Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

DES MEMBRES DE LA FAMILLE LUCCHESE CONDAMNÉS À LA PRISON À PERPÉTUITÉ

30 Juillet 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Lucchese

undefined

Après avoir été reconnus coupables, en Novembre dernier, de l’assassinat de l’ancien leader du Purple Gang, Michael Meldish, le Soldat de la famille Lucchese, Christopher Londonio et son Associé Terrence Caldwell ainsi que l’ancien Acting Boss, Matthew Madonna ont comparu cette semaine, devant une cour fédérale. Sans surprise, les trois accusés ont été condamnés à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle, ce qui n’a pas empêcher, Matthew Madonna, une nouvelle fois, de clamer son innocence : « Je suis innocent. Je n’ai absolument rien à voir avec la mort tragique de Michael Meldish. Je n’ai conspiré avec personne ». La prison, Matthew Madonna la connaît parfaitement. Condamné en 1976 à trente années dans un pénitencier fédéral pour trafic de drogue, Matthew Madonna était resté derrière les barreaux près de vingt ans et en avait profité pour refusé à plusieurs reprises et pendant sa détention, de venir témoigner devant un grand jury. A sa sortie de prison en 1995, il deviendra trois années plus tard un membre intronisé de la famille Lucchese, en récompense de son silence. Incarcéré depuis 2015 après une condamnation à cinq années de prison pour racket, Matthew Madonna s’était vu inculpé dans l’assassinat de Michael Meldish, en 2017, un ancien Associé. Selon les procureurs fédéraux, l’ancien Acting Boss de la famille Lucchese, se plaignait de plus en plus du comportement de Michael Meldish, qu’il accusait de partir en « roue libre », manquant de respect à plusieurs membres de la Cosa Nostra, une chose à ne jamais faire. De plus, Matthew Madonna était, selon des témoins, visiblement très énervé de voir Michael Meldish refusait obstinément de rembourser un prêt et ceux malgré plusieurs menaces. Le contrat de l’ancien leader du Purple Gang aurait été approuvé par Steven Crea, qui officiait à l’époque en tant qu’Underboss de la famille Lucchese et confié au Soldat, Christopher Londonio. Le 15 Avril 2013, en milieu de soirée, Christopher Londonio qui conduisait un véhicule qui ne sera jamais identifié et l’Associé Terrence Caldwell, ont suivi Michael Meldish et ont attendu patiemment que celui-ci sorte de sa voiture avant de l’assassiner de sang froid. Après avoir été reconnu coupable, Matthew Madonna avait effectué une demande de libération après avoir contracté le coronavirus en prison, ce qui força le bureau fédéral des prisons à le transférer dans un hôpital proche de sa détention. Pour Christopher Londonio, cette condamnation à perpétuité à un gout amer, surtout qu’il avait refusé une offre de plaidoyer émanant des procureurs de trente ans de prison avant le procès. Incarcéré au Métropolitan Center de New-York depuis 2017, Christopher Londonio avait été accusé, par un témoin du gouvernement, David Evangelista, d’avoir eu l’intention de s’échapper de prison, une inculpation qui lui avait valu le surnom de « The Veal Shank Rédemption » par les médias Américains. Cette accusation sera jugée sans fondement par les jurés et Christopher Londonio sera reconnu non-coupable.

Lire la suite

DEMANDE DE LIBÉRATION REJETÉE POUR FRANK LOCASCIO

27 Juillet 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Gambino

Le juge fédéral Leo Glasser, âgé désormais de quatre vingt seize ans, le même qui avait jugé au début des années 1990, John Gotti, a rejeté la demande de libération sous caution de Frank « Frankie Loc » Locascio pour raison « humanitaire ». La décision du juge, ne remet nullement en cause la requête déposée par l'avocate de la défense, autorisant un appel sur sa condamnation pour le meurtre du Soldat de la famille Gambino, Louis DiBono. Alors oui même si une procédure judiciaire pour faire libérer Frank Locascio est toujours en cours, ce verdict rendu récemment ne présage rien de bon pour l’ancien Consigliere de la famille Gambino, qui âgé de quatre vingt sept ans, à de forte chance de terminer sa vie derrière les barreaux, comme John Gotti précédemment. Dans son compte rendu d’audience, Leo Glasser, sans mentionner une seule fois le cas de Louis DiBono, fit remarquer que « depuis soixante ans », Frank Locascio a « juré fidélité » à la famille Gambino et a vécu selon « le code de la Cosa Nostra et non celui de la société ». Leo Glasser reste aussi sur sa position en indiquant, que Frank Locascio, de part son statut au sein de la famille Gambino, approuvait forcément les décisions de John Gotti. Contrairement à d’autres mafieux, Frank Locascio n’a jamais renié son passé criminel dans la Cosa Nostra et n’a jamais été enclin à quitter cette organisation criminelle et sur ce dossier cela reste problématique. Pendant son incarcération, Frank Locascio s’est fait remarquer une fois pour une bagarre avec un autre détenu, mais des photos récentes trouvés dans la maison du Capitaine Andrew Campos, démontrent que Frank Locascio est toujours respecté dans la famille Gambino. Alors même si après près de trente années derrière les barreaux, Frank Locascio est éligible à une libération anticipée et même si ce dernier souffre de plusieurs problèmes de santé, le juge fédéral Leo Glasser considère que son état de santé restait stable et ne permettait pas une remise en liberté. Désormais tout va se jouer sur cette fameuse demande d’appel, orchestrée par l’avocate de Frank Locascio, une ancienne juge fédéral et professeur de droit à l’université d’Harward, Nancy Gertner. Cette dernière est une femme expérimentée, qui connaît parfaitement les rouages de la justice Américaine. Il y a quelques mois, une première étape fut franchie, quand une cours d’appel fédérale accepta de réexaminer la condamnation pour meurtre et seulement pour meurtre de Frank Locascio et c’est sur ce point précis que tout va se jouer. Le juge fédéral peut demander à faire revenir à la barre des témoins Salvatore Gravano, qui apportera sans nul doute des éléments de réponse sur l’assassinat de Louis DiBono, ou suivre les recommandations des procureurs, en rejetant tout simplement cette requête et tout sera terminé pour Frank Locascio. L’ancien Underboss de la famille Gambino a toujours exprimé son désacord avec le verdict rendu en Avril 1992, stipulant qu’il avait été condamné seulement pour avoir été un « grand ami » à John Gotti. Au fil des années effectuées derrière les barreaux, sa stratégie de défense a changé et se concentre désormais sur sa condamnation pour meurtre. A cette époque, les procureurs fédéraux avaient réussi à faire condamner Frank Locascio pour l’assassinat de Louis DiBono, en raison seulement de sa position au sein de la famille Gambino et non sur des preuves concrètes prouvant la culpabilité de Frank Locascio dans ce meurtre. Pour eux, un Underboss d’une famille aussi importante que les Gambino ne pouvait ignorer le contrat lancé sur Louis DiBono et de ce fait, il était coupable. 

Lire la suite

UN ANCIEN TÉMOIN DU GOUVERNEMENT LIBÉRÉ DE PRISON

26 Juillet 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Lucchese

Michael Meldish
Michael Meldish

Frank Pasqua III fut l’un des premiers témoins vedette du gouvernement fédéral, dans l’opération lancée contre des membres de la famille Lucchese en Mai 2017. Fils de James Pasqua Jr, un Soldat chez les Lucchese, Frank Pasqua III avait affirmé que son propre père était l’assassin de l’ancien leader du Purple Gang, Michael Meldish. Il est sympa le fiston, accusé son père pour éviter la prison, surtout que son témoignage fut jugé peu crédible. La pression exercée sur Frank Pasqua III fut tellement forte que ce dernier revint sur son témoignage, accusant cette fois-ci, le Soldat Christopher Londonio et son Associé, Terrence Caldwell, mais pour le gouvernement fédéral le mal était déjà fait. La défense s’est rapidement saisie des propos défaillants de Frank Pasqua III, l’accusant d’être, en plus d'un mythomane, un « junkie », qui battait sa femme et même sa propre mère devant ses enfants, une « ordure ». Frank Pasqua III devenant un boulet plus qu’autre chose pour le gouvernement fédéral, les procureurs décidèrent de l’écarter petit à petit de cette affaire et finir par l’incarcérer au Métropolitan Center, sous leur protection, en attendant son verdict, car Frank Pasqua était à la base inculpé dans plusieurs affaires. Mais lors de sa détention, Frank Pasqua fut surpris en train de trafiquer de la drogue, encore et toujours, une énième infraction, qui mis fin à la collaboration entre l’ancien Associé de la famille Lucchese et le gouvernement fédéral. Le procès Lucchese fut pour les procureurs fédéraux un réel succès et les les principaux accusés furent reconnus coupables de l’assassinat de Michael Meldish et d’une multitude de délits fédéraux tenant de la loi RICO. Frank Pasqua III quant-à lui, n’a pas eu son heure de gloire, venir témoigner à la barre des témoins. Incarcéré pendant tout le procès, il fallait quand même trouver une solution pour l’ancien Associé de la famille Lucchese, qui à quand même réussi à faire arrêter tout le beau monde grâce à son témoignage au début de cette affaire et même si ses propos étaient foireux. Si l’issue de ce procès avait été défavorable au gouvernement fédéral, il est fort probable que Frank Pasqua III végèterait, encore à l’heure actuelle, dans une prison fédérale, mais au vu des verdicts, les procureurs ont décidé de faire une fleur à leur premier témoin, en lui offrant moins de trois ans pour …. Racket, trafic de drogue et tentative de meurtre, une petite tape sur les doigts et encore. Trois ans, sans compter les mois d’incarcération qu’avait déjà effectués Frank Pasqua III, ce qui en fait au jour d’aujourd’hui, un homme libre. De retour dans le monde réel, Frank Pasqua III a pris contact avec des anciens individus affiliés de près ou de loin dans la Cosa Nostra, comme l’ancien Associé de la famille Bonanno, Gene Borrello  ou encore John Alite, qui donnent actuellement des multitudes d’interviews sur leur passé criminel. C’est sur l’une des émissions diffusées sur une radio locale que Gene Borrello retrouva Frank Pasqua III ou les deux compères se vantèrent d’avoir commis des crimes violents dans les rues de New-York et à l’intérieur des murs de la prison. Pour les avocats de la défense, qui ont défendu les accusés dans le procès Lucchese, les derniers témoignages de Frank Pasqua III sont une « honte ». Pour l’avocat de Christopher Londonio qui aurait pu accepter, avant le procès, une peine de trente années de prison, les paroles de Frank Pasqua III et Gene Borelli : « Envoient un message terrible. Vous coopérer avec le gouvernement fédéral, vous sortez de prison et vous vous vantez d’avoir commis des crimes sans qu’il y est aucune répercussion ». Pour un autre avocat, c’est la peine de trois ans pour Frank Pasqua III qui reste « hallucinante » : « Comment a t-il pu obtenir une si bonne affaire alors que pendant son accord, il a menti plusieurs fois et n’a jamais été présenté pendant le procès ».

Lire la suite

MICHAEL SPINELLI DE RETOUR DERRIÈRE LES BARREAUX ?

22 Juillet 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Lucchese

Michael Spinelli
Michael Spinelli

L’ancien Soldat « Baldy Mike » Spinelli n’aura goûté à la liberté que quelques semaines, avant que le juge fédéral ne décide de le remettre derrière les barreaux. Libérable en 2028, Michael Spinelli avait reçu une libération anticipée exceptionnelle en Mai dernier, en raison d’une part, d’un comportement irréprochable pendant ses vingt huit années derrière les barreaux, mais aussi d’un contexte inhabituel avec l’épidémie de coronavirus qui frappe actuellement les prisons fédérales aux quatre coins des Etats-Unis. Quand l’avocat de Michael Spinelli demanda une libération anticipée pour son client, les procureurs fédéraux avaient pris cette demande à la légère, au vu de la gravité des actes commis par le Soldat de la famille Lucchese, ils étaient certains que Michael Spinelli resterait en prison. En effet, essayer d’assassiner une femme n’ayant aucun lien supposé avec la Cosa Nostra, pour seul motif d’être la sœur d’un Capitaine récalcitrant au Lucchese, a valu de Michael Spinelli d’être un peu la honte des membres de la Cosa Nostra et la bête noire du gouvernement fédéral. Quand au mois de Mai, le juge, le même qui avait remis le verdict de culpabilité à Michael Spinelli vint huit années plus tôt , décida à la surprise générale de libérer le Soldat de la famille Lucchese, les procureurs fédéraux furent pris de court et décida immédiatement de faire appel de cette décision. Une réaction tardive de la part des procureurs, qui permit à Michael Spinelli de quitter le Texas pour retrouver sa sœur dans son appartement à New-York. Le problème désormais est qu’en pleine épidémie de coronavirus, les vols inter-états sont pour la plupart suspendus, alors pour les transferts de détenus fédéraux, c’est encore plus compliqué. Le juge fédéral en charge de ce dossier était d’accord, en attendant un appel, de remettre Michael Spinelli derrière les barreaux, mais avec l’obligation de lui trouver un lieu de détention proche de son nouveau domicile, à New-York. Une date de retour possible derrière les barreaux était même prévue le 03 Juillet dernier, sauf qu’entre-temps, Michael Spinelli, après une visite médicale de contrôle, fut testé positif au coronavirus, l’obligeant de se mettre en quatorzaine et de rester de ce fait, confiné à domicile pendant une durée indéterminée. Depuis son incarcération, Michael Spinelli a complètement renié son passé criminel et ses quelques années passées dans la Cosa Nostra. Devenu un professeur de Yoga respecté dans l’univers carcéral, sa demande de libération anticipée avait été approuvée par plusieurs membres du BOP (Bureau Fédéral des Prisons), louant son engagement quotidien envers les autres détenus, afin de les changer de « direction » et de leur transmettre un éventuel bien être pendant la détention. 

Lire la suite

UN SOLDAT DE LA FAMILLE GENOVESE TRAHIT SON SERMENT D'ALLÉGEANCE À LA COSA NOSTRA

16 Juillet 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Genovese

Frank Giovinco
Frank Giovinco

A une époque pas si lointaine, les familles de la Cosa Nostra punissaient de mort un membre initié qui avouait son appartenance à l'organisation devant les forces de l’ordre ou devant un tribunal. John Gotti, ancien Parrain de la famille Gambino déposait même automatiquement un contrat sur les membres de sa famille qui décidaient de plaider coupable devant un tribunal. Aujourd’hui, les choses ont bien changé et plaider coupable reste la meilleure solution pour un membre de la Cosa Nostra de réduire considérablement sa peine de prison et alors si celui-ci confirme l’existence d’une famille mafieuse, c’est encore mieux. Frank Giovinco est un Soldat de la famille Genovese qui a été reconnu coupable après un procès de six jours, pour des motifs de racket et d’extorsion. L’enquête des agents du FBI avait duré plusieurs années et avait démontré que Frank Giovinco avait siphonné la trésorerie de deux sections syndicales et par la même occasion, en a profité pour extorquer plusieurs individus, dont un conseiller financier, le menaçant de le bruler vif si ce dernier ne payait pas ses dettes. Frank Giovinco aurait dû recevoir son verdict plus rapidement, mais avec l’épidémie de coronavirus, les tribunaux fédéraux étaient à l’arrêt et c’est seulement à la fin du mois de Juin que Frank Giovinco fut présenté devant un juge fédéral. Devant le magistrat, Frank Giovinco joua carte sur table et avoua sans complexe, avoir corrompu et extorquer des syndicats à New-York, mais pour son « propre compte » et non « pour la famille Genovese ou le crime organisé ». Cette déclaration venant d’un Soldat de l’une des familles les plus cloisonnées des Etats-Unis, est surprenante et à sans doute était dictée par son avocat, qui à lui sans doute conseiller de parler de l’existence de la famille Genovese afin d’attendrir le juge. En revanche, quand Frank Giovinco parla de la victime qu’il a menacée, aucun remord, aucune excuse, seul un : « j’aurais pas du l’approcher », s’excuser d’avoir fait du mal à un témoin du gouvernement aurait été sans doute plus pire que d’avouer l’existence de la famille Genovese. En faisant ce genre de déclaration, Frank Giovinco espérait dix mois derrière les barreaux, alors que les procureurs en voulaient dix ans, le juge trancha alors la poire en deux, et le Soldat de la famille Genovese sera condamné à quatre années de prison. Vous vous rappelez de Vincent Esposito ?, Inculpé en Janvier 2018 sur des accusations de racket fédérales, le fils de Vincent Gigante, aurait ordonné à Frank Giovinco de tabasser son propre neveu, Vincent Fyfe, président du syndicat des travailleurs pour l’alimentation et le commerce. A cette époque, Vincent Fyfe devait verser près de dix mille dollars tous les ans à Vincent Esposito, par respect, pour être le « fils de », mais aussi, afin de pouvoir garder son emploi avec un salaire estimé à trois cent mille dollars par an. Devenu un collaborateur de la justice, Vincent Fyfe déclara avoir commencé à voler les fonds syndicaux à partir de 2005. Il déclara également qu’en 2012, après avoir été surpris dans une opération de corruption, il avait commencé à coopérer avec le gouvernement fédéral, qui lui avait permis de garder son emploi syndical tout en donnant des informations sur Vincent Esposito et la famille Genovese. En attendant une comparution devant un juge afin de recevoir son verdict, Vincent Fyfe qui risque onze années de prison, espère ne pas purger autant d’années derrière les barreaux. Frank Giovinco ne savait en aucun les liens d’intérêts qui subsistaient entre Vincent Fyfe et Vincent Esposito : « Je lui ai jamais demandé d’argent » déclara t’il, estimant qu’en raison de « la longue relation d’amitié » qu’il pouvait entretenir avec Vincent Esposito, il ne pouvait extorquer Vincent Fyfe. Pourtant ce dernier ne s’est pas privé de venir à la barre des témoins pour enfoncer Vincent Esposito et le Soldat de la famille Genovese, Vincent Giovinco, ce qui lui avait valu plusieurs insultes du clan Gigante pendant son témoignage, en plein tribunal.

Lire la suite