Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LCN

ARRESTATION DANS LA MAFIA ITALIENNE

31 Mai 2013 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Rizzuto

ARRESTATION DANS LA MAFIA ITALIENNE

Le mercredi 29 mai vers 4h30 du matin, la police Canadienne a procédé à l'arrestation de plusieurs membres de la Mafia Italienne implantés dans Montréal et ses environs. Les 25 personnes arrêtées, ont tous été inculpées de trafic de drogue en relation avec le crime organisé. En effet, la plupart de ces individus sont tous des proches des caïds Reynald Desjardins et Giuseppe De Vito qui sont réputés être des ennemis du clan Rizzuto. Reynald Desjardins serait le chef d'une faction rebelle menée contre le "Parrain Montréalais". Giuseppe De Vito est considéré par la police Montréalaise comme un membre important de la Mafia Italienne. Recherché depuis l'opération "Colisée" en Novembre 2006, il avait été arrêté quatre ans plus tard le 04 octobre 2010. Déjà condamné à une une peine de 15 ans de prison pour avoir essayé d'importer de la cocaïne, son clan reste très actif dans Montréal. Giuseppe De Vito et Reynald Desjardins se seraient alliés après l'incarcération du "Boss" de la Mafia Italienne, Vito Rizzuto en 2006. Certains des associés de Giuseppe De Vito seraient au cœur d'une lutte de pouvoir qui secoue la Mafia Italienne depuis la sortie de prison de Vito Rizzuto et qui à déjà causé plus de sept victimes. Ce dernier n'aurait pas tellement apprécié que la plupart de ses anciens collaborateurs aient essayé de prendre le contrôle de la Mafia en son absence. Les arrestations de ce matin sont donc un coup porté contre la faction rebelle menée par les deux mafieux. "On a arrêté 28 personnes jusqu'à présent. Il y a 25 lieux qui on été perquisitionné. Ces personnes sont accusés de distribution de cocaïne, de marijuana et de drogues de synthèse qui avait lieu majoritairement dans des cafés italiens. On a aussi de la vente qui se faisait à domicile". "La plupart sont des individus associés à la Mafia Italienne qui profitent de la situation actuelle ou des opportunités qui s'offrent à eux pour améliorer leur réseau" expliqua un des policiers en charge de l'affaire.
Les Siciliens qui avaient subi de lourde perte après l'incarcération de leur "Parrain" auraient repris le pouvoir. "«Les Siciliens du clan Rizzuto, n'avaient pas abdiqué. Ils faisaient seulement profil bas» affirma un spécialiste du crime organisé au Canada. Dès sa sortie de prison Vito Rizzuto était passé à l'offensive. Quatre membres d'un gang furent abattus en pleine rue. Le message était clair, Vito Rizzuto était de retour. La faction Calabraise basée en Ontario, qui avait selon plusieurs spécialistes essayaient de reprendre le pouvoir pendant l'incarcération de Vito Rizzuto aux États-Unis, ne constaterait plus le pouvoir du "Parrain Montréalais" "."Je pense qu'il attende que Vito Rizzuto disparaisse de la circulation, pour revenir aux affaires" déclara un journaliste. L'absence de Vito Rizzuto, avait montré le manque de "relève" dans le clan des Siciliens.

Lire la suite

VINCENT BASCIANO DANS LA PRISON DE SUPERMAX

29 Mai 2013 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Bonanno

VINCENT BASCIANO DANS LA PRISON DE SUPERMAX

Vincent Basciano est l'ancien "Acting Boss" de la famille Bonanno. Condamné en Juin 2011 pour avoir ordonné l'assassinat de Ralph "Randy" Pizzolo, il purge actuellement une peine de prison à perpétuité dans la prison "ADX Florence - Supermax" dans le Colorado. Ce pénitencier fédéral est considéré par les autorités Américaines comme le plus dur des États-Unis. A "Florence" sont incarcérés les prisonniers jugés les plus dangereux et nécessitant un contrôle étroit. Dans les années 1990, la prison la plus répressive des États-Unis était l"USP Marion" dans l'Illinois, lieu ou l'ancien Parrain John Gotti était incarcéré. Mais les meurtres des gardiens de prison Merle Clutts et Robert Hoffman par des membres de l'"Aryan Brotherhood" à l'intérieur du pénitencier, ont obligé les autorités Américaines à construite un nouveau type de prison. L'objectif était simple, le gouvernement Américain avec "ADX Florence" voulait détruire psychologiquement n'importe quel détenu, même les plus robuste. Les prisonniers y sont enfermés 23 heures dans une cellule de 3.5 mètres sur 2 mètres. Ils ne sont pas autorisés ni à rencontrer d'autres détenus pour déjeuner ni à faire de l'exercice, ni à fréquenter un service religieux ou à participer à quelque autre activité. Dans cet "enfer" carcéral se trouve : Tyler Bingham et Barry Mills les leaders de l'"Aryan Brotherhood" , Theodore Kaczynski dit "Unabomber", Robert Hanssen, un ancien agent de la CIA qui travaillait pour la Russie, les terroristes Zacarias Moussaoui, Richard Reid. Des membres de la Cosa Nostra ont déjà été incarcérés dans cette prison comme Nicodemo "Little Nicky" Scarfo, l'ancien "parrain" de la famille de Philadelphie, ou le sont encore comme Salvatore "Sammy The Bull" Gravano et Anthony Casso des anciens repentis de la Cosa Nostra. Mais dans la prison "ADX Florence", Vincent Basciano reste un des détenus les plus surveillé. En arrivant dans la prison fédérale, l'ancien "Acting Boss" de la famille Bonanno avait été placé en isolement dans le célèbre après avoir menacé de mort un procureur de New-York, Greg Andres en charge du dossier contre la famille Bonanno. (Voir article : Une nouvelle hiérarchie pour la famille Bonanno : Partie 2). Vincent Basciano y était incarcéré dans la partie réservée aux terroristes, le "Bock H" comme on l'appelle à "Florence". Il y était enfermé plus de 23 heures dans sa cellule, avec pour seule heure de détente, une heure de marche autorisée dans une cour bétonnée et grillagée. Ses repas étaient servis directement dans sa cellule. Vincent Basciano n'avait aucun contact avec les autres prisonniers mis à part les gardiens de prison.
Au bout de quelques années et grâce à sa bonne conduite, Vincent Basciano eu le droit à quelques privilèges. Il pouvait désormais communiquer avec les membres de sa famille et sa maîtresse Debra Kalb. Une télévision en noir et blanc fut installé dans sa cellule qui diffusait des programmes religieux ou éducatifs. Vincent Basciano qui était autrefois habillé avec des costumes de luxe, porte maintenant la combinaison orange des prisonniers fédéraux. Il peut maintenant participer à des activités pédagogiques avec d'autres prisonniers, mais toujours enfermer dans une cage. "Vincent est vraiment quelqu'un de très fort mentalement. S'il y avait une personne qui pouvait s'acclimater à des conditions aussi difficile, c'était vraiment lui" déclara un proche du mafieux.Vincent Basciano veut garder son image intacte et montrer que son incarcération ne le détruisait pas psychologiquement. Pour cela, il se fit photographier par un de ses proches lors d'une visite dans la prison. Sur cette photo on peut voir Vincent Basciano, sourire aux lèvres, saluant le photographe. Ses cheveux étaient soigneusement coiffés et il avait un bronzage qui stupéfia plusieurs personnes. "Si les détenus veulent bronzer pendant leur heure quotidienne de promenade dans la "cage ouverte", ils le peuvent." déclara un porte parole du pénitencier. "Nous avons un contrat avec des coiffeurs dans l'Arizona. Les détenus peuvent se faire coiffer une fois par mois".

Lire la suite

INITIATION EN PEIGNOIR LA CLASSE

28 Mai 2013 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Genovese

INITIATION EN PEIGNOIR LA CLASSE

Anthony « Bingy » Arillota est un ancien « Capo » de la famille Genovese devenu repenti afin d’éviter une condamnation à la prison à vie pour sa participation au meurtre de Adolfo « Big Al » Bruno. Pendant ses aveux, il raconte son initiation dans la famille Genovese le 11 août 2003 (cf. L’obsession de la préservation du clan) . Convoqué lui et un futur autre « soldat » dans un restaurant du Bronx, on leur demanda de retirer leur bijoux, leur portable et de les laisser sur le bar, puis ils ont été conduis dans un immeuble d’appartement. Accueillis par un soldat de leur futur « famille », ils ont attendu dans une minuscule salle de bain :« Il m’a dit de me déshabiller et de me mettre en peignoir, je pouvais garder seulement mon caleçon« , « il voulait s’assurer que je ne portais pas de micros ou autre appareil d’écoute« . Une fois déshabillé, ils se retrouvaient dans une avec Arthur « Little Guy » Nigro (condamné à la prison à vie par la suite) et Pasquale « Scoop » Deluca. Anthony « Bingy » Arillota accepte avec enthousiasme de devenir un membre à part entière des Genovese et effectue son initiation en peignoir de bain ; ce qui ne manque pas de rappeler des scènes des Soprano. L‘initiation est un moment unique dans la vie d’un mafieux voir le Petit dictionnaire énervé de la mafia.

Lire la suite

UN ASSOCIE DE LA FAMILLE RIZZUTO PLAIDE COUPABLE

27 Mai 2013 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Rizzuto

UN ASSOCIE DE LA FAMILLE RIZZUTO PLAIDE COUPABLE

Un associé de la famille Rizzuto opérant aux États-Unis, a plaidé coupable devant un tribunal fédéral Américain d'avoir organisé un important trafic de drogue entre les Etats-Unis et le Canada. Alessandro Taloni, qui gérait les affaires de la famille Rizzuto depuis la Californie, à admit devant la justice avoir vendu pour plus de 80 kg de cocaïne et blanchit plusieurs millions de dollars grâce à la revente de produits stupéfiants. En plaidant coupable, Alessandro Taloni sera condamné à une peine maximale de 10 ans de prison qu'il purgera dans un pénitencier fédéral et d'une amende de plusieurs millions de dollars. Alessandro Taloni et son complice Jimmy «Cosmo» Cournoyer géraient un important trafic de drogue avec plusieurs organisations criminelles (Hells Angels Motorcycle et le Cartel de Sinaloa). Alessandro Taloni récupérait l'argent de la drogue et s'occupait de la vente de cocaïne entre le Canada et les Etas-Unis. Arrêté avec son associé en 2011, la police avait retrouvé dans sa luxueuse villa de Beverlly Hills, plus de deux millions de dollars en liquide et plusieurs kilos de cocaïne. Lors de la perquisition, les policiers avaient aussi retrouvé dans son téléphone portable le numéro personnel de Vito Rizzuto, qu'il contactait régulièrement. L'associé de la famille Rizzuto avait plusieurs maisons en Californie qu'il utilisait comme entrepôt pour y stocker la drogue. "Alessandro Taloni était un important trafiquant de drogue, qui utilisait ses connexions avec les différents groupes criminels pour distribuer des stupéfiants entre le Canada et les Etats-Unis" déclara le procureur Loretta Lynch. Cette opération avait permis aussi d'arrêter un important associé de la famille Bonanno, John Venizelos qui était le principal client d'Alessandro Taloni. "La famille Rizzuto a toujours eu des liens très fort avec la famille Bonanno. En effet, Vito Rizzuto qui est lui même un membre initié de la famillie Bonnano, avait été libéré d'un pénitencier américain il y a à peine quelques mois. Il avait purgé une peine de dix ans de prison pour son implication dans un triple meurtre commis par la famille Bonanno en 1981" (voir article : Vito Rizzuto transgresse une règle de la Cosa Nostra) déclara un procureur en charge du dossier.

Lire la suite

STEVEN SEAGAL ET LA COSA NOSTRA

26 Mai 2013 , Rédigé par Xav Publié dans #Divers

Steven Seagal

Steven Seagal est né le 10 avril 1952 dans le Michigan. Passionné d'arts martiaux dès son plus jeune âge, il s'exila à la fin de son adolescence pendant plusieurs années au Japon pour pouvoir compléter sa formation en Aïkido. À son arrivée, il s'entraina avec plusieurs "maitres" et devint "Septième dan" d'Aïkido. Au Japon, il en profita aussi pour ouvrir un "dojo". Une fois rentré aux États-Unis, il s'installa à Hollywood et ouvrit avec un associé un autre "dojo". En même temps que ses activités de professeur d'Aikido, il essaya de percer dans le cinéma. Grâce à ses talents dans les arts martiaux, Steven Sagal se fit vite repérer et tourna dans quelques films comme cascadeur. Steven Seagal enseignait aussi aux acteurs les différentes techniques de combat. En 1986, alors qu'il était en tournage d'un film en Californie, Steven Seagal rencontra Julius Nasso dans un restaurant de Beverly Hills. Ce dernier était un ancien pharmacien qui avait fait fortune grâce à son entreprise "Universal Marine Medical Supply". Cette entreprise fournissait du matériel médical pour les transports maritimes. En 1983, âgé de 29 ans, il décida de changer complétement d'orientation professionnelle. Il continuait à gérer son entreprise pharmaceutique, mais maintenant il voulait se lancer dans la production de films. Il commença à travailler modestement comme coursier sur le tournage du film "Il était une fois en Amérique" de Sergio Leone, mettant en vedette Robert De Niro et James Woods. Quand Julius Nasso rencontra Steven Seagal pour la première fois, il vit tout de suite en lui, la possibilité de se faire beaucoup d'argent et devenir une star potentielle dans le milieu du Show-business. A cette époque, Steven Seagal n'était pas encore connu du grand public et ce dernier était attiré par la personnalité de Julius Nasso. D'après certaines rumeurs, à cette époque, Julius Nasso était déjà un Associé de la famille Gambino de New-York. Steven Seagal a toujours été fasciné par la Mafia-Italo Américaine. Il prétendait à certains de ses amis qu'il était d'origine Italienne. En vérité, Steven Seagal est d'origine Irlandaise par sa mère et Cherokee par son père. Steven Seagal et Julius Nasso devinrent très vite de très bon amis. L'acteur racontait à qui voulait l'entendre qu'ils avaient grandi ensemble dans les quartiers "chauds" de Brooklynn. Steven Seagal mentait une nouvelle fois. Avant qu'il s'en aille au Japon, l'acteur avait vécu une partie de son enfance dans le Michigan et en Californie. En 1988, Steven Seagal devint une star grâce au film du réalisateur Andrew Davis, "Nico". Ce film, comportait un casting prestigieux, avec la présence de Sharon Stone ou encore de Pam Grier. Le film racontait l'histoire de Nico Toscani (joué par Steven Seagal), un ancien agent de la CIA qui décida de se révolter contre ses supérieurs qui collaboraient avec la Mafia. Le film connu un grand succès et quand Steven Seagal se fit interviewer par les médias, il leur déclara qu'il avait déjà travaillé dans certaines "missions spéciales" de la CIA. Il disait aussi que cette dernière l'utilisait pour former ses futurs agents. Sa première épouse démentit formellement dans le magazine "Vanity Fair" que son mari avait travaillé pour l'organisme d'espionnage.

Face aux succès de son premier film, Julius Nasso et Steven Seagal devinrent associés et créèrent leur propre boite de production : "Seagal / Nasso Productions" qui deviendra plus tard "Steamroller Entertainment". Cette association permit au duo d'engendrer des millions de dollars. La carrière de l'acteur était maintenant lancée. Avec Julius Nasso, l'acteur tourna dans des films comme "Désigné pour mourir" en 1990 ou "Piège à grande vitesse" en 1995. Julius Nasso produisit une dizaine de films pour l'acteur. Les scénarios étaient toujours les même. Steven Seagal jouait un ancien agent de la CIA ou un ancien militaire au prise avec des terroristes ou des gangsters. Grâce à l'argent récolté par la production de leurs films, les deux associés devinrent de plus en plus proche. Steven Seagal habitait même à coté de Julius Nasso. Dans les années 1990, sa popularité était grandissante, tout le monde voulait voir l'acteur dans ses films. Ce dernier, devenait de plus en plus mégalomane. Il n'hésitait pas à raconter à plusieurs journalistes, qu'il était un "tireur d'élite hors pair", qu'il était un "excellent cavalier". D'après plusieurs témoins, Steven Seagal se considérait comme un "vrai dur". Pendant le tournage d'un film, il n'hésita pas à critiquer ouvertement un cascadeur qui était ceinture noir de judo, il essaya même de l'étrangler. Il se baladait dans les rues en portant sur lui un ou deux pistolets. Mais à la fin des années 1990, Steven Seagal commençait à changer physiquement. Il avait grossi, il commençait à vieillir et n'était plus aussi vif qu'avant. Ses films devenaient de moins en moins rentables. A cette époque, il se rapprocha de plus en plus de la religion. Les films d'action ne l’intéressaient plus, il voulait jouer dans d'autres rôles, moins violents. Il le fit savoir à son producteur et ami Julius Nasso qu'il voulait arrêter de faire des films d'action. Mais pour Julius Nasso, cela était hors de question. Même si les films de Steven Seagal rapportaient moins d'argent qu'il y a quelques années, l'acteur engendrait encore des millions de dollars. Mais Steven Seagal était prêt à tout faire pour arrêter leur association. Julius Nasso était dans une impasse. Ce dernier, décida d'attaquer l'acteur en justice pour rupture de contrat. Pour récupérer son argent outre la justice, il prit alors contact avec des membres de la famille Gambino pour racketter l'acteur. Le 02 Février 2001, trois membres de la famille Gambino, le Capitaine Anthony 'Sonny' Ciccone , le Soldat Primo Cassarino et un Associé, Vincent Nasso, frère de Julius Nasso parlaient dans un restaurant à New-York. Les trois hommes se moquaient ouvertement de l'attitude de Steven Seagal lors d'une réunion qui s'était déroulée un mois auparavant. Pour les mafieux, l'acteur était "pétrifié". Primo Cassarino ajouta même : "Cela aurait été encore plus marrant si on avait été armé". En Janvier 2001, Vincent Nasso et Julius Nasso convoquèrent Steven Seagal dans un restaurant populaire de Brookyln le Gage and Toliber. Arrivés dans le restaurant, ils rejoignirent Anthony Ciccone et Primo Cassarino déjà présents . Steven Seagal connaissait déjà ces deux hommes, il les avait déjà croisé sur le tournage d'un de ses films. Mais cette fois-ci les deux mafieux avaient emmené avec eux, un "sodat" dans l’équipe d'Anthony Ciccone, Richard 'The Lump "Bondi. Ce dernier s'occupait des sales besognes pour la famille Gambino. Anthony Ciccone commençait à parler à Steven Seagal, en lui disant que la famille Gambino voulait qu'il continu à faire des films d'action. Avant la réunion, Julius Nasso avait prévenu le mafieux que Steven Seagal ne se laissera pas faire facilement. Dans un enregistrement révélé par le FBI quelques mois plus tard, Julius Nasso avait dit : "Tu dois vraiment passer aux choses sérieuses avec lui. C'est un animal, il ne se laissera pas faire. Je le connais, il ne lâchera pas l'affaire tant qu'il n'a pas le feu au cul". Mais Anthony Ciccone avait assez d'expérience dans ce domaine pour impressionner ce genre d'individu. Il demanda à l'acteur de jouer dans quatre films d'action à gros budget. En même temps, il demanda à ce que l'acteur lui verse 150 000 $ pour chacun de ses films. Anthony Ciccone regarda fixement Steven Seagal : "Regarde moi quand je te parle. Nous sommes des gens fiers tu comprends ?. Continue à travailler avec Julius Nasso et nous partagerons l'argent. Et la famille Gambino prendra sa part". Une fois la réunion terminée, Steven Seagal sortit du restaurant avec Julius Nasso, ce dernier lui déclara : "C'est une bonne chose que tu ais accepté de continuer à travailler avec moi. Si tu avais refusé, il t'aurait tué sur place". Le 04 Juin 2001, Julius Nasso fut arrêté par le FBI à son domicile de Staten Island. Il fut accusé d'avoir comploté pour extorquer l'acteur. Plusieurs membres de la famille Gambino furent aussi arrêtés ce jour là. Le 11 février 2003, le procès s'ouvrit à New-York. Steven Seagal devait témoigner contre plusieurs membres de la famille Gambino mais aussi contre son ancien ami, Julius Nasso. L'avocat d'Anthony Ciccone commença à attaquer l'acteur en racontant devant le jury que ce dernier était "un menteur pathologique". L'équipe de procureurs commença à poser plusieurs questions à Steven Seagal sur sa rencontre avec les mafieux en Janvier 2001 : "J'étais mal à l'aise" déclara l'acteur "J'étais vraiment inquiet pour ma sécurité". Le 17 Mars 2003, Anthony Ciccone et Peter Gotti, l'Acting Boss de la famille Gambino à cette époque furent reconnus coupable de divers accusations de racket et condamnés à plusieurs années de prison. Julius Nasso fut condamné à 1 an de prison fédérale après avoir plaidé coupable de toutes les accusations retenues contre lui.

Lire la suite

THOMAS GIOELI BIENTOT LIBERE ?

25 Mai 2013 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Colombo

THOMAS GIOELI BIENTOT LIBERE ?

L'ancien "Acting Boss" de la famille Colombo, Thomas "Tommy Shots" Gioeli, à peut être une chance d'échapper à une condamnation pour meurtre la semaine prochaine. Les procureurs fédéraux ont informé le juge Brian Cogan que de nouvelles informations avaient fait surface montrant qu'une autre personne que Thomas Gioeli avait été impliquée dans le meurtre de Frank "Chestnut" Marasa en 1991. Le 9 mai 2012, Thomas Gieoli avait été acquitté des meurtres de William Cutolo et de Ralph Dolls (voir article : Le gouvernement ne demandera pas la peine de mort pour Joel Cacace) mais il avait été reconnu coupable d'avoir comploter l'assassinat de Frank Marasa. Le juge fédéral à ordonné aux deux parties de se présenter devant lui le 28 mai prochain pour déterminer la suite à donner à ce procès. Bien que Thomas Gioeli a évité une peine à perpétuité pour tous ces meurtres, il est toujours confronté à une peine de 20 ans de prison pour l'assassinat de l'ancien "soldat" de la famille Colombo, Frank Marasa. "Cette affaire sent extrêmement mauvais pour l'équipe de procureur en charge du dossier. Ca va être un fiasco" déclara une source anonyme. Avec ces nouvelles informations, Thomas Gioeli pourrait demander d'annuler le verdict et de demander un nouveau procès. Si le juge décidait de rejuger Thomas Gioeli, ce dernier pourrait demander à être libéré sous caution en attentant son nouveau procès. "Nous avons toujours soutenu le fait que notre client (Thomas Gioeli) était innocent de toutes ses charges" déclara l'avocat de la défense Adam Perlmutter. Si Thomas Gioeli était acquitté du meurtre de Frank Masara, cela pourrait remettre en cause le témoignage de son ancien bras droit Dino Calabro. Ce dernier avait décidé de collaborer avec la justice juste après son arrestation pour éviter une peine de prison à perpétuité. Pendant le procès, Dino Calabro avait affirmé que Thomas Gioeli avait ordonné le meurtre de Frank Masara en lui disant : "Tue le, et tu te débarrasses du corps".

Lire la suite

VICTORIA GOTTI HOSPITALISEE

25 Mai 2013 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Gambino

VICTORIA GOTTI HOSPITALISEE

Victoria Gotti, la femme du célèbre parrain de la famille Gambino John Gotti, a été hospitalisée après avoir subi un accident vasculaire cérébral. Sa famille a indiqué aux médias que la "Patriarche" de la famille Gotti était atteint d'une paralysie facial et qu'elle avait beaucoup de difficulté à parler. Transférée d'urgence dans un hôpital de New-York, sa vie ne serait pas en danger et elle pourra récupérer totalement l'usage de la parole après plusieurs semaines de convalescence. Ce n'est pas la première fois que Victoria Gotti est atteint d'un accident vasculaire cérébral. En 2007, elle avait déjà subit une opération du cerveau en raison d'un AVC. Victoria Gotti réside toujours dans sa modeste maison de Howard Beach, maison dans laquelle John Gotti habitait quand il était le boss de la famille Gambino. En Mars, Victoria Gotti était prête à témoigner contre sa nièce Linda Gotti qui avait décidé de collaborer avec la justice dans le procès contre Bartolomeo Vernace. Ce dernier était accusé par le FBI d'avoir participé à un double meurtre en 1981 (voir article : Bartolomeo Vernace reconnu coupable) et Linda Gotti voulait apporter son aide à la justice pour résoudre cette affaire. Victoria Gotti voulait selon plusieurs médias américains venir à la barre des témoins pour "remettre en cause" les accusations de sa nièce. Mais finalement Linda Gotti n'a pas été jugée crédible par l'équipe de procureurs en change du dossier et ne témoigna pas pendant le procès. Pour la famille Gotti, la pire des trahison est de collaborer avec le gouvernement même si c'est pour aider à mettre en prison un meurtrier. Pourtant Victoria Gotti a toujours voulu que ses enfants restent en dehors du crime organisé. Elle raconta à la chaîne CBS, que ses enfants avaient reçu une éducation très stricte. Elle parla de son mari John Gotti, : "Il m'aimait, il me protégeait. Quand il sortait de chez lui, il faisait ses affaires, mais une fois rentré à la maison, il laissait sa vie dans la Mafia derrière lui. Il ne parlait jamais de ses affaires en famille". John Gotti lui avait promis que son fils John Jr ne deviendrait jamais un membre de la famille Gambino, "Cela n'arrivera jamais m'avait t'il dit". Finalement, un jour, en ouvrant le journal, elle resta choquée, en apprenant que le FBI considérait son fils John Gotti Jr, comme un membre "initié" de la famille Gambino depuis 1988. Elle était partie voir son mari pour avoir une explication, mais ce dernier n'avait jamais voulu répondre : "Ce jour là, John m'a brisé le cœur. J'ai toujours élevé mes enfants seul. Je me suis senti trahie, la pire des trahisons. Ce jour là, j'aurai aimé être la femme de quelqu'un d'autre".

Lire la suite

VITO RIZZUTO TRANSGRESSE UNE REGLE DE LA COSA NOSTRA

23 Mai 2013 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Rizzuto

VITO RIZZUTO TRANSGRESSE UNE REGLE DE LA COSA NOSTRA

La famille Rizzuto est la principale famille mafieuse implantée au Canada. Elle est depuis des années affiliée à la famille Bonanno de New-York. D’ailleurs, Vito Rizzuto le parrain actuel de la famille Rizzuto, est considéré par le FBI comme un membre initié de la famille Bonanno. Dans les années 1970, la famille était dirigée par le boss Calabrais, Vic Cotroni et son bras droit Paolo Violi. Une guerre interne éclata dans la famille mafieuse entre la faction Calabraise au pouvoir à cette époque et la faction Sicilienne menée par Nicolo Rizzuto, le père de Vito Rizzuto. Cette guerre prit fin quand la faction Sicilienne arriva au pouvoir avec la mort de Paolo Violi. La famille Rizzuto exerça alors un contrôle total au sein de la Mafia Montréalaise et régna pendant plusieurs années. Mais en 2003, Vito Rizzuto fut inculpé par la justice Américaine d’avoir participé au meurtre de trois capitaines de la famille Bonanno en 1981. Arrêté le 20 Janvier 2004 à Montréal, il fut finalement extradé vers les États-Unis en 2006. A cette époque, plusieurs membres de la famille Bonanno décidèrent de collaborer avec la justice. Face aux nombreux témoins (Voir article Joe Massino « The Las Don »), Vito Rizzuto décida de plaider coupable d’avoir été présent lors de l’assassinat des trois capitaines et fut condamnée à 10 ans de prison dans un établissement fédéral. De 2007 à 2012, une vague de crime décima la famille Rizzuto. Plusieurs membres de sa famille personnelle furent assassinés (Son père Nicolo Rizzuto et son fils Nicolo Rizzuto Jr – Voir article : Extermination suite et fin?) ainsi que des membres liés à la faction Sicilienne (Paolo Renda, Agostino Cuntrera). Les membres de l’ancienne famille Calabraise font partis des suspects potentiels. En effet, l’incarcération du « Parrain » laissa un vide dans la famille mafieuse et les Calabrais en auraient profité pour reprendre le pouvoir. Le 05 Octobre 2012, Vito Rizzuto fut libéré de la prison « Supermax, Florence » dans le Colorado. Une fois sortie, Il retourna directement au Canada. En Ontario d’abord ou plusieurs « ‘Ndrine » de la ‘Ndrangheta, la mafia Calabraise y sont installés puis à Montréal. Depuis son retour plusieurs membres de la Mafia ont été assassiné au Canada, mais aussi en Sicile. En Mai 2013, plusieurs arrestations eurent lieu en Sicile. L’opération, baptisée « Argo« , a été menée conjointement par les polices italienne et canadienne. Plusieurs membres de la Cosa Nostra furent arrêtés mais deux personnes étaient toujours en fuite. Le premier était Fernando Pimentel un associé de la famille Rizzuto, exilé en Sicilie depuis le mois de Mars et Juan Fernandez. Ce dernier est né en Espagne mais il s’exila très vite vers le Canada. Au début des années 2000, Juan « Joe Bravo » Fernandez, avait été décrit par les tribunaux canadiens comme une personne qui veillait aux intérêts du parrain montréalais Vito Rizzuto. En 2004, il fut condamné à 12 ans de prison pour avoir essayé d’assassiner le propriétaire d’un bar qui devait de l’argent à Vito Rizzuto et pour trafic de drogue. En prison, il servait « d’exécuteur » pour la famille mafieuse, il menaçait les détenus et les gardiens. Libéré en Avril 2012 il partit vers la Sicile et s’installa à Bagheria, près de Palerme. D’après le commandant des carabiniers, Juan Fernandez était partit s’exiler en Sicile, pour essayer d’organiser un trafic de drogue entre le Canada et l’Italie. « Fernandez vivait en Sicile, mais son cœur et son esprit demeuré à Toronto. Il était toujours en contact avec ses hommes qui géraient ses activités pour lui depuis le Canada. Juan Fernandez envoyait des pilules d’oxycodone de la Sicile vers le Canada en utilisant les membres de la Cosa Nostra comme coursiers » déclara un officier de police.

Plusieurs écoutes téléphoniques menées par la police Italienne montra quelque chose de très étonnant. Juan Fernandez se vantait auprès de plusieurs membres de la Cosa Nostra, qu’il était un membre initié de la famille Rizzuto au Canada. Vito Rizzuto aurait donc transgressé une des principales règles de la Cosa Nostra en intronisant un membre qui n’était pas d’origine Italienne. Sur une de ces écoutes, Juan « Joe Bravo » Fernandez parla à un membre de la Cosa Nostra : « Vito a fait de moi et mon ami Reynald Desjardins des membres initiés de la famille Rizzuto« . Surpris, son interlocuteur répondit immédiatement : « Mais vous n’êtes pas d’origine Italienne« . Juan Fernandez commença à s’énerver « Un peu de respect, je suis assis à la droite de Dieu » (Juan Fernandez employé le mot « Dieu » pour parler de Vito Rizzuto), « Mais je pensais… je pensais que vous pouviez pas être initié car vous n’étiez pas Italien c’est tout… » tenta de se justifier son interlocuteur. Le lendemain de ces arrestations, dans le village de Casteldaccia, près de Parlerme deux corps carbonisés furent découverts. Il s’agissait de Juan Fernandez et de Fernando Pimentel qui furent retrouvés criblés d’une trentaine de balles. D’après les enquêteurs, Juan Fernandez aurait été exécuté car il avait du mal à choisir son camp dans la guerre qui faisait rage en ce moment au sein de la famille Rizzuto. Juan Fernandez était aussi un proche de Reynald Desjardins qui serait le chef de la faction rebelle au Canada. « Nous croyons que l’ordre de tuer Juan Fernandez et Fernando Pimentel venait du Canada » déclara un des officiers. Deux membres de la Cosa Nostra, Pietro Scaduto et Salvatore Scaduto furent arrêtes quelques jours plus tard. L’un des deux frères avaient été surpris en train de revendre la rolex de Juan Fernandez. En 1989, Pietro Scaduto et Salvatore Scaduto avaient fuit la Sicile pour le Canada après l’assassinat de leur père après une guerre interne au sein de la Cosa Nostra Sicilienne. Ils avaient alors travaillé pendant quelques années avec la famille Rizzuto.

Lire la suite

LE DERNIER CONTRAT DE JOHN GOTTI

19 Mai 2013 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Gambino

LE DERNIER CONTRAT DE JOHN GOTTI

En 1990, Edward "Eddie the Chink" Garafalo fut exécute par la famille Gambino alors qu'il sortait de chez lui. John Gotti qui était encore le Boss à cette époque, avait ordonné l'assassinat de cet ancien "associé" car il le soupçonnait de coopérer avec le FBI. Le contrat fut confié à Salvatore Gravano qui le sous-traita à son beau frère, Edward Garafola. Ce dernier était le cousin d'Edward Garafalo. "Eddie The Cousin" comme il était surnommé par les membres de la famille Gambino, était un "soldat" de la famille mafieuse depuis les années 1970. Il était marié à Fran Gravano, la sœur de Salvatore Gravano qui avant de collaborer avec la justice, était l'"Underboss" de la famille Gambino. Pour plusieurs membres de la famille Gambino, Edward Garafola était un "combinard", "un pleurnichard", "un comploteur", qui causait beaucoup de soucis à son beau-frère. Plusieurs fois, des membres de l'équipe à Salvatore Gravanno lui avaient demandé de l’exécuter, car pour eux, Edward Garafola n’inspirait pas "confiance". Salvatore Gravano refusa toujours de lancer un contrat contre son beau-frère par peur de la réaction que pouvait avoir sa sœur, Fran.Dans le livre "Le Repenti" de Peter Maas, Salvatore Gravano raconta une anecdote sur son beau-frère. En 1991, alors que Salvatore Gravano était incarcéré au "Métropolitan Center" de New-York en attente de son jugement, Eddie Garafola était venu lui rendre une petite visite. Son beau-frère insistait auprès de lui pour qu'il coopère avec le gouvernement. Salvatore Gravano ne donna aucune réponse, mais quand il décida de collaborer avec la justice, il prévint alors Eddie Garafola de son intention. Mais une fois de plus, son beau-frère faisait machine arrière, il avait changé d'avis. "Il devait penser que si je collaborais, il pourrait récupérer certaines de mes entreprises" déclara Salvatore Gravano. En 1992, quand Salvatore Gravano décida de témoigner contre la famille Gambino, Edward Garafola continua tranquillement sa carrière criminelle dans la Cosa Nostra. En 1999, il complota avec des membres de la famille Gambino pour exécuter son ancien beau-frère qui se cachait dans l'Arizona (voir article : A la recherche de Sammy Gravano). En 2004, il plaida coupable d'avoir exécuté son cousin, Edward Garafalo et fut condamné à une peine de 30 ans de prison. L'affaire semblait classer, le meurtrier avait été arrêté et condamné.
En Avril 2013, Daniel Fama est arrêté chez lui par le FBI. Il est accusé d'avoir participé au meurtre de Edward "Eddie the Chink" Garafalo en 1990. Daniel Fama, est depuis des années un "associé" de la famille Gambino. En 1992, il fut condamné à 17 ans de prison pour trafic de drogue et assassinat, qu'il purgea sans sourciller. En 2009, il fut libéré et pour le récompenser de pas avoir collaborer avec la justice pendant son incarcération, la famille Gambino lui proposa de devenir "un membre initié". Il refusa cette offre, Daniel Fama avait depuis sa libération, changé de vie. D'après son avocat, depuis sa sortie de prison, Daniel Fama était le patron d'une entreprise de bâtiment. En 2012, la famille Gambino lui proposa de nouveau de devenir un "soldat" de la Cosa Nostra, mais il refusa une nouvelle fois. Ce n'est pas la première fois dans l'histoire de la Mafia Italo-Américaine que des "associés" refusent de se faire "initier". A une époque, cela pouvait entrainer la "peine de mort", mais aujourd'hui, les mentalités ont changé et les membres de la Cosa Nostra acceptent de mieux en mieux le fait qu'un associé puisse refuser d'être "intronisé" dans une famille mafieuse. (voir article :Un associé de la famille Colombo refuse d'être initié dans la Mafia). Daniel Fama décida de plaider non coupable du meurtre de Edward "Eddie the Chink" Garafalo. En attente de son procès, il est incarcéré sans caution possible. La mère de Daniel Fama, Barbara Fama avait participé à "Meet The Famas", une émission de télé-réalité suivant les anciennes épouses de membres de la mafia Italo-Américaine.

Lire la suite

QUAND LA REALITE DEPASSE LA FICTION - PARTIE 3

18 Mai 2013 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Divers

QUAND LA REALITE DEPASSE LA FICTION - PARTIE 3

En 1999, la chaîne HBO diffusa pour la première fois la série "The Sopranos". Cette série TV raconte l'histoire de "Tony Soprano" un membre influent de la Mafia dans une famille du New-Jersey. Ce dernier n'arrivant plus à concilier sa vie familiale et sa vie "professionnelle" est obligé de consulter un psychologue. Dans la vraie vie, le New-Jersey est contrôlé par une famille de la Cosa Nostra, les "DeCalvacante". En Mars 1999, des membres de la famille du New-Jersey se rendirent à une "réunion d'affaire" avec des membres de la famille Colombo.Le ramassage des ordures est contrôlé depuis des années par la Cosa Nostra, et un litige avec éclaté entre les deux familles. La réunion devait se dérouler dans un restaurant du "Queens". Sur la route les emmenant à New-York, les mafieux se plaignirent du manque de "respect" que pouvaient avoir les membres des familles de New-York à leur égard. "Ils disent qu'ont est des fermiers" lança Joseph "Tin Ear" Sclafani. Les membres de la famille DeCavalcante ne supportaient plus que les mafieux de New-York puissent les prendre "de haut" et avec autant de "mépris". Dans la voiture,Joseph "Tin Ear" Sclafani un soldat de la famille du New-Jersey était accompagné d'Anthony Rotondo "un Capitaine" des "DeCavalcante" et de Ralphie Guarino un "Associé" de la famille mafieuse. Mais les deux mafieux ignoraient que Ralphie Guarino collaborait avec le gouvernement depuis quelques mois. Ce dernier s'était fait arrêter par le FBI pour avoir cambriolé une banque à New-York en 1998. Pendant le trajet, Ralphie Guarino enregistra les discussions des deux mafieux. Celles-ci s'orientèrent très vite sur la série télé qui faisait fureur à cette époque, "The Sopranos". Joseph "Tin Ear" Sclafani parla en premier :
"C'est quoi de cette putain de série, Les Sopranos. C'est supposé être nous ?".
"Tu sais que tu es dans la série, ils ont mentionné ton nom" plaisanta Anthony Rotondo. Joseph Sclafani hésitait à le croire. ""Ah ouais ?"
Les mafieux se mirent à rire et Anthony Rotondo continua : "Ils disent, fais attention à ce mec (en rigolant). Chaque fois que tu regardes un épisode, tu reconnais quelqu'un, un soir c'était Corky (Gaetano "Corky" Vastola)par exemple".
Anthony Rotondo parlait en effet des nombreuses similitudes que pouvait avoir la série avec la famille DeCavalcante. En effet, le réalisateur David Chase s'inspira de faits réels pour ses différents épisodes. Au début de la série, la famille est dirigée par un "Acting Boss", Giacomo "Jackie" Aprile. Mais ce dernier atteint d'un cancer de l'estomac, succomba au bout de quelques épisodes. Dans la vraie vie, la famille DeCavalcante avait été dirigée par Giaciano "Jake" Amari de 1992 à 1997. Ce dernier était lui aussi décédé des suites d'un cancer de l'estomac. Tout au long de la série, les membres de la famille "Sopranos" discutaient devant une boucherie dénommée "Satriale". Les différentes scènes furent tournées à "Elizabeth", une ville du New-Jersey ou la famille mafieuse est très bien implantée. Dans la vraie vie, les membres de la famille DeCavalcante se retrouvaient dans une boucherie appelée "Sacco's Meat Market" qui se situait à quelques centaines de mètres du "Satriale". Dans "Les Sopranos" le Boss officiel était Dominic DiMeo. Dans la série, on ne le voit jamais car il purge une peine à perpétuité dans une prison fédérale. Ce personnage a été inspiré du parrain de la famille DeCavalcante, Giovanni "John the Eagle" Riggi qui était emprisonné depuis 1990 et qui est sortit recemment de prison en Novembre 2012. Dans la série, Tony Sopranos ce fait conseiller par une personne extérieur de la famille mafieuse, du nom de "Herman Hesh". Cet associé d'origine "juive" n'est pas un membre initié de la famille mais il conseille Tony Sopranos dans plusieurs affaires. Dans la série, ce dernier avait fait fortune en produisant de nombreux groupes. Ce personnage est inspiré de Gaetano "Corky" Vastola l'ancien "Underboss" de la famille DeCavalcante. Gaetanao Vosata produisait lui aussi de nombreuses musiques comme la chanson "Lily Maebelle" du groupe "The Valentines" ou encore "You Baby You" des "Cleftones". D'ailleurs la chanson "Lily Maebelle" a été utilisé dans un épisode de la série. Vito Spatafore était un "Capitaine" dans la famille "Sopranos". Dans une des saisons, son homosexualité fut révélé et il fut abattu sur les ordres de Phil Leotardo. De 1990 à 1992, alors que le Boss de la famille DeCavalcante, Giovanni "John the Eagle" Riggi était incarcéré, John "Johnny Boy" D'Amato devint "Acting Boss" de la famille mafieuse. En 1992, après s'être disputé avec sa petite amie, cette dernière raconta à Anthony Capo, un soldat de la famille DeCavalcante que John D'Amato avait des relations homosexuelles (voir article Homosexualité dans la Cosa Nostra). Plusieurs membres de la famille DeCavalcante décidèrent alors de lancer un contrat contre lui. John D'Amato fut exécuté et son corps de ne fut jamais retrouvé. Dans plusieurs saisons, Tony Soprano entretien une relation houleuse avec sa mère Livia Soprano. Cette dernière n'hésitant pas à lancer un contrat contre son fils quand elle apprit qu'il consultait un psychologue. Cette relation est basée sur l'histoire qu'entretenait David Chase le réalisateur de la série et sa mère. Il la décrivait comme une femme "complètement cinglée". Mais il prit aussi exemple sur les histoires de famille d'un soldat de la famille DeCavalcante, Joseph "Joey O" Masella. Ce dernier était le chauffeur d'un capitaine très puissant de la famille mafieuse, Vincent "Vinny Ocean" Palermo. Joseph Masella rencontrait des gros problèmes familiaux. Sa mère lui faisait tout voir, sa femme l'avait quitté pour un autre homme, sa fille suivait une thérapie. Joseph Masella avait contracté des dettes. Il devait plus de 450 000 $ à de nombreuses personnes. De plus, il était surveillé en permanence par le FBI. La famille DeCalvante commençait à penser que Joseph Massela collaborer avec la justice pour essayer de s'en sortir. Il fut assassiné en 1998.

Lire la suite