Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LCN

BARTOLOMEO VERNACE CONDAMNE A LA PRISON A PERPETUITE

31 Mai 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Gambino

BARTOLOMEO VERNACE CONDAMNE A LA PRISON A PERPETUITE

Il aura fallu attendre plus de trente ans pour que le meurtrier de deux individus assassinés dans un bar à New-York, le 11 Avril 1981, ne soit condamné à la prison à perpétuité. Cette nuit là, Frank Ricardi et une femme étaient en train de boire un verre tranquillement Un homme arriva et accidentellement renversa son verre sur la robe de sa compagne, ce qui mit immédiatement en fureur l’Associé de la famille Gambino. Pour empêcher une bagarre quasi-certaine, John D'Agnese, un des propriétaires, demanda gentiment à Frank Ricardi de sortir, ce qu’il fit difficilement, mais en jurant devant tout le monde qu’il allait revenir pour régler ses comptes. Quelques minutes, plus tard, trois individus armés, rentrèrent dans le ShamRock's Bar et tirèrent à plusieurs reprises sur les deux propriétaires John D'Agnese et Richard Godkin. Malgré les nombreux témoins présents dce soir là, la justice Américaine mit dix sept ans avant d’arrêter et de juger Bartolomeo Vernace (voir photo à gauche), un membre initié de la famille Gambino, soupçonné depuis des années comme étant un des tireurs cette nuit là. Lors de procès, deux individus étaient prêts à témoigner. Le premier se rétracta en arrivant à la barre des témoins, en déclarant tout simplement qu’il « ne savait plus » si Bartolomeo Vernace était bien le tireur cette nuit là. Plus tard, il déclarera aux journalistes : « Deux hommes sont morts pour une histoire de verre renversé, c’est normal d’avoir peur non ? ». Le deuxième témoin aurait du être Linda Gotti, la nièce du célèbre Parrain de la famille Gambino John Gotti et ancienne petite amie de John D’Agenese, mais en refusant à la dernière minute elle aussi de venir témoigner dans le tribunal, Bartolomeo Vernace fut acquitté de ce double meurtre. Connu sous les pseudonymes de « Bobby Glasses », « Pepe » et « John Canova », Bartolomeo Vernace, devint de plus en plus actif dans la famille Gambino en gérant ses affaires depuis un café à Cooper Avenue dans le Queens. D’après le FBI, le Capitaine de la famille Gambino, était impliqué dans le vol, le trafic de drogue, les prêts usuraires, et le jeu et engendrait des millions de dollars de bénéfices à la famille Gambino. Sa position au sein de la famille mafieuse était tellement importante, qu'entre 2008 et 2010, il fut un des trois capitaines avec Daniel « Danny » Marino et John Gambino, qui géraient les affaires quotidiennes de la famille Gambino, avant la nomination de Dominick Cefalu comme Parrain officiel. Mais son ascension s’arrêta brusquement le 20 Janvier 2011, quand le FBI l’arrêta de nouveau pour le meurtre de John D'Agnese et Richard Godkin. Incarcéré depuis son arrestation, Bartolomeo Vernace ne parla pas une seule fois avec le FBI et les procureurs fédéraux et refusa même une « offre » de douze ans de prison, si ce dernier acceptait de plaider coupable. Son procès débuta en 2012 et ces cinq semaines furent une formalité pour la justice Américaine, présentant une à une toutes les preuves impliquant Bartolomeo Vernace dans cette fusillade, ce qui permit au jury de déclarer coupable le Capitaine de la famille Gambino du meurtre de John D'Agnese et Richard Godkin. Ces dernières semaines, et quelques jours avant que le verdict contre Bartolomeo Vernace ne soit prononcé, ses avocats déclarèrent que l’acquittement de leur client dans un procès d’appel pouvait être possible, en raison des déclarations faites par Francesco "Frank" Fiordilino, un ancien Associé de la famille Bonanno qui avait témoigné lors du procès contre le Capitaine de la famille Gambino, ce dernier avait déclaré, qu’il avait continué à commettre des crimes alors qu’il était dans le programme de protection des témoins (Cf : Un ancien Associé de la famille Bonanno avoue ses crimes dans le programme de protection des témoins). En attendant, c’est en habit classique de prisonnier, que Bartolomeo Vernace se présenta en début de semaine devant un juge fédéral à New-York pour recevoir son verdict, et c’est sans surprise, qu’il fut condamné à une peine de prison à perpétuité : « Monsieur Vernace a tué notre père, et nous avons jamais oublié » déclara la fille de Richard Godkin, Christine Orsini. Sa voix était encore tremblante, quand elle raconta à la presse, comment un ami de la famille avait sonné chez eux en pleine nui, pour leur dire que son père venait d’être assassiné : « Ma vie a été bouleversé, attendre près de trente trois ans pour avoir un verdict, c’est très long » déclara t’elle. Bartoolomeo Venace refusa de s’exprimer avant l’énoncé du verdict par la juge Sandra Townes et ce sera le seul accusé dans cette affaire à être condamné. Frank Ricardi étant décédé en 2007, alors que le troisième suspect, Ronald Barlin, ne fut jamais inquiété.

Lire la suite

ANNULATION DU PROCES CONTRE ANTHONY NICODEMO

28 Mai 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Philadelphie

ANNULATION DU PROCES CONTRE ANTHONY NICODEMO

Le discours de l’avocat d’Anthony Nicodemo (voir photo) dans le tribunal, fut jugé « très peu crédible » par les journalistes présents dans la salle. Il faut dire que Brian McMonagle s’efforça pendant plusieurs minutes à expliquer au jury que son client n’était que la victime dans cette affaire, que sa vie, avait basculé à cause d’un individu qui le prit en otage pour s’enfuir d’un meurtre crapuleux, ce 12 Décembre 2012 : « Il n’y a vraiment aucun moyen que le jury puisse croire une histoire pareil » avait déclaré un journaliste à la sortie du tribunal, et pourtant… Alors que la défense s’apprêtait à appeler son premier témoin, le juge fédéral Jeffrey Minehart a tout simplement décidé d’annuler le procès contre le Soldat de la famille de la Philadelphie. La raison ?, deux des jurés ont été exclus par le juge pour des motifs encore inconnus, et au même moment, on apprenait par les médias Américains, que la police de Philadelphie avait décidé d’ouvrir une enquête contre un des individus, et face à cette situation, le juge fédéral décida, avec l’avis des procureurs et de l’avocat de la défense d’annuler le procès, pour le rapporter à une date ultérieure. D’après la police, un des membres de la famille d’Anthony Nicodemo fut interrogé, car selon certaines sources, une conversation de ce dernier avec un membre de sa famille à la sortie de la salle d’audience, avait soulevé plusieurs préoccupations. L’un des jurés exclus dans ce procès, réside actuellement dans le sud de Philadelphie, un lieu à forte densité mafieuse et ou la Cosa Nostra à encore une énorme influence. Cela ne veut pas dire que forcément, cet individu avait été « acheté » dès le départ par des membres de la Cosa Nostra, mais cette conversation a soulevé plusieurs doutes à son sujet. Le juge fédéral, Jeffrey Minehart, n’a pratiquement rien dit sur ce qui venait de se passer, déclarant seulement, qu’une conférence aura lieu le 12 Juin prochain avec les procureurs en charge du dossier et plusieurs pistes étaient étudiées pour renforcer la protection des jurés lors du prochain procès. Les procureurs ont seulement déclaré que la prochaine fois, ils feront appel à six jurés suppléants au lieu de deux précédemment. Le prochain jury pourrait être aussi « séquestré » pendant toute la durée du procès et au pire des cas, les procureurs pourraient demander à juger l’affaire en dehors de la ville de Philadelphie. En attendant, Anthony Nicodemo qui est détenu sans caution possible depuis son arrestation, restera en prison dans l’attente d’un nouveau procès. Depuis quelques jours les procureurs, avaient essayé de démontrer, que même si le Soldat de la famille de Philadelphie n’avait pas « tiré sur la gâchette », il avait au moins participé à cet assassinat, en utilisant sa propre voiture comme véhicule de fuite : « Même s’il n’a pas tiré, il est aussi coupable que lui » avait déclaré le procureur fédéral, faisant référence à plusieurs reprises à Dominic Grande, un Associé de la famille de Philadelphie et ami de longue date d’Anthony Nicodemo, qui ne fut jamais inculpé dans cette affaire. Dernièrement, Brian Zarello, avait fait appel à un médecin légiste, Lissette Vega qui avait démontré que l’ADN d’Anthony Nicodemo et ses empreintes digitales avaient été retrouvées un peu partout dans son véhicule, une preuve qui aurait pu être « suffisante » pour faire condamner définitivement Anthony Nicodemo, mais d’après l’avocat de la défense, il était logique de retrouver ce genre de choses dans son propre véhicule, d’ailleurs l’emprunte digitale de Dominic Grande avait été retrouvée lui aussi sur le capot de la Honda Pilot. La tentative de l’avocat de la défense, de faire passer son client comme la victime dans cette affaire, était la seule solution possible face aux nombreux arguments et preuves développés par les procureurs pendant le procès. La question qui se pose actuellement, est comment va réagir Anthony Nicodemo par la suite ?, va-t-il coopérer ou continuer malgré tout à garder cette même ligne de défense qui pourrait l’entrainer sans nul doute à terminer sa vie derrière les barreaux.

Lire la suite

ET PENDANT CE TEMPS LA...

25 Mai 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Divers

ET PENDANT CE TEMPS LA...

"PAPA STROUMPH " CONDAMNE A UN AN DE PRISON :

Les lettres des différents prêtres de New-York et celle de l’ancien Sénateur du New-Jersey, Henry McNamara (Cf : Un Associé de la famille Genovese veut éviter la prison), n’auront pas suffi pour faire éviter la prison à Carmine "Papa Smurf" Franco (voir photo) un Associé de la famille Genovese, ce dernier fut condamné à un an et un jour dans une prison fédérale. Le juge fédéral Kevin Castel déclara lors de son verdict, que Carmine Franco, qui a un lourd passif avec la Cosa Nostra, avait volé et menacé avec l’aide de ses associés, plusieurs de ses concurrents, avec pour seul objectif, avoir le monopole sur le traitement des ordures dans l’État du New-Jersey. Même si ce dernier ne stipula qu’aucune preuve prouvait l’existence d’éventuelles menaces envers les différents clients que pouvait « gérer » Carmine Franco, sa relation de longue date avec la famille Genovese pouvait prétendre le contraire. En acceptant de plaider coupable, Carmine Franco, ne risquait plus "que" trois ans dans une prison fédérale, sa peine fut considérablement réduite par le juge, en raison des nombreux problèmes de santé dont souffre l’Associé de la famille Genovese. Carmine Franco aura passé pratiquement toute sa vie à travailler dans le domaine des déchets dans les États de New-York et du New-Jersey, avec pour seul but, enrichir la famille Genovese. Mais en raison de ses nombreuses condamnations, la justice Américaine avait interdit à l’Associé de la famille Genovese de continuer d'exercer toute activité dans le traitement des ordures. Par ailleurs, son travail en tant que bénévole dans plusieurs églises, avaient permis à Carmine Franco de se donner une image d’une personne « généreuse », prêt à aider les plus « démunis », mais cela n’aura pas suffit pour éviter une nouvelle fois la prison. Arrêté en Janvier 2013 avec plusieurs membres de la Cosa Nostra, dans une grande opération menée par le FBI, et avant que ce dernier ne plaide coupable, Carmine Franco pouvait être condamné à la base à près de vingt ans de prison, c’est pour cela que l’avocat de Carmine Franco, Michael Critchley, déclara que le verdict était : « Juste et équitable ».

ET PENDANT CE TEMPS LA...

UN CAPITAINE DE LA FAMILLE LUCCHESE ARRÊTE :

Quand on parle d'Avellino, on pense directement à la série "The Sopranos", qui est la ville d’origine des parents de Tony Soprano, mais quand on parle d’Avellino aux agents du FBI à New-York, la plupart répondront d'office Salvatore Avellino, un Capitaine réputé de la famille Lucchese qui purgea près de 13 ans de prison de 1993 à 2006 pour plusieurs délits. Mais, il y aussi son "jeune" frère, Carmine Avellino (voir photo), un peu moins connu du gouvernement fédéral, même si ce dernier purgea près de dix ans et demi de prison, pour avoir participé à l’assassinat de deux éboueurs à Long Island en 1994, il est depuis des années lui aussi un Capitaine de la famille Lucchese. Le vieux mafieux qui est aujourd’hui âgé de 70 ans, a été arrêté par le FBI la semaine dernière pour avoir demandé à deux de ses Associés de « frapper un vieil homme » qui lui devait près de 100000 dollars venant de plusieurs prêts. Cette arrestation fut possible grâce aux nombreux enregistrements vidéos et téléphoniques orchestré par le FBI pas ces derniers mois, mais en 2010. Alors pourquoi avoir attendu quatre ans pour procéder à l’arrestation du Capitaine de la famille Lucchese à son domicile ?, une interrogation que son avocat, Scott Leemon a encore du mal à comprendre : « Ces allégations contre mon client remontent à pus de quatre ans. Pourquoi ils (le FBI) ne l’ont pas arrêté avec les autres accusés il y a de cela quelques années ». Encore plus surprenant, les deux Associés qui ont menacé l’individu en question, Michael et Daniel Capra ont été tous les deux arrêtés en Septembre dernier. Michael Capra, qui pour éviter de croupir en prison, avait demandé à sa femme de mentir aux agents du FBI, en prétextant que le jour ou il avait menacé la victime supposée, il était chez lui à son domicile de Long Island. Mais cette dernière s'embrouilla très rapidement face aux procureurs, qui ne tardèrent pas à la faire inculper d'entrave à la justice. Quant à Carmine Avellino, le juge fédéral en charge de cette affaire, demanda une caution d’un million de dollars à l’accusé en échange de sa liberté, une somme que le Capitaine de la Cosa Nostra, accepta sans sourciller. Carmine Avellino qui risque jusqu’à vingt ans de prison s’il est reconnu coupable, et sous surveillance électronique et doit rentrer chez lui au plus tard à 19 heures, sous peine d’être incarcéré en attendant son procès.

ET PENDANT CE TEMPS LA...

L'ANCIEN ACTING BOSS DE LA FAMILLE COLOMBO RÉCLAME SES AFFAIRES A LA JUSTICE :

Acting Boss de la famille Colombo de 2008 à 2009, et condamné à dix neuf ans d’emprisonnement pour trafic de drogue, racket, extorsion de fonds et prêt usuraire, Ralph DeLeo (voir photo) continue malgré tout à faire parler de lui. En début du mois, il demanda une requête à un juge fédéral de Somerville, lui demandant tout simplement de pouvoir récupérer ses effets personnels, confisqué par le FBI lors de son arrestation en 2009, incluant des couteaux, des albums, un ordinateur, plusieurs milliers de dollars en petite monnaie, des montres et même un fusil à plomb. Autant de choses que Ralph DeLeo voudrait récupérer, pour surement améliorer son confort en prison, en vendant une partie de ses objets. Et du confort il lui en faudra pour espérer survivre dans des conditions aussi extrêmes qu'une prison de haute sécurité aux États-Unis, mais ce dernier qui a déjà passé plus de la moitié de sa vie derrière les barreaux, ne semble pas tellement inquiet sur son sort. Purgeant sa peine dans la prison fédérale de haute sécurité à Butner en Caroline du Nord avec Carmine « The Snake » Percisco l’actuel Parrain de la famille Colombo, sa date de libération est prévu pour Octobre 2025, il aura alors 82 ans.

ET PENDANT CE TEMPS LA...

LE NEVEU DE MARTIN SCORSESE ARRÊTE POUR TRAFIC DE DROGUE :

Le neveu du légendaire réalisateur Martin Scorsese, a été arrêté pour avoir essayé de vendre de l’héroïne à des policiers en civil. Frank Scorsese (voir photo), âgé de 39 ans, et le fils du frère ainé de Martin Scorsese, célèbre pour avoir réalisé des films comme, « Les Affranchis », « Casino » et encore récemment « The Wolf Of Wall Street ». Frank Scorsese vendait directement de l’héroïne et plusieurs médicaments, dans l’atelier de carrosserie ou il travaillait, dénommé « Fix It Auto » à New-York. Le propriétaire du garage en question, John Santillo 55 ans et son épouse Lori Santillo 57 ans ont eux aussi été arrêtés par la police. Ces derniers ont été vus à au moins une reprise par des policiers en civil, en train de donner des médicaments à Frank Scorsese, pour que ce denier puisse les revendre aux différents clients du garage. De plus, la perquisition dans les bureaux, ont permis de trouver près de soixante douze enveloppes contenant quelques grammes d’héroïne qui étaient cachés dans la veste de John Santillo. La fouille de la maison avait permis quand à elle de récupérer de la drogue en grande quantité et huit armes à feux planquées dans une armoire. John Poppe, l’avocat de Frank Scorsese, déclara que le vrai coupable dans cette affaire, le vrai « loup » n’était autre que John Santillo, qui fut libéré sous caution, après avoir payé près de 76000 dollars. Mais le problème, est que Frank Scorsese était déjà connu des autorités pour ce genre de délits. En Mars dernier, il avait été libéré de prison, après avoir y avoir passé trente jours pour possession illégale d’armes à feux et de stupéfiant, alors qu’il circulait en voiture dans les rues de New-York. Roulant sans permis de conduire, lors de son arrestation, il en avait profité pour agresser les agents de police.

Lire la suite

UN ANCIEN ASSOCIE DE LA FAMILLE BONANNO AVOUE SES CRIMES DANS LE PROGRAMME DE PROTECTION DES TEMOINS

24 Mai 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Bonanno

UN ANCIEN ASSOCIE DE LA FAMILLE BONANNO AVOUE SES CRIMES DANS LE PROGRAMME DE PROTECTION DES TEMOINS

Un ancien Associé de la famille Bonanno, Francesco "Frank" Fiordilino, a réussi la semaine dernière à faire regretter le gouvernement fédéral de lui avoir donné sa chance de commencer une nouvelle vie dans le programme de protection des témoins. Une vie dévouée au crime, pour cet individu d'origine Italienne et comme pour la plupart d'entre eux qui se lancent dans le crime organisé, être un "Affranchi", est le rêve de toute une vie. Et pour prouver aux membres de la famille Bonanno que ce dernier était prêt à « tuer pour la famille, pour la Cosa Nostra », il participa à l’assassinat d’un trafiquant de drogue, Thomas Sajn, qui fut tué en 1993 à New-York. Mais malgré ses connections avec la famille Bonanno (son oncle, Franck « Cheech » Navarro était un membre initié de la famille mafieuse), Francesco Fiordilino, n’a jamais réussi à devenir un membre à part entière de la famille Bonanno. Inculpé en 2002 pour le meurtre de Thomas Sajn, l’Associé de la Mafia, oublia très vite les règles élémentaires d’adhésion à la Cosa Nostra, en décidant de collaborer avec la justice dans sa lutte contre les cinq familles de New-York. Pendant plusieurs années, il aida cette dernière en témoignant contre des anciens membres de différentes familles, dont en 2004 dans le procès contre son ancien Boss, Joseph Massino. A l’ouverture du procès de l’ancien Parrain, il avait déclaré à la presse : « Je suis totalement en paix avec moi-même d’avoir témoigné contre mes anciens Associés. Je ne suis plus obligé de mentir, de tricher, ou faire semblant d’être quelqu’un ». Jugeant sa participation au meurtre de Thomas Sajn comme « lâche », il avait accusé les membres de la Cosa Nostra de vivre dans un monde « de mensonge, de cupidité et de destruction. Je n’ai jamais vu de loyauté et de respect dans la Cosa Nostra. Je pourrai parler pendant des heures, en racontant comment les membres entre eux s’insultaient les uns les autres autour d’une table. Je suis bien content que cela soit derrière moi. » En récompense de sa précieuse collaboration, le procureur fédéral Greg Andres, qui fut un moment « condamné à mort » par la famille Bonanno, avait demandé à ce que ce dernier soit libéré de prison pour avoir contribué efficacement à la lutte du gouvernement fédéral contre la Cosa Nosta aux États-Unis. Mais même en étant rentré dans le programme de protection des témoins, Francesco Fiordilino, devait continuer à venir témoigner dans des procès contre des membres du crime organisé. Ce fut le cas, en 2006 dans le procès contre Baldassare « Baldo » Amato (voir photo), un membre très respecté de la famille Bonanno, que Francesco Fiordilino connaissait très bien. Baldassare Amato est une figure du crime organisé à New-York. Arrivé aux États-Unis de Castellamare Del Golfo à l’âge de dix huit ans, il devint rapidement quelqu’un de confiance dans la Mafia Italienne et fut pendant des années, le garde du corps personnel de Carmine Galante, Boss de la famille Bonanno dans les années 1970. Quand ce dernier fut tué le 12 Juillet 1979, dans le restaurant « Joe and Mary's », Baldassare Amato alors âgé de seulement vingt sept ans était présent et avait pu « miraculeusement » se sauver avant l’arrivée de la police. Pour les procureurs fédéraux, Baldassare Amato a passé l’essentiel de sa vie d’adulte dans la Cosa Nostra, un homme à fort caractère, qui parle avec un accent très prononcé. Même si ce dernier ne dépassa jamais le rang de Soldat, il était extrêmement apprécié dans la famille Bonanno, car il faisait parti des membres d’origine Sicilienne, qui respectaient le plus les « valeurs » de la Cosa Nostra, alors que la plupart des membres nés aux États-Unis décidaient de collaborer, les Siciliens, respectaient l'omerta jusqu'au bout. Et les « Zips » comme ils étaient surnommés, étaient craints et respectés, car ils étaient prêt à tout, à tuer des juges, des policiers et même la famille des membres ayant décidé de coopérer avec la justice. En 2006, alors que le procès de Baldassare Amato pour meurtre avait commencé dans un tribunal fédéral à New-York, Francesco Fiordilino devait être un des témoins vedette. Mais face à Baldassare Amato, l’ancien Associé de la famille Bonanno, prit peur et refusa un instant de témoigner contre ce dernier : « Votre honneur, je ne peux pas témoigner » avait-il déclaré. Surpris, le juge fédéral Nicholas Garaufis habitué à siéger face aux membres de la Cosa Nostra, demanda pour quelle raison, Francesco Fiordilino, ne voulait pas venir à la barre des témoins : « Je ne témoigne pas c'est tout ». Finalement, après avoir parlé avec le procureur fédéral, Francesco Fiordilino décida finalement de témoigner contre Baldassare Amato, jugeant tout simplement qu’il était tout simplement « nerveux », car le Soldat de la famille Bonanno connaissait très bien la famille de Francesco Fiordilino et qu’il serait capable de s’en prendre à eux. Finalement son témoignage fut crucial, car Baldassare Amato fut condamné à plusieurs peines de prison à perpétuité, qu’il purge actuellement dans un pénitencier fédéral. Retour en 2013, un membre de la famille Gambino, Bartolomeo Vernace, qui a fit parti d’une équipe composée de trois capitaines, dirigeant la famille Gambino de 2008 à 2010, fut reconnu coupable des meurtres de Richard Godkin et John D'Agnese le 11 avril 1981 au ShamRock's Bar dans le Queen. Pendant ce procès, le témoignage de Francesco Fiordilino fut jugé « essentiel » par les procureurs fédéraux, mais ce que ces derniers ne savaient pas, c’est que l’ancien Associé de la famille Bonanno, venait d’avouer après le procès, des crimes commis, alors qu’il était dans le programme de protection des témoins. Les avocats de Bartolomeo Vernace, Charles Carnesi et Joseph DiBenedetto, saisirent l’occasion pour demander à la cours, de rejuger tout simplement leur client, prétextant que le témoignage de Francesco Fiordilino ne peut pas être jugé crédible en raison de ses activités criminelles révélées il y a quelques semaines et si le juge fédéral décide de retenter un nouveau procès, alors, Bartolomeo Vernace, à des chances d’être acquitté dans cette affaire. Car la culpabilité de l’ancien Capitaine de la famille Gambino était due en grande partie grâce au témoignage de Francesco Fiordilino qui fut jugé très crédible car ce dernier était devenu d’après les procureurs « un citoyen modèle » depuis qu’il a quitté sa vie dans la Cosa Nostra, ce qui avait beaucoup influencé le jury lors de son apparition à la barre des témoins. Mais en réalité, et depuis son intégration dans le programme de protection des témoins, l’Associé de la famille Bonanno continuait a gagner de l’argent grâce aux jeux. Il avait expliqué aux procureurs, qu’il avait continué à gagner de l’argent illégalement pour « rembourser ses dettes » auprès de ses anciens Associés, car il « craignait pour sa vie. »

Lire la suite

ANTHONY NICODEMO VA FINIR PAR SE DEFENDRE

21 Mai 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Philadelphie

ANTHONY NICODEMO VA FINIR PAR SE DEFENDRE

Anthony Nicodemo (voir photo) paraissait une nouvelle fois très calme et détendu en quittant la salle d’audience en milieu de semaine. Le Soldat de la famille de Philadelphie qui risque une peine de prison à perpétuité pour le meurtre de Gino DePietro, en a profité, avant de retourner dans sa cellule, de sourire à sa famille présente dans la salle. Le procureur fédéral Brian Zarralo, va bientôt faire appel aux derniers témoins, avant que la défense ne prenne le relais avec le témoignage tant attendu d’Anthony Nicodemo, qui serait près selon certaines sources, à venir à la barre pour prendre sa propre défense. L’affaire semble très mal partie pour Anthony Nicodemo, qui fait face à de nombreuses preuves flagrantes de sa présence lors de l’assassinat de l’ancien Associé de la famille de Philadelphie. Comment va-t-il pouvoir expliquer, que son véhicule, une Honda Pilot a été aperçu par plusieurs témoins dans la même rue du meurtre et surtout, comment expliquer au jury que l’arme du crime utilisée pour abattre Gino DePietro, a été retrouvée dans le siège arrière de sa voiture. Mais la défense a tout prévu, et va jouer sur le fait que les procureurs fédéraux ont eu des doutes sur le tireur présumé dans cette affaire. En effet, pendant un moment, ils ont aussi soupçonné, Dominic Grande, un Associé de la famille de Philadelphie et un très bon ami d’Anthony Nicodemo, d’avoir lui-même exécuté le contrat pour surement gagner sa place dans la Cosa Nostra. Ce dernier, qui ne fut curieusement jamais interrogé par le FBI, n’a jamais été inquiété dans cette affaire et est toujours libre à l’heure actuelle. L’avocat d’Anthony Nicodemo, Brian McMonagle, a tenté en début de semaine dernière, de prouver au jury, que son client n’avais rien avoir avec ce meurtre. Pour lui, Anthony Nicodemo était au mauvais endroit, au mauvais moment, une pure coïncidence tout simplement. Oui le véhicule, la Honda Pilot était bien le sien, mais il fut obligé sous la menace d’un individu armé de « rouler » pour quitter le quartier ou avait eu lieu le meurtre. Ensuite, le présumé tireur quitta la voiture en laissant son arme derrière lui, le 357 Magnum utilisé pour abattre Gino DePietro. Une chose surprenante, que le jury aura surement du mal à comprendre, pourquoi, Anthony Nicodemo lors son arrestation, seulement quelques minutes après l’assassinat, n’avait pas signalé aux policiers présents à son domicile, qu’il avait été victime d’une agression. On peut comprendre, que étant un membre initié de la Cosa Nostra, Anthony Nicodemo n’est pas le genre d’individu à appeler la police en cas d’agression, préférant surement, régler ses problèmes par lui-même ou avec l’aide de sa « famille », mais si ce dernier se prépare a se défendre devant le tribunal, comment va-t-il expliquer ce comportement plus ou moins étrange ce jour là ?. En arrivant au domicile d’Anthony Nicodemo, la Honda Pilot, était garé derrière son domicile et le moteur était encore chaud. La porte d’entrée de la maison était ouverte, et malgré les nombreux appels de la police pour que le Soldat de la famille de Philadelphie sort de son domicile, Anthony Nicodemo ne réagissait pas. A un moment donné, le Sergent de police, Andrew Callaghan, rentra dans la maison et cria « Anthony, pourquoi ne pas sortir et rendre les choses plus faciles ? ». Quelques secondes plus tard, Anthony Nicodemo apparut devant la porte d’entrée, et se rendit sans difficulté. Menotté et placé dans un véhicule de police, il déclara seulement, qu’il travaillait dans sa maison et qu’il attendait sa femme et ses enfants. Le Sergent Andrew Callaghan, déclara devant le tribunal, qu’Anthony Nicodemo « suait abondamment » et qu’il pouvait « sentir son cœur battre à plein régime, comme s'il venait de courir un marathon ». Pour justifier de cette réaction, l’avocat d’Anthony Nicodemo demanda à Andrew Callaghan, si les policiers étaient armés, quand son client était sorti de chez lui, ce qu’il reconnu sans sourciller : « Les gens qui ont des armes braquées sur eux, ont tendance à transpirer n’est-ce pas ? » demanda l’avocat de la défense. Le Sergent Andrew Callaghan, stipula que cela était vrai, mais qu’Anthony Nicodemo était dans un « état de stress extrême ». Semer le doute, c’est ce qu’essaye à tout prix de créer Brian McMonagle, car le doute profite toujours à l’accusé. Mais si Anthony Nicodemo décidé de venir se défendre devant le tribunal, arriverait-il à garder son sang froid en contre-interrogatoire ?. Car les procureurs pourraient poser des questions très embarrassantes pour la défense. Par exemple, ils pourraient revenir sur sa condamnation pour jeux illégaux au début des années 2000, qui lui avait valu quelques mois dans une prison fédérale, mais aussi sur des meurtres liés à la Cosa Nostra, qui ne sont toujours pas résolus, comme l’assassinat du Soldat de la famille de Philadelphie, John « Johnny Gongs » Casasanto. Les autorités fédérales ont indiqué qu’ils espéraient enlever l’inculpation de meurtre à Anthony Nicodemo si ce dernier décidait de coopérer avec la justice. Pour l’instant, le Soldat de la famille de Philadelphie, respecte l’omerta, mais au fils des jours, la pression va être de plus en plus dur à supporter : « Il a une belle femme et deux jeunes enfants. Il ne veut peut pas faire sa vie avec eux ?, c’est un risque à prendre, mais pourquoi ? » déclara un journaliste.

Lire la suite

DEBUT DU PROCES CONTRE ANTHONY NICODEMO

18 Mai 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Philadelphie

DEBUT DU PROCES CONTRE ANTHONY NICODEMO

Ce procès aurait pu être une formalité pour les procureurs fédéraux, en charge du meurtre d’un Associé de la famille de Philadelphie Gino DIPietro (Gino DiPietro collaborait bien avec la justice). Un assassinat commis en pleine rue, un jour de Décembre 2012, avec une arrestation effectuée par les services de police seulement quelques heures après le drame. Tous les indices, reliés automatiquement le Soldat de la famille de Philadelphie, Anthony Nicodemo (voir photo) comme le responsable de cet assassinat. Premier indice, le mafieux aurait utilisé son propre véhicule pour exécuter le contrat. Deuxièmement, l’arme du crime aurait été retrouvée dans la boite à gant du véhicule. Des preuves irréfutables qui pouvaient condamner pratiquement Anthony Nicodemo dans ce procès fédéral. Il fallut attendre plus d’un an, avant que le procès ouvre ses portes, et pendant tout ce temps, les procureurs et plusieurs spécialistes de la Mafia, se demandaient si Anthony Nicodemo n’allait pas finalement collaborer avec a justice pour éviter une longue peine de prison. Mais le Soldat de la famille de Philadelphie ne craqua pas, et prépara avec l’aide de son avocat Brian McMonagle, une ligne de défense plus ou moins surprenante. A l’ouverture du procès, face au jury, le procureur fédéral, Brian Zarallo, déclara que l’arme du crime, un 357 Magnum avait été retrouvée dans le propre véhicule d’Anthony Nicodemo, qu’un témoin, qui témoignera lors de ce procès, avait reconnu « formellement » le véhicule du Soldat de la famille de Philadelphie, une « Honda Pilot » quittait la scène de crime quelques secondes après l’assassinat. Bref de nombreuses preuves qui pourraient permettre au jury de condamner Anthony Nicodemo à la réclusion criminelle à perpétuité, pour un meurtre qui fut considéré par plusieurs journaux Américains, comme le « hit » le plus stupide organisé par la Cosa Nostra à Philadelphie. L’avocat de la défense, entama quand à lui, un « discours passionné » mélangeant « intrigue policière » et « séquestration », pour convaincre le jury que son client était tout simplement la « victime » dans cette affaire. Depuis son incarcération le jour du meurtre, Anthony Nicodemo n’avait pas parlé aux policiers, il n’avait donné aucune explication sur cet assassinat. C’est pour cela que Brian McMonagle créa la surprise en essayant de « broder » une histoire laissant supposer qu’Anthony Nicodemo avait été agressé le jour du meurtre par un individu non identifié. Une histoire qui ne semble pas très crédible, dans le sens ou si cela était vrai, pourquoi Anthony Nicodemo n’avait pas immédiatement, lors de son arrestation le jour du meurtre, déclarait aux policiers, qu’il avait été victime d’une agression ?. Mais pour le procureur fédéral, cette histoire ne tient pas debout, car les preuves contre Anthony Nicodemo sont accablantes. L’arme et le véhicule du tireur reliaient déjà le Soldat de la Cosa Nostra comme le coupable idéal pour cet assassinat, mais en plus de ces preuves, les policiers avaient retrouvé au domicile de l’accusé, un téléphone avec une carte prépayée. Après consultation, il s’avéra qu’Anthony Nicodemo avait passé quatre appels le jour du meurtre, avant l’assassinat et après l’homicide, des appels qui furent effectués vers un autre « téléphone jetable ». James Moone, un facteur qui travaillait dans le quartier le jour du meurtre, a déclaré à la barre, qu’il avait entendu six coups de feu et avait aperçu Gini DiPietro, allongé par terre à côté d’une camionnette : « Ses yeux étaient ouverts et il essayait de respirer » déclara James Moone. Il stipula avoir entendu deux coups de feux, puis il aperçu un individu en capuche noir s’approchait de la victime pour lui tirer à plusieurs reprises à bout portant. Lewis Houck, un deuxième témoin, affirma qu’il avait vu le tireur s’enfuir dans une Honda Pilot, dans une rue adjacente, le même véhicule qu’Anthony Nicodemo. Ce dernier avait eu le temps de révéler la plaque aux policiers, ce qui a permis d'arrêter très rapidement le Soldat de la famille de Philadelphie. D’après le procureur Brian Zarallo, le motif de l’assassinat reste inconnu, mais d’après plusieurs journalistes, Gino DiPietro avait décidé de collaborer avec la justice pour éviter une longue peine de prison pour trafic de drogue. Mais pour l’avocat de la défense, Anthony Nicodemo n’imaginait pas une seule seconde que « sa vie serait détruite » quand il se réveilla le 12 Décembre 2012. Il s’était levé normalement, avait conduit ses deux enfants à l’école. Après cela, il en avait profité pour faire des courses, puis avait fait un tour avec son véhicule personnel dans Iseminger Street, le lieu du crime, un quartier ou il avait vécu et ou ses parents vivaient, c’est d’ailleurs dans ce quartier, qu’il avait installé ses bureaux. Brian McMonagle déclara que son client avait été menacé par un individu armé toujours non-identifié, que ce dernier avait tiré sur Gino DiPietro et avait caché son arme dans le siège arrière de son véhicule. Pas très crédible… Mais pour son avocat, Anthony Nicodemo n’est pas aussi stupide pour prendre son propre véhicule personnel pour commettre un tel crime et cela en pleine journée. Mais pour les procureurs fédéraux, Anthony Nicodemo est bien capable de commettre ce genre de choses. Il y a quelques années déjà, il avait été soupçonné par le FBI d’avoir participé à l’assassinat d’un Soldat de fa famille de Philadelphie, John "Johnny Gongs" Casasanto. De plus, Anthony Nicodemo ne paraissait pas tellement bouleversé par sa comparution dans le tribunal pour un meurtre qu’il n’a pas soit disant commis... Vêtu d’une chemise blanche et d’une cravate, il écouta de temps en temps les réquisitoires de son avocat, se tournant par moment vers sa famille, présente dans le tribunal. Un comportement que certains spécialistes jugent « normal », car d’après eux, si Anthony Nicodemo est reconnu coupable de ce meurtre, il pourrait commencer à « parler » avec le gouvernement fédéral et si le Soldat de la famille de Philadelphie commence à devenir un « rat », alors, il pourrait entrainait l’arrestation de nombreux membres de la Cosa Nostra à Philadelphie. Une issue de secours que les procureurs fédéraux accepteraient volontiers, le dernier procès fédéraux contre Joseph Ligambi et George Borgesi, respectivement Boss et Consigliere de la famille mafieuse, s'était soldé par une défaite cuisante pour les procureurs (Cf : "Not Guity").

Lire la suite

UN SOLDAT DE LA FAMILLE GAMBINO ACCUSÉ DE HARCELEMENT SEXUEL

16 Mai 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Gambino

UN SOLDAT DE LA FAMILLE GAMBINO ACCUSÉ DE HARCELEMENT SEXUEL

Quand vous arpentez les rues de Little italy à New-York, il faut savoir que la plupart des restaurants ou les bars, ont des relations avec la Cosa Nostra. Le propriétaire du « Da Nico », Perry Criscitelli par exemple a été identifié par Joseph Massino (Cf : Joe Massino Aka The Last Don) lui-même, comme un membre initié de la famille Bonanno, même si ce dernier a toujours réfuté ces informations. Dernièrement, John "Baby John" DeLutro (voir photo), un Soldat de la famille Gambino, connu sous le nom de « Cannoli King » et propriétaire du « Caffe Palermo » dans Mulberry Street à fait parler de lui dans les médias Américains. Si vous mangez là-bas, c’est que sans nul doute, vous êtes un adepte de la pâtisserie Italienne, John DeLutro est connu du quartier pour ses « Walnoli » une pâtisserie en forme de noix fourré à la crème. Lors de la fête du San Gennaro à New-York (Le Saint Patron de Naples), John DeLutro régale les nombreux visiteurs avec sa nourriture. Mais malheureusement pour ce dernier, John DeLutro est aussi connu du FBI pour son affiliation avec la famille Gambino, une des cinq familles de la Cosa Nostra. Initié depuis de nombreuses années, le père de John DeLutro, Anthony «Tony West » Delutro, était lui aussi un membre à part entière de la famille mafieuse. En début de semaine, une serveuse du « Caffe Parlemo », Angela Henderson âgée de 27 ans, a décidé de porter plainte contre son patron pour « harcèlement sexuel ». Étonnant de la part de John DeLutro, plus connu par le FBI pour trafiquer dans les stupéfiants. En effet, en 1984, il avait été condamné à neuf ans de prison dans un pénitencier fédéral pour trafic de drogue, après avoir vendu plusieurs kilos d'héroïne et de cocaïne, un trafic qui rapporta à la famille Gambino près de 230 millions de dollars. A sa sortie de prison, il avait été de nouveau arrêté par le FBI pour avoir essayé de planifier un important de trafic de drogue dans l’État de New-York. Les enregistrements téléphoniques effectués dans son restaurant, avec un Associé de la famille Gambino, Robert Kapinos, avait démontré que John DeLutro « ne pouvait » qu’acheter « que trois kilos » à la fois, pour se préparer à la revente lors de la fête de San Gennaro. Il déclara par ailleurs, que le trafic occasionné par les membres de la famille Gambino lors de ce festival, était « important ». La serveuse ne se démonta pas et même si elle apprit par la suite que ce dernier était un membre de la Cosa Nostra, elle maintenu sa plainte contre le Soldat de la famille Gambino : « Elle doit avoir un sacré caractère pour osé s’en prendre à lui. Le père à John DeLutro était pareil, il faisait toujours le méchant dans Mulberry » déclara un policier. Angela Henderson stipula aux policiers, que son patron, lui avait fait plusieurs avances et qu’il n’arrêtait pas de lui dire qu’elle avait un « beau cul ». D’après les services de police, les demandes répétées de John Lutro pour sortir avec elle, ont commencé, quand cette dernière débuta comme serveuse dans le restaurant en Février 2012. Quand il vit qu’elle refusait ses avances, il n’hésita pas, pour se venger surement, de la faire travailler plus de onze heures par jours, sans lui payer aucunes heures supplémentaires. De plus, quand elle essaya de rependre ses études, John DeLutro avait fait en sorte de « changer » son emploi du temps, pour que cette dernière ne puisse pas assister aux cours. Angela Henderson déclara par ailleurs, qu’elle n’était pas « intéressée par une relation avec lui», et qu’elle voulait tout simplement « travailler tranquillement ». John DeLutro fut contacté par un journaliste Américain, mais refusa de répondre à ses question : « Je l’ai viré. Si vous voulez me parler, passez par mon avocat » déclara t’il. Lorsque le journaliste lui a demandé le nom exact de son avocat, le Soldat de la famille Gambino raccrocha.

Lire la suite

L'ANCIEN CLUB SOCIAL DE LA FAMILLE GAMBINO BIENTOT A L'ABANDON

13 Mai 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Gambino

L'ANCIEN CLUB SOCIAL DE LA FAMILLE GAMBINO BIENTOT A L'ABANDON

La définition d’un club social est le regroupement de personnes, qui se rencontrent régulièrement dans un même lieu, pour partager des intérêts communs. Le problème est qu’à New-York, la plupart des clubs sociaux comme le « Liberty Café » regroupe bien des individus qui partagent le même intérêt commun, la Cosa Nostra. A une époque, le « Liberty Café » était un lieu ou les membres de la famille Gambino se réunissaient pour boire un verre, regarder la télé, jouer aux cartes, mais surtout pour parler affaires. Le club social est situé à Ozone Park, un quartier à forte densité mafieuse ou plusieurs membres de la Cosa Nostra ont vu le jour mais surtout y vivent. A la base, le club social fut fondé par Anthony « Fat Andy » Ruggiano Sr et Anthony « Tonny Lee » Guerrieri. Tous les deux sont désormais morts, mais leur portrait trône à coté des photos de Frank Sinatra,John Wayne, Johnny Durante et Rocky Marciano. Il fut aussi géré pendant des années par Dominick « Skinny Dom » Pizzonia (voir photo), un Soldat de la famille Gambino, analphabète, mais qui compris très vite les principes de base de la Cosa Nostra et se montra pour sa loyauté sans faille envers le clan Gotti. Ce dernier fit les gros titres des journaux, quand un couple qui furent surnommés « Bonnie And Clyde » (Thomas et Rosemarie Uva - Cf : Thomas et Rosemarie Uva) par les médias Américains, cambriolèrent plusieurs clubs sociaux détenus par les cinq familles de New-York. Le Liberty Café fut cambriolé deux fois par ces mêmes individus et l’humiliation qu’entrainait chaque cambriolage, avait visiblement énervé le Soldat de la famille Gambino. Il faut dire que Thomas Uva, non content de récupérer pas mal d’argent lors de ces braquages, avait tendance à s’amuser un peu avec les mafieux. Il n’hésitait pas à retirer la perruque d’un Capitaine de la famille Gambino et la mettre à l’envers, pour Dominick Pizzonia, il lui demanda sous la menace d’une arme de se mettre en caleçon, une gène de la part du mafieux, qui demanda à John Gotti Jr, qui était Acting Boss de la famille Gambino, de lancer un contrat contre le couple. Le 24 Décembre 1992, Thomas et Rosemarie, venaient de terminer les dernières courses de Noël. Alors que les rues de New-York étaient noires de monde, leur voiture, une Mercury Topaz s’arrêta à un feu rouge. Avant que le couple ne puisse s’apercevoir de quoi que ce soit, deux individus armés s’approchèrent du véhicule et tirèrent à plusieurs reprises sur Thomas et Rosemarie Uva. D’après le FBI, les tueurs présumés auraient été Dominick Pizzonia et Ronald Truchio, tous les deux des membres initiés de la famille Gambino mais aucun d'entre eux ne seront condamnés pour ces crimes (Dominick Pizzonia sera condamné à 15 ans de prison pour jeux illégaux en 2007, alors que Ronald Trucchio sera condamné pour plusieurs crimes en Mars 2007 à la réclusion criminel à perpétuité). Ironiquement, Dominick Pazzinao fut intronisé la veille de Noël en 1988, en récompense du meurtre d’un Associé de la famille Gambino, Frank "Geeky" Boccia, tué dans la cours du Liberty Café. Ce dernier fut exécuté sur l'ordre de John Gotti de plusieurs balles dans le corps et d'après plusieurs témoignages, il fut "vidé entièrement et jeté dans le fleuve Hudson pour pas que son "corps ne puisse flotter", il ne fut jamais retrouvé. Aujourd’hui, le club social est vidé des mafieux, qui pour la plupart sont mort ou en prison. Maintenant, seul treize membres cotisent pour sa survie, des employés ayant un travail légitime, qui n’arrivent plus à payer le loyer qui s’élève à 800 dollars par mois. Bientôt le club va fermer comme celui de John Gotti auparavant, le « Ravenite Social Club » : « Rien ne dure éternellement. Tout le monde va mourir peu à peu » déclara Arthur Giallorenzo âgé de 83 ans, qui avait commencé à côtoyer le club après la mort de sa femme il ya douze ans. ». « Après que le club fermera ces portes, la plupart des membres vont partir en maison de retraite et les souvenirs partiront avec eux» déclara Sam Digristina connu aussi sous le pseudonyme de « Sammy Clean » par ses amis, car il n’arrêtait pas de nettoyer le club après sa fermeture.

Lire la suite

UN ASSOCIE DE LA FAMILLE GENOVESE VEUT EVITER LA PRISON

10 Mai 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Genovese

UN ASSOCIE DE LA FAMILLE GENOVESE VEUT EVITER LA PRISON

Pour éviter la prison, certains Associés et membres de la Cosa Nostra n’hésitent pas à faire appel à des personnalités pour défendre leurs causes. Il y a quelques mois déjà, un Associé de la famille Colombo, Angelo "Little Angelo" Spata, beau-fils du Boss en exercice, Carmine « The Snake » Percico, avait demandé par le biais de son avocat, à plusieurs prêtres de l’État de New-York d’écrire une lettre au juge fédéral Kiyo Matsumoto pour que cette dernière soit « clémente » dans son verdict (Cf : Plusieurs prêtres écrivent à un juge fédéral pour éviter la prison à un Associé de la famille Colombo). Une chose qui n’a « malheureusement » pas fonctionné pour Angelo Spata, car il fut condamné à 18 mois de prison dans un pénitencier fédéral pour avoir extorqué les commerçant pendant le festival Santa Rosalia à Brooklyn (une fête Italo-Américaine, qui se déroule dans le quartier de Bensonhurst). Encore dernièrement, Carmine "Papa Smurf" Franco (voir photo), un Associé de la famille Genovese qui fut arrêté en Janvier 2013, dans une opération menée par le FBI contre les familles de la Cosa Nostra, va tout essayer pour éviter une peine de prison, qui au vu de son âge avancé pourrait faire office d’une condamnation à mort pour le mafieux. Pendant des dizaines d’années, Carmine Franco contrôlait pour le compte de la famille Genovese des entreprises spécialisées dans l'élimination des déchet et engendrait des millions de dollars de bénéfice à la famille mafieuse. Mais en raison de ses nombreuses condamnations dans les années 1980 et 1990, la justice Américaine avait interdit à l’Associé de la famille Genovese de continuer d'exercer toute activité dans les compagnies de déchets dans les États de New-York et du New-Jersey. Une chose que Carmine Franco ne respecta certainement pas, c’est pour cela qu’il fut arrêté l’année dernière pour les mêmes délits. Lors de sa première comparution devant un juge fédéral, Carmine Franco avait plaidé non-coupable, mais risquant de terminer sa vie derrière les barreaux, il accepta quelques mois plus tard de plaider coupable d’avoir extorqué pendant des années des entreprises de déchets. Sa peine fut alors réduite et désormais, Carmine Franco risque au maximum une peine de trente trois mois dans une prison fédérale, un verdict qui sera rendu le 15 mai prochain. En début de semaine, le juge Kevin Castel, a reçu une lettre du révérend Peter Sticco, pour faire l’éloge de la participation de Carmine Franco dans sa paroisse. Il écrivit que Carmine Franco avait aidé personnellement le révérant en payant le personnel d’entretien d’un établissement catholique, à un moment ou la paroisse était dans une situation « désespérée ». Peter Sticco déclara par la même occasion, que Carmine Franco avait aussi aidé lors des fêtes de Noël en 2012, en offrant près de 300 dindes pour les personnes défavorisées. A cause de son arrestation, Carmine Franco avait du arrêter son travail en tant que bénévole pour la paroisse, laissant l’église dans « une impasse » : « Il nous manque énormément et nous n’avons pas pu trouver une personne comme lui depuis son arrestation. Carmine est quelqu’un qui est toujours désireux de travailler, bien informé et a toujours un sourire sur son visage » déclara Peter Sticco. Parmi les autres lettres reçus par le juge Kevin Castel, l’une d’entre elle venait de l’ancien Sénateur Républicain de l’État du New-Jersey, Henry McManara. Membre pendant des années du Comité sénatorial à l'environnement et aux transports, il déclara s’être beaucoup aidé des « précieux » conseils de Carmine Franco en matière des traitements des déchets, qui d'après lui, on permit de "sauver" l'argent des contribuables : « Sur la base de mes connaissances personnelles, je n’ai jamais vu quelqu’un d’aussi digne de confiance que lui » déclara l’ancien Sénateur. Il déclara avoir rencontré Carmine Franco à une époque ou ce dernier était le propriétaire d'un concessionnaire Ford dans une ville du New-Jersey, l'Associé était venu acheter une voiture, et avait vite sympathisé. Les avocats de Carmine Franco ont aussi demandé au juge fédéral de ne pas incarcéré leur client, en raison des très nombreux problèmes de santé que peut souffrir l’Associé de la famille Genovese. Pour ces derniers, une peine de probation ou quelques mois dans un service communautaire, serait plus adapté à sa situation, sachant que les soins médicaux en prison, ne correspondait pas à Carmine Franco. En Novembre dernier, il avait admis avoir été un acteur important dans le racket des entreprises des déchets, orchestrées par les familles Genovese, Gambino et Lucchese. Les familles mafieuses avaient utilisé la manière forte pour « secouer » les propriétaires des qui refusaient de traiter avec des membres de la Cosa Nostra. Dernièrement, le frère de Carmine Franco, un membre initié de la famille Genovese, Robert Franco a lui aussi demandé à son avocat de lui éviter une peine de prison en raison lui aussi de ses problèmes de santé. Robert Franco avait été aussi arrêté en même temps que son frère et accusé des mêmes délits (Cf : Et pendant ce temps là..).

Wiseguyblog a désormais son forum, venez participer ! : wiseguyblog.forumactif.com

Lire la suite

ET PENDANT CE TEMPS LA...

7 Mai 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Divers

ET PENDANT CE TEMPS LA...

UN SOLDAT DE LA FAMILLE COLOMBO CONDAMNE A CINQUANTE ANS DE PRISON :

Après la condamnation en Mars dernier de l'ancien Acting Boss de la famille Colombo, , Thomas « Tommy Shots » Gioeli à 18 années dans un pénitencier fédéral (Cf : l'ancien Acting Boss de la famille Colombo condamné à 18 ans de prison), les yeux étaient désormais rivés sur son complice, Dino "Little Dino" Saracino (voir photo). D’après les procureurs fédéraux, ce dernier a toujours rêvé d’un membre initié de la Cosa Nostra. Son vœu fut finalement exaucé à la fin des années 1990 par la famille Colombo en récompense de l’assassinat de Ralph Dols, un ancien policier du NYPD qui avait « osé » sortir avec l’ancienne femme de l’Acting Boss de la famille Colombo à cette époque, Joel Cacace. Il fallut attendre Juin 2008 pour que la justice Américaine inculpe Dino Saracino pour ce meurtre. Après des années de procédure judiciaire ou le propre frère de Dino Saracino, lui aussi un membre initié de la Cosa Nostra décide de coopérer avec le FBI, le Soldat de la famille Colombo fut finalement reconnu non-coupable du meurtre de Ralph Dolls, mais coupable de racket fédéral, une peine qui pouvait l’amener au maximum à terminer sa vie derrière les barreaux. Au départ, un verdict dans cette affaire aurait du être rendu en Novembre 2013, mais encore une fois, il fut repoussé seulement en début de semaine. Devant le juge fédéral Cogan, Dino Saracino fut condamné à cinquante années dans une prison fédérale, le Soldat de la famille Colombo qui est aujourd’hui âgé de 42 ans, pourrait très certainement terminer sa vie derrière les barreaux. S’adressant aux procureurs fédéraux, le juge fédéral Cogan déclara : « Il semble que ce qu’il voulait, c’était devenir un membre initié de la Cosa Nostra, il a atteint son objectif ». Pour justifier de cette peine assez sévère dans l’ensemble, le juge fédéral s’appuya sur un enregistrement effectué par un ancien Associé de la famille Colombo qui avait décidé de collaborer avec la justice. Sur la bande audio, on pouvait entendre Dino Saracino se vantait qu’il pouvait « purger » une peine de « 20 ans de prison » et sortir avec « un sourire sur son visage », une phrase que le juge Cogan n’apprécia guère. Dino Saracino n’exprima aucun regret et déclara une dernière fois avant d'être emmené par les Us-Marshals : « J’espère que ceux qui ont collaboré contre moi (Dino Calabro et Joseph "Joey Caves'' Competiello), recevront la même peine. » Joseph Competiello, un Soldat de la famille Colombo avait déclaré lors de sa collaboration avec le FBI, qu’il faisait parti d’une équipe, chargée de surveiller les déplacements de Ralph Dolls avant l’exécution du contrat.

ET PENDANT CE TEMPS LA...

UN SOLDAT DE LA FAMILLE GENOVESE NE VEUT PAS ALLER EN PRISON :

Robert Franco un Soldat de la famille Genovese a demandé en début de semaine à un juge fédéral, de ne pas lui infliger de peine de prison, après que ce dernier ai accepté de plaider coupable d’avoir transporté des déchets volés il y a plusieurs mois. D’après son avocat, Robert Franco souffre toujours des effets secondaires suite à accident intervenu en Mai 2010, depuis qu’une dalle en béton lui avait provoqué une « commotion cérébrale » et « dix huit points de suture ». De plus, toujours d’après son avocat, Robert Franco souffre « terriblement » de son pied, depuis un accident de voiture en 2003. Ironie du sort, la chute de la dalle sur le Soldat de la famille Genovese s’était déroulée devant les agents du FBI qui le surveillaient déjà depuis plusieurs mois et alors que ce dernier commettait devant les agents fédéraux un délit. D’après eux, Robert Franco qui est le neveu d’un célèbre Associé de la famille Genovese, très actif dans le domaine des déchets, Carmin "Schtroumpf" Franco, ne mérite aucune clémence, car il a pu montrer à plusieurs reprises que ses problèmes de santé ne l’avaient pas empêché de commettre des crimes pour le compte de la famille Genovese. En Janvier 2013, il fut inculpé avec 32 autres individus liés à la Cosa Nostra après une enquête de près de quatre ans sur l’influence de la Mafia Italo-Américaine dans l’industrie des déchets dans l’État de New-York et du New-Jersey, un domaine ou la Cosa Nostra reste très influente depuis de nombreuses années. D’après la justice Américaine, Robert Franco avait accepté de plaider coupable, en avouant avoir gagné plus de 100000 dollars illégalement, grâce aux transports de déchets volés. La peine demandait par les procureurs fédéraux était de douze mois maximum dans un pénitencier fédéral. Verdict très prochainement…

ET PENDANT CE TEMPS LA...

NOUVELLE COMPARUTION POUR THOMAS DIFIORE :

L’Acting Boss de la famille Bonanno, Thomas « Tommy D » DiFiore (voir photo) ne supporte plus la prison. Sa première demande de libération conditionnelle avait été refusée logiquement par le juge fédéral Allyne Ross, mais pour sa deuxième comparution, Thomas DiFiore a trouvé une nouvelle solution pour parvenir à ses fins, la raison médicale. Déjà visiblement très énervé d’avoir été arrêté avec plusieurs membres de la famille Bonanno en Janvier 2014 (Cf : Des membres de la famille Bonanno arrêtés pour le casse de la « Lufthansa »), le mafieux qui est aujourd’hui âgé de 70 ans, a comparu en début de semaine devant un tribunal fédéral pour sa deuxième demande de libération sous caution. D’après son avocat, Thomas DiFiore est « prêt » à payer pas loin de quatre millions de dollars pour sortir de prison en attendant son jugement. Mais sachant que l’argent n’est pas une condition pour être un homme libre, l’avocat de l’Acting Boss de la famille Bonanno, démontra que son client avait « atteint » un type de diabète de niveau 2 depuis son incarcération et qu’une libération était « nécessaire » pour être en forme à l'ouverture de son procès. Mais les procureurs fédéraux, désormais habitués à ce genre de manœuvre, avaient tout prévus. Ils demandèrent à la direction du Métropolitan Detention Center (MDC), le lieu ou est incarcéré actuellement Thomas DiFiore en attendant son jugement, de sortir une liste des achats effectués par le mafieux ces derniers mois et le résultat fut à la hauteur de leur attente. Ce jour là, devant le juge fédéral, Thomas DiFiore et son avocat étaient confiant de l’issue du verdict, mais une chose qu’ils ne savaient pas, c’est que les procureurs avaient fait appel au médecin de la prison ou « loge » actuellement le mafieux, le Docteur Robin Edwin de venir témoigner à la barre Quand le procureur fédéral demanda quel type de nourriture avait acheté Thomas DiFiore, le médecin répondit : « Des Pringles, du piment Jalepeno, du fromage, du beurre d’arachide, des friandises Hershey. Ces aliments ont sans nul doute monté le taux de sucre de l’accusé. Il est très difficile de contrôler son diabète en mangeant ce type d’aliments » déclara le Docteur Robin Edwin. La tentative de l’actuel Acting Boss de se manger des aliments sucrés pour augmenter son diabète, est-elle volontaire ? Fort probable pour les procureurs fédéraux qui selon eux, l’accusé aurait volontairement stocké de la nourriture depuis qu’il avait appris que le gouvernement fédéral surveillait ses achats dans la prison. D’ailleurs, la plupart des aliments que détenait Thomas DiFiore serait à l’origine d’un « troc » entre les détenus, un système fréquemment utilisé en prison. Cela rappel une scène du film de Martin Scorsese « Les Affranchis » ou les membres de la Mafia, font cuire du homard et des steaks en prison. Ironie du sort, l’un des accusés de la famille Bonanno, Vincent « Vinny » Asaro avait été arrêté en même temps que Thomas DiFiore en Janvier dernier pour avoir participé au casse de la « Lufthansa ». En attendant, le jugé fédéral, Allyne Ross rejeta une nouvelle fois la libération sous caution de Thomas DiFiore, jugeant tout simplement que ce dernier était une « menace pour la société ».

Lire la suite