Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

Articles avec #philadelphie tag

SUITE À L'OPÉRATION EAST COAST JOSEPH MERLINO CONDAMNÉ

20 Octobre 2018 , Rédigé par Xav Publié dans #Philadelphie

Joseph Merlino
Joseph Merlino

Joseph Merlino est sorti d’un tribunal fédéral New-York avec la tête des mauvais jours, avec un gout d’amertume assez prononcé, qu’il n’arrive sans doute toujours pas à digérer. Le Parrain de la famille de Philadelphie pensait qu’un accord de plaidoyer, une première dans sa longue carrière criminelle, allait enfin clore cette opération East Coast qui dure déjà depuis près de deux ans. Des mois et des mois de procédure, un procès fédéral qui s’est terminé par une annulation, pour terminer avec un accord assez avantageux avec les procureurs fédéraux, purgeait une peine de dix mois de prison pour un délit mineur, le jeu illégal. Mais dans un procès fédéral, seul le juge est maitre de ses décisions et peut suivre les décisions des procureurs ou augmenter la peine de prison s’il le juge nécessaire. Les journalistes attendaient en masse devant le tribunal et quand ils ont vu Joseph Merlino sortir, cigarette à la main avec comme seule réponse : « Donald Trump avait raison quand il déclarait que les informateurs devaient être interdit », les journalistes comprirent tout de suite que Joseph Merlino n’avait pas du tout apprécié le verdict prononcé quelques minutes auparavant. Lors de cette audience, l’avocat de Joseph Merlino, Edwin Jacobs, avait opté pour la même stratégie que lors du dernier procès, des criminels mythomanes, qui racontent des histoires farfelues pour sortir de prison et obtenir la clémence d’un jury populaire. Tout en continuant à argumenter, Edwin Jacobs demanda que son client soit autorisé à purger la moitié de sa peine en résidence surveillée et que pour les cinq mois restants, le juge devait prendre en compte les quatre mois passés en détention par son client en 2014, quand un juge fédéral avait révoqué sa libération conditionnelle de Joseph Merlino. Le juge Richard Sullivan, connu pour être l’un des juges les plus sévères de New-York, ne broncha pas et après avoir entendu les deux parties, condamna Joseph Merlino à une peine maximale de vingt quatre mois dans une prison fédérale, avec l’obligation de se présenter dans le pénitencier défini par le Bureau Fédéral des Prisons dans les quarante cinq jours. Pour justifier de cette décision, le juge fédéral stipula que malgré le fait que rien « ne démontrait » que Joseph Merlino était l’actuel Parrain de la famille de Philadelphie, ce dernier était « très heureux d’assumer un rôle dans lequel » Joseph Merlino, « prenez les hommages de certaines personnes ». Terminant son argumentation, le juge fédéral, Richard Sullivan déclara que Joseph Merlino, depuis la Floride, gardait des relations avec le crime organisé par le biais de son restaurant Merlino’s, qui ferma quelques mois plus tard. A l’énoncé du verdict, l’un des membres de la famille de Joseph Merlino commença à critiquer la décision du juge, qui le sermonna rapidement.

Lire la suite

VERDICT EN APPROCHE POUR LE PARRAIN DE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE

30 Septembre 2018 , Rédigé par Xav Publié dans #Philadelphie

Joseph Merlino et son avocat Edwin Jacobs
Joseph Merlino et son avocat Edwin Jacobs

Après des années d’enquête, des milliers d’heures d’enregistrement, deux ans après cette opération qui avait fait la une des médias Américains, l’opération East Coast va se terminer définitivement le 17 Octobre prochain après la comparution de Joseph Merlino devant le juge fédéral Richard Sullivan. Le Parrain de la famille de Philadelphie est le seul des dizaines d’accusés dans cette affaire, à avoir comparu devant un tribunal fédéral. En Février dernier, après plusieurs semaines d’un procès fleuve, celui-ci fut annulé, faute d’un jury qui se retrouva dans une impasse pour trouver un verdict. Pour Joseph Merlino, près de dix sept ans après sa condamnation pour racket, l’annulation de ce procès fut une victoire mais de courte durée. Il se révéla très vite, que le Parrain de la famille de Philadelphie était à deux doigts de passer plusieurs dizaines d’années derrière les barreaux. Sur douze jurés, dix d’entre eux étaient favorables pour rendre un verdict de culpabilité et pour son inculpation de fraude médicale, Joseph Merlino doit sa libération à un seul juré. Pour les avocats de la défense, il fallait trouver très rapidement une issue dans ce dossier, pour éviter qu’un nouveau procès puisse être défavorable pour Joseph Merlino. En Avril, soit deux mois après la fin de ce procès, Joseph Merlino accepta un accord de plaidoyer avec les procureurs fédéraux. Malgré le fait que le Parrain de la famille de Philadelphie fut proche d’une condamnation, avec l’annulation de son procès et pour avoir, depuis le début de l’opération, décidait de plaider non-coupable, fait que Joseph Merlino était en position de force pour pouvoir négocier. Les négociations ne durèrent que quelques jours, montrant une forte volonté du gouvernement fédéral d’en terminer avec cette affaire riche en rebondissements. Joseph Merlino accepta alors de plaider coupable d’une infraction mineure, de jeux illégaux, prévoyant ainsi une peine maximale de deux années derrière les barreaux. Mais dans une affaire fédérale, le verdict final revient au juge, qui peut s’il le souhaite diminuer voire augmenter la peine négociée, en se basant sur les antécédents criminels de l’accusé et même sur des soupçons de culpabilité, même si ce dernier ne fut reconnu coupable d’aucune charge fédérale. Lors de la dernière comparution de Joseph Merlino devant le juge Richard Sullivan, ce dernier s’en était pris ouvertement aux procureurs fédéraux : « De part mon expérience, je me suis dis que vous alliez tenter un nouveau procès. Pourquoi ce changement radical de direction ? ». L’un des procureurs essaya de répondre tant bien que mal : « Vous savez, ce n’est jamais satisfaisant de ce faire bloquer un verdict par un jury » : « Je m’en fous » déclara de nouveau le juge Sullivan, « Vous m’aviez assuré que le jury allait avoir des preuves accablantes ». Le verdict était prévu à la base le 14 Septembre dernier, mais fut repoussé d’un mois par le magistrat. Si ce dernier suit les recommandations des procureurs, Joseph Merlino aurait une petite chance de sortir en homme libre, ou il effectuera quelques mois dans une prison fédérale. Pour essayer de convaincre le juge que l’accord effectué avec les procureurs fédéraux est juste, l’avocat de la défense demanda au juge fédéral de sceller deux lettres d’un célèbre cardiologue de Boca Raton, contenant selon eux des informations médicales « protégées, sensibles et confidentielles » sur Joseph Merlino. Dernièrement le Parrain de la famille de la Philadelphie, qui est sous contrôle judiciaire, a eu l’autorisation de se rendre dans l’État de la Pennsylvanie, pour se rendre au mariage de sa fille et ni le bureau de probation, ni même les procureurs fédéraux ne se sont opposés à cette demande. Mais quand Joseph Merlino en aura terminé avec cette affaire, il semblerait que les procureurs fédéraux n’en n’ont pas terminé pour autant avec le Parrain de la famille de Philadelphie. Cette organisation criminelle pourrait faire l’objet dans les prochains mois, d’une opération encore plus vaste que l’affaire East Coast et grâce à qui ? à des informateurs bien implantés dans cette famille et qui renseignent le gouvernement fédéral depuis déjà plusieurs années. L’arrestation en Mars dernier, du Soldat de la famille de Philadelphie, Joseph « Joey Electric » Servidio, pour trafic de la drogue avait relancé la suspicion d’un nombre assez important de collaborateurs, voire d'agents infiltrés. La psychose est telle, qu’il serait possible que l’un d’entre eux, soit un haut placé dans l’organigramme de la famille.

Lire la suite

LA FAMILLE DE PHILADELPHIE CHERCHE UN ACTING BOSS POUR REMPLACER SON PARRAIN LORS DE SON INCARCÉRATION

31 Juillet 2018 , Rédigé par Xav Publié dans #Philadelphie

Joseph Merlino
Joseph Merlino

En Septembre prochain, Joseph Merlino, le Parrain de la famille de Philadelphie, va sans nul doute être incarcéré pendant plusieurs mois et même si l’accord de plaidoyer effectué entre la défense et les procureurs fédéraux reste très avantageux pour Joseph Merlino, il se pose une question essentielle, qui va transmettre les ordres du Parrain dans les rues pendant son incarcération ?. A sa sortie de prison, Joseph Merlino a dû recomposer l’ensemble de sa hiérarchie, en essayant de satisfaire le plus de monde possible. De part son expérience, Joseph Merlino sait pertinemment que s’il avait composé l’organigramme de la famille de Philadelphie avec uniquement des membres qui lui sont proches, il aurait attiré sans nul doute les foudres de plusieurs factions, dont celle du Capitaine Joseph « Joe Punge » Pungitore et des frères Narducci, des membres très influents de l’ère Scarfo, qui n’apprécient pas tellement les membres dit de la « nouvelle génération ». Le poste de Consigliere fut vite trouvé, en la personne de Joseph « Chickie » Ciancaglini, un membre de la vieille école, qui a passé près de la moitié de sa vie derrière les barreaux, qui de part son expérience, arrivera à apaiser les tensions entre les différents membres. Le

Joseph « Chickie » Ciancaglini
Joseph « Chickie » Ciancaglini

poste d’Underboss aurait été attribué à un proche de Joseph Merlino, Steven « Handsome Stevie » Mazzone. Le poste d’Acting Boss reste incertains. Pendant l’incarcération de Joseph Merlino, il avait été attribué à Joseph « Uncle Joe » Ligambi, qui pendant toutes ces années années, réussi à stabiliser les luttes internes entre les différentes équipes, encore très présentes dans la famille de Philadelphie. A ce jour, plusieurs noms circulent. Le premier est celui Mike « Mikey Lance » Lancelotti, un Capitaine très respecté, qui depuis la libération de Joseph Merlino a pris énormément d’influence dans les activités criminelles de la famille. Le deuxième nom qui surgit est celui de George « Georgie Boy » Borgesi ancien  Consigliere au début des années 1990 et qui vient de reprendre ses galons de Capitaine dans le secteur de Delaware County. Après avoir été acquitté de racket en Janvier 2014, George Borgesi était revenu dans les rues de Philadelphie avec une certaine amertume. Contraint à une liberté de mouvement très limitée après sa sortie de prison et rétrogradé au rang de Soldat de part son incarcération, George Borgesi n’avait pas apprécié que le comté de Delaware County puisse avoir été un géré par un mafieux qu’il n’apprécie

George "Georgie Boy" Borgesi
George "Georgie Boy" Borgesi

guère, Martin « Marty » Angelina. Les tensions étaient palpables et Joseph Merlino qui venait de sortir lui aussi de prison et qui s'était domicilié à Boca Raton dans l’État de la Floride, ne pouvait pas agir comme il le souhaitait pour résoudre ce problème. En effet,après avoir purgé une longue peine de prison pour racket, Joseph Merlino avait de lourde contrainte sur sa liberté surveillée et les agents fédéraux gardaient toujours un œil sur lui. Quand Joseph Merlino fut affranchi de toute pression venant de la part du gouvernement fédéral, il redonna de nouveau ses galons de Capitaine à George Borgesi et le fit rentrer dans son « cercle de confiance », en lui demandant d’être son chauffeur lors de son dernier procès. Très rapidement, ce dernier se montra à plusieurs reprises avec le cercle rapproché de Joseph Merlino dans les rues de Philadelphie, pour les autorités fédérales, il ne faisait plus aucun doute, que le poste de Capitaine de George Borgesi n’était qu’un tremplin, avant qu’il ne puisse accéder à des fonctions plus importantes. Aujourd’hui les activités de George Borgesi se sont étendues. En plus de continuer à gérer son équipe depuis Delaware County, George Borgesi serait l’homme de confiance de la famille de Philadelphie pour négocier du business avec une autre famille de la Cosa Nostra, proche d’elle, sur son territoire,  la famille Patriarca. Selon les autorités fédérales, le nouvel homme de confiance de Joseph Merlino, a rencontré à plusieurs reprises, Matthew « Good Matty » Guglielmetti, un gangster de la

Matthew « Good Matty » Guglielmetti,
Matthew « Good Matty » Guglielmetti,

vieille école, qui occuperait le poste d’Underboss d’une organisation criminelle. Toujours selon le gouvernement fédéral, George Borgesi aurait effectué plusieurs aller-retour pour parler d’affaires légales et illégales, pour un partage des  bénéfices bien équitable entre les deux familles. Très actif dans le racket lié à la construction et dans le trafic de drogue, Matthew Guglielmetti avait été condamné à onze années de prison en 2005 pour trafic de drogue. De plus, George Borgesi demanderait souvent son frère, Anthony, un Soldat dans l’organisation, accompagné de plusieurs Associés, pour négocier des affaires dans le Rhode-Islan à sa place Ces nouvelles relations entretenues avec d’autres familles de la Cosa Nostra et son influence actuelle dans les rues de Philadelphie, font que George Borgesi pourrait un candidat potentiel pour prétendre au poste d’Acting Boss et servir de relais quand Joseph Merlino effectuera sa peine de prison.

Lire la suite

LE PARRAIN DE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE PLAIDE COUPABLE ET ÉVITE UN NOUVEAU PROCÈS

29 Avril 2018 , Rédigé par Xav Publié dans #Philadelphie

Joseph Merlino
Joseph Merlino

« C’était une offre qu’il ne pouvait pas refuser » déclara tout simplement l’avocat de Joseph Merlino à la sortie d’un tribunal fédéral de New-York. En effet, l’actuel Parrain de la famille de Philadelphie devait pour la première fois de sa vie, plaider coupable devant un juge fédéral. Reconnaître sa culpabilité pour une infraction mineure, pour éviter un nouveau procès et le risque de se retrouver avec une longue peine d’emprisonnement. Le dernier procès qui avait duré plusieurs semaines, s’était soldé par une annulation, faute d’un accord entre les jurés. Joseph Merlino qui était inculpé de plusieurs charges fédérales tenant de la loi RICO, toutes découlant de l’affaire East Coast, avait certes gagné son duel face au gouvernement fédéral, mais il s’avéra par la suite, que cette victoire n’était pas aussi nette que prévue. En effet, le jury était resté très indécis, d'ailleurs, une inculpation s’était joué à une seule voix et aux Etats-Unis, pour que l’accusé soit condamné, il faut l’unanimité de l’ensemble des jurés. Après ce procès, il y avait de forte chance que les procureurs décident de faire appel, mais les repentis qui étaient venus témoigner à la barre des témoins, n’avaient pas été jugés très concluants, un accord de plaidoyer était donc possible entre les deux parties. Les négociations ne durèrent que quelques jours, montrant une forte volonté du gouvernement fédéral d’en terminer pour de bon avec cette affaire. Aucunes des deux parties ne voulaient developper le terme de l'accord, seul un commentaire venant de la défense, déclarant simplement qu’un accord de plaidoyer avait été transmis au juge fédéral en charge de ce dossier, il fallait donc attendre la comparution de Joseph Merlino ce 26 Avril. Si le Parrain de la famille de Philadelphie accepta de plaider coupable, alors qu’il était prêt à se défendre de nouveau dans un futur procès, c’est que l’offre devait être alléchante. Pendant son procès, Joseph Merlino avait déclaré que son client était un « joueur dégénéré », prêt à débourser des sommes conséquentes pour assouvir sa passion du jeu. D’ailleurs, le mafieux lui même, avait après une journée de procès, dit aux journalistes présents devant le tribunal, de parier sur les Eagles de Philadelphie lors de la finale du Superbowl  un pronostic qui sera gagnant. C’est sur ce délit, dont Joseph Merlino avait été inculpé, les paris illégaux, que ce dernier accepta de plaider coupable. Cet accord qui fut présenté devant le juge fédéral, prévoit au maximum une peine de seize mois de prison et l’annulation complète des autres inculpations. Une décision qui avait l’air de « surprendre » le juge, qui sera le seul à suivre ou non l’accord passé entre les deux parties. Le juge fédéral, Richard Sullivan connu pour l’être l’un des magistrats les plus sévères de la cour fédérale de Manhattan pourrait, comme on a pu voir précédemment, avec le Capitaine de la famille Bonanno Vincent Asaro, augmenter la peine de prison de Joseph Merlino, en raison de ses antécédents criminels et pour des soupçons de culpabilité dans l’affaire East Coast et même s’il n’a pas été reconnu coupable. Visiblement très agacé par la tournure des évènements, le juge fédéral demande des explications aux procureurs : « De part mon expérience, je me suis dis que vous alliez tenter un nouveau procès. Pourquoi ce changement radical de direction ? ». L’un des procureurs essaya de répondre tant bien que mal : « Vous savez, ce n’est jamais satisfaisant de ce faire bloquer un verdict par un jury » : « Je m’en fous » déclara de nouveau le juge Sullivan, « Vous m’aviez assuré que le jury allait avoir des preuves accablantes ». Joseph Merlino sera de retour dans cette même cour fédérale le 14 Septembre prochain, le jour de son verdict.

Lire la suite

BABY DOM PREND DU GALON DANS LA FAMILLE DE PHILADELPHIE

8 Avril 2018 , Rédigé par Xav Publié dans #Philadelphie

Michael Lancellotti et Dominic Grande
Michael Lancellotti et Dominic Grande

Dominic « Baby Dom » Grand, un Soldat de la famille de Philadelphie, réputé pour être un redoutable tueur à gage, vient de prendre du galon. En effet, les récentes arrestations et les écoutes téléphoniques effectuées dans l’État du New-Jersey contre des membres présumés de la famille de Philadelphie, dont le Soldat Joseph « Joey Electric » Servidio et Salvatore Piccolo, l’oncle de Dominic Grande, ont confirmé que ce dernier jouait un rôle essentiel depuis près de deux années au moins en tant qu’Acting Capo. Baby Dom comme il est surnommé dans le milieu, vient d’un riche pédigrée de gangsters, dont la plupart ont tous été intronisés sous les commandement d’Angelo Bruno ou de Nicodemo Scarfo. Son père était à Salvatore « Wayne » Grande, un ancien membre intronisé et un tueur à gage lui aussi dans les années 1980. Un soir de Septembre, en 1984, en pleine guerre interne entre les factions Riccobene et Scarfo, Salvatore Grande assassinera Salvatore Testa, une ancienne étoile montante de la famille de Philadelphie, surnommé le Prince de Philadelphie. Quelques années plus tard, Salvatore Grande reniera sa propre famille et décidera de coopérer avec le gouvernement, il est actuellement dans le programme de protection des témoins. L’ascension de Dominic Grande au sein de la Cosa Nostra a été supervisée par un proche du Parrain Joseph Merlino, Steven « HandSome Steevie » Mazzone, considéré comme l’actuel Underboss de la famille de Philadelphie, qui considère Dominic Grande comme son « neveu », même si aucun lien de parenté entre les deux familles n’est avéré. En 2011, un ancien Soldat de la famille Gambino qui avait décidé de collaborer avec les autorités, Nicholas « Nicky Skins » Stefanelli, enregistrera Joseph « Uncle Joe » Ligambi, qui était à cette époque servait d'Acting Boss à la famille mafieuse pendant l'incarcération de Joseph Merlino avait parlé de Dominic Grande avec une certaine adoration, prétextant qu'il était l'un des « plus jeunes membres intronisés de la Cosa Nostra ». Quant-à Nicholas Stefanelli il suicidera des semaines plus tard dans un hôtel du New-Jersey. Dominic Grande a toujours vécu et servi pour cette organisation criminelle et selon les autorités fédérales, aurait été impliqué dans plusieurs crimes mafieux non résolus.​​​​​​​ En 2012, en pleine journée et devant plusieurs témoins, Gino DiPietro, un ancien Associé de la famille de Philadelphie qui coopérait lui aussi avec le FBI après son arrestation dans une affaire de stupéfiants, sera assassiné par un individu masqué qui prendra par la suite la fuite, au bord d’un véhicule. Quelques heures plus tard, le meurtrier présumé sera identifié et arrêté, il s’agissait en fait d’Anthony Nicodemo, un Soldat réputé de la famille de Philadelphie, lui aussi identifié comme un tueur à gage. Les preuves étaient accablantes et les médias Américains s'amusaient à dire que ce crime était « le meurtre le plus stupide orchestré par la Cosa Nostra aux États-Unis ». Au final, Anthony Nicodemo décidera de plaider coupable et purge actuellement une peine de trente années de prison dans un pénitencier fédéral. Mais pour le FBI, Anthony Nicodemo n’était pas seul ce jour là et le nom de Domenic Grande était très vite ressorti comme un deuxième suspect potentiel dans cette affaire, même si aucune inculpation ne sera lancée contre lui.

Lire la suite

LE PARRAIN DE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE VA PLAIDER COUPABLE

31 Mars 2018 , Rédigé par Xav Publié dans #Philadelphie

Joseph Merlino
Joseph Merlino

Le 20 Février dernier, après trois jours de délibération infructueuse, le juge fédéral n’eut pas d’autre choix que d’annuler le procès de Joseph Merlino, actuel Parrain de la famille de Philadelphie. Ce procès s’était découlé de l’opération East Coast et la plupart des accusés avaient décidé de plaider coupable, sauf deux, Eugene « Rooster » ONofrio, un Capitaine de la famille Genovese et Joseph Merlino. Ce dernier était confiant, surtout qu’un verdict de non-culpabilité pouvait renforcer sa position au sein de la Cosa Nostra. Mais au final, et malgré un témoin fédéral complètement discrédité, le Parrain de la famille de Philadelphie était à deux doigts de se faire condamner. En effet, seul deux jurés étaient restés indécis et n’avaient pas voulu changer de position, et aux Etats-Unis, lors d’un procès fédéral, pour faire condamner un individu, il faut que le verdict soit unanime. Alors oui, Joseph Merlino était proche de se voir condamner à une longue peine de prison, mais il est sorti en homme libre, sans aucune contrainte. Après ce procès, les procureurs fédéraux avaient réfléchi à faire appel de cette décision et de retenter leur chance dans un nouveau procès fédéral, dans un autre État, avec un autre jury. Il faut dire, quel malgré une affaire qui aura été calamiteuse, ils étaient très proches de faire condamner définitivement l’un des Parrains de la Cosa Nostra. L’avocat de Joseph Merlino en était conscient, et même s’il laissa quelques jours à son client pour souffler avec sa famille à Boca Raton, il fallait trouver rapidement une solution avec les procureurs fédéraux, un accord de plaidoyer était peut-être envisageable. Surtout que deux semaines après avoir vu son procès annulé, Eugene ONofrio, qui devait être jugé quelques mois plus tard, accepta finalement un accord de plaidoyer avec les procureurs fédéraux. En plaidant coupable de prêt usuraire et de trafic de cigarette, le Capitaine de la famille Genovese passera au maximum deux ans et demi dans une prison fédérale, c’est deux années de moins par rapport à la première offre qui avait été proposée quelques mois plus tôt au gangster, désormais âgé de soixante quinze ans. Joseph Merlino devenait alors le seul accusé inculpé dans cette affaire. Cette semaine, les avocats de la défense déclarèrent s’être « mis d’accord sur une décision d’avant jugement », d’un accord de plaidoyer. Cet accord a été transmis au juge fédéral dans cette affaire, qui sera le seul à suivre ou non l’accord effectué entre les deux parties. Les parties respectives refusèrent de développer l’ensemble de cet accord, déclarant seulement que Joseph Merlino sera le 27 Avril prochain devant un tribunal fédéral pour plaider coupable. Cela sera alors la première fois de sa longue carrière criminelle, que le Parrain de la famille de Philadelphie accepte un accord avec les procureurs fédéraux, un accord qui doit être sans nul doute, très avantageux. En effet, après son procès, il y avait déjà eu des fuites d’un accord probable entre la défense et les procureurs pour tourner enfin la page de cette affaire, mais Joseph Merlino avait posé ses conditions, il était prêt à négocier, mais refusait de retourner en prison.

Lire la suite

ARRESTATION D'UN SOLDAT DE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE DANS L'ÉTAT DU NEW-JERSEY

25 Mars 2018 , Rédigé par Xav Publié dans #Philadelphie

En 2011, après avoir purgé une peine de quatorze années de prison pour racket et extorsion, Joseph Merlino, l’actuel Parrain de la famille de Philadelphie s’était réfugié avec sa famille à Boca Raton, dans l’État de la Floride, pour selon lui travailler « légitiment » avec l’ouverture d’un restaurant qui a fermé depuis. Lors de son installation dans cette ville située dans le comté de Palm Beach, très prisée des célébrités, il avait déclaré aux médias, qu’il avait tourné la page avec son ancienne vie dans le crime organisé, que désormais, la mafia était remplie de « rats ». Aujourd’hui, il ne fait plus aucun doute, Joseph Merlino est bien le Parrain de la famille de Philadelphie. Il fallut plusieurs mois aux agences gouvernementales pour confirmer la position de Joseph Merlino en tant que Leader d’une famille de la Cosa Nostra. Cela avait commencé avec une violation de liberté surveillée dont Joseph Merlino passera quelques semaines en prison, puis l’affaire East Coast et l’implication de Joseph Merlino dans la Cosa Nostra ne faisait plus aucun doute. Il serait à la tête d’une organisation criminelle très bien implantée à Philadelphie mais aussi dans d’autres États, comme dans le New-Jersey. C’est dans cet État, que le FBI démantela cette semaine un trafic de drogue orchestré par des membres de la Cosa Nostra, dont Joseph « Joey Electric » Servidio, considéré comme un membre intronisé de la famille de Philadelphie. Selon le bureau des procureurs, ce dernier aurait vendu pendant plusieurs années de la cocaïne, de la méthamphétamines, alors que ses Associés, dont l’un d’entre eux est âgé de soixante dix neuf ans, expédiés par colis dans des États Américains, des opioïdes, des médicaments qui donnent des effets semblables à la morphine. Le FBI a construit son dossier grâce aux enregistrements de plusieurs informateurs, mais aussi des agents infiltrés, révélant ainsi que la famille de Philadelphie, au grand désarroi de Joseph Merlino, compte de nombreux informateurs dans ces rangs. Dans des enregistrements dévoilés lors de la première comparution des accusés dans un tribunal fédéral, Joseph Servidio s’était vanté que près de quatre vint pourcent des témoins coopérant avec les autorités n’étaient pas fiables. Continuant sur sa lancée, le Soldat de la famille de Philadelphie déclara qu’il dirigeait une entreprise qui servait de « façade » pour son organisation criminelle : « Je suis un criminel, tout ce que je fais, ce sont des actes criminels. L’année dernière, j’ai dû braquer un fourgon blindé pour pouvoir m'en sortir financièrement ». Selon le FBI, les conversations ont été effectuées dans plusieurs lieux : dans des maisons appartenant aux membres de la Cosa Nostra, dans des restaurants, mais aussi pendant des promenades, c’est dans ces moments là, que Joseph Servidio recevait l’argent lié à son trafic de drogue. Joseph Servidio n’est pas un inconnu des autorités, en 2008 déjà, il avait plaidé pour trafic de cocaïne.  Le Capitaine gérant les activités criminelles dans le New-Jersey mais aussi à Atlantic City, est Joseph « Scoops » Licata, qui s’est fait rappeler à l’ordre il y a quelques mois par sa hiérarchie. En effet, la direction de la famille de Philadelphie lui avait demandé de s'écarter un peu d'Atlantic City pour vérifier les activités de ses Soldats dans le New-Jersey. Pour Joseph Merlino, la plupart des membres de l'équipe de Joseph Licata trempent dans le trafic de drogue, normalement interdit, et pourraient se faire arrêter pour des charges fédérales tenant de la loi RICO et pourquoi pas par la suite, décider de coopérer. La hiérarchie mafieuse aurait aussi demandé à Joseph Licata de ne plus fréquenter ouvertement son équipe dans des lieux publics et de vérifier que les Soldats de son équipe lui reversent bien le bon pourcentage lié à leur activité.

Lire la suite

VERS UN NOUVEAU PROCÈS POUR LE PARRAIN DE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE ?

6 Mars 2018 , Rédigé par Xav Publié dans #Philadelphie

Joseph Merlino
Joseph Merlino

Le procès de l’actuel Parrain de la famille de Philadelphie vient de se terminer, mais les procureurs songent déjà à l’après et vont décider très prochainement, s’ils décident ou non de retenter un nouveau procès contre Joseph Merlino. Après près de trente heures de délibération, les jurés n’ont jamais réussi à se mettre d’accord sur un verdict. Face à cette situation, le juge fédéral n’eut pas d’autre choix que d’annuler le procès, Joseph Merlino sorti alors en homme libre et pouvait donc rejoindre son domicile de Boca Raton dans l’État de la Floride. L’opération East Coast impressionnante à ces débuts, fut un réel calvaire pour les procureurs fédéraux, qui ont dû par la force des choses, faire appel à un témoin complètement discrédité, John Rubeo, un ancien Associé de la famille Genovese, qui avait témoigné avec les autorités après une arrestation pour trafic de drogue. Son témoignage lors de son procès ne fut pas tellement jugé convainquant, surtout que ce dernier faute d’une crédibilité assez suffisante, c’était attaqué au couple de Joseph Merlino, un hors-sujet pendant le procès, qui au final n'a pas donné grand chose. Seul les enregistrements effectués pendant sa coopération avec le FBI, ont pu apporter des éléments de réponse aux accusations portées contre le Parrain de la famille de Philadelphie. Dans ces pistes audio dévoilés pendant le procès de Joseph Merlino, il ne faisait plus aucun doute que ce dernier, était à la tête d’une organisation criminelle à Philadelphie et qu’il continuait à à faire du business avec l’aide des familles New-Yorkaise. Pour l’avocat de Joseph Merlino, ce procès devait être une formalité, surtout que les procureurs fédéraux avaient proposé quelques mois auparavant à l’actuel Parrain de la famille de Philadelphie, une peine dérisoire, si ce dernier acceptait de plaider coupable. Joseph Merlino avait refusé, pensant qu’un acquittement pouvait renforcer son respect dans une famille encline à des tensions entre ces différentes factions. Mais malgré une nouvelle défaite pour faire condamner un membre de la Cosa Nostra, les procureurs fédéraux ont appris qu’un verdict en leur faveur dans cette affaire était possible. Aux Etats-Unis, le jury doit statuer à l’unanimité. Sur les douze jurés, dix d’entre eux, étaient favorables pour rendre un verdict de culpabilité pour l’accusation d’escroquerie, neuf pour son accusation de jeux illégaux et onze pour son inculpation de fraude médicale. En réalité, malgré le fait que Joseph Merlino soit désormais un homme libre, il est passé à deux doigts de passer plusieurs années derrière les barreaux et les procureurs fédéraux en sont conscients. L'avocat de Joseph Merlino aussi d’ailleurs et il a demandé aux procureurs de pouvoir se rencontrer cette semaine pour essayer de trouver « une issue favorable ». Alors oui, Joseph Merlino peut désormais continuer à restructurer la famille de Philadelphie, mais les procureurs fédéraux, avec un verdict partiellement favorable, ont désormais plus d’arguments et trouver un accord entre les deux parties, risque désormais d’être compliqué.

 

Lire la suite

LE PROCÈS DE L'ACTUEL PARRAIN DE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE ANNULÉ

21 Février 2018 , Rédigé par Xav Publié dans #Philadelphie

Joseph Merlino
Joseph Merlino

Près de dix sept ans après sa condamnation pour racket, Joseph Merlino, l’actuel Parrain de la famille de Philadelphie, a vu son procès relatif à l’affaire East Coast annulé, faute à un jury qui s’est retrouvé depuis plusieurs jours dans une impasse, pour essayer de trouver un verdict sur les différents chefs d’accusations. Vendredi dernier déjà, les jurés avaient envoyé une note au juge fédéral, prétextant, qu’ils n’arrivaient pas à se mettre d’accord. Ce dernier avait alors exhorté le jury de se rassembler de nouveau pour trouver une issue favorable, pour les procureurs fédéraux mais aussi pour la défense. Mais force est de constater et malgré deux jours supplémentaires, le jury n’a jamais réussi à se mettre d’accord, même sur un simple chef d’accusation. Face à cette situation, le juge fédéral n’eut d’autre choix que d’annuler le procès, Joseph Merlino pouvait donc repartir chez lui en homme libre, les procureurs fédéraux quant-à eux , n’ont pas encore décidé de retenter leur chance dans un nouveau procès et cela peut se comprendre, tant ces derniers ont rencontré de nombreuses difficultés dans ce dossier. Ils ont d’abord dû faire face à des agents fédéraux qui avaient largement transgressé certaines règles pendant la surveillance des principaux accusés, mais aussi avec leur principal témoin, John Rubeo, un Associé de la famille Genovese, qui était devenu trop gênant, complètement discrédité par son attitude pendant et après son infiltration pour le compte du gouvernement fédéral. Depuis quelques mois, les procureurs fédéraux avaient essayé de convaincre Joseph Merlino de plaider coupable, lui proposant une peine dérisoire, moins de trois années dans une prison fédérale, mais face à autant de faiblesses dans ce dossier, le Parrain de la famille de Philadelphie savait qu’un acquittement pouvait renforcer son respect au sein de cette organisation criminelle encore en proie à plusieurs luttes de clan, entre des membres de l’ère Merlino et les mafieux de la vieille école, celle de l’ère Scarfo. Forcément cette issue favorable pour Joseph Merlino va renforcer sa position dans l'échiquier mafieux et il a désormais encore plus les mains libres pour réorganiser à sa guise la famille de Philadelphie. Depuis le début, Joseph Merlino n’a jamais voulu négocier le moindre accord avec le gouvernement fédéral et des enregistrements dévoilés par les procureurs fédéraux pendant le procès, ont montré que le Parrain de la famille de Philadelphie accordait énormément au respect du serment de l’omerta dans la Cosa Nostra. Mais aux États-Unis, même avouer son appartenance à la Cosa Nostra, ne prouve pas forcément son implication dans les différents chefs d'inculpations. A sa sortie du tribunal fédéral, accompagné de sa femme, Joseph Merlino, n’eut qu’un seul mot, en direction des jurés ; « Merci mon Dieu, je les remercie énormément ». Son avocat fut quant-à lui plus bavard : « Nous sommes forcément heureux pour Joey, vu que le procès fut annulé. Chaque fois qu’un individu est impliqué dans une grave affaire criminelle et que les jurés n’arrivent pas à se mettre d’accord sur un verdict, alors pour moi c’est une bonne journée. Ce jury n’a pas réussi et nous respectons forcément leur effort pour avoir essayé de trouver une issue favorable ». L’issue de ce procès ne fut pas une réelle grande surprise, mais c’est désormais aux procureurs fédéraux de se concentrer de nouveau, malgré une nouvelle défaite, en préparant le procès du Capitaine de la famille Genevoise, Eugene « Rooster » O’Nofrio prévu dans les prochains mois.

Lire la suite

VERDICT EN APPROCHE POUR LE PARRAIN DE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE

16 Février 2018 , Rédigé par Xav Publié dans #Philadelphie

Est-ce un bon signe envoyé au Parrain de la famille de Philadelphie ?, Alors que les jurés étaient en train de délibérer, une note adressée au juge fédéral, stipula que ces derniers étaient « dans une impasse » pour au moins « quatre chefs d’accusations ». Le procès de Joseph Merlino, qui a duré moins de deux semaines, s’est concentré essentiellement sur le témoignage de John Rubeo, un ancien Associé de la famille Genovese, qui avait décidé de collaborer avec les procureurs fédéraux après une arrestation pour trafic de drogue. Le problème, est suite à l’affaire East Coast, le principal témoin du gouvernement fut complètement discrédité, la faute à un comportement inapproprié pendant et après son passage dans le programme de protection des témoins. Pendant son passage à la barre des témoins, l’avocat de Joseph Merlino, essaya de démonter de toutes pièces les arguments de John Rubeo, qui pour se défendre, essaya de semer la zizanie dans le couple de l’actuel Parrain de la famille de Philadelphie, en prétextant que Joseph Merlino était un homme infidèle. Pour les procureurs fédéraux, le procès fut sans nul doute décevant, et ces derniers, dans leur réquisitoire, avaient essayé d'accentuer leur effort sur la personnalité de Joseph Merlino, en le décrivant comme un gangster multirécidiviste, Parrain d’une organisation criminelle forte de plusieurs dizaines de membres. Mais force est de constater que ces arguments, n’ont pas tellement convaincu les jurés qui sont restés très indécis. Le juge fédéral, face à cette situation, demanda aux jurés de retourner pour délibérer une journée supplémentaire : « C’était un procès de deux semaines, avec des journées qui furent assez denses, vous n’avez pas eu assez de temps pour délibérer » déclara le juge fédéral. Alors que le jury rentrait dans la salle d’audience, plusieurs d’entre eux ont trainé les pieds face à une situation qui selon eux, ne mènera à aucun verdict.

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>