Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

UN ASSOCIE DE LA FAMILLE COLOMBO ACCUSE LE GOUVERNEMENT D'AVOIR TRAUMATISE SON CHIEN

25 Août 2013, 09:30am

Publié par Xav + A.S

UN ASSOCIE DE LA FAMILLE COLOMBO ACCUSE LE GOUVERNEMENT D'AVOIR TRAUMATISE SON CHIEN

Frank "Frankie Steel" Pontillo est un associé de longue date de la famille Colombo. Il avait été arrêté en 1991 par le FBI pour avoir participé à la troisième guerre interne qui avait faire rage dans la famille Colombo au début des années 1990. De nouveau arrêté en 2011 lors d'une vaste opération menée par le FBI contre la Cosa Nostra, il fut accusé d'avoir vendu pour près de 10 000 dollars de téléviseurs volés à New-York. Pendant son procès, il accusa le gouvernement d'avoir traumatisé son chien, un caniche dénommé "Logan", lors de son arrestation à son domicile à Staten-Island. Son avocat avait demandé à un juge fédéral, Leo Glasser de prendre en compte lors de son verdict le traumatisme qu'avait pu subir son chien lors de la perquisition menée par le FBI. D'après ce dernier, deux équipes du FBI avaient jeté des grenades "assourdissantes" dans la maison de Frank Pontillo : "L'explosion à propulsé son chien dans une autre pièce. A cause de ça, il n'est plus le même aujourd'hui" déclara son avocat. Frank Pontillo stipula que son arrestation était exagérée et la compara à une opérations des Navy SEAL lors de l'assassinat de Oussama Ben Laden au Pakistan en 2011. Le voisin du mafieux avait déclaré à la police qu'il se croyait dans un film d'action. "C'était horrible. j'ai commencé à regarder par la fenêtre et deux agents ont pointé leur arme sur moi". L'agent du FBI James Margolin stipula que ce genre d'intervention était nécessaire vu le passé criminel de Frank Pontillo. Mais ce dernier savait que ce genre d'accusation n'allait pas suffire pour amadouer le juge Leo Glesson, connu pour avoir condamner l'ancien Boss de la famille Gambino, John Gotti en 1992. Il déclara qu'il avait déjà voulu arrêter sa vie dans le crime organisé mais qu'a Staten-Island, l'endroit ou il vivait, c'était rempli de gangsters. "Chaque fois que je vais quelque part, je vois quelqu'un que j'ai connu dans le passé" déclara t'il devant le juge fédéral. Leo Glasser qui avait déjà condamné deux fois dans le passé Frank Pontillo, montra une certaine forme de sympathie : "Je vous comprends, c'est un problème avec des personnes qui ont grandi dans des quartiers à forte densité mafieuse comme à Bensonhurst ou à Staten-Island et qui ont passé de nombreuses années en prison". déclara t'il. A la surprise générale, le juge féral, Leo Glasser condamna Frank Pontillo à 6 mois de résidence surveillée ainsi qu'a deux ans de probation. Ce dernier qui était accompagné de sa futur femme, prévoit de se marier dans les mois à venir et d'ouvrir une entreprise de plomberie. Interrogé à la sortie du tribunal sur la santé de son chient, il répondit calmement : "Il va mieux, merci". Mais le retour à la maison allait être difficile pour l'associé de la famille Colombo. En effet, certains voisins avaient été surpris d'apprendre que ce dernier travaillait pour la Cosa Nostra : "C'est honteux, je ne suis pas d'accord avec ce verdict. Il mériterait d'aller en prison" déclara une de ses voisines. Un autre habitant de Staten-Island critiqua ouvertement le verdict du juge fédéral, Leo Glasser : "Je pense qu'il est très étroit d'esprit. Je ne sais pas ou il a eu ses informations sur la criminalité à Staten-Island. C'est énervant, honte à lui". Cette semaine Jerry Capeci un spécialise de la Mafia Italo-Américaine déclara que le juge fédéral Leo Glasser avait condamné Frank Pontillo à une peine légère grâce à l'accord des procureurs en charge du dossier contre la famille Colombo. En effet, d'après lui sa condamnation à permis à Frank Pontillo de porter un micro pendant plus d'un an pour la D.E.A (Drug Enforcement Administration) même si d'après le journaliste, les résultats obtenus ne furent pas jugés satisfaisants. Affaire à suivre...

Lire la suite

UN CAPITAINE DE LA FAMILLE BONANNO DEMANDE A UN DE SES SOLDATS D'ARRETER DE FAIRE LE "CLOWN"

22 Août 2013, 18:35pm

Publié par Xav + A.S

UN CAPITAINE DE LA FAMILLE BONANNO DEMANDE A UN DE SES SOLDATS D'ARRETER DE FAIRE LE "CLOWN"

Début Juillet 2013, le FBI avait lancé une opération contre la famille Bonanno (Voir Article : Arrestation dans la famille Bonanno). Le capitaine, Nicholas "Nicky The Mouth" Santora (voir photo) qui purgeait déjà une peine 24 mois de prison pour extorsion fut inculpé avec plusieurs membres dont un autre capitaine Ernest Aiello, un "Acting Capo", Vito Badamo et le soldat Anthony "Skinny" Santoro pour plusieurs crimes (prêt usuraire, trafic de drogue, possession d'armes à feu et parjure). Ce mercredi 21 Août, Nicholas Santora fut transféré de sa maison de transition à New-York au tribunal fédéral pour entendre les accusations retenues contre lui. Le procureur, Gary Galprin en charge du dossier, a dévoilé devant la cours un enregistrement ou on entendait Nicholas Santora réprimander un soldat de son équipe, car ce dernier avait tendance à faire le pitre. Le soldat en question n'était autre que Vito Badamo âge de 51 ans qui est censé selon le FBI reprendre par la suite l'équipe de Nicholas Santora : "Tu dois te comporter d'une autre façon, tu me comprends?. Quand je vais partir, tu vas prendre en main ce quartier et tu dois savoir ce que tu dois faire et arrêter tes putains de conneries. Tu dois arrêter de te comporter comme un "clown", comporte toi à partir d'aujourd'hui comme un homme" déclara Nicholas Santora. Devant le juge fédéral, le procureur, Gary Galprin décrivit Nicholas Santora comme un criminel notoire ayant commis son premier délit en 1966 jusqu’à aujourd'hui ou il purge une peine de plusieurs mois de prison. Nicholas Santora qui est un membre initié de la famille Bonanno depuis les années 1970 est surtout connu des autorités pour avoir été un soldat dans l'équipe de Dominick "Sonny Black" Napolitano (Joué par Michael Madsen dans le film Donnie Brasco). Depuis plusieurs années, il faisait parti d'un panel de 3 capitaines qui gérait les affaires de la famille mafieuse au quotidien. Malgré ses nombreuses condamnations, Nicholas Santora a toujours continué à être un membre actif de la famille Bonanno (Voir Article : La vie d'un Underboss de la Cosa Nostra n'est pas toujours facile): "Votre honneur, il suffit de regarder le casier judiciaire de Nicholas Santora pour mieux comprendre pourquoi il est la aujourd'hui devant vous" déclara le procureur Gary Galprin. Mais l'avocat du mafieux, Michael Alber essaya de démontrer que son client était en train de purger une peine de prison pour des délits similaires et que la plupart de ces crimes avaient été produits alors qu'il était incarcéré : "Il existe aucune preuve directe concernant mon client" déclara de nouveau son avocat. Au final, le juge fédéral décida de fixer le procès des membres de la famille Bonanno au 1er Octobre.

Lire la suite

UNE EQUIPE DU FBI RECOMPENSEE POUR SON TRAVAIL CONTRE LES FAMILLES COLOMBO ET BONANNO

21 Août 2013, 22:35pm

Publié par Xav + A.S

UNE EQUIPE DU FBI RECOMPENSEE POUR SON TRAVAIL CONTRE LES FAMILLES COLOMBO ET BONANNO

Depuis 2001 et les attentats du 11 septembre, le FBI a considérablement réduit ses effectifs pour la lutte contre la Mafia Italo-Américaine (Voir Article : Le FBI réduit ses effectifs pour la surveillance des familles de la Cosa Nostra). Une équipe était spécialement réservée pour la famille Genovese, une autre pour les familles Colombo et Lucchese et une dernière pour les familles Bonanno et Gambino. Aujourd'hui, une équipe d'agents ayant participé à plusieurs arrestations depuis 2008 viennent d'être récompensée par le FBI. Seamus McElearney supervise pour le FBI plusieurs agents dénommée l'équipe "C-38" qui a permis les arrestations de nombreux membres de la famille Bonanno et Colombo ces dernières années. En 2011, la hiérarchie de la famille Colombo avait été arrêtée dans une opération menée par le FBI. L'Acting Boss Andrew Russo, son Underboss Benjamin Castellazzo et Consigliere Richard Fusco avaient été condamnées à plusieurs années de prison : "La famille Colombo a pratiquement été décimée. Elle est dans le désarroi et le désordre le plus complet. La famille Bonanno quand à elle, est gravement perturbée" déclara Belle Chen un analyste travaillant pour le FBI à New-York. Pour leurs efforts, Seamus McElearney et son équipe ont été récompensés de la "America Medal" par le "Partnership for Public Service" dans la catégorie "Homeland". Seamus McElearney qui a été récemment interviewé par le "Federal News Radio" a accepté de répondre à quelques questions.

- Quels sont les trois mots qui décrivent le mieux votre philosophie de leader?

Seamus McElearney : "Délégué, délégué, délégué. Je plaisante, les trois meilleurs morts seraient "diriger par l'exemple".

- Quel est le meilleur conseil que vous avez reçu et que vous avez ensuite donné ?

Seamus McElearney : Mon père m'a toujours appris à ce battre pour ce qu'on croyez juste

- Quel est votre plus grand modèle et pourquoi?

Seamus McElearney : Mes parents. En étant adolescent, ils ont immigré aux Etats-Unis depuis l'Irlande, ils n'avaient rien. Mon père à toujours travaillé pour sa famille et nous a enseigné le respect d'autrui. Après la mort de mon père, ma mère est devenue le pilier de la famille. Grâce à eux, j'ai pu réaliser mes rêves.

- Quel est le dernier livre que vous avez lu et quel sera le prochain?

Mes lectures sont essentiellement liées au travail. Le dernier livre que j'ai lu est : "We're Going to Win This Thing" de Charles Brandt (Racontant la vie l'ancien agent du FBI, Lin DeVecchio). Mon prochain livre sera "Vinny Gorgeous: The Ugly Rise and Fall of a New York Mobster" de Anthony M. DeStefano (Racontant la vie de l'ancien Acting Boss de la famille Bonanno).

Lire la suite

QUAND DES MEMBRES DE LA COSA NOSTRA CRITIQUENT LA TELE-REALITE

20 Août 2013, 09:25am

Publié par Xav + A.S

QUAND DES MEMBRES DE LA COSA NOSTRA CRITIQUENT LA TELE-REALITE

La scène se déroula dans un restaurant à New-York, pendant les fêtes de Noël en 2004. Ralph Scopo un soldat de la famille Colombo, Ciro Perrone (voir photo) un capitaine de la famille Genovese et John Yannucci le bras droit de ce dernier étaient en train de discuter dans le restaurant "Don Pepe" à Ozone Park tenu par le capitaine de la famille Genovese. Sur la table, il y avait de la nourriture italienne, du vin mais aussi chose inattendue, un micro caché. Le FBI savait que depuis quelque temps, les trois membres de la Cosa Nostra avaient leurs habitudes dans ce restaurant. Un jour, profitant de l'absence de Ciro Perrone, ils se firent passer pour des clients et glissèrent discrètement un micro sous une table qui était spécialement réservée pour le capitaine de la famille Genovese. Le 14 Décembre 2004, après avoir parlé "affaire", les trois mafieux discutèrent d'une émission de télé-réalité qui faisait fureur à cette époque, "Growing Up Gotti" diffusée sur la chaîne A&E. Cette télé-réalité suivait la vie de Carmine Agnello, Jr, John Gotti Agnello, et Frank Gotti Agnello, les trois petits fils de l'ancien parrain de la famille Gambino, John Gotti dans le domicile de leur mère Victoria Gotti. "Ces garçons ressemblent à des filles" déclara Ciro Perrone. "C'est un des spectacles, les plus dégoutants et les plus insultants que j'ai pu voir" déclara John Yannucci. D'après l'agent du FBI John Penza qui supervisait ces écoutes, le soldat de la famille Colombo, Ralph Scoppo un proche de John Gotti vivant lui aussi à Howard Beach était "tellement embarrassé" par la famille de son ancien ami qu'il ne préférait rien dire. Il déclara seulement que les trois garçons ne savaient pas parler normalement. En effet, le vocabulaire des trois petits fils de John Gotti était si pauvre que la chaîne A&E eut recours à des sous-titres pour aider les téléspectateurs à comprendre ce qu'ils disaient. La discussion des trois mafieux avaient eut lieu après un article cinglant de Phil Mushnick dans le New York Post qui expliquait : "Vous n'êtes pas obligé d'être d’origine italienne pour être offensé par les stéréotypes grossiers, vulgaires et négatifs qu'alimentent la série "Growing Up Gotti". Sur le site web de l’émission, les internautes pouvaient apprendre à s'habiller "comme un Gotti", rejoindre le "Hotti Gotti Girls Club" ou participer au jeux le "Game Pantsing" qui a pour but de baisser le pantalon de son ami sans se faire prendre. Pour John Yannucci, son seul aspect positif était que Carmine Agnello, Jr,John Gotti Agnello, et Frank Gotti Agnello "se font de l'argent en faisant les idiots". Ralph Scoppo stipula à son tour que le père des trois garçons Carmine Agnello, un soldat de la famille Gambino ne pouvait rien faire pour arranger les choses car il était en prison : "Il peut rien faire de toute façon, il en a entendu parlé, mais il a jamais pu regarder l’émission" déclara t'il. malheureusement pour les trois mafieux, les écoutes du FBI permirent des les arrêter par pour leurs conversations désobligeantes concernant la famille Gotti mais pour racket, obstruction à la justice et prêt usuraire. A cette époque Ralph Scoppo et John Yannucci plaidèrent coupables. Ciro Perrone tant qu'a lui, préféra plaider non-coupable et tenter sa chance devant le tribunal. Détenu à domicile en attendant son procès, il fut finalement condamné à purger une peine de 4 ans dans une prison fédérale. Libéré de prison quelques mois avant sa libération, il mourut en 2011, il avait 90 ans.

Lire la suite

LA FAMILLE GAMBINO FORME UN PANEL DE SECURITE POUR LUTTER CONTRE LES INFORMATEURS

19 Août 2013, 09:43am

Publié par Xav + A.S

LA FAMILLE GAMBINO FORME UN PANEL DE SECURITE POUR LUTTER CONTRE LES INFORMATEURS

Après l'opération "Old Bridge" (Voir article : un boss de la Cosa Nostra se livre au FBI) en 2008, condamnant plusieurs membres de la famille Gambino, celle-ci décida de se restructurer. A cette époque, Peter Gotti était toujours le Boss malgré sa condamnation à 25 ans de prison en 2005. Depuis sa prison fédérale de Terre Haute dans l'Indiana ou il était incarcéré, il avait nommé plusieurs capitaines qui géraient les activités de la famille Gambino. En 2011, Peter Gotti décida de laisser sa place et la famille mafieuse nomma Domenico "Italian Dom" Cefalu comme nouveau Parrain. Ce dernier est un membre initié de la famille Gambino depuis 1991, âgé de 66 ans, il est considéré par les autorités comme étant une personne de nature très discrète, vivant encore chez sa mère et ayant pour seul travail légitime, un emploi de vendeur dans une boulangerie. L'arrivée de Domenico Cefalu à la tête de la famille Gambino mit fin à "l'ère Gotti"En tant que nouveau Parrain d'une des cinq familles de la Cosa Nostra, il essaya de changer en profondeur l'organigramme de la famille Gambino, en mettant au pouvoir les membres de la faction Sicilienne. En 2012, il nomma son protégé Frank "Franky Boy" Cali comme Underboss. Ce dernier qui est une considéré par le FBI comme "une étoile montante" dans la famille Gambino, a des liens très étroits avec des familles de Cosa Nostra en Sicile et sur avec le clan Inzerillo. En faisant ce choix, la famille Gambino, voulait redevenir une organisation criminelle secrète, travaillant dans l'ombre et restant sous le radar des autorités. En Juin 2013, des rumeurs circulaient comme quoi Frank Cali était devenu le nouveau Parrain de la famille Gambino, remplaçant Domenico Cefalu, se sentant trop âgé pour ce poste. Mais à la surprise générale, Frank Cali refusa d'être le nouveau Boss de la famille mafieuse pour éviter d'être persécuté par le FBI (Voir article : Frank Cali refuse d'être le nouveau Boss de la famille Gambino). A ce jour, la famille Gambino est toujours dirigée par Domenico Cefalu, avec comme Underboss Frank Cali. Mais le Parrain de la famille Gambino voulait trouver une solution pour éviter d'avoir des problèmes avec la justice. De nos jours, la plupart des membres de la Cosa Nostra, décident de collaborer avec la justice pour éviter d'aller en prison et certaines de leurs informations peuvent être dévastatrice pour une "famille" de la Cosa Nostra et Domenico Cefalu en était conscient. D'après plusieurs agents du FBI, ce dernier avec l'aide de Frank Cali, veulent redevenir une famille cloisonnée à l'image de la famille Genovese ou très peu d'informations circulent à son sujet. Ils veulent avec l'aide de la faction Sicilienne, redevenir une organisation secrète, loin de l'image qu'avait pu laissé John Gotti quand il était devenu le Parrain de la famille Gambino. D'après Jerry Capeci, un expert de la Mafia Italo-Américaine aux Etats-Unis, Domenico Cefalu et Frank Cali ont décidé de nommer un panel de sécurité regroupant trois capitaines, considérés comme étant les plus fiables de "la famille". La famille Gambino est composée de plus de 200 membres ainsi que des milliers d'associés. Les soldats de la famille sont gérés par une vingtaine de capitaines ayant sous leurs ordres une dizaine de membres initiés. Le rôle du panel de sécurité est de servir de relais entre les différents capitaines et soldats de la famille Gambino et sa hiérarchie. Les trois hommes qui ont été sélectionné par Domenico Cefalu et Frank Cali sont considérés par le FBI comme étant des membres ayant fait preuve d'une grande loyauté ces dernières années envers la famille Gambino. De cette manière, Domenico Cefalu et Frank Cali auront que des contacts très limité avec les autres membres de la famille mafieuse et passeront directement leurs ordres par les trois capitaines du panel. Avec ce système, le Parrain de la famille Gambino limite considérablement les risques de se faire enregistrer par des membres de "sa famille" et surtout de se faire arrêter. Une technique qu'avait utilisé pendant des années Vincent "The Chin"Gigante l'ancien Boss de la famille Genovese. Ce dernier passait directement ses ordres à des "Street Boss" qu'il avait nommé pendant ses années à la tête de la famille mafieuse. Le FBI était tellement déstabilisé par ce système, qu'il avait inculpé Anthony "Fat Tony"Salerno dans le procès de "la Commission". Il pensait que ce dernier était le Boss de la famille, il se trompait. Le panel de sécurité de la famille Gambino est composé de :
Anthony Gurino âge de 70 ans, il fut intronisé dans la famille Gambino au début des années 1990. Au fil des années, Anthony Gurino s'imposa très rapidement dans la faction Sicilienne. Inculpé seulement deux fois par la justice Américaine, il passe près de 10 ans derrière les barreaux et d'après le FBI purgea sa peine "comme un homme". Il est surtout connu des autorités pour sa volonté à ne jamais coopérer avec le gouvernement (Il fut condamné deux fois pour entrave à la justice) mais surtout pour ramener beaucoup d'argent à la famille Gambino. Sa dernière condamnation remonté à 1993. A cette époque, il avait été condamné à 8 ans de prison en Floride pour avoir essayé de blanchir des millions de dollars pour la famille Gambino.
Joseph "Sonny" Juliano, d'origine Sicilienne, Joseph Juliano est un capitaine de la famille Gambino connu gérer ses activités sous le radar du FBI. Sa seule condamnation remonte à 2003, ou il avait plaidé coupable de tentative de corruption. La justice Américaine déclara que Joseph Juliano avait employé près de 90 personnes illégalement pour tenir près de 30 salons de jeux qu'il gérait dans New-York. Il fut condamné à 2 à 4 ans de prison à purger dans une prison d’État.
John Gambino, âgé de 73 ans, il a été initié dans la famille Gambino en 1975. D’origine Sicilienne, il était connu par le FBI pour avoir été impliqué avec ses frères Rosario et Joseph dans un important trafic d’héroïne au début des années 1980 avec Cosa Nostra en Sicile. Condamné au début des années 1990 à une peine de 15 ans de prison pour trafic de drogue, il fut libéré en Octobre 2005, mais sa santé commença à décliner. Mais ses problèmes, ne l’empêcha pas de gérer la famille Gambino avec deux capitaines Daniel Marino et Bartolomeo "Bobby" Vernace au début de l'année 2008 jusqu'à la nomination de Domenico Cefalu en tant que Parrain de la famille Gambino en 2011. Il est en autre l'oncle de Frank Cali.

Lire la suite

UN SOLDAT DE LA FAMILLE GAMBINO CONDAMNE A 15 ANS DE PRISON POUR TRAFIC DE DROGUE

18 Août 2013, 20:48pm

Publié par Xav + A.S

UN SOLDAT DE LA FAMILLE GAMBINO CONDAMNE A 15 ANS DE PRISON POUR TRAFIC DE DROGUE

Le soldat de la famille Gambino Joseph "Joe Boy" Sclafani vient d'être condamné à une peine de quinze ans de prison dans un pénitencier fédéral pour trafic de drogue. Il avait été arrêté en 2011 par la DEA (Drug Enforcement Administration) pour avoir vendu plusieurs kilos de cocaïne et de marijuana. Son arrestation était resté inaperçu mais ce dernier avait fait parlé de lui au début de l'année 2013. En effet, Ramona Rizzo vedette de l’émission télé "Mob Wives" et petite fille du célèbre mafieux Benjamin "Lefty" Ruggiero (Joué par Al Pacino dans le film Donnie Brasco) avait déclaré vouloir épouser le soldat de la famille Gambino derrière les barreaux. Ramona Rizzo avait déclaré au NYPost qu'elle était prête à se marier, même si Joseph Slafani restait de longues années derrière les barreaux : "Ma famille est très contente que mon futur mari soit d'origine Italienne. Même si je peux pas être la avec lui, je serais toujours dans son esprit" déclara t'elle. En début de semaine, elle sut par le juge Fédéral John Gleeson combien de temps elle allait devoir attendre avant de célébrer son mariage avec son futur mari. Ramona Rizzo qui était présente au tribunal pour assister au verdict, ne put s’empêcher de verser quelques larmes derrière ses lunettes de soleil quand le juge fédéral déclara la sentence. Elle s'empressa de sortir de la salle d'audience, évitant ainsi les journalistes qui voulaient savoir si cette condamnation remettait en cause ses plans d'un futur mariage avec Joseph Sclafani. Ce dernier qui avait décidé de plaider coupable quelques mois plus tôt pour trafic de drogue présenta ses excuses devant le juge John Glesson : "J'ai montré aucune considération pour ma famille. Je suis égoïste, j'ai déçu ma fiancée, mon fils... J'ai 47 ans et j'ai toujours laissé tomber les gens". Le juge fédéral John Gleeson connu pour avoir été le procureur à condamner John Gotti en 1992, ne fut pas très sensible au discours prononcé par le soldat de la famille Gambino et par sa romance avec Ramona Rizzo : "Si vous étiez plus jeune, je vous aurai condamné à une peine plus sévère car vous le méritez" déclara t'il, justifiant sa décision par le fait que Joseph Slafani avait consacré toute sa vie à violer les lois de ce pays. Le juge a aussi demandé a ce que Joseph Sclafani puisse passer un peu de temps avec son père gravement malade avant son incarcération.

Lire la suite

MICHAEL PARADISO LE SOLDAT DE LA FAMILLE GAMBINO QUI FRAPPA JOHN GOTTI - PARTIE 2

17 Août 2013, 09:10am

Publié par Xav + A.S

MICHAEL PARADISO LE SOLDAT DE LA FAMILLE GAMBINO QUI FRAPPA JOHN GOTTI - PARTIE 2

De retour à New-York, Michael Paradiso reprit rapidement ses activités. Trois mois après sa sortie de prison, le FBI l'enregistra dans une conversation téléphonique avec un associé de la famille Gambino : "Si j'utilise mes mains, je pourrais tuer quelqu'un. Je vais le tuer, je vais le poignarder, je vais lui couper sa putain de gorge. Quand je deviens fou, je suis une personne différente, je n'aime pas être comme ça, mais je pourrais lui arracher sa putain de tête" déclara t'il. Malgré cette conversation, Michael Paradiso n'avait jamais été inculpé dans le moindre assassinat. Le FBI savait qu'il gagnait beaucoup d'argent grâce au trafic de drogue, mais même si il le soupçonnait dans plus de 10 meurtres, il avait aucune preuve pour l'arrêter. Mais Michael Paradiso gardait ses vieilles habitudes et en Mai 2006, il fut inculpé par un grand jury fédéral pour prêt usuraire, trafic de drogue et racket. Deux associés de la familles Gambino, Frank «Frankie Fox" Romano et George Milo furent inculpés des mêmes charges et libérés sous caution. La justice arrêta aussi par la même occasion Angelo "Junior" Ruggiero fils du célèbre ami de John Gotti (voir photo) et ancien capitaine de la famille Gambino, Angelo "Couac-Couac" Ruggiero. D'après le FBI, Angelo "Junior" Ruggiero était un soldat dans l'équipe de Michael Paradiso. Un procureur fédéral déclara que ce dernier était "fou" : "Il est le seul gars que je connaisse qui a pu frapper John Gotti au visage sans en payer le prix" déclara t'il. La prison n'avait aucun effet dissuasif pour Michael Paradiso. Comme à son habitude, il fut enregistré à plusieurs reprises dès sortie de prison. Dans un de ces enregistrements, il déclara à un de ses associés, qu'il voulait tuer sa fille et son beau-fils car ces derniers lui manquaient de "respect" : "Je lui ai dit" en parlant de sa fille : "J'ai effectué 19 années en prison avec des "nègres" et j'ai passé des meilleurs Thanksgiving et fête de noël avec eux. Parce ce que à chaque fois, ton putain de mari à une mauvaise attitude envers moi et un jour je vais lui tiré dans sa putain de tête. Et tu sais quoi?, tu vas tellement me rendre fou, que je vais te tuer aussi" déclara t'il. D'après la justice Américaine, Michael Paradiso utilisait très souvent la menace physique pour arriver à ses fins. Il menaça à plusieurs reprises, des individus qui lui devaient de l'argent. Un jour il déclara à un associé, une personne âgée qui devait pas mal d'argent à Michael Paradiso : "Je vous respecte, vous êtes vieux. Mais si je n'ai pas ce que je veux, je vous coupe la tête". Contrairement à d'autres mafieux, Michael Paradiso n'avait pas peur d'utiliser la menace, même si cela pouvez l'entrainer en prison. Dans un autre enregistrement, il menaça un mauvais parieur à un membre de la famille Gambino : "Je vais tirer une balle dans la tête de ce gars. Il va pas jouer au caïd avec moi. Moi je fais ce que je dis et je m'en fous si je dois aller en prison pour ce stupide joueur". Citant 5 mois de conversations ou d'après le procureur fédéral Lipton, Michael Paradiso "discute à plusieurs reprises d’agression et d'assassinat" déclara t'il. Son avocat James DiPietro déclara à la presse "La façon de parler de mon client, à toujours était une source de préoccupation, mais c'est juste la façon dont il parle. Si vous croyez les paroles de Michael Paradiso, il n'y aurait plus beaucoup de monde en vie à New-York. On condamne les actes pas les mots et comme on entend à chaque procès contre mon client, c'est un homme qui se défoule." Condamné à 5 ans de prison, il fut libéré le 15 mai 2011. D'après le FBI, il est toujours un capitaine de la famille Gambino.

Lire la suite

MICHAEL PARADISO LE SOLDAT DE LA FAMILLE GAMBINO QUI FRAPPA JOHN GOTTI - PARTIE 1

16 Août 2013, 09:05am

Publié par Xav + A.S

MICHAEL PARADISO LE SOLDAT DE LA FAMILLE GAMBINO QUI FRAPPA JOHN GOTTI - PARTIE 1

Michael "Mickey Boy" Paradiso est né à New-York en 1940, il est un membre initié de la famille Gambino depuis les années 1960. Michael Paradiso à toujours été connu des autorités pour son tempérament violent et pour sa "grande gueule". En devenant un "membre initié" de la famille Gambno, il rejoignit le club social dénommé "Bergin Hunt and Fish Club" à Ozone Park dans le Queens. A cette époque, l'endroit était dirigé par Carmine Fatico, un capitaine de la famille mafieuse qui deviendra plus tard un "mentor" pour John Gotti. Dans les années 1960, John Gotti qui était encore un associé de la famille Gambino, trainait souvent dans ce club social. Lors d'une dispute, Michael Paradiso frappa John Gotti au visage. A cette époque, aucune représailles n'eut lieu. Michael Paradiso était un membre initié de la famille Gambino et John Gotti même s'il était connu pour être un "vrai dur", n'était qu'un simple associé, ce genre de comportement était "toléré" par la Cosa Nostra. Mais c'est à cause de sa "grande gueule" que le FBI put enregistrer Michael Paradiso dans plusieurs conversations téléphoniques avec des membres de la famille Gambino. Le FBI soupçonnait le mafieux d'avoir participé à plusieurs meurtres pour le compte de la Cosa Nostra, mais il n'avait aucune preuve. A la fin des années 1980, Philip Paradiso fut arrêté par le FBI pour plusieurs meurtres. Ce dernier ne voulant pas terminer sa vie derrière les barreaux, décida de collaborer avec la justice. Une aubaine pour le FBI qui voyait en Philip Paradiso, la possibilité de mettre derrière les barreaux son frère pendant de longues années. En effet, ce dernier l'appelait régulièrement pour parler des affaires concernant la famille Gambino et Michael Paradiso se confiait beaucoup sur sa vie criminelle. Un jour, il fut enregistré en train de se vanter d'avoir participé à plusieurs meurtres à Brooklyn, il sous-entendait avoir tué un associé de la famille Gambino, Frank Morici. Ce dernier, était un associé de la famille Gambino et il ne s'entendait pas très bien avec Michael Paradiso car selon lui, il "balançait des ragots" sur sa propre famille. En 1978, un soir d'hiver, Frank Morici sortit d'un bar,à New-York c'est à ce moment là qu'il fut touché de plusieurs balles dans le corps. Michael Paradiso était fier de raconter à son frère qu'il avait tué froidement ce dernier pour lui faire plaisir : "Un matin, ils m'ont montré (la famille Gambino) une liste avec les noms d'une dizaine de personnes à exécuter. Je les ai tous tué, à commencé par Frank Morici, que j'ai tué pour toi" déclara t'il à Philip Paradiso. Pendant sa carrière criminelle, il fut arrêté à plusieurs reprises pour divers crimes (trafic de rogue, détournement, extorsion, prêt usuraire) et à chaque fois, il refusa de collaborer avec le FBI. Michael Paradadiso avait certes une "grande gueule" mais il savait la boucler devant les autorités. Il était surtout connu des autorités pour avoir déclenché une guerre entre la famille Lucchese et la famille Gambino dans les années 1980. Après la mort de Paul Castellano le 16 décembre 1985, John Gotti devint le nouveau Boss de la famille Gambino. Mais ce dernier avait enfreint une règle dans la Cosa Nostra, il avait tué un Parrain sans l'accord de la "Commission". Plusieurs familles de la Cosa Nostra dont la famille Lucchese furent choquées par cette attitude et décidèrent de se venger. Le 13 Avril 1986, une bombe explosa dans la voiture de l'Underboss de John Gotti, Franck DeCicco. La police s'attendait à une réplique de la famille Gambino, mais curieusement ce dernier ne répliqua pas. Michael Paradiso qui à cette époque, était devenu un capitaine de la famille Gambino décida de se venger par lui même sans l'accord de John Gotti. En Novembre 1986, Michael Paradiso envoya trois de ses hommes pour tuer Anthony Casso. Ce dernier reçut deux balles dans le corps mais survécut, la guerre était lancée. Anthony Casso grâce à l'aide de deux détectives de la police de New-York, élimina un par un les membres ayant participé à cette tentative d'assassinat (Voir Article : L'histoire de Louis Eppolito, officier du NYPD et acteur qui travaillait pour la famille Lucchese : Partie 1). A cette époque, Michael Paradiso venait d'être libéré de prison après avoir purgé une peine de 8 ans pour détournement de marchandise. Une fois sortie, il fut de de nouveau inculpé pour trafic de drogue grâce essentiellement aux conversations avec son frère, Philip Paradiso. John Gotti qui était très énervé par le comportement de ce dernier, décida de lancer un contrat contre lui. Le juge fédéral décida alors de refuser sa libération sous caution, pour le protéger d'un éventuel assassinat. Finalement, il fut condamné en 1987 à une peine de 19 ans de prison dans un pénitencier fédéral. Michael Paradiso accepta sa peine sans broncher. Pendant son incarcération, il fut libéré plusieurs fois en conditionnelle, en 1998, 1999 et 2000 mais au bout de quelques mois de liberté, il transgressait à chaque fois ses conditions de libération anticipée et retournait toujours en prison. Finalement en 2006 après avoir purgé la totalité de sa peine, il fut libéré de sa prison fédérale, il était alors âgé de 66 ans. A cet âge là, et après avoir passé de nombreuses années derrière les barreaux, la plupart des gangsters penseraient à prendre "leur retraite", pas pour Michael Paradiso. Ses nombreuses années en prison ne l'avaient pas calmé pour autant. A sa sortie, il décida de retourner à New-York travailler pour la famille Gambino.

Lire la suite

LA MAFIA A CHICAGO EST TOUJOURS ACTIVE

14 Août 2013, 10:15am

Publié par Xav + A.S

LA MAFIA A CHICAGO EST TOUJOURS ACTIVE

La Outfit d'Al Capone, de Sam Giancana, ou encore de Tony Accardo est bien toujours en vie. Le FBI vient de dévoiler un enregistrement de Paul Carparelli un soldat de la Outfit qui donnait l'ordre à un associé de "tabasser" un individu qui devait de l'argent à la "famille". C'était pendant les fêtes de Noël en 2011, Paul Carparelli fut enregistré au téléphone en train de donner des conseils à un de ses associés sur la manière de récupérer une vielle dette de jeu : "C'est facile, bordel c'est super facile. Tu l'attrapes, tu lui casses sa putain de mâchoire, tu lui casses les bras et tu le laisses dans la rue. Ca te prends que 5 minutes et après tu auras ton argent pour fêter Noël". Pour le FBI, ce n'est pas la première fois que Paul Carparelli organise des attaques de ce genre contre des personnes devant de l'argent à la Outfit de Chicago . Arrêté il y a deux semaines avec 8 autres individus pour extorsion, Paul Carparelli faisait l'objet d'une enquête qui dura près de deux ans. Pendant ces deux années, la Outfit avait été infiltré par un agent du FBI, qui se faisant passé pour un associé de l'organisation, avait réussi à enregistrer des milliers d'heures de conversations de plusieurs membres de la Mafia à Chicago. Paul Carparelli qui nie toute appartenance au crime organisé, montre bien que la Outfit est encore bien vivante dans l'Etat de l'Illinois. Lors de son arrestation, le FBI trouva près de 175 000 dollars en liquide au domicile de Paul Carparelli caché dans une partie de sa maison. Les procureurs en charge du dossier ont déclaré devant la presse : "Paul Carparelli donne l'image d'un homme grossier, qui cachait des armes illégalement dans sa maison, qui vendait de la drogue et menacer des individus. Il se vantait aussi d'appartenir à la Outfit et d'avoir des relations avec les Outlaws Motorcycle Club" (Club de Motard, concurrent des Hells Angels implanté dans plusieurs pays dans monde. Les Outlaws furent fondés pendant la seconde guerre mondiale dans l’État de l’Illinois. Harry Bowman un des chefs historique fut arrêté et condamné à une peine de prison à perpétuité pour avoir tenté d'attaquer les Etats-Unis. Il purge actuellement sa peine de prison dans le pénitencier fédéral de Supermax dans le Colorado). Il connaissait bien Mike Polchan (Un chef de des Outlaws, condamné à 60 ans de prison en 2011) et Salvatore "Solly D" DeLaurentis un membre important dans de la Outfit. Lors d'un enregistrement téléphonique, il avait dit à un de ses associés d'être discret car le FBI pensait avoir détruit un équipage de la Outfit basé à Cicéro (Ancien siège d'Al Capone) :"Ils pensent qu'ils ont bien fait leur boulot, ils doivent se congratuler et boire une bonne bière" disait t'il en rigolant. D'après le FBI, le mois dernier, Paul Carparelli aurait été contacté par Salvatore DeLaurentis qui lui aurait demandé de "foutre une raclée" à un individu qui payait pas ses dettes pour la Outfit : "Ils veulent que vous attrapez le gars et que vous lui foutez une très bonne raclée" déclara Paul Carparelli dans un enregistrement téléphonique, sans savoir que l'individu au téléphone était un agent du FBI. Ce dernier, ne pouvant pas faire ce genre de chose, avait du trouver une excuse auprès du mafieux. Paul Carparelli s'en chargea alors personnellement. Dans un autre enregistrement, ce dernier rigolait sur la façon dont il avait "éclaté les côtes et la tête" avec un tuyau sur l'individu en question puis lui avait cassé le bras : "C'est ce que voulait "le client" avait précisé Paul Carparelli dans l'enregistrement. Devant le tribunal qui devait statuer sur sa liberté sous caution, le procureur Michael Donovan déclara que Paul Carparelli detestait les "rats" et qu'il pouvait faire du mal à plusieurs personnes s'il n'était pas incarcéré. Son avocat Ed Wanderling précisa que son client n'avait "ni frappé ni blessé personne". Il déclara aussi que Paul Carparelli était la seule personne à pouvoir élever son fils depuis la mort de son ex-femme et que son client avait mis en assurance sa maison en hypothèque. Finalement le juge décida de le libérer sous caution. Avant de rendre son verdict, les procureurs avaient fait écouter au tribunal une conversation de plus de 28 minutes, ou on entendait Paul Carparelli se vantait être un membre de la Outfit : "Je ne changerai pas. Pourquoi? car je suis un "homme fait" (membre de la Cosa Nostra) et que je suis fier de l'être et je le serai toute ma vie".

Lire la suite

UN ANCIEN TUEUR A GAGES DE LA OUTFIT RACONTE SA VIE DANS LA MAFIA - PARTIE 3

13 Août 2013, 10:38am

Publié par Xav + A.S

UN ANCIEN TUEUR A GAGES DE LA OUTFIT RACONTE SA VIE DANS LA MAFIA - PARTIE 3

Lors de l'interview d'Harry Aleman, Nicholas Calabrese, un soldat de la Outfit venait de collaborer avec le FBI. Harry Aleman déclara qu'il avait passé quelques temps avec Nicholas Calabrese dans la prison fédérale de Pékin dans l'Etat de l'Illinois. Il décrit ce dernier comme "un gars ordinaire", s'empressant d'ajouter qu'il n'"était pas ami avec lui. La dernière fois que j'ai entendu parler de lui, c'était dans votre journal". A cette époque, Harry Aleman ne savait pas s'il allait être accusé de quoi que ce soit "Qui sait ce qu'il peut dire ou ce que le gouvernement veut lui faire dire". Pour ce point, le procureur fédéral Mitch Mars déclara : "Nous disons jamais à aucun témoin de dire quelque chose sur un accusé. Cela pourrait être dévastateur pour nous. Nicholas Calabrese dira ce qu'il a envie de dire". Harry Aleman regarde le sol quand le journaliste commence à lui parler de Frank Calabrese Sr, déclarant seulement "Si vous voulez des réponses, aller lui parler". Il eut la même réaction quand le journaliste lui parla de John "No Nose" Difronzo le Boss actuel de la Outfit : "Je ne sais pas ce que fait cette personne". Il ajouta seulement que le fait que Nicholas Calabrese décide de collaborer est l'une des raisons pour laquelle la Outfit décide de moins recruter de nouveaux membres. "Pour moi, il se passe plus rien à Chicaco, plus d'impôt de rue, plus d'extorsion de fond, il ne se passe plus rien du tout. La nouvelle génération ne veut plus prendre le risque d'appartenir à la Outfit et de terminer comme moi. Ils préfèrent faire des études dans des universités. Il y a plus de jeux, plus de bookmakers. Si il y a des paris, c'est seulement avec les "Juifs" dans le nord de l’État. Vous avez pas remarqué, que les membres de la Outfit qui sont enfermés récemment, le sont à cause de leurs actions passé et non par rapport à ce qui se passe aujourd'hui.". Même si ce que dit Harry Aleman est en partie vraie, Jimmy Marcello et son frère Michael "Mickey" Marcello deux membres très important de la Outfit avaient été accusés par le FBI d'avoir été impliqués dans une opération de jeux ces dernières années. Harry Aleman admet volontiers connaitre les membres de la Outfit accusés dans l'Operation "Secrets de famille". Concernant les frères Marcello, Harry Aleman pense que les accusations portées par le FBI sont inconcevables "Mickey (Michael Lombardo) est un mec réglo. Son frère et lui ne feraient pas quelque chose d'aussi stupide. Ils ont beaucoup d'entreprises et beaucoup de restaurants. Ils n'ont pas besoin de ça pour vivre". Lors de l'interview, Joey "The Clown" Lombardo un membre important de la Outfit, était toujours en cavale. Il avait pris la fuite avant son arrestation par le FBI. Harry Aleman déclara au journaliste : "Joey qui s'est enfui?. Tant mieux, j'espère qu'ils le trouveront jamais, car c'est vraiment un bon gars. Il a aidé beaucoup de monde dans le quartier". Pour Harry Aleman, le FBI a tendance à considérer les membres de la Outfit comme des "monstres" alors que la plupart avaient aidé énormément de personnes dans leur jeunesse, en leur prêtant de l'argent ou en leur trouvant du travail. Harry Aleman confia au journaliste avoir très peu de regrets. Il indiqua que son son père était un criminel, "un voleur". Mais ce qui le fascinait le plus, c'était les personnes habillés en costume chic qui agissaient comme des "Robins des Bois" en protégeant le quartier, en payant les factures de famille n'ayant pas beaucoup d'argent. Il adorait ce genre de choses. "Le seul regret que j'ai, c'est de ne pas être avec ma famille, de ne pas être avec mes petits enfants". La famille est un thème récurent chez Harry Aleman, pas la "famille" dans le sens "Mafia" mais sa vraie famille. Le FBI pensait qu'il utilisait cette image d'une homme dévoué à sa famille pour adoucir sa réputation de tueur à gages. Quand son père était en prison, Harry Aleman logeait chez sa tante Gloria, la femme de Joseph Ferriola l'ancien Boss de la Outfit. De cette façon, il s'était rapproché énormément de ce dernier et de ses activités. Harry Aleman avait tenté à plusieurs reprises de ne pas se montrer comme un homme violent mais plusieurs rapports de la police, montraient le contraire. Pendant des années, la police de Chicago l'accusait d'utiliser la violence pour récupérer des dettes de jeux. Un jour, il avait poussé une femme à travers la vitre d'un magasin et avait frappé par la même occasion le fils d'un commandant de police qui était intervenu. A la fin de l'interview, Harry Aleman était inquiet des répercutions que pouvait avoir cet entretien. Il déclara ne pas trop croire en une libération conditionnelle "Je pense que je vais devoir m'occuper de ma famille en prison pour le restant de mes jours. J'ai l'amour de mes enfants, que pourrai-je demander de plus?. Bien sûr il serait plus agréable d'être avec eux...". Harry Aleman mourut d'un cancer du poumon en 2010 dans le centre correctionnel de Galesburg ou il était incarcéré.

Lire la suite