Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

Articles avec #philadelphie tag

APRÈS QUELQUES MOIS D'INCARCÉRATION PHIL NARDUCCI RETROUVE LA LIBERTÉ

16 Février 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Philadelphie

Phil Narducci
Phil Narducci

Après la sortie de Damion Canalichio, c’est une autre personnalité de la famille de Philadelphie, Phil Narducci, qui vient de sortir d’un pénitencier fédéral après avoir passé près de huit mois à l’ombre. Le système carcéral Américain, Phil Narducci le connaît très bien. Condamné au milieu des années 1980 à près de quarante années de prison pour meurtre, Phil Narducci fut libéré en 2012. Une fois libre, tout portait à croire que Phil Narducci allait retrouver les rues de Philadelphie et les rangs de la Cosa Nostra, fort de tout le respect accumulé pendant toutes ces années d’incarcération. Au début, Phil Narducci se fit discret, dans un sens c'était logique, étant encore en liberté surveillée, le gouvernement fédéral pensait que Phil Narducci végétait dans l'ombre le temps de pouvoir retrouver une liberté totale sur ses affaires. Mais au final et à la grande surprise des autorités fédérales, Phil Narducci changea complètement « d’orientation professionnelle » et devint un businessman, investissant dans plusieurs restaurants et boites de nuit, toujours à Philadelphie. Mais malgré le fait que Phil Narducci gagnait désormais sa vie légalement, des rumeurs circulaient à Philadelphie, comme quoi l’ancien homme fort de Nicodemo Scarfo, qui détesterait au plus haut point le Parrain actuel, Joseph Merlino, préparerait son retour avec l’aide de son équipe gérée par Joseph « Joe Punge » Pungitore. L’année dernière, Phil Narducci fut arrêté et inculpé d’extorsion. Selon les autorités fédérales, ce dernier aurait prêté à un individu, ayant des liens avec un groupe extrémiste du Moyen-Orient, près de 12 500 dollars. Le problème est que l’individu en question ne respectait pas tellement les versements hebdomadaires fixés par Phil Narducci et ne prenait pas tellement au sérieux les menaces à son encontre. Un soir, Phil Narducci demanda à cet individu de venir s’expliquer, d’homme à homme, dans l’un de ses bureaux. Rapidement, Phil Narducci s’énerva et le jeta contre le mur, puis fini par lui claquer la tête à plusieurs reprises,  contre le pare-brise d’un véhicule garé à l’extérieur. Deux jours plus tard, la victime donna à un Associé de Phil Narducci, Jimmy Gallo, la somme demandée, avec les intérêts. Le problème dans cette histoire, est qu’après s’être fait attaqué physiquement par Phil Narducci, la victime s’était précipitée dans les bureaux du FBI, qui l’ont très vite convaincu de porter un dispositif d’enregistrement. Le soir ou cet individu remit l’argent à Jimmy Gallo, il pu enregistrer l’Associé de Phil Narducci lui demandant « D’arrêter de jouer avec le feu », prétextant que Phil Narducci « était un tueur impliqué dans près de huit meurtres » : « Tu sais quand ce type (Phil Narducci) se présentera chez toi avec un putain de masque de ski, tu n’auras pas le temps de dire quelque chose, que tu seras déjà mort ». Rapidement arrêté, Phil Narducci accepta un accord de plaidoyer assez avantageux. En effet, ce dernier ne fut enregistré à aucune reprise et le relier à une affaire d'extorsion, malgré des enregistrements effectués avec succès sur Jimmy Gallo, aurait pu être compliqué à prouver pour les procureurs fédéraux. Après avoir passé cet accord et lors de sa première comparution devant un juge fédéral, Phil Narducci demanda à être incarcéré immédiatement, afin de pouvoir commencer à purger sa peine le plus rapidement possible et ainsi avoir une possibilité de pouvoir retourner au travail, dans l’un de ses restaurant au printemps prochain. A noter que le frère de Philip Narducci, Frank « Chickie » Narducci, un ancien Soldat de la famille de Philadelphie, est décédé de causes naturelles en Octobre dernier, il avait soixante six ans.

Lire la suite

UN SOLDAT DE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE LIBÉRÉ DE PRISON APRÈS TREIZE ANNÉES D'INCARCÉRATION

9 Février 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Philadelphie

George Borgesi et Damion Canalichio
George Borgesi et Damion Canalichio

Un Soldat de la famille de Philadelphie, un proche de Joseph Merlino, Damion Canalichio vient d’intégrer une maison de transition après avoir purgé près de neuf années pour racket. Considéré par les autorités, comme un « dur à cuir », un « gros bras » utilisé par la hiérarchie mafieuse afin de résoudre certaines affaires délicates, Damion Canalichio a aussi une réputation de tueur, soupçonné dans différents assassinats encore non élucidés. Lors de son jugement en 2013, les procureurs fédéraux avaient fait passer des enregistrements ou on pouvait entendre clairement le Soldat de la famille de Philaldelphie se vanter, d’une part, d’être un membre intronisé de la Cosa Nostra, mais aussi de vouloir « casser la tête » à un mauvais payeur. A cette époque, le procureur fédéral avait fustigé le comportement de Damion Canalichio prétextant que sa maison, estimée à près de 235 000 dollars, avait été achetée grâce à « l’usure, le racket, les paris, la menace et la violence ». Le jour du verdict, Damion Canalichio n’avait pas bronché, tête baissée, il s’excusa auprès de sa famille avant d’être emmené par les US-Marshals. Damion Canalichio été repéré par le FBI au début des années 1990. A cette époque, il servait de chauffeur à l’actuel Acting Boss de la famille de Philadelphie, Steven « Handsome Stevie » Mazzone. Dans les années 2000, avec l’incarcération

John Casasanto
John Casasanto

de Steven Mazzone, Damion Canalichio aurait veillé aux intérêts de son supérieur dans les rues de de la Philadelphie. Mais être le meilleur ami de Steven Mazzone ne suffit pas pour être intronisé dans la Cosa Nostra, il faut faire ses preuves, assassiner pour la famille. En 2003, le Soldat John « Johnny Gongs » Casasanto devenait un problème. Dans la famille de Philadelphie certaines personnes déclaraient que John Cassanto profitait de l’incarcération de Joseph Merlino pour avoir une liaison avec sa femme. Un soir, dans une boite de nuit huppée de Philadelphie, John Casasanto aurait attrapé les fesses de la femme de Joseph Merlino et hurla : « Vous pouvez dire à Joey qu’elle est à moi maintenant », John Casasanto venait de signer son arrêt de mort. En Novembre 2003, alors que John Casasanto sortait de son domicile, il fut touché à plusieurs reprises. A ce jour, cet assassinat ne fut jamais résolu, mais selon les autorités fédérales, Damion Canalichio aurait été largement impliqué dans ce meurtre. Avant son inculpation en 2011 et sa condamnation en 2013, Damion Canalichio purgeait déjà, depuis 2007, une peine de quatre années de prison pour trafic de stupéfiant. Dans la Cosa Nostra, le respect d'un membre se juge par sa loyauté et par ses années d'incarcération, c’est alors fort de près de treize années passées dans diverses prisons fédérales, que Damion Canalichio retrouve les rues de Philadelphie. Une fois que Damion Canalichio sera sorti de cette maison de transition, le Soldat de la famille de Philadelphie sera soumis pendant quelques temps à des règles très strictes imposées sur sa liberté surveillée. Une fois libéré de toutes contraintes, Damion Canalichio deviendra sans nul doute un personnage important dans la famille, un poste de Capitaine lui est d'ailleurs ouvert, une fois qu'il sera opérationnel.

Lire la suite

LA COSA NOSTRA AUX ÉTATS-UNIS EN 2019

31 Décembre 2019 , Rédigé par Xav Publié dans #Genovese, #Gambino, #Bonanno, #Buffalo, #Colombo, #DeCavalcante, #Detroit, #Philadelphie, #Lucchese, #Patriarca, #Outfit

L'année 2019 restera sans nul doute l'année du changement. Cette année, comme la précédente, fut assez mouvementée dans les familles de la Cosa Nostra, qui pour essayer d’échapper aux griffes du gouvernement fédéral ont essayé de ruser, en changeant, pour la plupart, une partie de leur hiérarchie. Mais 2019 restera à jamais marqué comme l’année où Francesco « Franky Boy » Cali, une étoile montante du milieu, soupçonné par les autorités comme le Parrain de la famille Gambino, fut assassiné devant son domicile de Staten-Island. Près de trente quatre ans après le meurtre d’un autre Parrain, Paul « Big Paulie » Castellano devant le Sparks Steack Housede Manhattan, l’assassinat de Francesco Cali raisonna comme un coup de tonnerre dans les rues de New-York, où les autorités craignaient qu’un règlement de compte entre famille était en train de se préparer. Finalement, après seulement quelques jours d’enquête, il se révéla que Francesco Cali avait été assassiné non pas dans une lutte interne dans la famille Gambino, non pas par une embuscade tendue par une autre famille de la Cosa Nostra, mais par un dégénéré, qui entretenait une liaison avec la nièce de Francesco Cali. Une histoire de famille dans la famille. L’année 2019 est bien et restera l’année du changement et malgré plusieurs procès, qui ont terminé pour la plupart du temps, à l’avantage des mafieux de la Cosa Nostra, les Parrains de différentes familles ont décidé de chambouler une bonne partie de leur organigramme, dans un but de déstabiliser le gouvernement fédéral, mais aussi afin d’assurer leur position au sein de la famille. Dans la Cosa Nostra l’argent est le seul mot d’ordre, mais le pouvoir et la tentation de grimper les échelons plus rapidement, font que certains mafieux essayent de profiter de l’incarcération du Boss en exercice pour essayer de changer les règles établies.

 

La famille Genovese :

 

Liborio Bellomo
Liborio Bellomo

 

Parrain : Liborio « Barney » Bellomo
Acting Boss : Michael « Mickey » Ragusa ?
Underboss : ?
Consigliere : ?

Membres : + 200-220
Associés : + 1000

 

Comme à son habitude et fidèle à ses principes, la famille Genovese aura très peu fait parler d’elle cette année. Vincent Esposito, fils de Vincent « The Chin » Gigante, avait plaidé coupable en Avril dernier après une inculpation pour racket. Cet accord de plaidoyer, une nouvelle fois très avantageux pour le mafieux, prévoyait que le gangster, qui n’est pas référencé comme un membre intronisé de la famille Gambino, accepte de rendre au gouvernement fédéral plusieurs millions de dollars, en échange de deux années derrière les barreaux. Après le décès en 2018 de l’Acting Boss, Peter « Petey Red » DiChiara, Liborio Bollomo, le Parrain de la famille Genovese essaya de combler ce manque très rapidement. Selon les autorités fédérales, ce poste qui est très stratégique dans la famille Genovese, car il permet de relayer les messages du Parrain aux membres de sa famille, aurait été confié à Michael « Mickey » Ragusa, un proche de Liborio Bellomo, âgé de cinquante quatre ans. Gangster de la vieille école et ayant une capacité à naviguer sous le radar du FBI, Michael Ragusa fit pour la première fois parler de lui en 2001, quand il fut inculpé, avec d’autres membres de la famille Genovese, d’avoir contrôlé plusieurs sections syndicales dans les docks de New-York et à Miami. Pour ce délit, Michael Ragusa purgera trois années de prison et sortira en 2005 et depuis ce temps, il ne fera plus jamais parlé de lui. Liborio Bellomo sait pertinemment que pour éviter les attaques du gouvernement fédéral, il est dans l’obligation de s’entourer de membres de confiances, des amis proches, qui lui permettront à continuer à prospérer et à gérer la famille de la Cosa Nostra la plus puissante aux Etats-Unis.

 

La famille Gambino :

 

Lorenzo Mannino
Lorenzo Mannino

 

Parrain : Peter « One Eye » Gotti
Acting Boss : Lorenzo Mannino
Underboss : 
Consigliere : Michael « Mickey Boy » Paradiso

Membres : + 190-210
Associés : + 1000

 

La famille Gambino aura attiré, sans le vouloir, toute l’attention des médias et des agents fédéraux en seulement quelques jours. En Mars dernier, Francesco « Franky Boy » Cali, considéré comme l’un des membres le plus influents de la famille Gambino, fut assassiné devant son domicile de Staten-Island. Ce meurtre, effectué par un individu n’ayant aucun lien avec le crime organisé, pour un simple désaccord amoureux, mais aussi pour des thèses complotistes, fut comme un électrochoc dans cette famille reconnue depuis quelques années pour sa stabilité. Après la mort de Francesco Cali, Domenico « Italiam Dom » Cefalu, l’ancienne garde la faction Sicilienne, en semi-retraite, repris le relais, le temps de trouver un successeur capable de reprendre les rênes. Quelques semaines plus tard, Lorenzo Mannino, un proche de Frank Cali sera nommé poste pour poste, gardant ainsi tout le pouvoir à la faction Sicilienne. Connu des autorités pour son tempérament violent, Lorenzo Mannino a déjà passé près de quinze années derrière les barreaux, après une condamnation pour trafic de drogue et tentative de meurtre. Avant l’assassinat de Francesco Cali, son nom était apparu dans un rapport de la GRC, la Gendarmerie Royale du Canada, prouvant que Lorenzo Mannino était toujours une « personnalité » de choix en matière de trafic de drogue à l’échelle internationale. Peu de temps après sa nomination, le poste de Consigliere fut confié à Michael Paradiso, un gangster de longue date de la famille Gambino, qui a passé plus de la moitié de sa vie derrière les barreaux. Reconnu lui aussi pour son tempérament sulfureux, Michael Paradiso, qui ne fait pas parti de la faction Sicilienne, est un personnage apprécié et respecté des autres membres de la famille Gambino. En Juillet dernier, une opération conjointe entre le FBI et la police Italienne, permit d’arrêter des membres de la famille Gambino, mais aussi des membres de la famille Inzerillo en Sicilie. La famille Inzerillo, l’ancienne perdante de la guerre orchestrée par les Corléonais de Salvatore Riina, avait repris depuis quelques années des négociations assez poussées avec la famille Gambino, par le biais de Francesco Cali. Ces arrestations ont démontré que les forces de police Italienne et Américaine travaillent toujours main dans la main pour démanteler ces réseaux mafieux, mais elles démontrent aussi, que la famille Gambino essaye depuis quelques années de relancer le buisiness avec sa cousine Sicilienne, en particularité avec le trafic de drogue. Et alors que Peter Gotti, le soi-disant Parrain de la famille Gambino rejette sa vie passée dans la Cosa Nostra dans l’espoir de sortir de prison, cette fin d’année marquera aussi l’arrestation de deux Capitaines, Richard Martino et Andrew Campos, inculpés de plusieurs charges fédérales tenant de la loi RICO. 

 

La famille Bonanno :

 

Michael Mancuso
Michael Mancuso

 

Parrain : Michael « The Nose » Mancuo
Acting Boss : John « Johnny Skyway » Palazollo 
Underboss : ?
Consigliere : 

Membres : + 120-150
Associés : + 1000

 

L’année 2019 avait pourtant bien commencé pour la famille Bonanno. Le procès de Joseph « Joe C » Cammarano Jr et John « Porky » Zancocchio, considéré à cette époque comme l’Acting Boss et le Consigliere de la famille Bonanno, se solda par des acquittements pour les deux accusés. Moins de deux semaines après ce verdict, Michael Mancuso, considéré comme l’actuel Parrain de la famille Bonanno, quitta une maison de transition et retrouva les rues de New-York. On aurait pu penser que ces acquittements, couplés à la libération de leur Parrain, permettrait à la famille Bonnano de devenir l’une des familles les plus stables en ce moment. Depuis plusieurs années et malgré son incarcération, Michael Mancuso essaya tant bien que mal de réorganiser sa hiérarchie. Une organisation tellement difficile à gérer à distance, que le Parrain de la famille Bonanno, qui s’exposa un peu trop, se vit transférer à différentes reprises dans des pénitenciers fédéraux afin de couper les liens avec les Bonanno. Une fois sortie de prison et libéré de toutes contraintes sur sa liberté surveillée, Michael Mancuso passa à l’attaque et décida de rétrograder des Capitaines récalcitrants, mais aussi, de renvoyer une partie de sa hiérarchie. La tactique de défense adopté par Joseph Cammarano Jr et John Zancocchio pendant leur procès, avait profondément énervé Michael Mancuso, qui n’avait pas supporté que leurs avocats de ironisèrent sur la gestion supposée de la famille Bonanno depuis la prise de pouvoir de Michael Mancuso. Pire encore, des échos remontés jusqu’aux oreilles de Michael Mancuso, permirent de comprendre que Joseph Cammarano Jr avait essayé de réunir les Capitaines de la famille, en 2017, afin de le confirmer comme le nouveau Parrain de la famille, un affront. A une époque, cette tentative de « putsch » manquée aurait entrainé sans nul doute une guerre interne dans la famille, mais désormais les mentalités ont changé et tout se règle par des rétrogradations. Désormais, les « têtes brulées » de la famille Bonanno, des proches de Joseph Cammarano Jr, sont devenus des simples Soldats, aux ordres de Capitaines à la botte de Michael Mancuso, une humiliation. La faction Sicilienne fut ainsi dépouillée de tout pouvoir et le poste d’Acting Boss fut confié à Michael Palazolla, un membre, qui de part son expérience, sera consolidé les membres de la famille Bonanno autour de Michael Mancuso.

 

La famille Lucchese :

 

Vittorio Amuso
Vittorio Amuso

 

Parrain : Vittorio « Vic » Amuso
Acting Boss : Michael « Big Mike » DeSantis
Underboss : Patrick « Patty » DeRusso
Consigliere : Adrew DeSimone

Membres : + 100-140
Associés : + 1000

 

Un poste que l’on pensait « honorifique » mais que Vittorio Amuso tient toujours d’une main ferme. En effet, après des dizaines années d’incarcération, le Parrain de la famille Lucchese a démontré cette année, qu’il n’était pas encore prêt à « passer la main » et mieux encore, qu’il était encore capable de changer l’organisation de sa famille, à son avantage bien entendu. John Pennisi, un ancien Soldat de cette organisation criminelle, témoigna, lors du dernier procès Lucchese, que Vittorio Amuso voulait au mieux, démanteler la faction du Bronx, au pire, de tous les assassiner. Le Parrain de la famille Lucchese voulait profiter du procès de Steven Crea et Matthew Madonna, des membres de la faction du Bronx, qui géraient la famille depuis des années, pour remettre la faction de Brooklyn au devant de la scène. La première solution fut privilégiée et ainsi, Matthew Madonna sera remplacé par Michael DeSantis et Steven Crea par Patrick DeRusso. Cette réorganisation est dans un sens bien tombée, car après un procès de plusieurs semaines, Steven Crea, Matthew Madonna et le Soldat, Christopher Londonio seront reconnus coupable de plusieurs charges fédérales, dont l’assassinat de l’ancien leader du Purple Gang,Michael Meldish. La famille Lucchese qui compterait actuellement sept factions réparties dans tout New-York, reste à ce jour une famille instable, où les tensions internes réparties entre membres interposés, pourront, à terme, faire imploser cette organisation criminelle.

 

La famille Colombo :

 

Andrew Russo
Andrew Russo

Parrain : ?
Acting Boss : Andrew « Andy Mush » Russo ?
Underboss : Benjamin « The Claw » Castellazzo ?
Consigliere : Thomas « Tom Mix » Farese ?

Membres : + 100-120
Associés : + 1000

 

La famille Colombo reste à ce jour, la plus petite des cinq familles New-Yorkaise et comme l’année dernière, les Colombo n’auront que très peu fait parler d’eux dans les médias Américains. En Mars dernier, Carmine « The Snake » Persico, l’emblématique Parrain, emprisonné depuis le procès dit de la Commission,est décédé dans un hôpital proche de la prison fédéral de Butner dans l’État de la Caroline du Nord, lieu ou il était emprisonné pendant toute ces années. On ne sait pas avec exactitude, si Carmine Persico gérait encore une famille anéantie par les nombreux raids orchestrés par les agents fédéraux ces dernières années. Cette non-médiatisation pourrait signifier que l’état de la famille Colombo est tellement désastreux, que celle-ci n’a plus tellement de hiérarchie dans la capacité de diriger les affaires quotidiennes. Mais cela pourrait aussi signifier que la famille Colombo végète dans l’ombre, se reconstruit, se réorganise afin de redevenir une famille viable dans la Cosa Nostra.

 

La famille DeCavalcante :

 

Charles Marjuri
Charles Marjuri

 

Parrain : Charles « The Ear » Marjuri ?
Acting Boss : ? 
Underboss : ?
Consigliere : Frank Nigro

Membres : + 40-60
Associés : + 200

 

Qui dirige la famille ?. Combien de factions se composent cette famille de la Cosa Nostra implantée dans le New-Jersey ?. A ce jour et depuis la mort de Francesco Guaracci en 2016, l’organisation de cette famille reste un mystère. Comme je le stipulais dans mon article l’année dernière, les membres susceptibles de prendre la relève sont peu nombreux, mais sont bien présents. Il y a Charles « The Ear » Marjuri ou encore Philip « The King Of Wall Street » Abrams  des personnalités d’envergure qui pourraient très bien prétendre au poste de Parrain, mais à ce jour, rien n’est fixé. Pourtant et malgré le fait que les DeCavalcante n’ont pas fait la une des médias Américains cette année, les autorités fédérales sont persuadées que la famille DeCavalcante reste très bien implantée dans l’État du New-Jersey et qu’elle contrôle toujours, avec l’aide de dirigeants syndicaux corrompus, le port de Newark. Dernièrement, deux Associés de la famille, ont été inculpés de trafic de drogue. 

 

La famille de Philadelphie :

 

Joseph Merlino
Joseph Merlino

 

Parrain : Joseph « Joey » Merlino
Acting Boss : Michael Lancellotti ?
Underboss : Steven « Handsomme Steve » Mazonne ?
Consigliere : Joseph « Uncle Joe » Ligambi ?

Membres : + 50-70
Associés : + 500

 

Après la condamnation de Joseph Merlino, relative à l’opération East Coast, le Parrain de la famille de Philadelphie a intégré cette année une maison de transition en Floride, après un peu plus d’un an derrière les barreaux. Avant son incarcération, Joseph Merlino avait essayé de réorganiser la direction de la famille. Michael « Mikey Lance » Lancelotti avait été promu au poste d’Acting Boss, mais des rumeurs sur ses problèmes de santé, font qu’il aurait décidé de prendre du recul. En solution de remplacement, Joseph Merlino aurait alors tablé sur George Borgesi, qui a déjà occupé par le passé un poste au niveau de la direction. En Mai dernier, un rival de Joseph Merlino, Philip Narducci plaidera coupable pour des accusations d’extorsion. Selon ses avocats, ce dernier aurait tourné définitivement la page avec ses années dans la Cosa Nostra. Condamné à moins d’un an de prison, Philip Narducci demanda curieusement à commencer à purger sa peine après son verdict, dans l’optique de pouvoir reprendre ses activités, légales bien entendu, dès sa sortie de prison. 

 

La Outfit : 

 

Salvatore DeLaurentis
Salvatore DeLaurentis

 

Parrain : Salvatore « Solly D » DeLaurentis
Acting Boss : Albert « Albie The Falcon » Vena 
Underboss : James « Jimmy The Ice Pick » Inendino
Consigliere : Joseph « The Builder » Andriarchi

Membres : + 40-60
 Associés : + 1000

 

Avec l’arrestation du Soldat, Robert Panozzo Sr, les autorités fédérales espéraient que ce dernier passe à table, qu'il commence à faire des confessions, qui auraient pu amener les agents fédéraux vers Albert « Albie the Falcon » Vena, une cible prioritaire. Mais malheureusement pour le gouvernement fédéral, Robert Panozzo Sr leur a clairement dit « d’aller se faire voir » et préféra purger sa peine de dix huit années de prison tout en continuant à respecter son serment d’allégeance à la Cosa Nostra. Pour les fédéraux, Albert Vena est devenu depuis quelque temps, un personnage central dans la Outfit Chicago. Le Parrain actuel, Salvatore « Solly D » DeLaurentis a passé une bonne partie de sa vie derrière les barreaux et aurait montré son souhait de se retirer petit à petit des affaires familiales. Ce dernier qui passerait la plupart de son temps dans l’État du Wisconsin, a demandé à son Acting Boss, Albert Vena de réorganiser la direction de la Outfit, signe que Salvatore DeLaurentis se voyait de plus en plus en dehors des affaires. Albert Vena décida de s’entourer de nouvelles têtes. Il demanda alors à James « Jimmy The Ice Pick » Inendino, le Capitaine actuel de la faction de Cicero, de devenir son Underboss. Au poste de Consigliere, Albert Vena demanda à James « Joe The Builder » Andriarchi de sortir de sa pré-retraite. James Andriarchi à un long parcours criminel au sein de la Outfit. Très respecté, Albert Vena est persuadé que son expérience permettra de résoudre certains conflits entre certaines factions. Et alors que la nouvelle organisation de la Outfit est pratiquement opérationnelle, son ancien Consigliere, John Matassa Jr à été condamné à six mois de détention pour avoir profité de son rôle de trésorier d’une section syndicale, pour y détourner les fonds. Un autre Consigliere, une ancienne figure de la Outfit, Joseph « Joey The Clown » Lombardo, est quant-à lui décédé cette année, dans le pénitencier fédéral d’ADX Florence, lieu ou il purgeait sa peine de prison à perpétuité suite à sa condamnation relative à au procès dit des « Secrets de famille ».

 

La famille Patriarca :

 

Carmen DiNunzio
Carmen DiNunzio

 

Parrain : Carmine « The Cheese Man » DiNunzio
Acting Boss : ? 
Underboss : Matthew « Good Matty » Guglielmetti Jr
Consigliere : Joseph « The Bishop » Achille

           Membres : + 40-50
           Associés : + 200

 

Une année extrêmement calme pour la famille Patriarca, qui depuis la prise de pouvoir de Carmine DiNunzio n'a pas réellement fait parler d'elle. Le Capitaine Edward « Eddie » Lino a été libéré d’un pénitencier fédéral en Février dernier après avoir purgé près de neuf années de prison. A ce jour, le rôle d’Anthony DiNunizo, le frère de Carmen qui a été libéré en 2008, reste quant-à lui reste inconnu. 

 

La famille de Détroit :

 

Jack Giacalone
Jack Giacalone

 

Parrain : Jack « Jacky The Kid » Giacalone
Acting Boss : Peter « Blackie » Tocco
Underboss : Anthony « Chicago Tony » LaPiana
Consigliere : Anthony « Tony Pal » Palazzolo

        Membres : + 40-50
        Associés : + 200

 

Comme pour 2018 la famille de Détroit fut complètement épargnée par les autorités fédérales. Il faut dire que le cloisonnement de cette organisation criminelle et les liens de sang entre plusieurs de ses membres, rendent le travail beaucoup plus difficile pour les agents fédéraux. Alors que certaines familles de la Cosa Nostra gagnent encore de l’argent grâce au trafic de drogue ou aux jeux illégaux, la famille de Détroit a depuis des années s'est orientée vers une toute autre stratégie, en privilégiant les crimes en « col blanc ». L’un de ses membres, adepte de ce genre de pratique, le Consigliere Anthony « Tony Pal » Palazzolo est décédé en Janvier dernier, il avait soixante dix huit ans. Et pour vous démontrer que la famille de Détroit reste une famille très cloisonnée, près d’un an après son décès, aucune information n’a fuité sur un éventuel successeur à son poste, une stratégie payante qui en font de la famille de Détroit, l’une des familles de la Cosa Nostra les plus influente aux Etats-Unis. 

 

La famille de Bufallo :

 

Joseph Todaro Jr
Joseph Todaro Jr

 

Parrain : Joseph Todaro Jr
Acting Boss : ?
Underboss : Domenico Violi

Consigliere : ?

       Membres : + 30-40
       Associés : + 100

 

L’opération de la GRC et du FBI en 2018 a complètement bouleversé le quotidien de la famille de Buffalo qu’on croyait défunte depuis plusieurs années. Joseph Todaro Jr, qui a toujours déclaré qu’il n’avait aucun lien avec la Cosa Nostra, qu’il n’était qu’un honnête travailleur, propriétaire d’une célèbre pizzeria dans la ville de Buffalo, la Nova Pizzeria, a clairement été identifié comme le Boss d’une famille composée de membres implantés aux Etats-Unis et au Canada. Et alors même si Domenico Violi est actuellement incarcéré, la famille de Buffalo reste encore active dans certains domaines. Récemment, les autorités fédérales ont inculpé un ancien agent de la DEA, Joseph Bongiovanni, pour avoir accepté des pots de fin venant de membres de la Cosa Nostra, en particulier de la famille de Buffalo. 

Lire la suite

UN SOLDAT DE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE PLAIDE COUPABLE DE TRAFIC DE DROGUE

26 Juin 2019 , Rédigé par Xav Publié dans #Philadelphie

Joseph « Joey Electric » Servidio, Soldat de la famille de Philaselphie, vient de plaider coupable de trafic de drogue cette semaine, il pourrait être condamner au maximum à douze ans et demi derrière les barreaux. Cela fait des années que Joseph Servidio était dans le collimateur du gouvernement fédéral depuis une première condamnation pour trafic de cocaïne, mais par manque de preuve, le FBI n’a jamais réussi à l’arrêter. L’occasion se présenta grâce à un informateur, un proche du Soldat de la famille de Philadelphie, qui a pu pendant plusieurs moi, enregistrer Joseph Servidio en train de raconter sa petite vie criminelle, faite de trafic en tout genre et en particulier de la vente de stupéfiants, l’une de ses spécialités. Joseph Servidio se vantait de pouvoir parler librement de ses trafics car selon lui, plus de quatre vingt pourcent des témoins du gouvernement n’étaient « pas fiables ». « Je suis un criminel, tout ce que je fais, ce sont des actes criminels. L’année dernière, j’ai dû braquer un fourgon blindé pour pouvoir m'en sortir financièrement ». Selon le FBI, les conversations ont été effectuées dans plusieurs lieux : dans des maisons appartenant à différents membres de la Cosa Nostra, dans des restaurants, mais aussi pendant des promenades, c’est dans ces moments là que Joseph Servidio recevait l’argent lié à ses trafics. Le Soldat de la famille de Philadelphie expliqua au témoin du gouvernement pourquoi il distribuait et vendait des stupéfiants : « La drogue est l’activité dans laquelle je peux me faire le plus d’argent et tu sais que j’adore dépenser du fric ». De plus de parler librement de trafic de drogue en tout genre, Joseph Servidio raconta aussi son intention de taxer les bookmakers et les vendeurs de drogue d’Atlantic City, un territoire ouvert pour les familles de la Cosa Nostra et ou la famille de Philadelphie reste très bien implantée. Joseph Servidio se méfiait pas du tout de la parole des informateurs devant un tribunal, mais craignait énormément des « cassettes », des « micros », des « enregistrements » : « Cela peut vous tuez. Presque tous les témoins oculaires peuvent être battus lors d’un procès, mais une bande audio ? ce n’est pas possible ». Ces enregistrements furent accablants et à chaque fois que Joseph Servidio se faisait enregistrer, il s’enfonçait de plus en plus et revendiquait ouvertement, qu’il travaillait pour le compte de la famille de Philadelphie.Selon le témoin du gouvernement, un an avant son arrestation Joseph Servidio et l’un de ses Associés auraient passé près de trois heures devant le domicile d’un autre trafiquant de drogue pour essayer de l’assassiner. Selon Joseph Servidio, il aurait acheté deux téléphones jetables, payés en liquide pour essayer de se « couvrir » et de ne « laisser aucune trace ». Dans un enregistrement, Joseph Servidio déclara qu’une partie de l’argent récoltait grâce à ses trafics, « remontait en haut de la structure », le tout selon lui était de calculer une « base hebdomadaire », pour éviter de prendre des remarques de la part des supérieurs. En décembre 2016, lors d’une réunion à Atlantic City, Joseph Servidio déclara qu’il avait fait ses « os » (assassiner une personne) à l’âge de dix neuf ans, tout en continuant qu’il était « intéressé » par des révolvers. Lors cette même soirée, Joseph Servidio s’épancha un peu plus sur le plaisir qu’il éprouvait à « dépenser de l’argent ». Pour le Soldat de la famille de Philadelphie, vendre des stupéfiants étaient un moyen pour de s’assurer que l’argent coulait à flot, mais cela pouvait lui aussi causer des ennuis dans son propre cercle familial. Un jour, l’un de ses amis décéda d’une overdose et Joseph Servidio fut confronté à une mère en deuil. Cette dernière lui expliqua qu’il fallait qu’il arrête de vendre de la drogue, « qu’il faisait de mal à beaucoup de gens ». Lors que l’informateur du gouvernement lui demanda si elle avait raison, Joseph Servidio rétorqua : « Oui elle à raison, mais j’adore trop l’argent et c’est le meilleur moyen d’en gagner. Tu sais je suis un criminel, il me faut près de deux cent cinquante mille dollars par an pour je puisse rentrer dans un seuil de rentabilité ». 

Lire la suite

PHILIP NARDUCCI PLAIDE COUPABLE ET DEMANDE À PURGER IMMÉDIATEMENT SA PEINE DE PRISON

19 Mai 2019 , Rédigé par Xav Publié dans #Philadelphie

Philip Narducci
Philip Narducci

Philip Narducci, un Soldat de la famille de Philadelphie, a plaidé coupable en milieu de semaine sur des accusations de prêt usuraire et d’extorsion. Cet accord de plaidoyer assez avantageux, permet à Phil Narducci, de purger une peine maximale d’un an dans un pénitencier fédéral, une aubaine pour un individu qui a passé près de la moitié de sa vie derrière les barreaux. En 2012, à sa sortie de prison, il était plus qu’évident que Philip Narducci, réintègre les rangs de la famille de Philadelphie, fort de tout le respect accumulé pendant ces dizaines d’années en prison. Mais curieusement, au début Philip Narducci se fit discret, se lançant plutôt sur des affaires légitimes, en ouvrant des restaurant ou en investissant dans des boites de nuit ou dans encore dans l’immobilier. Par la suite, des photos de surveillance prouveront que Philip Narducci entretenait encore une certaine proximité avec des membres de la famille de Philadelphie et que son influence avait augmenté suite aux problèmes judiciaires de l’actuel Parrain, Joseph Merlino. Les premiers détails de cet accord de plaidoyer furent présentés dans le juge fédéral, qui après avoir approuvé l'accord entre les deux parties, déclara qu'il allait rendre son verdict en Septembre prochain, une attente interminable pour Philip Narducci. En effet, le Soldat de la famille de Philadelphie demanda curieusement au juge fédéral de pouvoir commencer à purger sa peine de prison et même avant le prononcé de sa sentence, une attitude qui laissa perplexe le juge. Mais dans l’esprit de Philip Narducci, plus vite sa peine de prison sera purgée, plus vite il pourra retourner dans les rues de Philadelphie reprendre le travail. Interloqué, le juge déclara que Philip Narducci pouvait très bien se présenter devant une prison fédérale choisie par le bureau des prisons (BOP) dès lundi. Un an de prison, une simple petite tape sur les doigts pour Phil Narducci surtout pour une extorsion avec violence. Le gouvernement fédéral avait réussi à prouver, grâce à l’aide d’un informateur, que Phil Narducci avait prêté près de vingt mille dollars à un individu avec des versements hebdomadaires obligatoires. Mais l’individu en question avait du mal à rembourser son emprunt, qui se montait alors à près de cent quinze mille dollars. Philip Narducci, demanda alors à l'un de ses Associés, dénommé James Gallo, d'utiliser les vieilles techniques de la Cosa Nostra, l’intimidation et la violence. James Gallo se présenta devant l’individu et essaya de l’effrayer en lui remémorant la carrière criminelle de Philip Narducci et de son implication dans plusieurs assassinats, dont la plupart ne sont pas encore élucidés. Cette affaire semble très compliquée à négocier pour l’Associé James Gallo, mais pour Philip Narducci, il était difficile à prouver pour les procureurs fédéraux, que cela soit bien Philip Narducci qui avait prêté cet argent et qui avait ordonné à son Associé de menacer cet individu. En effet, aucun enregistrement ne permettait de relier Philip Narducci avec cette extorsion et le fait que le juge fédéral donna l’autorisation à la défense de pouvoir fouiller dans le passé des futurs témoins, firent que les procureurs fédéraux proposèrent un accord de plaidoyer assez avantageux. Les procureurs ont refusé de commenter si la perspective de soumettre leur témoin à un interrogatoire musclé les avaient influencés, précisant seulement que cet accord avait été négocié quelques mois après la dernière audience de préparation du procès.

Lire la suite

PHIL NARDUCCI ARRÊTÉ ET INCULPÉ D'EXTORSION

2 Février 2019 , Rédigé par Xav Publié dans #Philadelphie

Phil Narducci
Phil Narducci

Après avoir passé près de vingt cinq années derrière les barreaux, Phil Narducci retourna à Philadelphie et intégra très rapidement l’équipage de Joseph « Joe Punge « Pungitore.  L’équipe de Joseph Pungitore est essentiellement composée de membres de la vieille école, de l’ère Scaro, qui pour la plupart d’entre eux, ont encore à ce jour, une rancune assez tenace contre les dirigeants actuels de la famille de Philadelphie, qu’ils considèrent comme des « crétins » qui ont profité d’un vide laissé après l’incarcération de Nicodemo Scarfo Sr pour se hisser au pouvoir. Après tant d’années derrière les barreaux, Phil Narducci retrouvait les rues de Philadelphie avec une certaine carrure, avec un respect accumulé après vingt cinq années passés dans un pénitencier fédéral, en gardant la bouche fermée. Les Narducci à Philadelphie ce sont pas n’importe qui. Le patriarche Frank, était déjà un Capitaine craint et respecté, un conspirateur dans la mort de l’ancien Parrain, Philip Testa, un assassinat qu’il payera de sa vie près d’un an plus tard, abattu de plusieurs balles dans le corps et par qui ? par Salvatore Testa, fils de Philip Testa. Phil Narducci et son frère Frank surnommé « Windows » ont suivi les traces de leur père, montant un à un les échelons de la pègre. Reconnus comme des racketteurs hors pair, pouvant ramener énormément d'argent à la famille de Philadelphie, Phil en particulier était aussi réputé pour être un tueur à gages très apprécié par la direction mafieuse. Mais le parcours criminel de Phil Narducci s'arrêta brusquement, quand il fut inculpé et condamné à la fin des années 1980, à près de quarante années de prison pour racket fédéral. A sa sortie, il y avait de forte chance qu'il reprenne ses activités au sein de la pègre, mais curieusement Phil Narducci commença à s'investir dans d'autres projets. Avec l’aide de ses proches, il essaya de devenir un homme d'affaire légitime, en investissant son argent dans des restaurants, dans des discothèques ou encore dans l’immobilier, le but était d’avoir une source de revenue saine, lui permettant de pouvoir naviguer sous le radar du gouvernement fédéral, le temps que ses contraintes liées à sa liberté conditionnelle soient levées. Mais au fil des années et pendant que le Parrain Joseph Merlino, subissait une certaine pression de la part des fédéraux, Phil Narducci vit son influence augmentée au sein de la famille. La plupart le voyant comme un candidat potentiel, après la mise en place par Joseph Merlino, d'un panel de contrôle après sa condamnation découlant de l’opération East Coast. Cette semaine, coup de théâtre, Phil Narducci, pourtant si discret, fut arrêté et inculpé par le gouvernement fédéral d’extorsion. D’après les procureurs fédéraux, qui se sont précipités sur cette affaire, la victime extorquée, qui décidera par la suite de collaborer avec le FBI, déclara qu'il avait été menacé à plusieurs reprises par un Associé de Phil Narducci, dénommé Jimmy Gallo, mais aussi par le mafieux en lui même. Tout est parti d’un prêt qu’accorda Phil Narducci à cet individu, qui à la base était de vingt mille dollars, mais qui avec les intérêts imposés par le mafieux, monta très rapidement à près de de cent quinze mille dollars. En plus de devoir rembourser sa dette totalement, Phil Narducci, aurait imposé des versements mensuels, à date fixe, de l’argent qui aurait été récolté par la suite par Jimmy Gallo. Mais l’individu en question, qui avait des gros problèmes financiers, avait du mal à rembourser Phil Narducci, qui visiblement énervé, demanda alors à Jimmy Gallo d’intervenir. Au départ les menaces furent nettes et précises. Dans des enregistrements dévoilés par la suite par les procureurs fédéraux, Jimmy Gallo déclara à la victime que Phil Narducci avait assassiné entre huit et douze personnes et qu’il était nécessaire pour sa sécurité, de payer ses dettes. Mais vu que les menaces verbales ne fonctionnaient pas, Phil Narducci se serait déplacé en personne, pour agresser physiquement cet individu en lui fracassant sa tête contre le pare brise d’un véhicule. Ce dernier comprit alors le message et finira par payer. Mais deux mois plus tard, la victime était de nouveau en retard dans ses paiements, ce qui rendit Jimmy Gallo hors de lui : « Arrête de jouer avec lui, tu comprends ?. Quand ce gars (Phil Narducci), se présentera chez toi avec un masque de ski, tu diras « Oh non » et ce sera la dernière chose que tu diras dans ta putain de vie. Tu ne sais pas qui il est ?, Tu n’arrives pas à comprendre qu’il a été impliqué dans plusieurs meurtre ? ». La première comparution des deux accusés devant un juge fédéral fut expéditive. Phil Narducci et Jimmy Gallo furent maintenus en détention provisoire, avant une nouvelle comparution qui sera fixée à une date ultérieure.

Lire la suite

LA COSA NOSTRA AUX ÉTATS-UNIS EN 2018

30 Décembre 2018 , Rédigé par Xav Publié dans #Gambino, #Lucchese, #Bonanno, #Colombo, #Genovese, #Buffalo, #Philadelphie, #Outfit, #Patriarca, #DeCavalcante

L’année 2018 fut riche en actualité pour les familles de la Cosa Nostra. Dès Janvier, le procès de Joseph Merlino, l’actuel Parrain de la famille de Philadelphie, commençait dans un climat assez tendu voire explosif. En effet, Joseph Merlino qui était le seul inculpé de l’opération à East Coast à tenter sa chance dans un procès fédéral, confiant dans l’idée d’en découdre de nouveaux avec les procureurs fédéraux, avec un seul objectif, avoir sa revanche. Joseph Merlino et son avocat, Edwin Jacobs Jr, étaient persuadés, que le témoignage du principal témoin, John Rubeo, un Associé de la famille Genovese, discrédité au fil de l’enquête, finirait automatiquement par un acquittement. Finalement, Joseph Merlino ne sera pas condamné, non pas en raison d’un vote unanime des jurés sur sa non-culpabilité, mais faute d’un verdict favorable dans cette affaire, le procès sera alors annulé. Deux mois après, on apprendra que Joseph Merlino, pour la première fois de sa longue « carrière criminelle » décidera de plaider coupable d’une accusation mineure, de jeux illégaux, un arrangement qui le fera condamner à deux années de prison, une peine qu’il purge actuellement dans la prison fédérale de Coleman dans l’État de la Floride. Nous étions alors en Mars 2018, et à plusieurs centaines de kilomètres de Philadelphie, à New-York, un Capitaine de la famille Bonanno, Ronald « Ronnie G » Giallanzo, décidera lui aussi de passer un accord de culpabilité avec les procureurs fédéraux. Les charges retenues contre le neveu de Vincent « Vinny » Asaro, qui ce dernier, demandait par la même occasion un nouveau procès suite à sa condamnation pour incendie volontaire, étaient trop importantes et Ronald Giallanzo, sera condamné à quatorze années de prison. Puis après ses accords de culpabilité, nous avons suivi le procès de l’ancien Parrain de la famille Patriarca, l’ancien renégat, Francis « Cadillac Frank » Salemme. Sa vie, digne d’un film de Martin Scorsese, avait démontré aux yeux de tous les Américains, la fragilité du statut de repentit, souvent accordé très rapidement par les procureurs fédéraux à différents mafieux sans scrupules, qui ne pensent qu’a une seule chose, sauver leur peau et non aider honnêtement les enquêteurs. Exemple type avec l’affaire de Francis Salemme, qui déjà condamné pour parjure après sa collaboration, continua à mentir obstinément, cela pendant plusieurs années aux autorités fédérales et alors qu’il était dans le programme de protection des témoins. Mais après plusieurs années d’enquête, Francis Salemme sera rattrapé par son passé tumultueux, et sera condamné à la prison à perpétuité incompressible pour le meurtre d’un Associé de la famille Patriarca, Steven DiSarro. Pendant ce temps là, on apprenait aussi que l’ancien Parrain de la Outfit, John « No Noze » DiFronzo venait de décéder de causes naturelles, laissant les pleins pouvoirs à son mentor, Salvatore « Solly D » DeLaurentis et que l’ancien Consigliere de la famille Lucchese, Christopher « Christie Tick » Funari  un rescapé du procès dit de La Commission, décéda lui aussi à l’âge de quatre vingt quatorze ans, la fin d’une époque. Mais alors, que des membres de la vielle école, comme Gene Gotti, retrouvait la liberté après avoir passé près de trente ans derrière les barreaux pour trafic de drogue, les familles de la Cosa Nostra ne pensent désormais qu’à une chose, la réorganisation. De la famille Lucchese, à la famille Bonanno, en passant par la famille Genovese, les familles mafieuses ont compris une chose, retourner aux valeurs de leurs ancêtres, tenir un profil bas et continuer à faire du business sous le radar du gouvernement fédéral. L’année 2019 risque elle aussi, de chambouler un peu les différentes hiérarchies mises en place actuellement au sein de la Cosa Nostra. Mais au final pour quel résultat ?. La famille Lucchese par exemple, va voir les membres de sa direction inculpés dans un procès, qui durera sans nul doute plusieurs semaines, pour des histoires de meurtre et de racket. Et après cette affaire, la Cosa Nostra sera t-elle éradiquée ?, malheureusement non. La priorité du gouvernement fédéral depuis 2001, est le terrorisme international, à juste titre, laissant les familles de la Cosa Nostra se développer, se restructurer et voire, comme pour la famille de Buffalo, que l’ont pensé défunte, revenir en haut de l’affiche, une histoire sans fin.

 

 

La famille Genovese :

Liborio Bellomo
Liborio Bellomo


Parrain : Liborio « Barney » Bellomo
Acting Boss : ?
Underboss : ?
Consigliere : ?

Membres : + 200-220
Associés : + 1000

 

L’année 2018 avait mal commencé pour la famille Genovese avec l’arrestation du fils de Vincent « The Chin » Gigante », Vincent Esposito. Même si son rôle au sein de cette organisation criminelle reste incertains, son arrestation reste sans nul doute symbolique pour les autorités fédérales, qui voulaient prouver en ce début d’année, que même la Rolls Royce du crime organisé, n’était pas épargnée par leur investigation. Vincent Espositio. membre intronisé de la famille Genovese, sera inculpé de diverses charges tenant de la loi RICO, dont l’extorsion et la fraude. Incarcéré pendant un moment au Métropolitan Center de New-York, Vincent Esposito a été récemment libéré sous caution, en résidence surveillée, à ses frais. L’année dernière, le rôle de Peter « Petey Red » DiChiara était clair pour les autorités fédérales. Depuis son club social basé à Manhattan, l’Acting Boss de la famille Genovese, considéré comme un membre de la vieille école et un individu très respecté par ses pairs, devait contrôler et réguler les activités au sein de la famille, pour faciliter la vie de son Parrain, Liborio « Barney » Bellomo. Mais en Mars dernier, coup de théâtre, Peter DiChiara venait de décéder, laissant depuis ce temps, une incertitude complète sur la hiérarchie actuelle de la plus grande famille de la Cosa Nostra aux Etats-Unis. Rien d’étonnant vous allez dire, la famille Genovese étant connue pour sa discrétion et pour son cloisonnement, une manière de fonctionner qui marche parfaitement. En effet, en 2018, la famille Genovese fut relativement épargnée et mise à part la condamnation d’Eugene « The Rooster » ONofrio à deux années de prison, un verdict découlant de l’opération East Coast, cette dernière reste encore à ce jour, la famille la plus stable et la plus importante aux Etats-Unis.

 

La famille Gambino :

Peter Gotti
Peter Gotti


Parrain : Peter « One Eye » Gotti
Acting Boss : Domenico « Italian Dom » Cefalu
Underboss : Francesco « Frankie Boy » Cali
Consigliere : ?
Street Panel : Anthony Gurino et Joseph « Sonny Juliano

Membres : + 190-210
Associés : + 1000

 

Une année relativement tranquille pour la famille Gambino, qui montre que depuis l’installation de son « Panel de contrôle », instauré avec l’arrivée au pouvoir de Francesco Cali et de Domenico Cali, que les opérations du FBI contre sa hiérarchie son inexistantes. Il est loin l’époque ou la famille Gambino faisait régulièrement à la « une » des médias Américains, et que son flamboyant Parrain, John Gotti faisait la couverture du Times. Désormais, depuis l’installation de membres d’origine Sicilienne dans sa hiérarchie, la deuxième famille de la Cosa Nostra aux Etats-Unis, reste cloisonnée et a mise en place une structure qui ne permet aucun contact entre des membres de bas niveau et la direction, évitant ainsi d’éventuelles fuites. Cette année, un membre de la famille a été libéré de prison et pas des moindres, en la personne de Gene Gotti, qui est sorti d’un pénitencier fédéral après avoir passé près de trente années pour trafic de drogue. Une telle durée d’emprisonnement, dans le monde souterrain de la Cosa Nostra mérite forcément le respect, mais il n’est pas certains que la personnalité de Gene Gotti puisse encore plaire à l’actuel direction de la famille Gambino et malgré le fait que le Parrain officiel reste Peter Gotti, un poste plus honorifique qu’autre chose au vu de son emprisonnement. Malgré son cloisonnement, la famille Gambino a démontré, avec la condamnation de son Capitaine, John Ambrosio, qu’elle restait une famille très active dans différents buisiness. Comme pour la famille Genovese, la famille Gambino a du sans nul doute profité de cette « année blanche » pour se restructurer de nouveau et confirmer sa position de leadership auprès des autres familles de la Cosa Nostra implantées en dehors de New-York et plus particulièrement avec la famille DeCavalcante, implantée dans l’État du New-Jersey

 

La famille Bonanno :

Michael Mancuso
Michael Mancuso


Parrain : Michael « the Nose » Mancuo
Acting Boss : Joseph « Joe C» Cammarano jr
Underboss : ?
Consigliere : John « Porky » Zancocchio

Membres : + 120-150
Associés : + 1000

 

La famille Bonanno aurait sans nul doute espérée une année plus tranquille, avec le retour à la maison de son Parrain, Michael « The Nose » Mancuso, qui récemment, a intégré un centre de transition, avant une sortie officielle dans les rues de New-York prévue en Mars 2019. Dès Janvier 2018, l’Acting Boss de la famille Bonanno, Joseph Cammarano Jr a été arrêté et inculpé de plusieurs charges fédérales tenant de la loi RICO, dont le meurtre, le racket, l’extorsion et le prêt usuraire. Cette opération lancée par le FBI en relation avec le NYPD, déstabilisa une nouvelle fois la hiérarchie d’une famille, abonnée depuis plusieurs années, à ce genre de situation. En plus de l’arrestation de Joseph Cammarano Jr, actuellement incarcéré au Métropolitan Center de New-York, le Consigliere, John Zancocchio, qui lui aussi inculpé, avait vu sa caution révoquée, avant de retrouver de nouveau la liberté quelques mois plus tard. Cette affaire actuellement en instance d’instruction risque sans nul doute de déstabiliser la famille Bonanno et il est fort à parier que les différents protagonistes dans cette affaire, continuent à garder la même ligne de conduite, en plaidant non-coupable. Il est donc inéluctable qu’un procès aura lieu. Un procès à haut risque, sous haute tension, sous le regard de Michael Mancuso, qui au vu de sa situation, aura une marge de manœuvre très limitée pour réorganiser sa famille. Alors même si la structure initiale de la famille Bonanno, composée de plus de dix Capitaines et d’une centaine de Soldats, reste pour l’instant intacte, cette organisation criminelle a tout de même perdu son ancien Underboss, Nicholas « Nicky The Mouth » Santora, décédé de cause naturelle. Récemment, le neveu de Michael Mancuso, le Soldat, Frank « Frankie Boy » Salerno, qui lui servait de « messager » pendant son incarcération, vient d’être condamnée à cinq année de prison pour racket.

 

La famille Lucchese :

Vittorio Amuso
Vittorio Amuso


Parrain : Vittorio « Vic » Amuso
Acting Boss : Matthew Madonna
Underboss : Steven « Wonderboy » Crea
Consigliere : Joseph « Big Joe » DiNapoli

Membres : + 100-140
Associés : + 1000

 

La famille Lucchese retient son souffle et est actuellement en suspens d’un futur procès relatif à une opération du FBI lancée contre sa hiérarchie en Mai 2017. Alors oui, en 2018, la famille fut relativement épargnée par les arrestations, mais elle navigue en eau trouble, sans direction apparente, avec un Parrain incarcéré depuis des décennies en prison et qui ne veut pas quitter son poste soi-disant honorifique. Le procès à venir risque alors d’être très compliqué pour la direction mafieuse, mais elle peut compter une nouvelle fois, sur les errances du gouvernement fédéral, qui ont vu depuis le lancement de l’enquête, la plupart de ses témoins complètement discrédités. Face à autant d’égarement auprès des procureurs fédéraux, Steven Crea Jr, fils de l’actuel Underboss, Steven Crea Sr, sera libéré sous caution et prépare depuis sa sortie activement sa défense, en faisant appel par exemple, à un expert polygraphique. Les témoins du gouvernement son désormais connus et malgré le plaider coupable du Soldat « Joey Glasses » Datello, qui a mis relativement en difficulté sa hiérarchie, l’année 2019 pour la famille Lucchese risque d'être cruciale. Comme pour la famille Bonanno il y a quelques années, cette organisation criminelle va soit continuer à prospérer grâce à ses différents rackets, ou pendant quelques années, végéter de nouveau dans l’ombre avec une nouvelle hiérarchie.

 

La famille Colombo :

Carmine Persico
Carmine Persico


Parrain : Carmine « The Snake » Persico
Acting Boss : Andrew « Andy Mush » Russo ?
Underboss : Benjamin « The Claw » Castellazzo ?
Consigliere : Thomas « Tom Mix » Farese ?

Membres : + 90-120
Associés : + 1000

 

Depuis l’opération du FBI en 2011, qui avait visé l’intégralité de sa hiérarchie, la famille Colombo, à depuis ce temps gardé une certaine stabilité et à sans nul doute, profité de ces années de tranquillité, pour se reconstruite et se restructurer. La famille Colombo a toujours été la plus petite des familles New-Yorkaise, mais aussi la plus instable. Impactée par plusieurs guerres internes au sein de sa structure, la famille Colombo avait démontré aussi, lors des dernières arrestations, qu’une multitude de collaborateurs gravitait dans ses rangs. Les opérations lancées contre les autres familles New-Yorkaise, ont démontré que malgré une certaine fragilité, elle reste toujours consultée pour des partages de business entre familles. Cette année fut relativement calme et surtout concentrée, sur une énième demande de libération de l’actuel Parrain, Carmine Persico, incarcéré depuis le procès dit de La Commission. Depuis la prison fédérale de Butner dans l’État de la Caroline du Nord, Carmine Persico essaye inexorablement de sortir de prison. Ses avocats avaient joué sur le fait que les nombreux problèmes de santé de leur client, ne lui permettaient pas de pouvoir continuer son incarcération correctement. Une demande qui fut rejetée par un juge fédéral, stipulant que suite à un rapport médical effectué par l’équipe de la prison d Butner, Carminer Persico pouvait continuer à mener ses activités quotidiennes et qu’il pouvait se déplacer de manière « indépendante et sans aucune difficulté ». 

 

La famille DeCavalcante :

Charles Marjuri
Charles Marjuri


Parrain : Charles « The Ear » Marjuri ?
Acting Boss : ? 
Underboss : ?
Consigliere : Frank Nigro

Membres : + 40-60
Associés : + 200

 

Difficile de faire un état actuel de la famille DeCalvante, tant cette dernière est restée discrète cette année. Depuis le décès de l’Acting Boss, Francesco Guarraci en 2016, on ne sait pas vraiment comme se compose sa hiérarchie. Lors de l’arrestation de Charles Stango, un Capitaine, opérant depuis l’État du Nevada, celui-ci avait déclaré dans plusieurs enregistrements, que Frank Nigro occupait le poste de Consigliere, en remplacement de Stefano Vitabile, rentré depuis sa sortie de prison dans une semi-retraite. Avec le décès de Giovanni Riggi, le poste de Parrain est toujours vacant et les rumeurs vont bon train. On parle de Charles Marjuri, un Capitaine de la vielle école, qui avait déjà fait parti d’un panel de décision à la fin des années 1990. Mais début Janvier, Philip Abramo surnommé « The King Of Wall Street » est sorti d’un pénitencier fédéral après avoir purgé près de quinze ans pour meurtre et racket. Son retour dans les rues d’Elizabeth dans le New-Jersey, peut être synonyme d’une future prise de pouvoir du gangster désormais âgé de soixante treize ans. Avant sa condamnation en 2003, Philip Abaramo n’avait jamais caché son amitié envers plusieurs membres de la famille Gambino et servait même d’intermédiaire entre les deux familles. Suite à l’arrestation de Charles Stango, ce dernier avait stipulé que la famille DeCavalcante était devenue très proche de la famille Gambino. Les deux familles à cette époque avaient tous les deux des hiérarchies dirigées par des membres d'origine Sicilienne.

 

La famille de Philadelphie :

Joseph Merlino
Joseph Merlino


Parrain : Joseph « Joey » Merlino
Acting Boss : Michael Lancellotti ?
Underboss : Steven « Handsomme Steve » Mazonne ?
Consigliere : Joseph « Uncle Joe » Ligambi

Membres : + 50-70
Associés : + 500

 

Comme à son habitude, la famille de Philadelphie, est la famille de la Cosa Nostra ayant fait le plus d’actualité pour l’année 2018. Début Janvier, le procès de l’actuel Parrain, Joseph Merlino, avait attiré en masse les médias. Il faut dire que la présence d’un Boss de la Cosa Nostra dans un procès fédéral n’est pas monnaie courante. Seul inculpé de l’opération East Coast à avoir décidé de plaider non-coupable, Joseph Merlino jouait gros, mais finalement, face à l’indécision des jurés sur sa culpabilité, le procès sera annulé. Il s’avéra par la suite que Joseph Merlino était passé tout proche d’une condamnation et pour éviter un second procès qui pouvait lui être fatal, Joseph Merlino négocia pour la première fois de sa longue carrière criminelle, un accord de plaidoyer avec les procureurs, qui l’amènera à purger près de années de prison. Avant son incarcération, Joseph Merlino a essayé de laisser des consignes strictes aux membres d’une famille connue pour sa violence et aux rebellions internes. Malgré son emprisonnement Joseph Merlino reste le Parrain, mais il essaya le plus possible de sécuriser sa hiérarchie en donnant des postes clés à ses proches, mais aussi à des individus hostiles à sa prise de pouvoir, des gangsters de la vieille école de l’ère Scarfo. Lors de sa dernière fête d’anniversaire, effectué quelques semaines avant son incarcération, Joseph Merlino avait voulu montrer « sa grandeur » auprès de ses membres, mais aussi des autres familles New-Yorkaise invitées pour l'occasion. Depuis ce jour là, les autorités fédérales sont persuadées qu’un poste important à été donné à Francis Iannarella, un Capitaine de la vieille école, qui a été libéré de prison après trente années derrière les barreaux. Son rôle est stratégique et va permettre de calmer les hostilités avec la faction Narducci/Pungitore. Il servirait par la même occasion de messager entre les membres de la famille et la hiérarchie, histoire de sécuriser les échanges et éviter ainsi les mauvaises surprises.

 

La Outfit :

Salvatore DeLaurentis
Salvatore DeLaurentis


Parrain : Salvatore « Solly D » DeLaurentis
Acting Boss : Albert « Albie The Falcon » Vena ? 
Underboss : Salvatore « Sammy Cards » Cataudella
Consigliere : Marco D’Amico

Membres : + 40-50
           Associés : + 1000

 

L’année 2018 pour la Outfit de Chicago, fut essentiellement marquée par le décès de John « No Noze » DiFronzo, qui a servi pendant des années comme Parrain de cette organisation criminelle. Depuis quelque temps, la santé de John DiFronzo devenait défaillante, des pertes de mémoires récurrentes, un prémice de la maladie d’Alzheimer, avait décidé le Parrain à rendre ses galons afin de préserver la structure d’une des familles de la Cosa Nostra les plus connues aux Etats-Unis. Salvatore DeLaurentis, qui a passé une grande partie de sa vie derrière les barreaux, repris donc le relais et essaya de changer la mentalité d’une famille connue pour son goût prononcé pour la violence. Il commença d’abord à sécuriser sa hiérarchie, en mettant des mafieux de la vielle école, qui ont su prouver par le passé, que l’incarcération ne les feraient pas dévier de leur serment d’allégeance à la Cosa Nostra. Il essaya aussi d’inculquer aux membres de sa familles, d’autres manières de fonctionner. Le meurtre est mauvais pour le buisness et attire inévitablement les autorités fédérales. Alors même si bon nombre de tueurs sont présents dans ses rangs, la Outfit est partie vers une autre stratégie. A ce jour, Salvatore DeLaurentis, qui se considère comme un honnête entrepreneur dans le « secteur de nettoyage de tapis », rigole quand les autorités fédérales le considèrent comme le Parrain de la Outfit.

 

La famille Patriarca :

Carmen DiNunzio
Carmen DiNunzio


Parrain : Carmine « The Cheese Man » DiNunzio
Acting Boss : ? 
Underboss : Matthew « Good Matty » Guglielmetti Jr
Consigliere : Joseph « The Bishop » Achille

           Membres : + 40-50
           Associés : + 200

 

Avec le décès de Peter Limone, les DiNunzio ont sans nul doute pris le pouvoir. Carmen DiNunzio, avait, dès sa sortie de prison, remanié la famille à sa façon, en faisant très attention aux postes attribués dans sa direction. La famille Patriarca est composée de deux factions. Une à Boston, dans l’État du Massachusetts, ou Carmen est originaire et une autre à Providence dans l'État du Rhode-Island. Dès sa nomination au poste de Parrain, Carmen DiNunzio confia le poste clé de Consigliere à Matthew Guglielmetti Jr. Ce dernier qui est un individu très respecté, est sorti en 2016 d'un pénitencier fédéral après avoir purgé près de onze ans pour trafic de drogue. Matthew Guglielmetti est aussi une personnalité solide, qui entretient de très bonnes relations avec la famille de Philadelphie et en particulier avec le Capitaine George Borgesi, dont il a traité avec lui personnellement pour différents business  En Février dernier, le frère de Carmen, Anthony, est sorti lui aussi de prison. Ce dernier qui occupait le poste d’Acting Boss avant son incarcération, pourrait reprendre, après avoir été libéré de toutes ses contraintes liées à sa liberté surveillée, le même rôle ou un autre poste significatif. Cette année, on a souvent parlé de la famille Patriarca, mais pas des membres actuels, surtout de l’ancien Parrain, Francis « Cadillac Frank » Salemme, qui était en procès avoir été inculpé du meurtre de Steven DiSarro, un ancien propriétaire de boite de nuit. Le procès aura duré plusieurs semaines et le principal témoin de cette affaire fut Robert DeLuca, ancien bras droit de Francis Salemme, qui pour éviter une nouvelle condamnation pour parjure, accepta de témoigner contre son ancien Boss. Le verdict fut sans surprise et Francis Salemme sera condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle. Ce dernier qui ne fait plus parti du programme de protection des témoins, va rentrer comme n’importe quel prisonnier dans le système carcéral Américain, ou dernièrement, l’une de ses anciennes connaissances, James « Whitey » Bulger, fut sauvagement assassiné et par qui ?, un ancien Associé des Patriarca, Paul DeCologero. 

 

La famille de Détroit :

Jack Giacalone
Jack Giacalone


Parrain : Jack « Jacky The Kid » Giacalone
Acting Boss : Peter « Blackie » Tocco
Underboss : Anthony « Chicago Tony » LaPiana
Consigliere : Anthony « Tony Pal » Palazzolo

        Membres : + 40-50
        Associés : + 200

 

Il est difficile pour les agences gouvernementales d’enquêter sur une famille de la Cosa Nostra. Généralement, plusieurs années sont nécessaires pour pouvoir mener à des inculpations. Les informations recueillies par le FBI et les autres services de police, viennent en particulier des informateurs présents à l’intérieur de la famille, mais pour la famille de Détroit cela est très compliquée. Depuis des décennies, cette organisation criminelle marche essentiellement avec les liens de sang et il est beaucoup plus difficile pour un membre de la Cosa Nostra, de donner des informations sur son neveu, son cousin, son frère, voire son propre fils. C’est pour cela que la famille de Détroit reste très cloisonnée et peu d’information filtre sur ses activités. Sa hiérarchie est connue et elle est composée pour la plupart, de criminels à col blanc, qui ont prouvé pendant des années leur allégeance à la Cosa Nostra. En 2018, la famille de Détroit fut complètement épargnée par les services de police et reste l’une des familles les plus stables et les plus respectées aux Etats-Unis

 

La famille de Buffalo :

Joseph Todaro Jr et son père Joseph Todaro Sr
Joseph Todaro Jr et son père Joseph Todaro Sr


Parrain : Joseph Todaro Jr
Acting Boss : ?
Underboss : Domenico Violi

Consigliere : ?

           Membres : + 30-40
           Associés : + 100

 

L’opération menée par le FBI et la GRC, la police Canadienne, a confirmé une chose, la famille de Buffalo que l’on pensait défunte, est bien toujours active et a su pendant ces dernières années, se réorganiser, en intronisant des membres venant du Canada, le pays frontalier. Avec la mort de l’ancien Parrain en 2013, Leonard Falcone  les agences gouvernementales étaient persuadées que Joseph Todaro Jr était entré dans une semi-retraite, plus occupé à gérer sa célèbre Pizzeria à Buffalo, La Nova Pizzeria, qui fait office de référence dans la région, bien au contraire. Les derniers enregistrements dévoilés récemment, ont démontré que Domenico Violi, fils d’un ancien Capitaine affilié à la famille Cotroni, Paolo Violi et proche de la famille Bonanno, était devenu Underboss de la famille Buffalo et nomma précisément Joseph Todaro Jr comme l’actuel Parrain. Cette organisation criminelle serait composée d’une trentaine de membres, éparpillés entre les Etats-Unis et le Canada et continuerait surtout, à rendre des comptes aux cinq familles New-Yorkaise. En effet, dès la nomination de Domenico Violi, la direction de la famille de Buffalo informa le Consigliere de la famille Bonanno, John Zancocchio qui informa quant- lui, directement Michael Mansuco, une décision qui fut alors actée. C’est la première fois dans l’histoire de la Cosa Nosra que des membres appartenant d’un autre pays fut élevé à un aussi haut niveau. Malgré la condamnation  récente de Domenico Violi à huit année de prisons pour trafic de drogue, il est fort à parier, que les autorités fédérales s’intéressent de nouveau de plus près aux activités de la famille de Buffalo.

Lire la suite

AVANT L'INCARCÉRATION DE JOSEPH MERLINO LA FAMILLE DE PHILADELPHIE SÉCURISE SA HIÉRARCHIE

27 Octobre 2018 , Rédigé par Xav Publié dans #Philadelphie

Francis Iannarella
Francis Iannarella

Suite à la récente condamnation de Joseph Merlino à deux années de prison, le Parrain de la famille de Philadelphie a commencé à entamer la restructuration de son organisation criminelle. Les jours précédents sa condamnation dans l’opération East Coast, Joseph Merlino a été vu en train d’assister à des réunions avec plusieurs membres de la famille de Philadelphie. Des sitdowns avec des Capitaines expérimentés, proche du Parrain, dans un seul objectif, réorganiser la hiérarchie mafieuse et éviter qu’une autre équipe rivale, appartenant à Joseph « Joe Punge » Pungitore et les frères Narducci ne profitent de l’occasion pour prendre le pouvoir. Ces réunions incessantes ont fait émerger un ancien proche de Nicodemo Scarfo Sr, un gangster de la vieille école, Francis Iannarella. Selon les agents fédéraux, ce dernier qui a toujours eu une grosse réputation de tueur à gages, est un mafieux très respecté, mais aussi « un criminel endurci et enclin à la violence ». En 1987, le Capitaine de la famille de Philadelphie, fut condamné à la prison à perpétuité pour le meurtre de Frank D’Alfonso, un ancien Associé, un proche d’Angelo « The Gentle Don » Bruno, qui refusait de payer l’impôt de rue imposé par Nicodemo Scarfo Sr après sa prise de fonction. En plus d’avoir été condamné pour meurtre, Francis Iannarella avait reçu quarante cinq années de prison supplémentaires pour racket. La possibilité pour ce dernier de redevenir un jour un homme libre était désormais terminée. Mais en 1992, la cour suprême de Philadelphie disculpa formellement Francis Iannarella du meurtre de Frank D’Alfonso et ce fait, lui donnait une chance de pouvoir être libéré de prison en Février 2016. Pendant ces trente années d’incarcération, Francis Iannarella a toujours respecté son serment d’intronisation dans la Cosa Nostra, un profil qui intéressa alors fortement Joseph Merlino. Mais à sa sortie d’une prison fédérale en 2016, Francis Iannarella fut contraint pendant deux années, à des restrictions sur sa liberté surveillée très strictes. Interdiction de côtoyer des membres de la Cosa Nostra, des heures de sortie contrôlées et réglementées et une obligation de rendre des comptes chaque semaine à son agent de probation. Depuis quelques semaines, Francis Iannarella est de nouveau devenu un homme libre, affranchi de tout contrainte sur sa liberté surveillée et peut désormais se déplacer ou il veut et fréquenter qui il veut. Désormais âgé de soixante dix ans, Francis Iannarella sait pertinemment que toutes ces années d’incarcération en font un membre à part entière de la famille, prêt à supporter de nouvelles responsabilités. Les rapprochements entre Joseph Merlino et Francis Iannarella se font effectués dès sa sortie de prison, par membres interposés, des messagers, qui laissaient supposer que l’ancien homme fort de Nicodemo Scarfo Sr, était prêt à retourner aux affaires. Quelques jours avant sa condamnation, Joseph Merlino avait fêté son anniversaire à Philadelphie. Cette évènement fut l’occasion pour le Parrain de la famille de Philadelphie, de montrer sa « toute puissance », en invitant plusieurs membres de sa garde rapprochée, dont Francis Iannarella, mais aussi des membres des cinq familles New-Yorkaises et de Boston. Les rapprochements entre les deux hommes furent encore plus persistants quand les agents fédéraux ont eu la certitude que désormais, Francis Iannarella continuerait à gérer son équipe dans le Sud de Philadelphie, mais serait aussi le « messager » entre les membres sur le terrain et la hiérarchie mafieuse. Cette technique, déjà utilisée chez les Gambino, n’a qu’un seul but, protéger le plus possible l’organe directive de la famille mafieuse, pour qu’elle soit moins exposée au pression du gouvernement fédéral. De part son expérience passée avec Nicodemo Scarfo Sr, ou il était déjà à cette époque un Capitaine très en vue et sa faculté à garder « la bouche fermée » même pendant toutes ces années d'incarcération, Francis Iannarella aura un rôle majeur dans cette famille encore très enclin à des luttes internes. Protéger sa hiérarchie, mais aussi jouer le rôle de conciliateur avec les membres de la vieille école, de l’ère Scarfo, dont il appartenait avec les frères Narducci.

Lire la suite

SUITE À L'OPÉRATION EAST COAST JOSEPH MERLINO CONDAMNÉ

20 Octobre 2018 , Rédigé par Xav Publié dans #Philadelphie

Joseph Merlino
Joseph Merlino

Joseph Merlino est sorti d’un tribunal fédéral New-York avec la tête des mauvais jours, avec un gout d’amertume assez prononcé, qu’il n’arrive sans doute toujours pas à digérer. Le Parrain de la famille de Philadelphie pensait qu’un accord de plaidoyer, une première dans sa longue carrière criminelle, allait enfin clore cette opération East Coast qui dure déjà depuis près de deux ans. Des mois et des mois de procédure, un procès fédéral qui s’est terminé par une annulation, pour terminer avec un accord assez avantageux avec les procureurs fédéraux, purgeait une peine de dix mois de prison pour un délit mineur, le jeu illégal. Mais dans un procès fédéral, seul le juge est maitre de ses décisions et peut suivre les décisions des procureurs ou augmenter la peine de prison s’il le juge nécessaire. Les journalistes attendaient en masse devant le tribunal et quand ils ont vu Joseph Merlino sortir, cigarette à la main avec comme seule réponse : « Donald Trump avait raison quand il déclarait que les informateurs devaient être interdit », les journalistes comprirent tout de suite que Joseph Merlino n’avait pas du tout apprécié le verdict prononcé quelques minutes auparavant. Lors de cette audience, l’avocat de Joseph Merlino, Edwin Jacobs, avait opté pour la même stratégie que lors du dernier procès, des criminels mythomanes, qui racontent des histoires farfelues pour sortir de prison et obtenir la clémence d’un jury populaire. Tout en continuant à argumenter, Edwin Jacobs demanda que son client soit autorisé à purger la moitié de sa peine en résidence surveillée et que pour les cinq mois restants, le juge devait prendre en compte les quatre mois passés en détention par son client en 2014, quand un juge fédéral avait révoqué sa libération conditionnelle de Joseph Merlino. Le juge Richard Sullivan, connu pour être l’un des juges les plus sévères de New-York, ne broncha pas et après avoir entendu les deux parties, condamna Joseph Merlino à une peine maximale de vingt quatre mois dans une prison fédérale, avec l’obligation de se présenter dans le pénitencier défini par le Bureau Fédéral des Prisons dans les quarante cinq jours. Pour justifier de cette décision, le juge fédéral stipula que malgré le fait que rien « ne démontrait » que Joseph Merlino était l’actuel Parrain de la famille de Philadelphie, ce dernier était « très heureux d’assumer un rôle dans lequel » Joseph Merlino, « prenez les hommages de certaines personnes ». Terminant son argumentation, le juge fédéral, Richard Sullivan déclara que Joseph Merlino, depuis la Floride, gardait des relations avec le crime organisé par le biais de son restaurant Merlino’s, qui ferma quelques mois plus tard. A l’énoncé du verdict, l’un des membres de la famille de Joseph Merlino commença à critiquer la décision du juge, qui le sermonna rapidement.

Lire la suite

VERDICT EN APPROCHE POUR LE PARRAIN DE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE

30 Septembre 2018 , Rédigé par Xav Publié dans #Philadelphie

Joseph Merlino et son avocat Edwin Jacobs
Joseph Merlino et son avocat Edwin Jacobs

Après des années d’enquête, des milliers d’heures d’enregistrement, deux ans après cette opération qui avait fait la une des médias Américains, l’opération East Coast va se terminer définitivement le 17 Octobre prochain après la comparution de Joseph Merlino devant le juge fédéral Richard Sullivan. Le Parrain de la famille de Philadelphie est le seul des dizaines d’accusés dans cette affaire, à avoir comparu devant un tribunal fédéral. En Février dernier, après plusieurs semaines d’un procès fleuve, celui-ci fut annulé, faute d’un jury qui se retrouva dans une impasse pour trouver un verdict. Pour Joseph Merlino, près de dix sept ans après sa condamnation pour racket, l’annulation de ce procès fut une victoire mais de courte durée. Il se révéla très vite, que le Parrain de la famille de Philadelphie était à deux doigts de passer plusieurs dizaines d’années derrière les barreaux. Sur douze jurés, dix d’entre eux étaient favorables pour rendre un verdict de culpabilité et pour son inculpation de fraude médicale, Joseph Merlino doit sa libération à un seul juré. Pour les avocats de la défense, il fallait trouver très rapidement une issue dans ce dossier, pour éviter qu’un nouveau procès puisse être défavorable pour Joseph Merlino. En Avril, soit deux mois après la fin de ce procès, Joseph Merlino accepta un accord de plaidoyer avec les procureurs fédéraux. Malgré le fait que le Parrain de la famille de Philadelphie fut proche d’une condamnation, avec l’annulation de son procès et pour avoir, depuis le début de l’opération, décidait de plaider non-coupable, fait que Joseph Merlino était en position de force pour pouvoir négocier. Les négociations ne durèrent que quelques jours, montrant une forte volonté du gouvernement fédéral d’en terminer avec cette affaire riche en rebondissements. Joseph Merlino accepta alors de plaider coupable d’une infraction mineure, de jeux illégaux, prévoyant ainsi une peine maximale de deux années derrière les barreaux. Mais dans une affaire fédérale, le verdict final revient au juge, qui peut s’il le souhaite diminuer voire augmenter la peine négociée, en se basant sur les antécédents criminels de l’accusé et même sur des soupçons de culpabilité, même si ce dernier ne fut reconnu coupable d’aucune charge fédérale. Lors de la dernière comparution de Joseph Merlino devant le juge Richard Sullivan, ce dernier s’en était pris ouvertement aux procureurs fédéraux : « De part mon expérience, je me suis dis que vous alliez tenter un nouveau procès. Pourquoi ce changement radical de direction ? ». L’un des procureurs essaya de répondre tant bien que mal : « Vous savez, ce n’est jamais satisfaisant de ce faire bloquer un verdict par un jury » : « Je m’en fous » déclara de nouveau le juge Sullivan, « Vous m’aviez assuré que le jury allait avoir des preuves accablantes ». Le verdict était prévu à la base le 14 Septembre dernier, mais fut repoussé d’un mois par le magistrat. Si ce dernier suit les recommandations des procureurs, Joseph Merlino aurait une petite chance de sortir en homme libre, ou il effectuera quelques mois dans une prison fédérale. Pour essayer de convaincre le juge que l’accord effectué avec les procureurs fédéraux est juste, l’avocat de la défense demanda au juge fédéral de sceller deux lettres d’un célèbre cardiologue de Boca Raton, contenant selon eux des informations médicales « protégées, sensibles et confidentielles » sur Joseph Merlino. Dernièrement le Parrain de la famille de la Philadelphie, qui est sous contrôle judiciaire, a eu l’autorisation de se rendre dans l’État de la Pennsylvanie, pour se rendre au mariage de sa fille et ni le bureau de probation, ni même les procureurs fédéraux ne se sont opposés à cette demande. Mais quand Joseph Merlino en aura terminé avec cette affaire, il semblerait que les procureurs fédéraux n’en n’ont pas terminé pour autant avec le Parrain de la famille de Philadelphie. Cette organisation criminelle pourrait faire l’objet dans les prochains mois, d’une opération encore plus vaste que l’affaire East Coast et grâce à qui ? à des informateurs bien implantés dans cette famille et qui renseignent le gouvernement fédéral depuis déjà plusieurs années. L’arrestation en Mars dernier, du Soldat de la famille de Philadelphie, Joseph « Joey Electric » Servidio, pour trafic de la drogue avait relancé la suspicion d’un nombre assez important de collaborateurs, voire d'agents infiltrés. La psychose est telle, qu’il serait possible que l’un d’entre eux, soit un haut placé dans l’organigramme de la famille.

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>