Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

Articles récents

L'ANCIEN PARRAIN DE LA FAMILLE DE CLEVELAND EST DÉCÉDÉ

27 Avril 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Cleveland

Joseph Iacobacci
Joseph Iacobacci

La famille de Cleveland est considérée comme défunte, même si les autorités fédérales restent persuadées que cette famille de la Cosa Nostra aurait entamé une procédure de reconstruction depuis les années 2000. A sa tête et jusqu’en 2005, un gangster de la vieille école, Joseph « Joe Loose » Iacobacci, a essayé tant que bien mal de faire renaitre de ses cendres une organisation criminelle, qui dans les années 1970, avait une très grosse influence aux Etats-Unis et en particulier dans l’État de l’Ohio. Mais au milieu des années 2000, Joseph Iacobacci préféra se retirer des affaires, laissant la place à son Acting Boss et actuel Parrain, Russell « RJ » Papalardo. En essayant de rester en dehors des affaires, d’une famille devenant déclinante, Joseph Iacobacci voulait profiter d’une semi-retraite, même si à cinquante cinq ans, il était en pleine force de l’âge, il décédera la semaine dernière, quinze années après son retrait, il avait soixante dix sans. Au début des années 1970, Joseph Iacobacci, en tant que simple Associé, a commencé très rapidement à se faire remarquer des mafieux de son quartier, pour sa capacité à extorquer, voler et trafiquer de la drogue pour le compte de la famille de Cleveland.  A cette époque, la famille était dirigée par James « Blackie » Licavoli, qui menait une guerre sans merci contre un gangster Irlandais, le leader d’un gang, le Celtic Club, Danny Grenne, mais aussi contre un Associé de la famille de Cleveland, John Nardi. Ce conflit entrainera de nombreux morts et fera intervenir différentes de la famille de la Cosa Nostra, venant de la côté Ouest, avec Jimmy Fratianno de la famille de Los Angeles et de la côte Est, avec la famille Genovese et son Acting Boss, Frank « Funzi » Tieri, jusqu’à la mort de Danny Greene et de John Nardi en 1977. En première ligne pendant cette lutte interne, Joseph Iacobacci s’était très vite fait remarqué par James Licavoli, qui l’utilisa de plus en plus dans les « tâches difficiles », sous-entendait, exécuter les contrats pour le bien de la famille. Devenu membre intronisé, passant rapidement de Soldat à Capitaine, Joseph Iacobacci devint un membre incontournable de cette organisation, qui le nomma tout naturellement comme nouveau Parrain au début des années 1990. Pendant son règne, il entama des relations très étroites avec différentes familles de la Cosa Nostra, de la Outfit de Chicago, des DeCavalcante du New-Jersey, en passant par la famille de Détroit, le but étant pour Joseph Iacobacci de consolider son pouvoir en s’entourant de familles alliées et faire prospérer son organisation avec des buisiness entre États. Pour assouvir son pouvoir, Joseph Iacobacci n’hésitait pas une seule seconde à utiliser le meurtre pour protéger ses affaires et pendant des années, il sera soupçonné par le gouvernement fédéral, d’avoir orchestré l’assassinat de son Underboss, Alfred « Allie » Calabrese en 1999. Les deux hommes se connaissaient bien, des très bons amis même, tous les deux connus pour leur

Joseph Calabrese
Joseph Calabrese

ténacité à faire ramener la famille de Cleveland en haut de l’affiche. Après avoir vadrouillé ensemble dans les années 1970, en commettant une multitude de délits pour le compte de la famille de Cleveland, les deux hommes se retrouvèrent à la fin des années 1980, dans la prison fédérale de Milan dans l’État du Michigan, après avoir été condamné pour trafic de drogue. En prison, ils firent connaissance d’un criminel col blanc, dénommé Paul Weisenbach, un arnaqueur de premier ordre, condamné pour avoir fraudé la Society National Bank. Quand les trois hommes sortirent de prison et après la mort de Joseph Licavoli, Joseph Iacobacci et Alfred Calabrese gagnèrent des millions de dollars, en utilisant les conseils avisés de leur nouvel Associé. Mais au fil des années, Joseph Iacobacci et Alfred Calabrese remarquèrent que les enveloppes de Paul Weisenbach étaient de plus en plus légères, ils soupçonnaient ce dernier d’avoir détourné une partie des bénéfices pour lui. Le problème, est que la famille de Cleaveland avait décidé depuis quelques mois, de faire profiter de ses arnaques de haute voltige à différentes familles de la Cosa Nostra, dont la famille Lucchese. Plusieurs réunions entre les deux familles eurent lieu afin de pouvoir régler ce litige le plus rapidement possible, mais au final, en Novembre 1994, Paul Weisenbach échappera de justesse à une attaque par balle à la sortie d’une boite de nuit. Pour les autorités fédérales, cette tentative d’assassinat avait été commanditée par la famille de Cleveland. En 1995, Joseph Iacobacci et Alfred Calabrese seront inculpés dans l’opération California Swing, une affaire d’extorsion montée de toute pièce par Paul Weisenbach et qui généra des millions de dollars à la famille de Cleveland. Joseph Iacobacci plaidera coupable et sera condamné à deux années de prison, une petite tape sur les doigts, mais pour Alfred Calabrese s’était une toute autre affaire. Incarcéré dans une prison fédérale en Géorgie, après son arrestation pour une violation de libération conditionnelle, Joseph Calabrese sera retrouvé mort dans sa cellule de prison, battu à mort par un autre détenu, originaire de Cleveland, laissant plané le doute d’un contrat lancé à distance par son ancien ami Joseph Iacobacci. Quant-à Paul Weisenbach il deviendra un informateur fédéral et témoignera contre la famille Cleveland, sans pour autant inquiéter Joseph Iacobacci laissant supposer que ce dernier collaborer lui aussi avec le gouvernement fédéral, une information que ne sera jamais confirmée par les autorités.

Lire la suite

QUI PEUT DEVENIR LE NOUVEAU PARRAIN DE LA FAMILLE COLOMBO ?

26 Avril 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo

Depuis le décès de Carmine « The Snake » Persico, la famille Colombo est toujours à la recherche d’un nouveau Parrain. Depuis une dizaine d’années, la famille Colombo a été frappée par plusieurs opérations lancées par le gouvernement fédéral, réduisant considérablement ses effectifs dans les rues de New-York. Depuis quatre années, un Capitaine de longue date, un vieil ami de Carmine Persico, Andrew « Andy Mush » Russo effectue l’intérim en tant qu’Acting Boss, un intérim assez réussi, car la famille Colombo aurait renforcé ses rangs et aurait réduit leur visibilité, en restant sous le radar du FBI. Mais Andrew Russo n’est plus tout jeune, et même si la Cosa Nostra coule dans ses veines, ce dernier qui est désormais âge de quatre vingt cinq ans, voudrait se retirer des affaires et partir dans une semi-retraite. Alors à ce jour, qui est susceptible de reprendre les rênes et devenir le Parrain de la plus petite famille de la Cosa Nostra à New-York ?. En réalité, la plupart des candidats potentiels sont actuellement incarcérés ou sont en attente d’une libération prochaine, après avoir intégré une maison de transition, petit tour d’horison.

 

Theodore Persico
Theodore Persico

Théodore Persico : Neveu de Carmine Persico, Théodore est considéré comme le candidat le plus probable au poste de Parrain. Âgé de cinquante six ans, il est considéré par les autorités comme un individu « extrêmement dangereux », une tête brulée, qui n’hésite pas à recourir à la violence quand cela est nécessaire pour faire avancer son buisiness. Au début des années 1990, il est arrêté avec d’autres membres de la famille Colombo pour trafic de drogue. Incarcéré dans une prison fédérale, Théodore réussi à avoir une autorisation de sortie exceptionnelle de quelques heures, afin de pouvoir assister aux funérailles de sa grand-mère. Menottes aux poignets et accompagné de trois US-Marshals, Théodore Persico entra dans la maison funéraire, l’endroit étant rempli de membres ou Associés de la famille Colombo venus présenter leur respect. Après avoir béni le corps, Théodore Persico s’installa à côté du Soldat Anthony Russo et arriva à lui faire passer un message et pas n’importe lequel, d’assassiner Joseph Scopo, afin de « mettre fin à cette guerre », une scène type des Sopranos. Le problème pour Théodore Persico est que plusieurs années plus tard, Anthony Russo décidera de passer à table et déclara aux agents du FBI, que Théodore Persico était l’auteur de ce contrat. Rapidement inculpé, Théodore Persico plaidera coupable et sera condamné à douze années de prison. Avec les remises de peine et une bonne conduite, Théodore intégra il y a quelques mois une maison de transition et pourra retourner dans les rues de New-York le 29 Mai prochain. A sa sortie et malgré le fait d’être en conditionnelle pendant au moins trois années, Théodore Persico pourra parler de son expérience auprès des autres membres de la famille Colombo pour essayer d’être le nouveau Parrain de cette organisation criminelle. Garder un Persico à la tête de la famille était, selon les autorités, déjà prévu par Carmine après l’incarcération de son fils, Alphonse, à la prison à perpétuité en 2007. A cette époque, Alphonse faisait office d’Acting Boss et était prédestiné, un jour, à reprendre les commandes de la famille Colombo. Sa condamnation pour le meurtre de William « Wild Bill » Cutolo changea les plans de Carmine, qui de sa prison continuait à gérer les intérêts de la famille Colombo. Malgré une certaine réputation, Théodore Persico n’est pas un mafieux de la vieille école et son tempérament colérique pourrait se retourner contre lui. En effet, pendant les mois d'enquête qui menèrent à son inculpation dans l'assassinat de Ralph Scopo, Théodore Persico avait été enregistré à plusieurs reprises en train de parler du nouvel organigramme des Colombo, une aubaine pour les enquêteurs qui avaient pu concentré leur surveillance sur les bonnes personnes. Quelques jours avant son arrestation, Théodore Persico avait déclaré à Andrew Russo : « Tu sais que je n’ai rien à perdre, je peux devenir fou tu sais ?. Qu’est ce que je vais perdre ? Ma femme, mes enfants ou ma maison de plusieurs millions de dollars ou ma voiture ?, je ne possède rien, je peux agir comme un idiot ».
 

Joel Cacace
Joel Cacace

Joel Cacace : ironiquement, l’ancien Acting Boss de la famille Colombo se trouve dans la même maison de transition que Théodore Persico, avec une date de sortie pratiquement identique, Joel Cacace désormais âgé de soixante dix neuf ans, sera un un homme libre le 24 Mai prochain. Comme Théodore Persico, Joël Cacace a une réputation de tueur, avec d’ailleurs une condamnation pour meurtre au début des années 2000 à plus de vingt années de prison. Une fois condamné, Joël Cacace, fut transféré dans diverses prisons fédérales aux quatre coins des Etats-Unis, le but étant pour les autorités, de couper les liens entre Joël Cacace et les Colombo. Au début de son incarcération, Joël Cacace côtoya l’enfer carcéral, en purgeant une partie de sa peine à ADX Florence, dans l’État du Colorado. Mais malgré des conditions de détention extrême, Joël Cacace n’a jamais craqué et n’a jamais eut l’idée de collaborer avec les autorités, laissant une réputation et une admiration intacte auprès d’autres membres de la famille Colombo, qui en font ainsi un candidat potentiel au poste de Parrain. Mais malgré un immense respect, il n’est pas certains que Joël Cacace puisse accepter un poste à aussi haute responsabilité et dans le viseur du gouvernement fédéral. Après avoir passé près de la moitié de sa vie derrière les barreaux, Joël Cacace est confronté aujourd’hui à un conflit interne dans sa famille, non pas les Colombo, mais dans sa propre famille, qui se déchire pour une histoire d’héritage, suite au décès de son fils en 2015. Il est fort à parier que Joël Cacace et Théodore Persico, résidant dans la même maison de transition, avec des restrictions beaucoup plus allégées que dans une prison fédérale, aient commencé à parler de cette place de Parrain toujours resté vacant. Comme stipulait plus haut, Joël Cacace est une personne âgée, qui a survécu à plusieurs tentatives d’assassinat à son encontre, durant les différentes conflits internes de la famille Colombo. Selon son avocat, Joël Cacace est ravie de pouvoir retrouver sa famille, malgré des problèmes familiaux, qui sont « anecdotiques » selon son avocat, par rapport à ce qu’il a pu vivre tout au long de sa carrière criminelle. De retour chez lui, Joël Cacace aura sans doute une réputation désastreuse auprès de ses voisins et des représentants de la loi, qui le considère toujours comme un « tueur de flics » et ce malgré le fait qu’il fut acquitté de l’assassinat de l’ancien agent de police, Ralph Dolls. Selon son entourage, Joel Cacace est loin d’être contrarié par ses rumeurs, qu’il balaya d’un « Je m’en fous » quand la question lui fut posée.

 

Michael Persico
Michael Persico

Michael Persico : Il est le fils de Carmine Persico, mais sa position actuelle dans la famille Colombo reste un mystère. Pendant des années, Michael Persico aurait vécu comme un homme d’affaire, restant à l’écart des business familial, le crime organisé, mais tout bascula en 2010, quant-il fut accusé et inculpé d’avoir racketté une entreprise de camionnage. Pendant son incarcération, les fédéraux se sont intéressés de plus en plus à Michael Persico et après des mois d’investigation, réussirent à l’inculper pour sa participation dans l’assassinat de Ralph Scopo en 1993. Selon des sources fédérales, Michael Persico aurait été intronisé dans les Colombo dans les années 1980, même si des enregistrements contradictoires sèment le doute auprès des autorités. En effet, un individu infiltré chez les Colombo avait permis d’enregistrer John Franzese parlait sur Michael Persico : « Michael ne doit pas être un Affranchi, il fait un autre travail pour nous ». Alors quel est le rôle actuel de Michael Persico ? A ce jour peu d’informations ont filtré. En 2012, Michael Persico accepta un accord de plaidoyer des procureurs fédéraux, qui prévoyait une condamnation pour racket mais un abandon de charge pour le meurtre de Ralph Scopo. Après des négociations qui s’éternisèrent pendant des années, Michael Persico sera condamné à cinq années de prison en 2017. Aujourd’hui âgé de soixante trois ans, Michael Persico est incarcéré dans le pénitencier fédéral d’Allenwood dans l’État de la Pennsylvanie, avec une date de sortie programmée le 11 Novembre prochain. A sa sortie de prison, le statut de Michael Persico sera à surveiller de très près et si dans les prochaines semaines, aucune personne n’a été formellement identifiée par les autorités comme nouveau Parrain de la famille Colombo, il serait fort à parier que Michael Persico soit le candidat le plus probable pour remplacer son père.

Lire la suite

LA COSA NOSTRA A NEW-YORK TOUCHÉE PAR L'ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS

24 Avril 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Bonanno, #Lucchese, #Genovese

Le Coronavirus touche tout public et les mafieux de la Cosa Nostra ne sont pas épargnés. Depuis le début de l’épidémie quatre membres ou Associés sont décédés (Merci Fab) : Augustine « Augie » Guido de la famille Gambino, Ronald « Ronnie Mozzarella » Carlucci et Angelo Moccia de la famille Bonanno et Joseph Zito de la famille Genovese.
 

Joseph Zito
Joseph Zito

Joseph « Joey The Butcher » Zito : Décédé à l’âge de quatre vingt trois ans dans une maison médicale de New-York, Joseph Zito a été pendant des années, un personnage important dans la famille Genovese. Joseph Zito gérait le restaurant « Ruggiero » sur Grand Street, un endroit qui, en façade, faisait de la très bonne cuisine Italienne, mais qui servait aussi de repère aux mafieux des cinq familles de New-York, comme Anthony « Tony Fat » Salerno ou encore John Gotti. Connu sous le pseudonyme de Joey The Butcher, en référence à son père qui faisait d’office d’artisan boucher, Joseph Zito était capable d’utiliser lui aussi un hachoir pour couper de la viande, mais aussi pour aider les intérêts de la famille. En 1990, le FBI lança une opération de grande envergure sur les familles de la Cosa Nostra, la Windows Case. Cette affaire démontra que les cinq familles de New-York s’étaient réunis dans un racket de grande envergure, afin d’utiliser un syndicat corrompu pour l’obtention d’un contrat de près de 150 millions de dollars sur le changement des fenêtres pour les bâtiments étant sous le contrôle de l’Housing Authority (un organisme gouvernemental qui régit certains aspects des logements). Joseph Zito et son mentor, Venero Mangano faisaient parti des inculpés, une affaire gênante pour la famille Genovese, qui entrainera des lourdes peines de prison pour la plupart des accusés. De plus cette opération fut possible grâce à l'aide d'un homme, Peter « Black Heart » Savino, un Associé dans l’équipe de Joseph Zito. Son témoignage stoppera pour de bon Vincent Gigante qui sera condamné à douze années de prison ainsi que Venero Mangano. Quant-à Joseph Zito il sera acquitté de toutes les charges retenues contre lui. En 2001, Joseph Zitto sera inculpé de prêt usuraire et de racket, il sera condamné à près de trois ans dans une prison fédérale. A sa sortie de prison en 2005, Joseph Zito ne sera plus jamais inquiété par le gouvernement fédéral mais avec l’arrivée d’un nouveau Parrain, Liborio « Barney » Bellomo, il sera rétrogradé au rang de Soldat, sous les ordres du Capitaine, Rosario « Ros » Gangi.

Matthew Madonna : Depuis sa condamnation pour l’assassinat de Michael Meldish, l’actuel Acting Boss de la famille Lucchese, attendait sa patiemment sa condamnation dans une prison fédérale. Le problème, est que Matthew Madonna, qui est désormais âgé de quatre vingt quatre ans, a été testé positif au Coronavirus après avoir été hébergé quelques temps dans la prison de Valhalla dans le comté de Westchester. Une fois la maladie décelée, Matthew Madonna a été placé en quarantaine pour sa sécurité personnelle, mais aussi pour celle des autres détenus. Au fil du temps l’état de santé de Matthew Madonna se dégrada, ce qui obligea le bureau des prisons de le transférer dans un hôpital proche de son lieu de détention. Selon le BOP, l’état de santé de Matthew Madonna est jugé « inquiétant » et s'il gagne son combat contre le coronavirus, il devra toujours faire face à un verdict dans l'affaire Michael Meldish et l'éventualité d'une peine de prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle, ce qui fera d’office de condamnation à mort pour l’Acting Boss de la famille Lucchese.

Vincent Asaro : Condamné en 2017 à huit années de prison pour incendie volontaire, le Capitaine de la famille Bonanno, Vincent Asaro, a été libéré de la prison de Springfield, dans l’État du Missouri, une unité médicale spécialisée dans les soins apportés aux prisonniers fédéraux. Depuis sa condamnation, Vincent Asaro a accumulé les problèmes de santé, dont un accident vasculaire cérébrale l’année dernière. Pour ses avocats, son état de sante actuel ne lui permait pas de continuer à purger sa peine normalement, justifiant qu’avec les risques liés au coronavirus, Vincent Asaro était un sujet à risque en cas de contamination au virus. Bien qu’aucun cas de Covid-19 n’ait été signalé dans cet établissement, la maladie, selon les avocats, se propageraient dans tout l’État, ce qui contraint le juge à libérer de prison Vincent Asaro désormais âgé de quatre vingt cinq ans. A ce jour, Vincent Asaro est donc confiné à domicile, même à la fin du confinement, il devra des règles très strictes sur sa libertée surveillée. A noter que son fils Jérôme, âgé de soixante deux ans, condamné à sept ans de prison en 2015, sera libéré le 15 Juin prochain.

 

Lire la suite

UN SOLDAT DE LA FAMILLE LUCCHESE DEVENU PROFESSEUR DE YOGA DEMANDE UNE LIBÉRATION ANTICIPÉE

18 Avril 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Lucchese

Michael Spinelli
Michael Spinelli

Michael « Baldy Milke »  Spinelli a végété pendant des années dans la famille Lucchese avec un seul objectif en tête, être intronisé dans la Cosa Nostra. Sous l’ère d’Anthony « Tony Ducks » Corallo, Michael Spinelli passait complètement inaperçu, c’est seulement avec l’arrivée de Vittorio Amuso et Anthony Casso aux commandes que ce dernier commença à se faire nom, connu comme un homme à tout faire, prêt à tout pour arriver à ses fins. Michael Spinelli est loin d’être une lumière et ne ramenait pas beaucoup d’argent aux mafieux de la famille Lucchese, la seule solution pour lui d’avoir une chance de devenir un Soldat de la Cosa Nostra était de prouver sa loyauté à l’organisation en exécutant des contrats. Pour Michael Spinelli, un contrat reste un contrat et même ci celui-ci transgresse largement les règles établies. En Mars 1992, le duo Amuso/Casso, un brin paranoïaque, commençait à semer la terreur dans les rangs des Lucchese. Le moindre soupçon, la moindre défaillance de l’un de ses membres, était sanctionnée par une condamnation à mort. Le 08 Mai 1991, Peter Chiodo, un Capitaine, venait d’être accusé dans la célèbre affaire du Windows Case et il en fallut pas plus à Anthony Casso pour penser que Peter Chiodo, pour éviter une longue peine de prison, allait collaborer avec les autorités. Un jour de Mai, Peter Chiodo était en train de faire réparer sa voiture dans un garage de Staten-Island, c’était en milieu d’après midi, quand une voiture avec deux individus à l’intérieur commença à lui tirer dessus, le touchant à douze reprises, aux bras, aux jambes et au torse. Miraculeusement et grâce à sa corpulence, le Capitaine de la famille Lucchese survécut à l’attaque. Mais malgré le fait d’avoir été trahi par les Lucchese, il fallut près de deux mois aux agents fédéraux pour convaincre Peter Chiodo de collaborer avec la justice Américaine : « C’est juste la façon dont j’ai été élevé » se justifia t'il. Vittorio Amuso et Anthony Casso, visiblement très énervés, continuèrent dans leur délire paranoïaque en lançant un contrat contre la propre sœur de Peter Chiodo, et par qui ce contrat fut-il exécuté ? par Michael Spinelli. En réalité, le contrat fut à la base confié à un Capitaine dénommé, Richard Pagliarulo, qui le sous-traita à son Soldat, Jody Calabrese, qui demanda alors à trois d ses Associés, Dino Basciano et les frères Spinelli, Michael surnommé « Baldy Milke » et Robert de s’en occuper. Pour Michael Spinelli, assassiner une femme sans défense n’ayant aucun lien avec la Cosa Nostra, était une opportunité pour pouvoir devenir enfin, un Soldat de la

famille Lucchese, quand je vous dis que l’honneur n’est pas un mot que Michael

Spinelli connaît forcément. Heureusement pour la sœur de Peter Chiodo, l’arme utilisée par cette équipe de bras cassée était détériorée et Patricia Capozzalo « ne sera touchée qu’au cou et au dos ». Rapidement arrêté et incarcéré, Michael Spinelli montra clairement son mécontentement de ne pas avoir été intronisé dans la famille Lucchese. Anthony Casso essaya de trouver un moyen pour apaiser Baldy Milke. Une solution fut finalement trouvée et l’intronisation eut lieu dans une salle à l’abri des regards, dans les toilettes du Métropolitan Center. Dans cet endroit exigu, dans une odeur nauséabonde, Michael Spinelli fut intronisé dans la Cosa Nostra avec quelques ajustements. L’image pieuse fut remplacée par du papier toilette, et le doigt du futur initié fut percée par un outil confectionné à l’intérieur des murs de la prison. Michael Spinneli était devenu un Soldat de la Cosa Nostra mais au final, il en sera jamais respecté des membres de cette organisation. Aujourd’hui âgé de soixante six ans, Michael Spinelli qui est derrière les barreaux depuis pratiquement vingt huit ans, essaye par tous les moyens possibles de sortir de prison. Dans une lettre de Michael Spinelli adressée à un juge fédéral, ce dernier dit regretter son passé criminel, stipulant que la tentative de meurtre envers la sœur de Peter Chiodo était « d’une lâcheté incroyable ». Aujourd’hui, Michael Spinelli se dit s’être détourné complètement de son ancienne vie dans la Cosa Nostra, en insistant sur le fait qu’il était désormais devenu un professeur de Yoga pour les prisonniers fédéraux et par n’importe quel prof. Selon plusieurs détenus et un Conseiller du BOP (Le Bureau Fédéral des Prisons), Michael Spinelli a été d’une « grande inspiration pour la prison fédérale de Beaumont, située au Texas, en servant même « de mentors pour certains détenus ». L’ancien Soldat de la famille Lucchese à une date de libération fixée en 2028, mais selon ses avocats, Michael Spinelli mérite de purger les dix dernières années de sa peine en homme libre, pour désormais aider la communauté, une blague : « Il y a eu de nombreuses occasions ou Michael Spinelli est venu pour régler des désaccords, donner des conseils et aidé des trafiquants de drogue » déclara l’un de ses avocats. Mais pour les procureurs fédéraux, le « changement de Michael Spinelli « est louable » et que cela lui permettrait une « réadaptation dans la société, mais qui doit avoir lieu en 2028 », justifiant par la même occasion, que pour un tueur de femme, sa peine de prison était encore « plus que correct ».

Lire la suite

LES FAMILLES DE LA COSA NOSTRA Â L'ARRÊT PENDANT L'ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS ?

11 Avril 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Bonanno, #Gambino, #Lucchese, #Colombo, #Genovese

La crise du coranavirus a réussi là ou des personnalités comme Robert Kennedy et Rudolph Giulani ont échoué, en gelant les activités des familles de la Cosa Nostra. Premier exemple, les jeux d’argent, qui en réalité, est une vraie fontaine d’argent pour les mafieux de la Cosa Nostra. A New-York, les gens sont accros aux jeux et jouent sur tout et n’importe quoi, dans n’importe quels domaines, mais avec l’épidémie du coronavirus les sports majeurs, comme la NBA, la MLB, la LNH ou encore la MLS sont à l’arrêts et les trafics des mafieux par la même occasion. Il y a quelques années encore, cette situation aurait pu poser un problème pour les familles de la Cosa Nostra. Désormais et avec l’amplification d’internet, les mafieux se sont adoptés aux nouvelles technologies et peuvent toujours proposer des paris venant d’autres pays du monde, les joueurs peuvent alors jouer sur des matchs de cricket Africain ou encore du football en Australie, tout est bon à prendre pour se faire de l’argent même les paris les plus improbables. La restauration, avec les bars et les clubs de striptease, est l’une des spécialités des familles de la Cosa Nostra. Les restaurants permettent aux mafieux de blanchir leur argent et servent aussi de façade auprès du gouvernement fédéral. Dans l’un de mes articles, j’expliquais que la plupart des membres de la Cosa Nostra gèrent ou ont des parts dans des restaurants aux quatre coins de New-York, mais depuis trois semaines, le gouverneur de l’État de New-York, Andrew Cuomo, a décrété leur fermeture, laissant seulement l’ouverture aux commerces dit « de nécessité ». Alors certes, certains lieux de restauration continuent à effectuer des livraisons ou des ventes à emporter, mais les bénéfices engendrés par ce buisness est en constante baisse, laissant même supposé la fermeture de plusieurs restaurants à la fin du confinement. A New-York, on a coutume de dire que le ciment est considéré comme « l’or Italien ». Encore aujourd’hui, les mafieux de la Cosa Nostra négocient encore avec différents syndicats liés à la construction, dans un but de gagner de l’argent sur chaque bâtiment construit, mais aussi de récupérer des emplois « no-show ». Avec l’épidémie du coronavirus, la plupart des entreprises sont arrêts, les chantiers aussi, mais les familles de la Cosa Nostra profitent encore des succursales, toujours actives, comme le camionnage et les ports de New-York encore contrôlés en parties par les familles mafieuses. Il faut noter aussi que des entreprises qui sont fermées, génèrent moins d’ordure, l’un des rackets historiques de la Cosa Nostra. Alors comment les familles de la Cosa Nostra vont essayer de faire du buisiness pendant ce confinement ? il est fort probable que les membres de la Cosa Nostra  s’appuient de plus en plus sur le trafic de drogue. Car malgré les mesures de confinement, la plupart des agents fédéraux sont toujours affectés à la surveillance des familles mafieuses et des récents enregistrements, opérés grâce à des informateurs, présagent que le trafic de drogue va prendre une ampleur considérable pendant cette période. Le trafic de drogue est généralement interdit dans les familles de la Cosa Nostra, même si la plupart des Parrain ferment les yeux au vu des bénéfices engendrés. 

Lire la suite

DES MEMBRES DE LA COSA NOSTRA LIBÉRÉS SOUS CAUTION EN PLEINE PÉRIODE DE CORONAVIRUS

4 Avril 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Bonanno, #Colombo, #Lucchese

Eugene Castelle
Eugene Castelle

Les membres de la Cosa Nostra incarcérés dans diverses prisons fédérales, ont toujours tendance d’amplifier leurs problèmes médicaux afin de pouvoir sortir plus rapidement de prison. En pleine période de Coronavirus, la plupart des mafieux ont flairé le filon et ont fait appel à leurs avocats pour prétexter qu’une incarcération dans des prisons surpeuplées, pouvaient leur être fatal au vue de leurs nombreuses pathologies. Le premier n’est autre qu’Anthony Zottola. Ce dernier n’est pas un membre intronisé de la Cosa Nostra, mais il a la particularité d’avoir ordonné le meurtre de son père, Sylvester, un ancien Associé de la famille Bonanno. Au de sa dangerosité et de ses relations avec certains membres des Bloods, ses différentes demandes de libération sous caution ont pour l’instant toutes été rejetées. Mais dans cette période si particulière, Anthony Zottola s’est forcément engouffré dans la brèche et par le biais de son avocat, celui-ci déclara que son client était « préoccupé par l’impact potentiel du coronavirus et sur sa sécurité au sein de la prison ». Mais la décision du juge fédéral statuant sur ce dossier fit office de référence dans le domaine et dans le contexte actuel. Stipulant que malgré cette épidémie, qui fait de nombreux décès dans tout New-York, « la dangerosité de l’accusé » méritait son maintien en détention. De plus, le juge déclara qu’Anthony Zottola pouvait profiter de l’occasion pour prendre la fuite, mais aussi, être un danger pour la communauté, en particulier pour son frère Salvatore qu’il avait essayé d’assassiner. Autre affaire, autre juge fédéral. Cette fois-ci c’est un Soldat

Daniel Cataldo
Daniel Capaldo

de la famille Colombo, Daniel « The Wig » Capaldo qui a demandé d’être libéré sous caution. Ancien trafiquant drogue notoire, qui a passé près de quatorze ans derrière les barreaux, Daniel Capaldo est actuellement incarcéré au Métropolitan Center de New-York après une inculpation pour racket. Comme pour Anthony Zottola, Daniel Capaldo demanda à sortir de prison, effrayé d’attraper le coronavirus dans une prison connue pour des problèmes d’insalubrité. Souffrant d’asthme chronique et ayant des antécédents de pneumonie, Daniel Capaldo doit selon ses avocats, « sortir immédiatement de prison » afin de ne pas mettre sa vie en danger. Pour le juge fédéral qui statua ces derniers jours, la demande de Daniel Capaldo est valable et décida de le libérer sous caution, avec un confinement strict à domicile en attendant son procès qui n’a pas encore été programmé. Condamné en Juin dernier à un peu plus de six ans derrière les barreaux pour jeux illégaux et racket, le Capitaine de la famille Lucchese, Eugene Castelle, qui se trouvait dans la prison fédérale de Danbury dans l’État du Connecticut, a vu sa demande de libération approuvée par un juge fédéral de New-York, qui accepta, après avoir payé près de cinq cent mille dollars de caution, qu'Eugene Castelle soit confiné à domicile en attendant son procès en appel. Cette semaine, lors d’une audience de libération qui se déroula dans un tribunal de New-York, les avocats de la défense ont utilisé les mêmes arguments que d’autres mafieux, prétextant que l’épidémie de coronavirus pouvait poser un problème sur la santé d'Eugene Castelle, justifiant que leur client avait récemment été traité dans un hôpital voisin de la prison fédérale de Danbury, pour une pneumonie. 

Lire la suite

UNE LIBÉRATION DE FRANK LOCASCIO EST DÉSORMAIS POSSIBLE ?

29 Mars 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Gambino

Charles Carneglia, Oreste Abbamonte, Frank Locascio
Charles Carneglia, Oreste Abbamonte, Frank Locascio

La défense de Frank Locascio, composée d’une ancienne juge fédérale, professeur de droit à Harward ainsi que trois de ses Associés, ont sorti l’artillerie lourde cette semaine, en envoyant à un tribunal fédéral de New-York, un dossier de plusieurs dizaines de pages prouvant l’innocence de Frank Locascio dans l’assassinat de l’ancien Soldat de la famille Gambino, Louis DiBono. Nous arrivons actuellement à un tournant dans cette affaire et il est désormais plus que probable que le procès de Frank Locascio se rejoue dans la même cour fédérale qui le vit condamner vingt huit ans plus tôt. Il faut dire que la défense de Frank Locascio a entamé depuis plusieurs mois, une enquête poussée, détaillée et le rapport envoyé, composé de solides raisons juridiques, met à mal les arguments des procureurs fédéraux, qui avaient fait condamner Frank Locascio à la prison à perpétuité sans possible de libération conditionnelle. Maintenant l’objectif de la défense est simple, faire libérer dans les prochaines semaines Frank Locascio de la prison fédérale de Butner, lieu ou il est actuellement incarcéré, dans une section médicale. Utilisant de nouvelles preuves, provenant de l’ancien Underboss de la famille Gambino, Salvatore « Sammy The Bull » Gravano, l’équipe de la défense démontre que Frank Locascio n’a jamais approuvé, de près ou de loin, l’assassinat de Louis DiBono. Louis DiBono appartenait à l’équipe de Pasquale Conte, un Capitaine influent de la famille Gambino qui siégeait au conseil d’administration de la Key Food Cooperative, une chaine de supermarchés indépendants. Impliqué dans la construction, Louis DiBono possédait l’une des plus grosses firmes de maçonnerie de la ville et avec l’aide des syndicats, négociait les plus gros chantiers de New-York. Gagnant des centaines de milliers de dollars, Louis DiBono fut rapidement en conflit ouvert avec Salvatore Gravano, qui gérait lui une entreprise de construction, la Ace Partitions, ce dernier accusant Louis DiBono de voler la famille Gambino. Paul Castellano effectuait la plupart de ses réunions à son domicile et un soir, Salvatore Gravano fut convoqué pour répondre aux accusations de Louis DiBono qui avait déclaré à son Capitaine, Pasquale Conte, que Salvatore Gravano l’avait menacé de mort. La réunion fut mouvementée et pour éviter un bain de sang, Paul Castellano négocia une solution pacifique et la situation fut ainsi résolue. Sous le règne de John Gotti, les choses évoluèrent, Salvatore Gravano prit du galon et Louis DiBono continua ses petits trafics en tout genre, comme avant, sauf que John Gotti

Louis DiBono
Louis DiBono

n’avait pas le même tempérament que Paul Castellano. Après plusieurs convocations où Louis DiBono refusa de venir afin de rendre des comptes au Parrain de la famille Gambino, un contrat fut mis sur sa tête. Pendant le procès de John Gotti et Frank Locascio, aucun enregistrement démontra formellement l’implication de Frank Locascio dans l’assassinat de Louis DiBono, au contraire. Au contraire, celui-ci essaya de dissuader John Gotti de lancer un contrat, prétextant que Louis DiBono était prêt à donner une certaine somme d’argent au Parrain de la famille Gambino pour résoudre ce conflit. Selon les avocats, il n’y a désormais plus « d’obstacles juridiques ou techniques, que les procureurs peuvent utiliser pour maintenir Frank Locascio en détention. La carte maitresse de la défense reste sans nul doute le témoignage de Salvatore Gravano, qui déclara dans une récente interview donnée à un média Américain, que lors du procès pour meurtre de John Gotti et Frank Locascio en 1992, il était prêt à témoigner à la barre que Frank Locascio était innocent dans l’assassinat de Louis DiBono, mais les procureurs fédéraux l’en auraient dissuadé : « J’ai dis au gouvernement que je voulait témoigner sur ce sujet, mais ils m’ont arrêté et m’ont de demandé de répondre seulement à leurs questions » déclara Salvatore Gravano. Pendant des années, la défense a essayé à plusieurs reprises de faire parler Salvatore Gravano sur ce sujet, sans succès. En 2002, Frank Locascio demanda à ses avocats de contacter l’avocat de Sammy The Bull. A cette époque, l’ancien Underboss de la famille Gambino était accusé d’un meurtre dans le New-Jersey, des charges qui furent abandonnées par la suite, mais l’avocat de Salvatore Gravano était retissant et refusa que son client puisse parler avec quiconque travaillant pour le compte de Frank Locascio. Le comportement de l’avocat de Salvatore Gravano était compréhensible. A cette époque, Salvatore Gravano était toujours dans le programme de protection des témoins et selon Sammy the Bull, si un membre de la famille Gambino l’avait approché, il lui aurait sans nul doute « tiré dessus » déclara t'il.

Lire la suite

EN PLEINE PÉRIODE DE CORONAVIRUS UN SOLDAT DE LA FAMILLE GENOVESE DEMANDE UNE LIBÉRATION ANTICIPÉE

20 Mars 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Genovese

John Tortora
John Tortora

Inculpé de jeux illégaux, mais aussi pour le meurtre d’un Associé en 1997, le Soldat de la famille Genovese John « Johnny T » Tortora est actuellement incarcéré sans caution possible au Métropolitan Center de New-York. L’emprisonnement ne dérange pas forcément John Tortora, qui par le passé a passé quelques années derrière les barreaux, mais une chose chagrine au plus haut point le Soldat de la famille Genovese, la vétusté du Métropolitan Center, surtout en pleine période Coronavirus. Désormais âgé de soixante et un ans, John Tortora a une peur bleue d’être contaminé par ce virus, en pleine période d’expansion aux Etats-Unis, qui compte désormais plus de quatre mille personnes infectés. Par le biais de ses avocats, John Tortora sollicita alors un juge fédéral de la cour fédéral de Manhattan, afin qu’il examine et fixe une nouvelle audience de libération sous caution. Pour ses avocats, il est évident que John Tortora, en cette période, ne peut continuer à être incarcéré. Souffrant de diverses maladies, dont le diabète, l’asthme et de problèmes cardiaque, John Tortora en fait une personne à risque s’il était atteint du COVID-19 et pour ses raisons, ce dernier demande un confinement à domicile avant de recevoir son verdict en Juin prochain. Car se sentant menacer pour un procès pour meurtre, qui pourrait lui être défavorable au vue de son pédigrée criminel, John Tortora accepta un accord de plaidoyer, qui prévoit une peine maximale de sept années de prison pour jeux illégaux et obstruction. Cet accord, signé entre John Tortora et les procureurs fédéraux, ne parle en aucun cas du meurtre de Richard Ortiz, dont le gouvernement fédéral cible le Soldat de la famille Genovese comme le principal suspect, mais depuis son arrestation en 2018, les choses ont évolué. En effet, l’enquête se révéla difficile et malgré une arrestation en grande pompe, les procureurs fédéraux ne sont plus optimistes sur une éventuelle condamnation. Manque de preuve ? ou des témoins défaillants ? nous ne savons pas exactement ce qui pousse le gouvernement fédéral à s’écarter de cette inculpation, sans pour autant annuler toutes les charges, John Tortora est toujours susceptible d’être confronté à un procès pour meurtre, même si celui-ci clame son innocence depuis son arrestation. Mais dans l’immédiat et pour les avocats de John Tortora, la santé de leur client est en jeu. Face à cette pression, la direction du Métropolitan Center confina John Tortora à l’isolement, afin de lui apporter les soins les plus appropriés, mais aussi pour éviter le moindre contact avec les autres détenus, mais pour les avocats de la défense cela n’est pas suffisant. Jugeant sur le fait, que des rapports médicaux stipulent que les « adultes de plus de soixante ans et les personnes souffrant de maladies chroniques » ont un « risque plus élevé » de mourir si ils contractaient le virus, les avocats jugent qu’une détention à domicile permettrait à leur client de pouvoir se mettre en quarantaine et si nécessaire, avoir accès à des soins médicaux plus appropriés. Pour les procureurs, une libération anticipée au vue du contexte actuel de John Tortora, ne devrait pas poser de problème, tout en stipulant que ce dernier devra se soumettre à des conditions très strictes sur sa liberté surveillée, dont une surveillance électronique et une caution estimée à près de deux millions de dollars.

Lire la suite

UN ANCIEN REPENTI DE LA FAMILLE LUCCHESE INCARCÉRÉ POUR FRAUDE

8 Mars 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Lucchese

Frank Gioia Jr
Frank Gioia Jr

Frank Gioia Jr est né en 1967 dans le Little Italy de New-York, dans une famille ancrée dans la Cosa Nostra. Son grand-père et son père étaient tous les deux des membres impliqués dans le crime organisé et c’est tout naturellement que Frank Gioia Jr commença, dès l’âge de douze ans, à trainer dans les clubs sociaux appartenant à la famille Lucchese. Rapidement, Frank Gioia Jr se fit un nom dans la rue et dès l’âge de dix huit ans, commençait un peu à être le larbin des mafieux du coin, qu’ils utilisaient pour voler les commerçants, pour trafiquer de la drogue, ou encore d’utiliser Frank Gioia Jr comme homme de main pour le compte de la famille Lucchese. Car à cette époque, Frank Gioia Jr avait déjà une certaine réputation dans les rues de New-York et n'hésitait pas à utiliser la violence pour arriver à ses fins. En 1985, il tira dans la jambe d’un videur d’une boite de nuit qui avait manqué de respect à un Associé de la Cosa Nostra. Allongé à terre, couvert de sang et devant une foule médusée, Frank Gioia Jr lui fourra l’arme dans la bouche comme dernier avertissement. Par la suite, Frank Gioia Jr se lança dans le trafic de stupéfiants à grande échelle, dans la vente de marijuana et d’héroïne, un commerce normalement interdit dans les règles de la Cosa Nostra, mais dont les familles New-Yorkaise acceptaient les millions de dollars de bénéfice qu’engendrait ce trafic, en fermant les yeux sur leur origine. En Octobre 1991, à l’âge de vingt et un an, Frank Gioia Jr se fit introniser dans la famille Lucchese, parrainait par le Capitaine George Zappola, sept ans plus vieux, mais qui était déjà une personnalité dans la famille, il deviendra l’un de ses bras droits. Mais tout bascula en 1993 quand Frank Gioia Jr se fit arrêter pour trafic de drogue et risquait désormais une peine comprise entre vingt sept et trente trois ans derrière les barreaux. Le Soldat de la famille Luchesse ruminait. Sa femme venait de donner naissance à son premier enfant et Frank Gioia Jr remis en question son serment d’allégeance à la Cosa Nostra. Rapidement, il prit une décision et contacta le gouvernement fédéral pour leur donner des informations sur la famille Lucchese. Deux années plus tard, il signera un accord de coopération et après avoir témoigné contre plusieurs membres de la Cosa Nostra, intégrera, au début des années 2000, le programme de protection des témoins avec son père, sa mère, sa sœur et son beau frère, toute la famille, sauf sa femme, dont il avait appris qu’elle l’avait enregistré à différentes reprises en prison, afin de donner des informations aux mafieux de la famille Lucchese. Installé à Phoenix dans l’État de l’Arizona, Frank Gioia Jr qui se fit désormais appeler Frank Capri, se lança dans l’immobilier et comme un investisseur dans la restauration. Pendant des années et avec l’aide de sa famille recomposée, Frank Gioia Jr aurait eu l’intention d’entreprendre la construction de plusieurs restaurants, avec une implantation possible dans près de cinquante villes des Etats-Unis. Pour concrétiser son projet, Frank Gioia Jr s’était associé avec la chaine de restaurants I Love This Bar and Grill de Toby Keith, dont l’entreprise de Frank Gioia Jr, la Boomtown Entertainment, avait promis l’implantation de vingt nouveaux restaurants, mais au final, Frank Gioia Jr n’aura ouvert que deux restaurants, tout en récupérant la modique somme de soixante quatre millions de dollars venant de plusieurs investisseurs. Pour le gouvernement fédéral, c’est une escroquerie à grande échelle qu’a orchestré Frank Gioia Jr avec l’aide de sa famille et en particulier de sa mère, très impliquée dans cette affaire. Actuellement âgé de cinquante deux ans, Frank Gioia Jr fut inculpé et incarcéré et avec la possibilité, une nouvelle fois, de terminer sa vie derrière les barreaux. Mais désormais Frank Gioia Jr est seul et n’a plus la possibilité de pouvoir collaborer avec les autorités en dénonçant ses collègues mafieux, à moins qu’il veuille donner des informations sur sa propre mère, accusé quant-à elle de fraude et de blanchiment d’argent. Pour les procureurs fédéraux, la famille Gioia avait tout prévu, pour siphonner l’argent de personnes crédules, qui avaient investi des millions de dollars, tout en mettant en péril leur propre chaine de restaurants et plusieurs milliers d’emplois. Toujours selon les procureurs fédéraux, Frank Gioi Jr n’aurait jamais eu de compte bancaire à son nom, mais aurait utilisé ou bénéficié de près de cent comptes différents, qui lui aurait permis de placer son argent à l’abri des regards indiscrets. Pendant ses années dans le programme de protection des témoins, Frank Gioia Jr vivait un peu la Dolce Vita avec sa nouvelle compagne et sa famille. Malgré le fait qu’il conduisait une vieille Lexus, appartenant à sa mère, une façace, Frank Gioia Jr possédait des véhicules de luxe, comme des Ferrari, une Rolls Royce ou encore une Cadillac Escalade. Investissant son argent dans les œuvres d’art ou des bijoux, le gouvernement fédéral déclara que la sœur de Frank Gioia Jr,  qui n’est pas inculpée dans cette affaire, aurait gardé une partie des diamants, en réserve, afin que son frère puisse y accéder plus tard, en cas de problème. De plus, l’ancien Soldat de la famille Lucchese aurait utilisé aussi les millions de dollars investis dans son projet bidon, pour se faire construire des propriétés à Chicago ou encore dans l'État de la Californie. Actuellement incarcéré, Frank Gioia Jr essaye par tous les moyens possibles, de sortir sous caution, des demandes qui ont pour l’instant ont toutes été rejetées, car le gouvernement fédéral est persuadé, que Frank Gioia Jr profiterait de cette occasion pour se volatiliser une nouvelle fois, dans un autre État Américain.

Lire la suite

JOHN FRANZESE : LA COSA NOSTRA AVANT TOUTE CHOSE - PARTIE 2

7 Mars 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo

Michael Franzese
Michael Franzese

Quand vous rentrez dans la Cosa Nostra, c’est pour la vie. Le serment d’allégeance à la Cosa Nostra passe avant toute chose, avant ta propre famille, avant tes amis, avant Dieu. En acceptant de venir un Soldat dans la famille Profaci, John Franzese connaissait les conséquences et les répercutions que pouvaient avoir sa vie dans la mafia sur sa vie de famille. John Franzese, de part sa personnalité, en était conscient et demanda à ses fils de s’éloigner de cette vie, faite de trahison et d’embuches. Né le 27 Mai 1951 à Brooklyn, Michael Franzese est le premier fils de John Franzese. Dès sa jeunesse, Michael Franzese a tout de suite compris que son père effectuait un « travail » qui ne rentrait pas dans les cadres réglementaires. Pourtant et malgré certains souvenirs d’enfance qui resteront à jamais marqués dans sa mémoire, Michael Franzese vouait un culte à son père et méprisait les policiers qui tournaient autour de la maison familiale à longueur de journée. Malgré une certaine attirance pour la vie qu’entretenait son père, Michael Franzese ne dérogea pas les règles établies par sa famille et suivit alors un parcours scolaire classique et termina ses études secondaires sans réelle motivation. Pour faire plaisir à son père, qui le voyait dans le futur comme un médecin réputé, Michael Franzese s’inscrivit à l’université d’Hofstra dans le Long-Island pour y suivre des cours de médecine, avant d’arrêter deux années plus tard. A cette époque, John Franzese était incarcéré après avoir été condamné à une peine maximale de cinquante années de prison pour diverses charges fédérales. Michael Franzese était inquiet de cette situation et n’avait qu’une préoccupation en tête, aider son père et sa famille. Celui-ci lui rendait visite régulièrement, alors incarcéré, afin de lui parler de ses problèmes quotidiens, de son envie d’arrêter les études, de changer radicalement de vie et de suivre les traces de son père dans la Cosa Nostra. Au début, face à l’attitude de son fils, John Franzese s’énerva, lui déclarant qu’il devait continuer ses études et qu’il ne devait pas se mêler de ses affaires, puis face à

Joseph Colombo
Joseph Colombo

l’insistance de Michael, John Franzese accepta, tout en imposant ses conditions : « Tu veux choisir cette vie ? D’accord, mais si tu veux être un gangster, je veux tu le fasses bien », puis avant de partir il lui déclara qu’une personne prendrait contact avec lui. Nous étions en 1971 et la famille Colombo qui était gérée par Joseph Colombo vivait une époque assez trouble. Adepte des rassemblements de foule, le Parrain avait crée la Ligue de Défense des Droits Civique des Italos Américains, une surexposition qui agaçait fortement les membres de la Commission. Lors d’un rassemblement de foule au Columbus Circle, en Juin 1971, Joseph Colombo se fit tirer dessus par un Afro-Américain, Jérôme Johnson, qui sera par la suite descendu par ses gardes du corps. Le Parrain de la famille Colombo survécut miraculeusement, mais gravement touché, il restera invalide jusqu'à la fin de sa vie, avec l’impossibilité de pourvoir continuer à gérer les affaires familiales. Le jour de cette tentative de meurtre, Michael Franzese était présent pour distribuer des tracts à une foule, qui s’était déplacée très largement afin d'écouter le Parrain de la famille Colombo et il comprit que cette vie, qu’il avait toujours voulu, allait le changer à jamais. Peu de temps après, Michael Franzese reçut un appel d’un Soldat de la famille Colombo, qui l’amena au club social de Thomas DiBella. Après le retrait de Joseph Colombo, la Commission regroupant certaines familles de la Cosa Nostra, demanda à Thomas DiBella de gérer les affaires courantes. Michael Franzese connaissait Thomas DiBella, c’était un ami de son père et en arrivant sur les lieux du rendez-vous, celui-ci lui fit un topo des règles à respecter au sein de la Cosa Nostra et lui déclara que désormais, il allait être sous la tutelle du Capitaine, Andrew « Andy Mush » Russo. En tant qu’Associé, Michael Franzese ne gagnait pas beaucoup d’argent, et ses journées consistaient à faire acte

John Franzese et Michael Franzese
John Franzese et Michael Franzese

de présence dans divers clubs sociaux détenus par la famille Colombo. A l’intérieur, les gangsters, entre deux parties de cartes, parlaient des prochains « coups à faire », des astuces pour gagner de l’argent, Michael Franzese écoutait attentivement les moindres conseils et essayait de s’imprégner de cette nouvelle vie. Mais être le fils de John Franzese avait aussi certains avantages et régulièrement, Michael Franzese accompagnait Thomas DiBella et Andrew Russo dans leur véhicule, assis à l’arrière, il emmagasinait beaucoup d’informations qui lui serviront par la suite. Quatre ans plus tard, en 1975, Michael Franzese reçu un appel d’Andrew Russo lui demandant de se présenter dans une maison près de Caroll Street, toujours à Brooklyn, avec obligation de bien s’habiller. Une fois sur place, Michael Franzese entra dans une salle sombre où seulement quelques bougies éclairaient la pièce. Face à lui, se trouvait Thomas DiBella, qui était devenu l’Acting Boss de Carmine Persico, le nouveau Parrain de la famille Colombo, entouré de tous les Capitaines de cette organisation. L’initiation commença et Andrew Russo lui pris la main afin de lui entailler le doigt. Le sang coula alors sur une image pieuse et Michael Franzese commença à réciter le rite d’initiation à la Cosa Nostra, il venait de devenir un Soldat de la famille Colombo.

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 > >>