Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LCN

L'ANCIEN UNDERBOSS DE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE DEMANDE À SON COUSIN DE COLLABORER AVEC LE FBI

29 Juillet 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Lucchese

L'ANCIEN UNDERBOSS DE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE DEMANDE À SON COUSIN DE COLLABORER AVEC LE FBI

Pendant tout le procès, les avocats de la défense avaient déclaré que Nicodemo Scarfo Jr était le principal accusé dans le contrôle de la société "First Plus" en raison de son nom de famille et de sa relation avec son père, l'ancien Parrain de la famille de Philadelphie, Nicodemo Scarfo Sr. Bien entendu, ces derniers oublièrent de stipuler que Nicodemo Scarfo Jr était avant toute chose connu pour avoir été pendant des années un Capitaine de la famille Lucchese, opérant principalement dans l’État du New-Jersey. Cette ligne de défense n'a pas permis de faire acquitter Nicodemo Scarfo Jr, qui fut reconnu coupable de toutes les accusations retenues contre lui, laissant présager à coup sur, une condamnation à une lourde peine de prison (Cf : Un Capitaine de la famille Lucchese reconnu coupable). Maintenant, Nicodemo Scarfo Jr, attend sa comparution devant un tribunal fédéral dans les prochains mois, pour recevoir son verdict, il risque au vu de son passé au sein de la pègre, près de trente ans de prison, mettant fin à sa carrière criminelle qui fut très mouvementée. La seule solution pour éviter de terminer sa vie derrière les barreaux, et de prendre l'initiative de coopérer avec la justice et espérer par la suite que le juge fédéral le libère pour sa collaboration. Mais pour Nicodemo Scarfo Jr, travailler avec le gouvernement fédéral est beaucoup plus difficile que de se faire incarcérer dans un pénitencier de haute sécurité. En début de semaine, son cousin, l'ancien Underboss de la famille de Philadelphie, Phil Leonetti (voir photo) qui avait collaboré avec le FBI et avait permis de faire incarcérer Nicodemo Scarfo Sr à une peine de prison à perpétuité, lui demanda de "sauter le pas" et de commencer à donner des informations à la justice : "Il n'est pas vraiment un gangster mais son père avait une énorme influence sur lui. Par moment, je lui disais, cette vie n'est pas faite pour toi et il était d'accord, mais il suffisait que son père lui parle pour changer d'avis". Les membres de la famille de Philadelphie n'avaient pas du tout apprécié que Phil Leonetti puissent collaborer contre eux et sachant qu'il était entré dans le programme de protection des témoins, hors de leur portée, ils avaient tenté de le discréditer en stipulant que Phil Leonetti s'était enfuit dans le programme de protection des témoins avec plus d'un million de dollars qui appartenait à son Oncle, une chose qui s'avéra bien entendu totalement fausse. Mais pour ce dernier, avoir collaboré avec la justice est la plus "belle chose" qui lui soit arrivé. Grâce à sa coopération, il a pu commencer une nouvelle vie, loin des complots et des trahisons de la Cosa Nostra. Dans un entretien téléphonique accordé à un journaliste de Philadelphie, il déclara que Nicodemo Scarfo Jr avait encore la possibilité lui aussi de changer de vie, même si pour lui les informations qu'il pourrait donner à la justice Américaine seraient moins impressionnantes. Pour Phil Leonetti, Nicodemo Scarfo Jr a toujours vécu sous l'emprise de son père, le Parrain de la famille de Philadelphie dans les années 1980, considéré comme l'un des Parrains les plus violents dans l'histoire de la Cosa Nostra. Condamné pour plusieurs meurtres, il évita une condamnation à mort, mais reçu une peine de prison à perpétuité avec une possibilité de libération conditionnelle en 2033, il aura alors 103 ans : "Son père c'est le mal absolu. Je me souviens qu'il arrêtait pas d'harceler son fils pour qu'il rentre dans la Mafia et Nicodemo Scarfo Jr, pleurait à cause de la pression qu'exerçait son père. Il a détruit toute sa famille" déclara Phil Leonetti. Une chose étonnante, Phil Leonetti déclara qu'une fois qu'il était rentré dans le programme de protection des témoins, il lui arriva par moment d'aller rendre visite à grand mère qui habitait à Atlantic City et de croiser de temps en temps son cousin : "Il ne souciait pas que j'avais collaboré. Je lui ai dis de me rejoindre et de coopérer, mais il a préféré écouter son père". A cause de l'influence néfaste de son père, qui même incarcéré continuait à avoir une emprise totale sur son fils, Nicodemo Scarfo Jr avait survécu de justesse à une tentative d'assassinat le soir d'Halloween, au restaurant "Dante & Luigi" en 1989 : "Il m'avait expliqué que c'était Joey Merlino qui lui avait tiré dessus" déclara Phil Leonetti. A cette époque, les membres de la famille de Philadelphie venaient de sortir de plusieurs années de terreur avec le règne de Nicodemo Scarfo Sr, et des rumeurs courraient comme quoi, son fils voulait prendre la relève, une chose que plusieurs Soldats et Capitaines n'acceptèrent pas dont Joey Merlino, qui était déjà un individu très respecté et craint dans la Cosa Nostra. Le problème est qu'aujourd'hui le délais de prescription sur cette affaire a expiré depuis longtemps et même si Nicodemo Scarfo Jr décidait de collaborer avec le gouvernement fédéral, il ne pourrait pas utiliser ces informations pour tenter de réduire sa peine de prison. Nicodemo Scarfo Jr a deux condamnations précédentes pour racket et jeux et y a quelques années, il fut inculpé avec plusieurs membres de la famille Lucchese dont Joseph DiNapoli, Matthew Madonna et Anielo Migliore d'avoir participé à une escroquerie sur des paris sportifs qui engendra des centaines de millions de dollars à la famille Lucchese, cette affaire ne fut pas encore jugée, mais cela ne changera pas grand chose pour Nicodemo Scarfo Jr. Ce dernier a toujours suivi les conseils de son père, c'est grâce à lui qu'il fut intronisé dans la famille Lucchese, pour essayer de protéger son fils contre les membres de son ancienne famille, mais certaines personnes à Philadelphie ne l'avaient pas oublié pour autant, et venaient de temps provoquer Nicodemo Scarfo Jr pour lui montrer qu'ils gardaient toujours un oeil sur lui. Par exemple, en 1996, l'ancien Capitaine de la famille Lucchese ouvrit un restaurant dénommé "Amici" à Ventnor dans l'Etat du New-Jersey. Quand les membres de la famille de Philadelphie qui à cette époque était dirigée par Joey Merlino, apprirent cette nouvelle, Joey Merlino envoya des individus pour racketter l'établissement. Un manque de respect significative de la part de Joey Merlino envers Nicodemo Scarfo Jr, qui fut réglé grâce à l'intervention de la famille Lucchese. Ce genre de comportement est typique de la nouvelle génération qui dirige actuellement la famille de Philadelphie. Pour Phil Leonetti, des individus comme Joey Merlino ou George Borgesi n'ont aucun scrupule pour s'immiscer dans les affaires des autres. Mais derrière, il y aussi une ancienne génération avec des mafieux comme Phil Narducci, qui d'après Phil Leonetti serait prêt à les tuer si ces derniers empiétaient sur ses affaires. Pour l'instant, Nicodemo Scarfo Jr est toujours incarcéré, en attendant son transfert définitif dans un pénitencier fédéral, qui aura lieu en Octobre prochain. Mais pour l'aider, Phil Leonetti va demander la clémence au juge fédéral, en demandant à ce dernier de prendre en compte la vie qu'a pu avoir son cousin par le passé, car malgré qu'il soit initié dans la Cosa Nostra, Nicodemo Scarfo Jr à eu en partie cette vie dans le crime organisé à cause de son père. D'ailleurs, dans l'affaire sur le racket de la société "First Plus", Nicodemo Scarfo Sr, malgré son incarcération, donnait des conseils à son fils sur la façon de vider les caisses de l'entreprise. Phil Leonetti raconta une anecdote qui se passa dans la vie de Nicodemo Scarfo Jr, son frère, Mark Scarfo, avait tenté de se suicider en 1988, il était alors âgé seulement de dix sept ans. Il survécut, mais resta dans le coma puis dans un état végétatif jusqu'a son décès cette année. Il raconta que pendant toute cette période, ce fut la mère de Nicodemo Scarfo Jr et lui même qui s'en occupa, son père avait décidé depuis longtemps de le renier :"Il m'a dit qu'une fois qu'il sortirait du coma, il aurait plus de contact avec lui" déclara Phil Leonetti

Lire la suite

L'ANCIEN PARRAIN DE LA FAMILLE DE DÉTROIT EST DÉCÉDÉ

26 Juillet 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Detroit

L'ANCIEN PARRAIN DE LA FAMILLE DE DÉTROIT EST DÉCÉDÉ

Généralement quand il y a un changement de Parrain dans une famille, cela peut s'expliquer de plusieurs façons. La première, peut venir d'un Boss qui condamné à une longue peine de prison, décide pour le bien de la famille de céder sa place en donnant le pouvoir à une personne de confiance. Ce fut le cas avec Vic Amuso, ancien Parrain de la famille Lucchese, qui condamné à une peine de prison à perpétuité, décida finalement, après avoir géré pendant plusieurs années la famille de sa cellule, de donner la place à Steven "Wonderboy" Crea. La deuxième, peut s'expliquer avec le décès du Parrain pour cause de maladie ou d'un assassinat venant de membres de sa propre famille, comme Paul Castellano, ancien Boss de la famille Gambino, qui fut assassiné en 1985 avec son chauffeur et garde du corps. La troisième explication, peut venir d'un départ volontaire du Parrain en exercice, qui devenant âgé, préfère partir pour laisser la place à une génération plus jeune. Il y a quelques semaines, le Boss de la famille de Détroit, Giacomo "Jack" Tocco (voir photo) en poste depuis 1979, avait laissé sa place à un Capitaine réputé de la famille, Jack "Jackie The Kid" Giacalone, mettant fin à un règne de plus de trente cinq années à la tête d'une organisation criminelle, extrêmement cloisonnée ou très peu d'informations circulent à son sujet. La famille de Détroit opère principalement dans l'Etat du Michigan, même si comme les autres familles de la Cosa Nostra, elle reste encore active dans différents Etats voisins. La particularité de cette famille, est que les principaux membres de cette organisation, ont des liens de parenté entre eux, évitant par la suite une collaboration avec la justice en cas d'arrestation. Récemment, l'ancien Parrain, Giacomo Tocco est décédé de causes naturelles, il avait 87 ans. D'après les autorités judiciaires, ce dernier, a pendant des années profité de sa notoriété au sein de la père pour se construire un portefeuille immobilier impressionnant dans tout l'Etat du Michigan, lui générant des revenues assez conséquent. De plus de gagner de l'argent légalement grâce ses différentes entreprises, Giacomo Tocco, gagnait des millions de dollars grâce aux revenues illicites de la famille pendant des années, ce qui ne l'empêcha pas de garder un profil très discret, lui évitant la prison à plusieurs reprises et ceux malgré les différentes enquêtes du gouvernement fédéral et en particulier sur la disparition du célèbre syndicaliste Jimmy Hoffa, disparu sans laisser de traces en 1975. Giacamo Tocco, a longtemps été soupçonné d'avoir été le commanditaire de cet assassinat : "Jack Tocco était très discret, très intelligent et avisé en affaires. Il était vraiment à l'opposé d'un gangster typique comme on peut le voir au cinéma ou à la télévision. Je pense que c' est l'une des raisons pour laquelle il est resté si longtemps sous le radar du gouvernement malgré sa stature de Parrain. C'était vraiment le dernier d'une génération" déclara l'ancien agent du FBI Mike Carone. La seule condamnation majeure de Giacomo Tocco date de 1998 ou il fut condamné à une peine de deux ans de prison dans un pénitencier fédéral pour une histoire de racket, avant cela, il fut condamné pour avoir assisté à un combat de coqs. L'année dernière, les agents du FBI avaient commencé à fouiller une de ses propriétés dans le comté d'Oakland. Les agents fédéraux avaient eu des informations venant de l'ancien Underboss de la famille de Détroit, Anthony "Tony Z" Zerilli, cousin de Giacomo Tocco, qui avait dans un moment sans précédent dans l'histoire de la famille de Détroit, révélé des détails sur la disparition de Jimmy Hoffa aux journalistes. Ce dernier était complètement tombé en disgrâce après sa libération de prison en 2008. Complètement fauché et mis à l'écart des affaires de la famille, il avait décidé volontairement de raconter à un journaliste les informations sur la disparition du célèbre syndicaliste, une attitude qui sema l'incompréhension dans la famille de Détroit. Il déclara que Jimmy Hoffa avait été battu à mort et enterré dans une "tombe peu profonde", dans un champs, à quelques mètres seulement de la propriété de Giacomo Tocco. L'arrivée de plusieurs agents du FBI et des journalistes sur les lieux avaient semé l'hystérie complète dans cette petite ville, habituée à la tranquillité. Malgré les semaines de recherche, aucun corps ne fut retrouvé. Cela peut s'expliquer en partie en raison des nombreux mois qui passèrent entre la déclaration d'Anthony Zerilli en Janvier 2013 et les premières fouilles qui ont commencé lors de l'été de cette même année, laissant le temps vraisemblablement aux membres de la famille de Détroit de déplacer le reste du corps de l'ancien syndicaliste. Giacomo Tocco a toujours nié qu'il était un membre initié de la Cosa Nostra et n'hésitez pas a attaquer les personnes qui le traitaient de gangster. Pourtant d'après un agent du FBI : "Il était la personne qui approuvait l'orientation de la famille. il acceptait les nouveaux membres et les futurs Associés de cette organisation". Une règle de la Cosa Nostra stipule qu'un membre ne doit en aucun cas dire aux autorités qu'il fait partit de la Mafia. La preuve que Giacomo Tocco était devenu le Parrain de la famille de Détroit, se déroula le 11 Juin 1979, en présence de tous les membres de la famille et sous l'oeil bienveillant des agents du FBI. Il avait remplacé à l'époque le vieux Parrain Joseph Zerilli qui était décédé de causes naturelles en 1977, et pendant cette courte période ou la famille de Détroit n'avait pas encore de Parrain, Giacomo Tocco commençait déjà à assurer l'interime et pour prouver l'attachement entre les deux familles, Giacomo Tocco avait promu son fils Anthony Zerilli comme Underboss. Ce fut un des Parrains les plus discrets de la Cosa Nostra, préférant tirer les ficelles dans l'ombre et n'utilisant la violence qu'en dernier recours. Il avait fait beaucoup d'efforts pour dissimuler son implication dans la Cosa Nostra, en donnant une grande partie de son argent dans les oeuvres caritatives et aux églises de Détroit, il voulait se faire passer avant toute chose comme un citoyen modèle. Aujourd'hui la famille a bien "anticipé" le départ prématuré de leur ancien Parrain, et d'après les spécialistes, le nouveau Boss Jack Giacalone a les reins solide pour continuer les affaires de cette organisation criminelle. Comme une référence au dernier Parrain, Jack Giacalone avait choisi comme Acting Boss, le neveu de Giacomo Tocco, Peter "Blackie" Tocco.

Lire la suite

LA FAMILLE DE PHILADELPHIE VEUT REPARTIR DE L'AVANT - PARTIE 2

23 Juillet 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Philadelphie

LA FAMILLE DE PHILADELPHIE VEUT REPARTIR DE L'AVANT - PARTIE 2

Aujourd'hui, la situation au sein de la pègre reste en suspens, Joseph Ligambi, après avoir été incarcéré près de deux ans, n'a plus la volonté à diriger la famille au vu de son âge avancé. Joseph Ligambi, veut maintenant profiter de sa "deuxième famille" et passer plus de temps dans sa résidence secondaire en Floride. De plus son avenir est encore suspend avec le procès pour meurtre du Soldat Anthony Nicodemo, qui selon les procureurs, aurait participé au meurtre de Gino DiPietro, un Associé de l'organisation criminelle et trafiquant de drogue notoire, qui était selon plusieurs sources en train de collaborer avec la justice. Le procès fut repoussé à une date ultérieure en raison d'une enquête lancé par le FBI sur une prétendue corruption de jury. Si Anthony Nicodemo est condamné à la prison à perpétuité, des spécialistes pensent qu'il pourrait collaborer avec la justice pour "sauver sa peau". Son témoignage pourrait résoudre plusieurs assassinats attribués à la Cosa Nostra à Philadelhpie et qui ne furent pas encore résolus. Raison de plus alors pour Joseph Ligambi de "profiter" de sa "retraite", tant qu'il encore temps. En Floride, Joseph Ligambi rencontrera surement l'ancien Parrain de l'organisation criminelle dans les années 1990, Joseph "Skinny" Merlino. Ce dernier qui vient de passer près quatorze années derrière les barreaux pour une charge de racket fédéral, a entamé une "nouvelle vie à Floride". Comment expliquer sa démarche ? certains spécialistes pensent que l'ancien Parrain est resté en Floride en attendant que les contraintes sur sa libération furent terminées. En effet, à sa sortie de prison, Joseph Merlino, était en résidence surveillée et avait pour interdiction de "côtoyer" des membres de la Cosa Nostra sous peine de revenir derrière les barreaux. Le fait de rester en Floride était la solution idéale, du fait que les membres de son ancienne famille avaient une présence très limité dans cet Etat voir inexistante. Aujourd'hui, ce dernier vit toujours en Floride avec sa femme et ses contraintes sont désormais terminées. Va t'il profiter alors de cette période de flottement au sein de la Cosa Nostra pour revenir reprendre la tête de la famille? Cela n'est pas si sur. En effet, Joseph Merlino avait déclaré à un journaliste lors d'une de ses rares interviews accordées à la presse, que le "milieu" était désormais remplit de "rats", la preuve, récemment, il avait mangé dans un restaurant avec un Soldat de la famille Gambino Nicholas "Nicky Skins" Stefanelli qui était "câblé". Joseph Merlino n'avait rien dit de spécial malgré l'insistance de l'ancien Soldat de la famille Gambino, mais cela était resté marqué dans la tête de l'ancien Parrain, qui ne veut plus retourner en prison. Puis un retour à Philadelphie, voudrait dire, travailler avec des membres de l'ancien régime Scarfo, qu'ils n'apprécient guère Joseph Merlino, comme Phil Narducci. Ce dernier est un individu extrêmement respecté dans la Cosa Nostra, ancien lieutenant de Nicodemo Scarfo Sr dans les années 1980, il avait été condamné en 1988 à plus de quarante ans de prison, pour plusieurs délits tenant de la loi Rico, une peine qu'il accepta sans broncher. Depuis sa sortie de prison en 2012, Phil Narducci aurait repris ses activités au sein de plusieurs boites de nuit contrôlées par la famille de Philadelphie. De nature très discrète, il refusa obstinément de parler aux journalistes qui essayèrent de l'interroger dans la rue, mais d'après ces derniers, il n'apprécierait pas la "jeune génération" de la famille, comme Joseph Merlino, Steve "Handsome Stevie" Mazzone, qui géra un peu les affaires de la famille lors du dernier procès, ou encore George Borgesi (voir photo à gauche), qu'il considère comme des "crétins", qui ont profité d'un vide dans la famille après la condamnation de Nicodemo Scarfo Sr pour se hisser au pouvoir. George Borgesi, neveu et Consgiliere de la famille de Philadelphie, a prouvé pendant ses années de prison, que les valeurs de la Cosa Nostra étaient bien ancrées en lui. Depuis sa condamnation pour racket fédéral au début des années 2000, il ne craqua pas et continua même de gérer à distance ses affaires. Son arrestation quelques mois avant son procès, l'avait rendu fou de rage, accusant la justice de le "harceler" lui et sa famille dans le but qu'il termine sa vie derrière les barreaux. Après un procès ou il fut acquitté de la seule charge de racket, il devint un homme libre et fut photographié à plusieurs reprises en train de faire des courses avec sa femme, accusée elle aussi d'avoir aidé son mari pendant sa détention, Alyson Borgesi (voir photo à droite) (Cf : La femme de George Borgesi dans le collimateur de la justice). Mais depuis sa libération, plusieurs personnes se demandent si le Consigliere en titre ne va pas profiter de la semi-retraite de son Oncle, Joseph Ligambi, avec qui il ne s'entend pas très bien, pour essayer de prendre le pouvoir. George Borgesi, est un individu très respecté, extrêmement craint, ayant une réputation de tueur, il pourrait se hisser facilement à la tête de la famille. Le seul problème pour lui, est qu'il est en libération conditionnelle pendant plusieurs années et le moindre contact avec des membres de la Cosa Nostra pourrait l'envoyer de nouveau en prison. Occuper le poste de Parrain, apporte sans nul doute des avantages pour un Affranchi, cela est la consécration de toute une vie après une intronisation au sein de la Cosa Nostra, mais elle apporte aussi de gros inconvénients. La pression exercée par le FBI depuis plusieurs années sur la famille, va braquer automatiquement l'attention sur le nouveau Boss. De plus une rivalité grandissante entre certains membres au sein de l'organisation peut entrainer en cas de mauvaise gestion, une guerre interne et causé par la même occasion le chaos dans les rues de Philadelphie et cette dernière a déjà connu ce genre de situation.

Lire la suite

LA FAMILLE DE PHILADELPHIE VEUT REPARTIR DE L'AVANT - PARTIE 1

21 Juillet 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Philadelphie

LA FAMILLE DE PHILADELPHIE VEUT REPARTIR DE L'AVANT - PARTIE 1

Depuis près de trois ans, les informations relatives a la Cosa Nostra sont concentrées sur la famille de Philadelphie. Avant l'opération lancée par le FBI en Mai 2011, la famille de Philadelphie, était une organisation criminelle viable, bien structurée, comptant près d'une cinquantaine de membres et étant encore très actif dans plusieurs Etats aux Etats-Unis. De plus elle inspirait encore la crainte face aux autres familles, mais aussi face aux nombreux gangs très présents dans la ville de Philadelphie. A une époque pas si lointaine, cette dernière réglait ses comptes en utilisant le meurtre à la moindre occasion, du Parrain sanguinaire comme Nicodemo "Nicky" Scarfo Sr, qui sema la terreur dans les années 1980, elle connut aussi une vague de violence relative avec la nomination de Joseph Merlino comme Boss en Exercice, dans les années 1990. Avec l'arrivée de Joseph Ligambi (voir photo) au début des années 2000, surnommé "Oncle Joe" par les médias Américains, elle se fit plus discrète. Le nouvel Acting Boss restructura en profondeur une famille laissée au bord du gouffre après la condamnation de Nicodemo Scarfo Sr, en préférant rester dans l'ombre et n'utilisa la violence qu'en dernier recours. Le but de cette manoeuvre était simple, éloigner les services fédéraux loin de la famille pour engendrer le plus d'argent possible grâce au racket. Et c'est principalement à cause de ce délit qu'en Mai 2011, plusieurs membres de la famille de Philadelphie se firent arrêtés. Ce fut littéralement un coup de tonnerre, car la hiérarchie complète de cette organisation criminelle fut touchée, ainsi que divers Capitaines et Soldats. Joseph Ligambi qui fut accusé de plusieurs délits tenant de la loi Rico fut tout de suite incarcéré sans caution possible. Son neveu, et Consigliere en exercice de la famille, George Borgesi qui était incarcéré depuis 2001 dans une prison fédérale, fut lui aussi accusé des mêmes charges, car pour la justice, même en étant derrière les barreaux, il aurait continué à donner ses ordres de sa prison, grâce à l'aide de sa femme mais aussi de son ancien bras droit Louis Monnacello qui deviendra par la suite un témoin du gouvernement. Cette inculpation était encore plus rageante pour George Borgesi qui allait être libéré après une condamnation à près de 14 ans pour racket en 2001, un retour à la case départ. Pour l'Underboss, Joseph "Mousie" Massimino, cela était encore plus inquiétant. Ce dernier avait déjà passé plus de la moitié de sa vie d'adulte derrière les barreaux et une nouvelle condamnation pour racket signifierait sans nul doute une condamnation à mort. Fin 2012, après un procès de plusieurs semaines, un premier verdict tomba après plusieurs semaines de délibération et il fut assez mitigé pour les procureurs fédéraux. Joseph Ligambi fut reconnu non-coupable de plusieurs charges mais le jury était restait indécis sur trois chefs d'inculpations comprenant le complot et deux autres charges pour jeux illégaux. Pour George Borgesi cela fut identique, il fut déclaré de non coupable des trois quart des charges retenues contre lui, mais les jurés n'arrivaient pas réussi à se mettre d'accord sur la charge principale de racket. Pour Joseph Massimino, qui a toujours eu une attitude désinvolte lors du procès, se moquant ouvertement des procureurs et des différents témoins,fut condamné à seize ans de prison, ce qui mit fin indéniablement à sa longe carrière criminelle au sein de la Cosa Nostra (Cf : L'Underboss de la famille de Philadelphie condamné à seize ans de prison). Les procureurs fédéraux se démontèrent pas et refirent un procès contre les deux derniers accusés, Joseph Ligambi et George Borgesi en fin d'année 2013. Mais comment faire alors pour essayer cette fois-ci de faire condamner le Parrain et le Consigliere de la famille de Philadelphie ? Cela était simple, les procureurs allaient faire appel à des témoins qui n'avaient pas été appelés lors du premier procès. Ce fut le cas avec Anthony Aponick, un ancien Associé de la famille qui avait été dans la même prison fédérale que George Borgesi quand il était incarcéré au début de sa peine dans l'Etat de la Virginie. Mais pourquoi n'avoir fait appel à lui pendant le premier procès? car ce dernier en avait profité d'être protégé par le FBI pendant sa collaboration, pour braquer plusieurs banques, de plus pour certains avocats de la défense, l'ancien Associé de la famille Bonanno, avait une réputation de "toxicomane". Anthony Aponick ne fut donc pas jugé très crédible et son témoignage ne servit pas à grand chose et aida même en partie la défense, en démontrant que les procureurs ne savaient plus quoi faire pour faire condamner les deux accusés. Un jury qui était resté dans l'impasse lors du premier procès, le restera forcement si les procureurs ne changent pas de tactique et ce deuxième fut une copie du précèdent et malgré plusieurs jours de délibération, George Borgesi fut reconnu non coupable de racket. Emu, le Consigliere de la famille de Philadelphie remercia un à un les jurés présents dans le tribunal. Pour Joseph Ligambi, ces derniers étaient toujours dans l'impasse, et un troisième procès aurait pu entrainer des dépenses supplémentaires pour le contribuable. Les procureurs qui décidèrent avec l'accord du juge fédéral Eduardo Robredo d'annuler les poursuites contre l'Acting Boss de Philadelphie

Lire la suite

LA OUTFIT DE CHICAGO VEUT REVENIR A DES ANCIENNES VALEURS

11 Juillet 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Outfit

LA OUTFIT DE CHICAGO VEUT REVENIR A DES ANCIENNES VALEURS

La Outfit de Chicago est connue du monde entier pour ses parrains légendaire comme Al Capone, Sam Giancana ou encore Anthony Accardo. A une époque, cette organisation criminelle avait une énorme influence dans plusieurs Etats Américains et avait une place de choix à la Commission, à côté des cinq familles de New-York. Depuis les années 1990, la pression mise en place par le FBI et les procureurs fédéraux a considérablement baissée l’activité de la Outfit, plusieurs de ses lieutenants comme Joseph Lombardo dit « Joey Le Clown », James « Jimmy The Man » Marcello ou encore Nicholas Calabrese Sr ont été condamnés à des peines de prison à perpétuité dans le procès dit des « Secrets de famille ». Aujourd’hui, la Outfit , reste encore une famille viable dans la Cosa Nostra, avec sa cinquantaine de membres, elle est très actif dans différents secteurs chère à la famille mafieuse et garde une influence redoutable auprès des autres organisations criminelles. A ce jour, elle est dirigée par John « No Nose » DiFronzo, un membre de l’organisation depuis de nombreuses années, qui a profité de la condamnation des différents lieutenants pour se hisser au pouvoir. Avec l’incarcération de plusieurs Capitaines, une réorganisation a du être effectuée, pour éviter que les différents gangs du coin prennent le contrôle de quartiers historiquement détenus par la Outfit, ce fut le cas avec l’incarcération de Joseph Lombardo qui contrôlait les quartiers a proximité de Grand Avenue, un secteur très important qui génère des millions de dollars par an à l’organisation mafieuse. Pour le remplacer, Joseph DiFronzo choisit son mentor, un membre respecté et redoutable, Albert « Albie The Falcon » Vena. D’après la police c’est une « version améliorée » d’Anthony Spilotro (rendu célèbre pour avoir été joué par Joe Pesci dans le film de Martin Scorsese, Casino). Anthony Spilotro un ancien « protégé » de Joseph Lombardo, avait été envoyé à Las Vegas pour contrôlait une partie des rackets que détenait la famille dans les années 1980 mais en grande partie à cause de sa « mauvaise gestion », le FBI avait arrêté des membres importants dont Joseph « Doves » Aiuppa (voir photo), le Parrain de la Outfit à cette époque, qui se sentit humilié quand le FBI était venu l’arrêté à son domicile en présence de sa femme. Il fut alors tué avec son frère dans la maison d’un Capitaine de la Outfit en 1986. Peu d‘informations circulent sur Albert Vena, sauf que le FBI l’a fortement soupçonné d’avoir participé au meurtre de Sam Taglia, un membre non initié, qui gardait une partie de l’argent destinée à des membres comme Albert Verna. Son corps avait été retrouvé dans le coffre de son véhicule, la gorge tranché d’une oreille à une autre et atteint de plusieurs balles. D’après la police, Sam Taglia fut torturé avant son décès, une spécialité des membres de la Outfit adepte de ce genre de procédé. Pour cette dernière commettre un meurtre n’est pas suffisant, il faut d’abord laisser un message, montrer aux autres individus qui osent la voler ou la trahir, qu’on ne rigole pas avec eux. Tout portait à croire qu’Albert Vena été le coupable de ce meurtre. La femme de Sam Taglia avait déclaré à la police que son mari avait quitté son domicile avec ce dernierla veille du meurtre, de plus lors de son arrestation le Soldat de la Outfit avait foncé avec sa voiture sur les policiers présents devant son domicile, pour lui cela était un manque de respect envers sa famille. Mais malgré ce témoignage, aucune preuve ADN ne fut retrouvée et Albert Vena fut acquitté du meurtre de Sam Taglia. Pendant toutes ces années, ce dernier continua à gagner des millions de dollars pour la Outfit et resta sous le radar du gouvernement fédéral. Son nom ne ressurgit dans les journaux qu’en 2014, lors du procès de Steve Mandell, un ancien officier de police et Associé de l’organisation mafieuse qui fut condamné à mort par erreur et qui dès sa sortie de prison avait repris ses activités criminelles dans l’écrémage des boites de striptease du coin. Pendant son procès, des agents du FBI avaient affirmé que Steve Mandell avait été vu en train de manger avec Albert Vena au restaurant « La Scarola » à Chicago. D’après ces derniers, Steve Mandell avait demandé la « permission » à Albert Vena de « tuer » un de ses Associés, un homme d’affaires qui causait des soucis à son business, mais il n’avait pas pu le faire, car le Capitaine de la Outfit ne lui avait pas donné le « feu vert ». Commettre un meurtre dans la zone gérait par Albert Vena sans son autorisation, aurait été une insulte pour ce dernier et Steven Mandell aurait pu passer du stade d’assassin à victime en quelques jours. Tous les spécialistes du crime organisé sont tous d’accords pour dire qu’Albert Vena incarne « les valeurs des anciens Parrains de la Outfit » et il est fort probable que ce dernier intègre la hiérarchie de cette organisation criminelle encore très présente dans l’État de l’Illinois.

Lire la suite

UN SOLDAT DE LA FAMILLE BONANNO CONDAMNE POUR TRAFIC DE DROGUE

8 Juillet 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Bonanno

UN SOLDAT DE LA FAMILLE BONANNO CONDAMNE POUR TRAFIC DE DROGUE

Arrêté en Septembre 2013 pour avoir orchestré un trafic de marijuana dans plusieurs États, les trois fils du tristement célèbre Parrain de la famille Bonanno, Vincent Basciano, ont décidé de plaider coupable des charges retenues contre eux. Joseph Basciano, Vincent Basciano Jr (voir photo) et Stephen Basciano avaient décidé dès leur arrestation de plaider non coupable, ce qui pouvait les amener à être condamner à près de quarante ans de prison dans un pénitencier fédéral. Sur les trois frères, seul Vincent Basciano Jr a été identifié par le FBI comme un membre initié de la famille Bonanno et face aux nombreux enregistrements que détenaient le gouvernement fédéral dans cette affaire, ce dernier avait décidé de plaide coupable en Mars dernier. Son plaidoyer avait considérablement baissé la peine encourue au départ, il fait désormais face à une peine allant de 46 à 57 mois de prison lors de sa prochaine condamnation le 18 Juillet prochain. Âgé de 32 ans, le Soldat de la famille Bonanno a déjà un passé assez trouble dans le milieu du crime organisé. D’après le témoignage de Joseph Massino, l’ancien Parrain de la famille mafieuse, Vincent Basciano aurait été au centre de l’affaire dans la disparition de Nicholas Cirillo, le fils ainé de Dominick « Quiet Dom » Cirillo, Consigliere de la famille Genovese en 2004. Nicholas Cirillo a toujours été un peu la honte de son père, qui en avait assez que ce dernier connu pour être un trafiquant de drogue était devenu depuis peu un toxicomane notoire et un membre sous l’influence de la drogue peut très vite coopérer avec le gouvernement fédéral (Cf : Fête des mères, le Boss fait tuer son fils). La décision de Dominick Cirillo de lancer un contrat contre son propre fils, provient d’une altercation qu’a pu avoir Nicholas Cirillo avec Vincent Basciano Jr, qui à cette époque n’était pas encore un membre initié et un Capitaine de la famille Bonanno, Dominick Cicale (Ce dernier deviendra par la suite un témoin pour le gouvernement fédéral et témoignera contre Vincent Basciano lors de son procès pour meurtre). Ce dernier, énervé et surement sous l'emprise de la drogue, était parti dans l’entreprise que détenait le fils de Vincent Basciano, pour régler un différend dans une affaire et en profita pour insulter copieusement Vincent Basciano Jr mais aussi Dominick Cicale présent ce jour là. Cela en était trop, Nicholas Cirillo qui même n’était pas un membre à part entière de la Cosa Nostra, avait enfreint trop de règles élémentaires de la pègre et était devenu indéfendable pour son père qui « cautionna » d'après le FBI le contrat lancé contre son fils. deux semaines plus tard, Nicholas Cirillo disparut, son corps ne fut jamais retrouvé. Longuement interrogé par les enquêteurs, Dominick Cirillo, connu pour son profil discret, ne dira pas un mot sur ce meurtre. En 2012, Vincent Basciano Jr avait été arrêté avec plusieurs membres de la Cosa Nostra, pour avoir lancé un site de paris clandestin, récoltant pas loin de 50 millions de dollars. Le jugement de cette affaire sera rendu alors que Vincent Basciano aura commencé à purger sa peine de prison pour trafic de drogue, des longues années de solitude dans un pénitencier fédéral risquent sans doute de commencer pour lui. Pour Joseph Basciano, cela est encore différent, ce dernier même s’il est encore un Associé de la famille Bonanno, peut malgré sa condamnation, reprendre sa vie en main et c’est ce que lui a tenté d’expliquer le juge fédéral Richard Sullivan lors sa comparution la semaine dernière : « Allez en prison et quand vous sortirez, cherchez un vrai travail, payer des impôts, essayez de faire comme tout le monde ». Joseph basciano qui est âgé de 27 ans, a été condamné à six mois de prison dans un pénitencier fédéral, accompagné de six mois supplémentaires en résidence surveillé, un verdict que son avocat jugea « Correct ». Il ne manque plus que le plus jeune frère, Stephen Basciano, ce dernier qui va bientôt recevoir son verdict dans cette affaire, est incarcéré depuis son arrestation. Le motif ? Le juge fédéral avait décidé de le garder enfermer, après avoir entendu des enregistrements de Stephen Basciano, se ventait d’avoir plusieurs armes en service et qu’il était prêt à « tirer sur des gens ».

Lire la suite

UN CAPITAINE DE LA FAMILLE LUCCHESE RECONNU COUPABLE

6 Juillet 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Lucchese

UN CAPITAINE DE LA FAMILLE LUCCHESE RECONNU COUPABLE

Généralement, quand les jurés commencent à être unanimes sur plusieurs points dans un procès, on peut s’attendre à un verdict rapide, et une sentence qui est prise rapidement, est généralement un mauvais point pour la défense. En fin de semaine, le jury est revenu dans le tribunal fédéral pour mettre un terme à près de six mois de procès ou les procureurs fédéraux avaient essayé de démontrer que la société basée au Texas « First Plus » avait été « gangrenée » par deux individus liés à la Cosa Nostra, Nicodemo Scarfo Jr (voir photo), un Capitaine de la famille Lucchese et son Associé, Salvatore Pelullo. Face au jury, se trouvait, les deux individus en question, incarcéré depuis leur arrestation en 2010, ils avaient revêtu leur habit de prisonnier. A côté d'eux, une ribambelle d’avocats de la société, accusés d'avoir profité de ce « désordre » au sein de l'entreprise pour se faire de l'argent. Nicodemo Scarfo Jr, un Capitaine de la famille Lucchese, avait été accusé par le gouvernement, d’avoir « tiré les ficelles » depuis l’État du New-Jersey et alors que ce dernier était en contrôle judiciaire, en jouant sur sa notoriété au sein de la Cosa Nostra pour racketter la société. Pour réussir son « coup », et pour éviter d'agir personnellement, il avait fait appel à Salvatore Pelullo, un individu âgé de 46 ans, Associé de la famille Lucchese, déjà connu des autorités judiciaires pour des condamnations pour fraude. Ce dernier qui aimait manger au restaurant sur la musique du « Parrain », utilisait ses relations au sein de la Cosa Nostra et de son amitié grandissante avec Nicodemo Scarfo Jr, pour menacer les employés de la société, qui terrifiés par la perspective d'avoir des ennuis avec la Cosa Nostra, avaient aidé les deux amis à se hisser à la tête de l’entreprise. C’est dans une salle d’audience bondée, ou les familles des différents accusés étaient venues écouter le résultat final de ce procès, que le président du jury commença à lire son verdict. Quand le juré commença à lire les accusations de Nicodemo Scarfo Jr, le mot « coupable » raisonna près de vingt cinq fois dans la salle d’audience, alors que Salvatore Pelullo, fut reconnu coupable de vingt quatre chefs d’inculpations sur vingt quatre, une grande victoire pour les procureurs fédéraux, mettant fin à une enquête qui aura duré plusieurs années. La plupart des autres accusés dans ce procès, furent relativement épargnés, seul John Maxwell l’ancien PDG de la société et son frère William, un avocat spécialisé, qui travaillait pour l’entreprise furent reconnus coupables. En absence, de précédente condamnation, les deux individus risquent d’être condamnés à une peine légère derrière les barreaux, alors que William Maxwell, ne pourra plus exercer son métier d'avocat. Pour Nicodemo Scarfo Jr, et Salvatore Pelullo, cela est différent. Le Capitaine de la famille Lucchese, est un habitué de la justice Américaine, ayant un très lourd casier judiciaire, il pourra être condamné à près de trente ans dans une prison fédérale. Âgé de quarante huit ans, cela équivaut à une condamnation à mort pour Nicodemo Scarfo Jr, il rejoindra alors les traces de son père, l’ancien Parrain de la famille de Philadelphie, condamné à la prison à perpétuité depuis plusieurs dizaines d’années pour différents meurtres. Salvatore Pelullo, étant lui aussi un habitué de ce genre de délits, sera condamné sans nul doute à une lourde peine de prison. Les autorités ont commencé à s’intéresser à la société « First Plus » au printemps 2007, quand ils remarquèrent que deux individus liés à la Cosa Nostra commençaient à manœuvrer pour y prendre le contrôle. Après plusieurs écoutes, il était évident que Salvatore Pelullo et Nicodemo Scarfo Jr avaient réussi leur coup, mais bizarrement, leurs noms n’apparaissaient pas dans les documents de l’entreprise envoyés aux organismes gouvernementaux. L’enquête devint de plus en plus importante et les autres écoutes étaient stupéfiantes, on pouvait entendre Salvatore Pelullo se « vanter » avoir des relations avec la famille Lucchese, et menaçait un employé de la société de « violer » sa femme et de faire « prostituer » ses filles si il ne l’aidait pas à diriger l’entreprise. Son rêve aurait été sans nul doute de devenir un membre initié de la Cosa Nostra, tellement Salvatore Peullo était « imprégné des valeurs » de l’organisation criminelle. Pour Nicodemo Scarfo Jr, sa vie de gangster est visiblement terminée. Initié dans la famille Lucchese, grâce à l’aide de son père, qui ne voulait pas que ce dernier reste à Philadelphie après son incarcération, Nicodemo Scarfo Jr n’a jamais visiblement était considéré comme un membre à part entière de la famille mafieuse. En 2007, quelques années avant son arrestation, Nicodemo Scarfo Jr avait été rétrogradé au rang de « Soldat » en raison de sa trop grande couverture médiatique. Vic Amuso, le Parrain de la famille Lucchese et ami de son père était toujours le Parrain, mais Steven Crea, un membre important de la famille mafieuse, qui venait de sortir de prison, et qui deviendra par le suite le prochain Boss, en avait assez que les médias se concentrent sur eux, et décida que Ralph Perna un Capitaine réputé de la famille qui opère lui aussi dans le New-Jersey, le remplace par la suite.

Lire la suite

VERDICT ATTENDU POUR NICODEMO SCARFO JR

3 Juillet 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Lucchese

VERDICT ATTENDU POUR NICODEMO SCARFO JR

Il semble que le jury a décidé de passer à la vitesse supérieure et de faire condamner Salvatore Pelullo (voir photo) et Nicodemo Scarfo Jr à des peines de racket. Les délibérations ont repris en début de semaine et même si la semaine dernière les questions posées au juge fédéral pouvait laisser perplexe les procureurs fédéraux et les avocats de la défense (Cf :Les délibérations se poursuivent contre un Capitaine de la famille Lucchese), une note adressé au juge fédéral montre que les jurés se sont déjà mis d’accord à « l’unanimité » sur plusieurs accusations : « Nous sommes unanimes sur certains points, mais pas encore sur d’autres » déclara un des jurés dans une lettre adressée au juge fédéral, en « demandant plus de temps pour arriver à un verdict ». Cette réponse, couplée à une enquête antérieure sur la façon de répondre à l’accusation, ont semé le « désarroi » dans le camp de la défense, qui pourrait voir Salvatore Pelullo et Nicodemo Scarfo Jr se faire condamner à des longues peines de prison, alors que les sept autres accusés dans cette affaire, sont jugés pour un délit simple de « conspiration » : « Cela ne semble pas très bon » déclara un des avocats de la défense. Pendant plus de six mois, les procureurs fédéraux ont essayé de mettre en évidence que Nicodemo Scarfo Jr, un Capitaine réputé de la famille Lucchese, avait pris le contrôle, avec l’aide son père Nicodemo Scarfo Sr, incarcéré dans une prison fédérale et de son associé Salvatore Pelullo, un Associé de la famille Lucchese, la société de prêt hypothécaire « First Plus » basée au Texas. Pendant des années, Salvatore Pelullo, aurait profité de ses relations au sein de la Cosa Nostra pour siphonner près de douze millions de dollars qu’il dépensa avec Nicodemo Scarfo Jr pour assouvir leur train de vie luxueux. Si les procureurs fédéraux arrivent à faire condamner Nicodemo Scarfo Jr à une peine de racket, il ne faudra pas espérer que ce dernier décide de collaborer avec le FBI. La Cosa Nostra est tellement ancré dans sa vie, que le Capitaine de la famille Lucchese, a pris l’habitude après chaque arrestation de ne pas adresser la parole aux autorités judiciaires. Pendant le procès, Nicodemo Scarfo Jr ne parla qu’a son avocat, et le reste du temps, il resta attentif au débat, tout le contraire de Salvatore Pelullo, qui ne cessa de rigoler et fini même par se faire exclure du procès, une attitude que le jury a du prendre en compte pendant les délibérations. Fait exceptionnel, pendant les délibérations, un des jurés quittera volontairement les débats pour cause d’un départ en vacances programmé depuis des mois et avec l’accord du juge fédéral, Robert Kugler. Mais aucune inquiétude, car un nouveau juré va le remplacer automatiquement, la politique veut que les délibérations reprennent de zéro, mais sans une objection majeure de la nouvelle personne, elles pourront continuer normalement, avec un verdict attendu pour la fin de semaine. Les observateurs pensent que ce même jury pourrait faire condamner les différents avocats de la société « First Plus » pour leur malversation financière. Ce fut le cas avec Donal Manno, un ancien avocat de Nicodemo Scarfo Jr, accusé par les autorités, de fraude et d’entrave à la justice. Ce dernier aurait depuis son arrestation, continuellement menti pour éviter que la justice ne s’intéresse plus profondément aux « aux escroqueries » qu’il a pu effectuer avec son client pendant plusieurs années. En raison de leurs précédentes condamnations, Savatore Pelullo et Nicodemo Scarfo Jr pourraient être condamnés à près de trente ans de prison dans un pénitencier fédéral. Les cinq autres accusés, font face à des peines plus légères, mais ils pourraient perdre leur titre d’avocat s’ils étaient reconnus coupables, ce qui pour certains, pourrait se révéler dévastateur.

Lire la suite