Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

UN CAPITAINE DE LA FAMILLE LUCCHESE ESSAYE DE NEGOCIER UN ACCORD DE PLAIDOYER PLUSIEURS MOIS APRÈS SA CONDAMNATION

27 Juin 2021, 07:14am

Publié par Xav

Eugene Castelle
Eugene Castelle

Quand en Janvier 2018, le Capitaine de la famille Lucchese, Eugene Castelle fut inculpé de jeux illégaux, ce dernier a refusé une offre alléchante du gouvernement : Accepter de plaider coupable et passer entre huit et douze mois derrière les barreaux. Pourtant très à la mode pour certains membres de la Cosa Nostra, Eugene Castelle était parti du principe qu’un “plaider coupable” pouvait sûrement diminuer son respect au sein de la famille Lucchese et préféra tenter sa chance dans un procès fédéral. Manque de chance pour lui, un jury le fera condamner à plusieurs années prison, nous étions alors à quelques mois de la vague épidémique liée au coronavirus qui allait paralyser une grande partie du monde. Entre Mars et Avril 2020, le coronavirus commença à s’installer un peu partout aux États-Unis et notamment dans les prisons fédérales Américaines. A cette époque, le Capitaine de la famille Lucchese était en convalescence après avoir été soigné, en prison, pour une pneumonie, mais pour ses avocats et au vu de la période actuelle, il était nécessaire que leur client puisse être libéré de prison et confiné à domicile en attendant son appel. Une demande fut alors formulée et un juge fédéral décida alors de libérer sous caution, à hauteur de 500 000 dollars, Eugène Castelle, obligeant ainsi ce dernier de rester à domicile en attendant son procès en appel. Libéré le 1er Avril 2020, Eugene Castelle retournera finalement à la case prison, dans le pénitencier fédéral de Danbury huit mois plus tard, en Janvier 2021, une situation que le Capitaine de la famille Lucchese a du mal à accepter.

Eugene Castelle effectue depuis des mois, par le biais de ses avocats, de multiples demandes de libérations pour différentes causes plus ou moins valables. Mais au vu des nombreux échecs, Eugene Castelle a récemment effectué une demande assez surprenante, renégocier un accord de plaidoyer avec le gouvernement fédéral plusieurs mois après sa condamnation, du jamais vu. Pourtant et selon le Capitaine de la famille Lucchese, ce dernier aurait été “dupé” par son avocat, qui lui aurait donné de mauvaises informations sur sa peine réelle d’incarcération si celui-ci était reconnu coupable lors d’un procès. Eugene Castelle s’en mord actuellement les doigts, car s' il avait accepté ce plaider coupable, Eugene Castelle serait actuellement un homme libre. A la base son avocat lui avait dit qu’en cas d’échec lors d’un procès, il risquait au maximum trois ans et demi derrière les barreaux, mais dans un procès fédéral, le juge peut, s' il le souhaite, augmenter cette fourchette beaucoup plus haute avec comme simple justificatif, le passé criminel de l’accusé. Finalement, le juge condamnera Eugene Castelle à plus de six ans et demi de prison. Suite à ces accusations, le magistrat demanda à son ancien avocat de lui répondre dans les trente jours. Pour ce dernier, Eugene Castelle savait pertinemment qu’il risquait non pas au maximum 3 ans et demi mais en moyenne, près 5 ans et demi derrière les barreaux, mais qu’au final et malgré ses recommandations, il voulait tenter sa chance dans un procès. Essayant de se justifier, l’ancien avocat de la défense déclara que Eugene Castelle voulait ajouter un non-lieu à son palmarès, deux années après avoir été acquitté dans une affaire de racket avec plusieurs membres de la famille Lucchese.

Lire la suite

LE PARRAIN DE LA FAMILLE DE DÉTROIT DANS L'OBLIGATION DE PAYER SES IMPOTS SOUS PEINE D'ALLER EN PRISON

5 Juin 2021, 15:52pm

Publié par Xav

Jack “Jackie The Kid” Giacalone considéré par les autorités fédérales comme l’actuel Parrain de la famille de Détroit, avait la mine des mauvais jours, quand un tribunal fédéral de Détroit vient de l’obliger à commencer de rembourser près de 550 000 dollars d’impôts impayés depuis le début des années 2000. Le tribunal déclara que Jack Giacalone devait rapidement débourser une première tranche de 14 000 dollars, mais surtout d’indiquer aux autorités, les noms des personnes qui lui ont donné de l’argent ces dernières années, afin d’éviter de passer quelques années en prison. Cette histoire date d’il y a plus de vingt ans et un véritable bras de fer s’est engagé ces dernières années entre Jackie Giacalone et le gouvernement fédéral, qui a toujours nié d’avoir voulu refuser de payer ses impôts. Mais le spectre d’une condamnation plus importante, avec quelques années derrière les barreaux, planait de plus en plus au-dessus l’actuel Parrain de la famille de Détroit, qui âgé de soixante et onze ans, a décidé de trouver une solution amiable avec les procureurs. Cette semaine, lors d’une audience dite de conciliation, Jack Giacalone profita de cette occasion pour déclarer que les procureurs fédéraux insinuer que ce dernier avait enterré des milliers de dollars dans son jardin : “Ils pensent que j’ai de l’argent enfoui dans mon jardin, je pense qu’ils ont lu des articles vieux d’il y a plus de 30 ans”. Pour la défense, Jack Giacalone est un père de famille dévoué, qui essaye de survivre à un drame familial, tout en essayant de payer ses impôts avec un budget restreint. En effet, la fille de Jack Giacalone, l’actrice Chantel Giacalone a subi des lésions cérébrales irréversibles après avoir été soignée pour des problèmes d’allergies à Las Vegas en 2013. Suite à ce drame, l’État du Nevada avait dû débourser près de trente millions de dollars de préjudice, mais sans que Jack Giacalone ne touche le moindre centime dans cette histoire. Niant sa participation dans le crime organisé, les procureurs fédéraux sont tout de même revenus sur certaines anecdotes dévoilées par le Parrain en 2018, lors d’une déposition sous serment devant un juge. 

 

Lors de cette audience, il déclare avoir passé près de trois ans de prison à la fin des années 1980 pour une histoire de bookmaking : “J’ai fait mon temps, j’ai effectué toutes ces années et un an plus tard, je me suis fait de nouveau attrapé”. En 1992, il sera condamné à deux années de prison et à la suite d’accusations de fraude fiscale en relation avec son père Vito Giacalone, Jackie The Kid accepte de purger une année supplémentaire. En 2006, il sera de nouveau arrêté et accusé, avec des dizaines de membres de la famille de Détroit, d’avoir gagné des millions de dollars grâce aux jeux. Lors de ce procès, les procureurs avaient dépeint Jack Giacalone comme une personnalité de haut niveau dans la famille de Détroit, utilisant à souhait la menace pour parvenir à ses fins. Pour justifier leur propos, le gouvernement fédéral avait fait appel à un ancien Associé de la famille de Détroit, Don DeSerrano (qui décéda en Avril dernier à Las Vegas) qui déclara que Jack Giacalone l’avait menacé dans un Dinner de Détroit de lui rembourser rapidement une dette de plus de 300 000 dollars. Mais malgré ce témoignage, Jack Giacalone sera reconnu non-coupable, Toujours lors de cette audience, Jack Giacalone déclare ses problèmes financiers et les sommes déboursées pour subvenir au besoin du fils de sa fille, souffrant de sclérose en plaques : “Je suis sous l’eau depuis longtemps” déclara alors l’actuel Parrain de la famille de Détroit. 

 

Pourtant, les procureurs fédéraux sont revenus sur une petite histoire ou Jack Giacalone était parti avec sa famille en Italie. Lors de cette petite visite, ce dernier avait réservé un avion privé pour faire le tour du pays et s’était fait confisquer, par les douanes à l’aéroport, près de 10 000 dollars en liquide planqué dans ses bagages. Selon le Parrain de la famille de Détroit, ces seuls revenus seraient des gains sportifs, fluctuant selon les années, mais suite à des accusation venant des procureurs,  démontrant que Jack Giacalone déposait des versements régulier en liquide à la banque, les avocats de la défense sont intervenus en justifiant que rien ne prouvait que leur client ne cachait des revenus aux gouvernement fédéral. Suite à la décision du juge de contraindre Jack Giacalone de rembourser près de 14 000 dollars, le Parrain de la famille de Détroit, stipula qu’il demandera à un “ami cher” de lui prêter de l’argent, sans forcément préciser le nom de cette personne. Une prochaine audience devrait avoir lieu dans les prochaines semaines afin que le tribunal puisse déterminer si l’argent déclaré par Jack Giacalone lui appartenait réellement. 

Lire la suite