Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

philadelphie

QUAND LA COSA NOTRA ESSAYE DE VENDRE DES TABLEAUX DE GRANDS MAITRES - PARTIE 1

3 Août 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Philadelphie, #Divers, #Patriarca

QUAND LA COSA NOTRA ESSAYE DE VENDRE DES TABLEAUX DE GRANDS MAITRES - PARTIE 1

On a souvent parlé ces derniers mois, du célèbre casse de la Lufthansa, orchestré par des membres de la familles Lucchese, qui rapportèrent près de six millions de dollars à la Cosa Nostra en 1978. Mais un vol aussi spectaculaire eut lieu au début des années 1990, quand des Associés et membres supposés de la Cosa Nostra, décidèrent de cambrioler le Isabella Stewart Gardner Museum (voir photo) de Boston, la nuit de de la célèbre fête Irlandaise, la Saint-Patrick, en 1990. Vers 1h30 du matin, deux individus armés, déguisés en policiers, attachèrent les gardes de sécurité et volèrent pour près de cinq cent million de dollars de tableaux de grand maitres, des Degas, des Manet, des Vermeer et des Rembrants. A ce jour, aucune personne ne fut arrêtée, aucun tableau ne fut récupéré, et malgré vingt six années après ce fameux vol, la Cosa Nostra reste le principal suspect. Dernièrement, un ancien Capitaine de la famille de Philadelphie, dénommé Robert « Bobby » Luisi Jr, qui est disparu dans le programme de protection de témoin, donna de nouvelles indications sur ce fameux braquage. Robert Luisi Jr a eu un parcours atypique dans la Cosa Nostra. Fils de Robert Luisi Sr, assassiné par la famille Patriarca au milieu des années 1990, ce dernier passa l’entière de sa vie criminelle à Boston, une ville ou le crime organisée est très bien implanté Le problème, est que sa « candidature » pour devenir un membre intronisé, fut bloquée par un Capitaine de la famille Patriarca. Pour cela, Robert Luisi Jr, sera intronisé dans la famille de Philadelphie au milieu des années 1990, tout en continuant son activité de trafiquant de drogue, toujours depuis Boston. En 1998, ce dernier fut promu au rang de Capitaine, mais une année plus tard tout bouscula. Robert Luisi Jr fut accusé et inculpé de trafic de drogue. La drogue peut rapporter énormément d’argent aux membres de la Cosa Nostra, mais elle peut aussi amener des longues peines de prison, aux membres qui voudraient s’adonner à ce trafic et Robert Luisi Jr en était conscient. Pour éviter une peine à rallonge, ce dernier décidera de témoigner contre la famille de Philadelphie et contre son Parrain, Joseph Merlino. Aujourd’hui, la vie de Robert Luisi Jr est complètement différente. Vivant dans un État du Sud, l’ancien gangster s’est rapproché de la religion, en devenant pasteur. Mais ce dernier est toujours disponible pour donner des informations sur son ancienne vie. Dernièrement, il révéla que les deux individus ayant perpétré le cambriolage du Isabella Stewart Gardner Museum, n’était autre que Robert Guarente et Robert « The Cook » Gentille. Robert Luisi Jr connaissait très bien les deux Associés de la Cosa Nostra, l’ancien Capitaine de la famille de Philadelphie voulait même créer une nouvelle famille à Boston, en nommant Robert Guarente comme Underboss et Robert Gentile comme Consilgiere. A l’époque du vol, Robert Luisi Jr, déclara que Robert Guarante l’avait sondé à plusieurs reprises sur la manière de vendre des tableaux de grands maitres, lui certifiant que la plupart d’entre eux, étaient cachés sous une dalle en béton, dans une maison en Floride. Robert Guarente qui purgeait au début des années 2000, une peine de prison pour trafic de cocaïne, décèdera en 2004, en ne donnant jamais et malgré la pression du FBI, la localisation exacte des différents tableaux.

Lire la suite

JOEY MERLINO DE RETOUR À PHILADELPHIE ?

9 Juillet 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Philadelphie

JOEY MERLINO DE RETOUR À PHILADELPHIE ?

Et si Joey Merlino (voir photo), l’actuel parrain de la famille de Philadelphie, quittait sa semi-retraite dorée en Floride, pour retourner dans les rues de Philadelphie. Après la fermeture de son restaurant dénommé Merlino’s à Boca Raton, le FBI pense que Joey Merlino pourrait retenter de nouveau sa chance dans la restauration, is ont eu raison, mais cette fois-ci dans la « ville de l’amour fraternel », endroit ou l’actuel Parrain flamboyant a débuté sa carrière criminelle. Il faut dire que pendant un moment Joey Merlino évitait de cotoyer des membres de sa famille, les contraintes liées à sa liberté étant tellement importante, que ce dernier ne voulait pas retourner une nouvelle fois en prison. Depuis qu’il ne doit plus justifier ses déplacements à son contrôleur judiciaire, Joey Merlino ne se sache plus pour se faire photographier avec des membres ou Associés de la famille de Philadelphie, en Floride ou dans sa ville natale. Dernièrement encore, on pouvait retrouver Joey Merlino dans différents Casinos de Philadelphie comme le Harrah ou encore le SugarHouse, et plus particulièrement à une table de blackjack. Le Parrain est un habitué des jeux d’argent et est capable de dépenser des milliers dollars dans une seule soirée. Une aubaine pour les casinos qui ramassent pas mal d’argent, mais aussi une contrariété. En effet, avoir un membre de la Cosa Nostra dans les casinos, peut donner une mauvaise image, c’est pour cela que la plupart des membres de la Cosa Nostra sont placés directement dans une « liste noire ». Le premier à y être inscrit dessus, fut le célèbre Parrain de la Outfit de Chicago, Al Capone, puis au fur et à mesure, cette liste fut élargie. Les règles des casinos en Pennsylvanie prévoient une liste d’exclusion. La liste se compose essentiellement de délinquants professionnels, de tricheurs, ou d’autres personnes dont la présence peuvent perturber le bon fonctionnement des casinos. Mais curieusement et malgré son pédigrée criminel, Joey Merlino ne fut jamais inquiété Alors pourquoi en Juin dernier, des agents fédéraux l’ont-ils accueilli pour lui interdire l’accès à un casino, pour cela il faut revenir un peu en arrière. En Mars dernier, Joseph Merlino était une nouvelle fois à une table de blackjack avec certains membres de la famille de Philadelphie, quand la partie dégénéra. Certains amis de Joey Merlino dont le Parrain en personne, menacèrent des individus pendant une des parties, en leur déclarant qu’ils allèrent les attendre à la sortie du casino. Finalement, Joey Merlino calma ses troupes et aucun incident n’eut lieu : « Joey se sent plus plus à l’aise maintenant à Philadelphie » déclara un agent du FBI. Le seul problème maintenant, ce sont les membres de la vielle école, de l’ère Scaro, qui ne sont pas très heureux d’un retour progressif de leur Parrain. Pour les frères Narducci et Joseph Pungitore, la seule façon de ne pas être inquiété par la justice Américaine, est de gagner de l’argent dans l’ombre, le problème est que Joey Merlino a tendance à attirer tous les médias sur lui et sur toute la famille. Même si le père de Joey Merlino, Salvatore, décédé dans une prison fédérale, était l’Underboss de Nicodemo Scarfo Sr, les tensions entre les « ailes » de la famille, n’ont jamais été aussi forte et pourrait causer, face à un retour de Joey Merlino dans les rues de Philadelphie, un regain de violence.

Lire la suite

LE PARRAIN DE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE MALHEUREUX EN AFFAIRES

25 Juin 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Philadelphie

LE PARRAIN DE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE MALHEUREUX EN AFFAIRES

Être l’un des Parrains les plus connus de la Cosa Nostra actuellement, ne signifie pas forcément être heureux en affaires, Joey Merlino (voir photo) en sait quelque chose. Ce dernier qui s’est installé depuis sa libération de prison, à Boca Raton dans l’État de la Floride, avait décidé de se lancer dans des affaires légitimes, avec l’ouverture d’un restaurant gastronomique Italien dénommé « Merlino’s », tout un symbole. L’ouverture avait eu lieu en fin d’année 2014 en plein centre ville de Boca Raton, une ville situé dans le comté de Palm Beach, ou les personnalités les plus fortunés et les plus influentes de Floride y sont installées. Joey Merlino voulait jouer sur sa notoriété, mais aussi sur ses talents culinaires venant du Sud de Philadelphie, qu’il voulait transmettre à une clientèle huppée. Mais malgré le fait d'avoir inverti près de deux millions de dollars et en s’associant avec différents investisseurs, il est fort de constater que ce restaurant est un échec, d’ailleurs, le bâtiment est désormais à vendre pour près de quatre cent mille dollars, une affaire, selon les agents immobiliers du coin. Mais pour Joey Merlino, cette défaite ne va pas l’empêcher de continuer à gérer les affaires criminelles de la famille de Philadelphie. Selon le FBI, depuis quelques semaines, des membres hauts placés, comme le Capitaine George « Gerogie Boy » Borges, ou encore l’actuel Underboss Steve « Handsome Steve » Mazzone, se déplacent en Floride, pour lui rapporter les moindres faits et gestes de l’activité de la famille de Philadelphie. Mais Joseph Merlino ne se contente pas de rester sur place. Depuis qu’il est libéré de toute contrainte judiciaire, ce dernier a déjà fait plusieurs allers-retours, à Philadelphie, pour assister à certaines fêtes, mais aussi dans l’État du New-Jersey, une manière de montrer à ses membres, que malgré la distance entre la Floride et Philadelphie, le Parrain veut rester à l’écoute pour régler les différents problèmes, mais aussi être proche des affaires. Les relations entre George Borgesi et Joepseh Merlino se sont nettement améliorés. A une période pas si lointaine, George Borgesi voulait lancé une multitude de contrats contre les membres qui ont essayé de reprendre son activité, quand il était incarcéré pour racket. Pour éviter une guerre interne, Joseph Merlino, finira par le nommer de nouveau Capitaine, pour gérer la zone de Delaware County. Le FBI ne cache pas son intention de construire un dossier RICO contre les membres de la famille de Philadelphie, pour essayer d'incarcérer définitivement Joey Merlino. Mais aujourd’hui, il est beaucoup plus difficile de faire condamner des membres de la Cosa Nostra. En 2001 déjà, lors d’un procès qui avait rassemblé Joey merlino, Steven Mazzone ou encore Geoge Borgesi, les membres de la famille de Philadelphie avaient réussi à se faire acquitter dans plusieurs affaires de meurtre, mais seront finalement condamnés pour racket. Mais l’actuel Parrain essaye désormais de changer l’image d’une famille connue pour son gout prononcé pour la violence. En sortant de sa semi-retraite, Joseph Ligambi fut nommé au poste d’Acting Boss, Joey Merlino, essaye en opérant des choix stratégiques dans son organisation d’apaiser les tensions dans une famille, ou les membres de la vieille école et ceux de la nouvelle génération sont très souvent en désaccords.

Lire la suite

UN ASSOCIÉ DE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE ENGAGÉ DANS UNE BATAILLE JURIDIQUE

25 Mai 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Philadelphie

UN ASSOCIÉ DE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE ENGAGÉ DANS UNE BATAILLE JURIDIQUE

Un Associé de la famille de Philadelphie, Gary Battaglini (voir photo), continue sa bataille contre la justice Américaine pour essayer d'avoir un nouveau procès, après sa condamnation à huit années de prison en 2014 pour racket. Vêtu de la combinaison verte des prisonniers, ses cheveux soigneusement peignés, Gary Battaglini, avait été transféré quelques jours plus tôt, dans une prison proche du tribunal, ou l’Associé de la famille de Philadelphie, allait pouvoir s’expliquer en face à face, avec le juge en charge de ce dossier, Eduardo Robreno. Devant ce dernier, Gary Battaglini commença a attaquer l’avocat qu’il l’avait défendu lors de son premier procès : « Il m’a dit qu’on ne pouvait pas faire appel ». Pendant près d’une heure, il stipula, qu’il n’avait eu que très peu de contact avec son avocat, qu’il ne prenait pas ses coups de fils passés depuis la prison, qu’il n’était venu qu’une seule fois, après que l’Associé de la famille de Philadelphie, avait écrit à un juge en se plaignant, qu’il n’était pas défendu correctement. Son ancien avocat a comparu comme témoin du gouvernement, essayant de contredire point par point les accusations de son ancien client. Lawrence O’Connor, s’insurge au contraire qu’il avait bien spécifié à Gary Battaglini, qu’il pouvait faire appel de son verdict. Il déclara même que l’Associé de la famille de Philadelphie préférait purger sa peine de prison dans un pénitencier fédéral au lieu d’une prison d’État (Aux États-Unis, les prisons fédérales sont sensées être plus « confortables » que les prisons d’État) : « Je ne dirais jamais à l’un de mes clients qu’il n’y a pas possibilité de faire appel. Dans un procès, il y a toujours des doutes qui peuvent être utilisés lors d’un procès en appel » déclara t’il. La loi Américaine, veut qu’un individu condamné lors d’un procès fédéral, a quatorze jours pour faire appel de son verdict. Pour Lawrence O’Connor, il a des preuves écrites, prouvant qu’il avait demandé personnellement à la femme de Gary Battaglini qu’elle serait la meilleure solution à suivre. Deux jours avant la date butoir, cette dernière aurait répondu à l’avocat de son mari : « Merci pour tout Larry (Lawrence), mais nous ne souhaitons pas faire appel ». Mais pour le nouvel avocat de l’Associé de la famille de Philadelphie, Lawrence O’Connor représentait Gary Battaglini et non sa femme et que cette demande aurait dû être faite directement auprès de son client et non dans un vulgaire mail envoyé depuis son domicile. Le juge fédéral Eduardo Robreno a un mois pour rendre son jugement, mais selon certains spécialistes, la décision qu’elle soit positive ou négative, ne serait que le début d’une longue bataille juridique. Si le juge fédéral décide de rejeter sa demande, Gary Battaglini, demandera de nouveau une nouvelle requête en stipulant que le FBI l’avait catalogué comme un Associé de la famille de Philadelphie, alors que d’après lui, il n’a aucun lien avec le crime organisé. Alors oui, il se revendique volontiers comme un bookmaker, mais pour lui, sa profession n’est surement pas liée aux activités criminelles de la famille de Philadelphie. Alors comment expliquer que Gary Battaglini s’est retrouvé dans un procès qui aura duré plusieurs mois, avec des membres aussi importants de la Cosa Nostra, comme l’ancien Acting Boss Joseph Ligambi, des anciens Consigliere, Joseph « Moussie » Massimino ou encore George « Georgie Boy » Borgesi ?.

Lire la suite

ANNIVERSAIRE SURPRISE POUR LE PARRAIN DE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE

14 Mai 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Philadelphie

ANNIVERSAIRE SURPRISE POUR LE PARRAIN DE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE

Désormais, il ne fait plus aucun doute pour la justice Américaine, Joseph « Skinny » Merlino (voir photo) est bel et bien le Parrain de la famille de Philadelphie. Ce dernier insiste sur le fait, que maintenant, sa vie dans le crime organisé est derrière lui, qu’il était « concentré » sur son nouveau restaurant à Boca Raton, qu’en Floride, on « vivait plus vieux ». Mas en réalité, Joseph Merlino, garde toujours un œil bienveillant sur les affaires criminelles de la famille de Philadelphie. Après avoir purgé près de quatorze années dans une prison fédérale pour racket, et quelques mois pour une violation de libération conditionnelle, le Parrain de la famille de Philadelphie, n’a pas pour autant perdu ses vieilles habitudes. Le FBI en est formel, Joseph Merlino a déjà fait plusieurs allers retours à Philadelphie, et l’un de ses Capitaines, George « Georgie Boy » Borges, qui devient depuis quelques mois l’un des membres les plus influents, a quant-à lui, fait des voyages suspects vers la Floride. Le 16 Mars dernier, Joseph Merlino fétait ses cinquante quatre ans. Pour célébrer cet évènement, plusieurs de ses amis, dont la plupart, des membres de la famille de Philadelphie, lui ont réservé une surprise. Après un repas copieux dans un restaurant Italien, Joseph Merlino a suivi ses amis, dans un casino de Philadelphie, dénommé le « Casino Sugar House » sur Deleware Avenue, un quartier géré par George Borgesi. Le Parrain de la famille de Philadelphie aurait, il y a quelques mois, décliné ce genre d’événements, mais désormais libre de se déplacer ou il veut, il ne rate pas une occasion pour retrouver ses collègues mafieux, sans crainte cette fois-ci de se faire incarcérer pour une violation de libération conditionnelle. Bizarrement, Joseph Merlino est interdit de rentrer dans un casino du New-Jersey, mais pas dans sa ville natale. Le Parrain de la famille de Philadelphie, a toujours été un gros joueur, et certains bookmakers attendent encore depuis des années que Joseph Merlino leur rembourse certains paris placés dans leurs tripots de jeux. Lors de cette soirée d’anniversaire, Joseph Merlnio a du recevoir sans nul doute, des enveloppes remplis de billets, une partie des bénéfices des activités criminelles de la famille de Philadelphie, qui depuis quelques mois se développe très rapidement. Ce que redoute le plus Joseph Merlino, c’est la surveillance des agences fédérales, une fois qu’il pose un pied à Philadelphie. Ses déplacements sont étroitement surveillés et sa marge de manœuvre est donc restreinte. En Floride, cela est différent. Ce dernier, peut profiter du soleil et de son restaurant et s’éloigne des activités criminelles de la famille de Philadelphie, qu’il gère désormais à distance.

Lire la suite

UN ASSOCIÉ DE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE RÉCLAME UN NOUVEAU PROCÈS

13 Avril 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Philadelphie

UN ASSOCIÉ DE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE RÉCLAME UN NOUVEAU PROCÈS

Gary Battaglini resta de marbre, quand un jury le déclara coupable de racket en Février 2013.Iil savait qu’en étant qu’un simple Associé de la Cosa Nostea, son silence pouvait rimer avec une future intronisation dans la famille de Philadelphie dès sa sortie de prison. Mais avant d’en arriver là, Gary Battaglini devra purger près de huit années dans un pénitencier fédéral, une peine beaucoup trop longue à son goût. Alors non, Gary Battaglini qui est aujourd’hui âgé de cinquante quatre ans n’a pas dit un mot quand il reçut son verdict, mais c’est pas pour autant que l’Associé de la famille de Philadelphie va se laisser faire, et à depuis la semaine dernière avec l’aide d’un nouvel avocat, contester sa condamnation. Face aux nombreuses contestations apportés par Gary Battaglini, ce dernier aura le droit à une audience dans les prochains jours avec le juge fédéral Eduardo Robreno, celui même qui l’avait condamné trois ans plus tard pour racket. Pour lui, son ancien avocat ne l’a pas défendu correctement, mais surtout, le procureur fédéral et l’agent spécial chargé de la surveillance des membres de la famille de Philadelphie, a déformé les preuves. Mais l’audience prévue avec le juge fédéral restera très limitée et ne portera seulement sur la défense de l’ancien avocat de Gary Battaglini, jugeant si ce dernier défendu correctement ou pas son client. Pour le nouvel avocat de l’Associé de la famille de Philadelphie, une chose est sûre, Laurence O’Connor a été très « légère » dans sa défense, omettant même de faire appel du jugement avant les délais prévus par la loi, mais pour le gouvernement fédéral, si cette dernière n’a pas fait de demande d’appel, c’est en partie dû au fait que Gary Battaglini lui a jamais demander de faire appel de son verdict, une chose que réfute bien entendu totalement la défense. Le juge fédéral Eduardo Robreno avait rejeté une bonne partie des accusations de la défense lors du premier procès, mais une demande d’appel est quelque chose de différente. Dans le dossier transmis par la défense au juge fédéral, il est spécifié que l’ancien avocat de Gary Battaglini, n’avait pas usé de tous les stratagèmes possibles pour discréditer les témoins du gouvernement, Michael Orlando et Peter Albo. Le premier, un Associé de la famille mafieuse, avait été criblé de « toxicomane » lors du premier procès par la défense et ne put même pas terminer son témoignage en raison d’une hospitalisation, une « sortie » orchestrée de tout pièce par les procureurs fédéraux, pour éviter que Michael Orlando ne s’incrimine dans de nouveaux crimes, son témoignage n’étant pas jugé concluant. Dans son témoignage, Michael Orlando avait déclaré que Gary Battaglini s’était vanté à plusieurs reprises d’être un Associé de la famille de Philadelphie et de gagner sa vie grâce à ses activités d’usurier et de bookmaker, des affirmations qui ne furent jamais prouvés par les procureurs fédéraux. De plus, lors du passage de Michael Orlando à la barre des témoins, ce dernier s’était repris trois fois pour identifier correctement Gary Battaglini. « Pour quelqu’un qui connaissait très bien mon client, cela est un peu léger » déclara l’avocat de Gary Battaglini. Le deuxième témoin, Peter Albo, ne viendra jamais témoigner lors du premier procès, les procureurs fédéraux faisant écouter seulement quelques enregistrements de ce dernier aux jurés, effectués alors que Peter Albo portait un micro pour le gouvernement fédéral pendant sa période de coopération. Pour la défense Peter Albo est un individu qui n’a pas arrêté de se contredire et sa présence à la barre des témoins aurait pu permettre à Gary Battaglini de prouver son innocence.

Lire la suite

RÉUNION ENTRE DEUX FAMILLES DE LA COSA NOSTRA

6 Avril 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Philadelphie

RÉUNION ENTRE DEUX FAMILLES DE LA COSA NOSTRA

Joseph Bilotti un Affranchi de la famille Gambino, a évité la mort de justesse. C’était en Décembre 1985, son frère qui occupait le poste d’Underboss et en même temps chauffeur et garde du corps du Parrain Paul Castellano, fut exécuté devant le Sparks Steak House à Manhattan, en pleine période d’achat de Noël, marquant le début du règne de celui qu'on appellera par la suite « The Teflon Don », John Gotti. Ce dernier qui reprit les rênes de la famille Gambino après cet assassinat, voulait lancer un contrat contre le frère de Thomas Bilotti, Joseph, par peur que ce dernier ait pu provoquer une guerre interne dans la famille, déjà très instable à cette époque. Mais grâce à « l’intervention » de Salvatore « Sammy The Bull » Gravano, Joseph Bilotti ne bronchera pas et continua tranquillement, sous le radar de la justice Américaine, son business au sein la famille Gambino. Désormais âgé, Joseph Bilotti se retira comme la plupart des mafieux de la Cosa Nostra, en quittant New-York, ville source de conflit pour les membres de la pègre, pour habiter à Boca Raton, une ville luxueuse, adepte d’une clientèle fortunée, se situant dans l’État de la Floride. Mais même en préretraite, Joseph Bilotti continue à travailler pour la famille Gambino. En effet, la retraite n’hésite pas dans la Cosa Nostra, et même après avoir travaillé pour cette organisation criminelle toute sa vie, Joseph Bilotti a le devoir de servir la famille jusqu’à la fin de ses jours. Il y a quelques semaines, les agents fédéraux révélèrent que Joseph Bilotti rencontra George « Georgie Boy » Borgesi (voir photo), un Capitaine de la famille de Philadelphie, qui depuis la fin des restrictions sur sa liberté surveillée, a repris une certaine activité dans la rue, redevenant petit à petit un homme fort de la famille, très surveillé par les agences gouvernementales. Accompagné de son Oncle Joseph « Uncle Joe » Ligambi, un autre gangster à la semi-retraite, qui occuperait en fait le poste d’Acting Boss, les deux mafieux rencontrèrent avant Joseph Merlino dans un hôtel de la ville. Joseph Merlino, qui lui aussi se dit retirer de sa vie criminelle et sans son passé dans la Cosa Nostra, a ouvert récemment un restaurant à son nom, mais surveillerait de près et de loin, les activités de son « empire criminel ». Selon le FBI, George Borgesi est « prêt à tout » pour redevenir un membre important de la hiérarchie et son activité rimerait avec de nouvelles responsabilités que Joseph Merlino lui a octroyées pour apaiser certaines tensions dans la famille. Face à cette situation, le FBI aurait triplé la taille de son équipe chargée à la surveillance de la famille de Philadelphie. Et pour freiner un peu les activités criminelles des mafieux, les agents fédéraux vont essayer de « couper les têtes » et en particulier celle de Joseph Ligambi. Après avoir été acquitté de plusieurs charges fédérales tenant de la loi RICO en Janvier 2014, les procureurs fédéraux seraient en train de monter un dossier sur trois meurtres qui eurent lieu pendant le « règne » de Joseph Ligambi à la tète de la famille de la fin des années 1990, au début des années 2000, et qui ne furent jamais résolus. Les assassinats de Ronnie Turchi en 1999, du Capitaine Raymond Martorano en 2002 et du Soldat, John « Johnny Gongs » Casasanto, en 2003, un tueurs à gage, ami de Joseph Merlino, qui devenait trop gênant pour les affaires de la famille. Le but des procureurs fédéraux est simple, inculpé le plus de monde possible, en espérant que les futurs accusés décideront de collaborer avec la justice et ainsi faire tomber le haut de la pyramide.

Lire la suite

GEORGE BORGESI REDEVIENT UN MEMBRE CLÉ DE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE

20 Mars 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Philadelphie

GEORGE BORGESI REDEVIENT UN MEMBRE CLÉ DE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE

Après une longue période de tourmente, George « Georgie Boy » Borgesi (voir photo), un Capitaine de la famille de Philadelphie, est en train de reprendre du galon. Depuis sa libération de prison, suite à son acquittement en Janvier 2014, George Borgesi, qui était lié à de lourdes contraintes sur sa liberté surveillée, se plaignait souvent de sa situation. Énervé, de voir son ancienne équipe de Daleware County être gérée par un proche de Joseph Merlino, John « Johnny Chang » Ciancagli. Très énervé, de voir un autre ami de Joseph Merlino, Marty Angelina reprendre petit à petit une partie de son business. Mais dernièrement, plusieurs vidéos de surveillance ont montré une certaine activité de George Borgesi, qui aurait installé son nouveau club social dans le quartier de Jackson Streets, à l'intérieur d'une ancienne pizzeria. D’après le FBI, l’ancien Consigliere de la famille de Philadelphie est en train de se constituer une équipe solide, composée de son frère Anthony Borgesi, un Soldat dans cette organisation criminelle et de plusieurs proches qui ont toujours démontré un attachement sans faille à ce dernier et ceux malgré les complications. Ce retour dans les affaires de George Borgesi, démontre que le Parrain actuel, Joseph Merlino, ne « veut pas faire de vague » et qu’il essaye d’ « apaiser les tensions dans sa famille » avant que ce genre de conflits ne dégénère pour de bon. Les affrontements dans une famille aussi violente que la famille de Philadelphie, ne sont jamais bon pour les affaires. George Borgesi a une réputation de « tueur », il s'était vanté à plusieurs reprises auprès de son ancien bras droit devenu un un repenti le gouvernement fédéral, Louis « Bent Finger Lou » Monacello qu'il avait exécuté personnellement près de « onze individus » et Joey Merlino sait très bien qu’une personne aussi instable que l’ancien Consigliere de la famille de Philadelphie, peut faire beaucoup de dégâts, semer une guerre interne et attirer une attention plus accrue du FBI. Tous ces paramètres font que Joey Merlino a du faire des concessions pour éviter le pire. Selon le FBI, la famille de Philadelphie aurait quatre factions, gérées par des Capitaines expérimentées, qui ont prouvé par leurs longues années d’incarcérations, qu’ils ont les valeurs de l’omerta. Mais George Borgesi a de l’ambition, et son but est de retrouver un poste au sein de la hiérarchie. Les agents fédéraux en charge de la surveillance des membres de la famille de Philadelphie, ont pu se rendre compte que George Borgesi est toujours bien actif à Philadelphie, mais aussi à New-York. Libéré de ses contraintes liées à sa libération conditionnelle depuis cet été, George Borgesi aurait depuis le début de l’année, effectué de nombreux allers-retours entre Philadelphie et New-York, pour y rencontrer des membres de la famille Gambino. Les deux familles ont toujours été très proches, elles font du business ensemble, et ont toujours travaillé main dans la main. Cette relation étroite date de l’époque de John Gotti, ou Nicodemo Scarfo Sr ancien Parrain sanguinaire de la famille de Philadelphie fut l’un de ses amis proches. Il y a quelques mois, cinq nouveaux membres furent intronisés, trois d’entre eux étaient des Associés de longue date de George Borgesi et ont rejoint de ce fait son équipe quand il fut de nouveau nommé Capitaine. Georgie Boy comme il est surnommé par les membres de la Cosa Nostra, a aussi fait récemment un aller-retour , avec son Oncle, Joseph Ligambi, qui occuperait actuellement le poste d’Acting Boss, en Floride, pour y rencontrer Joseph Merlino et quelques membres de la famille Gambino dans un luxueux hôtel. Ces récentes réunions montrent que l’ambiance entre les deux hommes va de mieux en mieux. Quant-à Joseph Ligambi, il occupe selon la justice Américaine, un rôle de « catalyseur », sa présence rassurerait les membres de la famille de Philadelphie, qui est essentiellement composé entre des membres de la vieille école, de l’époque Scarfo, et de membres de la nouvelle génération, dont Joseph Merlino a toujours été considéré comme le « leader » logique. Joseph Ligambi a en effet la particularité d’avoir été intronisé dans la Cosa Nostra au début des années 1980, mais aussi d’avoir servi d’Acting Boss pendant plusieurs années, lors de l’incarcération de Joseph Merlino au début des années 2000.

Lire la suite

PEINES CONFIRMÉES POUR DES MEMBRES DE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE

20 Février 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Philadelphie

PEINES CONFIRMÉES POUR DES MEMBRES DE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE

Une cour d’appel fédérale a confirmé la semaine dernière les condamnations de trois mafieux de la famille de Philadelphie. Le premier, Joseph « Moussie » Massimino (voir photo) a déjà passé près de la moitié de sa vie d’adulte derrière les barreaux. Pendant ses rares moments de liberté, ce dernier servit d’Underboss pendant le règne de Joseph « Uncle Joe Ligambi au milieu des années 2000. Le 23 Mai 2011, Joseph Massimino fut arrêté pour des accusations de racket et incarcéré immédiatement en raison de sa dangerosité. Pendant tout le procès, l’ancien Underboss de la famille de Philadelphie, a toujours eu un comportement irrespectueux, voire provocateur envers les procureurs fédéraux en charge de ce dossier. Après plusieurs mois de procès, qui furent très compliqués pour la partie civile, Joseph Massimino s’était amusé que le jury met autant de temps pour trouver un verdict dans cette affaire. D’un air moqueur, il avait proposé à l’un des procureurs s’il « pouvait le raccompagner chez lui » à la fin de procès, tout en « l’invitant à aller boire un verre ». Joseph Massimino se retourna même à plusieurs reprises pour chercher du regard John Augustine, un agent spécial du FBI qui avait enquêté sur la famille de Philadelphie,et qui avait surveillé de près les agissements de l’ancien Underboss, en lui demandant d’un air méprisant, si ce dernier pouvait lui « cirer ses chaussures ». Mais toutes ces provocations ne servirent finalement à rien et malgré l’acquittement de membres hauts placés dans cette affaire, Joseph Massimino sera condamné à 16 ans de prison dans un pénitencier fédéral, un verdict que l’accusé jugea très sévère : « Je ne suis pas l'Underboss de la famille de Philadelphie. Si le gouvernement Américain se préoccupait plus des problèmes de terrorisme, le World Trade Center serait toujours là et les personnes à Boston auraient toujours leurs bras et leurs jambe ». Le deuxième accusé, le Soldat Damion Canalichio, avait quant-à lui été condamné à près de onze années et demi de prison pour les mêmes charges. Le mafieux, s’était excusé auprès de sa famille et de ses enfants qui étaient présents dans le tribunal pour tout le mal qu'il a pu causer. Mais le procureur fédéral John Han qui avait demandé à ce que Damion Canalichio soit condamné à une peine plus sévère rétorqua : "Son allégeance n'est pas à sa famille, à ses enfants ou à sa femme. Elle est à la Cosa Nostra". Damion Canalichio est un grand criminel qui va effectuer sa peine de prison tout en gardant sa bouche fermée". Le troisième qui vit sa peine confirmée, fut l’ancien Capitaine Anthony Staino, qui fut récemment rétrogradé au rang de Soldat en raison de son incarcération. Condamné à huit années d’emprisonnement pour extorsion, sa personnalité avait été mise en évidence lors de son dernier procès. Pour sa famille, Anthony Staino est un mari idéal, un père de famille adorable, aimé de ses voisins, qui avait changé son comportement sur le crime organisé quand il fit connaissance de sa dernière femme. Mais en réalité, les procureurs fédéraux avaient démontré, une allégeance totale d’Anthony Staino aux règles fondamentales de la Cosa Nostra et à son ancien Acting Boss, Joseph Ligambi dont il fut très proche. Ces confirmations de peine, ne furent pas réellement une surprise, mais pour le célèbre avocat, Edwin Jacobs Jr spécialisé dans la défense des membres de la Cosa Nostra, il restera toujours des questions en suspens : « Ce n’est pas un crime d’être un Associé ou un membre de la Mafia, mais aux États-Unis, automatiquement vous êtes coupables des activités liées à une organisation criminelle, en raison de votre appartenance ». La défense avait déclara aussi que les agents fédéraux qui avaient suivi à la trace les membres de la famille de Philadelphie, avaient été sanctionnés par la suite pour « un grave manque de jugement », des suspensions de plusieurs jours avaient même été prononcées contre ces agents. Mais la cour d’appel, déclara que ce motif était « sans rapport » avec les différentes inculpations des accusés. Mais les preuves contre les accusés étaient accablantes. L’un des procureurs rappela une petite anecdote qui s’était déroulée lors du dernier procès de Joseph Massimino. Lors d’une audience, les procureurs avaient passé un enregistrement Joseph Massimino demandant explicitement à l’un de ses Associés, de faire le nécessaire pour récupérer l’argent qu’un individu lui devait, démontrant de ce fait, sa capacité d’utiliser la violence si nécessaire : « Je me fous de qui il doit « baiser » pour récupérer mon fric, mais c’est le mien tu as compris ?. Ce fils de pute me doit 35 000 dollars, et j’en ai rien a foutre s’il doit braquer une banque pour me donner mon argent ». A moins d’un retournement de situation, Joseph Massimino, Damion Canalichio et Anthony Staino devront purger l’intégralité de leur peine, mais qu’ils se rassurent, les membres de la Cosa Nostra ayant effectué leur peine sans broncher, ont toujours un très bon retour une fois rentrés chez eux dans les rues de Philadelphie.

Lire la suite

UN SOLDAT DE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE DÉSORMAIS LIBRE APRÈS TRENTE ANNÉES DE PRISON

17 Février 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Philadelphie

UN SOLDAT DE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE DÉSORMAIS LIBRE APRÈS TRENTE ANNÉES DE PRISON

La famille de Philadelphie ne cesse depuis quelques années de retrouver dans ses rangs, des membres de la vieille école, qui viennent de terminer de purger des longues peines de prison pour meurtre et racket. Dans les années 1980, la famille de Philadelphie était dirigée par un Parrain sanguinaire, Nicodemo Scarfo Sr. Emprisonné à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle, il entraina dans sa chute, sa garde rapprochée, qui accepta sans broncher des longues condamnations. Francis Iannarella (voir photo) était l’un d’entre eux. Ancien Marine dans l’armée Américaine, ce dernier travailla très rapidement pour la famille de Philadelphie. Francis Iannarella a toujours eu une très grosse réputation de tueurs à gages, soupçonné d’avoir participé dans plusieurs meurtres de style mafieux, la grande majorité ordonnés par Nicodemo Scarfo Sr. D’après les procureurs qui ont l’ont jugés il y a de ça des dizaines d’années, Francis Iannarella, a toujours été un « criminel ambitieux, enclin à la violence », qui a gravit très rapidement les échelons de la Cosa Nostra. Avant son arrestation, il aurait selon le FBI, « supervisé » le meurtre de Salvatore Testa, le fils de l’ancien Parrain Philip Testa, qui fut assassiné en raison de la tension grandissante qui régnait entre lui et le Parrain sanguinaire. Nicodemo Scarfo Sr était aussi effrayé que Salvatore Testa, puisse grâce notamment à ses nombreux soutiens dans la famille, faire éclater une guerre interne pour prendre le pouvoir. C'est Joey Pungitore, actuellement Capitaine d'une des factions, qui entraina Salvatore Testa à l'arrière d'un magasin de bonbons dans Southwark, Francis Iannarella se chargea quant-à lui d’exécuter le contrat. En 1987, Francis Iannarella fut inculpé d’avoir assassiné Frank D’Alfonso, un puissant Associé de la Cosa Nostra, un proche d’Angelo « The Gentle Don » Bruno, qui fut exécuté pour avoir refusé à plusieurs reprises de verser « l’impôt de rue » à Nicodemo Scarfo Sr. Sans broncher, Francis Iannarella accepta sa peine de prison à perpétuité pour cet assassinat, plus quarante cinq années pour racket. En 1992, la cour suprême de Philadelphie, disculpa formellement Francis Iannarella de l’accusation de meurtre, laissant la possibilité à Francis Iannarella de pouvoir être libéré de prison en Février 2016. Après trente années d’incarcération, l’ancien Capitaine de la famille de Philadelphie, a rejoint une maison de transition, avant une sortie prévue pour Juillet prochain. La famille de Philadelphie a retrouvé ces derniers temps, un certain regain d’activité, qu’elle n’avait pas connu depuis de nombreuses années. L’actuel Parrain, Joseph « Skinny » Merlino, essaye tant bien que mal d’apaiser les tensions entre les différentes factions, mais l’une d’entre elle, reste à part de la hiérarchie actuelle. La faction contrôlée par Joseph « Joey Punge » Pungitore , regroupe un « crew » composé de membres intronisés sous l’ère Scarfo, qui considèrent Joseph Merlino et ses proches comme des « crétins » qui ont profité d’un vide laissé après l’incarcération de Nicodemo Scarfo Sr pour se hisser au pouvoir. Mais malgré ses tensions, ces derniers versent toujours un pourcentage de leur bénéfice à Joseph Merlino par l’intermédiaire de Steven « Handsome » Mazzone et quelques fois avec Joseph Ligambi, par respect des règles de l’omerta. Francis Iannarella avait été condamné dans le meurtre de Frank D’Alfonso avec Philip « Phil » Narducci, un membre dans l’équipe de Joseph Pungitore dont le respect dans la famille de Philadelphie, a toujours été important. La sortie prochaine de Francis Iannarella, va sans doute renforcée cette équipe qui reste un peu isolée des autres en raison des mauvaises relations avec la hiérarchie. Francis Iannarella a toujours été considéré comme un mafieux « fidèle », qui n’avais jamais « sourcillé » malgré près de trente années d’incarcération.

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>