Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LCN

LES MEMBRES DE LA COSA NOSTRA QUI ONT REFUSÉ DE COLLABORER AVEC LA JUSTICE - PARTIE 1

29 Juillet 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Divers

LES MEMBRES DE LA COSA NOSTRA QUI ONT REFUSÉ DE COLLABORER AVEC LA JUSTICE - PARTIE 1

La Cosa Nostra aujourd'hui n'est plus la même organisation criminelle qu'il y a plusieurs décennies. La mentalité de ces membres a beaucoup changé et certains n'hésitent plus à collaborer avec la justice pour éviter des longues peines de prison. Mais comme dans chaque organisation, il y a encore des irréductibles, des mafieux qui ont prêté serment d’allégeance à l'omerta et qui pour rien au monde ne trahiraient les règles fondamentales de la Cosa Nostra. Petit tour d'horizon :

James « Little Guy » Ida – Genovese : Initié dans la Cosa Nostra à la fin des années 1970, James Ida rejoignit en tant que Soldat l’équipe d’une ancienne légende de la famille Genovese, Matthew « Matty The Horse » Ianniello. Très actif dans différents domaines comme l’extorsion et le racket, James Ida sera nommé en quelques années seulement, Capitaine en remplacement de Matthew Ianniello incarcéré, puis Consigliere au début des années 1990. James Ida supervisera directement tous les stands liés à la traditionnelle fête Italienne qui se déroule chaque année dans les rues de Mulbery Streets et de Little Italy, le San Gennaro. D’après le FBI, la famille de la Cosa Nostra exigeait personnellement près de quatre mille dollars aux vendeurs qui voulaient s’installer, collectant de ce fait des centaines de milliers de dollars pour le compte de la famille Genovese. Le racket des familles de la Cosa Nostra sur cette célèbre fête était tellement important, que le maire de l’époque, Rudolph Giulani, avait menacé de l’interdire, les mafieux n’hésitant pas non plus à prendre une partie des dons des participant destinés à la base à l’église catholique et aux diverses institutions de charitables. En 1996, James Ida fut inculpé avec plusieurs membres de la famille Genovese et inculpé de charges tenant de la loi RICO dont différents meurtres. Face à ses accusations, les procureurs fédéraux proposèrent à James Ida une peine de quinze ans de prison en échange d’une collaboration, une offre qu’il refusa sans sourciller. Reconnu coupable, James Ida sera condamné à une peine de prison à perpétuité incompressible qu’il purge actuellement dans le pénitencier fédéral d’Otisville dans l’État de New-York.

LES MEMBRES DE LA COSA NOSTRA QUI ONT REFUSÉ DE COLLABORER AVEC LA JUSTICE - PARTIE 1

Philip Narducci – Capitaine – Philadelphie : Soldat de l’ère Scarfo, Phil Narducci provient d’une famille dévouée entière à la Cosa Nostra. Le père de Phil Narducci, Frank Narducci, était un gangster très haut placé dans la famille de Philadelphie. Après avoir participé à l’assassinat de l’ancien Parrain Philip Testa en 1981, ce dernier sera assassiné par Nicodemo Scarfo Sr en représailles. Malgré cette situation, Phil Narducci restera célèbre à l’ancien Parrain sanguinaire et continuera à exécuter des contrats pour le compte de la Cosa Nostra. C’est pour l’un de ses nombreux assassinats, que Phil Narducci sera inculpé au milieu des années 1980 et condamné à près de quarante années en 1989. Libéré en 2012, après avoir passé plus de vingt ans derrière les barreaux, Phil Narducci a commencé dès sa libération, à travailler dans des affaires légitimes avec des membres de sa vraie famille, en prenant le contrôle de plusieurs boîtes de nuit. D’après les procureurs fédéraux, ces nombreuses années d’incarcération n’ont pas changé la mentalité de Phil Narducci, qui dans l’ombre, avec l’aide de son frère et de mafieux de la vieille école venant de l’époque Scarfo, auraient établi des points d’ancrage dans les rues avec pour but de reprendre le contrôle de la famille.

LES MEMBRES DE LA COSA NOSTRA QUI ONT REFUSÉ DE COLLABORER AVEC LA JUSTICE - PARTIE 1

Anthony « Bruno » Indelicato – Soldat – Bonanno : Fils d’un ancien Capitaine de la famille Bonanno, Alphonse « Sonny Red » Indelicato, Anthony Indelicato aurait selon le FBI participé à l’assassinat de Carmine Galante, Parrain des Bonanno en 1979. Après le meurtre de son père et de deux autres Capitaines en 1981, en raison d'une lutte de pouvoir qui s’était créé après l’assassinat du Parrain entre deux factions, Anthony Indelicato tomba en disgrâce et se cacha pour éviter de se faire exécuter. Accro aux drogues dures et en particulier à la cocaïne, et devant de plus en plus paranoïaque, il obtint un sursis après les arrestations écoulant de l’infiltration menée par l’agent spécial du FBI, Joseph D.Pistonne. Finalement, en 1986, Anthony Indelicato, sera inculpé dans le procès dit de la Commission et condamné à près de quarante années pour le meurtre de Carmine Galante (les autres tireurs dans cette affaire avaient tous été assassinés). Libéré de prison en 1998, Anthony Indelicato retournera dans les rues de New-York et reprendra l’ancienne équipe de son père, mais sera de nouveau incarcéré brièvement pour une violation de conditionnelle. Une nouvelle fois libéré en 2001, la justice Américaine soupçonnera Anthony Indelicato d’avoir participé au meurtre d’un Associé de la famille de Bonanno, Frank Santoro. En 2008, Anthony Indelicato sera condamné à vingt années de prison pour meurtre, une peine qu’il purge actuellement dans le pénitencier fédéral de Fort Dix dans l’État du New-Jersey.

Lire la suite

FUTUR PROCÈS, ARRESTATION ET LIBÉRATION SOUS CAUTION POUR DES CAPITAINES DE LA COSA NOSTRA :

26 Juillet 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Divers

FUTUR PROCÈS, ARRESTATION ET LIBÉRATION SOUS CAUTION POUR DES CAPITAINES DE LA COSA NOSTRA :

LA DÉFENSE PRÉPARE LE PROCÈS DE VINCENT ASARO :

On peut être un membre initié de la Cosa Nostra depuis des dizaines d’années et ne pas vouloir qu’on parle de son passé criminel lors d’un futur procès, c’est un peu ce qui se passe actuellement avec le Capitaine de la famille Bonanno, Vincent Asaro (voir photo). Inculpé en Janvier 2014 de plusieurs crimes crapuleux, dont celui d’avoir commandité le meurtre d’un Associé de la Mafia Paul Katz, mais surtout d'avoir participé à la « préparation » du braquage dit de la Luftansa en 1978, l’avocate du mafieux, Elizabeth Macedonio ne veut surtout pas que les procureurs fédéraux puissent ressortir l’ensemble de son long casier judiciaire, parsemé de plusieurs condamnations à différentes peines de prison, dont une dépendance à l’héroïne quand Vincent Asaro n’avait encore qu’une vingtaine d’années. D’après les procureurs fédéraux, Vincent Asaro aurait arrêté de consommé de la drogue pour pouvoir rentrer dans la Cosa Nostra, mais aurait remplacé sa dépendance à l’héroïne avec une autre « drogue » celui des paris sportifs. Relater des faits qui n’ont rien avoir avec l’affaire dont il est inculpé, pourrait selon la défense donner « une mauvaise image » aux jurés et le cataloguer d’ambler dès le début du procès. Vincent Asaro est encore l’un des seuls membres inculpés en Janvier 2014 a tenter sa chance dans un procès fédéral. Âgé de soixante dix neuf ans, une déclaration de culpabilité signifierait automatiquement une condamnation à mort pour l’actuel Capitaine de la famille Bonanno. Les autres membres inculpés quant-à eux, avaient tous décidé de plaider coupable et ont reçu des verdicts assez cléments. Le fils à Vincent Asaro, Jérôme, Capitaine lui aussi des Bonanno avait été condamné à sept ans et demi de prison en Mars dernier après avoir exhumé le corps de Paul Katz, pour éviter une enquête plus approfondie du FBI. Convaincre un jury fédéral de la non culpabilité de Vincent Asaro sera très difficile et la défense le sait très bien, surtout en sachant que des témoins comme Joseph Massino et Salvatore Vitale respectivement ancien Boss et Underboss de la famille Bonanno qui ont très bien connu les activités criminelles de Vincent Asaro, seront là pour confirmer les accusations de la justice Américaine. Seul petite éclaircie pour la défense, un livre sorti dernièrement par un spécialiste du crime organisé, Daniel Simone, raconte que le Capitaine de la famille Bonanno n’avait rien à voir avec le braquage de la Luftansa, principale inculpation pour le vieux mafieux. D’après l’auteur, après en avoir parlé avec des anciens fédéraux, chacun ont rapporté que les déclarations faites sur Vincent Asaro étaient inexactes, mais que le principal acteur dans cette affaire, n'était autre que l’ancien Parrain de la famille Gambino John Gotti.

FUTUR PROCÈS, ARRESTATION ET LIBÉRATION SOUS CAUTION POUR DES CAPITAINES DE LA COSA NOSTRA :

UN CAPITAINE DE LA FAMILLE COLOMBO ARRÊTÉ :

Cela faisait un petit moment que l'on entendait plus parler de la famille Colombo. La plus petite des cinq familles New-Yorkaise, avait été complètement dévastée et désorganisée après l’inculpation de plusieurs de ses membres en 2011. Ces arrestations avaient démontré une chose, que la famille Colombo comptait dans ses rangs bon nombre de membres qui décidèrent de collaborer avec la justice Américaine pour ne pas terminer leur vie derrière les barreaux. Mais même si on ne connait pas encore au jour d’aujourd’hui qui dirige vraiment cette famille dans « la rue », il ne fait aucun doute que les mafieux de cette organisation continuent toujours de gagner de l’argent grâce aux activités criminelles chères à la Cosa Nostra, comme le racket, l’extorsion et le prêt usuraire. La semaine dernière, le Capitaine Luca DiMatteo (voir photo) âgé de soixante dix ans et son neveu Lucky DiMatteo âgé de quarante six ans, Associé de la famille, ont été arrêtés par des agents fédéraux et accusés de plusieurs charges fédérales tenant de la loi RICO, pour une période allant de janvier 2009 à Juin 2015, soit près de six années d’enquête. Pendant toutes ces années, les deux mafieux ont utilisé des menaces verbales et physiques pour racketter et extorquer un chef d'entreprise d'une société basée à proximité de leur secteur, lui réclamant près de deux cents dollars toutes les deux semaines. Le propriétaire qui payait sans sourciller, par peur des représailles, accumulé les dettes et avait du fermer son entreprise il y a seulement quelques mois. D'après les procureurs fédéraux, les DiMatteo ont aussi « prêté » de l’argent à des individus à des taux d’intérêt exorbitant. Séparément de son oncle, Lucky DiMatteo contrôlait aussi plusieurs clubs de jeux basés à Brooklyn, générant des milliers de dollars à la famille Colombo de paris sportifs illégaux : « Avec nos partenaires du FBI, nous continuons à lutter contre le crime organisé » déclara le procureur fédéral. Connu depuis de nombreuses années par les autorités, Luca DiMatteo qui n’a jamais eu « d’emploi officiel », a gagné pendant toutes ces années de l’argent grâce à « la peur et l’intimidation ». Des rentrés d’argent qui arrivaient toutes les semaines et qui étaient redistribués par la suite à une partie de la hiérarchie de la famille Colombo.

FUTUR PROCÈS, ARRESTATION ET LIBÉRATION SOUS CAUTION POUR DES CAPITAINES DE LA COSA NOSTRA :

CARMINE AGNELLO LIBÉRÉ SOUS CAUTION :

Arrêté en début du mois à Cleveland dans l’État de l’Ohio, l’arrestation de Carmine Agnello avait montré que les tentacules de la famille Gambino allaient bien plus loin que dans la simple ville de New-York. Inculpé d’extorsion et de racket, Carmine Agnello passa devant un juge fédéral la semaine dernière pour demander une libération sous caution qui fut sans grande surprise acceptée. En contrepartie, le Capitaine de la famille Gambino devra s’acquitter de 100 000 dollars et devra porter sur lui par la même occasion un bracelet électronique pour que les agents fédéraux puissent surveiller les moindre de ses mouvements. Cette audience qui n’aura duré que quelques minutes, aura montré diverses tensions entre les procureurs fédéraux et la défense. Les procureurs voulaient que Carmine Agnello ne paye qu'une caution de près d’un million de dollars, en raison de son passé criminel au sein de la famille Gambino. Mais pour les avocats de la défense le discours était assez différent : « Cela fait près de quatorze années que mon client n’a pas été accusé d’un crime », déclara son avocat Ian Friedman, sans préciser que pendant toute cette période, ce dernier comptait aussi les années d’emprisonnement de Carmine Agnello (Incarcéré de 2000 à 2008) : « Il essaye de changer de vie. Il est venu à Cleveland exactement pour ça » tenta se justifier de nouveau Ian Friedman.

Lire la suite

L'ANCIEN UNDERBOSS DE LA FAMILLE GAMBINO DÉCÈDE D'UNE CRISE CARDIAQUE

24 Juillet 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Gambino

L'ANCIEN UNDERBOSS DE LA FAMILLE GAMBINO DÉCÈDE D'UNE CRISE CARDIAQUE

L’ancien Underboss de la famille Gambino sous le règne de Peter Gotti, Anthony Megale (voir photo) est décédé d’une crise cardiaque à l’hôpital de Stamford, il avait soixante et un an. Né en Italie, Anthony Megale était surnommé par ses Associés de sobriquets plutôt flatteurs comme « The Genius » pour sa faculté à ramener de l’argent à la famille Gambino ou encore « Tony Connecticut », car ce dernier avait la particularité de mener ses affaires criminelles depuis cet État. Anthony Megale aurait été intronisé dans la Cosa Nostra à la fin des années 1980, après avoir participé à l’assassinat de Thomas DeBrizzi, un membre de la famille Gambino opérant déjà dans l’État du Connecticut en 1988. Son corps avait été retrouvé avec plusieurs balles dans le corps, complètement gelé dans le coffre d’une voiture. Une fois membre à part entière, il devint Soldat dans l’équipe d’Iggy Alogna, ancien chauffeur et garde du corps de John Gotti, mais les problèmes avec la justice stoppèrent net sa fulgurante ascension un an plus tard. En 1989, il fut arrêté par les agents fédéraux et inculpé de racket et d’avoir supervisé plusieurs clubs sociaux spécialisés dans le bookmaking. Risquant plusieurs décennies derrière les barreaux, Anthony Megale, plaida coupable des accusations retenues contre lui, mais surtout, il admit être un membre initié de la Cosa Nostra et de la famille Gambino, ce qui rendit fou de rage le Parrain de l’époque. John Gotti, lui avait demandé de retirer sa clause de culpabilité faite avec les procureurs fédéraux, chose qu’il ne prit pas en compte. Dans une conversation enregistrée, John Gotti très e colère avait fustigé le comportement d'Anthony Megale déclarant que finalement il était loin d’être un « génie ». Son incarcération « le sauva » surement « d’éventuelles représailles ». A sa sortie de prison, les choses avaient un peu changé pour la famille Gambino et Anthony Megale put reprendre ses activités criminelles et même augmenter en « échelon ». Au début des années 2000, il fut promu Capitaine et peu de temps après, consécration, en occupant le poste d’Underboss. Anthony Megale était un peu « les yeux et les oreilles » de Peter Gotti. En occupant un poste avec autant de responsabilités, ce dernier devait résoudre les conflits internes dans la famille Gambino, mais aussi ceux avec les autres familles de la Cosa Nostra. Habitant à Stamford dans le Connecticut, Anthony Megale collaborait très souvent avec la famille Patriarca (Une famille de la Cosa Nostra implantée dans cet État), et sa nouvelle position dans la hiérarchie de la famille Gambino attirait de plus en plus les attentions du FBI. En 2002, une surveillance plus accrue des agents fédéraux, avait révélé qu’Anthony Megale extorquait avec son équipe plusieurs boites de Striptease. Ironiquement l’un des propriétaires, avait contacté Anthony Megale, pour résoudre un problèmen, car il en avait assez de se faire racketter par une famille rivale, les Patriarca. Une réunion entre les deux familles avaient révélé que l’Underboss de la famille Gambino avait interdit à la famille Patriarca de pouvoir faire des « affaires » dans son secteur, malgré le fait que l’État du Connecticut reste à la base proprement dit la « priorité » de la famille Patriarca. Une fois l'affaire réglée, il revint evrs le l'individu en question et lui demanda comme « prime de protection », près de deux mille dollars par mois, plus les éventuels primes de Noël accordées généralement à toutes familles mafieuses. Par la même occasion, Anthony Megale aurait aussi extorqué plusieurs entreprises de distributeurs de boites automatiques. Arrêté en 2004, l'Underboss de la famille Gembino fut condamné en 2006 à près de sept années derrière les barreaux. A cette époque, il avait déclaré être simplement l’honnête prioritaire d’une entreprise de déchets et de karting qu'il détenait avec sa femme. Purgeant sa peine dans le pénitencier fédéral d’Allenwood dans l’État de la Pennsylvanie, Anthony Megale connu plusieurs soucis de santé, surtout niveau cardiaque, ou il avait subit deux attaques. En 2014, il fut libéré de prison et un an plus tard, d’après son avocat se fera de nouveau opéré du cœur : « C’était un gentleman. Il a toujours pris soin de sa femme et des enfants et à contribué activement aux activités religieuse de la ville de Stamford » déclara t’il.

Lire la suite

UN CAPITAINE DE LA FAMILLE GAMBINO ARRÊTÉ A CLEVELAND

21 Juillet 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Gambino

UN CAPITAINE DE LA FAMILLE GAMBINO ARRÊTÉ  A CLEVELAND

La famille de Cleveland a été ravagée ces dernières décennies par des attaques répétées du FBI. Cette dernière est actuellement en perdition et tente de se reconstruire petit à petit. Les membres encore actifs sont très peu nombreux, mais cela n’empêche pas la Cosa Nostra de continuer d’engendrer des millions de dollars sur ce territoire par le biais d’autres familles, comme les Gambino par exemple. La semaine dernière, Carmine Agnello (voir photo), Capitaine de cette même famille, a été arrêté par la police et accusé d’escroquerie en bande organisé, après avoir gagné pour près de trois millions de dollars en vendant des métaux venant principalement de véhicules volés. Ironiquement, le Capitaine de la famille Gambino avait déjà été condamné pour les mêmes délits au début des années 2000 et avait été condamné à neuf années de prison, qu’il purgea avant d’être libéré en 2008. A sa sortie de prison, Carmine Agnello avait fait mine de se « ranger » en déménageant de New-York pour s’installer dans l’État de l’Ohio, déclarant qu’il avait ouvert une entreprise de déplacement de véhicules abandonnés. En réalité, Carmine Agnello continua ses activités au sein de la famille Gambino, et servait « d’antenne » à la famille mafieuse dans cet État. Carmine Agnello à un parcours assez chaotique dans cette organisation criminelle. Quand il n’était qu’un simple Associé, Carmine Agnello sortait avec la fille de John Gotti, qui à cette époque était encore qu'un Capitaine, mais qui avec déjà une très forte réputation. Sortir avec la fille d’un membre de la Cosa Nostra peut comporter beaucoup de risques. Elle peut soit accélérer sa promotion au sein de l’organisation, mais elle peut aussi comporter des risques physiques pour sa propre personne et Carmine Agnello en a fait les frais. Alors qu’il venait à peine de sortir avec Victoria Gotti, ce dernier avait tendance à mal se comporter avec elle. Il l’a frappée, l’insultée, ce qui énervait profondément John Gotti. Le problème est que Carmine Agnello rapporter beaucoup d’argent aux Gambino, mais on ne frappé pas la fille d’un mafieux comme John Gotti impunément. Ce dernier demanda alors à un Associé de la famille, connu pour sa violence et sa réputation de tueurs à gages, Peter Zucarro de s’occuper de lui. Carmine Agnello fut tabassé, et même tiré dessus, mais sa vie fut finalement « épargnée », le futur initié de la Cosa Nostra compris immédiatement la leçon. Dans les années 1990, le Soldat de la famille Gambino fut accusé et inculpé dans diverses affaires mineures ou il fut la plupart du temps acquitté. En 2000, les ennuis commencèrent réellement pour Carmine Agnello, quand il fut inculpé comme la semaine dernière d’extorsion et de racket. Cette condamnation, accompagnée d’une peine de prison relativement longue, cassa son mariage avec sa femme, Victoria Gotti, de plus cette dernière le soupçonna de l’avoir trompé à plusieurs reprises. Une année après son incarcération, Victoria Gotti demandera le divorce. Mais même incarcéré, Carmine Agnello continua ses activités au sein de la famille Gambino. Après les attentats du 11 Septembre à New-York, Carmine Agnello qui était toujours le propriétaire d’une broyeuse géante de déchets métalliques, proposa son aide au maire qui a cette époque était Rudolph Giulianni. Ce dernier décida de refuser poliment la proposition, après avoir vu le « pédigrée » criminel de cet individu. Le chef de la police de Cleveland déclara que « les charges retenues contre Carmine Agnello » étaient « exactement » les mêmes que lors de son inculpation au des débuts des années 2000. Mais cette enquête qui aura duré près de dix huit mois, aura aussi révélé que le Capitaine de la famille Gambino qui était le propriétaire de plusieurs chevaux, utilisaient l’argent récolté pour les « doper » avec des médicaments interdits à la vente, dans le but de les faire gagner lors de différentes courses. Vêtu d’un tee-shirt blanc et d’un jean délavé, Carmine Agnello a été arrêté directement dans la casse qu’il détient dans les environs de Cleveland. L’enquête avait commencé quand la police avait suivi le cheminement de plusieurs véhicules volés qui allaient directement dans la casse de Carmine Agnello. En arrivant sur les lieux, le Capitaine de la famille Gambino remplissait les voitures de sable pour faire augmenter leur poids et ainsi par la suite les vendre une fois écrasées beaucoup plus chère. Lors de la perquisition, les policiers récupérèrent près de 46000 dollars en liquide, deux armes de poing, ainsi que du matériel vidéo : « Le crime organisé ne connait pas de frontière, et l’arrestation d’aujourd’hui le prouve encore une fois » déclara un membre de la police locale. Après cette arrestation, plusieurs réactions émanant principalement de ses proches mais aussi de ses anciens Associés fusèrent dans les médias Américains. Pour Victoria Gotti, cet arrestation ne change pas au fait qu’il est le « père de ses trois enfants » et qu’elle sera là pour « l’aider » en cas de besoin. Pour le transfuge John Alite, ancien Associé et ami de John Gotti Jr, devenu collaborateur de la justice, mais aussi une « célébrité », se montrant à plusieurs reprises dans des émissions liées au crime organisé, cette arrestation ne « l’étonne pas » pas du tout, car pour lui Carmine Agnello a toujours gravité autour de la famille Gotti et depuis que ces derniers ont perdu le pouvoir, le Capitaine de la famille Gambino avait dû quitter New-York.

Lire la suite

L'ASSASSINAT DE THOMAS DESIMONE ENFIN RÉSOLU ? - PARTIE 2

18 Juillet 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Lucchese

L'ASSASSINAT DE THOMAS DESIMONE ENFIN RÉSOLU ? - PARTIE 2

Le problème de Thomas DeSimone, c’était son tempérament sulfureux, prêt à tuer n’importe qui sur un coup de colère. Une fois énervé, il pouvait devenir incontrôlable. Pendant toutes ces années à travailler pour la famille Lucchese, Thomas DeSimone tua à plusieurs reprises, souvent sans autorisation préalable de la famille, et par moment certaines personnes qui furent assassinées pouvaient avoir des conséquences importantes sur la famille Lucchese, cela pouvait créer en effet, diverses tensions entres les familles. Mais cela pouvait aussi poser des problèmes sur la vie de Thomas DeSimone, ce qui le mena finalement à sa perte. Un soir, alors que Thomas DeSimone jouait aux cartes avec ses collègues mafieux, dont Vincent Asaro, un jeune Associé de la Mafia dénommé Michael « Spider » Gianco (Interprété par Michael Impérioli) fut pris en grippe par Thomas DeSimone. Ce dernier lui reprochait de ne pas servir les verres assez rapidement et qu’il ne voulait pas danser pour amuser la gallérie. Sur un coup d’énervement, surement agacé d’être toujours pris pour cible et surtout énervé d’être humilié devant les Affranchis qui rigolaient de vive voix, Michael Gianco rétorqua à Thomas DeSimone d’aller « se faire foutre ». Surpris de se faire manquer de respect de la sorte et surtout devant ses amis, il fallut attendre plusieurs secondes avant que Thomas DeSimone ne puisse sortir son arme et de l’abattre à bout portant. C’était son tempérament, il démarrait que quart de tour et ne réfléchissait surement pas aux conséquences de ses actes. Mais l’assassinat qui signa sans nul doute son arrêt de mort fut celui de William « Billy Batts » DeVino. Initié dans la famille Gambino en 1961, William DeVino était devenu un Soldat dans l’équipe du célèbre Capitaine de Carmine Fatico. En 1964, pendant une transaction liée aux stupéfiants, le Soldat de la famille Gambino se fit arrêter par les fédéraux et par la suite condamné à six années de prison, qu’il purgea au pénitencier fédéral de Danbury. Pendant son incarcération James Burke et Thomas DeSimone en profitèrent pour reprendre sans l’autorisation de la famille Gambino ses activités d’usurier. En 1970, William DeVino célébra sa sortie dans le bar dénommé The Suite, contrôlé par James Burke et les mafieux de la famille Lucchese. Généralement, quand un Affranchi sort de prison, il est accueillit comme « un roi » par les autres membres de sa famille. Nourritures, boissons et femmes sont généralement de rigueur pour que ce dernier puisse passer une bonne soirée. Mais ce soir là, il y avait Thomas DeSimone et les anecdotes entre les deux hommes allèrent bon train. William DeVino se moqua à plusieurs reprises de l’Associé de la famille Lucchese pour son passé de « cireur de chaussures » quand il était un simple adolescent. Thomas DeSimone prenait sur lui, lui simple Associé, il ne pouvait ni être malhonnête ou pire encore frapper sur un membre initié de la Cosa Nostra sous peine de mort. Mais ce soir là, Thomas DeSimone n’était plus le même, il accumulait les railleries de William DeVino, il allait bientôt exploser. En plus des provocations subies par le Soldat de la famille Gambino, il devait aussi subir les reproches faites par ce dernier, qui accusait les deux Associés de la famille Lucchese d’avoir reprit ses activités d’usurier pendant son absence, il voulait que James Burke et Thomas DeSimone lui rendent des comptes. A la fermeture du bar, Thomas DeSimioe commença avec l’aide de James Burke à frapper à mort avec son pistolet William DeVino avant de se débarrasser du corps dans un terrain vague. La famille Gambino ne soupçonna pas tout de suite l’Associé de la famille Lucchese, mais elle le surveilla de près, elle savait que William DeVino avait passé sa dernière soirée dans un repère des Lucchese et à un moment ou un autre, quelqu’un devra rendre des comptes. En 1974, Thomas DeSimone sortait avec la sœur de Ronald « Foxy » Jerothe, un Associé de la famille Gambino et proche collaborateur de John Gotti (voir photo). De sa nature violente, Thomas DeSimone avait l’habitude de frapper sa femme, ce qui énerva profondément Ronald Jerothe, qui n’hésita pas à menacer de mort l’Associé de la famille Lucchese. En entendant les menaces à son encontre, Thomas DeSimone se précipita à l’appartement de Ronald Jerothe pour demander des explications. En arrivant à son domicile, l’Associé de la famille Gambino le frappa au visage. Thomas DeSimone sorti alors son arme et lui tira à trois reprises dans la tête. Les tensions entre John Gotti et Paul Vario étaient à son paroxysme et elle s’accentuèrent quand Paul Vario proposa à Thomas DeSimone de venir un membre à part entière de la Cosa Nostra. John Gotti demanda des comptes au Capitaine des Lucchese, lui rappelant les doutes sur les assassinats de William DeVino et de Ronald Jerothe. John Gotti rappela à Paul Vario qu’il ne faisait plus aucun doute que Thomas DeSimone avait transgressé à plusieurs reprises les règles de la Cosa Nostra et lui demanda son feux vert pour exécuter le contrat. Paul Vario ne pouvait plus « couvrir » les agissements de Thomas DeSimone, de plus il n’était qu’un « simple » Associé et malgré sa réputation de tueur, Thomas DeSimone avait fait enrager Paul Vario, quand il apprit qu'il avait tenté de « violer » la femme d’Henry Hill quand ce dernier était incarcéré (Paul Vario aurait aussi eu une liaison avec Kareen Hill). Certaines sources disaient que le meurtrier de Thomas DeSimone était Thomas « Tommy A » Aggro, un Soldat de la famille Gambino, un tueur à gages de surcroit, qui adorait tabasser les gens et qui avait déjà assassiné l’un des frères de Thomas DeSimone. En réalité, John Gotti aurait participé lui-même à cet assassinat. Une nuit, l'Associé de la famille Lucchese fut appelé, c’était le grand soir, il allait enfin devenir un membre à part entière de la Cosa Nostra. L’intronisation devait avoir lieu dans un restaurant Italien basé dans le Bronx. En arrivant sur les lieux, Thomas DeSimone fut accueillit par plusieurs individus tous âgés, qui étaient assis autour d’une table. La salle était assez obscure et seule quelques bougies éclairaient la pièce. Thomas DeSimone fut surpris de voir John Gotti présent, lui membre de la famille Gambino alors qu’il devait être initié dans la famille Lucchese, mais la joie de devenir un Affranchir fut plus forte que tout et ce dernier alla s’assoir à la table. Quand il fut assis, John Gotti aurait sortit un pistolet muni d’un silencieux et tira à trois reprises à l’arrière du crane de Thomas De Simone, il venait de « payer sa dette » à la famille Gambino.

Lire la suite

UN CAPITAINE DE LA FAMILLE GENOVESE CONDAMNÉ A DEUX ANS DE PRISON

16 Juillet 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Genovese

UN CAPITAINE DE LA FAMILLE GENOVESE CONDAMNÉ A DEUX ANS DE PRISON

Daniel « Danny » Pagano (voir photo) est de ce qui se fait le mieux au sein de la famille Genovese. Un homme d’honneur, qui a prêté serment d’allégeance à la Cosa Nostra, qui respecte son code à la lettre, qui fait rapporter des millions de dollars à cette organisation criminelle, et qui effectue ses peines de prison sans broncher. Il faut dire que Daniel Pagano qui est aujourd’hui âgé de soixante et un ans, vient d’une « lignée royale » au sein de la Cosa Nostra. Son père Joseph et son oncle Pasquale étaient tous les deux des membres initiés de la famille Genovese depuis les années 1940. Joseph Pagano gagnait énormément d’argent grâce au trafic de stupéfiants et était un Soldat de la célèbre équipe d’Anthony « Tony Bender » Strollo, ancien bras droit de Charles « Lucky » Luciano et de Vito Genovese. Comme son père, Daniel Pagano s’affilia très vite aux activités criminelles de la famille Genovese, jusqu’à en devenir un membre à part entière au milieu des années 1980, quelques années seulement avant la mort de Joseph Pagano. Pour le père, Joseph, cela devait vraiment être une belle récompense que de voir son fils suivre la même « carrière » que lui. Mais avant son intronisation dans la Cosa Nostra, Daniel Pagano s’était déjà fait remarquer, pour avoir essayé de « recruter » Al Sharpton (Homme politique Américain, soupçonné pendant des années d’avoir travaillé avec les différentes familles de la Cosa Nostra à New-York et d’après plusieurs journalistes, il fut une ancienne taupe du FBI), pour distribuer de la drogue à grande échelle et blanchir l’argent de la famille Genovese. Une fois membre à part entière, Daniel Pagano se concentra sur les différents secteurs d’activités ou la Cosa Nostra a une réelle (encore aujourd’hui) influence : le racket, l’extorsion, le prêt usuraire et le jeu illégal. Grâce à tout l’argent récolté, Daniel Pagano fut très vite nommé Capitaine d’une faction basée essentiellement dans le Bronx, toujours comme son père. Après avoir purgé une légère peine de prison pour prêt usuraire et extorsion de fonds au début des années 1990, Daniel Pagano revint dans les rues de New-York et s’associa très rapidement avec un autre membre de la famille Genovese, Anthony « Tony » Palumbo. En 1992, ce dernier voulait lancer un contrat contre un membre de la Mafia Russe dénommé Monya Elson. Victor Zilber qui était un partenaire d’affaire d’Anthony Palumbo avait demandé ce « petit service » au Capitaine de la famille Genovese d’effectuer l’assassinat pour diverses raisons plus ou moins farfelues. Anthony Palumbo, demanda alors à John « Johnny Balls » Leto, un Associé de la famille Genovese (qui témoignera par la suite) de faire le « sale boulot ». Mais avant que le contrat ne soit effectué, Daniel Pagano interviendra prétextant que d’assassiner un membre de la Mafia Russe pourrait déclencher une guerre inéluctable entre les deux organisations criminelles. A cette époque, les deux Mafia s’étaient Associés avec d’autres familles de New-York (Lucchese, Colombo et Gambino), dans un important trafic lié à la taxe sur l’essence, qui rapporte des dizaines de millions de dollars à la famille Genovese. C’est en raison à cette escroquerie que Daniel Pagano sera condamné en 1999 à neuf ans dans une prison fédérale. Libéré en 2007, Daniel Pagano se fit discret pendant plusieurs mois, pour éviter de retourner derrière les barreaux pour une violation de conditionnelle. Mais une fois ses contraintes terminées en 2009, il retourna travailler pour le compte de la famille Genovese à Rockland, une ville à proximité de New-York. Ayant gardé le grade de Capitaine et ceux malgré son incarcération, il gérait une équipe très active dans le racket et le prêt usuraire. Les enquêtes fédérales sur la Cosa Nostra durent généralement tr_s longtemps, et il fallut près de cinq ans aux agents fédéraux pour inculpé Daniel Pagano de diverses charges tenant de la loi RICO en Août 2014. Plaidant coupable en Mars dernier, Daniel Pagano accepta que les procureurs demandent au juge en charge du dossier, une peine allant de 27 mois à 33 mois pour tous ses crimes. La semaine dernière, accompagné de sa famille, Daniel Pagano toujours très bien habillé, arriva tranquillement au tribunal fédéral de Manhattan pour recevoir son verdict. Son avocat Murray Richman, demanda la « clémence » prétextant « l’âge avancé » de son client, et le fait que ce dernier n’avait pas été accusé de crime violent dans cette affaire, « aucune menace, aucun signe de violence » déclara t’il. Le juge fédéral stipula que la condamnation de Daniel Pagano était « nécessaire », en raison de ses « antécédents criminels », et condamna le Capitaine de la famille Genovese à près de deux années dans une prison fédérale, une peine qu’il commencera à purger dans quelques jours.

Lire la suite

L'ASSASSINAT DE THOMAS DESIMONE ENFIN RÉSOLU ? - PARTIE 1

14 Juillet 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Lucchese

L'ASSASSINAT DE THOMAS DESIMONE ENFIN RÉSOLU ? - PARTIE 1

Thomas DeSimone (voir photo) était un Associé de la famille Lucchese, connu pour avoir été interprété par Joe Pesci dans le célèbre film de Martin Scorsese, Les Affranchis. Dans ce film, Tommy DeSimone est renommé en Tommy DeVito, mais le caractère du personnage est très bien retranscrit, car en réalité, Tommy DeSimone était un criminel endurci, connu des autorités pour de nombreux délits et soupçonné dans plusieurs meurtres. Petit-fils de Rosario Simone et neveu de Frank DeSimone, anciens Parrains de la famille (défunte) de Los Angeles, Tommy DeSimone, s’affilia plutôt aux familles de la côte Est et en particulier à la famille Lucchese, dont il fut un proche collaborateur du célèbre Associé James Burke (Interprété par Robert DeNiro) et du Capitaine Paul Vario (Interprété par Paul Cicero). Thomas DeSimone avait deux frères, Robert DeSimone et Anthony DeSimone, tous les deux étaient des Associés de la famille Gambino (Ils seront assassinés par la suite). Contrairement à ces derniers, Thomas DeSimone commença à travailler pour les Lucchese dès 1965, il commit d’après le FBI son premier contrat à l’âge de dix sept ans. Assassiné en 1990, son corps ne fut jamais retrouvé et sema le doute sur les réels motifs de sa disparition. Dans le livre Wiseguy écrit par Nicholas Pillegi avec la collaboration d’Henry Hill (Interprété par Ray Liotta), un ancien Associé de la famille Lucchese qui collabora avec la justice, ce dernier révéla que Thomas DeSimone avait été assassiné par la famille Gambino pour avoir participé au meurtre du Soldat de la famille Gambino, William « Billy Batts » DeVino mais sans plus rentrer dans les détails. En réalité dans le livre, Henry Hill ne s’attarda pas tellement sur le sort de son ancien compère, car le vrai meurtrier dans cette affaire aurait été John Gotti, ancien Parrain de la famille Gambino. Henry Hill connaissait en faite les vrais raisons de cet assassinat, il avait eu vent de tous les détails par un ancien Associé de la famille Gambino, rentré lui aussi dans le programme de protection des témoins, Sal Polisi, un ancien ami et confident de John Gotti. Publié en 1986, le livre Wiseguy fut un franc succès, mais il sortit pendant une période assez trouble dans la Cosa Nostra. John Gotti venait d’être nommé nouveau Parrain de la famille Gambino après avoir fait assassiner Paul Castellano et Henry Hill avait peur que de révéler des détails sur le meurtre de Thomas DeSimone, mettant en cause directement John Gotti pouvait avoir des représailles importantes sur sa vie. Des détails sur le meurtre de Thomas DeSimone, mais aussi sur l’implication personnelle de John Gotti dans le fameux braquage dit de la Lufthansa, petit retour en arrière. En 1978, l’aéroport JFK ou eut lieu le braquage était en partie contrôlé par la famille Bonanno et le Soldat Vincent Asaro, mais aussi par la famille Gambino avec l’aide du Capitaine John Gotti. Pour que le braquage puisse se passer tranquillement, ce dernier aurait demandé près de deux cent mille dollars sur les cinq millions de dollars récoltés. Le fameux casse fut orchestré directement par la famille Lucchese et en particulier par James Burke qui était le « cerveau » dans cette affaire. L’Associé de la famille Lucchese, aurait rencontré personnellement John Gotti avec Henry Hill, dans un restaurant Italien du Queens. John Gotti promit de fournir un entrepôt ou le butin pouvait être déposé en toute sécurité, mais aussi un véhicule de l’aéroport pour que les braqueurs puissent repartir sans éveiller les soupçons des policiers. L’argent récolté par John Gotti aurait été entièrement dépensé dans les hippodromes, l’ancien Parrain de la famille Gambino dépensant généralement des centaines de milliers de dollars dans les paris sportifs et n’aurait pas redistribué un seul dollar à la hiérarchie de la famille Gambino, John Gotti commençait à cette époque à être en froid avec le Parrain de la famille Gambino, Paul Castellano. Pendant le hold-up, Tommy DeSimone s'était caché le visage avec un masque de ski, qu'il enleva quelques secondes pour s’essuyer le front, ce qui permit à un des otages de faire un portrait robot assez détaillé à la police. Cet évènement rendit furieux James Burke et Paul Vario, mais les compétences de tueurs de Tommy DeSimone étaient trop importantes pour la famille Lucchese, par contre pour les personnes liés à ce braquages, leur présence n’était plus nécessaire. James Burke n’admettait pas de partager son argent avec des individus qui l’auraient sans doute trahis par la suite. Donner de l’argent à des membres initiés de la Cosa Nostra qui géraient l’aéroport c’était normal, à Paul Vario aussi, mais aux autres non merci. Le premier à en subir les conséquences fut Parnell « Stacks » Edwards. Son boulot consistait à conduire la camionnette dans une décharge que détenait John Gotti. Au lieu de cela, Parnell Edwards, sans doute éméchait par une soirée bien arrosée, gara la voiture à côté d’une bouche d’égout dans une rue de Brooklyn, qui sera deux jours plus tard repérés par les policiers. Identifié grâce à ses empruntes laissées dans tout le véhicule, il n’y avait plus tellement d’options possibles pour l’ancien Associé de James Burke. Se faire attraper par les policiers, se faire tuer par la famille Lucchese ou collaborer avec la justice. Parnell Edwards se cacha dans un appartement à Ozone Park. Paul Vario lança un contrat contre ce dernier et promit à Thomas DeSimone, qui n’était pas tellement d’accord au départ pour commettre cet assassinat, qu’il deviendrait un membre à part entière de la Cosa Nostra et de la famille Lucchese. Face à cette future promotion, Thomas DeSimone se présenta avec Angelo Sepe, et tira à cinq reprises sur Parnell Edwards. Le contrat fut exécuté avec succès, Thomas DeSimone allait devenir un Affranchi.

Lire la suite

UN CAPITAINE DE LA FAMILLE LUCCHESE VEUT UN NOUVEAU PROCES

11 Juillet 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Lucchese

UN CAPITAINE DE LA FAMILLE LUCCHESE VEUT UN NOUVEAU PROCES

Reconnus coupables en Juillet 2014 d’avoir siphonné les comptes d’une société basée au Texas dénommée « First Plus », Nicodemo Scarfo Jr (voir photo), fils de l’ancien Parrain de la famille de Philadelphie Nicodemo Scarfo Sr, Capitaine de la famille Lucchese et son Associé Salvatore Pelullo, cherchent par tous les moyens possibles d’avoir un nouveau procès dans cette affaire. Dans une lettre adressée au juge fédéral qui pendra sa décision le 17 Juillet prochain, l’avocat de Nicodemo Scarfo Jr, Michael Riley, déclara que les procureurs fédéraux avaient oublié de parler d’une « option facultative » dans cette affaire, une preuve qui aurait pu mettre en cause directement deux membres de la Mafia Russe, qui avaient travaillé comme prestataire pour cette société. L’Associé de la famille Lucchese, Salvatore Pelullo déjà connu de la justice Américaine pour des précédentes condamnations de fraude, est marié avec une femme d’origine Ukrainienne, qui selon l’avocat, connaissait très bien les deux individus : « Les connexions avec la Mafia Russe et First Plus sont beaucoup plus importantes que celle avec l’Oncle Vic (Vittorio Amuso était l'ancien Parrain de la famille Lucchese. Vittorio Amuso avait lui aussi été accusé avec le père de Nicodemo Scarfo Jr dans cette affaire , mais purgeant déjà tous les deux des peines de prison à perpétuité, les procureurs avaient décidé d'annuler les poursuites à leur encontre) ». Selon ce dernier, cet « oubli» de la part des procureurs fédéraux de pas avoir parlé de la possible relation des gérants de la société First Plus avec deux individus liés à la Mafia Russe, n’a pas permis à Michael Riley de défendre « correctement » son client et de ce fait convaincre le jury que le réel coupable dans cette affaire n’était pas Nicodemo Scarfo Jr. Toujours selon l’avocat, les agents fédéraux étaient bien sûr au courant des relations qu’entretenait Salvatore Pelullo avec la Mafia Russe, mais ces derniers ne voulaient privilégié qu'une seule piste, celle de la famille Lucchese et l'intimidation des deux accusés auprès des employés de la société First Plus. « Le fait de ne pas avoir parlé d’une possible association avec une autres organisation criminelle, n’a pas permis à mon client d’avoir toutes ses chances dans ce procès » déclara Michael Riley. Pour y voir un peu plus clair, il faut se concentrer sur la personnalité des deux individus liés à la Mafia Russe, Omelyan et Stepan Botsvynyuk. Ces derniers qui étaient propriétaires de différentes entreprises de nettoyage, travaillaient en étroite collaboration avec plusieurs sociétés dont First Plus et en particulier avec le sulfureux Salvatore Pelullo. Les frères Botsvynyuk, connus depuis de nombreuses années par la justice Américaine, avaient été pris dans une enquête fédérale au début des années 2000, une affaire qui s’était soldée par une condamnation à près de vingt ans de prison en 2011 pour les deux frères, pour plusieurs charges tenant de la loi RICO. Mais curieusement dans les dossiers de la justice concernant l'affaire First Plus, leurs noms n’avaient jamais été mentionnés. Pendant leur procès, un témoin avait déclaré que les frères Botsvynyuk utilisaient couramment la menace et la violence physique voir sexuelle auprès de leurs employés pour arriver à leur fin, des employés qui pour la plupart étaient arrivés illégalement sur le sol Américain, après avoir été promis à un bel avenir. L’avocat de Nicodemo Scarfo Sr a prétexté dans sa lettre écrite au juge fédéral, que tous les éléments concernant les deux frères et de leur relation supposée avec la société First Plus, n’avaient jamais été donnés par les procureurs pour préparer au mieux la défense des deux accusés. Pour se justifier, le procureur fédéral Norman Gross, essaya d'apporter une réponse en répliquant que l’affaire des frères Botsvynyuk n’avait aucune relation avec celle de Nicodemo Scarfo Jr et Salvatore Pelullo. En effet, pour le procureur fédéral, les frères Botsvynyuk avaient été inculpés et condamnés dans une affaire de « trafic d’êtres humains » et pour avoir extorqué plusieurs milliers de dollars auprès de leurs employés. Si le juge fédéral en charge de cette affaire, refuse de réviser ce procès, Nicodemo Scarfo Jr pourrait être condamné dans les prochains jours à près de trente ans de prison. Après cette affaire, le Capitaine de la famille Lucchese sera toujours sur le coup d’une inculpation dans une autre enquête fédérale concernant une opération lancée par le FBI en 2010 sur la famille Lucchese, l’opération Heat. La plupart des accusés dans cette affaire, tous des membres hauts placés dans la hiérarchie de la famille Lucchese, avaient décidé de plaider coupable il y a quelques semaines, d'avoir gagné des millions de dollars illégalement grâce aux paris sportifs.

Lire la suite

LE PARRAIN DE LA FAMILLE DE PHILADEPHIE LIBRE DE TOUT MOUVEMENT

8 Juillet 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Philadelphie

LE PARRAIN DE LA FAMILLE DE PHILADEPHIE LIBRE DE TOUT MOUVEMENT

Libre, Joseph Merlino est enfin libre de parler avec qui il veut, ou il veut et quand il veut, chose qu’il n’a pas pu faire depuis son inculpation pour racket en 1999. Depuis sa sortie en Avril dernier d’un pénitencier de Floride, après avoir purgé quelques mois pour une violation de libération conditionnelle, Joseph Merlino a repris ses activités habituelles, avec un poids en moins certes, car ce dernier n’est plus obligé rendre des comptes à son agent de probation pour le moindre de ses déplacements. Alors oui, Joseph Merlnio (voir photo), gère toujours son restaurant Italien à Boca Raton, mais depuis sa sortie de prison, ses allers retours vers la Philadelphie ont suscité bon nombre d’interrogations. De son côté Joseph Merlino a toujours nié avoir repris ses « activités » au sein de la famille de Philadelphie, mais d’après le FBI, ce dernier est toujours au aux petits envers les anciens membres de sa deuxième famille. D’après les agents fédéraux, au début du mois de Juin, Joseph Merlino a été aperçu à Philadelphie pour participer à la fin d’étude de la fille de Raymond « Ray Wags » Wagner. Ce dernier fut pendant un certains temps, le chauffeur et le garde du corps personnel de Joseph Merlino dans les années 1990. Neveux d’un Capitaine de la famille de Philadelphie, Gaeton Lucibello, Raymond Wagner bien que travaillant comme Associé pour la Cosa Nostra, n’a jamais pu être initié dans l’organisation en raison de ses origines Irlandaise, ce qui ne l’empêche pas d’avoir tout le respect auprès des membres de hauts rang de la famille. Encore actif au sein de la pègre, les relations entre Joseph Merlino et son ancien Associé restent encore intactes et le fait de se déplacer personnellement pour célébrer le diplôme de fin d’étude de sa fille, éveille les soupçons des agents fédéraux. Une autre raison de son déplacement, c’était aussi pour rendre visite à un Capitaine de la famille de Philadelphie, qui vient de guérir d’un cancer, Michael « Mikey Lance » Lancellotti Initié dans la Cosa Nostra sous Ralph Natale, Michael Lancellotti a toujours été un proche de Joseph Merlino. Gérant ses activités dans l’ombre et sous le radar du gouvernement fédéral, le Capitaine de la famille de Philadelphie, n’a jamais été condamné à de longue peine de prison, mais « seulement » pour des délits mineurs. Soupçonné d’avoir été impliqué dans la tentative d’assassinat contre Joseph « Joey Chang » Ciancaglini Jr en mars 1993 (Joseph Ciancaglini, sera grièvement blessé et sera partiellement paralysé, il se retira de ce fait des affaires de la famille), Michael Lancellotti a su démontré sa loyauté à toute épreuve contre Joseph Merlino. En ce moment, le Parrain contrôlerait les affaires de la famille de Philadelphie depuis l’État de Floride, avec l’aide de son bras doit Steven « Handsomme Steve » Mazzone, qui aurait été promu Acting Boss. Le rôle de Michael Lancellotti dans cette affaire, serait sa position centrale entre les deux mafieux. D’après les autorités, le Capitaine de la famille de Philadelphie servirait de « tampon » entre les deux hommes pour diminuer la pression des agents fédéraux envers Joseph Merlino, mais elle servirait aussi à conforter le pouvoir de l’actuel Parrain face aux anciens membres de l’équipe Scarfo qui prendraient de plus en plus en plus de place au sien de l’organisation. Le leader de cette faction se dénomme Phil Narducci, un criminel endurci, de la vieille école, qui a purgé plus de vingt ans de prison pour meurtre. Ces membres qui étaient les protégés de l’ancien Parrain sanguinaire Nicodemo Scarfo Sr, ont toujours considéré Joseph Merlino et ses proches comme des « crétins » qui selon lui, ont profité d’un « vide » créé dans la famille après l’incarcération de Nicodemo Scarfo Sr pour se hisser au pouvoir. Avec l'aide son de frère et de son allié, Joe « Joey Punge » Pungitore, Phil Narducci a depuis sa libération de prison il y a quelques années, commencé à exercer une certaine influence envers les autres membres de la famille de Philadelphie, en reprenant le contrôle de certains rackets tout en gardant une activité légale avec le contrôle de plusieurs boites de nuits dans la région. Malgré les diverses tensions, Phil Narducci continuerai à verser un pourcentage à Steven Mazzone par respect des règles élémentaires de la Cosa Nostra, mais d’après les autorités fédérales, l’actuel Acting Boss de la famille de Philadelphie essaieraient le plus possible de prendre en compte les remarques des membres de la faction rivale pour éviter une escalade de la violence. De son côté, Joseph Merlino a toujours réfuté avoir repris en main la famille de Philadelphie, prétextant profiter de sa nouvelle dans sa résidence luxueuse à Boca Raton accompagné de sa vraie famille. Mais les procureurs fédéraux sont persuadés que ce dernier va profiter désormais de sa liberté de mouvement pour réorganiser au mieux la famille de Philadelphie et de résoudre le plus pacifiquement possible les conflits internes qui sont en train de se créer au sein de la borgata.

Lire la suite

DES TUEURS EN SÉRIE DANS LA COSA NOSTRA C'EST POSSIBLE ? - PARTIE 2

3 Juillet 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Bonanno

DES TUEURS EN SÉRIE DANS LA COSA NOSTRA C'EST POSSIBLE ? - PARTIE 2

Travailler dans le commerce de la drogue peut rendre un membre de la Cosa Nostra très riche, mais il peut aussi le faire plonger très rapidement. Thomas Pitera travaillait au jour le jour avec des individus qui se droguaient régulièrement et rien n’était plus facile pour les agents fédéraux que de faire parler des individus pareil. Mais pour l’instant Thomas Pitera ne s’inquiétait pas trop de ce genre de choses, sa réputation au sein de la Cosa Nostra était au beau fixe et sa folie meurtrière de plus en plus croissante. Un soir, dans l’un de ses bars, qui servaient de clubs sociaux aux membres de la famille Bonanno il se lia d’amitié avec Frank Gangi. Ce dernier venait de purger plusieurs années de prison pour meurtre et avait déjà des relations avec certains membres de la Cosa Nostra (Frank Gangi est le neveu d’un Capitaine de la famille Genovese, Rosario Gangi) ce qui poussa Thomas Pitera de travailler avec. Une certaine confiance se créa alors entre les deux hommes. Ensemble, ils tueront Tala Siksik, un fournisseur de drogue du Moyen-Orient, qui sera assassiné et démembré personnellement par Thomas Pitera. Après tous ces crimes et grâce à l’argent récolté pour le compte de la famille Bonanno, Thomas Pietera fut nommé Acting Capitaine, et sa carrière dans le crime organisé battait son plein, mais la relation qu’il entretenait avec sa femme, devenue accro à l’héroïne était de plus en plus difficile à surmonter. Un soir, en 1987, cette dernière faisait la virée des bars avec une de ses amis dénommée Phyllis Burdi, une junkie complètement dépendante à toute sorte de drogues et qui avait selon Thomas Pitera, une très mauvaise influence. Comme à son habitude, Phyllis Burdi allait toujours plus loin dans l’excès et malgré une soirée bien arrosée couplée d’alcool et de drogue, Phyllis Burdi proposa une dernière « ligne » à la femme de Thomas Pietera, mais cette dernière fit une overdose et décéda avant l’arrivée des secours. C’est son ami et Associé, Frank Gangi qui l’informa de la mort de sa femme, le Capitaine de la famille Bonanno n’avait alors plus qu’une obsession, tué Phyllis Burdi. Cette dernière se sentant menacée, quitta la ville pendant quelques temps, mais sa dépendance aux drogues l’amena à retourner dans son quartier d’origine pour côtoyer des dealers à la botte de Thomas Pitera. Ce fut alors l’occasion idéale pour ce dernier de « régler ses comptes » avec l’ancienne amie de sa femme. Au petit matin, après une soirée bien arrosée, Phyllis Burdi s’était retrouvée dans la maison de Frank Gangi. En arrivant sur les lieux, Thomas Pitera en fureur, tira à plusieurs reprises sur Phyllis Burdi et l’a ramena dans la salle de bain pour commencer à découper son corps, une scène qui hantera à jamais Frank Gangi et qui sera un élément déclencheur par la suite dans sa futures collaboration. Après cet assassinat, Thomas Pitera repris tranquillement, le cœur soulagé sans doute, ses activités criminelles qu'il gérait toujours depuis les différents établissements dont il était le propriétaire. Pendant les longues journées à boire des verres et à jouer aux cartes, des journées classiques pour un membre de la Cosa Nostra, Frank Gangi déclara que Thomas Pitera parlait tous les jours de meurtre, c’était une « réelle obsession », il « adorait ca ». En 1988, Thomas Pitera aurait participé à l’assassinat de Wilfred « Willye Boy » Johnson, un ancien Associé du Parrain de la famille Gambino, qui tomba très rapidement en disgrâce depuis qu’il avait décidé de collaborer avec les autorités. Thomas Pitera se chargea lui-même de l’exécution. Alors qu’il sortait de son domicile, Wilfred Johnson reçu près de neuf balles dans le corps pratiquement à bout portant, le contrat fut exécuté avec succès et renforça les liens entre les familles Bonanno et Gambino. Thomas Pitera voulait toujours s’impliquer dans les meurtres et une fois les personnes exécutées, il ne laissait pas le sale boulot à ses Associés et il était toujours le premier pour se débarrasser des corps, grâce à ces techniques apprises au fur et à mesure de sa carrière criminelle : « Il tuait et découper des personnes sans aucun état d’âme et une fois terminée, il allait tranquillement mangeait une pizza dans un restaurant.» déclara l’écrivain Philip Carlo. Les agents fédéraux et en particulier la DEA en charge de la surveillance n’avait aucune preuve et leur enquête pris plusieurs années avant de pouvoir arrêter Thomas Pitera grâce à l’aide de son ami et Associé, Frank Gangi. Arrêté pour conduite sous l’influence de la drogue et pris de remords pour son passé criminel, il accepta de collaborer avec les autorités fédérales. Il révéla sans détour, les meurtres et le trafic de drogue d’où s’adonnait activement Thomas Pitera. Le 03 Juin 1990, en pleine rue et alors que Thomas Pitera conduisait tranquillement sa voiture, le soldat de la famille Bonanno fut arrêté et inculpé dans la journée de plusieurs meurtres et de racket tenant de la loi RICO. Grâce à la découverte des corps en raison des informations de Frank Gangi et des nombreuses preuves accumulées pendant toutes ces années, Thomas Pitera sera condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle, il évitera de justesse la peine de mort. Incarcéré dans le pénitencier fédéral d’Allenwood dans l’État de la Pennsylvanie, Thomas Pitera a essayé à plusieurs reprises d’être libéré en demandant des nouvelles analyses ADN, sans succès.

Lire la suite