Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LCN

LE FBI VEUT EMPECHER LE MARIAGE D'UN SOLDAT DE LA FAMILLE GAMBINO INCARCERE

31 Août 2013 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Gambino

LE FBI VEUT EMPECHER LE MARIAGE D'UN SOLDAT DE LA FAMILLE GAMBINO INCARCERE

Il y a quelques jours, le soldat de la famille Gambino Joseph "Joe Boy" Sclafani avait été condamné 15 ans de prison pour trafic de drogue. Depuis plusieurs mois, sa fiancée, Ramona Rizzo (voir photo) (petite fille de Benjamin "Lefty" Ruggiero, un soldat de la famille Bonanno joué par Al Pacino dans le film "Donnie Brasco") et vedette de la série télévisé "Mob Wives" avait fait savoir aux journalistes qu'elle voulait se marier avec ce dernier. Mais lors du verdict, elle avait quitté le tribunal en pleurant laissant pensé que son mariage avec le soldat avec la famille Gambino allait être finalement annulé. (Voir article : Un soldat de la famille Gambino condamné à 15 ans de prison pour trafic de drogue). Finalement, d'après plusieurs spécialistes de la Mafia Italo-Américaine, le gouvernement fédéral essayerait d’empêcher le mariage entre Ramona Rizzo et Joseph Sclafani avant que ce dernier ne commence à purger sa peine de 15 ans de prison dans un pénitencier fédéral. Le soldat de la famille Gambino qui est actuellement incarcéré au Metropolitan Detention Center de New-York avait été autorisé par la justice Américaine à rendre son visite à son père âgé de 73 ans qui est atteint d'un cancer du foie en phase terminale avant de commencer sa peine de prison. Mais les procureurs fédéraux s'opposent fermement à la décision du juge, car il soupçonne Joseph Sclafani de profiter de se moment de liberté pour se marier avec sa fiancée, Ramona Rizzo. Cette dernière aurait déclaré à certaines personnes que leur mariage devrait se passer rapidement, car Joseph Sclafani allait savoir seulement que 48h à l'avance sa date de de libération : "Elle veut que cela se passe rapidement, par conséquent, elle a demandé à ses amis de préparer un mariage rapide quand Joseph Sclafani sera temporairement libéré" déclara un procureur fédéral. Le bureau fédéral des prisons pourrait accordé "une liberté" de 16 heures pour le soldat de la famille Gambino, incluant une nuit dans la maison familiale des parents à Joseph Sclafani se situant à Staten-Island. Le juge fédéral John Gleeson qui avait condamné le 17 Août dernier le soldat de la famille Gambino, avait autorisé sa sortie mais avait répondu sèchement que le mariage entre le mafieux et Ramana Rizzo ne l’intéressait pas et que sa libération était exclusivement réservée pour voir son père mourant. Les procureurs fédéraux essayent en ce moment de trouver une solution avec les services pénitentiaires pour que Joseph Sclafani puisse voir une dernière fois sa famille dans un bloc cellulaire de la prison. "Cette offre est inacceptable. Avec une peine de 15 ans de prison, il ne pourra jamais revoir son père à l'extérieur. Une salle de visite n'est pas une solution propice pour dire aurevoir à son père avec un minimum de dignité" déclara Tim Parlatore, l'avocat du soldat de la famille Gambino. Le même avocat déclara au Daily Nouvelles qu'un mariage entre Joseph Sclafani et Ramana Rizzo n'était pas prévu et que les règles de "libération temporaire" accordé par le juge fédéral John Gleeson, interdisait ce genre de chose. Il déclara aussi que Joseph Sclafani et Romana Rizzo pouvait très bien se marier à l'intérieur d'une prison comme le prévoit la loi Américaine mais que ces derniers n'avaient pas encore fait la demande.

Lire la suite

UN ANCIEN CAPITAINE DE LA FAMILLE BONANNO ATTEND SON VERDICT

29 Août 2013 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Bonanno

UN ANCIEN CAPITAINE DE LA FAMILLE BONANNO ATTEND SON VERDICT

Richard "Shellackhead" Cantarella est un ancien capitaine de la famille Bonanno, qui en 2002 décida de collaborer avec la justice pour éviter une peine de prison à perpétuité. Richard Cantarella avait témoigné lors du procès contre l'ancien Boss de la famille Bonanno, Joseph Massino (Voir article : Joe Massino "The Last Don"). "La coopération de Richard Cantarella fut extraordinaire, elle permit de condamner plusieurs membres de la famille Bonanno à de longues peines de prison" déclara le procureur général Amy Busa dans des documents judiciaires. Richard Cantarella, Lauretta Castelli, sa femme âgée de 66 ans et son fils Paul Cantarella, âgé de 42 ans seront condamnés le mois prochain par un jugé fédéral dans une affaire de famille sans précédent au tribunal fédéral de Brooklyn. La famille Cantarella avait en effet décidé il y a quelques années de plaider coupable de divers crimes (racket, assassinat, prêt usuraire, enlèvement, extorsion). Richard Cantarella risque la prison à vie pour plusieurs assassinats, mais grâce à sa collaboration avec sa justice, il peut espérer que le juge fédéral Nicholas Gauraufis, laisse sortir de prison (Voir article : Joseph Massino va sortir de prison). D'après le FBI, toute la famille participait aux actes criminels commis par Richard Cantarella. Ce dernier avait nommé son fils Paul Cantarella dans la Cosa Nostra en 1995. Quand à sa femme, Lauretta Castelli, elle blanchissait l'argent de son mari : "Elle me servait de bouclier" déclara le mafieux lors d'un procès en 2007. Mais la vie de Richard Cantarella bascula le 02 Octobre 2002. Quelques semaines plus tôt, il venait d'être nommé Underboss par Joseph Massino. Mais ce jour là, le FBI avait décidé d'arrêter la famille Cantarella pour de bon. D'après la justice Américaine, Richard Cantarella vivait "comme un millionnaire" alors qu'il déclarait être un simple agent des docks à Staten-Island. Le FBI soupçonnait depuis plusieurs années le mafieux d'avoir participé à plusieurs assassinats commis par la famille Bonanno. Lors de son arrestation, il refusa à différentes reprises de collaborer avec la justice, mais son fils, Paul Castarella devenait de plus en plus instable depuis son incarcération et sa femme Lauretta pouvait être condamnée à des dizaines d'années derrière les barreaux. Son fils, Paul Cantarella fut le premier à décider de collaborer, mais la justice Américaine avait besoin du témoignage de son père en raison de sa relation étroite qu'il entretenait avec le Boss de la famille Bonanno à cette époque, Joseph Massino. "La coopération de Paul Cantarella fut essentiel pour obtenir la collaboration de son propre père, Richard Cantarella" déclara le procureur fédéral Amy Busa à une lettre adressée au juge fédéral Nicholas Gauraufis. Par contre, le rôle de de sa femme, Lauretta Castelli ne fut pas jugé "capital" par le procureur. En effet, cette dernière avait accepté dès le départ de plaider coupable et de rembourser près de 800 000 dollars à la famille d'une de ses victimes. "Elle n'avait pas la même richesse d'informations que son mari et son fils, mais elle était prête à aider le gouvernement de n'importe quelle façon" déclara Amy Busa. L'avocat de l'ancien Acting Boss de la famille, Bonanno Vincent Basciano (Voir article : Vincent Basciano dans la prison de Supermax) déclara : "Là encore, des coopérateurs du gouvernement vont être renvoyés chez eux avec les remerciements de la justice malgré les nombreux assassinats qu'ils laissent derrière eux".

Lire la suite

TROIS SOLDATS DE LA FAMILLE GENOVESE PLAIDENT COUPABLES

27 Août 2013 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Genovese

TROIS SOLDATS DE LA FAMILLE GENOVESE PLAIDENT COUPABLES

Trois soldats de la familles Genovese ont décidé de plaider coupable à des accusations d'extorsion de fonds dans une tentative de contrôler une partie de l'industrie des déchets dans les Etats de New-York et du New-Jersey. Dominick Pietranico, 83 ans, Joseph Sarcinella, 79 ans, et William Cali, 59 ans, avaient été arrêtés en Janvier dans une opération menée par le FBI contre les familles Lucchese et Genovese. D'après le FBI, les trois mafieux, s'étaient réunis à plusieurs reprises dans un club social du Bronx, pour rencontrer un éboueur qui leur demandait de l'argent, sans savoir que ce dernier était un agent du FBI sous couverture. Les trois soldats de la famille Genovese lui prêtèrent des milliers de dollars avec un taux d’intérêt de 3 % par semaine et le menaça à plusieurs reprises si ce dernier ne remboursait pas assez vite. Dominick Pietranico, Joseph Sarcinella, et William Cali avaient d'abord fait face à de très lourdes accusations et ils pouvaient être condamnés à plus de 40 ans derrière les barreaux. Mais vu leur âge avancé, une telle peine équivaut à une condamnation à mort pour les trois mafieux, ils décidèrent alors de plaider coupable. Avec leur accord de plaidoyer, ils seront condamnés par le juge fédéral, Kevin Caster à une peine maximale de 37 mois de prison. Devant le tribunal, William Cali déclara qu'il avait simplement essayé de récupérer un peu d'argent à un individu avec qui il faisait des affaires : "J'ai voulu récupéré un peu d'argent en essayant de lui faire peur votre honneur" déclara t'il. Carmine "Papa Smurf" Franco un associé de la famille Genovese qui est selon le FBI est cerveau de cette affaire, avait décidé il y a quelques mois de plaider non-coupable. La Mafia Italo-Américaine a toujours utilisé le secteur des déchets comme une une source de revenu et ces arrestations avaient encore prouvé à la justice Américaine, qu'il était encore bien présent dans ce domaine.

Lire la suite

LA FAMILLE DECAVALCANTE UTILISAIT DES CERCUEILS A DOUBLE FOND POUR SE DÉBARRASSER DES CORPS

26 Août 2013 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #DeCavalcante

LA FAMILLE DECAVALCANTE UTILISAIT DES CERCUEILS A DOUBLE FOND POUR SE DÉBARRASSER DES CORPS

Les DeCavalcante est une famille de la Cosa Nostra opérant principalement dans l’État du New-Jersey. Elle est connue du grand public pour avoir servi de modèle à la série de la chaîne HBO, "The Sopranos". En décembre 1999, la famille DeCavalcante fut frappée par une vaste opération lancée par le FBI. Plusieurs membres de la famille mafieuse, furent arrêtés et certains d'entre eux pour éviter des peines de prisons à perpétuité, décidèrent de collaborer avec la justice. L'un d'entre eux, Anthony Rotondo (voir photo), raconta comment la famille DeCavalcante faisait pour se débarrasser des cadavres. Déjà tout tout petit, Anthony Rotondo fut habitué à la vie dans le crime organisé. Son père n'était autre que Vincent "Jimmy The Gent" Rotondo l'ancien Underboss de la famille DeCalvalcante dans les années 1980. Mais Vincent Rotondo encourageait son fils à faire des études pour devenir avocat. Il ne voulait pas que ce dernier devienne comme lui, un gangster. Mais même diplômé de l'université, Antony Rotondo voulait devenir un membre de la Cosa Nostra et malgré de très bonne étude, son père finit par le faire rentrer dans les rouages du crime organisé. "Je lui ai dis que je voulais vivre sa vie, devenir comme lui. Il m'a dit que si c'était ce que je voulais, il fallait que je reste près de lui" déclara t'il dans un tribunal fédéral en 2004. Grâce à l'appui de Vincent Rotondo, il devint en 1978, à l'âge de 21 ans, un membre initié de la Cosa Nostra et il fut un soldat dans l'équipe de son père : "Toute ma vie, mon père était un capitaine de cette famille et les personnes que j’appelai mes "oncles", étaient en faites des membres de cette organisation". En 1988, Vincent Rotondo fut assassiné de plusieurs balles dans le corps pour avoir soi-disant insulté Anthony Casso l'Underboss de la famille Lucchese à cette époque. Pour éviter une guerre entre les deux familles, John Gotti, le parrain de la famille Gambino demanda à John Riggi le parrain des DeCavalcante de "résoudre ce problème". Il faut comprendre que la famille DeCavalcante est la principale famille de la Cosa Nostra dans le New-Jersey, mais elle est fortement liée à la famille Gambino (Comme la famille Soprano et la Famille Lupertazzi dans "The Sopranos"). D'ailleurs les "cinq familles" de New-York opèrent librement dans le New-Jersey. A la mort de son père, Anthony Rotondo utilisa de plus en plus la violence pour arriver à ses fins. D'après le FBI, il était connu pour ses différents braquages dans le New-Jersey et il fut soupçonné d'avoir commis plusieurs meurtres. A la fin des années 1990, le FBI l'avais identifié comme un capitaine de la famille DeCavalcante, très proche de Vincent Palermo (Voir Article La vie de Vincent Palermo après la Cosa Nostra), qui à cette époque gérait la famille mafieuse avec deux autres capitaines Girolamo Palermo et Charles Majuri. Après son arrestation et voyant ses anciens amis collaborer avec la justice, il décida à son tour de coopérer en Décembre 2001. Sa première apparition en tant qu'informateur eut lieu en 2003 lors du procès de quatre membres de la famille DeCavalcante, le consigliere Stefano "Steve The Truck Driver" Vitabile et trois capitaines Guiseppe "Pino" ​​Schifiletti, Philip Abramo et Girolamo "Jimmy" Palermo. Devant le juge fédéral, il expliqua comment la famille DeCavalcante utilisait les cercueils à double-fond pour se débarrasser de ses victimes. Devant un jury stupéfait, il déclara que cette méthode avait été inventé par un membre de la famille DeCavalcante dénommé Carlo Corsentino qui est décédé dans les années 1990, il avait plus de 100 ans. Ce dernier gérait une maison funéraire à Elizabeth dans le New-Jersey. Il avait eu l'idée d'après Anthony Rotondo de fabriquer des cercueils à double-fond pour faire disparaitre les victimes de la famille mafieuse qui étaient enterrées en même temps que les clients normaux. "La famille demandait de temps en temps son aide pour faire disparaitre ses victimes" déclara t'il. Il stipula aussi devant la cours que le poids suspect d'un cercueil avait surpris les personnes chargés de le transporter. "Tout le monde se regardait. Parfois, vous aviez six hommes pour une grand mère qui pesait pas plus de 40 kilos." déclara t'il. Il affirma que cette méthode avait été surtout utilisé dans les années 20 "Quand il y avait beaucoup de meurtres commis par la Cosa Nostra" revela t'il. Le fils de Carlo Cosentino, Carl est toujours propriétaire du salon funéraire, il est suspecté par le FBI d'être un soldat de la famille DeCavalcante. Dans les années 1990, le président des États-Unis à cette époque Bill Clinton avait envoyé une lettre de félicitation à son père pour son 100ème anniversaire.

Lire la suite

UN ASSOCIE DE LA FAMILLE COLOMBO ACCUSE LE GOUVERNEMENT D'AVOIR TRAUMATISE SON CHIEN

25 Août 2013 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Colombo

UN ASSOCIE DE LA FAMILLE COLOMBO ACCUSE LE GOUVERNEMENT D'AVOIR TRAUMATISE SON CHIEN

Frank "Frankie Steel" Pontillo est un associé de longue date de la famille Colombo. Il avait été arrêté en 1991 par le FBI pour avoir participé à la troisième guerre interne qui avait faire rage dans la famille Colombo au début des années 1990. De nouveau arrêté en 2011 lors d'une vaste opération menée par le FBI contre la Cosa Nostra, il fut accusé d'avoir vendu pour près de 10 000 dollars de téléviseurs volés à New-York. Pendant son procès, il accusa le gouvernement d'avoir traumatisé son chien, un caniche dénommé "Logan", lors de son arrestation à son domicile à Staten-Island. Son avocat avait demandé à un juge fédéral, Leo Glasser de prendre en compte lors de son verdict le traumatisme qu'avait pu subir son chien lors de la perquisition menée par le FBI. D'après ce dernier, deux équipes du FBI avaient jeté des grenades "assourdissantes" dans la maison de Frank Pontillo : "L'explosion à propulsé son chien dans une autre pièce. A cause de ça, il n'est plus le même aujourd'hui" déclara son avocat. Frank Pontillo stipula que son arrestation était exagérée et la compara à une opérations des Navy SEAL lors de l'assassinat de Oussama Ben Laden au Pakistan en 2011. Le voisin du mafieux avait déclaré à la police qu'il se croyait dans un film d'action. "C'était horrible. j'ai commencé à regarder par la fenêtre et deux agents ont pointé leur arme sur moi". L'agent du FBI James Margolin stipula que ce genre d'intervention était nécessaire vu le passé criminel de Frank Pontillo. Mais ce dernier savait que ce genre d'accusation n'allait pas suffire pour amadouer le juge Leo Glesson, connu pour avoir condamner l'ancien Boss de la famille Gambino, John Gotti en 1992. Il déclara qu'il avait déjà voulu arrêter sa vie dans le crime organisé mais qu'a Staten-Island, l'endroit ou il vivait, c'était rempli de gangsters. "Chaque fois que je vais quelque part, je vois quelqu'un que j'ai connu dans le passé" déclara t'il devant le juge fédéral. Leo Glasser qui avait déjà condamné deux fois dans le passé Frank Pontillo, montra une certaine forme de sympathie : "Je vous comprends, c'est un problème avec des personnes qui ont grandi dans des quartiers à forte densité mafieuse comme à Bensonhurst ou à Staten-Island et qui ont passé de nombreuses années en prison". déclara t'il. A la surprise générale, le juge féral, Leo Glasser condamna Frank Pontillo à 6 mois de résidence surveillée ainsi qu'a deux ans de probation. Ce dernier qui était accompagné de sa futur femme, prévoit de se marier dans les mois à venir et d'ouvrir une entreprise de plomberie. Interrogé à la sortie du tribunal sur la santé de son chient, il répondit calmement : "Il va mieux, merci". Mais le retour à la maison allait être difficile pour l'associé de la famille Colombo. En effet, certains voisins avaient été surpris d'apprendre que ce dernier travaillait pour la Cosa Nostra : "C'est honteux, je ne suis pas d'accord avec ce verdict. Il mériterait d'aller en prison" déclara une de ses voisines. Un autre habitant de Staten-Island critiqua ouvertement le verdict du juge fédéral, Leo Glasser : "Je pense qu'il est très étroit d'esprit. Je ne sais pas ou il a eu ses informations sur la criminalité à Staten-Island. C'est énervant, honte à lui". Cette semaine Jerry Capeci un spécialise de la Mafia Italo-Américaine déclara que le juge fédéral Leo Glasser avait condamné Frank Pontillo à une peine légère grâce à l'accord des procureurs en charge du dossier contre la famille Colombo. En effet, d'après lui sa condamnation à permis à Frank Pontillo de porter un micro pendant plus d'un an pour la D.E.A (Drug Enforcement Administration) même si d'après le journaliste, les résultats obtenus ne furent pas jugés satisfaisants. Affaire à suivre...

Lire la suite

UN CAPITAINE DE LA FAMILLE BONANNO DEMANDE A UN DE SES SOLDATS D'ARRETER DE FAIRE LE "CLOWN"

22 Août 2013 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Bonanno

UN CAPITAINE DE LA FAMILLE BONANNO DEMANDE A UN DE SES SOLDATS D'ARRETER DE FAIRE LE "CLOWN"

Début Juillet 2013, le FBI avait lancé une opération contre la famille Bonanno (Voir Article : Arrestation dans la famille Bonanno). Le capitaine, Nicholas "Nicky The Mouth" Santora (voir photo) qui purgeait déjà une peine 24 mois de prison pour extorsion fut inculpé avec plusieurs membres dont un autre capitaine Ernest Aiello, un "Acting Capo", Vito Badamo et le soldat Anthony "Skinny" Santoro pour plusieurs crimes (prêt usuraire, trafic de drogue, possession d'armes à feu et parjure). Ce mercredi 21 Août, Nicholas Santora fut transféré de sa maison de transition à New-York au tribunal fédéral pour entendre les accusations retenues contre lui. Le procureur, Gary Galprin en charge du dossier, a dévoilé devant la cours un enregistrement ou on entendait Nicholas Santora réprimander un soldat de son équipe, car ce dernier avait tendance à faire le pitre. Le soldat en question n'était autre que Vito Badamo âge de 51 ans qui est censé selon le FBI reprendre par la suite l'équipe de Nicholas Santora : "Tu dois te comporter d'une autre façon, tu me comprends?. Quand je vais partir, tu vas prendre en main ce quartier et tu dois savoir ce que tu dois faire et arrêter tes putains de conneries. Tu dois arrêter de te comporter comme un "clown", comporte toi à partir d'aujourd'hui comme un homme" déclara Nicholas Santora. Devant le juge fédéral, le procureur, Gary Galprin décrivit Nicholas Santora comme un criminel notoire ayant commis son premier délit en 1966 jusqu’à aujourd'hui ou il purge une peine de plusieurs mois de prison. Nicholas Santora qui est un membre initié de la famille Bonanno depuis les années 1970 est surtout connu des autorités pour avoir été un soldat dans l'équipe de Dominick "Sonny Black" Napolitano (Joué par Michael Madsen dans le film Donnie Brasco). Depuis plusieurs années, il faisait parti d'un panel de 3 capitaines qui gérait les affaires de la famille mafieuse au quotidien. Malgré ses nombreuses condamnations, Nicholas Santora a toujours continué à être un membre actif de la famille Bonanno (Voir Article : La vie d'un Underboss de la Cosa Nostra n'est pas toujours facile): "Votre honneur, il suffit de regarder le casier judiciaire de Nicholas Santora pour mieux comprendre pourquoi il est la aujourd'hui devant vous" déclara le procureur Gary Galprin. Mais l'avocat du mafieux, Michael Alber essaya de démontrer que son client était en train de purger une peine de prison pour des délits similaires et que la plupart de ces crimes avaient été produits alors qu'il était incarcéré : "Il existe aucune preuve directe concernant mon client" déclara de nouveau son avocat. Au final, le juge fédéral décida de fixer le procès des membres de la famille Bonanno au 1er Octobre.

Lire la suite

UNE EQUIPE DU FBI RECOMPENSEE POUR SON TRAVAIL CONTRE LES FAMILLES COLOMBO ET BONANNO

21 Août 2013 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Divers

UNE EQUIPE DU FBI RECOMPENSEE POUR SON TRAVAIL CONTRE LES FAMILLES COLOMBO ET BONANNO

Depuis 2001 et les attentats du 11 septembre, le FBI a considérablement réduit ses effectifs pour la lutte contre la Mafia Italo-Américaine (Voir Article : Le FBI réduit ses effectifs pour la surveillance des familles de la Cosa Nostra). Une équipe était spécialement réservée pour la famille Genovese, une autre pour les familles Colombo et Lucchese et une dernière pour les familles Bonanno et Gambino. Aujourd'hui, une équipe d'agents ayant participé à plusieurs arrestations depuis 2008 viennent d'être récompensée par le FBI. Seamus McElearney supervise pour le FBI plusieurs agents dénommée l'équipe "C-38" qui a permis les arrestations de nombreux membres de la famille Bonanno et Colombo ces dernières années. En 2011, la hiérarchie de la famille Colombo avait été arrêtée dans une opération menée par le FBI. L'Acting Boss Andrew Russo, son Underboss Benjamin Castellazzo et Consigliere Richard Fusco avaient été condamnées à plusieurs années de prison : "La famille Colombo a pratiquement été décimée. Elle est dans le désarroi et le désordre le plus complet. La famille Bonanno quand à elle, est gravement perturbée" déclara Belle Chen un analyste travaillant pour le FBI à New-York. Pour leurs efforts, Seamus McElearney et son équipe ont été récompensés de la "America Medal" par le "Partnership for Public Service" dans la catégorie "Homeland". Seamus McElearney qui a été récemment interviewé par le "Federal News Radio" a accepté de répondre à quelques questions.

- Quels sont les trois mots qui décrivent le mieux votre philosophie de leader?

Seamus McElearney : "Délégué, délégué, délégué. Je plaisante, les trois meilleurs morts seraient "diriger par l'exemple".

- Quel est le meilleur conseil que vous avez reçu et que vous avez ensuite donné ?

Seamus McElearney : Mon père m'a toujours appris à ce battre pour ce qu'on croyez juste

- Quel est votre plus grand modèle et pourquoi?

Seamus McElearney : Mes parents. En étant adolescent, ils ont immigré aux Etats-Unis depuis l'Irlande, ils n'avaient rien. Mon père à toujours travaillé pour sa famille et nous a enseigné le respect d'autrui. Après la mort de mon père, ma mère est devenue le pilier de la famille. Grâce à eux, j'ai pu réaliser mes rêves.

- Quel est le dernier livre que vous avez lu et quel sera le prochain?

Mes lectures sont essentiellement liées au travail. Le dernier livre que j'ai lu est : "We're Going to Win This Thing" de Charles Brandt (Racontant la vie l'ancien agent du FBI, Lin DeVecchio). Mon prochain livre sera "Vinny Gorgeous: The Ugly Rise and Fall of a New York Mobster" de Anthony M. DeStefano (Racontant la vie de l'ancien Acting Boss de la famille Bonanno).

Lire la suite

QUAND DES MEMBRES DE LA COSA NOSTRA CRITIQUENT LA TELE-REALITE

20 Août 2013 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Genovese

QUAND DES MEMBRES DE LA COSA NOSTRA CRITIQUENT LA TELE-REALITE

La scène se déroula dans un restaurant à New-York, pendant les fêtes de Noël en 2004. Ralph Scopo un soldat de la famille Colombo, Ciro Perrone (voir photo) un capitaine de la famille Genovese et John Yannucci le bras droit de ce dernier étaient en train de discuter dans le restaurant "Don Pepe" à Ozone Park tenu par le capitaine de la famille Genovese. Sur la table, il y avait de la nourriture italienne, du vin mais aussi chose inattendue, un micro caché. Le FBI savait que depuis quelque temps, les trois membres de la Cosa Nostra avaient leurs habitudes dans ce restaurant. Un jour, profitant de l'absence de Ciro Perrone, ils se firent passer pour des clients et glissèrent discrètement un micro sous une table qui était spécialement réservée pour le capitaine de la famille Genovese. Le 14 Décembre 2004, après avoir parlé "affaire", les trois mafieux discutèrent d'une émission de télé-réalité qui faisait fureur à cette époque, "Growing Up Gotti" diffusée sur la chaîne A&E. Cette télé-réalité suivait la vie de Carmine Agnello, Jr, John Gotti Agnello, et Frank Gotti Agnello, les trois petits fils de l'ancien parrain de la famille Gambino, John Gotti dans le domicile de leur mère Victoria Gotti. "Ces garçons ressemblent à des filles" déclara Ciro Perrone. "C'est un des spectacles, les plus dégoutants et les plus insultants que j'ai pu voir" déclara John Yannucci. D'après l'agent du FBI John Penza qui supervisait ces écoutes, le soldat de la famille Colombo, Ralph Scoppo un proche de John Gotti vivant lui aussi à Howard Beach était "tellement embarrassé" par la famille de son ancien ami qu'il ne préférait rien dire. Il déclara seulement que les trois garçons ne savaient pas parler normalement. En effet, le vocabulaire des trois petits fils de John Gotti était si pauvre que la chaîne A&E eut recours à des sous-titres pour aider les téléspectateurs à comprendre ce qu'ils disaient. La discussion des trois mafieux avaient eut lieu après un article cinglant de Phil Mushnick dans le New York Post qui expliquait : "Vous n'êtes pas obligé d'être d’origine italienne pour être offensé par les stéréotypes grossiers, vulgaires et négatifs qu'alimentent la série "Growing Up Gotti". Sur le site web de l’émission, les internautes pouvaient apprendre à s'habiller "comme un Gotti", rejoindre le "Hotti Gotti Girls Club" ou participer au jeux le "Game Pantsing" qui a pour but de baisser le pantalon de son ami sans se faire prendre. Pour John Yannucci, son seul aspect positif était que Carmine Agnello, Jr,John Gotti Agnello, et Frank Gotti Agnello "se font de l'argent en faisant les idiots". Ralph Scoppo stipula à son tour que le père des trois garçons Carmine Agnello, un soldat de la famille Gambino ne pouvait rien faire pour arranger les choses car il était en prison : "Il peut rien faire de toute façon, il en a entendu parlé, mais il a jamais pu regarder l’émission" déclara t'il. malheureusement pour les trois mafieux, les écoutes du FBI permirent des les arrêter par pour leurs conversations désobligeantes concernant la famille Gotti mais pour racket, obstruction à la justice et prêt usuraire. A cette époque Ralph Scoppo et John Yannucci plaidèrent coupables. Ciro Perrone tant qu'a lui, préféra plaider non-coupable et tenter sa chance devant le tribunal. Détenu à domicile en attendant son procès, il fut finalement condamné à purger une peine de 4 ans dans une prison fédérale. Libéré de prison quelques mois avant sa libération, il mourut en 2011, il avait 90 ans.

Lire la suite

LA FAMILLE GAMBINO FORME UN PANEL DE SECURITE POUR LUTTER CONTRE LES INFORMATEURS

19 Août 2013 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Gambino

LA FAMILLE GAMBINO FORME UN PANEL DE SECURITE POUR LUTTER CONTRE LES INFORMATEURS

Après l'opération "Old Bridge" (Voir article : un boss de la Cosa Nostra se livre au FBI) en 2008, condamnant plusieurs membres de la famille Gambino, celle-ci décida de se restructurer. A cette époque, Peter Gotti était toujours le Boss malgré sa condamnation à 25 ans de prison en 2005. Depuis sa prison fédérale de Terre Haute dans l'Indiana ou il était incarcéré, il avait nommé plusieurs capitaines qui géraient les activités de la famille Gambino. En 2011, Peter Gotti décida de laisser sa place et la famille mafieuse nomma Domenico "Italian Dom" Cefalu comme nouveau Parrain. Ce dernier est un membre initié de la famille Gambino depuis 1991, âgé de 66 ans, il est considéré par les autorités comme étant une personne de nature très discrète, vivant encore chez sa mère et ayant pour seul travail légitime, un emploi de vendeur dans une boulangerie. L'arrivée de Domenico Cefalu à la tête de la famille Gambino mit fin à "l'ère Gotti"En tant que nouveau Parrain d'une des cinq familles de la Cosa Nostra, il essaya de changer en profondeur l'organigramme de la famille Gambino, en mettant au pouvoir les membres de la faction Sicilienne. En 2012, il nomma son protégé Frank "Franky Boy" Cali comme Underboss. Ce dernier qui est une considéré par le FBI comme "une étoile montante" dans la famille Gambino, a des liens très étroits avec des familles de Cosa Nostra en Sicile et sur avec le clan Inzerillo. En faisant ce choix, la famille Gambino, voulait redevenir une organisation criminelle secrète, travaillant dans l'ombre et restant sous le radar des autorités. En Juin 2013, des rumeurs circulaient comme quoi Frank Cali était devenu le nouveau Parrain de la famille Gambino, remplaçant Domenico Cefalu, se sentant trop âgé pour ce poste. Mais à la surprise générale, Frank Cali refusa d'être le nouveau Boss de la famille mafieuse pour éviter d'être persécuté par le FBI (Voir article : Frank Cali refuse d'être le nouveau Boss de la famille Gambino). A ce jour, la famille Gambino est toujours dirigée par Domenico Cefalu, avec comme Underboss Frank Cali. Mais le Parrain de la famille Gambino voulait trouver une solution pour éviter d'avoir des problèmes avec la justice. De nos jours, la plupart des membres de la Cosa Nostra, décident de collaborer avec la justice pour éviter d'aller en prison et certaines de leurs informations peuvent être dévastatrice pour une "famille" de la Cosa Nostra et Domenico Cefalu en était conscient. D'après plusieurs agents du FBI, ce dernier avec l'aide de Frank Cali, veulent redevenir une famille cloisonnée à l'image de la famille Genovese ou très peu d'informations circulent à son sujet. Ils veulent avec l'aide de la faction Sicilienne, redevenir une organisation secrète, loin de l'image qu'avait pu laissé John Gotti quand il était devenu le Parrain de la famille Gambino. D'après Jerry Capeci, un expert de la Mafia Italo-Américaine aux Etats-Unis, Domenico Cefalu et Frank Cali ont décidé de nommer un panel de sécurité regroupant trois capitaines, considérés comme étant les plus fiables de "la famille". La famille Gambino est composée de plus de 200 membres ainsi que des milliers d'associés. Les soldats de la famille sont gérés par une vingtaine de capitaines ayant sous leurs ordres une dizaine de membres initiés. Le rôle du panel de sécurité est de servir de relais entre les différents capitaines et soldats de la famille Gambino et sa hiérarchie. Les trois hommes qui ont été sélectionné par Domenico Cefalu et Frank Cali sont considérés par le FBI comme étant des membres ayant fait preuve d'une grande loyauté ces dernières années envers la famille Gambino. De cette manière, Domenico Cefalu et Frank Cali auront que des contacts très limité avec les autres membres de la famille mafieuse et passeront directement leurs ordres par les trois capitaines du panel. Avec ce système, le Parrain de la famille Gambino limite considérablement les risques de se faire enregistrer par des membres de "sa famille" et surtout de se faire arrêter. Une technique qu'avait utilisé pendant des années Vincent "The Chin"Gigante l'ancien Boss de la famille Genovese. Ce dernier passait directement ses ordres à des "Street Boss" qu'il avait nommé pendant ses années à la tête de la famille mafieuse. Le FBI était tellement déstabilisé par ce système, qu'il avait inculpé Anthony "Fat Tony"Salerno dans le procès de "la Commission". Il pensait que ce dernier était le Boss de la famille, il se trompait. Le panel de sécurité de la famille Gambino est composé de :
Anthony Gurino âge de 70 ans, il fut intronisé dans la famille Gambino au début des années 1990. Au fil des années, Anthony Gurino s'imposa très rapidement dans la faction Sicilienne. Inculpé seulement deux fois par la justice Américaine, il passe près de 10 ans derrière les barreaux et d'après le FBI purgea sa peine "comme un homme". Il est surtout connu des autorités pour sa volonté à ne jamais coopérer avec le gouvernement (Il fut condamné deux fois pour entrave à la justice) mais surtout pour ramener beaucoup d'argent à la famille Gambino. Sa dernière condamnation remonté à 1993. A cette époque, il avait été condamné à 8 ans de prison en Floride pour avoir essayé de blanchir des millions de dollars pour la famille Gambino.
Joseph "Sonny" Juliano, d'origine Sicilienne, Joseph Juliano est un capitaine de la famille Gambino connu gérer ses activités sous le radar du FBI. Sa seule condamnation remonte à 2003, ou il avait plaidé coupable de tentative de corruption. La justice Américaine déclara que Joseph Juliano avait employé près de 90 personnes illégalement pour tenir près de 30 salons de jeux qu'il gérait dans New-York. Il fut condamné à 2 à 4 ans de prison à purger dans une prison d’État.
John Gambino, âgé de 73 ans, il a été initié dans la famille Gambino en 1975. D’origine Sicilienne, il était connu par le FBI pour avoir été impliqué avec ses frères Rosario et Joseph dans un important trafic d’héroïne au début des années 1980 avec Cosa Nostra en Sicile. Condamné au début des années 1990 à une peine de 15 ans de prison pour trafic de drogue, il fut libéré en Octobre 2005, mais sa santé commença à décliner. Mais ses problèmes, ne l’empêcha pas de gérer la famille Gambino avec deux capitaines Daniel Marino et Bartolomeo "Bobby" Vernace au début de l'année 2008 jusqu'à la nomination de Domenico Cefalu en tant que Parrain de la famille Gambino en 2011. Il est en autre l'oncle de Frank Cali.

Lire la suite

UN SOLDAT DE LA FAMILLE GAMBINO CONDAMNE A 15 ANS DE PRISON POUR TRAFIC DE DROGUE

18 Août 2013 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Gambino

UN SOLDAT DE LA FAMILLE GAMBINO CONDAMNE A 15 ANS DE PRISON POUR TRAFIC DE DROGUE

Le soldat de la famille Gambino Joseph "Joe Boy" Sclafani vient d'être condamné à une peine de quinze ans de prison dans un pénitencier fédéral pour trafic de drogue. Il avait été arrêté en 2011 par la DEA (Drug Enforcement Administration) pour avoir vendu plusieurs kilos de cocaïne et de marijuana. Son arrestation était resté inaperçu mais ce dernier avait fait parlé de lui au début de l'année 2013. En effet, Ramona Rizzo vedette de l’émission télé "Mob Wives" et petite fille du célèbre mafieux Benjamin "Lefty" Ruggiero (Joué par Al Pacino dans le film Donnie Brasco) avait déclaré vouloir épouser le soldat de la famille Gambino derrière les barreaux. Ramona Rizzo avait déclaré au NYPost qu'elle était prête à se marier, même si Joseph Slafani restait de longues années derrière les barreaux : "Ma famille est très contente que mon futur mari soit d'origine Italienne. Même si je peux pas être la avec lui, je serais toujours dans son esprit" déclara t'elle. En début de semaine, elle sut par le juge Fédéral John Gleeson combien de temps elle allait devoir attendre avant de célébrer son mariage avec son futur mari. Ramona Rizzo qui était présente au tribunal pour assister au verdict, ne put s’empêcher de verser quelques larmes derrière ses lunettes de soleil quand le juge fédéral déclara la sentence. Elle s'empressa de sortir de la salle d'audience, évitant ainsi les journalistes qui voulaient savoir si cette condamnation remettait en cause ses plans d'un futur mariage avec Joseph Sclafani. Ce dernier qui avait décidé de plaider coupable quelques mois plus tôt pour trafic de drogue présenta ses excuses devant le juge John Glesson : "J'ai montré aucune considération pour ma famille. Je suis égoïste, j'ai déçu ma fiancée, mon fils... J'ai 47 ans et j'ai toujours laissé tomber les gens". Le juge fédéral John Gleeson connu pour avoir été le procureur à condamner John Gotti en 1992, ne fut pas très sensible au discours prononcé par le soldat de la famille Gambino et par sa romance avec Ramona Rizzo : "Si vous étiez plus jeune, je vous aurai condamné à une peine plus sévère car vous le méritez" déclara t'il, justifiant sa décision par le fait que Joseph Slafani avait consacré toute sa vie à violer les lois de ce pays. Le juge a aussi demandé a ce que Joseph Sclafani puisse passer un peu de temps avec son père gravement malade avant son incarcération.

Lire la suite