Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

PLUSIEURS INTERROGATIONS SUR L'ASSASSINAT D'UN ASSOCIÉ DE LA FAMILLE LUCCHESE

26 Juillet 2019 , Rédigé par Xav Publié dans #Lucchese

Le domicile de Vincent Zito
Le domicile de Vincent Zito

L’assassinat d’un Associé affilié à la famille Lucchese en Octobre dernier, Vincent Zito, reste encore un mystère. Lorsque Vincent Zito, connu des autorités pour ses activités d’usurier et d’extorqueur, avait été retrouvé tué par balle dans sa maison de Sheepshead Bay à Brooklyn, les services de police avaient tout d’abord pensé qu’il s’agissait d’un suicide. Mais rapidement et après des constatations d’ordre médicale, les autorités étaient désormais persuadées qu’il était en effet très difficile de se tirer soit même deux balles dans la tête et ont alors conclu que Vincent Zito avait été assassiné. Très rapidement, les services de police se sont concentrés sur les activités d’Anthony Pandrella, un Associé de la famille Gambino et ami de longue date de Vincent Zito. En effet, le quartier de Sheepshead Bay était filmé en permanence et les agents fédéraux accompagnés des services du NYPD ont remarqué que le jour du meurtre de Vincent Zito, Anthony Pandrella avait été vu en train de rentrer et de sortir tranquillement du domicile de l’ancien Associé de la famille Lucchese. Ce détail intrigua fortement les forces de police qui décidèrent d’arrêter et d’inculper Anthony Pandrella de vol qualifié et du meurtre de Vincent Zito. Anthony Pandrella qui habitait à moins de deux kilomètres de l'Associé de la famille Lucchese aurait même laissé sa propre arme sur les lieux du crime et son ADN aurait été retrouvé sur la gâchette. Cet assassinat crapuleux aura sans doute sa place dans le classement des meurtres les plus stupides orchestrés par des individus affiliés à la Cosa Nostra avec celui de Francesco Cali, mais il y a quelques semaines, un retournement de situation inattendu relança cette affaire. En effet, il fut avéré que deux jours avant le meurtre de Vincent Zito, celui-ci avait écrit un dernier testament qui léguait l’ensemble de ses biens à ses deux filles et ignorait par la même occasion, complètement son fils avec lequel il vivait au moment de son décès. Dans ce testament qui fut présenté à la justice un mois après l’inculpation d’Anthony Pandrella, il est stipulé que le domicile de Sheppshead Bay revenait à ses deux filles pour une valeur marchande de près de 1,2 millions de dollars. Le fait de déshériter entièrement Joseph Zito laissa les enquêteurs assez perplexes et pour éviter de s’orienter vers une nouvelle erreur judiciaire, les services de police essayèrent d’explorer de nouveau l’agenda de Joseph Zito, qui ne laissa rien de particulier. Lors de l’arrestation d’Anthony Pandrella, Joseph Zito avait assisté à la comparution de l’Associé de la famille Gambino devant un tribunal et avait juste déclaré qu’il « espérait » qu’Anthony Pandrella « puisse vivre le plus longtemps possible afin qu’il puisse pourrir en prison ». Lors d’une dernière interview attribuée à un journal Américain, Joseph Zito avait déclaré que c’était son propre fils, Vincenzo, qui rentrait de l’écolé, avait retrouvé son grand-père étendu sur le sol de son salon. L’avocat d’Anthony Pandrella va surement insister sur le fait que cet assassinat aurait pu être exécuté par des membres de la famille de Vincent Zito, mais un appel téléphonique d’Anthony Pandrella effectué auprès d’un Capitaine de la famille Gambino, George Lombardozzi, quelques heures après ce meurtre intrigue fortement les enquêteurs En attendant, Anthony Pandrella reste incarcéré sans caution possible et risque selon la juridiction de l’État de New-York, la peine de mort s’il est reconnu coupable. 

Lire la suite

VINCENT ESPOSITO FILS DE L'ANCIEN PARRAIN DE LA FAMILLE GENEVOSE CONDAMNÉ À DEUX ANS DE PRISON

23 Juillet 2019 , Rédigé par Xav Publié dans #Genovese

Vincent Esposito
Vincent Esposito

Inculpé en Janvier 2018 sur des accusations de racket fédéral, Vincent Esposito plus connu pour être le fils de l’ancien Parrain de la famille Genovese, Vincent « The Chin » Gigante, avait trouvé un an plus tard, un accord de plaidoyer avec les procureurs fédéraux. Cet accord, assez avantageux pour Vincent Esposito, prévoyait que ce dernier reconnaisse qu’il avait utilisé différents stratagèmes pour extorquer des paiements annuels à des responsables syndicaux, en les menaçant de leur faire perdre leur emploi s’ils ne cédaient pas aux chantages des membres de la famille Genovese. Bien qu’il ne soit pas officiellement considéré comme un membre intronisé de cette organisation criminelle, son influence dans les rues de New-York, en raison de ses liens de parenté avec Vincent Gigante, en fait selon les autorités, un membre incontournable dans la famille Genovese. La semaine dernière devant un juge fédéral, les procureurs essayèrent de convaincre le magistrat de la nécessité d'incarcérer Vincent Esposito, présent dans le tribunal. Pour le procureur fédéral, le fils de Vincent Gigante mérite au moins deux années de prison pour près de « seize années d’extorsion » sans interruption. A la base, les avocats de la défense avaient déclaré que l'incarcération de Vincent Esposito n'était pas nécessaire car il aurait accepté, avec cet accord de plaidoyer, la confiscation de plusieurs millions de dollars. Cette stratégie adoptée par la défense énerva profondément le procureur fédéral, qui déclara qu’il ne pouvait y « avoir une justice pour les riches et une autre pour les pauvres », ajoutant que la peine de prison demandée ne pouvait « ni être achetée, ni être vendue ». Justifiant de la nécessité d’incarcérer Vincent Esposito pour ses crimes, pour « le dissuader » à l’avenir, il stipula que ce dernier, après l’incarcération de son père au

Vincent Gigante
Vincent Gigante

début des années 2000, avait commencé à travailler pour la famille Genovese. Tout au long de sa longue carrière criminelle, il aurait intimidé voire violenté certaines sections syndicales liées à la construction et même son propre neveu Vincent Fyfe, président du syndicat des travailleurs pour l’alimentation et le commerce. De plus, le procureur fédéral déclara que Vincent Esposito avait menti aux agents de probation en leur indiquant qu’il travaillait comme « vendeur à temps partiel » sans précisé, qu’en réalité il ne travaillait pas, mais qu’il touchait bien un salaire à « six chiffres » par an dans le cadre d’un emploi « no-show ». Le procureur fédéral certifia que dans l’accord de plaidoyer signé par Vincent Esposito avec le gouvernement fédéral, ce dernier risquait une peine comprise entre vingt quatre et trente mois de prison. Alors même si Vincent Esposito n'a par le passé jamais été condamné et que c’est sa première condamnation, le fait d’éviter la prison pour seul motif d’avoir permis au gouvernement fédéral de confisquer près de 3,8 millions de dollars serait un comble surtout qu’une grosse partie de cette argent a été gagné illégalement. Les avocats de la défense ont aussi joué sur le fait que le nom de son père planait constamment au dessus de sa tête et que d'office, il se faisait cataloguer. Le juge fédéral déclara qu'après de le décès de Vincent Gigante dans une prison fédérale, Vincent Esposito avait continué à travailler pour le compte de la famille Genovese et n'avait eu besoin de personne pour continuer à s'enrichir grâce au racket et à l'extorsion. Pour ces motifs, le juge fédéral suivit en partie les réquisition des procureurs et condamna Vincent Esposito à près de deux années de prison, avec obligation de se présenter dans a prison fédérale choisie par le BOP sous les quarante cinq jours.

Lire la suite

LE PARRAIN DE LA FAMILLE BONANNO RÉTROGRADE UNE PARTIE DE SA HIÉRARCHIE - PARTIE 2

22 Juillet 2019 , Rédigé par Xav Publié dans #Bonanno

La nomination de Joseph Cammarano Jr au restaurant Bocelli à Staten-Island quelques jours avant les fêtes de noël, fut une aubaine pour les agents fédéraux. Installés à quelques centaines de mètres, le FBI en profita pour photographier, des Soldats mais aussi des Capitaines venus montrer leur respect au nouvel homme fort de la famille Bonanno, un moment convivial pour les mafieux qui se terminera au final avec certaines conséquences. En effet, Joseph De Simone, Ronald Giallanzo et Anthony Pipitone, des membres de la famille Bonanno étaient en liberté conditionnelle et avaient pour obligation de ne côtoyer de près ou de loin des membres de la Cosa Nostra. Suite à ce diner, ces derniers comparaitront devant un juge fédéral et retourneront derrière les barreaux. Par la suite, et comme on pouvait se l’imaginer, les agents fédéraux ont concentré leur surveillance sur Joseph Cammarano Jr et son nouveau Consigliere, un ami de longue date, John Zancocchio. Cette surveillance accrue mènera moins de deux années plus tard aux arrestations des deux mafieux pour des motifs de racket. Michael Mancuso qui était désormais incarcéré dans une prison fédérale de l’État du Texas, à Seagoville, était enragé de cette situation, mais surtout du comportement de Joseph Cammarano Jr. En effet malgré son incarcération, Michael Mancuso recevait beaucoup d’informations venant de New-York et il apprit très vite que Joseph Cammorano Jr s’était réuni en 2017, soit une année après son

Vincent Badalamenti
Vincent Badalamenti

repas au Bocelli, avec l’ensemble des Capitaines de la famille Bonanno pour essayer d'être nommé officiellement nouveau Parrain de la famille. Cette querelle entre les deux factions, les pro Mancuso et les pro Cammarano Jr fut confirmée suite au témoignage de l’ancien Soldat Thomas Carrube lors du dernier procès. Il confirma avoir eu à plusieurs reprises des discussions à ce sujet avec Vincent « Vinny TV » Badalamenti, un proche de Michael Mancuso qui avait officié d’Acting Boss entre 2010 et 2012. Vincent Badalamenti qui est resté sous le radar du gouvernement fédéral depuis sa libération de prison en 2013, expliqua qu’il était très « énervé » du comportement de l’avocat de John Zancocchio, qui avait indiqué lors du dernier procès, que Vincent Badalamenti servait de « Consigliere » pour Michael Mancuso. Dans les enregistrements effectués par Thomas Carrube, Vincent Badalamenti lui expliqua qu’il voulait envoyer « quelqu’un à son bureau pour lui casser la gueule », chose qui heureusement n’arrivera jamais. Suite à cet enregistrement, l’avocat de John Zancocchio s’était défendu en affirmant qu’il avait seulement « utilisé les preuves gouvernement, pour essayer de convaincre le jury que son client n’était pas coupable », tout en ironisant sur sa situation : « S’il me cherche, je suis à mon bureau six jours par semaine et je n’ai jamais vu personne ».

 

Joseph « Joe Valet » Sabella, un Capitaine de la famille Bonanno, peut quant-à lui être « content » de sa situation actuelle. Ce dernier est un proche de Joseph Cammarano Jr et de John Zancocchio et dans des enregistrements effectués par des informateurs au sein de la famille Bonanno, Joseph Sabella ne cachait pas sa satisfaction de voir ses amis au pouvoir. Avec ce changement de hiérarchie apportée par Michael Mancuso, Joseph Sabella pouvait se faire à l’idée de perdre prochainement ses galons de Capitaine et de redevenir un Soldat de base, placé dans une équipe lambda, une humiliation que Joseph Sabella n’aura sans doute pas à connaître, enfin pas tout de suite. Le Capitaine de la famille Bonanno avait été inculpé de racket en même temps que Joseph Cammarano Jr et John Zancocchio, mais contrairement à ces derniers, Joseph Sabella avait décidé d’embler de plaider coupable pour essayer d’écouter un peu sa peine de prison. Devant un juge fédéral, Joseph Sabella avoua avoir fait équipe avec John Zancocchio, pour essayer d’extorquer et de racketter le propriétaire d’un club de striptease. Il déclara aussi avoir utilisé la fraude pour endetté le patron d’une entreprise de construction et ainsi par la suite essayé de prendre le contrôle de la boite. Joseph Sabella ne broncha pas quand le juge fédéral décida de le condamner à sept années d’incarcération dans une prison fédérale de l’État de la Caroline du Sud, avec obligation de s’y rendre par ses propres moyen le 27 Août prochain pour commencer à purger sa peine.

Lire la suite

FILMS ET DOCUMENTAIRES SUR LA COSA NOSTRA - PARTIE 2

20 Juillet 2019 , Rédigé par Fabien Rossat Publié dans #Divers


Tu rêves de voir les meilleurs films sur La Cosa Nostra ? Ce guide est fait pour toi. Attention certains films ne sont pas disponibles partout d'où la petite explication qui suit :

 

-Zone 1 : visible uniquement sur les lecteurs Américains, Pas de panique, une recherche google et hop t'as une manip pour dézonner ton lecteur (suffit de taper le modèle de ton lecteur + dézonner sur google)

 

-Zone 2 : Visible sur ton lecteur (sauf si tu vis au fin fond de l'Asie, si c'est le cas, se reporter à la ligne plus haut)

-Zone 0 : pas de problèmes tu peux tout lire.

 

 

 

 


 

 

 

Chicago Outfit :

Scarface (1933) : Biopic semi officiel sur Al Capone (la différence majeure c'est que Capone ne voulait pas coucher avec sa sœur). Zone 2

 

 

 

 

 

Al Capone (1959) : Tout est dans le titre et le film est fabuleux. Et trouvable en Zone 2

 

 

 

 

 

 

Les Incorruptibles (1987) : Bon j'espère que tout le monde connaît….

 

 

 

 

 

Nitti The Enforcer (1989) : Biopic sur Nitti très sympa et trouvable en Zone 2

 

 

 

 

 

 

Sugartime (1996) : Biopic sur Sam Giancana et Phylis McGuire. Très classe mais que en Zone 1 (VF/VOST)

 

 

 

 

 

Capone & L'affaire Al Capone : 2 productions de Roger Corman sur Al Capone. Rien de mémorable sauf la présence de Stallone en Frank Nitti sur le premier.

 

 

 

Cleveland :

 

Teamster Boss (1990) : Biopic sur Jackie Presser, un des successeur de Jimmy Hoffa, On y retrouve des gens comme Danny Greene, Tony Salerno, Tony Provenzano ou Joey Lombardo. Zone 1 en VOST

 

 

 

Irish Gangster (2011) : Biopic sur Danny Greene. Très chouette et trouvable un peu partout.

 

 

 

 

 

New Orleans :

 

Vendetta (1999) : Film sur le Lynchage d'Italiens à NO, soupçonné (injustement) d'être membre de La Mano Nera et d'avoir participé au meurtre du Lieutenant Hennessy  Zone 1 VOST ou visible sur OCS.

 

 

 

Divers :

 

Le Parrain :

Don Angelo est mort (1973) : Film qui s'inspire des événements liés à la mafia durant ces années là, Zone 2

 

 

 

 

Le Manipulateur (1999) : Biopic un peu barbant sur Lansky, Zone 2

 

 

 

 

 

Bugsy (1992) : Biopic sur Siegel, C'est ultra freestyle niveau histoire (Siegel qui humilie Dragna ou qui tabasse Joe Adonis …) mais c'est un chouette film. Zone 2

 

 

Hoffa & F.IS.T. : 2 Biopics sur Jimmy Hoffa

 

 

Lire la suite

LE PARRAIN DE LA FAMILLE BONANNO RÉTROGRADE UNE PARTIE DE SA HIÉRARCHIE - PARTIE 1

19 Juillet 2019 , Rédigé par Xav Publié dans #Bonanno

Après près de quinze années passées dans diverses prisons fédérales aux quatre coins des Etats-Unis, Michael Mancuso, l’actuel Parrain de la famille Bonanno qui est de retour dans les rues de New-York depuis Décembre dernier, vient de montrer à ses membres qu’il est toujours bien le patron. On aurait pu penser, qu’après les acquittements de Joseph Cammarano Jr et John Zancocchio, considérés respectivement comme l’Acting Boss et le Consigliere de la famille Bonanno, cette organisation criminelle allait profiter de cette occasion, pour continuer à prospérer dans l’ombre avec une hiérarchie qui s’était stabilisée depuis quelques années, mais ce n’était pas dans cette optique que Michael Mancuso voyait les choses. Michael Mancuso qui doit encore faire profil bas auprès des autorités en raison d’une conditionnelle très stricte, fut visiblement très énervé de la tournure qu’avait pris le procès de Joseph Cammarano Jr et John Zancocchio. Tellement énervé, qu’au lieu de fêter cette nouvelle victoire contre les procureurs fédéraux entre membres, Michael Mancuso décida purement et simplement de démettre de leur fonction les deux mafieux et de les rétrograder au plus bas échelon de la hiérarchie de la Cosa Nostra. Sur sa lancée, il en profita aussi pour

rétrograder Vito Grimaldi, le beau-père de Joseph Cammarano Jr et son fils Joseph. Tous les deux étaient des Capitaines, représentant la faction Sicilienne de la famille. Vito et Joseph sont les propriétaires d’une célèbre boulangerie Italienne dans le Queens la Grimaldi Bakery. Le motif ?, Michael Mancuso n’a visiblement pas apprécié la défense adoptée par

John Zancocchio et Joseph Cammarano Jr
John Zancocchio et Joseph Cammarano Jr

l’avocat de John Zancocchio, qui pour contrer la stratégie du gouvernement fédéral, qui stipulait que ce dernier était l’actuel Consigliere de la famille Bonanno, avait ironisé en déclarant qu’entre 2012 et 2018, une multitude de personnes, sauf son client, avaient eu ce poste. Cette déclaration énerva profondément Michael Mancuso qui prit cette tactique de défense comme un affront personnel, une volonté selon lui de dénigrer sa façon de gérer une famille de la Cosa Nostra. Depuis sa nomination en 2013, Michael Mancuso avait tout fait pour éviter d’avoir Joseph Cammarano Jr comme

Acting Boss. Entre 2013 et 2014, ce poste avait été occupé par Thomas « Tommy D » DiFiore, mais arrêté et inculpé pour des accusations d’extorsion et condamné à près de deux années de prison, Michael Mancuso devait alors trouver une nouvelle personne. Son choix se porta alors sur un mafieux de la vieille école, un proche de Michael Mancuso, John Palazzolo, Mais à cette époque, ce dernier était en liberté

Vito Grimaldi (à gauche) et Joseph Grimaldi (à droite)
Vito Grimaldi (à gauche) et Joseph Grimaldi (à droite)

conditionnelle après avoir purgé près de dix années pour conspiration de meurtre et il ne respecta que très légèrement les restrictions imposées par un juge fédéral. D’après les agents fédéraux, John Palazzolo avait pour habitude de communiquer assez souvent avec Anthony « Fat Tony » Rabito ancien Consigliere et le neveu de Michael Mancuso, le Soldat Frank Salerno. Les discussions portaient essentiellement sur la pression que mettait Joseph Cammarano Jr et John Zancocchio pour prendre le pouvoir au sein de la famille Bonanno, une situation qui énervait profondément John Palazzolo. De plus ce dernier, n’hésitait pas à dire haut et fort qu’il utiliserait la violence pour éviter cette prise de pouvoir forcée selon lui. Cette situation inquiéta très fortement le gouvernement fédéral,qui décidera alors d’arrêter John Palazzolo, il sera condamné par la suite à une année de prison. Michael Mancuso était de nouveau dans l’impasse. Au même moment, ce dernier qui était incarcéré dans la prison fédérale de Danbury dans l'État du Connecticut, considérée pour la plupart des instances judiciaires comme un « country club », fut transféré dans un autre pénitencier fédéral, dans l’État du Texas, à Seagoville, histoire de couper un peu les ponts avec la famille Bonanno. De sa cellule, Michael Mancuso décidera alors à contrecœur,de nommer Joseph Cammarano Jr comme nouvel Acting Boss, une nomination qu’il fêtera en grandes pompes dans un célèbre restaurant Italien de New-York, entouré de son cercle rapproché, des membres de la famille Bonanno venus lui présenter « leur respect » et du FBI présent au loin pour immortaliser la scène.

Lire la suite

OPÉRATION EN SICILE ET À NEW-YORK CONTRE LES FAMILLES GAMBINO ET INZERILLO

17 Juillet 2019 , Rédigé par Xav Publié dans #Gambino

Rosario Gambino
Rosario Gambino

L’opération nommée « New Connection » par les autorités Italienne et Américaine devait être synchronisée. Les arrestations survenues ce matin sur deux continents, devaient se dérouler en même temps pour éviter la moindre fuite entre les mafieux. Il était trois heure du matin à Palerme et près de vingt et une heure du soir à New-York et entre ce décalage horaire, la même application, « WhatsApp » qui permit aux enquêteurs de lancer en même temps les arrestations contre des mafieux installés aux Etats-Unis et en Italie. De Passi du Regano, en passant par Boccadifalco, en terminant par Torreta, des communes de Sicile, les policiers Italiens ont lancé l’assaut en même temps que leurs homologues Américains, occupés quant-à eux à arrêter des mafieux installés à Brooklyn, à Staten-Island ou en dehors de New-York, dans l’État du New-Jersey. Cette opération est loin d’être anecdotique et confirme la relation particulière entre la famille Gambino et la famille Inzerillo en Sicile. Après la mort de Salvatore Inzerillo surnommé Totuccio, les Inzerillo avaient eu l’autorisation par les Coorléonais de se réfugier aux Etats-Unis pour éviter un nouveau bain de sang. Depuis New-York, la plupart d’entre eux comme, Pietro « Tall Pete » Inzerillo ou encore Giovanni Inzerillo deviendront des membres intronisés de la famille Gambino, d’autres, décideront au début des années 2000, de revenir en Sicile à certaines conditions. Suite au mariage entre Francesco Cali, ancien Acting-Boss de la famille Gambino et Rosaria Inzerillo, les deux familles

Tomaso Inzerillo
Tomaso Inzerillo

en ont profité pour relancer entre autre le trafic de drogue entre les deux continents, ce qui découlera en 2008 avec l’opération Old Bridge. Aujourd’hui près de dix neuf personnes ont été interpellées, des arrestations qui mèneront à une dizaine de perquisitions. Du côté de la Sicile, les mafieux arrêtés sont Francesco et Tommaso Inzerillo, respectivement frère et cousin de Salvatore Inzerillo. Les enquêteurs sont persuadés que les Inzerillo contrôle en grande partie la région de Passo di Rigano dont la ville voisine de Torretta, ou le maire de la ville Salvatore Gambino fut arrêté, tout un symbole. Les différents mafieux interpellés ce jour sont accusés de jouer un rôle majeur dans toutes les activités économiques de la région. De l’alimentation, à la vente en gros, en passant par les jeux d’argent avec les paris en ligne pour terminer par l’extorsion, les Inzerillo contrôlaient leur buisiness d’une main de fer. Pour les policiers Italiens et les agents fédéraux Américain présents sur place, la famille Inzerillo voulait de nouveau consolider son pouvoir dans une partie de l’île, comme par le passé et profiterait de certaines ramifications en place pour se reconstruire, avec l'aide encore et toujours de la famille Gambino.  

Lire la suite

FILMS ET DOCUMENTAIRES SUR LA COSA NOSTRA - PARTIE 1

13 Juillet 2019 , Rédigé par Fabien Rossat Publié dans #Divers

Tu rêves de voir les meilleurs films sur La Cosa Nostra ? Ce guide est fait pour toi. Attention certains films ne sont pas disponibles partout d'où la petite explication qui suit :

 

-Zone 1 : visible uniquement sur les lecteurs Américains, Pas de panique, une recherche google et hop t'as une manip pour dézonner ton lecteur (suffit de taper le modèle de ton lecteur + dézonner sur google)

 

-Zone 2 : Visible sur ton lecteur (sauf si tu vis au fin fond de l'Asie, si c'est le cas, se reporter à la ligne plus haut)

 

-Zone 0 : pas de problèmes tu peux tout lire,

 

On commence avec New-York :

 

Pour tout ce qui touche la période des Moustache Pete (donc avant 1931) :

 

 

La Main Noire (1950) : Inspiré (de loin) par la lutte du Lieutenant Petrosino contre La Mano Nera, Les noms sont changés, Personnellement je ne l'ai pas encore vu mais il a une bonne réputation, (Zone 2)

 

 

 

 

 

 

 


La Famille Bonanno :

 

Honor Thy Father/A pleins Chargeurs (1973) : Biopic sur Joe & Bill Bonanno pendant la Banana War, Fortement recommandable mais malheureusement inédit en VF, Mais un dvd existe en Zone 0 (trouvable à prix très correct ou visible en streaming sur dailymotion)


 


 

 

Donnie Brasco (1996) : J'imagine que tout le monde l'a vu mais voilà (trouvable dans toute les supérettes du coin)

 


 

 


 

Bonanno l'Histoire d'un parrain (1999) : Encore un biopic sur Joe & Bill, de sa jeunesse à Castellamare,son arrivée aux USA jusqu'à la Banana War en passant par l'assassinat de JFK (ça n'a rien à faire dans le film mais bon …) ou le meurtre d'Anastasia tout y est. Le seul problème c'est que comme c'est produit par les Bonanno c'est absolument pas objectif. Trouvable sur Amazon en Zone 0, en dvd Canadien (donc en VF). Film en 2 partie : 2h30 + 2h20 (Attention de ne pas prendre les dvd anglais qui ne font que 2h)
 

 


 

 

La loi de la mafia (1991) : Film sur la traque de Gus Farce (Joué par Tony Danza), un Associé de la famille Bonanno qui a tué un agent de la DEA (joué par Samuel L. Jackson). Un assez bon téléfilm facilement trouvable dans n'importe quel cash converters en dvd.

 


 

 

La Famille Colombo :

 

Crazy Joe 1974 : Biopic sur les 12 dernières années de Joe Gallo. N'existe pas en dvd, mais se trouve en téléchargement sur quelques sites spécialisé en Anglais (mais un blog Français le propose en VOST)

 

 

 

 

 

Gambino :

 

Gotti (1996) : Tout est dans le titre. Trouvable en Zone 1 avec VF/VOST ou il est en ligne sur Youtube en vf, Biopic un peu mensonger vu que Gotti est décrit comme quelqu'un de super intelligent. Hors chacun sait qu'il était con comme un balais . A part ça le film est très bon.

 

 

 


 

 

 

 

Boss of Bosses (1998) : Biopic sur Castellano trouvable en Zone 1 avec VF/VOST

 

 

 

 

 

 

La chute de Gotti : Je ne l'ai pas vu mais il paraît que c'est atroce. Trouvable en zone 2

 

 

 

 


 

 

 

Mafia : la trahison de Gotti (1998) : Biopic sur Sammy Gravano, très sympatoche et trouvable en Zone 2

 

 

 

 


 

 

La Famille Genovese :

 

Lucky Luciano (1973) : Film Italien qui s'attarde sur la vie de Luciano après son exil en Italie, Attention, c'est très proche du documentaire, mais c'est très bien, Trouvable en zone 2

 

 

 

 


 


Cosa Nostra (1972) : Biopic sur Joe Valachi. Trouvable en zone 2 (que vf) ou en Zone all avec le dvd Coréen qui propose la VOST (ça c'est pour les vrais cinéphile)

 

-


 

 

 


Les Indomptés (1992) : biopic complètement pourri sur Luciano/Costello/Lansky/Siegel. Vous faites comme vous voulez …

 

 

 

 

 

 

La Famille Lucchese :
 

 

 

 

Les Affranchis (1990) : No comment :)

 

 

 

 

 

 

 

Jugez moi coupable (2006) : Biopic sur Jackie DiNorscio et le procès du New Jersey Crew. Trouvable en Zone 2

 


 

 

 

 

Rocky Marciano : Biopic sur le Boxeur du même nom. Le rapport ? Bah il y a Frankie Carbo dedans. Zone 2

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

LE PARRAIN DE LA FAMILLE GAMBINO VEUT SE RETIRER DE LA COSA NOSTRA

9 Juillet 2019 , Rédigé par Xav Publié dans #Gambino

Peter Gotti
Peter Gotti

Alors que son frère John Gotti, condamnait à mort tous les membres de la famille Gambino qui avaient l’intention d’accepter un accord de plaidoyer avec les procureurs fédéraux, Peter Gotti, considéré comme l’actuel Parrain de la famille Gambino, est prêt à quitter définitivement sa vie dans la Cosa Nostra pour espérer pouvoir sortir de prison. Âgé de soixante dix neuf ans et incarcéré dans la prison fédérale de Butner après une condamnation pour plusieurs charges fédérales, Peter Gotti qui souffre selon son avocat, de plusieurs problèmes de santé, espère vivement pouvoir vivre désormais sous le contrôle du bureau des probations, au domicile de sa fille à Howard Beach. Le fait de renier complètement sa vie dans la Cosa Nostra et son changement d’attitude envers cette organisation criminelle, en fait désormais un candidat potentiel à une future libération conditionnelle, une demande que son avocat a effectuée la semaine dernière. Peter Gotti a toujours suivi les traces de son frère. Affilié à la famille Gambino depuis les années 1960, il devint un membre intronisé à fin des années 1980, une intronisation qui suivra très rapidement avec une promotion au poste de Capitaine quelques mois plus tard. Surnommé « One Eyed Pete » en raison de son aveuglement à un œil, Peter Gotti sera aussi appelé par la suite par les membres de la famille Gambino, « The Dumbest Don », ou le « Parrain stupide » en raison de son incapacité à pouvoir gérer convenablement une famille de la Cosa Nostra. Sa promotion au poste de Parrain sera officialisée en 2002, peu de temps après la mort en prison de John Gotti, mais son règne sera de courte durée. Peter Gotti sera très vite inculpé de racket fédéral, de tentative d’extorsion sur l’acteur de films d’action, Steven Seagal et par la suite, grâce au témoignage de Sal Mangiavillano, de complot d’assassinat sur l’ancien Underboss de la famille Gambino, Salvatore Gravano. Les preuves retenues contre Peter Gotti étaient trop importantes et le nouveau Parrain de la famille Gambino sera condamné à un peu moins de trente ans derrière les barreaux, une peine qu’il commencera à purger dans la prison fédérale de Terre Haute dans l’État de l’Indiana, puis à Butner en Caroline du Nord, un pénitencier fédéral composé d’un centre médical plus adapté aux problèmes de santé de Peter Gotti. Le temps passé derrière les barreaux à permis à Peter Gotti, selon son avocat, de « réévaluer sa pensée à considérer ses valeurs morales. Il ne tente pas de justifier ses actes, ni de se défendre ses choix qui l’ont amené à terminer en prison, il veut maintenant dire à qui veut l’entendre, qu’il n’y a vraiment aucun bénéfice à effectuer une activité illégale ». A l’époque de sa condamnation, Peter Gotti raisonnait comme un Parrain de la Cosa Nostra et pour lui aucun accord avec les procureurs fédéraux n’était possible. Désormais et d’après son avocat, ce dernier regrette profondément sa décision prise il y a plus de vingt ans, qui aurait pu lui permettre d’être un homme libre depuis pas mal de temps. Pour la famille Gambino la décision de Peter Gotti de prendre sa retraite ne change pas grande chose. Alors oui Peter Gotti avait le titre de Parrain, mais son influence derrière les barreaux était insignifiante. Ce retournement de situation va sans doute permettre à Lorenzo Mannino, considéré comme l’actuel Underboss de la famille Gambino, de se positionner pour reprendre les commandes d’une organisation criminelle dirigée désormais par des membres d’origine Sicilienne et qui ont depuis des années, tiré un trait sur l’ère Gotti. 

Lire la suite

DONALD TRUMP ET LA COSA NOSTRA

7 Juillet 2019 , Rédigé par Xav Publié dans #Divers, #Gambino

Salvatore Gravano

Salvatore « Sammy The Bull » Gravano (voir photo), l’ancien Underboss de la famille Gambino est sorti de la prison de Supermax dans le Colorado en Septembre 2017, après avoir purgé près de dix sept années de prison pour trafic de drogue. Karen, sa fille,  qui est devenue une « star » du petit écran avait essayé pendant des années de faire libérer son père de cet enfer carcéral. Comment ? Avec le candidat à l’investiture Républicaine, favori des sondages, Donald Trump. Fils d’un entrepreneur immobilier, Donald Trump est connu pour être devenu milliardaire en bâtissant des immeubles prestigieux aux quatre coins des États-Unis. A New-York, Donald Trump construisit au début des années 1980, la Trump Tower, poussant alors certains spécialistes à s’interroger sur les relations supposées entre le milliardaire et les cinq familles de la Cosa Nostra. Pourquoi cette interrogation ? Car le ciment à toujours été considéré comme « l’or Italien » à New-York et au début des années 1980, la moindre goutte de béton qui était déversée à New-York, avait reçu à l’avance l’autorisation de l’une des cinq familles New-Yorkaise. Interrogé sur ses relations avec des membres de la Cosa Nostra, dont Salvatore Gravano, Donald Trump botta en touche et déclara seulement : « Je ne connais pas Salvatore Gravano et à ma connaissance, je ne l’ai jamais rencontrée », mais pour sa fille Karen, cette déclaration n'est qu'un mensonge de plus de l'actuel candidat républicain : « Écoutez, mon père était dans la construction et la Cosa Nostra contrôlait tout. Je suis sûr qu’à un moment de sa vie, il a du interagir avec des personnes liées à cette organisation » stipula t’elle. En effet, l’ancien Underboss de la famille Gambino, gagnait énormément d’argent, tellement d’argent, qu’il en rendait même son Parrain, John Gotti, jaloux de sa réussite. En effet, l’entreprise la plus rentable de Salvatore Gravano était Gem Steel, dénommée par la suite en Atlas Gem, qui prenait un pourcentage non négligeable sur toutes les constructions : « Je suis sûr que si vous êtes impliqué dans les secteur de la construction à New-York, vous devez obligatoirement rencontrer ce genre d’individus », déclara de nouveau Karen Gravano. L’écrivain, Wayne Barrett avait déjà publié un livre en 1992 sur les relations supposées de Donald Trump avec les familles de la Cosa Nostra, mais la réponse de ce dernier fut cinglante, fustigeant Wayne Barrett comme un « un écrivain de second plan, connu pour ces nombreux échecs littéraires ». En rentrant dans le programme de protection des témoins, Salvatore Gravano, publia un livre et donna de nombreuses interviews aux télés Américains. En 1997, sur la chaîne télévisée ABC, il déclara : « Quand je regarde Manhattan, je me dis qu’à une époque, je contrôlais tout. Quand je vois la nuit les lumières de tous ces immeubles, je pense à Donald Trump, à Tishman Speyer et à tous les autres, qui ne pouvaient pas construire un bâtiment sans mon autorisation ». Mais Donald Trump aurait aussi fait connaissance avec des gangsters en dehors de New-York, comme à Philadelphie. Atlantic City, est un territoire dit « ouvert » depuis que l'ancien Parrain Angelo Bruno décida de laisser les cinq familles New-York y faire du business dans les années 1980. Donald Trump comme tout bon investisseur, y construisit un Casino dénommé le Trump Plaza Hotel and Casino, sur un terrain qui appartenait avant à Salvatore Testa, ancien membre influent de la famille de Philadelphie, fils de l'ancien Boss Philip Testa, qui sera assassiné sous l'ordre de Nicodemo Scarfo Sr en 1984. Selon la police locale, le terrain aurait été vendu pour une somme dérisoire et plus troublant, le casino en question, aurait été construit pas des sociétés de construction détenues par Nicodemo Scarfo Sr et l'ancien Underboss devenu repenti, Philip Leonetti.

Lire la suite