Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LCN

JOEL CACACE ACQUITTE

30 Novembre 2013 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Colombo

JOEL CACACE ACQUITTE

Comme lors du procès de Thomas "Tommy Shots" Gioeli et de Dino "Little Dino" Saracino (Cf : L'ancien Acting Boss de la famille Colombo attend son verdict), le témoignage de l'ancien Capitaine de la famille Colombo Dino Calabro, (Cf : Un ancien Capitaine de la famille Colombo choqué d'avoir tué un policier), n'aura pas suffit pour faire condamner Joel Cacace pour le meurtre de l'ancien policier du NYPD, Ralph Dolls. Le jury a mis seulement 4 heures, pour acquitter l'ancien Underboss de la famille Colombo d'une accusation de meurtre (Cf : le procès de l'ancien Underboss de la famille Colombo va commencer) que le gouvernement fédéral l'avait inculpé en 2008, alors que ce dernier purgeait une peine de prison pour racket dans un pénitencier fédéral. A l’énoncé du verdict, Joel "Joe Waverly" Cacace serra la main de son avocat David Stern, puis se retourna pour lancer un sourire à sa famille, avant d'être emmener par des US-Marshalls : "La vérité a éclaté" déclara son fils, Steve Cacace alors que sa fille, Kathy Vandina éclata en sanglot "C'est le plus beau jour de ma vie". Du côté de la victime, la sœur et la mère de l'ancien agent de police, Ralph Dols, quittèrent discrètement le tribunal, accompagnés par des agents du FBI. Joel Cacace a été acquitté de ce meurtre, mais le mafieux, qui est aujourd'hui âgé de 72 ans, retournera dans la prison fédérale de Supermax dans le Colorado pour continuer à purger sa peine de 20 ans de prison, après sa condamnation pour racket en 2001. D'après les autorités pénitentiaires, Joel Cacace ne sera pas libérable avant 2020, il aura alors 79 ans. Les procureurs auront tout tenté pendant le procès, pour démontrer que Joel Cacace avait commandité le meurtre de Ralph Dolls, car il n'acceptait pas que ce dernier puisse sortir avec son ex-femme, Kim Kennaugh. Cette dernière qui était surnommé "The Black Widow" (La Veuve Noire) par les médias Américains, n'avait pas pris de position tout le long du procès. Pourtant, d'après le Daily News, les procureurs fédéraux avaient envoyé une citation à comparaitre à Kim Kennaugh pour qu'elle vienne témoigner pendant le procès de son ancien mari, mais cette dernière avait invoqué le cinquième amendement (Cela vise à protéger les individus contre les abus de l'autorité du gouvernement dans une procédure juridique) : "Je ne dirais rien. Je n'ai pas aimé la façon dont le gouvernement à pu me traiter pendant ces 16 dernières années. Seulement, je voudrai dire, que je n'ai jamais été menacé par Joe (Joel Cacace) et qu'il a jamais menacé Ralph. Je ne vais pas mentir, pour faire plaisir au gouvernement." déclara t'elle à la sortie du tribunal.

Lire la suite

ET PENDANT CE TEMPS LA...

29 Novembre 2013 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Divers

ET PENDANT CE TEMPS LA...

En ce moment l'actualité de la Mafia Italo-Américaine est concentrée essentiellement sur le procès contre la famille de Philadelphie. Voici un petit tour de ce qui se passe en ce moment en dehors dans les autres familles...

UN CAPITAINE DE LA FAMILLE BONANNO DECEDE EN PRISON

Patrick "Patty Du Bronx" DeFilippo, un ancien capitaine de la famille Bonanno est décédé la semaine dernière dans la prison fédérale de Terre Haute dans l'Etat de l'Indiana, il avait 74 ans. Arrêté en 2002 et accusé de plusieurs meurtres, il avait été condamné à 35 ans de prison en 2005 pour racket. Après son inculpation, Vincent "Vinny Gorgeous" Basciano (Cf : Vincent Basciano dans la prison de Supermax) voulait lancer un contrat contre ce dernier, mais cela avait été refusé par Joseph Massino Boss de la famille Bonanno à cette époque (Cf : Joseph Massino - The Last Don). Patrick DeFilippo qui souffrait de deathérosclérose avait recemment subi une intervention chirurgicale avec la pose d'un peacemaker. Patrick DeFilippo était un captaine qui opérait essentiellement dans le Bronx, avait été un associé dans l'équipe de Dominick "Sonny Black" Napolitano (Cf : Joseph Pistone AKA Donnie Brasco) dans les années 1980.
 

UN ASSOCIE DE LA FAMILLE COLOMBO ARRETE POUR VOL A L'ETALAGE

Angelo "Little Angelo" Spata est un associé de la famille Colombo, qui avait été arrêté en 2012 pour fraude electronique pendant une opération menée par le FBI contre les cinq familles de New-York. Ce dernier n'est pas n'importe qui, il est est le beau-fils de Carmine "The Snake" Persico le Boss actuel de la famille Colombo qui purge actuellement une peine de prison à pérpétuité dans le pénitencier fédéral de Butner dans l'Etat de la Caroline du Nord. Mais cette fois-ci, c'est pour autre chose que la police de New-York l'a arrêté en début du mois En effet, Angelo Spata a été inculpé par la justice d'avoir volé pour 164 dollars de marchandises dans un "Home Depot" à Brooklyn : "Cela est pathétique" déclara un procureur fédéral. Accusé de vol à l'étalage, Angelo Spata risque jusqu'a un an de prison. Après avoir plaidé coupable des accusations retenues contre lui en 2012, il avait été libéré de prison après avoir payé une caution de près d'un million de dollars. Les procureurs fédéraux devraient demandé très prochainement la révocation de sa libération sous caution, en attendant que celui-ci reçoit son verdict, qui devrait intervenir le mois prochain.
 

UN ASSOCIE DE LA FAMILLE GAMBINO LIBERE DE PRISON CONTRE TOUT ATTENTE :

Daniel Fama un associé de la famille Gambino depuis de nombreuses années avait en Juin, décidé de plaider coupable du meurtre d'un ancien associé de la famille mafieuse, Edward "Eddie the Chink" Garafalo (Cf : Daniel Fama plaide coupable). Détenu sans possibilité de libération sous caution depuis 2012, un juge fédéral a finalement décidé de le relacher après avoir payé une caution de près de deux millions de dollars. Le motif de cette libération? Salvatore Gravano l'ancien underboss de la famille Gambino qui devait témoigner au prochain procès de Daniel Fama n'a plus été jugé crédible par l'équipe de procureur. Il faut dire que ce dernier après être rentré dans le programme de protection des témoins, avait été arrêté pour trafic de drogue et condamné à 20 ans de prison dans un péntiencier fédéral (Cf : a la recherche de Sammy Gravano).

UN SOLDAT DE LA FAMILLE LUCCHESE SE PLAINT D'ETRE EN RESIDENCE SURVEILLEE

Même après avoir évité la prison, Michael Capra un Associé de la famille Lucchese s'est plaint devant un juge fédéral, que d'être en résidence surveillé l'empecher de pouvoir travailler pour des associations caritatives. Arrêté il y a quelques semanes pour avoir menacé un un indivdu agé de 70 ans qui lui devait près de 100000 dollars, Michael Capra déclara au juge fédéral Robert Levy que son confinement dans sa maison "perturbé" sa façon de vivre et demanda plutôt d'être équipé d'un bracelet electronique. Mais comment faire confiance à membre du crime organisé qui avait déjà quitté son domicile le mois dernier et qui avait menti à des agents du FBI. En effet, après un contrôle de routine, le FBI avait frappé au domicile de Michael Capra, personne ne repondit. L'associé de la famille Lucchese avait pretexté qu'il était en train de dormir dans sa chambre et qu'il n'avait rien entendu.Le juge fédéral Robert Levy refusa sa requête.

UN ANCIEN ACTEUR DU FILM "LES AFFRANCHIS" CONDAMNE A DE LE PRISON AVEC SURCIS

Anthony Borgese, ce nom vous dis peut être rien, mais pourtant, ce dernier est un acteur connu pour avoir joué plusieurs rôles de "mafieux" dans plusieurs films et séries à gros budget. Il joua notamment Sonny Bunz dans le films de Martin Scorsese "Les Affranchis" ou encore Larry Barese dans la série diffusée sur HBO "The Sopranos" (Cf : Quand la realité depasse la fiction : Partie 1). Arrêté en Juin 2009 par le FBI à l'aéroport de "LaGuardia" à New-York, il avait été inculpé en même temps qu'un Soldat de la famille Gambino Joseph "Joey Boy" Orlando pour avoir demandé à ce dernier de casser la machoire d'un individu qui lui devait près de 5000 dollars. C'est en début de semaine qu'Anthony Borgese comparaissait devant un tribunal fédéral de New-York pour recevoir son verdict et il dut très clément. En effet, le juge fédéral décida de condamner l'acteur à de la prison avec surcis. Il faut dire que pour éviter la prison, Anthony Borgese avait diffusé un "spot" ou il demandait aux jeunes d'origine Italienne de ne pas entrer dans la Cosa Nostra. Son ancien "Associé" dans cette affaire, le Soldat de la famille Gambino Joseph Orlando avait été condamné à 51 mois de prison en raison de son casier judiciaire : "Je voudrais m'excuser pour ce que j'ai fais" déclara Anthony Borgese devant le tribunal. "Cela me dérange beaucoup d'avoir demandé à des personnes de frapper un innocent et s'il avait été devant moi je me serai excusé".

Lire la suite

QUI VA REPRENDRE LE CONTRÔLE DE LA MAFIA A PHILADELPHIE

27 Novembre 2013 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Philadelphie

QUI VA REPRENDRE LE CONTRÔLE DE LA MAFIA A PHILADELPHIE

Depuis l’incarcération du Parrain de la famille de Philadelphie en 2011, Joseph Ligambi et de son Consigliere George Borgesi (Cf : Le Consigliere de la famille de Philadelphie fustige le gouvernement), plusieurs spécialistes se demandent qui va diriger la famille mafieuse si le Boss en exercice était condamné pour racket : "En théorie, vous pouvez avoir plus de trois personnes différentes qui vont rivaliser pour prendre le pouvoir. Ou, ils peuvent former une alliance et diriger la famille en composant une sorte de panel. Le tout c'est de se faire de l'argent" déclara George Anastasia, un journaliste spécialiste de la famille de Philadelphie. Cette méthode est très rependue dans les familles de la Cosa Nostra à New-York. Avant la nomination de Domenico Cefalu à la tête de la famille Gambino, cette dernière a utilisé pendant plusieurs années, un panel de différents capitaines pour gérer au quotidien les affaires de la famille mafieuse. On soupçonne aussi la famille Genovese de fonctionner de cette façon, même si celle-ci est extrêmement cloisonnée et peu d'information circule sur sa hiérarchie. "Joseph Ligambi est un Boss discret qui a compris comment les choses fonctionnent" déclara de nouveau le journaliste. Pour George Borgesi, cela est différent, cela fait près de 14 ans qu'il est incarcéré dans un pénitencier fédéral. Son avocat Christopher Warren déclara : "Il est très impatient de retrouver sa famille et j'espère pouvoir convaincre le jury de la non-culpabilité de mon client". George Anastasia qui avait suivi le premier procès de la famille de Philadelphie, pense que même si les mafieux étaient déclaré non-coupable, il fallait, pour les mafieux, avoir un Boss solide à leur tête : "Déjà, il faudrait savoir qui est vraiment le Boss. Joseph Ligambi est t'il un Acting Boss et le vrai Parrain serait-il Joey Merlino, qui dirigerait les affaires de la Floride ou il réside actuellement" (Cf : Joey Merlino veut se retirer de la Mafia). Si Joseph Ligambi et George Borgesi étaient reconnus coupables, le FBI pense que Steve "Handsome Stevie" Mazzone l'Actuel Acting Boss de la famille et allié de Joey Merlino reprendrait les rênes tout naturellement. Mais si Joseph Ligambi et George Borgesi étaient reconnus non-coupable, alors il risque d'y avoir des tensions entre les deux mafieux et plusieurs membres de la famille de Philadelphie qui viennent d'être libérés de prison après avoir passé plus de 20 ans derrière les barreaux. Ces derniers, étaient des gangsters très influents sous la direction de l'ancien Parrain Nicodemo Scarfo Sr dans les années 1980 : "Vous avez un tas de gars qui ont fait leur temps, qui sont très respectés et qui réclament maintenant du pouvoir" déclara George Anastasia. Certains experts pensent aussi que Phillip Narducci un mafieux de la vieille école pourrait prendre le pouvoir si Joseph Ligambi était condamné à une longue peine de prison. Toujours d'après le journaliste George Anastasia, Phillip Narducci est une personnalité dans le milieu, c'est quelqu'un qui pourrait résoudre des conflits. Le problème dans tout cela, c'est que la police locale et le FBI pensent qu'en cas de condamnation de Joseph Ligambi et de Gorge Borgesi, une lutte pour le pouvoir, impliquant des assassinats, aura lieu dans les rues de Philadelphie.

Lire la suite

RÈGLEMENT DE COMPTE DANS LE PROCÈS CONTRE LA MAFIA DE PHILADELPHIE

25 Novembre 2013 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Philadelphie

RÈGLEMENT DE COMPTE DANS LE PROCÈS CONTRE LA MAFIA DE PHILADELPHIE

Après les témoignages de Peter "Pete The Crumb" Caprio, (Cf : Un ancien membre de la Mafia âgé de 84 ans témoigne au procès contre la Mafia de Philadelphie) et de l'ancien agent du FBI Joaquim Garcia en fin de semaine, ce fut le tour de Louis "Bent Finger Lou" Monacello (voir photo) de se présenter à la barre des témoins. Les premiers témoins appelés par les procureurs fédéraux étaient seulement là pour retranscrire l'histoire de la famille de Philadelphie mais Louis Monacello, n'est pas n'importe qui. Ce dernier, qui avait décidé de collaborer avec la justice en 2011, avait repris l'équipe de Gorge Borgesi après sa condamnation en 2001 pour racket, qui aujourd'hui est de nouveau inculpé (Cf : Le Consigliere de la famille de Philadelphie fustige le gouvernement), mais surtout, il travaillait en étroite collaboration avec Joseph Ligambi, l'actuel Boss de la famille de Philadelphie. Calmement, il identifia ce dernier comme le Boss de la famille de Phildelphie : "Joe Ligambi m'a dit à plusieurs reprises qu'il était le Boss. Je suis le Patron me disait t'il" . Mais c'est sur George Borgesi que Louis Monacello donna une image très détaillée du Consigliere de la famille de Philadelphie : "George est un vrai gangster, il s'est vanté à plusieurs reprises devant moi d'être impliqué dans plus de 11 assassinats. Il m'avait déclaré qu'il était un professionnel" raconta Louis Monacello. Il décrivit comment George Borgesi avait agressé un entrepreneur qui refusait de donner une part de ses bénéfices à la Cosa Nostra. Qu'il avait frappé sur la tête d'un membre d'un gang de rue avec une batte de baseball ou comment il était arrivé avec plus de 15 hommes dans un bar de Delaware County pour intimider deux bookmakers qui devaient témoigner dans un procès contre des membres de la Mafia en 2001. Louis Monacello connait parfaitement George Borgesi, car les deux hommes se fréquentent depuis près de 30 ans. Louis Monacello, qui est aujourd'hui âgé de 42 ans, a connu George Brogesi quand il avait 14 ans. Il raconta devant le jury qu'il avait commencé sa vie dans le crime organisé en volant des voitures avec son ancien "ami" pour les revendre dans un atelier de carrosserie, dirigé par un Associé de la famille de Philadelphie. Le rêve de Louis Monacello était de devenir un membre initié de la Cosa Nostra, ce qu'il devint des années plus tard : "Faire partie de la Mafia, c'est comme obtenir une licence pour voler". Après avoir raconté sa jeunesse dans le crime organisé, il continua a décrire George Borgesi comme un individu de la pire espèce : "C'est un maniaque, entre nous, on le surnommait "The FireMan", car partout ou il passait, il déclenchait des incendies. Il posait énormément de problèmes" déclara t'il. Pendant ce témoignage, le Boss de la famille de Philadelphie, Joseph Ligambi fut véritablement épargné tant Louis Monacello se concentra pendant près de deux heures à attaquer George Borgesi. Les procureurs profitèrent des détails fournis par Louis Monacello pour démontrer au jury, que George Borgesi utilisait la violence à longueur de journée pour se faire de l'argent. Un des procureurs demanda à l'ancien Capitaine de raconter le différend qu'avait eu George Borgesi et Angelo Lutz. Ce dernier, était un Associé de la famille mafieuse qui avait été condamné en 2001 pour racket à plus de 10 ans de prison. Depuis sa sortie, Angelo Rutz a complétement changé de vie et s'est lancé dans la restauration (Cf : Un ancien Associé de la famille de Philadelphie ouvre un restaurant). Louis Monacello décrivit l'accident qui se passa un soir de Noël. D'après lui, George Borgesi frappa à plusieurs reprises sur le crane d'Angelo Rutz, avec une tige métallique, utilisée pour maintenir un sapin de Noël. Le motif?, Angelo Rutz devait plusieurs milliers de dollars à George Borgesi et ce soir là, ce dernier ordonna à l'Associé de la famille mafieuse de lui verser près de 4000 dollars. Angelo Rutz s’exécuta avant de se faire cracher au visage et se faire jeter dans la rue par le même George Borgesi. Pour confirmer le témoignage de Louis Monacello, les procureurs passèrent un enregistrement téléphonique utilisait lors du procès de George Borgesi en 2001. Dans celui-ci, on entendait ce dernier rigolait sur la façon dont il avait ouvert le crâne d'Angelo Rutz.

Lire la suite

LE FILS DE JOHN GOTTI POIGNARDÉ

24 Novembre 2013 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Gambino

LE FILS DE JOHN GOTTI POIGNARDÉ

John Gotti Jr (voir photo) est le fils du célèbre Parrain de la famille Gambino John Gotti (Cf : John Gotti - Le Don En Tefflon). Intronisé à l'âge de 24 ans dans la famille mafieuse, il avait été élevé à 28 ans au poste d'Acting Boss (de 1992 à 1999), après la condamnation de son père à la prison à perpétuité dans un le pénitencier fédéral de Marion dans l’État de l'Illinois (Cf : John Gotti - Le Don En Tefflon- Quatrième partie). En 1997, le FBI lança une vaste opération contre la famille Gambino et en particulier contre John Gotti Jr. Lors de la perquisition de son appartement, le FBI découvrit des armes à feux, près de 350000 dollars en liquide, mais plus surprenant, une liste comprenant les membres qui furent initiés dans la Cosa Nostra depuis le début des années 1990. Cette épisode, lui donna le surnom de "dumbfella" par la presse Américaine et provoqua la colère de son père. En 1998, après plusieurs mois de procès, il fut condamné à 77 mois dans une prison fédérale pour prêt usuraire, extorsion et bookmaking. A sa sortie de prison en 2005, John Gotti Jr déclara avoir laissé sa vie dans le crime organisé derrière lui, sans stipulé pour autant qu'il avait appartenu à la famille Gambino pendant des années. Pourtant, en 2008, John Gotti fut accusé de racket de plusieurs assassinats qu'il aurait commandité quand il était Acting Boss de la famille mafieuse. Cette arrestation fut possible grâce au témoignage de John Allite un ancien associé et ami de John Gotti Jr, qui avait accepté de coopérer après avoir plaider coupable de plusieurs meurtres. Pendant le procès, le témoignage de son ancien "ami" ne fut pas jugé très crédible par les jurés et John Gotti Jr fut tout simplement acquitté de toutes les charges retenues contre lui. Une nouvelle fois libéré, John Gotti Jr commença à se confier longuement aux journalistes sur sa vie et en particulier de sa relation avec son père John Gotti et passa même dans l'émission de CBS 60 Minutes. En 2010, il déclara à la presse, qu'il avait commencé à produire un film sur sa vie dénommé "Gotti: in the Shadow of My Father" avec pour vedette John Travolta ou encore Al Pacino. Le film est actuellement toujours en cours de production. Mais en début de semaine, ce n'est pas pour son film, que la presse Américaine fit les gros titres, mais pour une sombre histoire d’agression. En effet, John Gotti Jr fut poignardé à la sortie d'une pharmacie de Long Island. Un règlement de compte?, non plutôt une simple bagarre entre deux individus, pour une place de stationnement. John Gotti Jr, en voulant les séparer, aurait été poignardé à l'estomac. Après l'altercation, ce dernier fut accompagné jusqu'à l’hôpital le plus proche pour être secouru. En raison de la nature de ses blessures, le service hospitalier décida d'appeler la police. Mais John Gotti Jr qui avait déclaré à plusieurs reprises, avoir définitivement quitté sa vie dans le crime organise, n'avait pas pour autant perdu ses vieilles habitudes. En effet, une fois que la police était arrivée sur les lieux, John Gotti Jr refusa de dire ce qu'il s'était passé : "Il n'était pas très coopératif" déclara une source policière. La blessure fut sans gravité pour l'ancien mafieux, mais certains spécialistes sont assez septiques sur les exploits de ce dernier à mettre fin à une bagarre entre deux individus. Son avocat Charles Carnesi déclara qu'il n'avait pas encore parlé à son client, mais il savait que John Gotti Jr était en bonne santé et bien de retour chez lui.

Lire la suite

UN ANCIEN AGENT DU FBI EXPLIQUE LE FONCTIONNEMENT DE LA COSA NOSTRA A PHILADELPHIE

23 Novembre 2013 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Philadelphie

UN ANCIEN AGENT DU FBI EXPLIQUE LE FONCTIONNEMENT DE LA COSA NOSTRA A PHILADELPHIE

Ce fut vraisemblablement la plus grosse attaque lancé par les procureurs depuis le début du procès contre Joseph Ligambi et George Borgesi (Cf : Le procès contre la Mafia de Philadelphie se poursuit). En début de semaine, les procureurs ont continué à passer la suite des enregistrements dévoilé la semaine dernière (Cf : Le procès contre la Mafia de Phialdelphie a débuté). Lors de ce diner, qui s'était déroulé en Mai 2010 dans le New-Jersey, Joseph Ligambi, était accompagné de Joseph "Scoops" Licata, un capitaine de la famille de Philadelphie et des membres de la Cosa Nostra, dont plusieurs faisaient partis de la famille Gambino. Les avocats avaient déclaré que ce diner, était seulement une réunion de vieux amis en train de discuter de la "bonne époque". Mais pour le procureur fédéral Frank Labor, ce repas était une plutôt "une réunion de plusieurs membres du crime organisé en train de discuter "affaire". Le but pour les procureurs fédéraux est simple, montrer que Joseph Ligambi est un "gangster", un mafieux sans scrupule qui discute de ses crimes avec ses "associés". Mais aussi essayer de demontrer que ce dernier est le Parrain d'une organisation criminelle extrêmement puissante dans la ville de Philadelphie et ses environs. Évidemment, pendant ce repas, personne se doutait que Nicholas "Nicky Skins" Stefanelli, un membre de la famille Gambino était en train de les enregistrer (Cf : Quand un membre de la Cosa Nostra se suicide). Les enregistrements qui étaient diffusés dans le tribunal était accompagné des commentaire de l'ancien agent du FBI, Joaquin "Big Jack" Garcia (voir photo). Ce dernier, avait infiltré la famille Gambino au début des années 2000 et en particulier l'équipe du Capitaine Gregory DePalma. Pendant plusieurs heures, Joaquim Garcia décrivit minutieusement le langage "codé" des membres de la Cosa Nostra. Par exemple, à un moment donné, Nicholas Stefanelli présenta John Gambino comme étant un "caporegime", un Capitaine de la Cosa Nostra. Jack Garcia déclara que John Gambino était bien un capitaine de la famille mafieuse du même nom, mais qu'il était aussi, un membre d'un panel composé de trois capitaine qui dirigeaient la famille Gambino à cette époque. Chaque commentaire, devait être expliqué en détail, pour que le jury puisse comprendre la discussion et le fonctionnement d'une famille de la Cosa Nostra. Jack Garcia essaya de raconter le mieux possible le passé violent de la Mafia à Philadelphie, en parlant de leur ancien parrain, Angelo "The Gentle Don" Bruno. Ce dernier qui avait contrôlé de 1959 à 1980 la famille mafieuse, avait été assassiné par des mafieux rivaux et en particulier grâce à l'aide de son propre Consigliere, Antonio Caponigro. Jack Garcia raconta que ce dernier avait décidé de lancer un contre contre son propre Boss, sans l'accord préalable de la Commission (rassemblant les 5 familles de New-York plus la Outfit de Chicago). Devant les Parrains New-Yorkais, Antonio Caponigro avait menti, en déclarant qu'il avait reçu l'autorisation de tuer Angelo Bruno de la part de Frank "Funzy" Tieri qui était le Boss de la famille Genovese à cette époque. Pour avoir ouvertement menti devant la Commission, Antonio Caponigro fut assassiné et son cadavre retrouvé dans le coffre de sa voiture par la police plusieurs jours après. Les tueurs avaient laissé un message, il avaient introduit dans sa bouche et dans son anus plusieurs centaines de dollars, signe de sa cupidité : "Il pensait qu'il allait devenir le nouveau Boss de la famille. Au lieu de cela, il a été torturé et tué" déclara Jack Garcia. Après cela, les procureurs firent écouter le reste de l'enregistrement au jury. Pendant la conversation, Joseph Ligambi insulta un membre de la famille de Philadephie qui avait décidé de collaborer avec la justice, Pete "Pete le Crump" Caprio (Cf : Un ancien membre de la Cosa Nostra âgé de 84 ans témoigne au procès contre la famille de Philadelphie) :"Ce sac à merde" déclara Joseph Ligambi. Puis il insulta de nouveau l'ancien Parrain de la famille mafieuse de 1995 à 1999, Ralph Natale. Ce dernier, qui servait "d'homme de paille" à Joseph Merlino (Cf : Joey Merlino veut se retirer de la Mafia), qui en faites gérait la famille à sa place, avait décidé de collaborer avec la justice après son inculpation pour trafic de drogue :"Ce sale fils de pute de Ralph" avait juste déclaré Joseph Ligambi. Le problème de ses enregistrements, c'est qu'on entend plusieurs fois le Parrain de la Mafia insulter ou se moquer de différentes personnes mais à aucune reprise, on entend Joseph Ligambi parler de son implication dans le racket ou le prêt usuraire, les charges qui sont retenues contre lui lors de ce procès. Joaquim Garcia interviendra de nouveau en fin de semaine pour donner son analyse sur la situation actuelle de la Cosa Nosra aux États-Unis.

Lire la suite

LE JURY ECOUTE LES ENREGISTREMENTS D'UN ANCIEN SOLDAT DE LA FAMILLE GAMBINO

22 Novembre 2013 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Philadelphie

LE JURY ECOUTE LES ENREGISTREMENTS D'UN ANCIEN SOLDAT DE LA FAMILLE GAMBINO

Mauvaise nouvelle pour les procureurs fédéraux en charge du dossier contre la famille de Philadelphie, Peter "The Crumb" Caprio qui avait témoigné la semaine dernière (Cf : Un ancien membre de la Mafia âgé de 84 ans témoigne au procès contre la famille de Philadelphie) et qui devait revenir à la barre cette semaine, vient de se casser le genoux. L'ancien mafieux, aujourd'hui âgé de 84 ans, a trébuché en sortant de sa maison de transition ou il est logé actuellement par le gouvernement pendant le procès de la famille de Philadelphie. Son témoignage n'était pas jugé dès le départ "capital" par les procureurs fédéraux. Peter Caprio avait déjà collaboré lors du premier procès contre les membres de la Mafia à Philadelphie et son témoignage n'avait pas été jugé important par les jurés. Pour certains spécialistes, ce dernier est seulement là pour raconter l'histoire de la Cosa Nostra à Philadelphie et comment cette dernière gagne son argent, par le racket, par la violence, par le meurtre. Pour essayer de renverser la tendance, les procureurs vont essayer de passer un enregistrement d'un ancien membre de la famille Gambino qui avait décidé de coopérer avec la justice, Nicholas "Nicky Skins" Stefanelli (voir photo) (Cf : Quand un membre de la Cosa Nostra se suicide). Arrêté avec son fils en 2010 pour trafic de drogue, le soldat de la famille Gambino avait enregistré pendant plus de deux ans différents membres de la Cosa Nostra et en particulier des membres de la famille de Philadelphie. Le problème est que les procureurs feront écouter les bandes aux jurés mais Nicholas Stefanelli ne sera pas à la barre des témoins pour confirmer les faits. En effet, ce dernier s'était suicidé le 26 Février 2012, à l"’Hôtel Renaissance Meadowlands" à Rutherford dans le New-Jersey. Cet enregistrement avait déjà était passé lors du premier procès par les procureurs, sans avoir tellement convaincu les anciens jurés. Cette bande audio, est une conversation enregistrée par Nicholas Stefanelli lors d'un repas en Mai 2010 avec plusieurs membres de la Cosa Nostra qui avait duré près de 5 heures. L'enregistrement en question, avait eu lieu à "LaGriglia", un restaurant chic à Kenilworth dans le New Jersey. Pendant ce diner, était présent outre Nicholas Stefanelli, une dizaine de gangsters dont Joseph Ligambi, Anthony Staino (Cf : Anthony Staino condamné à 8 ans de prison) et Joseph "Scoops" Licata. Ce dernier était un ami de longue date de l'ancien Soldat de la famille Gambino. Lors du premier procès, la défense avait déclaré que cet enregistrement était seulement un repas entre amis "vieillissant", pour se "remémorer la bonne époque". Mais les procureurs ne sont pas du même avis. Pour eux, cette conversation, montre bien une chose, que Joseph Ligambi dirige la famille de Philadelphie. En effet, quand le Boss de la famille arriva à la table du restaurant, Joseph Licata présenta Joseph Ligambi aux membres de la famille Gambino comme leur "Acting Boss". Puis la conversation s'orienta sur un différend qu'entretenait la famille de Philadelphie et la famille Lucchese sur les droits territoriaux et de braconnage dans le New-Jersey. Joseph Licata demanda de l'aide à la famille Gambino pour résoudre ce problème. A un moment donné, ce dernier raconta aussi la dernière cérémonie d'intronisation d'un membre dans la famille de Philadelphie. Joseph Licata déclara que c'était Joseph Ligambi qui dirigeait la cérémonie, prouvant une nouvelle fois de l'importance de ce dernier dans l’organisation criminelle. Lors du premier procès, Joseph Licata avait été déclaré non coupable des accusations retenues contre lui. Mais l'enregistrement dans le restaurant LaGriglia n'est pas le seul que possède le gouvernement. La justice dispose aussi d'une réunion qui s'était déroulée dans un restaurant denommé "Amerian Bistro" à Belleville dans le New-Jersey. Lors de ce repas, il y avait, Nicholas Stefanelli, Joseph Licata et Louis "Big Lou" Fazzini (Cf : Un Soldat de la famille de Philadelphie condamné). De plus, les procureurs peuvent aussi compter sur les centaines d'heures d'enregistrement qu'avait effectué Nicholas Stefanelli pendant sa collaboration avec le FBI. Le Soldat de la famille Gambino avait pu enregistrer Joseph Merlino (Cf :Joey Merlino veut se retirer de la Mafia), mais aussi Anthony DiNunzio le Boss actuel de la famille Patriarca. Le premier qui venait de sortir de la prison de Marion dans l'Etat de l'Illinois était resté très prudent et n'avait rien "lâché". Le second par contre fut condamné sur des accusations de racket à 6 ans de prison en Novembre 2012. Le Boss de la famille Patriarca avait été reconnu coupable, malgré la mort de Nicholas Stefanelli. Le jury était convaincu de sa culpabilité, grâce essentiellement aux enregistrements du Soldat de la famille Gambino.

Lire la suite

UN ANCIEN CAPITAINE DE LA FAMILLE COLOMBO CHOQUE D'AVOIR TUE UN POLICIER

20 Novembre 2013 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Colombo

UN ANCIEN CAPITAINE DE LA FAMILLE COLOMBO CHOQUE D'AVOIR TUE UN POLICIER

Choqué, oui c'est le bien mot qu'a utilisé Dino Calabro (voir photo) un ancien Capitaine de la famille Colombo, qui témoigne en ce moment même dans un tribunal fédéral de New-York, contre son ancien Underboss, Joel Cacace (Cf : Le procès de l'ancien Underboss de la famille Colombo va commencer). En 2011, Dino Calabro avait été accusé par la justice d'avoir participé à plusieurs meurtres, risquant de terminer sa vie derrière les barreaux, il n'avait pas hésité longtemps avant de collaborer avec la justice. A la barre des témoins, l'ancien Capitaine de la famille Colombo déclara qu'il n'était pas du tout au courant que Ralph Dolls était un policer de la NYPD. Il stipula l'avoir appris seulement le lendemain du meurtre le 26 Aout 1997. Ce jour là, les médias Américains ne parlaient que de ça à la télévision, "Un policier de New-York assassiné!!",surtout que le FBI soupçonnait très fortement la Cosa Nostra d'être derrière ce meurtre : "Whoahh, ce mec était un putain de flic" s’était exclamé Dino Calabro le lendemain du meurtre, en regardant la télévision. Il déclara devant la cours, que Joel Cacace lui avait demandé de "surveiller" les habitudes de Ralph Dolls avant de lancer un contrat contre lui. Pendant plusieurs semaines, Dino Calabro, accompagné de son cousin Dino "Little Dino" Saracino (Cf : L'ancien Acting Boss de la famille Colombo attend son verdict) surveillaient les moindres fais et gestes du policier New-Yorkais. Malgré les nombreuses journées à "planquer" devant chez lui, Dino Calabro affirma devant le jury qu'il ne savait pas que Ralph Dolls appartenait à la NYPD. Pour lui, c'était une règle de la Cosa Nostra, ne jamais s'attaquer aux flics et aux juges. Il déclara que Joel Cacace avait dit que l'individu en question était un "Mexicain", qui travaillait dans un club social du Queens. Il admit par contre devant le tribunal, qu'il avait tiré à plusieurs reprises sur Ralph Dolls, alors que ce dernier sortait de sa voiture pour rejoindre tranquillement son appartement. Mais un des avocats de Joel Cacace, David Stern s'attaqua très violemment à l'ancien Capitaine de la famille Colombo en déclarant que ce dernier avait déjà menti lors du procès de Thomas "Tommy Shots" Gioeli et de Dino Saracino, qui furent tous les deux acquittés d'avoir commandité cet assassinat. Pour l'avocat de Joel Cacace, Dino Calabro n'avait pas réussi à convaincre le jury de faire condamner ses deux anciens "amis" lors du dernier procès, donc maintenant, il faut trouver un coupable, et pour lui ça sera désormais Joel Cacace. Dino Calabro, calmement déclara que l'ordre d'assassiné Ralph Dolls avait été donné par l'ancien Underboss de la famille Colombo dans une boulangerie de Bensonurst, un quartier à forte densité Italienne. Il stipula aussi que les mafieux utilisaient le code "sida" (en référence à une aiguille dans le bras pour signifier l'injection létal) pour parler du meurtre du policier. Ce nom de code avait été utilisé, car d'après les lui, les membres de la Cosa Nostra savaient que si ils tuaient un policier, les procureurs demanderaient automatiquement la peine de mort : "C'est une règle de la Cosa Nostra, vous ne faites pas de mal aux enfants, aux policiers et aux juges" déclara Dino Calabro.

Lire la suite

LE PROCÈS CONTRE LA MAFIA DE PHILADELPHIE SE POURSUIT

18 Novembre 2013 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Philadelphie

LE PROCÈS CONTRE LA MAFIA DE PHILADELPHIE SE POURSUIT

Ce vendredi, seulement une douzaine de personnes se sont présentées pour assister au procès de Joseph Ligambi (voir photo) et Goerge Borgesi, respectivement Boss et Consigliere de la famille de Philadelphie. Parmi les spectateurs, des étudiants et quelques retraités curieux de voir des membres de la Mafia dans le tribunal. Mais malheureusement pour eux, cette fois-ci la salle était vide, la famille et les amis des deux accusés n'étaient pas présents. Les deux témoins de cet après midi, comprenaient des gérants de bar qui exploitaient pour le compte de la famille mafieuse des machines à sous dans leur établissement. Parmi eux, Rhoda Burke qui gérait le "Coley's Lounge" à Dodge City. Elle expliqua au procureur général qu'elle exploitait des machines à sous dans son établissement pour recouvrir ses factures.
- "Vous savez que cela était illégal" déclara le procureur
- "Oui" stipula t'elle.
Les personnes qui contrôlaient les machines, des membres de la Mafia, venaient chaque semaine récupérer l'argent, lui laissant seulement un petit pourcentage des bénéfices.
- "Les personnes qui jouaient aux machines à sous, perdaient très souvent, cela était le but de toute façon". déclara t'elle.
La justice Américaine avait prétendu que Joseph Ligambi et plusieurs de ses associés ayant des pseudonymes comme "Ant" ou "Moussie" (Joseph Massimino- Cf : L'Underboss de la famille de Philaladelphie condamné à 16 ans de prison) avaient en leur possession plusieurs machines à sous, qu'ils installaient dans différents bars de Philadelphie. Rhoda Burke déclara qu'elle gagnait entre 200 et 300 dollars à partir de ses machines de poker.
- "Cela m'a aidé à payer mes factures d'électricité" déclara t'elle
Ces dernières années, la personne qui gérait la récolte des machines à sous, n'était autre qu'Anthony Staino, un membre très influent de la Cosa Nostra à Philadelphie, condamné à 8 ans de prison en Mai 2013 (Cf : Anthony Staino condamné à 8 ans de prison).
- "C'est un homme très gentil, il a toujours été serviable avec moi. D'ailleurs, j'ai encore cette machine dans mon établissement." déclara t'elle.
Pendant le contre interrogatoire, Ed Jacobs l'avocat de Joseph Ligambi attaqua d'emblée le témoin.
- "Vous n'êtes toujours pas en taule?"
- "Non" déclara t'elle
En l'attaquant de cette façon, Ed Jacobs voulait démontrer une seule chose, que la justice Américaine ne s'en prenait qu'a certaines personnes, alors que les propriétaires des établissements qui exploitaient les machines à sous, étaient toujours en liberté.
Frank DiClaudio, était le gérant d'un bar dénommé "DiNic" dans le Sud de Philadelphie. Il déclara qu'il avait passé un accord avec le gouvernement et ce qu'il pouvait dire aujourd'hui dans le tribunal, ne pouvait pas être retenu contre lui. Il raconta, qu'il gérait jusqu'à trois machines à sous dans son établissement. Il tenait le même raisonnement que Rhoda Burle.
- "Cela m'aidait à payer mes factures" déclara t'il.
Son établissement, servait aussi de sandwicherie à midi, les clients venaient manger, boire une bière et jouer aux machines à sous pendant leur pause. S'ils étaient chanceux, certains clients pouvaient gagner entre 20 et 300 dollars. Habituellement, les clients perdaient, mais l’appât du gain était tellement forte qu'ils revenaient à chaque fois.
- "En faites, il jouait pour compenser leurs pertes" déclara t'il.
D'après ses estimations, ses machines lui rapportait entre 500 et 600 dollars de bénéfices par semaine. Il raconta aussi devant le tribunal qu'il connaissait très bien Gaeton Lucibello, un Soldat de la Cosa Nostra à Philadelphie qui fut condamné à 4 ans de prison pour racket en Septembre 2012.
- "Sa sœur habitait en face de chez ma tante" déclara t'il
Il considérait Gaeton Lucibello comme un vrai gentleman. D'après lui, il venait souvent dans son établissement, et laissé par moment des pourboires de près de 100 dollars aux serveuses. Après ce témoignage, le juge fédéral, Eduardo Robreno leva la séance.
- "Je lève la séance. Ça été une longue semaine" déclara t'il.

Lire la suite

UN ANCIEN MEMBRE DE LA MAFIA AGE DE 84 ANS TÉMOIGNE AU PROCÈS CONTRE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE

17 Novembre 2013 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Philadelphie

UN ANCIEN MEMBRE DE LA MAFIA AGE DE 84 ANS TÉMOIGNE AU PROCÈS CONTRE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE

Il est mince, avec une calvitie profonde et malentendant, Peter "Pete The Crumb" Caprio ressemble plus à n'importe quel grand père qu'on peut croiser dans la rue, qu'un ancien Capitaine de la Cosa Nostra. Pourtant ce dernier était un tueur à gages, un membre initié de la famille de Philadelphie qui rapportait des milliers de dollars à cette organisation criminelle. En Janvier 2000, il avait été arrêté avec des membres de la famille Genovese et de la famille Gambino pour avoir comploté sur une série d'assassinat visant des membres de la famille de Philadelphie. Au vue de son âge avancé, il ne restait plus qu'une seule option à Peter Caprio pour éviter de ne pas mourir en prison, collaborer avec la justice. Les procureurs avaient décidé de le faire venir une nouvelle fois témoigner contre ses anciens "associés" en début de semaine. Pourtant, il fut décrit par la défense comme un vieux mafieux ayant une "mémoire défaillante", qu'il avait tué tellement de personnes dans sa "carrière" dans le crime organise, qu'il ne pouvait se souvenir de tous ces crimes. Mais quand il arriva à la barre pour témoigner contre Joseph "Uncle Joe" LIgambi et le Consigliere en exercice George Borgesi, Peter Caprio, expliqua calmement les moindres détails sur une série d'assassinats commis la Mafia de Philadelphie depuis de nombreuses années. Pendant plus de 90 minutes, il fut interrogé par l'équipe de procureur et par les avocats de la défense sur sa vie dans la Mafia. "Tout ma vie, j'ai été un gangster. J'ai fais beaucoup de mauvaises choses". Il raconta qu'il était un membre de la famille de Philadelphie, mais qu'il faisait ses affaires principalement dans le Nord de l’État du New-Jersey. Il déclara avoir reçu son surnom de "The Crumb" (Les miettes), car pendant les repas, il ramassait toujours les miettes à terre pour les manger. Il déclara aussi qu'il avait été nommé Capitaine en 1996 après avoir orchestré l'assassinat de Joe Sodano, un membre "renégat" qui refusait l'autorité du Parrain de la famille à cette époque Ralph Natale, qui servait d'homme de paille au véritable Boss, Joey Merlino (Cf : Joey Merlino veut se retirer de la Mafia). Le témoignage de Peter Caprio, est un rappel de sa première collaboration effectuée avec la justice Américaine en 2001 pour faire condamner à plus de 10 ans de prison George Borgesi et Joey Merlino. Il avait aussi témoigner l'année dernière dans le premier procès de Joseph Ligambi et ses anciens associés, mais son témoignage ne fut pas très déterminant. En effet, Peter Caprio avait décidé de collaborer en 2000, et il connait désormais très peu de choses sur les activités de la famille de Philadelphie. Beaucoup de personnes dans cette salle d'audience, que ce soit, les procureurs, les agents du FBI ou le même le juge fédéral Eduardo Robreno sont déjà au courant des histoire de Peter Caprio. Il fut rappelé seulement pour faire connaitre son passé au nouveau jury composé de 10 femmes et deux hommes et faire connaitre comment la Mafia de Philadelphie fonctionne : "Cette affaire va permettre de montrer comment la Mafia gagne son argent" déclara le procureur fédéral Frank Labor. L'avocat de Joseph Ligambi, Edwin Jacobs Jr, s'énerva en déclarant que les témoins du gouvernement n'étaient que des menteurs ou des voyous qui avait négocié avec le gouvernement pour éviter de terminer leur vie en prison.

Lire la suite