Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LCN

ITINÉRAIRE D’UN AFFRANCHI

30 Janvier 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Bonanno

ITINÉRAIRE D’UN AFFRANCHI

En début de semaine, l’actualité dans les médias Américains fut essentiellement marquée par l’arrestation de plusieurs membres de la famille Bonanno, tous liés de près ou de loin, au casse historique de la « Lufthansa » en 1978 à l’aéroport JFK de New-York. D’après le FBI, l’investigateur de ce braquage fut James « Jimmy The Gent » Burke (Joué par Robert DeNiro dans le film Les Affranchi de Martin Scorsese), un Associé de la famille Lucchese. Mais près de 30 ans plus tard et alors que la plupart des témoins sont décédés ou ont été assassinés, voilà qu’un des membres de la famille Bonanno fortement impliqué dans ce vol fut arrêté, en la personne de Vincent « Vinny » Asaro (voir photo). Même si ce casse a été effectué essentiellement par James Burke avec l’aide de plusieurs Associés de la famille Lucchese dont Henry Hill (Joué par Ray Liotta dans le film Les Affranchis), il faut comprendre qu’à cette époque, la famille Bonanno gérait une partie de l’aéroport JFK de New-York, et effectuer un braquage qui pouvait rapporter des millions de dollars sans un « accord » préalable entre la famille Lucchese et la famille Bonanno, pouvait entrainer une guerre entre les deux familles de la Cosa Nostra. C’est pour cela que jeudi dernier après des années d’enquête, Vincent Asaro âgé de 78 ans fut inculpé par le FBI d’avoir participé « activement » à la mise en place de ce braquage. D’après les autorités judiciaires, Vincent Asaro a été intronisé dans la famille Bonanno il y a plus de 30 ans. Son fils, Jerome «Jerry» Asaro âgé de 55 ans, arrêté en même temps que son père, est considéré par le FBI comme un Capitaine de la famille mafieuse. Ce dernier qui fut inculpé de racket, avait décidé comme son père de plaider non-coupable des charges retenues contre lui. L’avocat de Vincent Asaro, Gerald McMahon déclara que ce procès ne "serait pas un problème" et que son client sortirait en "homme libre" du tribunal fédéral. Le problème, est que Vincent Asaro est accusé outre l'accusation de vol de la « Luftansa », de racket, meurtre, vol à main armée et incendie volontaire, des charges qui pourraient au vu de son âge avancé, terminer sa vie derrière les barreaux. Pour l’accusation de meurtre, la justice le soupçonne, d’avoir ordonné l’assassinat d’un Associé de la famille Lucchese, dénommé Paul Katz. Vincent Asaro pensait que ce dernier coopérait avec les autorités, et avait demandé à James Burke en 1969 de le tuer. Ce dernier avait entrainé Paul Katz dans un coin isolé et l’avait assassiné avec une « chaîne pour chien » avant de l’enterrer au sous-sol de sa maison dans le Queens. James Burke était très proche de Vincent Asaro, d’après le FBI, c’était des amis d’enfance, et le fils de l’Associé de la famille Lucchese a comme propre Parrain Vincent Asaro. James Burke qui décéda d’un cancer dans une prison fédérale en 1996 a toujours été considéré comme le « cerveau » dans ce casse historique. Dans le livre de Nicholas Pileggi « Les Affranchis », Vincent Asaro est considéré dans les années 1970 comme un Capitaine de la famille Bonanno, qui gérait les affaires de la famille mafieuse à l’aéroport JFK de New-York. Plusieurs témoins dont le propre cousin de Vincent Asaro déclarèrent que ce dernier était au « courant » du braquage de la « Luftansa » et qu’il avait touché une partie des bénéfices (plus d’un million de dollars). Un deuxième témoin, déclara qu’encore récemment, Vincent Asaro lui avait confié que James Burke l’avait « arnaqué » sur l’argent qu’il avait récolté grâce au braquage. Pendant des années, Vincent Asaro, fut un Capitaine de la famille Bonanno, et gérait plusieurs Soldats. Mais à la fin des années 1990, ce dernier fut rétrogradé au simple rang de Soldat, car selon des documents judiciaires : « Il profitait de son statut de leader pour voler de l’argent ». Au début des années 2000, son fils Jérôme, grâce à l’aide de son père, fut promu au rang de Capitaine et ironiquement, Vincent Asaro devint un Soldat dans l’équipe de son propre fils. Mais à cette époque, la famille Bonnano connu une période de forte turbulence, avec les collaborations entre autre de Joseph Massino (CF : Joseph Massino The Last Don) et Salvatore Vitale, respectivement Boss et Underboss de la famille Bonanno. Pendant des années, la famille Bonanno fut totalement dévastée, avant de se reconstruire petit à petit, profitant en autre, de la baisse des effectifs au sein du FBI, chargé de la surveillance des familles de la Cosa Nostra. D’après le FBI, en 2012, la personne en charge de la famille Bonanno, aurait promu de nouveau Vincent Asaro à son rang de Capitaine avant son arrestation jeudi dernier pour de nombreux crimes. D’après les procureurs, Vincent Asaro est un mafieux de la « vieille école », qui malgré son âge continuera à utiliser la violence pour parvenir à ses fins. En 1998, alors que ce dernier fut condamné à 12 ans de prison pour racket et vol, il avait déclaré avant de recevoir son verdict : « Si je dois mourir en prison je le ferai ».

Lire la suite

UN MEMBRE DE LA OUTFIT DE CHICAGO DEMANDE A SORTIR DE L’ISOLEMENT

28 Janvier 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Outfit

UN MEMBRE DE LA OUTFIT DE CHICAGO DEMANDE A SORTIR DE L’ISOLEMENT

Joseph « Joey The Clown » Lombardo est un membre réputé de la Outfit de Chicago. Inculpé en 2005, de plusieurs meurtres, dans l’opération du FBI dénommée « Secret de Famille » (Cf : La vie de Frank Calabrese dans la Outfit de Chicago – Partie 1), Joseph Lombardo fut reconnu coupable en 2009, de racket et de plusieurs meurtres et condamné à la réclusion criminelle à perpétuité dans le pénitencier fédéral de Butner en Caroline du Nord. Le mafieux, qui est aujourd’hui âgé de 84 ans, a demandé en début de semaine au juge fédéral James Zagel, le même qui l’avait condamné lors de son dernier procès, de le faire sortir de son « isolement total » ou appelé communément « le trou » par les prisonniers de cette prison fédérale. Mais la réponse de James Zagel fut négative. En effet, d’après lui, il n’a aucune autorité à le faire sortir de ses conditions de détention, et qu’il devait plutôt s’adresser à un tribunal fédéral de Caroline Du Nord, là ou Joseph Lombardo y est incarcéré. Ses avocats accusent en effet le gouvernement, de « maltraitance envers une personne âgée ». Pendant des décennies, celui qu’on surnomma « Le Clown », en raison de ses nombreuses pitreries exerçaient dans les procès qu’il avait pu subir pendant toute sa carrière criminelle, fait place désormais, un vieux mafieux « larmoyant », « suppliant » le gouvernement d’améliorer ses conditions de détention. Ses avocats déclarèrent à la presse, que leur client, était un « vieil homme malade », qui se « déplaçait en fauteuil roulant », et qu’il devait sortir de l’isolement, car il ne représentait plus aucune menace pour la société et les détenus. Ils stipulent par la même occasion, que ce « verrouillage » dont fait parti son client, a été conçu pour empêcher les « terroristes » de « commettent » des attaques sur le sol Américain : « Il (le gouvernement fédéral) lui impose une détention des plus draconiennes, contre une personne âgé de 84 ans, souffrant de nombreuses maladies chroniques et qui se déplace en fauteuil roulant. Cela est tout simplement de la maltraitance » déclara un de ses avocats. Dans une réponse en début de semaine, le gouvernement fédéral se moqua du surnom de Joseph Lombardo « Le Clown » en déclarant que ce dernier n’avait toujours pas compris que ce sujet n’avait rien à voir avec la cour fédéral de l’État de l’Illinois. Même si ces mesures sont jugés très sévères par les avocats de Joseph Lombardo, il ne faut pas oublier que plusieurs membres de la Cosa Nostra, purgent des peines de prison à perpétuité en quartier d’isolement. Actuellement, l’ancien Acting Boss de la famille Bonanno, Vincent Basciano, purge une peine de prison à perpétuité dans la prison fédérale de « Supermax » dans le Colorado (Cf : Vincent Basciano dans la prison de Supermax)

Lire la suite

« NOT GUILTY »

26 Janvier 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Philadelphie

« NOT GUILTY »

Après 3 semaines de délibération dans le procès contre Joseph Ligambi et George Borgesi (voir photo), respectivement Boss et Consigliere de la famille de Philadelphie, les jurés ont enfin réussi à se mettre d’accord sur un verdict. Celui-ci, qui devait intervenir en début de semaine, avait finalement été retardé en raison des nombreuses chutes de neige dans la ville de Philadelphie. Et au final, ce verdict fut le deuxième revers consécutif pour les procureurs fédéraux, après un premier procès qui s’était déroulé en début d’année 2012. Le verdict fut sans appel, à l’"unanimité", le jury déclara « non-coupable » George Borgegesi de la seule charge de racket dont il était accusé, laissant entrainer des « hurlements » de joie dans la salle d’audience. Pour Joseph Ligambi qui était inculpé de quatre chefs d’inculpation, le verdict fut moins clément. Même s’il fut reconnu « non-coupable » de subornation de témoin, les jurés ont rendu un verdict « partiel » concernant les trois autres chefs d’inculpation, comprenant, le complot et deux accusations de jeux illégaux. Remonté par ce verdict, l’avocat de Joseph Ligambi, Edwin Jacobs Jr, déclara qu’il allait demander au tribunal de libérer son client sous caution, en attendant de recevoir le verdict final dans cette affaire. Le Parrain de la famille de Philadelphie, qui est âgé de 74 ans, est détenu sans caution possible dans un centre de détention, depuis son arrestation en Mai 2011. Pour George Borgesi, cela était différent, étant libérable depuis 2011, après avoir été condamné en 2000, à près de 14 ans de prison pour racket, il avait été gardé emprisonné en raison de son inculpation dans cette affaire en 2011. En recevant un verdict de non-culpabilité, il a été immédiatement libéré et pu sortir libre du tribunal fédéral, entouré de sa famille : « Merci, Merci » hurla le frère de George Borgesi, Anthony Borgesi, soupçonné par le FBI d’être un Soldat de la famille de Philadelphie. C’est la deuxième fois en moins d’un an, qu’un jury fédéral rejette les accusations lancées par les procureurs fédéraux contre Joseph Ligambi et George Borgesi : « Dieu merci » déclara la mère de George Borgesi, Many Borgesi, tout en serrant dans ses bras son fils, Anthony. Ces derniers avaient assisté à pratiquement tous les jours du procès, pour soutenir, celui qu’il déclarait comme étant la « bête noire » du gouvernement fédéral (Cf : Le Consigliere de la famille de Philadelphie fustige le gouvernement). Pour la femme de George Borgesi, Alyson Borgesi, qui fut nommée plusieurs fois dans ce tribunal comme « une complice » présumée dans les affaires de la famille de Philadelphie, elle laissa éclater sa joie à l’extérieur de la salle d’audience : « Une fois de plus, ils (les procureurs) n’ont pas réussi à faire condamné mon client », même si ce dernier semblait déçu que le jury n’est pas réussi à se mettre d’accord sur un verdict sur les trois autres chefs d’inculpation. « C’est une honte, les deux derniers jurés auraient pu aller dans le sens des dix autres, je ne comprends pas ». En effet, sur les accusations de complot, et de jeux illégaux, dix jurés sur douze, avaient prononcé un verdict de « non-culpabilité » pour Joseph Ligambi. Mais le grand perdant dans cette histoire, fut sans nul doute les procureurs fédéraux avec à leur tête Frank Labor qui déclara qu’il était forcément « décu », mais que cette affaire avait « perturbé » la Cosa Nostra dans la ville de Philadelphie. Quand le procureur fédéral, Frank Labor parle de "perturbation", il fait le rapprochement avec les condamnations lors du premier procès; à seize ans de prison de l'Underboss présumé de l’organisation, Joseph "Mousie" Massimino (Cf : L'Underboss de la famille de Philadelphie condamné à 16 ans de prison), mais aussi de la condamnation du Capitaine Anthony Staino (Cf : Anthony Staino condamné à 8 ans de prison) et de plusieurs autres Soldats, comme Damion Canalichio à de nombreuses années derrière les barreaux. L’avocat de George Borgesi, Christopher Warren, qui avait déjà réussi à faire acquitté lors du premier procès, un Capitaine de la famille mafieuse, Joseph « Scoop » Licata était vraiment heureux de ce verdict : « Ce fût un procès épuisant » déclara t’il, « J’ai hâte de me mettre au lit ». Les deux avocats de la défense avaient pendant tout le procès, attaqué le gouvernement fédéral, pour avoir appelé des témoins, qui étaient des anciens Associés des deux accusés, pour qui leur témoignage était très douteux. Avant de partir, Christopher Warren, lança un « pic » contre Louis Monacello, ancien bras droit de George Borgesi qui avait témoigné contre lui lors de ce dernier procès (Cf : Louis Monacello continue son témoignage contre la famille de Philadelphie) : "Là ou il habite désormais, cela doit être rempli de « trou du cul » comme lui" déclara t’il.

Lire la suite

DES MEMBRES DE LA FAMILLE BONANNO ARRÊTÉS POUR LE BRAQUAGE DE LA « LUFTHANSA »

25 Janvier 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Bonanno

DES MEMBRES DE LA FAMILLE BONANNO ARRÊTÉS POUR LE BRAQUAGE DE LA « LUFTHANSA »

Il aura fallu attendre près de 35 ans pour que le « casse » de la « Lufthansa », rendu célèbre par le film de Martin Scorsese, « Les Affranchis », soit enfin résolu. Après des dizaines d’années de piétinements, l’enquête s’était soudainement accélérée en Juin 2013, avec la fouille de la maison d’un ancien Associé de la famille Lucchese, « James « Jimmy The Gent » Burke (Joué par Robert DeNiro dans le film « Les AffranchisCF : Fouille dans la maison d’un Affranchi ). D’après une source proche de l’enquête, un témoin du gouvernement avait précisé au FBI, que James Burke "enterrait" la plupart de ses victimes dans son ancien domicile. Cette fouille, permit au FBI de retrouver les ossements humains d’un ancien Associé de la Cosa Nostra, Paul Katz. Ce dernier, qui avait disparu en 1969, avait été étranglé d'après un témoin, avec une « chaine pour chien », car James Burke soupçonnait Paul Katz de collaborer avec la justice. En fin de semaine, le FBI procéda aux arrestations de plusieurs membres de la famille Bonanno, Vincent Asaro (voir photo), un Capitaine de la famille mafieuse âgé de 78 ans et son fils, Jérôme Asaro, ainsi que des membres présumés de l’organisation, dont le nouvel Underboss depuis quelques mois Thomas "Tommy D" DiFiore, un mafieux de la « vieille école » âgé de 70 ans, mais aussi les Soldats John "Bazoo" Ragano et Jack Bonventre. Selon le un repenti que plusieurs spécialistes soupçonnent être Joseph Massino, l'ancien Boss de la famille Bonanno (Cf : Joseph Massino Aka The Last Don), Vincent Asaro, était un proche collaborateur de James Burke avec qui, d’après les documents judiciaires, a participé « à plusieurs réunions concernant le braquage de la Luftansa ». Bien que James Burke, fût un Associé de la famille Lucchese, ce dernier devait traiter avec Vincent Asaro, qui gérait l’aéroport JFK pour la famille Bonanno dans les années 1970. D’ailleurs, d’après la justice Américaine, après le braquage, James Burke reversa une partie de l’argent récolté (plus d'un million de dollars) à la famille Bonanno, pour éviter une "guerre" entre les deux familles de la Cosa Nostra. La plupart des membres liés au braquage, avaient disparu, ou assassinés par James Burke et ses associés, car ce dernier ne voulait pas partager les bénéfices engendrés par ce célèbre vol. Selon un enregistrement dévoilé par le FBI, en 2011, Vincent Asaro, déclara à un de ses Associés : « Nous n’avons jamais eu la totalité de notre part dans ce casse, à cause de ce « putain » de Jimmy Burke, car il gardait tout pour lui ». A la sortie du tribunal, l’avocat de Vincent Asaro, Gerry McMahon, déclara que son client qui avait décidé de plaider non-coupable, qu’il « niait » catégoriquement les accusations qui étaient retenues contre lui. Mais le directeur adjoint du FBI, George Venizelos, rétorqua : « On attendra surement des dizaines d’années pour résoudre une affaire, mais on traduira en justice un par un ces « Affranchis ». D’après le FBI, quand ces derniers avaient commencé à fouiller l’ancienne maison de James Burke, Vincent Asaro, avait été aperçu à plusieurs reprises avec certains de ses associés en train de regarder les policiers mener leur enquête. Outre les accusations de vol concernant le braquage de la Luftansa, Vincent Asaso fut aussi soupçonné d’avoir ordonné le meurtre de Paul Katz. Outre Vincent Asaro, Thomas « Tommy D » DiFiore, considéré comme l’actuel Underboss de la famille Bonanno, fut arrêté et accusé de « complot » et suspecté de « reconstruire » la famille mafieuse, depuis la désertion de Joseph « Big Joey » Massino. Ironiquement, l’arrestation de Vincent Asaso sema l’ « indignation » auprès de ses voisins, qui considéraient le Capitaine de la famille Bonanno, comme une personne « très agréable, qui disait bonjour à tout le monde ». Mais pour le FBI, ce dernier est un membre « violent » d’une organisation criminelle qui gagne des millions de dollars par an grâce à la violence et au racket.

Extrait du film "Les Affranchis" de Martin Scorsese parlant du braquage de la "Luftansa"

Lire la suite

ET PENDANT CE TEMPS LA ...

22 Janvier 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Divers

ET PENDANT CE TEMPS LA ...

DEUX MEMBRES DE LA FAMILLE GAMBINO DEVANT UN TRIBUNAL FÉDÉRAL

Scott Fappiano (à gauche sur la photo) un Associé de la famille Gambino et son supérieur, le Soldat Anthony Bazzini (à droite sur la photo), ont décidé la semaine dernière, de plaider coupable devant un tribunal fédéral à New-York, d'avoir menacé pendant des mois plusieurs dirigeants d'entreprises de déchets dans tout l’État. Les deux mafieux, qui furent arrêtés en Janvier 2013 dans une opération menée par le FBI contre les familles de la Cosa Nostra, avaient fait parler d'eux dernièrement, quand Anthony Bazzini avait demandé à un juge fédéral, qu'un des témoins du gouvernement, qui l'avait enregistré à plusieurs reprises en train de se vanter d"extorquer" des entreprises de déchet, ne vienne pas témoigner contre lui. Le motif?, pour lui, cela n'est pas normal que ce "repenti" qui avait été arrêté en 2008 dans une affaire de pédophilie et qui avait décidé de plaider coupable et de porter un micro pour éviter la prison, puisse s'en tirer aussi facilement. De plus, Anthony Bazzini déclara que d'avoir "fait des affaires" avec un individu qui fut arrêté pour ce genre de crimes, peut "nuire" à sa réputation, que ce soit dans la rue ou en prison. Scott Fappiano, qui devint célèbre il y a quelques années pour avoir passé plus de 20 ans derrière les barreaux pour un viol qu'il n'avait pas commis, avait repris ses activités criminelle au sein de la Cosa Nostra à sa sortie de prison. (Cf : Un Associé de la famille Gambino décide de se défendre lui même lors de son procès) . Ce dernier et Anthony Bazzini ont admis devant le tribunal, avoir menacé à plusieurs reprises un individu qui coopérait depuis de mois avec le FBI. C'est la deuxième fois en moins d'une semaine, que Scott Fappiano fait parler de lui dans les médias Américains. En effet, en début de semaine dernière, l'Associé de la famille Gambino, avait accepté de débourser près de 105000 dollars à son frère, qui avait intentait un procès contre lui en civil. Mark Fappiano, habitant à West Brighton dans l’État de New-York, avait décidé d'attaquer son propre frère en justice, car ce dernier lui devait près de 138000 dollars et ne s'était jamais fait rembourser. A sa sortie de prison en 2006, Scott Fappiano s'était fait prêter de l'argent par son frère, et s'était même fait acheter par ce dernier une voiture venant d'une grande marque Américaine. De plus, pour l'aider dans son dernier procès, Mark Fappiano avait payé les frais d'avocats d'un montant de 75000 dollars. Scott Fappiano avait toujours refusé de rembourser son frère, prétextant ne pas avoir assez d'argent. Le problème, est que pour avoir été incarcéré à tord pendant plus de 20 ans, Scott Fappiano avait touché par la ville de New-York près de 1,8 millions de dollars.

ET PENDANT CE TEMPS LA ...

POUR FAIRE CONDAMNER UN ASSOCIE DE LA FAMILLE GAMBINO, LES PROCUREURS FOUILLENT DANS SON BALADEUR...

Luigi Grasso (voir photo au centre) est un Associé de la famille Gambino qui fut arrêté pour le meurtre de James Donovan, un Associé de la famille Lucchese, lors d'un vol qui a mal tourné en 2010. Lors de ce cambriolage, Luigi Grasso était accompagné de Richard Riccardi, un Associé de la famille Bonanno, mais aussi d'Hector Pagan, Associé de la même famille et beau-fils d'Anthony Grazano, qui fut pendant un moment, le Consigliere de la famille Bonanno. Hector Pagan qui fut très rapidement accusé et arrêté pour ce meurtre; décida pour éviter une longue peine de prison, de coopérer avec la justice. Il avoua au FBI outre les activités criminelles de plusieurs membres de la famille Bonanno, qu'il avait tiré le coup fatal sur James Donovan. Le procès de Luigi Grasso va bientôt commencer et pour montrer au jury que l'Associé de la famille Gambino est d'un naturel violent, ces derniers vont faire écouter pendant le procès, qu'elle type de musique Luigo Grasso écoute en boucle sur son téléphone portable. A l'intérieur de celui ci, se trouve les chansons "Hands Up" et "Snitch" du rapeur Américain Obie Trice. Connu pour ses textes violents, Obie Trice est un des chanteurs préférés de Luigi Grasso. Même si ce genre de chose, ne servira pas à faire condamner Luigi Grasso du meurtre de James Donovan, pour les procureurs fédéraux, Nicole Argentieri et Darren Laverne, cela va montrer au jury "à qui ils ont à faire"

ET PENDANT CE TEMPS LA ...

UN CAPITAINE DE LA FAMILLE GENOVESE DÉCÈDE A L’AGE DE 86 ANS :

Frank "Punchy" Illiano (voir photo) un Capitaine de la famille Genovese, est décédé le 06 Janvier dernier dans un Hopîtal New-York, il avait 86 ans. Ce dernier avait reçu le surnom de « Punchy » en raison de sa passion pour la boxe, qu’il effectuait quand il était plus jeune. Une des particularités de Frank illiano, était d’avoir travaillé pour deux familles de la Cosa Nostra, la famille Profaci, qui deviendra par la suite la famille Colombo. D’après les autorités, Frank Illiano aurait participé activement à la première guerre interne qui éclata dans la famille Colombo durant les années 1960, Soldat dans la célèbre équipe du Capitaine de la famille mafieuse à cette époque Joe « Crazy Joey » Gallo : « Il a vécu la plupart de sa vie avec une balle dans la tête, qu’il reçu pendant une fusillade » déclara un de ses amis proche. Au début des années 1970, Frank Illiano fut « transféré » dans la famille Genovese, ou il devint un Capitaine craint et respecté. D’après le FBI, avant sa mort, ce dernier était toujours actif dans les activités criminelles de la famille Genovese, considéré par les autorités Américaines comme la "Rolls-Royce" du crime organisé Américain.

Lire la suite

VERDICT ATTENDU MARDI CONTRE LES MEMBRES DE LA MAFIA DE PHILADELHIE

20 Janvier 2014 , Rédigé par Xav + AS Publié dans #Philadelphie

VERDICT ATTENDU MARDI CONTRE LES MEMBRES DE LA MAFIA DE PHILADELHIE

Après deux semaines de délibération et un échec lors de la première semaine, les jurés ont envoyé une note au juge fédéral Eduardo Robreno, déclarant avoir trouvé un verdict "partiel" sur deux des cinq chefs d'inculpations, mais qu'il restait encore indécis sur les trois autres. Que cela soit du côté des procureurs, ou des avocats de la défense, personne ne sait à qui profitera ce verdict, et il faudra attendre mardi pour que le jury composé de onze femmes et un homme puissent rentrer dans le tribunal pour y rendre leur conclusion. La tension était palpable ce vendredi, alors que plusieurs membres de la famille des deux accusés étaient présents dans et à l'extérieur du tribunal, espérant entendre un verdict de non-culpabilité pour les deux accusés. Car cette note, qui montre seulement que le jury à trouvé une issue sur deux chefs d'inculpations, ne précise pas, si c'est un verdict de culpabilité ou de non-culpabilité contre Joseph Ligambi et George Borgesi. Ce dernier, qui est incarcéré depuis 2001 dans une prison fédérale, est accusé par la justice de complot et de racket, une charge qui fut construit par les procureurs grâce essentiellement aux témoignages de Louis "Finger Bent Lou" Monacello (Cf : Louis Monacello continue son témoignage contre la Mafia de Philadelphie) et Anthony Aponick. Joseph Ligambi âgé de 74 ans et supposé Parrain de la famille de Philadelphie, est quant à lui, accusé de racket, jeux illégaux et subornation de témoin. Les charges retenues contre lui, sont basées essentiellement sur une enquête du FBI qui aura duré près de 11 ans et sur des enregistrements entre des familles de la Cosa Nostra, ou la voix de Joseph Ligambi est entendu à quelques reprises et qui pour la plupart du temps est "inoffensif". Mais certains de ces enregistrements montrent aussi que ce dernier est identifié comme l'Acting Boss d'une famille de la Cosa Nostra, qui gère entre autre, les activités criminelles dans la ville de Philadelphie et ces environs. Les enjeux pour les procureurs fédéraux sont élevés. Si le jury décide de déclarer coupable les deux accusés des charges retenues contre eux, Joseph Ligambi et George Borgesi, pourraient faire face à un minimum de dix ans derrière les barreaux. Mais si ces derniers étaient déclarés non-coupable, alors la situation change et certains spécialistes se posent la question, si les procureurs seraient capables de tenter un troisième procès pour faire condamner définitivement le Parrain et le Consigliere de la famille de Philadelphie. Mas cette solution comporte plusieurs risques, le premier étant que les deux accusés sont détenus depuis leur mis en examen en Mai 2011, et si les procureurs fédéraux décident d'intenter un troisième procès, alors un juge fédéral pourraient les libérer sous caution. Le deuxième risque à prendre en compte et l'argent dépensé par la justice Américaine, dans sa bataille pour enfermer définitivement les deux accusés, ce qui coûte des millions de dollars aux contribuables Américains.

Lire la suite

LE JURY SE FAIT TOUJOURS ATTENDRE...

18 Janvier 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Philadelphie

LE JURY SE FAIT TOUJOURS ATTENDRE...

Cela à l'air de ressembler au premier procès qui s'était déroulé l'année dernière, ou les jurés avaient mis plusieurs semaines avant de se mettre d'accord sur un verdict. Après avoir demandé à écouter une nouvelle fois les enregistrements d'un témoin du gouvernement Anthony Aponick et après avoir envoyé une note au juge fédéral Eduardo, déclarant ne pas trouver de solution sur un verdict (Cf : Le jury n'arrive pas à rendre un verdict contre la Mafia de Philadelphie), le jury a demandé a réécouter des enregistrements ou on pouvait entendre George Borgesi se vanter d'avoir "fracasser la tête" d'un ancien Associé de la famille de Philadelphie, Angelo Lutz (Cf : Un ancien Associé de la famille de Philadelphie ouvre un restaurant). Même si cet enregistrement n'a rien a voir avec l'accusation de complot dont est accusé George Borgesi, les procureurs fédéraux avaient quand même décidé de l'utiliser pour montrer une image "arrogante" et "violente" du Consigliere de la famille de Philadelphie. Cet enregistrement avait déjà servi pour faire condamner en 2001 ce même George Borgesi ainsi qu'Angelo Lutz et Joseph "Skinny Joey" Merlino (Cf : Joey Merlino veut se retirer de la Mafia), qui à cette époque était le Parrain de la famille mafieuse. Les autres bandes demandées par le jury, furent celle du repas entre des membres de la famille Gambino et de la famille de Philadelphie au "LaGriglia", un restaurant chic à Kenilworth dans le New Jersey en 2011. Là aussi, les procureurs avaient décidé de passer cette bande audio pour montrer que Joseph Ligambi, était bien l'Acting Boss de la famille mafieuse, même si le Soldat de la famille Gambino, Nicholas "Nicky Skins" Stefanelli, qui portait un micro ce jour là, s'était suicidé quelques mois plus tôt : (Cf : Quand un membre de la Cosa Nostra se suicide). Dans cet enregistrement, les procureurs fédéraux voulaient tout simplement démontrer, que Joseph Ligambi était à la tête d'une organisation criminelle dénommée "Cosa Nostra" et qu'il supervisait le racket et autres activités illégales pour la famille mafieuse. Sur une de ces bandes, on pouvait entendre un Associé de la famille de Philadelphie, Gary Battaglini, déclarait être "fatigué" de tout l'argent qu'il devait à "Oncle Joe" (Joseph Ligambi) : "Il veut tout l'argent" avait-il déclaré. Même si les enregistrements demandés par le jury vont en la faveur des procureurs fédéraux, les avocats de la défense pourraient, d'après certains spécialistes, ne pas être tellement inquiétés par la demande du jury de vouloir réécouter des enregistrements sur les deux accusés. En effet, dans une bande audio, on pouvait entendre, Joseph "Scoops" Licata, un Soldat de la famille de Philadelphie, et seul acquitté dans cette affaire, déclarait aux autres membres de la Cosa Nostra que Joseph Ligambi était un "Patron" qui ne demandait "jamais rien", même si dans ce même enregistrement, il avait présenté Joseph Ligambi comme étant l'"Acting Boss" de la famille de Philadelphie. Pour finir la journée, en fin de séance, les jurys ont écouté les enregistrements d'un ancien Associé de la famille de Philadelphie, Michael Orlando, qui coopérait avec le FBI. Même si ce dernier a toujours été considéré par les avocats de la défense comme un "toxicomane", cet enregistrement avait été utilisé lors de ce procès. Dans celui-ci, on pouvait entendre ce dernier parler de "dettes de jeux" avec le Soldat Damion Canalichio et l'Underboss Joseph "Mousie" Massimino (Cf : L'Underboss de la famille de Philadelphie condamné à 16 ans de prison) "Ce n'est pas pour moi l'argent, mais pour l'"Oncle Joe" avait déclaré Damion Canalichio.

Lire la suite

LE PROCÈS DE NICODEMO SCARFO A DÉBUTE

17 Janvier 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Lucchese

LE PROCÈS DE NICODEMO SCARFO A DÉBUTE

Alors que le procès contre Joseph Ligambi et George Borgesi, respectivement Boss et Consigliere de la famille de Philadelphie est sur le point de se terminer, cette semaine a commencé le procès du fils de Nicodemo Scarfo, qui fut le Parrain de la famille mafieuse dans les années 1980. Nicodemo Scarfo Jr (voir photo) comparait devant un tribunal fédéral pour avoir été accusé en Octobre 2011, avec plusieurs membres de la famille Lucchese, pour avoir détourné des millions de dollars au groupe financier "FirstPlus". De plus, les procureurs fédéraux avaient accusé les membres de la Mafia d'avoir utilisé la menace pour prendre le contrôle total de cette société qui a aujourd'hui disparue. Dans les documents judiciaires, il est écrit que Nicodemo Scarfo Jr et ses Associés avaient gagné en quelques mois, près de 12 millions de dollars qu'ils avaient dépensé dans l'achat de maisons, d'armes, d'un jet privé et d'un Yacht coutant près de 850000 dollars, qu'ils nommèrent "Priceless". Pour l'avocat de Nicodemo Scarfo Jr, Michael Riley, cette affaire, n'a rien avoir avec le crime organisé : "Ces accusations n'ont rien avoir avec le crime organisé. Mon client, n'est pas et n'a jamais été un membre de la Mafia" déclara t'il, même si il avoua que son client avait bien des "parts" dans cette société, qui était à l'époque cotée en bourse. Les procureurs fédéraux avaient toujours refusé de commenter cette affaire avant l'ouverture du procès, mais dans les documents judiciaires, ils expliquent que l'argent "récoltait" par Nicodemo Scarfo Jr, servait à payer sa "part" à la hiérarchie de la famille Lucchese à New-York. Plus surprenant aussi, il est aussi écrit que son père, qui est en train de purger une peine de prison à perpétuité dans une prison fédérale, est lui aussi impliqué dans cette affaire. D'après certains spécialistes de la Mafia, la justice Américaine ne l'aurait pas inculpé pour éviter des "frais inutiles" en raison de sa précédente condamnation. Cela est "complétement faux" déclara de nouveau Michael Riley, qui va essayer de prouver qu'aucun dollars est parti dans les "poches" de la famille Lucchese à New-York. Nicodemo Scarfo Jr et son bras droit, Salvatore Pelullo, qui sont incarcérés depuis leur arrestation en 2011, pourraient faire face à une très longue peine de prison s'ils sont reconnus coupables des charges retenues contre eux. Le procès qui devrait duré près de quatre mois, a commencé par une ouverture très détaillée du procureur fédéral Howard Wiener, qui montra aux jurés, des photos ainsi que des enregistrements audios des différents accusés en train de compléter pour récupérer de l'argent sur la société : "Cette affaire, est fondée sur trois choses, la tricherie, le mensonge et le vol" déclara le procureur fédéral. Pour les avocats de Nicodemo Scarfo Jr et de Salvatore Pelullo, les procureurs fédéraux ont mal interprété cette affaire, et accuser leurs clients d'être Associé à la Mafia était un "écran de fumée" pour dramatiser cet procès, car pour les avocats de la défense, Nicodemo Scarfo Jr et Salvatore Pelullo ont effectué des "transactions commerciales légitimes". Le procureur fédéral, Howard Wiener continua sur sa lancée, d'après lui, Nicodemo Scarfo et Salvatore Pelullo ont pris le contrôle de la société "FirstPlus" en 2007, et ils ont petit à petit retiré tout l'argent pour assouvir leur mode de vie "somptueux" : "On va l'éplucher comme un oignon, couche après couche" se vantait Nicodemo Scarfo lors d'un enregistrement audio intercepté par le FBI. Toujours d'après le procureur, pour arriver à ses fins, Nicodemo Scarfo Jr n'hésitait pas à utiliser sa réputation au sein de la Cosa Nostra pour menacer des individus. A un de ses associés, il avait déclaré qu'il s'attaquerait à sa famille s'il devait "un rat". Pour terminer cette première journée, Troy Archie, l'avocat de Salvatore Pelullo est d'accord pour décrire son client comme "grossier commercial", mais pour lui, toutes les transactions effectuées avec la société "FirstPlus" étaient légitimes. Pour ce dernier, s'il est présent aujourd'hui dans ce tribunal c'est en raison de son amitié avec "Nicky Scarfo" déclara t'il.

Lire la suite

LE JURY N'ARRIVE PAS A RENDRE UN VERDICT DANS LE PROCES CONTRE LA MAFIA DE PHILADELPHIE

15 Janvier 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Philadelphie

LE JURY N'ARRIVE PAS A RENDRE UN VERDICT DANS LE PROCES CONTRE LA MAFIA DE PHILADELPHIE

Après plusieurs mois de procès, les jurés ont commencé depuis Mercredi dernier, à délibérer sur le sort des deux accusés, Joseph Ligambi(à gauche sur la photo) présumé Parrain de la Cosa Nostra dans la ville de Philadelphie et George Borgesi (photo à droite), neveu et Consigliere de la famille mafieuse. Jeudi dernier, après seulement une journée de délibération, les jurés avaient demandé au juge fédéral Eduardo Robreno de pouvoir réécouter un enregistrement d'Antony Aponick, ancien Associé de la famille Bonanno et ancien compagnon de cellule de Geroge Borgesi (Cf : "Pour 10000 dollars, vous pouvez devenir un membre initié de la famille de Philadelphie"). En apprenant cette nouvelle, les avocats de la défense étaient très optimistes à un verdict favorable en leur faveur. En effet, pendant des journées de contre-interrogatoire, les avocats de Joseph Ligambi et George Borgesi avaient essayé de discréditer le témoignage d'Anthony Aponick, considérant ce dernier comme un "drogué" , un "multi-récidiviste" qui fut appelé au dernier moment par l'équipe de procureur et qui n'avait même pas été appelé lors du premier procès. Ce jeudi, les jurés ont déclaré au juge fédéral être dans une "impasse" totale face aux chefs d'inculpations des deux accusés et se sentent d'après leurs mots, "incapables" de rendre un verdict unanime dans cette affaire. Face à cette situation, le juge fédéral Eduardo Robreno, demanda tout simplement au jury, composé de 11 femmes et un homme, de retourner une nouvelle fois pour délibérer : "Ce fut un procès très long, je vous demande de continuer à travailler" déclara t'il. Joseph Ligambi et George Borgesi connaissent déjà ce genre de situation. En effet, lors du premier procès, les jurés avaient mis près de trois semaines pour rendre un verdict, qui fut soldé par un échec pour l'équipe de procureur. A un moment donné, le procureur fédéral Frank Labor, avait même déclaré que les jurés "nageaient en plein désert". Lors du premier procès, pendant les délibérations, le jury avait demandé une copie de l'acte d'accusation, ce que le juge fédéral Eduardo Robreno avait tout de suite rejeté. Dans ce deuxième procès, les procureurs s'étaient mis d'accord, avec les avocats de la défense, pour qu'une copie de l'acte d'accusation soit distribuée pendant les délibérations. En apprenant la nouvelle, l'avocat de George Borgesi, Christopher Warren, rigola : "Au moins cette fois-ci, nous savons qu'ils n’errent pas dans le désert, car ils ont une copie de l'acte d'accusation" déclara t'il. La note envoyée par le jury au juge fédéral, est la suivante : "Nous avons voté deux fois, et nous sommes dans une impasse". Cela va faire pratiquement une semaine que les jurés délibèrent pour essayer de trouver un verdict unanime dans cette affaire, mais pour le juge fédéral Eduardo Robreno "Cela est encore trop tôt pour rendre une décision". Joseph Ligambi, Boss de la famille de Philadelphie fait face à des accusations de racket, de jeu illégal et de subordination de témoin, alors que son neveu George Borgesi est accusé "seulement" de racket. La note du jury déclarant ne pas trouver de verdict dans cette affaire, est une petite victoire pour les avocats de la défense, qui ont essayé pendant tout le procès de "discréditer" les témoins du gouvernement, la plupart des anciens Associés des deux accusés, les accusant de "mentir" pour "échapper" à la prison. En effet, ce procès est essentiellement basé sur le témoignage de Louis "Finger Bent Lou" Monacello (Cf : Louis Monacello continue son témoignage dans le procès contre les membres de la Mafia de Philadelphie), un ancien Capitaine de la famille Philadelphie, qui avait repris les affaires de George Borgesi alors qu'il était incarcéré et d'Anthony Aponick.

Lire la suite

UN SOLDAT DE LA FAMILLE GENOVESE CONDAMNE POUR TRAFIC DE MARIJUANA

13 Janvier 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Genovese

UN SOLDAT DE LA FAMILLE GENOVESE  CONDAMNE POUR TRAFIC DE MARIJUANA

Salvatore "Sally KO" Larca est considéré depuis des années par la justice Américaine comme étant un Soldat de la famille Genovese. En Septembre 2013, ce dernier avait été arrêté par le FBi et accusé avec plusieurs membres de la famille Bonanno (Dont les trois fils de l'ancien Parrain, Vincent Basciano : Cf : Vincent Basciano dans la prison de Supermax) d'avoir participé à la vente de marijuana dans plusieurs États aux États-Unis. Contrairement aux autres accusés dans cette affaire, Salvatore Larca accepta dès son arrestation, de plaider coupable, ce qui permit à l'accusé, d'éviter un procès et de recevoir sa peine plus rapidement. C'est donc devant un tribunal fédéral à New-York, qu'en début de semaine, le Soldat de la famille Genovese fut condamné par le juge Richard Sullivan à passer près de 9 ans et demi derrière les barreaux dans un pénitencier fédéral. Salvatore Larca risquait jusqu’à 13 ans de prison et pour son avocat, son client semble "satisfait" de ce verdict, même si pour lui, sa condamnation reste encore assez lourde pour une "simple distribution de marijuana". Quelques jours avant sa condamnation, dans une lettre envoyée par son avocat au juge fédéral, ce dernier avait déclaré qu'une peine de 84 mois (sept ans de prison) serait "approprié", car pour lui le regard que peut avoir les Américains sur la consommation de marijuana aux Etats-Unis à complétement changé. En Novembre dernier, l’État du Colorado et l’État de Washington ont adopté la légalisation de petites quantités de cannabis (jusqu’à 28 grammes). Encore plus récemment, le gouverneur de l’État de New-York, Andrew Cuomo devrait annoncer la "consommation" de la marijuana pour un usage médical et ce sont sur ces plusieurs exemples que l'avocat de Salvatore Larca avait demandé au juge de rester clément sur son verdict. Pour lui, il ne fait aucun doute, dans moins de dix ans, tous les États Américains; légaliseront la consommation de la marijuana. Mais le plus gênant dans cette affaire; était la découverte de près de 30 000 dollars en liquide lors de la perquisition mené par le FBI au domicile du Soldat de la famille Genovese. De plus, pour la justice Américaine, le Soldat de la famille Genovese est un "récidiviste" dans ce genre de "délits". En effet, à la fin des années 1980, la justice Américaine, l'avait accusé avec plusieurs membres de la famille Genovese, d'avoir participé à la distribution à grande échelle d’héroïne dans la ville de New-York. En 2006, il fut accusé avec l'ancien Acting Boss de la famille Genovese, Liborio "Barney" Bellomo de racket. A ce jour, les procureurs déclarèrent qu'avant sa condamnation, Salvatore Larca était un membre d'une équipe dirigée par un puissant Captaine de la famille Genovese, Ernest Muscarella.

Lire la suite