Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LCN

SALVATORE GRAVANO AKA SAMMY THE BULL SORT DE PRISON

24 Septembre 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Gambino

Salvatore Gravano
Salvatore Gravano

Salvatore « Sammy The Bull » Gravano restera à jamais l’un des repentis les plus célèbres de la Cosa Nostra. Underboss de la famille Gambino pendant l’ère Gotti, Salvatore Gravano décidera, soit disant déçu par l’attitude de son Parrain ou pour éviter de terminer sa vie derrière les barreaux, de coopérer avec les autorités fédérales. Son témoignage, permettra d’incarcérer définitivement John Gotti derrière les barreaux et mettre fin à une certaine malédiction auprès des procureurs fédéraux, après deux procès qui s’étaient soldés par un échec. Après avoir plaidé coupable d’avoir participé à de nombreux assassinats, Salvatore Gravano, en raison de son témoignage, sera condamné à cinq années de prison, une peine dérisoire, l'accord du siècle diront même certains. A sa sortie de prison, Salvatore Gravano intègrera avec sa famille, le programme de protection des témoins, pour entamer une nouvelle vie, dans un nouvel État, loin des Gambino, qui essayait tant bien que mal de se reformer après la condamnation de leur Parrain. Mais Salvatore Gravano voulait en profiter. Profiter un maximum de sa nouvel notoriété, pour écrire un livre avec l'écrivain Peter Maas, mais aussi pour se pavaner devant les médias Américains sur son ancienne vie. Installé avec sa famille dans l’État de l’Arizona, à Phoenix plus précisément, Salvatore Gravano avait créé avec ses proches, une société dénommé Marathon Piscine Inc. Mais malgré de très bon revenus et un cadre de vie idyllique, Salvatore Gravano en voulait toujours plus et s’associa avec un gang Neo-Nazis, les Devil Dogs, vendant avec l’aide de sa famille, près de quarante milles doses d’ecstasy. Un trafic à grande échelle qui rapporta selon les autorités près de cinq cent mille dollars par semaines. Mais son nouveau parcours criminel fut de courte durée et au début des années 2000, il fut inculpé avec sa femme Debra, sa fille Karen et son fils Gerard de trafic de drogue. On apprendra par la suite que cette arrestation, lui avait ironiquement sauvé la vie. En effet, repéré depuis plusieurs mois par la famille Gambino, cette dernière avait envoyé, Thomas « Huck » Carbonaro (Un ancien Soldat dans l'équipe de Salvatore Gravano) et l’un de ses Associés, qui s’apprêtaient à passer à l’action. Très rapidement, face à la gravité des accusations et aux preuves amassées par les agents fédéraux, Salvatore Gravano décidera de plaider coupable et sera condamné en 2003 à dix neuf années de prison. Pour les procureurs fédéraux, Salvatore Gravano devait comprendre qu’il avait trahi une nouvelle fois, non pas cette fois-ci la Cosa Nostra, mais la justice Américaine et pour qu’il comprenne la portée de ses actes, il fallait en plus de cette longue peine de prison, un lieu d’incarcération exemplaire, la prison ADX Florence dans l’État du Colorado. Cette

ADX Florence
ADX Florence

prison, représente selon les autorités fédérales, « l’enfer carcéral » par excellence. Les prisonniers incarcérés sont maintenus dans leur cellule près de vingt trois heures par jour, sans le moindre contact avec les autres détenus. Le but de ce pénitencier, est de briser moralement, psychologiquement, tout type de détenus, même les plus endurcis. En entrant dans sa cellule, Salvatore Gravano, qui avait entrainé dans sa chute, son fils Gerard condamné à neuf ans de prison, (Sa femme Debra et sa fille Karen plaideront coupable et seront condamnées à de la probation), savait qu’il allait vivre de longues années de souffrance derrière ces murs. En prison, Salvatore Gravano fut curieusement jugé comme un détenu modèle, mais souffrit de problème lié à sa thyroïde, le laissant la plupart du temps amoindrit et physiquement considérablement changé. En Juin 2015, Salvatore Gravano fit une première demande de libération conditionnelle pour raison médicales, une demande qui sera finalement rejetée. La juge fédérale Allyne Ross, qui avait instruit l'affaire de Salvatore Gravano lors de sa condamnation pour trafic de drogue, ne voulait pas donner une troisième chance à l'ancien Underboss de la famille Gambino. Sa sortie était logiquement fixée en 2019, mais entre temps, Salvatore Gravano fit une nouvelle demande de libération conditionnelle, qui fut cette fois-ci acceptée. Désormais libre, de nouveau, son avocat déclara : « Il est de bonne humeur, en bon santé et veut tout simplement aller de l’avant », sans préciser le lieu ou ce dernier est actuellement logeait, il stipula de nouveau : « En ce moment, son plan consiste à jouir de nouveau de sa liberté ». Âgé de soixante douze ans, Salvatore Gravano terminera le restant de ses jours en liberté surveillée, mais en dehors du programme de protection des témoins.

Partager cet article