Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

UN IMPORTANT ASSOCIÉ DE LA FAMILLE COLOMBO VA BIENTÔT SORTIR DE PRISON

26 Septembre 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo

Francis Guerra et Anthony Russo
Francis Guerra et Anthony Russo

A une époque pas si lointaine, refuser son intronisation dans la Cosa Nostra entrainait automatiquement une condamnation à mort, mais de nos jours les mentalités ont bien changé. Pourtant, pour la plupart des petits malfrats d’origine Italienne, trainant dans les clubs sociaux des familles mafieuses pour y faire du buisiness, être un Affranchi, est le rêve de toute une vie. La consécration d'une carrière criminelle bien remplie. Être un Affranchi c'est la possibilité d'avoir des responsabilités et des privilèges qu'un simple Associé ne pourra jamais avoir. Il est respecté, craint et devient intouchable pour les autres criminelles. Pourtant de nos jours, certains Associés refusent obstinément de se faire introniser dans la Cosa Nostra, trop de contrainte, la peur d’être surveillé de trop près par les fédéraux. Francis « BF » Guerra est l’un d’entre eux. Dans la famille Colombo, Francis Guerra est considéré comme une « pointure », un individu qui a fait ses preuves, qui sait ramener de l’argent et surtout qui sait « fermer sa bouche ». Pourtant, quand la famille Colombo lui proposa de devenir un membre à part entière de cette organisation criminelle, celui-ci refusa poliment et les Colombo n’en tiendra pas rigueur. Pour un ancien agent du FBI désormais à la retraite : « Tout le monde connaissait son parcours criminel et ce qu'il avait pu faire par le passé. Il n'avait pas besoin d'un titre pour augmenter sa réputation dans le milieu » et même après ce refus, Francis Guerra continua à faire du buisiness avec la famille Colombo comme si de rien n’était. En 2008, il fut inculpé par la justice Américaine de plusieurs meurtres et de trafic d'oxycodone, un important anti-douleur. Après un procès qui aura duré de nombreuses semaines, ou des anciens membres de la famille Colombo étaient venus témoigner contre lui, le jury avait finalement décidé de l'acquitter de deux meurtres qu'il aurait effectué pour le compte de la famille Colombo au début des années 1990, mais coupable de trafic de drogue. Le verdict sera implacable, quatorze années dans un pénitencier fédéral, un jugement sévère qui s’explique en raison par la notoriété de Francis Guerra, qui arrivera tout de même à faire réduire sa peine d’un an et demi, deux années plus tard. Incarcéré au pénitencier fédéral d’Allenwood dans l’État de la Pennsylvanie, Francis Guerra ne fit pas parler de lui, purgera sa peine sans broncher, mais à quelques mois de sa sortie de prison, les avocats de Francis Guerra ont fait une demande de libération anticipée pour raison médicale. Pour ces derniers, Francis Guerra souffre toujours de son dos et de migraines dues à une grave lésion de la moelle épinière relative à un accident de moto en 1985. La date de sortie de Francis Guerra est prévue pour le 12 Mai prochain et l’Associé de la famille Colombo est éligible à un transfert vers une maison de transition début 2021, mais ce dernier demanda à terminer le reste de sa peine chez lui. Pour les procureurs, il n’est pas possible qu’une personne aussi « dangereuse » que Francis Guerra, ayant une influence aussi importante dans la famille Colombo, malgré son statut de simple Associé, puisse sortir de prison avant la fin de sa peine. Pour les avocats de la défense, il est inconcevable de prendre en compte la requête de leur client, libérable dans quelques mois et ayant une offre d’emploi approuvée par le BOP, car garder Francis Guerra quatre mois de plus derrière les barreaux changera t’il réellement ses conditions de réhabilitation ?.

Lire la suite

LES SURNOMS DANS LA COSA NOTRA - PARTIE 3

16 Septembre 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Divers

Joseph Pistone l'ancien agent du FBI qui avait infiltré la famille Bonanno déclara « Vous pouvez dire ce que vous voulez sur les membres de la Cosa Nostra, mais ils ont toujours obtenu les meilleurs surnoms ». Joseph Pistonne raconta qu'une fois qu'un membre la mafia avait un surnom, il le gardait toute sa vie : « Tout le monde à un surnom. C'est peut-être quelque chose que vous obtenez pendant votre adolescence ou plus tard. Une fois que vous avez un surnom, vous pouvez plus vous en débarrasser. Vous pouvez côtoyer un gars pendant plus dix ans sans connaitre son nom de famille, mais seulement en l'appelant toujours par son surnom ». Quand l’ancien Underboss de la famille Bonanno, Salvatore « Good Looking Sal » Vitale, qui a reçu son surnom ironiquement car il n’était pas très beau, commença à témoigner avec le gouvernement fédéral, les procureurs étaient euphoriques et pourtant. Pourtant voir un Underboss de la Cosa Nostra décidait de collaborer, cela n’arrive pas tous les jours, mais les procureurs ont très vite compris que Salvatore Vitale ne connaissait pratiquement aucun nom et parlait des mafieux que par leur surnom, un problème de taille qui pourrait être embarrassant devant un jury populaire. A un moment donné, Salvatore Vitale parle d’une réunion entre les Bonanno et Colombo, en indiquant que c’est ce jour là, qu’il avait appris que « Wild Bill » avait disparu, sous entendait William Cutolo, ancien Underboss de la famille Colombo en 1999 et que Joel Wawerly, sous entendait encore, Joel Cacace venait d’être nommé Consigliere. Le témoignage de Salvatore Vitae, bien que très intéressant pour les procureurs, posait un réel problème pour le gouvernement fédéral, mais dans le monde souterrain de la Cosa Nostra, ne pas savoir le nom exact d’un individu est aussi une stratégie à part entière, pour ne pas donner trop d’informations aux autorités en cas d’arrestation :

Joseph « Junior Lollipops » Carna : L’ancien Capitaine de la famille Colombo a obtenu son surnom grâce à son père, qui détenait un restaurant à Brooklyn surnommé le « Lolly’s ». Joseph Carna a longtemps été soupçonné d’être l’un des auteurs de deux assassinats en 1982, dans un quartier résidentiel de Brooklyn, renommé par la suite, par la police, comme le « Deep Throat Killings ». A cette époque, Joseph Peraino Sr, impliquait dans le célèbre film pornographique « Deep Throat » était dans la ligne de mire des Colombo, qui le soupçonnait de garder une partie des bénéfices engendrait par ce film, qui sera un véritable carton. Ce dernier sera assassiné devant une maison, mais les impacts de balle toucheront involontairement une femme qui était en train de ranger son linge. En 2013, Joseph Carna sera condamné à six mois de prison pour blanchiment d’argent, il décédera trois mois plus tard de cause naturelle, il avait soixante et onze ans

Dominick « Baldy Dom » Canterino : L’Ancien Capitaine de la famille Genovese a obtenu son surnom car il perdait ses cheveux. Dominick Canterino, qui était un proche de Vincent Gigante, dirigeait une équipe de Soldat à Greenwich Village. Dans différents enregistrements dévoilés par le FBI, Dominick Canterino s’étaient plaint de sa difficulté de devoir gérer sa maitresse et sa femme pendant les vacances. Inculpé dans l’affaire dit des « Windows Case », il fera une crise cardiaque avant le procès et décèdera peu de temps après.

Anthony « Gaspipe » Casso : Ancien Underboss de la famille Lucchese, Anthony Casso a reçu son surnom en référence à son père, Michael qui se faisait appeler « Leadpipe » car il transportait des tuyaux de plomb et qu’il raccordait des connexions au gaz illégalement. Anthony Casso n’a jamais aimé ce surnom et seulement certains membres proches pouvaient l’appeler par un diminutif « Gas ». Anthony Casso, qui devient Underboss de la famille Lucchese au courant des années 1990, restera comme un individu paranoïaque, manipulateur, un tueur, soupçonné dans plusieurs dizaines de meurtre. Après avoir été arrêté et inculpé de plusieurs charges fédérales tenant de la loi Rico, Anthony Casso décidera de collaborer avec les autorités, mais ce dernier profitera de la protection du gouvernement pour enfreindre plusieurs fois les règles en prison. Exclu de programme de protection, il sera condamné par la suite à une peine de prison à perpétuité incompressible, qu’il purge actuellement dans le pénitencier fédéral de Tucson dans l’État de l’Arizona.

Philip « Rusty » Rastelli : Il a été le Parrain de la famille Bonanno jusqu'à sa mort en 1991, mais en réalité, Philip Rastelli n’a pas tellement profité de son pouvoir dans les rues de New-York. Moins de quatre ans en près de dix huit ans de règne, d’ou son surnom « Rusty », dit la rouille, car il a passé pratiquement la moitié de sa vie derrière les barreaux. Mais même derrière les barreaux, Philip Rastelli était craint et respecté. En 1962, sa femme a été abattue par des individus. Assassiner la femme d’un membre de la Cosa Nostra équivaut automatiquement à une condamnation à mort, mais quand ce contrat provient du mari lui-même, la fin est souvent différente. Connie Rastelli était une dur à cuire, elle aurait surement été intronisé dans la Cosa Nostra si elle n’avait pas été une femme. Cette dernière était loin d’être blanc comme neige dans les activités criminelles de son mari, aurait tenu les livres de compte de la famille et aurait même servit de chauffeur pendant des braquages. Mais malgré l’aide de tous les jours apportés par sa femme, Philip Rastelli avait comme pratiquement tous mafieux, une maitresse, une chose que Connie n’accepta pas. Un soir, dans une rue de Brooklyn, elle déchargea une arme à feux près de son mari et le frappa plusieurs fois au visage, le menaçant d’aller tout raconter au FBI, ce qu’elle fera par la suite entrainant sa mort quelques années plus tard. Philip Rastelli a fini par sortir de prison, nous étions en 1984 et l’affaire Donnie Brasco touchait à sa fin. Quand Joseph Pistonne se retira de la famille Bonanno, une vague d’arrestations s’en suivit et Philip Rastelli sera de nouveau arrêté et condamné de racket. Il sera de nouveau libéré de prison en Juin 1991, quelques jours avant son décès à l’âge de soixante treize ans.

Jack « The Kid » Giacalone :Il dirige actuellement l’une des familles les plus cloisonnée de la Cosa Nostra, la famille de Détroit. Fils de Vito Giacalone et neveu d’Anthony Giacalone, des personnalités influentes de la famille de Détroit, soupçonnés dans la disparition de James Hoffa, c’est tout naturellement que Jack Giacalone se fit une place dans la Cosa Nostra. Pour les autorités fédérales, Jack Giacalone est invisible, gère ses affaires dans l’ombre, sous le radar du FBI, avec une seule condamnation à deux années de prison à la fin des années 1980. A sa sortie, il continua à gravir un à un les echelons de la famille de Détroit jusqu'à devenir le Parrain officiel suite au décès de Giacomo Tocco en 2014. Son surnom ? celui-ci a été donné par son oncle, Anthony Giacalone, qu’il le surnommait « The Kid » en référence à la passion de Jack Giacalone, quand il passait, plus jeune, ses journées devant les films retraçant le célèbre personnage de Billy the Kid.

Lire la suite

LES SURNOMS DANS LA COSA NOTRA - PARTIE 2

13 Septembre 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Divers

Joseph Pistone l'ancien agent du FBI qui avait infiltré la famille Bonanno déclara « Vous pouvez dire ce que vous voulez sur les membres de la Cosa Nostra, mais ils ont toujours obtenu les meilleurs surnoms ». Joseph Pistonne raconta qu'une fois qu'un membre la mafia avait un surnom, il le gardait toute sa vie : « Tout le monde à un surnom. C'est peut-être quelque chose que vous obtenez pendant votre adolescence ou plus tard. Une fois que vous avez un surnom, vous pouvez plus vous en débarrasser. Vous pouvez côtoyer un gars pendant plus dix ans sans connaitre son nom de famille, mais seulement en l'appelant toujours par son surnom ». Les surnoms peuvent aussi poser un problème de taille quand une famille de la Cosa Nostra veut s’agrandir. En 1984, la famille Genovese était prête à introniser de nouveaux membres mais devant le Capitaine Matthew « Matty The Horse » Ianniello et l’Acting Boss Anthony « Fat Tony » Salerno, une liste avec des noms et même des prénoms laissant Anthony Salerno dans l’embarras : « J’en connais aucun d’entre eux, ils auraient du mettre les surnoms à la place » :

Frank « Cadillac Frank » Salemme : On aurait pu croire que l’ancien Parrain de la famille Patriarca avait obtenu ce surnom en raison de sa passion pour les voitures portant le même nom, mais la raison est tout autre. L’ancien homme fort de cette famille mafieuse au début des années 1990, basée dans les états du Massachusetts et du Rhode-Island, avait obtenu son surnom après avoir travaillé dans un atelier de carrosserie spécialisé dans la réparation des Cadillacs. Après un parcours tumultueux dans la Cosa Nostra, Francis Salemme décidera de coopérer avec la justice à la fin des années 1990, mais la justice le rattrapera de nouveau en l’inculpant du meurtre d’un ancien Associé de la famille Patriarca, Steven DiSarro. Condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle en 2018, Francis Salemme qui n’est plus dans le programme de protection des témoins, purge actuellement sa peine dans une unité médicale fédérale à Springfield dans l’État du Missouri.

Matthew « Matty The Horse » Ianniello : Né en 1920 dans le Little Italy de Manhattan, Matthew Ianniello a reçu son surnom bien avant son intégration dans les rangs de la famille Genovese. Très bon joueur de baseball dans sa jeunesse, il reçu pendant un match une balle dans le visage provoquant une bagarre générale. Sans réfléchir une seule seconde et pour défendre son équipe, Matthew Ianniello fonça tête baissée sur le lanceur, beaucoup plus grand et plus fort que lui, laissant bouche bée les visiteurs présents dans les tribunes. L’un d’entre eux déclara alors : « Ce garçon est aussi fort qu’un cheval ». Intronisé dans la famille Genovese dans les années 1960, Matthew Ianniello fut élevé rapidement au rang de Capitaine dix années plus tard. Contrôlant plusieurs dizaines de restaurants et des clubs de striptease dans les quartiers de Times Square et Manhattan, il était l’une des pièces maitresses de la famille Genovese. Promu au poste d’Acting Boss à la fin des années 1990, il se retirera petit à petit des affaires après sa sortie de prison en 2009, avant de décéder en 2012, à l’âge quatre vingt douze ans.

John « Jackie The Nose » D’Amico : L’ancien Acting Boss de la famille Gambino avait obtenu son surnom après s’être fait une rhinoplastie afin de réduire l’épaisseur de son nez qu’il jugeait trop gros. John D'Amico a toujours été un proche du clan Gotti, dont John Gotti, qui considéré John D'Amico comme un excellent bookmaker. Inculpé dans l’Opération Old Bridge avec d’autres membres de la famille Gambino, il sera condamné à deux années pour extorsion et libéré depuis 2010.

Michael « Mikey Scars » DiLeonardo : L’ancien Capitaine de la famille Gambino avait obtenu son surnom après s’être bagarré avec des jeunes de son quartier, le recouvrant de cicatrices au visage. Né en 1955 à Bensonhurst, un quartier à forte densité Italienne et à l’époque gangrénée par les familles de la Cosa Nostra, Michael DiLeonardo s’affilia très vite avec les Gambino et le Capitaine Paul « Paulie Zac » Zaccaria qui le prendra sous son aile. Après l'assassinat de Paul Castellanno en 1985, John Gotti devint le nouveau Parran et intronisa Michael DiLeonardo et John Gotti Jr dans la Cosa Nostra, une cérémonie dirigée à l’époque par Salvatore Gravano. Mais au début des années 2000 et l’arrivée de Peter Gotti à la tête de la famille Gambino, Michael DiLeonardo sera rétrogradé et finalement inculpé par la suite de meurtre, racket et d’extorsion. Ce dernier supportait mal la détention et après une tentative de suicide, il décidera de coopérer avec le gouvernement fédéral. Son témoignage sera implacable et fera condamné de nombreux membres de la Cosa Nostra. A ce jour, Michael DiLeonardo est toujours dans le programme de protection des témoins et intervient de temps en temps dans des médias Américains.

Patrick « Patty From The Bronx » DeFilippo : L’ancien Capitaine de la famille Bonanno obtint son surnom car il gérait tout simplement ses activités depuis le Bronx, mais Patrick DeFilippo avait un autre surnom peu connu et moins flatteur : Patty The Pig qui avait été donné en raison de son poids, près de 135 kilos. Après la défection de nombreux membres dans la famille Bonanno au début des années 2000, Patrick DeFilippo sera très vite arrêté et inculpé de meurtre et racket. Acquitté de meurtre, il sera finalement condamné à trente cinq années de prison pour racket, il décédera en prison en 2013.

 

Salvatore « Salie » « The Crowned Prince of The Philadelphie Mob » Testa : Fils de Philip Testa, qui dirigea la famille de Philadelphie de 1980 à 1981, avant d’être assassiné par une explosion à la bombe par la faction Scarfo, Salvatore Testa avait obtenu son surnom après avoir été considéré comme une étoile montante dans le milieu. Mais ce surnom agaça fortement son Parrain et nouveau patron de la famille de Philadelphie Nicodemo « Little Nicky » Scarfo, un individu psychotique, qui le fera assassiner en 1984 à l’âge de vingt huit ans

 

Gregory « The Grim Reaper » Scarpa : Quand on parle d’individu psychotique, on peut aussi penser à Gregory Scarpa, un ancien Capitaine de la famille Colombo et son surnom ne laisse rien au hasard. Gregory Scalpa adorait tuer et est vite devenu l’un des tueurs à gage les plus prolifique de la famille Colombo. Gregory Scarpa était aussi un informateur secret du FBI et recevra un traitement particulier de la part du gouvernement fédéral, qui le laissera commettre des crimes en échange d’informations. Après un traitement chirurgical, Gregory Scalpa sera atteint du VIH après avoir reçu une transfusion sanguine, mais cela n’arrêtera pas le Capitaine de la famille Colombo, bien au contraire. En 1992, Victor « Little Vic » Orena, qui voulait prendre le pouvoir à la place de Carmine Persico, envoya un groupe de tueurs sur Gregory Scarpa qui perdra un œil. Rapidement affaibli par la maladie, Gregory Scarpa sera condamné par la suite pour plusieurs meurtres et décèdera en prison deux années plus tard à l’âge de soixante six ans.

Lire la suite

LA FAMILLE DE NEW-ORLEANS EN 1968

5 Septembre 2020 , Rédigé par Fabien Rossat et Nash143 Publié dans #New-Orleans, #Chart

 

Dans le milieu des années 60, Joseph Colombo rapporte à son capo Gregory Scarpa (il ne le sait pas, mais Scarpa est un informateur) que la Famille de la Nouvelle Orléans n'a que 5 membres. Si je doute fortement que la Famille de Marcello ne possède que 5 membres (imaginez, ça fait moins qu'une Famille plus faible comme Madison ou San Jose), je pense que l'explication la plus vraisemblable que la Famille n'ait que 5 membres actifs et que les autres soit des membres retirés ou vieillissant.

 

C'est dans se contexte qu'en 1966 à lieu dans le restaurant de La Stella à New-York une réunion entre 4 membres de la borgata de NOLA et des boss des familles de NY (Carlo Gambino, Michele Miranda, Thomas Eboli & Joe Colombo) + le boss de Tampa Santo Trafficante. Les membres de New-Orleans présent sont Carlos & Joe Marcello, Anthony Carollo et Frank Gagliano (ce qui fait 4 membres sur les 5).

 

C'est là qu'intervient, un autre précieux informateur, vraisemblablement Frank Bompensiero l'ancien capo de San Diego pour la Famille de Los Angeles qui vient de tourner informateur pour les fédéraux. Il va donner au féd' les membres confirmés de NOLA plus une liste de membres présumés. Les membres confirmés étant les 4 cités précédemment + Vincenzo Campo (Consigliere) et Giuseppe Gagliano désigné comme ancien Underboss ainsi que Sylvestro Carollo, déporté en Italie en 1947.

 

En se basant là dessus un camarade sur un forum, nash143, connaissant mon intérêt pour la borgata de NOLA m'a proposé de collaborer pour élaborer ce chart en se reportant sur la fameuse liste fournie par Bompensiero. Vous remarquerez qu'il n'y a pas de capo sur le chart. C'est tout simplement que malgré nos efforts nous n'avons pas trouvé de liste officielle. Même si j'ai ma petite idée sur le sujet (Tony Carollo ou Vincent Marcello sont clairement des candidats à mon humble avis), nous avons préférés ne pas extrapoler et nous baser seulement sur la liste (notre but étant d'être le plus exact possible).

 

Je remercie donc nash143 pour son excellent travail et son visuel. Je me suis pour ma part chargé de fournir les photos. Les photos de la Famille de New-Orleans étant très rare et ayant moi même une source, je remercie très chaleureusement Ronald Rawson de m'avoir fournie une bonne partie des photos qui se trouvent sur chart. J'espère que vous apprécierez le travail fourni.

 

Fabien Rossat.

 

PS : si vous aimez l'histoire de New-Orleans, n'hésitez pas rejoindre le groupe Facebook de Ronald Rawson Crescent City Mafia, Murder and Mysteries en allant sur le lien : https://www.facebook.com/groups/1660984654118561

Lire la suite