Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LCN

Articles avec #outfit tag

LA OUTFIT DE CHICAGO APRÈS LE PROCÈS DIT DES SECRETS DE FAMILLE - PARTIE 2

15 Juillet 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Outfit

John DiFronzo
John DiFronzo

La plupart des cadres de la Outfit étaient incarcérés, mais curieusement, les procureurs fédéraux n’avaient pas voulu inculper deux membres imminents de cette organisation criminelle, John « No Noze » DiFronzo et Salvatore « Solly D » DeLaurentis. Le premier occupait officieusement le poste de Parrain, depuis l’incarcération de Samuel « Wings » Carlisi en 1992 et cette non-inculpation entrainera dans les rangs de la Outfit bon nombre de rumeurs, et si John DiFronzo collaborait avec le FBI ?, surtout que pendant le procès dit des Secrets de famille, nom nom fut nommé à plusieurs reprises. Ces rumeurs ne seront jamais confirmées et ce dernier continuera tranquillement à restructurer ses troupes, en s’appuyant sur son frère Peter DiFronzo. Comme Underboss, John DiFronzo nomma Anthony « Little Tony » Zizzo, qui disparu curieusement en 2006, sans doute enlevé et assassiné par des membres de l’équipe de Cicero gérée à cette équipe par Michael Sarno. Cette disparition sema la cohue auprès de certains membres qui se plaignaient que les règles de la Cosa Nostra puissent être enfreins aussi facilement. Pour se venger, une faction adverse à celle de Michael Sarno avait essayé quelques mois plus tard, d’assassiner le bras droit du Capitaine de l’Outfit, Salvatore Cataudella, mais les tueurs s’étaient trompés de cible, et avaient exécuté, Gerry Dhamer, un employé dans une entreprise de plomberie, qui vivait à quelques maisons de Salvatore Cataudella. Après l’incarcération de Michael Sarno à vingt cinq ans de prison pour racket, John DiFronzo qui devenait de plus en plus contesté procéda à quelques changements. Le premier changement effectué fut de demander à Marco « The Mover » D’Amico son Consigliere de céder sa place à Joseph « Joe The Builder » Andriacchi qui était rentré dans une semi-retraite. Le deuxième changement est de demander de l'aide à Salvatore « Solly D » DeLaurentis, un Capitaine emblématique de la Outfit, de gérer le conflit entre les membres de Cicero et le reste de l’organisation

Salvatore DeLaurentis
Salvatore DeLaurentis

criminelle. Pari réussi, mais la santé mentale de John DiFronzo, qui était âgé de quatre vingt six ans, devenait de plus en plus défaillante et décidera par la suite de se retirer pour laisser la place à Salvatore « Solly D » DeLaurentis, Ce dernier décida de s’entourer de membres la vieille école, ayant purgé des dizaines années de prison et prouvant de ce fait, leur loyauté à la Outfit. En Acting Boss, Solly D, nomma Albert « Albie The Falcon » Vena, réputé pour sa violence, il est considéré selon le FBI, comme une « version améliorée d’Anthony Spilotro » et comme « l’individu le plus dangereux » rien que ça. En plus de ses fonctions en tant qu’Acting Boss, Albert Vena continue à gérer son équipe à Grand Avenue. Comme Underboss, la place fut donnée à Salvatore Cataudella, un membre de Cicero, ancien lieutenant de Michael Sarno. Marco D’Amico qui avait laissé sa place de Consigliere à Joseph Andriacchi pendant la transition entre Joseph DiFronzo et Salvatore DeLaurentis, récupéra sa place. L’actuel Parrain a essayé de réorganiser sa hiérarchie en essayant de satisfaire tout le monde, pour éviter les tensions dans une famille ou la moindre étincelle peut être dévastatrice. De plus, sur le terrain, Salvatore DeLaurentis, nomma des pointures, des membres très respectés par l’ensemble de cette organisation criminelle. A Elmwood Park, nous retrouvons Rudolph « The Chin » Fratto, à Cicero, James « Jimmy The Ice Pick » Inendino. Dans le 26 Street situé dans le quartier de Chinatown, Frank « Tootsie » Caruso Jr gère les affaires courantes. En quelques mois seulement, la situation de la Outfit qui était au bord de l’implosion avec le procès des Secrets de famille est devenue de nouveau stable, une famille encore très influence dans l’État de l’Illinois et dans les États environnants.

Lire la suite

LA OUTFIT DE CHICAGO APRÈS LE PROCÈS DIT DES SECRETS DE FAMILLE - PARTIE 1

11 Juillet 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Outfit

Frank Calabrese Jr
Frank Calabrese Jr

Tout est parti d’une lettre adressée aux agents fédéraux en 1998. L’individu derrière ce courrier, qui décrivait un nombre de détails jamais vu auparavant sur la Outfit de Chicago, n’était autre que Frank Calabrese Jr, un Soldat de cette organisation criminelle, fils de Frank Sr, un Capitaine, surnommé aussi Frankie Breeze. Cette lettre venait du pénitencier fédéral de Milan dans l’État du Michigan ou le père et le fils étaient incarcérés après une condamnation pour prêt usuraire. Frank Jr voulait collaborer pour mettre hors d’état de nuire, un père qu’il considérait comme un « malade », un « psychopathe » et était près par la même occasion, de donner des informations sur d’autres mafieux de la Outfit, l’affaire dit des Secrets de famille pouvait alors démarrer. Cette affaire, comme toute autre liée à la Cosa Nostra prend généralement plusieurs années. Plusieurs années, de filature, de renseignements, de vérification de preuves, qui sont nécessaires, pour pouvoir donner un dossier en béton aux procureurs fédéraux. Avec ce témoin inespéré, le FBI savait qu’il y avait une chance de désorganiser totalement, voire de rayer de la carte, une organisation criminelle tentaculaire qui avait ces dernières années, étendu son pouvoir vers d’autres États voisins. La Outfit s’est toujours fait remarquée des autres familles mafieuses pour sa violence. Comparé à la famille de Philadelphie, qui était déjà connue pour être une organisation sanguinaire, la Outftit se démarquait par sa cruauté, ces actes de torture sur des individus qui avaient contrarié la hiérarchie mafieuse. Frank Calabrese Jr pouvait dans son courrier relier son père et son Oncle, Nicholas, un Soldat lui aussi, dans l’assassinat de John

John Fecaratta
John Fecaratta

Fecorotta. L’assassinat de ce dernier va démontrer une seule chose, personne n’était à l’abri des mafieux de la Outfit de Chicago. John Fecarotta ou Big John, était un prêteur, il donnait de l’argent à des personnes généralement ruinées à des taux d’intérêt exorbitants. Mais John Fecarrota était aussi un tueur à gages, soupçonné entre autre, dans l’assassinat des frères Spilotro. Le meurtre de John Fecarotta s’était mal déroulé. Un plan foireux avait été mis en place par les frères Calabrese, qui avaient demandé à John Fecarotta de participer à un cambriolage. Mais dernier se doutait que quelque de bizarre était en train de se passer et était sorti du véhicule ou il se trouvait avec les frères Calabrese, pour s’enfuir dans la rue. Nicholas Calabrese, qui venait de se blesser avec un fusil de chasse, le poursuivi à l’intérieur d’une salle de jeux et lui tira à plusieurs reprises dans la tête. Pendant toutes ces années, cet assassinat ne fut jamais résolu, mais désormais, Frank Calabrese Jr, donnait la possibilité de résoudre ce meurtre, il ne restait plus qu’à interroger, Nicholas, qui était à cette époque, lui aussi incarcéré dans une autre prison fédérale. En prison, Frank Calabrese Sr avait dit à son fils que son frère Nicholas, avait laissé une paire de gants ensanglantés sur les lieu de crime. Grâce à cette info de première ordre, l’ADN de Nick Calabrese fut formellement identifiée, le FBI avait désormais les cartes en main, soit ce dernier collaborait, soit il terminait sa vie derrière les barreaux, le choix de Nicholas Calbrese fut très rapide. Grâce aux informations de Frank Calabrese Jr et de Nick Calabrese, les procureurs fédéraux avaient désormais assez de preuves pour inculper la plupart de la hiérarchie de la Outfit pour des crimes datant de plusieurs décennies. Quand le procès commença en Août 2007, outre Frank Calabrese Sr, se trouvait, l’Acting Boss James « Jimmy The Man » Marcello, le Consigliere Joseph « Joey The Clown » Marcello, Le Soldat, Paul « The Indian » Shiro et les Associés Anthony « Twan » Doyle et Frank Schweihs (jugé séparément en raison de ses problèmes de santé). Il ne fallut que quelques heures aux jurés pour déclarer coupable la hiérarchie de la Outfit à des peines de prison incompressible. En récompense de sa collaboration, Nicholas Calabrese sera condamné pour quatorze meurtre à douze années de prison. Ce dernier et son neveu Frank Jr, ont au jour d’aujourd’hui intégré le programme de protection des témoins. Laissé en ruine, la Outfit de Chicago pouvait se reconstruire.

 

Lire la suite

LES MEMBRES DE LA COSA NOSTRA SONT-ILS EN SÉCURITÉ EN PRISON ?

18 Juin 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Divers, #Gambino, #Outfit, #Lucchese, #Philadelphie

A une époque, les membres de la Cosa Nostra incarcérés dans des prisons fédérales, géraient entièrement la vie à l’intérieur des murs. En réalité, le pénitencier n’était qu’un passage obligé, pour augmenter son respect, mais qui en réalité, n’était pas si terrible que ça, au vu de l’influence que pouvait avoir les mafieux auprès des autres détenus. Aujourd’hui, la situation a changé. Les prisons fédérales sont désormais « contrôlées » par des gangs, comme les Aryan Brotherhood, la mafia Méxicaine, les Blood ou encore les Crips, des organisations criminelles qui ont une très forte influence dans la vie quotidienne d’une prison. Actuellement, les membres de la Cosa Nostra incarcérés un peu partout aux Etats-Unis, continuent à se regrouper ensemble. Dans une prison, les tensions et les histoires de familles s’estompent généralement et très souvent, il n’est pas rare de voir des membres de plusieurs familles différentes se réunir, pour augmenter leur force face à tous ces nouveaux gangs.

John GottiQuand il fut condamné à la prison à perpétuité, John Gotti, ancien Parrain de la famille Gambino, fut incarcéré à l’USP Marion, une prison de sécurité maximale située dans l’État de l’Illinois. De part sa notoriété, John Gotti aimait jouer de son influence auprès des autres détenus et même si ce dernier était incarcéré près de vingt trois heures dans sa cellule. Pendant sa seule heure de détente, John Gotti longeait les allées de son quartier disciplinaire, faisant les cents pas pour essayer de s’aérer un peu les esprits. Généralement, quand les détenus le virent arriver, ils s’écartèrent par respect, mais aussi par peur des représailles, sauf Walter Johnson. Ce dernier mit du temps à laisser le passage au Parrain de la famille Gambino. John Gotti visiblement très énervé par cet affront, l’insulta : « Fous moi le camp d’ici espèce de sale nègre. Tu ne sais pas qui je suis ? ». Walter Johnson ne broncha pas, mais le lendemain, à la même heure de détente, ce dernier frappa John Gotti à plusieurs reprises. Ce dernier surpris, tomba, et essaya de se défendre tant bien que mal, avant que des gardiens ne viennent ne les séparer. Forcément, John Gotti refusera de donner l’identité de son agresseur, préférant se charger de cette affaire lui même. Mais dans son quartier disciplinaire, John Gotti était un peu isolé. Il demanda alors aux Aryan Brotherhood, de s’occuper de Walter Johnson pour près de cent mille dollars. Cette offre fut acceptée par ce gang, qui en plus de toucher de l’argent facilement, renforcerait leur respect, en assassinant un prisonnier Afro-Américaine. Mais les autorités, sentant une vengeance se préparer, mirent Walter Johnson à l’isolement, le temps que ce dernier, puisse être quelques mois plus tard être libéré de prison.

Al CaponeAu début des années 1930, Al Capone le célèbre Parrain de la Outfit, fut condamné à près de onze années dans un pénitencier fédéral. Au départ, ce dernier fut transféré dans la prison d’Atlanta, et une visite médicale de routine révéla syphilis, le début de la fin pour celui qui dirigeait Chicago d’une main de fer. Fragilisé psychologiquement, Al Capone fut transféré par la suite dans la célèbre prison d’AlCatraz. Alors que l’ancien Parrain de la Outfit était en train de prendre sa douche, il fut poignardé à plusieurs reprises avec une paire de ciseaux par un détenu. Il terminera par la suite à l'infirmerie de la prison. La Outfit de Chicago en voyant son Parrain dans un état psychologique aussi déplorable, avait décidé depuis quelques mois de retirer ce dernier des affaires, mais aussi de son soutient pendant son incarcération.

Vittorio AmusoVittorio « Vic » Amuso est le Parrain actuel de la famille Lucchese. Incarcéré depuis le début des années 1990 à une peine de perpétuité incompressible pour plusieurs charges tenant de la loi RICO dont le racket et le meurtre. Dès son incarcération, Vic Amuso n’a jamais voulu céder le pouvoir, préférant gérant les activités criminelles de la famille Lucchese derrière les barreaux, en s’aidant de différents Acting Boss. En 1995, Vittorio Amuso était incarcéré dans la prison fédérale de Terre Haute dans l’État de l’Indiana. Le Parrain de la famille Lucchese se sentait intouchable et n’hésitait pas à critiquer le comportement de Greg Scarpa Jr, un Soldat de la famille Colombo, fils de Greg Scarpa Sr, un important Capitaine de la Cosa Nostra, qui avait collaboré avec le FBI pendant de nombreuses années. Vittorio Amuso en avait assez du comportement de Greg Scarpa Jr, qui selon lui, se « pavanait » un peu trop, alors que son père avait trahi son serment d’allégeance à la Cosa Nostra. Pendant une promenade avec d‘autres prisonniers, Vittorio Amuso alla au bout de sa pensée, quand il croisa Greg Scarpa Sr : « Votre père était un rat, vous devriez avoir honte ». Greg Scarpa Sr vit rouge immédiatement et sauta sur Vittorio Amuso pour lui assener plusieurs coups de poing. Le Parrain de la famille Lucchese terminera à l’infirmerie, la Commission de la Cosa Nostra réunit en urgence, décidera par la suite de lancer un contrat contre Greg Scarpa Jr. Ce dernier, qui décidera par la suite d’aider les autorités dans sa lutte contre le terrorisme, est toujours incarcéré dans une prison fédérale.

Giovanni StanfaGiovanni « John » Stanfa, ancien Parrain de la famille de Philadelphie, a été condamné en 1995 à la prison à perpétuité pour plusieurs meurtres. A début des années 2000, alors que dernier était incarcéré dans la prison de Leavenworth dans l’Etat du Kansas, Giovanni Stanfa qui s’accommodait facilement à la vie carcérale, venait de rentrer dans la cantine de la prison. Derrière lui, deux membres d’un gang Afro-Américain étaient en train de se parler. D’après certains témoins, présents ce jour là, ces deux individus se disputaient, quelque chose se tramait. Alors que l’ancien Parrain de la famille de Philadelphie était attablé, l’un des deux individus s’avança rapidement vers Giovanni Stanfa, sorti quelque chose de sa poche, une boite de soda rafistolée en arme blanche. Plusieurs coups furent portés, Giovanni Stanfa s’écroula au sol, alors que l’individu en question répéta : « Je ne suis pas un rat, c’est vous le rat ». Avant que les gardiens ne puissent intervenir, Giovanni Stanfa se leva tranquillement, commença à sourire et déclara : « Vous êtres une honte ». Sans le savoir, ce dernier venait d’adresser le « baiser de la mort » à sa victime.

Anthony CassoAnthony « Gaspipe » Casso a longtemps servi d’Underboss de la famille Lucchese. Paranoïaque, violent et doté d’un égo surdimensionné, il aura, avec l’aide de Vittorio Amuso, semé le désordre dans cette organisation criminelle. Pour éviter la prison à perpétuité, Anthony Casso décidera de collaborer avec les autorités fédérales. Mais sa coopération fut jugée désastreuse. De plus, Anthony Casso, profitera de sa protection par les agences gouvernementales, pour soudoyer certains gardiens de prison et agresser certains individus, comme Salvatore « Big Sal » Miciotta, un Sodat de la famille Colombo, qui avait décidé de collaborer avec les autorités. En attendant son verdict dans plusieurs affaires, Anthony Casso était incarcéré dans une aile de la prison spécialement dédiée aux différents informateurs du gouvernement. Après le diner, alors que Salvatore Miciotta jouait aux cartes avec d’autrs prisonniers, Anthony Casso arriva par derrière et essaya d’assommer l’ancien de la famille Gambino avec un gourdin de fortune. Vu la corpulence de Salvatore Miciotta, ce coup porté, ne le chatouilla à peine. Il se leva donc, agrippa Anthony Casso par le col de sa chemise et le jeta par terre, avant que les gardiens n’interviennent.

Lire la suite

UN SOLDAT DE LA OUTFIT DÉMENT SON APPARTENANCE À LA COSA NOSTRA

25 Mai 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Outfit

Michael Magnafichi Michael Magnafichi (voir photo) a été identifié par le FBI, depuis une vingtaine d’années, comme un Soldat de la Outfit de Chicago. Opérant depuis le quartier de Elmwook Park, une banlieue proche de Chicago gérée par le Capitaine Rudy « The Chin » Fratto, Michael Magnafichi a toujours nié être un membre intronisé dans la Cosa Nostra, même s’il avoue à demi-mot, avoir gérait des paris illégaux il y a quelques années. Aujourd’hui, âgé de cinquante cinq ans, Michael Magnafichi déclara que ses activités criminelles sont derrière lui, même si les autorités fédérales pensent le contraire. Son appartenance à la Ouftit de Chicago, ne s’est pas faite par hasard. Le père de Michael Magnafichi, n’était autre que Lee Magnafichi, un membre imminent de cette organisation criminelle, proche conseiller d’Anthony Acardo et de John « Jackie The Lackey » Cerone, Parrain de la Outfit à la fin des années 1960. Très actif dans les paris sportifs, Michael Magnafichi essaye désormais de se justifier : « Avant on disait que ce genre d’activité était illégale, maintenant il y a des jeux de hasard partout ». Selon lui, son enfance n’a pas été si différente des jeunes de son quartier de Bensenville : « Nous étions une famille normale, très structurée. Mon père ne nous a jamais battu. Nous sommes nés et devenus catholiques, en assistant régulièrement aux séances de catéchisme, nous y allons tous les dimanches. Mon père n’y allait pas forcément, mais mère nous accompagnait à chaque fois » déclara t’il. Michael Magnafichi revint facilement sur la relation qu’il entretenait avec Jackie Ceronne : « J’étais ses yeux et ses oreilles, j’allais lui rendre visite tous les mois quand il était incarcéré » déclara t’il. Pour prouver que son appartenance à la Outfit de Chicago n’est qu’un pur mensonge, il n’hésite pas à critiquer le comportement de l’ancien Parrain de la Outfit, John « No Noze » DiFronzo, qu’il accuse d’être un informateur : « Pendant le procès dit des Secrets de Famille, son nom est apparu plusieurs fois dans le procès et curieusement il ne fut jamais inculpé ». Sur le meurtre des frères Spilotro et même s’il admet avoir bien connu Anthony « The Hant » Spilotro, Michael Magnafichi botte en touche, et ne veut pas certifier la présence de John DiFronzo sur la scène de crime ce jour là. Pour justifier de leur comportement, un mafieux de la Outfit avait déclaré à Michael Magnafichi que : « Dieu ne s’inquiétait pas de la personne, mais regarde son âme ». Récemment, son supérieur au sein de cette organisation criminelle, Rudy Fratto, avait été condamné à un an de prison et près de cent quarante et un mille dollar d’amende pour ne pas avoir payé pendant plusieurs années ses impôts. Ce dernier, qui est considéré comme un membre de influent de la Outfit, opérant depuis Elmwood Parck, a de nouveau fait parler de lui la semaine dernière, quand le gouvernement fédéral stipula, que Rudy Fratto, n’avait plus remboursé, depuis plus d’un an, une partie des cent quarante et un mille dollars suite à sa condamnation.

Lire la suite

MAUVAISE SEMAINE DANS LES RANGS DE LA COSA NOSTRA

11 Mars 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Divers, #Gambino, #Outfit

Bartolomeo VernaceL’ancien Capitaine de la famille Gambino, Bartolomeo « Bobby » Vernace (voir photo à gauche), qui a fait partie d’un panel de décision pendant plusieurs années, vient de décéder d’une crise cardiaque en prison, alors que ce dernier purgeait une peine de prison à perpétuité pour un double meurtre datant de 1981. Cette nuit là, Frank Ricardi et une femme étaient en train de boire un verre tranquillement Un homme arriva et accidentellement renversa son verre sur la robe de sa compagne, ce qui mit immédiatement en fureur l’Associé de la famille Gambino. Pour empêcher une bagarre quasi-certaine, John D'Agnese, un des propriétaires, demanda gentiment à Frank Ricardi de sortir, ce qu’il fit difficilement, mais en jurant devant tout le monde qu’il allait revenir pour régler ses comptes. Quelques minutes, plus tard, trois individus armés, rentrèrent dans le ShamRock's Bar et tirèrent à plusieurs reprises sur les deux propriétaires John D'Agnese et Richard Godkin. Les assassinats de Richard Godkin et de John Agnese ne furent pas autorisés par la famille Gambino, ce qui n’empêcha pas l’intronisation quelques années plus tard de Bartolomeo Vernace. Il fallut attendre le 20 Janvier 2011 pour que Bartelomeo Vernace soit reconnu coupable de ce double meurtre. Imperturbable pendant l’énoncé du verdict, le mafieux de la famille Gambino accepta sa peine sans broncher. Bartolomeo Vernace purgeait sa peine dans la prison fédérale d’Allenwood dans l’État de la Pennsylvanie, un pénitencier composé de différents niveaux de sécurité, ou bon nombre de membres de la Cosa Nostra y sont incarcérés. D’après son avocat, la santé de Bartolomeo Vernace était défaillante. En effet ce dernier, souffrait d’un diabète assez avancé, de problème de reins, et avait subit récemment une crise cardiaque, l’obligeant à être hospitalisé, pour y décéder quelques semaines plus tard. Toujours d’après son avocat, l’ancien Capitaine de la famille Gambino, était « unique en son genre » : « Il était très intelligent. Il n’aimait pas trop parler, mais il inspirait le respect » déclara t’il.

Un Soldat de la Outfit de Chicago, Louis « Louis Tomates » Marino (voir photo à droite), vientLouis Marinode décéder de cause naturelle. Ce dernier, qui opérait depuis l’emblématique ville de Cicéro, était un ami proche de l’actuel Parrain, Salvatore « Solly D » DeLaurentis. Connu pour par ses Associés, comme un individu qui ramenait énormément d’argent, il était aussi identifié par le FBI, comme une personne extrêmement dangereuse, soupçonné d’avoir participé à plusieurs assassinats dont celui des frères Spilotro en 1986. Au début des années 1990, alors que Louis Marino était accusé de racket et du meurtre d’un Associé de la Outfit, dénommé Hal Smith, les procureurs fédéraux avaient diffusé un enregistrement assez édifiant, démontrant que Louis Marino, pouvait exécuter une personne pour une simple dette. En 1981, Louis Marino, fut enregistré par le FBI en train d’agresser un individu qui lui devait des milliers de dollars d'un prêt usuraire, sans savoir que ce dernier, effrayait des conséquences que pouvait avoir de ne pas rembourser la Outfit, avait décidé de porter un micro sous sa chemise. En arrivant sur les lieux, Louis Marino, fut accueilli par son ami Salvatore DeLaurentis, qui lui expliqua que l’individu en question « n’avait pas encore l’argent ». Enragé, Louis Marino, sorti un couteau et s’approcha de la personne en question, arme à la main : « Toi espèce de fils de pute, tu me dois de l’argent. Tu sais ce que tu dois faire pour me rembourser non ? Tu vas voler une bijouterie, un magasin, tu vends tes bijoux, les objets de ta mère, tu fais tout ce que tu veux, mais il me faut l’argent pour ce soir, tu as compris ? C’est grave putain, je suis à la porte de ta maison dès ce soir et s’il le faut je serais à côté de toi à ton réveil. Essaye d’aller nulle part, pas la peine de te cacher, sinon ça ira mal pour toi ». Reconnu non-coupable du meurtre de Hal Smith, Louis Marino sera reconnu coupable de racket, et le juge rendra un verdict exemplaire, vingt huit années derrière les barreaux, une peine que Louis Marino accepta sans broncher. En 2004, ce dernier était rentré dans une maison de transition, avant d’être libéré définitivement de prison. A sa sortie, il aurait repris très rapidement ses activités criminelles au sein de la Outfit.

Lire la suite

"IL NE FAUT JAMAIS BAISER ANTHONY ACCARDO"

22 Janvier 2017 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Outfit

Antonino Accardo (voir photo) est né le 28 Avril 1906 dans la « Petite Sicile » de Chicago. Très rapidement, ce dernier délaissa le milieu scolaire pour se concentrer au crime organisé. Dès son adolescence, il commença à côtoyer des figures de la Outfit de Chicago et devint un pickpocket très apprécié des mafieux pour sa capacité à rapporter de l’argent et à garder le silence quand il se faisait attraper. C’est pendant une de ses missions données par la Outfit, qu'Anthony Acardo reçu le surnom de « Joe Batters ». Son travail était simple, il était engagé par les mafieux pour « tabasser » les gens qui ne payaient pas leurs dettes à la Cosa Nostra (Cf : Les Surnoms dans la Cosa Nostra – Partie 1). A 20 ans, Anthony Accardo devint un membre « fait » de la Outfit. La cérémonie diffère des autres familles de la Cosa Nostra implantées aux Etats-Unis. Devant Al Capone, qui était à cette époque le Parrain de l’organisation, Anthony Accardo prêta serment de ne jamais trahir la famille et de ne jamais devenir un « rat », seulement aucune goutte de sang ne fut versée sur une image pieuse pendant l’intronisation, seul une pognée de main conclue le pacte entre Anthony Accardo et la Cosa Nostra. Mais grâce à son intelligence, ce dernier monta un à un les échelons de la Mafia et devint rapidement une figure incontournable. Paul Ricca un ancien Boss de la Outfit avait déclaré qu'« Anthony Acardo avait beaucoup plus de cervelle qu'Al Capone ».  C'est en 1947 que Anthony Achardo devint nouveau Parrain de la Outfit en succèdant à son mentor. Pendant des années, Anthony Achards et sa famille vécurent dans un pavillon modeste de River Forest à Chicago. Mais arrivé à un moment, grâce notamment aux millions de dollars engendrés pas ses activités criminelles, poussa ce dernier à s’acheter une maison à la hauteur de son statut au sein de la Outfit. Un manoir qu’il paya près de cent vingt cinq mille dollars, alors que son propriétaire l’avait acheté cinq fois plus chère des années auparavant, un « prix d’ami » comme on pourrait dire dans le milieu. La maison comportait pas loin de vingt six chambres et six salles de bain. En achetant une maison luxueuse, le Parrain voulait faire passer un message et montrer sa réussite grandissante au sein de la Mafia à Chicago. A la fin des années 1970, Anthony Acardo n'occupait plus le poste de Parrain, mais sa position dans la Outfit état toujours intacte. Il n’était plus « un homme de la rue » comme dans sa jeunesse, mais il était encore préférable à cette époque de l'avoir comme ami, un homme comme Anthony Accardo pouvait résoudre des conflits et dans un sens, personne ne s’attaquait aux amis de « Big Tuna ». En Janvier 1978, Anthony Accardo et sa femme partirent profiter du soleil à Indian Wells en Californie et confia leur maison à un ami de confiance, Michael Volpe. Quelques jours plus tard, ce dernier téléphona à Anthony Accardo, pour lui racontait que des individus s’étaient introduits dans sa maison, mais que les cambrioleurs n’avaient rien volé. Ce cambriolage fut d’une manière ou d’une autre très symbolique, en s’en prenant à la demeure à l'ancien Parrain de la Outfit, cela "égratignait" son image d'"homme invincible" et Anthony Achards devait réagir. Pour lui, c’était une insulte personnelle, et les cambrioleurs devaient être retrouvés au plus vite. Pour mener à bien cette opération, Anthony Accardo fit appel à un tueur renommé de l’Outfit, connu pour avoir été joué par Joe Pesci dans le film de Martin Scorsese « Casino », Anthony Spilotro. La nouvelle de la venu d’Anthony Spilotro à Chicago fit le tour de la ville et la plupart des cambrioleurs du coin préférèrent changer d’État, pour éviter de croiser les tueurs de la Outfit. Le 20 Janvier 1978, soit quelques jours seulement après le cambriolage, Bernie Ryan l’un des voleurs, fut retrouvé par la police la gorge tranché d’une oreille à l’autre et de plusieurs balles dans le corps. Le 02 Février, Steven Garcia, fut retrouvé dans le coffre de sa voiture garée à l’aéroport « O’Hare », lui aussi la gorge tranchée. Vincent Moretti, était d’après la police un individu « instable » et « psychotique », malheureusement pour ce dernier, il rencontra des personnes qui étaient beaucoup plus dangereuses que lui. Il fut retrouvé dans le coffre d’une voiture, atrocement torturé, il fut castré et son corps éventré. De plus, son visage fut brulé au chalumeau. D’après les autorités, la torture était dû au fait, que Vincent Moretti était d’origine Italienne et qu'il ne pouvait ignorer le pouvoir d’Anthony Accardo : « C’est comme s’il l’avait insulté deux fois » déclara un policier. Juste avant sa disparition, Vincent Moretti avait été aperçu avec Donal Swanson, un des voleurs qui avait participé au cambriolage, il sera lui aussi retrouvé assassiné de plusieurs coups de couteau. Le  corps de Bobby Hertogs fut découvert dans le coffre d’une voiture en stationnement au 3552 West Grand Avenue, il était d’après la police un « pickpocket » réputé de la Outfit et sa relation avec les individus ayant participé à ce cambriolage était trop suspecte pour les mafieux pour le laisser vivre. Un vent de panique souffla dans les services de police de Chicago, les policiers restèrent impuissants face aux nombreux meurtres commis par les membres de la Outfit et cela n’était pas terminé. Toujours dans le même mois, John McDonald fut retrouvé dans une ruelle au 446 North Racine Avenue. Selon les enquêteurs, il portait un costume gris avec une chemise en soie, comme s'il venait d'être convoqué à un réunion importante. La justice Américaine décida de réagir et en Septembre 1978, Anthony Accardo fut convoqué devant un grand jury fédéral, mais ce dernier ne paniqua pas et fit appel au « 5ème amendement » (Le cinquième amendement de la Constitution des États-Unis permet à tout citoyen américain de refuser de témoigner contre lui-même dans une affaire pénale). Michael Volpe, l’homme qui était « censé » surveiller la maison d’Anthony Achards pensant ses vacances, fut lui aussi interrogé, mais son interrogatoire dura plus longtemps que prévu, ce qui inquiéta très fortement l'ancien Parrain. Quelques jours plus tard, il disparu, son corps ne sera jamais retrouvé. Ce fut le dernier crime commis dans cette affaire. Anthony Accardo alterna jusqu'à la fin de sa vie entre sa maison d’Indian Wells et celle de Barrington Hills. Tous ces meurtres lui ont permis de remettre de l’ordre dans la Outfit, contre certains membres qui commençaient à remettre en cause son « leadership ». Le vieux Parrain avait laissé un message très clair : « Personne ne baise Anthony Accardo ».

Lire la suite

L'ACTING BOSS DE LA OUTFIT BIENTÔT INCULPÉ ?

2 Janvier 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Outfit

Albert "Albie The Falcon" VenaFraichement nommé Acting Boss de la Outfit, Albert « Albie The Falcon » Vena (voir photo), doit sentir l’étau se resserrer contre lui. En 2015, le FBI avait exercé une pression considérable, contre celui qu’on surnommait dans le milieu comme l’individu « le plus dangereux de Chicago », sans succès. Alors, les agents fédéraux avaient bien arrêté l’un de ses soldats, Robert Panozzo pour plusieurs violations de domicile, mais ce dernier respecta, malgré les pressions exercées, son allégeance à la Cosa Nostra. Mais dernièrement, l’arrestation de son beau-frère, Charles Russell pour violation de domicile et possession illégale d’armes à feux, risquent d’accentuer la pression sur Albert Vena : « Albert Vena sait pertinemment qu’on essaye depuis quelques temps de retirer les couches de protection autour de lui, des individus qui sont censées le protéger » déclara un agent du FBI. En effet, il y a eu Charles Russell, mais avant lui, il y a eu l’arrestation de Robert Panozzo et de Paul Koroluk, des individus qui avaient un accès à Albert Vena. Paul Koroluk était le bras droit de Robert Panozzo, mais aussi un Associé de haut rang dans la Outfit. Alors que son supérieur décida de plaider non coupable pour tenter sa chance dans un procès fédéral, Paul Korolul plaida coupable récemment et a été condamné dans la foulé à dix huit années derrière les barreaux. Ces arrestations ont fortement perturbé les habitudes d’Albert Vena, qui avait tendance à suivre les activités de son ancien secteur de Grand Avenue depuis le restaurant La Scarole. Le problème dans cette histoire, c’est que son beau-frère Charles Russell avait trop tendance selon le FBI à parler affaire à des mafieux de second plan et sans le vouloir à des informateurs du gouvernement. Il parla de ses cambriolages, mais aussi la volonté de braquer d’autres maisons, comme la maison d’un avocat célèbre de Chicago et espérait même pouvoir récupérer pratiquement un million de dollars. Charles Russell se montrait extrêmement confiant sur cette opération, en déclarant que si l’avocat ne voulait pas ouvrir son coffre, il ramènerait une torche pour le faire « flamber » de la « tête aux pieds » : « Après ça il ouvre généralement » déclara t’il. Encore plus troublant, Charles Russell parla de l’assassinat d’un jeune Afro-Américain, qui fut tué criblé de balles dans son véhicule. Après vérification, la police de Chicago confirma qu’un meurtre avait eu lieu quelques semaines plus tôt et était toujours non-résolu. Devant un agent de l’ATF (Bureau Of Alcohol, Tobacco, Firearms and Explosives), Charles Russell déclara : « Rien ne m’excite plus que de braquer une arme sur quelqu’un et de récupérer ses biens. C’est comme ça que j'obtiens adrénaline ». L’Associé de la Outfit qui est désormais âgé de soixante sept ans a été arrêté dans une épicerie, alors que ce dernier était en train de récupérer plusieurs armes automatiques, comme des AK-47 ou encore des UZI. Présenté devant un juge fédéral, Charles Russell fut automatiquement incarcéré sans caution possible. Selon les procureurs fédéraux, Charles Russell aurait parlé de ses affaires à l’agent de l’ATF pendant près de trois mois, dans différents cafés du Little Italy de Chicago. Le beau-frère d’Albert Vena pourrait être condamné à près de dix années de prison, mais cette peine pourrait être supérieure en raison de son casier judiciaire.

Lire la suite

QUI A TUÉ SAM « MOMO » GIANCANA ?

9 Octobre 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Outfit

QUI A TUÉ SAM « MOMO » GIANCANA ?

La mort de Sam « Momo » Giancana (voir photo) reste encore aujourd’hui un mystère. L’ancien Parrain de la Outfit assassiné en Juin 1975, était devenu un personnage qui dérangeait bon nombre de mafieux, mais au vu de son statut au sein de la Cosa Nostra, personne ne voulait s’opposer à lui. Mais Sam Giancagna en savait beaucoup, trop surement, et pas seulement sur les activités d’une famille qui à cette époque était à son apogée. Sam Giancagna côtoyait les stars, les politiques, et avait une telle influence, que certains diront qu’il aurait pu être l’investigateur de l’assassinat de l’ancien Président Américain, John Fitzgeral Kennedy en Novembre 1963. Sam Giancana avait déménagé au Mexique à la fin des années 1960, pour éviter une surveillance et une pression du FBI qui devenait de plus en plus forte. Le FBI le surveillait vingt quatre heures sur vingt quatre, ne le quittait plus d’une semelle. Quand Sam Giancana se déplaçait au restaurant ou il avait pris ses habitudes, les agents fédéraux venaient manger avec lui, quand Momo allait au toilette, un agent était juste à ses cotés, prêt à intervenir au moindre mouvement suspect. Ce n'était pas une surveillance discrète, les agents fédéraux voulaient montrer au Parrain de la Outfit qu'il ne pouvait plus vivre normalement. Sam Giancana n’arrivait plus à gérer cette situation et décida de partir, laissant sa place de Parrain, mais pas sa réputation et son respect accumulé depuis des années. Éloigné partiellement des affaires de la Outftit, sa vie fut en sursit, mais quand il se fit expulser en 1974 par les autorités Mexicaines et de retour dans les rues Chicago, Sam Giancana devenait sans le vouloir une cible à abattre, le plus rapidement possible. Il ne fait aucun doute que le meurtrier était un ami proche de l’ancien Parrain de la Outfit. Alors que Sam Giancagna cuisinait tranquillement dans sa maison, l’assassin lui tira alors dans le dos et dans la tête, avant de recouvrir sa bouche de plusieurs balles. Le message était clair, Sam Giancagna en savait beaucoup trop, et la peur qu’il finisse par parler devant la Church Committee une commission remplie de sénateurs quelques jours plus tard, était trop importante, pour laisser Sam Giancagna continuait à vivre tranquillement. S’il le voulait, l’ancien Parrain de la Outfit aurait pu très bien établir les liens secrets entre la CIA et la Cosa Nostra pour essayer d’assassiner Fidel Castro, ou encore donner des détails supplémentaires dans l’assassinat de JFK, mais la Cosa Nostra ne voulait à cette époque ne pas attirer l’attention, et de telles déclarations auraient pu anéantir une fois pour toute la Outfit. Sam Giancagna était aussi un ami proche de Johnny Roselli, un mafieux de la famille de Los Angeles ayant des ramifications sur toute la Côte Est. C’est Johnny Roselli, qui avait été engagé par Sam GIancana pour « empoisonner » Fidel Castro en 1961. C’est ce même Johnny Roselli qui se serait trouvé à Dallas le 22 Novembre 1963, une pure coïncidence ? Ce dernier sera retrouvé dans un bidon un an plus tard, étranglé et le corps partiellement démembré, très certainement par les mafieux de Chicago. L’année de son assassinat, la Outfit de Chciago était gérée par Joseph « Joey Doves » Aiuppa et Anthony Accardo, des gangsters de la vieille école, qui tenaient la famille d’une main de fer. Joseph Aiuppa allait devenir par la suite le Parrain, et de ce fait avait un peu plus d’influence. Anthony Achards voulait continuer quant-à lui à prospérer dans l’ombre, il avait la carrure et l’influence pour occuper le poste de Parrain, mais Anthony Achards voulait gérer ses affaires sans attirer l’attention des agents fédéraux. Des rumeurs diront que c’est Joseph Aiuppa qui lancera le contrat contre Sam Giancana par peur que ce dernier se décide finalement de se mettre à table. Bizarrement, son domicile qui était étroitement surveillé, n’empêcha pas le tueur de rentrer, d’assassiner et de quitter la maison de Sam Giancana sans y être inquiété et sans y être aperçu, ce qui spécula une hypothèse que la CIA était le commanditaire de ce meurtre crapuleux. Ce jour là, les policiers surveillant le domicile de l’ancien Parrain de la Outfit furent rappelés pour intervenir sur une scène de crime inexistante, laissant le champ libre à la Outfit de Chicago de terminer le sale boulot. Un associé et ami de longue date de Sam Giancana Dominic « Blutch » Blasi a longtemps été soupçonné d’être le tueur dans cette affaire. Selon les enquêteurs, Sam Giancana préparait ce soir là des plats épicés, que l’ancien Parrain ne pouvait manger en raison de plusieurs ulcères à l’estomac, laissant supposer que Sam Giancana était au courant à l’avance d’une visite à son domicile, d’une personne qu’il connaît déjà très bien, une personne de confiance. Une autre théorie voudrait qu’Anthony Acardo aurait scellé définitivement le destin de Momo, car ce dernier ne voulait pas partager ses bénéfices à Las Vegas. On ne saura sans doute vraiment jamais qui a assassiné l’un des Parrains les plus influents de la Outfit de Chicago après Al Capone. Avec sa mort, Sam Giancana s’en est allé avec ses secrets, qui auraient sans doute permis de classer certains affaires, restées encore non classées actuellement.

Lire la suite

10 000 DOLLARS POUR RETROUVER L'ANCIEN UNDERBOSS DE LA OUTFIT

4 Septembre 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Outfit

10 000 DOLLARS POUR RETROUVER L'ANCIEN UNDERBOSS DE LA OUTFIT

Au début de l’année 2016, des rumeurs circulaient sur une probable opération contre la Outfit de Chicago, mais force est de constater, que les procureurs fédéraux restent dans une impasse. En Août dernier, on apprenait qu’Albert « Albie The Falcon » Vena venait d’être nommé Acting Boss par le Parrain, Salvatore « Solly D » Laurentis, confortant ainsi sa position au sein de cette organisation criminelle, alors que ce dernier était la « priorité » du gouvernement fédéral. Mais pour lancer un deuxième « Secrets de famille », (En référence à un procès « référence » de la justice Américaine contre la Outfit de Chicago, qui s’était déroulé en 2005 et qui se solda par de nombreuses condamnations à perpétuité), il faut des preuves, ou essayer de résoudre par exemple des affaires non élucidées, comme l’affaire menant à la disparition de l’ancien Underboss de la Outfit, Anthony Zizzo (voir photo). Le 31 Août 2006, Anthony « Little Tony » Zizzo (voir photo), l’Underboss de la Outfit, quittait sa résidence de Westmont dans l’État de l’Illinois, embrassa une dernière sa femme, lui déclarant seulement qu’il avait une réunion d’affaires, on ne le reverra plus jamais. Anthony Zizzo avait rendez-vous avec des individus qui ne seront par la suite, jamais identifiés, et sa voiture sera retrouvée près d’un restaurant de Melrose Park, sans aucune trace d’effraction. Selon le FBI, Anthony Zizzo et cela malgré son statut d’Underboss, était en conflit ouvert avec un ancien Capitaine de la Outftit, aujourd’hui condamné, Michael « The Large Guy » Sarno, qui opérait depuis Grand Avenue et qui avait assez de soutient au sein de la Outfit pour lancer un contre contre l’un de ses supérieurs. Anthony Zizzo malgré les tensions, partait surement confiant à cette réunion, en raison sans doute, de son statut au sein de cette organisation criminelle, mais alors qu’a une époque ce genre d’action était inconcevable dans la Cosa Nostra, aujourd’hui les mentalités ont changé. Les enquêteurs se sont aussi intéressés à d’autres pistes, autre que Michael Sarno, en citant Albert Vena et Joseph « The Builder » Andriacchi, comme des suspects potentiels. Désormais, le FBI veut relancer l’affaire et sont désormais prêt à offrir près de dix mille dollars pour recueillir des nouveaux témoignages permettant alors de résoudre définitivement ce meurtre crapuleux : « Nous avons besoin de votre aide. Si vous étiez dans les environs lors de sa disparition, appelez-nous et donner nous des informations, même si elles sont mineures » déclara un agent du FBI en charge du dossier. Quelques jours après sa disparition, plusieurs théories ont très vite circulées dans les rues de Chicago. La première est qu’Anthony Zizzo avait décidé de collaborer avec les autorités pour éviter une inculpation dans le procès dit des Secrets de famille. La deuxième, est que ce dernier aurait simulé sa mort, pour s’enfuir sous une autre identité sans doute, loin de son ancienne vie.

Lire la suite

UN NOUVEL ACTING BOSS POUR LA OUTFIT DE CHICAGO

20 Août 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Outfit

UN NOUVEL ACTING BOSS POUR LA OUTFIT DE CHICAGO

Il était si proche d’une inculpation il y a quelques mois, finalement Albert « Albie The Falcon » Vena, considéré par le FBI, comme l’un des individus les plus dangereux de Chicago vient de recevoir une promotion. Il ne fait plus aucun doute pour les autorités fédérales, que la Outfit de Chicago est désormais sous le contrôle de Salvatore « Solly D » DeLaurentis (voir photo), un mafieux de la vieille école, qui au vu de son âge avancé, veut sécuriser ses arrières. Pour le FBI, Albert Verna qui fut plusieurs fois inculpé dans des meurtres crapuleux mais jamais condamné, est une « version améliorée » d’Anthony « The Ant » Spilotro, un Soldat de la Outfit qui opérait depuis Las Vegas, rendu célèbre pour avoir été interprété par Joe Pesci dans le film de Martin Scorsese, Casino. Opérant depuis Grand Avenue, Albert Vena avait vu son nom cité à de nombreuses reprises sur des documents judiciaires. En effet, l’année dernière, l’un de ses Soldats Robert Panozzo Sr fut inculpé de plusieurs invasions de domicile et le FBI s’était rendu compte, que le Soldat de la Outfit voyait très régulièrement Albert Vena. De cette affaire, il s’avéra que le Capitaine de la Outfit était un individu dangereux, qui gérait son quartier d’une main de fer, et que la moindre action lancée dans son secteur sans son accord préalable, pouvait avoir de grave conséquence. Salvatore DeLaurentis, qui a passé près de la moitié de sa vie derrière les barreaux, sait très bien qu’en nommant Acting Boss Albert Vena, il pourra se fier sur une personne « fiable », qui ne risque pas de « craquer » aux sirènes du FBI, en acceptant de collaborer avec la justice à la moindre arrestation. De nature prudente, le Parrain de la Outfit, ne veut plus retourner en prison et essaye de s’organiser comme la plupart des familles de la Cosa Nostra actuellement, en utilisant un intermédiaire pour transmettre ses messages à Albert Vena, qui une fois les messages reçus, passerait l’information aux différents Capitaines de la Outfit éparpillés dans tout l’État. Cette méthode de fonctionnement a fait ses preuves et complique encore plus la tache des agents fédéraux. De son club social, le Richard’s Bar, Albert Vena gére les activités criminelles de Grand Avenue et mangerait plusieurs fois par semaine avec des membres de la Outfit à La Scarola, un restaurant Italien ou ce dernier aurait pris ses habitudes depuis quelque temps. John « No Noze » DiFronzo a pendant des années occupait le poste de Parrain de la Outfit, mais ses problèmes de santé, décidèrent le mafieux de laisser sa place à Salvatore DeLaurentis, qui pour lui rendre « hommage », lui verse encore tous les mois, une partie des bénéfices de la Outfit. Cette organisation criminelle qui fut il y a plusieurs décennies l’une des plus puissantes aux Etats-Unis, fut complètement désorganisée il y a quelques années avec le procès dit des « Secrets de famille », qui fit incarcéré des membres influents de la Outfit à des peines de prisons à perpétuité. Pour éviter une nouvelle opération de grande envergure contre sa famille, Salvatore DeLaurentis a décidé de se maintenir une hiérarchie avec des individus qui ont su prouver pendant des années, leur dévouement le plus total à la Outfit. Outre Albert Vena qui occupé désormais le poste d’Acting Boss, Salvatore DeLaurentis, est entouré de Marco D’Amico comme Consigliere et Salvatore Cataudella, ancien lieutenant de Michael Sarno comme Underboss. Salvatore DeLaurentis a aussi réussi à réduire les tensions entre ses différentes équipes. Celle de Cicero notamment, mondialement connu pour avoir été le repère d’Al Capone dans les années 1930, est une équipe qui au vu da sa réputation, était généralement en conflit avec les autres mafieux de la Outfit. Grâce à son expérience, et du fait d’avoir été un Soldat de Cicero au début de sa carrière criminelle, Salvatore DeLaurentis, a réussi a convaincre James Indendino, le Capitaine de Cicero de rétablir des liens de confiance avec Ruddy Fratto, son collège mafieux d’Elmwood Park.

Lire la suite