Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LCN

FUTURES ARRESTATIONS POUR DES REPENTIS DE LA FAMILLE PATRIARCA ?

30 Juillet 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Patriarca

FUTURES ARRESTATIONS POUR DES REPENTIS DE LA FAMILLE PATRIARCA ?

L’ancien Parrain de la famille Patriarca, Francis « Cadillac Frank » Salem (voir photo), devrait être inculpé très prochainement, pour avoir caché une nouvelle fois des informations sur le meurtre d’un ancien propriétaire de boîte de nuit, Steven DiSarro. Cette future inculpation, s’inscrit avec l’arrestation il y a quelques semaines d’un ancien Capitaine de la famille Patriarca, Robert « Bobby » DeLuca. Les deux mafieux, qui avaient décidé de coopérer avec la justice Américaine, vivaient tranquillement sous une autre identité dans le programme de protection des témoins. Le problème est que le FBI s’est rendu compte que Robert DeLuca, qui avait toujours nié la moindre participation dans ce meurtre crapuleux, aurait été en fait présent le jour de cet assassinat. Son rôle aurait été de trouver un endroit isolé pour enterrer le corps de Steven DiSarro. Concernant Francis Salemme, ce n’est pas la première fois que ce dernier ment aux autorités. En 2005, il avait déjà été condamné à cinq années de prison pour parjure et entrave à la justice. Libéré en 2009, il avait de nouveau intégré le programme de protection des témoins, une nouvelle chance pour le Parrain de la famille Patriarca, qui risque désormais de tout perdre. Steven DiSarro, qui travaillait avec la famille mafieuse, avait été étranglé par le propre fils de Francis Salemme, Francis Salemme Jr, aujourd’hui décédé du Sida. Les restes du corps de Steven DiSarro avait été retrouvé tardivement, en Mars dernier, sous la propriété de William Ricci, un ancien ami proche de Robert DeLuca. William Ricci avait décidé lui aussi de coopérer avec les autorités après une arrestation pour trafic de marijuana. Ce dernier était sans doute effrayé que le FBI, en cas de recherche approfondie, puisse découvrir que le corps d’un individu soit enterré dans son propre terrain. Les Salemme étaient partenaires en affaires avec Steven DiSarro, mais une enquête de l’IRS (Internal Revenue Service), ont sans nul doute sellé le sort de l’Associé de la famille Patriarca, dont des doutes sur une future coopération avec le FBI était de plus en plus « discutée » entre les membres de la famille Patriarca. Robert DeLuca qui a décidé de plaider non-coupable des accusations portées contre lui, est actuellement incarcéré. Cette affaire va sans nul doute faire tomber la plupart des repentis de la famille Patriarca, qui ont été en relation de près ou de loin avec cet assassinat. Mark Rossetti par exemple, un ancien Capitaine de cette organisation criminelle, qui avait décidé de collaborer avec le FBI en 2010, après avoir été arrêté pour plusieurs charges fédérales dont le racket, le trafic de drogue, le prêt usuraire et les jeux illégaux, aurait été lui aussi présent dans le meurtre de Steven DiSarro, pourtant il n'en jamais parlé aux autorités pendant sa coopération. L’ancien chauffeur et garde du corps de Francis Salem Sr et ancien bras droit de Mark Rossetti, Darin Bufalino, identifié comme un Associé de la famille Patriarca, pourrait être lui aussi inculpé dans ce meurtre. Selon la police du Rhode Island, ce dernier aurait été l’une des personnes chargées d'éliminer le corps de Steven DiSarro. Condamné en 2012, à sept années de prison, il purge actuellement sa peine dans un pénitencier fédéral.

Lire la suite

UN MEMBRE DE LA FAMLLE GAMBINO OPÉRANT DEPUIS LA CALIFORNIE PLAIDE COUPABLE

28 Juillet 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Gambino

UN MEMBRE DE LA FAMLLE GAMBINO OPÉRANT DEPUIS LA CALIFORNIE PLAIDE COUPABLE

Producteur de films, déjà oscarisé, vétéran de la guerre du Vietnam et détenteur de la Purple Heart, médaille militaire Américaine, Joseph Isgro (voir photo) a tout pour plaire, sauf que d’après le FBI, ce dernier serait un membre intronisé de la famille Gambino de New-York. Joseph Isgro a toujours nié avec insistance d'appartenir à la Cosa Nostra, même si ce dernier accumule depuis de nombreuses années les problèmes avec la justice Américaine. Habitant en Californie loin de New-York, il est suspecté par le FBI, d’avoir établi sous l'ordre de la famille Gambino un point d’encrage sur la côte Ouest, depuis que la famille de Los Angeles, qui opérait dans ce secteur est désormais pratiquement éteinte depuis la décès de son Parrain per Milano. En 1992, les procureurs fédéraux l’accusèrent de de racket, de blanchiment d’argent et d’entrave à la justice, des accusations qui seront finalement par la suite rejetées, après que la défense eut découvert, que le procureur fédéral avait caché des informations pouvant mettre en doute le témoignage du témoin principal dans cette affaire. Au début des années 2000 et avec l’aide d’Associés de la famille Gambino, il se fit très actif dans le prêt usuraire, prêtant de l’argent à des individus en manque d’argent à des forts taux d’intérêts. Et pour les mauvais payeurs, Joseph Isgro n’hésitait pas à utiliser son statut au sein de la famille Gambino pour arrive à ses fins, en utilisant les menaces verbales ou physiques. Se pensant surement intouchable, Joseph Isgro décida de plaider non coupable et voulut une nouvelle fois prouver de son innocence devant un tribunal. mais cette fois-ci, cela fut différent. Pour ce délit, Joseph Isgro purgera un peu plus de quatre années de prison, une peine qu’il acceptera pour autant sans sourciller. Un Associé de la famille Gambino, Anthony Saitta, qui servait un peu de « gros bras » pour Joseph Isgro sera condamné à la même peine. Depuis sa sortie de prison, Joseph Isgro a continué à jouer les producteurs pour certains films et même pour la musique. Quand on lui parle de ses relations supposées avec la famille Gambino, Joseph Isgro parle sans complexe, à la manière d’un John Gotti qui ironisait devant les journalistes, quand on lui demandait s’il était le Parrain de la famille Gambino : « Oui je suis un Soldat, un ancien Soldat de l’armée Américaine, qui participé à la guerre du Vietnam et qui fut même décoré », répondit-il sourire sérieusement En 2014, Joseph isgro fut arrêté et libéré de prison après avoir payé une caution s'élevant à près de 250 000 dollars, pour avoir participé selon le LAPD, à une affaire de jeux illégaux et de blanchiment d’argent. Refusant une nouvelle fois de plaider coupable lors de son arrestation, Joseph Isgro changea finalement d’avis deux années plus tard, quand les procureurs lui transmirent une offre qu’il ne pouvait pas refuser. Cet accord de plaidoyer stipule, que Joseph Isgro paiera une amende de mille dollars pour pour les charges retenues contre lui, et ne recevra qu’une peine de prison avec sursis. L’acte d’accusation dévoilait par les procureurs de Los Angeles, démontrait une nouvelle fois les relations très étroites avec la famille Gambino, surtout avec le Capitaine de la famille, désormais décédé, Joseph Giordano. Les deux mafieux auraient, selon la justice Américaine, géré des sites de paris sportifs, domiciliés depuis le Costa Rica, l’argent gagné était automatiquement blanchi, près de cinq millions de dollars en seulement quelques années selon les procureurs.

Lire la suite

PETIT TRAFIC DE DROGUE ENTRE FAMILLES

23 Juillet 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo, #Genovese, #Gambino, #Bonanno

PETIT TRAFIC DE DROGUE ENTRE FAMILLES

Le FBI en collaboration avec les procureurs de New-York, a lancé cette semaine une opération de grande envergure contre quatre familles de la Cosa Nostra, les Gambino, les Bonanno, les Colombo et les Genovese. Les individus arrêtés, sont accusés par la justice Américaine, de trafic de marijuana, de pilules d’oxycodone, un analgésique équivalent à la morphine, de fraude fiscal et l’exploitation de jeux illégaux, un grand classique, qui rapporte toujours autant d’argent aux membres de la Cosa Nostra. Ces inculpations démontrent que les familles de la Cosa Nostra se sont entendus ensemble, pour gagner d’énorme profit grâce au trafic de drogue, un délit qui est normalement interdit dans cette organisation criminelle. Entre Février 2014 et Novembre 2015, deux Associés de la famille Bonanno, John Kelly et Richard Sinde, qui purge actuellement une peine de six années de prison pour trafic de pilules de viagra, sont accusés par les procureurs fédéraux d’avoir cultivé illégalement et revendu dans plusieurs États des Etats-Unis, des kilos de marijuana, rapportant près de seize millions de dollars aux familles de la Cosa Nostra. Il est intéressant de noter que suite à l’incarcération de Richard Sinde en Juin 2015, les quatre familles New-Yorkaise se mirent rapidement d’accord, pour le remplacer par Lawrence Dentico Jr, petit-fils de l’ancien Consigliere de la famille Genovese, Lawrence Dentico. Ce dernier qui habite l’État de la Californie, a su rapidement palier l’absence de Richard Sinde, qui était considéré comme l’investigateur en chef de ce trafic. Lawrence Dentico Jr travaillait en collaboration avec deux Associés de la Cosa Nostra, qui eux aussi, cultivaient de la marijuana dans des anciennes fermes. La drogue était ensuite acheminée vers New-York par colis postaux ou en utilisant des camions de livraisons de la marque FedEx. De Manhattan, Stephen Gallo qui est identifié par le FBI comme un Associé de la famille Colombo, s’occupait de réceptionner les « colis » et de la distribution dans les rues de New-York. Stephen Gallo fut aussi accusé d’avoir vendu sans le savoir de la marijuana à deux agents de police de la NYPDC opérant sous couverture. L’un des accusés Frank Parisi, propriétaire du célèbre épicerie Italienne dénommé Parisi Baker, situé située en plein Little Italy, fut arrêté en possession de près de neuf kilos de marijuana. Les procureurs soupçonnent fortement Frank Parisi d’avoir revendu une quantité non négligeable de cette drogue. Toujours pendant la même période, Stephen Gallo, Frank Parisi et deux autres Associés de la Cosa Nostra dénommés Carl Murano et Frank Galesi, sont accusés d’avoir comploté pour tirer profit d’un site de paris illégaux, un délit qui aurait rapporté près d’un million de dollars en seulement un an. Dans l’acte d’accusation, un membre notoire de la Cosa Nostra fut lui aussi inculpé, il s’agit du Soldat de la famille Gambino, Michael « Mickey Boy » Paradiso. Ancien Capitaine dans cette organisation criminelle, ce dernier avait été rétrogradé au plus bas de l’échelle, après avoir été condamné à dix neuf années de prison en 1987 pour trafic de drogue. Libéré en 2011 d’un pénitencier fédéral, Michael Paradiso avait repris très rapidement ses activités au sein de la famille Gambino. Ce dernier aurait selon la justice Américaine comploté avec les différentes familles de la Cosa Nostra dans la mise en place de ce trafic de drogue. Ironiquement et malgré son statut au sein du crime organisé, Michael Paradiso, qui n’a toujours pas comparu devant un juge fédéral, est l’un des accusés ayant le moins de charge retenue contre lui.

Lire la suite

QUAND LA FAMILLE GENOVESE FUT SOUPÇONNÉE DANS L'ASSASSINAT D'UN OFFICIER DE POLICE - PARTIE 2

20 Juillet 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Genovese

QUAND LA FAMILLE GENOVESE FUT SOUPÇONNÉE DANS L'ASSASSINAT D'UN OFFICIER DE POLICE - PARTIE 2

Ce fut Kathleen Burke, qui la première, remarqua que la BMW de Frederico Giovanelli roulait juste derrière eux. Elle le fit remarquer à son collègue qui ne s’inquiéta nullement : « La plupart des policiers, pensent qu’il y a une sorte de pacte entre les mafieux et la police » déclara par la suite Kathleen Burke. Des tensions peuvent ressurgir entre les deux parties, mais le principe reste qu’on ne se touche pas l’un l’autre. Anthony Venditti (voir photo) rentra à l’intérieur du Diner, alors que Kathleen Burke qui surveillait avec insistance le véhicule du Soldat de la famille Genovese, remarqua que ce dernier avait garé son véhicule à quelques mètres de là et se trouvait désormais avec deux individus non identifiés près de l’entrée du restaurant. Prise de panique, et persuadée que quelque chose grave allait se produire, Kathleen Burke se précipita alors pour essayer de prévenir son collègue, que le Soldat de la famille Genovese était sorti de son véhicule et l’attendait cette fois-ci dans la rue, mais il était déjà trop tard. Anthony Venditti sortit du restaurant et immédiatement, se fit tirer dessus à plusieurs reprises au visage et dans le dos. Kathleen Burke, qui avait tenter d’attirer l’attention des individus en criant « Freeze » pour les faire arrêter, essaya de répliquer avec son arme de service, mais fut touchée quant-à elle dans la poitrine. Quelques minutes à peine après la fusillade Frederico Givanelli fut arrêté par la police, mais ce dernier ne portait aucune arme sur lui. Deux jours plus tard et grâce au témoignage de Katheen Burke, qui avait survécu par miracle à la fusillade, Steven Maltese et Carmine Gualtiere, identifiés comme des Associés de la familles Genovese furent eux aussi arrêtés. Outre le témoignage de Kathleen Burke, les procureurs pouvaient compter aussi sur la collaboration de Frank Simone, un individu qui se trouvait devant le restaurant lors de la fusillade. Ce dernier déclara à la police qu’il avait reconnu formellement Carmine Gualtiere comme le tireur ce jour là. Lors du procès, il se rétractera après avoir subi des menaces verbales et et après avoir eu les jambes cassées. Frank Simone sera finalement retrouvé une balle dans la tête dans une ruelle du Bronx, quelques jours après son apparition devant le tribunal. Le premier procès ne donnera strictement rien, les jurés se déclarant dans une impasse totale. Le témoignage de Kathleen Burke qui avait identié formellement Frederico Giovanelli comme l’un des suspects dans cette fusillade, fut discrédité par d’autres officiers de police qui déclarèrent à la barre, que leur collègue avait dit que Frederico Giovanelli était le meurtrier d’Anthony Venditti, sans vouloir voir les photos des autres suspects potentiels. De plus l’avocat de la défense s’interrogea sur le témoignage de Kathleen Burke qui changeait de version après chaque interrogatoire. Le deuxième procès se terminera en Avril 1988, et le jury cette fois-ci décidera d’acquitter Carmine Gualtiere de toutes les charges retenues contre lui. Quant-à a Frederico Giovanelli et Steven Maltese, le jury fut une nouvelle fois dans l’incapacité de rendre un verdict. La femme de Carmine Gualtiere, avait prétexté pendant le procès que son mari était le jour du drame chez lui, en train de regarder tranquillement la télévision en famille, même version pour la petite amie de Steven Maltese. Pour Frederico Giovanelli, aucun alibi ne fut trouvé, mais les procureurs se demandèrent si l’assassinat d’Anthony Venditti ne fut pas en réalité, une mésentente dramatique, petit retour en arrière. Quelques jours avant le drame, lors d’une surveillance d’Anthony Venditti, Frederico Giovanelli fut agressé par plusieurs individus, qui tentaient vraisemblablement de le voler. Les deux détectives interrompirent alors les malfaiteurs, quelques coups furent alors échangés entre les deux parties, a cette époque, il se disait dans la police, qu’un clan affilié à la famille Gambino, essayait de prendre le contrôle d’un point de jeux détenu par la famille Genovese. La voiture que conduisait Anthony Venditti aurait été repéré par Steven Maltese, pensant certainement que ce véhicule appartenait aux individus ayant agressé Frederico Giovanelli. Les membres de la famille Genovese qui voulaient se venger de cette tentative d’extorsion par la famille Gambino, aurait voulu passer à l’acte rapidement pour laisser un message, en les tuant un par un. Le dernier procès qui se déroula en 1994, se termina lui aussi par une incapacité totale pour le jury de rendre une nouvelle fois un verdict, provoquant de ce fait la libération de Steven Maltese et de Frederico Giovanelli qui étaient incarcérés depuis le meurtre de l’officier de police. Le Soldat de la famille Genovese continuera à faire parler de lui. En 1998, il sera condamné à neuf mois de prison pour une violation de libération conditionnelle. En 2005, Frederico Giovanelli, sera condamné à dix années de prison pour racket et pour avoir averti des membres de la famille DeCavalcante qu’une opération du FBI allait avoir bientôt lieu dans leur famille. Libéré en 2011, Frederico Giovanelli qui est aujourd’hui âgé de quatre vingt quatre ans est toujours considéré comme un membre actif de la famille Genovese.

Lire la suite

QUAND LA FAMILLE GENOVESE FUT SOUPÇONNÉE DANS L'ASSASSINAT D'UN OFFICIER DE POLICE - PARTIE 1

19 Juillet 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Genovese

QUAND LA FAMILLE GENOVESE FUT SOUPÇONNÉE DANS L'ASSASSINAT D'UN OFFICIER DE POLICE - PARTIE 1

L’assassinat d’agents fédéraux ou de police, est formellement interdit dans la Cosa Nostra. Cette « règle » la différencie de sa cousine Sicilienne, qui quant-à elle, n’hésite pas une seule seconde à utilise la violence contre les personnes dépositaires de l’autorité publique, pour arriver à ses fins. Mais un membre de la Cosa Nostra, est un individu de nature violente et par moment incontrôlable et ce dernier n’applique pas forcément à la lettre les règles d’une organisation qu’il a pourtant prêté allégeance. Par exemple, en 1963, lors de l’enterrement du père de Carmine Lombardozzi, un Capitaine de la famille Gambino, son neveu, Daniel Marino, un Soldat de cette organisation, avait volontairement agressé un agent du FBI, qui photographiait les membres présents à cet enterrement. Cet incident avait fait beaucoup de remoud au sein de la famille Gambino, qui avait reproché à Carmine Lombardozzi de n’a pas avoir su maitriser son neveu. En Janvier 1986, l’assassinat d’un détective du NYPD, Anthony Venditti, en charge de la surveillance des familles de la Cosa Nostra et en particulier la famille Genovese, suscitera plusieurs interrogations sur l’implication des membres de la mafia sur ce meurtre. Les règles de la Cosa Nostra sont généralement violées à plusieurs reprises. Le trafic de drogue qui est normalement interdit, n’empêche pas certains membres à faire du business dans ce domaine pour gagner de l’argent. Mais le meurtre d’un agent fédéral ou d’un officier de police, a toujours été évité par peur des représailles des agences fédérales, qui freineraient considérablement les affaires d’une famille de la Cosa Nostra. Anthony Venditti avait l’art et la manière pour s’infiltrer sans attirer l’attention des membres de la mafia. Avec sa collègue Kathleen Burke, les deux agents essayaient de rassembler le maximum d’informations pour essayer de faire condamner les membres du crime organisé. Depuis quelques mois les deux détectives s’intéressaient particulièrement aux activités criminelles de Frederico « Fritzy » Giovanelli (voir photo), un Soldat de la famille Genovese, fortement impliqué dans le prêt usuraire et les jeux illégaux, des affaires qu’il gérait tranquillement depuis son club social dans Manhattan. Le jour du meurtre, ils repèrent très vite Frederico Giovanelli, un homme trapu, cheveux grisonnants, qui conduisait toujours la même voiture de marque Allemande. Pour éviter de se faire repérer, Anthony Venditti démarra rapidement sa voiture et s’en alla directement au Triangle Social Club, un club social détenu par le Parrain de la famille Genovese à cette époque, Vincent « The Chin » Gigante. Devant ce genre d’endroit, on trouve bien sûr des membres affiliés ou intronisés dans la Cosa Nostra, mais aussi des guetteurs, qui longeant les rues du quartier, essayent de repérer les véhicules suspects, comme celui d’Anthony Vendetti, qui malgré sa discrétion habituelle, sillonnait le quartier avec la même voiture depuis plusieurs mois. Surement des deux agents furent tout de suite repérés, on ne le saura vraiment jamais. C’était l’heure du déjeuner, et Anthony Venditti interrompit alors sa surveillance, pour aller chercher quelque chose à manger dans un Diner pas très éloigné du club social de Frederico Giovanelli, sans se douter une seule seconde, que ce dernier les suivait avec son propre véhicule depuis déjà plusieurs minutes.

Lire la suite

L'ANCIEN UNDERBOSS DE LA FAMILLE COLOMBO RESTE EN PRISON MALGRÈ SES 99 ANS

16 Juillet 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo

L'ANCIEN UNDERBOSS DE LA FAMILLE COLOMBO RESTE EN PRISON MALGRÈ SES 99 ANS

Inutile de raconter en détail la vie de John « Sonny » Franzese, considéré comme une « légende » vivante dans la Cosa Nostra. Intronisé au début des années 1950, John Franzese aura passé près de la moitié de sa vie derrière les barreaux, sans penser une seule seconde à collaborer avec la justice Américaine. Ce dernier qui est aujourd’hui âgé de quatre vingt dix neuf ans, purge actuellement une peine de huit années de prison pour avoir extorqué pendant des années des clubs de striptease de Manhattan comme le Hustler ou le Penthouse. Lors de son dernier procès, John Franzese, avait volontairement montré une attitude désinvolte, en s’endormant pendant les réquisitoires des procureurs, ou devant le témoignage de son propre fils, John Franzese Jr, ce qui lui valut son surnom de « Nodfather » par les médias Américains. Son emprisonnement pendant des dizaines d’années n’a jamais permis à l’ancien Underboss de la famille Colombo de quitter définitivement la Cosa Nostra. Soupçonné dans une soixantaine de meurtre, John Franzese qui reste très solide face aux pressions du gouvernement fédéral, reste à son âge et selon ses avocats « très fragile » face à ses problèmes de santé. Lors des différentes audiences, John Franzese était assis sur un fauteuil roulant accompagné de membres de sa famille. Incarcéré actuellement dans un centre médical pour prisonniers fédéraux de Devens dans l’État du Massachussetts, John Franzese sera libérable en Juin 2017, il aura alors cent ans. Mais l’ancien Underboss de la famille Colombo, qui a encore toute sa tête, demanda à un juge fédéral en Juin dernier de pouvoir écourter sa peine de prison, en raison de ses problèmes de santé. Le bureau des procureurs s’opposa fermement à cette demande. Alors oui, John Franzese reste l’un détenus les plus vieux actuellement incarcéré dans une prison fédérale, mais faire relâcher un membre encore aussi influent de la Cosa Nostra, pourrait avoir des graves conséquences. Il faut dire, qu’avant son arrestation en 2008, John Franzese avait été enregistré à plusieurs reprises en train de donner des conseils à des membres de la famille Colombo sur la manière de faire disparaître un corps, sans laisser de trace : « Aujourd'hui, vous ne pouvez plus laisser un corps dans la rue quand vous exécutez un contrat. Il vaut mieux perdre une demi-heure de son temps voire une heure, pour se débarrasser du corps proprement ». John Franzese, qui selon des agents fédéraux, s'est vanté à plusieurs reprises d'avoir assassiné près d’une soixantaine de personnes, aurait même lancé un contrat contre son fils renégat, John Jr, un Associé de la famille Colombo, toxicomane, qui avait témoigner contre son propre père pour éviter une peine de prison. Mais pour les avocats de John Franzese, libéré leur client serait un geste de « compassion », envers une personne trop âgée pour être emprisonnée. L’ancien Underboss de la famille Colombo écrivit même une lettre personnellement adressée au juge fédéral, déclarant qu’il « ne lui restait plus beaucoup de temps à vivre », et qu’il voulait « profitait de ses dix huit petits enfants et six arrière petits enfants ». Pratiquement aveugle et sourd, John Franzese se dit « plus une menace pour la communauté », car désormais cloitré sur un fauteuil roulant, il n’empêche que même handicapé, l’ancien Underboss de la famille Colombo, n’a pas besoin « d’être actif sur le terrain » pour donner des ordres. La décision du juge fédéral ne se fit pas attendre. Refus catégorique, ce dernier stipulant à juste titre, que le centre médical de Devens, peut donner tous les soins médicaux nécessaires aux problèmes de santé de John Franzese jusqu’à sa libération.

Lire la suite

L'ACTE D'ACCUSATION CONTRE UN ANCIEN CAPITAINE DE LA FAMILLE PATRIARCA DÉVOILÉ

14 Juillet 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Patriarca

L'ACTE D'ACCUSATION CONTRE UN ANCIEN CAPITAINE DE LA FAMILLE PATRIARCA DÉVOILÉ

Robert « Bobby » DeLuca, un ancien Capitaine de la famille Patriarca, devenu collaborateur de la justice Américaine, avait été arrêté en Juin dernier pour avoir caché des informations au FBI. L’accord entre la justice Américaine était clair, ce dernier devait pleinement collaborer avec les autorités sur tous les sujets abordés, en donnant toutes les informations possibles, qui pourraient aider le gouvernement fédéral à résoudre certaines affaires restées en suspens. Le problème est que Robert DeLuca avait nié toute implication dans le meurtre de Steven DiSarro, l’ancien propriétaire d’une célèbre boite de nuit dans l'État du Rhode-Island, qui travaillait en étroite collaboration avec la famille Patriarca. Or, d’après les dernières informations, Robert DeLuca aurait été présent lors de cette assassinat, un mensonge, qui lui avait coûté une comparution immédiate devant un juge fédéral et une incarcération en attendant son procès, prévu à une date ultérieure. Aujourd’hui, nous en savons un peu plus sur l’acte d’accusation délivré contre l’ancien Capitaine de la famille Patriarca. Selon la justice Américaine, Robert DeLuca, recevait entre quatre mille et six mille dollars par mois de plusieurs boites de striptease dont le Cadillac et le Satin Doll (connu du grand public sous le nom de Bada Bing, pour être l’un des repères de Tony Soprano dans la série télévisée, The Sopranos). Avec l’aide Luigi « Baby Shacks » Manocchio voir photo) Robert DeLuca avait engagé plusieurs Associés, qui supervisaient directement sur place, l’activité des différentes boites de nuit, sous contrôle de la famille Patriarca. L’acte d’accusation révèle que Robert DeLuca servait comme « tampon » pour Luigi Manocchio, pour éviter que le Parrain ne soit sous surveillance constante des agences fédérales. Tous les jours, les Associés de Robert DeLuca, qui étaient placés à différents postes stratégiques, gardaient une partie de l’argent des boites de striptease, afin de les reverser chaque début de mois à leur supérieur. Un travail sous pression, aucune erreur était acceptée, et la réputation sulfureuse de Robert DeLuca servait à dissuader toute tentative de vol. En attendant, Robert DeLuca décida de plaider non-coupable de ces nouvelles accusations, même si les procureurs fédéraux sont persuadés, que ce dernier avait pour mission de trouver un endroit discret pour enterrer le corps de Steven DiSarro. Ce dernier, qui devenait trop « gênant » pour la famille Patriarca, aurait été étranglé par le fils de l’ancien Parrain Francis « Cadillac » Salem, Franck Jr qui décèdera en 1995 du virus du Sida. Francis Salem qui avait lui aussi décidé de coopérer avec les autorités en 1999, avait lui aussi plaidé coupable d’avoir menti au FBI lors de sa collaboration, en niant toute implication sur le meurtre de Steven DiSarro, il avait été condamné par la suite en 2005, à cinq années de prison et sera libéré d’une prison fédérale en 2009. Il est intéressant de constater que malgré ce mensonge au FBI, Francis Salem fut à sa sortie de prison, réinscrit dans le programme de protection des témoins.

Lire la suite

« QUAND IL Y A DE L'ARGENT EN JEU LA COSA NOSTRA EST TOUJOURS PRÉSENTE »

10 Juillet 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Divers

« QUAND IL Y A DE L'ARGENT EN JEU LA COSA NOSTRA EST TOUJOURS PRÉSENTE »

« Quand il y a de l'argent en jeu, vous trouverez toujours des membres du crime organisé » déclara le procureur fédéral Elie Honig. Ce dernier qui est à la tête d’une équipe d'une centaine d’hommes, à pour seul but de lutter contre les cartels de la drogue, les politiciens corrompus, les gangs de rues, les criminels à col blanc, et bien sûr les familles de la Cosa Nostra. Elie Honig les connaît déjà très bien, et a par le passé, fait condamner certains membres importants, comme Danny Marino de la famille Gambino, ou encore Ciro Perrone (voir photo) de la famille Genovese. Mais son travail ne s’arrête pas aux cinq familles de New-York, mais son rôle est aussi de surveiller les activités de la famille DeCavalcante dans le New-Jersey et la famille de Philadelphie. Depuis plusieurs années, les meurtres liés à la Cosa Nostra se font plus rare. La raison ?, toute est une question d’affaire. En effet, un assassinat crapuleux, voire une disparition suspecte, attire inévitablement l’attention des agences fédérales. De plus, un mafieux, à moins de chance de coopérer avec la justice Américaine s’il fait face à une peine de quelques mois de prison pour extorsion, au lieu d’une incarcération à vie pour meurtre. Alors même si le futur initié qui prête serment à la Cosa Nostra, jure d'utiliser son arme pour la famille, il n'est pas rare qu'un membre de la Cosa Nostra n'assassine personne dans sa carrière criminelle. Avec sa position actuelle, Elie Honig ne va plus dans les salles d’audience pour essayer de faire condamner les membres du crime organisé, mais reste parfaitement conscient de l’évolution des membres de la Cosa Nostra, en particulier dans les nouvelles technologies : « Aujourd’hui, leur but est de gagner de l’argent en restant chez eux ». En Mai dernier, une opération fut lancée par le FBI et par ses services, contre la famille Genovese, l’opération Fistful. L’enquête révéla que des membres de la Cosa Nostra gagnaient des millions de dollars grâce aux paris sportifs, effectués non pas dans des bars clandestins comme à une époque, mais sur internet. Mais outre les paris, l'enquête révéla que la famille Genovese était encore très actif dans les prêts usuraire. L’un des individus, Domenico Pucillo, un Associé de la famille Genovese qui est propriétaire de plusieurs entreprises, dont Tri-State Cashing, avait lancé une vaste opération de prêt usuraire, en utilisant les comptes de ses sociétés pour prêter de l’argent à des individus à des taux exorbitants, rapportant près de 1,3 millions de dollars par an à la famille Genovese : « Ce fut comme si il avait mis en place une institution financière, pour pouvoir gérer leur entreprise criminelle » déclara le procureur fédéral, avec une pointe d’admiration. Généralement, les membres de la Cosa Nostra demandent aux individus demandant un prêt, pratiquement deux à trois points par semaine. Par exemple pour dix milles dollars, ce dernier devra rembourser aux membres de la mafia, près de trois cent dollars par semaine, en plus de la somme initiale. Domenick Pucillo réclamait uniquement des paiements par chèques, qu’il encaissait sur le compte de sa société, il demandait même aux parieurs en manque d’argent, de signer des chèques partiellement remplis, pour que l’Associé puisse rajouter par la suite le montant qu’il désire. L’argent gagnait, remonté automatiquement cers le haut, vers le Soldat Vito Alberti et vers le Capitaine Charles Tuzzo, qui seront eux aussi arrêtés. Pour le procureur fédéral Elie Honig, il est évident que la famille Genovese reste la famille de la Cosa Nostra la plus discrète et la plus avisée : « Ces gars la, ne lâchent jamais rien », en faisant référence à Charles Tuzzo qu’il connaissait déjà depuis les années 1980. Mais pour Elie Honig, l’histoire qu’il le marquera à jamais, sera sans nul doute celle de Ciro Perrone, un Capitaine de la famille Genovese qui avait repris l'équipe d'une légende de cette borgata, Matthew « Matty The Horse » Ianniello. Âgé de quatre vingt sept ans, Ciro Perrone gérait d’une main de fer une opération de jeux et de prêt usuraire dans son club social d’Ozone Park, installé dans une ancienne boucherie, ou depuis son restaurant le Don Pepe. Ciro Peronne était vraiment un gangster de la vielle école et n’hésitait pas à utiliser la violence pour arriver à ses fins. Sa méthode de recouvrement, était forcément moins sophistiquée que Domenick Pucillo, mais tout aussi efficace. En effet, Cirone Perrone envoyait des membres de son équipe, armée de batte de baseball, pour recouvrir les dettes des mauvais payeurs, et l’argent remontait tout aussi efficacement. Le Capitaine de la famille Genovese sera condamné à cinq années de prison en 2008 et sortira au bout de trois ans, il décèdera l’année de sa libération, en 2011.

Lire la suite

JOEY MERLINO DE RETOUR À PHILADELPHIE ?

9 Juillet 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Philadelphie

JOEY MERLINO DE RETOUR À PHILADELPHIE ?

Et si Joey Merlino (voir photo), l’actuel parrain de la famille de Philadelphie, quittait sa semi-retraite dorée en Floride, pour retourner dans les rues de Philadelphie. Après la fermeture de son restaurant dénommé Merlino’s à Boca Raton, le FBI pense que Joey Merlino pourrait retenter de nouveau sa chance dans la restauration, is ont eu raison, mais cette fois-ci dans la « ville de l’amour fraternel », endroit ou l’actuel Parrain flamboyant a débuté sa carrière criminelle. Il faut dire que pendant un moment Joey Merlino évitait de cotoyer des membres de sa famille, les contraintes liées à sa liberté étant tellement importante, que ce dernier ne voulait pas retourner une nouvelle fois en prison. Depuis qu’il ne doit plus justifier ses déplacements à son contrôleur judiciaire, Joey Merlino ne se sache plus pour se faire photographier avec des membres ou Associés de la famille de Philadelphie, en Floride ou dans sa ville natale. Dernièrement encore, on pouvait retrouver Joey Merlino dans différents Casinos de Philadelphie comme le Harrah ou encore le SugarHouse, et plus particulièrement à une table de blackjack. Le Parrain est un habitué des jeux d’argent et est capable de dépenser des milliers dollars dans une seule soirée. Une aubaine pour les casinos qui ramassent pas mal d’argent, mais aussi une contrariété. En effet, avoir un membre de la Cosa Nostra dans les casinos, peut donner une mauvaise image, c’est pour cela que la plupart des membres de la Cosa Nostra sont placés directement dans une « liste noire ». Le premier à y être inscrit dessus, fut le célèbre Parrain de la Outfit de Chicago, Al Capone, puis au fur et à mesure, cette liste fut élargie. Les règles des casinos en Pennsylvanie prévoient une liste d’exclusion. La liste se compose essentiellement de délinquants professionnels, de tricheurs, ou d’autres personnes dont la présence peuvent perturber le bon fonctionnement des casinos. Mais curieusement et malgré son pédigrée criminel, Joey Merlino ne fut jamais inquiété Alors pourquoi en Juin dernier, des agents fédéraux l’ont-ils accueilli pour lui interdire l’accès à un casino, pour cela il faut revenir un peu en arrière. En Mars dernier, Joseph Merlino était une nouvelle fois à une table de blackjack avec certains membres de la famille de Philadelphie, quand la partie dégénéra. Certains amis de Joey Merlino dont le Parrain en personne, menacèrent des individus pendant une des parties, en leur déclarant qu’ils allèrent les attendre à la sortie du casino. Finalement, Joey Merlino calma ses troupes et aucun incident n’eut lieu : « Joey se sent plus plus à l’aise maintenant à Philadelphie » déclara un agent du FBI. Le seul problème maintenant, ce sont les membres de la vielle école, de l’ère Scaro, qui ne sont pas très heureux d’un retour progressif de leur Parrain. Pour les frères Narducci et Joseph Pungitore, la seule façon de ne pas être inquiété par la justice Américaine, est de gagner de l’argent dans l’ombre, le problème est que Joey Merlino a tendance à attirer tous les médias sur lui et sur toute la famille. Même si le père de Joey Merlino, Salvatore, décédé dans une prison fédérale, était l’Underboss de Nicodemo Scarfo Sr, les tensions entre les « ailes » de la famille, n’ont jamais été aussi forte et pourrait causer, face à un retour de Joey Merlino dans les rues de Philadelphie, un regain de violence.

Lire la suite

UN ANCIEN CAPITAINE DE LA FAMILLE PATRIARCA ARRÊTÉ POUR ENTRAVE À LA JUSTICE

3 Juillet 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Patriarca

UN ANCIEN CAPITAINE DE LA FAMILLE PATRIARCA ARRÊTÉ POUR ENTRAVE À LA JUSTICE

Robert « Bobby » DeLuca (voir photo) était un ancien Capitaine de la famille Patriarca, connu du grand public pour avoir été enregistré lors de sa cérémonie d’intronisation en 1989. Ce jour là, le FBI avait réussi à placer plusieurs micros dans le plafond d’une maison située au 34 Guilde Street à Medford dans le Massachussetts. En 2011, Robert DeLuca disparut du jour au lendemain, sans donner aucune nouvelle. En réalité, ce Capitaine réputé de la famille Patriarca, avait décider de plaider coupable de racket, tout en acceptant de coopérer avec les autorités fédérales. Secrètement, et alors que Robert DeLuca aurait put être un candidat probable de futur Parrain, ce dernier enregistra à plusieurs reprises dans différentes réunions, Luigi « Baby Schacks » Manocchio, qui sera condamné par la suite à cinq ans et demi de prison. Pour sa collaboration, Robert DeLuca sera condamné à une seule journée de prison, une seule journée pour une moitié de vie dévouée à la Cosa Nostra. Mais en réalité, l’ancien Capitaine de la famille Patriarca, n’avait pas tout dévoilé de toutes ses anciennes activités. La semaine dernière, Robert DeLuca, qui était actuellement dans le programme de protection des témoins fut arrêté et accusé d’entrave à la justice et de fausse déclaration dans le meurtre de Steven Disarro, un ancien propriétaire de boite de nuit, assassiné en 1993 par la famille Patriarca. Robert DeLuca qui a brièvement comparu devant un juge fédéral, a été incarcéré sans caution possible, en attendant un procès qui devrait intervenir dans plusieurs mois. L’ancien Capitaine de la famille Patriarca aurait induit en erreur les erreurs dans cette affaire, malgré une clause du contrat, qui stipulait que toute fausse information, pouvait entrainait une rupture entre le FBI et le mafieux, qui est désormais âgé de soixante dix ans. Les restes du corps de Steven Disarro avaient étés découverts, enterrées, sous un complexe d’appartements, appartenant à un Associé de la famille Patriarca, William Ricci. L’acte d’accusation stipula que Steven Dissaro avait acquis The Channel, une boite de nuit que contrôlait la famille Patriarca et en particulier, l’ancien Parrain devenu informateur Francis « Cadillac » Salemme. Malgré le fait que personne ne fut inculpé dans ce meurtre, le FBI avait fortement soupçonné Francis Sallemme d’avoir commandité cet assassinat. Mais lors de son arrestation en 2011, Robert DeLuca nia toute connaissance sur cette disparition. En plus de ce meurtre crapuleux, le FBI s’interroge désormais sur d’autres assassinats non résolus, commandités par la famille Patriarca, dont Robert DeLuca aurait pu avoir avoir connaissance. En 2003, Steven « The Rifleman » Flemmi, ancien proche de l’ancien Boss du Winter Hill Gang, James J. Bulger, qui coopéra avec les autorités fédérales, déclara que Steven Disarro avait été étranglé dans l’ancienne maison de l’ex épouse de Francis Salemme, et que le corps avait été déplacé par la suite avec l’aide de deux Associés de la famille Patriarca. Le problème, est que Steven Flemmi et Francis Salemme quelques années plus tars, déclaront que Robert DeLuca était présent lors de « l’enterrement ». En échange de sa coopération, Francis Salemme purgera seulement cinq années de prison.

Lire la suite