Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

gambino

LE FBI DÉVOILE DES INFORMATIONS SUR FRANCESCO CALI

25 Septembre 2022, 07:58am

Publié par Xav

Grâce à la Freedom of Information Act, une loi Américaine obligeant les agences gouvernementales à transmettre des documents à quiconque en fait la demande, des informations sont remontées dernièrement sur la vie mafieuse d’un ancien cadre de la famille Gambino Francesco “Frank” Cali. L’ancien Parrain des Gambino a toujours navigué sous le radar du gouvernement avant de faire la une des médias Américains, avec son assassinat par un dégénéré, un adepte QAnon devant son domicile de Todt Hill un soir de Mars 2019. Pour le FBI, Frank Cali était “un fantôme”. La seule certitude, est qu’au début des années 1990, il était identifié, par les autorités, comme un membre intronisé de la Cosa Nostra, comme un Soldat de la famille Gambino, avant de tomber, en 1996, pour une sombre une histoire de fraude téléphonique, Francesco Cali venait alors d’avoir trente ans. En Novembre de cette même année, le FBI était persuadé que la famille Gambino gagnait des millions de dollars grâce à la vente de fausses cartes téléphoniques, qui à cette époque faisait fureur dans les rues New-Yorkaise. Selon un agent du FBI “l’industrie des cartes téléphoniques était l’une des importantes sources de revenus illégaux pour la famille Gambino. La méthode consistait à vendre autant de cartes téléphoniques que possible dans la rue, en facturant le meilleur prix par pays et en offrant la meilleure remise aux distributeurs". Francesco Cali, avec un proche du clan Gotti, John “Jackie” D’Amico et un Associé d’origine Allemande, Joe Watts aka The German, avaient créé une société fictive, dénommée CNC, pour inonder New-York de cartes téléphoniques qui étaient produites par une ancienne célèbre entreprise de télécommunication, Worldcom. Au début et curieusement, CNC, géré par les Gambino, payait les factures distribuées par Worldcom, surement pour éviter l’attention des fédéraux, mais au vu de la quantité de cartes vendus par les mafieux, la famille Gambino a fini par stopper les paiements. A partir de ce moment-là, le FBI commença à s’intéresser de plus en plus à l'une des étoiles montantes de la famille Gambino.

A cette époque, le FBI avait des équipes de surveillance pour chacune des familles implantées à New-York et les agents en charge de la surveillance des Gambino, ont décidé suivre et de photographier à différentes reprises à Brooklyn, à Bensonhurst plus précisément, Frank Cali accompagné de différents Associés de la Cosa Nostra. En Juillet 1996, les fédéraux ont créé un dossier intitulé “Surveillance Frank Cali” avec des photographies montrant ce dernier en train de rentrer dans une sandwicherie de New-York, le Tony's Luncheonette ainsi que dans un autre Diner, le Point After Sports Bar and Grill. Suite à l'affaire des cartes téléphoniques, Francesco Cali est convoqué devant un grand jury fédéral, mais aucune accusation ne sera retenue contre lui. En 2008, après l’opération Old Bridge lancée par le gouvernement fédéral contre des familles de la Cosa Nostra, Francesco Cali, qui était à cette époque identifié, par le FBI, comme un Capitaine de la famille Gambino, sera accusé de racket et condamné à un peu moins d’un an et demi de prison. Pendant une audience, le procureur déclara : “Frank Cali, comme d’autres membres de la famille Gambino, ont prêté serment par le sang et d'allégeance absolue à cette organisation criminelle. Francesco Cali a réussi à remplir pour l’instant pleinement ce serment en raison de sa prudence”. Le procureur continua sur sa lancée en décrivant les liens de Francesco Cali avec une ancienne famille déchue de Cosa Nostra en Sicile, les Inzerillo. Francesco Cali qui est marié avec Rosaria Inzerillo, servirait “d'ambassadeur” dans plusieurs trafics entre les deux continents. Après sa sortie de prison, Francesco Cali continuera sa fulgurante ascension grâce à l’un de ses mentors, Domenico “Italian Dom” Cefalu, qui le propulsera à la tête de la famille Gambino en 2015.

Lire la suite

ARNOLD SQUITIERI ANCIEN MEMBRE DIRIGEANT DE LA FAMILLE GAMBINO EST DÉCÉDÉ

27 Février 2022, 15:46pm

Publié par Xav

Arnold “Zeke” Squitieri ancien Acting Boss et Underboss de la famille Gambino au début des années 2000, est décédé de cause naturelle. Depuis sa sortie de prison en 2012, Arnold Squitieri était un peu rentré dans une semi-retraite, laissant un peu de côté les Gambino et ainsi mettre à terme à une carrière criminelle bien remplie. Au début des années 1970, Arnold Squitieri est déjà une figure du crime organisé à New-York. Inculpé du meurtre d’un coupeur de vêtements, Desiderio Caban, il avait réussi à échapper à la justice en soudoyant des policiers locaux chargés de cette affaire. Par la suite rattrapé par le gouvernement fédéral, il arrivera à passer un accord juteux avec les procureurs, en acceptant de plaider coupable d’homicide involontaire et sera condamné à huit ans derrière les barreaux, où il purgera seulement six années dans une prison d‘État. A sa sortie, Arnold Squitieri, qui n’était toujours qu’un simple Associé de la Cosa Nostra, décidera de s’installer dans l’État du New-Jersey et commença à vendre des narcotiques au clan Gotti, en particulier à Gene Gotti et Angelo Ruggiero qui détenaient un club social à Ozone Park, le Bergin Hunt and Fish Club. Le clan Gotti était un peu à part de la famille Gambino. Paul Castellano, Parrain en exercice à cette époque, avait interdit la vente de stupéfiants et malgré le fait qu’il acceptait volontiers les grosses enveloppes remplis de billets du clan Gotti, il n’hésitait pas à mettre un contrat sur la tête des membres qui essayaient d’en faire leur buisiness. Le 16 Décembre 1985, Paul Castellano sera assassiné devant le Steak Park House de Manhattan et quelques semaines plus tard John Gotti deviendra le nouveau Parrain de la famille Gambino. Sa nomination permit à Arnold Squitieri de devenir un membre intronisé de la Cosa Nostra moins d’une année plus tard. En 1988, Arnold Squitieri sera inculpé et condamné à onze années de prison pour complot en vue de distribuer de l'héroïne. A sa sortie de prison, en 1999, Arnold Squitieri sera récompensé d’avoir purgé sa peine en silence et sera promu Capitaine au sein de la famille Gambino.

Alex Rudaj
Alex Rudaj

Peu de temps après, les autorités fédérales en sont persuadées, Arnold Squitieri occuperait un poste à responsabilité au sein de la hiérarchie de la famille Gambino. Le poste d’Acting Boss est annoncé ainsi que celui d’Underboss. En tout cas de part sa position au sein de la famille Gambino, Arnold Squitieri essayait de gérer autant que possible le conflit grandissant qu’entretenait la famille Gambino avec une organisation criminelle Albanaise dénommée “The Corporation” avec à sa tête, Alex Rudaj. A cette époque, Arnold Squitieri était visiblement très énervé et excédé que ces « malfrats de bas étage » puissent s’en prendre à une organisation aussi tentaculaire que la sienne et demanda un rendez-vous à Alex Rudaj pour résoudre ce conflit, qui pouvait à juste titre dégénérait en guerre dans les rues de New-York. La réunion se déroula dans une station essence, en pleine nuit. Arnold Squitieri ramena près de vingt hommes, tous armés de battes de baseball, barres de fer ou d'armes automatiques. Devant eux, Alex Rudaj était en infériorité numérique avec ses six hommes, se rendant compte qu’il avait devant lui une petite partie des effectifs de la Cosa Nostra et que si ces derniers déclarent la guerre, son clan allait tout droit vers une défaite certaine. Arnold Squitieri commença à déclarer que désormais la « partie était terminée » pour les Albanais, qu’ils « étaient allés trop loin ». Mais l’un des lieutenants de The Corporation, braqua son arme sur l’Acting Boss de la famille Gambino et menaça par la même occasion de tirer sur les jerricanes d’essence. Prêt à tout faire sauter, les deux organisations criminelles reculèrent et décidèrent de quitter les lieux sans accord possible, la guerre allait bientôt éclater. Finalement c’est le FBI qui mit fin aux hostilités, en arrêtant une bonne partie de la famille Rudaj.

En 2005, Arnold Squitieri sera inculpé d’extorsion et pour éviter une longue peine de prison, ce dernier décidera de plaider coupable. Lors de l’audience de plaidoyer, Arnold Squitieri demanda à prendre la parole, non pas pour défendre sa peau et essayer de réduire sa peine, mais pour “supplier” le juge fédéral d’être clément avec l’un de ses vieux amis, un Capitaine de la famille Gambino opérant depuis l’État du New-Jersey, Alphonse Sisca. A la barre, Arnold Squitieri demanda au juge d’être “doux”, “gentil” et d’avoir de la compassion pour l’un de ses meilleurs amis. Les larmes aux yeux, Arnold Squitieri déclara que Alphonse Sisca était un “homme brisé", suite à des gros problèmes familiaux. Il faut dire que les deux hommes se connaissent très bien et plusieurs années avant que Arnold Squitieri ne devienne un Soldat de la Cosa Nostra, il avait géré plusieurs business ensemble. Au final, Arnold Squitieri sera condamné à près de sept années de prison et à sa sortie, en 2012, décidera de se retirer petit à petit des affaires criminelles de la famille Gambino. 

Lire la suite

ANDREW CAMPOS CONDAMNÉ À DE LA PRISON FERME RICHARD MARTINO PATIENTE ENCORE

13 Février 2022, 17:02pm

Publié par Xav

Arrêté et inculpé en 2019, Richard Martino n’est toujours pas fixé sur son sort. Pourtant, le Soldat de la famille Gambino fut l’un des premiers dans cette affaire, à décider de plaider coupable d’obstruction à la justice, avec une peine maximale derrière les barreaux estimée à vingt et un mois. Alors même si ses avocats ne contestent pas les propos des procureurs, quand ces derniers qualifient Richard Martino comme un membre intronisé de la famille Gambino, ils ne le reconnaissent pas non plus. Pendant cette affaire, Richard Martino a clairement été ciblé par les fédéraux comme un membre influent de cette organisation criminelle, mais pour la défense, devoir avouer, même à demi-mot, que leur client est intronisé dans la Cosa Nostra leur ferait perdre tout espoir de voir Richard Martino purgeait l’ensemble de sa peine à domicile à la place d’une prison fédérale. Pourtant, la prison, Richard Martino l’a connaît. En 2004, il sera arrêté et condamné, deux années plus tard, à neuf années de prison, qu’il purgera sans broncher. En 2014, quand le Soldat de la famille Gambino fut libéré de prison, il fut contraint de passer plusieurs années en liberté surveillée. A chaque déplacement et ou sortie, Richard Martino devait rendre des comptes. Quatre mois plus tard, le Soldat de la famille Gambino demanda de partir en vacances avec sa famille, une demande qui fut rejetée par la justice, prétextant que Richard Martino n’avait pas payé la totalité de son amende au gouvernement fédéral. Le Soldat de la famille Gambino refusa de signer le moindre papier stipulant qu’il devait encore de l’argent, mais sur conseil de son avocat, et afin de pouvoir partir en vacances, il accepta de rembourser près de 350 dollars par mois. C’est sur cette histoire de remboursement que la défense veut convaincre le juge de ne pas incarcérer leur client. En effet, selon les avocats de Richard Martino, celui-ci aurait reçu une lettre du gouvernement lui indiquant qu’il avait payé la totalité de sa dette, alors que les procureurs ont insinué le contraire tout au long de cette affaire. Le fait de vouloir discréditer leur client sur des faits dont il n’est plus responsable, doit, selon la défense, amener le juge fédéral à prendre une décision en sa faveur. En attendant, le magistrat a décidé de reporter sa décision concernant Richard Martino au mois prochain quant-à…

Andrew Campos, autre accusé dans cette affaire, a été condamné à près de trois ans de prison avec l’obligation de payer au gouvernement fédéral près d’un million de dollars . Pour Andrew Campos, ce n’est pas forcément un mauvais verdict, les lignes directrices pour des accusations de racket pouvant l'amener à passer près de vingt ans derrière les barreaux, si et seulement si le Capitaine de la famille Gambino tentait de se défendre dans un procès fédéral. Mais alors que John Gotti condamnait à mort les membres de sa famille qui décidaient de passer un “plaider coupable” avec la justice, désormais c’est monnaie courante et cela permet à des membres influents de la Cosa Nostra de retrouver plus rapidement leur liberté. Ce fut le cas avec Andrew Campos, qui décida d’accepter un accord de plaidoyer en Janvier dernier, à la dernière minute. Dans cette affaire, Andrew Campos était considéré par les autorités comme l’inculpé numéro 1, qui pendant des années et avec l’aide de John Simonlacaj, un cadre de la société CWC Contrating Corp, exploita des chantiers de construction au profit de la famille Gambino, lui apportant plusieurs millions de dollars de revenus. Andrew Campos avait également profité de cette société à la solde des Gambino pour se faire construire une luxueuse maison de plusieurs millions de dollars dans le comté de Westchester à New-York

Lire la suite

LA COSA NOSTRA AUX ÉTATS-UNIS EN 2021

31 Décembre 2021, 10:59am

Publié par Xav

L’année 2021 se termine comme l’année dernière avec une pandémie liée au coranovirus avec ces avantages et ces inconvénients pour les familles de la Cosa Nostra. Les avantages, ils sont clairement d’ordre judiciaire. En effet, avec la prolifération du virus, qui touche les États-Unis et une bonne partie des prisons fédérales, les mafieux ont profité de la situation pour demander des demandes de libération, plus ou moins farfelues, avec les mêmes motifs : problèmes médicaux, incompatibilité à la détention. Dans la plupart des cas, les demandes de libération ont été acceptées, mais avec l’arrivée des vaccins, les membres de la Cosa Nostra se “cassent désormais les dents” pour essayer de sortir de prison. Au niveau des inconvénients, c’est forcément la perte du business, mais contrairement en 2020, où la ville de New-York avait instauré un confinement strict, 2021 fut plus clémente pour les familles de la Cosa Nostra qui ont pu reprendre une partie de leurs affaires dans le domaine de la construction et dans le ramassage des ordures : 

La famille Genovese :


Parrain : Liborio « Barney » Bellomo
Acting Boss : Michael “Mikey” Ragusa
Underboss : Ernest "Ernie" Muscarella
Consigliere : ?
Membres : + 220-250
Associés : + 1000

Une année 2021 encore très calme pour la famille Genovese, qui ne fit parler d’elle que pour une demande de libération, qui sera finalement rejetée, de l’un de ses Capitaines, Pasquale Parrello. Mais contrairement à 2020, la hiérarchie de la famille Genovese commence à se dessiner petit à petit. Au poste d’Acting Boss, laissé vacant depuis le décès en 2018 de Peter “Petey Red” DiChiara, Michael Ragusa, un proche de Liborio Bellomo aurait été confirmé. Cette nomination ne daterait pas de cette année et Michael Ragusa aurait été officialisé à ce poste dès 2018, soit quelques semaines après le décès de Peter DiChiara. En tant qu’Underboss, cette fonction aurait été confiée à Ernest Muscarella, un gangster de la vieille école, qui aurait passé quelques années derrière les barreaux au début des années 2000 après une condamnation pour racket. 

La famille Gambino :


Parrain : Lorenzo Mannino
Acting Boss : ?
Underboss : ?
Consigliere : Michael « Mickey Boy » Paradiso
Membres : + 200-220
Associés : + 1000

En 2021, la famille Gambino a perdu son Parrain, Peter “One Eye” Gotti, décédé dans la prison fédérale de Terre-Haute dans l’État de l’Indiana à l’âge de quatre vingt et un an.  Alors même si Peter Gotti avait gardé ce titre honorifique, qui arrangeait sans nul doute une partie des membres de la famille Gambino, Peter Gotti n’avait plus aucune influence sur les décisions familiales, surtout depuis que ce dernier a clairement indiqué au gouvernement fédéral, quelques mois avant sa mort, avoir fait une croix sur son passé criminel. Pour le remplacer, il ne ferait aucun doute que Lorenzo Mannino, digne successeur de Francesco Cali, reprenne la direction de la famille Gambino, même si aucune officialisation n'a eu lieu cette année. L’année 2021 sera aussi marquée par plusieurs décès. Outre celui de Peter Gotti, les Capitaines Vincent “Vinny A” Artuso, Anthony Scotto, ainsi que l’ancien Underboss de la famille Gambino sous l’ère Gotti, Frank Locascio sont décédés cette année.      

La famille Lucchese :


Parrain : Vittorio « Vic » Amuso
Acting Boss : Michael « Big Mike » DeSantis
Underboss : Patrick « Patty » DeRusso
Consigliere : Andrew DeSimone
Membres : + 100-140
Associés : + 1000

L’année 2020 s’était soldée par un procès retentissant au sein de la famille Lucchese, qui a vu la plupart de ses membres, dont : Steven Crea, Matthew Madonna, Christopher Londonio et l’Associé Terrence Caldwell condamnés à des peines de prison à perpétuité pour l’assassinat de l’ancien leader du Purple Gang Michael Meldish. Cette année fut relativement beaucoup plus calme pour la famille Lucchese qui est toujours gérée par Vittorio Amuso et ses fidèles. Contrairement à Peter Gotti, Vittorio Amuso, même incarcéré, gère encore d’une main de fer cette famille qui reste toujours enclin à différentes tensions entre certaines de ces factions. Mais les Lucchese continuent à gérer leur business avec au-dessus de leur tête, la préparation d’un dossier Rico contre cette nouvelle hiérarchie. 

La famille Bonanno :


Parrain : Michael « The Nose » Mancuso
Acting Boss : John « Johnny Skyway » Palazollo
Underboss : ?
Consigliere :
Membres : + 120-150
Associés : + 1000

Une année très calme pour la famille Bonanno et pour cause, le Parrain actuel, Michael “The Nose” Mancuso, qui est sorti d’une maison de transition en 2019, doit toujours rendre des comptes à des agents de probation. Alors face à cette situation, le calme absolu doit régner dans les rangs des Bonanno, sous peine que Michael Mancuso retourne derrière les barreaux purger le restant de sa peine. Mais malgré cela, Michael Mancuso avait tout de même réorganisé à sa manière et avant sa sortie, la famille Bonanno. Joseph Cammarano Jr et John Zancocchio, qui avaient, pendant un moment, repris les rènes des Bonanno pendant l’incarcération de Michael Mancuso ont été rétrogradés, ainsi que les Grimaldi, père et fils, Vito et Joseph, qui représentent la faction Sicilienne de la famille Bonanno. Michael Mancuso aurait très peu apprécié que Vito Grimaldi, beau-père de Joseph Cammarano Jr ait essayé de convaincre plusieurs membres de la famille Bonanno, de nommer son beau-fils comme nouveau Parrain, alors que Michael Mancuso était encore incarcéré dans la prison fédérale de Danbury. 

La famille Colombo :

Parrain : Théodore Persico (par la suite) ?
Acting Boss : Andrew « Andy Mush » Russo
Underboss : Benjamin « The Claw » Castellazzo
Consigliere : Ralph DiMatteo
Membres : + 110-130
Associés : + 1000

En Septembre dernier, le gouvernement fédéral a lancé une opération de grande envergure contre la famille Colombo. Près de quatorze membres ont été inculpés de délits fédéraux tenant de la loi Rico, dont l’ensemble de sa hiérarchie. Théodore Persico qui devrait reprendre les rênes de la famille Colombo après ses contraintes liées à sa liberté surveillée terminées, a été lui aussi arrêté et incarcéré au Métropolitan Center en attendant son procès. Cette enquête qui aura duré plusieurs années, aura mis en évidence la mainmise de la plus petite famille New-Yorkaise, dans le domaine de la construction.

La famille de Philadelphie :

Parrain : Joseph « Joey » Merlino
Acting Boss : Michael Lancellotti
Underboss : Steven « Handsomme Steve » Mazonne
Consigliere : Joseph « Uncle Joe » Ligambi - Francis Iannarella ?
Membres : + 50-70
Associés : + 500

Une année sans parler de la famille de Philadelphie serait quelque chose d'anormal. En 2021, Joseph Merlino a été libéré de toutes ses contraintes liées à sa liberté surveillée et pour fêter ça qu’a t’il fait ?, il est retourné à Philadelphie faire la fête avec des membres de sa famille. Cette venue créa un peu la surprise au sein des agences gouvernementales, qui sont persuadés que ces quelques jours de “vacances”, dans la ville de “l’amour fraternel” est loin d’être anodine. En effet, depuis l’inculpation de plusieurs membres hauts placés fin 2020, la date d’un futur procès reste encore à ce jour inconnue. La raison ? Les membres de la famille de Philadelphie demandent des procès séparés en raison du contexte lié au coronavirus, mais aussi en raison de divergences d’ordre administratif entre l’équipe de procureurs et les avocats de la défense. Les perspectives d’éventuelles condamnations font l’origine de plusieurs débats au sein de la famille de Philadelphie et il est fort probable que la présence de Joseph Merlino, sur place, était pour préparer une future réorganisation. 

La Famille de Détroit :

Parrain : Jack « Jacky The Kid » Giacalone
Acting Boss : Peter « Blackie » Tocco
Underboss : Anthony « Chicago Tony » LaPiana
Consigliere : ?
Membres : + 40-50
Associés : + 200

Resté loin des objectifs depuis de nombreuses années, Jack “Jackie The Kid” Giacalone considéré par les autorités fédérales comme l’actuel Parrain de la famille de Détroit, est apparu cette année devant un tribunal de Détroit, non pas pour des accusations liées à cette famille mafieuse qu’il gère depuis bientôt huit ans, mais pour des impôts impayés. En effet et selon la justice, Jack Giacalone aurait omis de payer ses impôts depuis le début des années 2000, accumulant près de 550 000 dollars d’impayés au Fisc Américain. Face à cette situation, la justice lui ordonna de rembourser, à l’aide d’un échéancier, cette somme où le risque pour le Parrain de la famille de Détroit de terminer en prison était bien réel. Cette histoire est assez surprenant pour un Parrain de la famille de la Cosa Nostra et connaissant la situation de la famille de Détroit, connu pour brasser des centaines de millions de dollars grâce à des délits dit “à col blanc”. Il n'empêche, que malgré cette histoire judiciaire, la famille de Détroit reste une organisation criminelle encore très active à Détroit, très difficile pour les autorités fédérales à infiltrer, en raison des liens du sang qui perdure encore dans cette famille. 

La Outfit de Chicago :

Parrain : Salvatore « Solly D » DeLaurentis
Acting Boss : Albert « Albie The Falcon » Vena
Underboss : James « Jimmy The Ice Pick » Inendino
Consigliere : Joseph « The Builder » Andriarchi
Membres : + 40-60
Associés : + 1000

Encore une année très calme pour la Outfit de Chicago qui continue à se restructurer petit à petit depuis le décès de John DiFronzo. Cette année, Michael Sarno, ancien Capitaine de Cicero s’est vu rejeté une nouvelle demande de libération pour des raisons de santé. Ce dernier, qui purge une peine de vingt-cinq années de prison, a été transféré récemment au MC Springfield dans l’État du Missouri, un centre de détention, qui fait office d’hôpital pour les prisonniers fédéraux. Sa date de sortie reste inchangée et est toujours fixée en Mai 2032.

La famille de Buffalo :
 

Parrain : Joseph Todaro Jr
Acting Boss : ?
Underboss : Domenico Violi
Consigliere : Victor Sansanese ?
Membres : + 30-40
Associés : + 100

La nouvelle de cette année pour la famille de Buffalo, est la sortie en semi-liberté de l’actuel Underboss, Domenico Violi. Cette décision de remettre partiellement en liberté un individu aussi impliqué dans le crime organisé que Domenico Violi avait surpris les autorités fédérales, mais aussi les services pénitentiaires, qui avaient indiqué que l’Underboss de la famille de Buffalo gardait une certaine “autorité” derrière les barreaux et “contrôlait” même certains détenus. Domenico Violi reste tout de même contraint à une surveillance renforcée lors de ces moments à l’extérieur des barreaux qu’il passe entièrement dans son domicile familial. En attendant, le Parrain de la famille de Buffalo, Joseph Todaro Jr, continué à gérer la Nova Pizzeria, l’une des pizzerias les plus populaires de Buffalo

La famille Patriarca :

Parrain : Carmen « The Cheese Man » DiNunzio
Acting Boss : Anthony DiNunzio ?
Underboss : Matthew « Good Matty » Guglielmetti Jr
Consigliere : Joseph « The Bishop » Achille
Membres : + 40-50
Associés : + 200 

Rien à signaler une nouvelle fois pour la famille Patriarca désormais gérer par Carmen DiNunizo surnommé the Cheese Man. A noter, que son frère, Anthony qui aurait repris certaines responsabilités en étant nommé Acting Boss, est désormais libéré de toutes ses contraintes liées à sa liberté surveillée.

La famille DeCavalcante :

Parrain : Charles « The Ear » Marjuri ?
Acting Boss : ?
Underboss : ?
Consigliere : Frank Nigro
Membres : + 40-60
Associés : + 200

Toujours aucune nouvelle sur la famille DeCavalcante, mais une chose est sûre, cette organisation criminelle reste encore bien implantée dans l’État du New-Jersey et a forgé de solides alliances avec la famille Gambino de New-York, la famille de Philadelphie, ou encore la famille Patriarca

Lire la suite

UN MEMBRE DE LA COSA NOSTRA EST-IL VRAIMENT INTOUCHABLE ?

14 Décembre 2021, 18:07pm

Publié par Xav

Carmine Sciandra
Carmine Sciandra

Il faut savoir une chose, on ne rentre pas dans la Cosa Nostra aussi facilement que dans un gang de rue. L’intronisation ne se fait pas par copinage, mais par des années d’encadrement, ou un simple Associé d’une famille va montrer sa faculté à ramener de l’argent à sa famille mafieuse et démontrer ainsi pendant tout ce temps son allégeance aux règles sacrées de l’omerta. Une fois intronisé, le mafieux est désormais membre à part entière de la Cosa Nostra et de ce fait devint intouchable. Personne ne peut lui porter la main dessus ou le tuer, sans l’autorisation préalable de sa famille. Normalement, si un individu essaye de s’en prendre à lui physiquement ou de l'assassiner, il fait face à un contrat qui se posera automatiquement sur sa tête et la sentence sera irrévocable. Mais ce qui était généralement vrai par le passé, n’est plus vraiment pareil aujourd’hui. Top Tomato est une chaine d’épicerie très populaire dans les États de New-York et du New-Jersey. La particularité de Top Tomato est qu’elle gérée par les frères Sciandra, Carmine et Salvatore, le premier étant identifié depuis de nombreuses années comme un Capitaine de la famille Gambino. En Décembre 2005, Maria Balsano, une employée de Carmine Sciandra est licenciée. Cette dernière raconta à son père Patrick Balsamo, un ancien officier de police du NYPD, qui travaillait par la même occasion comme Associé dans la famille Bonanno, qu'elle avait été renvoyée, car elle avait refusé à plusieurs reprises les avances de Salvatore Sciandra, le frère du capitaine de la famille Gambino. A première vue quant-on voit Carmine Sciandra, on ne penserait jamais une seule seconde, que ce dernier est un membre de la Cosa Nostra. Extérieurement il parait tellement inoffensif et pourtant après l’arrestation de John Gotti au début des années 1990, il faisait partie d’après le FBI, des personnes susceptibles de reprendre les rênes de la famille Gambino. Le 07 Décembre 2005, Carmine Sciandra était présent comme tous les jours dans sa boutique avec l'un de ses employés, pour procéder à sa fermeture, mais trois individus qui venaient de rentrer dans l’épicerie allaient en décider autrement. Parmi eux, Patrick Balsamo, le père de Maria Balsama arriva avec deux Associés de la famille Bonanno dénommés, Michael Virga et Ronald Carlucci, pour avoir une explication sur le licenciement de sa fille. Alors que Michael Virga et Ronald Carlucci étaient en train de casser la vitrine du magasin à coup de batte de baseball, une violente dispute éclata entre Carmine Sciandra et Patrick Balsamo.

Top Tomato
Top Tomato

La  vidéosurveillance de la célèbre épicerie italienne montrera par la suite l’ancien policier de la ville de New-York, brandir son arme sur le Capitaine de la famille Gambino. L’un des Associés de Patrick Balsamo essaiera de l’arrêter, mais ce dernier étant tellement hors de contrôle qu’il tira sur Carmine Sciandra, qui sera atteint de plusieurs balles dont une à l’estomac. Patrick Balsamo essaiera même de tirer sur un employé présent au moment des faits, mais par chance, son arme s’enraiera. Patrick Balsamo profitera alors de cette occasion pour s’enfuir au bord d’un véhicule de la marque Lexus. Carmine Sciandra sera hospitalisé et survécut miraculeusement. Pendant son hospitalisation, les agents fédéraux iront le voir à plusieurs reprises pour essayer de « soutirer » des informations sur son agresseur. Mais fidèle à lui-même, le Capitaine de la famille Gambino ne dira aucun mot : « Chaque fois qu'un policier entrait dans sa chambre, il actionnait le bouton qui appelait les infirmières » déclara l'un des agent de police. Grâce à la vidéo de l’épicerie, Patrick Balsamo sera arrêté, mais libéré sous caution après avoir payé près de vingt cinq mille dollars. Pendant ce temps, la famille Gambino, très énervée par les évènements, demanda des comptes à la famille Bonanno. Une fois arrêté et incarcéré, Patrick Balsamo se rendit compte qu’il avait tiré sur un membre de la Cosa Nostra et une fois sorti de prison, il alla se réfugier dans la maison de son père, qui habitait un quartier à forte densité Italienne, tenu par la Cosa Nostra, Bensonhurst, choix judicieux ?. On ne saura vraiment jamais ce qui est vraiment sortit de cette réunion entre les Gambino et les Bonanno, mais une chose est sûre, Patrick Balsamo est toujours en vie, et ne sera même pas inquiété par la justice pour cette tentative de meurtre, Carmine Sciandra refusant de porter plainte. En 2010, Carmine Sciandra sera condamné à près de deux années de prison pour corruption et paris illégaux. Dans le rapport des procureurs fédéraux, il est révélé que l’épicerie Top Tomato servait à stocker différents objets volés.

Lire la suite

FRANK LOCASCIO ANCIEN UNDERBOSS DE LA FAMILLE GAMBINO EST DÉCÉDÉ

10 Octobre 2021, 16:26pm

Publié par Xav

En pleine bataille juridique dans l'optique de pouvoir sortir sortir de prison, l’ancien Underboss de la famille Gambino, Frank “Frankie Loc” LoCascio, est décédé dans le pénitencier fédéral de Devens, un institut médical basé dans l’État du Massachusetts, il avait quatre vingt neuf ans. Au début des années 1990, après avoir été reconnu coupable de racket et de meurtre, Frank LoCascio se lança dans une diatribe contre le gouvernement, vantant les mérites de son Parrain, John Gotti : “Je suis coupable d’être un bon ami de John Gotti”, tout en précisant : “S’il y avait plus d’hommes comme John Gotti, nous aurions un meilleur pays”. Pourtant la relation entre les deux hommes n’a jamais été évidente. En effet, quand Frank LoCascio, John Gotti et Salvatore Gravano se retrouvent, ensemble, au Métropolitan Center après leur arrestation, une altercation entre les deux hommes, pour une histoire d’oranges volées à la cantine de la prison, met le feu au poudre. John Gotti s'en prendra très ouvertement à Frank LoCascio et le réprimandera très sévèrement devant certains prisonniers. Vexé d’avoir été humilié de la sorte devant certains prisonniers, Frank LoCascio aurait déclaré à Salvatore Gravano, qu’il souhaitait “tuer” John Gotti, après le procès, une fois qu'ils seront acquittés. Malgré cet épisode et après avoir reçu la certitude, par le bai de ses avocats, que le Parrain de la famille Gambino le critiquait ouvertement, Frank LoCascio n’aura jamais sourcillé une seule fois et aura tenu son serment d'allégeance à la Cosa Nostra jusqu'à la fin de sa vie. Frank LoCascio acceptera donc sa peine sans broncher, mais attendra le décès de John Gotti en 2002, pour se lancer dans une bataille judiciaire avec l'aide d'une ancienne juge fédérale.

Le but de cette manœuvre, faire sauter sa condamnation dans le meurtre du Soldat Louis DiBono, assassiné par John Gotti pour ne pas s’être présenté plusieurs fois à ses convocations. Lors des enregistrements dévoilés par l’équipe de procureurs, après les arrestations, le cas de Louis DiBono est souvent évoqué par John Gotti. A cette époque, la hiérarchie de la famille Gambino effectuait les réunions de "direction" dans un petit appartement, appartenant à une personne âgée, juste au-dessus du Ravenite Social Club, le quartier général de la famille Gambino. L’intérieur sera par la suite sonorisé par le FBI. Pour John Gotti, Louis DiBono devait payer son “manque de respect” pour ne pas s'être présenté plusieurs fois à des réunions dites de "conciliation". Pour le juge fédéral Leo Glasser, le silence assourdissant de Frank LoCascio, qui n’a jamais prononcé un seul mot pour essayer de le sauver Louis DiBono, valait sans nul doute une culpabilité dans ce meurtre : “Par son silence, Frank LoCascio a approuvé le contrat” déclara le juge Leo Glasser. Pourtant, lors d’un enregistrement effectué en Décembre 1989, on pouvait entendre Frank LoCascio déclarer que Louis DiBono allait donner près de cinquante mille dollars à John Gotti pour « calmer le jeu », une offre que John Gotti refusa d’un revers de la main. C’est sur cette conversation et sur cet enregistrement en particulier que l’équipe de la défense tente depuis des mois de “renverser” cette condamnation.

Le juge fédéral Leo Glasser avait d’abord rejeté complètement tous les motifs abordés par la défense afin d'éviter un nouveau procès, avant qu’une cour fédérale ne donne un dernier espoir à Frank Locascio. Dans ce rapport, trois juges avaient décidé que les nouvelles déclarations venant de Salvatore Gravano devaient être prises en compte, car ils pouvaient jouer sur “une future liberté” de Frank LoCascio. Nous étions alors en Mai 2021 mais c’était déjà trop tard pour l’ancien Underboss de la famille Gambino. Frank LoCascio aura passé près de trente et un an derrière les barreaux et son influence au sein de la famille Gambino restait encore intacte. En Décembre 2019, deux Capitaines de la famille Gambino, Andrew Campos et Richard Martino sont arrêtés et que trouve le FBI pendant les perquisitions ?, une photo prise en prison des deux mafieux avec Frank LoCascio. Richard Martino était loin d’être un inconnu dans la famille LoCascio. En 1996, Richard Martino s'était associé avec le fils de Frank LoCascio, Salvatore, un Soldat, tout comme lui, dans l’ouverture de sites pornographiques. Selon le gouvernement fédéral, cette escroquerie avait touché des milliers de personnes à travers les États-Unis, l’Europe et l’Asie rapportant près de sept cent cinquante millions de dollars à la famille Gambino. Chez les LoCascio la Cosa Nostra se transmettait de père en fils. 

Lire la suite

MAUVAISE SEMAINE POUR LA FAMILLE GAMBINO

28 Août 2021, 07:18am

Publié par Xav

Vincent Artuso, un Capitaine de la famille Gambino implanté dans l’État de la Floride, vient de décéder de causes naturelles, il avait soixante seize ans. Dès son adolescence, Vincent Artuso travaille dans la boulangerie familiale, un travail acharné qui permit, selon ses proches, à pouvoir payer les études de ses trois jeunes frères. Mais dans le Bronx, Vincent Artuso était connu aussi sous le pseudonyme de “Vinnie A”, gravitant autour du club social d’un Capitaine réputé de la famille Gambino, Frank “Frankie Loc” Locascio. Au début des années 1980, Vincent Artuso purgera une peine d’un an de prison pour histoire de trafic de drogue. A sa sortie et avant le décès de Paul Castellano, le gouvernement fédéral estime que Vincent Artuso aurait été intronisé dans la famille Gambino, placé sous la coupe de Frank Locascio, proche du clan Gotti, qui préparait l’un des assassinats les plus retentissant de la Cosa Nostra. Le 16 Décembre 1985, devant le restaurant populaire de Manhattan, le Sparks Steak House, une réunion d’affaire à lieu entre Paul Castellano et le clan Gotti, le but, essaye de résoudre un conflit qui risquait de dégénérer en guerre interne à l’intérieur de la famille Gambino. En pleine période de préparation de Noël, une équipe de tueurs, vêtus de blanc, de trench-coats et de chapkas noires se positionnèrent devant le restaurant. Cette équipe était composée de : Vincent Artuso, Salvatore Scala, Edward Lino et John Carneglia. À quelques pas de là se trouvait une équipe de secours composée prétendument de Dominick Pizzonia, Angelo Ruggiero et Anthony Rampino. Quand Paul Castellano sortit de son véhicule, Vincent Artuso et John Carneglia se rapprochèrent, mais seul John Carneglia tira à plusieurs reprises sur l’ancien Parrain de la famille Gambino, l’arme de Vincent Artuso s’étant enrayée.

Anthony Scotto, ancien Capitaine de la famille Gambino, vient de décéder à l’âge de quatre vingt sept ans. Originaire de Brooklyn, Anthony Scotto travailla dès son adolescence sur les docks de New-York, Anthony Scotto avait la particularité de s’être marié avec la fille d’Anthony Anastasio, neveu d’Albert Anastasio, célèbre Parrain de la famille Mangano, l’ancien nom de la famille Gambino. Intronisé dans la Cosa Nostra, il prend, à la mort d’Anthony Anastasio en 1963, le contrôle du Local 1814 de L’ILA (International Longshoreman's Association), qui à cette époque, était un important collecteur de fonds pour le parti démocrate. Très vite mis en lumière en raison de ses nombreuses relations avec certains politiciens locaux, Anthony Scotto devint très rapidement l’un des membres les plus influents de la famille Gambino. Mais à la fin des années 1970, tout s’écroule, Anthony Scotto est inculpé de plusieurs charges fédérales dont de corruption, de racket et condamné, en 1980, à cinq années de prison. Anthony Scotto a eu de la chance, la peine aurait pu être beaucoup plus lourde. Les procureurs avaient en effet demandé une peine de plus de vingt ans derrière les barreaux, mais le juge en décida autrement après avoir été “impressionné” de toutes les lettres de soutien, de nombreux politiques, qui pour la plupart, se portaient “garant” de son comportement avant sa condamnation. Pendant son incarcération, son équipe est gérée par l’un de ses anciens Soldats, Anthony “Sonny” Cicconne. Libéré de prison au milieu des années 1980, Anthony Scotto se fit plus discret. Le nouveau Parrain en exercice, John Gotti, décida de maintenir Anthony Ciccone comme Capitaine de l’ancien équipe de Scotto et de reléguer un peu ce dernier en arrière plan, ce qui ne dérangeait nullement Anthony Scotto, qui se concentra plus sur sa famille et dans des affaires plus légitimes. En 1993, il ouvrit le Fresco By Scotto, un restaurant en plein Manhattan, géré actuellement par fille, Rosanna Scotto.

Lire la suite

DEMANDE DE LIBÉRATION REFUSÉE POUR UN SOLDAT DE LA FAMILLE GAMBINO

12 Août 2021, 16:34pm

Publié par Xav

Thomas “Huck” Carbonaro
Thomas “Huck” Carbonaro

Une juge fédérale vient de balayer d’un revers de la main la demande de libération d’un ancien protégé de Salvatore Gravano, le Soldat Thomas “Huck” Carbonaro. Il faut dire que la magistrate est reconnue pour n'avoir que très peu de compassion avec les mafieux de la Cosa Nostra et même si ces derniers présentent un “pléthore” de problèmes médicaux. Par exemple, cette même juge avait refusé l’année dernière, quelques mois avant son décès, une demande de libération exceptionnelle pour l’ancien Parrain de la famille Gambino, Peter Gotti, qui implorait la justice de laisser terminer sa peine au domicile de sa fille à Howard Beach. Incarcéré dans le pénitencier fédéral de Terre Haute dans l’État de l’Indiana, Peter Gotti décédera en Février 2021 à l’âge de quatre vingt et un an. Dans le cas de Thomas Carbonaro, celui-ci est légèrement différent. Ce dernier n’était qu’un simple Soldat dans la famille Gambino mais avec une réputation certaine de tueur à gage. Homme à tout faire dans l’équipe de Salvatore Gravano, Thomas Carbonaro avait essayé de remercier, à sa manière, son ancien Capitaine, en tentant de l’assassiner quand celui-ci était parti dans le programme de protection des témoins avec sa famille, caché dans une petite ville d’Arizona. Aujourd’hui âgé de soixante treize ans, Thomas Carbonaro est toujours incarcéré et purge sa peine de prison dans la prison fédérale d’Allenwood dans l’État de la Pennsylvanie, avec une date de libération possible en 2063.

Cette demande de libération avait été préparée par l’avocat de Thomas Carbonaro, jouant sur le fait que son client avait reçu une peine "disproportionnellement élevée", mais aussi que le Soldat de la famille Gambino souffrait d’une multitude de problèmes ne permettant par une incarcération convenable. La juge fédérale est revenue assez longuement sur ce dernier point, précisant un à un les divers problèmes de santé de Thomas Carbonaro, tout en précisant que selon le bureau du BOP (Fédéral Bureau Of Prisons), ce dernier “fonctionnait en grande partie de manière indépendante” et qu’il “recevait un traitement médical adéquat à sa pathologie”. La magistrate est allée beaucoup plus loin dans son argumentation, en précisant que même si l’avis du BOP avait été favorable à Thomas Carbonaro, elle aurait tout de même refusé cette demande de libération, justifiant sa décision sur “l’historique” et le “passif criminel” du Soldat de la famille Gambino : “Seule la peine maximale autorisée par la loi est adaptée dans ce cas. Thomas Carbonaro a montré toute sa vie sa volonté de tuer des personnes et il sera difficilement ré-adaptable dans la société”. 

Lire la suite

QUAND LA MAFIA ALBANAISE VOULAIT FAIRE LA GUERRE A LA COSA NOSTRA

14 Juillet 2021, 17:20pm

Publié par Xav

Alex Rudaj
Alex Rudaj

La Cosa Nostra n'a plus la même "splendeur" d’antan, il n’empêche que cette dernière reste encore une organisation criminelle très structurée, qui effraie bon nombre de truands qui voudraient marcher sur ses plates de bandes. En effet, la Cosa Nostra Italo-Américaine a encore bon nombre de familles implantées un peu partout aux États-Unis et même si cette dernière utilise de moins en moins le meurtre pour arriver à ses fins, elle peut compter sur des membres qui ont prêté serment d’allégeance, de commettre des crimes pour le bien de cette organisation. Même si son influence à diminuer, la Cosa Nostra, arrive à garder son aura, et traite assez facilement avec d’autres mafias voire des gangs de rue implantées sur leur territoire. Malgré cela, certaines organisations criminelles ont tenté par le passé de tester les limites de différentes familles de la Cosa Nostra, pour savoir si cette dernière, qui a changé radicalement de stratégie ces dernières années, préférant prospérer dans l’ombre, serait prête à déclencher une guerre pour défendre ses positions, petit retour en arrière. Au début des années 1990, une organisation criminelle Albanaise dénommée « The Corporation » a commencé à prendre le contrôle de plusieurs clubs sociaux contrôlés certaines familles New-Yorkaise. Cette « mini mafia », était dirigée par Alex Rudaj  un individu déjà connu des services de police et identifié comme un ancien Associé de la famille Gambino.

Rao's restaurant
Rao's restaurant

Mais arrivé à un moment de sa carrière criminelle, Alex Rudaj voulait prendre son indépendance, et s’inspira de l’organisation hiérarchique mise en place par la Cosa Nostra, pour fonder sa propre famille. Généralement l’entente avec les Albanais et les mafieux Italiens a toujours été très cordiales. Ces derniers, de par leur influence avaient l’habitude d’utiliser les Albanais comme une force de frappe dans différentes affaires. Durement mais surement, Alex Rudaj accompagné par des individus d’origine Albanaise mais aussi Italiennes, la plupart Associés à des familles de la Cosa Nostra, commencèrent à se former pour tenter quelque chose d’invraisemblable, attaquer des clubs sociaux ou des lieux détenus par des membres de la Cosa Nostra. Au départ, ils commencèrent à travailler dans le comté de Westchester, avant de s’étendre dans le Queens et dans le Bronx, des endroits ou la Cosa Nostra a et encore aujourd'hui, une très grande influence. Pendant plusieurs années, ce qui était au début une petite équipe de truands, se transforma en une organisation criminelle gagnant son argent grâce au racket et à la violence. A l’été 2001, Alex Rudaj accompagné d’au moins six hommes, rentrèrent dans une salle de jeux contrôlée par la famille Lucchese, frappèrent le gérant à la tête et déclarèrent aux clients qui étaient en train de jouer clandestinement dans ce tripot : «Messieurs désormais cet établissement est fermé. Je le jure devant Dieu, que si je vois encore une personne ici, je le frapperais à mort ». Bizarrement, la famille Lucchese ne réagit pas tout de suite, ce sont plus les familles Bonanno et Gambino, qui étaient plus inquiétées de l’influence grandissante que prenait cette organisation criminelle. La tension fut à son paroxysme quand les Albanais essayèrent de rentrer de force dans le restaurant Italien Rao’s , connu pour avoir été le lieu de prédilection de l’ancien Parrain de la famille Gambino, John Gotti. Alex Rudaj était venu au départ manger, mais en raison des dernières altercations avec les mafieux Italiens, il fut rejeté par le personnel car selon eux, le restaurant était plein. Ce dernier ne se dégonfla pas et revint quelques heures après avec près d'une douzaine d'hommes, prêt à rendre des comptes pour ce manque de respect. Pris de panique, le propriétaire lui trouva finalement une place de premier choix. Cet incident fut un message fort adressé aux mafieux Italiens. En attaquant un lieu « sacré », les Albanais leur disaient clairement « Montrez nous un peu de respect, ou on ira encore plus loin ». La famille Gambino comprit immédiatement le message.

Arnold « Zeke » Squitieri
Arnold « Zeke » Squitieri

A cette époque, l'Underboss de la famille Gambino, un membre de la vieille école dénommé, Arnold « Zeke » Squitieri, était visiblement très énervé et excédé que ces « malfrats de bas étage » puissent s’en prendre à une organisation aussi tentaculaire que la sienne et demanda un rendez-vous à Alex Rudaj pour résoudre ce conflit, qui pouvait à juste titre dégénérait en guerre dans les rues de New-York. La réunion se déroula dans une station essence, en pleine nuit. Arnold Squitieri ramena près de vingt hommes, tous armés de battes de baseball, barres de fer ou d'armes automatiques. Devant eux, Alex Rudaj était en infériorité numérique avec ses six hommes, se rendant compte qu’il avait devant lui une petite partie des effectifs de la Cosa Nostra et que si ces derniers déclaraient la guerre, son clan allait tout droit vers une défaite certaine. Arnold Squitieri commença à déclarer que désormais la « partie était terminée » pour les Albanais, qu’ils « étaient allés trop loin ». Mais l’un des lieutenants de The Corporation, braqua son arme sur l’Acting Boss de la famille Gambino et menaça par la même occasion de tirer sur les jerricanes d’essence. Prêt à tout faire sauter, les deux organisations criminelles reculèrent et décidèrent de quitter les lieux sans accord possible, la guerre allait bientôt éclater. Finalement c’est le FBI qui mit fin aux hostilités, en arrêtant une bonne partie de la famille Rudaj. Alex Rudaj et plusieurs des ses hommes furent inculpés de charges tenant de la loi RICO et condamnés à de longue peine de prison. En une seule arrestation, la famille Albanaise fut complètement détruite et n’existe plus au jour d’aujourd’hui. Arnold Squitieri fut lui aussi arrêté et condamné à sept ans de prison pour extorsion, jeux illégaux et évasion fiscale, mais contrairement à Alex Rudaj, la famille Gambino avait assez de membres « compétents » pour pouvoir le remplacer à son poste.

Lire la suite

UN ANCIEN CONSIGLIERE DE LA FAMILLE GAMBINO VA JOUER SA LIBERTÉ DANS UN NOUVEAU PROCÈS FÉDÉRAL

30 Mai 2021, 09:38am

Publié par Xav

Après un revers judiciaire qui laissait supposer que l’ancien Consigliere de la famille Gambino, Frank « Frankie Loc » LoCascio, allait terminer sa vie derrière les barreaux, la décision d’une cour d’appel fédérale donne une dernière lueur d’espoir à Frank Locascio, qui jouera sa liberté dans un nouveau procès fédéral. Pourtant la décision donnée, en Décembre dernier, par le juge fédéral Leo Glasser, le même qui en 1992, avait fait condamner à John Gotti et Frank Locascio à la prison à perpétuité, ne donnait guère d’espoir d’un nouveau procès, demandé depuis des mois par l’équipe de la défense, qui voulait, ironiquement, faire appel à l’ancien Underboss de la famille Gambino, Salvatore Gravano, pour aider leur client. Pour le magistrat, âgé de quatre-vingt douze ans et toujours en exercice, Salvatore Gravano est un menteur, tout en déclarant qu’il avait « découvert » ou « créé », des fausses anecdotes afin d’essayer de faire libérer Frank Locascio de prison. Toujours selon Leo Glasser, les écoutes avaient formellement indiqué que John Gotti avait donner l'ordre d’assassiner Louis DiBono car le Soldat de la famille Gambino lui avait manqué de respect en refusant de venir aux différentes convocations et surtout, ces écoutes avaient prouvé le silence assourdissant de Frank Locascio, qui n’a jamais prononcé un seul mot pour essayer de le sauver : “Par son silence, Frank Locascio a approuvé ce meurtre” déclara le juge Leo Glasser.

Dans un jugement unanime, très rare dans ce genre d’affaires liées au crime organisé, trois juges ont décidé que les nouvelles déclarations venant de Salvatore Gravano devaient être prises en compte, car ils pouvaient jouer sur “une future liberté” de Frank Locascio. Cette décision a rendu “fou de joie” Salvatore Gravano, qui, dans une déclaration de plusieurs pages,  stipula qu’il était heureux de pouvoir dire “une nouvelle fois la vérité” au juge fédéral Leo Glasser dans un nouveau procès : “J’espère que j’aurai l’occasion de dire ce que je sais à ce sujet. Frank Locascio n’a strictement rien à voir avec le meurtre de Louis DiBono. En réalité, c’est John Gotti qui nous a trahis et a menacé ses avocats de ne pas me poser des questions pendant le procès à ce sujet, car il savait que j’allais dire la vérité” stipula Salvatore Gravano. Alors qu’en 1992, Frank Locascio défendait ardemment la stratégie imposée par John Gotti, ajoutant même que “S’il y avait plus d’hommes comme John Gotti sur cette terre, nous aurions un meilleur pays”, désormais Frank Locascio espère s’appuyer sur le futur témoignage de celui qu’il qualifiait de “rat”, quand celui-ci avait décider de se retourner contre la famille Gambino, pour pouvoir enfin sortir de prison. Mais du côté de Salvatore Gravano, il n’y aucune rancune et ce dernier reste dans la même stratégie, dire la vérité sur cette affaire. De plus, il déclara que Frank Locascio, qui est désormais âgé de quatre-vingt huit ans, ne représentait plus un “réel problème”, plus une menace et pouvait terminer sa peine chez lui. 

Lire la suite

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>