Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LCN

MAIS QUI EST LE PARRAIN ? - PARTIE 1

27 Février 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Philadelphie

MAIS QUI EST LE PARRAIN ? - PARTIE 1

Depuis plusieurs semaines, les articles traitant de la famille de Philadelphie se ressemblent à peu près tous. Tout le monde se demande qui est le nouveau Parrain, ou comment est organisée la nouvelle hiérarchie de l’une des familles les plus violentes des États-Unis. Il faut dire que depuis l’acquittement de Joseph Ligambi (voir photo à droite) et George Borgesi, respectivement Acting Boss et Consigliere de la famille en Février dernier, plusieurs spécialistes s’interrogent sur une réorganisation possible au sein de la famille. Pourquoi s’interroge-t-on ? Car depuis la fin de ce procès, Joseph Ligambi, qui gérait les affaires criminelles depuis le début des années 2000, a fait comprendre aux membres de sa borgata, qu’il était temps pour lui de « passer la main », préférant profiter de sa « retraite » entre sa maison de Philadelphie et son autre résidence secondaire située en Floride. Plusieurs vidéos montraient ce dernier dans sa maison tranquillement en train de lire le journal, ou en train de se déplacer en voiture dans les rues de Philadelphie pour y faire des courses. Plus un seul déplacement suspect n’a été révélé par les agents fédéraux en charge de sa surveillance, confirmant alors que ce dernier se retirait petit à petit de sa vie criminelle. Mais depuis ce temps, les spéculations vont bon train. Qui a donc repris la place de « Uncle Joe », et les rumeurs ont depuis circulé très vite. Certains pensent encore que Joseph Ligambi gère les activités criminelles de la famille de Philadelphie, sa capacité à ne pas craquer à la pression malgré deux procès fédéraux contre lui, ont démontré qu’il était la seule personne à pouvoir restructurer convenablement la famille. D’autres personnes pensent que c’est Joey Merlino (voir photo à gauche) qui depuis la Floride ou il s’est installé avec sa famille depuis sa sortie de prison, aurait gardé une grande influence auprès des membres basés à Philadelphie et aurait été nommé Parrain de cette organisation criminelle. Même si ce dernier déclara à plusieurs reprises s’« être retiré définitivement » de son ancienne vie dans le crime organisé, sa présence dans un bar à cigare à Boca Raton en Juin 2014 avec le Capitaine John « Johnny Chang » Ciancaglini, ont démontré que Joey Merlino n’avait pas perdu ses vieilles habitudes. Cette rencontre qui d’après son avocat n’est que « fortuite » l’a quand même fait condamner à près de quatre mois dans une prison d’État en Octobre dernier. Dès sa sortie, l’ancien ou le nouveau Parrain de la famille de Philadelphie, sera libéré de toutes contraintes liées à sa libération conditionnelle, et ne sera plus obligé de se cacher pour rencontrer ses anciens Associés. Il y a quand même très peu de chance que Joey Merlino ne retourne une nouvelle fois dans la ville de Philadelphie pour gérer ses affaires une fois sortie de prison. Ce dernier qui est déjà très bien installé en Floride, a pris l’initiative d’ouvrir un restaurant à son nom à Boca Raton. L’ouverture d’un tel établissement avait réveillé les soupçons des enquêteurs fédéraux, car comment un simple employé dans une entreprise de publicité peut s’offrir ce genre de choses et vivre dans une maison luxueuse, tout en s’habillant des plus grandes marques. De plus, des fonds suspects transitant entre son compte et un membre du crime organisé avaient entrainé une convocation pour Joey Merlino, qui refusa de parler invoquant le cinquième amendement. La troisième supposition veut que le nouveau Parrain soit Phil Narducci. Ce dernier est ancien lieutenant de Nicodemo Scarfo, Parrain de la famille dans les années 1980. Âgé de cinquante deux ans, il a déjà passé plus de vingt ans derrière les barreaux pour meurtre et racket, consolidant alors un immense respect dès sa sortie de prison en 2012. Curieusement, il se fit très discret, il faut dire que Phil Narducci est tout le contraire de Joey Merlino, qu’il déteste ouvertement. De la vieille école, il s’attacha à reprendre du service dans des entreprises légitimes avec l’aide de sa famille, en gérant différentes boites de nuit dans Philadelphie. Il a une réputation de tueur à gages et il est considéré comme un homme de sang froid, comme le révèle Phil Leonetti, ancien Underboss de la famille sous la direction de Nicodemo Scarfo. Devenu repenti, il déclara que la hiérarchie de la famille avait convoqué Phil Narducci pour lui expliquait qu’il venait d’assassiner son père, Frank « Chickie » Narducci Sr. Ce dernier fut tué pendant la guerre interne qui ravagea la famille au début des années 1980 et Phil Narducci avec une extrême froideur, accepta la décision de la famille sans broncher : « Nous lui avons expliqué ce que nous avons fait, et il a très bien compris » déclara Phil Leonetti. Depuis plusieurs semaines des rumeurs circulaient à son sujet, de nouveau Parrain, il gérerait au final la famille avec deux autres Capitaines Steven « Handsome Stevie » Mazzone et John « Johnny Chang » Ciancaglini, deux individus très proches de Joey Merlino. Cette situation recensée par plusieurs médias, serait très contradictoire en raison des nombreuses divergences que peut entretenir Phil Narducci avec Joey Merlino et ses alliés. Pour son avocat, Joseph Santaguida, cela est une « honte » : « C’est une honte de dire que mon client gère la famille avec deux autres personnes. Phil vient de se marier et il tient une bonne affaire. Il n’a pas besoin de cela et n’est pas impliqué dans quoi que ce soit ». Peut être pas impliqué, mais Phil Narducci a prêté serment d’allégeance à la Cosa Nostra, et quitter la Mafia n’est pas une chose aisée. Selon les règles on vit et on meurt pour la famille.

Lire la suite

« JE N’AI PAS COLLABORÉ, J’AI SEULEMENT DONNÉ DES FAUSSES INFORMATIONS »

24 Février 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Gambino

« JE N’AI PAS COLLABORÉ, J’AI SEULEMENT DONNÉ DES FAUSSES INFORMATIONS »

En Janvier dernier, une « guerre » était ouvertement déclarée entre John Gotti Jr (voir photo) et son ancien meilleur ami, John Alite. Alors que le fils de l’ancien Parrain de la famille Gambino, déclarait que John Alite était un menteur pathologique et un tueur de sang froid, ce dernier avait lancé l’effet d’une bombe en déclarant et en s’appuyant sur plusieurs rapports d’anciens procureurs que John Gotti Jr, aurait « balancé » des informations au gouvernement fédéral lors de son arrestation pour racket en 2005. Avec l’aide d’un célèbre spécialiste de la Cosa Nostra, il fut révélé que John Gotti Jr aurait négocié un accord de plaidoyer, pour une éviter une longue peine de prison, tout en donnant des infos « essentielles » sur d’anciens crimes mafieux qui s’étaient déroulés dans la famille Gambino, à l’époque ou son père en était encore le Parrain. Face à de telles rumeurs, John Gotti Jr devait réagir. Si cela était vraiment avéré, sa discrédité envers de nombreuses personnes en prendrait un sacré coup et ruinerait sans aucun doute sa futur carrière dans le show-biz. En début de semaine dernière, en présence de son avocat, Jeffrey Lichtman, qui était lui-même présent lors dette fameuse réunion en 2005, John Gotti Jr essaya de donner une explication valable à toutes ces rumeurs. Il insista pour dire que l’étiquette de « rat » mentionnée par certains sites est injuste. Selon lui, oui il a bien donné des informations à la justice Américaine, mais des informations complètement fausses, d’ailleurs d’après ce dernier, aucune personne n’a été inculpé après son soi-disant témoignage. Il approuva que son père John Gotti n’avait pas accepté à la fin de sa vie, que son fils puisse avoir l’idée de plaider coupable dans une affaire fédérale, mais selon John Gotti Jr, à cette époque, il était dans « une mauvaise passe », il pouvait terminer sa vie derrière les barreaux, et plaider coupable était une solution pour retrouver une vie normale après sa détention, mais pour cela, il fallait ruser les procureurs en donnant des fausses informations : « J'ai donné des informations inexactes. Je ne suis pas un collaborateur de la justice. Rien que le fait d’être dans la même salle avec eux, j’étais physiquement malade » déclara t’il, en ajoutant que contrairement à son ancien ami John Alite, lui n’avait pas témoigné dans des procès fédéraux contre des membres de la Cosa Nostra. Son avocat déclara qu’il était contre l’idée d’une réunion avec les procureurs, mais que « la technique » de John Gotti Jr, si elle marchait, pouvait lui éviter une longue peine de prison. Toujours d’après ce dernier, les procureurs se sont rendus compte très tardivement que les informations données par John Gotti Jr étaient inexactes, mais l’ancien Acting Boss de la famille Gambino était déjà sorti de prison et le délais de prescription était déjà dépassé. Pour justifier du comportement de son client, Jeffrey Lichtman stipula que John Gotti Jr avait parlé du meurtre de Danny Silva, poignardé à mort dans un bar en 1983. John Gotti Jr raconta qu'il avait été tué par Joey Curio, un affilié de la famille Gambino, tout en sachant pertinemment que cela ne pouvait pas être possible, car ce dernier était décédé trois ans avant ce meurtre. John Gotti Jr était présent le jour de cet assassinat. Une bagarre avait éclaté dans le bar situé à Ozone Park, un quartier à forte densité mafieuse et lieu ou habitait le père de John Gotti Jr. Le FBI avait toujours soupçonné John Gotti Jr, qui à cette époque n’était pas encore un membre initié de la famille Gambino, d’avoir été impliqué dans ce meurtre crapuleux. L’explication donnée par l'ancien Acting Boss de la famille Gambino, même qu’elle fut fausse fut « acceptée » par les procureurs fédéraux : « C’était une farce totale. Je pense que sa technique de départ était d’impliquer ses ennemies dans différentes affaires » déclara son avocat. A cette époque, l'ennemi principal de John Gotti étaient Daniel Marino, un Capitaine de la famille Gambino qui aurait été au courant de la tentative d’assassinat contre son père en 1986. Ce jour là, une voiture explosa en face d’un club social ou était rassemblé John Gotti et Salvatore Gravano. Par chance, le Parrain de la famille Gambino ne fut même pas blessé, mais son Underboss, Frank DeCicco, mourut sur le coup. Cette tentative d’assassinat fut orchestré par l’ancien Underboss de la famille Lucchese, Anthony Casso, avec l’accord préalable de Daniel Marino et d'un autre Capitaine James « Jimmy Brown » Failla. En cas de succès les deux mafieux auraient été promu à la tête de la famille Gambino et auraient gérer les affaires courantes de la famille avec l'aide de la famille Lucchese. John Gotti Jr revint aussi le coup de poignard qu’il reçut devant une pharmacie en 2013 et qui avait les titres des journaux Américains. En effet, le fils de l’ancien Parrain de la famille Gambino fut poignardé à la sortie d'une pharmacie de Long Island. Un règlement de compte?, non plutôt une simple bagarre entre deux individus, pour une place de stationnement. John Gotti Jr, connaissait un des deux individus et en voulant les séparer, aurait été poignardé à l'estomac. Ce dernier refusa délibérément de coopérer avec la police de New-York et se rendit lui-même avec son propre véhicule à l’hôpital pour se faire soigner. Les agents du NYPD ne puent résoudre cette affaire car aucune caméra et aucun témoin n’était présent au moment des faits. John Gotti Jr admettra seulement que l'individu qui l'avait poignardé, l'avait contacté par la suite pour s'excuser de son geste.

Lire la suite

AUCUNE RETRAITE POSSIBLE DANS LA COSA NOSTRA

21 Février 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Outfit

AUCUNE RETRAITE POSSIBLE DANS LA COSA NOSTRA

En Août dernier, Louis « Louis Tomatoes » Marino quittait une prison fédérale quelque part aux États-Unis, pour rentrer dans une maison de transition, après y avoir passé près de vingt cinq années pour une condamnation de racket en 1990. Aujourd’hui l’ami d’enfance de l’actuel Parrain de la Outfit, Salvatore « Solly D » DeLaurentis, vient de quitter cette maison de transition pour y intégrer sa nouvelle résidence, sans pour autant oublié son passé criminel au sein de la famille. Quand il fut condamné en 1990, Louis Marino était âgé de 57 ans, et généralement quand un individu purge plus de vingt années dans un pénitencier fédéral, cela à tendance à changer un homme et profitait de sa sortie comme le signe d’un nouveau départ, vers une nouvelle vie, mais pas pour Louis Marino. Même en étant âgé de plus quatre vingt ans, ce dernier avait déjà commencé selon plusieurs spécialistes, quelques mois avant son intégration dans une maison de transition à activer plus fortement ses réseaux. Actuellement la Outfit aurait changé de hiérarchie, John « No Noze » DiFronzo, qui fut le Parrain de la famille pendant des dizaines d’années, aurait céder sa place à Salvatore DeLaurentis, pour des raisons médicales. Le nouveau Boss de cette organisation criminelle gérait tranquillement ses activités criminelles avec une équipe composée de plusieurs Soldats, depuis sa sortie de prison de prison en 2005 à Lake County. Mais en occupant désormais de nouvelles responsabilités au sein de la Outfit, il laissa son ancien territoire, à son ami de confiance, avec qui il avait fait les quatre cents coups pendant des dizaines d’années : « Louis (Marino) n’avait aucune intension de raccrocher. Ce n’est pas le genre d’homme qui veut prendre sa retraite et partir en Floride et passer ses derniers jours sur un terrain de golf ». déclara un de ses proches. Le fils de Louis Marino, Dino, est quant-à lui un Soldat de la Outfit. En 2000, Dino Marino fut condamné à près de un an de prison pour avoir pendant des années occupé un emploi « no-show » au ministère de la santé de la ville de Cicero. Dino Marino restait chez lui et continuait tranquillement ses activités au sein de la Outfit tout en récupérant toutes les deux semaines son chèque de salaire d’un montant de 1800 dollars. Sur son contrat, il était marqué qu’il était reconnu comme un inspecteur sanitaire, mais en vérifiant un peu plus près, les enquêteurs se rendirent compte que Dino Marino ne fit aucun contrôle pendant ses années ou il était en poste. Pour faciliter un peu la chose, le bureau fédéral des prisons transféra Dino Marino dans le même pénitencier fédéral que son père, à Oxford dans le Wisconsin. Après sa sortie de prison, ce dernier devint de plus en plus actif dans la famille et fut aperçu à plusieurs reprises à la fin des années 2000, entrain de manger avec Salvatore DeLaurentis, les deux mafieux préparaient sans doute le retour futur de Louis Marino au sein de l’organisation criminelle. Effectuer autant d'années de prison, augmente fortement son respect auprès des autres membres, mais en ayant plus de quatre vingt ans, certains pourraient penser que gérer une équipe de plusieurs Soldats pourrait s’avérer très difficile, les mentalités étant très différentes que par le passé, mais cela n'inquiéta nullement Louis Marino, qui malgré ses contraintes liées à sa libération conditionnelle, continua a exercer un certains pouvoir dans la famille. En effet, ce dernier n’a plus rien a montré pour reprendre une place importante au sein de la Outfit, tant sa réputation de tueurs à gages est restée intacte : « Tout le monde tremblait quand les gens voyaient arriver Louis (Marino) ou Salvatore (DeLaurentis). Si vous regardiez Louis de travers, il sortait un couteau et vous le jetez en pleine figure. Un jour je l’ai vu frapper un individu avec un démonte pneu, après une partie de carte qui a mal tourné » déclara un individu non identifié. Le couteau, l’arme préférée de Louis Marino, qu’il utilisa encore une fois, lorsqu’il apprit qu’un individu qui devait de l’argent à la Outfit n’avait pas encore payé : « Toi espèce de fils de pute, tu me dois de l’argent. Tu sais ce que tu dois faire pour me rembourser non ? Tu vas voler une bijouterie, un magasin, tu vends tes bijoux, les objets de ta mère, tu fais tout ce que tu veux, mais il me faut l’argent pour ce soir, tu as compris ? C’est grave putain, je suis à la porte de ta maison dès ce soir et s’il le faut je serais à côté de toi à ton réveil. Essaye d’aller nulle part, pas la peine de te cacher, sinon ca ira mal pour toi ».

Lire la suite

ET PENDANT CE TEMPS LA...

18 Février 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Divers

ET PENDANT CE TEMPS LA...

VINCENT ASARO FAIT FACE A DE NOUVELLES ACCUSATIONS :

Aucun répit pour les procureurs fédéraux en charge du dossier du célèbre vol de la « Lufthansa », impliquant des membres de la famille Bonnano. En fin de semaine dernière, le vieux Capitaine de la famille Bonanno, Vincent « Vinny » Asaro (voir photo), suspecté déjà par la justice d’avoir supervisé le braquage historique de l’aéroport Kennedy, qui rapporta près de six millions de dollars à la Cosa Nostra, va être accusé de deux nouvelles charges qui ne furent pas encore révélées par les autorités fédérales. Très amaigri depuis sa dernière comparution, Vincent Asaro frissonna très fortement quand son avocat demanda au juge fédéral de repousser son procès prévu en Juillet prochain, pour préparer au mieux sa défense. Son avocat a voulu être clair avec les journalistes présents à l'extérieur, son client ne frissonnait pas en raison des nouvelles charges qui vont lui être attribuées, mais car Vincent Asaro souffre de nombreux problèmes cardiaque et que la salle du tribunal ou se passait l’audience était assez humide. Vincent Asaro n’a plus tellement de choix possible dans cette affaire. S’il plaide coupable, il terminera forcément sa vie derrière les barreaux. En acceptant d’aller en procès, il a une chance minime d’être acquitté des charges retenues contre lui, même si les preuves sont accablantes et que les procureurs fédéraux disposent d’une ribambelle d’anciens membres de la famille Bonanno, dont l’ancien Boss Joseph Massino et son ex-beau frère Salvatore Vitale, prêts à intervenir en cas de besoin. Les nouvelles preuves qui vont être présentées par l’équipe de procureur doivent être assez anciennes, car le procureur Nicole Argentieri a déclaré que des enregistrements avaient été effectués sur des cassettes de l’époque et qu’elles devaient être converties en « média moderne ». Vincent Asaro outre les accusations de racket, et inculpé du meurtre de Paul Katz, un Associé de la famille Lucchese qui fut exécuté par l’équipe de James « Jimmy The Gent » Burke avec une laisse de chien. Son fils, Jérôme Asaro, un Capitaine de la famille Bonanno, avait plaidé coupable il y a quelques mois, d’avoir déplacé à plusieurs reprises le corps de Paul Katz, pour éviter qu’il soit retrouvé par le FBI, le corps sera retrouvé finalement au sous-sol de la maison de James Burke.

ET PENDANT CE TEMPS LA...

L'UNDERBOSS DE LA FAMILLE PATRIARCA VA BIENTÔT SORTIR DE PRISON :

Carmen « The Big Cheeze » DiNunzio (voir photo), qui est considéré comme l’actuel Underboss de la famille Patriarca, a vu sa peine réduite de plusieurs mois par un juge fédéral, après avoir assisté à différents programmes pendant son incarcération. Incarcéré depuis 2009 au pénitencier fédéral de Lorreto dans l’ouest de la Pennsylvanie, ou il avait été condamné à près de six années de prison pour corruption, les procureurs fédéraux en charge de ce dossier ne s’opposèrent pas à sa sortie de prison, en raison des son attitude exemplaire pendant son séjour dans ce pénitencier fédéral. Carmine DiNunzio sera donc libéré le 19 Février prochain, une bonne chose pour son avocat qui déclarait que le bureau fédéral des prisons avait prévu avant ce verdict, de transférer son client dans une autre prison fédérale dans le Massachusetts pour y terminer sa peine. Le transfert de membres présumés de la Cosa Nostra dans différentes prisons fédérales pendant leur incarcération est très courante et à pour seul but que ces derniers ne puissent pas gérer leurs affaires depuis leur cellule. Carmin DiNunzio et le frère d’Anthony DiNunzio, ancien Acting Boss de la famille Patriarca, condamné lui aussi à six années de prison pour extorsion en 2012. La famille mafieuse serait gérée actuellement par Peter Limone avec l’aide de l’Acting Boss, Anthony « Spucky » Spagnolo, qui a été accusé il y a quelques mois d’extorsion.

ET PENDANT CE TEMPS LA...

LA COSA NOSTRA ET LES SURNOMS :

Dans la Cosa Nostra, cela est désormais une chose habituelle, les membres initiés ou affiliés à cette organisation criminelle, sont pratiquement tous dotés d’un surnom plus ou moins flatteur. Cette technique, permet en effet aux membres de rester plus discrets, et de compliquer la tache aux agents du FBI chargés de leur surveillance. Le problème est que certains surnoms peuvent être parfois être humiliants et être très peu appréciés par les membres qui le portent. Il y a des surnoms qui peuvent prêtés sourire comme le Soldat de la famille Bonanno, Anthony « Skinny » Santoro (voir photo), dénommé « Le Maigre » par ses amis, alors que ce dernier pèse plus de cent kilos, ou encore Anthony « The Hant » Spilotro, qui fut surnommé « La Fourmi » en raison de sa taille (1m55). Mais quand on occupe un poste à responsabilité au sein de la Cosa Nostra, certains surnoms peuvent être très mal pris surtout par un Parrain et c’est le cas actuellement avec le Boss de la famille de Détroit, Jack « Jacky The Kid » Giacalone. Ce dernier n’apprécierait pas tellement que les membres de sa famille puissent l’appeler par ce pseudonyme. Ce surnom avait été donné par son oncle Anthony « Tony Jack » Giacalaone, ancien Capitaine de la famille de Détroit, qui lu avait attribué ce surnom, en raison de l’admiration que pouvait porter Jack Giacalone lors de son enfance pour les films de « Cow-boys et de Hors la loi ». « Chaque fois qu’il rentré dans une salle son oncle criait « Il est la Jacky The Kid » déclara un proche de la famille. Jack Giacalone est aussi doté d’un autre surnom, qui peut faire penser au personnage de Tony Soprano, dans la série télévisé « The Sopranos » qui fut diffusé par la chaine câblé HBO à la fin des années 1990. En effet, certains membres le surnomment aussi « Jackie The Bathrobe » en raison de son habitude a effectué des réunions de bon matin chez lui en peignoir de bain.

Lire la suite

LA FAMILLE DE PHILADELPHIE SE RECONSTRUIT PETIT A PETIT

15 Février 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Philadelphie

LA FAMILLE DE PHILADELPHIE SE RECONSTRUIT PETIT A PETIT

Après la condamnation du Soldat Anthony Nicodemo à près de vingt cinq années de prison, la famille de Philadelphie a su montrer que dans ses rangs, et malgré les différents collaborateurs qui ont pu témoigner ces dernières années, il y avait aussi des membres qui acceptaient leur peine sans broncher. La semaine dernière, Capitaine de la famille de Philadelphie, Gaeton Lucibello vient quant-à lui d’être libéré d'un pénitencier fédéral, après y avoir purgé près de trois ans pour des charges de racket. Condamné en Septembre 2012, il avait admis à la justice Américaine en acceptant de plaider coupable, d’avoir « secoué » plusieurs bookmakers travaillant pour la famille de Philadelphie pour que ces derniers versent la « taxe de rue » à l’Acting Boss de la famille mafieuse à cette époque, Joseph Ligambi. De plus, il avait déclaré avoir géré pendant plusieurs années plusieurs machines de pokers installés dans différents bars de Philadelphie contrôlés par la famille mafieuse, générant des milliers de dollars à cette organisation criminelle. Gaeton Lucibello à déjà un lourd passif dans la Cosa Nostra, ou comme tout membre qui se respecte, il a su montrer sa capacité à changer de camp, pour pouvoir « évoluer » au sein de la pègre. Il commença comme chauffeur et garde du corps de l’ancien Consigliere de la famille, Joseph « The Crutch » Curro. Au début des années 1990, au début de la guerre entre le Parrain John Stanfa et la faction menée par Joey Merlino, Gaeton Lucibello décida de suivre le camp de l’ancien Parrain. John Stanfa était un gangster de la vieille école. Devant les agents du FBI, il se présentait comme un ancien maçon, qui avait réussi sa vie en ouvrant une entreprise de distribution alimentaire. D’origine Sicilienne, il aimait s’entourer de jeunes voyous qui étaient prêts à « casser des jambes et à « commettre des meurtres » pour le compte de la famille, ce qu’il le mènera à sa perte. La guerre entre les deux factions causa de nombreuses victimes et Gaeton Lucibello trahira John Stanfa pour rejoindre les rangs de Joey Merlino, ce qui rendra fou de rage l’ancien Boss de la famille de Philadelphie, qui est désormais incarcéré dans une prison fédérale Américaine. Dans un enregistrement effectué par le FBI peu avant son arrestation, John Stanfa avait demandé à un de ses membres de : « Couper la langue » de Gaeton Lucibello et de mettre celle-ci dans une « enveloppe, avec un timbre » pour l’envoyer directement à sa femme, cela montrait bien la rancune tenace que pouvait avoir John Stanfa contre son ancien protégé. Quand Joseph Ligambi devint le nouvel Acting Boss de la faille, Gaeton Lucibello fut nommé Capitaine, jusqu’à sa condamnation ou d’après certaines sources, il fut rétrogradé au rang de Soldat. Au début des années 2000, il fut soupçonné d’avoir participé à l’assassinat de Raymond « Long John » Martorano, qui fut criblé de balles dans son véhicule. Ce dernier venait de sortir de prison après y avoir purgé près de dix sept années pour trafic de drogue. Dès sa sortie, Raymond Martorano, bénéficiait d’un immense respect au vu d’avoir purgé sa peine comme un « homme d’honneur » et certains pensaient qu’il allait reprendre logiquement les commandes, ce qui entraina sa perte. Un autre Capitaine de la famille de Philadelphie devrait dans les prochains mois sortir d’un pénitencier fédéral après y avoir purgé plusieurs années pour racket, il s’agit de Marty Angelina. Ce dernier qui est un ami d’enfance de l’actuel ou l’ancien Parrain, Joey Merlino lui est toujours resté fidèle pendant la guerre contre John Stanfa, et resta aux côtés de son ami, alors que ces derniers étaient en infériorité numérique. Joey Merlino, qui prendra par la suite la place de John Stanfa, le récompensa en le nomment Underboss entre 2007 et 2010. Mais la question qui se pose actuellement, est comment la famille de Philadelphie va-t-elle fonctionner ? Dernièrement, Joseph « Chickie » Ciancaglini, qui vient de purger plus de vingt ans de prison pour plusieurs crimes, vient de rentrer dans une maison de transition, pour une sortie prévue au printemps prochain. Ce dernier, qui à accumulé un grand respect depuis toutes ces années, peut grandement influencer la futur hiérarchie de la famille. Ce qui est sûr au jour d’aujourd’hui, c’est que l’ancien Acting Boss de la famille de Philadelphie, Joseph Ligambi, serait en semi-retraite, et laisserait volontiers sa place de Consigliere à Joseph Ciancaglino, aussi respecté et au vu de son expérience, plus à même à résoudre les conflits. Le gros point d’interrogation serait actuellement sur Steven « Handsome Stevie » Mazzone, l’actuel Acting Boss de la famille de Philadelphie et meilleur ami de Joey Merlino. Ce dernier aurait un certains mal à gérer les conflits internes dans la famille, et aurait selon certains spécialistes, laissé sa place à Phil Narducci (voir photo), qui aurait été nommé ces dernières semaines au poste de Parrain. Cette information pourrait se révéler étrange, tant l’influence de Joey Merlino est encore bien présente, mais dans un sens, elle suivrait une certaine logique. Phil Narducci, est sorti il y a quelques années de prison après y avoir purgé plus de vingt ans pour différents meurtres. Déjà très respecté avant de commence à purger sa peine de prison, il a su avec toutes ces années, forger son charisme et sa réputation, en gardant une grande influence auprès de nombreux membres. Gangster de la vieille école, il n’a jamais vraiment apprécié la jeune génération qui s’attaqua à l’ancien Parrain John Stanfa, expliquant que ces derniers avaient profité du « vide » crée par la condamnation de Nicodemo Scarfo Sr pour gravir les échelons de la Cosa Nostra. Depuis sa libération, il aurait repris une certaine activité, en contrôlant différentes boites de nuits dans Philadelphie avec l’aide de membres de sa famille. En nommant un nouveau Parrain, la famille veut envoyer un message aux autorités fédérales, en leur indiquant que cette dernière à su trouver une certaine stabilité malgré les différentes attaques lancées ces dernières années, et que désormais, elle peut compter sur des membres qui ont prouvé leurs valeurs en purgeant de nombreuses années dans des prisons fédérales pour aller de l’avant.

Lire la suite

AUCUNE CLÉMENCE POUR UN ASSOCIÉ DE LA FAMILLE GAMBINO

12 Février 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Gambino

AUCUNE CLÉMENCE POUR UN ASSOCIÉ  DE LA FAMILLE GAMBINO

« On peut avoir participé à un meurtre pour le compte de la Mafia et être un individu ayant un sens moral ». C’est ce qu’a voulu prouver l’avocat de Luigi Grasso (voir photo), Alex Grosshtern devant un juge fédéral la semaine dernière. Son client est un Associé de la famille Gambino, qui fut arrêté il y a quelques années avec Hector Pagan (Ex beau-fils de l’ancien Consigliere de la famille Bonanno, Anthony Graziano) pour avoir participé au meurtre de James Donovan, un Associé de la famille Lucchese. Très rapidement dans cette affaire, Hector Pagan qui jouait les vedettes dans une émission de télé réalité, tout en occupant un « poste » d’Associé dans la famille Bonanno, avait décidé de collaborer pour échapper à la prison à vie. Quant-à Luigi Grasso et le troisième accusé dans cette affaire, Richard Riccardi, ils décidèrent de tenter leur chance dans un procès, qui se soldera par un verdict de culpabilité pour toutes les charges retenues contre eux (Richard Riccardi et Luigi Grasso seront condamnés à des peines supérieures à trente années dans une prison fédérale). Après ce verdict, l’Associé de la famille Gambino en avait terminé avec sa carrière criminelle et il savait que quand il sortirait de cet enfer carcéral, il serait une personne âgée. Pour Luigi Grasso, il fallait donc trouver un moyen pour attendrir le juge en charge de cette affaire, dans l’espoir que ce dernier abaisse sa peine de prison. Pendant son procès, Luigi Grasso était incarcéré au Métropolitan Center à New-York et sauva la vie d’un prisonnier qui tenta de se suicider par pendaison. Dans ce centre fédéral, les cellules sont la plupart du temps ouvertes la journée, laissant les prisonniers libres de leur mouvements, pouvant se balader dans leur bloc, sous la surveillance des gardiens. Le détenu en détresse, qui ne fut pas identifié tout de suite par les autorités, s’était servi d’un tee-shirt qu’il avait fait agrandir pour se pendre à une barre qui se trouvait en haut de sa cellule. En voyant la scène, Luigi Grasso, n’hésita pas une seule seconde et se précipita sur le prisonnier et le souleva de toute ses forces, demandant aux gardiens présents à proximité de venir l’aider, il venait alors de sauver la vie d’un individu : « J’étais assis sur ma couchette en train de lire des papiers concernant mon procès, quand je vis ce détenu en train de se pendre. Je l’ai donc soulevé pour qu’il puisse respirer » déclara Luigi Grasso devant le juge fédéral. Au départ, Luigi Grasso avait demandé une nouvelle audience devant le juge pour avoir un nouveau procès dans cette affaire. Avec l’aide de son avocat, il avait déclaré que le témoignage de son ancien complice, Hector Pagan, pendant tout le procès était rempli de mensonges et que les preuves n’étaient pas si évidentes que ça. En effet, pour lui, il reconnait bien qu’il avait participé à ce braquage qui a très mal tourné, mais dans cette histoire, le tireur c’était Hector Pagan, qui s’en sortira d'ailleurs très confortablement avec une peine de onze ans de prison. En aidant ce prisonnier, il espérait changer son image de « gros bras » pour la famille Gambino, en un individu ayant un sens moral, prêt à aider les autres. Il espérait que ce sauvetage allait « attendrir » le juge et qu’il accorderait alors l’ouverture d’un nouveau procès et pourquoi pas être être de nouveau libre plus rapidement. En arrivant dans la cour fédéral de Manhattan, Luigi Grasso était assez confiant, surtout que le juge commença son élocution par : « Vous avez aidé un détenu qui avez besoin d’aide, je vous remercie Monsieur Grasso ». Mais quelques minutes plus tard, il rejeta avec grande fermeté la demande de Luigi Grasso de tenter une nouvelle fois sa chance dans un nouveau procès : « En faisant ce qu’il a fait, mon client a montré son vrai caractère » tenta de se justifier son avocat, mais Luigi Grasso, devra purger ses trente huit années dans une prison fédérale. Le juge fédéral John Glesson, avait remercié Luigi Grasso, mais il ressentait une forte empathie pour Luigi Grasso. En effet, lors du premier procès, ce dernier n’avait pas hésité à dire que l’Associé de la famille Gambino était largement à « blâmer » dans cet assassinat, jugeant que c’était « une conséquence naturelle de la vie qu’il pouvait mener depuis des années ». Récemment, dans l’émission de télé réalité « Mob Wives » diffusée sur la chaine VH1, suivant la vie de femmes ayant des membres de leurs familles dans la Cosa Nostra, Angela Raiola, nièce d’un ancien Capitaine de la famille Genovese, Salvatore « Sally Dogs » Lombardi et cousine de Luigi Grasso, raconta que oui son cousin avait fait « quelque chose de mal », mais qu’il aurait du faire « moins de temps que ce putain de rat d’Hector ».

Lire la suite

UN SOLDAT DE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE PLAIDE COUPABLE DE MEURTRE

9 Février 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Philadelphie

UN SOLDAT DE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE PLAIDE COUPABLE DE MEURTRE

Cet assassinat fut jugé par certains spécialistes comme le « meurtre le plus stupide » dans l’histoire de la Cosa Nostra. En 2012, en pleine rue et devant plusieurs témoins, Gino DiPIetro, un Associé de la famille de Philadelphie, qui collaborait avec le FBI après son arrestation dans une affaire de drogue, fut exécuté par un homme cagoulé de plusieurs balles dans le corps. Le tueur s’enfuira tranquillement a bord d’une Honda Pilot, laissant le temps à plusieurs témoins de la scène de noter la plaque d’immatriculation. Rapidement, les policiers découvrirent que la voiture appartenait à un certains Anthony Nicodemo (voir photo), un Soldat de la famille de Philadelphie, soupçonné déjà dans plusieurs meurtres. Quelques minutes plus tard seulement après cet assassinat, les policiers se présentèrent au domicile du mafieux et trouvèrent en plus de son véhicule, un 357 Magnum, qui se révéla être par la suite l’arme utilisée dans ce crime, et ils virent surtout un individu en état de stress absolu, suant abondamment, pour eux, ils ne faisaient aucun doute qu’Anthony Nicodemo était à l’origine de ce meurtre. Tout de suite, ce dernier fut inculpé de cet assassinat et incarcéré sans caution possible. Les preuves qu’accumulaient les autorités judiciaires prévoyaient un avenir très sombre pour le Soldat de la famille Philadelphie, qui pouvait terminer désormais sa vie derrière les barreaux. Pendant un certains temps, certains journalistes pensaient que ce dernier allait décider de collaborer avec la justice Américaine, qui à cette époque sortait très honteusement de deux procès fédéraux contre Joseph Ligambi et George Borgesi, qui se soldera par des acquittements. Anthony Nicodemo, sait en effet beaucoup de choses sur les affaires de la famille mafieuse et aurait pu apporter un éclaircissement certains sur plusieurs meurtres non résolus, dont celui du Soldat John "Johnny Gongs" Casasanto, dont il est toujours considéré comme le principal suspect. Mais Anthony Nicodemo ne craqua pas et tenta sa chance lors d’un procès qui s’ouvrit en Mai dernier. Même étant identifié très clairement comme un membre de la famille de Philadelphie, les procureurs avaient l’obligation de ne pas parler de son activité criminel dans la Cosa Nostra, mais seulement de se concentrer sur les faits. Rapidement, l’avocat d’Anthony Nicodemo tenta un coup de poker, il essaya de faire croire aux jurés que son client était une victime dans cette affaire, et se lança dans un « discours passionné » mélangeant « intrigue policière » et « séquestration », voulant démontrer que son client avait été pris en otage par un individu non-identifié et qu’il l’aurait ordonné de le conduire sur la scène de crime, pas très crédible. Oui le véhicule, la Honda Pilot était bien le sien, mais il fut obligé sous la menace d’un individu armé de « rouler » pour quitter le quartier ou avait eu lieu le meurtre, il était alors au mauvais endroit au mauvais moment. Finalement, à la surprise générale, le procès s’arrêta brusquement. La police surveillait depuis l’ouverture du procès, des membres de la famille d’Anthony Nicodemo, et s’aperçurent que ces derniers avaient pris contact avec un des jurés dans cette affaire, habitant dans le sud de Philadelphie, une zone à forte densité mafieuse. Avant cette histoire, deux jurés avaient déjà étaient exclus pour des raisons encore inconnus, et cette tentative d’approche sur un nouveau juré, fit que le juge décida d’arrêter le procès pour le remettre à une date ultérieure, et pourquoi pas en dehors de Philadelphie. Vendredi dernier, alors que le deuxième procès allait commencer ce lundi, Anthony Nicodemo décida finalement de plaider coupable des charges retenues contre lui, évitant de ce fait une peine de prison à perpétuité. Vêtu d’une chemise bleue et d’une cravate, le Soldat de la famille de Philadelphie ne prononça que trois fois le mot « coupable » devant le juge, Jeffrey P. Minehart. Il plaida coupable, d’assassinat, de complot, et de port d’arme illégal, des accusations qui l’amenèrent à être condamné à un minimum de vingt cinq années derrière les barreaux : « Anthony a pris cette décision car il risquait la prison à vie dans cette histoire. En plaidant coupable, il a de bonne chance de revenir un jour chez lui » déclara son avocat. En acceptant de plaider coupable, Anthony Nicodemo mit surement fin aux rumeurs d’une éventuelle collaboration avec la justice Américaine, le Soldat de la famille de Philadalphie, respectant l’omerta jusqu’au bout. Se tournant vers sa famille présente dans la salle, il leur glissa un dernier sourire, avant de partir menotter, accompagné des US-Marshalls. Agé de quarante deux ans, Anthony Nicodemo pourrait être admissible à une libération conditionnelle en 2038, il aura alors soixante six ans : « Ce jeune gars est un dinosaure. Regardez tous les jeunes de son âge qui se sont fait prendre et qui ont coopéré, lui il est de la vieille école » déclara un de ses proches. Pour la famille de Gino DiPietro, présente lors du verdict, ceci est un « réel soulagement », elle pourra en effet à partir de ce verdict commencer calmement leur deuil.

Lire la suite

LA MERE D'UNE VICTIME DE LA COSA NOSTRA ENFIN DÉDOMMAGÉE

6 Février 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Lucchese

LA MERE D'UNE VICTIME DE LA COSA NOSTRA ENFIN DÉDOMMAGÉE

Cette affaire commença en 1986. Ce jour là, Nicholas Guido (voir photo), un jeune homme de vingt six ans qui travaillait comme installateur téléphonique, venait de terminer le repas traditionnel de Noël, accompagné de sa mère et son Oncle. Nicholas Guido s’était fait plaisir et venait de s’offrir la dernière Nissan Maxima, et par fierté il demanda à son oncle de l’accompagner pour lui montrer le véhicule. Une fois l’intérieur, Nicholas Guido se positionna sur le siège conducteur et au même moment, un véhicule avec deux individus à bord s’arrêta brusquement devant Nicholas Guido, et un des assassins lui tira plusieurs balles dans le corps, Nicholas Guido venait de décéder devant son oncle et devant sa mère qui regardait la scène impuissant de sa cuisine. Le jeune homme d’origine Italienne n’avait aucun rapport avec la Cosa Nostra, il avait seulement la malchance de porter le même nom qu’un Associé de la famille Gambino, Nick Guido qui avait participé à la tentative d'assassinat contre Anthony Casso, Underboss de la famille Lucchese à cette époque. Anthony Casso était un individu très paranoïaque, il voyait des « rats » partout et n’hésitait pas à lancer des contrats à tout va pour sa sécurité personnelle. A cette époque, il voulait surtout se venger des individus qui avaient participé à sa tentative d’assassinat en Septembre 1986. Anthony Casso avait ses informations par deux détectives de la NYPD, corrompus jusqu’à la moelle Stephen Caracappa et Louis Eppolito. Ce dernier, s’est toujours vanté d’avoir choisi une vie différente que celle de son père, un Soldat de la famille Gambino. Se vantant d’être un policier hors pair, il avait choisi une toute autre voie à la fin de sa carrière, en jouant dans différents films, dont les Affranchis de Martin Scorsese en 1990 et en publiant un livre sur sa vie dénommé Mafia Cops : Un flic honnête, dont la famille était dans la Mafia, pas si honnête que ça finalement... Mais Louis Eppolito aimait trop la vie de gangster et surtout l’argent que pouvait lui apporté, c’est pour cela qu’il travaillait avec son ancien collègue avec les familles de la Cosa Nostra. Grâce aux informations données à la famille Lucchese, les deux « policiers » gagnaient énormément d’argent et Anthony Casso était prêt à les payer gracieusement pour pouvoir parvenir à ses fins et devancer la justice Américaine. Le problème c’est que par moment les informations données par Stephen Caracappa et Louis Eppolito pouvaient être erronées, ce fut malheureusement le cas avec Nicholas Guido, qui fut assassiné. Il fallut attendre en 2006, pour que Stephen Caracappa et Louis Eppolito puissent être condamnés à des peines de prison à perpétuité pour leur lien présumé avec la Cosa Nostra, mais aussi pour avoir effectué personnellement des contrats pour le compte d’Anthony Casso. Avec leur condamnation, les familles des victimes essayèrent d’attaquer les deux anciens détectives, mais voyant que ces derniers n'arrivaient déjà pas à payer la justice Américaine, elles se retournèrent contre la ville de New-York, réclamant des millions de dollars de dédommagements. Pendant des années, la ville de New-York s’était battue pour que les familles des victimes ne puissent pas les attaquer en justice, mais l’an dernier, un juge fédéral déclara que ces dernières pouvaient très bien réclamer un préjudice, car selon lui, l’État de New-York n’avait pas fait le nécessaire pour stopper Louis Eppolito alors qu’il en avait eu l’occasion. En effet, au début des années 1980, l’ancien détective du NYPD avait été pris dans une affaire de corruption. La justice Américaine soupçonnait très fortement Louis Eppolito de transmettre des informations à Rosario Gambino, un membre de la famille Gambino. L’affaire fut classée sans suite, manque de preuve, mais pour le juge fédéral, cela aurait put éveiller les soupçons des enquêteurs et éviter les différents assassinats. L’autorisation par la justice Américaine de demander des dommages et intérêts, fut un réel soulagement pour les familles des victimes : « Ce jugement ne peut pas faire revenir Nicholas, mais nous sommes tout de même heureux du verdict » déclara l’avocat de la mère de Nicolas Guido, Mark Longo. Cinq millions de dollars, c’est la somme que touchera en effet Pauline Pipitone. Âgée aujourd’hui de 87 ans, la vieille dame ne s’est toujours pas remise de ce jour fatidique ou elle perdit son fils : « Après avoir examiné tous les faits, ce dédommagement est la meilleure solution pour la ville » déclara un responsable de la police, et ca s’arrête là…

Lire la suite

LA OUTFIT MET EN PLACE UNE NOUVELLE ORGANISATION

3 Février 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Outfit

LA OUTFIT MET EN PLACE UNE NOUVELLE ORGANISATION

Sur le papier, le Parrain de l’Outfit de Chicago est John « No Noze » DiFronzo, mais les événements récents qui viennent de se passer, montre un organigramme bien différent de ce que peuvent penser les agents fédéraux, explication. En 2012, un Capitaine de l’Outfit qui gérait les affaires dans le quartier historique de Cicero, Michael « The Large Guy » Sarno, a été condamné à près de vingt cinq ans de prison pour racket. Ce dernier était un individu très influent dans la famille et n’hésitait pas par moment à outrepasser les règles. D’après le FBI, il aurait commandité le meurtre de l’ancien Underboss, Anthony « Little Tony » Zizzo en 2006, son corps qui ne sera jamais retrouvé, sema la cohue dans la famille auprès de plusieurs membres mécontents, que les règles puissent être enfreins si facilement. Pour se venger, une faction adverse à celle de Michael Sarno aurait essayé quelques mois plus tard, d’assassiner le bras droit du Capitaine de l’Outfit, Salvatore Cataudella, mais les tueurs s’étaient trompés de cible, et avaient exécuté, Gerry Dhamer, un employé dans une entreprise de plomberie, qui vivait à quelques maisons de Salvatore Cataudella. De plus après vérification, il s’avéra que le mafieux n’habitait plus cette maison depuis quelques années, par contre sa femme et sa fille y vivaient encore. Avec la condamnation de Michael Sarno, les autorités pensaient que les tensions allaient enfin se calmer, surtout qu’avec le procès dit des « Secrets de famille » qui s’ouvrit en 2007, plusieurs mafieux furent arrêtés et condamnés pour à de longue peine de prison, mais en fait, cela entraina une rébellion auprès des membres qui étaient sous le commandement du Capitaine de la Outfit. Dans ce genre de problème, la hiérarchie de la famille veut que le Consigliere en exercice, Marco « The Mover » D’Amico, puisse résoudre ce problème par une multitude de réunions, mais étonnamment, John DiFronzo, demanda à un Capitaine de la Outfit, Salvatore « Solly D » DeLaurentis (voir photo) de gérer ce conflit. Ce dernier, à d’une part une réputation de tueur auprès des membres de la Outfit, mais il est surtout un individu très respecté, qui depuis sa sortie de prison en 2005, gère ses affaires tranquillement depuis Lake County (Au début des années 1990, il fut pris dans une affaire de racket fédérale et condamné à près de dix huit ans et demi derrière les barreaux, une peine qu’il accepta sans sourciller). Face à cette situation, Salvatore DeLaurentis, pu grâce à son expérience, résoudre le problème entre les membres de Cicero et l’organisation criminelle : « Salvatore, a su montrer à tout le monde qu’il était l’homme idéal pour résoudre ce genre de conflit. Il a su poser les bonnes questions et satisfaire tout le monde. S’il avait été plus jeune, il aurait utilisé la manière forte, en tuant tout le monde et faisant des réunions par la suite, mais maintenant il agit plus comme un diplomate » déclara un proche du mafieux. Cette situation gérée d’ « une main de maitre », à montré une chose, que Salvatore DeLaurentis, était un membre incontournable dans cette organisation criminelle, et que sa présence dans la hiérarchie de la famille devenait évidente. Depuis plusieurs mois déjà, des sources venant du FBI, mettaient en doute sur la « santé mentale » de l’actuel Parrain, John DiFronzo. Ce dernier qui est aujourd’hui âgé de quatre vingt six ans, n’aurait plus les « capacités » à gérer une famille telle que l’Outfit, qui reste encore très active dans l’Etat de l’Illinois et ses environs. Des rumeurs circulaient déjà sur l’augmentation en grade de Joseph « Joe The Builder » Andriarchi, un membre de la vieille école, très respecté dans l’organisation, qui occupe déjà le poste d’Underboss, mais en réalité, cela serait totalement différent. Malgré sa lourde condamnation, Salvatore DeLaurentis, continue à être très actif dans les affaires criminelles de l’Outfit. En 2013, le Soldat, Paul Carparelli, s’était vanté que « Solly D », lui avait donné dix mille dollars pour « casser les jambes » à un individu non identifié qui ne payait pas « ses dettes » à l’Outfit. Dernièrement, certains spécialistes supposent que Salvatore DeLaurentis, occuperait le rôle d’Acting Boss, mais continuerait à verser une part des bénéfices à John DiFronzo, devenant de plus en plus inexistant, par respect. Pour s’entourer, ce dernier aurait pris des personnes de très grande confiance. Il aurait attribué le poste de Consigliere à Joseph Andriarchi, qui remplacerait alors. Marco D’Amico. Connu pour sa grande discrétion, l’actuel Consigliere de l’Outfit, qui contrôle les activités de la famille dans le Nord de Chicago, n’aurait plus été inquiété par la justice depuis 1968, date à laquelle il fut condamné à trois ans de prison pour cambriolage. Très intelligemment, il aurait investi une partie de son argent dans des affaires légitimes et très lucratives, comme des restaurants ou des boites de nuit à Chicago. Pour lui succéder au poste d’Underboss, certains pensent que John « Dodu » Matassa Jr, un Capitaine de la famille et protégé de Joseph Andriarchi ferait l’affaire. Salvatore DeLaurentis demanderait aussi des conseils sur l’organisation criminelle, à son ami, Louis « Louis Tomatoes » Marino, un Soldat de la Outfit qui vient d’être libéré de prison, après y avoir passé près de vint cinq années derrière les barreaux pour racket.

Lire la suite