobre, le Parrain actuel de la Cosa Nostra à Philadelphie, Joey Merlino (voir photo), fut condamné à purgé une peine de quatre mois de prison pour une violation de libération conditionnelle. Ce verdict fut possible, en raison de la rencontre qu’a pu avoir Joey Merlino en Juin dernier dans un bar à cigares à Boca Raton, avec un Capitaine de la famille de Philadelphie, John « Johnny Chang » Ciancaglini. Joey Merlino, devait commencer sa peine de quatre mois de prison, trente jours après le verdict, soit pour fin Novembre, mais ses avocats ont réussi la semaine dernière a repoussé l’échéance pour que leur client puisse profiter des fêtes de noël avec sa famille, mais aussi profiter de l’ouverture prochaine de son futur restaurant. Bien qu’un juge fédéral ait déjà rejeté une demande fait par les avocats de la défense, de garder libre Joey Merlino en attendant son appel, un deuxième juge a finalement accepté que le Parrain de la famille de Philadelphie, puisse commencer à effectuer sa peine début Janvier. Dans son rapport pour justifier de son verdict, le juge Barclay Surrick, déclara que : « Le report de la peine permettra à la cour d’appel d’examiner le dossier de Joey Merlino », même si d’après le juge, il est très peu probable que Joey Merlino puisse voir le verdict annulé. Pendant l’audience qui avait abouti à la condamnation de Joey Merlino, les avocats de la défense avaient prétexté que la rencontre de leur client avec le Capitaine de la famille de Philadelphie et deux individus ayant des liens étroits avec le crime organisé, était juste une rencontre « fortuite », que Joey Merlino n’allait pas prendre le risque de perdre sa liberté, seulement quelques mois avant que ses contraintes liées à sa libération conditionnelle soient enfin finies.

ET PENDANT CE TEMPS LA...

UN JUGE REJETTE LA DEMANDE DE MICHAEL PERSICO :

En Octobre dernier, l’Associé de la famille Colombo, Michael Persico (voir photo), tristement célèbre pour être le fils du Boss actuel de la famille Colombo, Carmine « The Snkae » Persico, avait demande à un juge fédéral de rejeter son accord de plaidoyer qu’il avait effectué avec les procureurs fédéraux quelques mois auparavant. Cet arrangement prévoyait que Michael Persico plaide coupable d’une charge de racket et que les procureurs oublient le meurtre de Ralph Scoppo dont il était soupçonnait. Une offre qu’il ne pouvait pas refuser, car après son arrestation en 2010, l’Associé de la famille Colombo, risquait une peine de prison à perpétuité et là, il pouvait être condamné au maximum à une peine de quatre ans dans un pénitencier fédéral. Mais après quelques mois, les avocats de la défense s’étaient aperçus que les agents fédéraux avaient fait pression sur des agents de probation, dans le but de le faire condamner de nouveau après sa sortie de prison, une attitude que Michael Persico n’apprécia pas tellement. Mais un accord de plaidoyer ne ce « casse » pas aussi facilement et un juge fédéral décida la semaine dernière de rejeter la demande du fils de Carmine Persico. Michael Persico avait certifié au juge fédéral qu’en réalité, il n’avait pas tellement bien compris l’accord des procureurs et qu’il voulait tenter sa chance dans un futur procès. Mais pour le juge fédéral en charge de cette affaire, l’Associé de la famille Colombo avait révélé à plusieurs reprises à ses avocats, comprendre parfaitement les charges retenues contre lui et qu’il devait faire face désormais à aller en prison pour que cette affaire soit enfin terminée.

Lire la suite

CHANGEMENT DE CONSIGLIERE POUR LA FAMILLE DE DETROIT

21 Novembre 2014 , Rédigé par Xav Publié dans #Detroit

CHANGEMENT DE CONSIGLIERE POUR LA FAMILLE DE DETROIT

Depuis le décès de l’ancien Parrain historique de la famille de Détroit (dénommée aussi The Partnership), Giacomo « Jack » Tocco (voir photo),, cette dernière a du se réorganiser. Celui qui fut à sa tête pendant près de trente cinq ans (un record dans une famille de la Cosa Nostra), décida de se faire remplacer par Jack « Jackie The Kid » Giacalone, un membre d’une autre génération, beaucoup plus jeune, mais extrêmement respecté. Jack Giacalone qui est âgé aujourd’hui de soixante quatre ans, est le fils d’un ancien Capitaine Vito « Billy Jack » Giacalone et neveu d’Anthony Giacalone, lui aussi Capitaine dans la famille. The Partnership de Détroit, diffère des autres familles de la Cosa Nostra. Très peu d’information circule à son sujet, et la plupart de ses membres sont nés au « pays » et sont liés entre eux par des mariages ou par le sang, évitant de ce fait, la propagation d’informateurs dans les rangs. Ce système très cloisonné, a permis à la famille de Détroit, d’éviter les attaques répétées du FBI, et d’être à ce jour, une des familles les plus influentes de la Cosa Nostra aux Etats-Unis depuis des années, à côté de la famille Genovese. En tant que nouveau patron, Jackie Giacalone, essaya de satisfaire tout le monde. En Acting Boss, il nomma le neveu de l’ancien Parrain, Peter « Blackie » Tocco, en Underboss, il fit confiance à Anthony « Tony Chicago » Lapiana, un mafieux de la vieille école, un gangster à « col blanc », ancien protégé de Giacomo Tocco, et neveu par mariage, sa popularité au sein de la famille est tellement importante, que certains pensent que c‘est lui qui tire en réalité les ficelles derrière, Jackie Giacalone. Pour se faire « conseiller », le nouveau Parrain nomma Dominic « Oncle Dom » Bommarito, qui servait déjà de Consigliere à Giacomo Tocco depuis 2008. Ce dernier a beaucoup facilité la transition entre l’ancien Boss historique de la famille après sa semi-retraite et son successeur, pour ce geste, Jackie Giacalone le remercia en le gardant à son poste, mais ce dernier devenant trop vieux, avait d’autres ambitions, pas de prendre le pouvoir, mais prendre sa « retraite ». Dans la Cosa Nostra, ce genre de chose n’est pas envisageable, un membre initié, vit et meurt pour l’organisation, mais cela peu très bien être accordé, généralement pour les membres d’une hiérarchie ou des vieux Capitaines. Le mafieux, cesse alors ses activités au sein de la famille, mais peut toujours garder un rôle de « conseiller » ou peut être appelé pour apaiser des tensions au sein d’une famille en discorde. Pour l’instant, il n’y a aucune tension dans la famille, et Anthony « Tony Pal » Palazzolo, le mafieux qui va remplacer Dominic Bommarito, est un ancien de la « boutique » et connait parfaitement les moindre recoins de la famille. Anthony Palazzolo est connu des autorités depuis de nombreuses années. Suspecté dans plusieurs meurtres, il avait fait parler de lui en 2008, quand le FBI le soupçonna entre autre, d’avoir été très actif dans la disparition du célèbre syndicaliste des Teamsters, Jimmy Hoffa en 1975. Les informations concernant sa disparition, avait été lancées par Anthony « Tony Z » Zerilli, un ancien Underboss, mis en disgrâce par la famille depuis sa libération de prison en 2008, mais d’après des écoutes menées par le FBI en 1992, Anthony Palazzolo se vantait d’avoir pris part à l’assassinat de l’ancien syndialiste. En général, Anthony Palazzolo, gère ses activités au sud de Détroit, ou il était devenu un Capitaine à la fin des années 1990. De nature très discrète, il fait gagner des millions de dollars à la famille, en restant sous le radar du FBI. Pourtant étroitement surveillé par les agents fédéraux, il avait obtenu le surnom de « Papillon », en raison de sa capacité à être très difficile à attraper, ce qui avait poussé le FBI, à infiltrer son équipe au début des années 1990, ce qui entrainera une condamnation à quelques années de prison pour blanchiment d’argent. Pendant cette infiltration, Anthony Palazzolo s’était vanté auprès d’un informateur en lui disant : « Ceci est ma ville (Détroit). Personne ne fais quelque chose, sans que mes gars ou moi donnent son accord ». Pour un procureur fédéral, qui connaissait parfaitement la famille de Détroit et plus particulièrement Anthony Palazzolo, il ne fait aucun doute que ce dernier, joue un rôle majeur dans l’organisation : « Anthony aime être un gangster. Vous l’auriez tout de suite vu à sa façon de se comporter pendant son dernier procès et pendant la diffusion des enregistrements »

Lire la suite

"TOUTE COOPÉRATION MÉRITE RÉCOMPENSE "

18 Novembre 2014 , Rédigé par Xav Publié dans #Gambino

"TOUTE COOPÉRATION MÉRITE  RÉCOMPENSE "

Un Associé de la famille Gambino, et fils d’un ancien Capitaine de la famille mafieuse, Anthony « Fat Andy » Rugianno (voir photo) (décédé en 1999, après avoir purgé près de treize années pour racket), a été récompensé en début de semaine dernière pour sa coopération avec la justice dans plusieurs affaires contre la Cosa Nostra. Ironiquement, son père détestait les « rats » et quand son fils décida de collaborer avec le gouvernement fédéral en 2007, une vieille habitante du quartier d’Ozone Park, ou ce dernier avait ses repères et y tenait même un club social, avait déclaré à un journaliste présent ce jour là : « Son père doit se retourner dans sa tombe, je pense qu’il l’aurait tué s’il avait été encore en vie ». Cette habitante avait été surprise de voir que du jour au lendemain, la maison occupée par Anthony Ruggiano Jr et sa femme, avait été désertée, le motif était assez simple, le gouvernement fédéral, les avait placé dans en endroit tenu secret. Son père avait crée avec plusieurs amis, au début des années 1960, le « Liberty Café », un repère ou les différents membres de la famille Gambino se réunissaient, pour jouer aux cartes, boire un verre, parler affaires, et de temps en temps pour commettre des meurtres. C’est pour l’un de ses meurtres, qu’Anthony Ruggiano Jr fut accusé en 2007, celui de l’Associé de la famille Gambino, Frank « Geeky » Boccia, assassiné dans la cour arrière du club social en 1988. Ce dernier était le beau frère, d’Anthony Ruggiano Sr, et avait agressé volontairement la belle-mère du Capitaine de la famille Gambino, en l'insultant et plus grave encore, en la poussant dans les escaliers. A cette époque, le vieux mafieux, venait de commencer à purger une peine pour racket, et la relation qu’il entretenait avec le Parrain de la famille Gambino, fraichement élu, John Gotti, n’était pas au beau fixe. Il faut dire, que « Fat Andy » comme il était surnommait, était un mafieux de la vieille école, initié dans les années 1950 sous le règne d’Albert Anastasia, qui avait refusé à plusieurs reprises de venir témoigner devant un grand jury, et avait même réussi à échapper pendant près de deux ans au FBI, alors qu’il était accusé de racket fédéral, en se faisant passer pour un membre des Hells Angels (il s'était fait pousser la barbe pour l'occasion), célèbre gang de motards. Il était un membre extrêmement respecté de la famille Gambino, qui aurait très bien pu prendre la tête de la famille, c’est pour cela que John Gotti s’en méfiait énormément et l'avait fait d'ailleurs déménager en Floride, pour plus de sécurité. De plus, Anthony Ruggiano Sr, avait de très bonnes relations avec plusieurs membres des autres familles New-Yorkaise. Mais l’événement qui se produisit avec Frank Boccia, était inacceptable, et John Gotti malgré les nombreuses divergences qu’il pouvait entretenir avec le Capitaine de la famille Gambino, était obligé d’accepter le contrat. Cette nuit là, Anthony Ruggiano Jr avait attiré Frank Boccia, dans le Liberty Café ou à l’intérieur Dominick « Skinny Dom » Pizonnia qui sera initié par la suite pour ce meurtre, l’attendait, arme à la main. Une fois à l’intérieur, ce dernier lui tira dessus à cinq reprises, mais curieusement, Frank Boccia était toujours en vie, nécessitant à ce que Dominick Pizzonia recharge, avant de finir par le tuer pour de bon. Une fois l’assassinat terminé, Anthony Ruggiano Jr s’occupa de vider et de découper le corps, avant de le jeter dans l’océan. Une fois arrêté par le FBI et face à la possibilité de terminer sa vie derrière les barreaux, Anthony Ruggiano Jr décida très rapidement de collaborer, et aida la justice Américaine à faire comparaitre Dominick Pizzonia pour le meurtre de Frank Boccia et de Thomas et Rosemarie Uva, ce dernier sera finalement acquitté, mais condamné à plusieurs années de prison pour racket. Comme pour toute coopération, les procureurs fédéraux ont jugé celle de l’Associé de la famille Gambino comme « historique », car outre la comparution de Dominick Pizzonia devant un tribunal fédéral, Anthony Ruggiano Jr, avait témoigné au procès pour meurtre de l’ancien Acting Boss de la famille Gambino, Bartolomeo « Bobby Glasses » Vernace, qui sera condamné à la réclusion criminelle à perpétuité pour l’assassinat de Richard Godkin et John D'Agnese, deux employés de bar, tués en 1981 : « Je suis désolé. Je suis tellement désolé pour tout. J’ai grandi dans une famille qui était enracinée dans le cirme organsié, j’ai suivi l’ombre de mon père » déclara Anthony Ruggiano Jr, qui stipula par ailleurs, qu’il avait « nettoyé sa vie » depuis qu’il était rentré dans le programme de protection des témoins. La famille de Frank Boccia, composée de Jenna sa fille et de sa sœur Joséphine, a tenu à être présente lors du verdict : « Il est inconcevable que Monsieur Ruggiano puisse vivre avec tout ça » expliqua Joséphique à la barre, déclarant que les « entrailles » de son pères avaient été vidés, et que son corps n’avait jamais été retrouvé. Pour cette dernière, seul une peine maximale, comprenant la réclusion criminelle à perpétuité, peut convenir face à une telle barbarie : « La colère que j’ai contre vous est indescriptible », déclara la fille de Frrank Boccia, rajoutant que sa famille lui avait dit que son père était encore en vie, qu’il était tout simplement parti de la maison familiale. Même si le juge fédéral, Jack Weinstein, comprenait parfaitement la douleur de la famille de l’ancien Associé de la famille Gambino, la coopération d’ Anthony Ruggiano Jr, mérite une « récompense » et même les « collaborateurs les plus nauséabonds », méritent une nouvelle chance. Pour tous ses crimes et grâce à sa collaboration, Anthony Ruggiano Jr sorti libre du tribunal, pour réintégrer le programme de protection des témoins. Au total, il n’aura purgé que trois jours de prison.

Lire la suite

DANS LA FAMILLE CIANCAGLINI, JE DEMANDE LE PÈRE

15 Novembre 2014 , Rédigé par Xav Publié dans #Philadelphie

DANS LA FAMILLE CIANCAGLINI, JE DEMANDE LE PÈRE

Joseph « Chickie » Ciancaglini (voir photo), un membre de longue date de la famille de Philadelphie et père de Joseph, John et Michael tous les trois initiés dans la Cosa Nostra, va bientôt sortir de prison. Condamné à quarante cinq ans dans un pénitencier fédéral pour meurtre et racket en 1988, Joseph Ciacaglini, qui est aujourd’hui âgé de quatre vingt ans, vient de rentrer dans une maison de transition, pour une libération prévue en début d’année 2015. Sa peine de prison fut très importante, car ce dernier qui est un membre initié de la famille de Philadelphie depuis les années 1960, avait participé au meurtre d’un Capitaine, Frank « Barracuda Frank » Sindone, en 1980, petit retour en arrière. A cette époque, une certaine tension régnait dans les rangs de la famille. Plusieurs membres en avaient assez du comportement d’Angelo « Gentleman Don » Bruno, qui gérait selon eux mal les affaires. Il faut dire qu’Angelo Bruno occupait le poste de Parrain depuis 1959, mais ces derniers temps, le Boss de la famille avait pris une décision qui le mena à sa perte. A la fin des années 1980, Atlantic City, le « Las Vegas » de la côte Est engendrait des millions de dollars à la famille de Philadelphie. Étant sur le « terrain » d’Angelo Bruno, aucune famille de la Cosa Nostra, pouvait empiéter dans les affaires du vieux Parrain sans son consentement. Le problème était que les cinq familles de New-York pensaient qu’Atlantic City était beaucoup trop « gros » pour la famille de Philadelphie, et face à certaines pressions, Angelo Bruno décida que ces dernières pouvaient faire des affaires sur son territoire, qui devenait alors désormais « ouvert », comme la Floride. Pour Angelo Bruno, il était impossible de « contrer » les cinq familles, elles étaient beaucoup plus importantes que la sienne, et siégeant à la Commission depuis des années, il savait qu’il ne servait à rien d’avoir des ennuis avec une telle force de frappe. Mais certains membres de sa famille, furent très énervés face à cette attitude, et décidèrent de mener un complot dans l’optique d’assassiner Angelo Bruno. Plusieurs membres de haut rang, dont le Consigliere d’Angelo Bruno, Antonio Caponicro, et les Capitaines, Frank « Barracuda Frank » Sindone et John Simone, un Capitaine opérant principalement dans le New-jersey, alla voir directement le Parrain de la famille Genovese, qui à cette époque, était Frank « Funzy » Tieri. Ce dernier leur déclara, que la Commission était d’accord pour qu’Angelo Bruno se fasse liquider, mais en réalité, cela était une ruse du Parrain de la famille Genovese, qui espérait fortement qu’un conflit interne éclate dans Philadelphie après ce meurtre non autorisé, pour pouvoir « grignoter » un peu du terrain. L’assassinat d’Angelo Bruno, se déroula comme convenu en 1980, mais quand la Commission apprit la nouvelle, elle lança d’office, une série de contrats contre les assaillants, qui furent tous exécutés à quelques semaines d’intervalles. Joseph « Chickie » Ciancaglini, devait s’occuper de celui de Frank Sindone, qui fut assassiné dans une ruelle le 29 Octobre 1980, de trois balles dans la tête. D’après le FBI, Joseph Ciancaglini et son ami et Capitaine, Salvatore « Chuckie » Merlino, (père de Joey Merlino), forcèrent Frank Sindone de revenir à Philadelphie, (ce dernier étant parti se cacher en Californie, quand il apprit qu’un contrat avait été lancé sur sa tête), prétextant que son affaire était finie, qu’il ne risquait plus rien. Cela était bien sur un stratagème, pour l’attraper et le tuer plus facilement. D’après, un membre de la famille de Philadelphie, Frank Sindone supplia les deux mafieux de ne pas l’exécuter, mais, un contrat lancé de la Commission et non exécuté, pouvait entrainer la mort pour Joseph Ciancaglini et Salvatore Merlino. Pour Joseph Ciancaglini, cela était le « boulot », il avait participé à plusieurs assassinats, et n’avait plus aucune pitié, de plus, dans un sens il aimait, ça, il avait déjà tué une victime avec des pics à glace. En arrivant dans la prison fédérale ou il fut incarcéré pour ce meurtre, Joseph Ciancaglini constata que les membres de sa propre famille étaient déchirés dans la guerre qu’opposé le Parrain John Stanfa et une faction rivale menée par Joey Merlino. Pour apaiser les tensions, Joseph « Joey Chang » Ciancaglini, fut nommé Underboss par John Stanfa, mais il fut brutalement criblé de balles en 1993. Ce dernier survécut miraculeusement, mais sa carrière dans la Mafia de Philadelphie était terminée. Pour se venger, John Stanfa, assassina Michael « Mikey Chang » Ciancaglini en Août 1993, ce dernier mourrut dans les bras de Joey Merlino, qui survécut quant-à lui à l’attaque, en ne prenant qu’une seule balle dans les fesses. De sa cellule, Joseph « Chickie » Ciancaglini, resta impuissant mais prit parti quand même pour la faction à John Stanfa. D’après son fils, John « Johnny Chang » Ciancaglini, qui lui n’avait pas pris parti dans ce conflit avait déclaré que son père lui avait dit : « Les seules personnes qui ont été visées dans cette affaire, c’est ma famille. Regardez mon fils, il n’est plus capable de marche et de manger correctement et mon autre fils est dans une boite. »

Lire la suite

LA FAMILLE DECAVALCANTE DE RETOUR AUX AFFAIRES

12 Novembre 2014 , Rédigé par Xav Publié dans #DeCavalcante

LA FAMILLE DECAVALCANTE DE RETOUR AUX AFFAIRES

La famille DeCavalcante reste l’exemple pour laquelle le combat contre la Cosa Nostra reste une « lutte sans fin ». Cette dernière, a toujours été « critiquée » par les membres des cinq familles de New-York qui l’a considérait non pas comme une famille viable de la Cosa Nostra, mais plutôt comme un « crew » (une équipe dans le jargon mafieux). Des enregistrements effectués par le FBI auprès des différents membres de la famille DeCalvalcante, montraient une certaine amertume de ces derniers, contre les familles de New-York. A les entendre, ils en avaient plus qu’assez de se faire traiter de « fermier » ou de « bouseux »,en gros, ils n’étaient pas assez respectés. Mais la réalité était bien là, et malgré les critiques, les autres familles de la Cosa Nostra, devaient bien traiter avec les DeCavalcante qui était encore très active dans le New-Jersey. A la fin des années 1990, cette dernière fut complètement ravagée par une opération lancée par le FBI. Cette opération fut possible grâce à la collaboration d’un Associé de la famille, Ralph Guarino. Ce dernier était rentré en contact avec la famille grâce à un Capitaine très influent, Vincent « Vinny Ocean » Palermo, mais en étant Associé, il avait été placé dans l'équipe d'un mafieux de la vieille école, Joseph « Tin Ear » Sclafani. Ralph Guarino était doué, et ramenait beaucoup d'argent au DeCavalcante, grâce notamment à ses nombreux braquages, mais l'un d'entre eux, orchestré à New-York, changea le cours de sa vie. Le 14 Janvier 1998, trois hommes avaient volé pour près de 1,8 millions de dollars à la « Bank Of America » au World Trade Center à New-York. Ce braquage qui fit grand bruit dans les médias Américains, fut vite résolu grâce aux caméras de surveillance. Les vidéos montrèrent clairement l’Associé de la famille DeCavalcante, à visage découvert en compagnie de ses deux complices, en train de transporter tranquillement l'argent dans des sacs. Très vite arrêté et inculpé, il décida de collaborer avec la justice pour éviter une longue peine de prison, ce fut alors le début de la fin pour la famille mafieuse. La coopération de Ralph Guarino, entraina une importante série d’arrestations. Au total, plus de cinquante membres furent inculpés pour différentes charges, comme le meurtre, le racket, l’extorsion, le prêt usuraire et le jeu illégal, des grands classiques de la Cosa Nostra. Parmi eux, se trouvait l’ancien Acting Boss, Vincent « Vinny Ocean » Palermo qui après son arrestation, n’hésita pas une seule seconde, et décida à son tour de coopérer avec le gouvernement fédéral pour éviter une peine de prison à perpétuité. Sa désertion fut dévastatrice pour la famille DeCavalcante, ou plusieurs de ses membres comme le Soldat Anthony Capo et le Capitaine Anthony Rotondo décidèrent eux aussi de coopérer avec la justice Américaine. Pendant près de six années, la famille mafieuse enchaina les opérations du FBI, qui finirent au total par l’emprisonnement de près de quarante cinq membres dont sept Capitaines, pour une famille comme les DeCavalcante, cela était pratiquement la fin. C’est sur cette optique que le FBI délaissa un peu les mafieux du New-Jersey, pour se concentrer sur les cinq familles de New-York, laissant le temps à la famille de se reconstruire petit à petit. Car malgré l’incarcération du Parrain officiel, John « Giovanni » Riggi, à une longue peine de prison, un noyau dur s’était développé au sein de la famille, ou des membres influents comme Francesco « Frank » Guarraci et Joseph Miranda, qui avaient pu éviter les arrestations pendant toutes ces années étaient toujours prêts à agir. Les deux hommes entreprirent la tache périlleuse de reconstruire la famille petit à petit. Avec l’accord des cinq familles de New-York, la famille DeCavalcante profita pour initier douze nouveaux membres, ce qui gonfla temporairement les effectifs. De plus, Francesco Guarraci, était considéré comme un mafieux de la vieille école, originaire de la commune de Ribera en Sicile, il avait développé les activités de la famille dans son club social, le « Ribera Social Club » à Elizabeth dans le New-Jersey. Joseph « The Old Man » Miranda, était un ancien Soldat du Parrain historique de la famille Simone « Sam The Plumber » DeCavalcante. En temps que membre le plus ancien, il fut nommé directement Acting Boss de la famille après les multiples arrestations, mais ce dernier qui préférait plutôt un rôle de conseiller, se retira pour laisser sa place à Francesco Guarraci . De 2005, à nous jours, la famille DeCalvante se fit très discrète, ne laissant qu’apparaitre qu’une seule fois son nom dans les journaux, lors d’une tentative d’extorsion d’un restaurant Italien, impliquant personnellement l’Acting Boss de la famille Francesco Guarraci en 2012. Aujourd’hui, d’après certains spécialistes, la famille DeCavalcante avoisinerait les quatre vingt membres actifs. Le Parrain officiel, John Riggi aurait pris sa retraite. Ce dernier qui est sorti de prison en 2012, après avoir purgé plus de vingt ans pour différentes charges fédérales, aurait de nombreux problèmes de santé. La famille mafieuse profita aussi de la sortie de Stefano « Steve The Truck Driver » Vitabile, Consigliere de la famille, qui fut libéré d’une prison fédérale récemment après que sa condamnation pour meurtre fut renversée en Septembre 2008. Elle profita aussi des libérations des Capitaines Gregory Rago et Louis « Louis Eggs » Consalvo qui ont été libérés eux aussi respectivement en 2012 et 2014 après avoir purgé une dizaine d’années de prison pour meurtre et racket. Ce dernier a repris l’équipe de Philip Abramo surnommée « The King of Wall Street » qui fut condamné en 2003 pou cinq meurtres.Louis Concalvo avait été initié en 1991 après avoir avait participé au meurtre du Capitaine Louis « Fat Louie » LaRosso (Louis LaRosso avait été assassiné par la famille DeCalvalcante, car John Riggi alors Parrain de la famille, craignait que ce dernier puisse prendre le pouvoir après son incarcération). le 11 Novembre 1991 et a désormais tout le respect nécessaire pour reprendre une équipe de plusieurs Soldats. La famille toujours menée par Francesco Guarraci aurait étendue récemment ses activités en dehors du New-Jersey, dans certains quartiers de New-York, une première.

Lire la suite

UN ANCIEN CAPITAINE DE LA FAMILLE BONANNO RÉCOMPENSÉ POUR SA COLLABORATION

9 Novembre 2014 , Rédigé par Xav Publié dans #Bonanno

UN ANCIEN CAPITAINE DE LA FAMILLE BONANNO RÉCOMPENSÉ  POUR SA COLLABORATION

Frank Coppa, est un ancien Capitaine de la famille Bonanno. En 2002, quelques mois avant que le Parrain en exercice, Joseph Massino se fasse arrêter, ce dernier avait été condamné à près de sept ans dans une prison fédérale pour fraudes boursières. Mais le mafieux qui était âgé à l’époque d’une soixantaine d’années, en avait plus qu’assez d’être incarcéré, et avait commencé à purgé sa peine de la pire des manières, en pleurant devant les détenus. Après cet incident, Frank Coppa devint très vite la risée auprès des autres membres de la famille Bonanno, les mafieux ne comprenaient pas pourquoi un membre initié de la Cosa Nostra, puisse se comporter de la sorte devant les autres détenus, pour eux, un mafieux, est avant tout un « homme d'honneur » et doit purger sa peine « sans broncher». Dans ce cercle très fermé, un tel comportement est pire que la mort, Frank Coppa a perdu tout le respect accumulé après des années au service de la famille Bonanno et maintenant, plus grand monde ne voulait en entendre parler. Mais pour ce dernier, cela ne changeait pas grand-chose et pour éviter la prison, il n’avait plus qu’une seule solution, collaborer avec la justice et le Capitaine de la famille Bonanno en savait beaucoup sur les affaires illégales de la famille mafieuse et de son Parrain, dont il était très proche. Frank Coppa était un membre initié, mais ce n’était pas un « gros bras », c’était plus un mafieux à col banc, qui gagnait des millions de dollars grâce au « Pump and dump » (Cela consiste à présenter une action ordinaire comme une affaire dans laquelle investir et créé de cette manière une demande artificielle surélevée. Les fraudeurs revendent ensuite leurs actions au prix le plus fort, avant qu’elles reviennent à un cours normal). Sa faculté à ramener de l’argent sans se faire prendre, le mena au plus haute sphère de la hiérarchie de la famille Bonanno. Joseph Massino appréciait beaucoup Frank Coppa, ils étaient devenus très proche, non seulement car ce dernier lui ramenait énormément d’argent, mais aussi car la femme de Frank Coppa, s’entendait très bien avec la femme de l’ancien Parrain des Bonanno, Joséphine. D’ailleurs le Capitaine de la famille Bonanno, avait célébré l’un des anniversaires de mariage de Joseph Massino et sa femme Joséphine, à la fin des années 1990, à Paris. Les quelques clichés, montrent les deux amis mangeaient dans les meilleurs restaurants, tout en rigolant ou entrain de poser devant des passants, qui ne savaient sans doute pas que les deux individus en question étaient des membres très influents de la Cosa Nostra. La coopération de Frank Coppa, arriva à un moment ou la famille Bonanno était encore relativement épargnée par le FBI, mais la décision de ce dernier de collaborer avec la justice entraina petit à petit cette dernière dans un énorme gouffre. L’un des Soldats dans l’équipe de Frank Coppa, Richard « Shellackhead » Cantarella fut arrêté pour plusieurs charges fédérales et décida lui aussi de trahir l’omerta, puis ce fut le tour de l’ancien Underboss, Salvatore Vitale et du Capitaine, Frank Lino. Frank Coppa fut sans nul doute l’un des premiers maillons de la chaine qui renversa Joseph Massino de son « trône », celui qui était encore surnommée « The Last Don » par les médias Américains au début des années 2000, ne savait pas que la désertion de son ancien ami, allait entrainer une vague de retournement aussi importante dans sa propre famille. Frank Coppa, n’en savait pas autant que l’ancien Underboss de la famille Gambino, Salvatore Gravano qui avait décidé de collaborer au début des années 1990 contre John Gotti, mais il en savait assez contre la famille Bonanno et cela était le principal pour les procureurs fédéraux. Il en savait particulièrement sur le meurtre de Dominick « Sonny Black » Napolitano, un Capitaine de la famille Bonanno, qui fut connu pour avoir « travaillé » avec l’agent infiltré du FBI, Joseph D. Pistonne et assassiné en Août 1981. Le témoignage de Frank Coppa, couplé à celui des anciens lieutenants de Joseph Massino, fut complètement dévastateur pour la famille mafieuse, qui ne retrouva qu’une certaine stabilité qu’au début des années 2010, soit pratiquement près de dix ans après les faits. C’est vêtu d’une veste noire, d’une chemise blanche et d’une cravate rouge, l’ancien mafieux aujourd’hui âgé de soixante treize ans, avait du mal à se déplacer dans le tribunal fédéral, ou le juge Nicholas Garaufis, un habitué des membres de la Cosa Nostra allait rendre son verdict. Pour ce dernier, « Même si Frank Coppa a commis des actes terribles et qu’il a participé à plusieurs crimes pour le compte de la famille Bonanno, il a aussi tout fait pour pouvoir réparer ses erreurs.» Sa coopération et son état de santé très fragile, ont poussé le juge à rendre un verdict clément. Se levant difficilement, Frank Coppa déclara : « Je suis vraiment désolé pour les gens que j’ai pu blesser. »

Lire la suite

LA COSA NOSTRA AUX ETATS-UNIS EN 2014

6 Novembre 2014 , Rédigé par Xav Publié dans #Divers

LA COSA NOSTRA AUX ETATS-UNIS EN 2014

A chaque opération menée par le FBI, les médias Américains déclarent que la Cosa Nostra est détruite. Mais malgré les arrestations, la Mafia Italo-Américaine, profite de la baisse des effectifs au sein du FBI chargée de sa surveillance, pour se reconstruire petit à petit. Le terrorisme devient important et cela profite sans nul doute aux différentes familles de la Cosa Nostra implantées dans tous les États-Unis. Salvatore Gravano l'ancien Underboss de la famille Gambino au début des années 1990, avait déclaré au FBI alors qu'il coopérait : "On fait profil bas pendant dix ans, le gouvernement nous oublie et on revient deux fois plus fort". Les familles de la Cosa Nostra restent très bien implantées sur la côte-Est, ou malgré les nombreuses arrestations ces dernières années, elles gardent toujours une présence significative dans plusieurs domaines. Sur la côte-Ouest, elle a pratiquement disparu, en particulier en raison des nombreux gangs présents dans ce secteur. Petit tour d’horizon des différentes familles de la Cosa Nostra, implantées aux États-Unis.

LA COSA NOSTRA AUX ETATS-UNIS EN 2014

New-York :

A New-York, les cinq principales familles de la Cosa Nostra, sont toujours actives et font toujours office de "références" par rapport aux autres familles implantées dans les autres États.

                          La Famille Genovese
                           Membres : 250-300
                           Associés : + 1000

 Elle est toujours considérée par le FBI comme la étant la "Rolls Royce" du crime organisé aux États-Unis. Elle reste encore la "référence" en matière de famille par rapport aux organisations criminelles. Toujours très active et influente à New-York et dans les autres Etats, elle reste extrèmement cloisonnée, très peu d'informations circulent à son sujet. Depuis la mort de son Parrain, Vincent "The Chin" Gigante en 2005, le gouvernement fédéral pense que la hiérarchie de la famille est gérée par plusieurs Capitaines, qui tournent de manière régulière, pour éviter le plus possible les enqûetes. Dernièrement, l'opération "Fistuful" lancée par le FBI, a mis au jour la présence significative de la famille Genovese dans les prêts usuraire et les paris sportifs. Encore aujourd'hui, Ernest Muscarella, Liborio "Barney" Bellomo, Daniel "Danny the Lion" Leo, Lawrence "Little Larry" Dentico, Dominick "Quiet Dom" Cirillo (voir photo) et John "Johnny Sausage" Barbato restent des membres très influents, suceptibles de gérer les activités criminels de la famille.

 

La Famille Gambino
Membres : 200-250
Associés : + 1000

Depuis la nomination de Domenico "Italian Dom" Cefalu (voir photo)à la tête de la famille, cette dernière a retrouvé une stabilité qu'elle avait pu perdre avec le règne de John Gotti et ses différents bras droit de 1985 à 2011. Très prudent, l'actuel Parrain, a préféré s'entourer de membres d'origine Sicilienne comme Francesco "Franky Boy" Cali, qu'il nomma comme Underboss, ce dernier profita alors de son statut au sein de la famille Gambino, pour prendre contact avec Cosa Nostra Sicilienne ou il est reste très apprécié. D'après le FBI, pour éviter que la justice Américaine se concentre sur le Boss actuel, Domenico Cefalu a formé un "pannel de sécurité" de plusieurs Capitaines qui transmettent les messages des différents membres de l'organisation vers la hiérarchie. A l'heure actuelle, la famille Gambino se reconstruit petit à petit et montre encore une fois et malgré les différentes enquêtes menées par le FBi comme les opération "Old Bridge" en 2008 et "New-Bridge" en 2014 , qu'elle reste très présente à New-York et dans les environs.

 

 La Famille Bonanno
Membres : 130-150

Associés : + 1000

En 2004, la famille Bonanno fut totallement ravagée par les informateurs, dont son Parrain Joseph "Big Joey" Massino, qui décida de collaborer avec le gouvernement fédéral. La famille était au bord du gouffre, et s'appuya sur des Capitaines respectées comme Vincent "Vinny Georgeous" Basciano et Vincent "Vinny Tv" Badalamenti pour essayer de se reconstruire. Avec la mort de Salvatore "Sal The Ironwaker" Montagna assassiné en 2009 au Canada, la famille Bonanno repris contact avec la famille Rizzuto au Canada ou elle reste encore très influente et en particulier les membres de la faction Sicilienne. Ces derniers avaient pour idée de nommer Vincent Asaro, un Capitaine de la vieille école, qui s'exprime souvent en Italien pour revenir aux valeurs traditionelles de la Cosa Nostra. Mais finalement, elle nomma Michael "Mickey The Nose" Mancuso (voir photo) comme Parrain Officiel, Ce dernier qui purge une peine peine de quinze ans de prison pour plusieurs meurtres, sera libérable en 2019. En attendant sa remise en liberté, il nomma Thomas "Tommy D" DiFiore comme Acting Boss, pour gérer les activités criminelles de la famille Bonanno.

                               La Famille Lucchese
                                 Membres : 110-140
                                 Associés : + 1000

Depuis l'arivée de Steven "Wonderboy" Crea (voir photo) à la tête de la famille Lucchese en 2012, cette dernière s'est relativement stabilisée. Elle a profité notamment du manque de surveillance des agents du FBi, plus préoccupés par le terrorisme international, pour pouvoir se reconstuire. La famille Lucchese, reste très influente à New-Yor, mais aussi dans l'Etat du New-Jersey, ou plusieurs de ses membres, comme Nicodemo Scarfo Jr (qui vient d'être condamné pour racket), Ralph Perna, Matthew Madona et Joseph DiNapoli gèrent les activités criminelles de la famille mafieuse, en particulier dans l'élimination des déchets.

 

                                La Famille Colombo
                                 Membres : 60-70
                                 Associés : + 1000

La famille Colombo à complètement été décimée ces dernières années par plusieurs opérations menées par le FBI. La hiérarchie de la famille qui était composée de l'Underboss Benjamin "The Claw" Castellazzo, de l'Acting Boss Andrew "Andy Mush" Russo et du Consigliere Richard "Ritchies Nerves" Fusco ont été condamnées à diffrentes peines de prison. Plusieurs de ses membres se sont retournés contre la famille et ont semé une énorme confusion dans ses rangs, qui fait qu'aujourd'hui, on ne sait pas vraiment qui gère la famille mafieuse, même si des membres influents comme Thomas "Tom Mix" Farese (voir photo), qui a été acquitté de plusieurs charges fédérales il y a deux ans, peuvent jouer un rôle important. L'année dernière, l'ancien Acting Boss, Thomas "Tommy Shots" Gioeli et le soldat Dino "Little Dino" Saracino ont été condamnés à de longues peines de prison.

LA COSA NOSTRA AUX ETATS-UNIS EN 2014

New-Jersey :

Dans l’État du New-Jersey, on retrouve la famille "officielle" de la Cosa Nostra, la famille DeCavalcante, mais cela n’empêche pas les autres familles de New-York et celle de Philadelphie, d'avoir des activités criminelles sur ce territoire.

La Famille DeCavalcante
Membres : 60-70
Associés : +
500

Le New-Jersey, est un état ou la Cosa Nostra à toujours eu une forte activité. La famille principale, reste les DeCavalcante. Composée d'une cinquantaine de membres actifs, le Parrain officiel reste John "Giovanni" Riggi (voir photo), qui vient de sortir de prison en 2012 après avoir purgé plus de vingt ans de prison pour meurtre et racket. Comme Acting Boss, on retrouve Francesco "Frank" Guaracci, originaire de Ribera, une commune Sicilienne, comme le Parrain historique Sam DeCavalcante. Tueur à gages réputé de John Riggi, il a gère depuis des années un club social dénommé le Ribera Social Club à Elizabeth, un quartier du New-jersey à forte densité mafieuse.De nature discrète, il superviserait les activités criminelles de la famille DeCalvalcante avec comme Consigliere Joseph Miranda : "Je gère le spectacle", avait déclaré Francesco Guarraci au patron d'un restaurant Italien, qui refusait de donner une partie de ses revenues à la famille mafieuse en 2012. Mais ce dernier ne se démonta pas et fit appeler par ses serveuses la police quia arrivèrent rapidement sur les lieux, Plaidant coupable des accusations de tentative d'extorsion, il fut condamné à six mois de détention à domicile et cinq ans de probation. A noté, recemment le décès de Girolamo "Jimmy" Palermo, un Capitaine réputé de la famille qui fit partie de la hiérarchie pendant plusieurs années (A ne pas confondre avec Vincent Parlermo, qui deviendra plus tard un collaborateur de la justice). Mais le New-Jersey, reste un État ou les cinq familles de New-York ont encore une présence significative.La famille Lucchese, Gambino et Genovese ont plusieurs Capitaines et Soldats qui font rapporter plusieurs millions de dollars à la Cosa Nostra, notamment grâce à l'industrie des déchets. D'après certaines rumeurs, Giovanni Rigi, qui aurait des gros soucis de santé, aurait laissé sa place recemment comme Parrain officiel de la famille.

LA COSA NOSTRA AUX ETATS-UNIS EN 2014

PENNSYLVANIE :

Dans l’État de Pennsylvanie, 3 familles de la Cosa Nostra y sont installées :
La famille de Philadelphie encore très active
La famille Bufalino (pratiquement disparu)
La famille de Pittsburgh (pratiquement disparu)

                    La Famille De Philadelphie
                     Membres : + de 50 membres
                     Associé : + de 200 Associés


Depuis 2012, les procureurs fédéraux ont essayé par deux procès, de faire condamner Joseph Ligambi et George Borgesi, respectivement Acting Boss et Consigliere de la famille de Philadelphie, sans succès. Depuis leur remise en liberté, le FBI s'interroge encore sur leur activité au sein de la Cosa Nostra. D'après le gouvernement fédéral, Joseph Ligambi aurait pris une retraite anticipée. Ces deux dernières années, l'Acting Boss de la famille de Philadelphie, les a passé en prison et le fait de pouvoir retourner derrière les barreaux, n'enchante pas tellement le mafieux, qui préfère s'écarter des activités criminelles de la famille. Pour George Borgesi, cela est différent, il ne fait aucun doute qu'il reprendra du service au sein de la pègre, mais en attendant, il attend que ses contraintes liées à sa libération conditionnelle soient terminées, mais quel rôle joue t'il en ce moment ?, ce dernier ayant encore une énorme influence dans les prises de décision et reste un membre très respecté. Pour l'instant, Joseph Merlino, qui est considéré par certains comme un l'actuel Parrain de la famille, vient d'être condamné à près de quatre mois de prison pour violation de libération conditionnelle. A sa sortie de prison, il sera libre de rencontrer et d'aller ou il veut, et certains se demandent si ce dernier en profitera alors pour reprendre du service et montrer devant tout le monde, qu'il est bien le nouveau Parrain de la famille,

                           La famille Bufalino :
                            Membres : inconnu
                            Associés : Inconnu
 

Famille laissée à l'abandon qui opérait principalement au nord de l'Etat de Pennsylvanie. Le dernier Parrain William "Big Billy" D'Elia a collaboré avec la justice pour éviter une peine de prison pour blanchiment d'argent et subordination de témoin.

 

 

                                           La famille de Pittsburgh :
Membres : - de 5
    Associés : Inconnu

Après les condamnations et les déès de plusieurs de ses membres, la famille de Pittsburgh à pratiquement disparu. Les membres restants, sont en semi-retraite ou ou ont été transférés dans d'autres familles.

 

LA COSA NOSTRA AUX ETATS-UNIS EN 2014

Nouvelle-Angleterre :

Dans cet État, la famille Patriarca reste encore très active, elle comporte deux factions, une à Providence dans le Rhode Island et une autre ) Boston dans le Massachusetts

                                                                 La Famille Patriarca :
                                                                  Membres : + de 30
                                                                  Associés : + de 100

Le Parrain actuel serait Peter Limone (voir photo), mais sa mause santé et ses contraintes en matière de libertée surveillée, aurait poussé ce dernier à donné le pouvoir à Anthony DiNunzio, qui fut promu Acting Boss et son frère Carmine "The Cheeze-Man" DiNunzio comme Consigliere. Mais au début des années 2010, des opérations lancées par le FBI, permirent de faire condamner les deux frères à à  six ans de prison pour plusieurs charges fédérales.. En attendant une prochaine remise en liberté, un Capitaine réputé de la famille, Anthony « Spucky » Spagnolo serait en train de gêrer les activités criminelles de la famille dans la rue.

LA COSA NOSTRA AUX ETATS-UNIS EN 2014

Illinois :
Dans cet État, on retrouve la Outfit, principalement connu pour avoir eu comme Parrain Al Capone. Même si depuis quelques années, cette dernière a subi une baisse de ses effectifs, elle reste encore aujourd'hui une famille très active dans la ville de Chicago et ses environs. Il y a plusieurs années, la Outfit avait une énorme influence sur plusieurs familles de la Cosa Nostra implantées sur la côte est, comme la famille de Los Angeles en Californie, et avait une présence significative dans la ville de Las Vegas dans le Nevada. Désormais, cette dernière a commencé à délaisser ces États, pour concentrer principalement ses activités criminelles dans sa ville d'origine.

Lire la suite

LES PROCUREURS FÉDÉRAUX DEMANDENT LA CLÉMENCE POUR UN ANCIEN SOLDAT DE LA FAMILLE COLOMBO :

3 Novembre 2014 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo

LES PROCUREURS FÉDÉRAUX DEMANDENT LA CLÉMENCE POUR UN ANCIEN SOLDAT DE LA FAMILLE COLOMBO :

En Juin 2008, le FBI lança une vaste opération contre la famille Colombo. Près de neuf membres furent arrêtés dont l’Acting Boss Thomas « Tommy Shoots » Gioeli, le Consigliere John « Sonny » Franzese et le Capitaine Dino Calabro qui furent tous accusés de racket, d’extorsion et de plusieurs meurtres. L’un des membres arrêtés, le Soldat Joseph « Joey Caves » Competiello (voir photo), était déjà connu des autorités pour être un tueur à gages à la solde de la famille Colombo. Pourtant âgé seulement de trente six ans lors de son arrestation, il était déjà soupçonné par le gouvernement fédéral, d’avoir participé à plusieurs meurtres pour le compte de la famille mafieuse. Connu sous le pseudonyme de « The Rock », Joseph Competiello, a eu une enfance très difficile, et délaissa le milieu scolaire pour s’orienter très vite vers les gangs de rues Italo-Américain, qui gravitait autour des familles de la Cosa Nostra. A treize ans, il se fit déjà arrêter au bord d’une voiture volée, pour avoir essayé de cambriolé un magasin de sucreries. Remarqué très rapidement par des membres de la famille Colombo, pour sa capacité à ramener de l’argent et à « fermer sa bouche », il gravit un à un les échelons de la pègre, devant un simple Associé, puis au bout de quelques années, comme une consécration pour tout voyou Italo-Américain « travaillant » avec les familles de la Cosa Nostra, il obtint le droit d’être un membre initié de la famille Colombo. Mais la carrière criminelle de Joseph Competiello s’arrêta brusquement en Juin 2008, quand il se fit arrêter avec plusieurs de ses « amis » qu’il connaissait depuis qu’il était enfant. Pour ne pas passer sa vie derrière les barreaux, Dino Calabro, un Capitaine de la famille Colombo, qui connaissait très bien les activités criminelles de Joseph Competiello décida très rapidement de collaborer. Avec son témoignage, il pouvait entrainer plusieurs membres de la Cosa Nostra dans les filets du FBI et face ce retournement de situation, Joseph Competiello décida lui aussi de coopérer avec la justice Américaine. Son témoignage permit aux agents fédéraux de retrouver les corps de plusieurs victimes tuées par la famille Colombo, dont celui de William « Billy Fingers » Cutolo, un célèbre Capitaine, qui fut assassiné en 1999, en raison d’une rivalité grandissante qui pouvait régner au sein de la famille Colombo à la fin des années 1990, entre plusieurs de ses membres, dont Alphonse Persico, fils du célèbre Parrain de la famille mafieuse, Carmine « The Snake » Persico. La coopération de Joseph Competiello, permit aussi de retrouver le corps de Richard Greeves, assassiné en 1995, car les mafieux pensaient qu’il allait devenir un « rat » ou encore de Carmine Gargano Jr, tué en 1994, en raison de son appartenance à un gang rival à la famille Colombo. Mais Joseph Competiello mit aussi en lumière, la relation supposée de la Cosa Nostra avec le meurtre de Ralph Dols, un policier du NYPD, qui fut abattu à la sortie de son immeuble le 25 Août 1997. D’après le témoignage de l’ancien Soldat de la famille Colombo, Ralph Dols avait été assassiné car il entretenait une relation avec l’ancienne femme de Joel Cacace. Ce dernier se sentit humilier, qu’un « hispanique », policier de surcroit, puisse sortir avec son ex-compagne et avait demandé à des membres de sa famille dont Dino Calabro, Thomas « Tommy Shots » Gioeli et de Dino « Little Dino » Saracino et Joseph Competiello de préparer l’assassinat de Ralph Dols (Cf : Dino Calabro choqué d’avoir tué un policier). Le témoignage de Joseph Competiello, couplé avec celui du Capitaine Dino Calabro, permit alors d’accusé Thomas Gioeli, Dino Saracino et surtout Joel Cacace qui purgeait à ce moment là une peine de vingt ans de prison pour racket, du meurtre de Ralph Dolls. Le problème dans cette affaire, et que les témoignages des deux « renégats » de la famille Colombo, lors du procès de Thomas Gioeli et de Dino Saracino en Septembre 2013, ne furent pas jugés très crédibles. En effet, d’après les avocats de la défense, comment le jury pourrait croire aux témoignages de « tueurs multirécidivistes », qui ont décidé de coopérer avec le FBI, seulement pour éviter la prison. Malgré les importantes informations délivrées par les deux anciens membres de la famille Colombo contre les différents accusés, ces dernier furent acquittés du meurtre de Ralph Dols, mais reconnus coupables de racket. Thomas Gioeli sera condamné par la suite à dix huit ans de prison alors que Dino Saracino recevra quant-à lui une peine beaucoup plus sévère, il sera condamné à cinquante ans de prison. Joel Cacace fut jugé séparément en Novembre 2013 et sera lui aussi acquitté du meurtre du policier du NYPD. Pour les procureurs fédéraux qui avaient dépensé des millions de dollars, ces procès ont un petit gout amer. Certes, les accusés sont en prison, mais les témoignages des différents collaborateurs n’ont jamais été jugés crédibles par les différents jurés. Mais toute collaboration avec le gouvernement fédéral, mérite récompense, et c’est pour cela que les procureurs fédéraux ont demandé en début de semaine à un juge fédéral d’être indulgent avec Joseph Competiello, en lui offrant la liberté pour le « bon travail fourni » : « La collaboration de Monsieur Competiello a lancé une chaîne d’événements qui a abouti à la coopération de membres et d’Associés de la famille Colombo, ce qui a conduit à plusieurs arrestations » déclara le procureur fédéral Elizabeth Geddes. Joseph Competiello qui a plaidé coupable de cinq meurtres, recevra son verdict le mois prochain par le juge fédéral Brian Cogan. Au jour d’aujourd’hui, la famille Colombo tente de se reconstruire. Cette dernière qui a été décimée par les opérations lancées par le FBI et par les nombreux informateurs présents dans la famille, compterait moins de soixante membres actifs. Carmine « The Snake » Persico qui est emprisonné à vie dans la prison fédérale de Butner en Caroline du Nord, dirigerait toujours la famille de sa cellule.

Lire la suite