Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

colombo

QUI PEUT DEVENIR LE NOUVEAU PARRAIN DE LA FAMILLE COLOMBO ?

26 Avril 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo

Depuis le décès de Carmine « The Snake » Persico, la famille Colombo est toujours à la recherche d’un nouveau Parrain. Depuis une dizaine d’années, la famille Colombo a été frappée par plusieurs opérations lancées par le gouvernement fédéral, réduisant considérablement ses effectifs dans les rues de New-York. Depuis quatre années, un Capitaine de longue date, un vieil ami de Carmine Persico, Andrew « Andy Mush » Russo effectue l’intérim en tant qu’Acting Boss, un intérim assez réussi, car la famille Colombo aurait renforcé ses rangs et aurait réduit leur visibilité, en restant sous le radar du FBI. Mais Andrew Russo n’est plus tout jeune, et même si la Cosa Nostra coule dans ses veines, ce dernier qui est désormais âge de quatre vingt cinq ans, voudrait se retirer des affaires et partir dans une semi-retraite. Alors à ce jour, qui est susceptible de reprendre les rênes et devenir le Parrain de la plus petite famille de la Cosa Nostra à New-York ?. En réalité, la plupart des candidats potentiels sont actuellement incarcérés ou sont en attente d’une libération prochaine, après avoir intégré une maison de transition, petit tour d’horison.

 

Theodore Persico
Theodore Persico

Théodore Persico : Neveu de Carmine Persico, Théodore est considéré comme le candidat le plus probable au poste de Parrain. Âgé de cinquante six ans, il est considéré par les autorités comme un individu « extrêmement dangereux », une tête brulée, qui n’hésite pas à recourir à la violence quand cela est nécessaire pour faire avancer son buisiness. Au début des années 1990, il est arrêté avec d’autres membres de la famille Colombo pour trafic de drogue. Incarcéré dans une prison fédérale, Théodore réussi à avoir une autorisation de sortie exceptionnelle de quelques heures, afin de pouvoir assister aux funérailles de sa grand-mère. Menottes aux poignets et accompagné de trois US-Marshals, Théodore Persico entra dans la maison funéraire, l’endroit étant rempli de membres ou Associés de la famille Colombo venus présenter leur respect. Après avoir béni le corps, Théodore Persico s’installa à côté du Soldat Anthony Russo et arriva à lui faire passer un message et pas n’importe lequel, d’assassiner Joseph Scopo, afin de « mettre fin à cette guerre », une scène type des Sopranos. Le problème pour Théodore Persico est que plusieurs années plus tard, Anthony Russo décidera de passer à table et déclara aux agents du FBI, que Théodore Persico était l’auteur de ce contrat. Rapidement inculpé, Théodore Persico plaidera coupable et sera condamné à douze années de prison. Avec les remises de peine et une bonne conduite, Théodore intégra il y a quelques mois une maison de transition et pourra retourner dans les rues de New-York le 29 Mai prochain. A sa sortie et malgré le fait d’être en conditionnelle pendant au moins trois années, Théodore Persico pourra parler de son expérience auprès des autres membres de la famille Colombo pour essayer d’être le nouveau Parrain de cette organisation criminelle. Garder un Persico à la tête de la famille était, selon les autorités, déjà prévu par Carmine après l’incarcération de son fils, Alphonse, à la prison à perpétuité en 2007. A cette époque, Alphonse faisait office d’Acting Boss et était prédestiné, un jour, à reprendre les commandes de la famille Colombo. Sa condamnation pour le meurtre de William « Wild Bill » Cutolo changea les plans de Carmine, qui de sa prison continuait à gérer les intérêts de la famille Colombo. Malgré une certaine réputation, Théodore Persico n’est pas un mafieux de la vieille école et son tempérament colérique pourrait se retourner contre lui. En effet, pendant les mois d'enquête qui menèrent à son inculpation dans l'assassinat de Ralph Scopo, Théodore Persico avait été enregistré à plusieurs reprises en train de parler du nouvel organigramme des Colombo, une aubaine pour les enquêteurs qui avaient pu concentré leur surveillance sur les bonnes personnes. Quelques jours avant son arrestation, Théodore Persico avait déclaré à Andrew Russo : « Tu sais que je n’ai rien à perdre, je peux devenir fou tu sais ?. Qu’est ce que je vais perdre ? Ma femme, mes enfants ou ma maison de plusieurs millions de dollars ou ma voiture ?, je ne possède rien, je peux agir comme un idiot ».
 

Joel Cacace
Joel Cacace

Joel Cacace : ironiquement, l’ancien Acting Boss de la famille Colombo se trouve dans la même maison de transition que Théodore Persico, avec une date de sortie pratiquement identique, Joel Cacace désormais âgé de soixante dix neuf ans, sera un un homme libre le 24 Mai prochain. Comme Théodore Persico, Joël Cacace a une réputation de tueur, avec d’ailleurs une condamnation pour meurtre au début des années 2000 à plus de vingt années de prison. Une fois condamné, Joël Cacace, fut transféré dans diverses prisons fédérales aux quatre coins des Etats-Unis, le but étant pour les autorités, de couper les liens entre Joël Cacace et les Colombo. Au début de son incarcération, Joël Cacace côtoya l’enfer carcéral, en purgeant une partie de sa peine à ADX Florence, dans l’État du Colorado. Mais malgré des conditions de détention extrême, Joël Cacace n’a jamais craqué et n’a jamais eut l’idée de collaborer avec les autorités, laissant une réputation et une admiration intacte auprès d’autres membres de la famille Colombo, qui en font ainsi un candidat potentiel au poste de Parrain. Mais malgré un immense respect, il n’est pas certains que Joël Cacace puisse accepter un poste à aussi haute responsabilité et dans le viseur du gouvernement fédéral. Après avoir passé près de la moitié de sa vie derrière les barreaux, Joël Cacace est confronté aujourd’hui à un conflit interne dans sa famille, non pas les Colombo, mais dans sa propre famille, qui se déchire pour une histoire d’héritage, suite au décès de son fils en 2015. Il est fort à parier que Joël Cacace et Théodore Persico, résidant dans la même maison de transition, avec des restrictions beaucoup plus allégées que dans une prison fédérale, aient commencé à parler de cette place de Parrain toujours resté vacant. Comme stipulait plus haut, Joël Cacace est une personne âgée, qui a survécu à plusieurs tentatives d’assassinat à son encontre, durant les différentes conflits internes de la famille Colombo. Selon son avocat, Joël Cacace est ravie de pouvoir retrouver sa famille, malgré des problèmes familiaux, qui sont « anecdotiques » selon son avocat, par rapport à ce qu’il a pu vivre tout au long de sa carrière criminelle. De retour chez lui, Joël Cacace aura sans doute une réputation désastreuse auprès de ses voisins et des représentants de la loi, qui le considère toujours comme un « tueur de flics » et ce malgré le fait qu’il fut acquitté de l’assassinat de l’ancien agent de police, Ralph Dolls. Selon son entourage, Joel Cacace est loin d’être contrarié par ses rumeurs, qu’il balaya d’un « Je m’en fous » quand la question lui fut posée.

 

Michael Persico
Michael Persico

Michael Persico : Il est le fils de Carmine Persico, mais sa position actuelle dans la famille Colombo reste un mystère. Pendant des années, Michael Persico aurait vécu comme un homme d’affaire, restant à l’écart des business familial, le crime organisé, mais tout bascula en 2010, quant-il fut accusé et inculpé d’avoir racketté une entreprise de camionnage. Pendant son incarcération, les fédéraux se sont intéressés de plus en plus à Michael Persico et après des mois d’investigation, réussirent à l’inculper pour sa participation dans l’assassinat de Ralph Scopo en 1993. Selon des sources fédérales, Michael Persico aurait été intronisé dans les Colombo dans les années 1980, même si des enregistrements contradictoires sèment le doute auprès des autorités. En effet, un individu infiltré chez les Colombo avait permis d’enregistrer John Franzese parlait sur Michael Persico : « Michael ne doit pas être un Affranchi, il fait un autre travail pour nous ». Alors quel est le rôle actuel de Michael Persico ? A ce jour peu d’informations ont filtré. En 2012, Michael Persico accepta un accord de plaidoyer des procureurs fédéraux, qui prévoyait une condamnation pour racket mais un abandon de charge pour le meurtre de Ralph Scopo. Après des négociations qui s’éternisèrent pendant des années, Michael Persico sera condamné à cinq années de prison en 2017. Aujourd’hui âgé de soixante trois ans, Michael Persico est incarcéré dans le pénitencier fédéral d’Allenwood dans l’État de la Pennsylvanie, avec une date de sortie programmée le 11 Novembre prochain. A sa sortie de prison, le statut de Michael Persico sera à surveiller de très près et si dans les prochaines semaines, aucune personne n’a été formellement identifiée par les autorités comme nouveau Parrain de la famille Colombo, il serait fort à parier que Michael Persico soit le candidat le plus probable pour remplacer son père.

Lire la suite

LES FAMILLES DE LA COSA NOSTRA Â L'ARRÊT PENDANT L'ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS ?

11 Avril 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Bonanno, #Gambino, #Lucchese, #Colombo, #Genovese

La crise du coranavirus a réussi là ou des personnalités comme Robert Kennedy et Rudolph Giulani ont échoué, en gelant les activités des familles de la Cosa Nostra. Premier exemple, les jeux d’argent, qui en réalité, est une vraie fontaine d’argent pour les mafieux de la Cosa Nostra. A New-York, les gens sont accros aux jeux et jouent sur tout et n’importe quoi, dans n’importe quels domaines, mais avec l’épidémie du coronavirus les sports majeurs, comme la NBA, la MLB, la LNH ou encore la MLS sont à l’arrêts et les trafics des mafieux par la même occasion. Il y a quelques années encore, cette situation aurait pu poser un problème pour les familles de la Cosa Nostra. Désormais et avec l’amplification d’internet, les mafieux se sont adoptés aux nouvelles technologies et peuvent toujours proposer des paris venant d’autres pays du monde, les joueurs peuvent alors jouer sur des matchs de cricket Africain ou encore du football en Australie, tout est bon à prendre pour se faire de l’argent même les paris les plus improbables. La restauration, avec les bars et les clubs de striptease, est l’une des spécialités des familles de la Cosa Nostra. Les restaurants permettent aux mafieux de blanchir leur argent et servent aussi de façade auprès du gouvernement fédéral. Dans l’un de mes articles, j’expliquais que la plupart des membres de la Cosa Nostra gèrent ou ont des parts dans des restaurants aux quatre coins de New-York, mais depuis trois semaines, le gouverneur de l’État de New-York, Andrew Cuomo, a décrété leur fermeture, laissant seulement l’ouverture aux commerces dit « de nécessité ». Alors certes, certains lieux de restauration continuent à effectuer des livraisons ou des ventes à emporter, mais les bénéfices engendrés par ce buisness est en constante baisse, laissant même supposé la fermeture de plusieurs restaurants à la fin du confinement. A New-York, on a coutume de dire que le ciment est considéré comme « l’or Italien ». Encore aujourd’hui, les mafieux de la Cosa Nostra négocient encore avec différents syndicats liés à la construction, dans un but de gagner de l’argent sur chaque bâtiment construit, mais aussi de récupérer des emplois « no-show ». Avec l’épidémie du coronavirus, la plupart des entreprises sont arrêts, les chantiers aussi, mais les familles de la Cosa Nostra profitent encore des succursales, toujours actives, comme le camionnage et les ports de New-York encore contrôlés en parties par les familles mafieuses. Il faut noter aussi que des entreprises qui sont fermées, génèrent moins d’ordure, l’un des rackets historiques de la Cosa Nostra. Alors comment les familles de la Cosa Nostra vont essayer de faire du buisiness pendant ce confinement ? il est fort probable que les membres de la Cosa Nostra  s’appuient de plus en plus sur le trafic de drogue. Car malgré les mesures de confinement, la plupart des agents fédéraux sont toujours affectés à la surveillance des familles mafieuses et des récents enregistrements, opérés grâce à des informateurs, présagent que le trafic de drogue va prendre une ampleur considérable pendant cette période. Le trafic de drogue est généralement interdit dans les familles de la Cosa Nostra, même si la plupart des Parrain ferment les yeux au vu des bénéfices engendrés. 

Lire la suite

DES MEMBRES DE LA COSA NOSTRA LIBÉRÉS SOUS CAUTION EN PLEINE PÉRIODE DE CORONAVIRUS

4 Avril 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Bonanno, #Colombo, #Lucchese

Eugene Castelle
Eugene Castelle

Les membres de la Cosa Nostra incarcérés dans diverses prisons fédérales, ont toujours tendance d’amplifier leurs problèmes médicaux afin de pouvoir sortir plus rapidement de prison. En pleine période de Coronavirus, la plupart des mafieux ont flairé le filon et ont fait appel à leurs avocats pour prétexter qu’une incarcération dans des prisons surpeuplées, pouvaient leur être fatal au vue de leurs nombreuses pathologies. Le premier n’est autre qu’Anthony Zottola. Ce dernier n’est pas un membre intronisé de la Cosa Nostra, mais il a la particularité d’avoir ordonné le meurtre de son père, Sylvester, un ancien Associé de la famille Bonanno. Au de sa dangerosité et de ses relations avec certains membres des Bloods, ses différentes demandes de libération sous caution ont pour l’instant toutes été rejetées. Mais dans cette période si particulière, Anthony Zottola s’est forcément engouffré dans la brèche et par le biais de son avocat, celui-ci déclara que son client était « préoccupé par l’impact potentiel du coronavirus et sur sa sécurité au sein de la prison ». Mais la décision du juge fédéral statuant sur ce dossier fit office de référence dans le domaine et dans le contexte actuel. Stipulant que malgré cette épidémie, qui fait de nombreux décès dans tout New-York, « la dangerosité de l’accusé » méritait son maintien en détention. De plus, le juge déclara qu’Anthony Zottola pouvait profiter de l’occasion pour prendre la fuite, mais aussi, être un danger pour la communauté, en particulier pour son frère Salvatore qu’il avait essayé d’assassiner. Autre affaire, autre juge fédéral. Cette fois-ci c’est un Soldat

Daniel Cataldo
Daniel Capaldo

de la famille Colombo, Daniel « The Wig » Capaldo qui a demandé d’être libéré sous caution. Ancien trafiquant drogue notoire, qui a passé près de quatorze ans derrière les barreaux, Daniel Capaldo est actuellement incarcéré au Métropolitan Center de New-York après une inculpation pour racket. Comme pour Anthony Zottola, Daniel Capaldo demanda à sortir de prison, effrayé d’attraper le coronavirus dans une prison connue pour des problèmes d’insalubrité. Souffrant d’asthme chronique et ayant des antécédents de pneumonie, Daniel Capaldo doit selon ses avocats, « sortir immédiatement de prison » afin de ne pas mettre sa vie en danger. Pour le juge fédéral qui statua ces derniers jours, la demande de Daniel Capaldo est valable et décida de le libérer sous caution, avec un confinement strict à domicile en attendant son procès qui n’a pas encore été programmé. Condamné en Juin dernier à un peu plus de six ans derrière les barreaux pour jeux illégaux et racket, le Capitaine de la famille Lucchese, Eugene Castelle, qui se trouvait dans la prison fédérale de Danbury dans l’État du Connecticut, a vu sa demande de libération approuvée par un juge fédéral de New-York, qui accepta, après avoir payé près de cinq cent mille dollars de caution, qu'Eugene Castelle soit confiné à domicile en attendant son procès en appel. Cette semaine, lors d’une audience de libération qui se déroula dans un tribunal de New-York, les avocats de la défense ont utilisé les mêmes arguments que d’autres mafieux, prétextant que l’épidémie de coronavirus pouvait poser un problème sur la santé d'Eugene Castelle, justifiant que leur client avait récemment été traité dans un hôpital voisin de la prison fédérale de Danbury, pour une pneumonie. 

Lire la suite

JOHN FRANZESE : LA COSA NOSTRA AVANT TOUTE CHOSE - PARTIE 2

7 Mars 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo

Michael Franzese
Michael Franzese

Quand vous rentrez dans la Cosa Nostra, c’est pour la vie. Le serment d’allégeance à la Cosa Nostra passe avant toute chose, avant ta propre famille, avant tes amis, avant Dieu. En acceptant de venir un Soldat dans la famille Profaci, John Franzese connaissait les conséquences et les répercutions que pouvaient avoir sa vie dans la mafia sur sa vie de famille. John Franzese, de part sa personnalité, en était conscient et demanda à ses fils de s’éloigner de cette vie, faite de trahison et d’embuches. Né le 27 Mai 1951 à Brooklyn, Michael Franzese est le premier fils de John Franzese. Dès sa jeunesse, Michael Franzese a tout de suite compris que son père effectuait un « travail » qui ne rentrait pas dans les cadres réglementaires. Pourtant et malgré certains souvenirs d’enfance qui resteront à jamais marqués dans sa mémoire, Michael Franzese vouait un culte à son père et méprisait les policiers qui tournaient autour de la maison familiale à longueur de journée. Malgré une certaine attirance pour la vie qu’entretenait son père, Michael Franzese ne dérogea pas les règles établies par sa famille et suivit alors un parcours scolaire classique et termina ses études secondaires sans réelle motivation. Pour faire plaisir à son père, qui le voyait dans le futur comme un médecin réputé, Michael Franzese s’inscrivit à l’université d’Hofstra dans le Long-Island pour y suivre des cours de médecine, avant d’arrêter deux années plus tard. A cette époque, John Franzese était incarcéré après avoir été condamné à une peine maximale de cinquante années de prison pour diverses charges fédérales. Michael Franzese était inquiet de cette situation et n’avait qu’une préoccupation en tête, aider son père et sa famille. Celui-ci lui rendait visite régulièrement, alors incarcéré, afin de lui parler de ses problèmes quotidiens, de son envie d’arrêter les études, de changer radicalement de vie et de suivre les traces de son père dans la Cosa Nostra. Au début, face à l’attitude de son fils, John Franzese s’énerva, lui déclarant qu’il devait continuer ses études et qu’il ne devait pas se mêler de ses affaires, puis face à

Joseph Colombo
Joseph Colombo

l’insistance de Michael, John Franzese accepta, tout en imposant ses conditions : « Tu veux choisir cette vie ? D’accord, mais si tu veux être un gangster, je veux tu le fasses bien », puis avant de partir il lui déclara qu’une personne prendrait contact avec lui. Nous étions en 1971 et la famille Colombo qui était gérée par Joseph Colombo vivait une époque assez trouble. Adepte des rassemblements de foule, le Parrain avait crée la Ligue de Défense des Droits Civique des Italos Américains, une surexposition qui agaçait fortement les membres de la Commission. Lors d’un rassemblement de foule au Columbus Circle, en Juin 1971, Joseph Colombo se fit tirer dessus par un Afro-Américain, Jérôme Johnson, qui sera par la suite descendu par ses gardes du corps. Le Parrain de la famille Colombo survécut miraculeusement, mais gravement touché, il restera invalide jusqu'à la fin de sa vie, avec l’impossibilité de pourvoir continuer à gérer les affaires familiales. Le jour de cette tentative de meurtre, Michael Franzese était présent pour distribuer des tracts à une foule, qui s’était déplacée très largement afin d'écouter le Parrain de la famille Colombo et il comprit que cette vie, qu’il avait toujours voulu, allait le changer à jamais. Peu de temps après, Michael Franzese reçut un appel d’un Soldat de la famille Colombo, qui l’amena au club social de Thomas DiBella. Après le retrait de Joseph Colombo, la Commission regroupant certaines familles de la Cosa Nostra, demanda à Thomas DiBella de gérer les affaires courantes. Michael Franzese connaissait Thomas DiBella, c’était un ami de son père et en arrivant sur les lieux du rendez-vous, celui-ci lui fit un topo des règles à respecter au sein de la Cosa Nostra et lui déclara que désormais, il allait être sous la tutelle du Capitaine, Andrew « Andy Mush » Russo. En tant qu’Associé, Michael Franzese ne gagnait pas beaucoup d’argent, et ses journées consistaient à faire acte

John Franzese et Michael Franzese
John Franzese et Michael Franzese

de présence dans divers clubs sociaux détenus par la famille Colombo. A l’intérieur, les gangsters, entre deux parties de cartes, parlaient des prochains « coups à faire », des astuces pour gagner de l’argent, Michael Franzese écoutait attentivement les moindres conseils et essayait de s’imprégner de cette nouvelle vie. Mais être le fils de John Franzese avait aussi certains avantages et régulièrement, Michael Franzese accompagnait Thomas DiBella et Andrew Russo dans leur véhicule, assis à l’arrière, il emmagasinait beaucoup d’informations qui lui serviront par la suite. Quatre ans plus tard, en 1975, Michael Franzese reçu un appel d’Andrew Russo lui demandant de se présenter dans une maison près de Caroll Street, toujours à Brooklyn, avec obligation de bien s’habiller. Une fois sur place, Michael Franzese entra dans une salle sombre où seulement quelques bougies éclairaient la pièce. Face à lui, se trouvait Thomas DiBella, qui était devenu l’Acting Boss de Carmine Persico, le nouveau Parrain de la famille Colombo, entouré de tous les Capitaines de cette organisation. L’initiation commença et Andrew Russo lui pris la main afin de lui entailler le doigt. Le sang coula alors sur une image pieuse et Michael Franzese commença à réciter le rite d’initiation à la Cosa Nostra, il venait de devenir un Soldat de la famille Colombo.

Lire la suite

JOHN FRANZESE : LA COSA NOSTRA AVANT TOUTE CHOSE - PARTIE 1

28 Février 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo

John Franzese
John Franzese

Issu d’une fratrie de dix neuf frères et sœurs, c’est lors d’une visite de ses parents sur la terre de leurs ancêtres, que John Franzese naquit le 06 Février 1917 à Naples. De l’Italie, John Franzese restera en tout et pour tout que six mois, avant de retourner aux Etats-Unis, dans le quartier où habitait ses parents, à Greenpoint, un quartier multi-ethnique de Brooklyn où son père Carmine, tenait une petite boulangerie. De l’extérieur, on aurait pu penser que ce dernier était à un employé modèle, qui essayait tant bien que mal de nourrir sa grande famille dans un quartier malfamé. Mais malgré cette façade, Carmine Franzese, qui était aussi connu sous le nom de Tuttie The Lion, travaillait déjà pour la pègre, pour les Profaci, où le four de sa boulangerie servait plutôt pour les individus récalcitrants que pour cuir du pain. C’est dans cet environnement, dans un quartier gangréné par la mafia, que John Franzese fit ses premiers pas dans la criminalité. Travaillant de temps en temps dans la boulangerie familiale, John Franzese se fit arrêter pour la première fois en 1938 pour voie de fait, avant de s’enrôler dans l’armée en 1942. Son passage dans l’armée Américaine fut de courte durée. Jugé instable psychologiquement, dangereux et ayant des tendances aux meurtre, ses supérieurs déclareront que John Franzese passait plus de temps à vouloir apprendre des techniques de combat permettant de « tuer » un ennemi, que d’effectuer des tâches ménagères dans la caserne. De retour ans les rues de Brooklyn, John Franzese se mêla alors aux gangsters de son quartier, aux membres de la famille Profaci, la future famille Colombo, l’une des cinq familles de la Cosa Nostra implantées à New-York. Reconnu pour son tempérament sulfureux, John Franzese était un bagarreur robuste, très apprécié des mafieux qu'ils utilisaient pour récupérer l’argent des mauvais payeurs. Très rapidement, Sonny, comme il était surnommé dans le quartier, se fit vite un nom. Impliqué dans le racket et l’extorsion, John Franzese, qui était aussi un visiteur régulier de la célèbre boite de

nuit New-Yorkaise, le Copacabana, profitait désormais de ses relations avec le show-business et les membres de la Cosa Nostra afin étendre ses opérations dans

John Franzese à la sortie d'un tribunal
John Franzese à la sortie d'un tribunal

d'autres quartiers de New-York, mais aussi dans l'État voisin, le New-Jersey. De part sa personnalité et sa faculté à gagner de l’argent, il fut une évidence pour la famille Profaci de l’intégrer dans ses rangs, nous étions alors en 1950 et John Franzese prêta ainsi serment d’allégeance à la Cosa Nostra, il devint alors un Soldat dans l’équipe du Capitaine de Sebastian « Buster » Aloi. Après le décès de Joseph Profaci en 1962, c’est Joseph Magliocco qui pris le relais en tant que Parrain, mais seulement pour une année, avant qu’il soit remplacé de force, sur décision de la Commission, par Joseph Colombo. Sous Joseph Colombo, John Franzese prit rapidement du galon. De Capitaine gérant une équipe d’une dizaine de Soldats, il sera nommé nouvel Underboss de la famille Colombo. Selon les autorités fédérales, John Franzese effectuait une avancée fulgurante dans les rangs de la Cosa Nostra et rapportait près de un à deux millions de dollars par semaine à la famille Colombo. En plus de ses activités au sein de la Cosa Nostra, John Franzese continuait à entretenir de très bonnes relations avec des chanteurs et autres vedettes de cinéma. Passionné de boxe, il fréquentait fréquemment des personnalités comme Rocky Graziano ou encore Jake LaMotta, mais aussi de la musique, en organisant des soirées avec les membres de The Rat Pack, Frank Sinatra, Dean Martin et Sammy Davis Jr. Passant la plupart de ses soirées au Russian Tea Room, un restaurant Art Deco situé dans le quartier de Manhattan, John Franzese fit connaissance avec des producteurs de film, ce qui le mènera à participer financièrement au film pornographique Deep Throat en 1972, ou sur un film de la Cosa Nostra, un nanar, This Thing Of Ours, réalisé par Danny Provenzano, neveu de l’ancien Capitaine de la famille Genovese, Anthony « Tony Pro » Provenzano. John Franzese était aussi un actionnaire secret dans le fameux label de musique Américain, Buddah Reccords. Malgré une grosse réputation de tueurs à gage, la première inculpation fédérale de John Franzese interviendra qu’en 1966, quand il sera inculpé d’avoir organisé quatre vols de banque à l’échelle nationale, mais aussi d’avoir ordonné le meurtre d’un informateur présumé du

John Franzese lors de son dernier procès
John Franzese lors de son dernier procès

gouvernement, Ernest Rupolo. Au final, John Franzese sera acquitté de meurtre, mais condamné à une peine d’une durée indéterminée pouvant aller au maximum jusqu’à cinquante ans de prison, une peine qui ne déstabilisera en aucun cas le mafieux et même sa femme présente lors de ce procès : « Cet homme, il peut aller en prison pendant cent ans la tête haute » déclara t'elleJohn Franzese sera pour la première fois libéré en conditionnelle en 1978, mais enchainera pendant les trente prochaines années des allers et retours dans divers pénitenciers fédéraux pour des violations de conditionnelle. John Franzese ne respectait aucune règle venant du gouvernement fédéral et quand la justice Américaine demanda à John Franzese de tourner définitivement la page de la Cosa Nostra et d’arrêter de côtoyer des criminels, John Franzese faisait tout le contraire et à chaque libération anticipée, retournait dans les rues de New-York pour continuer à travailler avec les Colombo. De part son incarcération, son statut au sein de la famille Colombo évolua. Après la tentative de meurtre sur Joseph Colombo, John Franzese fut rétrogradé au rang de Capitaine, avant de redevenir Underboss au milieu des années 2000, après la condamnation à perpétuité de John « Jackie » DeRoss. En 2008, il sera de nouveau inculpé de racket, de vol, d’extorsion, de prêts usuraires et de trafic de stupéfiants. Selon le gouvernement fédéral, John Franzese, qui était alors âgé de quatre vingt onze ans, essayait d’extorquer des boites de strip-tease de Manhattan et a été enregistré à différentes reprises en train de donner des conseils à des membres de la famille Colombo sur la façon de se débarrasser d’un corps : « Aujourd'hui, vous ne pouvez plus laisser un corps dans la rue quand vous exécutez un contrat ». Pour John Franzese assassiner un individu faisait parti du boulot, selon le gouvernement fédéral, il aurait été impliqué dans plus de cinquante assassinats sans jamais être condamné : « J'ai tué beaucoup de gars et je parle pas de cinq, six ou dix personnes. Aujourd'hui, il vaut mieux perdre une demi-heure de son temps, voire une heure, pour se débarrasser d'un corps proprement »En 2011, après un procès de plusieurs semaines, où son fils John Franzese Jr, toxicomane de surcroit, est venu témoigner à la barre des témoins contre son père, John Franzese sera condamné à huit ans de prison, une dernière condamnation qu’il acceptera sans broncher, après avoir passé la moitié de son temps endormi pendant les audiences. Libéré en Juin 2017, il passera les deux dernières années entouré de sa famille, en homme libre.

Lire la suite

JOHN FRANZESE ANCIEN UNDERBOSS DE LA FAMILLE COLOMBO VIENT DE DÉCÉDER

24 Février 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo

John Franzese
John Franzese

John « Sonny » Franzese, ancien Underboss de la famille Colombo est décédé de causes naturelles, il avait 103 ans. Hospitalisé dans une maison de soins au Nord de New-York, John Franzese aura marqué sans nul doute l'histoire de la Cosa Nostra aux États-Unis. Avant la publication d'un article plus détaillé sur sa vie, je vous propose un article publié en Avril dernier, ou à l'âge de 102, John Franzese, qui aura passé plus de la moitié de sa vie derrière les barreaux, racontait à sa façon, sa vie dans la Cosa Nostra.

« Un jour, je croise un agent du FBI dans la rue et il me dit : « Tu sais nous pouvons détruire la mafia. Nous avons eu par le passé Joe Valachi et si tu veux, tu peux être la personne qui pourra détruire pour de bon cette organisation criminelle. Viens nous aider ». Je lui ai dis d’aller se faire foutre ». Voilà comment raisonne John « Sonny » Franzese, considéré auparavant comme un membre haut placé de la famille Colombo. John Franzese aura passé plus de la moitié de sa vie derrière les barreaux, plus de cinquante ans dans diverses prisons fédérales aux quatre coins des Etats-Unis, mais l’incarcération ne l’aura pas du tout changé, bien au contraire, elle aura renforcé sa haine envers le gouvernement fédéral et quand à quatre vingt treize ans ans, il est condamné à près de huit années de prison pour avoir extorqué des boites de stripteases à Manhattan, John Franzese ne négocia aucun accord et s’en alla en prison les pieds devant, respectant à la lettre son serment d’allégeance à la Cosa Nostra. Le FBI et les procureurs fédéraux étaient persuadés que cette énième incarcération allait être le dernier clou planté dans son cercueil, que John Franzese après une vie entière consacré au crime organisé, allait mourir en prison. Mais en 2017, à l’âge de cent ans, John Franzese sorti du pénitencier fédéral de Devens dans l’État du Massachussetts,  fébrile certes, mais avec toute sa tête. Vivant désormais dans une maison de retraite, John Franzese semble avoir tourné définitivement la page de la famille Colombo, mais parle désormais plus facilement de ses années dans le crime organisé. Pendant près de quatre vingt ans, John Franzese a respecté à la règle de la devise citée dans le film de Martin Scorsese, Goodfellas : « Never rat on your friends, and always keep your mouth shut » et pourtant à chaque arrestation, la police de New-York ou les agents du FBI, lui ont toujours proposé de collaborer avec les autorités : « A chaque fois c’était la même chose.  Je ne pourrais jamais abandonner un ami car je devais aller en prison » déclara t’il. John Franzese se vante aussi que personne dans l’histoire n’avait jamais aussi souffert que lui : « Jésus aussi a souffert, et il n’a rien dit sur personne ». Tout ce temps passé en prison à forgé le respect de John Franzese, qui devint au fil des années l’un des membres les plus influents de la famille Colombo. Son engagement envers la Cosa Nostra était si ferme, qu’il était prêt à lancer des contrats contre ses deux fils, Michael, ancien Capitaine de la famille Colombo et John Jr. Le premier gagnait des centaines de millions de dollars, après avoir monté une arnaque sur les taxes appliquées aux livraisons d’essence dans les stations-services de New-York. Après plusieurs années passées en prison, Michael Franzese décidera de quitter la famille Colombo et curieusement, ne sera jamais inquiété par la suite par les Colombo. John Franzese Jr quant-à lui, n’a jamais été intronisé dans la famille Colombo. Toxicomane notoire, John Franzese Jr était jugé trop

instable pour interférer dans les affaires de la famille, mais il profita de son statut de « fils de », pour soutirer et enregistrer des informations à son père et par la suite, collaborer avec les autorités. Lors du dernier procès de John Franzese, il viendra à la barre, témoigner contre son père. Sa présence dans ce tribunal était selon lui pour essayer de faire comprendre à ce dernier que sa vie dans la Cosa Nostra lui avait gâché sa vie. Un témoignage que John Franzese n’écouta même pas, dormant profondément depuis le début de son procès. Dernièrement John Franzese reviendra sur la décision de collaborer avec les autorités fédérales : « Je ne sais pas ce qui est lui est arrivé. Peut-être que les médicaments ont chamboulé son cerveau. Ça m’a vraiment bisé le cœur. Pour moi, c’était vraiment la dernière personne à pouvoir faire ce genre de chose ». John Franzese ne regrette en rien son passé criminel et déclara, malgré ses années d’incarcération, en avoir bien profité : « Ce que nous avons fait à New-York c’était incroyable. Je connaissais tout le monde, même les plus grandes stars. Vous savez, au lieu de me demander si je connaissais les membres du Rat Pack, vous auriez du me poser le question dans l’autre sens : Frank Sinatra connaissait-il John Franzese ? ». Lors de son dernier procès, les procureurs fédéraux avaient dévoilé des enregistrements, ou on entendait clairement John Franzese se vantait d’avoir tué « beaucoup de gars ». John Franzese n'a jamais tellement nié sa participation et insiste sur le fait qu’il n’a jamais fait de mal à une personne innocente. Fustigeant les procureurs et les juges qui l’ont envoyé plusieurs fois en prison, il finira par déclarer : « Je les rencontrerai en enfer ».

Lire la suite

JOEL CACACE ANCIEN ACTING BOSS DE LA FAMILLE COLOMBO INTÈGRE UNE MAISON DE TRANSITION À NEW-YORK

2 Février 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo

Joel Cacace
Joel Cacace

Joel Cacace, ancien Acting Boss de la famille Colombo, vient d’intégrer une maison de transition dans New-York après avoir purgé près de dix sept ans derrière les barreaux. Après un long parcours criminel au sein de la famille Colombo, arpenté de racket et de meurtre, Joel Cacace est devenu au début des années 2000, Acting Boss de la famille Colombo, mais sa prise de pouvoir fut de courte durée. En 2003, la justice Américaine l’inculpa de plusieurs assassinats. Préférant éviter la prison à perpétuité, Joel Cacace décidera de plaider coupable des charges retenues contre lui et sera condamné à près de vingt ans derrière les barreaux, un emprisonnement qu’il effectuera dans différentes prisons fédérales, d’ADX Florence dans l’État du Colorado, en passant passant par l'Arizona ou encore le Kentucky. Mais en 2008, alors que Joel Cacace était incarcéré, il fut de nouveau inculpé d’un meurtre, celui de Ralph Dols, un agent de police du NYPD assassiné devant son domicile en 1997. A l’époque, ce meurtre crapuleux avait choqué la population et Eric Holder, ancien procureur fédéral des Etats-Unis, avait réclamé la peine de mort pour les assassins. C’est seulement onze année plus tard, avec les arrestations de Dino Saracino et Dino Calabro, les deux auteurs présumés, que le FBI a pu remonter vers Joel Cacace. Selon Dino Calabro, qui décidera de collaborer par la suite, Joel Cacace aurait ordonné le meurtre de Ralph Dols, car ce dernier ne supportait pas qu’un officier de police, un hispanique de surcroit, puisse sortir avec son ex-femme. Au procès de Thomas Gioeli que Dino Calabro avait accusé lui aussi du meurtre de Ralph Dols, Dino Calabro avait indiqué que Joel Cacace leur avait certifié que la « cible » était un individu d’origine

Dino Calabro
Dino Calabro

Mexicaine trainant dans divers clubs sociaux. Pendant des semaines, Dino Saracino et Dino Calabro ont commencé à surveiller les habitudes de Ralph

Dols afin de pouvoir passer le plus rapidement à l’acte. Dino Calabro certifia à la barre des témoins que c’est le lendemain du meurtre, en regardant la

télévision, qu’il apprit que la personne qu’il venait d’assassiner était un officier de police. Au vu du pédigrée criminel de Dino Calabre, son témoignage ne fut pas jugé crédible par un jury populaire, qui acquittera finalement Thomas Gioeli de l’assassinat e Ralph Dols. Le procès de Joël Cacace se déroula exactement de la même façon et après seulement quatre heure de délibéré, Joël Cacace sera acquitté du meurtre de Ralph Dols. Mais à sa sortie de prison prévue en Mai prochain, Joel Cacace va se retrouver au centre d’une autre bataille juridique, non pas pour des crimes ou des délits tenant de la loi RICO, mais sur le testament de son fils, Joel Cacace Jr, décédé d’une crise cardiaque en 2015. Alors que par le passé, la famille Colombo vécu à différentes reprises des conflits internes dans ses rangs, qu’on surnomma les « Colombo War », et ou Joel Cacace avait un tenu un rôle important dans l’une de ces luttes au début des années 1990, en soutenant Vic Orena, désormais ce sont deux clans qui se sont formés dans la famille Cacace. D’un côté, nous avons la petite fille de l’ancien Acting Boss de la famille Colombo et de l’autre l’ex femme de Joel Cacace, qui détient le contrôle exclusif des actifs de son défunt fils jusqu’en 2028, un testament d’une valeur de près d’un million de dollars. La petite fille de Joel Cacace reproche à sa propre grande mère de garder tout l’argent de son propre fils, ainsi que l’une des trois propriétés estimées à 1,5 million de dollars. Une audience est prévue la semaine prochaine dans un tribunal New-Yorkais.

Lire la suite

MAUVAISE NOUVELLE POUR L'ANCIEN ACTING BOSS DE LA FAMILLE COLOMBO

2 Janvier 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo

Thomas Gioeli
Thomas Gioeli

Avec une date de sortie prévue en Septembre 2024, l’ancien Acting Boss de la famille Colombo, Thomas « Tommy Shots » Gioeli, n’en fini pas de faire parler de lui. Condamné à dix huit ans pour racket et conspiration de meurtre, Thomas Gioeli essaye depuis des années d’intenter des procès contre le gouvernement fédéral, pour des motifs plus ou moins farfelues. En 2017 par exemple, il attaqua en justice le bureau fédéral des prisons, le BOP, pour négligence, en raison d’une blessure effectuée en prison, un genou cassé qui lui aurait valu des semaines d’hospitalisation. Tout commença quand Thomas Gioeli, qui était en plein procès pour meurtre et racket, fut incarcéré au Métropolitan Center de New-York. Lors d’une journée sans audience, l’ancien Acting Boss de la famille Colombo voulu, selon lui, s’aérer un peu les esprits, en participant à un tournoi de ping-pong organisé par certains détenus de la prison. Mais malheureusement, en raison d’une fuite d’eau provenant des douches se trouvant à proximité de la salle de jeux, Thomas Gioeli, qui voulu chercher une balle, glissa et tomba lourdement au sol. Pour cette chute, mais aussi selon ses avocats, pour les souffrances endurées pendant toute ces semaines d’hospitalisation, Thomas Gioeli réclama près de dix millions de dollars de dommage et intérêt à la justice. Pour les procureurs fédéraux cette plainte n’est que pure fantaisie et n’a qu’à un seul but, prendre de l’argent au gouvernement fédéral alors même, que Thomas Gioeli doit encore des centaines milers de dollars à des victimes après sa condamnation. Les procureurs fédéraux ironisèrent aussi par la même occasion, qu’au vu de son supposé statut de Thomas Gioeli en prison, il ne s’imaginait pas qu’un Acting Boss de la Cosa Nostra puisse aller rechercher lui même une balle de ping-pong. Cette affaire a été jugée par la juge fédérale, Kiyo Matsumoto, une magistrale habituée aux membres de la Cosa Nostra et en particulier de la famille Colombo. Après avoir entendu les deux parties, cette dernière déclara dans son verdict, que Thomas Gioeli était responsable de son propre accident et de ce fait, il ne pouvait demander aucun dédommagement. Pour la juge fédérale, l’ancien Acting Boss de la famille Colombo était bien au courant des risques encourues en jouant au ping-pong à cet endroit et même si la juge pointe une certaine négligence de part la direction du Métropolitan Center, qui n'a pas réparé la fuite assez rapidement. Les avocats de la défense se démontèrent pas et l’affaire fut donc jugée au civil et curieusement le gouvernement fédéral fut contraint de payer la modique somme de 250 000 dollars à Thomas Gioeli pour son accident. Contraint et forcé, le gouvernement fédéral s’exécuta, il ne restait plus qu’a attendre leur contre-attaque. Après sa condamnation pour racket, Thomas Gioeli et ses avocats en ligne de mire, ont toujours prétexté que leur client ne pouvait rembourser les victimes et le gouvernement fédéral car il n’avait plus de sous. La somme perçue par l’ancien Acting Boss de la famille Colombo servira ainsi à réparer une partie des préjudices causés par Thomas Gioeli pendant une partie de sa carrière criminelle, mais cette somme ne comble pas les 360 000 dollars de dommages et intérêts relatifs à sa condamnation. C’est logiquement une défaite pour Thomas Gioeli, qui même s’il a perçu une sacrée somme en civil, va voir son processus de remboursement s'accélérer et l'ancien Acting Boss de la famille Colombo va devoir s'exécuter à payer sous peine de voir une bonne partie de ses biens saisies par la justice. 

Lire la suite

LA COSA NOSTRA AUX ÉTATS-UNIS EN 2019

31 Décembre 2019 , Rédigé par Xav Publié dans #Genovese, #Gambino, #Bonanno, #Buffalo, #Colombo, #DeCavalcante, #Detroit, #Philadelphie, #Lucchese, #Patriarca, #Outfit

L'année 2019 restera sans nul doute l'année du changement. Cette année, comme la précédente, fut assez mouvementée dans les familles de la Cosa Nostra, qui pour essayer d’échapper aux griffes du gouvernement fédéral ont essayé de ruser, en changeant, pour la plupart, une partie de leur hiérarchie. Mais 2019 restera à jamais marqué comme l’année où Francesco « Franky Boy » Cali, une étoile montante du milieu, soupçonné par les autorités comme le Parrain de la famille Gambino, fut assassiné devant son domicile de Staten-Island. Près de trente quatre ans après le meurtre d’un autre Parrain, Paul « Big Paulie » Castellano devant le Sparks Steack Housede Manhattan, l’assassinat de Francesco Cali raisonna comme un coup de tonnerre dans les rues de New-York, où les autorités craignaient qu’un règlement de compte entre famille était en train de se préparer. Finalement, après seulement quelques jours d’enquête, il se révéla que Francesco Cali avait été assassiné non pas dans une lutte interne dans la famille Gambino, non pas par une embuscade tendue par une autre famille de la Cosa Nostra, mais par un dégénéré, qui entretenait une liaison avec la nièce de Francesco Cali. Une histoire de famille dans la famille. L’année 2019 est bien et restera l’année du changement et malgré plusieurs procès, qui ont terminé pour la plupart du temps, à l’avantage des mafieux de la Cosa Nostra, les Parrains de différentes familles ont décidé de chambouler une bonne partie de leur organigramme, dans un but de déstabiliser le gouvernement fédéral, mais aussi afin d’assurer leur position au sein de la famille. Dans la Cosa Nostra l’argent est le seul mot d’ordre, mais le pouvoir et la tentation de grimper les échelons plus rapidement, font que certains mafieux essayent de profiter de l’incarcération du Boss en exercice pour essayer de changer les règles établies.

 

La famille Genovese :

 

Liborio Bellomo
Liborio Bellomo

 

Parrain : Liborio « Barney » Bellomo
Acting Boss : Michael « Mickey » Ragusa ?
Underboss : ?
Consigliere : ?

Membres : + 200-220
Associés : + 1000

 

Comme à son habitude et fidèle à ses principes, la famille Genovese aura très peu fait parler d’elle cette année. Vincent Esposito, fils de Vincent « The Chin » Gigante, avait plaidé coupable en Avril dernier après une inculpation pour racket. Cet accord de plaidoyer, une nouvelle fois très avantageux pour le mafieux, prévoyait que le gangster, qui n’est pas référencé comme un membre intronisé de la famille Gambino, accepte de rendre au gouvernement fédéral plusieurs millions de dollars, en échange de deux années derrière les barreaux. Après le décès en 2018 de l’Acting Boss, Peter « Petey Red » DiChiara, Liborio Bollomo, le Parrain de la famille Genovese essaya de combler ce manque très rapidement. Selon les autorités fédérales, ce poste qui est très stratégique dans la famille Genovese, car il permet de relayer les messages du Parrain aux membres de sa famille, aurait été confié à Michael « Mickey » Ragusa, un proche de Liborio Bellomo, âgé de cinquante quatre ans. Gangster de la vieille école et ayant une capacité à naviguer sous le radar du FBI, Michael Ragusa fit pour la première fois parler de lui en 2001, quand il fut inculpé, avec d’autres membres de la famille Genovese, d’avoir contrôlé plusieurs sections syndicales dans les docks de New-York et à Miami. Pour ce délit, Michael Ragusa purgera trois années de prison et sortira en 2005 et depuis ce temps, il ne fera plus jamais parlé de lui. Liborio Bellomo sait pertinemment que pour éviter les attaques du gouvernement fédéral, il est dans l’obligation de s’entourer de membres de confiances, des amis proches, qui lui permettront à continuer à prospérer et à gérer la famille de la Cosa Nostra la plus puissante aux Etats-Unis.

 

La famille Gambino :

 

Lorenzo Mannino
Lorenzo Mannino

 

Parrain : Peter « One Eye » Gotti
Acting Boss : Lorenzo Mannino
Underboss : 
Consigliere : Michael « Mickey Boy » Paradiso

Membres : + 190-210
Associés : + 1000

 

La famille Gambino aura attiré, sans le vouloir, toute l’attention des médias et des agents fédéraux en seulement quelques jours. En Mars dernier, Francesco « Franky Boy » Cali, considéré comme l’un des membres le plus influents de la famille Gambino, fut assassiné devant son domicile de Staten-Island. Ce meurtre, effectué par un individu n’ayant aucun lien avec le crime organisé, pour un simple désaccord amoureux, mais aussi pour des thèses complotistes, fut comme un électrochoc dans cette famille reconnue depuis quelques années pour sa stabilité. Après la mort de Francesco Cali, Domenico « Italiam Dom » Cefalu, l’ancienne garde la faction Sicilienne, en semi-retraite, repris le relais, le temps de trouver un successeur capable de reprendre les rênes. Quelques semaines plus tard, Lorenzo Mannino, un proche de Frank Cali sera nommé poste pour poste, gardant ainsi tout le pouvoir à la faction Sicilienne. Connu des autorités pour son tempérament violent, Lorenzo Mannino a déjà passé près de quinze années derrière les barreaux, après une condamnation pour trafic de drogue et tentative de meurtre. Avant l’assassinat de Francesco Cali, son nom était apparu dans un rapport de la GRC, la Gendarmerie Royale du Canada, prouvant que Lorenzo Mannino était toujours une « personnalité » de choix en matière de trafic de drogue à l’échelle internationale. Peu de temps après sa nomination, le poste de Consigliere fut confié à Michael Paradiso, un gangster de longue date de la famille Gambino, qui a passé plus de la moitié de sa vie derrière les barreaux. Reconnu lui aussi pour son tempérament sulfureux, Michael Paradiso, qui ne fait pas parti de la faction Sicilienne, est un personnage apprécié et respecté des autres membres de la famille Gambino. En Juillet dernier, une opération conjointe entre le FBI et la police Italienne, permit d’arrêter des membres de la famille Gambino, mais aussi des membres de la famille Inzerillo en Sicilie. La famille Inzerillo, l’ancienne perdante de la guerre orchestrée par les Corléonais de Salvatore Riina, avait repris depuis quelques années des négociations assez poussées avec la famille Gambino, par le biais de Francesco Cali. Ces arrestations ont démontré que les forces de police Italienne et Américaine travaillent toujours main dans la main pour démanteler ces réseaux mafieux, mais elles démontrent aussi, que la famille Gambino essaye depuis quelques années de relancer le buisiness avec sa cousine Sicilienne, en particularité avec le trafic de drogue. Et alors que Peter Gotti, le soi-disant Parrain de la famille Gambino rejette sa vie passée dans la Cosa Nostra dans l’espoir de sortir de prison, cette fin d’année marquera aussi l’arrestation de deux Capitaines, Richard Martino et Andrew Campos, inculpés de plusieurs charges fédérales tenant de la loi RICO. 

 

La famille Bonanno :

 

Michael Mancuso
Michael Mancuso

 

Parrain : Michael « The Nose » Mancuo
Acting Boss : John « Johnny Skyway » Palazollo 
Underboss : ?
Consigliere : 

Membres : + 120-150
Associés : + 1000

 

L’année 2019 avait pourtant bien commencé pour la famille Bonanno. Le procès de Joseph « Joe C » Cammarano Jr et John « Porky » Zancocchio, considéré à cette époque comme l’Acting Boss et le Consigliere de la famille Bonanno, se solda par des acquittements pour les deux accusés. Moins de deux semaines après ce verdict, Michael Mancuso, considéré comme l’actuel Parrain de la famille Bonanno, quitta une maison de transition et retrouva les rues de New-York. On aurait pu penser que ces acquittements, couplés à la libération de leur Parrain, permettrait à la famille Bonnano de devenir l’une des familles les plus stables en ce moment. Depuis plusieurs années et malgré son incarcération, Michael Mancuso essaya tant bien que mal de réorganiser sa hiérarchie. Une organisation tellement difficile à gérer à distance, que le Parrain de la famille Bonanno, qui s’exposa un peu trop, se vit transférer à différentes reprises dans des pénitenciers fédéraux afin de couper les liens avec les Bonanno. Une fois sortie de prison et libéré de toutes contraintes sur sa liberté surveillée, Michael Mancuso passa à l’attaque et décida de rétrograder des Capitaines récalcitrants, mais aussi, de renvoyer une partie de sa hiérarchie. La tactique de défense adopté par Joseph Cammarano Jr et John Zancocchio pendant leur procès, avait profondément énervé Michael Mancuso, qui n’avait pas supporté que leurs avocats de ironisèrent sur la gestion supposée de la famille Bonanno depuis la prise de pouvoir de Michael Mancuso. Pire encore, des échos remontés jusqu’aux oreilles de Michael Mancuso, permirent de comprendre que Joseph Cammarano Jr avait essayé de réunir les Capitaines de la famille, en 2017, afin de le confirmer comme le nouveau Parrain de la famille, un affront. A une époque, cette tentative de « putsch » manquée aurait entrainé sans nul doute une guerre interne dans la famille, mais désormais les mentalités ont changé et tout se règle par des rétrogradations. Désormais, les « têtes brulées » de la famille Bonanno, des proches de Joseph Cammarano Jr, sont devenus des simples Soldats, aux ordres de Capitaines à la botte de Michael Mancuso, une humiliation. La faction Sicilienne fut ainsi dépouillée de tout pouvoir et le poste d’Acting Boss fut confié à Michael Palazolla, un membre, qui de part son expérience, sera consolidé les membres de la famille Bonanno autour de Michael Mancuso.

 

La famille Lucchese :

 

Vittorio Amuso
Vittorio Amuso

 

Parrain : Vittorio « Vic » Amuso
Acting Boss : Michael « Big Mike » DeSantis
Underboss : Patrick « Patty » DeRusso
Consigliere : Adrew DeSimone

Membres : + 100-140
Associés : + 1000

 

Un poste que l’on pensait « honorifique » mais que Vittorio Amuso tient toujours d’une main ferme. En effet, après des dizaines années d’incarcération, le Parrain de la famille Lucchese a démontré cette année, qu’il n’était pas encore prêt à « passer la main » et mieux encore, qu’il était encore capable de changer l’organisation de sa famille, à son avantage bien entendu. John Pennisi, un ancien Soldat de cette organisation criminelle, témoigna, lors du dernier procès Lucchese, que Vittorio Amuso voulait au mieux, démanteler la faction du Bronx, au pire, de tous les assassiner. Le Parrain de la famille Lucchese voulait profiter du procès de Steven Crea et Matthew Madonna, des membres de la faction du Bronx, qui géraient la famille depuis des années, pour remettre la faction de Brooklyn au devant de la scène. La première solution fut privilégiée et ainsi, Matthew Madonna sera remplacé par Michael DeSantis et Steven Crea par Patrick DeRusso. Cette réorganisation est dans un sens bien tombée, car après un procès de plusieurs semaines, Steven Crea, Matthew Madonna et le Soldat, Christopher Londonio seront reconnus coupable de plusieurs charges fédérales, dont l’assassinat de l’ancien leader du Purple Gang,Michael Meldish. La famille Lucchese qui compterait actuellement sept factions réparties dans tout New-York, reste à ce jour une famille instable, où les tensions internes réparties entre membres interposés, pourront, à terme, faire imploser cette organisation criminelle.

 

La famille Colombo :

 

Andrew Russo
Andrew Russo

Parrain : ?
Acting Boss : Andrew « Andy Mush » Russo ?
Underboss : Benjamin « The Claw » Castellazzo ?
Consigliere : Thomas « Tom Mix » Farese ?

Membres : + 100-120
Associés : + 1000

 

La famille Colombo reste à ce jour, la plus petite des cinq familles New-Yorkaise et comme l’année dernière, les Colombo n’auront que très peu fait parler d’eux dans les médias Américains. En Mars dernier, Carmine « The Snake » Persico, l’emblématique Parrain, emprisonné depuis le procès dit de la Commission,est décédé dans un hôpital proche de la prison fédéral de Butner dans l’État de la Caroline du Nord, lieu ou il était emprisonné pendant toute ces années. On ne sait pas avec exactitude, si Carmine Persico gérait encore une famille anéantie par les nombreux raids orchestrés par les agents fédéraux ces dernières années. Cette non-médiatisation pourrait signifier que l’état de la famille Colombo est tellement désastreux, que celle-ci n’a plus tellement de hiérarchie dans la capacité de diriger les affaires quotidiennes. Mais cela pourrait aussi signifier que la famille Colombo végète dans l’ombre, se reconstruit, se réorganise afin de redevenir une famille viable dans la Cosa Nostra.

 

La famille DeCavalcante :

 

Charles Marjuri
Charles Marjuri

 

Parrain : Charles « The Ear » Marjuri ?
Acting Boss : ? 
Underboss : ?
Consigliere : Frank Nigro

Membres : + 40-60
Associés : + 200

 

Qui dirige la famille ?. Combien de factions se composent cette famille de la Cosa Nostra implantée dans le New-Jersey ?. A ce jour et depuis la mort de Francesco Guaracci en 2016, l’organisation de cette famille reste un mystère. Comme je le stipulais dans mon article l’année dernière, les membres susceptibles de prendre la relève sont peu nombreux, mais sont bien présents. Il y a Charles « The Ear » Marjuri ou encore Philip « The King Of Wall Street » Abrams  des personnalités d’envergure qui pourraient très bien prétendre au poste de Parrain, mais à ce jour, rien n’est fixé. Pourtant et malgré le fait que les DeCavalcante n’ont pas fait la une des médias Américains cette année, les autorités fédérales sont persuadées que la famille DeCavalcante reste très bien implantée dans l’État du New-Jersey et qu’elle contrôle toujours, avec l’aide de dirigeants syndicaux corrompus, le port de Newark. Dernièrement, deux Associés de la famille, ont été inculpés de trafic de drogue. 

 

La famille de Philadelphie :

 

Joseph Merlino
Joseph Merlino

 

Parrain : Joseph « Joey » Merlino
Acting Boss : Michael Lancellotti ?
Underboss : Steven « Handsomme Steve » Mazonne ?
Consigliere : Joseph « Uncle Joe » Ligambi ?

Membres : + 50-70
Associés : + 500

 

Après la condamnation de Joseph Merlino, relative à l’opération East Coast, le Parrain de la famille de Philadelphie a intégré cette année une maison de transition en Floride, après un peu plus d’un an derrière les barreaux. Avant son incarcération, Joseph Merlino avait essayé de réorganiser la direction de la famille. Michael « Mikey Lance » Lancelotti avait été promu au poste d’Acting Boss, mais des rumeurs sur ses problèmes de santé, font qu’il aurait décidé de prendre du recul. En solution de remplacement, Joseph Merlino aurait alors tablé sur George Borgesi, qui a déjà occupé par le passé un poste au niveau de la direction. En Mai dernier, un rival de Joseph Merlino, Philip Narducci plaidera coupable pour des accusations d’extorsion. Selon ses avocats, ce dernier aurait tourné définitivement la page avec ses années dans la Cosa Nostra. Condamné à moins d’un an de prison, Philip Narducci demanda curieusement à commencer à purger sa peine après son verdict, dans l’optique de pouvoir reprendre ses activités, légales bien entendu, dès sa sortie de prison. 

 

La Outfit : 

 

Salvatore DeLaurentis
Salvatore DeLaurentis

 

Parrain : Salvatore « Solly D » DeLaurentis
Acting Boss : Albert « Albie The Falcon » Vena 
Underboss : James « Jimmy The Ice Pick » Inendino
Consigliere : Joseph « The Builder » Andriarchi

Membres : + 40-60
 Associés : + 1000

 

Avec l’arrestation du Soldat, Robert Panozzo Sr, les autorités fédérales espéraient que ce dernier passe à table, qu'il commence à faire des confessions, qui auraient pu amener les agents fédéraux vers Albert « Albie the Falcon » Vena, une cible prioritaire. Mais malheureusement pour le gouvernement fédéral, Robert Panozzo Sr leur a clairement dit « d’aller se faire voir » et préféra purger sa peine de dix huit années de prison tout en continuant à respecter son serment d’allégeance à la Cosa Nostra. Pour les fédéraux, Albert Vena est devenu depuis quelque temps, un personnage central dans la Outfit Chicago. Le Parrain actuel, Salvatore « Solly D » DeLaurentis a passé une bonne partie de sa vie derrière les barreaux et aurait montré son souhait de se retirer petit à petit des affaires familiales. Ce dernier qui passerait la plupart de son temps dans l’État du Wisconsin, a demandé à son Acting Boss, Albert Vena de réorganiser la direction de la Outfit, signe que Salvatore DeLaurentis se voyait de plus en plus en dehors des affaires. Albert Vena décida de s’entourer de nouvelles têtes. Il demanda alors à James « Jimmy The Ice Pick » Inendino, le Capitaine actuel de la faction de Cicero, de devenir son Underboss. Au poste de Consigliere, Albert Vena demanda à James « Joe The Builder » Andriarchi de sortir de sa pré-retraite. James Andriarchi à un long parcours criminel au sein de la Outfit. Très respecté, Albert Vena est persuadé que son expérience permettra de résoudre certains conflits entre certaines factions. Et alors que la nouvelle organisation de la Outfit est pratiquement opérationnelle, son ancien Consigliere, John Matassa Jr à été condamné à six mois de détention pour avoir profité de son rôle de trésorier d’une section syndicale, pour y détourner les fonds. Un autre Consigliere, une ancienne figure de la Outfit, Joseph « Joey The Clown » Lombardo, est quant-à lui décédé cette année, dans le pénitencier fédéral d’ADX Florence, lieu ou il purgeait sa peine de prison à perpétuité suite à sa condamnation relative à au procès dit des « Secrets de famille ».

 

La famille Patriarca :

 

Carmen DiNunzio
Carmen DiNunzio

 

Parrain : Carmine « The Cheese Man » DiNunzio
Acting Boss : ? 
Underboss : Matthew « Good Matty » Guglielmetti Jr
Consigliere : Joseph « The Bishop » Achille

           Membres : + 40-50
           Associés : + 200

 

Une année extrêmement calme pour la famille Patriarca, qui depuis la prise de pouvoir de Carmine DiNunzio n'a pas réellement fait parler d'elle. Le Capitaine Edward « Eddie » Lino a été libéré d’un pénitencier fédéral en Février dernier après avoir purgé près de neuf années de prison. A ce jour, le rôle d’Anthony DiNunizo, le frère de Carmen qui a été libéré en 2008, reste quant-à lui reste inconnu. 

 

La famille de Détroit :

 

Jack Giacalone
Jack Giacalone

 

Parrain : Jack « Jacky The Kid » Giacalone
Acting Boss : Peter « Blackie » Tocco
Underboss : Anthony « Chicago Tony » LaPiana
Consigliere : Anthony « Tony Pal » Palazzolo

        Membres : + 40-50
        Associés : + 200

 

Comme pour 2018 la famille de Détroit fut complètement épargnée par les autorités fédérales. Il faut dire que le cloisonnement de cette organisation criminelle et les liens de sang entre plusieurs de ses membres, rendent le travail beaucoup plus difficile pour les agents fédéraux. Alors que certaines familles de la Cosa Nostra gagnent encore de l’argent grâce au trafic de drogue ou aux jeux illégaux, la famille de Détroit a depuis des années s'est orientée vers une toute autre stratégie, en privilégiant les crimes en « col blanc ». L’un de ses membres, adepte de ce genre de pratique, le Consigliere Anthony « Tony Pal » Palazzolo est décédé en Janvier dernier, il avait soixante dix huit ans. Et pour vous démontrer que la famille de Détroit reste une famille très cloisonnée, près d’un an après son décès, aucune information n’a fuité sur un éventuel successeur à son poste, une stratégie payante qui en font de la famille de Détroit, l’une des familles de la Cosa Nostra les plus influente aux Etats-Unis. 

 

La famille de Bufallo :

 

Joseph Todaro Jr
Joseph Todaro Jr

 

Parrain : Joseph Todaro Jr
Acting Boss : ?
Underboss : Domenico Violi

Consigliere : ?

       Membres : + 30-40
       Associés : + 100

 

L’opération de la GRC et du FBI en 2018 a complètement bouleversé le quotidien de la famille de Buffalo qu’on croyait défunte depuis plusieurs années. Joseph Todaro Jr, qui a toujours déclaré qu’il n’avait aucun lien avec la Cosa Nostra, qu’il n’était qu’un honnête travailleur, propriétaire d’une célèbre pizzeria dans la ville de Buffalo, la Nova Pizzeria, a clairement été identifié comme le Boss d’une famille composée de membres implantés aux Etats-Unis et au Canada. Et alors même si Domenico Violi est actuellement incarcéré, la famille de Buffalo reste encore active dans certains domaines. Récemment, les autorités fédérales ont inculpé un ancien agent de la DEA, Joseph Bongiovanni, pour avoir accepté des pots de fin venant de membres de la Cosa Nostra, en particulier de la famille de Buffalo. 

Lire la suite

LE PARRAIN DE LA FAMILLE COLOMBO : CARMINE PERSICO VIENT DE DÉCÉDER - PARTIE 2

10 Mars 2019 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo

Joseph Colombo
Joseph Colombo

Après le décès de Joseph Profaci, Joseph Magliocco devint le nouveau Parrain, mais son poste ne sera pas confirmé par la Commission, qui jugeait que ce dernier n’avait la carrure nécessaire pour gérer une famille de la Cosa Nostra, le poste reviendra alors à Joseph Colombo. Au début des années 1960, Carmine Persico était un personnage central de cette organisation criminelle, un individu admirait de son quartier natal. Carmine Persico qui était toujours vêtu d’un costume trois pièces, adorait arpenter les rues de Brooklyn avec son garde corps et son ami de longue date Huch McInstosh. De Red Hook à Park Slope, en passant à Bensonhurst, Carmine Persico était un peu le roi de Brooklyn. Le 19 mai 1963, alors que Carmine Persico conduisait sa voiture dans le Sud de Brooklyn, arrêté à un feu rouge, un camion s’arrêta à proximité. La bâche du véhicule s’ouvrit et Carmine Persico sera touché à plusieurs reprises, il s’en sortira miraculeusement. Blessé au bras et a la main gauche, ce dernier ne retrouvera jamais l’usage complet de sa main. Quelques mois plus tard, Carmine Persico sera inculpé par le gouvernement fédéral d’être le leader d’une équipe spécialisée dans le détournement de camions. Au final, le procès sera annulé, soit en raison d’une faute de procédure, soit la condamnation sera annulé en appel. Lors d’un cinquième procès, Carmine Persico sera finalement reconnu coupable. Libéré sous caution en attendant son verdict, ce dernier se présentera de nouveau devant le tribunal fédéral de Manhattan, pour cette fois-ci répondre d’une inculpation de prêt usuraire. Sur cet accusation, Carmine Persico sera finalement acquitté, le juge estimant que les articles de journaux ciblant ce dernier comme un membre de haut rang de la Cosa Nostra pouvaient être préjudiciables pour l’accusé. Le 28 Juin 1971, Joseph Colombo, organisa une

Carmine Persico
Carmine Persico

manifestation de défense des droits civils Italo-Américains à Colombus Circle, l’un des principaux lieux d’attraction de ville de New-York. Alors que le Parrain s’approchait du podium pour entamer un discours, il sera touché à plusieurs reprises à la tête et au cou, par Jérôme Johnson, un individu d’origine Africaine qui sera exécuté dans la foulée par des membres de la famille Colombo. Joseph Colombo survécu, mais son état n’était plus compatible avec la gérance d’une famille mafieuse. La famille Colombo cherchait un nouveau Parrain et se tourna alors très rapidement vers Carmine Persico. Mais ses débuts furent difficiles. Carmine Persico verra ses appels rejetés et devra commencer à purger une peine de huit années de prison pour détournement de fonds. Sa condamnation coïncidera avec la sortie de son frère Alphonse, qu’il nommera Acting Boss pour surveiller les intérêts de la famille dans le rue. Peu de temps après son emprisonnement, son rival, Joe Gallo, sera abattu lors de sa fête d’anniversaire, au Umberto Clam House dans la Little Italy. Carmine Persico ne sera jamais inculpé de ce meurtre, mais des documents judicaires prouveront par la suite, que ce dernier avait préparé cet assassinat, après en avoir conclu que Joe Gallo était l’un des commanditaires dans l’assassinat raté sur Joseph Colombo. A sa sortie de prison, Carmine Persico reprit activement son rôle de Parrain, mais cela sera une nouvelle fois de courte durée. En 1984, Carmine Persico était sur le coup de plusieurs chefs d’inculpations dans la cadre du procès dit le « Le procès Colombo ». Pour éviter une incarcération, Joseph Colombo devint un fugitif et placé sur la liste des dix personnes les plus recherchées par le FBI. Arrêté

Carmine Persico
Carmine Persico

en Février 1985, Carmine Persico avait pris refuge chez son cousin, Fred DeChristopher, dans sa maison de Long Island. On apprendra par la suite, que ce dernier aurait reçu une récompense de cinquante mille dollars pour avoir indiqué au FBI où se cachait Carmine Persico. Le procès sera expéditif pour le Parrain de la famille Colombo. Reconnu coupable, le juge fédéral condamnera Carmine Persico à trente neuf années de prison, tout en précisant : « Monsieur Persico vus êtes une tragédie. Vous êtes l’une des personnes les plus intelligente que j’ai pu voir dans ma vie ». Le juge avait été impressionné de voir Carmine Persico gérait entièrement de sa défense, conseillant ses propres avocats sur le déroulé de ce procès. Quelques mois plus tard, Carmine Persico fut inculpé dans le procès dit de la Commission. Rudolf Giuliani  procureur fédéral de New-York, avait réussi après des années d’enquête à faire arrêter les cinq Parrains de New-York, ainsi que des membres de leur hiérarchie. Paul « Big Paul » Castellano de la famille Gambino, Anthony « Fat » Tony Salerno de la famille Genovese, Carmine « Junior » Persico de la famille Colombo, Anthony « Tony Ducks » Corallo de la famille Lucchese et Philip » Rusty » Rastelli de la famille Bonanno étaient inculpés d’une multitude de racket tenant de la loi RICO, pouvant les amener à terminer leur vie derrière barreau, un vrai séisme dans le monde souterrain de la Cosa Nostra. Déjà condamné à près de trente neuf années de prison, Carmine Persico n’avait plus rien à perdre et décidera d'assurer sa défense. La stratégie du Parrain de la famille Colombo était de jouer de son charisme pour charmer le jury. Le dossier d’accusation reposait essentiellement sur des bandes magnétiques, des vidéos surveillance ou des enregistrements de membres de la Cosa Nostra. Carmine Persico essaya de remettre en cause la validité de ses pièces, mais malgré une performance qui sera jugé de « haute volée », Carmine Persico sera reconnu coupable et condamné à cent année de prison, portant sa peine au total à cent trente neuf années. Carmine Persico fut transféré dans la prison fédérale de Butner dans l’État de la Caroline du Nord, ce qui ne l’empêcha pas de continuer à gérer la famille Colombo d’une main de fer. Carine Persico nomma Vittorio « Little Vic » Orena au poste d’Acting Boss. Mais ce dernier qui appréciait un peu trop son nouveau statut, essaya de renverser le pouvoir pour devenir le nouveau Parrain, la troisième guerre interne pouvait alors commencer. Cette guerre fut sanglante et empêcha pendant un moment la famille Colombo de retrouver un siège dans la Commission. De sa cellule, Carmine Persico gérait les manœuvres par l’intermédiaire de ses frères Alphonse et Théodore. Lors de son dernier procès, Carmine Persico avait essayé d’expliquer sa vie, ses principes dans un exposé oral face aux jurés. Reconnaissant qu’il purgeait déjà une lourde peine de prison et qu’il s’était caché pour éviter la justice, il déclara : « J’étais un peu fatigué d’aller en prison, fatigué d’être trainé dans les salles d’audence et que l’on puisse jugé mon nom et ma réputation ». Insistant sur le fait qu’il se sentait persécuté et injustement poursuivi en tant que Parrain de la Cosa Nostra, il avait ajouté : « Quand est ce que cela se terminera ? Quand cela va t’il s’arrêter ?. Quand allez vous me laisser tranquille ? ».

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>