Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LCN

Articles avec #decavalcante tag

COMME UN AIR DE DÉJÀ-VU DANS LA FAMILLE LUCCHESE

3 Juin 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Lucchese, #DeCavalcante

Dominic TruschelloLe mois de Décembre a toujours été une période particulière pour les mafieux de la Cosa Nostra. Cette période de l’année est synonyme de « grosse enveloppe » et de rencontre entre mafieux pour parler buisiness. Un soir de Décembre, une limousine blanche se gara devant le restaurant Italien Il Boschetto, situé à Yonkers, un repère des membres de la famille Lucchese. Dans ce véhicule sorti deux individus. Le premier n’était autre que Joseph « Big Joe » Datello, un Soldat des Lucchese, très actif dans le racket lié à la construction et son ami, un Associé de la famille DeCavalcante, beau-fils de l’ancien Parrain « Giovanni « John The Eagle » Riggi, Sean Richards. Accoudé au bar du restaurant, Steven « WonderBoy » Crea, les attendait. Ce dernier avait déjà une très bonne réputation dans la famille Lucchese. Spécialisé dans le racket de la construction, il venait de fonder le Lucchese Construction Group et servait par la même occasion le poste d’Acting Boss d’une famille mafieuse qui était toujours en pleine incertitude depuis l'incarcération à perpétuité de leur Parrain, Vittorio Amuso. Les trois hommes se connaissaient bien, ils avaient déjà eu l’occasion de se parler à plusieurs reprises, mais Joseph Dentello et Steven Crea ne savaient pas une chose, Sean Richards était un informateur du FBI, et enregistrait par la même occasion les différentes réunions auxquelles il assistait. Suite à une perquisition de routine par le FBI dans son entreprise de construction, le beau-fils de Sean Richards sombra dans une sombre dépression et décida de lui même de collaborer avec le FBI. Pendant une heure, les trois hommes parlèrent d’extorsion et de corruption, mais surtout Steven Crea était persuadé d’une chose, qu’il y avait un informateur dans la famille Lucchese. La pression devint de plus en plus forte pour Sean Richards. Quelques jours plus tard, une deuxième réunion eut lieu, mais cette fois-ci avec le Capitaine de Joseph Datello, Joseph Datello, Dominic « Crazy Dom » Truscello (voir photo). Pendant cette rencontre, qui a eu lieu dans un Dinner du New-Jersey, le Tick Tock Dinner, Sean Richards devait rester dans la voiture et une camionnette vint le chercher quelques minutes plus tard. A l’intérieur, Dominic Truscello l’attendait. Paniqué, Sean Richard du affronter le regard insistant du Capitaine de la famille Genovese : « Vous n’avez pas des péchés à avouer ? », Sean Richards ne répondit pas et curieusement, fut relâché. La pression devenant insoutenable, il ne restait plus qu’au FBI d’intervenir rapidement. Quelques jours plus tard, Steven Crea, Joseph Datello et Dominic Truscello furent arrêtés et inculpés de plusieurs charges tenant de la loi RICO, les incarcérant à l’ombre pendant plusieurs années. Retiré dans le programme de protection des témoins, Sean Richards se livra quelques fois devant les médias Américains pour critiquer ses anciens amis mafieux. Pour l’ancien beau-fils de John Riggi, le fils de ce dernier, Emmanuel, un identifié comme un Soldat de la famille DeCavalcante, était « si gros qu’il cassait à chaque fois une chaise lors des réunions ». Pour son ancien partenaire de la famille Lucchese, Joseph Dentello, Sean Richards déclara qu’il était « un gros imbécile ». Dix sept ans après cette histoire, les mêmes acteurs font toujours la une des médias Américains. Steven Crea, Dominic Truchello et Joseph Datello ont été arrêtés la semaine dernière dans une opération du FBI contre la famille Lucchese. Malgré des peines d’emprisonnement au début des années 2000, ces derniers, qui ne vivent que pour la Cosa Nostra, avait continué les mêmes vieux rackets pour s’enrichir et il fallut selon le FBI près de trois années d’enquête, pour les inculper de nouveau.

Lire la suite

UN SOLDAT DE LA FAMILLE DECAVALCANTE PLAIDE COUPABLE SANS AUCUNE EXCUSE AUX VICTIMES

13 Avril 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #DeCavalcante

Jerry BalzanoAucune compassion, aucune émotion, aucune excuse, c’est le sentiment qu’a pu laisser paraître Jerry Balzano, un Soldat de la famille DeCavalcante lors de sa comparution devant un tribunal fédéral cette semaine. Petit retour en arrière. Deux semaines jour pour jour après l’acquittement de Vincent Asaro, un Capitaine de la famille Bonanno, Jerry Balzano conduisait un véhicule sur une autoroute de l’Etat de New-York. Depuis quelques kilomètres, le Soldat de la famille DeCavalcante fulminait. Un autre automobiliste collait d’un peu trop près à son gout son véhicule et pire encore, essayait de le doubler de force. Le Soldat de la famille DeCavacante arriva à un point de non retour, quand il stoppa net sa voiture, sortit et commença a agresser verbalement l’individu en question : « Tu veux jouer à ça ? Je vais te couper les couilles moi. Tu veux jouer au dur ». Après la parole, la violence physique est intervenue très rapidement. Alors que la femme de la victime, appelait la police réclament de l’aide, stipulant que son mari se faisait agresser, Jerry Balzano en profita pour lui assener plusieurs coups de poings. Une fois sa folie passagère terminée, le Soldat de la famille DeCavalcante se précipita, accompagné d’un témoin qui le raccompagna vers son véhicule, pour partir à toute vitesse. La police ne mit pas très longtemps pour identifier Jerry Balzano, surtout que la scène fut filmée par la femme de la victime. Il n’y avait alors pas énormément de possibilité pour Jerry Balzano. Connu des services de police, ayant déjà purgé plusieurs peines de prison pour divers trafics, la juge fédérale demanda à incarcérer immédiatement le Soldat de la famille DeCavalcante, avant une prochaine comparution dans son tribunal. Son avocat ne mit pas très longtemps pour comprendre, que s’il n’y avait pas d’accord de plaidoyer, surtout que Jerry Balzano roulait sans permis et était en liberté surveillée, il pouvait se retrouver quelques années à l’ombre. Un accord de culpabilité fut donc trouvé rapidement avec les procureurs fédéraux. Devant la juge fédérale, Jerry Balzano avoua seulement avoir frappe « intentionnellement » la victime, qui présente dans le tribunal, poussa un énorme soupir. Pour ce « coup de sang » le Soldat de la famille DeCavalcante risque jusqu’à deux années de prison dans un pénitencier fédéral, une broutille pour ce dernier, qui en plus de purger sa peine, renforcera sa crédibilité au sein de cette organisation criminelle, qui est actuellement en pleine réorganisation. Le verdict sera énoncé en Mai prochain. En attendant, Jerry Balzano est retourné, escorté, dans sa cellule du Métropolitan Center de New-York.

Lire la suite

UN SOLDAT DE LA FAMILLE DECAVALCANTE AGRESSE UN AUTOMOBILISTE

18 Mars 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #DeCavalcante

Jerry BalzanoJerry Balzano (voir photo) a déjà un lourd passif dans le crime organisé. Identifié depuis des années comme un Soldat de la famille DeCavalcante, il aurait été intronisé pendant la gouvernance de Francesco Guarraci. Opérant principalement depuis l’État du New-Jersey, Jerry Balzano a été inculpé en 2011, d’avoir orchestré plusieurs rackets sur différentes entreprises dans l'État de la Floride. De New-York, Jerry Balzano était très actif dans le trafic de cigarettes. Condamné à deux années de prison et quinze mille dollars d’amende, Jerry Balzano était encore à ce jour, en liberté surveillé, après avoir déjà violé sa conditionnelle, il y a quelques mois, après avoir admit être en possession d’une arme à feux avec plusieurs munitions. Pour cette infraction, Jerry Balzano avait passé près de quatre mois derrière les barreaux. Mais ce jour là, le Soldat de la famille DeCavalcante, qui roulait une nouvelle fois sans permis de conduire, était visiblement très énervé. Alors qu’il conduisait son véhiculé sur une autoroute de l’État de New-York, Jerry Balzano n’a visiblement pas tellement apprécié qu’un automobiliste le colle d’un peu trop près, et qu’il essaye de le doubler de force. De rage, Jerry Balzano, stoppa sa voiture en pleine voie rapide, sortit de son véhicule, et commença a agresser verbalement l’automobiliste, qui à ses yeux, ne cessait de le provoquer depuis quelques minutes : « Vous voulez jouer c’est ça ? Je vais te couper les couilles moi. Tu veux me dépasser comme un dur ? ». La scène qui fut filmée par l’épouse de la victime, vit Jerry Balzano s’approchait très rapidement du véhicule de l’automobiliste, et selon cette dernière qui appelait la police locale, lui infligeait plusieurs coups de poing. Suite à cette altercation, un individu qui reste encore inconnu à ce jour pour les autorités, essaya de résonner le Soldat de la famille DeCavalcante, en le raccompagnant jusqu’à son véhicule. Démarrant en trombe, Jerry Balzano se fit identifié et rapidement arrêté par les services du FBI. Comparaissant devant le juge Kiyo Matsumoto, connu pour avoir jugé de nombreux membres de la Cosa Nostra, en particulier des mafieux de la famille Colombo, cette dernière décida, après avoir visionné la vidéo, d’incarcérer immédiatement le Soldat de la famille Colombo au Métropolitan Center, avant une prochaine comparution, à une date ultérieure.

Lire la suite

UN CAPITAINE DE LA FAMILLE DECAVALCANTE PLAIDE COUPABLE

10 Décembre 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #DeCavalcante

Charles StangoDans l’État du New-Jersey, on parle souvent des activités criminelles de la famille Lucchese et de la famille Genovese, alors que la principale famille implantée dans cet État, reste les DeCavalcante, celle qui inspira la célèbre série télévisée The Sopranos. Cette dernière a profité d’une baisse des effectifs du FBI chargée de la surveillance des familles de la Cosa Nostra, pour se réorganiser, augmenter ses effectifs, et s’implanter dans d’autres États à travers les Etats-Unis. Une réorganisation qui avait pris tellement d'ampleur, que le FBI décida de lancer une offensive contre les DeCavalcante en Mars 2015. L’un des membres arrêtés ce jour là, fut un Capitaine, qui contrôlait son équipe non pas de la ville d’Elizabeth, bastion historique de cette famille mafieuse, mais depuis l’État du Nevada. Charles Stango surnommé Charlie the Hat (voir photo), a malgré la distance, gérait d’une main de fer son équipe ou son fils Anthony, qui faisait office de messager, y jouait un rôle très important selon les procureurs fédéraux. Depuis quelques mois, Charles Stango avait un plan en tête, lancé un contrat contre un Soldat de la famille DeCavalcante, Luigi Oliveiri en faisant appel à un gang de bikers locaux proche de la famille mafieuse pour exécuter le contrat. Ce dernier, qui avait été intronisé quand Giovanni Riggi occupait le poste de Parrain, avait été ciblé comme homme à abattre, quand il avait manqué de respect à l’ancien Acting Boss de la famille, désormais décédé, Francesco Guarraci. Avec tous ces enregistrements, Charles Stango qui est désormais âgé de soixante treize ans, savait pertinemment qu’il pourrait terminer sa vie derrière les barreaux, un accord de plaidoyer était donc une priorité pour ses avocats. Son fils Anthony avait déjà pris les devants en acceptant d’être incarcéré pour près de six années de prison pour trafic de drogue. Pour Charles Stango il y avait une chance à saisir. En effet, au départ, les procureurs fédéraux ne voulaient négocier aucun plaidoyer avec le Capitaine de la famille DeCvalcante, mais l’abandon des charges contre Frank Nigro l’actuel Consigliere et Paul « Knuckles » Coletta un Soldat, en Août dernier, à permis à Charles Stango de pouvoir renégocier avec l’aide de ses avocats un plaidoyer de culpabilité. Les accusations contre Frank Nigro et Paul Coletta ont été curieusement annulées, sans que le FBI ne puisse donner une explication valable sur l’annulation des poursuites contre ses membres de la Cosa Nostra, qui étaient inculpés entre autre de trafic de drogue, de proxénétisme et de complot d’assassinat. Lors de leur arrestation il y a plus d’un et demi, les procureurs avaient demandé une détention provisoire, mais le juge fédéral en avait décidé autrement, en déclarant qu’un confinement à domicile, assorti d’une caution de deux cent cinquante mille dollars étaient plus appropriés. Charles Stango n’a pas eu cette « chance » et en raison de son lourd passif criminel, fut incarcéré sans caution possible. Ce dernier qui a déménagé au Nevada en 2012 après avoir purgé près de treize années pour racket, aurait demandé à plusieurs reprises, l’autorisation de lancer un contrat contre Luigi Oliveiri. Mais la hiérarchie de la famille DeCavalcante qui est désormais devenue très proche de la famille Gambino, essayait de retarder le plus possible de rendre une décision sur une affaire qui aurait pu les exposer auprès du gouvernement fédéral. D’après les enregistrements, Charles Stango commençait à s’agacer, et ce dernier qui avait selon lui tout « préparer » pour exécuter le contrat, téléphonait à plusieurs reprises Paul Coletta pour avoir une réponse claire de sa hiérarchie : « Il faut me dire si c’est oui ou si c’est non » déclara Charles Stango. Deux jours plus tard, un nouvel appel du Capitaine de la famille DeCavalcante auprès cette fois-ci d’Arthur Nigro, fut capté par les agents fédéraux : « Je veux simplement savoir si vous me donnez le feux vert, c’est pas compliqué » répliqua t’il devant un Frank Nigro qui selon Charles Stango ne répondait pas à ses questions. Le Capitaine de la famille DeCavalcante avait déjà tout préparé. Outre l’équipe de bikers qui aurait été coordonnée avec son équipé basée à Elizabeth, Charles Stango avait prévu plusieurs plans d’attaque. Le premier, consistait à jeter des grenades dans le club social de Luigi Oliveiri basé à Élizabteh. Le deuxième, consistait à simulait un cambriolage et profitait de l’occasion pour criblé de balles le Soldat la famille DeCavalcante. La troisième solution, plus radicale, était de jeter de l’acide sur son visage. Avec son accord de plaidoyer, Charles Stango pourrait être condamné au maximum à dix années derrière les barreaux. En attendant, Luigi Oliveiri, pour qui sa vie a longtemps était en suspens, pourrait être condamné pour avoir vendu des cigarettes surtaxées. 

Lire la suite

UN ASSOCIÉ DE LA FAMILLE DECAVALCANTE CONDAMNÉ POUR TRAFIC DE DROGUE

1 Octobre 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #DeCavalcante

UN ASSOCIÉ DE LA FAMILLE DECAVALCANTE CONDAMNÉ POUR TRAFIC DE DROGUE

Au début des années 2000, la famille DeCavalcante était selon le FBI « au bord du gouffre ». La vaste opération lancée par le gouvernement fédéral par la petite cousine des familles New-Yorkaise, entrainant une multitude de collaborateurs, avait donné raison au FBI qui l’a voyait pratiquement disparaitre. Aujourd’hui avec plus d'une cinquantaine de membres intronisés, dont la plupart ces dernières années, elle reste une famille viable qui malgré la présence significative des cinq familles dans l’État du New-Jersey, continue à gagner son argent grâce aux différents rackets. En Mars 2015, le FBI arrêta plusieurs membres de cette organisation criminelles, inculpés pour la plupart, d’extorsion, de trafic de drogue, de racket, ou encore de tentative de meurtre. Outre les arrestations de Charles Stango (voir photo), un Capitaine de la famille DeCalvante opérant depuis l’État du Nevada, et de l’Actuel Consigliere, Frank Nigro qui décidèrent de plaider non-coupables, les autres accusés, décidèrent quant-à eux, de plaider coupable, pour éviter une longue peine de prison. La semaine dernière, un juge fédéral de Newark décida de condamner John Capozzi trente six à près de trente mois de prison pour avoir vendu un demi kilo de cocaïne. À sa sortie de prison, l’Associé de la famille DeCalvante sera sous surveillance judiciare pendant deux années. Le fils de Charles Stango, un Soldat dans cette organisation criminelle a quant-à lui été condamné il y a quelques mois à six années de prison pour trafic de drogue. Une peine beaucoup plus lourde, en raison de sa stature plus importante au sein de la Cosa Nostra. Dans des enregistrements dévoilés par les procureurs fédéraux lors d’une audience au tribunal, on pouvait entre Charles Stango actuellement incarcéré, encouragé son fils dans la poursuite de ses activités criminelles : « Tu sais Anthony, seul les ours et les lions survivent, les porcs eux, sont abattus ». D’après le FBI, le Capitaine de la famille DeCavalcante, essayait d’organiser l’assassinat d’un Soldat de cette famille mafieuse qui avait manqué de respect à l’ancien Acting Boss, Francesco « Milk » Guarraci décédé en Avril dernier.

Lire la suite

L'UNDERBOSS DE LA FAMILLE DECAVALCANTE VIENT DE DÉCÉDER

29 Juin 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #DeCavalcante

L'UNDERBOSS DE LA FAMILLE DECAVALCANTE VIENT DE DÉCÉDER

Joseph « Joe » Miranda qui était considéré par la justice Américaine comme l’actuel Underboss de la famille DeCavalcante, est décédé de cause naturelle, il avait quatre vingt onze ans. Selon le FBI, Joseph Miranda, qui est né à Brooklyn, a servi dans l’armée Américaine, avant de revenir s’installer dans le New-Jersey, pour y commencer une toute nouvelle activité, le crime organisé. Joseph Miranda s’est toujours considéré comme un honnête travailleur, ayant pris sa retraite à la fin des années 1980, et vivant paisiblement avec sa famille à Monroe Township. Mais en réalité, Joseph Miranda avait comme la plupart des membres de la Cosa Nostra, une double activité. Membre de la vieille école, Joseph Miranda a été intronisé dans la Cosa Nostra dans les années 1960, profitant de son statut d’usurier pour rapporter de l’argent aux différents Parrains de la famille DeCavalcante. Naviguant sous le radar du FBI, Joseph Miranda, aurait pu voir sa carrière criminelle définitivement stoppée il y a des dizaines d’années, après avoir volé de l’argent à un autre Affranchi. Rappelant étrangement une anecdote de la série télévisée The Sopranos, ou Tony Soprano et Jackie Aprile Sr, avaient volé l’argent venant d’une partie de carte d’un gangster dénommé Feech LaMana, Joseph Miranda aura eu la vie sauve, grâce à l’intervention de Sam « Sam The Plumber » DeCalvacante (voir photo), qui à cette époque était le Parrain de cette organisation criminelle. Joseph Miranda a pendant longtemps occupé le poste de Soldat, ne voulant pas prendre de galons, s’occupant tranquillement de ses activités de son club social basé à Elizabeth, un quartier à forte densité Italienne, ou la famille DeCavalcante est très bien implantée. Il fallut attendre le milieu des années 2000, et la désertion de plusieurs membres de cette famille mafieuse, pour voir Joseph Miranda occupait un poste à responsabilité, en étant nommé Underboss. A cette époque, la famille DeCavalcante était en pleine implosion. Vincent « Vinny Ocean » Palermo qui faisait parti d’un panel de décision avec deux autres Capitaines, avait décidé de collaborer avec la justice. Plusieurs membres de hauts rang, dont le Consigliere, Stefano « The Truck Driver » Vitabile seront condamnés à des peines de prison à perpétuité (Ce verdict sera finalement annulé quelques années plus tard). De sa prison ou il était incarcéré, Giovanni Riggi, qui était toujours le Parrain officiels es DeCavalcante, nomma Francesco « Frank » Guarani, au poste d’Acting Boss. Sous sa direction et avec l'aide Joseph Miranda, la famille DeCavalcante intronisa de nouveau membres, se rapprocha de nouveau avec la famille Gambino de New-York, et devint une famille viable de la Cosa Nostra. Mais en d'un an, la hiérarchie de cette organisation criminelle, fut complètement chamboulée. En Août 2015, le Parrain Giovanni « The Eagle » Riggi, décèdera d’un cancer. En Avril dernier, Francesco Guarani décèdera à son tour à l’âge de soixante et un an, laissant plusieurs spéculations sur la nouvelle orientation de la famille du New-Jersey. Finalement, à ce jour, on ne sait pas officiellement qui dirige la famille DeCavalcante. Charles "Big Ear" Majuri, un Capitaine de la vieille école, serait l'un des candidats les plus probables au poste de Parrain.

Lire la suite

L'ACTING BOSS DE LA FAMILLE DECAVALCANTE EST DÉCÉDÉ

28 Avril 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #DeCavalcante

L'ACTING BOSS DE LA FAMILLE DECAVALCANTE EST DÉCÉDÉ

Francesco « Frank » Guarraci (voir photo) dont le FBI soupçonnait d’être l’actuel Parrain de la famille DeCavalcante, est décédé le 14 Avril dernier à l’âge de soixante et un an. Né à Ribéra dans une commune de Sicile ou bon nombre de membres de cette famille mafieuse sont originaires, Frank Garerai était arrivé par la suite aux États-Unis, pour s’installer dans l’État du New-Jersey, plus particulièrement à Elizabeth, petite ville, ou vit une forte communauté Italo-Américaine. Très vite, Frank Guarraci commença à faire du business avec la famille mafieuse locale et se lia d’amitié avec l’ancien Parrain, désormais décédé, Giovanni « John The Eagle » Riggi. Intronisé dans la famille DeCavalcante à la fin des années 1980, Frank Guarraci installe son club social toujours dans la ville d’Elizabeth, un club social en référence à sa commune de naissance, « Le Ribera Social Club ». Cet endroit, a toujours été d’après le FBI, un lieu de rassemblement des membres de la famille DeCavalcante, une chose que Frank Guarraci a toujours réfuté, déclarant que c’était un endroit convivial, ou les personnes d’origines Italiennes, pouvaient s’y rassembler. D’ailleurs, le Ribera Social Club, avait fait la une des journaux Italiens, pour avoir effectué un « jumelage » entre la ville d’Elizabeth et la commune de Ribera. Après les nombreuses désertions dans la famille DeCavalcante au début des années 2000, Francesco Guarraci devint petit à petit un membre de plus en plus influent. Discret, rapportant de l’argent et naviguant sous le radar du gouvernement, il fut nommé par Giovanni Riggi, Acting Boss de la famille DeCavalcante en 2007. Avec l’aide de son bras droit, Joseph Miranda, il stabilisa la famille, essaya de se diversifier dans d’autres rackets, intronisa de nouveaux membres et se rapprocha surtout de la famille Gambino de New-York, qui gérée par des membres d’origines Siciliennes, entretenait des relations de plus en plus étroites avec sa cousine du New-Jersey : « C’était une personne très discrète » déclara un agent du FBI, « Il pouvait faire du business sans que vous vous en rendiez compte ». Petite incartade pourtant dans son parcours criminel, une arrestation pour tentative d’extorsion en 2009. Avec l’aide d’un Soldat de la famille DeCavalcante, il s’était rendu personnellement pour essayer de convaincre le propriétaire de donner une partie de ses bénéfices à la famille DeCavalcante. Ce dernier refusa et malgré les menaces physiques et verbales, identifia formellement auprès des services de police Francesco Guarraci. Pour cette tentative d’extorsion, l’Acting Boss de la famille DeCavalcante plaidera coupable , et sera condamné à quelques mois de détention à domicile. Fin Août 2015, le Parrain en exercice de la famille, Giovanni Riggi décéda de cause naturelles, laissant le champ libre à la plupart des membres les plus influents, pour se positionner au poste suprême. Le nom de Francesco Guarraci ressortit immédiatement. Ayant occupé le rôle d’Acting Boss pendant des années, il était pour le FBI, le candidat favori. En 1997, Giacomo Amari, Acting Boss de la famille DeCavalcante, était lui aussi décédé pendant sa prise de pouvoir d'un cancer de l'estomac. Aujourd’hui, suite à son décès, Charles « Charles Big Ears » Majuri, un membre de la vieille école, reste le membre le plus « apte » pour gérer l’une des familles les plus actives aux Etats-Unis.

Lire la suite

QUI SERA LE PROCHAIN PARRAIN DE LA FAMILLE DECAVALCANTE ?

26 Août 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #DeCavalcante

QUI SERA LE PROCHAIN PARRAIN DE LA FAMILLE DECAVALCANTE ?

Au début des années 2000, la famille DeCavalcante était sur le déclin. Les opérations menées par le FBI avaient entrainé de nombreuses arrestations et avait surtout démontré la « solidité » de certains de ses membres, qui n’avaient pas hésité à collaborer pour éviter des longues peines de prison. Cette instabilité au sein des DeCavalcante a permis aux autres familles New-Yorkaise très présentes dans cet État, de reprendre un bon nombre de ses rackets. Avec la nouvelle condamnation du Parrain, Giovanni Riggi à douze années de prison à la fin des années 1990, il ne restait plus qu’une chose à faire pour la famille mafieuse, regarnir ses rangs. Avec l’arrivée d’un membre de la vieille école à sa tête à partir de 2005, Joseph Miranda, elle intronisa une douzaine de Soldats, et reconnue une certaine stabilité. Mais aujourd’hui, plusieurs questions se posent. La famille DeCavalcante, a pendant longtemps « naviguée » avec un Parrain qui était incarcéré, laissant de ce fait, le pouvoir de changer d’Acting Boss assez couramment pour éviter la pression du FBI. Mais suite au décès de Giovanni Riggi il y a quelques semaines, la famille DeCavalcante doit nommer un nouveau Parrain ou faire comme la famille Genovese, former un panel de Capitaines expérimentés pour gérer au quotidien les affaires criminelles de la famille. Cette technique est très utilisée nos jours, mais pour que cela marche, il faut une entente parfaite entre chacun de ses membres, pour éviter de se parasiter dans les affaires. Le problème chez les DeCavalcante, et que certaines tensions datant du passé peuvent très bien ressurgir pour récupérer le « graal suprême », être le Parrain d’une des familles de la Cosa Nostra les plus stables aux États-Unis de nos jours.

Francesco « Frank » Guarraci : C’est sans nul doute avec l’arrivée de Francesco Guarraci que la famille DeCavalcante, récupéra l’honneur et le respect qu’elle avait pu perdre pendant toutes ces années. D’origine Sicilienne, Francesco Guarraci est né à Ribera dans la province d’Agrigente, avant d’immigrer vers les États-Unis au début des années 1980. Proche de Giovanni Riggi, il n’aura fallu seulement quelques années à ce dernier avant d’être intronisé dans la famille DeCavalcante en 1989. Ironiquement, Francesco Guarraci ne devait pas être initié aussi rapidement. En effet, Giovanni Riggi avait décidé de donner son « bouton » à Joey Garafano, un Associé de la famille. Le problème est que ce dernier pendant l’assassinat de Freid Wess, avait mis la plaque d’immatriculation d’un véhicule appartenant à la femme d’un Affranchi de la famille, très mauvaise idée. Quelques semaines plus tard, il sera exécuté et Francesco Guarraci prendra alors sa place. De nature discrète et survolant sous le radar du FBI, il évita les nombreuses arrestations à la fin des années 1990. D’après certains rapports du ministère de la justice, Francesco Guarraci ne fut seulement identifié comme un membre à part entière de la Cosa Nostra qu’au début des années 2000 grâce notamment au témoignage de l’ancien Acting Boss, Vincent Parlermo. Évitant toutes types d’accusations, Francesco Guarraci fut promu Capitaine, puis très vite Acting Boss à partir 2007. De nature très discrète et ne se montrant que très rarement en public, Francesco Guarraci fit quand même parler de lui en 2010, quand avec deux Associés de la famille DeCavalcante, ils essayèrent d’extorquer une pizzeria à Warren County dans le New-Jersey. Le patron du restaurant ne se dégonfla pas et porta plainte envers les trois individus. Pour ce délit, Francesco Guarraci purgera quelques mois en résidence surveillée. Aujourd’hui, ce dernier est libre de tout mouvement et vit dans une modeste maison à Elizabeth. Le Ribera Social Club, lieu de rencontre de la communauté Italo-Américaine, mais aussi des membres de la famille DeCavalcante, a fait la fierté de la ville d’Elizabeth et un échange entre la ville de Ribera et cette dernière a eu lieu récemment sous l’œil attentif de Francesco Guarraci.

QUI SERA LE PROCHAIN PARRAIN DE LA FAMILLE DECAVALCANTE ?

Charles Majuri (voir photo) : Venant d’une longue lignée de mafieux du New-Jersey, son père Frank Majuri occupa même pendant de nombreuses années le poste de Consigliere de la famille DeCavalcante. Ayant un casier judiciaire commençant depuis les années 1960, Charles Majuri gravit un à un les échelons de la famille mafieuse, jusqu'à en devenir un élément important, fiable et rapportant beaucoup d'argent. A la fin des années 1990, suite à l'incarcération de Giovvani Riggi, ce dernier forma un panel de trois capitaines composé de Vincent Palermo et de Girolamo Palermo et de Charles Majuri. ce qui ne lui convenait pas totalement. En effet, ce dernier se sentait un peu trahi et « criait sur tous les toits » qu’il ne recevait pas une part convenable des bénéfices par rapport aux deux autres Capitaines. Face à cette situation,Vincent Palermo prit l’initiative de lancer un contrat contre Charles Majuri et envoya trois Soldats dont Anthony Capo (qui deviendra par la suite un repenti) devant son domicile. Mais finalement après plusieurs jours d’attente, à guetter les moindres mouvements du vieux mafieux, le contrat fut annulé et quelques mois plus tard avec une opération menée par le FBI, plusieurs membres de la famille dont Charles Majuri seront inculpés de délits tenant de la loi RICO. Libéré de prison en 2009 et désormais âgé de soixante quinze ans, Charles Majuri est toujours actif au sein de la famille DeCavalcante et serait un concurrent sérieux pour prendre le titre de Parrain.

QUI SERA LE PROCHAIN PARRAIN DE LA FAMILLE DECAVALCANTE ?

Philip Abramo : Né à New-York, Philip Abramo est un criminel à col blanc d’où son surnom de « King Of Wall Street ». Intronisé dans la famille DeCavalcante, c'est un membre très actif dans l’extorsion, le prêt usuraire et la fraude immobilière. Grâce à ses relations avec les autres familles de New-York et en particulier la famille Gambino, il se rapprocha de John Gotti, qui n'hésita pas à se servir de Philip Abramo comme un membre de liaison entre les deux familles.D’après les procureurs fédéraux, pour prouver son amitié avec l'ancien Parrain emblématique de la Cosa Nostra, ce dernier aurait aussi participé au meurtre de Fred Weiss en 1989, mais aussi de l’Acting Boss de la famille DeCavalcante, John D’Amato en 1991. Opérant principalement depuis son domicile dans le quartier chic de Saddle River , Philip Abramo a fait gagner des millions de dollars à la famille DeCavalcante grâce aux fraudes boursières en 1996. En raison de cette fraude, celui qui venait d'être promu Capitaine sera condamné à quelques mois de prison dans un pénitencier fédéral, avant d’être libéré en 1998. En raison des nombreuses arrestations faites par le FBI en 1999, Phillip Abramo fut inculpé et sera condamné par la suite en 2003 à la prison à perpétuité pour racket et meurtre. Incarcéré actuellement au Métropolitan Center à New-York, son jugement fut renversé par une cour fédérale en 2008, et sera donc libérable dans trois ans, en 2018. Son influence au sein de la famille DeCavalcante est toujours intacte et toutes ces années passées en prison ont grandement augmenté son respect envers les autres membres. D’après certains spécialistes, dès sa sortie, Philip Abramo pourrait servir d’Underboss, mais un poste plus important avec le décès de Giovanni Riggi ces dernières semaines est très probable.

Lire la suite

L'ANCIEN PARRAIN DE LA FAMILLE DECAVALCANTE FUT TRAHI PAR SON BEAU-FILS

16 Août 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #DeCavalcante

L'ANCIEN PARRAIN DE LA FAMILLE DECAVALCANTE FUT TRAHI PAR SON BEAU-FILS

En 2000, Giovanni « John The Eagle » Riggi était incarcéré dans un pénitencier fédéral après une condamnation en 1992 à douze années de prison pour racket. Le Parrain de la famille DeCavalcante devait sortir dans moins de deux ans, mais le collaboration d'un membre de sa famille personnelle, enchainé avec des inculpations de certains mafieux en décideront autrement. Pendant son incarcération, Giovanni Riggi continuait toujours à gérer les activités criminelles de la famille DeCavalcante et surtout donner des ordres. Meurtres, organisation, orientation de la famille, cela passait la plupart du temps par le biais d’un homme, son beau-fils, Sean Richard. Ce dernier était marié avec l’une des filles de Giovanni Riggi, Sara. Lui qui n’était qu’un simple ouvrier du Bronx travaillant dans une entreprise de sous-traitance, allait connaitre en quelques années les moindres rouages de la construction et de ces activités illicites, le truquage des offres, la corruption, l’extorsion et les emplois no-show . Même s’il n’était pas un membre initié de la Cosa Nostra en raison de ses origines, Sean Richard, était un peu les « yeux et les oreilles » de Giovanni Riggi et avait une grande influence dans la rue, n’hésitant pas à parler affaires avec des membres de la famille DeCavalcante et aussi avec les autres familles de New-York. Sean Richard rencontra pour la première fois Govanni Riggi en 1996, quelques jours avant son mariage avec sa fille, dans une prison du Maryland. A l’intérieur, le Parrain de la famille DeCavalcante demanda à sa femme et à sa fille d’aller « faire un tour » au distributeur, le temps de questionner quelques instants le futur marié. Sean Richard était devenu « fasciné » par la prestance et l’aura que pouvait dégager et Giovanni Riggi et grâce à une confiance qui commençait à être réciproque, en profita pour développer son buisness. Profitant des énormes relations que pouvaient avoir son beau-père dans la construction, Sean Richard créa avec son épouse la société S&S Contractors Inc, une entreprise qui avec l’argent récoltée, allait directement à Giovanni Riggi alors incarcéré. Le boss du New-Jersey n’avait pas tellement confiance en ses trois fils liés de près ou de loin à la Mafia, (seul Emmanuel Riggi était un membre initié), pour lui, ils n’étaient pas assez « intelligent » et « débrouillard en affaires ». Dans le domaine de la construction dans le New-Jersey, la famille DeCavalcante doit collaborer avec les autres familles New-Yorkaise, qui ont pour la plupart une présence significative dans cet Etat. Plusieurs fois, Sean Richard dut assister à différentes réunions avec des membres de la famille Lucchese. Son contact avec cette famille était Joseph « Big Joe » Datello, un Soldat actif depuis de nombreuses années dans le racket lié à la construction et un proche de l’Acting Boss des Lucchese à cette époque, Steven « WonderBoy » Crea. Joseph Datello avait un contact très haut placé, en la personne de Michael Forde, qui dirigeait le syndicat des charpentiers et des menuisiers, près de vingt cinq milles travailleurs. Selon Sean Richard, des versements de dix milles dollars eurent lieu très régulièrement entre la famille DeCavalcante et le chef des syndicats. En travaillant en étroite collaboration entre les deux familles, Sean Richard profita pleinement de son statut de « beau-fils du Parrain ». En seulement quelques années, il acheta différentes voitures de luxes, une maison de près de 320000 dollars dans un quartier chic du New-Jersey, comportant entre autre un sauna, un jacuzzi et une piscine intérieur. Il fréquentait les plus grandes boites de nuit de New-York, dépensant des milliers de dollars par soirée. Sa relation avec sa femme et fille de Giovanni Riggi était au beau fixe, il avait alors deux filles

L'ANCIEN PARRAIN DE LA FAMILLE DECAVALCANTE FUT TRAHI PAR SON BEAU-FILS

Mais généralement dans cette vie, les ennuis arrivent très vite. Dès l’été 1999, les agents fédéraux perquisitionnaient la maison et la société détenus par Sean Richard. Ce dernier voyant les soucis avec la justice arrivaient, sombra dans une forte dépression. En Automne 1989, la famille Lucchese inquiète surement de la tournure que prenait cette affaire, se réunit à deux reprises avec le beau-fils de Giovanni Riggi. La première réunion eut lieu dans un restaurant à Yonkers. Sean Richard était accompagné du Soldat Joseph Datello pour rencontrer Steven Crea (voir photo). Ce dernier était à la tète du « Lucchese Construction Groupe», mais de part sa position d'Acting Boss, il transmettait aussi les ordres de Vitorrio Amuso, Parrain de la famille Lucchese incarcéré à vie. Selon Sean Richard, Steven Crea était très en colère et pendant près d’une heure il parla des rackets en cours entre les deux familles. Toujours selon ce dernier, l’ancien Acting Boss doutait visiblement de la « sincérité » du beau-fils de Giovanni Riggi. Une deuxième rencontre s’imposait. Toujours avec le Soldat Joseph Datello, mais cette fois-ci avec son Capitaine Dominic « Crazy Dom » Truscello. La peur commençait à envahir Sean Richard. Lui qui se sentait tellement intouchable aupravant, commença à se poser des questions quand Joseph Datello lui demanda d’attendre devant le Tick Tock Diner dans le New-Jersey, stipulant qu’une camionnette allait venir le chercher. Sean Richard se demanda alors pourquoi les mafieux utilisaient une camionnette et non une voiture habituelle ? Pour cacher un corps ? Le tuer sans se faire voir ?, tant de questions sans réponse qui fit que Sean Richard s'arma pour aller à ce rendez-vous, chose qui est normalement strictement interdite dans les règles de la Cosa Nostra. Le trajet sa passa sans violence, mais pendant la réunion, Dominic Truscello le fixa droit dans les yeux et lui demanda : « Vous avez des péchés à avouer ? ». Cette rencontre scella le destin de Sean Richard qui quelques jours plus tard décida de se livrer au FBI pour collaborer. En décembre 1999, le FBI lança une opération de grande envergure contre la famille DeCavalcante, grâce aux témoignages de Sean Richard, mais aussi d’un Associé, Ralph Guarino qui enregistra à plusieurs reprises les mafieux de la famille pendant certaines réunions. Grâce à son témoignage, le beau-fils fit condamné les membres de la famille Lucchese impliqués dans le domaine de la construction dont Steven Crea et Joseph Datello à plusieurs années de prison Il enfonça aussi le dernier clou au « cercueil » de Giovanni Riggi qui le fit condamner à douze années de prison supplémentaires. Aujourd’hui, l’ex-beau fils d’un des Parrains les plus puissants du New-Jersey, vit dans la clandestinité non pas avec sa femme Sara qui refusa de le suivre avec leurs deux enfants, mais avec une ancienne stripteaseuse qu’il avait connu lors de ses anciennes soirées.

Lire la suite

LE PARRAIN DE LA FAMILLE DECAVALCANTE EST DÉCÉDÉ

10 Août 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #DeCavalcante

LE PARRAIN DE LA FAMILLE DECAVALCANTE EST DÉCÉDÉ

Le Parrain de la famille DeCavalcante, Giovanni « John The Eagle » Riggi, est décédé de causes naturelles à son domicile à Edison dans l’État du New-Jersey, il avait quatre vingt dix ans. Sur le papier il était encore considéré comme le Boss officiel, mais en réalité, Giovanni Riggi ne contribuait plus depuis quelques années aux affaires courantes de la famille. Ce dernier a commencé sa carrière criminelle, en gravitant autour de l’un des Parrains emblématique, Simone « Sam The Plumber » DeCavalcante. Pour sa faculté à rapporter beaucoup d’argent et à respecter les principes fondamentaux de la Cosa Nostra, Giovanni Riggi devint très rapidement un leader incontesté qui reprit sans grande surprise les reines de la famille DeCavalcante en 1982. Sam DeCavalcante répétait souvent à ses membres que sa famille n’était en aucun cas différente des familles New-Yorkaise, qui prenaient toutes les décisions et pendant sa prise de pouvoir il avait énormément fait augmenter les effectifs de sa borgata. Dès sa prise de fonction, Giovanni Riggi développa les rackets de la famille et se vantait même de contrôler tout le « bâtiment dans le New-Jersey ». De plus, il travaillait en étroite collaboration avec la famille Gambino et en particulier avec son Parrain John Gotti. Les deux hommes se connaissaient très bien et plusieurs fois, la famille New-Yorkaise demanda des « services » aux DeCavalcante. L’un d’entre eux, consistait à assassiner un partenaire en affaire de John Gotti, Fred Weiss en 1989. Ce dernier venait d’être libéré sous caution après avoir été inculpé de trafic de déchets, qui avait mis en lumière l’association malsaine qu’entretenait cet homme d’affaires avec des membres de la Cosa Nostra. Après son arrestation, John Gotti prit de panique, avait la certitude que Fred Weiss, pour éviter une longue peine de prison, allait finir par collaborer. Alors qu’il sortait de son immeuble pour rejoindre son véhicule, Fred Weiss fut pris en embuscade par deux individus qui seront identifiés par la suite comme étant Anthony Capo et Vincent Palermo (les deux hommes seront par la suite initiés dans la Cosa Nostra) et exécute de plusieurs balles dans la tête. Ce meurtre permettra de renforcer les liens entre les deux familles, mais elle viendra hanter quelques années plus tard Giovanni Riggi. Cette même année, en 1989, GiovannI Riggi fut inculpé de racket lié essentiellement aux contrôles des syndicats avec plusieurs membres de sa famille, mais le Parrain ne paniqua pas. Quand les agents fédéraux arrivèrent à son domicile pour l’arrêter, Giovanni Riggi, demanda avant de se faire menotter, de prendre une douche et de pouvoir porter un costume. La scène semblait surréaliste mais bien réelle, quand le Boss des DeCavalcante arriva au Métropolitan Center de New-York pour se faire incarcérer, les mafieux qui attendaient dans une cellule adjacente se levèrent tous pour le saluer, par respect. Finalement, GiovannI Riggi sera condamné à douze années de prison et malgré son incarcération, le Parrain de la famille DeCavalcante nomma au poste d’Acting Boss différents Capitaines. Le premier fut John D’Amato, qui sera assassiné en 1992 en raison de son homosexualité. Ce dernier sera remplacé par Giacomo « Jack » Amari qui décèdera lui aussi par la suite d’un cancer en 1997. A partir de 1995, GiovannI Riggi composa un panel de trois Capitaines pour gérer au jour le jour les activités criminelles de la famille. Il était composé de Vincent Palermo, Girolamo Palermo (N'avait aucun lien de parenté avec Vincent Palermo) et Charles Majuri. Tout allait pour le mieux jusqu’en 1999, il ne restait alors plus que trois années à purger pour GiovannI Riggi avant de devenir un homme libre, mais ce fut le moment choisi par le FBI pour lancer une grosse offensive contre les DeCavalcante. Cette année là, près d’une quarantaine de membres et Associés furent arrêtés. Risquant pour la plupart des longues peines de prison, certains membres de hauts rangs décidèrent de collaborer, ce qui entraina de nouvelles inculpations pour GiovannI Riggi dont le meurtre de Fred Weiss. Face à la perspective de terminer sa vie derrière les barreaux, GiovannI Riggi plaida coupable et avoua même devant un tribunal fédéral avoir donné l’ordre de tuer l’ancien entrepreneur : « Nous avons convenu qu’il devait être assassiné. Face à cet accord, il a été tué » déclara t’il. Devenant très malade, le juge sera indulgent et repoussera sa date de sortie en 2012. Depuis le temps et jusqu'à sa sortie, GiovannI Riggi ne pesait plus tellement dans les affaires courantes de la famille DeCavalcante. Son ancien bras droit Francesco Guaraci l’avait déjà remplacé depuis quelques années en tant qu'Acting Boss et prenait de lui même toutes les décisions. Pour son avocat, GiovannI Riggi avait beaucoup aidé sa communauté dans la construction de terrains de baseball, mais aussi en donnant son temps et son argent dans les œuvres caritative : « Les personnes de son quartier (Elizabeth) l’aimaient. Personne ne coopérait car il résolvait tous les problèmes » déclara t’il.

Lire la suite