Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

UN DEUXIÈME MEMBRE DES BLOODS INCULPÉ DE L'ASSASSINAT D'UN ASSOCIÉ DE LA FAMILLE BONANNO

24 Novembre 2018 Publié dans #Bonanno

Sylvester Zottola
Sylvester Zottola

Un deuxième individu affilié au gang de rue les Bloods, a été arrêté et inculpé du meurtre de l’Associé de la famille Bonanno, Sylvester « Sally Daz » Zottola. Herman « Taliban » Blanco, âgé de trente trois ans, originaire du Bronx, a été traduit la semaine dernière devant la cour fédérale de Brooklyn, pour une première comparution avant sa mise en détention provisoire en attentant un futur procès. Début Octobre, Sylvester Zottola avait été assassiné dans son véhicule, alors qu’il était en train de passer une commande dans un McDonald’s proche de chez lui. La semaine suivante cet assassinat, un membre de Bloods, Dashwan « Shell » Shelton, avait été arrêté et inculpé quant-à lui, de complot de meurtre et de possession illégale d’arme à feux. Depuis la tentative d’assassinat contre le fils de Sylvester Zottoloa, Salvatore, en été dernier, les enquêteurs étaient sur plusieurs pistes. Après avoir rapidement écarté l’hypothèse d’un règlement de compte venant d’une autre famille de la Cosa Nostra, le FBI s’était intéressé aux autres organisations criminelles venant des Balkans et du Moyen-Orient. En effet, Sylvester Zottola gérait plusieurs tripots pour le compte de la famille Bonanno, mais au fil des années et suite à l’incarcération de son mentor, Vincent « Vinny Georgeous » Basciano, Sylvester Zottola perdit de l’influence et les autres organisations criminelles en profitèrent alors pour grignoter du terrain. Un agent fédéral infiltré, affecté à une équipe qui enquêtait sur les les organisations criminels venants des Balkans et du Moyen-Orient, déclara qu'Herman Blanco l’avait approché au printemps dernier, pour exécuter le contrat contre Salvatore Zottola. Selon le rapport de plusieurs pages, Herman Blanco lui aurait stipulé que le but de ce contrat, était de forcer le patriarche de la famille Zottola à sortir de sa cachette. Sylvester Zottola était ciblé depuis plusieurs années par des individus qui ont essayé à différentes reprises d’intenter à sa vie. Selon le FBI, des mafieux Albanais auraient voulu sa tête, après que Sylvester Zottola avait demandé l’autorisation à Joseph Massino, ancien Parrain de la famille Bonanno, son accord pour assassiner un mafieux Albanais, qui avait passé à tabac l’un des ses proches. Le contrat avait été refusé, mais la rancoeur des criminels venant des Balkans étaient encore bien tenaces. Après l’arrestation de Dashwan Shelton, les agents du FBI ont remarqué que le gangster des Bloods, avait eu, entre Mars et Octobre 2018, des fréquentes conversations téléphoniques avec Herman Blanco. De plus, grâce aux informations venant de leur agent infiltré, celui-ci aurait accompagné à plusieurs reprises, les deux suspects en train de faire des repérages devant le domicile de Salvatore Zottola, le but était de surveiller les habitudes de l’Associé de la famille Bonanno avant un éventuel passage à l’acte. Les preuves assemblées contre les gangsters des Bloods sont importantes et l’épouse de Dashawn Shelton a déjà pris les devant, en déposant cette semaine devant la cour fédérale compétente, une demande d’annulation de devoir venir témoigner contre mari. Comme le précise la loi Américaine, l’épouse d’un accusé, ne peut être contraint de venir témoigner contre son mari lors d’une procédure pénale. Les procureurs fédéraux ont pris acte de la demande, mais risquent de demander à l’épouse de Dashawn Shelton, de comparaitre contre le deuxième complice dans cette affaire, Herman Blanco. Ce dernier, qui était en libération conditionnelle au moment de son arrestation, avait été libéré d’une prison fédérale, après avoir purgé près de douze années.

Lire la suite

DEUX ASSOCIÉS DE LA FAMILLE GAMBIO INCULPÉS D'INCENDIE VOLONTAIRE

23 Novembre 2018 , Rédigé par Xav Publié dans #Gambino

Joseph Merlino et Peter Tuccio
Joseph Merlino et Peter Tuccio

Après des années d’extorsion, le propriétaire d’une pizzéria d’Howard Beach refusa du jour au lendemain, de transmettre son « hommage » hebdomadaire à un Capitaine de la famille Gambino. Il faut dire que tous les mois, le restaurateur devait s’acquitter de plusieurs milliers de dollars pour une soi-disante  « protection » à la famille mafieuse et au moindre retard, ce dernier avait le droit à toutes sortes de menaces verbales voire physiques. Mais même face à autant de provocations, le restaurateur ne céda pas et refusa obstinément de donner son argent. Un soir, alors que celui-ci quittait un tabac situé à Howard Beach, le propriétaire de cette petite pizzeria familiale, fut accosté par trois individus, qui se révèleront par la suite, être des Associés de la famille Gambino. L’un d’entre eux, le provoqua verbalement « Vous avez le bonjour (du Capitaine de la Cosa Nostra) », puis s'approchant de son véhicule, il ajouta « Vous avez une belle voiture dis donc ». Apeuré, le restaurateur alla se protéger à l’intérieur du tabac en attendant les forces de l'ordre. Quelques heures plus tard, les trois Associés de la Cosa Nostra, Peter Tuccio, Jonathan Gurino et Gino Gabrielli se rendirent dans le club social du Capitaine de la famille Gambino et lui parlèrent en premier lieu du refus de paiement, mais aussi de cette fameuse voiture, une très belle Mercedes dernier modèle. Au lieu de passer directement à la menace physique, les Gambino voulaient faire passer un message au propriétaire de cette pizzeria, en mettant le feu à son véhicule. Le soir même, les trois Associés arrivèrent devant le domicile de l’individu en question, la Mercedes était garée dans l’allée de garage. Le problème, c’est que Peter Tuccio, Jonathan Gurino et Gino Gabrielli n’avaient pas remarqué qu’une caméra de surveillance était positionnée sur le toit de la maison, filmant l’ensemble des passages. Les images furent édifiantes. Sur cette vidéo, on pouvait distinguer très nettement Gino Gabrielli en train d’asperger d’essence la Mercedes, mais alors que la voiture s’enflammait, l’Associé de la famille Gambino qui était resté un peu trop proche du véhicule, vit le bas de son jogging s’enflammer. Moins de deux heures plus tard, à l’entrée du Jamaïcain Hospital, une autre vidéo-surveillance filma Peter Tuccio et Jonathan Gurino entrain d’accompagner Gino Gabrielli, gravement brulé à la jambe. Aux urgences, Gino Gabrielli ne se dégonfla pas et raconta aux infirmiers que cette brulure était due à un simple accident domestique. Alors qu’il était en train de cuisiner, une marmite remplie d’eau se serait renversée sur sa jambe. Mais connaissant le pédigrée criminel de Gino Gabrielli, les agents du FBI avaient décidé de faire une simple enquête de routine au domicile de sa mère, ou habitait l’Associé de la famille Gambino. Après plusieurs questions bien placées, il se révéla que Gino Gabrielli ne s’était jamais brulé la jambe chez lui et aucune preuve matérielle ne confirmait un accident domestique. An Août 2016, Gino Gabrielli fut arrêté et inculpé d'incendie criminel. Face à autant de preuves, l'Associé de la famille Gambino n'eut pas d'autre choix que de plaider coupable. Curieusement, Jonathan Gurino et Peter Tuccio ont eux aussi, été arrêtés et inculpés d’incendie criminel, d’extorsion et de complot d’extorsion, mais deux ans après l'arrestation de Gino Gabrielli. Après une comparution rapide devant un juge fédéral, les deux Associés de la famille Gambino décidèrent de plaider non-coupable et ont été libérés après avoir payé une caution de près de sept cent mille dollars, une somme qui fut réglée grâce à l’hypothèque de la maison des parents des deux accusés. Les deux Associés de la famille Gambino sont actuellement placés en résidence surveillé avec interdiction de côtoyer de près ou de loin, un individu affilié à la Cosa Nostra. En plus des conditions très strictes imposées par le juge fédéral, Peter Tuccio va devoir quant- lui, éviter les médias pendant un petit moment afin de ne pas retourner en prison. Quelques semaines avant son arrestation, l'Associé de la famille Gambino s'était fait photographier à plusieurs reprises avec Joseph Merlino pendant son procès dans l'opération East Coast.

Lire la suite

STEVEN SEAGAL ET LA COSA NOSTRA

17 Novembre 2018 , Rédigé par Xav Publié dans #Divers, #Gambino

Steven Seagal
Steven Seagal

Steven Seagal est né le 10 avril 1952 dans le Michigan. Passionné d'arts martiaux dès son plus jeune âge, il s'exila à la fin de son adolescence pendant plusieurs années au Japon pour pouvoir compléter sa formation en Aïkido. À son arrivée, il s'entraina avec plusieurs « maitres » et devint « Septième dan » d'Aïkido. Au Japon, il en profita aussi pour ouvrir un dojo. Une fois rentré aux États-Unis, il s'installa à Hollywood et ouvrit avec un associé un autre dojo. En même temps que ses activités de professeur d'Aikido, il essaya de percer dans le cinéma. Grâce à ses talents dans les arts martiaux, Steven Sagal se fit vite repérer et tourna dans quelques films comme cascadeur. Steven Seagal enseignait aussi aux acteurs les différentes techniques de combat. En 1986, alors qu'il était en tournage d'un film en Californie, Steven Seagal rencontra Julius Nasso dans un restaurant de Beverly Hills. Ce dernier était un ancien pharmacien qui avait fait fortune grâce à son entreprise Universal Marine Médical Supply, une entreprise qui fournissait du matériel médical pour les transports maritimes. En 1983, âgé de 29 ans, il décida de changer complétement d'orientation professionnelle. Il continuait à gérer son entreprise pharmaceutique, mais maintenant il voulait se lancer dans la production de films, Il commença alors à travailler modestement comme coursier sur le tournage du film Il était une fois en Amérique de Sergio Leone, mettant en vedette Robert De Niro et James Woods. Quand Julius Nasso rencontra Steven Seagal pour la première fois, il vit tout de suite en lui, la possibilité de se faire beaucoup d'argent et devenir une star potentielle dans le milieu du Show-business. A cette époque, Steven Seagal n'était pas encore connu du grand public et ce dernier était attiré par la personnalité de Julius Nasso. D'après certaines rumeurs, à cette époque Julius Nasso était déjà un Associé de la famille Gambino de New-York. Steven Sagal a toujours été fasciné par la mafia-Italo Américaine. Il prétendait à certains de ses amis qu'il était d'origine Italienne, mais en vérité, Steven Sagal est d'origine Irlandaise par sa mère et Cherokee par son père. Steven Sagal et Julius Nasso devinrent très vite de très bon amis. L'acteur racontait à qui voulait l'entendre qu'ils avaient grandi ensemble dans les quartiers "chauds" de Brooklynn. Steven Seagal mentait une nouvelle fois. Avant qu'il s'en aille au Japon, l'acteur avait vécu une partie de son enfance dans le Michigan et en Californie. En 1988, Steven Seagal devint une star grâce au film du réalisateur Andrew Davis, "Nico". Ce film, comportait un casting prestigieux, avec la présence de Sharon Stone ou encore de Pam Grier. Le film racontait l'histoire de Nico Toscani (joué par Steven Seagal), un ancien agent de la CIA qui décida de se révolter contre ses supérieurs qui collaboraient avec la Mafia. Le film connu un grand succès et quand Steven Seagal se fit interviewer par les médias, il leur déclara qu'il avait déjà travaillé dans certaines "missions spéciales" de la CIA. Il disait aussi que cette dernière l'utilisait pour former ses futurs agents. Sa première épouse démentit formellement dans le magazine "Vanity Fair" que son mari avait travaillé pour l'organisme d'espionnage.

Steven Sagal et Julius Nasso
Steven Seagal et Julius Nasso

Face aux succès de son premier film, Julius Nasso et Steven Seagal devinrent associés et créèrent leur propre boite de production : "Seagal / Nasso Productions" qui deviendra plus tard "Steamroller Entertainment". Cette association permit au duo d'engendrer des millions de dollars. La carrière de l'acteur était maintenant lancée. Avec Julius Nasso, l'acteur tourna dans des films comme "Désigné pour mourir" en 1990 ou "Piège à grande vitesse" en 1995. Julius Nasso produisit une dizaine de films pour l'acteur. Les scénarios étaient toujours les même. Steven Seagal jouait un ancien agent de la CIA ou un ancien militaire au prise avec des terroristes ou des gangsters. Grâce à l'argent récolté par la production de leurs films, les deux associés devinrent de plus en plus proche et Steven Sagal décida même d'habiter à coté de Julius Nasso. Dans les années 1990, sa popularité était grandissante, tout le monde voulait voir l'acteur dans ses films, mais le succès rendit Steven Sagal de plus en plus mégalomane. Il n'hésitait pas à raconter à plusieurs journalistes, qu'il était un "tireur d'élite hors pair", qu'il était un "excellent cavalier" et d'après plusieurs témoins, Steven Sagal se considérait comme un "vrai dur". Pendant le tournage d'un film, il n'hésita pas à critiquer ouvertement un cascadeur qui était ceinture noir de judo, il essaya même de l'étrangler. Quand il se baladait dans les rues, il portait toujours sur lui un ou deux pistolets. Mais à la fin des années 1990, Steven Seagal commençait à changer physiquement. Il avait grossi, il commençait à vieillir et n'était plus aussi vif qu'avant et ses films devenaient de moins en moins rentables. A cette époque, il se rapprocha de plus en plus de la religion. Les films d'action ne l’intéressaient plus, il voulait jouer dans d'autres rôles, moins violents. Il le fit savoir à son producteur et ami Julius Nasso qu'il voulait changer d'orientation dans sa carrière, mais pour Julius Nasso, cela était hors de question. Alors même si les films de Steven Sagal rapportaient moins d'argent qu'il y a quelques années, l'acteur engendrait encore des millions de dollars, mais Steven Seagal était prêt à tout faire pour arrêter leur association. Julius Nasso était dans une impasse. Ce dernier, décida d'attaquer l'acteur en justice pour rupture de contrat. Pour récupérer son argent outre la justice, il prit alors contact avec des membres de la famille Gambino pour racketter l'acteur. Le 02 Février 2001, trois membres de la famille Gambino, le Capitaine Anthony 'Sonny' Ciccone , le Soldat Primo Cassarino et un Associé, Vincent Nasso, frère de Julius Nasso parlaient dans un restaurant à New-York. Les trois hommes se moquaient ouvertement de l'attitude de Steven Seagal lors d'une réunion qui s'était déroulée un mois auparavant. Pour les mafieux, l'acteur était "pétrifié". Primo Cassarino ajouta même : "Cela aurait été encore plus marrant si on avait été armé". En Janvier 2001, Vincent Nasso et Julius Nasso convoquèrent Steven Seagal dans un restaurant populaire de Brookyln le Gage and Toliber. Arrivés dans le restaurant, ils rejoignirent Anthony Ciccone et Primo Cassarino déjà présents . Steven Seagal connaissait déjà ces deux hommes, il les avait déjà croisé sur le tournage d'un de ses films. Mais cette fois-ci les deux mafieux avaient emmené avec eux, un Soldat dans l’équipe d'Anthony Ciccone, Richard "The Lump" Bondi. Ce dernier, au vu de son physique très imposant, s'occupait des sales besognes pour la famille Gambino. Anthony Ciccone commençait à parler à Steven Seagal, en lui disant que la famille Gambino voulait qu'il continu à faire des films d'action. Avant la réunion, Julius Nasso avait prévenu le mafieux que Steven Seagal ne se laissera pas faire facilement. Dans un enregistrement révélé par le FBI quelques mois plus tard, Julius Nasso avait dit : "Tu dois vraiment passer aux choses sérieuses avec lui. C'est un animal, il ne se laissera pas faire. Je le connais, il ne lâchera pas l'affaire tant qu'il n'a pas le feu au cul". Mais Anthony Ciccone avait assez d'expérience dans ce domaine pour impressionner ce genre d'individu. Il demanda à l'acteur de jouer dans quatre films d'action à gros budget. En même temps, il demanda à ce que l'acteur lui verse 150 000 dollars pour chacun de ses films. Anthony Ciccone regarda fixement Steven Seagal : "Regarde moi quand je te parle. Nous sommes des gens fiers tu comprends ?. Continue à travailler avec Julius Nasso et nous partagerons l'argent. Et la famille Gambino prendra sa part". Une fois la réunion terminée, Steven Seagal sortit du restaurant avec Julius Nasso, ce dernier lui déclara : "C'est une bonne chose que tu ais accepté de continuer à travailler avec moi. Si tu avais refusé, il t'aurait tué sur place". Le 04 Juin 2001, Julius Nasso fut arrêté par le FBI à son domicile de Staten Island. Il fut accusé d'avoir comploté pour extorquer l'acteur. Plusieurs membres de la famille Gambino furent aussi arrêtés ce jour là. Le 11 février 2003, le procès s'ouvrit à New-York. Steven Seagal devait témoigner contre plusieurs membres de la famille Gambino mais aussi contre son ancien ami, Julius Nasso. L'avocat d'Anthony Ciccone commença à attaquer l'acteur en racontant devant le jury que ce dernier était "un menteur pathologique". L'équipe de procureurs commença à poser plusieurs questions à Steven Seagal sur sa rencontre avec les mafieux en Janvier 2001 : "J'étais mal à l'aise" déclara l'acteur "J'étais vraiment inquiet pour ma sécurité". Le 17 Mars 2003, Anthony Ciccone et Peter Gotti, l'Acting Boss de la famille Gambino à cette époque, furent reconnus coupable de diverses accusations de racket et condamnés à plusieurs années de prison. Julius Nasso fut condamné quant-à lui, à une année dans une prison fédérale après avoir plaidé coupable de toutes les accusations retenues contre lui.

Lire la suite

DES ASSOCIÉS DE LA COSA NOSTRA SOUPÇONNÉS DE L'ASSASSINAT DE JAMES BULGER ? - PARTIE 2

9 Novembre 2018 , Rédigé par Xav Publié dans #Divers, #Genovese, #Patriarca

Fotios Geas
Fotios Geas

Fotios Geas a depuis son adolescence, toujours gravité autour des membres de la Cosa Nostra. Étant d’origine Grecque par ses parents, devenir un membre à part entière était impossible, mais Fotios Geas savait qu’a son époque, un Associé de la Cosa Nostra pouvait avoir autant d’influence qu’un simple Soldat. Pour se montrer dans le milieu, il n’y avait qu’une solution, rapporter de l’argent et garder la bouche fermée, des choses que Folios et son frère, Ty Geas, maitrisaient à la perfection. Vol, racket et même le meurtre, les frères Geas étaient un peu les hommes à tout faire des membres de la Cosa Nostra et en particulier de la famille Genovese, bien implantée dans la ville de Springfield, le lieu de naissance de Fotios Geas. Rapidement, ce dernier se rapprocha d’un membre très en vue de la famille Genovese au début des années 2000, le Soldat, Anthony Arillotta. Pour gérer les activités criminelles depuis Springfield, la hiérarchie de la famille Genovese avait demandé à un Capitaine expérimenté, Adolfo « Big Al » Bruno d’administrer une équipe de Soldats et d’Associés, dans un seul but, remplir les poches de la direction. Mais au fil des années, la hiérarchie de la famille Genovese commençait à être mécontente de la tournure des évènements. Les enveloppes devenaient de plus en plus légères et une rumeur se propagea rapidement dans les rangs des familles New-Yorkaise : « Et si Adolfo Bruno renseignait les agents du FBI ? ». Sans la moindre preuve, la famille Genovese, pourtant si discrète, n’hésita pas une seule seconde et pas le biais de son Acting Boss, Arthur « Little Al » Nigro, lança un contrat contre son Capitaine. Celui-ci fut confié à Anthony Arillotta, qui en tant que Soldat, le sous-traita à son homme de main favori, Fotios Geas. L’Associé de la famille Genovese ne prit aucun risque et demanda à l’une de ses connaissances, Frank Roche d’exécuter ce contrat pour dix mille dollars. En Novembre 2003, la veille de son cinquante-huitième anniversaire, Adolfo Bruno qui venait de quitter un club social après sa partie de carte habituelle du dimanche soir, fut interpellé par un individu masqué. Ce dernier s’approcha d’Adolfo Bruno et lui tira à plusieurs reprises, dans la poitrine et dans la tête. Il fallut près de trois ans aux autorités, pour appréhender le coupable de ce meurtre, Frank Roche, qui décidera rapidement de collaborer avec la justice. Pour les autorités fédérales, il était clair qu’Anthony Arillotta qui avait pris la place d’Angelo Bruno après ce meurtre, fut l’un des protagonistes dans cette affaire. Après le témoignage de Frank Roche, le gouvernement fédéral avait assez d’éléments pour arrêter et inculper, Anthony Arillota et les frères Geas de racket et de meurtre. Le Soldat de la famille Genovese décidera très rapidement de collaborer, soit disant, déçu de voir les frères Geas décidaient de plaider non-coupable de l’assassinat d’Aldolfo Bruno. Avec les témoignages de Frank Roche et d’Anthony Arillotta, la condamnation de Fotios Geas ne fut qu’une simple formalité, perpétuité incompressible dans un établissement fédéral de haute sécurité, à Hazelton dans l’État de l’Oklaoma.

 

Paul DeCologero
Paul DeCologero

Les agents du BOP et les fédéraux étaient persuadés qu’un deuxième complice avait accompagné Fotios Geas dans sa folie meurtrière. Rapidement, un autre individu fut identifié, bien connu des autorités fédérales, il avait la particularité d’être lui aussi un Associé de la Cosa Nostra, plus particulièrement de la famille Patriarca, Paul DeCologero. Considéré comme une personne violente, Paul DeCologero avait rejoint au début des années 1990 le crew de Robert « Bobby Russo » Carrozza, un Capitaine de la famille Patriarca, qui avait fait parti d’une faction rebelle pour faire partir l’ancien Parrain, Raymond Patriarca Jr. L’équipe de Robert Carrozza était spécialisée dans le racket et le trafic de drogue et Paul DeCologero avait pour consigne de voler et de kidnapper les trafiquants de drogue qui devaient de l’argent à la famille Patriarca. C’est pendant cette période, que Paul DeCologero commença à se faire un nom et montrer aux yeux de tous, qu’il était prêt à tuer pour la Cosa Nostra. En 1997, l’occasion se présenta, quand les dirigeants de la famille mafieuse lui demandèrent d’assassiner Aislin Silva. Âgée de dix neuf ans, cette jeune femme n’avait strictement rien à voir avec les activités de la Cosa Nostra, son seul défaut fut d’avoir côtoyé les mauvaises personnes. Profitant de sa gentillesse, Paul DeCologero et ses Associés squattaient de temps en temps son appartement pour diverses fêtes et lors d’une soirée, avaient réussi à dissimuler des armes dans son appartement. Le problème, c’est qu’une perquisition de la police fédérale avait révélé cette cache d’armes et désormais les membres de la Cosa Nostra n’avaient qu’une seule crainte, que Aislin Silva collabore avec les autorités. Cette dernière sera alors assassinée et son corps démembré. Quelques années plus tard et grâce aux informations d’un informateur, les restes de son corps furent retrouvés dans une fausse peu profonde, dans un bois derrière une école primaire, en 2006. L’informateur du gouvernement témoignera par la suite, que les Associés de Paul DeCologero avaient essayé le soir du meurtre, de faire prendre à Aislin Silva une dose importante d’héroïne, lui faisant croire qu’il s’agissait de la cocaïne, en « espérant » que cette dernière succombe d’une overdose. Mais Aislin Silva résista et les Associés de Paul DeCologero seront obligés de l’étrangler par la suite. Cet acte criminel odieux rattrapa Paul DeCologero en 2006 qui fut inculpé de racket, trafic de drogue, falsification de témoins et de meurtre. Après un procès qui aura duré près d’un mois, Paul DeCologero sera reconnu coupable et condamné à près de vingt cinq ans de prison. Incarcéré au pénitencier fédéral d'Hazelton, il est libérable en Août 2026.

Lire la suite

DES ASSOCIÉS DE LA COSA NOSTRA SOUPÇONNÉS DE L'ASSASSINAT DE JAMES BULGER ? - PARTIE 1

3 Novembre 2018 , Rédigé par Xav Publié dans #Divers

James Bulger
James Bulger

Pour un prisonnier du calibre de James « Whitey » Bulger, changer de prison est une chose assez courante. Ces transferts ont plusieurs intérêts pour le gouvernement fédéral et pour le BOF. Couper les habitudes du détenu envers les autres prisonniers et avec le personnel de la prison, qui peut, vu la notoriété de James Bulger lui accorder certains privilèges ou autres avantages et aussi en raison de son âge avancé et de son passé criminel, le transfert de James Bulger aurait pu être effectué surtout pour des raisons de sécurité ou pour des problèmes de comportement. Ancien chef du Winter Hill Gang, célèbre organisation criminelle d’origine Irlandaise et Italienne, opérant depuis Boston, James Bulger était à la fois, un criminel endurci qui commanditait des assassinats et un racketteur professionnel, mais aussi un collaborateur du FBI pendant des années, fournissant une multitude d’informations à leur agent de terrain, John Connolly. Mais au milieu des années 1990 tout s’écroula pour James Bulger, qui pour échapper aux autorités, décida de devenir un fugitif, pendant près de dix sept ans. Après son arrestation à Santa Monica en Californie, James Bulger fut inculpé et reconnu coupable par la suite à deux peine d’emprisonnement à vie pour racket et meurtre. Depuis sa condamnation en 2014, James Bulger avait commencé à purger sa peine de prison au pénitencier fédéral de Coleman dans l’État de la Floride. Coleman est un complexe de haute sécurité comportant plusieurs niveaux de sécurité. La particularité de cette prison fédérale est son quartier d’isolement, ou les anciens flics, membres de gang ou tout simplement des informateurs, peuvent se déplacer librement et sont en sécurité vis à vis des autres détenus. James Bulger qui malgré son statut criminel, avait une très forte réputation de collaborateur et pour sa sécurité avait été transféré dans cette partie de la prison, appelée Coleman II. En Octobre dernier, James Bulger quitta le pénitencier de Coleman, pour être transféré à plus de deux mille kilomètres de la Floride, dans l’État de l'Oklahoma, dans la prison fédérale d'Hazelton. Comme pour la plupart des pénitenciers fédéraux, l’USP Hazelton était surpeuplé et connaissait depuis plusieurs mois une vague de violence, faisant de cette prison fédérale, l’une des plus malfamées des Etats-Unis avec un taux d’homicide les plus élevé du pays. C’est dans ces conditions que James Bulger, désormais âgé de quatre vingt neuf ans et se déplaçant en fauteuil roulant, fut incarcéré avec la population générale de la prison. Moins de vingt quatre heures après son arrivée, James Bulger fut retrouvé « inconscient » sur son lit. Il était entre six heure et huit heure du matin et généralement les portes des cellules sont déverrouillées pour permettre aux prisonniers de pouvoir se présenter au réfectoire, laissant ainsi la possibilité à des détenus de régler leur compte. Très rapidement, il fut constaté que l’ancien chef du Winter Hill Gang avait été assassiné, battu à mort par au moins deux détenus, sa langue à moitié arrachée, laissant supposer que James Bulger avait été assassiné en raison de son ancienne collaboration avec les autorités fédérales. A l’USP Hazelton, des détenus ayant la particularité de détester des « balances » est assez élevée, comme dans toutes les prisons Américaines, mais le BOF, aidé du FBI visèrent en particulier, une partie de la population de la prison, des détenus ayant des relations avec le crime organisé. Des membres de la Cosa Nostra incarcérés à Hazelton, il y en a quelques uns, des membres intronisés très peu, plutôt des Associés. L’un d’entre eux intéressa plus particulièrement la direction de la prison et le FBI, un détenu qui avait déclaré à plusieurs reprises, sa haine farouche contre les « rats » et « les tueurs de femmes », un dénommé Fotios « Freddy » Geas. 

Lire la suite