Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

colombo

LE PARRAIN DE LA FAMILLE COLOMBO : CARMINE "THE SNAKE" PERSICO VIENT DE DÉCÉDER - PARTIE 1

9 Mars 2019 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo

Carmine Persico
Carmine Persico

L’une des figures les plus emblématique de la Cosa Nostra, Carmine « The Snake » Persico, Parrain de la famille Colombo, vient de décéder, il était âgé de quatre vingt cinq ans. Purgeant une peine de cent trente neuf années de prison, après sa condamnation suite au procès dit de la Commission en 1985, Carmine Persico était incarcéré depuis les trente six dernières années de sa vie, au pénitencier fédéral de Butner dans l’État de la Caroline du Nord. Dernièrement, le Parrain de la famille Colombo, avait quitté la prison fédérale, pour aller se faire soigner dans un hôpital proche de son lieu d’incarcération, à l’hôpital Durham. La cause de son décès reste encore incertaine et son avocat, qui le défendait actuellement dans un procès contre le Bureau Fédéral des Prisons (BOP), affirma que son client était bien « décédé » stipulant simplement, que son état de santé : « s’était aggravé très rapidement », justifiant la décision de la direction de la prison fédérale de Butner, de transférer en urgence le Parrain de la famille Colombo vers l’hôpital le plus proche. Né le 8 Août 1933, Carmine Persico grandit à Park Slope et à Red Hook, deux quartiers à forte densité Italienne. Contrairement à beaucoup de gangsters issus de milieu pauvre, Carmine Persico provient de la classe moyenne et à reçu une éducation normale de la part de ses parents. Carmine Persico Sr travaillait dans un cabinet d’avocats à Manhattan, alors que sa mère, Susa Persico, était femme au foyer, et gérait tant bien que mal ses fils, l’ainé, Alphonse, Carmine et le plus jeune, Teddy. Tous les trois deviendront par la suite des membres de la Cosa Nostra, affiliés à la famille Colombo. Mais les quartiers de Brooklyn dans les années 1940 ne sont pas les mêmes qu’aujourd’hui. A cette époque, les gangsters défilaient dans les rues avec les grosses voitures, leur bijoux, sous les yeux ébahis des jeunes de Park Slope. Carmine Persico quitta rapidement le système scolaire et devint l’un des leader d’un gang rue, dénommé les « Garfield Boys ». Les Garfield Boys étaient des durs à cuire et n’hésitaient pas à utiliser la violence pour arriver à leurs fins. En 1951, Carmine Persico était âgé de dix sept ans et fit sa première rencontre avec la justice. Inculpé du meurtre d’un adolescent de son quartier, les accusations seront finalement abandonnées et Carmine Persico en sortira grandit, son respect renforcé. Les gangsters du quartier adoraient ce gamin, de nature tenace, qui avait su résister à la pression des services de police lors de son inculpation. A dix huit ans, Francesco « Frankie Shots » Abbatemarco, un Capitaine de la famille Profaci le prit sous son aile. A cette époque, Joseph Profaci était le Parrain de cette organisation criminelle, qui sera appelée quelques années plus tard, la famille Colombo. L’équipe de Francesco Abbatemarco était spécialisée dans les paris sportifs, l’usure, les cambriolages et les détournements de camions. Carmine Persico prit rapidement ses marques et devint un personnage incontournable. En récompense de sa loyauté et de sa faculté à ramener de l’argent, Carmine Persico sera intronisé dans la Cosa Nostra, il avait vingt et un ans, un âge relativement précoce. Au milieu des années 1950, les services de police suivaient de très près les activités illégales de Carmine Persico avec l’aide de Joseph « Crazy » Joe gallo et de ses frères Larry et Albert. Entre les années 1950 et les années 1960, Carmine Persico sera arrêté plus d’une douzaine de fois et inculpé dans près de vingt cinq affaires différentes. Les inculpations portées essentiellement sur des paris sportifs, des cambriolages, des tentatives de vol, des détournements de fonds ou encore d'une possession illégale d’armes à feux, mais jamais de meurtre. Sa réputation de tueur s’est accrue après le meurtre d’Albert Anastasia en octobre 1957, ou pendant un certain temps, les agences fédérales ont soupçonné Carmine Persico et les frères Gallo d’être à l’origine de cet assassinat. Mais le tournant décisif dans la carrière criminelle de Carmine Persico se passa en 1959, avec le meurtre de son mentor, Francesco Abbatemarco. Ce dernier, se déclarant endetté, avait décidé depuis quelques temps d’arrêter de rendre hommage au Parrain en exercice, Joseph Profaci. Après cet assassinat, Carmine Persico s’attendait récupérer les rackets de Francesco Abbatemarco, mais Joseph Profaci décidera au final de les attribuer à un autre Capitaine de sa famille. Carmine Persico était furieux et décidera d’agir. Avec l’aide des frères Gallo, ils enlèveront près de six Soldat ou des Capitaines, des proches de Joseph Profaci.  Le vieux Parrain, malade et affaibli, décidera de céder pour éviter qu’éclate une guerre interne dans la famille, mais Joseph Profaci avait une autre idée derrière la tête. Il persuada Carmine Persico de rejoindre son cercle très fermé, mais avant, il fallait éliminer les frères Gallo. En 1961, un sergent de police, qui rentra par hasard dans le Sahara Club, un bar de Brooklyn, interrompu deux hommes en train d’étrangler Lawrence « Larry » Gallo avec une corde a piano. Des informateurs viendront témoigner par la suite que Carmine Persico avait attiré Lawrence Gallo, mais ce dernier refusera de collaborer avec les autorités. Une guerre entre les deux factions, les Gallo et les Profaci allaient éclater, mais elle s’arrêta brusquement avec le décès de Joseph Profaci, nous étions en 1962.

Lire la suite

RETOUR À LA CASE PRISON POUR UN SOLDAT DE LA FAMILLE COLOMBO

22 Février 2019 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo

Ilario Sessa
Ilario Sessa

Ilario « Fat Larry » Sessa est un personnage assez atypique dans la Cosa Nostra. Agé de cinquante deux ans et vivant encore au domicile familial, le Soldat de la famille Colombo a la particularité d’avoir été intronisé au Métropolitan Center de New-York. Nous étions en 2010 et depuis des mois, la famille Colombo essayait désespérément d’introniser des nouveaux membres dont llario Sessa. La plupart des cérémonies mises en place, avaient été reportées à une date ultérieure voire annulées pour des raisons de sécurité. Après toutes ces tentatives, la famille Colombo pensait avoir trouvé l’emplacement idéal, le sous-sol de la maison du Soldat Emmanuel Favuzza, mais lors du trajet, des membres de la famille remarquèrent une surveillance plus étroite que d’habitude des fédéraux et la cérémonie fut alors une nouvelle fois annulée, au grand désarroi d’Ilario Sessa. En Janvier 2011, dans une manière de souhaiter la nouvelle année à la famille Colombo, les fédéraux lancèrent une opération de grande envergure sur cette organisation criminelle déjà très affaiblie. Les membres du panel de direction furent arrêtés et accusés de plusieurs charges fédérales tenant de la loi Rico. Dans ces arrestations, il y avait aussi, des Capitaines, des Soldats, mais aussi des Associés comme Ilario Sessa. Incarcéré au Métropolitan Center, les mafieux de la famille Colombo étaient rassemblés dans une grande pièce sous surveillance vidéo, quand une scène surréaliste se passa. Les gangsters entourèrent Ilario Sassa qui était assis sur un banc afin de lui faire prêter serment d’allégeance à la Cosa Nostra. Une fois la scène terminée, le mafieux intronisé se leva et salua un à un les gangsters présents, Ilario Sessa était désormais un Soldat de la famille Colombo. Cet initiation ne changera en rien le jugement de la justice fédéral, qui condamnera Ilario Sessa à quelques années de prison, rien de bien grave pour ce dernier, qui savait que le temps passé en prison faisait parti de la vie d’un membre de la Cosa Nostra. Par la suite, le Soldat de la famille Colombo fut relâché mais avec des restrictions très strictes sur sa liberté surveillée et le mafieux pour éviter tout problème avec la justice, décidera de travailler dans une concession automobile à Brooklyn, mais cela ne dura forcément qu’un temps. En effet, Ilario Sessa fut condamné cette semaine pour une violation de sa libération conditionnelle. Il y a quelques mois, les autorités fédérales avaient inculpé le mafieux d’avoir essayé, par le biais de téléphones jetables, de rentrer en communication avec des membres de la famille Colombo. La comparution devant la juge Kiyo Matsumoto, habituée de voir défiler dans son tribunal des membres de la Cosa Nostra, fut expéditive. Ilario Sessa qui dit, selon son avocat, souffrir de nombreux problèmes de santé, qui se seraient aggraver pendant son incarcération, fut condamné à un an et un jour de prison, une peine qu’il purge actuellement au Metropolitan Center de New-York. Lors de la dernière audience, l’avocat du Soldat de la famille Colombo, avait indiqué que son client était obèse, qu’il souffrait du lupus, de sténose de la colonne vertébrale, de diabète et de différentes maladies coronarienne. Il ajouta aussi par la même occasion qu’Ilario Sessa devait être opéré de toute urgence pour soulager des « douleurs atroces » et afin qu'il puisse retrouver une « certaine mobilité ». Pourtant selon les procureurs fédéraux, le Soldat de la famille Colombo n’avait pas l’air très malade, quand il s’était démène à plusieurs reprises pour essayer de trouver un moyen de communication avec les membres de la famille Colombo. Pourtant, à sa sortie de prison ses amis avaient essayé de remettre Ilario Sessa sur le droit chemin, en lui conseillant de s’investir dans sa nouvelle entreprise de voitures d'occasion et de gagner pour une fois, son argent légitiment. Mais la juge fédérale laissa dans son verdict, une seconde chance au Soldat de la famille Colombo. En effet, en condamnant Ilario Sessa à un an et un jour, ce dernier pourra prétendre dans les prochaines semaines à une énième demande de libération conditionnelle.

Lire la suite

LA COSA NOSTRA AUX ÉTATS-UNIS EN 2018

30 Décembre 2018 , Rédigé par Xav Publié dans #Gambino, #Lucchese, #Bonanno, #Colombo, #Genovese, #Buffalo, #Philadelphie, #Outfit, #Patriarca, #DeCavalcante

L’année 2018 fut riche en actualité pour les familles de la Cosa Nostra. Dès Janvier, le procès de Joseph Merlino, l’actuel Parrain de la famille de Philadelphie, commençait dans un climat assez tendu voire explosif. En effet, Joseph Merlino qui était le seul inculpé de l’opération à East Coast à tenter sa chance dans un procès fédéral, confiant dans l’idée d’en découdre de nouveaux avec les procureurs fédéraux, avec un seul objectif, avoir sa revanche. Joseph Merlino et son avocat, Edwin Jacobs Jr, étaient persuadés, que le témoignage du principal témoin, John Rubeo, un Associé de la famille Genovese, discrédité au fil de l’enquête, finirait automatiquement par un acquittement. Finalement, Joseph Merlino ne sera pas condamné, non pas en raison d’un vote unanime des jurés sur sa non-culpabilité, mais faute d’un verdict favorable dans cette affaire, le procès sera alors annulé. Deux mois après, on apprendra que Joseph Merlino, pour la première fois de sa longue « carrière criminelle » décidera de plaider coupable d’une accusation mineure, de jeux illégaux, un arrangement qui le fera condamner à deux années de prison, une peine qu’il purge actuellement dans la prison fédérale de Coleman dans l’État de la Floride. Nous étions alors en Mars 2018, et à plusieurs centaines de kilomètres de Philadelphie, à New-York, un Capitaine de la famille Bonanno, Ronald « Ronnie G » Giallanzo, décidera lui aussi de passer un accord de culpabilité avec les procureurs fédéraux. Les charges retenues contre le neveu de Vincent « Vinny » Asaro, qui ce dernier, demandait par la même occasion un nouveau procès suite à sa condamnation pour incendie volontaire, étaient trop importantes et Ronald Giallanzo, sera condamné à quatorze années de prison. Puis après ses accords de culpabilité, nous avons suivi le procès de l’ancien Parrain de la famille Patriarca, l’ancien renégat, Francis « Cadillac Frank » Salemme. Sa vie, digne d’un film de Martin Scorsese, avait démontré aux yeux de tous les Américains, la fragilité du statut de repentit, souvent accordé très rapidement par les procureurs fédéraux à différents mafieux sans scrupules, qui ne pensent qu’a une seule chose, sauver leur peau et non aider honnêtement les enquêteurs. Exemple type avec l’affaire de Francis Salemme, qui déjà condamné pour parjure après sa collaboration, continua à mentir obstinément, cela pendant plusieurs années aux autorités fédérales et alors qu’il était dans le programme de protection des témoins. Mais après plusieurs années d’enquête, Francis Salemme sera rattrapé par son passé tumultueux, et sera condamné à la prison à perpétuité incompressible pour le meurtre d’un Associé de la famille Patriarca, Steven DiSarro. Pendant ce temps là, on apprenait aussi que l’ancien Parrain de la Outfit, John « No Noze » DiFronzo venait de décéder de causes naturelles, laissant les pleins pouvoirs à son mentor, Salvatore « Solly D » DeLaurentis et que l’ancien Consigliere de la famille Lucchese, Christopher « Christie Tick » Funari  un rescapé du procès dit de La Commission, décéda lui aussi à l’âge de quatre vingt quatorze ans, la fin d’une époque. Mais alors, que des membres de la vielle école, comme Gene Gotti, retrouvait la liberté après avoir passé près de trente ans derrière les barreaux pour trafic de drogue, les familles de la Cosa Nostra ne pensent désormais qu’à une chose, la réorganisation. De la famille Lucchese, à la famille Bonanno, en passant par la famille Genovese, les familles mafieuses ont compris une chose, retourner aux valeurs de leurs ancêtres, tenir un profil bas et continuer à faire du business sous le radar du gouvernement fédéral. L’année 2019 risque elle aussi, de chambouler un peu les différentes hiérarchies mises en place actuellement au sein de la Cosa Nostra. Mais au final pour quel résultat ?. La famille Lucchese par exemple, va voir les membres de sa direction inculpés dans un procès, qui durera sans nul doute plusieurs semaines, pour des histoires de meurtre et de racket. Et après cette affaire, la Cosa Nostra sera t-elle éradiquée ?, malheureusement non. La priorité du gouvernement fédéral depuis 2001, est le terrorisme international, à juste titre, laissant les familles de la Cosa Nostra se développer, se restructurer et voire, comme pour la famille de Buffalo, que l’ont pensé défunte, revenir en haut de l’affiche, une histoire sans fin.

 

 

La famille Genovese :

Liborio Bellomo
Liborio Bellomo


Parrain : Liborio « Barney » Bellomo
Acting Boss : ?
Underboss : ?
Consigliere : ?

Membres : + 200-220
Associés : + 1000

 

L’année 2018 avait mal commencé pour la famille Genovese avec l’arrestation du fils de Vincent « The Chin » Gigante », Vincent Esposito. Même si son rôle au sein de cette organisation criminelle reste incertains, son arrestation reste sans nul doute symbolique pour les autorités fédérales, qui voulaient prouver en ce début d’année, que même la Rolls Royce du crime organisé, n’était pas épargnée par leur investigation. Vincent Espositio. membre intronisé de la famille Genovese, sera inculpé de diverses charges tenant de la loi RICO, dont l’extorsion et la fraude. Incarcéré pendant un moment au Métropolitan Center de New-York, Vincent Esposito a été récemment libéré sous caution, en résidence surveillée, à ses frais. L’année dernière, le rôle de Peter « Petey Red » DiChiara était clair pour les autorités fédérales. Depuis son club social basé à Manhattan, l’Acting Boss de la famille Genovese, considéré comme un membre de la vieille école et un individu très respecté par ses pairs, devait contrôler et réguler les activités au sein de la famille, pour faciliter la vie de son Parrain, Liborio « Barney » Bellomo. Mais en Mars dernier, coup de théâtre, Peter DiChiara venait de décéder, laissant depuis ce temps, une incertitude complète sur la hiérarchie actuelle de la plus grande famille de la Cosa Nostra aux Etats-Unis. Rien d’étonnant vous allez dire, la famille Genovese étant connue pour sa discrétion et pour son cloisonnement, une manière de fonctionner qui marche parfaitement. En effet, en 2018, la famille Genovese fut relativement épargnée et mise à part la condamnation d’Eugene « The Rooster » ONofrio à deux années de prison, un verdict découlant de l’opération East Coast, cette dernière reste encore à ce jour, la famille la plus stable et la plus importante aux Etats-Unis.

 

La famille Gambino :

Peter Gotti
Peter Gotti


Parrain : Peter « One Eye » Gotti
Acting Boss : Domenico « Italian Dom » Cefalu
Underboss : Francesco « Frankie Boy » Cali
Consigliere : ?
Street Panel : Anthony Gurino et Joseph « Sonny Juliano

Membres : + 190-210
Associés : + 1000

 

Une année relativement tranquille pour la famille Gambino, qui montre que depuis l’installation de son « Panel de contrôle », instauré avec l’arrivée au pouvoir de Francesco Cali et de Domenico Cali, que les opérations du FBI contre sa hiérarchie son inexistantes. Il est loin l’époque ou la famille Gambino faisait régulièrement à la « une » des médias Américains, et que son flamboyant Parrain, John Gotti faisait la couverture du Times. Désormais, depuis l’installation de membres d’origine Sicilienne dans sa hiérarchie, la deuxième famille de la Cosa Nostra aux Etats-Unis, reste cloisonnée et a mise en place une structure qui ne permet aucun contact entre des membres de bas niveau et la direction, évitant ainsi d’éventuelles fuites. Cette année, un membre de la famille a été libéré de prison et pas des moindres, en la personne de Gene Gotti, qui est sorti d’un pénitencier fédéral après avoir passé près de trente années pour trafic de drogue. Une telle durée d’emprisonnement, dans le monde souterrain de la Cosa Nostra mérite forcément le respect, mais il n’est pas certains que la personnalité de Gene Gotti puisse encore plaire à l’actuel direction de la famille Gambino et malgré le fait que le Parrain officiel reste Peter Gotti, un poste plus honorifique qu’autre chose au vu de son emprisonnement. Malgré son cloisonnement, la famille Gambino a démontré, avec la condamnation de son Capitaine, John Ambrosio, qu’elle restait une famille très active dans différents buisiness. Comme pour la famille Genovese, la famille Gambino a du sans nul doute profité de cette « année blanche » pour se restructurer de nouveau et confirmer sa position de leadership auprès des autres familles de la Cosa Nostra implantées en dehors de New-York et plus particulièrement avec la famille DeCavalcante, implantée dans l’État du New-Jersey

 

La famille Bonanno :

Michael Mancuso
Michael Mancuso


Parrain : Michael « the Nose » Mancuo
Acting Boss : Joseph « Joe C» Cammarano jr
Underboss : ?
Consigliere : John « Porky » Zancocchio

Membres : + 120-150
Associés : + 1000

 

La famille Bonanno aurait sans nul doute espérée une année plus tranquille, avec le retour à la maison de son Parrain, Michael « The Nose » Mancuso, qui récemment, a intégré un centre de transition, avant une sortie officielle dans les rues de New-York prévue en Mars 2019. Dès Janvier 2018, l’Acting Boss de la famille Bonanno, Joseph Cammarano Jr a été arrêté et inculpé de plusieurs charges fédérales tenant de la loi RICO, dont le meurtre, le racket, l’extorsion et le prêt usuraire. Cette opération lancée par le FBI en relation avec le NYPD, déstabilisa une nouvelle fois la hiérarchie d’une famille, abonnée depuis plusieurs années, à ce genre de situation. En plus de l’arrestation de Joseph Cammarano Jr, actuellement incarcéré au Métropolitan Center de New-York, le Consigliere, John Zancocchio, qui lui aussi inculpé, avait vu sa caution révoquée, avant de retrouver de nouveau la liberté quelques mois plus tard. Cette affaire actuellement en instance d’instruction risque sans nul doute de déstabiliser la famille Bonanno et il est fort à parier que les différents protagonistes dans cette affaire, continuent à garder la même ligne de conduite, en plaidant non-coupable. Il est donc inéluctable qu’un procès aura lieu. Un procès à haut risque, sous haute tension, sous le regard de Michael Mancuso, qui au vu de sa situation, aura une marge de manœuvre très limitée pour réorganiser sa famille. Alors même si la structure initiale de la famille Bonanno, composée de plus de dix Capitaines et d’une centaine de Soldats, reste pour l’instant intacte, cette organisation criminelle a tout de même perdu son ancien Underboss, Nicholas « Nicky The Mouth » Santora, décédé de cause naturelle. Récemment, le neveu de Michael Mancuso, le Soldat, Frank « Frankie Boy » Salerno, qui lui servait de « messager » pendant son incarcération, vient d’être condamnée à cinq année de prison pour racket.

 

La famille Lucchese :

Vittorio Amuso
Vittorio Amuso


Parrain : Vittorio « Vic » Amuso
Acting Boss : Matthew Madonna
Underboss : Steven « Wonderboy » Crea
Consigliere : Joseph « Big Joe » DiNapoli

Membres : + 100-140
Associés : + 1000

 

La famille Lucchese retient son souffle et est actuellement en suspens d’un futur procès relatif à une opération du FBI lancée contre sa hiérarchie en Mai 2017. Alors oui, en 2018, la famille fut relativement épargnée par les arrestations, mais elle navigue en eau trouble, sans direction apparente, avec un Parrain incarcéré depuis des décennies en prison et qui ne veut pas quitter son poste soi-disant honorifique. Le procès à venir risque alors d’être très compliqué pour la direction mafieuse, mais elle peut compter une nouvelle fois, sur les errances du gouvernement fédéral, qui ont vu depuis le lancement de l’enquête, la plupart de ses témoins complètement discrédités. Face à autant d’égarement auprès des procureurs fédéraux, Steven Crea Jr, fils de l’actuel Underboss, Steven Crea Sr, sera libéré sous caution et prépare depuis sa sortie activement sa défense, en faisant appel par exemple, à un expert polygraphique. Les témoins du gouvernement son désormais connus et malgré le plaider coupable du Soldat « Joey Glasses » Datello, qui a mis relativement en difficulté sa hiérarchie, l’année 2019 pour la famille Lucchese risque d'être cruciale. Comme pour la famille Bonanno il y a quelques années, cette organisation criminelle va soit continuer à prospérer grâce à ses différents rackets, ou pendant quelques années, végéter de nouveau dans l’ombre avec une nouvelle hiérarchie.

 

La famille Colombo :

Carmine Persico
Carmine Persico


Parrain : Carmine « The Snake » Persico
Acting Boss : Andrew « Andy Mush » Russo ?
Underboss : Benjamin « The Claw » Castellazzo ?
Consigliere : Thomas « Tom Mix » Farese ?

Membres : + 90-120
Associés : + 1000

 

Depuis l’opération du FBI en 2011, qui avait visé l’intégralité de sa hiérarchie, la famille Colombo, à depuis ce temps gardé une certaine stabilité et à sans nul doute, profité de ces années de tranquillité, pour se reconstruite et se restructurer. La famille Colombo a toujours été la plus petite des familles New-Yorkaise, mais aussi la plus instable. Impactée par plusieurs guerres internes au sein de sa structure, la famille Colombo avait démontré aussi, lors des dernières arrestations, qu’une multitude de collaborateurs gravitait dans ses rangs. Les opérations lancées contre les autres familles New-Yorkaise, ont démontré que malgré une certaine fragilité, elle reste toujours consultée pour des partages de business entre familles. Cette année fut relativement calme et surtout concentrée, sur une énième demande de libération de l’actuel Parrain, Carmine Persico, incarcéré depuis le procès dit de La Commission. Depuis la prison fédérale de Butner dans l’État de la Caroline du Nord, Carmine Persico essaye inexorablement de sortir de prison. Ses avocats avaient joué sur le fait que les nombreux problèmes de santé de leur client, ne lui permettaient pas de pouvoir continuer son incarcération correctement. Une demande qui fut rejetée par un juge fédéral, stipulant que suite à un rapport médical effectué par l’équipe de la prison d Butner, Carminer Persico pouvait continuer à mener ses activités quotidiennes et qu’il pouvait se déplacer de manière « indépendante et sans aucune difficulté ». 

 

La famille DeCavalcante :

Charles Marjuri
Charles Marjuri


Parrain : Charles « The Ear » Marjuri ?
Acting Boss : ? 
Underboss : ?
Consigliere : Frank Nigro

Membres : + 40-60
Associés : + 200

 

Difficile de faire un état actuel de la famille DeCalvante, tant cette dernière est restée discrète cette année. Depuis le décès de l’Acting Boss, Francesco Guarraci en 2016, on ne sait pas vraiment comme se compose sa hiérarchie. Lors de l’arrestation de Charles Stango, un Capitaine, opérant depuis l’État du Nevada, celui-ci avait déclaré dans plusieurs enregistrements, que Frank Nigro occupait le poste de Consigliere, en remplacement de Stefano Vitabile, rentré depuis sa sortie de prison dans une semi-retraite. Avec le décès de Giovanni Riggi, le poste de Parrain est toujours vacant et les rumeurs vont bon train. On parle de Charles Marjuri, un Capitaine de la vielle école, qui avait déjà fait parti d’un panel de décision à la fin des années 1990. Mais début Janvier, Philip Abramo surnommé « The King Of Wall Street » est sorti d’un pénitencier fédéral après avoir purgé près de quinze ans pour meurtre et racket. Son retour dans les rues d’Elizabeth dans le New-Jersey, peut être synonyme d’une future prise de pouvoir du gangster désormais âgé de soixante treize ans. Avant sa condamnation en 2003, Philip Abaramo n’avait jamais caché son amitié envers plusieurs membres de la famille Gambino et servait même d’intermédiaire entre les deux familles. Suite à l’arrestation de Charles Stango, ce dernier avait stipulé que la famille DeCavalcante était devenue très proche de la famille Gambino. Les deux familles à cette époque avaient tous les deux des hiérarchies dirigées par des membres d'origine Sicilienne.

 

La famille de Philadelphie :

Joseph Merlino
Joseph Merlino


Parrain : Joseph « Joey » Merlino
Acting Boss : Michael Lancellotti ?
Underboss : Steven « Handsomme Steve » Mazonne ?
Consigliere : Joseph « Uncle Joe » Ligambi

Membres : + 50-70
Associés : + 500

 

Comme à son habitude, la famille de Philadelphie, est la famille de la Cosa Nostra ayant fait le plus d’actualité pour l’année 2018. Début Janvier, le procès de l’actuel Parrain, Joseph Merlino, avait attiré en masse les médias. Il faut dire que la présence d’un Boss de la Cosa Nostra dans un procès fédéral n’est pas monnaie courante. Seul inculpé de l’opération East Coast à avoir décidé de plaider non-coupable, Joseph Merlino jouait gros, mais finalement, face à l’indécision des jurés sur sa culpabilité, le procès sera annulé. Il s’avéra par la suite que Joseph Merlino était passé tout proche d’une condamnation et pour éviter un second procès qui pouvait lui être fatal, Joseph Merlino négocia pour la première fois de sa longue carrière criminelle, un accord de plaidoyer avec les procureurs, qui l’amènera à purger près de années de prison. Avant son incarcération, Joseph Merlino a essayé de laisser des consignes strictes aux membres d’une famille connue pour sa violence et aux rebellions internes. Malgré son emprisonnement Joseph Merlino reste le Parrain, mais il essaya le plus possible de sécuriser sa hiérarchie en donnant des postes clés à ses proches, mais aussi à des individus hostiles à sa prise de pouvoir, des gangsters de la vieille école de l’ère Scarfo. Lors de sa dernière fête d’anniversaire, effectué quelques semaines avant son incarcération, Joseph Merlino avait voulu montrer « sa grandeur » auprès de ses membres, mais aussi des autres familles New-Yorkaise invitées pour l'occasion. Depuis ce jour là, les autorités fédérales sont persuadées qu’un poste important à été donné à Francis Iannarella, un Capitaine de la vieille école, qui a été libéré de prison après trente années derrière les barreaux. Son rôle est stratégique et va permettre de calmer les hostilités avec la faction Narducci/Pungitore. Il servirait par la même occasion de messager entre les membres de la famille et la hiérarchie, histoire de sécuriser les échanges et éviter ainsi les mauvaises surprises.

 

La Outfit :

Salvatore DeLaurentis
Salvatore DeLaurentis


Parrain : Salvatore « Solly D » DeLaurentis
Acting Boss : Albert « Albie The Falcon » Vena ? 
Underboss : Salvatore « Sammy Cards » Cataudella
Consigliere : Marco D’Amico

Membres : + 40-50
           Associés : + 1000

 

L’année 2018 pour la Outfit de Chicago, fut essentiellement marquée par le décès de John « No Noze » DiFronzo, qui a servi pendant des années comme Parrain de cette organisation criminelle. Depuis quelque temps, la santé de John DiFronzo devenait défaillante, des pertes de mémoires récurrentes, un prémice de la maladie d’Alzheimer, avait décidé le Parrain à rendre ses galons afin de préserver la structure d’une des familles de la Cosa Nostra les plus connues aux Etats-Unis. Salvatore DeLaurentis, qui a passé une grande partie de sa vie derrière les barreaux, repris donc le relais et essaya de changer la mentalité d’une famille connue pour son goût prononcé pour la violence. Il commença d’abord à sécuriser sa hiérarchie, en mettant des mafieux de la vielle école, qui ont su prouver par le passé, que l’incarcération ne les feraient pas dévier de leur serment d’allégeance à la Cosa Nostra. Il essaya aussi d’inculquer aux membres de sa familles, d’autres manières de fonctionner. Le meurtre est mauvais pour le buisness et attire inévitablement les autorités fédérales. Alors même si bon nombre de tueurs sont présents dans ses rangs, la Outfit est partie vers une autre stratégie. A ce jour, Salvatore DeLaurentis, qui se considère comme un honnête entrepreneur dans le « secteur de nettoyage de tapis », rigole quand les autorités fédérales le considèrent comme le Parrain de la Outfit.

 

La famille Patriarca :

Carmen DiNunzio
Carmen DiNunzio


Parrain : Carmine « The Cheese Man » DiNunzio
Acting Boss : ? 
Underboss : Matthew « Good Matty » Guglielmetti Jr
Consigliere : Joseph « The Bishop » Achille

           Membres : + 40-50
           Associés : + 200

 

Avec le décès de Peter Limone, les DiNunzio ont sans nul doute pris le pouvoir. Carmen DiNunzio, avait, dès sa sortie de prison, remanié la famille à sa façon, en faisant très attention aux postes attribués dans sa direction. La famille Patriarca est composée de deux factions. Une à Boston, dans l’État du Massachusetts, ou Carmen est originaire et une autre à Providence dans l'État du Rhode-Island. Dès sa nomination au poste de Parrain, Carmen DiNunzio confia le poste clé de Consigliere à Matthew Guglielmetti Jr. Ce dernier qui est un individu très respecté, est sorti en 2016 d'un pénitencier fédéral après avoir purgé près de onze ans pour trafic de drogue. Matthew Guglielmetti est aussi une personnalité solide, qui entretient de très bonnes relations avec la famille de Philadelphie et en particulier avec le Capitaine George Borgesi, dont il a traité avec lui personnellement pour différents business  En Février dernier, le frère de Carmen, Anthony, est sorti lui aussi de prison. Ce dernier qui occupait le poste d’Acting Boss avant son incarcération, pourrait reprendre, après avoir été libéré de toutes ses contraintes liées à sa liberté surveillée, le même rôle ou un autre poste significatif. Cette année, on a souvent parlé de la famille Patriarca, mais pas des membres actuels, surtout de l’ancien Parrain, Francis « Cadillac Frank » Salemme, qui était en procès avoir été inculpé du meurtre de Steven DiSarro, un ancien propriétaire de boite de nuit. Le procès aura duré plusieurs semaines et le principal témoin de cette affaire fut Robert DeLuca, ancien bras droit de Francis Salemme, qui pour éviter une nouvelle condamnation pour parjure, accepta de témoigner contre son ancien Boss. Le verdict fut sans surprise et Francis Salemme sera condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle. Ce dernier qui ne fait plus parti du programme de protection des témoins, va rentrer comme n’importe quel prisonnier dans le système carcéral Américain, ou dernièrement, l’une de ses anciennes connaissances, James « Whitey » Bulger, fut sauvagement assassiné et par qui ?, un ancien Associé des Patriarca, Paul DeCologero. 

 

La famille de Détroit :

Jack Giacalone
Jack Giacalone


Parrain : Jack « Jacky The Kid » Giacalone
Acting Boss : Peter « Blackie » Tocco
Underboss : Anthony « Chicago Tony » LaPiana
Consigliere : Anthony « Tony Pal » Palazzolo

        Membres : + 40-50
        Associés : + 200

 

Il est difficile pour les agences gouvernementales d’enquêter sur une famille de la Cosa Nostra. Généralement, plusieurs années sont nécessaires pour pouvoir mener à des inculpations. Les informations recueillies par le FBI et les autres services de police, viennent en particulier des informateurs présents à l’intérieur de la famille, mais pour la famille de Détroit cela est très compliquée. Depuis des décennies, cette organisation criminelle marche essentiellement avec les liens de sang et il est beaucoup plus difficile pour un membre de la Cosa Nostra, de donner des informations sur son neveu, son cousin, son frère, voire son propre fils. C’est pour cela que la famille de Détroit reste très cloisonnée et peu d’information filtre sur ses activités. Sa hiérarchie est connue et elle est composée pour la plupart, de criminels à col blanc, qui ont prouvé pendant des années leur allégeance à la Cosa Nostra. En 2018, la famille de Détroit fut complètement épargnée par les services de police et reste l’une des familles les plus stables et les plus respectées aux Etats-Unis

 

La famille de Buffalo :

Joseph Todaro Jr et son père Joseph Todaro Sr
Joseph Todaro Jr et son père Joseph Todaro Sr


Parrain : Joseph Todaro Jr
Acting Boss : ?
Underboss : Domenico Violi

Consigliere : ?

           Membres : + 30-40
           Associés : + 100

 

L’opération menée par le FBI et la GRC, la police Canadienne, a confirmé une chose, la famille de Buffalo que l’on pensait défunte, est bien toujours active et a su pendant ces dernières années, se réorganiser, en intronisant des membres venant du Canada, le pays frontalier. Avec la mort de l’ancien Parrain en 2013, Leonard Falcone  les agences gouvernementales étaient persuadées que Joseph Todaro Jr était entré dans une semi-retraite, plus occupé à gérer sa célèbre Pizzeria à Buffalo, La Nova Pizzeria, qui fait office de référence dans la région, bien au contraire. Les derniers enregistrements dévoilés récemment, ont démontré que Domenico Violi, fils d’un ancien Capitaine affilié à la famille Cotroni, Paolo Violi et proche de la famille Bonanno, était devenu Underboss de la famille Buffalo et nomma précisément Joseph Todaro Jr comme l’actuel Parrain. Cette organisation criminelle serait composée d’une trentaine de membres, éparpillés entre les Etats-Unis et le Canada et continuerait surtout, à rendre des comptes aux cinq familles New-Yorkaise. En effet, dès la nomination de Domenico Violi, la direction de la famille de Buffalo informa le Consigliere de la famille Bonanno, John Zancocchio qui informa quant- lui, directement Michael Mansuco, une décision qui fut alors actée. C’est la première fois dans l’histoire de la Cosa Nosra que des membres appartenant d’un autre pays fut élevé à un aussi haut niveau. Malgré la condamnation  récente de Domenico Violi à huit année de prisons pour trafic de drogue, il est fort à parier, que les autorités fédérales s’intéressent de nouveau de plus près aux activités de la famille de Buffalo.

Lire la suite

ANECDOTES DANS LA COSA NOSTRA

23 Décembre 2018 , Rédigé par Xav Publié dans #Gambino, #Colombo

Paul Castellano
Paul Castellano

A l’époque ou Paul « Big Paulie » Castellano était à la tête de la famille Gambino, le Parrain avait fait passer un message à ses Capitaines les plus proches : « Certains mecs qui purgent des longues peines de prison à cause de la drogue et qui devront bientôt sortir, on va devoir s’en occuper ». Le message était clair. Les membres de la famille Gambino qui ont été condamnés pour trafic de drogue, ne recevront pas une promotion pour avoir purgé leur peine sans broncher, mais plutôt un contrat sur leur tête. Paul Castellano l'avait dit dès qu'il avait pris le contrôle de la famille Gambino : « Tu vends de la drogue?, tu meurs ». Paul Castellano n'avait pas du tout digéré son inculpation dans le procès dit de La Commission et voulait faire un exemple. Angelo Meli était un Capitaine de la famille Gambino qui vendait de la drogue à Brooklyn  Paul Castellano avait demandé à un autre Capitaine, Paul Zaccaria de s’occuper de ce contrat, une fois qu’Angelo Meli sera libéré de prison, une anecdote qui avait fortement marquée Michael DiLeonardo : « Je regardais Zac (Paul Zaccaria) et je me disais qu’on devait aller tuer ce type dès qu’il rentrera à la maison. Son père, son grand père étaient des membres intronisés de la Cosa Nostra. Le problème est que si vous n’étiez pas dans les petits papiers du Parrain, vous n’étiez rien ». Ironiquement, Angelo Meli aura la vie sauve grâce à John Gotti, un membre influent de la famille Gambino qui trempait lui aussi dans la drogue et qui après avoir orchestré l’assassinat contre Paul Castellano, avait annulé par la même occasion le contrat sur la tête d’Angelo Meli. Toujours selon Michael Leonardo, la règle qui disait « Tu trafiques dans la drogue, tu meurs » était une règle hypocrite, car Paul Castellano savait pertinemment que certaines enveloppes remplies d’argent qu’il recevait chaque semaine dans son palace de Staten Island, provenait du trafic de drogue.

 

Parlons un peu de la famille Colombo. En 2011, une opération orchestrée par le FBI,

Andrew Russo
Andrew Russo

permit d’arrêter près de cent vingt membres et Associés dans trois différents des États des Etats-Unis : à New-York, dans le New-Jersey et dans la Nouvelle-Angleterre. Parmi ces arrestations, une famille fut plus touchée que les autres, la famille Colombo. Cette organisation criminelle qui est gérée par Carmine « The Snake » Persico depuis la prison fédérale de Butner dans l’État de la Caroline du Nord, avait vu ce jour là, son Acting Boss, Andrew « Andy Mush » Russo, son Underboss, Benjamin « the Claw » Castellazzo et son Consigliere « Richard « Richie » Fusco arrêtés pour une multitude de crimes relatives à la loi RICO. Selon les autorités fédérales, Andrew Russo qui est le cousin de Carmine Persico, avait succédé logiquement à la tête de la famille Colombo en raison de ses liens de parenté, mais aussi pour son goût prononcé pour la violence. L’objectif d’Andrew Russo était de réorganiser une famille déchirée par une guerre interne qui avait éclaté au début des années 1990, entre Vittorio « Little Vic » Orena et les fidèles de Carmine Persico. Après son arrestation, Andrew Russo avait comparu automatiquement devant un tribunal fédéral pour son placement ou non en détention. Ce jour là, les procureurs fédéraux avaient sorti le grand jeu, ils avaient tout prévu, surtout des enregistrement d’Andrew Russo qui appelait ouvertement à la violence pour des membres qui ne « filaient pas droit » : « Je n’hésiterai pas et je n’ai jamais hésité, à faire du mal à une personne qui s’écarte de la ligne qu’on essaye de construire » déclara Andrew Russo. Selon le FBI, l’Acting Boss de la famille Colombo passait ses journées dans des réunions pour gérer des conflits dans sa propre famille, ou avec d’autres familles New-Yorkaise pour des différents dans certains buisness. Lors d’une réunion avec la famille Gambino, présidait par Andrew Russo, ce dernier devait débattre du sort de l’un de ses Associés, Walter Samperi, qui avait été poignardé par un gangster affilié à la famille Gambino. Pour essayer de résoudre ce conflit, Andrew Russo demanda aux Gambino, de payer la totalité des frais médicaux de Walter Samperi, en un seul versement de cent cinquante mille dollars. La famille Gambino accepta l’offre proposée par Andrew Russo, mais finalement après son arrestation, la famille Gambino « oubliera » curieusement de verser la somme négociée pour Walter Santucci, qui finira par aller se soigner en Italie, son pays d’origine, pour profiter de son système de santé gratuit. Un an avant son inculpation, Andrew Russo avait demandé des promesses de loyauté à certains membres influents de la famille Colombo et si ces derniers refusaient de se soumettre aux ordres d’Andew Russo, ce dernier avertirait personnellement les autres familles de la Cosa Nostra. Le but de l’Acting Boss de la famille Colombo était aussi d’introniser de nouveaux membres, apporter du sang neuf à une famille en pleine perdition. Lors d’une réunion avec son Underboss, Benjamin Castellazzo et son Consigliere, Richard Fusco, Andrew Russo voulait introniser des individus « intelligents », qui étaient « capables de tuer et de gagner du temps ». Un gangster était dans le viseur d’Andrew Russo, Ilario « Fat Larry » Sessa, mais sa cérémonie d’intronisation qui devait se dérouler dans la maison du Soldat Emanuel Favuzza, avait été annulée à la dernière minute, en raison de la surveillance de plusieurs agents fédéraux. Finalement, Ilario Sessa sera initié un mois plus tard, après son arrestation, alors qu’il était incarcéré au Métropolitan Center de New-York, dans une pièce qui était pourtant sous surveillance vidéo. Au final, Andrew Russo sera condamné à trente trois mois de prison et sera libéré de prison en Juin 2013. Depuis sa libération, les autorités fédérales sont persuadées que ce gangster de la vieille école, désormais âgé de quatre vingt neuf ans, continue à gérer activement la famille Colombo avec l’aide de son nouveau Consigliere, Thomas « Tom Mix » Farese.

Lire la suite

CARMINE PERSICO VA DEVOIR RESTER EN PRISON

22 Septembre 2018 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo

Carmine Persico
Carmine Persico

En Janvier 2017, Carmine « The Snake »  Persico, l’actuel Parrain de la famille Colombo, a fêté un événement assez particulier, sa trentième année derrière les barreaux. Condamné en 1987, dans le procès dit de la Commission, Carmine Persico sait pertinemment qu’il va terminer sa vie derrière les barreaux, mais depuis quelques années, il essaye avec l’aide de ses avocats, de faire annuler son verdict afin de pouvoir retrouver la liberté. En 2016, Carmine Persico avait déjà déposé devant une cour fédérale de Manhattan, des documents démontrant que le FBI avait dissimulé des preuves prouvant sa non-culpabilité dans plusieurs affaires. Les avocats de Carmine Persico s’étaient appuyés sur le Freedom Of Information Act, une loi Américaine qui oblige les agences fédérales à délivrer leurs informations à quiconque en ferait la demande, mais cette manœuvre n’aboutira finalement pas. En 2017, les avocats de la défense ont contre-attaqué, en déclarant que lors du procès dit de la Commission, les procureurs avaient stipulé que Carmine Persico avait participé, avec d’autres chefs mafieux, au vote pour éliminer Carmine Galante. Mais selon le témoignage de l’ancien Parrain de la famille Bonanno, désormais repenti, Joseph Massino, cet assassinat s’est décidé « en famille », une tambouille à l’interne effectuée au sein des Bonanno par Philip « Rusty » Rastelli depuis sa cellule de prison, sans l’accord de la Commission. De plus, les avocats de la défense veulent prouver que Carminer Persico avait pris le pouvoir au sein de la famille Colombo au début des années 1980 et non dans les années 1970, comme indiqué par les procureurs fédéraux lors du procès de la Commission et de ce fait les crimes qui se sont passées pendant cette période, ne peuvent pas lui être imputés. Carmine Persico purge actuellement sa peine dans l’établissement fédéral de Butner dans l’État de la Caroline du Nord. Ce complexe, composé d’un centre médical est un pénitencier « apprécié » des prisonniers fédéraux pour ces conditions de détention. Le Parrain de la famille Colombo qui est désormais âgé de quatre vingt cinq ans, serait selon ses avocats, aveugle d’un œil et souffrirait de divers problèmes, dont une maladie cardiaque et rénale. Mais dernièrement, peu après avoir « fêté » sa trente troisième année en prison, le directeur de la prison fédéral de Butner envoya une lettre à Carmine Persico, lui expliquant que l’équipe médicale de la prison avait confirmé que ce dernier pouvait mener ses activités quotidiennes dans la pénitencier et qu’il pouvait se déplacer de manière indépendante, sans aucune difficulté. En attendant un éventuel transfert dans l’aile de sécurité « médium » de la prison, Carmine Persico restera détenu dans le centre médical de Butner. Dans la lettre adressée au Parrain de la famille Colombo, le directeur de la prison confirma par la même occasion que ce dernier souffrait de « problèmes chroniques qui étaient dus à son vieillissement », mais qu’il n’avait « aucune détérioration physique ou mentale pouvant démontrer son incapacité à rester incarcérer ». Récemment, une audience de libération conditionnelle avait été accordée, mais cette dernière fut annulée, le jour ou Carmine Persico devait se présenter devant un juge fédéral, sans réel motif. Les avocats de la défense ont tout de suite fait appel de cette décision et ont fait comprendre aux procureurs fédéraux, que leur client continuera à se battre pour sortir de prison.
 

Lire la suite

ARRESTATIONS DANS LES FAMILLES COLOMBO ET GAMBINO

13 Juillet 2018 , Rédigé par Xav Publié dans #Gambino, #Colombo

On l’a pensé hors d’état de nuire, pratiquement détruite après de nombreuses arrestations, dues en raison de la collaboration de la plupart de ses membres. On pensait que cette famille n’avait plus de hiérarchie, que son Parrain, incarcéré à perpétuité depuis le procès dit de la Commission, ne gérait plus grand chose. Mais malheureusement comme une pieuvre, une famille de la Cosa Nostra ne meurt pas facilement. La famille Colombo a végété dans l’ombre pendant quelques années, mais les arrestations de cette semaine ont su prouver qu’elle était encore bien active dans plusieurs domaines. L’acte d’accusation dévoilée contre des membres de la Cosa Nosta implantés à Brooklyn ou encore Staten-Island, montre une multitude d’activités criminelle commises sur une période comprise entre Décembre 2010 et Juin 2018. Jerry « Fat Jerry » Ciauri et Vito « The Mask » DiFalco des membres de la famille Colombo et Anthony « Anthony Suits » LiCata, un membre de la famille Gambino font partis des membres intronisés de la Cosa Nostra arrêtés cette semaine et présentés devant un juge fédéral du district Est de New-York. Jerry Ciauri s’était déjà illustré à plusieurs reprises. Ayant déjà purgé par le passé une peine comprise entre douze et vingt cinq ans de prison pour des délits commis pour le compte de la famille Colombo, Jerry Ciauri avait fait la une de plusieurs médias Américains en 2004, après s’être illustré comme un futur comédien en herbe, lors d’une représentation du film Douze hommes en colère, jouait depuis le pénitencier de Sing Sing. Aujourd’hui, le Soldat de la famille Colombo, fait de nouveaux les gros titres des médias, mais pour une toute autre activité. Selon les procureurs fédéraux, Jerry Ciauri aurait prêté de l’argent à des taux exorbitants à des individus accros aux jeux et n'hésitait pas à utiliser la violence pour récupérer l’argent des mauvais payeurs. Par la même occasion, il a essayé de blanchir, par des moyens frauduleux, son argent afin de dissimuler sa participation dans les activités criminelles de la famille Colombo. Toujours d’après les procureurs fédéraux, Jerry Ciauri aurait menacé à plusieurs reprises l’un de ses Associés avec une arme à feux, l’accusant de ne pas donner l’argent provenant des prêts usuraires assez rapidement. Il demanda même à un autre Associé, dénommé Salvatore DiSano, connu sous le pseudonyme de Sal Heaven, de traquer cet individu et de crever les pneus de son véhicule en plein milieu de la nuit. Un autre Soldat de la famille Colombo, Vito DiFalco, lui aussi impliqué dans le prêt usuraire, aurait harcelé un mauvais payeur qui lui devait des milliers de dollars. Selon les déclarations dévoilées par les procureurs fédéraux, Vito DiFalco aurait intimidé l’individu en question, le menaçant de bruler son véhicule : « Tu sais quand je suis calme, je peux faire des bonnes choses, comme quand j’étais devant ta maison l’autre fois. Par contre, si je m’énerve j’aurais mis le feu à ta Mercedes » aurait t’il déclaré. « Cette enquête dévoile de nouveaux que les membres de la Cosa Nostra continuent à s’attaquer à notre communauté, profitant de leur réseau criminel pour utiliser la violence et s’enrichir » déclara l’un des procureurs : « La Cosa Nostra est certainement diminuée, mais elle n’est pas morte » déclara un Officier du NYPD qui travailla en étroite collaboration avec le FBI pour pouvoir arrêter et inculper les membres la Cosa Nostra. Les accusés qui risquent jusqu'à vingt années derrière les barreaux, ont tous décidé de plaider non-coupable.

Lire la suite

UN ANCIEN SOLDAT DE LA FAMILLE COLOMBO QUI A COOPÉRÉ CONTRE SON PROPRE FRÈRE SORT DE PRISON

2 Mars 2018 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo

Sebastian Saracino
Sebastian Saracino

Les membres de la Cosa Nostra se définissent comme des « hommes d’honneur » prêts à supporter n’importe quel type de pression pour respecter leur serment d’allégeance à l’omerta. Aujourd’hui, certains d’entre eux, des criminels multirécidivistes, n’hésitent plus pour éviter des longues peines de prison, à coopérer avec la justice Américaine. Le « deal » entre les deux parties est simple. Plus le repenti donne des informations permettant d’arrêter et d’incarcérer des membres de la Cosa Nostra, plus il a de chance de pouvoir commencer une nouvelle vie, loin de ses anciens Associés, dans le programme de protection des témoins. Certains d’entre eux, en plus de collaborer contre leur ancienne organisation, n’hésitent pas une seule seconde pour témoigner contre des membres de leur propre famille. Ce fut le cas de Sebastian Saracino. Ce dernier à longtemps était un Soldat de la famille Colombo, avant de décider de collaborer avec la justice Américaine pour éviter une peine avoisinant les soixante dix années dans un pénitencier fédéral, après avoir été arrêté et inculpé de plusieurs charges fédérales tenant de la loi RICO, dont le meurtre et le racket. Pour Sebastian Saracino, terminer sa vie derrière les barreaux était surement inenvisageable, trop dur à accepter et proposa aux procureurs fédéraux de témoigner contre contre son propre frère, Dino Saracino, un Capitaine dans la famille Colombo. Un accord fut vite trouvé, les procureurs fédéraux étaient prêts à « oublier » certains délits, pour mettre derrière les barreaux un membre influent de la famille Colombo. Lors de son procès, il désigna sans trembler, le pointant même du doigt, son frère, comme l’assassin de Richard Greaves, un Associé de la famille Colombo, assassiné dans le sous-sol de sa propre maison. Le procès de

Dino Saracino
Dino Saracino

Dino Saracino fut extrêmement tendu. Devant les jurés, Sebastian Saracino continua à raconter sa vie dans la Cosa Nostra, à côté de son frère, expliquant les moindres détails, plus ou moins sordides, le tout était de convaincre les jurés que Dino Saracino était un tueur à la solde de la famille Colombo. Pendant le témoignage de Sebastian Saracino, son frère Dino hurla dans la salle d’audience : « Ce gars là, ce n’est pas mon frère, arrête de mentir Sebby ». Au final, le témoignage de Sebastian Saracino aura eu l’effet escompté et Dino Saracino sera condamné à près de cinquante années dans une prison fédérale. Ce dernier qui s’était vanté pendant son procès, de pouvoir purger près de « vingt ans » et sortir de prison « avec le sourire », risque sans nul doute de terminer sa vie derrière les barreaux. Cette semaine, c’est soit disant un autre homme, qui s’est présenté devant un juge fédéral à New-York, pour recevoir son verdict après sa coopération avec l’agence gouvernementale. S’apitoyant sur son sort, Sebastian Saracino commença à déclarer, qu’il « n’avait jamais voulu de cette vie » et que désormais, il pouvait être « une bonne personne ». Son avocat déclara : « Sebastien Saracino a tourné le dos à la Cosa Nostra, mais il a aussi tourné le dos à sa famille. Mon client n’a jamais voulu avoir la gloire et je pense que ça fait de lui une meilleure personne ». Au final, le juge fédéral décidera que Sebastian Saracino pouvait désormais sortir en homme libre de ce tribunal. Incarcéré depuis son arrestation et même après son témoignage contre son propre frère, le juge décida que ce temps d’emprisonnement avait été suffisant, vu l’effet de sa coopération contre les membres de la Cosa Nostra. En contrepartie, Sebastian Saracino devra renoncer à deux propriétés à Brooklyn, payer une amende de soixante quinze mille dollars pour un incendie volontaire et rembourser près de dix huit mille cinq cent dollars à la famille de la victime.

Lire la suite

LA COSA NOSTRA AUX ÉTATS-UNIS EN 2017

30 Décembre 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Gambino, #Bonanno, #Genovese, #Lucchese, #Colombo, #DeCavalcante, #Philadelphie, #Detroit, #Outfit, #Patriarca, #Buffalo

Encore une année remplie de désillusions pour les procureurs fédéraux et les agences gouvernementales en charge de la surveillance des familles de la Cosa Nostra. L’opération East Coast lancée contre plusieurs mafieux de hauts rangs, dont des Capitaines de la famille Genovese et l’actuel Parrain de la famille de Philadelphie, devait redorer le blason d’un bureau fédéral en perte de vitesse depuis quelques années sur ce sujet. Au jour d’aujourd’hui, cette affaire devient actuellement une affaire très difficile à gérer pour les procureurs fédéraux, qui n’espèrent qu’une seule chose, tourner le plus rapidement la page. Pourtant, tout avait bien commencé. Le FBI avait démontré par plusieurs mois d’enquête, que la famille de Philadelphie et en particulier son Parrain, Joseph Merlnio, avait effectué du buisiness avec la famille Genovese et ses Capitaines, Pasquale « Patsy » Parrello et Eugene « Rooster » O’Nofrio. Mais au fil des mois, les procureurs avaient remarqué que deux agents du FBI en charge de la surveillance du principal témoin, un Associé de la famille Genovese, John Rubio, avaient largement transgressé le cadre légal, ce qui mènera au licenciement de l’un de ses agents. Au final, les procureurs fédéraux embarrassés de remarquer leur principal témoin complètement discréditer avant même l’ouverture des procès, ont décidé de négocier des accords de plaidoyer très avantageux avec les principaux accusés. Surement vexé d’avoir été la cause d’une future débâcle, le FBI passe une nouvelle fois à l’offensive et cibla une famille, les Lucchese. La hiérarchie mafieuse fut inculpée de plusieurs charges fédérales tenant de la loi RICO : le meurtre, le racket, l’extorsion, encore et toujours les mêmes délits. Ces arrestations ont prouvé une nouvelle fois, que les Parrains de la Cosa Nostra, même incarcérés dans de prisons fédérales, continuent à régner sur leur empire criminel. L’année 2018 sera sans doute une année charnière pour les agences gouvernementales dans leur lutte contre la Cosa Nostra. Les prochains procès définiront sans nul doute leur future stratégie, qui devra être dessiner très rapidement. En effet, alors que la justice Américaine enchaine les échecs contre les familles mafieuses, ces dernières profitent de cette situation pour se renforcer, pour se réorganiser. Laisser ces organisations criminelles la possibilité de respirer, leur permettent de pouvoir se reconstruire, même quand on pensait qu’une famille était défunte, comme la famille de Buffalo.

 

 

La famille Genovese :

 

Liborio Bellomo
Liborio Bellomo

 

Parrain : Liborio « Barney » Bellomo
Acting Boss : Peter « Petey Red » Dichiara
Underboss : ?
Consigliere : ?

Membres : + 250
Associés : + 1000

 

L’année 2016 s’était mal terminée pour la famille Genovese. L’affaire East Coast couplée avec l’opération Shark, avait démontré des ramifications entre la Roll’s Royce du crime organisé aux Etats-Unis et la famille de Philaldephie, mais aussi une implatation encoe importante à New-York. En Mai dernier Pasquale « Patsy » Parrello, l’un des Capitaines incriminés dans l’affaire East Coast décidera de plaider coupable, profitant des offres assez avantageuses des procureurs fédéraux. En Août, Venero « Benny Eggs » Mangano, un membre emblématique de la famille Génovese, qui a longtemps servi dans le panel de direction, décédé de cause naturelle à l’âge quatre vingt quinze ans. On ne sait pas si ce mafieux de la vieille école jouait encore une part importante dans les décisions familiales, mais une chose est sûre, la hiérarchie de la famille Genvose n’a pas était une seule fois inquiété par les différentes opérations menées par les agences gouvernementales. Liborio « Barney » Bellomo serait toujours l’actuel Parrain, épaulé par Peter « Petey Red » DiChiara. Opérant depuis le quartier de Cherry Streets, les activités récentes et les aller-retours incessants dans le club social détenu par l’actuel Acting Boss de la famille Genovese, confirment que ce dernier joue un rôle essentiel dans la structure de la famille Genovese. Pour les autres postes ? on attendra, la famille Genovese reste encore une famille très cloisonnée confirmant ainsi sa supériorité par rapport aux quatre autres familles New-Yorkaise. A noter qu’une partie de son équipe basée à Springfield dans l’État du Massachussetts, a subi les frais de l’opération East Coast.

 

 

La famille Gambino:

 

Peter Gotti
Peter Gotti

 

Parrain : Peter « One Eye » Gotti
Acting Boss : Francesco « Frankie Boy » Cali
Underboss : ?
Consigliere : ?

Street Panel : Joseph « Sonny « Juliano
                      Anthony Gurino          

Membres : + 200-250
Associés : + 1000

 

 

Sans l’inculpation en Décembre dernier du Capitaine, John « Johnny Boy » Ambrosi, la famille Gambino a relativement été épargnée cette année, la raison surement à son panel de rue se trouvant en dessous de la hiérarchie mafieuse, la protégeant ainsi des des inculpations sur des agences fédérales. Seulement, sur les trois Capitaines que composent ce panel, l’un d’entre eux, John Gambino est décédé en Novembre, laissant derrière lui, d’importante connexion avec les autres mafias italiennes dans le trafic de drogue. L’année dernière, on se posait la question pour savoir si Francesco Cali était devenu ou non le nouveau Parrain, à la place d’un Domenico Cefalu devenant vieillissant et préférant prendre sa retraite. Les informations qui ont découlé de l’affaire East Coast ont démontré qu’en réalité, Peter Gotti, qui était devenu le Boss de la famille Gambino au début des années 2000, occuperait toujours cette faction et ce malgré, son incarcération pour racket et une libération prévue en 2032. Dans un sens, il semble, que pour l’actuel hiérarchie mafieuse, dirigeait principalement par des membres d’origine Sicilienne, cette organisation ne semble par pour autant les contrariés. Peter Gotti est certes toujours le Parrain, un titre plus honorifique qu’autre chose, et ils savent qu’en cas d’opération d’envergure contre la famille Gambino, le Parrain sera toujours la cible prioritaire.

 

La famille Lucchese :

 

Vittorio Amuso
Vittorio Amuso

 

Parrain : Vittorio « Vic » Amuso
Acting Boss : Matthew Madonna
Underboss : Steven « Wonderboy » Crea
Consigliere : Joseph DiNapoli

Membres : + 100-130
Associés : + 1000

 

La famille Lucchese était surement trop tranquille. Après l’opération East Coast, le FBI décida quelques mois plus tard d’inculper une grande partie de la hiérarchie mafieuse. Steven Crea, Matthew Madonna qui était déjà incarcéré, Joseph DiNapoli, ainsi que des Capitaines et des Soldats, furent accusés de plusieurs charges fédérales tenant de la loi RICO, dont le racket, l’extorsion et le meurtre. Cette opération avait confirmé en partie la hiérarchie actuelle de la famille Lucchese, qui avait eu beaucoup de mal à se reconstruire après la fin de l’ère Amuso/Casso, qui avait créé un climat délétère dans cette famille, qui avait toujours été habituée à une certaine stabilité. Justement, pendant des années, les agences gouvernementales pensaient que Vittorio Amuso, l’ancien Parrain, incarcéré à perpétuité pour plusieurs meurtres, avait décidé de laisser sa place à Steven Crea, cette opération infirma le contraire. Bien qu’incarcéré dans une prison fédérale de haute sécurité, Vittorio Amuso, n’aurait jamais voulu céder son titre de Parrain.

 

 

La famille Bonanno :

 

Michael Mancuso
Michael Mancuso

 

Parrain : Michael « The Nose » Mancuso
Acting Boss : Joseph « Joe C» Cammarano
Underboss : ?
Consigliere : Anthony « Fat Tony » Rabito

Membres : + 100-120
Associés : + 1000

 

En 2017, l’actualité liée à la famille Bonanno, s’est concentrée en grande partie sur une seule personne, le Capitaine Vincent « Vinny » Asaro. Visiblement très énervé d’avoir vu ce dernier se faire acquitter dans l’affaire dit de la Lufthansa, les procureurs fédéraux inculpèrent Vincent Asaro, d’incendie volontaire. Ce dernier qui avait décidé de plaider coupable por la première fois de vie, a finalement été condamné après de huit années de prison, signifiant sans nul doute, la fin de son parcours criminel. La famille Bonanno est en pleine restructuration. Il ne fait plus aucun doute pour le FBI que Michael Mancuso, Parrain de cette organisation criminelle, gérait une grande partie des affaires de la famille Bonanno, depuis une prison fédérale du Texas, par le biais de différents intermédiaires, dont son propre neveu, le Soldat Franck « Frankie Boy » Salerno. Les agences gouvernementales en sont conscientes, et avait décidé transférer ce dernier dans plusieurs pénitenciers fédéraux, d’abord à Danbury dans l’État du Connecticut et désormais à Allenwood dans l’État de la Pennsylvanie, pour essayer de couper les liens entre sa cellule et la famille Bonanno. Mais Michael Mancuso qui est actuellement incarcéré pour des histoires de meurtre, devrait sortir de prison très prochainement en 2019 et continue à réorganiser les rangs, en intronisant de nouveaux membres. L’un d’entre eux, qui a décidé de collaborer avec le FBI, Vincent Morena, a pu enregistrer sa « cérémonie » d’intronisation, mais aussi permettre au FBI d’arrêter le Capitaine Damiano Zummo. Cette opération lancée par le FBI en Novembre dernier, a permis de confirmer une présence assez significative de la famille Bonanno au Canada, notamment dans la région d’Ontario.

 

 

La famille Colombo :

 

Carmine Persico
Carmine Persico

 

Parrain : Carmine « The Snake » Persico
Acting Boss : Andrew « Andy Mush » Russo
Underboss : Benjamin « The Claw » Castellazo
Consigliere : Thomas « Tom Mix » Fareze

Membres : + 90-110
Associés : + 1000

 

La famille Colombo reste toujours la plus petite des quatre autres familles New-Yorkaise. Gérée depuis plusieurs décennies par Carmine Persico à partir du pénitencier fédéral de Butner dans l’État de la Caroline du Nord, la famille Colombo n’a vraiment pas fait parler d’elle cette année. Carmine Persico a essayé, avec l’aide de ses avocats, à plusieurs reprises de sortir de prison, sans succès. Quant-à son fils, Michael Persico, un Associé de la famille Colombo, il a été condamné à cinq années de prison pour racket. Ce dernier joue un rôle déterminant dans cette organisation criminelle et malgré son simple statut d’Associé, garde une réelle influence dans les rues.

 

La famille DeCavalcante :

 

Philip Abramo
Philip Abramo

 

Parrain : ?
Acting Boss : ?
Underboss : ?
Consigliere : Frank Nigro

Membres : + 50-80
Associés : + 1000

 

Depuis le décès de Giovanni « John » Riggi, l’ancien Parrain et de Francesco « Frank » Guarani  qui faisait office d'Acting Boss et futur successeur, il est très difficile d’avoir un aperçu de l’actuel hiérarchie de la famille DeCavalcante. Encore très bien implantée dans l’État du New-Jersey, malgré la présence significative des familles Lucchese, Genovese et Gambino dans cet État, elle reste une famille stable, qui va retrouver dans les prochaines années, des membres influents, qui avaient été incarcérés au début des années 2000 après de la défection de Vincent « Vinny » Palermo. Philip Abramo surnommé « The King Of Wall Street », un membre influent de la famille DeCavalcante au début des années 1990, sera libérable en Janvier 2018, après avoir purgé près de quinze années pour meurtre et racket et pourrait se présenter comme un candidat sérieux au poste suprême. Charles Marjuri, qui a toujours été intéressé au poste de Parrain, pourrait être aussi une possibilité. Cette année, le Soldat Jerry Balzano avait fait le tour des médias Américains, après avoir été filmé en train d’agresser physiquement un automobiliste, un peu trop collant à son gout. En Avril dernier, il plaidera coupable, sans aucune excuse aux victimes et sera prochainement condamné à une peine maximale de deux années dans une prison d’État.

 

 

La famille de Philadelphie :

 

Joseph Merlino
Joseph Merlino

 

Parrain : Joseph « Joey » Merlino
Acting Boss : Steven « Handsome Steve » Mazzone
Underboss : ?
Consigliere : Joseph « Uncle Joe » Ligambi

Membres : + 70-80
Associés : + 500-1000

 

Encore une année assez mouvementée pour la famille de Phialdelphie, qui va voir son Parrain, Joseph Merlino, comparaitre dans les prochaines semaines dans un tribunal fédéral, pour répondre des accusations portées contre lui suite à l’affaire East Coast. Cette opération avait chamboulé quelque peut les lignes, dans cette famille jugée pour avoir un goût très prononcé par la violence et ou les clans y sont monnaie courante. En effet, il s’est avéré que Joseph Merlino avait fait du buisness avec les familles New-Yorkaise et en particulier avec la famille Genovese, sans prévenir pour autant les membres de sa famille et donc effectuer un partage équitable des bénéfices suite à ces rackets. Pour le clan Narducci, représentant les membres de la vieille école, de l’ère Scarfo, l’attitude du Parrain est surement irresponsable, une chose que les proches de Joseph Merlino essayent de tempérer le plus possible. En effet, la moindre étincelle peut déclencher une guerre de clan intestine que la famille de Philaldephie connaît très bien. Joseph Merlino avec ce procès joue à quitte ou double. Ce dernier pourrait très bien se faire acquitter et ainsi renfoncer encore plus sa position au sein de la famille de Philadelphie. Par contre, s’il est condamné à une lourde peine de prison, il est très probable que certains de ses membres, comme George Borgesi, Phil Narducci ou encore Steve Mazzone puissent se positionner pour reprendre les rênes d’une famille qui a su regarnir ses rangs ces dernières années.

 

 

La famille Patriarca :

 

Carmen DiNunzio
Carmen DiNunzio

 

Parrain : ?
Acting Boss : Carmen « The Big Cheeze « DiNunzio
Underboss : ?
Consigliere : Matthew « Good Looking Matty »Guglielmetti

Membres : + 60-70
Associés : + 500

 

Cette année, la famille Patriarca a vu son Parrain, Peter « The Crazy Horse » Limone décédé de causes naturelles. Depuis plusieurs mois déjà, Peter Limone, qui était très affaibli par des problèmes de santé, avait laissé peu à peu son pouvoir à son Acting Boss, à Carmen DiNunzio. Ce dernier à déjà une très forte réputation dans la famille Patriarca. Libéré de prison en 2015 après avoir purgé quelques années pour corruption et racket, Carmen DiNunzio à la particularité d’être très apprécié par les membres des deux factions que composent la famille Patriarca, celle de Providence dans l’État du Rode-Island et celle de Boston dans l’État du Massachusetts, ou Carmen DiNunzio est originaire et ou est situé son club social le Gemini Social Club. Carme DiNunzio est accompagné de Matthew Guglielmetti du Rhode-Island, en tant que Consigliere qui vient de purger près de dix années de prison pour trafic de drogue. La hiérarchie de la famille Patriarca est en pleine reconstruction et devrait être définitive en 2018, avec la sortie prochain du frère de Carmen, Anthony DiNunzio, qui servait déjà d’Acting Boss à la famille quand son frère était incarcéré et nul doute qu’il jouera un rôle important dans le buisiness familial ces prochaines années. A noter, qu’Anthony Spagnalo, un autre Acting Boss de la famille Patriarca vient de sortir de prison, mais devrait être rétrogradé au rang de Capitaine.

 

 

La Outfit :

 

Salvatore DeLaurentis
Salvatore DeLaurentis

 

Parrain : Salvatore « Solly D » DeLaurentis
Acting Boss : Albert « Albie The Falcon » Vena
Underboss : Salvatore « Sammy Cards » Cataudella
Consigliere : Marco D’Amico

Membres : + 40-60
Associés : + 500

 

La Outfit continue à gagner de l’influence dans l’État de l’Illinois, en imposant une structure solide, qui lui permet de se préparer à des futures opérations du FBI. Les membres de sa hiérarchie, sont des individus ayant passé de nombreuses années derrière les barreaux et de ce fait, démontré leur loyauté envers la Cosa Nostra. Avec l’arrivée de Salvatore DeLaurentis, la Outfit de Chicago à su réorganiser ses rangs et apaiser certaines tensions qu’il pouvait y avoir avec la faction de Cicero gérait actuellement James « Jimmy » Inendino. De part son expérience et sa très bonne connaissance de la rue, Salvatore DeLaurentis avait repris sans forcer, le pouvoir à John « No Nose » DiFronzo devenant vieillissant et plus dans les capacités une structure criminelle aussi important que la Outfit. A ses côtés, Albert Verna considéré comme l’individu le plus dangereux de Chciago selon le FBI, a le respect nécessaire pour faire passer des messages aux membres de la Outfit dans les rues. Ne voulant pas complètement désorganisé la hiérarchie mise en place par John DiFronzo, Salvatore DiLaurentis, avait gardé Marco D’Amico au poste de Consigliere, après le refus de Joseph « Joe The Builder » Andriarchi pour des raisons de santé. Alors que l’année 2017 fut relativement tranquille, l’année 2018 promet d’être plus compliquée pour la Outfit. En effet, dernièrement, le nouveau directeur du FBI en place à Chicago, a assurer que la Outfit était bien une priorité des agents fédéraux, en sachant qu’Albert Vena avait déjà était dans le collimateur des agents fédéraux 2016, quand ces derniers avaient essayé de le relier à plusieurs meurtres crapuleux, sans succès.

 

 

La Famille de Détroit :

 

Jack Giacalone
Jack Giacalone

 

Parrain : Jack « Jacky The Kid » Giacalone
Acting Boss : Peter « Blackie » Tocco
Underboss : Anthony « Chicago Tony » La Piana
Consigliere : Anthony « Tony Pal » Palazzolo
Membres : 40-50
Associés : +1000

 

La famille de Détroit continue à être l’une des familles de la Cosa Nostra aux Etats-Unis. Dirigée par Jack « Jackie The Kid » Giacalone depuis le décès de Giacomo Tocco en 2014, ce dernier a pris dès sa prise de fonction des disponibilités pour être soulagé de la pression exercée par les autorités fédérales en s’entourant d’hommes de confiance. En Acting Boss, Peter Tocco continue à faire la relation entre le Parrain et les membres sur le terrain, en transmettant les messages sur un territoire assez vaste. En Underboss, Anthony LaPiana, un mafieux de la vieille école, un criminel en col blanc, qui a des ramifications jusqu’à Chicago avec la Outfit. En Consigliere, Anthony Palazzolo, qui avait repris les fonctions après le départ en retraite de Dominic « Uncle Dom » Bommarito, qui est décédé en Janvier dernier de causes naturelles. Quatre Capitaines sont actuellement en place et l’un d’entre eux, Giuseppe D’Anna, un membre de la faction Sicilienne est sortie d’une prison fédérale après avoir purgé quelques années pour extorsion et agression. La famille de Détroit est extrêmement cloisonnée et tenue par des liens du sang, rendant la collaboration avec les autorités fédérales encore plus difficile.

 

 

La Famille de Buffalo :

 

Stefano Magaddino
Stefano Magaddino

 

Parrain : Anthony Todaro / Frank BiFulco ?
Acting Boss : ?
Underboss : Joe Violi ?
Consigliere : Victor Sansanese ?
Membres : 20-40
Associés : +200

 

On l’a pensé défunte, anéanti depuis de nombreuses années et le décès de l’ancien Parrain Joseph Todaro Sr, avait donné très peu de chance à cette organisation criminelle de se reconstruire. La famille de Buffalo reste une famille historique de la Cosa Nostra. Le premier Boss en exercice, Stefano Magaddino devint un membre permanent de la Commission, lors de la création par Charles « Lucky » Luciano. Tout est parti d’une opération du FBI en Novembre dernier accompagné de la police Canadienne contre la famille Bonanno et des membres de la NDranghetta, la mafia Calabraise. Dans les personnes inculpées figuraient des membres de la famille de Buffalo, ce qui intrigua forcément les agences gouvernementales. Les conversations audios confirmèrent leur crainte, la famille de Buffalo serait encore très active. Quand Joseph Todaro Sr repris la famille dans les années 1980, la famille de Buffalo était déjà très affaiblie et renforça ainsi ses liens avec des membres de la mafia Calabraise, basée à Hamilton dans l’Ontario pour se renforcer. Quand Joseph Todaro Sr pris sa retraite en, il confia l’ensemble de ses affaires à son fils, Joseph Todaro Jr, propriétaire de plusieurs pizzerias dans la région de Buffalo. Préférant se légitimer il se serait très vite lui aussi retiré des affaires cette famille mafieuse, sans réelle certitude pour les agents fédéraux. Ce qui se passe aujourd’hui avec la famille de Buffalo peut aussi se produire avec d’autres familles de la Cosa Nostra qu’on croient défuntes depuis de nombreuses années, en Californie par exemple.

Lire la suite

BADA PING ! AU METROPOLITAN CENTER DE NEW-YORK

25 Novembre 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo

Thomas Gioeli
Thomas Gioeli

Depuis sa condamnation à dix huit années de prison en 2012, pour racket et tentative de meurtre, Thomas « Thommy Shoot » Gioeli, ancien Acting Boss, accumule les problèmes de santé. Au début de sa peine, ce dernier fut détenu au Métropolitan Center de New-York, un lieu d’emprisonnement temporaire pour la plupart des détenus en attente de jugement, ou en attente d’être transféré dans une prison fédérale au quatre coins des Etats-Unis. Thomas Gioeli était détenu en IT, soit l’isolement total, avec pour seul temps libre, une heure de sortie, dans une minuscule cour, donnant sur une vue imprenable sur les barbelés. Ces conditions d’incarcération furent jugées très difficiles par ses avocats, et pendant plusieurs mois Thomas Gioeli fit de nombreux aller-retours entre la prison et un hôpital New-Yorkais pour divers problèmes de santé. Après sa condamnation et avant d’être transféré dans la prison fédérale de Butner dans l’État de la Caroline du Nord, Thomas Gioeli, qui avait vu ses conditions de détention très nettement améliorées, en profita pour faire une dernière partie de ping-pong, dans une salle de jeux, se trouvant à proximité des douches des détenus. Alors que sa partie allait se terminer, Thomas Gioeli, essaya de rattraper une dernière balle, surement le point du match, lorsqu’il chuta lourdement à terre. Résultat ? Fracture du genou droit et surtout l’incapacité pour l’ancien Acting Boss de la famille Colombo de pouvoir se déplacer correctement dans les ailes de la prison. Pour ce préjudice et avec l’aide de ses avocats, ce dernier demanda près de dix millions de dollars de dommages et intérêts. Pour Thomas Gioeli, le BOP, le Bureau Fédéral des Prisons, a mis ouvertement en danger l’ensemble des détenus, en leur faisant pratiquer une activité sportive à côté d’un point d’eau. Pour les procureurs fédéraux, l’ancien Acting Boss de la famille Colombo, utilise encore l’une de ses armes favorites, qu’il utilisa tout au long de sa vie, le mensonge, pour arriver à ses fins. Car selon eux, ce dernier, n’était pas en train de jouer au ping-pong comme il prétendit, mais allait vers les douches pour pouvoir se laver, un témoignage qui pourra être confirmé par un agent correctionnel du Métropolitan Center. De plus, toujours selon les procureurs fédéraux, Thomas Gioeli connaissait les risques de jouer au ping-pong près des zones de douche, surtout que des panneaux avertissaient les détenus du danger. Une situation que Thomas Gioeli aurait profité pour essayer de se blesser et ainsi demander une somme astronomique au gouvernement fédéral, pour essayer de se faire rembourser les frais de justice, liés à sa condamnation lors de son procès pour racket et meurtre en 2012. Seul lot de consolation pour l’ancien Acting Boss de la famille Colombo, le fait d’être incarcéré dans la prison fédérale de Butner, il pourra retrouver Carmine Persico, son Parrain, qui pourra lui remémorer quant-à lui, toutes ses vaines tentatives pour essayer de sortir de prison.

Lire la suite

UN ANCIEN CAPITAINE DE LA FAMILLE COLOMBO CONDAMNÉ À ONZE ANNÉES DE PRISON POUR MEURTRE ET RACKET

5 Novembre 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo

Dino Calabro
Dino Calabro

La dernière fois que le grand public a entendu parler de Dino « Big Dino » Calabro, un Capitaine de la famille Colombo, c’était en 2012, quand ce dernier décida de prendre la parole dans un tribunal fédéral de New-York, pour incriminer ses anciens Associés, dont Thomas « Tommy Shoot » Gioeli considéré à cette époque comme Acting Boss de la famille Colombo. Son témoignage fut jugé important, car il permettait d’avoir des indications très précises sur une affaire sordide, qui reste à ce jour encore non résolue, l’assassinat de Ralph Dols, un policier du NYPD. Le 26 Août 1997, les journaux Américains faisaient les gros titres : « Un policier New-Yorkais assassiné en pleine rue », sans savoir que la famille Colombo était derrière ce meurtre crapuleux. Une règle de la Cosa Nostra stipule que les mafieux n’ont pas à s’en prendre physiquement aux agents fédéraux, aux policiers ni aux personnels de justice. Mais cette-fois-ci, et une nouvelle fois encore, une règle de l’omerta fut transgressée, pour quelle raison ?, la jalousie. En effet, Ralph Dols, avait manqué de respect à Joel Cacace, un membre imminent de la famille Colombo, pour avoir fait « l’erreur » de sortir avec son ex-femme, une chose que le mafieux n’arrivait pas à accepter. À Dino Calabro et au Soldat,  Dino « Little Dino » Saracino, les deux mafieux mafieux a qui il confia ce contrat, la cible était simple : un individu d’origine Mexicaine, qui ne respectait pas les règles établies par la famille mafieuse dans le secteur de Joel Cacace.

Joel Cacace
Joel Cacace

Après des mois de surveillance, pour repérer les habitudes du policier et alors que Ralph Dols sortait de son véhicule pour rejoindre son appartement, il sera abattu de plusieurs balles, en pleine rue. Le lendemain de cet assassinat, Dino Calabro fut assez surpris d’apprendre que l’individu assassiné était en réalité un membre de la police de New-York, surtout que la police et les agents du FBI en tête, avaient déjà révélé que la Cosa Nostra pouvait être derrière ce meurtre. En 2008, quand Dino Calabro sera arrêté pour racket et meurtre et qu’il décidera de collaborer avec la justice Américaine, il cibla directement Joel Cacace comme l’investigateur de ce meurtre, même si au final, ce dernier sera finalement acquitté. Dino Calabre deviendra aussi un témoin assez intéressant dans le procès de Thomas Gieoli et de Dino Saracino qui se solderont à une peine de dix huit années de prison en Mars 2014 pour le premier et à une peine de de cinquante années de prison pour le second. Aujourd’hui et malgré les nombreux crimes dont furent accusés Dino Calabro, dont plusieurs meurtres à la solde de la Famille Colombo, c’est un individu changé, avec une attitude complètement différente, qui se présenta devant un tribunal fédéral New-Yorkais, pour recevoir son verdict dans ses différentes affaires. Risquant la prison à perpétuité, Dino Calabro  fut récompensé de sa collaboration avec la justice Américaine, qui a permis selon eux, de faire incarcérer une dizaine de membres affiliés de près ou de loin à la famille Colombo. Pour sa coopération, Dino Calabro sera condamné à onze années de prison. Agé de cinquante neuf ans, les procureurs stipulent que ce dernier était rentré dans le programme de protection des témoins, mais qu’il continue toujours à aider le gouvernement fédéral dès que possible. A la barre, l’ancien Capitaine de la famille Colombo revint un instant sur son ancienne vie, en insistant sur le fait qu’il avait été « intoxiqué par la cupidité, le pouvoir et la notoriété ». Il en profita aussi pour s’excuser auprès des familles des victimes, présentes dans le tribunal, mais aussi à ses proches, dont il laissa pendant toutes ses années dans la Cosa Nostra, « un champ de ruine » dans son cercle familial. Avant de rendre son verdict, la mère d’une victime de la famille Colombo, ou son fils, un étudiant de Brooklyn avait disparu, un soir en 1994, en sortant de chez parents. Lors de son dernier procès, Dino Calabro avait admis qu’il avait été assassiné et qu’il avait aidé des membres de la famille Colombo « à cacher le corps » : « Je suis en colère, je voulais la justice. Mon fils lui, n’a eu aucune pitié » déclara t’elle à la sortie du tribunal.

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>