Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

PETITE CONVERSATION ENTRE AMIS...

27 Janvier 2016, 05:38am

Publié par Xav

PETITE CONVERSATION ENTRE AMIS...

Les restaurants sont toujours des moyens pour les membres de la Cosa Nostra, de se réunir, pour y parler famille, buisiness, et autres discussions que les agents fédéraux feraient tout leur possible pour y participer. Ce jour là, dans un restaurant Italien du New-Jersey dénommé le LaGriglia, le FBI avait réussi à avoir une information capitale. Grâce à l’aide d’un informateur, il savait que la famille de Philadelphie, connue de tous pour sa violence, et la famille Gambino, se réunissaient pour résoudre un litige. Face à cette situation, le FBI avait réussi à mettre en place des vidéos de surveillance, mieux encore, il avait à la table des mafieux, l’informateur en question, qui doté d’un dispositif d’enregistrement, pouvait être les « oreilles » des agents fédéraux. A table, deux familles étaient représentées, la famille de Philadelphie, et la famille Gambino. Sur la table, les bouteilles de vin, étaient accompagnés des meilleurs mets, pour un repas qui aura duré près de cinq heures. Cette rencontre avait été dévoilée, pendant la mise en inculpation de plusieurs membres de la famille de Philadelphie en 2013. Étaient présents ce jour là, du côté de Philadelphie, le Capitaine Joseph « Scoops » Licata (voir photo), l’ancien Acting Boss, Joseph « Uncle Joe » Ligambi, et le Capitaine Anthony Staino. Aux mafieux de New-York, Joseph Licata était fier de présenter Joseph Ligambi comme « leur nouvel Acting Boss ». Du côté de la famille Gambino, John Gambino, qui ferait parti actuellement d’un « panel de sécurité » et le Soldat Nicholas « Nicky Skins » Stefanelli, qui sans que les mafieux ne le sachent, avaient décidé quelques mois précédemment, de collaborer avec la justice Américaine après avoir été arrêté pour trafic de drogue. Pendant ce repas, Joseph Licata, commença à discuter des critères d’adhésion dans la Cosa Nostra, sujet sensible en ce moment dans ce milieu fort cloisonné, les collaborateurs pullulant de plus en plus dans chaque famille : « Si nous ne le connaissons pas depuis le début ou que plusieurs de nos membres ne nous le recommandent pas, nous ne faisons rien ». Pour la famille de Philadelphie, il faut absolument sécuriser les intronisations, en ne prenant que des membres « surs », qui ne décideront pas à la moindre arrestation, de collaborer avec les autorités : « C’est la seule façon de survivre. Vous avez besoin de qualité, pas de quantité » rétorqua John Gambino, « Nous ne voulons aucune ordure », déclara de nouveau Joseph Licata. Lors des enregistrements, on pouvait bien entendre que cette discussion, était un sujet iessentiel entre les deux familles. Toujours d’après Joseph Licata, cette « sécurisation » avant l’intronisation des membres dans la Cosa Nostra, est la seule façon pour « rester droit » : « Si on se mélange avec des ordures (des rats), ils vous frapperont au visage par la suite. Même si le gars en question d’argent, ce n’est plus le problème, maintenant il est question de fraternité ». Pour le FBI, il est clair, que ce repas est une réunion d’affaire entre deux familles de la Cosa Nostra. Mais pour les avocats de la défense, ce diner était plus, un « repas entre amis vieillissant », pour « se remémorer la bonne époque ». Pour les enquêteurs, le nombre de collaborateurs a considérablement augmenté ces dernières années, en raison du progrès de la justice Américaine avec les lois contre le crime organisé. En effet, la loi RICO a fait que les peines encourues sont de plus en plus importantes, et la plupart des membres de la Cosa Nostra, ne sont plus enclin à terminer leur vie derrière les barreaux. Le programme de protection des témoins, permet aux mafieux, d’avoir une seconde chance, une nouvelle vie avec leur famille, avec une nouvelle identité dans un autre État. Mais cette tendance à changer de vie, n’est pas évidente pour tout le monde. La plupart, sont habitués à un mode vie « agréable », et plusieurs d’entre eux, préfèrent tenter leur chance dans un procès, en jouant sur les mêmes excuses, l’état de santé et la vieillesse. Les « Goodfellas » sont devenus les « Odfellas » et à chaque procès, les membres de la Cosa Nostra, arrivent avec l’équipement médical adapté, en espérant qu’un jury concilient, puisse les acquitter de tous leurs délits. Pour l’ancien Capitaine de la famille Gambino, « Michael « Mikey Scars » DiLeonardo, qui décidé de coopérer avec les autorités, la Cosa Nostra n’est plus ce qu’elle était : « Ceci est censé être une société secrète. Normalement, l’Omerta signifie être un homme, prendre soin de ses propres problèmes, de pas demander de grâce, de ne pas plaider coupable des crimes dont on est accusé ».

Lire la suite

LA FAMILLE BONANNO NOMME UN NOUVEL ACTING BOSS

23 Janvier 2016, 09:12am

Publié par Xav

LA FAMILLE BONANNO NOMME UN NOUVEL ACTING BOSS

Même en étant incarcéré dans une prison fédérale de haute sécurité dans l’État du Texas, le Parrain en exercice de la famille Bonanno, Michael « The Nose » Mancuso, arrive encore à réorganiser ses troupes. Un changement au plus haut niveau de la hiérarchie, car Thomas « Tommy D » DiFiore, qui occupait le poste d’Acting Boss, a été remplacé récemment, par un proche de Michael Mancuso, Joseph Cammarano Jr (voir photo) qui occupera en plus de cette nouvelle fonction, le poste d’Underboss, une première. Thomas DiFiore qui avait été arrêté et inculpé en Janvier 2014 avec plusieurs membres de la famille Bonanno, sera condamné en Mars dernier à une vingt et mois de prison, une peine qu'il avait déjà pu effectuer au trois-quarts. Mais Thomas DiFiore paye sans doute, les relations tumultueuses qu’il entretenait avec certains membres de la famille Bonanno, dont le Capitaine Vincent « Vinny » Asaro, rendu célèbre, pour avoir été acquitté récemment de plusieurs charges de racket, dans l’affaire dit de la Lufthansa. En effet, dans des enregistrements dévoilés par les procureurs fédéraux lors des arrestations, on pouvait entendre clairement Vincent Asaro dénigrer Thomas DiFiore, le traitant même de « salaud », qui « n’hésitait » pas à prendre une grande partie de ses « bénéfices ». Joseph Cammarano, Jr est loin d’être un inconnu des agents fédéraux. Capitaine depuis dejà plusieurs années, il avait suivi les traces de son père, Joseph « Joe Saunders » ou « Joe C » Cammarano, Sr, un ancien Underboss de Joseph Massino, qui décédera dans une prison fédérale en 2013, alors qu’il purgeait une peine de dix années pour conspiration de meurtre. Joseph Cammarano, Jr est marié avec la fille de Vito Grimaldi, un membre très respecté de la faction Sicilienne ou « Zips » de la famille Bonanno, qui exploite actuellement une boulangerie à Flushing dans le Queens dénommé le Grimaldi Bakery. Joseph Cammarano, Jr. a toujours navigué sous le radar du FBI, et ne fit parler de lui qu'en 2007, ou il sera inculpé avec d’autres membres de la famille Bonanno, dont le fils de Vincent Asaro, Jérôme, dans une affaire d’extorsion et de trafic de drogue, il purgera alors un peu plus de deux années dans un pénitencier fédéral, avant de reprendre tranquillement ses activités au sein de la famille Bonanno. Âgé de cinquante six ans, et vivant avec sa famille dans une modeste maison dans le Long Island, il est d’après son avocate, Elizabeth Macedonio, quelqu’un de très « généreux », qui ne passe son temps qu’à aider sa famille et les différentes communautés de son quartier. Mais malgré toutes ces « qualités », Joseph Cammarano Jr n’oublie pas pour autant sa principale famille, les Bonanno. Selon le FBI et le NYPD, ce dernier aurait pris l’initiative d’inviter plusieurs de ses membres, dont des hauts responsables, dans un célèbre restaurant Italien de Staten Island, pour y fêter sa nouvelle promotion, en Décembre dernier. Sous le regard attentif des agents fédéraux postés devant le restaurant Bocelli, les membres de la famille Bonanno, dont l’actuel Consigliere Anthony Rabito, ou encore le Capitaine, Gerard « Jerry » Chili, défilèrent un à un, pour y venir témoigner leur respect, au nouvel homme fort de la famille Bonanno. En effet, dans la Cosa Nostra, il est coutume lors d’une nouvelle promotion, que les mafieux viennent témoigner de leur sympathie avec des enveloppes bourrés de billets. Ce fut déjà le cas en 1991, quand Joseph Massino, qui venait d’être nommé nouveau Parrain de la famille Bonanno, avait organisé un énorme repas dans son restaurant, Le Casablanca. Les photos prises lors de cette soirée, ont permis au FBI de faire remonter des informations très précieuses à la justice Américaine. Le premier à rendre la parole, fut le juge fédéral Nicholas Garaufis. Connu pour avoir « animé » plusieurs procès de membres de la Cosa Nostra, il jugea cette réunion, comme « une version améliorée du conclave d’Aplachin », qui s’était déroulé en 1957. Mais ce diner, aura des conséquences pour trois de ces membres, qui ont violé « délibérément » selon le juge fédéral, leur mise en liberté surveillée et seront rattrapés quelques semaines plus tard par la justice Américaine. Joseph De Simone, Ronald Giallanzo et Anthony Pipitone avaient été interdits de fréquenter des membres de la famille Bonanno et son retournés rapidement en prison, en attendant une audience, qui décidera ou non de rallonger leur peine initiale.

Lire la suite

ET PENDANT CE TEMPS LÀ

20 Janvier 2016, 05:52am

Publié par Xav

ET PENDANT CE TEMPS LÀ

UN SOLDAT DE LA FAMILLE DECAVALCANTE CONDAMNÉ A SIX ANS DE PRISON :

Anthony « Whitey » Stango (voir photo), identifié par la justice Américaine comme un soldat de la famille DeCavalcante, a été condamné à six années de prison, après avoir plaidé coupable d’avoir vendu près de soixante dix mille dollars de cocaïne, mais aussi d’avoir planifié un système de « prostitution haut de gamme » à Toms River. Cette condamnation découle, d’une opération lancée contre la famille DeCavalcante en Mars dernier. Anthony Stango est le fils de Charles « Bips » Stango, un Capitaine de la Cosa Nostra, qui avait déménagé depuis plusieurs années du New-Jersey, pour s’installer dans l’État du Nevada. Cette affaire avait révélé, que ce dernier donnait des conseils à son équipe et à son fils, qui les mettait en « garde » de ne pas tomber dans la « cupidité » face à l’argent récolté grâce à la vente de cocaïne. Mais Charles Stango, qui a passé près de la moitié de sa vie derrière les barreaux, ne donnait pas que des conseils, mais aussi des ordres. Selon les procureurs fédéraux, le Capitaine de la famille DeCavalcante, aurait essayé de planifier l’assassinat d’un Soldat, Luigi Oliveri, qui aurait manqué de respect à l’actuel Acting Boss, Francesco Guarraci. Avec l’accord de l’actuel Consilgiere, Arthur Nigro, il aurait fait appel à un gang de motards, allié de la famille DeCavalcante, pour effectuer le contrat. Après avoir reçu son verdict, Anthony Stango exprima des regrets : « Je regrette profondément ce que j’ai pu faire. J’espère devenir par la suite un meilleur père ». Son avocat, Gary Mazzone, a déclaré que son client avait « échoué dans la notoriété entourant le crime organisé », n’hésitant même pas à traiter son père « d’aliéné », l’accusant de ne pas s’être occupé suffisamment de son fils. Le procureur fédéral déclara quant-à lui, que Anthony Stango avait déjà un « passif » dans le crime organisé, accumulant les cambriolages, les violations de probation ainsi que les chèques sans provision.

ET PENDANT CE TEMPS LÀ

L’ANCIEN CONSIGLIERE DE LA FAMILLE GAMBINO EST DÉSORMAIS UN HOMME LIBRE :

En 2008, le FBI lança l’opération Old Bridge contre la famille Gambino. Plusieurs membres de sa hiérarchie furent arrêtés et inculpés de divers charges de racket. Le Consigliere en exercice de la famille Gambino à cette époque, Joseph « Jo Jo » Corozzo (voir photo) fut accusé de plusieurs charges fédérales, dont le trafic de drogue, le racket, mais aussi d’avoir extorqué une entreprise détenue par Joseph Vollaro, un Associé de la famille mafieuse, qui collaborait depuis quelques temps avec la justice Américaine. Quelques mois après son arrestation, Joseph Corozzo négocia avec l’aide de ses avocats un accord de plaidoyer, qui permit à l’ancien Consilgiere de la famille Gambino, de se voir abandonné les charges de trafic de drogue et d’être condamné seulement à quarante six mois de prison. En 2011, soit quelques semaines avant sa libération, Joseph Corozzo, fut inculpé de nouveau, d’avoir orchestré la distribution avec l’aide d’une équipe de Soldats, de la marijuana, de la cocaïne et de l’extasie, qui rallongera au final sa peine de cinq années supplémentaires. Incarcéré dans la prison fédérale de Fort Dix dans le New-Jersey, Joseph Corozzo perdit ses galons de Consgiliere, et fut rétrogradé au rang de Capitaine. Début Janvier, ce dernier sortit d’une maison de transition et est désormais libre de circuler librement dans les rues de New-York. La famille Corozzo a des liens très fort avec la famille Gambino. Son frère Nicholas, surnommé « Little Nick », fut lui aussi arrêté pendant l’opération Old Bridge et condamné à treize ans et demi de prison, qu’il purge actuellement dans le pénitencier de haute sécurité, d’ADX Florence dans l’État du Colorado. Le fils de Joseph Corozzo, est un avocat spécialisé dans la défense des membres de la Cosa Nostra, il avait même défendu son père pendant les différents procès.

ET PENDANT CE TEMPS LÀ

LE FILS DE L’ANCIEN ACTING BOSS DE LA FAMILLE PATRIARCA PLAIDE COUPABLE DE TRAFIC DE DROGUE :

Louis DiNunzio, âgé de vingt neuf ans est un membre de la famille Patriarca, mais il a aussi la particularité d’être le fils de l’ancien Acting Boss, actuellement incarcéré, Anthony DiNunzio (voir photo). La famille Patriarca qui a vu plusieurs de ses membres condamnés à des courtes peines de prison, est en pleine reconstruction, et à commencé, depuis la libération de Carmen « The Big Cheese » DiNunzio à réorganiser ses équipes. Louis DiNunzio, a selon les procureurs fédéraux, avec l’aide de ses Associés, distribué en grande quantité plusieurs kilos de marijuana entre l’État de la Californie et l’État de du Massachussetts. Le FBI était remonté vers Louis DiNunzio après avoir vu sur différents forums sur internet, que la drogue vendue par le Soldat de la famille Patriarca, était considéré comme « très énergisante ». En décidant de plaider coupable, Louis DiNunzio risque au maximum vingt et un mois de prison, mais ces derniers temps, le juge fédéral qui va devoir rendre un verdict dans les prochains jours, a vu arriver sur son bureau de nombreuses lettres de soutient. La première, émane directement du grand-père de Louis DiNunzio, Michael Uva, qui dans sa lettre, décrit Louis DiNunizo comme « une bonne personne, qui a fait une erreur de jeunesse ». Sa mère quant-à elle, déclara que son fils travaille désormais dans le domaine de la construction, et que les trois semaines d’incarcération, qu’il avait effectué dès son arrestation, avait « changé sa vie ».

Lire la suite

RÉORGANISATION OBLIGATOIRE POUR LA FAMILLE LUCCHESE DANS LE NEW-JERSEY

17 Janvier 2016, 08:01am

Publié par Xav

RÉORGANISATION OBLIGATOIRE POUR LA FAMILLE LUCCHESE DANS LE NEW-JERSEY

Pendant des années, la famille Lucchese dirigeait l’État du New-Jersey avec les frères Taccetta. Après leurs condamnations à des longues peines de prison, Michael et Martin Taccetta ont été remplacés par les Perna. Ralph le père, a très vite repris les rênes, et avec l’aide de ses trois fils (John Perna et Joseph Perna ont été initiés dans la maison de vacances de la famille Perna en Novembre 2007) à su engager la famille Lucchese dans de nouveaux rackets dont le jeu illégal. En Décembre 2007, l’opération HEAT lancée par le FBI, permit d’arrêter près d’une trentaine de membres ou Associés. Cette enquête qui aura duré plusieurs années, aura mis en évidence, les sommes colossales engendrées par la famille Lucchese dans les paris sportifs, plus de 2,2 milliards de dollars en seulement quelques mois d’activité. Face aux lourdes peines encourues, la plupart des accusés ont décidé de plaider coupable. Matthew Madonna qui a fait parti avant la nomination de Steven « Wonderboy » Crea à la tête de la famille, d’un panel composé de trois Acting Boss, a été condamné à cinq années de prison, alors que le Soldat John Mangrella, à huit années dans un pénitencier fédéral. Martin Taccetta qui avait été libéré de prison après avoir vu sa condamnation pour racket « cassée » par la cour suprême du New-Jersey en 2009, sera condamné très prochainement à une peine maximale de huit années de prison. Ce dernier, qui a vu sa condamnation pour racket « confirmé » quelques mois avant de recevoir son verdict dans l’opération HEAT, à de grandes chances de terminer sa vie derrière les barreaux. Dernièrement, c’est la famille Perna, qui s’est présentée devant un un juge fédéral pour recevoir leurs verdicts, après avoir plaidé coupable des accusations retenues contre eux en Juin dernier. Ralph Perna, le patriarche et Capitaine du New-Jersey, âgé de soixante neuf ans, a été condamné à une peine de huit années de prison. Son fils, John, âgé de trente huit ans et son frère Joseph Perna, ont été tous les deux condamnés à dix années de prison. Grâce à ce plaidoyer de culpabilité arrangé avec les procureurs fédéraux, les « Perna », pourront bénéficier d’une libération conditionnelle au bout de quelques années, mais qui sera quand même retardé en raison de leurs antécédents criminels. Carl Herman l’avocat de Ralph Perna à estimé que son client avait quand même de bonnes chances de sortir de prison vers « la moitié de sa peine ». En mettant « hors d’état de nuire », les Perna pendant quelques années, il sera intéressant de voir comment la famille Lucchese va se réorganiser, sous peine de se faire récupérer une partie de ses rackets. Après ce verdict, deux femmes de mafieux, qui avaient été eux aussi accusées dans cette affaire, ont vu leurs accusations rejetées par le juge. La première, Roseanna Perna, mariée à Joseph Perna, était accusée en même temps Vita Cetta, de blanchiment d’argent. Vita Cetta était l’épouse de Michael Cetta, un Associé de la famille Lucchesé, qui décédera pendant ces longues années de procédure. Car pendant tout ce temps, trois autres accusés, Alfonso « Tic » Cataldo, Gianni Iavoco et Sam Juliano ont également trouvé la mort. Chose intéressante, les procureurs fédéraux avaient révélé, que Joseph Perna, s’était allié avec un membre du gang des Bloods, incarcéré dans une prison d’État du New-Jersey, pour y vendre de la drogue et des téléphones cellulaires prépayés, cote assez rare pour des membres de la Cosa Nostra. En recevant son verdict, Joseph Perna fut le seul des trois accusés, à s’exprimer publiquement, avant d’être emmené par les policiers : « Je présente mes excuses à cette cour. Je présente aussi mes excuses à ma famille, qui est obligé de subir toute cette épreuve ».

Lire la suite

LA COSA NOSTRA SE VEUT UN REMPART AU TERRORISME INTERNATIONAL - PARTIE 2

13 Janvier 2016, 05:47am

Publié par Xav

LA COSA NOSTRA SE VEUT UN REMPART AU TERRORISME INTERNATIONAL - PARTIE 2

En raison de sa violence, mais aussi de sa collaboration avec les autorités fédérales, Gregory Scalpa Jr fut transféré dans la prison de haute sécurité, à ADX Florence dans l’État du Colorado. Ce pénitencier est considéré par tous les spécialistes, comme « l’enfer carcéral sur terre », ou les pires détenus des Etats-Unis, souvent les chefs d’organisation criminelle ou les terroristes y sont incarcérés près de vingt trois heures trente par jour. Lors de son emprisonnement, Gregory Scalpa Jr fit connaissance avec Terry Nichols. Ce dernier avait été condamné à une peine de prison à perpétuité sans espoir de libération conditionnelle, pour avoir été l’un des organisateurs de l’attentat d’Oklahoma City en 1995 faisant plus d’une centaine de victimes. A cette époque, Gregory Scarpa Jr était désireux de faire réduire sa peine de prison. En effet, le Soldat de la famille Colombo ne comprenait pas pourquoi les informations données au FBI au début des années 1990, ne lui avait pas permis une réduction de peine. Lors de sa condamnation à quarante ans de prison en 1999, les procureurs fédéraux avaient fustigé la collaboration du Soldat de la famille Colombo, prétextant que c’était « une arnaque », qui n’avait abouti à « aucune condamnation ». A ADX Florence, les détenus ont le droit généralement à une « heure de détente » en dehors de leur cellule de béton, ou ils peuvent entre autre « se dégourdir » les jambes, dans un enclos entouré de murs et de barbelés. C’est pendant ce « moment de détente », que Gregory Scarpa Jr fit connaissance avec Terry Nichols. Les différentes conversations entre les deux hommes ont permis de créer un certain climat de confiance. Lors d’une conversation, Terry Nichols déclara que des explosifs avaient été cachés à son domicile et qu’il pourrait être utilisés pour « célébrer le dixième anniversaire des attentats ». Au bout de quelques mois, Gregory Scarpa Jr se décida de prendre contact avec les responsables de la prison. Le Soldat de la famille Colombo déclara alors aux autorités compétentes, qu’il savait ou Terry Nichols avait caché plusieurs explosifs dans son ancienne maison. Mais curieusement, le FBI ne prit pas en compte les informations dévoilées par Gregory Scarpa Jr. Ce fut seulement après plusieurs lettres envoyées par le Soldat de la famille Colombo à des représentants du Congrès Américain, que les agents fédéraux décidèrent finalement de fouiller l’ancien domicile de Terry Nichols et de trouver grâce aux informations, les explosifs cachés sous un vide sanitaire. Pour tester la crédibilité de Gregory Scarpa Jr, ce dernier passera au détecteur de mensonge qui ne sera au final pas « jugé crédible » par les agents fédéraux. En effet, le FBI était persuadé que des connaissances de Gregory Scarpa Jr aurait pu poser les explosifs dans l’ancienne maison de Terry Nichols, pour espérer avoir une réduction de peine par la suite, mais les traces ADN du terroriste présumé seront finalement retrouvées par la suite sur les explosifs, créditant de ce fait les propos du Soldat de la famille Colombo. Il fallut attendre une dizaine d’années, pour que Gregory Scarpa Jr puisse recevoir un verdict favorable dans cette affaire. Pendant tous ce temps, les procureurs fédéraux avaient essayé de convaincre un juge fédéral que le Soldat de la famille Colombo ne pouvait pas être jugé crédible en raison de ces nombreuses condamnations. Mais la raison principale, était que le FBI était très embarrassé, qu’un membre de la Cosa Nostra ai pu découvrir ce genre d’informations à la place de leurs agents. En début de mois, le juge fédéral Edward Korman statua sur une éventuelle réduction de peine de prison. Pour ce dernier, il est évident que le gouvernement fédéral a fait en sorte « d’étouffer la collaboration » de Gregory Scarpa Jr, en raison de sa volonté de « témoigner » contre un ancien agent fédéral qui avait servi de « relais » entre les autorités et Gregory Scarpa Sr, Lindley DeVecchio. Ce dernier avait été jugé en 2006, d’avoir aidé le père de Gregory Scarpa Jr, dans l’assassinat de quatre personnes pendant les guerres internes de la famille Colombo dans les années 1980 jusqu’au début des années 1990. Même si l’agent fédéral sera par la suite acquitté des charges retenues contre lui, pour le juge, il ne fait aucun doute que Lindley DeVecchio, a donné des informations permettant d’assassiner des « adversaires » de Gregory Scalpa Sr. Le juge Edward Korman avait déjà présidé le procès de l’ancien Acting Boss de la famille Colombo, Vittorio « Vic » Orena au début des années 1990 (Vittorio Orena sera condamné à une peine de prison à perpétuité) et la mauvaise conduite de Lindley DeVecchio avait déjà été soulevé pendant ce procès. Face à cette situation, le juge accorda une remise de peine de dix années à Gregory Scarpa Jr, en récompense de son aide auprès de la justice Américaine. Le fils de l’un des tueurs les plus redoutables de la Cosa Nostra, sera libérable en 2025, il aura alors soixante quatorze ans.

Lire la suite

LA COSA NOSTRA SE VEUT UN REMPART AU TERRORISME INTERNATIONAL - PARTIE 1

10 Janvier 2016, 06:54am

Publié par Xav

LA COSA NOSTRA SE VEUT UN REMPART AU TERRORISME INTERNATIONAL - PARTIE 1

La Cosa Nostra s’est toujours vantée de pouvoir mieux défendre la ville de New-York des attaques terroristes que le gouvernement fédéral. En effet, en Décembre 1941, après l’attaque de Pearl Harbor par l'aviation Japonaise, les services secrets Américains avaient commencé à prendre des contacts avec certains mafieux de la Cosa Nostra pour protéger le port de New-York. Le gouvernement Américain était persuadé que l'incendie (qui sera jugé accidentel quelques années plus tard) du célèbre paquebot Le Normandie avait été orchestré par les sous-marins Allemand. A cette époque, Charles « Lucky » Luciano était emprisonné après avoir été condamné à trente cinq années de prison pour avoir été à la tête d’un énorme réseau de prostitution. Au début de sa peine, le célèbre Parrain était incarcéré dans le célèbre pénitencier de Sing Sing, puis ensuite dans le « Country Club » de Dannemora, ou Charles Luciano passait ses journées à manger du caviar et du champagne, tout en continuant à diriger son empire criminel. Pour aider à sécuriser le port de New-York, Charles Luciano fut transféré dans une prison encore « plus agréable » à Great Meadow, ou il put aider le gouvernement Américain, en échange par la suite d’une libération anticipée. L’influence de Charles Luciano pour arrêter les sabotages reste incertaine, mais Charles Luciano sera de nouveau appelé quelques mois plus tard, pour prendre contact avec les mafieux de Cosa Nostra en Sicile pour aider le débarquement futur des Alliés sur l’île. En Novembre dernier, Giovanni Gambino, (Il est le fils de John Gambino qui servirait actuellement dans un « panel de sécurité » pour la famille Gambino) dont l’intronisation dans la Cosa Nostra reste incertaine, déclara sur une chaîne télévisée Américaine, que : « La Cosa Nostra avait une mauvaise réputation, mais qu’en grande partie, cela était imméritée. La montée du terrorisme peut changer leur image ».Pour confirmer ses propos, ce dernier prit l’exemple de la situation actuelle de la Sicile, qui n’a subi au jour d’aujourd’hui « aucune attaque terroriste ». Dernièrement, l’histoire d’un Soldat de la famille Colombo, démontra à elle seule, que le terrorisme n’est pas pris à la légère par les membres de la Cosa Nostra. Gregory Scarpa Jr, est le fils d’un ancien célèbre Capitaine de la famille Colombo, surnommé « La Faucheuse » par ses Associés, Grégory Scarpa Sr. Pendant ces années au sein de cette organisation criminelle, Gregory Scarpa Sr, a continué à gagner de l’argent illégalement, à éliminer ses ennemis, et tout cela en collaborant en même temps avec les autorités fédérales. Son fils, quant à lui, a suivi les traces de son père avec moins d’« efficacité ». Soupçonné dans pas moins de vingt quatre homicides pour le compte de la famille Colombo, Gregory Scarpa Jr, a été très rapidement condamné à près de quarante années de prison en 1999 et incarcéré dans un pénitencier de très haute sécurité. La détention de Grégory Scarpa Jr fut parsemée de violence. Se battre avec les détenus était une méthode que le Soldat de la famille Colombo utilisait régulièrement, pour se faire respecter, mais aussi pour défendre « l’honneur familial ». Entre 1996 et 1997, Gregory Scalpa Jr était incarcéré dans une prison fédérale pour une affaire de drogue. Emprisonné dans un pénitencier dit Supermax, le Soldat de la famille Colombo, collabora secrètement avec la justice Américaine, en leur transmettant des informations. En effet, Gregory Scarpa Jr était le voisin de cellule de Ramzi Youssef, organisateur des attentats contre le World Trade Center en 1993. Les agents fédéraux surveillaient encore étroitement le terroriste, qu'ils soupçonnaient de continuer à vouloir mener des attentats malgré son incarcération. Avec l'appui des services pénitenciers, les agents fédéraux avaient fourni un dispositif d'écoute à Gregory Scarpa Jr, qui ont permis au FBI de récolter des informations sur des attaques terroristes qui avaient été perpétrées sur le sol Américain, mais aussi sur d'autres continents. Mais cette collaboration avec le FBI, ne lui fit pas que des amis au sein de la prison. Gregory Scarpa Jr était enfermé aussi avec d'autres membres de la Cosa Nostra, dont l’ancien Parrain de la famille Lucchese, Vittorio « Vic » Amuso. Ce dernier, n’appréciait nullement le comportement du Soldat de la famille Colombo, qui pour lui, se « pavaner », alors que « son père était un rat ». Exaspéré par ces réflexions et même venant d’un Parrain de la Cosa Nostra, Grégory Scarpa Jr commença à le frapper, avant que d’autres détenus ne les sépare.

Lire la suite

LA COSA NOSTRA ET LE SECTEUR AUTOMOBILE DU NEW-JERSEY

6 Janvier 2016, 06:40am

Publié par Xav

LA COSA NOSTRA ET LE SECTEUR AUTOMOBILE DU NEW-JERSEY

La Cosa Nostra a toujours eu une influence significative dans le domaine de la construction. On a tendance à dire que le béton est dénommé « l’or Italien ». D’après Joaquin Garcia, ancien agent du FBI qui a infiltré la famille Gambino dans les années 2000 : « Pas une goutte de béton n’est déversée à New-York, sans que la Mafia en ait le contrôle ». Avec le contrôle des syndicats, les familles de la Cosa Nostra, peuvent bloquer des constructions et demandent pour éviter les « ennuis » un pourcentage sur tout ce qui se construit. Mais la construction n’est pas le seul domaine que la Cosa Nostra affectionne particulièrement. Tout ce qui peut rapporter de l’argent est susceptible d’intéresser les mafieux, qui ne se contentent pas que de la ville de New-York pour faire des affaires et ramasser de l’argent. Par exemple, l’automobile. L’année dernière déjà, à Philadelphie, un Associé de la Cosa Nostra, Ron Galati, avait été arrêté pour avoir commandité différents contrats. Mais en fouillant un peu plus dans le passé criminel de cet individu, les agents fédéraux avaient remarqué que ce dernier utilisait son garage, le Américain Collision Inc pour faire gagner de l’argent aux mafieux du coin, dont l’ancien Consigliere en exercice, George « Georgie Boy » Borgesi. La technique de Ron Galati était simple. Les propriétaires de différents véhicules, arrivaient au garage pour effectuer des réparations. Ron Galati profitait alors pour faire un double des clefs des véhicules et ainsi les donner par la suite à ses contacts dans la pègre. Les voitures étaient alors quelques jours plus tard, dérobés, sans aucune infraction. Cette technique rapporta ainsi plusieurs centaines de millier de dollars à la famille de Philadelphie. Dans le sud, dans l’État du New-Jersey, une autre affaire, a démontré l’implication de la Cosa Nostra dans le milieu de l’automobile. Le New-Jersey est un État ou la Cosa Nostra est très bien implantée. Chaque famille de New-York à au moins un Capitaine « référent », qui dirige une équipe de plusieurs Soldats. Malgré la présence de la famille officielle, les DeCavalcante, les membres de la Cosa Nostra cherchent par tous les moyens à se faire de l’argent et cela dans tous les domaines. Dernièrement, le New Jersey Motor Vehicle Commission a lancé une enquête de plusieurs mois sur une centaine de concessionnaires de voitures neufs ou d’occasions et le résultat est effarant. Dans ce rapport, il est révélé, que la plupart de ces concessionnaires, essayent de faire des affaires sous le radar du gouvernement fédéral. En plus des millions de dollars d’impôts impayés à l’État, la plupart des clients interrogés, ont révélé avoir donner de l’argent pour l’achat d’un véhicule, sauf qu’au final, il ne le reçoive pas, ou ce dernier arrive finalement avec des graves défauts techniques. Le rapport montre « l’abus et le trafic d’influence » orchestré par la plupart des propriétaires de ces concessionnaires, qui sont pour la plupart « gérés » par des membres initiés de la Cosa Nostra. Par exemple, le nom de Louis Civello Jr, apparaît à plusieurs reprises dans ce rapport. Louis Civello Jr est le propriétaire du New Jersey Dealers Auto Mail situé à Bridgeton. Louis Civello Jr est connu des autorités pour avoir des liens très étroits avec la famille Bonanno et selon les enquêteurs, ce concessionnaire n’aurait payé aucun impôt depuis des années. Ne payer aucune taxe, n’empêche pas Louis Civello Jr de reverser des salaires mirobolant à des individus non-actif de la société, dont son père Louis Civello Sr et sa mère. Louis Civello Sr qui a été identifié depuis de nombreuses années comme un membre initié, ou un Soldat de la famille Bonanno. Interrogé sur ses relations avec la Cosa Nostra, la réponse de Louis Civello Jr fut bref : « C’est ridicule ».

Lire la suite

LA FAMILLE D'UN ANCIEN SOLDAT DES LUCCHESE DEMANDE RÉPARATION

2 Janvier 2016, 06:22am

Publié par Xav

LA FAMILLE D'UN ANCIEN SOLDAT DES LUCCHESE DEMANDE RÉPARATION

Le 12 Avril 2007, en milieu d’après midi, sur le parking d’un restaurant de Tenafly dans l’État du New-Jersey, un individu est assassiné d’une balle dans la tête. Il ne fut pas longtemps aux enquêteurs arrivés sur les lieux du crime, pour s’apercevoir que le corps retrouvé près d’une luxueuse BMW, n’était autre que Frank Lagano (voir photo), un Soldat de la famille Lucchese. Le tueur dans cette affaire ne sera jamais arrêté, mais pour le FBI, il ne fait aucun doute que Frank Lagano avait été assassiné en raison de sa collaboration avec la justice Américaine, après avoir été attrapé dans une affaire qui avait fait grand bruit dans la famille Lucchese en 2004, l’ « Opération Jersey Boyz ». Cette affaire avait démarré au début des années 2000, quand les agents fédéraux se sont intéressés aux activités du Caffe Roma, un lieu détenu par les familles Lucchese et Genovese, se situant à East Rutherford dans l’État du New-Jersey. Un agent infiltré dans ce café, fut quelque peu étonné, quand après avoir bu un expresso, le serveur lui demanda s’il voulait parier sur un match de football. Après plusieurs vidéosurveillances et des enregistrements effectués près du restaurant, il s’avéra que les familles de la Cosa Nostra gagnaient à eux deux, près d’un million de dollars par an dans les paris illégaux rien qu'avec le Caffe Roma, mais aussi dans l’extorsion, les mauvais payeurs étant généralement très vite rappelés à l’ordre par les membres de la Cosa Nostra. Outre Joseph « The Eagle » Gatto, un Capitaine de la famille Genovese, aujourd’hui décédé, les agents fédéraux arrêtèrent Frank Lagano. Ce dernier, aurait, selon certaines sources judiciaires, décidé très vite de collaborer avec la justice Américaine. Pendant cette enquête, les agents fédéraux ont collaboré avec les détectives du bureau du procureur en charge comté de Bergen (BCPO), lieu ou se déroulait l’affaire, et dont le chef, Michael Moraga, était un ami personnel de Frank Lagano. Pendant la perquisition au domicile de Frank Lagano, près de 130 mille dollars furent retrouvés, mais une partie de cet argent selon les agents fédéraux, auraient été détournés par les enquêteurs du BCPO, des agissements dont Frank Lagano fut au courant très rapidement. Une dispute éclata alors entre les deux hommes, et Michael Moraga aurait fait en sorte d’inculper Frank Lagano sur des fausses accusations, pire encore, il aurait révélé son statut de témoin du gouvernement, ce qui aurait mené à son assassinat trois ans plus tard, en 2007. En 2012, la famille du Soldat de la famille Lucchese, intenta un procès pour homicde contre le bureau procureur, prétextant qu’en raison d’une divulgation d’informations faite par leurs enquêteurs, Frank Lagano avait été assassiné. En 2014, une cour d’appel fédérale, annula les poursuites engagées par la famille Lagano, déclarant que le BCPO ne pouvait être « poursuivi » car il était « le bras armé » du procureur dans ce comté. Pour essayer d’arranger la situation, le gouverneur de l’Etat du New-Jersey, Chris Christie, déclara dans un communiqué qu’il allait remplacer l’actuel procureur du comté de Bergen, John Molinelli : « Les fonctionnaires qui ont enquête dans l’affaire contre Frank Lagano sont reliés à l’extorsion le favoritisme, la fraude, le trafic d’influence, ainsi que d’autres actes criminels » déclara un des avocats de la famille Lagano. Au final, cette opération dénommée Jersey Boyz, qui avait permis d'arrêter plusieurs membre de la Cosa Nostra, ne mènera à aucune condamnation, pire encore il aura démontré la corruption dans certains services de police. des preuves, ains que des documents mis sous scellés, furent supprimés, c'est pour toutes ces choses, que la famille de l'ancien Soldat de la famille Lucchese a décidé d'intenter un nouveau procès, dans l'espoir cette fois-ci, de découvrir les véritables circonstances qui entourent l'assassinat de Frank Lagano

Lire la suite

LA FAMILLE PATRIARCA RÉORGANISE SES ÉQUIPES

30 Décembre 2015, 08:02am

Publié par Xav

LA FAMILLE PATRIARCA RÉORGANISE SES ÉQUIPES

Quand un membre de la Cosa Nostra est incarcéré, sa hiérarchie peut décider de lui faire perdre ses galons. La semaine dernière, l’Acting Boss de la famille Patriarca , Anthony « Spucky » Spagnolo a plaidé coupable des charges d'extorsion qui étaient retenues contre lui, et sera condamné en Mars prochain au maximum à vingt quatre mois de prison. Anthony Spagnolo avait profité de l'incarcération d'Anthony DiNunzio, actuellement incarcéré, pour occuper le poste d'Acting Boss. En raison de son incarcération, Anthony Spagnolo va être rétrogradé, et laissera sa place à un autre membre expérimenté. Des rumeurs veulent qu’il soit remplacé par Carmen « Big Cheese » DiNunzio, ancien Consigliere, fraichement libéré de prison après avoir purgé près de six années pour racket. Pendant son incarcération, Carmen DiNunzio avait eu selon les services pénitenciers, un « comportement exemplaire ». Mais selon certaines sources, ce dernier qui est encore sous la contrainte d’une liberté surveillée très stricte, ne serait pas enclin à reprendre tout de suite du service. Mais la volonté actuelle de la famille Patriarca est de s’entourer de différents Acting Boss pour « soulager » l’actuel Parrain Peter « Crazy Horse » Limone qui est rentré dans une « semi-retraite » et qui souffrirait de nombreux problèmes de santé. Pour s’apercevoir de la bonne santé d’une famille de la Cosa Nostra, il faut regarder comment cette dernière réagit au moindre chamboulement orchestré dans sa famille. En effet, la famille Patriarca, ne perd pas de temps et veut surement montrer aux yeux de ses concurrents, qui n’espèrent qu’une chose que de reprendre une partie de son territoire, qu’elle est encore en mesure, malgré, une sévère répression du FBI ces dernières années, menant la plupart de ses membres derrière les barreaux, qu’elle sait réorganiser rapidement ses équipes. Une des premières décisions de Carmen DiNunzio sera de profiter de l’absence d’Anthony Spagnolo pour promouvoir au rang de Capitaine, son ancien garde du corps et chauffeur, qui servirait aussi de « collecteur » pour la famille, Gregory Costa. Ce dernier avait été arrêté à la fin des années 2000, avec Carmen DiNunzio dans une affaire de racket fédéral et a purgé quelques années derrière les barreaux. Anthony Spagnolo a toujours été réticent de faire passer Gregory Costa au rang de Capitaine, prétextant qu’il allait attendre la libération de Carmen DiNunzio pour lui en parler de « vive voix », son incarcération va débloquer cette situation. Gregory Costa est un fidèle de Carmen DiNunzio, qu’il considère un peu comme son « fils » et malgré son incarcération, ce dernier n’a jamais pris l’initiative de « trahir » son chef en prenant le contrôle d’une partie de son équipe, cette promotion vient sans doute le récompenser de sa fidélité sans faille. En effet, trahir les frères DiNunzio est chose à ne pas faire dans la famille Patriarca. Avant sa condamnation à six années de prison pour racket en 2012, Anthony DiNunzio avait prévenu les membres de la famille, que celui qui oseraient prendre du « pouvoir » ou une partie de son « business », à lui ou son frère, qu’il prendrait un plaisir non négligeable à les regarder se faire « enterrer vivant ».

Lire la suite

UN SOLDAT DE LA OUTFIT RAPPELÉ A L'ORDRE PAR SA HIÉRARCHIE

26 Décembre 2015, 08:26am

Publié par Xav

UN SOLDAT DE LA OUTFIT RAPPELÉ A L'ORDRE PAR SA HIÉRARCHIE

La drogue dans la Cosa Nostra a toujours été un sujet tabou. Normalement interdite, la vente par certains de ses membres a toujours ramené des sommes colossales aux différentes familles, c’est pour cela que certains Parrains avaient tendance à fermer les yeux sur les activités de leurs Soldats. La consommation par contre, est un autre problème. A une époque, les membres qui abusaient de certaines drogues, était assassinés sans avertissement préalable. En effet, un membre de la Cosa Nostra qui était dépendant à des produits illicites, avaient beaucoup plus de facilité à collaborer avec la justice. Mais aujourd’hui, la Cosa Nostra veut de nouveau prospérer dans l’ombre et assassiner une personne, rime avec enquête, recherche, inculpation et surement un procès de plusieurs semaines menant à de lourdes condamnations. Désormais, les membres qui ne respectent pas les règles pour les stupéfiants, sont rappelés à l’ordre par leur hiérarchie, comme ce fut le cas récemment avec le Soldat de la Outfit, Paul Carparelli. Membre de l’équipe de Cicero et proche du Capitaine aujourd'hui incarcéré, Michael « The Large Guy » Sarno, Paul Carparelli a toujours été pour les autorités fédérales, un individu « violent », « grossier », qui s'est toujours donné, malgré son jeune âge, entièrement à la Cosa Nostra. En Août 2013, le Soldat de la Outfit faisait la une des médias, après avoir été arrêté pour extorsion. Lors d’un enregistrement dévoilé par les procureurs fédéraux, pendant d'une délibération sur sa liberté sous caution, on pouvait entendre clairement Paul Carparelli déclarait qu’il : « ne changerai pas », « Pourquoi? Car je suis un « homme fait » et que je suis fier de l'être et je le serai toute ma vie ». Finalement, Paul Carparelli sera libéré sous caution et au final son arrestation n’aura pas fait grand bruit dans le milieu, ses supérieurs savaient pertinemment que Paul Carparelli était quelqu’un de « solide », sauf que. Sauf que lors de son arrestation, le Soldat de la Outfit fut contrôlé positif à la cocaïne, chose extrêmement gênante pour quelqu’un qui se dit suivre et respecter à la lettre les règles de la Cosa Nostra. Pour résoudre ce problème, aucun contrat ne fut lancé par la hiérarchie de la Outfit, mais une réunion aurait eu lieu, entre Paul Carparelli et Salvatore « Solly D » DeLaurentis, accompagné du Capitaine Peter DiFronzo. Selon les agents fédéraux, Paul Carparelli est un individu qui ferait tout son possible pour se faire bien voir auprès de ses supérieurs, sauf que ce « dérapage » pourra peut être lui causer quelques soucis par la suite. Et pour prouver que ce « sit-down » improvisé par la hiérarchie de la Outfit fut « bénifique », Paul Carparelli se fit remarquer en Avril dernier, quand il menaça devant plusieurs témoin, un entrepreneur qui coopérait avec la justice Américaine. S’arrêtant devant un restaurant ou se tenait l’individu en question, il demanda à l'un des employés de venir s’approcher de sa voiture pour qu’il transmette un message : « Dites lui que c’est un putain de rat et dites lui surtout ce que l’ont fait aux rats ». Malheureusement pour Paul Carparelli, la scène fut filmée par une vidéo de surveillance se trouvant près du lieu en question. Arrêté par les agents fédéraux, Paul Carparelli fut incarcéré et plaidera finalement coupable des accusations portées contre lui, un mois après. En attendant de recevoir son verdict en Février prochain, Paul Carparelli est incarcéré au Métropolitan Center de Chicago, les procureurs fédéraux ont déjà déclaré, qu’il allait demander près de onze années de prison pour tous ces crimes.

Lire la suite