Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

LA OUTFIT DE CHICAGO SE PRÉPARE A UNE OPÉRATION DU FBI

14 Octobre 2015, 04:48am

Publié par Xav

LA OUTFIT DE CHICAGO SE PRÉPARE A UNE OPÉRATION DU FBI

Depuis 2005 et l’opération dit des Secrets de famille, la Outfit de Chicago, a su naviguer sous le radar du FBI, tout en opérant des changements au sein de sa hiérarchie. Mais ce répit temporaire risque bien de se terminer très vite, car en croire les informations venant de plusieurs sources judiciaires, cette organisation criminelle qui est connue du grand public pour avoir été dirigée dans les années 1930 par le fameux Al Capone, va sans doute subir une grosse vague d’arrestations dans les prochains mois, des arrestations qui pourraient d’ailleurs atteindre plusieurs membres de haut rang. Tout est parti d’un homme, Albert « Albie The Falcon » Vena. Depuis plusieurs mois, le FBI redouble d’effortq pour essayer de mettre pour de bon en prison, celui qu’il considère comme « l’individu le plus dangereux de Chicago ». Soupçonné d’avoir participé à différents meurtres pendant de nombreuses années, mais jamais condamné, Albert Vena avait de nouveau fait parlé de lui, quand son nom ressortit d’un tribunal, lors du procès d'un ancien détective devenu Associé de la Outfit, Steve Mandell. Lors de cette affaire, on appris qu’Albert Vena, gérait l’ancienne équipe de Joey « Joey The Clown » Lombardo incarcéré à vie à Grand Avenue et serait un membre très actif au sien de l'organisation. En enquêtant d'un peu plus près sur les habitudes d’Albert Vena, les agents fédéraux apprirent aussi que l’un de ses hommes, un Soldat doté d’une violence comparable à son chef, spécialisé dans le cambriolage de domicile, Robert Panozzo, servait un peu d’homme à tout faire à Albert Vena. Pour éclater le premier maillon menant à Albert Vena, le FBI, se fixa sur Jeff Hollingshead, un Associé de la Outfit, proche de Robert Panozzo et qui attendait à être condamné à près de quarante années de prison pour divers délits après son arrestation par le FBI en 2009. Il ne fallut pas très longtemps, pour voir Jeff Hollingshead, ancien chauffeur de Joey Lombardo agacé par le traitement accordé à son encore par les membres de la Outfit depuis son incarcération, pour passer à table. Sa coopération permit de mettre fin aux activités criminelles de Robert Panozzo, qui refusant de collaborer avec la justice, va sans doute et très probablement terminer sa vie derrière les barreaux. Mais le témoignage de Jeff Hollingshead va sans doute aussi permettre de résoudre certaines affaires qui étaient un peu restées dans les placards du FBI, dont le meurtre d’Anthony Zizzo. Anthony Zizzo, ancien membre de l’équipe de Cicero était devenu un Underboss très contesté par certains membres de son ancienne équipe dont le puissant Capitaine, Michael « The Large Guy » Sarno. L’incarcération de Joey Lombardo qui servait de canalisateur, permit à Michael Sarno de passer à l’action. Au départ c’était seulement une réunion d’affaires avec Joseph « Joe The Builder » Andriarchi, un gangster de la vieille école, qui deviendra par la suite Consigliere de la Outfit, mais au final, cela mènera à la disparition pure et simple d’Anthony Zizzo qui ne sera jamais retrouvé. L’Outfit de Chicago qui est connue par réputation, d’être une famille très violente serait en train de paniquer. L’arrivée prochaine d’une très grosse vague d’arrestations, auraient décidé certains de ses membres à se résoudre à utiliser les « grands moyens » pour se sortir de cette situation. Quand on utilise le terme « grands moyens » dans le jargon de la Cosa Nostra, on parle automatiquement de meurtre. Pendant des dizaines d'années, la Outfit de Chicago avait délibérément utilisé cette méthode pour échapper aux autorités, mais les arrestations liées à l’opération dit des Secrets de famille à complètement bouleverser la méthode de fonctionnement de cette organisation criminelle. Il ne faut pas croire que désormais, la Outfit n’a plus dans ses rangs des membres capables d’exécuter des contrats bien au contraire. Selon des sources venant du FBI, la compagne de Jeff Hollingshead, Jillia, qui est actuellement en liberté, serait dans le collimateur de la famille de Chicago. Cette dernière, avec son mari, va sans doute très prochainement témoigner dans le procès du Soldat de la Outfit, Robert Panozzo et sa sécurité va sans doute très prochainement être renforcée. Le gouvernement fédéral met actuellement la pression sur le couple pour avoir plus d’informations sur Albert Vena, pour permettre une arrestation plus rapide du Capitaine de Grand Avenue. Les agents fédéraux veulent « nettoyer » en profondeur la famille mafieuse, qui ces derniers temps à su se réorganiser et étendre de manière assez inquiétante ses tentacules dans tout l’État de l’Illinois. S’entourant de membres de confiance dans sa hiérarchie, avec comme Parrain, Savatore « Solly D » DeLaurentis et de Louis « Louis Tomatoes» Marino, un ancien tueur à gages qui a purgé près de vingt cinq années pour différents rackets, l’Outfit de Chicago subira surement de gros chamboulements dans son organisation, mais à moins d’une collaboration très peu probable des membres actuellement visés par la justice Américaine, elle se relèvera et se reconstruira comme après l’affaire dit des Secrets de famille, et continuera a prospérer pendant de nombreuses années sous la surveillance du FBI, un cercle sans fin.

Lire la suite

L'INCARCÉRATION POUR LES RÉPENTIS DE LA COSA NOSTRA

11 Octobre 2015, 07:58am

Publié par Xav

L'INCARCÉRATION POUR LES RÉPENTIS DE LA COSA NOSTRA

Quand un membre de la Cosa Nostra décide de collaborer avec la justice Américaine, il ne rentre pas automatiquement dans le programme de protections des témoins. Avant de pouvoir changer d’identité et de partir avec sa famille dans un autre État, pour commencer une nouvelle vie, ce dernier doit selon la gravité de ses anciens crimes, purger quelques années dans une prison de haute sécurité à l’écart de ceux qu’il a permit l’incarcération. Le lieu de détention est forcément tenu secret par les autorités Américaines, pour éviter que les membres de la Mafia s’en prennent à eux et ainsi protéger ceux qui aideront la justice Américaine dans leur lutte contre la Cosa Nostra aux États-Unis. Dans ce milieu carcéral pour « repentis », les membres des différentes familles se côtoient. Ici, plus de guerre intestine, chacun est ici pour la même raison, ce qui n’empêche pas les anciens membres de reprendre des règles de leur ancienne vie, venant d’une organisation qu’ils cherchent désormais à « éradiquer ». Frank Gangi est un ancien Associé de la famille Bonanno. Même s’il n’a jamais été un membre initié de la Cosa Nostra, Rosario Gangi à la particularité de connaitre cette organisation criminelle dans ces moindres recoins. En effet, son Oncle, Rosario est actuellement un Capitaine de la famille Genovese, uu criminel à col blanc très impliqué dans le racket et qui a purgé près de six ans et demi de prison en 2001. Contrairement à son Oncle, Frank Gangi n’avait pas la même « habilité» voire la même « intelligence » pour gravir les échelons au sein de la pègre et ainsi récolter des millions de dollars. Lui au contraire, il était un gangster de bas étage, ayant un passif de meurtrier, qui passait l’essentiel de sa vie à trainer les clubs sociaux, surtout celui d’un membre de la famille Bonanno, considéré comme un tueur craint et respecté, Thomas « Tommy Karate » Pitera. Pour Thomas Pitera bien que paranoïaque, il n’avait pas d’inquiétude à avoir pour Frank Gangi, il connaissait son oncle et savait qu’il avait déjà purgé une longue peine de prison sans broncher. Et pourtant plusieurs années plus tard, encore hanté par les massacres orchestrés par Thomas Pitera qui était partie dans une folie meurtrière incontrôlable, Frank Gangi transgressera les règles de la Cosa Nostra et commencera à collaborer avec la justice Américaine. Sa coopération permettra de faire condamner à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle Thomas Pitera, et en récompense il sera condamné qu’à seulement dix années de prison. Dix années pour avoir participé à plusieurs meurtres, pour avoir tué, démembré des individus que Thomas Pitera voulait voir mort. Pour sa protection, la justice Américaine plaça Frank Gangi dans une prison de haute sécurité, ou un bloc du pénitencier est spécialement conçu pour les repentis, on était alors en 1992.

L'INCARCÉRATION POUR LES RÉPENTIS DE LA COSA NOSTRA

A cette époque, Salvatore « Sammy The Bull » Gravano (voir photo à droite), ancien Underboss de la famille Gambino venait de passer à table et avait été condamné à cinq années de prison, l’accord du siècle, pour plusieurs meurtres. Ce dernier avait rejoint le bloc cellulaire de Frank Gangi à seulement quelques mois d’intervalle. Selon l’ancien Associé de la famille Bonanno, Salvatore Gravano était respecté, non pas en raison de son ancien statut au sein de la famille Gambino, mais seulement en raison de l’importance de sa coopération. Car pour Frank Gangi, même après avoir coopéré contre des membres de la Cosa Nostra, les détenus vivaient comme s’ils étaient encore des Affranchis et appliquaient de ce fait une certaine hiérarchie, une chaîne de commandement : « Je devais le respect à Sammy car c’était un témoin majeur » déclara t’il. L’un de ses voisins de cellule n’était autre qu’Anthony « Gaspipe » Casso, ancien Underboss de la famille Lucchese, psychopathe de surcroit, soupçonné de plusieurs dizaines de meurtre et qui avait décidé de retourner sa veste pour éviter la prion à perpétuité. Le problème d’Anthony Casso est qu’il continuait à vouloir vivre comme un gangster. Il soudoyait des gardiens, commandait différentes sorte de choses normalement interdites en prison et pire encore se bagarrait avec d’anciens membres de la Cosa Nostra comme Carmine Sessa. Ce dernier était l’ancien Consigliere de la famille Colombo, qui avait décidé de témoigner contre son ancienne famille en 1993, en pleine guerre interne. Pour Carmine Sessa (voir photo en haut à gauche), Anthony Casso avait une part de responsabilité dans les meurtres qui eurent lieu au sein de la famille Colombo au début des années 1990 : « Carmine sentait qu’il (Anthony Casso) était à l’origine de la guerre chez les Colombo » déclara de nouveau Frank Gangi. La tension entre les deux hommes était pesante, que les deux anciens mafieux se bagarrèrent, ce qui poussa le gouvernement fédéral à rayé de la liste Anrhony Casso comme « témoin protégé » et de l’incarcérer dans une prison dit Supermax ou il est encore à l’heure actuelle. Pour Frank Gangi, après sa sortie de prison, il était inutile pour lui d’intégrer le programme de protection : « Regardez Sammy (Salvatore Gravano), tout le monde savait qu’il était en Arizona ». Pour lui les valeurs de la Cosa Nostra ne sont plus ce qu’elles étaient. Par exemple, il déclara qu’il connaissait un Associé d’une famille de New-York, qui avait « balancé quelques gars » pour réduire sa peine de prison, il avait même été incarcéré avec Frank Gangi pendant un moment. Mais ce dernier refusera finalement de témoigner contre les membres qu’il avait « balancé » dans un procès fédéral et purgera plus de dix années de prison. A sa sortie, sa famille l’intronisa dans la Cosa Nostra.

Lire la suite

CONDAMNATIONS DANS LA FAMILLE LUCCHESE

9 Octobre 2015, 04:32am

Publié par Xav

CONDAMNATIONS DANS LA FAMILLE LUCCHESE

Matthew Madonna (voir photo à gauche) est un membre important et influent de la famille Lucchese. Bientôt âgé de quatre vingt ans, ce dernier a pratiquement passé plus de la moitié de sa vie d’adulte derrière les barreaux. Gros trafiquant de drogue dans les années 1970, Matthew Madonna sera condamné en 1976 à trente années de prison pour trafic de drogue, une peine qu’il acceptera sans broncher. Pendant son incarcération, il refusera de témoigner devant un grand jury fédéral pour éviter d’incriminer des membres de la famille Lucchese. Pour ce refus de collaborer avec la justice, il sera condamné à un an et demi de prison supplémentaire. En 1995, Matthew Madonna sera finalement libéré de prison et en récompense d’avoir accepté sa peine comme un « homme d’honneur », il sera intronisé dans la famille Lucchese en 1998, il avait alors soixante trois ans. Très rapidement, il gravit les échelons de la Cosa Nostra, devenant Capitaine très rapidement, puis après l’incarcération à vie du Boss Vittorio Amuso, il fera parti d’un panel composé de trois Capitaines (Ce panel était composé de Joseph DiNapoli, Arnielo Migliore et Matthew Madonna et sera arrêté après la sortie de prison de Steven Crea) pour gérer les affaires au jour le jour des Lucchese. En 2007, l‘opération Heat menée par les agents fédéraux, permirent d’arrêter plusieurs membres de haut rang de la famille Lucchese, dont Matthew Madonna qui fut inculpé d’avoir gagné des centaines de millions de dollars grâce à des paris sportifs illégaux. La plupart des accusés seront libérés sous caution en attendant un futur procès, qui après plusieurs années de procédure, ne trouvera une issue que ces derniers mois. La semaine dernière, Matthew Madonna se trouvait devant un juge pour recevoir son verdict dans cette affaire, soit près de sept ans après son inculpation. Un accord de plaidoyer passé en Juin avait permis à Matthew Madonna d’être condamné à une peine de cinq ans de prison qu’il purgera dans le pénitencier de Trenton dans l’État du New-Jersey, ou il retrouvera son compatriote Martin Taccetta lui aussi inculpé dans l’opération Heat. Car dans la même journée, le juge Vincent Ahto a vu défiler bon nombre de membres de la famille Lucchese dans son tribunal. Quelques instants après que Matthew Madonna soit escorté par des policiers, c’était à Martin Taccetta de faire son entrée. Et rien ne va plus pour le Capitaine de la famille Lucchese

CONDAMNATIONS DANS LA FAMILLE LUCCHESE

A une époque pas si lointaine, Martin Taccetta (voir photo à droite) qui opérait depuis l’État du New-Jersey était l’un des gangsters les plus influents sur ce territoire. Alors que son frère Michael a pu de nouveau gouter à la joie de la liberté il y a de cela moins d’un an, après avoir purgé près de vingt années de prison pour meurtre et racket, Martin quant-à lui, est toujours embourbé dans différentes affaires. De retour en prison en 2009, après que la Cour Suprême du New-Jersey avait confirmé de nouveau sa condamnation à trente années de prison pour l’assassinat de Vincent « Jimmy Sinatra » Craparotta, Martin Taccetta était de retour devant un juge fédéral la semaine dernière pour recevoir son verdict dans une affaire qui s’était déroulée pendant sa mince période de liberté entre 2005 et 2008. Le Capitaine de la famille Lucchese a toujours « espoir » selon son avocat, que la Cour Suprême des États-Unis va « bouleverser » sa vie et annuler pour de bon sa condamnation pour racket et meurtre au début des années 1990. C’est pour cela que le verdict dans l’affaire découlant de l’Opération Heat en 2008 était très important pour ce dernier, car une lourde peine de prison ferait encore plus reculée sa date de sortie. Âgé de soixante quatre ans, Martin Taccetta essaya de jouer de son charme, en plaisantant pour que le juge Vincent Ahto ne le condamne qu’à une peine de trois à six ans maximum pour ce délit. Tentative ratée, vu que le juge décida de suivre le réquisitoire du procureur qui demanda de condamner Martin Taccetta à une peine de huit années de prison, en raison de son lourd passé criminel. A moins qu’il ne gagne son autre appel, Martin Taccetta devra purger au moins quatorze années de prison avant d’être admissible à une libération conditionnelle.

Lire la suite

LA DISPARITION DE L'ANCIEN UNDERBOSS DE LA OUTFIT ENFIN RÉSOLUE ?

5 Octobre 2015, 04:50am

Publié par Xav

LA DISPARITION DE L'ANCIEN UNDERBOSS DE LA OUTFIT ENFIN RÉSOLUE ?

Le 31 Août 2006, Anthony « Little Tony » Zizzo (voir photo), l’Underboss de la Outfit, quittait sa résidence de Westmont dans l’État de l’Illinois, embrassa une dernière sa femme, lui déclarant seulement qu’il avait une réunion d’affaires, on ne le reverra plus jamais. Que lui est-il vraiment arrivé ? Il fut assassiné ? ou est-il rentré tout simplement dans la clandestinité ?. En 2006 toujours, quelques mois auparavant, les procureurs fédéraux lancèrent une gigantesque offensive contre la Outfit de Chicago. Plusieurs de ses « cadres » furent inculpés de plusieurs délits tenant de la loi RICO, dont le racket et le meurtre, des crimes qui furent perpétrés pendant des dizaines d’années. Avant ces arrestations, de nombreuses tensions régnaient dans la Outfit entre certains de ces membres. L’équipe de Cicero, dirigée par Michael « The Large Guy » Sarno, était en conflit ouvert avec Anthony Zizzo sur plusieurs rackets et James « Jimmy The Man » Marcello qui était l’Acting Boss à cette époque, servait un peu de catalyseur en essayant de trouver une solution à ce conflit qui prenait de plus en plus d’importance. Le problème, est qu’en 2006, James Marcello fut inculpé et incarcéré sans caution possible en attendant son futur procès, laissant le champ libre à certains de ses membres de pouvoir régler la situation à « leur manière ». Anthony Zizzo, qui lui ne fut pas arrêté, avait gardé son statut d’Underboss, mais il sentait bien que Michael Sarno, avait l’ambition de profiter de l’emprisonnement de James Marcello pour reprendre les rênes de la famille. Les agents fédéraux qui furent saisis de cette affaire essayèrent retracer la journée d’Anthony Zizzo. D’après sa carte de crédit, il aurait pris de l’essence dans une station service proche de son domicile en milieu de matinée, avant que son véhicule ne soit aperçut devant un restaurant de Melrose Park trois jours plus tard. Interrogé, le couple de restaurateur, a bien déclaré avoir aperçu Anthony Zizzo devant le restaurant, mais qu’il n’était pas rentré à l’intérieur. Pour le FBI, l’Underboss de la Outfit était soit rentré dans un véhicule pour une réunion dans un autre lieu indéterminé, ou il s'est enfui, laissant son véhicule devant le restaurant, pour que les agents du fédéraux pensent à un assassinat. Petit problème, Anthony Zizzo avait des « loyalistes » dans la Outftit et pour ces derniers, le seul coupable dans cette affaire était Michael Sarno. Pourour s’en prendre à lui, ils essayèrent d’assassiner son bras droit Salvatore Cataudella. En Novembre 2006, soit quelques mois après la disparition d’Anthony Zizzo, une voiture s’arrêta devant le 623 Broadway à Park Ridge, un individu portant un masque de ski s’approcha alors de la personne qui venait de sortir de cette maison et tira à plusieurs reprises avant de s’enfuir dans un véhicule qui ne sera jamais identifié. Le problème est que l’individu assassiné fut identifié comme Gerry Dhamer, un plombier, n’ayant aucun lien avec la Outfit. Il ne fallut pas très longtemps aux agents fédéraux pour démontrer que les tireurs avaient fait une erreur monumentale. En effet, Salvatore Cataudella habitait au 632 Broadway à Park Ridge et non au 623. Dans cette affaire, aucun suspect ne sera arrêté, mais pour le FBI, cette assassinat confirmait une chose, qu’Anthony Zizzo avait bien été assassiné. Alors qui a appuyé sur la gâchette ?. Les premiers soupçons se sont directement portés sur un tueur notoire de la Outfit, Fred « Porky » Pordyla. Mais le problème est qu’Anthony Zizzo était un mafieux venant de Cicero, comme Michael Sarno et comme Fred Pordyla, pour la Outfit envoyer un membre d’une équipe dont il est en conflit aurait veillé automatiquement ses soupçons. Toujours selon les agents fédéraux, l’un des tueurs le plus susceptible à effectuer ce genre d’assassinat, n’est autre que Albert « Albie The Falcon » Vena. Selon des documents judiciaires, Albert Vena aurait été aperçu en train de diner dans un restaurant Italien avec Anthony Zizzo seulement quelques jours avant sa disparition. Le témoignage de l’ancien Associé de la Outfit, Jeff Hollingshead qui a décidé très récemment avec sa femme, de témoigner contre certains membres de la Outfit pourrait s’avérer déterminant. Les agents du FBI et les procureurs fédéraux en tête ont décidé de passer à l’offensive contre Albert Vena et une inculpation pour des délits tenant de la loi RICO pourrait arriver avant les vacances de Noël. Mais rien n’est joué dans cette affaire, car les procureurs fédéraux ne veulent pas subir une nouvelle défaite cuisante contre Albert Vena. Petit rappel du meurtre de Sam Taglia en 1992. Albert Vena avait été aussi la dernière personne à avoir été vu avec le Soldat de la Outfit avant son décès et cela ne l’a pas empêché d’être acquitté. Pourtant lors de son arrestation pour cet assassinat, Albert Vena avait tenté d’écraser avec son véhicule plusieurs policiers qui attendaient devant son domicile.

Lire la suite

COMMENT BIEN SÉLECTIONNER UN JURY AU PROCÈS DE VINCENT ASARO ?

3 Octobre 2015, 07:18am

Publié par Xav

COMMENT BIEN SÉLECTIONNER UN JURY AU PROCÈS DE VINCENT ASARO ?

Avez-vous déjà regardé « Le Parrain », avez-vous déjà regardé « Scarface » ?, « Les Sopranos », « Donnie Brasco » ?, avez-vous déjà regardé « Les Affranchis » ?. Telles sont les questions qui vont être posées au futur juré par l’équipe de la défense du Capitaine de la famille Bonanno, Vincent Asaro. Arrêté et inculpé en Janvier 2014, d’avoir orchestré le fameux braquage dit de la « Lufthansa », ce dernier n’a plus tellement le choix au vu de son âge avancé. S’il plaide coupable, il terminera automatiquement sa vie derrière les barreaux, alors pourquoi ne pas tenter sa chance dans un nouveau procès ? même si avec les preuves accumulées par les procureurs fédéraux, il y a de forte chance que le Capitaine de la famille Bonanno soit condamné à la prison à perpétuité. La technique développée par les avocats de Vincent Asaro est simple : Il ne faut pas que l’un des jurés est une connaissance approfondie sur la Cosa Nostra. Chose encore plus importante, il ne faut surtout pas que l’un des jurés est un gout prononcé pour les films sur la Mafia et en particulier pour les Affranchis de Martin Scorsese. Ce film qui sortit au début années 1990, raconte la vie d’un Associé de la famille Lucchese dénommé Henry Hill et son parcours au sein de la Mafia Italo-Américaine. Le problème est que le braquage dit de la « Lufthansa » fait parti d’une des scènes les plus marquantes. L’un des avocats de la défense, John Meringolo, ancien professeur de droit, qui ne participera pas au procès déclara que : « Chaque juré qui à vu ce grand classique du cinéma Américain «(Les Affranchis), ne doit en aucun cas participer au procès ». Selon lui la scène du braquage de la Lufthansa, même elle ne parle pas explicitement de Vincent Asaro, serait très préjudiciable pour son client. En effet, pour John Meringolo, le juré qui a vu ce film va faire automatiquement la relation avec la série d’assassinats qui a précédé ce fameux casse et va s’en doute croire de ce fait, que Vincent Asaro avait été aussi impliqué dans tous ces meurtres, alors que la justice Américaine ne l’avait inculpé « que » de l’assassinat de l’ancien Associé de la famille Lucchese Paul Katz. Le deuxième avocat de la défense, Jerry Lichtman, a quant-à lui été « recruté » par Vincent Asaro pour sa faculté à défendre et à faire acquitter les membres de la Cosa Nostra. Jerry Lichtman, a en effet réussi à faire innocenter John Gotti Jr lors de son dernier procès pour meurtre en 2010. Selon certains spécialistes, il n’y a pas plus performant que Jerry Lichtman pour repérer un juré susceptible de faire condamner l’un de ses clients : « Les films sur la Mafia sont toujours violents, représentent toujours des voleurs, et les personnages sont toujours coupables à la fin de quelque chose » déclara t’il : « Nous voulons prendre des jurés qui sont capables de faire la distinction entre les films Hollywoodiens et la réalité ». Les avocats de la défense vont aussi demander aux jurés si un membre de leur famille fait partie ou à fait partie du crime organisé, une question qui peut se révéler importante et être déterminante dans ce procès. Mais même si les preuves accumulées contre Vincent Asaro semblent accablantes, les avocats de la défense ne se découragent pas, et sont même prêts à faire venir la fille et le fils de Paul Katz, dont Vincent Asaro est inculpé d’avoir commandité le meurtre. Alors pourquoi demander à ces derniers de venir à la barre d’un tribunal fédéral comme témoins de la défense, en sachant que le fils de Vincent Asaro, Jérôme Asaro a été récemment condamné à près de sept ans et demi de prison pour avoir déplacé à plusieurs reprises le corps de l’ancien Associé de la famille Lucchese. Surtout que les deux enfants de Paul Katz gardent une rancœur assez tenace contre Jérôme Asaro, ce qui est fort compréhensible. Mais en fait les avocats de la défense voient surement plus loin dans leur stratégie. En attendant, Vincent Asaro a demandé à la juge fédérale Allyne Ross de pouvoir être libéré sous caution en attendant son procès. Pour la convaincre, le Capitaine de la famille Bonanno déclara qu’il était déjà gravement malade avant son arrestation et que les allers retours « incessants » entre le Métropolitan Center ou il est incarcéré et le tribunal fédéral aggravait sa santé. Pour prouver sa « bonne foie », il déclara qu’il pouvait loger dans la maison de sa petite amie pendant toute la durée du procès et qu’il pouvait même porter un bracelet électronique. Mais la procureure fédérale, Alicyn Cooley, a demandé de « rejeter » sa requête, prétextant qu’il était accusé de délits graves dont le racket et le meurtre. De plus, elle justifia sa décision de devoir le laisser en prison, dans le fait qu’il pouvait même malgré son âge avancé, « intimider » les futurs témoins qui viendront témoigner dans son procès. La juge fédérale connue pour sa sévérité envers les membres de la Cosa Nostra, qui avait dernièrement rejeté la demande de libération conditionnelle de l’ancien Underboss de la famille Gambino, Salvatore Gravano, devrait rendre sa décision dans les prochains jours.

Lire la suite

LE PARRAIN DE LA FAMILLE BONANNO TRANSFÉRÉ DANS UNE AUTRE PRISON FÉDÉRALE

29 Septembre 2015, 04:35am

Publié par Xav

LE PARRAIN DE LA FAMILLE BONANNO TRANSFÉRÉ DANS UNE AUTRE PRISON FÉDÉRALE

Vous vous souvenez de John Palazzolo ? C’est un Soldat de la famille Bonanno qui avait fait parler de lui en Avril dernier. Le mafieux âgé de soixante dix sept ans et qui avait été libéré de prison en 2012 après avoir purgé près de dix années pour tentative de meurtre, avait été arrêté par les agents fédéraux pour une simple violation de conditionnelle. Mais cette arrestation a permis selon le FBI et les procureurs fédéraux d’éviter une guerre interne dans la famille Bonanno. En effet, depuis 2013, un nouveau Parrain a été nommé, Michael « The Nose » Mancuso, qui de son pénitencier fédéral ou il purge près de quinze années pour meurtre, était en train de réorganiser les fondements de cette famille, qui était sur le point de « disparaitre » selon la justice Américaine au début des années 2000. Libérable en 2019, son autorité dans la rue reste importante, mais du fait de son incarcération, sa marge de manœuvre reste limitée. Le problème dans une famille dirigée par des individus incarcérés et que certaines personnes peuvent essayer d’en profiter pour prendre le pouvoir. Pendant sa peine d’emprisonnement, et malgré le fait qu’il ait respecté l’omerta, John Palazzolo avait été tout simplement rétrogradé au rang de Soldat, une chose que le vieux mafieux avait mal pris, mais qui en réalité n’est pas une chose tellement surprenante dans la Cosa Nostra. En effet, des membres ayant des responsabilités dans la rue et qui sont incarcérés dans une prison fédérale pour des longues peines, sont moins susceptibles de pouvoir gérer comme il le souhaite leur business et leur équipe. De cette manière, ils sont souvent rétrogradés et un « Acting » Capitaine, est généralement nommé pour continuer à « faire tourner la boutique ». Le problème dans cette affaire, est que John Palazzolo après sa sortie de prison, avait toujours gardé son statut de Soldat, et sa rancœur envers les membres de la hiérarchie était de plus en plus importante. D’après le FBI, il rencontra le Consigliere en exercice, Anthony Rabito, à l’arrière d’un restaurant de New-York en plein milieu de la nuit. Il prit aussi contact avec Franck « Frankie Boy » Salerno, un Soldat de la famille Bonanno, neveu de Michael Mancuso et qui lui servirait de messager en prison. Ces différentes réunions ont d’après les agents fédéraux rien résolu, mais ont démontré que John Palazzolo était « prêt » selon eux à passer « à l’attaque ». Michael Mancuso est actuellement incarcéré dans le pénitencier fédéral de Danburry dans l’État du Connecticut. Une prison de minimum sécurité, une sorte de « Country Club » pour prisonniers fédéraux diront certains membres du FBI. De plus de jouir d’un certain confort en prison, Michael Mancuso n’arrive pas en terre inconnue. En effet, d’autres membres de la famille Bonanno emprisonnés depuis la plus grosse opération orchestrée contre cette borgata au début des années 2000, comme Anthony « Tony Green » Urso, se retrouvent aussi à Danburry. Anthony Urso, un mafieux de la vieille école, qui avait servi temporairement d’Acting Boss après la coopération de Joseph Massino en 2003, avait une manière bien à lui de concevoir les règles de la Cosa Nostra. Un soir dans un club social, Anthony Urso était furieux et sa lâcha en déclarant à des membres de la famille Bonanno dont le Capitaine Louis « Big Louie » Tartaglione (qui coopérait avec les autorités) que le seul moyen d’arrêter la vague des collaborateurs, était de « tuer les femmes et les enfants » des différents repentis, une méthode utilisée par leur cousine Sicilienne, mais que la Cosa Nostra s’était défendu d'appliquer. Après ces enregistrements, Anthony Urso sera condamné à près de dix sept années de prison en 2005. Incarcéré au Métropolitan Center de New-York, John Palazzolo attend patiemment une comparution devant un juge fédéral, pour sa voir s’il retourne en prison ou non. En attendant, Nicole Argentieri, qui est la chef adjointe dans la lutte du crime organisé pour le district de New-York, a convaincu un juge fédéral que les transferts de Michael Mancuso et d’Anthony D’Urso étaient nécessaires pour maintenir la sécurité dans la ville de New-York. Demande acceptée, Michael Mancuso sera transféré dans la prison fédérale de Seagoville au Texas, alors qu’Anthony D’Urso sera lui aussi transféré dans le même Etat, mais dans le pénitencier de Beaumont.

Lire la suite

LA FAMILLE DE DÉTROIT EST TOUJOURS BIEN ACTIVE

26 Septembre 2015, 07:49am

Publié par Xav

LA FAMILLE DE DÉTROIT EST TOUJOURS BIEN ACTIVE

Cérémonies, mariages, baptêmes, enterrements sont tous des lieux propices aux agents fédéraux pour remettre à jour l’organigramme d’une famille de la Cosa Nostra. On a beau raconter ce que l’ont veut sur la famille de Détroit, spéculant qu’elle est au bord du gouffre, qu’elle compte de moins en moins de membres, elle reste encore à l’heure actuelle, une famille qui a su pendant de nombreuses années naviguait sous le radar de la justice Américaine. Depuis que Jack « Jackie The Kid » Giacalone a repris le flambeau de la famille en 2014, il a su la restructurer à sa façon pour améliorer sa sécurité. Premièrement, il a réduit le nombre de Capitaines. Deuxièmement, les membres de sa famille doivent désormais se déplacer pour venir le voir, dans des lieux bien précis et Jack Giacalone utilise même des messagers comme son Acting Boss, Peter Tocco, qui transmet les ordres du Parrain aux membres se trouvant à l’Est de l’Etat. Surnommé « Blackie » par ses amis et Associés, Peter Tocco est le neveu de l’ancien Parrain emblématique qui régna d’une main de fer sur la famille de Détroit pendant de longues années, Giacomo Tocco. Pour Peter, Jack Giacalone est prêt à faire des concessions, et lui de nature si discrète ces derniers temps, participa au mariage du neveu de son fidèle bras droit il y a quelques semaines, Peter Tocco Jr. Ce dernier est un apprenti « Affranchi » et servirait actuellement de chauffeur et de garde du corps pour Jack Giacalone. Selon le FBI, le beau monde de la pègre était présent lors de cette cérémonie dont le Consigliere Anthony « Tony Pal » Palazzolo. Cette famille extrêmement cloisonnée, tenue par des liens du sang est encore très active dans l’État du Michigan. La particularité de cet État, est sa proximité avec le Canada, un pays ou les Mafias Italienne comme la Cosa Nostra ou la N’Drangheta sont très présentes. La semaine dernière à Windsor en Ontario, une petite ville se trouvant à un kilomètre seulement de Détroit, une fusillade éclata en plein jour. Alors qu’un véhicule de la marque Jaguar attendait tranquillement à un feu rouge, une berline sans plaque d’immatriculation déboula sur sa gauche et l’un des passagers tira à plusieurs reprises sur le conducteur, heureusement sans gravité. Ce qui inquiète le plus les enquêteurs et ce qui concorde avec l’arrivée des agents fédéraux dans le territoire Canadien est que Windsor à toujours été une ville contrôlée par la famille de Détroit. L’avantage pour la Cosa Nostra est de prendre part à des rackets dans un pays ou la législation en matière de crime organisée est différente qu’aux États-Unis :« Si quelqu’un était tué à Windsor, alors la famille de Détroit était au courant » déclara un policier de ville, ce territoire serait actuellement géré par Anthony Palazzolo. Le problème est que cette tentative d’assassinat ne concorde pas tellement avec le style de l’actuel Consigliere de la famille Détroit. Ce dernier qui a déjà un lourd passif criminel, est un personnage plutôt discret, qui n’accepterait sans doute pas ce style d’exécution en plein jour et devant de nombreux témoins. Anthony Palazzolo a été entre autre soupçonné dans le meurtre du célèbre syndicaliste Jimmy Hoffa dont son corps ne fut jamais retrouvé. La violence pour la famille de Détroit comme pour les autres familles de la Cosa Nostra implantées aux États-Unis, a toujours été utilisée qu’en dernier recourt. De plus cet assassinat ne ressemble pas avec la stratégie actuelle de Jack Giacalone, préférant prospérer dans l’ombre plutôt que de voir « débarquer » toutes les agences fédérales pour une tentative d’assassinat orchestrée en plein jour. Selon le FBI, les deux derniers homicides liés à la famille de Détroit ont eu lieu en 2002 et 2007 sans que les auteurs ne soient arrêtés. En 2002, un Associé de la famille de Détroit, Jerome Bianchette avait été assassiné après s’en être pris physiquement à un propriétaire d’un restaurant. Ce dernier avait décidé de porter plainte et avait demandé par la même occasion une protection policière. On suppose qu’après cette altercation qui avait fait beaucoup de bruit dans les médias, Jack Giacalone avait demandé son assassinat qui fut approuvé par la hiérarchie de la famille. En 2007, le Soldat Carlo Bommarito, fils du Capitaine Frank Bommarito. Carlo Bommarito avait été assassiné sous l’ordre de Vito Giacalone en raison de sa dépendance à l’héroïne. Devenant paranoïaque et de plus en plus instable, il n’hésitait pas à voler de l’argent et causait de ce fait beaucoup de tord selon le FBI à la famille de Détroit. De plus, un Soldat sous dépendance de drogue et qui se fait arrêter par la justice Américaine, est beaucoup plus susceptible de collaborer qu’un autre mafieux lambda . Curieusement, son père Frank Bommarito ne se vengera pas et sera même rétrogradé au rang de Soldat une fois l’arrivée de Jack Giacalone au pouvoir en 2014.

Lire la suite

UN ASSOCIÉ DE LA OUTFIT DÉCIDE DE COLLABORER AVEC LE FBI

23 Septembre 2015, 04:36am

Publié par Xav

UN ASSOCIÉ DE LA OUTFIT DÉCIDE DE COLLABORER AVEC LE FBI

Son témoignage commence à être dévastateur et le destin de certains membres de la Outfit reste en suspens en raison d’un ancien Associé, qui a depuis quelques mois décider de collaborer avec la justice Américaine, Jeff Hollingshead. Son parcours au sein de la Cosa Nostra, ressemble étrangement à celui d’un autre célèbre Associé de la famille Lucchese, Henry Hill. Alors que ce dernier était d’origine Italienne et Irlandaise, Jeff Hollingshead est quant-à lui d’origine Italienne et Allemande. Travaillant depuis son adolescence dans le quartier Italien de Chicago, Taylor Street, Jeff Hollingshead côtoya des gangsters qui deviendront par la suite des membres initiés de cette organisation criminelle comme Robert Panozzo, mais il travaillera aussi pour des « grands pontes » de la Outfit dont le légendaire Joey « Joey The Clown » Lombardo (voir photo). L’ancien Consigliere de la Outfit gérait un territoire très vaste, celui de Grande Avenue et par son influence au sein de la Mafia, Joey Lombardo avait dans son équipe des mafieux de renoms dont Albert « Albie The Falcon » Vena, qui reprendra par la suite le contrôle de ce territoire après l’incarcération de Joey Lombardo à la prison à la perpétuité en 2006. Pendant des années, Jeff Hollingshead vécut la grande vie et gagnera des centaines des milliers de dollars qu’il partagera sans se poser de questions avec les membres de son organisation. Jeff Hollingshead habitait une luxueuse maison, partait dans les plus beaux coins du monde en vacances et sera marié à une très belle femme qui adorait par-dessus tout son style de vie, Jillian Hollingshead . Jeff Hollingshead lui achetait des vêtements de luxe, des sacs remplis de bijoux et partaient très souvent dans leur maison de vacances à Galena, une petite ville huppée de l’Illinois a la frontière avec l’Etat du Wisconsin. Malgré qu’il ne soit pas un membre initié, Jeff Hollingshead assistait à des « repas d’affaires » avec des membres importants et influents de la Outfit comme Michael Sarno (Il sera condamné à près de vingt cinq années de prison pour racket en 2012), qui contrôlait la ville de Cicero, ou encore les frères DiFronzo (John DiFronzo était encore récemment le Parrain de la Outfit). Mais toutes les bonnes choses ont une fin et pour Jeff Hollingshead, tout s’arrêta brusquement en 2009. Cette année là, il se fit arrêter pour plusieurs invasions de domiciles. Libéré sous caution, Jeff Hollingshead retournera en prison en 2013, après avoir été arrêté par la police et accusé de détention illégale d’armes à feux, malgré toutes ces années, son procès n’avait pas encore débuté. Pendant son incarcération, Jeff Hollingshead se rendait compte que ses anciens Associés avec qui il avait fait les quatre cents coups étaient en train de lui tourner le dos. Pire encore, certains d’entre eux comme Robert Panozzo Sr profitait clairement de son absence pour lui faire des coups tordus. Quelques jours à peine après l’incarcération de son mari, Jillian Hollingshead fut interpellé par un Robert Panozzo. Le Soldat de la Outfit qui est considéré par les agents fédéraux comme un individu extrêmement dangereux, soupçonné d’avoir participé à plusieurs meurtres pour le compte de la Outfit, intimida physiquement la femme de Jeff Hollingshead et lui fit même des insinuations sexuelles. Robert Panozzo Sr n’arrêta pas les menaces à l’encontre des Hollingshead et demanda même à certains de ses Associés de cambrioler la maison du couple. Pendant ce temps là, Jeff Hollingshead ressassait au fond de sa cellule, il risquait jusqu’à quarante années de prison et voyait ses anciens amis le dépouillaient de tous ses biens. Avec l’aide de sa femme, il décida de coopérer avec le FBI pour mettre d’abord Robert Pannozo derrière les barreaux. Grâce à l’aide de Jeff Hollingshead, le FBI avait sonorisé une maison ou Robert Pannozo Sr et certains de ses Associés allaient effectuer un cambriolage dans le but de récupérer plusieurs kilos de cocaïne, sans savoir qu’ils allaient être filmés du début à la fin. Cette maison qui appartenait à un membre d'un cartel Sud-Américain, était remplie de plusieurs kilos de cocaïne. Grâce à ce cambriolage qui fut filmé par les autorités fédérales, le FBI a pu procéder aux arrestations de Robert Panozzo et des ses acolytes pris en flagrant délit et a pu perquisitionner en même temps les maisons de différents accusés, récupérant plusieurs armes à feux et plusieurs kilos de drogue. Mais la deuxième cible du gouvernement fédéral, la « priorité » pour les agents fédéraux et celle d’Albert Vena, le Capitaine de Robert Panozzo et ancien « ami » de Jeff Hollingshead.

Lire la suite

L'ANCIEN CONSIGLIERE DE JOHN GOTTI VEUT SORTIR DE PRISON

20 Septembre 2015, 07:58am

Publié par Xav

L'ANCIEN CONSIGLIERE DE JOHN GOTTI VEUT SORTIR DE PRISON

Frank « Frankie Loc » LoCascio ancien Consigliere de la famille Gambino au début des années 1990, a depuis quelques mois entamé avec l'aide de son avocat, une procédure pour avoir un nouveau procès. Condamné à la prison à perpétuité après avoir été reconnu coupable en 1992 de plusieurs crimes dont le meurtre, il purge actuellement sa peine dans le centre médical pour prisonniers fédéraux à Devens dans l’État du Massachusetts. Frank LoCascio a toujours prétendu avoir été reconnu coupable en raison seulement de son amitié envers l'ancien Parrain de la famille Gambino John Gotti. Dans le verdict de culpabilité prononcé par le juge fédéral Leo Glasser en 1992, Frank LoCascio avait été reconnu coupable d’avoir été un conspirateur dans le meurtre du Soldat de la famille Gambino Louis DiBono, une chose que Frank LoCascio a toujours démenti et prétendit même que le gouvernement fédéral avait « truqué » des enregistrements pour persuader le jury de sa culpabilité. Louis DiBono était un combinard, un truqueur, qui avait eu par le passé de nombreux désaccords avec Salvatore Gravano. Pendant le règne de John Gotti, Louis DiBono aurait détourné des millions de dollars de la famille Gambino et ne se serait pas présenté à plusieurs réunions organisées par le flamboyant Parrain. John Gotti se sentit humilié que l'un de ses Soldats puissent le désobéir et signa son arrêt de mort. Quand John Gotti était encore le Boss de la famille Gambino, il avait pour habitude de se réunir avec Frank LoCascio et Salvatore Gravano au dessus de son club social le Ravenite, dans un petit appartenant qui appartenait à un ancien Soldat. Au bout d’un certain temps, les agents fédéraux se rendirent compte que la voix de John Gotti pouvait disparaitre pendant plusieurs heures du Ravenite qui était à cette époque remplit de micros, une chose étrange sachant que John Gotti passait pratiquement toutes ses journées là-bas. Après une enquête plus approfondie, ils décidèrent aussi de « sonoriser » le fameux appartement, ce qui menèrent par la suite aux nombreuses inculpations. Dans ces enregistrements, on pouvait entendre clairement John Gotti se considérer comme étant le Parrain de la famille Gambino et d'avoir ordonné le meurtre de Louis DiBono. Le problème selon l’avocat de Frank LoCascio, est que ce fameux enregistrement qui mènera par la suite à la condamnation de son client était selon lui « inaudible ». Frank LoCascio a toujours avoué avoir été présent à cette réunion, mais qu’il était clairement opposé à cet assassinat. Dans un enregistrement effectué en Décembre 1989 , John Gotti fustigeait le comportement de Louis DiBono déclarant qu’il « allait mourir » car il avait « refusé de venir » quand il l’avait appelé. Frank LoCascio avait demandé au Parrain de la famille Gambino selon son avocat d’ « attendre demain » une autre réunion, de prendre les cinquante milles dollars de Louis DiBono et de « passer à autre chose », entre autre, il essayait de gagner du temps et d’attendrir John Gotti pour ne pas qu’il puisse donner son « feux vert » dans l’exécution du Soldat de la famille Gambino. Pour essayer de convaincre le jury, les procureurs fédéraux avaient passé en complément de la première bande audio, des bandes datant de Mars 1991, soit quelques mois après l’assassinat de Louis DiBono, ou John Gotti reparlait « fièrement » de ce meurtre. Pour essayer de prouver son innocence dans cette affaire, Frank LoCascio demanda à un juge fédéral l’autorisation de pouvoir consulter toutes les bandes enregistrées depuis l’appartement du Ravenite, soit 664 bobines audio et d’utiliser les nouvelles technologies pour retranscrire parfaitement toutes les discussions. Cette technique selon son avocat prouvera alors son innocence totale dans l’assassinat de Louis DiBono. Et pourquoi ne pourrait-il pas y avoir accès, car toujours son avocat, la plupart de ses bandes sont déjà mis en ligne sur la plateforme multimédia Youtube. Frank LoCascio a toujours prétexté que Louis DiBono avait été exécuté près d’un an après cette fameuse conversation de Décembre 1989 et qu’il n’avait jamais été mis au courant de ce contrat.

Lire la suite

ET SI UNE GUERRE INTERNE ÉCLATAIT DANS LA FAMILLE DE PHILADELPHIE ?

13 Septembre 2015, 06:55am

Publié par Xav

ET SI UNE GUERRE INTERNE ÉCLATAIT DANS LA FAMILLE DE PHILADELPHIE ?

Et si une guerre interne éclatait dans la famille de Philadelphie ? c’est une possibilité de plus en plus envisageable, tellement les tensions entre certains membres sont de plus en plus importantes. On pensait que la liberté de mouvement de l’actuel Parrain, Joseph Merlino, qui ne subit plus à ce jour de contraintes judiciaires, allait arranger les choses, mais son rôle de médiateur n’arrive pas pour autant à calmer les esprits et il faut dire que cette histoire commence à durer. Tout commença quand l’ancien Consigliere de la famille de Philadelphie, George Borgesi (voir photo) fut libéré de prison après avoir été acquitté d’accusations de racket en Janvier 2014. Après quelques semaines de calme, George Borgesi reprit contact avec l’Acting Boss de la famille, un proche de Joseph Merlino (voir photo), Steven « Handsome Steve » Mazzone. Même si George Borgesi était tenu par des lourdes contraintes concernant sa liberté surveillée, ce dernier voulait revenir aux affaires, et demanda d’emblée de reprendre son secteur situé à Delaware County. Le problème est que cet endroit est désormais détenu par le Capitaine John Ciancaglini, un allié de Joey Merlino et proche collaborateur de Steven Mazzone. Très mécontent de cette situation, il le fit savoir à plusieurs reprises à « HandSome Stevie », qui ne céda pas une seule fois, prétextant que ce dernier « avait trop de choses à prouver ». George Borgesi ne se démonta pas, pour lui, il avait purgé plus près de treize années de prison et avait démontré sa fidélité à la Cosa Nostra, il méritait mieux que de devoir mendier auprès de ses supérieurs pour reprendre une partie de son business. D’après les agents fédéraux, Joseph Merlino a profité dès cet été pour assister à certaines réunions dans le New-Jersey mais aussi à Philadelphie, pour essayer de résoudre ce conflit. Car désormais, George Borgesi est tellement remonté, qu’il s’en est pris à un autre membre de la famille en la personne de Marty Angelina, fraichement libéré de prison (Marty Angelina avait été condamné à 57 mois de prison pour racket et extorsion de fonds). Selon George Borgesi, Marty Angelina chercherait à reprendre les derniers rackets de l’ancien Consigliere de la famille de Philadelphie, une chose qui avait été confirmée par Louis « Bent Finger Lou » Monacello lors de son dernier procès. En effet, Louis Monacello avait remplacé George Borgesi pendant son incarcération et s’occupait personnellement de ses affaires. Le problème est que plusieurs fois, il avait eu à faire à Marty Angelina, qui selon lui marchait un peu trop sur ses plates bandes. Devenu un collaborateur de la justice, il avait raconté cette histoire lors de ses différents témoignages. Aujourd’hui, les choses se reproduisent car selon George Borgesi, Marty Angelina profiterait allégrement de son confinement à domicile pour récupérer petit à petit son business. Les choses ont pris une telle ampleur que George Borgesi aurait selon certains spécialistes, pris l’initiative de demander à Joseph Merlino en personne, pour lancer un contrat contre Marty Angelina, la situation allait très vite dégénérer, il fallait donc pour la hiérarchie de la famille de Philadelphie agir au plus vite. Le premier « sit-down » n’a strictement rien donné, le deuxième organisée en Juillet avec John Ciancaglini et son père pour « calmer le jeu » a montré un George Borgesi encore plus énervé pas les événements, et surtout très irrité que Marty Angelina ne soit pas encore venu pour avoir une explication. Selon ses proches, Marty Angelina se sentirait même très détendu. En effet, le Capitaine de la famille de Philadelphie peut compter sur l’appuie sans faillie de Joseph Merlino et de Steve Mazzone dont il a toujours su prouver sa loyauté, même pendant les années troubles comme la guerre menée par Joseph Merlino contre l’ancien Boss, John Stanfa. Joseph Merlino est sans nul doute dans le collimateur du FBI et ce genre de problèmes n’arrange pas forcément les choses, car elle va accroitre la surveillance des agents fédéraux sur la famille. De plus, Joseph Merlino n’apprécie pas tellement le comportement de certains de ses membres. En effet, alors qu’il buvait un verre tranquillement dans un bar du New-Jersey avec Sonny Mazzone, un Associé de la famille de Philadelphie et frère de Steve Mazzone, Sonny Mazonne aurait eu une altercation avec sa femme qui lui aurait couté quelques heures en garde à vue. Joseph Merlino n’aurait pas tellement apprécié cette « scène de ménage » et l’aurait fait savoir à son frère. D’après certaines rumeurs, les procureurs fédéraux prépareraient un dossier RICO contre Joseph Merlino avec pour seul but de le mettre en prison pour le restant de ses jours. La pression exercée par le gouvernement fédéral, additionné avec les conflits internes dans la famille de Philadelphie, pourrait s’avérer désastreuse pour une des familles de la Cosa Nostra les plus violentes aux États-Unis.

Lire la suite