Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LCN

LA COSA NOSTRA AUX ETATS-UNIS EN 2015

28 Novembre 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Divers

LA COSA NOSTRA AUX ETATS-UNIS EN 2015

Quoi qu’on en dise, 2015 a été une année relativement tranquille pour les familles de la Cosa Nostra. Les inculpations menées par les procureurs fédéraux ont mené soient à des peines légères après des plaidoyers de culpabilité ou à plusieurs acquittements. A chaque procès, les autorités fédérales ramènent leurs différents collaborateurs de justice, des anciens membres de la Cosa Nostra qui ont décidé de collaborer pour éviter des longues peines de prison, espérant influencer la décision d’un jury de moins en moins convaincu par tous ces témoignages. Il y a des dizaines d’années, le témoignage d’un repenti lors d’un procès fédéral faisait automatiquement office d’une condamnation pour l’accusé. Mais aujourd’hui, les jurés ont du mal parfois à comprendre comme un ancien membre de la Mafia peut être payé par le gouvernement fédéral pour collaborer avec la justice. De plus, ils sont de plus en plus septiques que certains témoins puissent raconter des faits remontant à plus de vingt ans. Dernier argument joué par les avocats des membres de la Cosa Nostra lors des procès, comment croire des personnes qui ont commis les pires atrocités pendant de nombreuses années et qui vont après leur témoignage, refaire une nouvelle vie sous la protection de la justice et aux frais du contribuable. Les acquittements récents, comme dans le procès de Vincent Asaro, vont sans doute changer la stratégie des différents procureurs fédéraux qui pensent sans doute, que le témoignage d’un ancien membre de la Cosa Nostra, suffit à faire condamner un accusé. A une époque cela pouvait encore marcher, plus maintenant.

New-York :

A New-York, les cinq familles historiques de la Cosa Nostra, sont toujours actives. Ces dernières années, elles ont su s’adapter aux nouvelles technologies et à la surveillance plus accrue des agents fédéraux.

La famille Genovese :

Membres : 250-300
 Associés : + 1000

La famille Genovese fait toujours office de référence par rapport aux autres familles implantées aux Etats-Unis, même si en 2015 certaines arrestations ont démontré encore son emprise dans différents secteurs de la construction et portuaire. Comme à son habitude, de nature très discrète, on ne sait pas vraiment qui dirige actuellement la famille. Depuis le décès de Vincent « The Chin » Gigante dans une prison fédérale en 2005, les agents fédéraux soupçonnent qu’un panel composé de plusieurs Capitaines expérimentés, gèrent les affaires courantes de la famille. Liborio « Barney » Bellomo, Ernest Muscarell, Daniel « The Lion » Le, Dominick « Quiet Dom » Cirillo ou encore Laurent « Little Larry» Dentico, restent de membres très influents, en liberté, qui ont sans doute un mot à dire dans l’organisation de la famille Genovese. Contrairement à ses cousines, la famille Genovese a su déployer ses tentacules dans différents Etats, comme dans le Massachussetts, le New-Jersey et dans différentes régions à l’Ouest des Etats-Unis.

La famille Gambino :
Membres : 200-250
Associés : + 1000

La famille Gambino est depuis quelques années, l’une des familles les plus stables aux Etats-Unis. En Août dernier, on apprenait que Peter Gotti, frère de l’ancien Boss John Gotti, aurait toujours le titre officiel de Parrain, malgré son incarcération pendant plusieurs années, dans la prison fédérale de Terre-Haute dans l’Etat de l’Indiana. Les Siciliens ont repris le pouvoir dans la famille Gambino et ont quelques années extrêmement cloisonné sa hiérarchie. Domenico « Italian Dom » Cefalu, qui a joué pendant de nombreuses années de « tête pensante » et qui influé sur les orientations de la famille, a cédé sa place récemment, à son protégé, une étoile montante dans cette organisation criminelle, Frank « Franky Boy » Cali. Ce dernier est selon le FBI, un membre de la Mafia très influent qui a su pendant sa prise de pouvoir, réunifier les familles de Cosa Nostra en Sicile avec ses « cousines » aux Etats-Unis. De plus, il contrôlerait une bonne partie de l’industrie alimentaire et détiendrait des biens immobiliers dont plusieurs cafés et restaurants dans la ville de New-York. L’arrestation de Carmine Agnello en juillet dernier à Cleveland, à selon certains spécialistes, montré l’expansion de la famille Gambino en dehors de New-York, même si elle garde aussi une présence significative dans l’Etat du New-Jersey.

La famille Bonanno :
Membres : 130-150
Associés : + 1000

Cette année, la famille Bonanno est celle qui aura fait le plus parler d’elle cette année. La première raison est les condamnations et le procès de membres inculpé dans le casse dit de la Lufthansa. Lusieurs de ses membres dont, le Capitaine Jérôme Asaro, l’Acting Boss, Thomas « Tommy D » DiFiore ont été condamnés à des légères peines de prison, alors que Vincent Asaro a été récemment acquitté lors d’un procès fédéral qui aura duré près de trois semaines. La deuxième raison est l’arrestation d’un Soldat de la famille Bonanno, John Palazzolo, qui mécontent de sa situation au sein de l’organisation et malgré différente rencotnre avec des memrbes de la hiérarchie dont le Consigliere, Anthony « Fat Tony » Rabito, aurait décidé de préparer un conflit interne. Pour éviter ce genre de situation, les agents fédéraux l’arrêtèrent pour une violation de libération conditionnelle. La famille Bonanno est dans une situation délicate. L’actuel Parrain, Michael « The Nose » Mancuso qui malgré sa sortie de prison prévue en 2019, gérait la famille depuis la prison de Danburry dans l’État du Connecticut, une sorte de « Country Club » pour prisonniers fédéraux, lui laissant beaucoup de liberté. Pour enrayer cette situation, les procureurs fédéraux ont eu l’accord d’un juge éral de transférer le Parrain de la famille Bonanno dans la le pénitencier fédéral de Beaumont dans l’Etat du Texas.

La famille Lucchese :
Membres : 110-140
Associés : + 1000

La famille Lucchese est toujours aussi chancelante. Depuis la nomination de Steven « WonderBoy » Crea à sa tête, les membres de la famille Lucchese sont en train de subir les contrecoups de l’Opération Heat, lancée en 2007 par le FBI. Des mafieux hauts placés opérant depuis le New-Jersey, comme Martin Tacceta, Matthew Madonna ont été condamnés à plusieurs peines de prison récemment et ce n’est que le début. Mais cette année, la famille Lucchese a fait parlé d’elle en raison du procès de l’un de ses Capitaines, Nicodemo Scarfo Jr, qui a été reconnu coupable d’avoir orchestré avec l’un de ses Associés, le racket d’une entreprise basée au Texas, Firt Plus. Ce dernier a été condamné à près de trente années de prison mettant fin à sa carrière criminelle au sein de la Cosa Nostra. Même si la famille Lucchese tente de se reconstruire petit à petit à New-York, elle est en train de perdre avec ces condamnations énormément d’influence dans le New-Jersey.

La famille Colombo :
Membres : 60-70
  Associés : + 1000

Complètement décimée au début de l’année 2012, la famille Colombo a su depuis quelques années, tenir un profil bas, naviguant sous le radar du FBI pour se reconstruire. Alors qu’on l’a pensée détruite, cette dernière à vu certains de ses membres les plus influents comme,  Andrew « Andy Mush »  Russo sortir de prison récemment. On ne sait pas vraiment qui dirige actuellement la plus petite des cinq familles dans la rue, mais une chose est sûre, elle peut compter sur Thomas « Tom Mix » Farese revenu à New-York, après avoir opéré depuis longtemps depuis l’Etat de Floride, et Michael Persico, un individu non initié mais aussi influent qu’un membre intronisé, fils de Carmine Persico toujours considéré comme le Parrain officiel, pour orienter les affaires de la famille.

New-Jersey :

Dans le New-Jersey, les cinq familles de New-York ont des équipes opérationnelles basées dans cet Etat. Mais il ne faut pas oublier que la famille officielle, reste les DeCavalcante.

La famille DeCavalcante :
Membres : 50-70
Associés : + 500

Année riche en rebondissements pour la famille DeCalvante, qui a démontré en raison des évènements récents, que son influence au sein de la pègre était de plus en plus importante. En Mars dernier, un Capitaine de la famille DeCavalcante opérant depuis l’Etat du Nevada, Charles Stango a été arrêté avec d’autres membres dont le Consigliere Frank Nigro, d’avoir préparé l’assassinat d’un Soldat qui avait manqué de respect à l’Acting Boss à cette époque, Francesco Guaracci. « Frank Milk » ou tout simplement « Milk » comme il peut être surnommé, d’origine Sicilienne, a su en quelques années, relancer une famille qui était tombée en pleine tourmente au début des années 2000 après la désertion de certain de ses membres. De nature discrète, il a su rétablir des liens très étroits avec la famille Gambino, contrôlée elle aussi par des membres d’origine Sicilienne. En Août dernier, le Parrain officiel, qui avait passé plus de vingt années en prison, Giovanni « John The Eagle » Riggi, est décédé de causes naturelles à son domicile à Edison dans l’État du New-Jersey, il avait quatre vingt dix ans. Le poste de Parrain étant libre, celui-ci aurait du revenir normalement, à celui qui dirigeait les DeCavalcante depuis quelques années déjà, Frank Guarracci, mais selon certaines sources, deux autres membres se sont déjà positionnés pour reprendre les rênes. Le premier Charles Majuri, est connu des autorités pour avoir été dans un panel de gestion au début des années 2000. Le deuxième, Philip Abramo, surnommé « King Of Wall Street » est un membre respecté et influent qui a gagné énormément d’argent dans différentes fraudes. Le seul soucis, il est actuellement incarcéré et libérable en 2018.

PENNSYLVANIE :

Dans l’État de Pennsylvanie, 3 familles de la Cosa Nostra y sont installées :
La famille de Philadelphie encore très active
La famille Bufalino (disparu)
La famille de Pittsburgh (pratiquement disparu)

La famille de Philadelpie :
Membres : + de 50 membres
Associés : + de 200 Associés

L’actualité de la Cosa Nostra s’est essentiellement portée cette année, comme à son habitude, sur la famille de Philadelphie. La justice Américaine en ai certaines, Joseph « Joey » Merlino est l’actuel Parrain de cette organisation criminelle, et qu’il a pendant sa période de prison et avant ça, pendant ses contraintes de liberté surveillée, délégué le pouvoir à son ami de confiance, Steven « Handsome Steve » Mazzone. Peine de prison, car en janvier dernier, Joey Merlino, retourna pendant un peu moins de quatre mois derrière les barreaux, pour une violation de conditionnelle survenue en Juin 2014, à Boca raton, lieu ou il s’est installé avec sa famille. En Février dernier, le Soldat Anthony Nicodemo, plaida coupable du meurtre d’un Associé, Gino DiPietro, abattu en pleine rue un jour de Décembre 2012 et sera admissible à une libération conditionnelle en 2038. Mais ce qui intrigue le plus les agents fédéraux se sont les tensions qui règnent actuellement au sein de cette famille. L’ancien Consigliere, George « Georgie Boy » Borgesi, qui a retrouvé sa liberté en Décembre 2013, veut retourner aux affaires et n’accepte pas que pendant son incarcération, une partie de son territoire ai été attribué à un ami de Joseph Merlino, John Ciancaglini. Mécontent de cette situation il le fit savoir à plusieurs reprises à sa hiérarchie, sans succès. De plus, George Borgesi, s’en ai prit aussi ouvertement à un autre Capitaine, lui aussi allié et ami de Joseph Merlino, Marty Angelina.Cette situation pourrait très vite dégénérée. En attendant, des mafieux de la vieille école, comme Phil Narducci, guette dans l’ombre, la moindre occasion pour revenir au pouvoir.

Nouvelle-Angleterre :

Dans cet Etat, la famille Patriarca qui comporte deux factions, une à Providence dans le Rhodes-Island et une autre à Boston dans le Massachusetts, reste malgré les dernières arrestations, bien implantée.

La famille Patriarca :
Membres : + de 40 membres
Associés : + de 100 Associés

Peter Limone est l’actuel Parrain, mais disposant d’une liberté très limité pour diriger la famille et commençant à souffrir de plusieurs problèmes de santé, décida depuis quelques années de s’entourer d’Acting Boss. L’un d’entre eux, Anthony « Spucky » Spagnolo, avait été arrêté en octobre 2014 pour extorsion. Le Consigliere, Carmen « The Big Cheeze » DiNunzio, a quitté cette année une prison fédérale après y avoir purgé près de six années pour extorsion, alors que l’ancien Parrain emblématique, Luigi « Baby Cabanes » Manocchio, est sorti lui aussi d’une maison de transition en Mars dernier.

La famille de Détroit :
Membres : 50-60 membres
Associés : + de 250 Associés

Elle est gérée depuis 2014 par Jack « Jackie The Kid » Giacalone, un mafieux de la vieille école qui a instauré comme son prédécesseur, une organisation capable d’éviter les ennuis avec la justice. Pour gérer la famille, Jack Giacalone s’entoura de Peter Tocco comme Acting Boss, neveu de l’ancien Boss Giacomo Tocco, d’Anthony « Tony Chicago » La Piana comme Underboss, un gangster à « col blanc », ancien protégé de Giacomo Tocco, et neveu par mariage. Sa popularité au sein de la famille est tellement importante, que certains pensent que c‘est lui qui tire en réalité les ficelles derrière. Le poste de Consigliere, revint à Anthony « Tony Pal »

Etat de l’Illinois :

Dans cet Etat, la Outfit de Chicago y règne en maitre absolu, mais les prochains mois risquent d’être difficile pour cette organisation criminelle, qui a déjà perdu de sa « splendeur » depuis l’affaire dit des Secrets de famille.

La Outfit :
Membres : + de 70 membres
Associés : + de 1000 Associés

Le Parrain Salvatore « Solly D » DeLaurentis, a repris les rênes de la famille à John « No Noze » Di Fronzo, vieillissant et plus dans etat de gérer les affaires courantes de la Outfit. S’entourant de membres de la vieille école, comme Louis « Louis Tomatoes » Marino, qui vient de purger près de vingt cinq années de prison pour racket, la Outfit de Chicago n’est pas pour autant à l’abri. Une enquête fédérale a été lancée récemment contre plusieurs mafieux hauts placés, dont le Capitaine Albert « Albie The Falcon » Vena, considéré comme étant « l’individu le plus dangereux de Chicago », grâce au témoignage d’un ancien Associé, Steve Mandell. Ce dernier qui traitait avec le Soldat, Robert Panozzo, actuellement incarcéré pour plusieurs cambriolages effectués avec violence, en a eu assez des menaces répétées de la Outfit et a décidé avec sa femme, de se mettre « à table ». La Outfit est désormais en suspend de multiple arrestations, qui devraient avoir lieu sans doute avant les vacances de Noël. Cette dernière qui a su depuis l’affaire dit des Secrets de famille, étendue ses tentacules dans tout l’État, va sans doute tournée une nouvelle page les plus sombre de son histoire dans quelques temps.

Etat de Kansas City :
Membres : - de 20 membres
Associés : - de 100 Associés

On l’a pensée à la dérive, mais finalement la famille de Kansas City reste active et compterai moins d’une vingtaine de membres éparpillé un peu partout dans cet État. L’actuel Parrain, John « Johnny Joe » Sciortino est toujours accompagné de son Underboss, Peter « Las Vegas Pete » Simone et seraient très présents dans l’extorsion et le prêt usuraire.

Familles disparues :

La famille de Los Angeles : Tout espoir d’une refondation de la famille de Los Angeles s’est envolé avec le décès de Peter Milano en 2012. La plupart de ses membres sont inactifs ou ont déménagé dans d’autres Etats, voire dans d’autres familles. Une seule interrogation, le rôle de l’ancien Underboss, Tommaso « Tommy » Gambino, neveu de John Gambino, et cousin de Frank Cali, des membres de haut rang de la famille Gambino. La famille de Los Angeles a vu son activité considérablement baissée depuis des années, en raison de nombreux gangs présents dans la région de Los Angeles.

La famille Trafficante : Le dernier Parrain connu, Vincent Loscalzo, est à la retraite. L’Etat de Floride n’a plus proprement dit une famille implantée sur ce territoire, ce dernier étant « ouvert », toutes les familles de la Cosa Nostra, peuvent y faire du business sans autorisation préalable.

La famille de Nouvelle-Orléans : Selon le FBI, la famille de Philadlephie n’a plus aucune activité, pourtant l’un de ses membres, Joseph F. Gagliano avait fait parlé de lui en Mai dernier. Fils de l’ancien Underboss, Frank « Fat Frank » Gagliano, le Soldat de la Cosa Nostra a été condamné à deux années de prison pour port d’arme illégal. Son arrestation avait fait la une des journaux, car lui et deux Associés, Joseph et Dominick Gullo, avaient été soupçonnés par les autorités, d’utiliser une camionnette comme planque, pour commettre un assassinat à l’aide d’un fusil de sniper. Ces inculpations ont semé le doute sur l’activité actuelle de cette famille. Certains pensent qu’elle a encore un faible fonctionnement, alors que d’autres, pensent que l’absence de hiérarchie, empêche un fonctionnement normal pour une famille de la Cosa Nostra.

Lire la suite

ARRESTATIONS DANS LA FAMILLE RIZZUTO

26 Novembre 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Rizzuto

ARRESTATIONS DANS LA FAMILLE RIZZUTO

Les chefs des différentes organisations criminelles basées à Montréal, ont été arrêtés la semaine dernière, après une vaste opération de police. Leonardo Rizzuto (voir photo) âgé de quarante six ans et fils du défunt Parrain Vito Rizzuto décédé en 2013, a été arrêté en même temps que son ami Stefano Sollecito âgé de quarante huit ans, fils de Rocco Sollecito, membre dirigeant pendant le règne de Vito Rizzuto. Ces deux hommes sont, selon plusieurs sources judiciaires, les actuels dirigeants de la Mafia Italienne au Canada. Cette dernière, a été marquée ces dernières années par une guerre entre deux factions, les Calabrais d’une part, et le clan des Sicilien, fidèle aux Rizzuto et ce depuis l’extradition de Vito Rizzuto vers les États-Unis en 2006. A son retour, le Parrain prépara sa vengeance et fit « le ménage » en lançant de nombreux contrats contre les individus qu’ils l’avaient trahis quand il fut incarcéré. Emilio Cordileone, Joe Di Maulo ou encore Moreno Gallo seront assassinés en seulement quelques années, ce qui marquera le retour en force des Siciliens au pouvoir. Pendant un moment, le nom de Rocco Sollecito condamné à la suite de l’opération Colisée en 2006 et désormais libre, fut cité comme le membre le plus apte à reprendre les rênes de la Mafia Italienne, mais en réalité, ces dernière années, cette dernière fut gérée par un panel composée de plusieurs individus expérimentés. Malgré son métier d’avocat, Léonardo Rizzuto qui s’est toujours défendu d’appartenir à la Mafia, serait un membre dirigeant de cette famille recomposée. Un deuxième avocat, Loris Cavalière qui a représenté par le passé à de nombreuses reprises, le clan Rizzuto, a été arrêté lui aussi pour avoir facilité par le biais de son cabinet, de nombreuses réunions entre membres du crime organisé, un peu comme l’avocat de Corado Soprano dans la série télévisée The Soprano, un endroit très convoité par les membres du crime organisé, en raison de la difficulté qu’on les enquêteurs à obtenir une permission d’un juge pour y enregistrer des conversations. Au total plus d’une quarantaine de personnes ont été arrêtés à des niveaux plus ou moins importants. Toutes ont été inculpés d’avoir formé une sorte d’ « alliance », pour garder le contrôle de territoires dans la distribution de stupéfiants : « Cette alliance est née d’un désir de contrôler le territoire, en particulier le trafic de drogue dans la région de Montréal » déclara l’un des enquêteurs. Cette opération qui a impliqué près de deux cents policiers, a permis grâce aux différentes perquisitions, de récupérer des armes à feux, plusieurs kilos de cocaïne et près d’un million de dollars en liquide. Cette enquête, qui avait commencé en Janvier 2013, a permis aux policiers de constater, que c’était au chef actuel des Hells Angels, Salvatore Cazzetta, de gérer l’argent du crime organisé. L’ancien chef de ce célèbre gang de motards, Maurice « Mom » Boucher, incarcéré à perpétuité pour avoir ordonné l’assassinat de deux gardiens de prison, est soupçonné quant-à lui d’avoir utilisé sa fille, Alexandra Mongeau, pour relayer les messages à son ancien garde du corps, Gregory Woolley, dans le cadre de tuer Raynald Desjardins, un ancien bras droit de Vito Rizzuto, qui est actuellement en attente de jugement dans le meurtre de l’ancien Acting Boss de la famille Bonanno, Salvatore « Sal The Ironworker » Montagna. Toujours selon la police, cet individu aurait essayé depuis quelques années, « d’unifier les gangs de rues entre eux » afin de travailler avec la Mafia Italienne.

Lire la suite

LA VIE DANS LA COSA NOSTRA EST LOIN D'ÊTRE DE TOUT REPOS

24 Novembre 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Bonanno

LA VIE DANS LA COSA NOSTRA EST LOIN D'ÊTRE DE TOUT REPOS

Dans leur réquisitoire, les procureurs ont voulu une fois pour toute, fermer définitivement l’affaire du célèbre braquage de la Lufthansa et pour eux, le dossier sera totalement clos quand Vincent Asaro, un Capitaine de la famille Bonanno sera condamné. Pendant les trois semaines d’un procès qui marquera sans doute l’histoire de la Mafia Italo-Amériaine, les procureurs fédéraux ont essayé de dépeindre Vincent Asaro (voir photo), comme un mafieux sans scrupule, qui ne pense qu’à une seule chose, se faire de l’argent. Mais comment faire autrement pour le Capitaine de la famille Bonanno que de respecter l’omerta jusqu’au bout, quand on remarque dans ce procès, qu’une grande partie de sa famille a été engluée pour la plupart dans la Cosa Nostra. « Le silence », rétorque les procureurs fédéraux, était sa meilleure arme pour avancer dans la hiérarchie de la famille Bonanno, une avancée qui sera parsemée d’embuches, de plusieurs années de prison, pour arriver au final, à quatre vingt ans, devant un tribunal fédéral pour essayer de ne pas terminer sa vie derrière les barreaux. Né en 1935, Vincent Asaro a commencé comme la plupart des adolescents de son âge vivant à Ozone Park, à travailler pour les mafieux du coin. Pendant cette période, la Cosa Nostra était à son apogée, et vivant dans un quartier à forte densité Italienne, cette organisation criminelle était partout. C’était une époque ou il y avait des Affranchis à tous les coins de rue et Vincent Asaro voyait très bien que ces individus inspiraient la crainte et le respect, il fallait alors pour lui faire ses preuves. On ne rentre pas dans une famille de la Cosa Nostra aussi facilement que dans un « gang de rue » . La Cosa Nostra reste avant toute chose une « société secrète », et toute divulgation d'appartenance à une famille mafieuse est passible de la mort. Soixante années après avoir commencé à travailler dans un petit dépôt de loterie, Vincent Asaro se retrouve dans un tribunal fédéral pour se rendre compte d’une chose, que la Cosa Nostra aux États-Unis n’est plus ce qu’elle était. A la barre des témoins, il vit défiler bon nombre de collaborateurs, dont son propre cousin, Gaspare Valenti, un Soldat de la famille Bonanno venu témoigner que Vincent Asaro avait organisé avec James « Jimmy The Gent Burke » le célèbre casse de la Lufthansa. Alors oui ces témoignages n’auront pas menés à une condamnation pour Vincent Asaro, mais ce procès à montré une autre image de la Cosa Nostra. Depuis plus de vingt ans, le nombre de collaborateurs au sein de cette organisation criminelle a considérablement augmenté, permettant à la justice Américaine de mieux cerner le fonctionnement des familles, qui évoluent constamment. La famille Bonanno par exemple, qui a subi au début des années 2000, une énorme pression du gouvernement fédéral, a su depuis quelques années se reconstruire, tout en cloisonnant au mieux sa hiérarchie, avec des membres qui ont su prouver par le passé et par leurs nombreuses années de prison, qu’ils respecteront les règles de l’omerta jusqu’à leur mort. Vincent Asaro par exemple, a toujours été mis un peu en retrait par la famille Bonanno. Intronisé dans les années 1970, il deviendra au bout de quelques années un Capitaine, grâce notamment au soutient de son Oncle, Michael Zaffarano, un membre très influent des Bonanno dans les années 1970, très actif dans le milieu du porno. Le problème, est que Vincent Asaro était une « grande gueule » et avait tendance à « voler », ses propres Soldats et une partie des bénéfices qui devait revenir à la base à sa hiérarchie. De ce fait, Joseph Massino, qui deviendra le Parrain de la famille Bonanno dans les années 1990, le rétrograda au rang de Soldat, un affront que Vincent Asaro ne supportera pas. En 1998, alors que ce dernier fut condamné à 12 ans de prison pour racket et vol, il avait déclaré avant de recevoir son verdict : « Si je dois mourir en prison je le ferai » montrant par ce commentaire, que les valeurs de la Cosa Nostra étaient encore, et ceux malgré les revers, bien intactes chez lui. Vincent Asaro passera à travers les mailles du filet du FBI au début des années 2000, quand la justice Américaine s’attaqua frontalement à la famille Bonanno. Son fils Jérôme, un membre initié de la Cosa Nostra deviendra un Capitaine et la relation avec son père deviendra de plus en plus tendue depuis sa nomination. Vincent Asaro déclara à plusieurs reprises avoir « perdu » son fils quand il devint un « Skiper » (Capitaine). Au début des années 2000, Vincent Asaro avait du mal à gagner de l’argent et avait même peur que sa propre famille « lui retire son insigne », son adhésion à la Cosa Nostra. Mais au début de l'année 2010, la famille Bonanno était toujours dans une situation délicate. Elle changeait régulièrement d’Acting Boss et n'arrivait pas à se reconstruire, la pression exercée par le FBi était toujours aussi forte. Les effectifs au sein de la famille étaient tellement en chute libre, que Vincent Asaro deviendra de nouveau un Capitaine, à sa grande surprise, mais cette nouvelle « promotion » ne changera en aucun cas sa situation financière : « Je suis sans un sou » pestera t’il à son cousin Gaspare Valenti qui à cette époque, collaborait déjà avec les autorités. Aujourd’hui, la famille Bonanno à nommé un nouveau Parrain dénommé Michael « The Nose » Mancuso et Vincent Asaro après avoir été acquitté lors d’un procès fédéral, en maintenant sa position au sein de la Cosa Nostra, pourra surement lui amenait de nouvelles responsabilités. Actuellement emprisonné, Michael Mancuso a toujours fais confiance à Thomas « Tommy D » DiFiore en tant que Parrain par intérim, le problème est que Vincent Asaro le déteste. En 2013, après la condamnation de Vincent « Vinny TV » Badalmenti, Vincent Asaro avait déjà été proposé et soutenu par les « Zips » (Membres de la Cosa Nostra d’origine Sicilienne) pour gérer la famille Bonanno. Ce dernier qui parlerait couramment Italien, est très apprécié des membres de la famille mafieuse, pour un être un « homme de la vieille école », mais son tempérament « grande gueule » pouvait en gêner certains.

Lire la suite

NOUVELLES AFFAIRES DANS LA FAMILLE BONANNO

21 Novembre 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Bonanno

NOUVELLES AFFAIRES DANS LA FAMILLE BONANNO

UN CAPITAINE DE LA FAMILLE BONANNO ARRÊTE POUR AGRESSION :

Peter Lovaglio, un Capitaine de la famille Bonanno, a été arrêté la semaine dernière à New-York, après avoir agressé le patron d’un restaurant Japonais. Peter Lovaglio est connu depuis de nombreuses années par les autorités, pour être un proche collaborateur de Gerard Chill (voir photo), un Capitaine de la famille Bonanno, opérant depuis l’État de Floride. En Décembre 2012, Peter Lovaglio avait été arrêté avec ce dernier à l’aéroport de JFK. Gerard Chilli, qui était en probation, ne devait en aucun cas quitter sa résidence de Floride et surtout côtoyer des membres de la Cosa Nostra. A cette époque, Peter Lovaglio était dans la même situation, après avoir été libéré de prison pour extorsion et ses contraintes de libération conditionnelle étaient très strictes. Pour ce « rendez-vous » manqué, le Capitaine de la famille Bonanno sera condamné à deux années de prison supplémentaires. A l’été 2014, son nom ressurgit lorsque The Waterfront Commission of New York Harbor, qui est un organisme de réglementation pour les ports de New-York et du New-Jersey, avait cité le nom de Peter Lovaglio, comme un individu ayant des liens très étroits avec Francis Mangano Jr, un ancien chef des docks qui sera par la suite banni à vie, après qu’une enquête fédérale montrera les ramifications entre Francis Mangano Jr et des mafieux des familles Bonanno et Colombo. Le soir de l’agression, était parti manger au célèbre Takayama Sushi Lounge sur Page Avenue avec d’autres individus non-identifiés. Aux alentours de 2h40 du matin, le Capitaine de la famille Bonanno interpella le propriétaire qui se retourna avant de se faire agresser à plusieurs reprises, coupant son visage et lui aveuglant un œil. Peter Lovaglio avait sans doute trop regarder Donnie Brasco, et pensait comme dans le film qu’après avoir agressé le restaurateur, il pourrait s’en tirer sans problème, mais ce dernier ne se dégonfla pas et alla portait plainte à la police, qui l’arrêta quelques heures plus tard à son domicile. L’identification de Peter Lovaglio s’averra difficile et la plice de New-York, demanda de l’aide à leurs collègues de la lutte contre le crime organisé qui identifièrent formellement le Capitaine de la famille Bonanno. On ne sait pas vraiment pourquoi, Peter Lovaglio a agressé physiquement le restaurateur, mais la police soupçonne le fait que le mafieux était irrité de ne pas recevoir une part des bénéfices de ce restaurant.

NOUVELLES AFFAIRES DANS LA FAMILLE BONANNO

VINCENT ASARO PROFITE DE SA LIBERTÉ :

Malgré un verdict de non-culpabilité contre le Capitaine de la famille Bonanno, les agents fédéraux sont retournés dans les rues de New-York pour surveiller quelques instant Vincent Asaro, qui depuis sa sortie de prison, est retourné habiter dans son domicile du Queens. Dans l’après-midi, une Jeep Sahara se gara devant sa maison et ce fut sans grande surprise, que les agents fédéraux remarquèrent qu’Anthony « Fat Sammy » Valenti (voir photo), fils de Gaspare Valenti, qui était venu apporter son soutient lors du procès de Vincent Asaro, était venu lui rendre une petite visite. Vincent Asaro semblait déjà de auvaise humeur et quand un journaliste d’un célèbre qutodien New-Yorkais avait essayé de lui parlé quand ce dernier sortait ses poubelles, Vincent Asaro rétorqué sèchement : « Je ne parle pas. Je n’ai rien à dire ». Gaspare Valenti qui était accompagné d’un individu non identifié parla plusieurs minutes avec le Capitaine de la famille Bonanno. On ne saura vraiment jamais de quoi ils pouvaient discuter, mais Vincent Asaro fut incarcéré pendant près de deux années, et il serait logique de penser que Gaspare Valenti, lui fasse un point sur la situation actuelle de la famille.

Lire la suite

MAIS QUE DEVIENT LA FAMILLE DE KANSAS CITY ?

18 Novembre 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Kansas

MAIS QUE DEVIENT LA FAMILLE DE KANSAS CITY ?

A une époque pas si lointaine, la famille de Kansas City était l’une des familles les plus influentes aux États-Unis après les cinq familles de New-York. En relation étroite avec la Outfit de Chicago, la famille de Kansas City avait étendu ses tentacules sur une bonne partie du territoire Américain, et en particulier dans l’État du Nevada avec le contrôle et le racket des différents casinos de Las Vegas. Depuis les années 1950, la famille de Kansas City avait été dirigée par les Civella. Nicholas d’abord, à régné pendant l’ âge d’or de la Cosa Nostra » près de trente ans, avant de décéder d’un cancer du poumon en 1983. Son frère, Carl « Cork » Civella reprit les commandes de la famille après la mort de Nicholas Civella, mais son règne fut de courte durée. En 1984, il sera condamné à une peine maximale de vingt années de prison pour avoir racketté pendant plusieurs années plusieurs des casinos de Las Vegas. De 1984 à 1995, la famille de Kansas City fut dirigée par William « Willie The Rat » Cammisano, mais sa relation avec la Outftit de Chicago n’était plus la même. Les condamnations liées aux rackets des casinos à complètement changé les orientations entre les deux familles. Il faut dire que l’ancien Underboss de Kansas City, Carl « Tuffy » DeLuna avait donné involontairement une mine d’informations aux enquêteurs, lors de la perquisition de son domicile. Les noms des différents hauts membres de la Cosa Nostra avaient été remplacés par des vulgaires surnoms, ce qui permirent facilement aux enquêteurs de faire le rapprochement très étroit entre les deux familles. Ces informations feront condamnés entre autre Joseph « Joey Doves » Aiuppa et John « Jackie The Lackey » Cerone, respectivement Boss et Underboss de la Outfit à près de vingt huit années de prison. Auparavant « alliées » dans plusieurs affaires, William Cammisano s’orienta alors vers d’autres États, pour implanter de nouveaux business loin de Chicago et de Las Vegas. Mais au final, William Cammisano décèdera en 1995 d’insuffisance respiratoire et c’est de nouveau un Civella qui reprendra le pouvoir, Anthony « Tony Ripe » Civella jusqu’en 2006. Aujourd’hui, la famille de Kansas City n’a plus la même « splendeur » qu’il y a des dizaines d’années. Elle qui avait des Soldats implantés un peu partout aux quatre coins des États-Unis, à d’après le FBI, moins d’une quinzaine de membres actifs. Maintenant elle se contente de son territoire et ses rackets sont limités aux prêts usuraires, aux extorsions et aux paris sportifs. Le Parrain actuel serait un membre de la vieille école, dénommé John « Johnny Joe » Sciortino, accompagné de son Underboss Peter « Las Vegas Pete » Simone, est déjà au même poste sous des précédents Parrains. Aujourd’hui âgé de soixante dix ans, Peter Simone a servit en tant qu’Underboss depuis le début des années 1990 pendant le règne de William Cammisano et aurait encore un contrôle très important dans plusieurs syndicats. John Sciortino a longtemps été le chauffeur et protégé d’Anthony Civella jusqu’à en devenir son Acting Boss avant son décès pendant une partie de Golf en Arizona en 2006. La famille de Kansas City au vu de sa taille, ne reconnait pas formellement le poste de Consigliere, en général attitré dans n’importe quelle famille de la Cosa Nostra, même si la justice Américaine, soupçonne que le frère de Carl DeLuna, Franck servirait de conseiller dans certains affaires. Les membres influents dans cette famille se comptent sur les doigts d’une main. Outre William Cammisano, Jr, un Capitaine, avait plaidé coupable en 2010 de paris illégaux et serait soupçonné dans plusieurs meurtres crapuleux encore non élucidé, son neveu Jerry Cammisano a servi quant-à lui, quatorze mois de prison lui aussi pour paris illégaux. Un autre Capitaine qui serait capable de prendre dans quelques années les rênes de la famille, Vince Civella, est un membre très actif et surtout très influent dans la ville de Kansas City. Petit-fils de l’ancien Parrain, Anthony « Tony Ripe » Civella, Vince Civella est le propriétaire d’un club de striptease dans la région. Le fils de Peter Simine, Joseph Simine âgé de quarante trois ans, est aussi un individu à surveiller de très près. Intronisé au début des années 2000, Joseph Simone avait été condamné par un tribunal, pour avoir refusé de témoigner dans une affaire liant la Cosa Nostra, devant un grand jury fédéral. Selon le FBI, Joseph Simone aurait été aussi impliqué dans le meurtre d’un Associé de la Cosa Nostra il y après de vingt ans. John Sciortino se retire petit à petit des affaires de la famille pour laisser la place à une nouvelle génération de mafieux, qui donnera selon les craintes du FBI , une nouvelle vie à la famille de Kansas City.

Lire la suite

NOT GUILTY !

15 Novembre 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Bonanno

NOT GUILTY !

Après trois semaines de procès et deux jours de délibération, Vincent Asaro (voir photo), un Capitaine de la famille Bonanno qui avait été inculpé de plusieurs charges fédérales en Janvier 2014, fut déclaré non-coupable des accusations portées contre lui. Quand le jury fédéral rentra dans le tribunal, il y avait un silence de mort, Vincent Asaro paisible, s’attendait au pire. Quelques jours auparavant, il pestait contre ses avocats, qu’il trouvait « trop tendre », pas assez agressifs contre ceux qui étaient venus témoigner contre lui, dont son propre cousin Gaspare Valenti, déclarant qu’il « avait sa vie entre leurs mains ». Mais à l’énoncé du verdict de non-culpabilité de racket, d’extorsion de fonds et du meurtre de l’Associé de la famille Lucchese Paul Katz, Vincent Asaro se leva, poing en l’air et étreignit ses deux avocats : « Votre honneur je vous remercie beaucoup » déclara t’il au juge fédéral Allyne Ross. En sortant du palais de justice après un peu plus d’un an et demi d’incarcération, Vincent Asaro s’exclama : « LIBRE ! ». Accompagné de ses deux avocates, Elizabeth Macedonio et Diane Ferrone, sourire aux lèvres, il s’amusa à répondre aux questions des journalistes présents en masse devant le tribunal fédéral, et qui étaient eux aussi un peu étonnés du verdict prononcé : « J’ai hâte de manger un bon repas et de voir ma famille » (laquelle ?), déclara t’il, tout en continuant qu’il attendait les fêtes de Thanksgiving et de Noël avec impatience. Vincent Asaro paru enchanté de l’engouement provoqué par son acquittement, et n’hésita pas à faire des poses pour les photographes : « Même John Gotti n’a pas eu autant d’attention » ironisa t’il. Vincent Asaros ‘attendait à terminer sa vie derrière les barreaux et fut le seul accusé dans cette affaire à tenter sa chance dans un procès fédéral, son fils Jérôme, un Capitaine de la famille Bonanno avait décidé il y a quelques mois de plaider coupable d’avoir déplacé le corps de Paul Katz et avait été condamné à près de sept ans et demi de prison. Le témoignage de Gaspare Valenti n’a pas été jugé crédible par le jury. Ce dernier avait témoigné lors du procès, que Vincent Asaro était l’un des « cerveaux » dans le casse de la Lufthansa, et qu’il avait empoché personnellement près de cinq cent mille dollars auprès de James Burke, une somme ui fut vite dépensée dans les hippodromes toujours selon ces dires. Mais dans sa plaidoirie finale, l’avocate de Vincent Asaro, Elizabeth Macedonio avait décrié Gaspare Valenti comme « un menteur expérimenté » qui avait touché une très belle somme du gouvernement fédéral pour « collaborer contre son propre cousin » et ainsi éponger ses dettes : « Une fois que vous éliminez Gaspare Valenti comme une personne fiable, alors que vous êtes en mesure de conclure de la non-culpabilité de mon client » avait t’elle adressé au jury. Ironisant sur le programme de protection des témoins, Elizabeth Macedonio avait continué sur sa lancée en déclarant que celui-ci était « un régime de retraite » ou « les collaborateurs négocient afin de récolter des avantages » pour leur prochaine vie. Pour terminer elle avait conclu sur le fait que les photos de surveillance de Vincent Asaro, montrées lors de ce procès, en compagnie d’autres membres de la Cosa Nostra, « n’était pas un crime » et que cela démontré une chose, que les procureurs fédéraux ne savaient pas comment faire pour condamner définitivement son client. D’ailleurs selon eux : « Si Vincent Asaro est vraiment l'individu dangereux, violent, assassin décrit par le gouvernement, pourquoi a-t-il fallu si longtemps pour l'arrêter ? ». L’affaire de la Lufthansa, hantera à tout jamais la justice Américaine, qui en pratiquement quarante années d’enquêter n’aura jamais réussi à prouver et à faire condamner un membre dans cette affaire. Concernant l’assassinat de l’Associé de la famille Lucchese, Paul Katz, les ossements retrouvés grâce à la collaboration de Gaspare Valenti dans l’ancienne maison de James Burke, n’a pas tellement convaincu les jurés. En effet, rien ne prouvait selon les avocats de la défense, que malgré la présence du corps de Paul Katz, que Vincent Asaro fût le coupable de ce meurtre, en sachant que Gaspare Valenti avait déclaré auparavant avoir déplacé à « plusieurs reprises » ce dernier pour éviter des fouilles du FBI. Vincent Asaro en a pour l’instant avec la justice Américaine. Les procureurs fédéraux n’ont toujours pas dit s’ils avaient faire appel de cette décision. En attendant, c’est Gaspare Valenti qui va prochainement se présenter devant un juge fédéral à New-York, pour savoir si son témoignage et les informations données aux enquêteurs pendant sa collaboration, à lé mérite de faire Gaspare Valenti un homme libre.

Lire la suite

APRÈS 32 ANNÉES DE PRISON UN ASSOCIÉ DE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE EST DÉSORMAIS LIBRE

12 Novembre 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Philadelphie

APRÈS 32 ANNÉES DE PRISON UN ASSOCIÉ DE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE EST DÉSORMAIS LIBRE

Il y a moins d’un mois, George Martorano, un Associé de la famille de Philadelphie a été libéré d’une prison fédérale en Floride, après y avoir passé près de trente deux années pour trafic de drogue. Aujourd’hui âgé de soixante cinq ans, cette libération fut seulement possible en raison d’une loi fédérale passée l’année dernière, visant à alléger les peines des individus condamnés pour des infractions liées à la drogue et ayant purgé plus de trois quart de leur peine, dans le but de réduire la population carcérale. Arrêté en 1983 pour trafic de drogue, George Martorano qui était le fils d’un célèbre membre de la famille de Philadelphie à cette époque, Raymond « Long John » Martorano (voir photo) décidera sous conseil de son avocat Robert Simone, de plaider coupable un an plus tard, des accusations retenues contre lui, en espérant que le juge lui accordera au maximum une peine de dix années de prison. Aux États-Unis, la plupart des membres de la Cosa Nostra essayent très souvent d’obtenir des accords de « plaidoyer » avec les procureurs fédéraux, pour alléger leur peine et ainsi permettre au ministère public de ne pas dépenser des milliers de dollars dans un procès. Mais fait exceptionnel, le juge en charge de ce dossier, John Berne Hannum décida de ne pas suivre les réquisitions du procureur et condamna George Martorano à une peine de prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle. A trente trois ans la carrière criminelle de George Martorano était désormais finie. Cette condamnation historique pour un individu n’ayant commis aucun crime violent, changera sans le vouloir l’histoire de la famille de Philadelphie. A cette époque, le Parrain de la famille était Nicodemo Scarfo Sr, un Boss sanguinaire, paranoïaque, que le gouvernement essayait vainement depuis de nombreuses années de le faire incarcérer à vie. Quand George Martorano se fit condamner à la prison à perpétuité, un Soldat et tueur à gages de la famille de Philadelphie, Nicholas « Nicky Crow » Caramandi était incarcéré, après avoir été condamné lui aussi pour trafic de drogue et meurtre. En attendant d’être transféré dans une prison fédérale, il attendait patiemment au Métropolitan Center de Philadelphie ou bon nombre de membres de la Cosa Nostra y transitent, soit pour y attendre leur procès, ou comme Nicholas Caramandi pour y être transféré dans un des pénitenciers fédéraux qui pullulent aux États-Unis. Pendant cette période, Nicholas Caramandi se trouva avec le père de George Martorano, Raymond Martorano. Ce dernier était énormément tracassé de la condamnation de son fils à une aussi longue peine, et disait ouvertement à qui voulait bien l’entendre, que si on en était arrivé là, c’était à cause de Nicodemo Scarfo Sr, qui aurait poussé son fils à se lancer dans le commerce de la drogue, il essaya alors d’utiliser un stratagème pour renverser son Parrain. A cette époque, Nicholas Caramandi se posait beaucoup de questions. Une condamnation pour meurtre pouvait l’amener à terminer sa vie derrière les barreaux, mais il pouvait aussi pousser Nicodemo Scarfo Sr à lancer un contrat contre lui. Un jour dans la cours d’exercice de la prison, Raymond Martorano joua sur ce fait, et lui déclara que de sources sûres, le Parrain de la famille de Philadelphie voulait sa mort. Quelques jours plus tard, Nicholas Caramandi rejoignit les agents fédéraux dans un lieu tenu secret et commença à témoigner avec le gouvernement fédéral. Son témoignage, couplé avec celui de Phil Leonetti, fit condamner Nicodemo Scarfo Sr à une peine de prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle. Dans un sens, Raymond Martorano, lui le mafieux Sicilien s’était vengé, mais il le paiera de sa vie quelques années plus tard. Pendant ses longues années d’incarcération, George Martorano fut un détenu modèle, « exemplaire » même diront certains membres des services pénitenciers. Il écrivit plusieurs ouvrages, aidera des détenus à se réinsérer dans la vie après leur sortie de prison, si quelqu’un avait le droit de pouvoir être libéré, « c’était bien lui » diront certains de ses amis. Mais comment faire accepter à George Martorano d’avoir passé près de trente deux années en prison, en sachant que plusieurs meurtriers aux États-Unis, ont été condamnés à des peines beaucoup moins longues. Plusieurs interrogations, qui ont mené ses avocats, à se pencher de près sur la personnalité et la vie du juge qui le fit condamner, aujourd’hui décédé. Le juge avait été fortement critiqué après être intervenu comme « témoin de moralité » au procès de Robert « Bobby » Simone, l’avocat de George Martorano quelques semaines après que l’Associé de Philadelphie ai décidé de plaider coupable des charges retenues contre lui. Robert Simone, avocat flamboyant qui aimait par-dessus tout trainer avec des gangsters, avait été accusé de racket et de fraude fiscale et son acquittement avait surpris beaucoup de monde, mettant ainsi en avant l’amitié entre les deux hommes. Alors les hypothèses vont que le juge John B. Hannum, agacé par les rumeurs mettant en évidence ses bonnes relations avec des membres ayant des liens avec la pègre, aurait voulu faire un exemple, en condamnant à perpétuité George Martorano

Lire la suite

LES TÉMOINS DÉFILENT AU PROCES DE VINCENT ASARO

8 Novembre 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Bonanno

LES TÉMOINS DÉFILENT AU PROCES DE VINCENT ASARO

Le témoignage de Laurent Katz, fils d’un ancien Associé de la famille Lucchese assassiné selon les procureurs fédéraux par Vincent Asaro (voir photo) en Aout 1969, à quelque peu refroidi le tribunal, sauf bien sûr l’accusé lui-même, qui est resté imperturbable. Paul Katz trainait avec les mauvaises personnes, des membres initiés de la Cosa Nostra, des individus impitoyables qui auraient reculé devant rien pour éviter de se retrouver en prison. L’Associé de la famille Lucchese, savait pertinemment qu’en choisissant cette vie, elle pouvait s’arrêter du jour au lendemain, sans avertissement préalable. Dans la Cosa Nostra, les personnes qui vont vous tuer, vous les connaissez depuis de nombreuses années et ce jour là, ils vous accueilleront avec le sourire, les bras grands ouverts, mais ce soir là, quand il fut appelé à son domicile un soir d’été en 1969, Paul Katz savait que quelque chose tramé, que ce n’était pas qu’une simple réunion entre truands, qui allait se dérouler dans un magasin de bonbons détenu par un membre de la Mafia. Laurent Katz avait cinq ans, mais malgré son jeune âge, cette scène restera à jamais marquée dans sa mémoire. Il se souvient que sa mère suppliait son père de ne pas partir, que ce n’était pas normal de se faire « convoquer » en pleine nuit. Pour éviter le pire, elle lui demanda de prendre son fils, car elle savait très bien que contrairement aux membres de Cosa Nostra en Sicile, la Cosa Nostra aux États-Unis ne tuent pas les enfants, ou encore de prendre son chien. Paul Katz, lui rétorqua seulement d’appeler les « flics » s’il n’était pas revenu dans quelques heures, ils ne le reverront plus jamais. La suite, on l’a connait déjà, Paul katz se serait rend très certainement au lieu de rendez-vous et sera étranglé par des individus non-identifiés avec une chaîne pour chien. Son corps, quant-à lui, sera retrouvé à l’été 2013, au sous-sol de l’ancienne maison d’un autre Associé de la famille Lucchese, James « Jimmy The Gent » Burke. On sera par la suite que son corps fut retrouvé grâce au témoignage de Gaspare Valenti, cousin de l’actuel accusé dans cette affaire Vincent Asaro, dont il déclara aux autorités que ce dernier à participé à cet assassinat crapuleux. Pendant plusieurs jours de témoignage, Gaspare Valenti stipula, que Paul Katz détenait un entrepôt à Ozone Park, un lieu à forte densité mafieuse, ou la Cosa Nostra reste encore à l’heure d’aujourd’hui très bien implantée. Cet entrepôt avait une particularité, il servait à caché les nombreux bien volés des membres de la Cosa Nostra et en particulier ceux de James Burke. Le problème est qu’un jour Paul Katz se fit arrêter, et d’après son fils, son père aurait décidé de collaborer avec la police : « Il nous a dit qu’on allait bientôt déménager ». Malheureusement pour l’Associé de la famille Lucchese, James Burke était paranoïaque et le moindre soupçon dans son esprit qu’un individu allait collaborer avec la justice, suffisait pour lancer un contrat. Le témoignage de Laurent Katz ne permet pas en lui-même de prouver que Vincent Asaro était bien le coupable dans ce meurtre, d’ailleurs pour les avocats de la défense, Paul Katz aurait été tué par un Associé de James Burke, un dénommé Joseph Allegro. Depuis le début du procès, Vincent Asaro s’est ouvertement moqué des différents témoins du gouvernement, essayant même de les provoquer du regard. Une personnalité que les procureurs fédéraux ont essayé d’expliquer après le témoignage de Laurent Katz. Lors de son arrestation en janvier 2014, Vincent Asaro fut conduit au Métropolitan Center de New-York, ou il fut avant d’être transféré dans sa cellule, déshabillé. Pendant cette fouille, les agents fédéraux pénitenciers remarquèrent que le Capitaine de la famille Bonanno avait plusieurs tatouages, la plupart sur le thème du « respect » et « l’honneur ». Comme ce tatouage au niveau de sa cheville, représentant une « faucheuse » et les quelques mots « La mort après le déshonneur ». Pour l’agent du FBI, Robert Ypelaar, appelé à la barre, ces tatouages sont révélateurs de l’appartenance et du respect des règles de la Cosa Nostra jusqu’à sa mort pour Vincent Asaro. Les règles de l’omerta qui toujours selon l’agent du FBI, a « construit sa vie ». L’avocat de la défense, Elizabeth Macedonio essaya de dédramatiser les propos de l’agent fédéral, en expliquant que ces tatouages étaient pour la plupart, des devises des US Marine et des Samouraïs. D’ailleurs, elle ironisa en déclarant qu’elle ne savait pas qu’elle aurait du défendre son client pour ce genre de choses lors d’un procès fédéral, incitant le rire dans la salle d’audience.

Lire la suite

UN TUEUR A GAGES DE LA OUTFIT BIENTÔT INCULPÉ ?

4 Novembre 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Outfit

UN TUEUR A GAGES DE LA OUTFIT BIENTÔT INCULPÉ ?

Le FBI ne dément pas les rumeurs qui courent depuis quelques semaines, sur une prochaine inculpation de plusieurs membres de la Outfit, dont le Capitaine de Grand Avenue, Albert « Albie The Falcon » Vena. Ce dernier qui est soupçonné de plusieurs homicides mais jamais inculpé, serait une « version améliorée » de l’ancien mafieux qui opérait depuis Las Vegas, Anthony « The Hant » Spilotro et selon la justice Américaine, il est considéré comme l’individu le plus dangereux de Chicago, rien que ça. Mais d’autres tueurs à gages de la Outfit, exerçant depuis de nombreuses années au sein de cette organisation criminelle, serait eux aussi dans le collimateur du FBI comme Fred « Porky » Pordyla (voir photo). Aujourd’hui âgé de soixante douze ans, ce membre initié de la Cosa Nostra, aurait participé avec son ancien partenaire et Associé Frank Schwehis, un célèbre tueur à la solde l’ancien Acting Boss Joey Lombardo, à des nombreux et aux plus célèbres assassinats de la Outfit. Son nom au sein du milieu, inspire le respect et la crainte, car tout le monde sait dans le milieu, que Fred Pordyla donnerait sa vie et tuerait sans aucune hésitation pour le bien de cette organisation criminelle. Bien que membre intronisé depuis plusieurs dizaines d’années, il ne fut jamais réellement inquiété par les autorités, manque de preuve sans doute, mais son nom sortit tout de même récemment dans l’affaire dit des Secrets de Familles, une énorme opération lancée par le FBI dans les années 2000, qui inculpa et fit condamner des membres de hauts rangs de la Outfit. Pendant le procès, le célèbre repenti Nick Calabrese, ancien tueur lui aussi, et descendant d’une des familles les plus craintes de Chicago, raconta devant un tribunal pour éviter une longue peine de prison que Fred Pordyla, avait participé de près à l’assassinat de Emil Vaci, un Associé de la Outfit qui détenait un restaurant Italien dans la région de Phoenix dans l’État de l’Arizona. Ce dernier fut enlevé et assassiné en 1986 après avoir témoigné devant un grand jury fédéral sur ses connexions avec plusieurs mafieux de la Outfit. Selon Nick Calabrese, il voyagea jusqu’à Phoenix pour rencontrer les « machines à tuer » de la Mafia, Frank Schwehis, John Fecarotta qui auraient déjà tout organisé sur place avec un dénommé Porky. C’était une période de grande instabilité au sein de la Mafia à Chicago et n’importe qui, pouvait se faire tuer sur une simple rumeur. L’ancien Parrain, Joseph Aiuppa venait de se faire humilier en étant condamné à de nombreuses années de prison pour avoir racketté plusieurs casinos de Las Vegas et Joseph Ferriola était arrivé au pouvoir. Surnommé Casimir par ses Associés, ce dernier était un membre craint et respecté qui en arrivant à la tête de la Outfit, a voulu faire « le ménage » dans les rangs de sa famille. Après avoir fait exécuter les frères Spilotro, Joseph Ferriola lança de nombreux contrats sur des personnes susceptibles de collaborer avec les autorités. On ne sait pas exactement le rôle qu’a pu jouer Fred Pordyla dans l'assassinat de l'Associé de la Outfit, mais une chose est sûre, sa présence à Phoenix quelques jours avant le meurtre d’Emil Vaci n’est pas qu’une simple coïncidence. Opérant depuis Elmwood Park, Fred Pordyla a commencé sa carrière criminelle au sein de la Outfit en étant le chauffeur et garde du corps de plusieurs pointures de la pègre, comme Jack « Jackie The Lackey » Cerone et Joseph Aiuppa. Très rapidement, il fut utilisé comme « gros bras » pour récupérer l’argent de mauvais payeurs et sera par la suite affecté aux membres susceptibles d’exécuter les contrats pour la Outfit, sans rechigner. Les futures inculpations préparées par les agents du FBI et les procureurs fédéraux, sont une sorte de revanche sur les membres de la Ouftit qui ne furent pas inculpés dans le procès dit des Secrets de Famille. Outre Albert Vena et Fred Pordyla, il ne serait pas étonnant de voir des gangsters comme John « John No Noze » DiFronzo, ancien Parrain de la Outftit, son frère Peter DiFronzo, un Capitaine de la Cosa Nostra, ainsi que Salvatore « Solly D » DeLaurentis et Daniel Marino, complétaient le « tableau de chasse » de la justice Américaine, pour essayer de ralentir pour de bon, une organisation criminelle qui a pris de plus en plus d’ampleur ces dernières années.

Lire la suite