Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LCN

LA VIE DE VINCENT PARLEMO APRES LA COSA NOSTRA

29 Juin 2013 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #DeCavalcante

LA VIE DE VINCENT PARLEMO APRES LA COSA NOSTRA

Vers la fin des années 1990, les DeCavalcante, une famille de la Cosa Nostra opérant dans le New-Jersey était gérée par trois capitaines : Girolamo Palermo, Charles Majuri et Vincent Palermo. Les trois hommes dirigeaient les affaires de la famille alors que le Boss, John "Giovanni" Riggi était incarcéré. En 1998, un associé de la famille DeCavalcante, Ralph Guarino décida de collaborer avec le gouvernement (Voir article : Quand la réalité dépasse la fiction : Partie 3) après avoir été accusé par la justice d'avoir cambriolé la "Bank of America". Pour éviter de nombreuses années derrière les barreaux, Ralph Guarino décida de porter un micro et d'enregistrer ses associés dans plusieurs réunions. Grâce à ces enregistrements, le 02 décembre 1999, le FBI lança une grosse opération contre la famille DeCavalcante. Près de 30 membres et associés furent arrêtés pour divers crimes. Vincent Palermo fut accusé par la justice Américaine de plusieurs assassinats. Les preuves contre lui étaient accablantes et pour éviter de terminer sa vie derrière les barreaux, Vincent Palermo décida de coopérer avec le FBI. Le témoignage de ce dernier permit à la justice Américaine de mettre en prison plusieurs membres de la Cosa Nostra et d'affaiblir la famille DeCavalcante. En récompense de son témoignage, Vincent Palermo fut placé dans le programme de protection des témoins. Personne ne savait ou il était, jusqu'en Septembre 2009. A cette époque le nom de Vincent Palermo ressurgit dans plusieurs journaux. Le FBI avait placé ce dernier dans le programme de protection des témoins au début des années 2000 et l'avait fait déménager au Texas. En arrivant sur place, Vincent Palermo commença à ouvrir le "Penthouse Club" puis le "Club All-Star Men" à Houston avec l'aide de son fils. Vincent Palermo savait parfaitement comment fonctionnait ce genre d’établissement. A une époque alors qu'il était un membre initié de la famille DeCavalcante, il gérait déjà la boite de nuit le "Wiggles" à New-York. Une année après s'être installé avec sa famille à Houston, il acheta une maison de prés de 875 000 dollars. Grâce à l'argent récolté par ses boites de nuit, ll en profita aussi pour ouvrir un restaurant mexicain et une station de lavage. La police de Houston n'a su l'existence de la véritable identité de James Cabella que depuis Janvier 2009.

LA VIE DE VINCENT PARLEMO APRES LA COSA NOSTRA

La police, s’intéressa très vite aux boites de striptease de James Cabella. Elle apprit qu'en réalité, elles étaient gérées par une société dénommée "Herewearegain Inc." Cette dernière avait comme patron Debra Cabella, la femme de Vincent Palermo. Mais les clubs de striptease avaient très mauvaise réputation à Houston. La police avait déjà effectué plusieurs contrôles a l'intérieur du club car elle soupçonnait le propriétaire de demander aux danseuses de se prostituer pour gagner plus d'argent. Dans le "Penthouse Club", une salle appelée "La Chambre au Champagne" était réservée aux clients désireux d'avoir des relations sexuelles avec une des stripteaseuses. La police de Houston surveillait aussi James Cabela Jr, le fils de Vincent Palermo qui s'adonnait d'après plusieurs clients au trafic de drogue à l'intérieur des clubs. Face à toutes ces accusations, le "Penthouse Club" avait dut fermer ses portes pendant plus d'un an. Mais pour Vincent Palermo cela n'était rien, sa deuxième boite de striptease, le "Club All-Star Men" se situant à quelques kilomètres du "Penthouse Club" tournait à plein régime. Mais en Mai 2008, la police arrêta 9 employés du "Club All-Star Men", tous furent accusés de prostitution et de trafic de drogue. C'est donc seulement en Janvier 2009 que la police apprit que James Cabella n'était autre que Vincent Palermo. Ce dernier avait porté plainte contre la ville de Houston car cette dernière accusait ses boites de striptease d'être un haut lieu de la prostitution. Vincent Palermo fut interviewé par un journaliste à la sortie de sa luxueuse villa. Imperturbable, son comportement était toujours le même. Quand ce dernier lui demanda s' il n'avait pas peur que sa véritable identité ne soit révélée. Il répondit calmement : "Tout le monde sait qui je suis par ici. Je suis passé plusieurs fois à la télé et récemment sur "A&E" (La chaîne de télé Américaine avait diffusé un documentaire sur la famille DeCavalcante)". En 2011, Vincent Palermo refit parlé de lui, Lisa Hansegard la propriétaire d'une boutique de jouet, attaqua James Cabella, son épouse Debra Cabella et son fils James Jr pour défaut de paiement.En 2006, James Cabella gérait déjà la boite de striptease appelée le "Penthouse Club" qui se situé juste devant la boutique de Lisa Hansegard dénommée le "Baby Dolls". Dans cette boutique, Lisa Hansegard vendait des poupées pour enfants et James Cabella se proposa de s'associer à elle pour l'aider à lui faire augmenté ses bénéfices. Un accord fut conclu et James Cabella devait reverser un pourcentage de la vente des objets à Lisa Hansegard mais aussi lui versé 2500 $ toutes les semaines de frais de gestion. Mais au bout de quelque temps, Lisa Hansegard commençait à s'inquiéter, elle ne recevait aucun pourcentage des bénéfices que se faisait James Cabella. Elle décida alors d'attaquer ce dernier en justice pour défaut de paiement et lui réclama près 1.300.000 $. Plusieurs semaines se passèrent et Lisa Hansegard apprit que la personne qui se faisait appelé James Cabella n'était autre que Vincent Palermo l'ancien Acting Boss de la famille DeCavalcante. Interrogé par un journaliste de KPRC-TV, Lisa Hansegard déclara qu'elle n'aurait jamais accepté de s'associer avec James Cabella si elle avait pris connaissance avant de son passé criminel.

Partager cet article