Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LCN

Articles avec #gambino tag

LE PETIT FILS DE JOHN GOTTI INCULPÉ AVEC UN CAPITAINE DE LA FAMILLE BONANNO

26 Mars 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Gambino, #Bonanno

Vincent AsaroAcquitté en Novembre 2015 d’avoir orchestré le fameux casse dit de la « Lufthansa », le Capitaine de la famille Bonanno, Vincent « Vinny » Asaro (voir photo), n’en a pas terminé pour autant avec la justice. En effet, ce dernier qui était encore sous la contrainte d’une libération surveillée, était suivi à la « loupe » par les agents fédéraux. La semaine dernière, le FBI a décidé d’inculper le petit fils de John Gotti, déjà condamné à huit années de prison pour trafic de stupéfiants, ainsi que plusieurs membres de la Cosa Nostra, dont Vincent Asaro, pour incendie criminelle. Au vue du pédigrée criminel du Capitaine de la famille Bonanno, ce dernier fut très vite incarcéré au Métropolitan Center de New-York, avant une nouvelle comparution devant un juge fédéral, qui devrait intervenir dans les prochaines semaines. Cette affaire remonte en 2012. Vincent Asaro qui rentrait tranquillement chez lui dans le Queens, se fit couper la route par un automobiliste, qui ne savait surement pas, que ce dernier était un membre intronisé de la Cosa Nostra depuis plus de trente années. Fou de rage, ce dernier, repéra la plaque d’immatriculation, puis l’adresse de l’individu en question. Après avoir récupéré toutes ces informations, Vincent Asaro ordonna l’incendie de son véhicule et sous traita l’affaire à l’un de ses Associés, qui demanda à John Gotti Jr et un autre individu dénommé Matthew « Fat Matt » Gullan d’effectuer la sale besogne. Quelques heures avant le délit, les trois complices remplirent un bidon entier d’essence dans une station proche, allèrent vers le domicile de l’individu, et Matthew Gullan commença à embraser le véhicule. avant se s’enfuir. Le feu attira l’attention d’un policier du NYPD, mais John Gotti Jr qui servait de chauffeur ce soir là, au volant d’une Jaguar, sema très rapidement le policier dans les ruelles du Queens, qui préféra abandonner la poursuite, pour éviter tout risque d’incident au vue de la conduite imprudente de John Gotti Jr. Selon les autorités, le lendemain, l’Associé de Vincent Asaro aurait conduit ce dernier dans une carrosserie ou le véhicule de l’individu avait été remorqué, pour prouver que son ordre avait bien été exécuté. Deux semaines après cet incendie criminel, John Gotti Jr, Matthew Rullan et un autre Associé, Michael Guidici, ont cambriolé le Maspeth Federal Saving and Loan, une banque à New-York. Selon les fédéraux, Michael Guidici serait rentré dans la banque et aurait transmis un message à l’agent d’accueil stipulant : « J’ai une bombe, donne-moi de l’argent ». Le guichetier, apeuré, avait donné près de cinq mille dollars. Après ce cambriolage, les trois complices quittèrent rapidement les lieux, au bord ce cette même Jaguar. Pour le procureur fédéral en charge de cette affaire : « Les membres de la Cosa Nostra inculpés cette semaine, sont accusés d’avoir commis un assortiment de crime violent, pour punir et gagner de l’argent ». Suite à l’incarcération de son client, l’avocat de Vincent Asaro, qui est prêt une nouvelle fois à convaincre un jury de l'innocence du Capitaine de la famille Bonanno, a ramené lors d'une audience préparatoire, un sachet rempli de médicaments, destiné à Vincent Asaro, stipulant, que son client n’avait pas quitté une seule fois son domicile depuis son acquittement. 

Lire la suite

MAUVAISE SEMAINE DANS LES RANGS DE LA COSA NOSTRA

11 Mars 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Divers, #Gambino, #Outfit

Bartolomeo VernaceL’ancien Capitaine de la famille Gambino, Bartolomeo « Bobby » Vernace (voir photo à gauche), qui a fait partie d’un panel de décision pendant plusieurs années, vient de décéder d’une crise cardiaque en prison, alors que ce dernier purgeait une peine de prison à perpétuité pour un double meurtre datant de 1981. Cette nuit là, Frank Ricardi et une femme étaient en train de boire un verre tranquillement Un homme arriva et accidentellement renversa son verre sur la robe de sa compagne, ce qui mit immédiatement en fureur l’Associé de la famille Gambino. Pour empêcher une bagarre quasi-certaine, John D'Agnese, un des propriétaires, demanda gentiment à Frank Ricardi de sortir, ce qu’il fit difficilement, mais en jurant devant tout le monde qu’il allait revenir pour régler ses comptes. Quelques minutes, plus tard, trois individus armés, rentrèrent dans le ShamRock's Bar et tirèrent à plusieurs reprises sur les deux propriétaires John D'Agnese et Richard Godkin. Les assassinats de Richard Godkin et de John Agnese ne furent pas autorisés par la famille Gambino, ce qui n’empêcha pas l’intronisation quelques années plus tard de Bartolomeo Vernace. Il fallut attendre le 20 Janvier 2011 pour que Bartelomeo Vernace soit reconnu coupable de ce double meurtre. Imperturbable pendant l’énoncé du verdict, le mafieux de la famille Gambino accepta sa peine sans broncher. Bartolomeo Vernace purgeait sa peine dans la prison fédérale d’Allenwood dans l’État de la Pennsylvanie, un pénitencier composé de différents niveaux de sécurité, ou bon nombre de membres de la Cosa Nostra y sont incarcérés. D’après son avocat, la santé de Bartolomeo Vernace était défaillante. En effet ce dernier, souffrait d’un diabète assez avancé, de problème de reins, et avait subit récemment une crise cardiaque, l’obligeant à être hospitalisé, pour y décéder quelques semaines plus tard. Toujours d’après son avocat, l’ancien Capitaine de la famille Gambino, était « unique en son genre » : « Il était très intelligent. Il n’aimait pas trop parler, mais il inspirait le respect » déclara t’il.

Un Soldat de la Outfit de Chicago, Louis « Louis Tomates » Marino (voir photo à droite), vientLouis Marinode décéder de cause naturelle. Ce dernier, qui opérait depuis l’emblématique ville de Cicéro, était un ami proche de l’actuel Parrain, Salvatore « Solly D » DeLaurentis. Connu pour par ses Associés, comme un individu qui ramenait énormément d’argent, il était aussi identifié par le FBI, comme une personne extrêmement dangereuse, soupçonné d’avoir participé à plusieurs assassinats dont celui des frères Spilotro en 1986. Au début des années 1990, alors que Louis Marino était accusé de racket et du meurtre d’un Associé de la Outfit, dénommé Hal Smith, les procureurs fédéraux avaient diffusé un enregistrement assez édifiant, démontrant que Louis Marino, pouvait exécuter une personne pour une simple dette. En 1981, Louis Marino, fut enregistré par le FBI en train d’agresser un individu qui lui devait des milliers de dollars d'un prêt usuraire, sans savoir que ce dernier, effrayait des conséquences que pouvait avoir de ne pas rembourser la Outfit, avait décidé de porter un micro sous sa chemise. En arrivant sur les lieux, Louis Marino, fut accueilli par son ami Salvatore DeLaurentis, qui lui expliqua que l’individu en question « n’avait pas encore l’argent ». Enragé, Louis Marino, sorti un couteau et s’approcha de la personne en question, arme à la main : « Toi espèce de fils de pute, tu me dois de l’argent. Tu sais ce que tu dois faire pour me rembourser non ? Tu vas voler une bijouterie, un magasin, tu vends tes bijoux, les objets de ta mère, tu fais tout ce que tu veux, mais il me faut l’argent pour ce soir, tu as compris ? C’est grave putain, je suis à la porte de ta maison dès ce soir et s’il le faut je serais à côté de toi à ton réveil. Essaye d’aller nulle part, pas la peine de te cacher, sinon ça ira mal pour toi ». Reconnu non-coupable du meurtre de Hal Smith, Louis Marino sera reconnu coupable de racket, et le juge rendra un verdict exemplaire, vingt huit années derrière les barreaux, une peine que Louis Marino accepta sans broncher. En 2004, ce dernier était rentré dans une maison de transition, avant d’être libéré définitivement de prison. A sa sortie, il aurait repris très rapidement ses activités criminelles au sein de la Outfit.

Lire la suite

DEVENIR AFFRANCHI OU POLICIER : VIVRE DANS UN QUARTIER GANGRENÉ PAR LA COSA NOSTRA

24 Février 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Lucchese, #Genovese, #Gambino, #Divers

Anthony AccetturoBob Buccino a un parcours assez atypique. Né dans l’État du New-Jersey, d’origine Italienne, habitant dans un quartier gangréné par la Cosa Nostra et ayant fait partie à son adolescence d'un gang de rue, Bob Buccino était prédestiné à devenir un membre intronisé de la mafia, comme la plupart de ses anciens amis, qui eux le deviendront par la suite. Mais Bob Buccino, avec l’aide de sa femme, fit des études, et après être sorti de la fac, passa le concours de policier, qu’il réussit brillamment. Désormais à la retraite, c’est avec un brun de nostalgie, qu’il raconte encore son adolescence au début des années 1950, dans le Nord du New-Jersey. Comme déclara Henri Hill dans le film de Martin Scorsese, Les Affranchis : « C’était une époque bénie ». En effet, au début des années 1950, le quartier ou résidait Bob Buccino pullulé d’Affranchis, la Cosa Nostra était partout, elle faisait partie de l’atmosphère. Ce dernier raconta qu’il faisait parti d’un petit gang d’adolescents, qui espéraient tous devenir obtenir le Saint Graal, être un membre à part entière de la Cosa Nostra. Bob Buccino aidait les mafieux dans les paris, en les collectant bien sûr, mais aussi en récupérant l’argent des mauvais payeurs : « Je connaissais la Cosa Nostra bien avant le FBI. A cette époque, on pouvait parier sur tout et n’importe quoi et surtout n’importe ou. Du magasin de bonbons au coin de la rue, au restaurant du quartier » déclara t’il. Bob Buccino avoue avoir été « fasciné » par cette vie. Un peu comme Henry Hill, il voyait les gangsters avec leurs bijoux et leur Cadillac, avec les poches remplies de billets, à cette époque, ils contrôlaient tout. En particulier, Anthony « Little Pussy » Russo, l’un des plus grands usuriers du comté d’Essex, Capitaine dans la famille Genovese, qui se pavanait dans les rues avec sa Cadillac rose fluo. Bob Buccino admirait leur faculté, à « toujours avoir raison » et que personne n’osait les contredire. Ce dernier adorait le respect que pouvait dégager ces individus. Mais Bob Buccino parti vers une autre voie, et devint très rapidement, de par son expérience de la rue, un détective chargé de la surveillance des membres du crime organisé. Adolescent, il fit les quatre cent coups avec ses amis, maintenant, il allait les surveiller et si possible, les mettre derrière les barreaux. Dans le New-Jersey, outre la famille DeCavalcante, les familles Lucchese, Gambino et Genovese y sont très bien implantées. Le premier nom qui arriva sur sa short-lest, fut celui d’Anthony « Tumac » Accetturo (voir photo), un important Capitaine de la famille Lucchese, qui dirigeait ses affaires depuis le Nord du New-Jersey, mais aussi depuis l’État de la Floride. Anthony Acceturo était le frère d’un des meilleurs amis de Bob Buccino. Au début des années 1980, grâce notamment à l’un de ses informateurs, il fit condamner Anthony Acceturo à une peine de trente années de prison pour racket (Anthony Acceturo décidera par la suite de coopérer avec les autorités. Les relations qu’il entretenait avec la hiérarchie de la famille, notamment avec Vic Amuso et Anthony Casso devenait de plus en plus compliquées. Ces derniers avaient lancé un contrat contre le Capitaine de la famille Lucchese, sur son fils et même sur sa propre femme). Ce sont pendant ces arrestations, que Bob Buccino vit le côté fourbe de ces gangsters, qui simulaient la plupart des pertes de mémoire chronique, pour ne pas parler aux enquêteurs. Parmi les autres mafieux, que Bob Buccino côtoya pendant sa carrière, il cita plusieurs noms, comme Louis « Bobby » Mana, de la famille Genovese, qui fut l’un des investigateurs dans la tentative d’assassinat contre John Gotti. Robert « Bobby Cabert » Bisaccia, un Capitaine de la famille Gambino, impitoyable, dont Joe Pesci s’inspira pour jouer son personnage dans le film Les Affranchis (La scène avec Ray Liotta dans le bar). Mais aussi Tino Fimurara, un Capitaine très apprécié de la famille Genovese, et les frères Taccetta de la famille Lucchese entre autre. Ces derniers avaient la particularité d’habiter le même quartier que Bob Buccino. Michael Tacheta d’ailleurs, était dans la même classe que sa sœur, ce qui ne l’empêcha pas de réunir des preuves pour les faire incarcérer une bonne partie de leur vie derrière les barreaux : « Je n’aimais pas ce qu’ils représentaient. Mais ils m’ont toujours dit, que si j’arrivais à les arrêter, qu’il n’y aurait aucun problème avec moi. C’était un peu comme un match. J’étais le bon type et eux les truands, et mon rôle était de les attraper » déclara t’il. Alors même si Bob Buccino aurait pu dès son adolescence suivre une autre voie, il est heureux d’avoir participé à la chute de la Cosa Nostra. Pour ce dernier, cette organisation criminelle a toujours été un lourd fardeau à porter pour les individus d’origine Italienne : « Les immigrants Italiens ont construit notre pays, par leur main, avec leur cerveau et avec leur détermination » déclara t’il. Pour lui les préjugés contre les Italo-Américains sont encore très tenaces : « Encore aujourd’hui, il suffit qu’un ouvrier Italien, qui gagne durement sa vie, arrive à de mettre de l'argent de côté pour pouvoir s’acheter un camion pour travailler, on va tout de suite le cataloguer comme un gangster ».

Lire la suite

THOMAS ET ROSEMARIE UVA

14 Janvier 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Gambino

Ils étaient appelés les « Bonnie and Clyd» des temps modernes. En 1992, Thomas Uva âgé de 32 ans venait de sortir de prison et avait trouvé un travail dans une société de recouvrement à New-York. Rosemarie Uva était aussi connue par la police pour plusieurs affaires concernant des multiples cambriolages. Elle avait épousé Thomas en 1987 après son incarcération. Le couple logeait tous les deux dans un appartement à Ozone Park, lieu ou John Gotti célèbre parrain de la famille Gambino tenait avec ses frères le club social "Bergin Hunt and Fish Club". Pendant quelques mois, le couple commença à braquer des clubs sociaux de la Famille Bonanno et Gambino, chose inconcevable pour la plupart des criminels de New-York que de s'attaquer à la mafia. Thomas Uva exposa son plan à sa compagne Rosemarie. Celui ci était simple, elle attendait dans la voiture prête à partir, pendant que Thomas se précipitait à l'intérieur des clubs sociaux armé d'un "Uzi" pour aller braquer les mafieux. A l'intérieur d'un club social, on retrouve généralement des membres du crime organisé en train de jouer aux cartes ou de boire tranquillement un verre et Thomas Uva savait que les mafieux avaient toujours sur eux beaucoup de liquidité. Après avoir menacé les "clients", il leur demanda de mettre leur argent et leur bijoux dans son sac. Un jour, Thomas Uva rentra au Liberty Cafe à Ozone Park, un club social appartenant à Dominick "Skinny Dom" Pizzonia, Soldat de la famille Gambino. Pendant qu'il dépouillait les "mafieux", il profita de l'occasion pour baisser leur pantalon, puis il quitta précipitamment les lieux. Il monta dans la voiture de sa compagne qui démarra à toute vitesse pour filer le plus loin possible. Pendant le braquage un Capitaine de la famille Gambino lança à Thomas Uva "Tu vas mourir, si on te retrouve on va te découper en rondelle". "On doit tous mourir un jour" répliqua calmement Thomas Uva. Les mafieux déshabillés ne pouvaient pas sortir du club pour essayer de noter la plaque d'immatriculation du véhicule et généralement les membres de la Cosa Nostra ne vont pas au poste de police pour porter plainte. Le Liberty Café fut braqué une deuxième fois et Thomas Uva profita de l'occasion cette fois ci pour décoiffer un Soldat de la famille Gambino devant ses supérieurs. Dominick "Skinny Dom" Pizzonia, le propriétaire du club social était fatigué de leurs actes. Il demanda à John Gotti Jr, Acting Boss de la famille Gambino à cette époque l'autorisation de se venger en lançant un contrat contre le couple. La Cosa Nostra ne s'attaque jamais aux "civils", mais Thomas et Rosemarie Uva avaient franchi la "ligne rouge". Un plan fut mis au point pour retrouver le couple et pendant l'un des braquages, un mafieux réussit à s'échapper et nota la plaque d'immatriculation de la voiture de Rosemarie Uva. Le 24 décembre 1992, le couple profita de l'heure matinale pour faire leurs derniers achat de Noël. Leur voiture s'approcha à l'intersection de Woodhaven Boulevard près de Ozone Park, ils furent exécutés tous les deux de trois balles dans la tête. La police retrouva dans leur voiture, plus de 1000 $ en liquide ainsi qu'une quantité non négligeable de montres et de bijoux cachés dans la boite à gant du véhicule. Après le meurtre, les enquêteurs fouillèrent l'appartement du couple à Ozone Park. A l'intérieur, ils découvrirent un portefeuille appartenant à Joseph "Joe Brewer" Delmonico un associé de la famille Gambino. Dans ce portefeuille, une liste pliée contenait les numéros de téléphone de plusieurs membres importants de mafieux plus ou moins gradés. La police comprit tout de suite que le meurtre était lié à la mafia et essaya de renouer les liens par rapport à cette liste. Pour la police et pour plusieurs spécialistes, cela était logique, les criminels avaient généralement plusieurs milliers de dollars dans leur poche et ils n'iront jamais se plaindre à la police. Mais les enquêteurs furent incapables de retrouver la trace des meurtriers et décidèrent de classer l'affaire. Le 22 septembre 2005, le FBI arrêta Dominick "Skinny Dom" Pizzonia chez lui grâce au témoignage d'un ancien capitaine de la famille Gambino Michael "Mickey Scars" DiLeonardo. Dominick Pizzonia prétextant ne sachant ni lire ni écrire, plaida non coupable et fut incarcéré sans caution possible en attendant son jugement. Le FBI utilisa aussi le témoignage de Salvatore Vitale, l'ancien Underboss de la famille Bonanno pour essayer de retrouver les meurtriers de Thomas et Rosemarie Uva. Selon les informations de Salvatore Vitale, John Goti Jr, Acting Boss de la famille Gambino à cette époque, avait certifié à Joseph Massino Boss en exercice de la famille Bonanno, que la famille Gambino avait exécuté le contrat. "C'est "Skinny Dom" (en référence à Dominick Pizzonia) qui a effectué le contrat. Ce couple c'est notre "trophée" déclara John Gotti Jr lors d'une réunion. En effet des membres de la famille Bonanno s'étaient attribués le meurtre de Thomas et Rosemarie Uva, ce qui avait entrainé plusieurs réunions pour essayer de régler le litige entre les deux familles. Dominick Pizzonia était déjà connu des autorités, il avait déjà été accusé d'avoir tué Franck Bocia, un truand de bas étage, beau fils d'Angelo "Fat Andy" Rugierro un puissant capitaine des Gambino. Franck Bocia avait frappé la femme d'Angelo et John Gotti avait ordonné la liquidation de ce dernier lors d'une réunion. Le contrat avait été effectué dans la cour du club social de Dominick Pizzonia et comble de l'ironie, ce dernier avait été initié dans la famille Gambino la veille de Noël en 1988 en récompense de ce meurtre. A l'ouverture du procès, le procureur fédéral Paige M. Petersen déclara au jury que "Thomas et Rosemarie Uva avait été exécutés en pleine rue la veille de Noël et leurs corps abandonnés aux yeux de tous". Le procureur déclara que Ronald Trucchio et Dominick Pizzonia avaient exécute le contrat et que ce dernier avait demandé à John Gotti Jr son autorisation pour tuer le couple. Dominck Pizzonia était selon les témoins visiblement très énervé que son club social le "Liberty Café" ait été cambriolé deux fois de suite. La défense joua sur le fait que Dominick "Skinny Dom" Pizzonia était un homme fidèle, dévoué, grand père de six petits enfants, un chauffeur de camion qui travaillait dur pour faire vivre sa famille. Mais le procureur essaya de montrer un autre visage du mafieux, en démontrant que celui-ci était un criminel endurcit, un bookmaker, un escroc, un assassin, membre d'une des organisations criminelles les plus puissantes des États-Unis. "D'un côté, vous avez une personne bien habillée, à la voix douce, polie, aimée de ses voisins. Et de l'autre vous avez un criminel, prêt à commettre des actes odieux, avec un passé criminel de plus de 20 ans" déclara le procureur Le patron de Thomas et Rosemarie Uva témoigna aussi lors du procès. Le couple travaillait tous les deux dans une entreprise de recouvrement à New-York. Michael Schüssel déclara à la barre que le couple avait pris une journée de congé pour assister au procès de John Gotti le parrain de la famille Gambino en 1992. Pour le chef d'entreprise le couple était intrigué par la Mafia, Thomas et Rosemarie avaient grandi tous les deux à Ozone Park, une zone de forte concentration mafieuse et Thomas avait connu beaucoup de mafieux dans son quartier. Il précisa aussi qu'un jour ou les tabloïds Américains faisaient les gros titres du cambriolage d'un club social appartenant à la Mafia, le couple s'était disputé et en était même venu aux mains dans son entreprise. Rosemarie de plus en plus stressée avait fait un malaise et le couple avait été licencié quelques semaines plus tard. Le 11 Mai 2007, Dominick "Skinny Dom" Pizzonia fut déclaré coupable d'avoir comploté pour tuer le couple mais le jury ne l'a pas reconnu coupable des meurtres. Il ne fut pas non plus reconnu coupable du meurtre de l'associé de la famille Gambino Frank Boccia. A l'énoncé du verdict Dominick Pizzonia se retourna pour esquisser un léger sourire aux personnes venues le soutenir au tribunal. La plupart était des personnes âgées, très bien habillées, chaussées de mocassins. Plusieurs d'entre eux réagirent à la sortie du tribunal, "Les imbéciles qui ont témoigné contre lui étaient des criminels endurcis, Dominick a beaucoup aidé les gens et surtout l'église". Plusieurs jurés s’interrogèrent encore des actions menées par le couple "Pourquoi ont-ils fait ça? c'était du suicide...". Pour la mère de Rosemarie c'est un drame qu'elle vivra au quotidien "Ma fille adorait Noël, pour moi il n'y aura plus de fête pendant cette période".

Lire la suite

UN SOLDAT DE LA FAMILLE GAMBINO DÉCÈDE DE CAUSE NATURELLE

7 Janvier 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Gambino

Joseph Bilotti (Joseph Bilotti voir photo), un Soldat de la famille Gambino est décédé cette semaine de cause naturelle dans sa maison de Staten-Island, il avait quatre vingt trois ans. Son frère, Thomas avait longtemps servi de garde du corps à l’ancien Parrain de la famille Gambino, Paul « Big Paulie » Castellano. Mais le 16 Décembre 1985, en pleine période de noël, Thomas qui accompagnait Paul Castellano pour une réunion d’affaires au Sparks Steak House de Manhattan, fut assassiné en pleine rue, un assassinat commandité par John Gotti, un Capitaine renégat, qui prendra par la suite la place de Boss des Gambino. Après ce meurtre, John Gotti se demandait si le meurtre de Thomas Bilotti n’allait pas entrainer des représailles. Joseph était un Soldat qui n’était forcément pas hostile à l’arrivée au pouvoir de John Gotti, mais ce dernier avait peur qu’avec l’assassinat de son frère, Joseph se décide à se venger. Salvatore « Sammy The Bull » Gravano qui venait d’être nommé Underboss par John Gotti avait prévu une réunion avec Joseph Bilotti, pour « faire un point sur la situation ». Le Soldat de la famille Gambino rentra dans le rang et certifia à Salvatore Gravno qu’il ne voulait nullement se venger, préférant s’occuper de sa famille et de ses nombreux enfants, tout en aidant le mieux possible financièrement la femme de son frère : « Il n’avait pas tellement le choix » déclara un ancien agent du FBI qui infiltra les familles de la Cosa Nostra au début des années 1990, désormais à la retraite : « Salvatore Gravano nous avait dit qu’il avait rendez vous avec Joey Bilotti au Country Club Dinner, qu’il n’y avait rien de personnel, que c’était juste les affaires ». Cette rencontre racontée par Salvatore Gravano dans son autobiographie « Underboss » de Peter Maas, fut relativement tendue. Joseph Bilotti était très stressé, mais Salvatore Gravano lui expliqua que cet assassinat visait principalement Paul Castellano et non son frère. Joseph Bilotti acquiesça sans dire un mot. Ce dernier n’avait pas tellement choix, soit il acceptait, soit il aurait pu être assassiné sur place par les hommes de main qui accompagnaient Salvatore Gravano. En 1991, Joseph Bilotti confirmera son allégeance à la famille Gambino, en étant condamné à quarante six mois de prison, plus quelques mois supplémentaires en 1997 pour une violation de conditionnelle. Mais au fil des années, Joseph Bilotti fut relativement discret, voire inactif dans les affaires de la famille Gambino. Seulement une rencontre avec George Borgesi, un Capitaine de la famille de Philadelphie l’année dernière, releva les soupçons sur son activité réelle au sein de cette famille mafieuse. Pour ses proches, Joseph Bilotti était un homme avec un « grand cœur », qui n’hésitait pas à aider ses amis en cas de besoin, pour les procureurs fédéraux, le discours était forcément différent. Pendant son séjour au Métropolitan Center de New-York, Jospeh Bilotti était en train de téléphoner tranquillement, quand un détenu beaucoup plus jeune et plus imposant s’avança vers lui et lui ordonna de donner le téléphone. Joseph Bilotti lâcha le combiné et d’un seul frappa à plusieurs reprises le prisonnier, qui complètement sonné sera transporté par la suite à l’infirmerie de la prison.

Lire la suite

A LA RECHERCHE DE SALVATORE GRAVANO

4 Décembre 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Gambino

 

De gauche à droite : Peter Gotti, John Gotti, Salvatore Gravano et Dominick PizonniaSalvatore "The Bull" Gravano est connu du grand public  pour avoir été l'Underboss du célèbre Parrain John Gotti. En 1992, pour éviter une condamnation à perpétuité, il collabora avec la justice et envoya plusieurs responsables de la famille Gambino en prison dont son ancien Boss, qui terminera sa vie dans le pénitencier fédéral de Marion dans l'État de l'Illinois. Pour avoir aidé le gouvernement Américain dans sa lutte contre le crime organisé, le Juge Léo Glasser le condamna à une peine de 5 ans de prison, une peine de prison dérisoire, alors que Salvatore Gravano avoua pendant son témoignage avoir participé à plusieurs assassinats. A sa sortie, en 1994, il rentra avec sa famille dans le programme de protection des témoins. Le FBI le fit déménager en Arizona, sous une nouvelle identité et lui et sa famille créèrent une entreprise d'installation de piscine, en prenant le nom de Jimmy Moran. Mais en 1995, il quitta volontairement le programme de protection des témoins après une interview donnée à une chaine de télévision. Dans celle-ci Sammy Gravano fut très clair avec ses anciens collègues mafieux : "S'ils envoient une équipe pour m'abattre, je vais les tuer. Ils ont intérêt à ne pas me manquer car s'ils me cherchent, je vais envoyer leurs cadavres jusqu'à New-York. Je n'ai pas peur d'eux... Je ne vous ai pas demandé de venir en plein milieu de nulle part et je ne suis pas déguisé avec une fausse barbe.... Je vais vous dire, je suis un putain de pro... Qu'ils viennent me chercher, je leur réserve quelques surprises". En 1997 il co-écrit avec Peter Maas le livre Underboss. Mais à force de se montrer devant les médias, Salvatore Gravano donnait des indications sur sa nouvelle localisation à la famille Gambino, qui n'avait toujours pas oublié sa désertion. A cette époque, John Gotti, malgré son incarcération, continuait à gérer les activités criminelles de la famille Gambino depuis sa prison, en s'appuyant sur son frère Peter, qu'il noms Acting Boss. Ce dernier qui rendait régulièrement visite à son frère en prison, réussit lors d'une conversation codée avec son frère John Gotti à lui transmettre un message. Il lui raconta qu'un article était paru stipulant que Sammy Gravano vivait avec sa famille en Arizona. John Gotti, heureux d'apprendre cette nouvelle, donna l'ordre d'envoyer une équipe de tueurs exécuter le contrat. Peter Gotti demanda alors à Thomas "Huck" Carbonaro d'aller rendre visite à une vieille connaissance. En effet Thomas "Huck" Carbonano, Soldat de la famille Gambino, avait travaillé dans l'équipe de Salvatore Gravano quand ce dernier occupait les fonctions de Capitaine. D'ailleurs et assez curieusement, sa femme entretenait encore des bonnes relations avec Debra Gravano, l'épouse de Salvatore Gravano, et s'appelait encore régulièrement. Pour exécuter le contrat, Thomas Carbonaro prit dans son équipe, un expert en électronique du nom de Sal "Fat Sal" Mangiavillano. Ce dernier qui travaillait depuis de nombreuses années pour les Gambino, avait aussi la particularité de créer des bombes. Alors même si cette méthode d'assassinat n'est pas acceptée en principe dans les "règles" de la Cosa Nostra, elle fut depuis quelques années régulièrement utilisée. Arrivé à Phoenix en Arizona, Thomas Carbonaro commença à changer d'apparence, à se laisser pousser la barbe et à toujours porter une casquette. En effet Salvatore Gravano avait travaillé des années avec lui et il le connaissait par cœur. Lui et son associé commencèrent leur recherche dans une bibliothèque et ils trouvèrent très rapidement, à leur grand étonnement, une entreprise dénommée Marathon Piscine, Inc, ou le fils et la fille de Sammy y étaient inscrits comme associés. Grâce à toutes ces informations, Ils repérèrent le lieu ou travaillait leur ancien collègue, mais aussi le lieu de résidence de sa femme Débra, il ne restait plus pour les deux mafieux, qu'a préparer un plan pour tuer l'ancien Underboss de la famille Gambino. La première solution était de le tuer dans le ranch que tenait la femme de Sammy Gravano.. C'était un ranch immense et il pensait que Sammy habitait dans un appartement proche de chez elle pour ne pas attirer l'attention. Le problème était qu'aucun véhicule ne stationnait devant chez elle et le fait de voir la même voiture trainait dans les parages plusieurs jours de suite, pouvait être suspect. Ils se rendirent derrière la maison de Debra Gravano, il y avait un terrain immense qui faisait office de petite écurie, elle et son mari adorait les chevaux. Ils purent constater qu'un petit chemin était utilisé fréquemment pour des sorties équestres, ils pourraient alors se cacher et attendre que Sammy passe à cheval pour lui tendre une embuscade. La deuxième solution avait été de le tuer dans la pizzeria de son fils, Gerard Gravant qui se trouvait dans un centre commercial. Ils s'y rendirent et ils purent constater que la porte menant au cuisine était toujours ouverte pour permettre au livreur de pizza de déposer sa marchandise. S'ils le voyaient, ils pourraient lui tirer dessus et partir par cette même porte. Troisième solution, il y avait aussi la possibilité de garer leur véhicule à coté de celle de Salvatore Gravano sur le parking du centre commercial et de la faire exploser une fois que celui-ci se trouverait dedans. San "Fat Sal" Mangiavillano avait l'expérience nécessaire pour fabriquer ce genre de bombe, il ne restait plus qu'a trouver le matériel nécéssaire à sa fabrication. Le duo fit plusieurs voyages entre Los Angeles, la Floride et New-York pour acheter les outils à l’exécution du contrat. Le plan fut mis en attente pendant un moment, la mère de Louie Vallaro le Capitaine de Thomas Carbonaro venait de décéder et ce dernier retourna à New-York assister aux funérailles. Le Soldat de la famille Gambino devait se montrer, premièrement par respect pour son supérieur, mais aussi pour se faire voir auprès du FBI. En effet, les autorités auraient pu trouver étrange, le fait que ce dernier n'assiste pas aux funérailles de la mère de Louie Vallaro. Une date fut fixée et la veille du départ, Sal "Fat Sal" Mangiavillano roula dans New-York quand il entendit une dépêche à la radio. Salvatore Gravant, son fils Gérard, sa fille Karen et sa femme Débbie furent arrêtés en Arizona pour trafic de stupéfiants. Salvatore Gravano était à la tête d'un important réseau d'amphétamines et il s'était associé à un groupe néo-nazi pour la distribution. Il appela immédiatement Thomas Carbonaro et le plan fut annulé. L'histoire du contrat manqué contre Salvatore Gravanno fut revélée quelques mois plus tard. Michael «Mikey Scars" DiLeonardo un ancien Capitaine de la famille Gambino qui devint repenti, accusa Peter Gotti d'avoir lancé une opération pour tuer Salvatore Gravano. Dans son témoignage il raconta que Peter Gotti Acting Boss de la famille à cette époque, s'était plaint d'avoir dépenser des milliers de dollars pour tuer l'ancien Underboss de la famille Gambino sans rien avoir en retour. De sa prison, John Gotti fulminait encore plus, une nouvelle fois Salvatore Gravano échapper une nouvelle fois aux griffes de la famille Gambino. Mais les détails de cette opération furent racontés par Sal "Fat Sal" Mangiavillano. Ce dernier avait été arrêté quelques mois plus tard et condamné  sept années pour plusieurs cambriolages. Sal Mangiavillano accepta sa peine sans broncher, mais peu de temps après sa condamnation, ce dernier fut de nouveau accusé de plusieurs charges fédérales, il pouvait alors terminer sa vie derrière les barreaux. De plus, le changement d'attitude de ses anciens collègues mafieux poussa Sal Mangiavillano à collaborer avec la justice. Plus personne ne prenait contact avec lui et certains membres de la famille Gambino le considéraient maintenant comme un pestiféré. Il se sentit humilié, il avait participé avec la famille Gambino dans plusieurs affaires, ce qui l'avait amené en prison à maintes reprises et maintenant plus personne ne le respectait. Il comprit que la vie dans la Cosa Nostra était faite d'individualisme et de coups tordus. Après avoir refusé plusieurs fois de coopérer avec FBI, il se décida à devenir un repenti plusieurs mois après son incarcération. Il demanda à son avocat de contacter le gouvernement Américain prétextant détenir des informations importantes sur la famille Gambino, sur son Acting Boss Peter Gotti, mais aussi sur le complot d'assassinat contre Salvatore Gravano. Après plusieurs réunions, le FBI décida d'inculper Peter Gotti, Thomas Carbonaro mais aussi plusieurs membres de la famille Gambino pour complot d'assassinat et de rackets. Le marché avec le gouvernement stipulait que Sal Mangiavillano ne serait pas poursuivi pour avoir essayer de tuer Salvatore Gravano, mais qu'il continuerait à purger sa peine pour cambriolage dans une prison fédérale sous la protection du gouvernement Américain. Incarcéré, Thomas Carbonaro fut effrayé d'apprendre que Sal Mangiavillano allait témoigner contre lui et par le biais de son avocat, essaya de convaincre son ancien Associé de revenir sur ses déclarations, sans succès. Grâce à son témoignage Peter Gotti et Thomas Carbonaro furent condamnés respectivement à vingt huit ans et soixante et un an de prison. Salvatore Gravano fut condamné en 2003 à une peine de dix neuf années de prison, qu'il purge actuellement dans la prison fédérale Supermax dans le Colorado.  Son fils Gérard fut  condamné à une peine de neuf années de prison. Quant-à sa femme Debra et sa fille Karen, elles reçurent plusieurs années de prisons avec sursis.

Lire la suite

LA COSA NOSTRA FRAPPÉE PAR L'OPÉRATION « EAST COAST »

5 Août 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Philadelphie, #Genovese, #Bonanno, #Lucchese, #Gambino

LA COSA NOSTRA FRAPPÉE PAR L'OPÉRATION « EAST COAST »

L’opération « East Coast » a été lancée hier par le FBI et a permis d’arrêter une quarantaine de membres et Associés venant de quatre familles de la Cosa Nostra, dont le Parrain actuel de la famille de Philadelphie, Joseph « Skinny » Merlino (voir photo). Depuis plusieurs semaines, il ne faisait plus aucun doute, que Joseph Merlino avait bien repris les activités criminelles d’une famille en pleine expansion depuis l’État de Floride, ou ce dernier réside avec sa famille dans une luxueuse villa. Ses nombreux allers-retours ces derniers mois entre Philadelphie, le New-Jersey et la Floride ont amplifié les surveillances d’un mafieux, qui se disait complètement retiré de la Cosa Nostra : « Trop de rats » disait-il encore lors d’une interview en 2013, Les membres des différentes familles sont inculpés de racket, d’extorsion, de fraude à l’assurance maladie et de trafic d’armes. Le FBI ne s’est pas limité cette fois-ci à une ville en particulier et a longé toute la côte Est, pour cibler les différentes familles de la Cosa Nostra qui ont ces derniers temps profité d’un certain relâchement des agences fédérales, concentrées sur la menace terroriste, pour pouvoir regarnir leur rang. Il est étonnant de constater que malgré l’arrestation de Joseph Merlino, aucun autre membre de la famille de Philadelphie ne fut inculpé, signe que le FBI avait monté depuis quelques temps et grâce à l’aide de plusieurs informateurs et d’enregistrements, un dossier RICO contre l’actuel Parrain. Joseph Merlino côtoyait depuis plusieurs semaines et façon assez régulière sa garde rapprochée, pour pouvoir gérer les affaires de sa famille. Or d’après le FBI, sans le savoir, ce dernier se faisait enregistrer secrètement par un individu qu’il pensait être de confiance : « Non seulement vous allez entendre ces gars, mais vous allez aussi pouvoir leur parler » aurait t’il déclarer à des mafieux de Philadelphie. Les enquêteurs se sont toujours posés la question de savoir comment Joseph Merlino, qui se disait complètement retiré selon lui de la Cosa Nostra, pouvait vivre dans une villa luxueuse à Boca Raton en Floride, en ne vivant que sur les profits d’un restaurant désormais fermé pur faute d’activité. Mais sa condamnation en Janvier 2015 pour une violation de libération conditionnelle avait complètement discrédité les propos de Joseph Merlino. A New-York, le FBI s’est concentré plus particulièrement sur les familles Genovese, Gambino, Lucchese et Bonanno. Le Capitaine de la famille Genovese Pasquale « Patsy » Parello âgé de soixante douze ans, bien connu des autorités pour avoir déjà purgé près de sept années de prison pour détournement de fond, a été inculpé d’avoir ordonné à ses hommes de main, de tabasser un mendiant qui selon lui, harcelait les passants devant son restaurant du Bronx dénommé le Pasquale’s Rigoletto Restaurant. De plus, Pasquale Parello était aidé dans ses activités par un autre Capitaine, dénommé Eugene « Rooster » O’Nofrio, qui était en charge d’une équipe basée à Mulberry Street dans le célèbre quartier de Little Italy à Manhattan, lui aussi sera arrêté. Anthony « Anthony Boy » Zinzi, l'un des accusés, et un membre de l’équipage de Pasquale Parello, gérait un club de jeux dans Yonkers, ou toutes sortes de paris sportifs y étaient proposés, allant jusqu’au jeux de dés, l'argent remontait chaque semaines dans les poches du Capitaine de la famille Genovese. Mais les membres affiliés à la Cosa Nostra restent des personnes violentes, et quand un rival commençait à prendre de l’ampleur à côté de leur club social, les membres de la famille Genovese n’hésitaient pas à mettre le feu à leur voiture. L’enquête au finale aura duré plusieurs années, les membres de la Cosa Nostra qui pour échapper à la détection du FBI, organisaient des réunions dans des restaurants ou sur des aires de repos, en utilisant un langage codé. En Juillet 2016, une opération lancée contre quatre familles de la Cosa Nostra à New-York, avait démontré que celles-ci travaillaient en étroite collaboration. Ces récentes arrestations confirment une nouvelle la bonne entente entre les familles New-Yorkaise. En effet, Pasquale Parello aurait demandé à plusieurs de ses Associés de crever les pneus d’un individu devant de l’argent non pas à la famille Genovese, mais à la famille Lucchese.

Lire la suite

UN MEMBRE DE LA FAMLLE GAMBINO OPÉRANT DEPUIS LA CALIFORNIE PLAIDE COUPABLE

28 Juillet 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Gambino

UN MEMBRE DE LA FAMLLE GAMBINO OPÉRANT DEPUIS LA CALIFORNIE PLAIDE COUPABLE

Producteur de films, déjà oscarisé, vétéran de la guerre du Vietnam et détenteur de la Purple Heart, médaille militaire Américaine, Joseph Isgro (voir photo) a tout pour plaire, sauf que d’après le FBI, ce dernier serait un membre intronisé de la famille Gambino de New-York. Joseph Isgro a toujours nié avec insistance d'appartenir à la Cosa Nostra, même si ce dernier accumule depuis de nombreuses années les problèmes avec la justice Américaine. Habitant en Californie loin de New-York, il est suspecté par le FBI, d’avoir établi sous l'ordre de la famille Gambino un point d’encrage sur la côte Ouest, depuis que la famille de Los Angeles, qui opérait dans ce secteur est désormais pratiquement éteinte depuis la décès de son Parrain per Milano. En 1992, les procureurs fédéraux l’accusèrent de de racket, de blanchiment d’argent et d’entrave à la justice, des accusations qui seront finalement par la suite rejetées, après que la défense eut découvert, que le procureur fédéral avait caché des informations pouvant mettre en doute le témoignage du témoin principal dans cette affaire. Au début des années 2000 et avec l’aide d’Associés de la famille Gambino, il se fit très actif dans le prêt usuraire, prêtant de l’argent à des individus en manque d’argent à des forts taux d’intérêts. Et pour les mauvais payeurs, Joseph Isgro n’hésitait pas à utiliser son statut au sein de la famille Gambino pour arrive à ses fins, en utilisant les menaces verbales ou physiques. Se pensant surement intouchable, Joseph Isgro décida de plaider non coupable et voulut une nouvelle fois prouver de son innocence devant un tribunal. mais cette fois-ci, cela fut différent. Pour ce délit, Joseph Isgro purgera un peu plus de quatre années de prison, une peine qu’il acceptera pour autant sans sourciller. Un Associé de la famille Gambino, Anthony Saitta, qui servait un peu de « gros bras » pour Joseph Isgro sera condamné à la même peine. Depuis sa sortie de prison, Joseph Isgro a continué à jouer les producteurs pour certains films et même pour la musique. Quand on lui parle de ses relations supposées avec la famille Gambino, Joseph Isgro parle sans complexe, à la manière d’un John Gotti qui ironisait devant les journalistes, quand on lui demandait s’il était le Parrain de la famille Gambino : « Oui je suis un Soldat, un ancien Soldat de l’armée Américaine, qui participé à la guerre du Vietnam et qui fut même décoré », répondit-il sourire sérieusement En 2014, Joseph isgro fut arrêté et libéré de prison après avoir payé une caution s'élevant à près de 250 000 dollars, pour avoir participé selon le LAPD, à une affaire de jeux illégaux et de blanchiment d’argent. Refusant une nouvelle fois de plaider coupable lors de son arrestation, Joseph Isgro changea finalement d’avis deux années plus tard, quand les procureurs lui transmirent une offre qu’il ne pouvait pas refuser. Cet accord de plaidoyer stipule, que Joseph Isgro paiera une amende de mille dollars pour pour les charges retenues contre lui, et ne recevra qu’une peine de prison avec sursis. L’acte d’accusation dévoilait par les procureurs de Los Angeles, démontrait une nouvelle fois les relations très étroites avec la famille Gambino, surtout avec le Capitaine de la famille, désormais décédé, Joseph Giordano. Les deux mafieux auraient, selon la justice Américaine, géré des sites de paris sportifs, domiciliés depuis le Costa Rica, l’argent gagné était automatiquement blanchi, près de cinq millions de dollars en seulement quelques années selon les procureurs.

Lire la suite

PETIT TRAFIC DE DROGUE ENTRE FAMILLES

23 Juillet 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo, #Genovese, #Gambino, #Bonanno

PETIT TRAFIC DE DROGUE ENTRE FAMILLES

Le FBI en collaboration avec les procureurs de New-York, a lancé cette semaine une opération de grande envergure contre quatre familles de la Cosa Nostra, les Gambino, les Bonanno, les Colombo et les Genovese. Les individus arrêtés, sont accusés par la justice Américaine, de trafic de marijuana, de pilules d’oxycodone, un analgésique équivalent à la morphine, de fraude fiscal et l’exploitation de jeux illégaux, un grand classique, qui rapporte toujours autant d’argent aux membres de la Cosa Nostra. Ces inculpations démontrent que les familles de la Cosa Nostra se sont entendus ensemble, pour gagner d’énorme profit grâce au trafic de drogue, un délit qui est normalement interdit dans cette organisation criminelle. Entre Février 2014 et Novembre 2015, deux Associés de la famille Bonanno, John Kelly et Richard Sinde, qui purge actuellement une peine de six années de prison pour trafic de pilules de viagra, sont accusés par les procureurs fédéraux d’avoir cultivé illégalement et revendu dans plusieurs États des Etats-Unis, des kilos de marijuana, rapportant près de seize millions de dollars aux familles de la Cosa Nostra. Il est intéressant de noter que suite à l’incarcération de Richard Sinde en Juin 2015, les quatre familles New-Yorkaise se mirent rapidement d’accord, pour le remplacer par Lawrence Dentico Jr, petit-fils de l’ancien Consigliere de la famille Genovese, Lawrence Dentico. Ce dernier qui habite l’État de la Californie, a su rapidement palier l’absence de Richard Sinde, qui était considéré comme l’investigateur en chef de ce trafic. Lawrence Dentico Jr travaillait en collaboration avec deux Associés de la Cosa Nostra, qui eux aussi, cultivaient de la marijuana dans des anciennes fermes. La drogue était ensuite acheminée vers New-York par colis postaux ou en utilisant des camions de livraisons de la marque FedEx. De Manhattan, Stephen Gallo qui est identifié par le FBI comme un Associé de la famille Colombo, s’occupait de réceptionner les « colis » et de la distribution dans les rues de New-York. Stephen Gallo fut aussi accusé d’avoir vendu sans le savoir de la marijuana à deux agents de police de la NYPDC opérant sous couverture. L’un des accusés Frank Parisi, propriétaire du célèbre épicerie Italienne dénommé Parisi Baker, situé située en plein Little Italy, fut arrêté en possession de près de neuf kilos de marijuana. Les procureurs soupçonnent fortement Frank Parisi d’avoir revendu une quantité non négligeable de cette drogue. Toujours pendant la même période, Stephen Gallo, Frank Parisi et deux autres Associés de la Cosa Nostra dénommés Carl Murano et Frank Galesi, sont accusés d’avoir comploté pour tirer profit d’un site de paris illégaux, un délit qui aurait rapporté près d’un million de dollars en seulement un an. Dans l’acte d’accusation, un membre notoire de la Cosa Nostra fut lui aussi inculpé, il s’agit du Soldat de la famille Gambino, Michael « Mickey Boy » Paradiso. Ancien Capitaine dans cette organisation criminelle, ce dernier avait été rétrogradé au plus bas de l’échelle, après avoir été condamné à dix neuf années de prison en 1987 pour trafic de drogue. Libéré en 2011 d’un pénitencier fédéral, Michael Paradiso avait repris très rapidement ses activités au sein de la famille Gambino. Ce dernier aurait selon la justice Américaine comploté avec les différentes familles de la Cosa Nostra dans la mise en place de ce trafic de drogue. Ironiquement et malgré son statut au sein du crime organisé, Michael Paradiso, qui n’a toujours pas comparu devant un juge fédéral, est l’un des accusés ayant le moins de charge retenue contre lui.

Lire la suite

IL NE FAUT JAMAIS TRAHIR UN MEMBRE DE LA FAMILLE GOTTI

28 Mai 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Gambino

IL NE FAUT JAMAIS TRAHIR UN MEMBRE DE LA FAMILLE GOTTI

John Alite est un ancien Associé de la famille Gambino. Un tueur à gages, un trafiquant de drogue, un racketteur, qui faisait office par la même occasion de meilleur ami de John Gotti Jr, mais ça c’était avant. Arrêté en 2008 en Floride et accusé de plusieurs meurtres, John Alite, essaya de sauver sa vie, en coopérant avec les autorités fédérales. L’offre était simple, donner des informations sur la famille Gambino et essayer de mettre pour de bon son ancien ami, John Gotti Jr, derrière les barreaux pour les restant de ses jours. John Gotti Jr avait toujours prétendu avoir quitté le monde de la Cosa Nostra après sa sortie de prison en 2005, mais pour la justice Américaine, c’était une certitude, John Gotti Jr, gardait toujours un œil bienveillant sur les activités criminelles de la famille Gambino. Alors que John Alite était accusé de plusieurs meurtres, John Gotti Jr avait été lui aussi arrêté pour racket et complot d’assassinat et son ancien ami allait devenir l’un témoins clé du procès. Ce procès fut extrêmement tendu. John Alite témoigna que John Gotti Jr avait personnellement assassiné près de huit personnes, alors que John Gotti Jr menaça en plein procès son ancien bras droit : « Je vais te tuer ». Au final, le Capitaine Charles Carneglia, un tueur à gagés réputé de la famille Gambino sera condamné à la prison à vie, mais pour John Gotti Jr cela était différent. En effet, le jury était dans une impasse, impossible de se mettre d’accord sur un verdict, pour ces derniers, le témoignage de John Alite n’avait pas été jugé « crédible » et John Gotti Jr sera acquitté, puis libéré d’une prison fédérale en Décembre 2009. John Alité sera condamné par la suite à dix années de prison, une peine qui fut considérablement réduite en raison de collaboration. Aujourd’hui, l’ancien Associé de la famille Gambino a changé de vie, est devenu une « vedette » du petit écran, apportant son témoignage dans différents documentaires liés à la Cosa Nostra. Quant-à John Gotti Jr, sa vie dans le crime organisé et d’après lui, de l'histoire ancienne et il se consacre désormais à d’autres projets, comme la production d’un film sur la vie de son père avec comme vedette John Travolta. Les deux hommes désormais libres, ne se sont jamais rencontrés, pourtant John Alite, sillonne très souvent les rues de New-York pour la télévision, allant même dans les différents quartiers qu’il fréquentait quand il était un Associé de la famille Gambino, une situation par moment très dangereuse pour sa sécurité. John Gotti Jr s’était vanté dans le New-York Post être un « homme de paix », mais quand son ancien ami lui tendit la main pour reprendre contact, hors de question : « C’est l’un des êtres humains les plus horribles que j’ai pu voir. C’est un individu gravement malade, il utilise mon nom de famille pour se faire de la publicité ». Pourtant John Alite n’en démord pas : « Je voudrais seulement qu’on se rencontre, qu’on se serre la main, et qu’on en finisse pour de bon avec cette histoire » déclara t’il. « Il veut faire un film sur lui même » déclara de nouveau John Gotti Jr, « Si je n’avais pas été là en 1991, il aurait été chassé de son quartier. Qu’il commence déjà à se pardonner avec tous ses mensonges. Je risquai la prison à vie et j’ai réussi à combattre plusieurs procès, je pense même que c’est un record du monde ».

Lire la suite