Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

Articles avec #lucchese tag

LA COSA NOSTRA AUX ÉTATS-UNIS EN 2020

31 Décembre 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Genovese, #Gambino, #Lucchese, #Bonanno, #Colombo, #DeCavalcante, #Philadelphie, #Patriarca, #Buffalo, #Outfit

L’année 2020 restera à jamais marqué par la pandémie du coronavirus qui se propagea dans le monde entier. Aux États-Unis, où la situation n’est toujours pas sous contrôle, la plupart des États Américains ont adopté des confinements, plus ou moins longs, plus ou moins strictes, pour essayer d’endiguer l’épidémie. Les familles de New-York ont été impactées, un confinement, dit forcément moins de business. Les restaurants, les bars, tous les lieux de rencontre et de brassage de public furent fermés. Les chantiers de construction ont été pour la plupart à l’arrêt et le confinement dit, forcément, moins de ramassage d'ordures, un secteur encore bien contrôlé par les familles mafieuses. Mais cette pandémie a aussi des “avantages” pour le crime organisé. Les agences gouvernementales n’ont pas pu surveiller aussi activement les familles de la Cosa Nostra et les arrestations pendant ce confinement furent pratiquement inexistantes. En revanche, les demandes de libération anticipée ont explosé. Le virus s’étant propagé dans la plupart des prisons fédérales, les tribunaux ont été ensevelis de plusieurs requêtes provenant de membres de la Cosa Nostra, demandant aux différents juges de faire preuve de compassion, en les laissant effectuer le reste de leur peine à domicile, sous surveillance. La plupart d’entre eux ont été libérés, d’autres ont essayé, mais sont restés incarcérés. L’année 2020 restera aussi l’année où John “Sonny” Franzese, l’ancien homme fort de la famille Colombo, est décédé, de causes naturelles, à l’âge 103 ans dans une maison de soin à New-York. L’année 2020 restera aussi les condamnations à perpétuité de l’ancienne hiérarchie de la famille Lucchese, reconnus coupables d’avoir orchestré l’assassinat de Michael Meldish. Pour terminer cette année, qui restera sans nul doute dans les mémoires, le gouvernement fédéral lança une opération contre la famille de Philadelphie, arrêtant l’Underboss en exercice, Steven Mazzone de plusieurs délits tenant de la loi Rico :
 

La Famille Genovese :

Liborio Bellomo
Liborio Bellomo

 

Parrain : Liborio « Barney » Bellomo
Acting Boss : ?
Underboss : ?
Consigliere : ?
Membres : + 200-220

Associés : + 1000

Encore une année très calme pour la famille Genovese et ou les agences gouvernementales se cassent encore les dents pour connaître la hiérarchie de l’une des organisations criminelles les plus cloisonnées des États-Unis. Une chose est sûre, Liborio “Barney” Bellomo est l’actuel Parrain, mais depuis le décès de l’ancien Acting Boss, Peter “Petey Red” DiChiara, il est difficile de poser des noms sur les postes à responsabilité. Daniel Pangano, un important Capitaine, qui rencontrait très souvent Peter DiChiara dans son club de Cherry Streets à Manhattan, aurait repris les rênes, sans certitude. Cette année, seule l’inculpation du Soldat, Christopher Chierchio aurait fait pendant quelques jours la une des médias Américains. Ce dernier qui fut inculpé de fraude, aurait essayé, avec l’aide d’un avocat spécialisé, d’extorquer des gros gagnants de la loterie Américaine. A noter que, Joseph Zito, un ancien Capitaine, qui gérait le restaurant le Ruggiero, un très bon restaurant Italien, mais qui était aussi un repère pour les mafieux de la famille, dont Anthony Salerno, est décédé à l’âge de quatre vingt trois ans du coronavirus dans une maison médicale à New-York, 


 

La Famille Gambino

Lorenzo Mannino
Lorenzo Mannino

Parrain : Peter « One Eye » Gotti
Acting Boss : Lorenzo Mannino
Underboss : 
Consigliere : Michael « Mickey Boy » Paradiso
Membres : + 190-210
Associés : + 1000

L’année 2019 s’était terminée avec les inculpations des Capitaines, Andrew Campos et Richard Martino, l’année 2020, quant-à elle, s’est plus tournée sur les demandes de libération successives effectuées par Frank Locascio. En Décembre dernier, Frank Locascio s’est vu rejeté une révision de son procès par le juge fédéral Leo Glasser, laissant supposer une fin de vie derrière les barreaux pour l’ancien Consigliere de la famille Bonanno. Au niveau de sa hiérarchie, celle-ci reste stable. Peter Gotti, le Parrain actuel, qui a essayé de profiter de la pandémie du coronavirus pour purger le reste de sa peine chez lui, restera finalement derrière les barreaux. Son titre de Parrain est plus honorifique qu’autre chose, Peter Gotti, au vu de son état de santé, ne prendrait plus aucune décision sur les activités criminelles de la famille Gambino. Celle-ci est toujours dirigée massivement par la faction Sicilienne, avec Lorenzo Mannino à la barre et Domenico “Italian Dom” Cefalu, qui resterait derrière pour donner des conseils et même si le poste de Consigliere a été donné à Michael “Mickey Boy” Paradiso. Sa nomination est stratégique. Michael Paradiso, qui a passé plus de la moitié de sa vie derrière les barreaux, est un gars de la rue, de la vieille école, qui arrivera à faire approuver les autres factions derrière les décisions prises par Lorenzo Mannino.

 

La Famille Bonanno :

Michael Mancuso
Michael Mancuso

Parrain : Michael « The Nose » Mancuso
Acting Boss : John « Johnny Skyway » Palazollo 
Underboss : ?
Consigliere : 
Membres : + 120-150
Associés : + 1000

Contrairement à 2019, ou la famille Bonanno, avec son Parrain, Michael Mancuso, avait remanié une grande partie de sa hiérarchie, l’année 2020 fut extrêmement calme. Michael Mancuso continue à gérer les Bonanno d’une main de fer. Libéré de la prison de Danburry en Mars 2019, Michael Mancuso est toujours sous contrôle judiciaire et pour éviter de retourner derrière les barreaux, le Parrain de la famille Bonanno fait marcher ses membres aux pas. Fini les réunions “bling-bling” de l’époque de l’ancien Acting Boss, Joseph Cammarano, désormais la consigne est de faire du business sous le radar du FBI. Pour l’aider dans sa tâche, Michael Mancuso nomma au poste d'Acting Boss John Palazollo. D’après les agents fédéraux, John Palazzolo avait pour habitude de communiquer assez souvent avec Anthony « Fat Tony » Rabito ancien Consigliere et le neveu de Michael Mancuso, le Soldat Frank Salerno lors de l’incarcération de Michael Mancuso. Les discussions portaient essentiellement sur la pression que mettaient Joseph Cammarano Jr et John Zancocchio pour prendre le pouvoir au sein de la famille Bonanno, une situation qui énervait profondément John Palazzolo.

 

La Famille Lucchese :

Vittorio Amuso
Vittorio Amuso

Parrain : Vittorio « Vic » Amuso
Acting Boss : Michael « Big Mike » DeSantis
Underboss : Patrick « Patty » DeRusso
Consigliere : Andrew DeSimone
Membres : + 100-140
Associés : + 1000

L’actualité en 2020 s’est concentrée essentiellement sur le procès de la famille Lucchese. Dans le box des accusés, Steven Crea, Matthew Madonna, Christopher Londonio et l’Associé Terrence Caldwell sont accusés d’avoir assassiné l’ancien leader du Purple Gang, Michael Meldish. Ce procès était loin d’être gagné d’avance, au vu des témoins présentés à la barre, mais l’un d’entre eux a réussi à convaincre un jury médusé, John Pennisi. Dans la famille Lucchese, John Pennisi était loin d’être une “pointure”, mais sa position assez centrale dans les activités criminelles de la famille Lucchese, ont permis de faire condamner les quatres accusés. De par les informations apportées, John Pennisi a confirmé que Vittorio Amuso est toujours l’actuel Parrain et que depuis sa cellule de Cumberland, il aurait ordonné de dépouiller entièrement l’ancienne faction du Bronx de toutes responsabilités. A sa tête désormais, les Lucchese sont gérés par des fidèles de Vittorio Amuso, mais pour de courte durée ?. Selon les informations qui auraient filtré pendant ce dernier procès, les procureurs fédéraux sont en train de préparer un dossier Rico contre cette nouvelle hiérarchie, histoire de mettre à terre les Lucchese une deuxième fois de suite. 
 

La Famille Colombo :

Théodore Persico
Théodore Persico

 

Parrain : Théodore Persico - Joel Cacace, Andrew Russo, Michael Persico ?
Acting Boss : Andrew « Andy Mush » Russo ?
Underboss : Benjamin « The Claw » Castellazzo ?
Consigliere : Thomas « Tom Mix » Farese ?
Membres : + 110-130
Associés : + 1000

Depuis le décès de Carmine Persico, le poste de Parrain de la famille Colombo n’a pas encore été défini, mais les candidats sont loin de manquer à l’appel. En cette année 2020, la plus petite des familles New-Yorkaise a vu des membres importants être libérés de prison. Le premier est Théodore Persico, qui est le neveu de Carmine Persico. Considéré par les autorités fédérales comme un individu "extrêmement dangereux”, une “tête brûlée", Théodore Persico est sorti d’une prison fédérale en Mai dernier après avoir purgé près de quinze années derrière les barreaux. De part son statut au sein de la famille Colombo, Theodore Persico est un candidat potentiel au poste de Parrain, mais son tempérament pourrait jouer contre lui, dans une famille qui a déjà connu plusieurs guerres internes. Le deuxième candidat potentiel est Joel Cacace, qui est sorti de prison une semaine avant Theodore Persico, après avoir purgé près de vingt ans pour meurtre. Joel Cacace est un gangster de la vieille école, très apprécié au sein de la famille Colombo, mais l’ancien Acting Boss de la famille Colombo approche de la 80 ème année et des conflits au sein de sa propre famille pourrait décider Joel Cacace de prendre sa “retraite”. Ensuite, il y a Michael Persico, fils de Carmine, qui quant-à lui est sorti d’une prison fédérale en Novembre dernier, après avoir purgé près de cinq ans pour racket. La position de Michael Persico au sein de la famille Colombo est incertaine. Certains diront que Michael Persico n’est pas un membre intronisé, que de part son statut et son nom de famille, il occupe déjà une place de choix au sein des affaires familialles. D’autres diront que Michael Persico a déjà été intronisé par le passé dans la famille Colombo et qu’ils pourraient prétendre à occuper le poste de Parrain, une fois que les contraintes liées à sa liberté surveillée seront terminées. 
 

La Famille DeCavalcante :

Charles Marjuri
Charles Marjuri

Parrain : Charles « The Ear » Marjuri ?
Acting Boss : ? 
Underboss : ?
Consigliere : Frank Nigro
Membres : + 40-60
Associés : + 200

L’année dernière, on se demandait qui pouvait diriger la famille DeCavalcante, aujourd’hui la même question se pose toujours. L’actualité concernant cette famille a été pratiquement inexistante en 2020, avec une seule condamnation en juillet dernier d’un Associé pour trafic de drogue. Au niveau de sa hiérarchie, le mystère reste entier. Quand Charles Stango, un Capitaine, fut arrêté en 2015 au Nevada, le gouvernement fédéral avait fait remonter certaines informations sur l’état actuel de la famille DeCavalcante. Pour Charles Stango, la famille DeCavalcante “travaillait” sous la coupe de la famille Gambino. Ceci n’est pas forcément un scoop, la famille Gambino ayant toujours eu des liens étroits avec sa petite cousine du New-Jersey. De plus Charles Stango avait certifié, dans des enregistrements, que Frank Nigro occupait un poste à responsabilité au sein de la famille, celui de Consigliere. En 2014, suite à une réunion, Charles Stango avait aussi donné certains détails sur le poste d’Acting Boss, un dénommé “Horse” ou “Milk”. Le mystère demeure, mais une chose est sûre, la famille DeCavalcante est toujours bien implantée dans le New-Jersey.

 

La Famille de Philadelphie :

Joseph Merlino
Joseph Merlino

Parrain : Joseph « Joey » Merlino
Acting Boss : Michael Lancellotti 
Underboss : Steven « Handsomme Steve » Mazonne 
Consigliere : Joseph « Uncle Joe » Ligambi - Francis Iannarella ?
Membres : + 50-70
Associés : + 500

Dans cette famille, une chose est sûre, la hiérarchie est connue de tout le monde, même si certaines interrogations se portent encore sur un poste, celui de Consigliere. La famille de Philadelphie est de loin, la famille de la Cosa Nostra la plus en vue aux États-Unis. La plupart de ses membres n’hésitent pas à s’afficher sur les réseaux sociaux, en train de boire des verres dans des clubs branchés de la ville ou encore en train de traîner devant des clubs sociaux. Cette année, Joseph Merlino fut libéré de prison et intégra rapidement une maison de transition à Boca Raton, avant de rejoindre sa luxueuse villa à Palm Beach. La position actuelle de Joseph Merlino ne fait aucun doute, il est bien le Parrain de la famille de Philadelphie, mais ce dernier est encore en liberté surveillée et sa marge de manœuvre reste limitée. A Philadelphie, là où tout se passe, le gouvernement fédéral a lancé une opération contre plusieurs membres quelques semaines avant les fêtes et quelques semaines après la condamnation du Soldat Joseph Servidio pour trafic de drogue. Dans cette opération, le Soldat Salvatore Mazzone, le Capitaine Domenic Grande et l’Underboss en exercice, Steven Mazzone furent inculpés de plusieurs charges fédérales tenant de la loi Rico. Ce coup de filet juste avant cette nouvelle année prouve encore une chose, la famille de Philadelphie est toujours hantée par ces vieux démons et cette affaire surgit grâce aux informations de différents informateurs dans la famille. Alors que va t’il se passer en 2021 ?. Il est fort probable que Steven Mazzone et Domenic Grande aillent chercher un accord de plaidoyer assez avantageux, avec à la clé, quelques années derrière les barreaux. Mais dans la famille de Philadelphie, rien n’est plus dangereux que le changement. Certaines factions, dont celle de Phil Narducci et Joseph Pungitore, n’ont jamais tellement apprécié la gouvernance de Joseph Merlino et ses amis. D’autres, comme George Borgesi, attend son tour, le bon moment, pour se positionner de nouveau dans la hiérarchie mafieuse, avec un poste de futur Acting-Boss à la clé ?.
 

La Outfit :

Salvatore DeLaurentis
Salvatore DeLaurentis

Parrain : Salvatore « Solly D » DeLaurentis
Acting Boss : Albert « Albie The Falcon » Vena
Underboss : James « Jimmy The Ice Pick » Inendino
Consigliere : Joseph « The Builder » Andriarchi
Membres : + 40-60
Associés : + 1000

Marco D’Amico, ancien Consigliere de la Outfit, est décédé à l’âge de quatre vingt quatre ans de cause naturelle et son décès tourne définitivement la page de l’ancienne hiérarchie. Avec l’arrivée au poste d’Acting Boss d’Albert Vena, les choses ont changées et celui qui est considéré comme “l’individu le plus dangereux de Chicago” a réparti les rôles afin de satisfaire le plus de monde possible et surtout éloigner le FBI du radar de Salvatore DeLaurentis. En 2020 ? rien à signaler, a part que l’ancien Capitaine de Cicero, Michael Sarno, s’est vu refusé une demande de libération anticipée pour cause de coronavirus. Peter DiFronzo, Soldat de la Outfit et frère de l'ancien Parrain, John DiFronzo est décédé début décembre à l'âge de quatre vingt sept ans du coronavirus.
 

La Famille Patriarca :

Carmen DiNunzio
Carmen DiNunzio

Parrain : Carmen « The Cheese Man » DiNunzio
Acting Boss : Anthony DiNunzio ?
Underboss : Matthew « Good Matty » Guglielmetti Jr
Consigliere : Joseph « The Bishop » Achille
 Membres : + 40-50
Associés : + 200 

Comme en 2019, l’année 2020 fut très calme pour la famille Patriarca qui continue à gérer son business sous les ordres de Carmen DiNunzio. Le frère de Carmen, Anthony, est en passe de terminer ses contraintes liées à sa libertée surveillée et il ne serait pas étonnant, que l’ancien Acting Boss de la famille Patriarca, reprenne ses fonctions. 


La Famille de Détroit :

Jack Giacalone
Jack Giacalone

Parrain : Jack « Jacky The Kid » Giacalone
Acting Boss : Peter « Blackie » Tocco
Underboss : Anthony « Chicago Tony » LaPiana
Consigliere : 
Membres : + 40-50
Associés : + 200

Comme à son habitude, l’une des familles les plus cloisonnées de la Cosa Nostra, avec la famille Genovese, n’a rien délivré de ses secrets en 2020.

La Famille de Buffalo :

Joseph Todaro Jr
Joseph Todaro Jr

Parrain : Joseph Todaro Jr
Acting Boss : ?
Underboss : Domenico Violi
Consigliere : Victor Sansanese ?
Membres : + 30-40
Associés : + 100

2018 avait été une année assez mouvementée pour la famille de Buffalo avec l’arrestation de son Underboss Domenico Violi. Son arrestation n’avait pas échappé à la presse Américaine et Canadienne et démontra que la famille de Buffalo, depuis la prise de pouvoir de Joseph Todaro Jr, tentait de la reconstruire ses ramifications basées au Canada. En Novembre dernier, le Consigliere de la famille de Buffalo, Frank Bifulco est décédé à l’âge de soixante-quinze ans, laissant la place supposée à Victor Sansanese ?.

Lire la suite

UN REPENTI DE LA FAMILLE LUCCHESE RÉCOMPENSÉ POUR SA COOPÉRATION

26 Décembre 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Lucchese

John Pennisi
John Pennisi

Un juge fédéral a décidé de récompenser John Pennisi de sa collaboration, en ne lui accordant aucune peine de prison, un verdict à la hauteur de ses témoignages lors de différents procès fédéraux, remarquable. Contrairement aux différents témoins du gouvernement qui peuvent défiler dans des procès fédéraux, John Pennisi fut une source d’informations pour le gouvernement fédéral, son sérieux, son calme et son témoignage lors du procès de Steven Crea, Matthew Madone et Christopher Londonio, permit de convaincre un jury de faire condamner à perpétuité les différents accusés. John Pennisi fut jugé comme un témoin “remarquable”, qui ne minimisa par sa vie passé dans la Cosa Nostra, pour essayer d’être un meilleur témoin, divulguant les moindre détails, même les plus sordides, dans un seul but, aider le gouvernement fédéral dans sa lutte contre les familles de la Cosa Nostra. Contrairement à la plupart des témoins du gouvernement, qui ont décidé de collaborer, le couteau sous la gorge, pour éviter une longue peine de prison, John Pennisi est venu de lui-même voir les fédéraux à New-York, dans leur propre bureau, pour leur proposer leur service. Excédé de cette vie faite de violence et de meurtre et ou tes proches collaborateurs ne sont pas forcément tes meilleurs amis, malgré les apparences, John Pennisi décida d’apporter toutes les informations nécessaires pour lutter contre cette gangrène qui sévit encore dans plusieurs États Américains. Mais malgré une attitude remarquable, John Pennisi avait rendu les procureurs fédéraux furieux, après la publication d'un blog sur sa vie, racontant les anecdotes de son passé dans la Cosa Nostra. Mais John Pennisi n’est pas John Allité, Salvatore Gravano ou encore John Rubeo, des informateurs qui jouent sur leur passif pour continuer à exister, continuer à avoir un minimum de notoriété, John Pennisi ne restera pas comme un simple informateur, mais surtout une personne qui aura aidé le gouvernement fédéral à mettre derrière les barreaux des criminels multirécidivistes. 

Eugene Castelle
Eugene Castelle

L'apparition de John Pennisi dans une cours fédérale Américaine fut de courte durée, mais l'ancien Soldat de la famille Lucchese pris la parole quelques instants : “Depuis mon entrée dans ce bâtiment fédéral en 2018, j’ai décidé de changer ma vie. Je veux désormais devenir un citoyen respectueux des lois”. Au départ, la vision du juge fédéral fut forcément différente, prétextant que la raison première de John Pennisi de collaborer avec le gouvernement était de se protéger de la famille Lucchese, après que certains de ses membres cataloguent John Pennisi comme un “rat”, une homme à abattre, à tort. John Pennisi raconta comment, il avait remarqué à plusieurs reprises un véhicule devant chez lui, avec des individus à l'intérieur et il s'était vite souvenu des propos du Capitaine de la famille Lucchese, Eugene Castelle, un ancien proche collaborateur de John Pennisi, : "La première chose qu'ils feront, c'est de maitriser votre vie. A quelle heure vous arrivez à la maison, à quelle heure vous partez, ou vous allez manger, ou vous allez travailler. Ils vont savoir tous de vous, très rapidement, afin d'exécuter le contrat plus facilement". Les procureurs fédéraux n’ont pas contesté les arguments du juge fédéral, déclarant tout de même que John Pennisi avait décidé de "lui-même" de venir donner toutes ces informations, alors qu’il aurait pu aussi fuir dans un autre État pour échapper aux mafieux de la famille Lucchese. John Pennisi est certes un ancien Soldat de la Cosa Nostra, mais ce dernier n’a jamais été une seule fois arrêté, ni même “approché” par le gouvernement fédéral, qui préparerait des inculpations tenant de la loi RICO contre la nouvelle hiérarchie de la famille Lucchese.

Lire la suite

UNE PROPOSITION DIFFICILE À REFUSER

26 Décembre 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Lucchese

Thomas Manzo et John Perna
Thomas Manzo et John Perna

Quand un restaurateur huppé du New-Jersey, un organisateur respecté, rencontre un Soldat de la famille Lucchese, cela donne quoi d’après vous ?, forcément des embrouilles. Thomas Manzo est le propriétaire de The Brownstone, un endroit luxueux, ou des mets délicieux s'associent aux meilleurs moments d’une vie de couple, avec une grande salle de réception idéale pour les mariages. Quand Thomas Manzo rencontre John Perna, le restaurateur a la tête des mauvais jours. Séparé depuis quelque temps de son ancienne petite amie, Dina Canton, une vedette du petit-écran, qui fait le show dans l’émission The Real Housewives Of New-Jersey, Thomas Manzo n’a pas tellement apprécié que cette dernière ait définitivement oublié leur ancienne relation en se remettant en couple avec une nouvelle personne. Agacé, Thomas Manzo commença à parler de cette histoire à John Perna et de sa volonté de se venger, en demandant au Soldat de la famille Lucchese de “balafrer” son nouveau petit-ami, une marque au visage qui “lui resterait à vie”. John Perna était d’accord pour aider Thomas Manzo, mais en contrepartie, le restaurateur devait offrir gratuitement, la réception de mariage de John Perna, ainsi que toutes les festivités qui vont avec. John Perna fait partie d’une longue lignée de mafieux opérant depuis le New-Jersey, le Jersey’s Crew. Ralph Perna, le patriarche à trois fils, John, Joseph et Ralph Jr, tous affiliés à la famille Lucchese. John et Joseph sont intronisés dans la Cosa Nostra et quand Ralph Sr intronise ses fils, il le fait dans sa maison de vacances. Pour les Perna, la Cosa Nostra c’est avant tout une histoire de famille. Selon les procureurs fédéraux, Thomas Manzo donna une multitude d’informations sur ce nouveau couple, dont l’adresse professionnelle de l'individu à aggresser. En Juillet 2015, John Perna, accompagné de l’un de ses Associés, suivirent l’individu en question dans un centre commercial du New-Jersey et attendirent que ce dernier rentre dans son véhicule avant de le mutiler à plusieurs reprises.

The Brownstone
The Brownstone

Un mois plus tard, le mariage de John Perna fut célébré en grande pompe à The Brownstone, plus de 300 invités, ou plusieurs membres de la Cosa Nostra venant de différentes familles furent réunis pour célébrer ce moment, dont John Pennisi. Les autorités fédérales s’étaient intéressées à cette histoire quand Thomas Manzo avait refusé de donner la liste des invités du mariage de John Perna aux agents du FBI, leur soumettant même des faux documents. John Pennisi était lui aussi un Soldat de la famille Lucchese avant qu’il décide de lui-même de coopérer avec les autorités. Sa collaboration et son témoignage lors de différents procès fédéraux furent dévastateur et permirent l’arrestation et la condamnation de plusieurs membres de la Cosa Nostra, dont une grande partie de l’ancienne direction de la famille Lucchese. Lors du mariage, John Pennisi vanta le frère de John Perna, Joseph, lui déclarant que ce mariage était l’un des meilleurs auquel il avait assisté. Joseph Perna lui raconta alors toute l’histoire, une aubaine pour les autorités fédérales qui leur permettront d’inculper, près de cinq années plus tard, John Perna et Thomas Manzo. Face à autant de preuves, il ne restait plus pour John Perna de trouver une “issue favorable” dans cette affaire, en acceptant un accord de plaidoyer avec les procureurs fédéraux. John Perna, qui a déjà été condamné par le passé, risque en moyenne une vingtaine d'années derrière les barreaux, mais l’accord trouvé permet d’alléger considérablement cette peine à trois années maximum derrière les barreaux. Quant-à Thomas Manzo, son avocat a simplement effectué une courte déclaration : ”Un homme innocent ne plaide pas coupable”.

Lire la suite

ANTHONY CASSO ANCIEN UNDERBOSS DE LA FAMILLE LUCCHESE EST DÉCÉDÉ

22 Décembre 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Lucchese

Anthony Casso
Anthony Casso

Anthony Casso est décédé à l’âge de soixante dix huit ans dans la prison fédérale de Tucson du coronavirus. A sa manière, Anthony Casso aura marqué une page très sombre de la famille Lucchese. Une période tumultueuse, de 1989 à 1993, ou pendant ces quatres années, Anthony Casso, qui occupait le poste d’Underboss, utilisera la terreur comme arme principale, assassinant des dizaines d’individus affiliés ou non à la Cosa Nostra, au moindre doute, au moindre soupçon, quatre années de terreur.  Anthony Casso restera un psychopathe, un menteur, un tueur de sang froid, un maniaque, qui adorait assassiner et torturer des gens. Une fois arrêté et après avoir trahi son serment d'allégeance à la Cosa Nostra, Anthony Casso continuera, sous le statut de témoin protégé, à commettre des délits, en soudoyant des gardiens de prison et à mentir au gouvernement ce qui le mènera une fois pour toute à sa perte. Il y a quelques semaines, une demande de libération avait été formulée par l’avocat d’Anthony Casso, demandant à un juge fédéral d'accorder la liberté à son client pour des raisons de santé. Placé sous respirateur et passant la plupart de ses journées dans un fauteuil roulant, Anthony Casso s’était vu rejeté cette demande exceptionnelle. Libérer un individu aussi dangereux, qui aura continué, même après son incarcération, à se vanter d’avoir exécuté et torturé de nombreuses personnes aurait été jugé immoral, même en raison d’un état de santé jugé critique. Anthony Casso avait trahi par le passé la confiance du gouvernement fédéral et pour le juge, qui a dû statuer sur cette demande de libération, Anthony Casso restait un “danger pour la société”. Le propre récit d’Anthony Casso en faisait d'office un candidat difficile à faire libérer, même avec la meilleure équipe d'avocats. Pendant sa collaboration, l’ancien Underboss de la famille Lucchese s’était vanté de plusieurs crimes violents, de meurtre et pour les procureurs fédéraux ils étaient impossible d’en faire un témoin crédible lors d’un procès fédéral. Anthony Casso était un psychopathe et pendant sa collaboration, il racontait d’un air joyeux comment il avait assassiné un jeune homme, qui travaillait dans l’entreprise de contrebande de marijuana gérée par Anthony Casso : “Je lui tire dessus et il tombe dans ma bagnole, il y a du sang partout, c’était vraiment le bordel” raconta Anthony Casso tout en rigolant. Après une pause, Anthony Casso continua son histoire et se tourna vers un procureur fédéral : “Nous déposons son corps dans une tombe que nous avions creusé et tu sais quoi ? il commence à se relever, alors j’ai pris la pelle et je l’ai foutu dans sa bouche”. Les procureurs fédéraux n’ont jamais averti officiellement Anthony Casso, qu'il n’en ferait pas un témoin officiel du gouvernement et ils ont continué à le laisser déblatérer tous ces crimes, plus odieux les uns que les autres et surtout, expliquer sa coopération avec deux anciens policiers du NYPD, Louis Eppolito et Stephen Caracappa. 

Louis Eppolito et Stephen Caracappa
Louis Eppolito et Stephen Caracappa

Contre de l’argent, les deux hommes ont joué les hommes de main pour Anthony Casso, leur fournissant des informations confidentielles, commettant des meurtres par moment. Pendant son témoignage, Anthony Casso raconta comment, avec l’aide de Louis Eppolito et Stephen Caracappa, il avait fait assassiner James Hydell. James Hydell était un Associé de la famille Gambino qui avait participé à la tentative d'assassinat contre Anthony Casso. James Hydell, vivait encore chez sa mère dans une maison à Staten Island, mais les deux policiers le trouvèrent dans une laverie à Brooklyn. Stephen Caracappa et Louis Eppolito l'emmènent dans un endroit isolé et assomment l'Associé de la famille Gambino. Ils ne restaient plus qu'aux deux policiers de ramener James Hydell vivant à Anthony Casso. Ce dernier tortura James Hydell afin qu'il révèle le nom de ses complices. Avant de mourir, il demanda à Anthony Casso de jeter son corps dans la rue pour que sa mère puisse toucher son assurance vie mais l'Underboss de la famille Lucchese n'accordera pas cette dernière faveur à James Hydell. Son corps ne fut jamais retrouvé. Pendant son interrogatoire, Anthony Casso raconta comment il avait récupéré le véhicule des policiers, une Plymouth verte que l’ancien Underboss de la famille Lucchese avait fourni et comment, il entendait James Hydell frapper dans le coffre de la voiture. Anthony Casso, d’un air toujours aussi satisfait, raconta comment il avait torturé l’ancien Associé de la famille Gambino, qui leur donna trois noms, le Capitaine Michael “Mikey Boy” Paradiso et les Soldats Joseph “Joe Butch” Corrao et John “Handsome Jack” Giordano. Les procureurs fédéraux attendront 2005 et le témoignage de Burton Kaplan pour arrêter les deux détectives de police et les faire condamner à la prison à perpétuité. Steven Caracappa décédera en 2017 dans la prison fédérale de Butner, quant-à Louis Eppolito, il décédera deux années plus tard, en 2019, dans le pénitencier fédéral de Tuscon, en Arizona, lieu ou Anthony Casso était incarcéré.

Louis Eppolito et Stephen Caracappa, les flics corrompus d'Anthony Casso - @mafiologie

Lire la suite

VERS DE NOUVELLES INCULPATIONS DANS LA FAMILLE LUCCHESE ?

23 Octobre 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Lucchese

Les enquêtes sur des membres de la Cosa Nostra sont souvent très longues. Des années de procédure avant d’arriver à des inculpations sans certitude d'un résultat positif lors du procès. Les enquêtes se font généralement grâce aux agents de terrain, mais depuis des années, la surveillance des familles de la Cosa Nostra n’est plus tellement la priorité du gouvernement fédéral. Terrorisme oblige, les équipes dédiées à ce type de criminalité ont fusionné. Alors qu’a une époque, près de 350 agents étaient sur le terrain à surveiller les moindres faits et gestes des cinq familles New-Yorkaise, désormais près de 75% des effectifs ont été transférés vers d’autre services. Alors comment fait actuellement le gouvernement fédéral pour monter des dossiers sur des familles mafieuses ?. En réalité, elle se base toujours sur ses agents, forcement, mais aussi de plus en plus sur le témoignage de repentis, des membres de la Cosa Nostra qui ont décidé de collaborer. Alors certains de ces témoignages sont à prendre avec beaucoup de précaution, sachant que la plupart sont prêts à inventer des histoires dans le seul but d’éviter la prison. Certains repentis sont jugés plus crédibles que d’autres, plus intelligents, plus à même d’aider le gouvernement fédéral dans leur lutte contre le crime organisé. Prenons l’exemple de John Pennisi, un Soldat de la famille Lucchese qui a témoigné dans le procès de Steven Crea, Matthew Madonna et Christopher Londonio l’année dernière. Il y a quelques années, personne au sein du FBI le connaissait. Des Soldats dans une famille de la Cosa Nostra il y en a plusieurs dizaines, certains se font plus remarquer que d’autre, mais John Pennisi avait la particularité de rester sous le radar du FBI, tout en exerçant une position de choix au sein de la famille Lucchese. Son témoignage fut édifiant. Lors du procès, il raconta en détail les conflits qui s'opéraient au sein de la famille Lucchese, dans ses factions éparpillées dans tout New-York et dans le New-Jersey, jusqu'à sa direction. Quand en 2017, Steven Crea et Matthew Madonna furent arrêtés dans une opération de grande envergure, tout le monde pensait (moi le premier) que les deux inculpés occupés respectivement les postes d’Underboss et Acting Boss, mais en réalité, lors de leurs arrestations, Steven Crea et Matthew Madonna avaient déjà été rétrogradés. De sa cellule, Vittorio « Vic » Amuso, qui est toujours le Parrain en exercice, avait décidé de « dépouiller » la faction du Bronx de toutes responsabilités, donnant ainsi la gérance des Lucchese aux factions de Brooklyn et de Staten-Island. En plein procès John Pennisi, calmement, il nomma alors la nouvelle direction : Matthew Madonna fut remplacé par Michael « Big Mike » DeSantis, Steven Crea fut remplacé par Patrick « Patty » Dellorusso, alors que Joseph DiNapoli sera remplacé par Andrew Simone au poste de Consigliere. En réalité, le FBI était au courant de ces changements au sein des Lucchese au cours de l’année 2017, le témoignage de John Pennisi ne fit que confirmer leurs soupçons, mais il prouva par ailleurs que son témoignage de l’ancien Soldat de la famille Lucchese pouvait leur servir et être très important pour la suite.

Michael DeSantis
Michael DeSantis

Pour la suite ? car depuis près de deux ans, les procureurs fédéraux ont commencé à monter un dossier RICO contre Michael DeSantis et Patrick Dellorusso, une enquête qui a été ralenti avec la pandémie de coronavirus. Mais alors que John Pennisi aurait pu sembler comme l’un des « témoins phare » dans cette future affaire, ce dernier a rendu furieux le FBI ainsi que les procureurs fédéraux après l’ouverture d’un blog racontant ses histoires passées dans la Cosa Nostra. Actuellement sous protection fédérale, en attendant une éventuelle condamnation, John Pennisi se défend de toute malveillance, prétextant seulement que ses publications lui servent de « thérapie » afin de devenir un citoyen plus respectueux des lois. Un exutoire quand même, qui lui permet d’égratigner certain de ses anciens amis et en particulier Patrick Dellorusso. John Pennisi n’a sans doute toujours pas digéré comment l’actuel Underboss a comploté avec d’autres personnes, afin de lancer un contrat contre lui. Dans la Cosa Nostra on dit toujours que c’est souvent ton « meilleur ami » qui viendra frapper à ta porte pour effectuer le sale boulot, l’amitié n’existe pas, seul le business compte. Pour John Pennisi, le mot « amitié » ne fait pas parti du vocabulaire de Patrick Dellorusso et il raconta comment ce dernier a intronisé dans la famille Lucchese un « ami » d’enfance, un ancien vendeur de portes, devenu l’un de ses Associés. Selon John Pennisi, Patrick Delorrusso était agacé de son comportement, de son côté « pleurnichard », qui pendant une soirée s’était plaint, devant plusieurs personnes, qu’un Soldat de la Famille Gambino était passé devant lui sans lui dire au revoir, un comportant qui lui aura valu, selon John Pennisi, une humiliation en public. Des anecdotes sur la famille Lucchese, John Pennisi en connaît des tonnes, des informations sur la nouvelle direction, encore plus et c’est ce qui chagrine actuellement le gouvernement fédéral, ils ont peur que John Pennisi ne dévoile trop de chose les concernant sur son blog. Pendant sa collaboration, l’ancien Soldat de la famille Lucchese a témoigné contre Steven Crea et Matthew Madonna, permettant leur condamnation, mais il a aussi donné des informations confidentielles aux procureurs fédéraux sur Michael DeSantis et Patrick Delorrusso leur permettant d’avancer sur un futur dossier d’inculpation. Pendant le procès, John Pennisi contre Steven Crea, Matthew Madonna et Christopher Londonio, John Pennisi avait très rapidement parlé de Michael DeSantis et Patrick Delorrusso, précisant que ces derniers étaient « prêts », avec l’accord de Vittorio Amuso, d’assassiner certains membres de la faction du Bronx si ils refusaient de laisser leur place.

Lire la suite

L'ASSASSINAT DE THOMAS DESIMONE - PARTIE 2

23 Octobre 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Lucchese

Le problème de Thomas DeSimone, c’était son tempérament sulfureux, prêt à tuer n’importe qui sur un coup de colère. Une fois énervé, il pouvait devenir incontrôlable. Pendant toutes ces années à travailler pour la famille Lucchese, Thomas DeSimone tua à plusieurs reprises, souvent sans autorisation préalable de la famille. Assassiner une personne sans l'accord de son supérieur, pouvait entrainer des conséquences importantes sur la famille Lucchese, mais aussi entre les familles New-Yorkaise. Cela pouvait aussi poser des problèmes sur la vie de Thomas DeSimone, ce qui le mena finalement à sa perte. Un soir, alors que Thomas DeSimone jouait aux cartes avec ses collègues mafieux, dont Vincent Asaro, un membre de la famille Bonanno, un jeune Associé de la mafia dénommé Michael « Spider » Gianco (Interprété par Michael Impérioli) fut pris en grippe par Thomas DeSimone. Ce dernier lui reprochait de ne pas servir les verres assez rapidement et qu’il ne voulait pas danser pour amuser la gallérie. Sur un coup de colère, surement agacé d’être toujours pris pour cible et surtout énervé d’être humilié devant les Affranchis qui rigolaient de vive voix, Michael Gianco rétorqua à Thomas DeSimone d’aller « se faire foutre ». Surpris de se faire manquer de respect de la sorte et surtout devant ses amis, il fallut attendre plusieurs secondes avant que Thomas DeSimone ne puisse sortir son arme et de l’abattre à bout portant. C’était son tempérament, il démarrait au quart de tour et ne réfléchissait surement pas aux conséquences de ses actes. Mais l’assassinat qui signa sans nul doute son arrêt de mort fut celui de William « Billy Batts » DeVino.

Initié dans la famille Gambino en 1961, William DeVino était devenu un Soldat dans l’équipe du célèbre Capitaine, Carmine Fatico. En 1964, pendant une transaction liée aux stupéfiants, le Soldat de la famille Gambino se fit arrêter par les fédéraux et par la suite condamné à six années de prison, qu’il purgea au pénitencier fédéral de Danbury et même si Danbury est considéré par la plupart des mafieux comme une sorte de « country club », William DeVino avait fait son « temps », il méritait le respect, mais pas pour tout le monde. Pendant son incarcération James Burke et Thomas DeSimone en profitèrent pour reprendre, sans l’autorisation de la famille Gambino, ses activités d’usurier. En 1970, William DeVino célébra sa sortie dans le bar dénommé The Suite, contrôlé par James Burke et les mafieux de la famille Lucchese. Généralement, quand un Affranchi sort de prison, il est accueillit comme « un roi » par les autres membres de sa famille. Nourritures, boissons et femmes sont généralement de rigueur pour que ce dernier puisse passer une bonne soirée. Mais ce soir là, il y avait Thomas DeSimone et les anecdotes entre les deux hommes allèrent bon train. William DeVino se moqua à plusieurs reprises de l’Associé de la famille Lucchese pour son passé de « cireur de chaussures » quand il était un simple adolescent. Thomas DeSimone prenait sur lui, lui simple Associé, il ne pouvait ni être malhonnête ou pire encore frapper sur un membre initié de la Cosa Nostra,  sous peine de mort. Mais ce soir là, Thomas DeSimone n’était plus le même, il accumulait les railleries de William DeVino, il allait bientôt exploser. En plus des provocations subies par le Soldat de la famille Gambino, il devait aussi subir les reproches faites par ce dernier, qui accusait les deux Associés de la famille Lucchese d’avoir reprit ses activités d’usurier pendant son absence, il voulait que James Burke et Thomas DeSimone lui rendent des comptes. A la fermeture du bar, Thomas DeSimone passa à l'acte et commença avec l’aide de James Burke à frapper à mort avec son pistolet William DeVino avant de se débarrasser du corps dans un terrain vague. La famille Gambino ne soupçonna pas tout de suite l’Associé de la famille Lucchese, mais elle le surveilla de près, elle savait que William DeVino avait passé sa dernière soirée dans un repère des Lucchese et à un moment ou un autre, quelqu’un devra rendre des comptes.

Paul Vario (au centre)
Paul Vario (au centre)

En 1974, Thomas DeSimone sortait avec la sœur de Ronald « Foxy » Jerothe, un Associé de la famille Gambino et proche collaborateur de John Gotti  De sa nature violente, Thomas DeSimone avait l’habitude de frapper sa femme, ce qui énerva profondément Ronald Jerothe, qui n’hésita pas à menacer de mort l’Associé de la famille Lucchese. En entendant les menaces à son encontre, Thomas DeSimone se précipita à l’appartement de Ronald Jerothe pour demander des explications. En arrivant à son domicile, l’Associé de la famille Gambino le frappa au visage. Thomas DeSimone sorti alors son arme et lui tira à trois reprises dans la tête. Les tensions entre John Gotti et Paul Vario étaient à son paroxysme et elle s’accentuèrent quand Paul Vario proposa à Thomas DeSimone de venir un membre à part entière de la Cosa Nostra. John Gotti demanda des comptes au Capitaine des Lucchese, lui rappelant les doutes sur les assassinats de William DeVino et de Ronald Jerothe. John Gotti rappela à Paul Vario qu’il ne faisait plus aucun doute que Thomas DeSimone avait transgressé à plusieurs reprises les règles de la Cosa Nostra et lui demanda son feux vert pour exécuter le contrat. Paul Vario ne pouvait plus « couvrir » les agissements de Thomas DeSimone, de plus il n’était qu’un « simple » Associé et malgré sa réputation de tueur, Thomas DeSimone avait fait enrager Paul Vario, quand il apprit qu'il avait tenté de « violer » la femme d’Henry Hill quand ce dernier était incarcéré (Paul Vario aurait aussi eu une liaison avec Kareen Hill). Certaines sources disaient que le meurtrier de Thomas DeSimone était Thomas « Tommy A » Aggro, un Soldat de la famille Gambino, un tueur à gages de surcroit, qui adorait tabasser les gens et qui avait déjà assassiné l’un des frères de Thomas DeSimone. En réalité, John Gotti aurait participé lui-même à cet assassinat. Une nuit, l'Associé de la famille Lucchese fut appelé, c’était le grand soir, il allait enfin devenir un membre à part entière de la Cosa Nostra. L’intronisation devait avoir lieu dans un restaurant Italien basé dans le Bronx. En arrivant sur les lieux, Thomas DeSimone fut accueillit par plusieurs individus tous âgés, qui étaient assis autour d’une table. La salle était assez obscure et seule quelques bougies éclairaient la pièce. Thomas DeSimone fut surpris de voir John Gotti présent, lui membre de la famille Gambino alors qu’il devait être initié dans la famille Lucchese, mais la joie de devenir un Affranchir fut plus forte que tout et ce dernier alla s’assoir à la table. Quand il fut assis, John Gotti aurait sortit un pistolet muni d’un silencieux et tira à trois reprises à l’arrière du crane de Thomas De Simone, il venait de « payer sa dette » à la famille Gambino.

Lire la suite

L'ASSASSINAT DE THOMAS DESIMONE - PARTIE 1

20 Octobre 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Lucchese

Thomas DeSimone
Thomas DeSimone

Thomas DeSimone (voir photo) était un Associé de la famille Lucchese, connu pour avoir été interprété par Joe Pesci dans le célèbre film de Martin Scorsese, Les Affranchis. Dans ce film, Tommy DeSimone est renommé en Tommy DeVito, mais le caractère du personnage est très bien retranscrit, car en réalité, Tommy DeSimone était un criminel endurci, connu des autorités pour de nombreux délits et soupçonné dans plusieurs meurtres. Petit-fils de Rosario Simone ancien membre de la famille (défunte) de Los Angeles, Tommy DeSimone, s’affilia plutôt aux familles de la côte-Est et en particulier à la famille Lucchese, dont il fut un proche collaborateur du célèbre Associé James Burke (Interprété par Robert DeNiro) et du Capitaine Paul Vario (Interprété par Paul Cicero). Thomas DeSimone avait deux frères, Robert DeSimone et Anthony DeSimone, tous les deux étaient des Associés de la famille Gambino (Ils seront assassinés par la suite). Contrairement à ces derniers, Thomas DeSimone commença à travailler pour les Lucchese dès 1965, il commit, d’après le FBI, son premier contrat à l’âge de dix sept ans. Assassiné en 1990, son corps ne fut jamais retrouvé et sema le doute sur les réels motifs de sa disparition. Dans le livre Wiseguy écrit par Nicholas Pillegi avec la collaboration d’Henry Hill (Interprété par Ray Liotta), un ancien Associé de la famille Lucchese qui collabora avec la justice, ce dernier révéla que Thomas DeSimone avait été assassiné par la famille Gambino pour avoir participé au meurtre du Soldat de la famille Gambino, William « Billy Batts » Bentvena dit William DeVino, mais sans plus rentrer dans les détails. En réalité dans le livre, Henry Hill ne s’attarda pas tellement sur le sort de son ancien compère, car le vrai meurtrier dans cette affaire aurait été John Gotti, ancien Parrain de la famille Gambino. Henry Hill connaissait en faite les vrais raisons de cet assassinat, il avait eu vent de tous les détails par un ancien Associé de la famille Gambino, rentré lui aussi dans le programme de protection des témoins, Sal Polisi, un ancien ami et confident de John Gotti. Publié en 1986, le livre Wiseguy fut un franc succès, mais il sortit pendant une période assez trouble dans la Cosa Nostra.

William « Billy Batts » Bentvena
William « Billy Batts » Bentvena

John Gotti venait d’être nommé nouveau Parrain de la famille Gambino après avoir fait assassiner Paul Castellano et Henry Hill avait peur que de révéler des détails sur le meurtre de Thomas DeSimone, mettant en cause directement John Gotti, pouvait avoir des représailles importantes sur sa vie. Petit retour en arrière. En 1978, l’aéroport JFK où eut lieu le braquage était en partie contrôlé par la famille Bonanno et le Soldat Vincent Asaro, mais aussi par la famille Gambino avec l’aide du Capitaine John Gotti. Pour que le braquage puisse se passer tranquillement, ce dernier aurait demandé près de deux cent mille dollars sur les cinq millions de dollars récoltés. Le fameux casse fut orchestré directement par la famille Lucchese et en particulier par James Burke qui était le « cerveau » dans cette affaire. L’Associé de la famille Lucchese, aurait rencontré personnellement John Gotti avec Henry Hill, dans un restaurant Italien du Queens. John Gotti promit de fournir un entrepôt ou le butin pouvait être déposé en toute sécurité, mais aussi un véhicule de l’aéroport pour que les braqueurs puissent repartir sans éveiller les soupçons des policiers. L’argent récolté par John Gotti aurait été entièrement dépensé dans les hippodromes, l’ancien Parrain de la famille Gambino dépensant généralement des centaines de milliers de dollars dans les paris sportifs et n’aurait pas redistribué un seul dollar à la hiérarchie de la famille Gambino. John Gotti commençait à cette époque à être en froid avec le Parrain de la famille Gambino, Paul Castellano. Pendant le hold-up, Tommy DeSimone s'était caché le visage avec un masque de ski, qu'il enleva quelques secondes pour s’essuyer le front, ce qui permit à un des otages de faire un portrait robot assez détaillé à la police. Cet évènement rendit furieux James Burke et Paul Vario, mais les compétences de tueurs de Tommy DeSimone étaient trop importantes pour la famille Lucchese, par contre pour les personnes liées à ce braquage, leur présence n’était plus nécessaire.

James Burke n’admettait pas de partager son argent avec des individus qui l’auraient sans doute trahi par la suite. Donner de l’argent à des membres initiés de la Cosa Nostra qui géraient l’aéroport c’était normal, à Paul Vario aussi, mais aux autres non merci. Le premier à en subir les conséquences fut Parnell « Stacks » Edwards. Son boulot consistait à conduire la camionnette dans une décharge que détenait John Gotti. Au lieu de cela, Parnell Edwards, sans doute éméchait par une soirée bien arrosée, gara la voiture à côté d’une bouche d’égout dans une rue de Brooklyn, qui sera deux jours plus tard repérés par les policiers. Identifié grâce à ses empruntes laissées dans tout le véhicule, il n’y avait plus tellement d’options possibles pour l’ancien Associé de James Burke. Se faire attraper par les policiers, se faire tuer par la famille Lucchese ou collaborer avec la justice. Parnell Edwards se cacha dans un appartement à Ozone Park. Paul Vario lança un contrat contre ce dernier et promit à Thomas DeSimone, qui n’était pas tellement d’accord au départ pour commettre cet assassinat, qu’il deviendrait un membre à part entière de la Cosa Nostra et de la famille Lucchese. Face à cette future promotion, Thomas DeSimone se présenta avec Angelo Sepe, et tira à cinq reprises sur Parnell Edwards. Le contrat fut exécuté avec succès, Thomas DeSimone allait devenir un Affranchi.

Lire la suite

L'ANCIEN UNDERBOSS DE LA FAMILLE LUCCHESE CONDAMNÉ À LA PRISON À PERPÉTUITÉ

30 Août 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Lucchese

Steven Crea
Steven Crea

Dix mois après avoir été reconnu coupable et près d’un mois après la condamnation de Christopher Londonio et Matthew Madonna, l’ancien Underboss de la famille Lucchese, Steven « Wonderboy » Crea, a été condamné à la prison à perpétuité pour le meurtre de Michael Meldish. Après un procès de plusieurs semaines, qui avait vu défiler des témoins du gouvernement plus ou moins convainquant, les procureurs fédéraux avaient réussi à convaincre un jury de la culpabilité des accusés dans cet assassinat. Pourtant la tâche était loin d’être simple. Lors de la préparation de ce procès, la juge fédérale avait averti les procureurs fédéraux à plusieurs reprises, remettant clairement en doute la sincérité des témoins du gouvernement, qu’elle jugeait peu crédible. Pourtant, loin de démontrer clairement la culpabilité des accusés dans l’assassinat de Michael Meldish, les procureurs fédéraux ont joué très fortement sur le passé criminel des prévenus, une stratégie gagnante qui se soldera par des lourdes condamnations. Steven Crea est le dernier accusé à passer devant un tribunal pour recevoir son verdict. Christopher Londonio et Matthew Madonna ont étaient au même endroit le mois dernier, et le verdict fut expéditif pour les deux mafieux qui n’ont eu guère de chance d’essayer de convaincre une dernier fois le magistrat. Après ce verdict, rien ne laisser présager une situation favorable pour l’ancien homme fort de la famille Lucchese. Pour les avocats de la défense, une condamnation à perpétuité était inéluctable, tout devait se jouer désormais sur l’amende prévue dans ce verdict. Les procureurs demandaient 1,34 millions de dollars, la défense quant-à elle essayait de sauver les meubles, mais la juge fédérale au lieu de statuer rapidement, voulait profiter de ce dernier moment pour faire passer un message aux membres de la Cosa Nostra. Cathy Seibel est loin d’être une novice dans ce genre de procès. Les membres de la Cosa Nostra, elle les connaît pas cœur et après avoir demandé aux deux parties de se mettre d’accord sur la montant de l’amende, qui au final sera d’un million de dollars, la juge fédérale mis fin à la carrière criminelle de Steven Crea en quelques minutes. Tout d’abord, elle le condamna à la prison à perpétuité pour l’assassinat de Michael Meldish, à dix ans pour avoir comploté dans un projet d’assassinat et surtout, elle condamna une nouvelle fois Steven Crea à la prison à perpétuité pour le délit « d’utilisation d’une arme à feux avec volonté d’entrainer la mort », un délit qui au général prévoit une peine maximale de cinq ans derrière les barreaux. Mais dans ce genre de situation, un juge fédéral à tous les droits et peut très bien augmenter la peine d’un accusé, en prenant en compte par exemple son passé criminel. 

 

A la base, les procureurs voulaient faire condamner Steven Crea d’avoir planifié le meurtre de trois individus liés à la Cosa Nostra, des accusations qui se solderont au final par un acquittement pour l’ancien Underboss de la famille Lucchese,

Joseph Datello
Joseph Datello

mais qui démontreront bien la stratégie opérée par le gouvernement fédéral pendant ce procès. Les témoins étaient défaillants, il fallait donc ternir l’image des accusés. Les procureurs fédéraux démarrèrent le procès, en déclarant que Steven Crea avait menacé de tuer au moins trois personnes : Carl Ulzheimer, Joseph Datelo et Sean Richard. Le premier est un Associé de la famille Bonanno. En 2012, les deux familles étaient en conflits sur certains sujets et la famille Bonanno pour impressionner un peu la famille Lucchese, avait effectué une descente dans un club social détenu par Steven Crea. A l’intérieur les esprits se sont vite échauffés, les langues aussi et Carl Alzheimer n’hésita pas, malgré son statut, de manquer de respect à Steven Crea. Dans la Cosa Nostra, manquer de respect à un membre intronisé, équivaut à une condamnation à mort et même si les mentalités ont bien changé, il y a des choses qui ne passent pas : « Je me souviendrai de votre visage » aurait déclaré Steven Crea à Carl Ulzheimer.  Selon les procureurs, Steven Crea demanda à son fils, le Capitaine, Steven Crea Jr, de s’en occuper, qui le sous-traita alors à un Soldat de son équipe Vincent Bruno, qui se déplaça au domicile de Carl Alzheimer pour l’assassiner, fort heureusement pour l’Associé de la famille Bonanno, celui-ci n’était pas présent. Quand le gouvernement fédéral lancera son opération contre la famille Lucchese, Vincent Bruno trouvera rapidement un accord de plaidoyer. Il plaidera coupable de complot, de racket et sera condamné à onze années derrière les barreaux. La deuxième personne est Joseph Datello, un Soldat de la famille Lucchese et un proche de Steven Crea. Comme pour Vincent Bruno, Joseph Datello a lui aussi été inculpé et a rapidement accepté de plaider coupable de racket avant d’être condamné à quatorze ans de prison. Alors pourquoi Steven Crea aurait voulu tuer un membre de sa famille ?. Pour les procureurs fédéraux la raison est simple, Steven Crea était énervé de voir Joseph Datello ne pas rembourser ses dettes. En réalité, les procureurs n’avaient jamais entendu parler de cette histoire auparavant et c’est grâce seulement au témoignage de Robert Spinelli, un Associé de la famille Lucchese, qui n’a jamais été intronisé dans la Cosa Nostra en raison d’une déficience mentale, que le gouvernement fédéral a eu l’idée d’ajouter cette tentative de meurtre sur le dos de Steven Crea. Lors de sa collaboration, Robert Spinelli déclara que Joseph Datello et Sean Richard étaient des partenaires en affaire dans une entreprise de construction dans les années 1990. Mais en 1999, l’entreprise éprouvait des difficultés financières et pour aider son ami, Steven Crea aurait injecté près de deux cent mille dollars afin de renflouer les dettes. Après le témoignage de Robert Spinelli, les procureurs fédéraux ont eu la certitude que, près de vingt ans après avoir accordé un prêt à Joseph Datelo, Steven Crea aurait décidé de se venger. Lors du procès, la défense a très vite ironisé sur ce « contrat », en déclarant que leur client aurait mis « près de vingt ans » pour se rendre compte que Joseph Datelo n’avait pas rembourser une dette. 

 

Sean Richard avait la particularité d’être le beau fils de l’ancien Parrain de la famille DeCavalcante, Giovanni « The Eagle » Riggi. Dès l’été 1999, les agents fédéraux perquisitionnaient la maison et la société détenus par Sean Richard. Ce dernier voyant les soucis avec la justice arrivaient, sombra dans une forte dépression. En Automne 1999, la famille Lucchese inquiète surement de la tournure que prenait cette affaire, se réunit à deux reprises avec le beau-fils de Giovanni Riggi. La première réunion eut lieu dans un restaurant à Yonkers. Sean Richard était accompagné du Soldat Joseph Datello pour rencontrer Steven Crea. Ce dernier était à la tète du « Lucchese Construction Groupe», mais de part sa position Underboss, il transmettait aussi les ordres de Vittorio Amuso, Parrain de la famille Lucchese incarcéré à vie. Selon Sean Richard, Steven Crea était très en colère et pendant près d’une heure, il parla des rackets en cours entre les deux familles. Toujours selon ce dernier, l’ancien Underboss doutait visiblement de la « sincérité » du beau-fils de Giovanni Riggi. Une deuxième rencontre s’imposait. Toujours avec le Soldat Joseph Datello, mais cette fois-ci avec son Capitaine Dominic « Crazy Dom » TruscelloLa peur commençait à envahir Sean Richard. Lui qui se sentait tellement intouchable aupravant, commença à se poser des questions quand Joseph Datello lui demanda d’attendre devant le Tick Tock Diner dans le New-Jersey, stipulant qu’une camionnette allait venir le chercher. Sean Richard se demanda alors pourquoi les mafieux utilisaient une camionnette et non une voiture habituelle ? Pour cacher un corps ? Le tuer sans se faire voir ?, tant de questions sans réponse qui fit que Sean Richard s'arma pour aller à ce rendez-vous, chose qui est normalement strictement interdite dans les règles de la Cosa Nostra. Le trajet sa passa sans violence, mais pendant la réunion, Dominic Truscello le fixa droit dans les yeux et lui demanda : « Vous avez des péchés à avouer ? ». Cette rencontre scella le destin de Sean Richard qui quelques jours plus tard décida de se livrer au FBI pour collaborer. 

Lire la suite

PROCÈS LUCCHESE : UN TÉMOIN DU GOUVERNEMENT REMERCIÉ PAR LES PROCUREURS

4 Août 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Lucchese

Christopher Londonio
Christopher Londonio

Après avoir effectué une offre qu’il ne pouvait pas refuser à Frank Pasqua III, la justice Américaine a remercié David Evangelista pour son témoignage envers des membres de la famille Lucchese, avec une peine de trente huit mois derrière les barreaux. A la base, ce dernier risquait près de vingt ans de prison pour braquage, mais le fait de se retrouver dans la même cellule que le Soldat, Christopher Londonio, a offert à David Evangelista une chance inespérée de pouvoir sortir plus rapidement de prison. Pourtant son témoignage n’a pas été décisif, pire encore, les jurés n’ont pas cru un seul mot de son histoire. En effet, David Evangelista s’était présenté à la barre des témoins pour raconter que Christopher Londonio avait tenté de s’évader du Métropolitan Center. Dans son récit, il expliqua comment le Soldat de la famille Lucchese était furieux de voir libérer sous caution Steven Crea et son fils, Steven Crea Jr, et aurait, avec l’aide de sa famille, organisé une évasion rocambolesque digne des meilleurs films d’évasion. Selon David Evangelista, Christopher Londonio avait entamé depuis plusieurs semaines des exercices physique lui permettant de perdre du poids et ainsi pouvoir passer à travers les barreaux, à moitié sciés grâce à du fil dentaire, plus facilement. A l’extérieur, le père de Christopher Londonio se serait occupé de la logistique, en trouvant des armes, une cachette pour son fils, mais à la dernière minute, Christopher Londonio aurait voulu changer le trajet d’origine pour « régler ses comptes ». Selon David Evangelista, le Soldat de la famille Lucchese a été très vexé de voir Matthew Madonna, lors des différentes audiences, saluait tout le monde dans la salle, même des agents fédéraux, tout le monde sauf la famille de Christopher Londonio, un manque de respect que le Soldat de la famille Lucchese qu'il ne voulait pas laisser passer. En sortant de prison, il aurait prévu d’aller sonner au domicile de Matthew Madonna et d’assassiner sa femme, mais c'est là que tout se gâte dans le témoignage de David Evangelista. Lors de la préparation du procès, le juge fédéral doutait un peu des paroles de ce dernier, ne comprenant pas comment un Soldat de la Cosa Nostra, pouvait autant se confier envers une personne qu’il connaissait seulement que depuis quelques semaines. De plus son témoignage sur la prétendu tentative d’évasion de Christopher Londonio, David Evangelista certifia que le Soldat de la famille Lucchese lui aurait avoué, la par même occasion, qu’il était impliqué dans l’assassinat de Michael Meldish. Lors du procès, les avocats de la défense ont très vite remis en cause les déclarations de David Evangelista, déclarant que ce dernier avait déjà essayé plusieurs fois par le passé, de balancer des prisonniers de son bloc cellulaire ou en donnant des informations sur des détenus affiliés à des organisations criminelles afin de pouvoir conclure un marché avec le gouvernement fédéral, sans succès. Sans succès, car les procureurs fédéraux connaissaient déjà la réputation de David Evangelista, considéré comme un toxicomane, dont sont témoignage aurait pu être très vite renversé par la défense lors d’un procès. Alors pourquoi l’avoir choisi dans un procès impliquant des membres de la famille Lucchese ?, car les procureurs fédéraux étaient partis dans une stratégie d’accumuler les témoins pour essayer de discréditer le plus possible les accusés pendant le procès.

Lire la suite

DES MEMBRES DE LA FAMILLE LUCCHESE CONDAMNÉS À LA PRISON À PERPÉTUITÉ

30 Juillet 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Lucchese

undefined

Après avoir été reconnus coupables, en Novembre dernier, de l’assassinat de l’ancien leader du Purple Gang, Michael Meldish, le Soldat de la famille Lucchese, Christopher Londonio et son Associé Terrence Caldwell ainsi que l’ancien Acting Boss, Matthew Madonna ont comparu cette semaine, devant une cour fédérale. Sans surprise, les trois accusés ont été condamnés à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle, ce qui n’a pas empêcher, Matthew Madonna, une nouvelle fois, de clamer son innocence : « Je suis innocent. Je n’ai absolument rien à voir avec la mort tragique de Michael Meldish. Je n’ai conspiré avec personne ». La prison, Matthew Madonna la connaît parfaitement. Condamné en 1976 à trente années dans un pénitencier fédéral pour trafic de drogue, Matthew Madonna était resté derrière les barreaux près de vingt ans et en avait profité pour refusé à plusieurs reprises et pendant sa détention, de venir témoigner devant un grand jury. A sa sortie de prison en 1995, il deviendra trois années plus tard un membre intronisé de la famille Lucchese, en récompense de son silence. Incarcéré depuis 2015 après une condamnation à cinq années de prison pour racket, Matthew Madonna s’était vu inculpé dans l’assassinat de Michael Meldish, en 2017, un ancien Associé. Selon les procureurs fédéraux, l’ancien Acting Boss de la famille Lucchese, se plaignait de plus en plus du comportement de Michael Meldish, qu’il accusait de partir en « roue libre », manquant de respect à plusieurs membres de la Cosa Nostra, une chose à ne jamais faire. De plus, Matthew Madonna était, selon des témoins, visiblement très énervé de voir Michael Meldish refusait obstinément de rembourser un prêt et ceux malgré plusieurs menaces. Le contrat de l’ancien leader du Purple Gang aurait été approuvé par Steven Crea, qui officiait à l’époque en tant qu’Underboss de la famille Lucchese et confié au Soldat, Christopher Londonio. Le 15 Avril 2013, en milieu de soirée, Christopher Londonio qui conduisait un véhicule qui ne sera jamais identifié et l’Associé Terrence Caldwell, ont suivi Michael Meldish et ont attendu patiemment que celui-ci sorte de sa voiture avant de l’assassiner de sang froid. Après avoir été reconnu coupable, Matthew Madonna avait effectué une demande de libération après avoir contracté le coronavirus en prison, ce qui força le bureau fédéral des prisons à le transférer dans un hôpital proche de sa détention. Pour Christopher Londonio, cette condamnation à perpétuité à un gout amer, surtout qu’il avait refusé une offre de plaidoyer émanant des procureurs de trente ans de prison avant le procès. Incarcéré au Métropolitan Center de New-York depuis 2017, Christopher Londonio avait été accusé, par un témoin du gouvernement, David Evangelista, d’avoir eu l’intention de s’échapper de prison, une inculpation qui lui avait valu le surnom de « The Veal Shank Rédemption » par les médias Américains. Cette accusation sera jugée sans fondement par les jurés et Christopher Londonio sera reconnu non-coupable.

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>