Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

UN SOLDAT DE LA FAMILLE GENOVESE OPÉRANT DEPUIS LA VILLE DE SPRINGFIELD PLAIDE COUPABLE

30 Octobre 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Genovese

Ralph Santaniello
Ralph Santaniello

Springfield, une petite ville tranquille dans l’État du Massachusetts. Pourtant cette petite bourgade se trouvant à plusieurs heures de New-York, a toujours été un « laboratoire criminel » pour la famille Genovese  Très bien implantée depuis de nombreuses années, elle a longtemps été gérée par Adolfo Bruno, un Capitaine de la vieille école, qui sera assassiné en 2003, pour des rumeurs, qui ne seront jamais avérées, d'une éventuelle collaboration avec le FBI, mais surtout, d'avoir gardé une partie de l'argent, qui devait rentrer dans les poches de la hiérarchie New-Yorkaise. Après ce meurtre, l’équipage de la Genovese à Springfield fut gérée par Anthony Arillota, avant que ce dernier décide de collaborer avec la justice Américaine en 2010. Depuis ce jour, et selon les procureurs fédéraux, cette équipe qui était auparavant extrêmement respecté, n’a strictement plus rien à voir : « Ces gars là sont une blague totale. Avant il y avait une sorte de fierté pour les mafieux de travailler avec quelqu’un qui inspirait le respect. Aujourd’hui, nous avons des voleurs de bas étage, des trafiquants de drogue sur qui on ne peut pas faire confiance ». Dans l’affaire East Coast, Ralph Santaniello, un Soldat de la famille Genovese fut inculpé de bookmaking et de prêt usuraire, des délits qui lui rapporteraient selon les agents fédéraux, près de cinq cent mille dollars par an. La position de Ralph Santaniello dans l’équipage de Springfield est stratégique. Cousin et bras-droit de l’actuel Capitaine de la famille Genovese, Albert Cavanese, Ralph Santaniello est aussi selon les agents du FBI, un très bon homme de main, prêt à utiliser la violence physique pour recouvrir les dettes des mauvais payeurs. Il y a quelques années, il avait plaidé coupable d’avoir fracassé une bouteille de bière sur la tête d’un individu lors d’une soirée. Mais les paris sportifs, c’est vraiment la grande spécialité de Ralph Santaniello. Avec l’aide de sa propre mère et de plusieurs Associés de la famille Genovese, il avait, au début des années 2000, montait un énorme réseau de bookmaking dans les environs de Springfield, lui rapportant des dizaines de milliers de dollars tous les mois. Dans l’affaire East Coast, le Soldat de la famille Genovese est de nouveau inculpé des mêmes délits. Condamné par le passé à deux années de prison pour bookmaking, ce dernier sait pertinemment que s’il est déclaré coupable, il risque de terminer de longues années derrière les barreaux. L’opération East Coast lancée contre plusieurs familles de la Cosa Nostra, devait être l’affaire qui allait pouvoir relancer la « machine de guerre » des agences fédérales dans sa lutte contre le crime organisé. Mais encore une fois, après de nombreux dysfonctionnements  les procureurs fédéraux ont été dans l’obligation de proposer des offres de plaidoyer assez avantageuses aux différents mafieux inculpés, pour essayer de tourner la page au plus vite. Ralph Santaniello fut l’un d’entre eux et après avoir pesé le « pour et le contre » avec l’aide de ses avocats, ce dernier serait prêt à plaider coupable très prochainement. Les détails sur cet accord n’ont pas encore filtré, mais nous savons désormais que les inculpations des membres de l’équipe de Springfield sont venues grâce à l’aide d’un propriétaire d’une entreprise de remorquage. Ce dernier, déclara qu’à une époque, il avait accepté de payer les « hommages » à Adolfo Bruno en échange de sa protection avec un virement hebdomadaire, mais suite à son assassinat le chef d’entreprise décidera d’arrêter de payer la nouvelle hiérarchie installée. Les menaces verbales et physiques devinrent alors omniprésentes. Un soir, alors que la victime dans cette affaire, sortait tranquillement de chez lui, il fut accueilli « gentiment » par Albert Cavanese et Ralph Santaniello. Ce dernier commença à frapper le chef d’entreprise à plusieurs reprises, en lui ordonnant de « rembourser ses dettes » s’il ne voulait pas voir sa « tête tranchée » et son « corps enterré dans un bois ». Paniqué, le chef d’entreprise se rapprocha alors de la police du Massachusetts qui avec l’aide des agents fédéraux, accepta de le prendre sous leur protection, en échange de sa collaboration. Pour régler le différend entre les mafieux, une certaine somme d’argent fut donnée au chef d’entreprise par des agents fédéraux. En inscrivant un certain climat de confiance, ce dernier pouvait alors enregistrer et filmer Ralph Santaniello en train de parler tranquillement de ces différents rackets.

 

Lire la suite

PAS DE NOUVEAU PROCÈS POUR FRANK LOCASCIO

25 Octobre 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Gambino

Frank LoCascio
Frank LoCascio

En Juin dernier, Frank « Frankie Loc » LoCascio, l’ancien Consigliere de John Gotti au début des années 1990, a pu « fêter » sa vingt cinquième année dans une prison fédérale. Condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle, pour des multiples charges fédérales tenant de la Loi RICO, dont le racket et le meurtre, Frank LoCascio essaye depuis plusieurs années de faire réviser son procès pour diverses raisons. La première, est pour des raisons de santé. Incarcéré actuellement dans le centre pénitencier fédéral de Devens dans l’État du Massachusetts  Frank LoCascio qui est désormais âgé de quatre vingt cinq ans, a selon ses avocats, plus la santé mentale et physique nécessaire, pour être enfermé plusieurs heures par jours derrière les barreaux. La seconde raison, est une question juridique. L’ancien Consigliere de la famille Gambino, a toujours prétendu que les procureurs fédéraux avaient truqué certains enregistrements pour le relier à certaines affaires, comme l’assassinat de Louis DiBono un Soldat de la famille Gambino. La décision d’assassiner Louis DiBono, qui manquait clairement de respect à John Gotti, en ne se présentant pas aux convocations envoyées par le Parrain de la famille Gambino, avait été prise dans un appartement se trouvant au dessus du Ravenite Social Club, son QG à cette époque. Ce dernier avait été « sonorisé » par les agents du FBI pour essayer d’amasser le plus de preuves possibles. Selon les avocats de Frank LoCascio, leur client aurait essayé de « temporiser » John Gotti, en lui demandant de prendre l’argent en signe de dédommagement, et de « passer à autre chose » et en aucun cas selon eux, Frank Locascio aurait approuvé ce meurtre. L’ancien Consigliere a dans cette affaire, toujours tenu un comportement de « victime ». Si ce dernier avait été condamné à la prison à perpétuité, ce n’était pas pour ses activités criminelles au sein de la famille Gambino, mais seulement en raison de sa grande amitié envers John Gotti et quand les procureurs fédéraux décidèrent de ne pas diffuser l’ensemble des enregistrements effectués dans l’appartement en question, Frank LoCascio, rajouta un autre mot à cette affaire le « complot ». Dernièrement, Frank LoCascio formula par le biais de ses avocats, une nouvelle demande pour un nouveau procès. Selon lui, ce dernier n’avait pas été mis au courant que le juge qui l’avait fait condamner au début des années 1990, avait un fils qui à cette époque, était un procureur fédéral travaillant dans l’État du Connecticut. Pour Frank LoCascio cela est encore plus troublant, que la plupart des accusations portées contre lui et dont il sera condamné par la suite, étaient des opérations de jeux illégaux effectuées dans cet État, ou la famille Gambino est encore à ce jour très présente. Pour Frank LoCascio, le juge fédéral Leo Glasser aurait dû se « récuser » avant même le début de son procès, en décidant finalement de se maintenir, ce dernier aurait créé certains dysfonctionnements dans les procédures liées à son affaire La réponse apportée par le juge en charge de cette demande fut nette et précise  Il rejeta immédiatement la demande effectuée par Frank LoCascio et déclara, que ce dernier avait été aussi condamné pour des charges fédérales encore plus grave que « les paris sportifs » : « Contester l’intégrité d’un juge le plus respecté et le plus juste, dans l’histoire judiciaire de la ville de New-York est complètement absurde » déclara un procureur fédéral. Mais les avocats de la défense n’ont pas dit pour autant leur dernier mot et même « déçu » du résultat, ces derniers comptent bien faire appel de cette décision. À noter, que le fils de Frank LoCascio, Salvatore, est actuellement considéré par le gouvernement fédéral, comme un Capitaine actif de la famille Gambino.

Lire la suite

L'ANCIEN ACTING BOSS DE LA FAMILLE PATRIARCA SORT DE PRISON

22 Octobre 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Patriarca

Anthony Spagnolo
Anthony Spagnolo

En 2012, Les frères DiNunzio, Carmen dit « The Big Cheese » et Anthony étaient incarcérés pour des frais de racket. Le Parrain de la famille Patriarca, Peter Limone qui n’était plus que l’ombre de lui même, n’arrivant plus à assurer les taches quotidiennes de la famille, préféra s’entourer de différents Acting Boss. A cette époque, la famille Patriarca était en pleine restructuration, et dans cette situation délicate, ce dernier décidera de nommer Anthony « Spucky » Spagnolo, un Capitaine de la vieille école, pour assumer cette responsabilité. Fortement impliqué dans le trafic dans sa jeunesse, Anthony Spagnolo a accumulé diverses peines de prison, des incarcérations qui lui ont permis d’augmenter son respect et de gravir un à un les échelons de la hiérarchie mafieuse. Anthony Spagnolo n’assumera les fonctions d’Acting Boss que deux petites années. En Octobre 2014, ce dernier ainsi que le Soldat Price « Stretch » Quintina furent inculpés d’avoir extorqué pendant plusieurs années, différentes entreprises de fabrication de machines de poker, demandant plusieurs dizaines de milliers de dollars aux propriétaires en signe de leur protection. Si les individus extorqués refusaient de payer les sommes demandées, Anthony Spagnolo n’hésita pas à envoyer Price Quintina, pour utiliser la violence physique pour recouvrir les dettes. Âgé de soixante quinze ans, Anthony Spagnolo décidera de trouver très rapidement par le biais de ses avocats, un accord de plaidoyer avec les procureurs fédéraux.  En acceptant d’avouer sa culpabilité devant un tribunal, Anthony Spagnolo sera condamné à vingt cinq mois derrière les barreaux. Ce mois-ci,

Carmen DiNunzio
Carmen DiNunzio

l’ancien Acting Boss de la famille Patriarca fut libéré d'une prison fédérale, sous contrôle judiciaire. Anthony Spagnolo portera un bracelet électronique et sera en résidence surveillée jusqu’en Décembre prochain, avec l'interdiction bien entendu de côtoyer de près ou de loin, les membres de la famille Patriarca. Une fois libéré de toutes ses contraintes sur sa liberté surveillée, Anthony Spagnolo retrouvera une famille Patriarca, qui a complètement changé d’organisation. En Juin dernier, l’ancien Parrain Peter Limone, décéda brusquement. Carmen DiNunzio a été libéré d'une prison fédérale en 2015 et devint très rapidement comme l'un des futurs successeurs de Peter Limone au poste de Parrain. La famille Patriarca est coupée en deux factions. Une faction à Providence dans l’État du Rhode-Island et une autre à Boston dans l’État du Massachusetts. Le rôle de Parrain dans cette famille est très stratégique. Il faut que le nouveau Boss, qui assumera le contrôle total de ce vaste territoire, soit accepté et surtout respecté par l’ensemble des deux factions, une tâche très difficile. Carmen DiNunzio est selon les procureurs fédéraux, l’un des meilleurs candidats. Né dans le Little Italy de East Boston, Carmen DiNunzio est très apprécié des familles New-Yorkaise et entretien aussi de très bonne relation avec la Outfit de Chciago, un avantage considérable. Anthony Spagnolo quant-à lui, est toujours resté à faire des affaires à l’intérieur du territoire « réservé » à la famille Patriarca et son influence avec les autres familles reste limitée voire inexistante. Son futur statut reste incertain, mais il est fort probable qu’Anthony Spagnolo reprenne ses anciennes fonctions de Capitaine, jusqu’à la sortie d’Anthony DiNunzio en Février 2018.

Lire la suite

LES IDENTITÉS DE PLUSIEURS INFORMATEURS DE LA FAMILLE LUCCHESE DÉVOILÉES

21 Octobre 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Lucchese

Steven Crea
Steven Crea

En Mai dernier, la famille Lucchese, qui avait retrouvé une certaine stabilité depuis quelques années, fut frappée de plein fouet dans une opération de grande ampleur lancée par le FBI contre sa hiérarchie. Le plan pour le gouvernement fédéral était simple, décapiter les têtes pensantes de la famille Lucchese, des mafieux de la vieille école, des criminels multirécidivistes, qui ont, malgré de nombreuses années passées derrière les barreaux, continué à faire prospérer le buisiness de cette organisation criminelle, vieille de plus d’un siècle. Pendant un moment, la justice Américaine pensait que Steven « WonderBoy » Crea, avait repris les rênes de la famille, à Vittorio « Vic » Amuso, incarcéré à perpétuité, après une condamnation pour meurtre et racket au début des années 1990. Mais le changement d’un Parrain de la Cosa Nostra, ne se fait pas d’un « claquement de doigt » et Vittorio Amuso, malgré son incarcération à vie, garderait une certaine influence dans les rangs de la famille Lucchese. Le but de cette opération lancée par le FBI, était de rompre totalement la ligne de commandement. Outre Steven Crea, qui servirait actuellement d'Underboss, on peut retrouver, Matthew Madonna, l'Acting Boss, qui est actuellement incarcéré dans une autre affaire, ou encore Joseph DiNapoli, qui a fait parti pendant plusieurs années, avec deux Capitaines influents, d’un panel de commandement. Les charges retenues contre les mafieux sont larges et variées. Meurtre, racket ou encore extorsion, des accusations susceptibles de faire incarcérer définitivement la plupart des membres inculpés. Les procureurs fédéraux

Matthew Madonna
Matthew Madonna

veulent s’appuyer sur deux affaires en particulier, le meurtre de Michael Meldish, ancien leader du Purple Gang, ou encore la tentative d’assassinat d’un Associé de la famille Bonanno, Enzo Stagno. Pour le premier, la hiérarchie mafieuse de la famille Lucchese, en avait plus qu’assez du comportement de Michael Meldish, qui selon eux se « pavanait » et critiquait ouvertement les agissements de la famille Lucchese. Pour la tentative d’assassinat envers Enzo Stagno, Steven Crea aurait selon les procureurs fédéraux, ordonné personnellement ce contrat, pour lui avoir manqué de respect lors d’une réunion entre les deux familles. Pour cette affaire, les procureurs fédéraux veulent s’appuyer sur différents, témoins, la plupart des criminels endurcis. Le premier est Joseph Foti, un Associé de la famille Lucchese, qui aurait commencé à coopérer avec la justice Américaine avant le meurtre de Michael Meldish en 2013. Le deuxième informateur, n’est autre que Robert Spinelli, frère d’un Soldat Lucchese, intronisé dans les toilettes du Métropolitan Center, Michael Spinelli. La collaboration de l’Associé de la famille Lucchese risque d’être

Robert Spinelli
Robert Spinelli

difficile. Ayant un QI avoisinant les soixante trois, son témoignage risque d’être en mis en difficulté très rapidement par les avocats de la défense, qui joueront sans nul doute sur sa « déficience mentale » et sur sa dépendance à différentes drogues dures, pour mettre à mal son témoignage lors du procès. Le troisième témoin, est le fils du Soldat James Pasqua Jr. Son père avait été inculpé l’année dernière, pour avoir essayé de faire transférer de la drogue dans le Métropolitan Center de New-York. Inculpé lui aussi lors de l’opération contre la famille Lucchese, l’Associé de la famille Lucchese, aurait enregistré à plusieurs reprises, le Soldat Christopher Londonio, inculpé dans le meurtre de Michael Meldish, en train de parler des rackets de cette organisation criminelle. Alors même si les preuves contre les différents accusés deviennent de plus en plus importantes, une bataille juridique entre les avocats de la défense et les procureurs fédéraux est entrain de se préparer. Alors oui, la justice Américaine a les témoins, mais on sait désormais que ces derniers ne sont plus tellement jugés crédibles par les jurés. Steven Crea qui a déjà passé plus d'un quart de sa vie en prison, pour Matthew Madonna, qui a passé plus de la moitié de sa vie dans un pénitencier fédéral pour trafic de drogue, l'emprisonnement fait parti de leur vie, une chose qu'ils ont accepté. Selon les procureurs fédéraux, il est peu probable que ces derniers décident de chercher un plaidoyer dans cette affaire.

Lire la suite

UN CAPITAINE DE LA FAMILLE GENOVESE INCULPÉ D'ÉVASION FISCALE

14 Octobre 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Genovese

Salvatore DeMeo
Salvatore DeMeo

Cinq ans de probation pour racket prêt usuraire, ce n’était visiblement pas assez pour les procureurs fédéraux, encore effarés du verdict rendu contre Salvatore « Sallie » DeMeo, un Soldat de la famille Genovese en Août dernier. En Décembre 2016, le FBI avait frappé la famille Genovese avec l’opération Shark Bait. Au total, une douzaine d’arrestations contre des individus affiliés de près ou de loin à la Rolls Royce du crime organisé aux Etats-Unis. Le jour des arrestations, la photo de Salvatore DeMeo, de part sa position au sein de la famille Genovese, le haut de l’affiche. Selon les procureurs fédéraux, ce dernier, avec l’aide de plusieurs Associés, auraient engendré des millions de dollars après avoir utilisé des faux sites de paris, la plupart basés au Costa Rica, pour soutirer de l’argent à des individus avides de miser sur différentes compétitions sportives. En plus de ses activités de paris illégaux, Salvatore DeMeo, aurait prêtait à des taux exorbitants, de l’argent à des individus au bord de la faillit, rendant selon les procureurs fédéraux, « impossible le moindre remboursement ». Pour tous ces délits, Salvatore DeMeo sera condamné à près cinq années de probations, après un accord de plaidoyer, une petite « tape sur les doigts » pour un criminel multirécidiviste, mais au moindre délit, Salvatore DeMeo pouvait retourner en prison. Les procureurs fédéraux ont donc essayé depuis quelques mois, de chercher la moindre faille et ont trouvé que ce dernier avait oublié de déclarer près de deux millions de dollars aux impôts, après avoir vendu différentes propriétés à Brooklyn entre 2013 et 2014, des bâtiments qui appartenaient à son père décédé au début des années 1990 et qui aurait rapporté au Capitaine de la famille Genovese près de dix huit millions de dollars. Pour les procureurs fédéraux, Salvatore DeMeo a de nouveau commis un délit et sera bientôt inculpé d’évasion fiscale, après une comparution devant un tribunal fédéral New-Yorkais, jeudi prochain. Selon les procureurs fédéraux, les nouvelles charges fiscales, ne sont pas liées à l’opération Shark Balt, mais ils rappellent tout de même, l’adhésion de « longue date » de Salvatore DeMeo à la famille Genovese. Dans une déclaration commune, les procureurs fédéraux ont stipulé, que le vieux mafieux avait utilisé une multitude de stratagèmes pour éviter de se faire arrêter par le FBI. En effet, Salvatore DeMeo aurait versé des centaines de millions de dollars à des entreprises « amis », dans le bâtiment. Un million de dollars pour une entreprise de plomberie, près de trois cent cinquante cinq mille dollars pour une autre société du BTP et la plus grosse partie, pour qui ?, pour la hiérarchie de la famille Genovese.

Lire la suite

DATE DE PROCÈS ET CONDAMNATION CONFIRMÉES POUR DES MEMBRES DE LA COSA NOSTRA

14 Octobre 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Bonanno, #Colombo

Ronald Giallanzo
Ronald Giallanzo

En Mars 2017, le FBI effectua plusieurs arrestations au sein de la famille Bonanno. Parmi la dizaine de membres arrêtés et inculpés, figuraient un Capitaine, Ronald « Ronnie G » Giallanzo, connu défavorablement depuis des nombreuses d'années par les services de police pour son activité d’usurier, mais aussi, pour être le neveu d’un autre Capitaine emblématique de la famille Bonanno, Vincent Asaro. C’est grâce notamment à ses activités d’usurier, mais aussi dans les paris sportifs, que Ronald Giallanzo gravit un à un les échelons du crime organisé, et lui permit de s’offrir un manoir à Howard Beach de plusieurs millions de dollars. Le Capitaine de la famille Bonanno offrait volontiers de l’argent à des individus surendettés à des taux d’intérêts exorbitants, un grand classique de la Cosa Nostra. Dans la plupart des cas, les individus en question ne pouvaient rembourser leur dette et faisait face alors à certaines violences orchestrées par les Associés de Ronald Giallanzo, qui étaient prêt à tout, pour récupérer son argent. Les procureurs fédéraux ont raconté l‘histoire d’un homme qui devait près de 250 000 dollars à Ronald Giallanzo et qui était activement recherché par la famille Bonanno. Ce dernier avec plusieurs de ses Associés, repérèrent son véhicule dans les rues de New-York, et commencèrent à le menacer, avant de l’extirper de son véhicule pour le rouer de coups. Risquant jusqu’à vingt années derrière les barreaux, Ronald Giallanzo ne flancha pas et décida de plaider non coupable. Cette semaine, une date fut fixée pour le procès des membres la famille Bonanno, le 25 Juin 2018. Alors même si les procureurs fédéraux stipulent, que certains des accusés sont encore dans des attentes de plaidoyer pour faire baisser leur peine de prison, la plupart des mafieux inculpés se présenteront bien devant un tribunal fédéral à New-York pour défendre leur cause.

 

En Juin 2008, le petit monde de Dino « Little Dino » Saracino, un Soldat de la famille

Dino Saracino
Dino Saracino

Colombo s’arrêta brusquement. Inculpé de racket et de meurtre, ce dernier n’avait que deux solutions, collaborer ou tenter sa chance dans un procès fédéral. Dino Saracino refusa de coopérer, pour ne pas trahir son serment d'allégeance à la Cosa Nostra et lors de son procès, il vit défiler à la barre des témoins, des membres hauts placés de la famille Colombo, comme Dino Calabro, ou encore son propre frère, Sebastian, qui pour éviter une peine de prison à perpétuité, décidera de collaborer avec la justice Américaine. Lors de son interrogatoire, Dino Saracino s’était très vite énervé, en insultant son frère dans le tribunal de tous les noms, tout en déclarant : « Arrête de mentir et ne n’emploi plus le mot frère ». Selon les procureurs fédéraux, Dino Saracino s’était vanté de pouvoir purgé « vingt années de prison » et sortir de là avec un « grand sourire ». Finalement, Dino Saracino sera acquitté du meurtre de Ralph Dolls, mais reconnu coupable de racket et face à autant de provocation tout le le long du procès, sera condamné à près de cinquante années de prison, une peine qu’il purge actuellement dans le pénitencier fédéral de Hazelton dans l’État de la Virginie. Pour une sortie programmée en 2052, Dino Saracino qui sera alors âgé de quatre vingt ans, sait pertinemment qu’il risque de terminer sa vie derrière les barreaux, il fallait donc, avec l’aide ses avocats, agir. Dernièrement, le Soldat de la famille Colombo avait demandé à un juge fédéral de pouvoir être rejugé. Le motif ?, Dino Saracino déclare ne pas avoir été assez défendu par son avocat à cette époque, une demande que le juge fédéral ayant condamné le Soldat de la famille Colombo il y a quelques années, rejeta immédiatement. Lors de sa condamnation, le juge fédéral avait déclaré que Dino Saracino n’avait jamais vraiment cherché à prouver son innocence, et que malgré son acquittement dans le meurtre du policier, Ralph Dolls,  le Soldat de la famille Colombo, pouvait être considéré selon lui, comme un tueur à gages à la solde de la Cosa Nostra. « Déçu » par cette décision, les avocats de Dino Saracino comptent faire appel prochainement. Affaire à suivre.

Lire la suite

UN TOURNANT DÉCISIF DANS L'OPÉRATION EAST COAST

7 Octobre 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Philadelphie

Joseph Merlino
Joseph Merlino

L’opération East Coast lancée en grande pompe contre plusieurs familles de la Cosa Nostra en Août 2016, est devenu un boulet trop lourd à porter pour les procureurs fédéraux en charge de ce dossier. Pourtant, tout avait bien commencé. Après cinq années d’enquête, les agents fédéraux avaient arrêté près d'une quarantaine de membres ou Associés de la Cosa Nostra, dont des personnalités influentes, comme Pasquale « Patsy » Parrello et Eugene « Rooster » ONofrio, des Capitaines de la famille Genovese, mais aussi, Joseph Merlino, l’actuel Parrain de la famille de Philadelphie. Ces années de surveillance avaient permis de constater une certaine proximité entre les familles New-Yorkaise et la famille de Philadelphie dans divers rackets. La plupart des informations retenues par les procureurs fédéraux, avaient été recueillies par un informateur, un Associé dans la famille Genovese, John Rubeo, leur pièce maitresse. Par sa proximité avec les différents accusés dans cette affaire, dont Pasquale Parrello et Joseph Merlino, John Rubeo avait enregistré pendant plusieurs années, des centaines d’heures de conversation entre différents mafieux. Aujourd’hui, les dossiers qui sont instruits contre des membres de la Cosa Nostra doivent être « blindés ». Désormais, les jurés ont du mal à accorder leur confiance à des informateurs, des anciens criminels, la plupart des tueurs confirmés, qui viennent « balancer » leurs anciens Associés, pour éviter une longue peine de prison. La moindre défaillance peut aboutir à des acquittements en règle et cela s’est déjà vu à plusieurs reprises cette année, notamment avec le procès du Capitaine de la famille Bonanno, Vincent Asaro. Mais au final, cette affaire, qui fut à la base très médiatisée risque de se terminer dans une ambiance très particulière. Très rapidement, les agents fédéraux en charge de la surveillance de John Rubeo furent relevés de leur fonction. Le motif ?, les deux agent du FBI ont largement transgressé certaines règles, comme la fuite d’informations confidentielles à des spécialistes du crime organisé aux Etats-Unis. Alors que Pasquale Parrello, le Capitaine de la famille Genovese, accepta une offre de plaidoyer et sera condamné par la suite à près de sept années derrière les barreaux, Joseph Merlino et Eugene Onofrio ont décidé de tenter leur chance dans un procès, qui devrait début débuter en Janvier prochain. Cette affaire

John Rubeo
John Rubeo

repose en grande partie grâce aux enregistrements et au futur témoignage de John Rubeo et si ce dernier devient défaillant, alors les deux mafieux accusés ont de forte chance de se faire acquitter et les avocats de la défense en sont bien conscients. L’un des agents du FBI, en charge de la surveillance de John Rubeo a été dédouané. Le deuxième quant-à lui, a été suspendu, de mauvaise augure pour les procureurs fédéraux, qui espéraient compter sur l’affaire East Coast pour redorer leur blason. Les avocats de la défense essayent actuellement de cerner le plus possible la personnalité de John Rubeo pour essayer de le discréditer le plus possible. D’après ces derniers, l’Associé de la famille Genovese, aurait utilisé, tout au long de sa coopération avec le FBI, divers tranquillisants, comme le Xanax ou encore le OxyContin, des anxiolytiques qui peuvent rapidement altérés l’état général d’un individu et former certaines incohérences dans ces propos. La question que se pose actuellement la défense, est comment John Rubeo a t’il pu se procurer ces médicaments. Avec l’ordonnance d’un médecin, ? ou de manière illégale ?, John Rubeo étant connu pour ses nombreux trafics en tout genre. Deuxième problème, l’Associé de la famille Genovese est actuellement incarcéré pour sa sécurité et les avocats de la défense ont demandé d’avoir un double des enregistrements et des e-mails envoyés par John Rubeo pendant sa détention à ses proches, surtout pendant la période ou une enquête interne avait été lancée par le FBI contre les agents en charge de sa surveillance. Une partie de ses données aurait été effacées par les procureurs fédéraux, jugeant qu’ils n’avaient pas l’obligation, selon la loi en vigueur, de donner ce genre d’informations aux avocats de la défense. Mais le juge fédéral voit ce problème sous un autre angle et ordonna aux procureurs fédéraux de donner l’ensemble des pièces voulues aux avocats de la défense, pour éviter selon lui, que les jurés ne puissent pas se décider lors du verdict final.

Lire la suite

UN MEMBRE DE LA COSA NOSTRA EST-IL VRAIMENT INTOUCHABLE ?

1 Octobre 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Gambino

Carmine Sciandra
Carmine Sciandra

Il faut savoir une chose, on ne rentre pas dans la Cosa Nostra aussi facilement que dans un gang de rue. L’intronisation ne se fait pas par copinage, mais par des années d’encadrement, ou un simple Associé d’une famille va montrer sa faculté à ramener de l’argent à sa famille mafieuse et démontrer ainsi pendant tout ce temps son allégeance aux règles sacrées de l’omerta. Une fois intronisé, le mafieux est désormais membre à part entière de la Cosa Nostra et de ce fait devint intouchable. Personne ne peut lui porter la main dessus ou le tuer, sans l’autorisation préalable de sa famille. Normalement, si un individu essaye de s’en prendre à lui physiquement ou de l'assassiner, il fait face à un contrat qui se posera automatiquement sur sa tête et la sentence sera irrévocable. Mais ce qui était généralement vrai par le passé, n’est plus vraiment pareil aujourd’hui. Top Tomato est une chaine d’épicerie très populaire dans les États de New-York et du New-Jersey. La particularité de Top Tomato est qu’elle gérée par les frères Sciandra, Carmine et Salvatore, le premier étant identifié depuis de nombreuses années comme un Capitaine de la famille Gambino. En Décembre 2005, Maria Balsano, une employée de Carmine Sciandra est licenciée. Cette dernière raconta à son père Patrick Balsamo, un ancien officier de police du NYPD, qui travaillait par la même occasion comme Associé dans la famille Bonanno, qu'elle avait été renvoyée, car elle avait refusé à plusieurs reprises les avances de Salvatore Sciandra, le frère du capitaine de la famille Gambino. A première vue quant-on voit Carmine Sciandra, on ne penserait jamais une seule seconde, que ce dernier est un membre de la Cosa Nostra. Extérieurement il parait tellement inoffensif et pourtant après l’arrestation de John Gotti au début des années 1990, il faisait partie d’après le FBI, des personnes susceptibles de reprendre les rênes de la famille Gambino. Le 07 Décembre 2005, Carmine Sciandra était présent comme tous les jours dans sa boutique avec l'un de ses employés, pour procéder à sa fermeture, mais trois individus qui venaient de rentrer dans l’épicerie allaient en décider autrement. Parmi eux, Patrick Balsamo, le père de Maria Balsama arriva avec deux Associés de la famille Bonanno dénommés, Michael Virga et Ronald Carlucci, pour avoir une explication sur le licenciement de sa fille. Alors que Michael Virga et Ronald Carlucci étaient en train de casser la vitrine du magasin à coup de batte de baseball, une violente dispute éclata entre Carmine Sciandra et Patrick Balsamo.

Top Tomato
Top Tomato

La  vidéosurveillance de la célèbre épicerie italienne montrera par la suite l’ancien policier de la ville de New-York, brandir son arme sur le Capitaine de la famille Gambino. L’un des Associés de Patrick Balsamo essaiera de l’arrêter, mais ce dernier étant tellement hors de contrôle qu’il tira sur Carmine Sciandra, qui sera atteint de plusieurs balles dont une à l’estomac. Patrick Balsamo essaiera même de tirer sur un employé présent au moment des faits, mais par chance, son arme s’enraiera. Patrick Balsamo profitera alors de cette occasion pour s’enfuir au bord d’un véhicule de la marque Lexus. Carmine Sciandra sera hospitalisé et survécut miraculeusement. Pendant son hospitalisation, les agents fédéraux iront le voir à plusieurs reprises pour essayer de « soutirer » des informations sur son agresseur. Mais fidèle à lui-même, le Capitaine de la famille Gambino ne dira aucun mot : « Chaque fois qu'un policier entrait dans sa chambre, il actionnait le bouton qui appelait les infirmières » déclara l'un des agent de police. Grâce à la vidéo de l’épicerie, Patrick Balsamo sera arrêté, mais libéré sous caution après avoir payé près de vingt cinq mille dollars. Pendant ce temps, la famille Gambino, très énervée par les évènements, demanda des comptes à la famille Bonanno. Une fois arrêté et incarcéré, Patrick Balsamo se rendit compte qu’il avait tiré sur un membre de la Cosa Nostra et une fois sorti de prison, il alla se réfugier dans la maison de son père, qui habitait un quartier à forte densité Italienne, tenu par la Cosa Nostra, Bensonhurst, choix judicieux ?. On ne saura vraiment jamais ce qui est vraiment sortit de cette réunion entre les Gambino et les Bonanno, mais une chose est sûre, Patrick Balsamo est toujours en vie, et ne sera même pas inquiété par la justice pour cette tentative de meurtre, Carmine Sciandra refusant de porter plainte. En 2010, Carmine Sciandra sera condamné à près de deux années de prison pour corruption et paris illégaux. Dans le rapport des procureurs fédéraux, il est révélé que l’épicerie Top Tomato servait à stocker différents objets volés.

Lire la suite