Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

ALFONSO D'ARCO ANCIEN ACTING BOSS DE LA FAMILLE LUCCHESE VIENT DE DÉCÉDER - PARTIE 2

30 Mars 2019 , Rédigé par Xav Publié dans #Lucchese

C’était une époque instable. Le duo Amuso/Casso respectivement Boss et Underboss faisaient régner la terreur dans la famille Lucchese. La moindre suspicion pouvait entrainer un contrat et personne n’était épargné. La première cible fut Michael Pappadio. Ce dernier n’était pas n’importe qui, c’était un Capitaine très puissant, gagnant près d’un million de dollars par an dans le racket des vêtements. Possédant une résidence de plus de deux millions de dollars dans le Queens, des appartements à New-York et même dans l'État de la Floride, Michael Pappadio était un peu jalousé par la direction dont Anthony Casso qui le soupçonnait de ne verser que le strict minimum sur ses business et pire encore de collaborer avec les autorités. Une première réunion houleuse avait eu lieu entre Anthony Casso et Michael Pappadino en présence de Vittorio Amuso. Refusant de céder ses affaires, le Capitaine de la famille Lucchese avait fini par claquer la porte. Sans aucune preuve formelle sur une éventuelle collaboration, Vittorio Amuso décidera de placer un contrat sur sa tête, qui sera confié à Alfonso D’Arco. Michael Pappadio fut emmené dans la boulangerie de Salvatore Avellino, un autre Capitaine de la famille Lucchese. Une fois à l’intérieur, Michael Pappadio fut frappé

Michael Pappadio
Michael Pappadio

à plusieurs reprises par Alfonso D’Arco et George Zapolla. Il aura fallu plusieurs balles avant que Michael Pappadio qui avait une carrure assez imposante, ne flanche et ne tombe à terre. Anthony Casso était rentré dans une forme de paranoïa extrême et voyait des membres collaboraient de tous les côtés. En 1989, Vittorio Amuso et Anthony Casso se fixèrent sur Anthony DiLapi. Ce dernier était un Capitaine originaire du Bronx et comme Michael Pappadio très actif dans l’industrie vestimentaire. Respecté et apportant énormément d’argent à la famille Lucchese, Anthony DiLapi faisait parti intégrante de cette organisation criminelle sous Anthony Corallo, qui l’avait aidé à prendre plusieurs rackets dans la ville de New-York. Le problème est qu’Anthony DiLapi était originaire du Bronx et le couple Casso/Amuso, se méfiaient de quiconque appartenant à cette

Anthony DiLapi
Anthony DiLapi

faction. Se sentant menacé, Anthony DiLapi déménagea sur la côte Ouest Américaine, à Los Angeles. Ce déménagement non autorisé par la direction de la famille Lucchese convainc Vittorio Amuso de lancer un contrat sur sa tête, qu’il confia alors à Alfonso D’Arco. Avec l’aide de deux détectivités corrompus du NYPD, Stephen Caracappa et Louis Eppolito, Alphonso D’Arco localisa le domicile d’Anthony DiLapi. Après des journées de surveillance et pour éviter de se faire repérer, Alfonso D’Arco demanda alors à son fils, Joseph de faire ses « os », d’exécuter un contrat pour le compte de la famille Lucchese. L’assassinat d’Anthony DiLapi fera la une des journaux Américains et la photo de ce meurtre restera dans les anales de la Cosa Nostra. Son corps sera retrouvé sur le dos, criblé de plusieurs balles dans le corps. Comme son père auparavant, Joseph D’Arco avait tué pour la famille Lucchese. La prochaine cible fut Bruno Facciolo. Ce dernier était lui aussi un Capitaine, un proche de l’équipe Vario, de Paul et de son frère Peter. Il aurait été l'un des protagonistes dans l'assassinat de Thomas DiSimone, un célèbre Associé de la famille Lucchese rendu célèbre pour son interprétation de Joe Pesci dans le film de de Martin Scorsese, Goofellas. Stephen Caracappa et Louis Eppolito  avaient certifié à Anthony Casso que Bruno Facciolo commençait à collaborer avec les autorités. Le contrat fut une nouvelle fois confié à Alfonso D’Arco, mais ce dernier qui connaissait personnellement Bruno Facciolo, le sous-traita à Louis Daidone. Le but était d’attirer Bruno Facciolo qui était devenu méfiant et très faible physiquement et lui mettre un canari mort dans sa boucher pour laisser passer un message. Bruno Facciolo fut attiré dans un garage détenu par Louis

Bruno Facciolo
Bruno Facciolo

Daidone, mais avant de rentrer à l’intérieur, Bruno Facciolo essaya de s’échapper avant de se faire rattraper de force. Ce dernier sera poignardé à plusieurs reprises avant de faire se faire tirer dessus, Bruno Facciolo était devenu la huitième personne assassinée de la famille Lucchese en même pas dix huit mois et à l’instar des individus précédente, il s’avéra par la suite que Bruno Facciolo ne collaborait pas avec les services de police. L’affaire « Windows Case » lancée par les procureurs fédéraux au début des années 1990 chamboula fortement les familles de la Cosa Nostra. Après le procès dit de la Commission en 1985, les procureurs fédéraux s’était aperçus, après des années d'enquête, que les cinq familles de New-York, utilisaient un syndicat corrompu pour l’obtention d’un contrat de près de 150 millions de dollars pour le changement des fenêtres. Le principal syndicat qui régissait certains aspects des logements de New-York était la Housing Authority, qui à cette époque était complètement infiltré par quatre des cinq familles de New-York. Ce contrôle quasi totale leur permettait de toucher en moyenne entre un et deux dollars pour chaque remplacement de fenêtre. Dans la famille Lucchese, les accusés furent Vittorio Amuso, Anthony Casso, qui décideront de devenir des fugitifs pour éviter leur

Peter Chiodo
Peter Chiodo

arrestation et Peter Chiodo. Pour passer les messages et les directives aux membres de la famille, Vittorio Amuso nommera Alfonso D’Arco comme Acting Boss, mais cette nomination ne sera que temporaire. Malgré leur statut de fugitif le couple Amuso/Casso continuait à faire régner la terreur à distance. Relâché sous caution en attendant son procès, Peter Chiodo continua ses activités au sein de la famille Lucchese, mais il n’en fallut pas plus à Vittorio Amuso et Anthony Casso pour penser que leur Capitaine allait décider de collaborer avec la justice. Le 08 Mai 1991, Peter Chiodo était en train de faire réparer sa voiture dans un garage de Staten-Island, c’était en milieu d’après midi, quand une voiture avec deux individus à l’intérieur commencèrent à tirer sur Peter Chiodo, le touchant à douze reprises, aux bras, aux jambes et au torse. Grâce à sa corpulence, Peter Chiodo s'en sorti miraculeusement. Furieux, Vittorio Amuso et Anthony Casso engagèrent une autre équipe de tueurs pour « terminer le travail », mais la surveillance policière à l’hôpital était très importante, empêchant les mafieux de la famille Lucchese d’exécuter le contrat. Alfonso D’Arco qui avait supervisé cette tentative de meurtre, fut convoqué à l’hôtel Kimberly pour une réunion d’urgence, nous étions en Septembre 1991. 

Lire la suite

ALFONSO D'ARCO ANCIEN ACTING BOSS DE LA FAMILLE LUCCHESE VIENT DE DÉCÉDER - PARTIE 1

30 Mars 2019 , Rédigé par Xav Publié dans #Lucchese

Alfonso D'Arco
Alfonso D'Arco

Alfonso « Little Al » D’Arco, ancien Acting Boss de la famille Lucchese, vient de décéder, il avait quatre vingt six ans. Alfonso D’Arco était loin d’être le gangster que l’on pouvait voir dans les films sur la mafia. Il ne buvait pratiquement pas, ne fumait pas et est rester fidèle à sa femme tout au long de sa vie. Vivant son adolescence à Brookyln, il décida de quitter à l’âge de dix neuf ans, son métier de vendeur dans un magasin de friandises pour s’enrôler dans l’armée, avec l’espoir de pouvoir combattre en Corée. Malheureusement pour Alfonso D’Arco son séjour dans l’US Army ne dura que deux ans et de retour dans les rues de Brooklyn, Alfonso D’Arco commença à côtoyer des membres de la Cosa Nostra, en particulier Jimmy Alto, un membre influent de la famille Genovese, qui lui appris les règles élémentaires du milieu. Rapidement, Alfonso D’Arco commença à gagner sa vie grâce aux détournements de camions, l’une de ses spécialités. Apprécié pour sa faculté à ramener de l’argent et pour son refus catégorique de parler aux forces de police, Alfonso commença vite à se faire un nom dans son quartier. Mais après quelques mois d’activité, Alfonso D’Arco fut arrêté une nouvelle fois et condamné à deux semaines de prison pour escroquerie. En prison, Alfonso côtoya Vittorio « Vic » Amuso, qui à cette époque n’avait aucune autorité dans le milieu, mais qui deviendra quelques années plus tard, le Parrain de la famille Lucchese. A sa sortie de prison, son mentor Jimmy Alto, décèdera d’un cancer du poumon et Alfonso D’Arco commença à reprendre les rênes d’un restaurant, dénommé the Greenhouse qu’il renommera par la suite le « At Joey’s », un endroit qui sera fréquenté par des personnalités du crime organisé, comme Thomas « Tommy » Eboli, une figure de la famille Genovese. Alfonso D’Arco essayer de montrer à tout le monde qu’il gagnait sa vie légitimement, mais en réalité son restaurant était une façade, lui permettant de gérer plusieurs activités illégales. C’est à cette époque qu’Alfonso D’Arco commença à côtoyer des membres de la famille Lucchese, dont Paul Vario, un Capitaine réputé, propriétaire lui aussi d’un diner dans Brooklyn. Mais le restaurant d’Alfonso D’Arco était sous surveillance constante de la police et rapidement il décidera de mettre la clé sous la porte. Pour essayer de gagner sa vie et pour rembourser ses dettes, Alfonso D’Arco pris alors contact avec Vittorio Amuso et Gaspipe Casso qui à cette époque, étaient très actifs dans le trafic de drogue. Les deux mafieux lui proposèrent de vendre un kilos d’héroïne pour près de cent cinquante mille dollars, mais cette vente sera finalement annulée après avoir appris que la drogue en question était remplie de caféines. Alfonso D’Arco sera intronisé dans la famille Lucchese en 1982, il avait alors cinquante ans, en même temps que Louis Daidone surnommé « Louie Bagels » un surnom qui lui avait été attribué » car il possédait une entreprise de boulangerie dénommé le « Bagels By The Bay ».  Un an après avoir été intronisé dans la Cosa Nostra, Alfonso D’Arco sera condamné à dix années de prison pour pour possession d’héroïne, dont il purgera quatre ans avant d’être libéré en conditionnelle. A sa sortie de prison, Alfonso D’Arco fut nommé Capitaine et repris ainsi l’équipe de son ancien ami, Paul Vario. A cette époque, les règles de la Cosa Nostra stipulaient qu’un Capitaine fraichement nommé, reprenait l’intégralité des buisiness de la personne qu’il remplaçait : Les biens, les rackets, les prêts, les entreprises. Mais Alfonso D’Arco céda une bonne partie de ses buisiness à la famille de Paul Vario, par respect. En général, un Capitaine gagne beaucoup plus d’argent qu’un simple Soldat et Alfonso D’Arco, avec tout l’argent accumulé depuis des années, revint à son ancienne passion, la restauration, en un nouveau restaurant, la « Donna Rosa ». Grâce à ses contacts avec des producteurs alimentaires, Alfonso D’Arco récupérait les meilleurs ingrédients et au meilleur prix pour son restaurant. Le Capitaine de la famille Lucchese travaillait avec son fils John, un chef cuisinier passionné qui aidait son père pendant les services. Comme auparavant avec At Joey’s, le restaurant d’Alfonso D’Arco ramenait une multitude de personnalités du grand écran, comme Robert De Niro ou politique, comme John Kennedy Jr. Intronisé dans la Cosa Nostra, Alfonso D’Arco n’avait jamais exécuté un contrat, mais lors de son intronisation, ce dernier avait prêté serment de servir et d’utiliser son arme pour le bien de la famille Lucchese. Nous étions en 1988 et la famille était désormais gérée par Vittorio Amuso et Alfonso D’Arco devait régler un problème pour la famille, exécuter un individu récalcitrant.

Lire la suite

QUI PEUT DEVENIR LE NOUVEAU PARRAIN DE LA FAMILLE GAMBINO ?

24 Mars 2019 , Rédigé par Xav Publié dans #Gambino

Francesco Cali
Francesco Cali

Le Parrain de la famille Gambino, Francesco « Franky Boy » Cali, a été enterré en début de semaine à Staten-Island, dans une certaine intimité. Les enterrements de membres de la Cosa Nostra sont toujours une occasion pour les services de police du NYPD et pour les agents fédéraux, de mettre à jour leur organigramme en photographiant les mafieux se présentant à la cérémonie. En début de matinée, plusieurs voitures de marques différentes, dont une Maserati Quattroporte, se sont garés devant le Scarpaci Funeral Home, la maison funéraire ou reposait Francesco Cali après son assassinat. Les membres de la famille Gambino avaient préféré se rassembler à l’intérieur du salon funéraire pour présenter leur respect à la famille de Frank Cali et évitant ainsi une exposition auprès des fédéraux. Quelques heures plus tard, Frank Cali fut transporté au cimetière de New Dorp ou il fut enterré dans un luxueux mausolée coutant de près quarante cinq milles dollars, payé intégralement selon le gérant du cimetière, par des membres de la famille Gambino. Cette dernière cérémonie ne rassembla que les membres proches de la famille de Francesco Cali, une douzaine de personnes au maximum, qui se recueillirent en toute intimité, sous les yeux au loin, des agents fédéraux. Désormais la question que tout le monde se pose est : Qui sera le nouveau Parrain de la famille Gambino ?. Sur le papier, Peter « One Eye » Gotti, a toujours le titre honorifique de Boss, mais désormais âgé de soixante dix neuf, souffrant de nombreux problèmes de santé et libérable en 2032, Peter Gotti n’a plus réellement d’influence dans les choix stratégiques de la famille Gambino. Depuis des années, Francesco Cali avait organisé la famille à sa façon. Cloisonnant ses activités, essayant de relancer les relations avec Cosa Nostra en Sicile pour le trafic de drogue et essayant de faire du business sous le radar du gouvernement fédéral. Francesco Cali fit aussi rentrer dans l’organigramme des Gambino, des membres d’origine Sicilienne, des mafieux d’expérience, qui ont su prouver pendant de nombreuses années, leur allégeance à la Cosa Nostra. Une stratégie qui s'avéra payante, car depuis l’Opération Old Bridge en 2008, ou Francesco Cali avait été condamné à un peu plus d’un an de prison, la direction de la famille Gambino ne fut pas réellement inquiétée par les agences gouvernementales. Francesco Cali et son mentor Dominick « Italian Dom » Cefalu, voulait en terminer avec l’ère Gotti. Finir avec les couvertures du Time Magazine. En terminer avec les médias qui à une époque, s’agglutinaient devant les clubs sociaux pour photographier les membres de la Cosa Nostra, Francesco Cali voulaient recentrer les activités criminelles de la famille Gambino vers les rackets historiques de la mafia. A ce jour, il est peu probable que les Siciliens qui gèrent la famille Gambino depuis l’incarcération de Peter Gotti, ne laissent une place aussi importante à un membre d’une autre faction, mais après l’assassinat de Francesco Cali, désormais tout est possible. Voici un petit tour d’horizon des candidats susceptibles d’arriver sur le trone :

 

Lorenzo Mannino
Lorenzo Mannino

Lorenzo Mannino : Capitaine d’un équipage à Brooklyn et proche de Francesco Cali, Lorenzo Mannino, qui est lui aussi d’origine Sicilienne, est connu des autorités pour être un un individu violent et un important trafiquant de drogue. Au début des années 1990, Lorenzo Mannino était un Associé dans l’équipe de John Gambino, un ancien haut dirigeant de cette organisation criminelle, qui à cette époque gérait la faction des Zips. Dans l’argot de la Cosa Nostra, les Zips sont les membres d’origines Sicilienne. Souvent à part, très actifs dans le trafic drogue, les Zips ont aussi la particularité de ne pas respecter à la lettre les règles imposées dans la Cosa Nostra. En 1994, Lorenzo Mannino sera condamné à quinze années de prison pour trafic de drogue et tentative de meurtre. A sa sortie de prison, il sera intronisé dans la famille Gambino et rapidement élevé au rang de Capitaine. Dernièrement, lors de l’opération « Project OTremens » orchestrée par le FBI et la GRC, la Gendarmerie Royale du Canada et visant plusieurs familles de la Cosa Nostra entre le Canada et les Etats-Unis, Lorenzo Mannino était considéré selon certaines écoutes, comme une personnalité de choix dans la famille Gambino pour le trafic de drogue. 

Domenico Cefalu
Domenico Cefalu

 

Domenico «  Italian Dom » Cefalu : Né en Sicile et intronisé sous John Gotti au début des années 1990, Domenico Cefalu a déjà par le passé occupé des postes à responsabilité au sein de la famille Gambino. D’Acting Boss au milieu des années 2000, il avait été considéré comme le nouveau Parrain de la famille Gambino, après l’incarcération de Peter Gotti. Au fil des années, Domenico Cefalu avait laissé sa place à Francesco Cali, préférant se retirer petit à petit des affaires en raison de problèmes de santé. Aujourd’hui, tout à changé. Domenico Cefalu, de part son expérience, est considéré comme le chef de la faction Sicilienne chez les Gambino et pourrait très bien reprendre du service pendant un moment, le temps de retrouver l’homme idéal pour reprendre les rênes.  A noter que son frère, Dominick Cefalu, occuperait actuellement un poste de Capitaine et serait lui aussi, un candidat probable à la succession de Francesco Cali.

 

Daniel Marino
Daniel Marino

Daniel Marino : C’est un peu une figure dans la famille Gambino, avec une carrière criminelle s’étalant sur plusieurs décennies. Daniel Marino a toujours rêvé d’avoir un poste à responsabilité au sein des Gambino, jusqu'à comploter avec un autre Capitaine, James « Jimmy Brown » Failla pour assassiner John Gotti au milieu des années 1980. Après sa sortie de prison au début des années 2000, Daniel Marino intègrera par la suite un panel de décision au côté de John Gambino et Bartolomeo Vernace. Mais cette prise de pouvoir fut temporaire et Daniel Marino sera de nouveau inculpé et condamné après avoir plaidé coupable de racket et d’extorsion. Libéré d’un pénitencier fédéral au en 2014, Daniel Marino aurait repris le contrôle d’une équipe de Soldats à Brooklyn.

 

Nicholas Corozzo
Nicholas Corozzo

Nicholas « Little Nick » Corozzo : Identifié comme un Capitaine, Nicholas Corozzo a toujours eu une seule obsession, prendre le contrôle de la famille Gambino. Après l’opération Old Bridge, Nicholas Corrozo fut inculpé à deux reprises pour des histoires de meurtre et de racket. Pour éviter la justice, ce dernier devint un fugitif pendant près de quatre mois avant de se rendre aux autorités, accompagné de son avocat. Plaidant coupable, il sera condamné en Février 2008 à treize années de prison, une peine qu’il purgea pendant un moment au pénitencier fédéral de Supermax dans l’État du Colorado, avant d’être transféré dans une prison de plus faible sécurité, à Allenwood dans l’État de la Pennsylvanie. Libérable en Mars 2020, Nicholas Corozzo sera certes âgé de quatre vingt ans, mais pourrait représenter un candidat probable à la succession de Francesco Cali. A noter que son frère, Joseph « Jo Jo » Corozzo, a occupé pendant des années le poste de Consigliere.

Lire la suite

LES AVOCATS D'ANTHONY COMELLO VONT-ILS PLAIDER LA FOLIE ?

22 Mars 2019 , Rédigé par Xav Publié dans #Gambino

Anthony Comello
Anthony Comello

Lors des premières heures de son interrogatoire, Anthony Comello avoua rapidement avoir assassiné le Parrain de la famille Gambino, Francesco « Franky Boy » Cali, mais dès l’arrivée de son avocat, ce dernier changea radicalement de comportement et devint de plus en plus énigmatique. D’après les rapports de police, le meurtre de Frank Cali ressemblerait plus au film Roméo et Juliette qu’au légendaire film de Martin Scorsese Goodfellas. Anthony Comello était amoureux et entretenait une liaison avec la nièce de Frank Cali. Mais pour le Parrain de la famille Gambino, cette romance ne pouvait se faire et cela pour plusieurs raisons. Frank Cali n’aimait pas tellement le mode de vie d'Anthony Comello : Il travaillait dans la construction, n’avait pas de casier judiciaire, mais pire encore, il était psychologiquement instable et accro à différentes drogues. Alors que Francesco Cali essayait depuis plusieurs années, avec l’aide des Inzerillo, de relancer le trafic de drogue entre la famille Gambino et Cosa Nostra en Sicile, Frank Cali n’acceptait pas dans sa propre famille des toxicomanes. Après avoir été interrogé par les enquêteurs, Anthony Comello fut transféré dans une prison dans le nord de l’État du New-Jersey, dans le comté d’Ocean, à l’isolement, pour sa sécurité. Pour avoir assassiné un Parrain de la Cosa Nostra, Anthony Pomelo sera marqué très certainnement au « fer rouge » et la famille Gambino attend surement l’incarcération définitive d’Anthony Comello dans une prison d’État à New-York pour essayer d’intenter à sa vie. A l’isolement et avec l’obligation de passer des examens psychiatriques, Anthony Comello aura pendant son incarcération une épée de Damoclès au dessus de sa tête. Forcément, les prisons aux Etats-Unis ne sont pas remplies de membres de la Cosa Nostra, mais ces derniers peuvent très bien sous-traiter des contrats à des gangs de rue, comme les Bloods ou les Crips, qui représentent quant-à eux une part non-négligeable de la population carcérale. Les autorités sont aussi conscientes que la famille d’Anthony Comello pourrait être aussi le nouveau souffre douleur de la famille Gambino, mais les règles dans la Cosa Nostra stipulent bien que la famille d’un mafieux ne doit pas être mêlée aux affaires sauf que. Sauf qu’il y a quelques années, John Gotti, Parrain de la famille Gambino, avait décidé de faire assassiner John Favara, son voisin, qui avait renversé accidentellement et mortellement, le fils du Parrain de la famille Gambino, Frank. Après avoir reçu des menaces verbales et physiques, John Favara avait décidé pour lui et pour la sécurité de sa famille, de déménager d’Howard Beach, mais il sera finalement kidnappé un soir de Juillet, en rentrant du travail, son corps ne sera jamais retrouvé. Lors de sa comparution, Anthony Comello leva sa main à plusieurs reprises pour laisser apparaître sur sa main droite, des inscriptions « Pro Trump », un comportement étrange, mais tellement habituel pour ses amis : « Il avait un compte Instagram secret. Il avait l’habitude de publier des choses sur Trump et contre les Démocrates » déclara l’un de ses amis. Anthony Pomelo aurait aussi utilisé les réseaux sociaux pour se filmer devant les maisons du maire de New-York, Bill De Blasio, et du gouverneur de cet État, Andrew Cuomo, les incitant à sortir de chez eux, un comportement étrange, qui pourra sans nul doute servir à la défense pour justifier de sa folie. Pourtant le NYPD aurait eu une occasion de l’arrêter il y a moins d’un mois, quand Anthony Comello s’était présenté dans le tribunal fédéral de Manhattan pour demander l’arrestation de plusieurs élus Démocrates. Les policiers présents, l’avaient fait fuir, mais Anthony Comello évitera une inculpation. Pour ses amis, Anthony Comello n’était pas tout « seul dans sa tête », tout en précisant : « C’est triste, c’est une question de temps avant qu’il soit retrouvé mort en prison ».

Lire la suite

L'ASSASSINAT DU PARRAIN DE LA FAMILLE GAMBINO NE SERAIT PAS LIÉ À LA COSA NOSTRA

17 Mars 2019 , Rédigé par Xav Publié dans #Gambino

Anthony Comello
Anthony Comello

Les enquêteurs en sont désormais persuadés, l’assassinat du Parrain de la famille Gambino, Francesco « Franky Boy » Cali, ne serait pas lié aux activités criminelles de la Cosa Nostra. Quelques heures après le crime, les policiers du NYPD avaient pu récupérer des empruntes de doigts sur la plaque d’immatriculation du véhicule de Frank Cali. Des empruntes digitales qui mèneront directement à un individu dénommé Anthony Comello, domicilié à Staten-Island, mais qui sera finalement arrêté dans l’État du New-Jersey, dans la ville de Brick Township. Agé de vingt quatre ans, Anthony Comello vit avec ses parents et travaille dans divers chantiers de constructions dans l’État du New-Jersey. Interrogé toute la journée par les détectives en charge de cette enquête, Anthony Comello fut incarcéré en fin de journée dans une prison du New-Jersey, en attendant un nouvel interrogatoire qui pourrait confirmer les motifs de cet assassinat et une future extradition prévue à New-York pour répondre à des accusations de meurtre au premier degré. A la base, cet assassinat avait ravivé l’idée qu’une guerre entre famille venait d’éclater, trente quatre ans après l’assassinat du Parrain de la famille Gambino, Paul « Big Paulie » Castellano. En réalité, le vrai motif serait tout autre et se baserait uniquement sur une histoire d’amour entre la nièce de Frank Cali et Anthony Comello, une romance que le Parrain de la famille Gambino avait décider d’arrêter. Anthony Comello, qui n’appartient à aucune organisation criminelle, aurait été scandalisé par cette décision et aurait décidé d’assassiner Frank Cali par vengeance. Le soir de ce meurtre, la famille de Frank Cali ainsi que sa nièce étaient présentes au domicile du Parrain de la famille Gambino pour le repas familial. Anthony Comello n’avait aucun casier judiciaire et par le passé, il avait demandé un permis de port d’armes, c’est à partir de ce jour, que ses empruntes furent répertoriés dans la base de données des services de police. Ce meurtre passa du statut du crime parfait à l’amateurisme le plus complet. En effet, dans un geste inhabituel pour meurtre qui aurait pu être lié à des membres de la Cosa Nostra, Anthony Comello, qui ne portait aucune paire de gants, avait ramassé volontairement la plaque d’immatriculation du véhicule à Frank Cali, laissant une bonne partie de ses empruntes. S’enfuyant de la scène de crime, Anthony Pomelo n’avait pas pensé par la même occasion de récupérer cette plaque, qui lui sera finalement fatal : « Anthony Pomelo est pour moi, l’un des assassins les plus stupides de l’histoire de la ville de New-York voire même des Etats-Unis. Sans parler du fait que la victime était le Parrain de la famille Gambino » déclara l’un des détectives en charge de ce dossier. Désormais les policiers vont essayer de comprendre les relations que pouvaient entretenir la famille Comello avec la famille de Frank Cali. Vivant à moins de vingt minutes de route, Anthony Comello vit dans une très belle demeure à Eltingville. Selon les premières constations, Frank Cali n’aurait pas apprécié que Anthony Comello, qui n’a aucune réputation et aucun casier judiciaire, puisse flirter avec sa nièce, pour ce dernier cela était trop suspect. Après cette arrestation, John Gotti Jr, critiqua ouvertement dans la presse les services de police, pour avoir pensé pendant un moment, que son oncle, Gene Gotti, qui a été libéré de prison il y a quelques mois, ait pu orchestrer ce meurtre crapuleux : « Je me demande si les services de police seront assez intelligents pour présenter des excuses ». Dans la soirée, le chef de la police de New-York déclara : « Nous présenterons nos excuses à la famille Gotti, quand cette cette dernière s’excusera auprès des familles de Paul Castellano, d’Edward Lino et de Wilfred Johnson ».

Lire la suite

UN SUSPECT ARRÊTÉ DANS L'ASSASSINAT DU PARRAIN DE LA FAMILLE GAMBINO

16 Mars 2019 , Rédigé par Xav Publié dans #Gambino

Frank Cali
Frank Cali

La famille de Francesco « Franky Boy » Cali ayant décidé de ne pas collaborer avec les autorités, les agents fédéraux et la police de NYPD, ont dû utiliser un mandat de perquisition au domicile de Frank Cali, pour récupérer les vidéos des caméras de surveillanc installés tout autour du domicile du Parrain de la famille Gambino. Les images ont pu permettre aux enquêteurs d’avoir de nouveaux détails sur le déroulé exact de cet assassinat. En sortant de chez lui, Frank Cali s’avança vers l’individu, commença à lui parler pendant plus d’une minute et lui serra la main. Le fait de serrer la main laisse supposer que Frank Cali connaissait la personne et se sentait visiblement en sécurité pour pouvoir permettre de se déplacer librement sans arrière-pensée. Les enquêteurs, après avoir visionné ces nouvelles images, étaient désormais persuadés que l’assassin de Frank Cali est un individu âgé entre vingt cinq et quarante ans. La police a aussi profité de ce mandat de perquisition pour fouiller dans les affaires de Frank Cali, pour repérer le moindre indice pouvant supposer à une lutte interne dans la famille Gambino, entre les autres familles de la Cosa Nostra voire un conflit avec une personne extérieure. Avec ces nouveaux éléments, l’enquête a permis d’avancer très rapidement. Avec le visionnage des vidéos, les policiers remarquèrent que l’assassin présumé ne portait pas de gants et après la conversation entre les deux hommes, l’individu ramassa la plaque d’immatriculation du véhicule de Frank Cali qui était tombée par terre avant de lui transmettre. C’est lors de cet échange, que Frank Cali se retourna pour placer sa plaque dans le coffre de son véhicule et que l’assassin en profita pour tirer près de douze fois, dont six balles touchèrent mortellement le parrain de la famille Gambino. Cette plaque fut récupérée par les services de police, avec dans le but de pouvoir récupérer des empruntes. Le résultat fut concluant et rapidement une personne fut identifiée et arrêtée au petit matin dans l’État du New-Jersey. Actuellement placé en garde à vue et interrogé par les enquêteurs, son identité n’a pas encore été révélée. 

 

 

Lire la suite

L'ACTING BOSS ET LE CONSIGLIERE DE LA FAMILLE BONANNO ACQUITTÉS

16 Mars 2019 , Rédigé par Xav Publié dans #Bonanno

John Zancocchio et Joseph Camarrano Jr
John Zancocchio et Joseph Cammarano Jr

Alors que la famille Gambino venait de perdre son Parrain, assassiné devant son domicile de Staten-Island, la famille Bonanno a connu quant-à elle, une très bonne semaine. Depuis deux semaine, au tribunal fédéral de Manhattan, se tenait le procès de deux membres de la famille Bonanno et pas n’importe lesquels, Joseph « Joe C » Cammarano Jr et John « Porky » Zancocchio, considérés respectivement comme l’Acting Boss et le Consigliere de cette organisation criminelle. Pendant le procès, la défense affirma que la Cosa Nostra avait été démantelée depuis longtemps, que leurs clients étaient accusés seulement en raison de leur origine Italienne. Cette stratégie un peu farfelue marcha à merveille devant les jurés qui décideront d’acquitter les deux accusés. Les procureurs fédéraux avaient essayé tout au long de procès, de démontrer que que Joseph Cammarano Jr et Joseph Zanocchio ont « travaillé avec d’autres membres de la Cosa Nostra », pour commettre divers crimes dont l’extorsion, le prêt usuraire, le trafic de drogue ou encore la fraude bancaire. Pour essayer de corroborer leurs propos, les procureurs avaient fait appel à deux anciens membres de la Cosa Nostra, le Capitaine, Peter « Pug » Lovaglio, et l’Associé Steven Sabella. Le premier est un ancien criminel notoire, qui après avoir décidé de collaborer avec les autorités, a été appelé par les procureurs fédéraux pour intervenir dans différents procès, sans jamais réussir à convaincre un juré populaire. Considéré pour être un individu peu crédible et un menteur invétéré, Peter Lovaglio était intervenu dans ce procès pour identifier formellement les deux accusés comme des membres intronisés de la famille Bonanno. Le deuxième témoin, Steven Sabella, un ancien propriétaire de boites de nuit déclara quant-à lui, qu’il s’était fait frapper par John Zancocchio lors d’une soirée un peu trop arrosée. Le problème pour les procureurs fédéraux, est que quelques jours avant l’ouverture de ce procès, Steven Sabella, avait insulté et menacé à plusieurs reprises sur les réseaux sociaux la famille de John Zancocchio, perdant ainsi tout crédibilité. Pendant le témoignage de Steven Sabella, les avocats du Consigliere de la famille Bonanno avaient reconnu à demi-mots les coups portés par leur client, mais affirmèrent que ce dernier s’était défendu pour l’honneur de la famille Zancocchio et non pourcelle de la famille Bonanno. Les avocats de Joseph Cammarano Jr et John Zancocchio avaient aussi centralisé leur défense, sur le fait que le jury ne devait pas condamner leur client en raison de leur ressemblance avec des gangsters du grand écran : « Le fait de ressembler à un casting pour un film sur la mafia, ne fait pas de vous un membre d’une organisation criminelle » déclara l’un des avocats. Le procès aura duré moins de deux semaine et le jury n’a mis qu’une demi journée pour délibérer et rendre un verdict unanime sur la non culpabilité des deux accusés. Elizabeth Macedonio, l’avocate de Joseph Camarrano Jr, connu pour avoir défendu le Capitaine de la famille Bonanno, Vincent Asaro lors de son procès sur le fameux casse de la Lufthansa, déclara qu’elle « n’était pas surprise par ce verdict. Le gouvernement fédéral a inculpé nos clients sans aucune preuve et le jury a rapidement compris qu’il y avait aucune culpabilité. C’est la première fois que je vois un jury être aussi attentif lors des débats, prenant des notes et j’en suis très satisfaite ». Joseph Cammarano Jr et John Zancocchio sont sortis du tribunal fédéral de Manhattan avec un grand sourire, s’apprêtant surement à rejoindre, Michael « The Nose » Mancuso, le Parrain de la famille Bonanno, qui est sorti le 12 Mars dernier d’une maison de transition à New-York.

Lire la suite

LE PARRAIN DE LA FAMILLE GAMBINO VICTIME D'UN GUET-APENS ?

15 Mars 2019 , Rédigé par Xav Publié dans #Gambino

La maison de Frank Cali
La maison de Frank Cali

L’assassinat de Francesco « Franky Boy » Cali met fin à une vingtaine d’années d’une certaine tranquillité de la part des familles de la Cosa Nostra, qui avaient opté pour une stratégie qui consistait à rester sous le radar du gouvernement fédéral pour continuer à prospérer dans l’ombre. Les familles de la Cosa Nostra ne voulaient plus de meurtre, plus de gros titres dans les médias Américain, désormais, l’usure, les rackets, les paris sportifs et la drogue sont leur gagne-pain. La corruption des forces de l’ordre et l’influence qu’ils ont encore sur les syndicats et les politiques sont encore plus redoutables qu’un meurtre. L'assasinat d’un Parrain de la Cosa Nostra, en pleine rue comme à la vieille époque, fait rentrer cette organisation criminelle dans une nouvelle ère, avec une énorme inquiétude de la part des agents fédéraux, qui sont persuadés que cette affaire va entrainer d’autres assassinats dans les rues de New-York. Nous en savons un peu plus sur le déroulement de cette fameuse soirée du 13 Mars, ou à 21h20, la Cosa Nostra a été rattrapée par ses anciens démons. Frank Cali était chez lui avec sa famille, quand son véhicule qui était garée devant son domicile, fut percutée par une camionnette qui venait d’effectuer une marche arrière. Cette manœuvre avait dû être effectuée intentionnellement pour attirer l’attention de Frank Cali. La scène qui fut filmée par les vidéos de surveillance du quartier, montre Frank Cali sortir de chez lui et se précipiter vers une individu habillé d’un sweat à capuche et d’une casquette de baseball. Le Parrain de la famille Gambino commença à parler quelques minutes avec ce dernier, une main dans sa poche, pour suggérer qu’il était armé. Le conducteur de la camionnette se pencha alors pour ramasser la plaque d’immatriculation de la voiture de Frank Cali qui s’était décollée et lui tendit d’un geste de la main. Frank Cali, le dos tourné rangea sa plaque dans le coffre de sa voiture et c’est à ce moment là que l’individu en profita pour lui tirer dessus à plusieurs reprises. Frank Cali essaya de s’échapper et se réfugia sous son véhicule, pendant que le tireur essaya de lui donner le dernier coup de grâce. Le chauffeur de la camionnette se retourna ensuite calmement et s’éloigna rapidement, avec son véhicule, des lieux du crime. Un assassinat effectué devant le domicile familial n’est pas tellement dans les habitudes de la Cosa Nostra, qui à une époque, essayait de respecter certaines règles, en laissant de côté les membres de la famille d’un mafieux en dehors de ses affaires. Mais aujourd’hui, les choses sont différentes et les personnes qui ont préparé ce meurtre, ont voulu laisser un message clair et précis. Quand on regarde la situation de l’extérieur, Frank Cali était le Parrain idéal pour gérer une famille aussi éminente que la famille Gambino. De nature discrète, il avait gravi un à un les échelons de cette organisation criminelle sans jamais tuer personne : « Il sera surement difficile à remplacer. Cela a surement du sens pour quelqu’un, mais pour qui ?. Si c’est interne à la famille, ce n’est pas la décision d’une seule personne, il y a eu forcément des consultations » déclara un agent fédéral

Lire la suite

LE PARRAIN DE LA FAMILLE GAMBINO ASSASSINÉ DEVANT SON DOMICILE À STATEN-ISLAND

14 Mars 2019 , Rédigé par Xav Publié dans #Gambino

Francesco Cali
Francesco Cali

Coup de tonnerre à New-York, ou près de trente quatre ans après l’assassinat de Paul « Big Paulie » Castellano devant le Sparks Steack House de Manhattan, Francesco « Franky Boy » Cali, considéré comme le membre le plus influent de la famille Gambino, vient d’être assassiné devant son domicile de Staten Island, il avait cinquante trois ans. Mercredi soir, alors que Francesco Cali s’apprêtait à rentrer chez lui pour assister au repas familial, il fut touché à six reprises au torse et décédera par la suite à l'hôpital   A 21h20, la NYPD fut alertée d’un homicide qui avait eu lieu à Todt Hill à Staten Island. D’après les premières déclarations recueillis par les différents témoins de cette scène de crime, une camionnette de couleur bleu a été vu en train de quitter les lieux peu après les coups de feu. Salvatore, un voisin de cinquante huit ans, qui découvrait par la même occasion que Francesco Cali était un membre identifié de la Cosa Nostra, déclara aux journalistes présents, avoir entendu près de sept détonations. Se précipitant à la fenêtre, il stipula que la résonance des détonations faisait penser que les coups de feux provenaient de la même arme. Deux autres voisins qui ont refusé de donner leur nom, ont corroboré les descriptions effectuées par Salvatore. Francesco Cali est considéré depuis des années comme une étoile montante de la famille Gambino. Né à New-York de deux parents d’origine Sicilienne, Francesco Cali gravit un à un les échelons de la pègre jusqu’à devenir à la fin des années 2000, l’un des personnages les plus influent de la famille Gambino. Avec l’aide de son mentor, Domenico « Italian Dom » Cefalu, Francesco Cali orienta la famille Gambino, habituée à faire la une des médias, vers une nouvelle ère et imposa un cloisonnement de ses activités en formant un panel dit de sécurité de trois Capitaines pour protéger sa hiérarchie. Francesco Cali était marié avec Rosario Inzerillo, la sœur de Pietro Inzerillo, l’un des membres de la famille Inzerillo. Les Inzerillo, une famille historique de Cosa Nostra en Sicile, grande perdante de la guerre qu’elle mena contre la famille Corleone de Salvatore Riina, avait décidé de s’exiler, avec la bénédiction des Corleonais, aux Etats-Unis pour sauver leur peau. Depuis quelques années, la famille Inzerillo avait pu revenir faire du buisiness en Sicile mais sous certaines conditions. Aujourd’hui, la plupart de ses cadres sont nés aux Etats-Unis. Pietro surnommé « Tall Pete » et son frère Giovanni, deviendront par la suite des membres intronisés de la famille Gambino, et relanceront avec l’aide de Francesco Cali, le trafic de drogue entre les deux familles. En 2008, après l’opération Old Bridge lancée par le gouvernement fédéral contre des familles de la Cosa Nostra, Francesco Cali, qui était à cette époque, avait été identifié comme l’Underboss de la famille Gambino, avait été accusé de racket et condamné à un peu mois d’un an et demi de prison. Désormais la question que tout le monde se pose est : Qui a pu assassiner Francesco Cali. Les familles de la Cosa Nostra avaient depuis quelques années, décidé de faire du business sous le radar du FBI. Le meurtre était mauvais pour les affaires et pouvait amener les agents fédéraux à venir fouiner de trop près dans leurs activités. Même si Francesco Cali n’avait pas le statut de Parrain, qui est toujours détenu à titre honorifique par Peter Gotti depuis la prison fédérale de Terre-Haute, Francesco Cali était devenu le représentant numéro un de la famille Gambino sur tout le territoire Américain. Désormais le FBI va forcément essayer de savoir si cette assassinat a été orchestré par les quatre autres familles de New-York, les Genovese, les Bonanno, les Lucchese et les Colombo. L’assassinat de Francesco Cali pourrait être aussi bien une lutte interne dans la famille Gambino, en sachant que Gene Gotti, frère de John Gotti est sorti depuis peu d’une prison fédérale après avoir passé près de la moitié de sa vie derrière les barreaux. Ce meurtre crapuleux, effectué devant le domicile familial, pourrait être aussi l’œuvre d’un clan Sicilien, dont on sait que Francesco Cali entretenait certaines relations. Il y a quelques mois, un Associé de la famille Bonanno, Sylvester Zottola avait été abattu dans un Mac Donald’s du Bronx, mais cette affaire semble différent. Sylvester  Zottola avait été pris en grippe depuis des années par des individus qui voulaient à tout pris lui faire la peau. Des membres des Bloods seront arrêtés par la suite. Affaire à suivre...

Lire la suite

LE PARRAIN DE LA FAMILLE COLOMBO : CARMINE PERSICO VIENT DE DÉCÉDER - PARTIE 2

10 Mars 2019 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo

Joseph Colombo
Joseph Colombo

Après le décès de Joseph Profaci, Joseph Magliocco devint le nouveau Parrain, mais son poste ne sera pas confirmé par la Commission, qui jugeait que ce dernier n’avait la carrure nécessaire pour gérer une famille de la Cosa Nostra, le poste reviendra alors à Joseph Colombo. Au début des années 1960, Carmine Persico était un personnage central de cette organisation criminelle, un individu admirait de son quartier natal. Carmine Persico qui était toujours vêtu d’un costume trois pièces, adorait arpenter les rues de Brooklyn avec son garde corps et son ami de longue date Huch McInstosh. De Red Hook à Park Slope, en passant à Bensonhurst, Carmine Persico était un peu le roi de Brooklyn. Le 19 mai 1963, alors que Carmine Persico conduisait sa voiture dans le Sud de Brooklyn, arrêté à un feu rouge, un camion s’arrêta à proximité. La bâche du véhicule s’ouvrit et Carmine Persico sera touché à plusieurs reprises, il s’en sortira miraculeusement. Blessé au bras et a la main gauche, ce dernier ne retrouvera jamais l’usage complet de sa main. Quelques mois plus tard, Carmine Persico sera inculpé par le gouvernement fédéral d’être le leader d’une équipe spécialisée dans le détournement de camions. Au final, le procès sera annulé, soit en raison d’une faute de procédure, soit la condamnation sera annulé en appel. Lors d’un cinquième procès, Carmine Persico sera finalement reconnu coupable. Libéré sous caution en attendant son verdict, ce dernier se présentera de nouveau devant le tribunal fédéral de Manhattan, pour cette fois-ci répondre d’une inculpation de prêt usuraire. Sur cet accusation, Carmine Persico sera finalement acquitté, le juge estimant que les articles de journaux ciblant ce dernier comme un membre de haut rang de la Cosa Nostra pouvaient être préjudiciables pour l’accusé. Le 28 Juin 1971, Joseph Colombo, organisa une

Carmine Persico
Carmine Persico

manifestation de défense des droits civils Italo-Américains à Colombus Circle, l’un des principaux lieux d’attraction de ville de New-York. Alors que le Parrain s’approchait du podium pour entamer un discours, il sera touché à plusieurs reprises à la tête et au cou, par Jérôme Johnson, un individu d’origine Africaine qui sera exécuté dans la foulée par des membres de la famille Colombo. Joseph Colombo survécu, mais son état n’était plus compatible avec la gérance d’une famille mafieuse. La famille Colombo cherchait un nouveau Parrain et se tourna alors très rapidement vers Carmine Persico. Mais ses débuts furent difficiles. Carmine Persico verra ses appels rejetés et devra commencer à purger une peine de huit années de prison pour détournement de fonds. Sa condamnation coïncidera avec la sortie de son frère Alphonse, qu’il nommera Acting Boss pour surveiller les intérêts de la famille dans le rue. Peu de temps après son emprisonnement, son rival, Joe Gallo, sera abattu lors de sa fête d’anniversaire, au Umberto Clam House dans la Little Italy. Carmine Persico ne sera jamais inculpé de ce meurtre, mais des documents judicaires prouveront par la suite, que ce dernier avait préparé cet assassinat, après en avoir conclu que Joe Gallo était l’un des commanditaires dans l’assassinat raté sur Joseph Colombo. A sa sortie de prison, Carmine Persico reprit activement son rôle de Parrain, mais cela sera une nouvelle fois de courte durée. En 1984, Carmine Persico était sur le coup de plusieurs chefs d’inculpations dans la cadre du procès dit le « Le procès Colombo ». Pour éviter une incarcération, Joseph Colombo devint un fugitif et placé sur la liste des dix personnes les plus recherchées par le FBI. Arrêté

Carmine Persico
Carmine Persico

en Février 1985, Carmine Persico avait pris refuge chez son cousin, Fred DeChristopher, dans sa maison de Long Island. On apprendra par la suite, que ce dernier aurait reçu une récompense de cinquante mille dollars pour avoir indiqué au FBI où se cachait Carmine Persico. Le procès sera expéditif pour le Parrain de la famille Colombo. Reconnu coupable, le juge fédéral condamnera Carmine Persico à trente neuf années de prison, tout en précisant : « Monsieur Persico vus êtes une tragédie. Vous êtes l’une des personnes les plus intelligente que j’ai pu voir dans ma vie ». Le juge avait été impressionné de voir Carmine Persico gérait entièrement de sa défense, conseillant ses propres avocats sur le déroulé de ce procès. Quelques mois plus tard, Carmine Persico fut inculpé dans le procès dit de la Commission. Rudolf Giuliani  procureur fédéral de New-York, avait réussi après des années d’enquête à faire arrêter les cinq Parrains de New-York, ainsi que des membres de leur hiérarchie. Paul « Big Paul » Castellano de la famille Gambino, Anthony « Fat » Tony Salerno de la famille Genovese, Carmine « Junior » Persico de la famille Colombo, Anthony « Tony Ducks » Corallo de la famille Lucchese et Philip » Rusty » Rastelli de la famille Bonanno étaient inculpés d’une multitude de racket tenant de la loi RICO, pouvant les amener à terminer leur vie derrière barreau, un vrai séisme dans le monde souterrain de la Cosa Nostra. Déjà condamné à près de trente neuf années de prison, Carmine Persico n’avait plus rien à perdre et décidera d'assurer sa défense. La stratégie du Parrain de la famille Colombo était de jouer de son charisme pour charmer le jury. Le dossier d’accusation reposait essentiellement sur des bandes magnétiques, des vidéos surveillance ou des enregistrements de membres de la Cosa Nostra. Carmine Persico essaya de remettre en cause la validité de ses pièces, mais malgré une performance qui sera jugé de « haute volée », Carmine Persico sera reconnu coupable et condamné à cent année de prison, portant sa peine au total à cent trente neuf années. Carmine Persico fut transféré dans la prison fédérale de Butner dans l’État de la Caroline du Nord, ce qui ne l’empêcha pas de continuer à gérer la famille Colombo d’une main de fer. Carine Persico nomma Vittorio « Little Vic » Orena au poste d’Acting Boss. Mais ce dernier qui appréciait un peu trop son nouveau statut, essaya de renverser le pouvoir pour devenir le nouveau Parrain, la troisième guerre interne pouvait alors commencer. Cette guerre fut sanglante et empêcha pendant un moment la famille Colombo de retrouver un siège dans la Commission. De sa cellule, Carmine Persico gérait les manœuvres par l’intermédiaire de ses frères Alphonse et Théodore. Lors de son dernier procès, Carmine Persico avait essayé d’expliquer sa vie, ses principes dans un exposé oral face aux jurés. Reconnaissant qu’il purgeait déjà une lourde peine de prison et qu’il s’était caché pour éviter la justice, il déclara : « J’étais un peu fatigué d’aller en prison, fatigué d’être trainé dans les salles d’audence et que l’on puisse jugé mon nom et ma réputation ». Insistant sur le fait qu’il se sentait persécuté et injustement poursuivi en tant que Parrain de la Cosa Nostra, il avait ajouté : « Quand est ce que cela se terminera ? Quand cela va t’il s’arrêter ?. Quand allez vous me laisser tranquille ? ».

Lire la suite
1 2 > >>