Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LCN

UN ANCIEN SURVEILLANT PÉNITENTIAIRE DEVENU ASSOCIÉ DE LA FAMILLE BONANNO DEMANDE À SORTIR DE PRISON

8 Octobre 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Bonanno

UN ANCIEN SURVEILLANT PÉNITENTIAIRE DEVENU ASSOCIÉ DE LA FAMILLE BONANNO DEMANDE À SORTIR DE PRISON

Ronald « Monkey Man » Filocomo a toujours rêvé d’être un gangster, mais avant de travailler pour la famille Bonanno, ce dernier avait décidé au début de suivre le droit chemin, en devenant gardien de prison, sans savoir que le fait d’avoir travaillé pour le gouvernement fédéral, l’empêcherait à tout jamais de devenir un membre intronisé de la Cosa Nostra. Alors certains diront, que l’ancien Underboss de la famille Bonanno, Salvatore « Handsome Sal » Vitale, qui a travaillé temporairement comme agent de probation auprès de détenus toxicomanes, a pu quant-à lui être initié dans la Cosa Nostra, mais ce dernier était le beau-frère de Joseph Massimo, un membre influent de la famille Bonanno qui deviendra par la suite un Parrain tout puissant, et les passes droits étaient alors plus faciles. Ronald Filocomo travailla avec les Bonanno, à une époque la famille était interdite d’un siège à la Commission en raison du trafic de drogue. L’Associé de la famille Bonanno était un dur à cuir. Travaillant avec Frank « Curly » Lino, un Capitaine, qui deviendra des années plus tard un collaborateur de justice, Ronald Filocomo n’hésita pas à assassiner un dealer qui travaillait avec la famille Colombo, avait proposé par erreur de la drogue au cousin de Frank Lino. Selon le FBI, Ronald Filocomo aurait été l’un des tueurs du célèbre Capitaine de la famille Bonanno, Dominick « Sonny Black » Napolitano (voir photo) en 1981. L’Associé de la famille Bonanno, voulant démontrer sa valeur à sa famille mafieuse, avait organisé le meurtre de Sonny Black dans le sous-sol de la maison de ses parents. En 2004, alors que la famille Bonanno était pleine implosion et avant que Joseph Massino ne passe à table, Ronald Filocomo décida de plaider coupable d’avoir participé à plusieurs meurtres mafieux au début des années 1980. Une situation qui inquiéta fortement l’entourage de Joseph Massino, qui envoya son avocat au Métropolitan Center de New-York, pour y rencontrer l’Associé de la famille Bonanno, sans l’accord de sa défense. Un problème juridique se créa alors très rapidement, et le juge fédéral Nicholas Garaufis décida d’incarcérer Ronald Filocomo dans une autre aile de la prison, sous protection rapprochée, le pensant en danger immédiat. En plaidant coupable, Ronald Filocomo évita la prison à vie, mais sera condamné à vingt années derrière les barreaux, une peine qu’il acceptera sans broncher. Mais alors qu’il lui reste quatre années à purger, son avocat a fait une demande de libération anticipée, en raison de la santé de son client devenant de plus en plus défaillante : « Monsieur Filocomo est une personne appréciée des détenus et du personnel. Il est toujours aimable et prêt à aider les autres », déclara son avocat. Mais le juge fédéral Nicholas Garaufis, qui avait condamné l’Associé de la famille Bonanno, douze ans plus tôt, rejeta sa requête, prétextant, qu’une libération anticipée pour des problèmes médicaux, devait émaner du directeur de la prison, et non du prisonnier.

Partager cet article