Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LCN

Articles avec #detroit tag

ET PENDANT CE TEMPS LÀ...

29 Janvier 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Divers, #Detroit, #Colombo

FIN D'UNE ÉPOQUE POUR LA FAMILLE DE DÉTROIT :

Giacomo ToccoCoup dur pour la famille de Détroit, l’ancien Consigliere de Jack Tocco, Dominic « Uncle Dom » Bommarito est décédé cette semaine d’une crise cardiaque, il avait quatre vingt deux ans. Quand Giacomo « Jack » Tocco (voir photo), qui fut le Parrain de la famille de Détroit pendant plus de vingt ans, décèdera de cause naturelle en Juillet 2014, Dominic Bommarito, aurait selon le FBI, beaucoup aidé son successeur, Jack « Jackie The Kid » Giacalone a recomposer une hiérarchie convenable, pour continuer à gérer les affaires courantes d’une famille de la Cosa Nostra encore très active et influente. Après avoir été remplacé par Anthony Palazzolo, Dominic Bommarito était rentré dans une semi-retraite, mais ses conseils dans certaines affaires étaient toujours très appréciés par Jack Giacalone, qui le considérait comme un membre de la vieille école. Selon la justice Américaine, Dominic Bommarito a été intronisé dans la Cosa Nostra au début des années 1950 par Joseph « The Old Man » Zerilli, qui fut le Parrain de la famille de Détroit pendant plus de quarante ans. Très impliqué dans les paris sportifs, Dominic Bommarito fut soupçonné par le FBI, d’être au début des années 1960, d’être l’un des plus gros moneymaker dans le crime organisé. Naviguant sous le radar du FBI, Dominic Bommarito était très apprécié par les membres de la famille de Détroit : « Tout le monde apprécié Dom. C’était quelqu’un qui savait gérait ses affaires sans utiliser la violence et savaient comment parler aux gens », déclara l’un de ses proches.

JOHN FRANZESE VA BIENTOT FETER SON CENTIEME ANNIVERSAIRE EN PRISON : 

John Franzese (voir photo) reste une « légende » dans la Cosa Nostra. Ce dernier, qui a passé John Franzese plus de la moitié, va bientôt souffler sa centième bougie derrière les barreaux. Condamné à huit années de prison en 2011, pour avoir extorqué, à l’âge de quatre vingt treize ans, pour avoir extorqué plusieurs boites de striptease à Manhattan, avait été rapidement transféré dans centre médical pour les prisonniers fédéraux de Devens dans l’État du Massachusetts. Pour le FBI, il est certains que si John Franzese venait d’être libéré, il continuerait, malgré son âge avancé, à gérer ses son business pour le compte de la famille Colombo. Mais la santé de John Franzese est défaillante et le BOP (Federal Bureau of Prisons) en était en conscient. Alors le 27 Décembre, soit quelques jours après les fêtes de Noël, la justice Américaine avait accordé une faveur à John Franzese, en le libérant une seule journée, le 27 Décembre, pour profiter en retard, des fêtes de Noël avec sa famille. Mais le gangster qui est actuellement le détenu le plus âgé dans un complexe fédéral, souffrirait d’une pneumonie et son état de santé ne permettait pas cette sortie exceptionnelle. Pour son fils Michael, un ancien Capitaine de la famille Colombo, son père, était éligible à une sortie de prison en Juin dernier, et aurait pu si le BOP l’avait accepté, qu’il puisse intégrer une maison de transition entre New-York et Devens, mais le Federal Bureau of Prisons refusa, laissant alors John Franzese soufflait sa centième bougie dans une prison fédérale. Pour ce dernier, la Cosa Nostra coulera dans ses veines tout aulong de sa vie et la justice Américaine en est bien conscient. A noël dernier, le vieux gangster avait reçu de l’un des ses « amis », près de dix mille dollars, qui fut transféré sur son compte de prison, mais John Franzese qui doit encore plus de cent mille dollars au gouvernement fédéral suite à sa condamnation en 2013, s’était vu retiré une grosse partie de cet argent, el BOP ne lui avait laissé que deux cent cinquante dollars comme « prime de noël ».

Lire la suite

NOUVELLE RÉORGANISATION DANS LA FAMILLE DE DÉTROIT

5 Juin 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Detroit

NOUVELLE RÉORGANISATION DANS LA FAMILLE DE DÉTROIT

Anthony « Tony Chicago » LaPiana, Underboss de la famille de Détroit, un mafieux de la vieille école, un gangster à « col blanc », ancien protégé de Giacomo Tocco, aurait selon la justice Américaine consolidé son pouvoir, en devenant l’homme clé de l’actuel Parrain, Jack « Jacky The Kid » Giacalone (voir photo). Ce dernier aurait depuis quelques mois pris des dispositions pour se « soulager » de la pression exercée par sa fonction, mais aussi pour se concentrer sur un futur procès en civil lancé contre lui l’année dernière, pour avoir omis de payer aux impôts près de cinq cent milles dollars. Il n’est pas étonnant qu’Anthony LaPiana soit appelé à la rescousse pour aider à gérer les affaires de la famille, ce dernier est tellement respecté par les membres de Détroit, que certains pensent même que c’est en réalité lui qui prend les décisions. Les relations d’Anthony LaPiana ne s’arrêtent pas à Détroit et au territoire de cette famille de crime, mais bien au dela. Outre New-York, Anthony LaPiana entretient encore aujourd’hui de très bon contact avec la Outfit de Chicago, dont l’ancien Parrain John « No Noze » DiFronzo qui est l’un de ses meilleurs amis. A une époque, il faisait même du business avec des membres emblématiques de la pègre de Chicago comme l’ancien Boss, Joseph Ferriola dit « Mr Clean » ou encore Sam Carlisi. L’ancien Parrain emblématique de la famille de Détroit, qui a régné pacifiquement pendant des dizaines d’années, Giacomo Tocco, avait préparé quelques mois avant sa mort, l’arrivée de Jack Giacalone à la tête de la famille, mais en demandant personnellement à son neveu par mariage, Anthony LaPiana de le seconder. Naviguant sous le radar du FBI et gagnant des millions de dollars dans des affaires légitimes grâce à diverses entreprises, Anhony LaPiana a été vu depuis par les autorités depuis le début de l'année, en train d’assister à différentes réunions avec des membres importants de la famille de Détroit. Depuis sa nomination, Jack Giacalone a tout fait pour essayer d’éviter les problèmes avec la justice. Outre Anthony LaPiana, Jacky The Kid, se repose aussi beaucoup sur Peter « Blackie » Tocco, neveu lui aussi de Giacomo Tocco, qui lui sert comme Acting Boss et comme « messager » pour transmettre les ordres des membres éparpillés sur un territoire assez vaste : « Anthony LaPiana a les mêmes qualités que Giacomo Tocco mais avec plus de relation. Il sait comment gagner de l’argent et n’utilise que rarement la violence, il préfère assassiner des individus pendant une réunion que dans la rue » déclara un agent du FBI. Selon la justice Américaine, Anthony LaPiana n’ jamais été reconnu coupable d’un seul crime. L’année dernière, il avait fait parlé de lui pour avoir revendu une de ses entreprises, basées dans le domaine médical, près de cinquante millions de dollars. Bien que son nom a été mentionné dans une douzaine d’affaires de racket liant différents syndicats, Anthony LaPiana n’a jamais été inculpé.

Lire la suite

LA FAMILLE DE DÉTROIT GÈRE TANQUILLEMENT SES AFFAIRES

28 Février 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Detroit

LA FAMILLE DE DÉTROIT GÈRE TANQUILLEMENT SES AFFAIRES

La famille de Détroit a adopté la même stratégie que les mafieux de Philadelphie, en montrant sans complexe devant les agents fédéraux en charge de leur surveillance. Ces derniers mois, d’après la justice Américaine, plusieurs réunions dans différents restaurants Italiens de la ville ont eu lieu. A table, Anthony « Tony Chicago » La Piana considéré comme l’actuel Underboss, Pter Tocco, Acting Boss et le Consigliere Anthony « Tony Pal » Palazzolo, ont été vus en train de diner tranquillement, sans doute pour parler des futurs procès qui vont débuter pour la plupart de ses membres dans les prochaines semaines, des rassemblements au grand jour qui inquiètent fortement les autorités fédérales. Seul absent de taille, Jack « Jackie The Kid » Giacalone, considéré comme l’actuel Parrain de la famille de Détroit, depuis le décès du Patriarche, Giacomo « Jack » Tocco en Juillet 2014, a décidé depuis son intronisation à la tête de la famille , de garder « un profil bas », en ne se montrant que très rarement, et n’ayant des contacts très restreints qu’avec Peter Tocco, qu’il considère un peu comme son « messager » pour retranscrire les ordres dans tout l’État. Ces nombreux rassemblements ont sans doute un lien avec le futur procès des frères D’Anna, Giuseppe « Joe » D'Anna, âgé de 60 ans et Girolamo « Mimmo » D'Anna âgé de 48 ans, deux membres identifiés de la famille de Détroit, accusés par la justice de plusieurs charges de rackets fédérales tenant de la loi RICO. Les frères D’Anna qui ont la particularité d’avoir été intronisé deux fois dans la Cosa Nostra (En Sicile et aux Etats-Unis), font partis de la faction des « Zips », les membres d’origine Sicilienne dans la famille de Détroit. Leur cousin Salvatore D’Anna est le Parrain de la famille Terrasini, une commune de la province de Palerme, alors que leur grand père, Anthony « Tony Cars » D’Anna était un Capitaine réputé de la famille de Détroit jusqu’à la fin des années 1970. De nature violente, ce n’est pas la première fois que Giuseppe D’Anna et Girolamo D’Anno ont des soucis avec la justice Aéricaine. En 2011, ils avaient reçu « une petite tape » sur les doigts (ils seront condamnés à trois de détention à domicile) pour avoir essayé d’extorquer en utilisant des battes de baseball, le propriétaire d’un restaurant Italien dénommé le « Nonna's Italian Kitchen ».Ces nouvelles accusations sont beaucoup plus graves, et pourrait amener les deux frères à être incarcéré plus d’une vingtaine d’années derrière les barreaux. Les discussions des membres haut placés de la famille de Détroit se sont alors forcément orientées sur ce sujet, mais aussi sur la revente des sociétés légitimes que détient actuellement le Consigliere, Anthony LaPiana et le partage qui devrait alors être effectué au sein de la famille mafieuse, pour essayer « de satisfaire tout le monde ».

Lire la suite

LA FAMILLE DE DÉTROIT EST TOUJOURS BIEN ACTIVE

26 Septembre 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Detroit

LA FAMILLE DE DÉTROIT EST TOUJOURS BIEN ACTIVE

Cérémonies, mariages, baptêmes, enterrements sont tous des lieux propices aux agents fédéraux pour remettre à jour l’organigramme d’une famille de la Cosa Nostra. On a beau raconter ce que l’ont veut sur la famille de Détroit, spéculant qu’elle est au bord du gouffre, qu’elle compte de moins en moins de membres, elle reste encore à l’heure actuelle, une famille qui a su pendant de nombreuses années naviguait sous le radar de la justice Américaine. Depuis que Jack « Jackie The Kid » Giacalone a repris le flambeau de la famille en 2014, il a su la restructurer à sa façon pour améliorer sa sécurité. Premièrement, il a réduit le nombre de Capitaines. Deuxièmement, les membres de sa famille doivent désormais se déplacer pour venir le voir, dans des lieux bien précis et Jack Giacalone utilise même des messagers comme son Acting Boss, Peter Tocco, qui transmet les ordres du Parrain aux membres se trouvant à l’Est de l’Etat. Surnommé « Blackie » par ses amis et Associés, Peter Tocco est le neveu de l’ancien Parrain emblématique qui régna d’une main de fer sur la famille de Détroit pendant de longues années, Giacomo Tocco. Pour Peter, Jack Giacalone est prêt à faire des concessions, et lui de nature si discrète ces derniers temps, participa au mariage du neveu de son fidèle bras droit il y a quelques semaines, Peter Tocco Jr. Ce dernier est un apprenti « Affranchi » et servirait actuellement de chauffeur et de garde du corps pour Jack Giacalone. Selon le FBI, le beau monde de la pègre était présent lors de cette cérémonie dont le Consigliere Anthony « Tony Pal » Palazzolo. Cette famille extrêmement cloisonnée, tenue par des liens du sang est encore très active dans l’État du Michigan. La particularité de cet État, est sa proximité avec le Canada, un pays ou les Mafias Italienne comme la Cosa Nostra ou la N’Drangheta sont très présentes. La semaine dernière à Windsor en Ontario, une petite ville se trouvant à un kilomètre seulement de Détroit, une fusillade éclata en plein jour. Alors qu’un véhicule de la marque Jaguar attendait tranquillement à un feu rouge, une berline sans plaque d’immatriculation déboula sur sa gauche et l’un des passagers tira à plusieurs reprises sur le conducteur, heureusement sans gravité. Ce qui inquiète le plus les enquêteurs et ce qui concorde avec l’arrivée des agents fédéraux dans le territoire Canadien est que Windsor à toujours été une ville contrôlée par la famille de Détroit. L’avantage pour la Cosa Nostra est de prendre part à des rackets dans un pays ou la législation en matière de crime organisée est différente qu’aux États-Unis :« Si quelqu’un était tué à Windsor, alors la famille de Détroit était au courant » déclara un policier de ville, ce territoire serait actuellement géré par Anthony Palazzolo. Le problème est que cette tentative d’assassinat ne concorde pas tellement avec le style de l’actuel Consigliere de la famille Détroit. Ce dernier qui a déjà un lourd passif criminel, est un personnage plutôt discret, qui n’accepterait sans doute pas ce style d’exécution en plein jour et devant de nombreux témoins. Anthony Palazzolo a été entre autre soupçonné dans le meurtre du célèbre syndicaliste Jimmy Hoffa dont son corps ne fut jamais retrouvé. La violence pour la famille de Détroit comme pour les autres familles de la Cosa Nostra implantées aux États-Unis, a toujours été utilisée qu’en dernier recourt. De plus cet assassinat ne ressemble pas avec la stratégie actuelle de Jack Giacalone, préférant prospérer dans l’ombre plutôt que de voir « débarquer » toutes les agences fédérales pour une tentative d’assassinat orchestrée en plein jour. Selon le FBI, les deux derniers homicides liés à la famille de Détroit ont eu lieu en 2002 et 2007 sans que les auteurs ne soient arrêtés. En 2002, un Associé de la famille de Détroit, Jerome Bianchette avait été assassiné après s’en être pris physiquement à un propriétaire d’un restaurant. Ce dernier avait décidé de porter plainte et avait demandé par la même occasion une protection policière. On suppose qu’après cette altercation qui avait fait beaucoup de bruit dans les médias, Jack Giacalone avait demandé son assassinat qui fut approuvé par la hiérarchie de la famille. En 2007, le Soldat Carlo Bommarito, fils du Capitaine Frank Bommarito. Carlo Bommarito avait été assassiné sous l’ordre de Vito Giacalone en raison de sa dépendance à l’héroïne. Devenant paranoïaque et de plus en plus instable, il n’hésitait pas à voler de l’argent et causait de ce fait beaucoup de tord selon le FBI à la famille de Détroit. De plus, un Soldat sous dépendance de drogue et qui se fait arrêter par la justice Américaine, est beaucoup plus susceptible de collaborer qu’un autre mafieux lambda . Curieusement, son père Frank Bommarito ne se vengera pas et sera même rétrogradé au rang de Soldat une fois l’arrivée de Jack Giacalone au pouvoir en 2014.

Lire la suite

SÉCURITÉ MAXIMALE POUR LE PARRAIN DE LA FAMILLE DE DÉTROIT

18 Mai 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Detroit

SÉCURITÉ MAXIMALE POUR LE PARRAIN DE LA FAMILLE DE DÉTROIT

Le Parrain de la famille de Détroit, Jack « Jackie The Kid » Giacalone (voir photo), veut montrer aux membres de sa famille qu’il y a une différence entre occuper le poste d'Acting Boss et être un Boss de la Cosa Nostra. Quand ce dernier fut nommé Acting Boss, par l’ancien Parrain emblématique, décédé en 2014, Giacomo « Jack » Tocco, c’était pour le préparer au mieux au poste suprême de commandement au sein de la Cosa Nostra, mais aussi pour faciliter le travail de Giacomo Tocco en rencontrant les différents membres éparpillés dans tout l’État du Michigan, mais aussi dans d’autres États des États-Unis, pour faire passer les messages du Parrain. Maintenant, depuis que Jack Giacalone a repris les rênes de la famille en 2014, il ne changea pas les habitudes de son prédécesseur, Giacomo Tocco, et ne se déplace plus d’ « Est en Ouest » pour rencontrer les membres de sa famille. Aujourd’hui, les différents Capitaines doivent désormais se déplacer a proximité du domicile de Jack Giacalone pour assister aux différentes réunions. Il faut comprendre que maintenant ce dernier a tous les pouvoirs, et un poste de Parrain attire très fortement les attentions des agents fédéraux et une exposition répétée par des déplacements peuvent coutés très chère par la suite. De plus, maintenant c’est lui qui commande, et s’il demande à ses Capitaines de venir le voir, ces derniers doivent obéir. Pour les messages extérieurs et pour la mise en place de ses décisions, Jack Giacalone fait appel à son Acting Boss, Peter Tocco, le neveu de l’ancien Parrain. Ce dernier vit à proximité de l’actuel Boss de la famille de Détroit, mais a toujours conservé un club social à l’Est de l’État. Ce club social a la particularité d’accueillir une population d’origine Italienne, souvent des personnes retraitées, dont plusieurs mafieux de la famille, ce qui permet à Peter Tocco de réunir les différents membres qui sont assez éloignés du comté d'Oakland (lieu ou réside Jack Giacalone) et de transmettre facilement les ordres du Parrain. Une fois que les messages sont passés, Peter Tocco surnommé aussi « Blackie » par ses amis, retournent revoir Jack Giacalone, d’après les agents fédéraux, les deux mafieux se réunissent souvent dans un restaurant Italien proche de leur domicile et ceux plusieurs après-midi par semaine, une habitude prise depuis que Jack Giacalone avait été nommé Acting Boss en 2011. Toujours d’après le FBI, les différents Capitaines de la famille, qui étaient passés de cinq à quatre par l’actuel Parrain, ont tous été vus à différentes reprises au chevet de Jack Giacalone pendant son année « inaugurale », juste après le décès d’une insuffisance cardiaque de l’ancien Boss Giacomo Tocco. Jack Giacalone se méfie très fortement de la surveillance électronique des agents fédéraux, et ne parle en aucun cas « affaires » dans des restaurants ou dans des lieux publics, une prudence qu'il a développé au fil des années. Jack Giacalone « à eu sa dose ». : « Dans un restaurant, les mafieux de Détroit mangent, ils parlent des uns et des autres, mais jamais d’affaires. Celui qui en parle, il est tout de suite repris » déclara un agent fédéral. Les oncles de Jack Giacalone, Vito « Billy Jack » Giacalone et Antohony « Tony Jack » Giacalone qui occupaient des postes à responsabilité au sein de la famille de Détroit avaient été condamnés eux aussi en raison des nombreux enregistrements effectués, par des micros posés à leur domicile mais aussi sous la table d’un restaurant ou ils avaient leurs habitudes. Jack Giacalone a repris le même fonctionnement que l’ancien Parrain de la famille Bonanno devenu un collaborateur de justice, Joseph « Big Joey » Massino, qui ne parlaient en aucun cas affaires dans les clubs sociaux, dans sa voiture ou même chez lui. Pour cela Jack Giacalone, utilise différents endroits, à « rotation permanente » pour éviter que les agents fédéraux ne se fixent sur un seul lieu de rendez-vous et décident de poser des micros. Ils utilisent très souvent les chaines de supermarchés dans les environs de Détroit et peut très bien discuter « affaires « dans les rayons d’un magasin.

Lire la suite

UNE « LÉGENDE » DE LA FAMILLE DE DÉTROIT DÉCÈDE, LE PARRAIN RÉORGANISE SES ÉQUIPES

9 Avril 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Detroit

UNE « LÉGENDE » DE LA FAMILLE DE DÉTROIT DÉCÈDE, LE PARRAIN RÉORGANISE SES ÉQUIPES

Une légende de la famille de Détroit, Anthony « Tony Z » Zerilli (voir photo), connu par la justice Américaine pour avoir occupé plusieurs postes à responsabilité pendant des décennies, est décédé la semaine dernière dans sa résidence ou il séjournait dans l’État de Floride. Pour un agent du FBI qui a travaillé dans la surveillance du « Partnership » pendant des dizaines d’années, les décès de Giacomo Tocco l’été dernier et celle d’Anthony Zerilli il y a quelques jours, marquent clairement « la fin d’une époque » : « Il était le dernier d’une génération » déclara l’agent spécial. Les deux hommes avaient été inculpés en 1996, dans une opération de grande envergure lancée par le FBI, dans l’écrémage de plusieurs casinos à Las Vegas par la famille de Détroit. Giacomo Tocco qui occupait déjà à cette époque le poste de Parrain, en avait ouvertement voulu à Anthony Zerilli dont il accusait des membres de son équipe d'avoir été enregistrés dans leur voiture, donnant de nombreuses informations à la justice Américaine. Finalement, le Parrain de la famille de Détroit fut acquitté dans cette affaire, mais purgera en 1998 un peu plus d’un an dans une maison de transition et par la suite dans un établissement fédéral. Quant-à Anthony Zerilli, il purgea près de six années de prison entre 2002 et 2008, à sa sortie tout avait changé pour lui. Sur le papier et malgré son incarcération, Anthony Zerilli occupait encore le poste d’Underboss, mais en réalité, dès qu'il fut un homme libre, il fut rétrogradé au simple rang de Soldat, une situation que l’ancien membre fort de cette organisation criminelle accepta très mal. A plusieurs reprises, il demanda à Giacomo Tocco de pouvoir « récupérer » ses galons au sein de la famille, mais le Parrain vieillissant refusa à chaque fois. Pour « se venger » Anthony Zerilli, donna une interview à la chaine NBC en Janvier 2013, sur la disparation du célèbre syndicaliste des Teamsters James « Jimmy » Hoffa. Pour se justifier de son comportement, une chose assez rare dans la famille de Détroit, ou les membres liés par les liens du sang sont plus enclins à accepter les décisions de la hiérarchie, l’ancien Underboss de la famille de Détroit déclara qu’il était « complètement fauché », et que sa « qualité de vie était égale à zéro ». Déclarant qu’il considérait Jimmy Hoffa comme un « gentleman », il avait stipulé que ce dernier avait été battu à mort et enterré dans une "tombe peu profonde", dans un champs, à quelques mètres seulement de la propriété de Giacomo Tocco : « Si je n'étais pas en prison à ce moment là, il n'aurait jamais disparu » avait déclaré Anthony Zerilli. Pour la justice Américaine, il était clair qu’Anthony Zerilli avait fait ce genre de choses pour des raisons « purement financières », mais aussi en raison de sa relation qui devenait de plus en plus tendue avec Giacomo Tocco. Quelques mois plus tard, les agents du FBI avaient fouillé l’emplacement donné par Anthony Zirelli, mais bizarrement aucun corps ne fut retrouve, ni aucun ossement. Le Parrain actuel de la famille Jack « Jackie The Kid » Giacalone n’assistera sans nul doute pas à l’enterrement de l’ancien Underboss de la famille mafieuse, jugée trop indésirable par son comportement. De plus, d’après certains spécialistes, le Boss actuel est entrain de réorganiser ses équipes, en ne mettant en place que quatre Capitaines au lieu de cinq habituellement. Jackie Giacalone a tout simple décider de supprimer l’équipe de son actuel Underboss, Anthony « Tony Chicago » LaPiana, pour la transférer vers les équipes des frères Ruggirello, Antonino et Antonio. Les Ruggirello est une famille très enracinée dans la Cosa Nostra. Leur frère Joseph est décédé il y a deux ans pour cause de diabète, leur père Luigi était lui aussi un Capitaine de cette organisation : « Jackie veut minimiser l’exposition de sa famille Depuis qu’il a repris les rênes, il essaye d’interagir le moins de personnes possible de façon quotidienne. Il ne veut pas avoir les mêmes problèmes qu’à Chicago » déclara une source préférant rester anonyme.

Lire la suite

L'UNDERBOSS DE LA FAMILLE DE DETROIT - "LE MAFIEUX EN COL BLANC LE PLUS RESPECTÉ DES ÉTATS-UNIS"

8 Mars 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Detroit

L'UNDERBOSS DE LA FAMILLE DE DETROIT - "LE MAFIEUX EN COL BLANC LE PLUS RESPECTÉ  DES ÉTATS-UNIS"

La Cosa Nostra n’a pas que dans ses rangs, des tueurs de sang froid, qui rackettent des individus en utilisant la menace et la violence, elle a aussi des criminels en col blanc, moins susceptibles de commettre des meurtres, mais qui rapportent des millions de dollars à la leur famille respective. Dans la famille Gambino, nous avons par exemple, Richard Martino et son ami Salvatore LoCascio, (fils de l’ancien Consigliere de la famille Gambino sous l’ère Gotti, Frank LoCascio) qui ont gagné des centaines de millions de dollars en créant un site pornographique, qui demandait les numéros de cartes de crédit aux utilisateurs pour avoir accès à différents contenus et prélever sans leur consentement des milliers de dollars sur leur compte. Cette arnaque fit condamnée Richard Marino à près de neuf ans de prison en 2006, il fut libérable en Juillet 2014. Mais cette condamnation montra une chose, que certains membres de la Cosa Nostra n’utilisent pas forcément la violence pour arriver à leur fin. Au mois de Février, on apprit qu’Anthony « Tony Chicago » LaPiana , l’Underboss de la famille de Détroit, avait vendu légalement son entreprise de pharmaceutique située à Détroit pour près de cinquante millions de dollars. Les membres de la Cosa Nostra avec l’argent gagné illégalement, investissent la plupart d’entre eux dans des affaires légitimes, rapportant un revenu mensuel pour leur « famille ». Anthony « Tony Chicago » LaPiana, un mafieux de la vieille école, un gangster à « col blanc », ancien protégé de Giacomo Tocco (voir photo), et neveu par mariage, à une si grande popularité au sein de la famille, que certains pensent que c‘est lui qui tire en réalité les ficelles derrière, Jackie Giacalone. Depuis le début de sa carrière criminelle qui remonte à plusieurs décennies, Anthony LaPiana n’a été reconnu coupable d’aucun crime et n’a passé alors de ce fait aucune nuit en prison. Soupçonné dans plusieurs meurtres et des disparitions dont celle du célèbre syndicaliste des Teamster Jimmy Hoffa et dans celui de Allen Dorfman en 1983, Anthony LaPiana a su malgré sa position dans la famille de Détroit, rester sous le radar des agents fédéraux : « Anthony LaPiana est extrêmement intelligent et l’un des meilleurs gangsters en col blanc des États-Unis ». Anthony LaPiana a commencé sa carrière criminelle à Chicago en côtoyant des mafieux qui deviendront des années plus tard des membres importants de la Outfit, la famille de la Cosa Nostra qui contrôle une partie de l’État de l’Illinois. Il se fit très ami avec John « No Noze » DiFronzo, qui fut le Parrain de la famille de Chicago pendant plusieurs années, après avoir été remplacé par Salvatore DeLaurentis dernièrement. Anthony LaPiana déménagea vers Détroit en raison d’un mariage avec la fille d’un Capitaine de la famille à cette époque, Vincent « Little Vince » Melli. Les « Meli », une famille entièrement dévouée à la Cosa Nostra et qui ont eu plusieurs membres travaillant pour le « Partnership » (Surnom donné à la famille de Détroit). Vincent Meli avait des liens de parenté avec Jack « Giacomo » Tocco, Boss emblématique de la famille de Détroit pendant de nombreuses années et qui décéda de causes naturelles en 2014. Les liens du sang sont très importants dans cette famille, et évitent que les membres de cette organisation criminelle puissent collaborer. En effet, il est beaucoup plus difficile de coopérer avec les agents du FBI pour mettre en prison son père, son oncle ou encore son fils, que de mettre un mafieux lambda d’une famille assez importante que celle de Détroit. Très proche des Teamsters, Anthony LaPiana s’était identifié comme « représentant » des familles de Chicago et de Détroit à Jackie Presser, président d'une section locale au début des années 1980 et qui collaborait secrètement avec le FBI. Il déclara que l’actuel Underboss de la famille de Détroit, lui avait fait pression pour récupérer une dette envers un autre membre de Teamsters et associé de la Outfit, Dominic Senese. Avant qu’il ne puisse témoigner, Jackie Presser décéda d’une crise cardiaque en 1988. En 1984, Ralph Proctor, un membre des Teamsters et ancien proche de Jimmy Hoffa, déclara à sa femme, qu’il allait à une réunion d’affaire avec un certains « Tony », reconnu par cette dernière comme Anthony LaPiana, et qu’il reviendrait « vers 23h pour les infos du soir », il ne reviendra jamais et cette affaire ne fut jamais résolue. Deux ans plus tard, Anthony LaPiana sera intronisé en récompense de son « excellent travail » dans la famille de Détroit, en même temps que le neveu de Jack Tocco, Peter Tocco, qui est actuellement identifié comme un Capitaine de la famille. En 1998, lors du procès de Jack Tocco, un témoin déclara que Jack Tocco lui avait dit que « tous les problèmes avec les syndicats étaient réglés par Anthony (LaPiana) ».

Lire la suite

LA DISPARITION DE JIMMY HOFFA

25 Janvier 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Detroit

Que s’est-il vraiment passé lors de cette journée le 30 Juillet 1975. Ce jour là, James « Jimmy » Hoffa, célèbre Président des Teamsters et ayant des liens très étroits avec des membres de la Cosa Nostra, devait rencontrer Anthony « Tony Pro » Provenzano, un Capitaine de la famille Genovese, et Anthony « Tony Jack » Giacalone, un Capitaine de la famille de Détroit au restaurant Machus Red Fox. D'après certains de ses proches, Jimmy Hoffa voulait refaire son grand retour au niveau syndical. Libéré de prison en 1971, après avoir purgé cinq ans de sa peine de treize ans pour corrutpion (il avait été gracié par le Président Américain Richard Nixon), il avait depuis quelques années repris contact avec certains de ces anciens membres, dont ceux de la section locale de Détroit, ou il gardait une certaine influence. Cette réunion prévue dans ce restaurant avec des membres de la Cosa Nostra, avait pour but de le réconforter dans sa prise de position, revenir à la tête des Teamsters. Mais d’après le propriétaire, qui connaissait très bien Jimmy Hoffa, ce dernier ne serait jamais rentré. D’après certains témoins, il aurait garé sa voiture à proximité du restaurant, et aurait appelé sa femme vers 14h30, pour savoir si « Tony Jack » (Anthony Giacalone), avait appelé, cette dernière répondit alors négativement. Vers 14h45 un agent immobilier qui connaissait très bien l’ancien patron des Teamsters repéra sa voiture et s’approcha de ce dernier pour lui parler près d’une minute. Quelques instants plus tard, il avait disparu. Un dénommé Louis Linteau, propriétaire d’un service ce de limousine près de l’aéroport, et ami de Jimmy Hoffa, déclara aux agents du FBI, que ce dernier l’avait appelé vers 15h30, lui déclarant « Ou est Giacalone ? Il m’a oublié ? ». L’histoire racontée par Louis Linteau fut semée de plusieurs doutes, et ne fut jamais totalement vérifiée, mais si c’était vraiment le cas, cela aurait été les dernières paroles prononcées par Jimmy Hoffa. Le lendemain, sa femme Joséphine, inquiète, se rendit à la police pour déclarer sa disparation. La police se rendit alors sur les lieux et trouva la voiture de Jimmy Hoffa, ouverte, sans aucune trace apparente d’une quelconque agression. Pour eux, il était clair, que Jimmy Hoffa, était rentré dans un autre véhicule d’une personne de confiance, et qu’il ne s’imaginé sans doute pas ce qui allait lui arriver. Une hypothèse qui fut reliée par un témoin qui affirma avoir aperçu Jimmy Hoffa rentrer dans un véhicule de couleur marron. Déclaré mort en 1982, il reste au jour d’aujourd’hui une affaire qui ne fut, malgré près de quarante années d’enquête, pas encore résolue. Pendant toutes ces années, plusieurs spéculations eurent lieu, certains spécialistes disaient que le meurtre fut orchestré par une des cinq familles de New-York. D’autres, comme Richard « The Ice Man » Kuklinski, un ancien tueur à gages, à la solde de la famille Gambino, s’était identifié lui même comme l’auteur de ce meurtre, sans réel preuves. Mais au final, les agents du FBI ont toujours eu la certitude que cet assassinat fut planifié par la famille de Détroit, et en particulier par les frères Giacalone, Anthony et Vito. Car au final comme diront certains mafieux de la famille de Cleveland, comme Anthony « Tony Dope » Desanter : « La famille de Détroit n’a besoin de personne pour régler leurs affaires. L’ordre a été donnée par Tony Zirelli et Mike Polizzi, Anthony Giacalone était bien avec Jimmy Hoffa ce jour là ». déclara un ancien membre dirigeant de la famille de Cleveland, désormais pratiquement éteinte. Revenons à Tony Zirelli, l’ancien Underboss de la famille de Détroit, qui tourna en disgrâce après sa sortie de prison en 2008, raconta à des médias Américains en Février 2013, au grand détriment de la famille de Détroit, que le cadavre de Jimmy Hoffa avait été « enterré », dans une « tombe peu profonde », dans un champ à Oakland, à moins de 30 km du restaurant ou il s'était rendu pour la dernière fois et à quelques centaines de mètres de la maison de l’ancien Parrain de la famille de Détroit, décédé en 2014, Giacomo « Jack » Tocco. Il y a quelques années, le FBI essaya d’enregistrer Vito Giacalone à la fin de sa vie, grâce un dispositif d’écoute, espérant que le vieux mafieux, proche de la mort, puisse révéler certains de ses anciens secrets, sans succès. Les agents fédéraux étaient rentrés dans la chambre de Vito Giacalone, qui vivait dans une maison de retraite, et alors que ce dernier mangeait à l’extérieur avec l’actuel Consigliere de la famille de Détroit, Dominic « Oncle Dom » Bommarito, et avait posé un micro dans une lampe près de son fauteuil, mais aucune formation ne fut utile pour résoudre cette affaire. A cette époque, Vito Giacalone occupait le poste d’Underboss, après avoir été libéré ironiquement le 30 Juillet 2004, soit vingt neuf ans jour pour jour après la disparition de Jimmy Hoffa, d’une prison fédérale. Décédé en 2008, il laissa sans doute derrière lui, la véritable vérité dans la disparation de Jimmy Hoffa. Son frère Anthony Giacalone, qui était décédé depuis 2001, avait été enregistré un jour par un informateur, alors qu’il roulait en voiture devant le siège de General Motors à Chicago, qui était en construction à l'époque de la disparition du syndicaliste, en déclarant bizarrement : « Dites bonjour à Jimmy Hoffa les gars », mais des fouilles approfondies ne donnèrent rien. Au jour d’aujourd’hui, cette affaire est encore très embarrassante pour les agents fédéraux, les principaux suspects sont aujourd’hui décédés, mais surtout, ils sont dans l’incapacité de pouvoir retrouver l’emplacement du corps de l’ancien syndicaliste. Plusieurs théories ont été détaillées ces dernières années, la plupart ont été prises au sérieuses, d’autre trop extravagantes ont été mises de côté. D’après Ralph Picardo, un membre de la section 84 des Teamters dans le New-Jersey, qui coopérait avec la justice Américaine, affirma que Jimmy Hoffa, avait été conduit par un dénommé Chuckie O'Brien dans une maison aux alentours, ou il aurait été assassiné par Frank Sheeran un tueur à gage à la solde de la famille de Détroit et de Bufalino. Son corps aurait été ensuite mis dans un bidon en acier et placé dans un camion de transport Gateway pour une destination inconnue. Les agents fédéraux soupçonnaient très fortement Chuckie O'Brien d’avoir participé à la disparation du syndicaliste. Un cheveu de Jimmy Hoffa aurait été retrouvé dans sa voiture, et plus inquiétant encore, un chien renifleur qui aurait senti un caleçon de Jimmy Hoffa qu’il portait la veille de sa mort, aurait détecté sa présence dans ce même véhicule. Frank Sheeran était un membre des Teamsters et une personne de confiance pour Jimmy Hoffa. D’après ce dernier, et d’après son livre « I Heard You Paint Houses », il aurait tiré à deux reprises sur Jimmy Hoffa, alors que ce dernier venait de rentrer dans une maison, pensant y rejoindre une réunion avec des membres de la Cosa Nostra. Une fois abattu, son corps aurait été trainé par deux individus, qui auraient mis Jimmy Hoffa dans un sac mortuaire, pour l’incinérer par la suite dans une maison funéraire tenue par la famille de Détroit, fin de l’histoire. D’après Frank Sheeran, il avait l’habitude de laisser la place de passager avant à Jimmy Hoffa, quand les deux hommes se déplaçaient en voiture. Le jour du meurtre, alors qu’il venait d’arriver devant le restaurant, Machus Red Fox, avec Chuckie O'Brien, Frank Sheeran avait pris la place de l’ancien patron des Teamsters à l’avant du véhicule, un geste qui voulait montrer à Jimmy Hoffa, que quelque chose clochait, mais ce dernier ne comprit jamais le message. Frank Sheeran était pris entre deux feux. Il était dévoué à son ancien patron, mais un ordre non exécuté par des membres de la Mafia pouvait se retourner contre lui. Frank Sheeran décèdera de cause naturelle en Décembre 2003. Ironiquement, c'est désormais le fils de Jimmy Hoffa, James P. Hoffa, qui est aujourd'hui à la tête du célèbre syndicat Américain.

Lire la suite

DEUX MEMBRES DE LA FAMILLE DE DETROIT INCULPÉS DE RACKET

16 Janvier 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Detroit

DEUX MEMBRES DE LA FAMILLE DE DETROIT INCULPÉS DE RACKET

En 2013, Giuseppe « Joe » D'Anna, âgé de 60 ans et Girolamo « Mimmo » D'Anna âgé de 48 ans, deux membres identifiés de la famille de Détroit, surnommée aussi « The Partnership », ont été accusés par la justice, d’avoir essayé d’extorquer en utilisant des battes de baseball, le propriétaire d’un restaurant Italien dénommé le « Nonna's Italian Kitchen ». Le restaurateur avait décidé d’ouvrir un restaurant juste en face de celui des deux frères. En apprenant la nouvelle, Giuseppe D’Anna et Girolamo D’Anna étaient furieux que le propriétaire n’ait même pas pris la peine de demander leur accord pour pouvoir s’installer. Après les menaces verbales, ils virent que le restaurateur n’avait pas l’intention de payer la taxe que demandaient Giuseppe D’Anna et Girolamo D’Anna. Un jour, les deux frères décidèrent de passer à la manière forte. En arrivant sur les lieux, ils demandèrent au propriétaire s’il était seul, répondant positivement, Girolamo D’Anna agrippa alors l’individu, tandis que Giuseppe D’Anna le frappa à plusieurs reprises au dos et à la tête avec une batte de baseball. En quittant les lieux, ils le menacèrent une dernière fois en déclarant que si le restaurateur ne payait pas, il tuerait sa famille en Sicile, les frères D’Anna ayant des liens très étroits avec une famille de Cosa Nostra basée à Terrasini. Le restaurateur ne se dégonfla pas et malgré les coups reçus et les menaces, il décida d’appeler la police et de dénoncer les deux frères, qui furent arrêtés immédiatement. Les procureurs fédéraux, accusèrent tout de suite les frères D’Arna de tentative d’assassinat et d’extorsion, des accusations qui pouvaient les amener à terminer leur vie derrière les barreaux. Mais après avoir décidé de plaider coupable, Giuseppe D’Anna et Girolamo D’Anna ont été condamnés à des peines dérisoires, trois mois en résidence surveillé pour des accusations moins graves, « une petite tape sur les doigts » diront certains procureurs fédéraux. Pour se défendre, Giuseppe D’Anna et Girolamo D’Anna, déclarèrent que cela était juste une « discussion qui avait mal tournée », prétextant que le propriétaire du restaurant, Pietro Ventimiglia, avait profité de cette « publicité », pour pouvoir augmenter les profits de son restaurant. De plus, les avocats des deux membres initiés de la famille de Détroit, avait prétexté que le restaurateur avait « exagéré » ses blessures, pour que Giuseppe D’Anna et Girolamo D’Anna puissent le dédommager en conséquent. Pour les avocats de la défense, l’individu n’avait « aucun os cassé » et qu’ « au bout de deux heures », il était déjà sorti de l’hôpital. La justice en avait pas terminé avec les deux mafieux, qui les arrêtèrent de nouveau l’année dernière et accusa les deux individus de plusieurs charges fédérales tenant de la loi RICO, dont le racket. D’après le FBI, Giuseppe D’Anna, a été promu Capitaine par le nouveau Parrain fraichement élu, Jack « Jackie The Kid » Giacalone, en prenant le contrôle de l’ancienne équipe d’Anthony « Tony Pal » Palazzolo, qui a été promu au poste de Consigliere. Giuseppe D’Anna et Girolamo D’Anna sont arrivés aux États-Unis au début des années 1990, pour rejoindre directement la ville de Détroit, ou leur Oncle Anthony « Tony Cars » D’Anna était déjà un Capitaine de la famille mafieuse. D’après les autorités, les frères D’Anna ont été initiés deux fois dans la Cosa Nostra. La première fois en Sicile dans les années 1980, et la deuxième fois en 1991, par l’ancien emblématique Parrain décédé en 2014, Giacomo « Black Jack » Tocco. Soupçonné de plusieurs délits, mais jamais reconnus coupable, Giuseppe D’Anna et Girolamo D’Anna ont su consolider leur pouvoir au sein de la famille de Détroit et restent des membres influents, respectés par plusieurs membres de la Cosa Nostra.

Lire la suite

CHANGEMENT DE CONSIGLIERE POUR LA FAMILLE DE DETROIT

21 Novembre 2014 , Rédigé par Xav Publié dans #Detroit

CHANGEMENT DE CONSIGLIERE POUR LA FAMILLE DE DETROIT

Depuis le décès de l’ancien Parrain historique de la famille de Détroit (dénommée aussi The Partnership), Giacomo « Jack » Tocco (voir photo),, cette dernière a du se réorganiser. Celui qui fut à sa tête pendant près de trente cinq ans (un record dans une famille de la Cosa Nostra), décida de se faire remplacer par Jack « Jackie The Kid » Giacalone, un membre d’une autre génération, beaucoup plus jeune, mais extrêmement respecté. Jack Giacalone qui est âgé aujourd’hui de soixante quatre ans, est le fils d’un ancien Capitaine Vito « Billy Jack » Giacalone et neveu d’Anthony Giacalone, lui aussi Capitaine dans la famille. The Partnership de Détroit, diffère des autres familles de la Cosa Nostra. Très peu d’information circule à son sujet, et la plupart de ses membres sont nés au « pays » et sont liés entre eux par des mariages ou par le sang, évitant de ce fait, la propagation d’informateurs dans les rangs. Ce système très cloisonné, a permis à la famille de Détroit, d’éviter les attaques répétées du FBI, et d’être à ce jour, une des familles les plus influentes de la Cosa Nostra aux Etats-Unis depuis des années, à côté de la famille Genovese. En tant que nouveau patron, Jackie Giacalone, essaya de satisfaire tout le monde. En Acting Boss, il nomma le neveu de l’ancien Parrain, Peter « Blackie » Tocco, en Underboss, il fit confiance à Anthony « Tony Chicago » Lapiana, un mafieux de la vieille école, un gangster à « col blanc », ancien protégé de Giacomo Tocco, et neveu par mariage, sa popularité au sein de la famille est tellement importante, que certains pensent que c‘est lui qui tire en réalité les ficelles derrière, Jackie Giacalone. Pour se faire « conseiller », le nouveau Parrain nomma Dominic « Oncle Dom » Bommarito, qui servait déjà de Consigliere à Giacomo Tocco depuis 2008. Ce dernier a beaucoup facilité la transition entre l’ancien Boss historique de la famille après sa semi-retraite et son successeur, pour ce geste, Jackie Giacalone le remercia en le gardant à son poste, mais ce dernier devenant trop vieux, avait d’autres ambitions, pas de prendre le pouvoir, mais prendre sa « retraite ». Dans la Cosa Nostra, ce genre de chose n’est pas envisageable, un membre initié, vit et meurt pour l’organisation, mais cela peu très bien être accordé, généralement pour les membres d’une hiérarchie ou des vieux Capitaines. Le mafieux, cesse alors ses activités au sein de la famille, mais peut toujours garder un rôle de « conseiller » ou peut être appelé pour apaiser des tensions au sein d’une famille en discorde. Pour l’instant, il n’y a aucune tension dans la famille, et Anthony « Tony Pal » Palazzolo, le mafieux qui va remplacer Dominic Bommarito, est un ancien de la « boutique » et connait parfaitement les moindre recoins de la famille. Anthony Palazzolo est connu des autorités depuis de nombreuses années. Suspecté dans plusieurs meurtres, il avait fait parler de lui en 2008, quand le FBI le soupçonna entre autre, d’avoir été très actif dans la disparition du célèbre syndicaliste des Teamsters, Jimmy Hoffa en 1975. Les informations concernant sa disparition, avait été lancées par Anthony « Tony Z » Zerilli, un ancien Underboss, mis en disgrâce par la famille depuis sa libération de prison en 2008, mais d’après des écoutes menées par le FBI en 1992, Anthony Palazzolo se vantait d’avoir pris part à l’assassinat de l’ancien syndialiste. En général, Anthony Palazzolo, gère ses activités au sud de Détroit, ou il était devenu un Capitaine à la fin des années 1990. De nature très discrète, il fait gagner des millions de dollars à la famille, en restant sous le radar du FBI. Pourtant étroitement surveillé par les agents fédéraux, il avait obtenu le surnom de « Papillon », en raison de sa capacité à être très difficile à attraper, ce qui avait poussé le FBI, à infiltrer son équipe au début des années 1990, ce qui entrainera une condamnation à quelques années de prison pour blanchiment d’argent. Pendant cette infiltration, Anthony Palazzolo s’était vanté auprès d’un informateur en lui disant : « Ceci est ma ville (Détroit). Personne ne fais quelque chose, sans que mes gars ou moi donnent son accord ». Pour un procureur fédéral, qui connaissait parfaitement la famille de Détroit et plus particulièrement Anthony Palazzolo, il ne fait aucun doute que ce dernier, joue un rôle majeur dans l’organisation : « Anthony aime être un gangster. Vous l’auriez tout de suite vu à sa façon de se comporter pendant son dernier procès et pendant la diffusion des enregistrements »

Lire la suite