Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

colombo

LE PARRAIN DE LA FAMILLE COLOMBO VEUT SORTIR DE PRISON

8 Mai 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo

LE PARRAIN DE LA FAMILLE COLOMBO VEUT SORTIR DE PRISON

Dans son domaine, il est craint et respecté. Il a consacré sa vie à la Cosa Nostra, mais le problème est que ses bras ne fonctionnent plus tellement, il fait de l’emphysème, il est aveugle d’un œil, et pour se déplacer, il est obligé d’utiliser un fauteuil roulant. Son nom ? Carmine « The Snake » Persico (voir photo), Parrain actuel de la famille Colombo. Incarcéré depuis près de trente et une années au pénitencier fédéral de Butner dans l’État de la Caroline du Nord, après avoir été reconnu coupable dans le fameux procès dit de « La Commission », Carmine Persico, âgé de quatre vingt trois ans, doit toujours purger trente quatre années derrière les barreaux, une condamnation à mort pour le célèbre mafieux. Mais le Parrain de la Cosa Nostra, se sent trop vieux pour rester en prison, et comment accepter que l’ancien Consigliere de la famille Lucchese, Christopher « Christie Tick » Funari, lui aussi condamné à cent années de prison dans le même procès, fut libéré du pénitencier fédéral d’Allenwood en 2014, après y avoir purgé près de vingt huit années. Avec l’aide de son avocat, Carmine Persico a déposé devant une cour fédérale de Manhattan, des documents démontrant, que le FBI avait dissimulé des preuves prouvant sa non-culpabilité dans plusieurs affaires. Le juge fédéral en charge de ce dossier, n’a toujours pas donné sa réponse. Ce qui n’empêcha pas Carmine Persico, avec l'aide de son avocat de le relancer il y a de cela un mois, en donnant de nouvelles informations sur la complicité du FBI et Rudolph Giuliani, qui à cette époque en tant que procureur fédéral ou U.S Attorney, avait instruit cette affaire, sur la complicité des deux bureaux pour faire condamner définitivement le Parrain de la famille Colombo. L’avocat de Carmine Persico, sait pertinemment que l’espoir de faire libérer son client reste très mince, mais ce dernier s’appuie aussi sur des documents du Freedom Of Information Act, une loi Américaine qui oblige les agences fédérales, à délivrer leurs informations à quiconque en ferait la demande. Ces documents montrent comment le FBI a surpayé des témoins de la justice en échange de leurs informations, l’un des procureurs de l’époque déclarant même : « S’il n’y avait pas eu une manipulation du FBI dans ce procès, alors le résultat aurait été différent ». Les deux témoins ayant témoigné contre Carmine Persico, étaient, Fred DeChristopher, un cousin de Carmine Persico et Joseph Cantalupo, un truand, qui avait travaillé avec Joe Colombo au milieu des années 60, avant de devenir un informateur du gouvernement en 1973. Fred DeChristopher témoigna que Carmine Persico s’était vanté d’avoir voté pour l’assassinat de l’ancien Parrain de la famille Bonanno, Carmine Galante, alors que Joseph Cantalupo déclara qu’après le meurtre de Joe Colombo en 1971, Carmine Persico avait repris les rênes de la famille Colombo. Pour l’avocat de la défense, le FBI savait pertinemment que les informations transmises par ses informateurs étaient fausses. En effet, des archives du gouvernement, montrent que la famille Colombo était dirigée par plusieurs Acting Boss après l’assassinat de Joe Colombo, Carmine Persico étant identifié comme le Parrain officiel en 1980. Alors si Carmine Persico n’était pas le Parrain de la famille Colombo dans les années 1970, alors ce dernier ne pouvait pas donner son vote lors d’une commission des familles de la Cosa Nostra, pour approuver le meurtre de Carmine Galante. Dernier point, pendant le procès de « La Commission », Carmine Persico avait décidé de se défendre tout seul, ce qui avait énervé la plupart des Parrains de la Cosa Nostra eux aussi accusés. Mais le tribunal lui avait quand même assigné un « conseiller » dénommé Stanley Meyer. Selon l’avocat de Carmine Persico, le FBI connaissait très bien cette personne. Ce dernier avait déjà collaboré plusieurs fois avec le FBI, alors qu’il était accusé de fraude fiscale et de fraude postale.

Lire la suite

LE PLUS VIEUX MEMBRE DE LA COSA NOSTRA EMPRISONNÉ NE VEUT PAS PAYER SES DETTES

19 Décembre 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo

LE PLUS VIEUX MEMBRE DE LA COSA NOSTRA EMPRISONNÉ NE VEUT PAS PAYER SES DETTES

Le plus vieux prisonnier fédéral est un membre de la Cosa Nostra, est pas des moindre, car il s’agit d’une légende vivante dans le milieu, John « Sonny » Franzese (voir photo). Âgé désormais de quatre vingt dix huit ans, ce dernier aura servi différentes fonctions au sein de la famille Colombo et aura passé plus de la moitié de sa vie derrière ses barreaux. En 2011, alors qu’il occupait le poste d’Underboss, il avait été inculpé et condamné à huit années de prison par la justice Américaine, pour avoir extorqué et racketté plusieurs clubs de striptease à New-York dont les célèbres le « Hustler » et le « Penthouse » se situant à Manhattan. Pendant son procès qui aura duré plusieurs jours, John Franzese s’était montré devant les journalistes comme un vieil homme « fatigué », « diminué », qui se déplaçait difficilement avec sa canne et qui pour la plupart du temps, utilisé un fauteuil roulant en cas de « grosse fatigue ». Pendant les audiences, les journalistes lui donnèrent le surnom de « Nodfather » car il somnolait pendant es témoignages des différents témoins se présentant à la barre, dont son fils, John Franzese Jr, un ancien Associé de la famille Colombo, un toxicomane notoire, qui avait décidé de coopérer avec le FBI pour « essayer de se rattraper par rapport à ce qu'il avait pu faire de mal dans sa vie ». Mais son attitude pendant le procès, ne ressemblait pas du tout au comportement qu’il pouvait avoir quand il était accompagné avec d’autres mafieux dans les clubs sociaux détenus par les Colombo. Dans un enregistrement dévoilé par les procureurs fédéraux, on pouvait entendre John Franzese, qui venait de fêter ses quatre vingt dix ans, donner des conseils à un membre de la famille Colombo sur la façon de se « débarrasser efficacement d’un corps » : « Aujourd'hui, vous ne pouvez plus laisser un corps dans la rue quand vous exécutez un contrat. Il vaut mieux perdre une demi-heure de son temps voir une heure, pour se débarrasser du corps proprement ». Ces enregistrements accablants, avaient permis au jury de rendre un verdict de culpabilité dans cette affaire, mais les années de prison, n’avaient en rien changé la mentalité de John Franzese, pour qui les valeurs de la Cosa Nostra sont ancrées dans ses gênes. D’ailleurs, après son verdict, il avait déclaré à un journaliste : « Que je meurs à l'extérieur ou en prison n’a pas d’importance pour moi, je dois bien mourir quelque part ». Aujourd’hui, John Franzese est toujours bien vivant, et purge sa peine au centre médical pour prisonniers fédéraux à Devens dans l’État du Massachusetts. Mais même en détention, le vieux mafieux fait encore parler de lui. Selon l’adjointe du procureur de New-York, Laura Mantell, cette dernière a déposé un recours devant un tribunal fédéral, permettant à la justice de saisir 10089 dollars sur les 116500 dollars d’amende, que John Franzese avait reçu lors de son verdict, en raison d’un défaut de paiement de l’Underboss de la famille Colombo. Selon la procureure, John Franzese a du mal à rembourser les victimes de ses crimes, mais ne se prive pas pour acheter en prison, tout le matériel et les aliments nécessaires à son confort, chose que Laura Mantell ne tolère pas. Pour Michael Franzese, ancien Capitaine de la famille Colombo, qui avait décidé de « changer de vie » après son incarcération pour racket et fils de John Franzese, il déclara que : « Le gouvernement devrait surtout s’attaquer au financement des groupes terroristes que de s’attaquer au compte en banque d’un détenu de quatre vingt dix huit ans ». De plus, Michael Franseze rétorqua que l’argent sur son compte, avait été versé par des membres de sa famille et appartenait pas totalement à son père : « Il n’a plus d’argent. Il utilise ses derniers dollars pour s’acheter des gouttes oculaires, des articles d’hygiène et la crème glacée »

Lire la suite

UN ASSOCIÉ DE LA FAMILLE COLOMBO RÉDUIT SA PEINE DE PRISON

5 Décembre 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo

UN ASSOCIÉ DE LA FAMILLE COLOMBO RÉDUIT SA PEINE DE PRISON

A notre époque, les Associés d'une famille mafieuse peuvent refuser d’être initier dans la Cosa Nostra sans aucune répercussion, alors qu’à une autre époque, pas si lointaine, un refus entrainait la mort sans le moindre avertissement. Mais aujourd’hui, cela est différent. Par exemple, Francis « BF » Guerra (voir photo à gauche) est un associé depuis de nombreuses années de la famille Colombo et d’après le FBI, sa réputation est tellement importante dans les rues, que ce dernier a refusé à plusieurs reprises de devenir un membre à part entière de la Cosa Nostra. Mais même en étant qu’un simple Associé, Francis Guerra s’était fait arrêter et inculper en 2008, de deux meurtres crapuleux ayant eu lieu au début des années 1990 et de trafic d'oxycodone, un important antidouleur. Pendant un procès qui aura duré plusieurs semaines, ou d’anciens membres de la famille Colombo, devenus des repentis, étaient venus témoigner à la barre, Francis Guerra avait été reconnu coupable de trafic de drogue, mais acquitté des meurtres Michael Devine en 1992 et Joseph Scopo en 1993. Une énorme victoire pour l’Associé de la famille Colombo, qui en refusant de plaider coupable, avait de grande chance de terminer sa vie derrière les barreaux. Des hurlements de joies avaient même éclaté dans la salle du tribunal a l’énoncé du verdict alors que Francis Guerra en rentrant dans le bus de prisonniers le ramenant au Métropolitan Center de New-York, fêta ce verdict avec les autres détenus. Pour lui, il avait réussi à prouver que les témoignages de ses anciens « amis » n’étaient que pure mensonge, surtout celui de l’ancien Capitaine, Anthony « Big Anthony » Russo (voir photo au milieu), qui avait décidé de collaborer avec le FBI, après avoir été accusé de meurtre. Francis Guerra devait sans doute se remémorer les moments passés avec l’ancien mafieux de la famille Colombo, et surtout de cette photo, ou on peut voir Francis Guerra et Anthony Russo, tous les deux sourires aux lèvres, lors d’une soirée un soir à New-York. Mais la justice Américaine et surtout la juge fédérale, Sandra L. Townes, n’en avait pas terminé pour autant avec l’Associé de la famille Colombo. Quelques jours après l’énoncé de son verdict, Francis Guerra fut condamné à près de quatorze années dans un pénitencier fédéral pour la seule charge dont il fut reconnu coupable, le trafic d'oxycodone. Au cours de la détermination de la peine, la juge fédéral avait constaté qu'en plus d'être reconnu coupable de trafic de drogue, le gouvernement avait pu prouver une certaines relation de Francis Guerra sur plusieurs crimes liés à la famille Colombo pendant la guerre interne qui avait éclaté dans la famille mafieuse au début des années 1990. Cette peine fut jugée relativement sévère, mais la juge fédérale Sandra L. Townes, voulu sans nul doute marquer un grand coup, contre tous ceux qui essaieraient de s’adonner à ce genre de trafic. Incarcéré, Feancis Guerra par le biais de son avocat, fit une demande d’allégement de peine, citant des condamnations pour trafic d’oxycodone, ayant eu lieu l’année dernière et qui avait entrainé des condamnations très inférieures au verdict prononcé pour l’Associé de la famille Colombo. Les procureurs ont demandé au juge fédéral de conserver cette peine de quatorze années de prison, jugeant Francis Guerra pour la société, mais cette dernière décida de réduire de près de trente trois mois sa peine initiale. Même si elle ajouta qu’elle était en profond désaccord avec le verdict de non-culpabilité sur les deux meurtres dont il fut acquitté, elle déclara que sa peine devait jugé seulement sa condamnation pour trafic de drogue. Après cette déduction de peine et en ajoutant près de quinze pourcents de réduction, conformément aux nouvelles lois mise en vigueur récemment pour les condamnations liées aux trafic de drogue, Francis Guerra sera libéré de prison en Juin 2021, et aura alors de nombreuses années devant lui pour prospérer au sein de la Cosa Nostra.

Lire la suite

QUE DEVIENT LA FAMILLE COLOMBO ?

7 Septembre 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo

QUE DEVIENT LA FAMILLE COLOMBO ?

La chute de la famille Colombo à forcément débuté lors de l’été 2008. A cette époque, l’Acting Boss Thomas « Tommy Shots » Gioeli, le Consigliere John Franzese, le Capitaine Dino Calabro et le Soldat Dino Saracino sont inculpés de délits tenant de la loi RICO. De ces arrestations, certains comme Dino Calabro décideront de coopérer avec la justice et permettront au gouvernement fédéral d’avoir une vision plus approfondie de la plus petite des cinq familles New-Yorkaise. Les lourdes condamnations contre les différents accusés quelques années plus tard seront plutôt anecdotiques, tellement la situation de la famille Colombo va prendre une tourne désastreuse jusqu’à imaginer la fin définitive de cette famille historique de la Cosa Nostra. Après ces arrestations, la famille Colombo perdit rapidement pied. Elle nomma à sa tête Ralph DeLeo comme Acting Boss, un présumé membre initié de la Cosa Nostra, qui a passé près de la moitié de sa vie derrière les barreaux et qui est rentré dans le monde souterrain de la Cosa Nostra grâce notamment au fils de Carmine Persico (voir photo), Alphonse qu’il a connu en prison. Mais Ralph DeLeo n’aimait pas ce poste, il y avait selon lui, trop de pression et le ce style de vie ne lui convenait pas tellement. De plus, pour essayer d’éviter les ennuis avec le FBI, il gérait les affaires de la famille Colombo depuis l’État du Massachusetts. Ralph DeLeo ne restera qu'un an au pouvoir, avant d’être inculpé de trafic de drogue et de racket, des charges qui le feront condamné à dix neuf années de prison en 2012. La nomination d’un membre inexpérimenté à la tête d’une des cinq familles de New-York était forcément une erreur de la part de Carmine Perscico, qui nomma en remplacement, un membre de la vieille école, connu de toute la famille par son influence, Andrew « Andy Mush » Russo. Mais les agents fédéraux avaient réservé une nouvelle surprise aux Colombo. En Décembre 2011, nouvelle offensive du FBI, qui arrêta Andrew Russo, ainsi que Benjamin "The Claw" Castellazzo, Richard Fusco, respectivement Underboss et Consigliere fraichement nommés de la famille mafieuse, mais aussi d’autres membres, tous inculpés de divers délits pouvant les amener à terminer leur vie derrière les barreaux. L’un d’entre eux, Reynold Maragni, un Capitaine, décidera de collaborer avec la justice, en portant un micro dans sa Rolex. Pris de panique, Andrew Russo décida de remplacer Richard Fusco par Thomas « Ton Mix » Farese, un Capitaine opérant depuis la Floride. Mais dans la malchance, ce dernier se fit inculpé un mois plus tard grâce notamment au témoignage de Reynold Maragni (Thomas Farese sera finalement acquitté un an plus tard et occuperait toujours les mêmes fonctions à l’heure actuelle). Après toutes ces inculpations, les Colombo se payaient le luxe d’être l’une des familles ou le nombre d’informateurs était le plus importants. Après chaque arrestation, on apprenait que la plupart de ses membres retournaient leur veste et décider de coopérer pour éviter une longue peine de prison. Mais la famille Colombo, même affaiblie, comptait encore dans ses rangs des mafieux qui respectaient l'omerta. Grâce à des bons accords de plaidoyer, très généreux de la part des procureurs, la hiérarchie de la famille, fut relativement épargnée. Andrew Russo sera condamné à trente trois mois de prison en 2013 et est désormais un homme libre. Benjamin Castellazzo sera quant-à lui condamné à près de cinq années de prison et aurait été depuis peu libéré en conditionnelle, seul Richard Fusco, décédera de causes naturelles à son domicile en Septembre 2013.

QUE DEVIENT LA FAMILLE COLOMBO ?

Et aujourd’hui ?, plus personne ne parle de la famille Colombo. Alors oui, elle fut dévastée et ne compterait à ce jour que moins d’une soixante dix membres actifs, mais elle est toujours présente et continue à opérer à New-York. En fait, la famille Colombo est en train de devenir comme la famille DeCavalcante dans le New-Jersey. Dévastée au début des années 2000, elle est aujourd’hui l’une des familles les plus stables de la Cosa Nostra aux États-Unis. Il ne faut pas crier victoire trop vite dans la lutte contre la Mafia. Généralement après chaque arrestation, les procureurs ont tendance à déclarer que la famille est détruite, cette information est reprise alors par les médias qui font croire au public que la justice Américaine à réussit à détruite une famille historique de la Cosa Nostra. Salvatore Gravano l'ancien Underboss de la famille Gambino au début des années 1990, avait déclaré au FBI alors qu'il coopérait : "On fait profil bas pendant dix ans, le gouvernement nous oublie et on revient deux fois plus fort" et c’est exactement ce qui se passe actuellement avec la famille Colombo. En fin de compte, elle ne fait que subir ce que la famille Bonanno à pu subir au début des années 2000 après l’arrestation de Joseph Massimo et au final quand est-il ? elle est toujours active. Dernièrement, on apprenait que le Capitaine de la famille Colombo, Luca DiMatteo avait été arrêté avec son neveu, pour avoir racketté pendant plusieurs années une entreprise de construction, signe que cette dernière a toujours des équipes bien en place dans différents secteurs. Carmine Persico est toujours le Parrain officiel, malgré son incarcération à perpétuité. Même si son pouvoir a beaucoup diminué au fil des années, il reste que le nom de Persico dans les rues de New-York à encore une énorme influence. Le Capitaine, Théodore Persico Jr neveu de Carmine Perscio a été condamné récemment à douze années de prison pour conspiration de meurtre.Dans la famille Colombo, il suffit de porter le bon « nom », pour avoir une telle influence qu’il n’est pas forcément nécessaire de devenir un membre intronisé de la Cosa Nostra. L’exemple type, Michael Persico (voir photo). Ce dernier qui est le fils de l’emblématique Parrain a toujours soit disant « refuser » de participer aux affaires criminelles des Colombo comme son père Carmine et son frère Alphonso, et pourtant. En 2012, le FBI l’inculpa de racket, de prêt usuraire et de sa participation dans au moins deux meurtres. Finalement aprs des mois de négociation, les procureurs lui proposèrent de plaider coupable seulement de prêt usuraire, ce qu’il accepta difficilement. Michael Persico, devrait alors être condamné dans les prochaines semaines à une peine allant de 37 à 46 mois de prison, une petite tape sur les doigts.

Lire la suite

DES FRERES JUMEAUX, ASSOCIES DE LA FAMILLE COLOMBO, ESSAYENT DE TROMPER LA JUSTICE AMÉRICAINE

28 Mai 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo

DES FRERES JUMEAUX, ASSOCIES DE LA FAMILLE COLOMBO, ESSAYENT DE TROMPER LA JUSTICE AMÉRICAINE

John, Joseph et Anthony Cerbone sont trois frères qui ont deux particularités. La première est leur apparence, les trois frères ont en effet, un air de ressemblance très prononcé, surtout entre John et Joseph qui sont de vrais jumeaux. La deuxième particularité, est leur dévouement très prononcé pour la famille Colombo, d’ailleurs pour les procureurs fédéraux, les trois individus ont tous été identifiés comme des Associés d’une équipe très active dans le trafic de drogue dirigée par le Capitaine Joseph Amato, une autre particularité de la famille Cerbone. Au milieu du mois de Mai, la DEA (Drug Enforcement Administration) a arrêté John Cerbone au domicile familial et l’accusa de trafic de drogue et de blanchiment d’argent, mais pendant son arrestation les agents fédéraux ont fait un contrôle d’identité plus poussé que d'habitude sur ce dernier, juste au cas où. En effet, l’année dernière lors d’une citation à comparaitre, John Cerbone s’était fait passer pour son frère jumeau Joseph, un doute qui avait permis à l’Associé de la famille Colombo d’éviter d'être embêter par les agents fédéraux ce jour là et surtout les ennuis avec la justice le temps de quelques mois. Le problème de John Cerbone, c’est que dans son « domaine d’activité », le trafic de drogue, il côtoie des individus susceptibles de collaborer avec les autorités. La plupart d’entre eux, sont des toxicomanes et pour éviter une peine de prison, sont prêts à aider le gouvernement fédéral dans sa guerre contre les familles de la Cosa Nostra. C’est lors d’un enregistrement d’ailleurs que John Cerbone s’était vanté d’avoir « berné » les agents de la DEA lors de son arrestation l’année dernière. En milieu de semaine dernière, lors de sa comparution devant un juge fédéral, ce dernier demanda à John Cerbone et à ses frères (qui étaient présents dans la salle) de délivrer leur passeport pour éviter toute tentative de fuite. En effet, d’après les procureurs, John Cerbone serait capable « d’emprunter » le passeport de l’un de ses frères pour s’enfuir loin de New-York. Cette demande énerva l’un d’entre eux, qui assis à l'arrière du tribunal, se leva et commença à crier : « Je vais leur donner mon putain de passeport, je m’en fous » déclara t’il. Toujours d’après les procureurs, le jour de l’arrestation de John Cerbone, ce dernier s’apprêtait à acheter pour près de soixante huit mille dollars de drogue. De plus d’après le gouvernement fédéral, John Cerbone se servirait de son entreprise de plomberie pour blanchir son argent « dûment gagné ». D’après la justice Américaine, John Cerbone aurait blanchit pour une seule année près de deux cent mille dollars et a commencé à « râler » quand le juge fédéral fixa sa caution à près de cinq cent mille dollars. John Cerbone demanda une journée de plus pour que son oncle puisse hypothéquer sa maison et qu’il puisse de ce fait sortir libre du tribunal, mais le juge fédéral refusa : « Je vais donc dormir en prison ce soir » demanda l’Associé de la famille Colombo : « Oui » déclara sèchement le juge Go Marilyn. John Cernone secoua alors la tête de dégout. La procureure fédérale Elizabeth Geddes déclara que le Capitaine Joseph Amato lui avait confié plusieurs tâches très peu recommandables les unes que les autres ces derniers temps, faisant valoir qu’il pouvait être un candidat sérieux à une futur intronisation dans la Cosa Nostra. A la sortie du tribunal, la famille Cerbone, composée des deux frères, Anthony et Joseph, commencèrent à insulter les journalistes présents devant le tribunal.

Lire la suite

TOUT EST BON POUR SORTIR PLUS RAPIDEMENT DE PRISON

19 Janvier 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo

TOUT EST BON POUR SORTIR PLUS RAPIDEMENT DE PRISON

En 2012, l’Associé de la famille Colombo, Giuseppe « Pooch » Destefano (voir photo), avait été condamné à près de cinquante mois de prison pour extorsion de fond. Le gangster qui est incarcéré dans le pénitencier fédéral de Fort Dix dans le New-Jersey et libérable en 2017, a adressé une lettre à la juge fédérale Kiyo Matsumoto, lui demandant de pouvoir sortir avant de prison, pour préparer au mieux son mariage prévu quelques jours après sa libération. L’Associé de la famille Colombo et sa femme ont prévu de fêter leur union, au Nanina's In The Park, un célèbre endroit luxueux basé dans le New-Jersey pour fêter les grands événements de la vie d’un couple. Disposant d’un immense parc, d’une salle de banquet et d’une salle concert. Cet endroit de renommé est tellement prisé, que Giuseppe Destefano et sa femme ont du réserver près de deux années à l’avance. C’est pour cette raison que l’Associé de la famille Colombo écrivit dans une lettre bourrée de fautes d’orthographe, que sa femme qui était « dévouée et fidèle », attendait « patiemment son retour » et demanda au juge la permission de pouvoir sortir avant pour « célébrer au mieux cet événement ». Bien entendu, en apprenant la nouvelle, les procureurs fédéraux ont demandé au juge de rejeter cette requette, prétextant que Giuseppe Destefano était déjà connu pour demander ce genre de service. En 2011, après son arrestation, alors qu’il était en résidence surveillée, et portant un bracelet électronique, il avait demandé à la même juge de pouvoir célébrer Thanksgiving avec sa famille, à Broadway Mike, un restaurant Italien basé à Staten Island. Pour le procureur fédéral, Elizabeth Geddes, qui a effectué des recherches sur le futur lieu de cérémonie, il est « indécent » que l’Associé de la famille Colombo puisse fêter son mariage dans un tel endroit, coutant « près de 145 dollars par personne », en sachant que Giuseppe Destefano n’avait pas encore payé son amende de 50000 dollars après sa condamnation pour extorsion de fonds en 2012. De plus, autre inquiétude pour l’équipe de procureur, Giuseppe Destefano a prévu dès la célébration de son mariage, de partir directement vers les Caraïbes avec sa femme pour son voyage de noce, alors que dès sa sortie de prison, il sera placé sous résidence surveillé pendant près de six mois. Le procureur fédéral se demandant si l’Associé de la famille Colombo, ne demanderait pas une nouvelle fois l’autorisation au juge Kiyo Matsumoto, connue pour être très indulgente avec des mafieux de la Cosa Nostra, de pouvoir être libéré de ses contraintes liées à sa liberté surveillée. Finalement, la juge fédérale rejeta la demande du Soldat de la famille Colombo, prétextant que ce dernier pouvait très bien attendre sa libération pour pouvoir se marier normalement, qualifiant sa demande de « prématurée ». En fin de semaine dernière, c’est le Soldat de la famille Gambino, Joseph « Joe Boy » Sclafani, qui fit parler de lui. Condamné en 2013 pour trafic de drogue à quinze ans de prison, Joseph Sclafani, a vu sa peine réduite d’un an par le juge fédéral John Gleeson. Le Soldat de la famille Gambino est lui aussi un habitué de demandes, pour la plupart assez farfelues, dans le but de pouvoir sortir de prison. En Août 2013, alors qu’il venait de recevoir sa condamnation, le juge fédéral John Gleeson, avait accepté que le Soldat de la famille Gambino, puisse se déplacer sous bonne escorte pour dire « un dernier au revoir » à son père, qui était selon lui en phase terminal d’un cancer. Les procureurs s’étaient opposés à cette décision, prétextant que cela était une manœuvre pour Joseph Sclafani, pour se marier avec sa fiancée, Ramona Rizzo, petite fille de l’ancien Soldat de la famille Bonanno, Benjamin « Lefty Two Guns » Ruggerio. Finalement, le juge John Gleeson revint sur sa décision, et permit au mafieux de voir une dernière fois son père, mais lors d’une une visite prolongée au Métropolitan Center de New-York, ou le Soldat de la famille Gambino était incarcéré avant son verdict.

Lire la suite

GREGORY SCARPA SR AKA LA FAUCHEUSE

4 Janvier 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo

Dénommé « The Grim Reaper », Gregory Scarpa Sr (voir photo) était un Capitaine de la famille Colombo, qui collabora avec le FBI pendant plus de vingt ans, une relation trouble avec les services fédéraux qui lui permit de continuer ses activités criminelles, tout en éliminant ses concurrents avec l’aval de son agent de liaison. Arrêté en 1962 pour un simple vol à main armé, le Capitaine de la famille Colombo décida tout de suite de coopérer avec la justice Américaine et l’aida à plusieurs reprises dans des affaires célèbres, tel que l’assassinat de trois individus par le Klu Klux Klan au Mississipi en 1963. Dans le cadre de l’opération « Mid Burns » et avec l’aide d’un agent fédéral, Gregory Scarpa se déplaça dans cet État pour kidnapper Lawrence Bird, simple employé dans une boutique de multimédia, qui était en réalité un membre du Klu Klux Klan pendant ses heures perdues. Torturé pendant plusieurs heures, il finit par donner à Gregory Scarpa Sr l’emplacement des trois corps enterrés par l’organisation suprématiste blanche. Quelques années plus tard, il reviendra au Mississippi avec l’aide du gouvernement fédéral, pour résoudre l’affaire de l’assassinat de Vernon Dahler, un jeune noir, responsable de la NAACP, tué dans l’incendie de sa maison toujours par le Klu Klux Klan. Après ces deux affaires, Gregory Scarpa Sr revint à New-York pour reprendre tranquillement ses activités au sein de la famille Colombo. Son agent de liaison à cette époque était Anthony Villano, qui le protégeait de ses ennemis et convainqua à plusieurs reprises des membres de la famille Colombo de ne pas coopérer avec le gouvernement fédéral, pour que Gregory Scarpa puisse rester un informateur essentiel pour la justice Américaine, une vraie aubaine pour le mafieux. Mais l’agent du FBI prit sa retraite en 1975, et Gregory Scarpa, « se rangea » tranquillement en ne donnant plus d’information à la justice Américaine. Mais au début des années 1980, il se fit « réactiver » par l’agent spécial Lindley DeVecchio. Originaire de New-York, ce dernier connaissait parfaitement la structure des cinq familles et la Cosa Nostra n’avait pas de secret pour lui. L’aide apporté par Gregory Scarpa permit de faire inculper et condamner les principaux Parrains de la Cosa Nostra opérant à New-York, dont Carmine « The Snake » Persico, qui est le Boss de la famille Colombo en 1986. La même année, Gregory Scarpa contracta le sida après une transfusion sanguine. Ce dernier avait attrapé une hernie hiatale et une transfusion de sang était nécessaire pour pouvoir le guérir. Le problème étant que Gregory Scarpa était raciste et ne voulait en aucun cas recevoir le sang d’un « noir » ayant le même groupe sanguin que lui, c’est pour cela qu’il fit appel à un Associé de la famille Colombo, dénommé Paul Mele. Ce dernier travaillait pour Gregory Scarpa Sr depuis des années, il avait confiance en lui, mais il avait la fâcheuse habitude de se piquer aux stéroïdes, une habitude qui lui couta très chère, car il contracta le sida lors d’un échange d’aiguille. Sans le savoir, l’hôpital ou Gregory Scarpa Sr se faisait soigné utilisa le sang de Paul Mele pendant l’opération, c’est comme cela que le Capitaine de la famille Colombo contracta le VIH. Mais même en étant malade, cela n’empêcha pas le gangster d’être très actif au sein de la famille Colombo et de participer personnellement à plusieurs assassinats lors de la troisème guerre interne qui éclata dans la famille mafieuse au début des années 1990. Lourdement condamné dans l’affaire dit de la « Commission », Carmine Persico, continua à exercer son pouvoir de sa prison fédérale en s’appuyant sur l'un de ses cousins Vittorio « Vic » Orena, tout en lui ordonnant de céder sa place une fois que le fils à Carmine Persico, Alphonse, sortira de prison. Mais Vittorio Arena aimait trop le pouvoir et en s’aidant de la famille Gambino qui à cette époque était dirigée par John Gotti, il essaya de faire évincer Carmine Persico de son fauteuil de Parrain. La réaction ne se fit pas attendre, En 1991, des tueurs envoyés par le clan Persico essayèrent de tuer Vittorio Orena à son domicile, mais la tentative échoua. Quelques jours plus tard, des tueurs à la solde du clan Orena, essayèrent de tuer Gregory Scarpa alors qu’il s'apprétait à rouler en voiture devant son domicile, une tentative, qui elle aussi échoua. Au final pendant près de deux ans, la guerre interne qui éclata au sein de la famille Colombo fit plusieurs morts et Gregory Scarpa s’aida très volontiers de l’aide son agent de liaison pour tuer personnellement les individus ralliés au clan Orena. La relation qu’entretenait Gregory Scarpa Sr avec l’agent du FBI, Lindley DeVecchio était très étrange et éveilla le soupçon de plusieurs agents fédéraux travaillant sur la famille Colombo. D’après ces derniers, Lindley DeVecchio avait pris l’habitude de parler « affaires » au domicile du Capitaine de la famille Colombo. Encore plus étrange, quand un collègue de Lindley DeVecchio, vint lui apprendre que Lorenzo Lampasi, un membre de la famille Colombo, rival de Gregory Scarpa Sr lors de la guerre interne se fit assassiner en 1992, ce dernier frappa du poing sur la table et ne cacha pas sa joie en criant « Nous allons gagner » (Cette phrase sera reprise dans le dernier épisode de la série télévisée The Sopranos, quand l’agent Harris, devenu « collaborateur » particulier du Parrain Tony Soprano, appris par son collègue que Phil Leotardo venait d’être assassiné). Cette déclaration couplait avec la révélation de plusieurs informateurs de la famille Colombo, dont l’ancien Consigliere Carmine Sessa, qui déclarèrent que Gregory Scarpa leur avaient certifié, qu’il connaissait un agent du FBI qui lui donnait des informations secrètes sur les différents collaborateurs de la Cosa Nostra, poussèrent les agents fédéraux à vouloir ouvrir une enquête contre l’agent fédéral, mais sans succès. Entre temps, Gregory Scarpa Sr se fit condamner pour plusieurs meurtres et mourut dans un centre médical fédéral en raison de complications dues à sa maladie en 1994. Lindley DeVecchio pris sa retraite en 1996, mais pour ce dernier, l’affaire était loin d’être terminée. En 2006, le procureur du district de Brooklyn Charles Hynes, lança des accusations de meurtre contre Lindley DeVecchio déclarant que c'était : « La plus grande affaire de corruption que je n’ai jamais vu ». L’ancien agent du FBI s’attendait fortement à être inculpé. En effet, un rapport de l’OPR (The Office of Professional Responsibility), avait permis à des avocats de plusieurs membres de la famille Colombo, de faire acquitter leur client, alors que ces derniers avaient été condamnés pour la plupart à des peines de prison à perpétuité. De plus, les déclarations de Linda Shiro, l’ancienne compagne de Gregory Scarpa Sr, qui déclarait que son petit ami et Lindley DeVecchio avait « préparé » plusieurs assassinats mafieux à son domicile, ont permis de faire arrêter l’agent du FBI à la retraite. Ce dernier se fit soutenir par plusieurs de ses ancienns collègues, dont Joseph D.Pistonne, célèbre agent du FBI qui infiltra la famille Bonanno au début des années 1980, en se portant garant de Lindley DeVecchio, qui fut libéré sous caution après avoir payé près d’un million de dollars. Le procès s’ouvrit en octobre 2007 et reposa en parti grâce au témoignage de Linda Schiro. Après le passage d’anciens collègues de Lindley DeVecchio, qui soupçonnaient très fortement l’ancien agent du FBI d’avoir outrepassé ses directives avec Gregory Scarpa Sr, le témoignage de Linda Schiro fut complètement discrédité quand les avocats de la défense, firent écouter une interview que Linda Schiro avait donné au journal « The Vllage Voice » en 1997,ou elle avait affirmé que Lindley DeVecchio n’avait en « aucun cas participé aux meurtres de la famille Colombo ». L’ancienne compagne de Gregory Scarpa Sr, venait donc de mentir sous serment, surement attirée par l’appât du gain et de sa « future » célébrité. En raison de cette preuve évidente, Lindley DeVecchio fut acquitté en Novembre 2007. En rendant son verdict, le juge fédéral fut particulièrement frappé de l’attitude du bureau fédéral d’avoir protégé un criminel notoire, en le laissant commettre de nombreux meurtres sous sa protection et que le FBI devait se remettre en question dans sa lutte contre le crime organisé. Le juge citant même une citation du célèbre philosophe Allemand Friedrich Nietzsche : « Celui qui lutte contre les monstres doit veiller à ne pas le devenir lui-même. Or, quand ton regard pénètre longtemps au fond d'un abîme, l'abîme, lui aussi, pénètre en toi »

Lire la suite

L'ANCIEN ACTING BOSS DE LA FAMILLE COLOMBO ATTAQUE LE GOUVERNEMENT FEDERAL

30 Novembre 2014 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo

L'ANCIEN ACTING BOSS DE LA FAMILLE COLOMBO ATTAQUE LE GOUVERNEMENT FEDERAL

En 2008, le FBI lança une opération de grande envergure contre la famille Colombo. Plusieurs de ses membres furent arrêtés dont l’Acting Boss, Thomas « Tommy Shots » Gioeli (voir photo). Dès son arrestation, ce dernier fut incarcéré au Métropolitan Center de New-York. Ce centre de détention fédéral accueille les détenus en attente de jugement et plusieurs membres de la Cosa Nostra des différentes familles s’y retrouvent incarcérés. Thomas Gioeli était accusé de vol, de racket, d’extorsion et de plusieurs meurtres liés à la Cosa Nostra et en particulier à la famille Colombo, pendant la guerre interne qui éclata dans la famille au début des années 1990. Son incarcération en lui-même était donc nécessaire, Thomas Gioeli, en étant à la tête d’une organisation criminelle, qui à cette époque était encore très active à New-York et dans les environs, pouvait commanditer des meurtres, c’est pour cela qu’il fut incarcéré dans la partie la plus dure du Métropilitan, appelé « IT », l’isolement total. Cette partie de la prison est conçue pour que les prisonniers ne puissent avoir aucun contact entre eux, enfermé près de vingt trois heures dans une cellule, Thomas Gioeli, n’avait le droit qu’a une heure d’ « activité », dans une minuscule cour de prison, donnant une vue imprenable sur des barbelés. Thomas Gioeli en avait plus qu’assez de ses conditions de détention, de plus souffrant de nombreux problèmes de santé, il fut transféré à plusieurs reprises dans des hôpitaux à New-York pour se faire soigner. Face à ces problèmes récurrents, il fut maintenu dans une partie jugée « moins difficile », ou le contact avec les prisonniers étaient donc permis. Ayant retrouvé d’avantage de temps libre, Thomas Gioeli en profita pour ouvrir un blog et même un compte Twitter, grâce aux ordinateurs de la prison. Sur ce blog, il communiqua sur ses conditions de détention et traita très volontiers les différents membres de la famille Colombo qui avaient décidé de collaborer. Le problème est que plusieurs de ses membres l’accusaient ouvertement dans plusieurs meurtres, mais en raison d'une une longue bataille juridique, le procès de l’ancien Acting Boss de la famille Colombo, commença seulement début 2012, soit plus de quatre ans après les arrestations. Ce procès qui dura plusieurs mois, se soldera au final par un acquittement pour les six meurtres dont Thomas Gioeli fut accusé, mais il sera reconnu coupable de racket, d’extorsion et d’avoir commandité plusieurs assassinats. Il fallut attendre plus d’un an avant que ce dernier ne soit condamné à près de dix huit années dans un pénitencier fédéral. Une fois le verdict prononcé, il quitta le Métropolitan Center pour être incarcéré dans une prison fédérale dans un autre État Américain, en Caroline du Nord, dans la prison de Butner, ou sont emprisonnés des anciens « amis » de Thomas Gioeli, comme Carmine « The Snake » Perscico. Ayant changé de lieu de détention, cela n’empêcha pas le mafieux de continuer à « insulter » le gouvernement fédéral et à se plaindre sur l’ « injustice » de sa condamnation. Lors du procès de l’ancien Acting Boss de la famille Colombo Joel Cacace, jugé pour avoir commandité le meurtre d’un officier de police Ralph Dols en 1998, Thomas Gioeli, salua avec respect le comportement de son ancien ami, qui ne broncha pas une seule fois, alors que ce dernier risquait au départ la peine de mort s'il était reconnu coupable (Joel Cacace sera finalement acquitté pour ce meurtre). Il déversa sa haine contre les anciens membres de sa famille qui ont décidé de collaborer comme Joseph « Joey Caves » Competiello, qu'il juge comme un meurtrier sans scrupule, qui risque de retrouver la liberté alors que d’après lui, le procureur en charge du dossier contre la famille Colombo était effrayé à l'idée de le questionner pendant les procès ou il apparaissait en tant que témoin. En début de semaine, il refit parlé de lui, après que le mafieux décida de poursuivre le gouvernement fédéral, réclamant près de dix millions de dollars pour une chute accidentelle dans les douches dans la prison ou ile st incarcéré. En Août dernier, alors qu'il voulait aller se laver, Thomas Gioeli, glissa et chuta lourdement sur le sol, en raison d'une inondation causée par un tuyau défectueux. A cause de cet incident, l'ancien Acting Boss de la famille Colombo, qui n'était pas au mieux de sa forme, en raison de ses problèmes cardiaques et de son diabète, a du mal désormais à marcher, boite et est presque devenu selon ses avocats « handicapé »..

Lire la suite

LES PROCUREURS FÉDÉRAUX DEMANDENT LA CLÉMENCE POUR UN ANCIEN SOLDAT DE LA FAMILLE COLOMBO :

3 Novembre 2014 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo

LES PROCUREURS FÉDÉRAUX DEMANDENT LA CLÉMENCE POUR UN ANCIEN SOLDAT DE LA FAMILLE COLOMBO :

En Juin 2008, le FBI lança une vaste opération contre la famille Colombo. Près de neuf membres furent arrêtés dont l’Acting Boss Thomas « Tommy Shoots » Gioeli, le Consigliere John « Sonny » Franzese et le Capitaine Dino Calabro qui furent tous accusés de racket, d’extorsion et de plusieurs meurtres. L’un des membres arrêtés, le Soldat Joseph « Joey Caves » Competiello (voir photo), était déjà connu des autorités pour être un tueur à gages à la solde de la famille Colombo. Pourtant âgé seulement de trente six ans lors de son arrestation, il était déjà soupçonné par le gouvernement fédéral, d’avoir participé à plusieurs meurtres pour le compte de la famille mafieuse. Connu sous le pseudonyme de « The Rock », Joseph Competiello, a eu une enfance très difficile, et délaissa le milieu scolaire pour s’orienter très vite vers les gangs de rues Italo-Américain, qui gravitait autour des familles de la Cosa Nostra. A treize ans, il se fit déjà arrêter au bord d’une voiture volée, pour avoir essayé de cambriolé un magasin de sucreries. Remarqué très rapidement par des membres de la famille Colombo, pour sa capacité à ramener de l’argent et à « fermer sa bouche », il gravit un à un les échelons de la pègre, devant un simple Associé, puis au bout de quelques années, comme une consécration pour tout voyou Italo-Américain « travaillant » avec les familles de la Cosa Nostra, il obtint le droit d’être un membre initié de la famille Colombo. Mais la carrière criminelle de Joseph Competiello s’arrêta brusquement en Juin 2008, quand il se fit arrêter avec plusieurs de ses « amis » qu’il connaissait depuis qu’il était enfant. Pour ne pas passer sa vie derrière les barreaux, Dino Calabro, un Capitaine de la famille Colombo, qui connaissait très bien les activités criminelles de Joseph Competiello décida très rapidement de collaborer. Avec son témoignage, il pouvait entrainer plusieurs membres de la Cosa Nostra dans les filets du FBI et face ce retournement de situation, Joseph Competiello décida lui aussi de coopérer avec la justice Américaine. Son témoignage permit aux agents fédéraux de retrouver les corps de plusieurs victimes tuées par la famille Colombo, dont celui de William « Billy Fingers » Cutolo, un célèbre Capitaine, qui fut assassiné en 1999, en raison d’une rivalité grandissante qui pouvait régner au sein de la famille Colombo à la fin des années 1990, entre plusieurs de ses membres, dont Alphonse Persico, fils du célèbre Parrain de la famille mafieuse, Carmine « The Snake » Persico. La coopération de Joseph Competiello, permit aussi de retrouver le corps de Richard Greeves, assassiné en 1995, car les mafieux pensaient qu’il allait devenir un « rat » ou encore de Carmine Gargano Jr, tué en 1994, en raison de son appartenance à un gang rival à la famille Colombo. Mais Joseph Competiello mit aussi en lumière, la relation supposée de la Cosa Nostra avec le meurtre de Ralph Dols, un policier du NYPD, qui fut abattu à la sortie de son immeuble le 25 Août 1997. D’après le témoignage de l’ancien Soldat de la famille Colombo, Ralph Dols avait été assassiné car il entretenait une relation avec l’ancienne femme de Joel Cacace. Ce dernier se sentit humilier, qu’un « hispanique », policier de surcroit, puisse sortir avec son ex-compagne et avait demandé à des membres de sa famille dont Dino Calabro, Thomas « Tommy Shots » Gioeli et de Dino « Little Dino » Saracino et Joseph Competiello de préparer l’assassinat de Ralph Dols (Cf : Dino Calabro choqué d’avoir tué un policier). Le témoignage de Joseph Competiello, couplé avec celui du Capitaine Dino Calabro, permit alors d’accusé Thomas Gioeli, Dino Saracino et surtout Joel Cacace qui purgeait à ce moment là une peine de vingt ans de prison pour racket, du meurtre de Ralph Dolls. Le problème dans cette affaire, et que les témoignages des deux « renégats » de la famille Colombo, lors du procès de Thomas Gioeli et de Dino Saracino en Septembre 2013, ne furent pas jugés très crédibles. En effet, d’après les avocats de la défense, comment le jury pourrait croire aux témoignages de « tueurs multirécidivistes », qui ont décidé de coopérer avec le FBI, seulement pour éviter la prison. Malgré les importantes informations délivrées par les deux anciens membres de la famille Colombo contre les différents accusés, ces dernier furent acquittés du meurtre de Ralph Dols, mais reconnus coupables de racket. Thomas Gioeli sera condamné par la suite à dix huit ans de prison alors que Dino Saracino recevra quant-à lui une peine beaucoup plus sévère, il sera condamné à cinquante ans de prison. Joel Cacace fut jugé séparément en Novembre 2013 et sera lui aussi acquitté du meurtre du policier du NYPD. Pour les procureurs fédéraux qui avaient dépensé des millions de dollars, ces procès ont un petit gout amer. Certes, les accusés sont en prison, mais les témoignages des différents collaborateurs n’ont jamais été jugés crédibles par les différents jurés. Mais toute collaboration avec le gouvernement fédéral, mérite récompense, et c’est pour cela que les procureurs fédéraux ont demandé en début de semaine à un juge fédéral d’être indulgent avec Joseph Competiello, en lui offrant la liberté pour le « bon travail fourni » : « La collaboration de Monsieur Competiello a lancé une chaîne d’événements qui a abouti à la coopération de membres et d’Associés de la famille Colombo, ce qui a conduit à plusieurs arrestations » déclara le procureur fédéral Elizabeth Geddes. Joseph Competiello qui a plaidé coupable de cinq meurtres, recevra son verdict le mois prochain par le juge fédéral Brian Cogan. Au jour d’aujourd’hui, la famille Colombo tente de se reconstruire. Cette dernière qui a été décimée par les opérations lancées par le FBI et par les nombreux informateurs présents dans la famille, compterait moins de soixante membres actifs. Carmine « The Snake » Persico qui est emprisonné à vie dans la prison fédérale de Butner en Caroline du Nord, dirigerait toujours la famille de sa cellule.

Lire la suite

UN MEMBRE DE LA FAMILLE "PERSICO" DERRIERE LES BARREAUX

3 Juin 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Colombo

UN MEMBRE DE LA FAMILLE "PERSICO" DERRIERE LES BARREAUX

Les Perscico, une famille entièrement dévouée à la Cosa Nostra et en particulier à la famille Colombo. Il y d’abord le patriarche, le Parrain actuel, Carmine « The Snake » Persico, qui depuis sa condamnation à la prison à perpétuité en 1986, dirige la famille Colombo de la prison fédérale de Butner en Caroline du Nord. Il y a son frère, Théodore Persico Sr, un capitaine réputé de la famille Colombo, qui vient de sortir de prison en 2013, après avoir passé la plus grande partie de sa vie derrière les barreaux. Son deuxième frère, Alphonse Persico, était lui un membre « dévoué » de la famille Colombo, qui fut pendant un temps Underboss, avant de mourir d’un cancer du larynx dans le centre médical pour les prisonniers fédéraux à Springfield dans le Missouri en 1989. Ce dernier venait d’être condamné à une peine de vingt cinq ans de prison pour extorsion de fond en 1987. Il y a le fils de Carmine Perscico, Alphonse « Allie Boy » Persico, qui fut pendant quelques années Acting Boss de la famille Colombo, et qui purge depuis 2007, une peine de prison à perpétuité dans le pénitencier fédéral de Coleman dans l’Etat de Floride pour le meurtre de William Cutolo. Michael Persico est le deuxième fils de Carmine Persico. Michael a toujours été considéré pendant des années comme le « bon fils de la famille », éloigné des activités criminelles de son père et de son frère et se refusant de devenir un membre initié de la famille Colombo. Michael Persico, faisait plus penser à un chef d’entreprise, gagnant sa vie légalement, mais d’après le FBI, ce dernier aurait donné une grande partie de son argent, lors de la guerre interne qui éclata dans la famille au début des années 1990, pour « soutenir » la faction Perscico. Un membre légendaire de la famille Colombo, John « Sonny » Franzese, avait été enregistré il y a quelques années par un informateur, en déclarant que : « Michael ne doit pas être un Affranchi, il fait un autre travail pour nous ». Après ces déclarations, a pression qu’exerça le FBI sur Michael Persico était devenue de plus en plus forte, il était maintenant accusé par la justice Américaine, de racket fédéral, mais aussi, d’avoir participé au meurtre de Joseph Scopo en 1993. Mais son absence de casier judiciaire plaida en sa faveur, et avant l’ouverture de son procès, il accepta de plaider coupable en 2012, d’une seule charge de racket fédéral, il devrait être condamné très prochainement à une peine maximale de quarante six mois de prison. Mais en début de semaine, c’était au tour du fils de Théodore Perscico Sr, de faire parler de lui dans les médias Américains. Theodore « Skinny Teddy » Persico Jr est lui aussi devenu depuis plusieurs années un membre initié de la famille Colombo. Considéré par le FBI, comme un individu extrêmement dangereux, une « tête brulée», qui n’hésite pas à recourir à la violence pour obtenir ce qu’il veut. Une façon de fonctionner qui l’entraina à passé une grande partie de sa vie d’adulte derrière les barreaux. Dans plusieurs enregistrements, on pouvait l’entendre « réclamer » à ses Associés une liste des personnes que la famille Colombo soupçonnait de « coopérer avec la justice » : « Je n’ai rien à perdre, je peux devenir fou vous savez. Ils (le gouvernement et le FBI) peuvent me faire quoi ?, me mettre en prison ?, je n’ai pas de femme, je n’ai pas d’enfant, je n’ai rien à perdre. » avait-il déclaré. Arrêté en 2010, il fut accusé d’avoir commandité plusieurs meurtres, dont celui de Joseph Scopo en 1993. Au début des années 1990, Théodore Perscio purgait une peine de prison dans un pénitencier fédéral et reçu une autorisation de sortie de quelques heures pour assister aux funérailles de sa grand-mère. Plusieurs membres de la famille Colombo étaient réunis au salon funéraire Scarpaci à Bensonhurst. A l’intérieur, Théodore Perscio arriva menotté, accompagné de trois gardiens de prison, ce qui n’empêcha pas ce dernier de faire passer des messages à plusieurs de ses Associés. Après avoir prié quelques minutes près du corps de sa grand-mère, Théodore Perscio Jr s’assit et d’après un ancien Soldat de la famille Colombo qui décida de coopérer avec le FBI, Anthony Russo, profita de cette occasion pour ordonner le meurtre de Joseph Scopo. La conversation à voix basse étant hors de portée des gardiens qui le « surveillaient » : « Vous allez voir Joey pour mettre fin à cette guerre » aurait-il déclaré, plusieurs mois plus tard, Joseph Scopo était abattu devant son domicile, mettant fin à la guerre interne qui avait éclatée dans la famille Colombo entre la faction menée par Vittorio « Little Vict » Orena et celle de Carmine Persico. Face à tant de preuves, Théodore Perscio décida de plaider coupable et la juge fédérale Sandra Townes, qui venait de condamner un ancien Capitaine de la famille Gambino à la prison à perpétuité, fut intransigeante et condamna le Soldat de la famille Colombo à près de douze ans dans un pénitencier fédéral : « Je vous assure, que je ferai de mon mieux pour ne plus me retrouver devant vous. » déclara Théodore Perscio Jr après le verdict.

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>