Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

FIN DE PROCES POUR UN CAPITAINE DE LA FAMILLE LUCCHESE

18 Juin 2014, 05:00am

Publié par Xav + A.S

FIN DE PROCES POUR UN CAPITAINE DE LA FAMILLE LUCCHESE

« On va l’éplucher couche par couche comme un oignon » voila par quoi a commencé le procureur fédéral pendant son réquisitoire final, dans l’affaire contre Nicodemo Scarfo Jr (voir photo), un Capitaine de la famille Lucchese et son Associé, Salvatore Pelullo, soupçonnés d’avoir dilapidé pendant plusieurs années pour près de douze millions de dollars la société « First Plus » basé au Texas. Pendant plus de trois heures, le procureur fédéral, Stephen D'Aguanno a tenté d’expliquer comment Nicodemo Scarfo Jr et Salvatore Pelullo ont falsifié des contrats, ont nommé des actionnaires fictifs et ont dépensé sans compter l’argent de l’entreprise pour assouvir leur train de vie luxueux. Dans un réquisitoire qui marqua près de cinq mois de procès, le procureur fédéral expliqua comment Salvatore Pelullo avait été nommé à la « tête » de l’entreprise dans un seul but, s’enrichir et relayer les ordres de Nicodemo Scarfo Jr, qui tapit dans l’ombre et avec l’aide son père incarcéré dans une prison fédérale, donna des conseils, pour vider le plus rapidement possible les caisses de la société depuis leur prise de contrôle en 2007. En plus de falsifier des documents, Salvatore Pelullo était très généreux, et faisait même profiter ses amis dans son escroquerie. Un de ses conseillers, William Maxwell, qui lui aussi fut arrêté, fut accusé d’avoir touché près de cent mille dollars par mois pour avoir « aidé » la société a mettre en place des contrats avec la deuxième entreprise de Salvatore Pelullo, « Seven Hills Management », un contrat qui fut beaucoup plus avantageux que celui de Nicodemo Scarfo Jr, qui gagnait près de trente trois mille dollars par mois, sans avoir aucune activité dans l’entreprise, ce dernier qui réside dans le New-Jersey, donnait la plupart de ses « conseils » par téléphone. Et pour montrer que Salvatore Pelullo et Nicodemo Scarfo Jr étaient déjà connus des autorités, le procureur fédéral démontra que l’Associé de la famille Lucchese avait déjà été condamné pour ce genre de délits par le passé, alors que Nicodemo Scafo Jr connu des autorités depuis des années pour sa relation avec la famille Lucchese était coutumier de ce genre de méfaits. Stephen D'Aguanno expliqua que l’association Pelullo-Scarfo ne représentait pas la Cosa Nostra, mais que les deux individus avaient « utilisé » leur « réputation » au sein de la pègre pour se mener au sommet de la société en menaçant la plupart des salariés présents dans l’entreprise. Et outre Nicodemo Scarfo Sr, qui s’était impliqué personnellement dans cette extorsion depuis la prison fédérale a Atlanta en ou il était incarcéré, Nicodemo Scarfo Jr et Salvatore Pelullo avaient aussi reçu le « soutient » de Vic Amuso, ancien Boss de la famille Lucchese qui à cette époque, était incarcéré dans la même prison que le père de Nicodemo Scarfo Jr depuis sa condamnation à perpétuité en 1992. Les deux anciens parrains ne furent pas inculpés par la justice Américaine pour éviter des dépenses inutiles au vu de leurs condamnations respectives, mais dans plusieurs conversations téléphoniques, Nicodemo Scarfo Sr avait bien rappelé à son fils, que « Oncle Vic » (Vic Amuso), attendait un pourcentage non négligeable de l’argent touché par Nicodemo Scarfo Jr et Salvatore Pelullo. Agé aujourd'hui de 80 ans, l'ancien Parrain n'avait pas perdu pour autant son « sens des affaires » Pour la défense et en particulier pour l’avocat de Salvatore Pelullo, Michael Farrell, cela est simple, les procureurs fédéraux ont essayé de médiatiser l’affaire en faisant planer le spectre de la Cosa Nostra. Mais pour eux, son client n’est ni un voleur, ni un Associé de la famille Lucchese, il est juste un « expert en redressement » d’entreprises en difficulté : « Le gouvernement n’a jamais laissé la moindre chance à mes clients et ils veulent vous convaincre aujourd’hui qu’ils sont coupables de tous ces crimes. Je peux vous dire que Salvatore Pelullo a sauvé beaucoup d’entreprises grâce à son talent » déclara Michael Farrell, en affirmant que son client avait été classé par un média Américain comme des meilleurs entrepreneurs des États-Unis. Il décrivit Salvatore Pelullo comme un individu ayant le « sens aiguisé des affaires, un preneur de risque » qui avait pour but de prendre des entreprises en difficulté pour les remonter financièrement : « Prendre la société ? il voulait tout simplement sauver cette entreprise ? » hurla t’il dans le tribunal. Il décria par la même occasion que Nicodemo Scarfojr avait était inculpé, non pas pour ces précédentes condamnations pour racket et pour être un membre initié de la famille Lucchese, mais en raison de son nom, car son père était l’ancien Parrain de la famille de Philadelphie « Le gouvernement veut vous faire croire qu’il est un gangster, alors que ce n’est pas le cas. Ils (les procureurs) veulent que vous condamnez mes clients en raison de leur relation supposée avec la Cosa Nostra ». Pour Donald Manno, le deuxième avocat de Nicodemo Scarfo Jr, il exhorta le jury à « examiner » les faits et non les « détournements » supposés des deux accusés.

Lire la suite

UN JURÉ RACONTE LE PROCES D'ANTHONY NICODEMO

15 Juin 2014, 08:00am

Publié par Xav + A.S

UN JURÉ RACONTE LE PROCES D'ANTHONY NICODEMO

Après l’annulation du procès contre Anthony Nicodemo, un Soldat de la famille de Philadelphie, soupçonné d’avoir tué Gino DiPietro, un des jurés du procès accepta de parler à la presse : « Cette histoire de car-jacking était complètement absurde » déclara t’il (Cf : Annulation du procès contre Anthony Nicodemo). Cette déclaration montre clairement qu’un des jurés, avait trouvé l’explication de l’avocat de la défense complètement grotesque. Il faut dire qu’essayait de convaincre le jury qu’Anthony Nicodemo, un Soldat réputé de la famille de Philadelphie, soupçonné déjà de plusieurs meurtres, a pu être la victime malencontreuse d’un individu ayant tué Gino DiPietro, car il s’apprêtait à témoigner avec le gouvernement, était tout simplement aberrant pour la plupart des personnes présentes dans le tribunal. De plus pour le juré, il était évident que l’assassinat était lié à la Cosa Nostra, même si le juge fédéral avait interdit pendant le procès que les procureurs fassent toute relation avec le crime organisé. Le jury qui préféra rester anonyme, fut l’une des premières personnes qui furent rejetées pendant le procès par l’équipe de procureur : « Au cours des déclarations de son avocat (Brian McMonagle), j’ai pu remarquer que ce dernier portait un costume de luxe. De plus, sa montre devait couter plus chère que ma voiture acheté pourtant en 2011. J’ai alors compris, que cet avocat faisait de l’argent en défendant des « personnalités » du crime organisé et non avec des pauvres individus comme nous. » déclara de nouveau le juré. En portant le même raisonnement, il essaya de faire la même chose avec Anthony Nicodemo, en se demandant comment une personne, qui est incarcéré depuis plus d’un an, a pu avoir cet argent pour payer un avocat de la sorte : « J’ai vraiment eu des doutes à ce sujet ». Anthony Nicodemo était habillé beaucoup plus décontracté que son avocat, mais pouvait se permettre de changer d’habits tous les jours : « Je savais qu’il n’allait pas venir au tribunal en jean et baskets. Je me suis dis, s’ils (les procureurs) ont demandé à l’enfermer , c’est que c’était quelqu’un de violent et qui avait beaucoup d’argent ». Le juré stipula que pendant la sélection du jury, Anthony Nicodemo était souriant, mais que pendant le procès et surtout pendant la description du meurtre par les procureurs fédéraux, Anthony Nicodemo avait croisé plusieurs fois son regard et qu’il avait selon lui « un regard glacial. Il fut insensible aux détails racontés par les procureurs et par les témoignages troublants des témoins lors du procès. » . Le juré fut l’une des quatorze personnes choisies pour ce procès, le juge fédéral avait décidé d’opter pour seulement deux suppléants, ce qui entrainera l’annulation du procès par la suite. Mais le juré qui décida de témoigner dans la presse, fut rapidement rejeté par les procureurs fédéraux, ce qui ne l’empêcha pas d'entendre une grande partie de la thèse d’accusation et en particulier le témoignage de deux témoins clés, présents le jour du crime. L’un d’entre eux, était à quelques mètres seulement de Gino DiPietro, et put apercevoir très clairement, un individu avec une capuche s’approchait de la victime, avant de lui tirer dessus à plusieurs reprises. Le deuxième, quand à lui, put distinguer très clairement le véhicule du suspect, un Honda Pilot, moteur allumé, et donna très clairement le numéro de la plaque d’immatriculation à la police, ce qui permit d’arrêter Anthony Nicodemo mois d’une heure plus tard à son domicile. Le juré qui réside à Philadelphie et travaille comme consultant dans une entreprise, déclara qu’il n’était pas au courant du passé trouble d’Anthony Nicodemo et de sa relation présumée avec la Cosa Nostra. Même si ce dernier est persuadé aujourd’hui que ce meurtre fut lié avec le crime organisé, il ne comprit pas pourquoi le ministère public n’a put justifier ce crime comme étant lié à la Mafia Italienne. Une chose qui avait fortement contrarié le juré était l’image donnée par les médias Américains pour expliquer le renvoi du juré pendant le procès. Ils avaient déclarés que ce dernier avait été exclu car il avait lu quelque chose dans les journaux, hors ce n’est pas le cas, il stipula qu’il avait été « congédiée », car un membre de la famille de l’accusé l’avait reconnue dans la rue. Les procureurs ont préféré prendre les devant et demanda au juré de quitter le procès. En effet, d’après eux, cette dernière avait pris fortement position avec les accusations des procureurs, et ils avaient peur que la famille d’Anthony Nicodemo ne s’en prenne à lui à la sortie du tribunal : « Je pense que monsieur Nicodemo a fait une mauvaise chose, il a ensuite paniqué et il s’est fait prendre, cela arrive tous les jours. Je me suis vite rendu compte, que ce dernier était un gangster psychopathe, capable de commettre un meurtre et de continuer sa vie tranquillement après. » déclara t’il. Pour lui, il y a une chose troublante dans cette affaire, Antrhony Nicodemo fut arrêté le 12 Décembre 2012, dans le tarot Italien, la carte 12 signifie « Le Pendu » (voir photo), (Le pendu symbolise l'abnégation, le désintérêt pour les choses de ce monde, l'altruisme, le sacrifice, le renversement de la situation actuelle grâce à une décision personnelle, des idéaux atteints, la libération par le sacrifice).

Lire la suite

TIERCE GAGNANT POUR UN ASSOCIE DE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE

12 Juin 2014, 05:00am

Publié par Xav + A.S

TIERCE GAGNANT POUR UN ASSOCIE DE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE

Ron Galati (voir photo), surnommé le « Don Corleone » de la réparation automobile dans le sud de Philadelphie a obtenu un « tiercé gagnant » en début de semaine, en étant inculpé d’une troisième charge fédérale. L’Associé de la famille de Philadelphie est déjà accusé de plusieurs délits, qui pourraient l’amener à terminer sa vie derrière les barreaux et sa volonté à ne pas coopérer avec le gouvernement surprenne quelque peu les procureurs. La première accusation dont il est accusé, est d’avoir engagé deux tueurs à gages pour tenter d’assassiner Joseph Rao et son fils Joe, propriétaire d’un garage de carrosserie et soupçonné par Ron Galati de collaborer avec le FBI. La deuxième, est d’avoir commandité la tentative de meurtre contre son ex beau-fils Andrew Tuono, qui fut tiré dessus à plusieurs reprises à Atlantic City, mais qui survécut miraculeusement. La troisième accusation arriva à la fin du mois de Mai, après une opération lancée par le FBI et la police d’Etat contre plusieurs personnes liées au crime organisé dont les fils, la femme et Ron Galati lui même. Incarcéré sans caution possible depuis son arrestation l’année dernière, l’Associé de la Cosa Nostra est accusé par la justice Américaine d’avoir comploté avec plusieurs individus, dans le but d’extorquer près de cinq millions de dollars à des compagnies d’assurance. En tout, pas loin de quarante et une personnes ont été inculpées et la plupart d’entre eux ont déjà décidé de collaborer avec la justice. Selon le bureau du procureur, l’un des témoins avait affirmé à la police, que Ron Galati se vantait de gagner énormément d’argent illégalement en fraudant plusieurs assurances. L’acte d’accusation stipula que ce dernier avait déjà été condamné pour ce genre de délit en 1995 et avait écopé de trente sept mois de prison dans un pénitencier fédéral, une peine de prison qui n’avait pas calmé pour autant Ron Galati. Les fraudes cumulées par lui et sa femme ont généré au couple pas loin de 1,2 millions de dollars sur plusieurs années, en général Ron Galati aurait gagné près de 250 dollars par semaine grâce à ses arnaques. Les demandes frauduleuses de remboursements ont été effectuées la plupart du temps par des clients ou des employés complices avec Ron Galati, la plupart des accidents étant le vandalisme, la collision du véhicule avec un objet, tout étant orchestré directement dans le garage que détenait l’Associé de la famille de Philadelphie, l’American Collision Inc, qui endommageait volontairement le véhicule pour toucher l’argent de l’assurance et le partageait avec le client, la voiture étant réparée gratuitement par la suite : « Ron Galati a inventé avec son équipe pendant plusieurs années, des scénarios d’accidents pour toucher illégalement l’argent des différents assurances » déclara un des procureurs en charge du dossier. Une des astuces favorites de Ron Galati, était le choc d’un véhicule avec un cerf, très présent dans les environs du garage de l’Associé de la Cosa Nostra. Ce dernier avait même stocké dans son garage, plusieurs carcasses de cerfs et plusieurs litres de sang de l’animal, qui étaient ensuite mis à l’intérieur du véhicule et pris en photo par le garage pour prouver l’accident auprès des assurances. Des fraudes qui avaient été révélées par Louis "Finger Bent" Monacello (Cf : Un ancien Capitaine de la famille de Philadelphie peut désormais commencer sa nouvelle vie), un ancien Capitaine de la famille de Philadelhie, qui avait témoigné dans le procès contre Joseph Ligambi et George Borgesi fin 2013. Louis Monaello avait déclaré pendant un des procès, que Ron Galati dans les années 1990, avait fait la copie d’une clé d'un véhicule appartenant à un de ses ses clients et qu’il avait ensuite donné à George Borgesi. Ce dernier avait ensuite tout simplement volé le véhicule et avait fait en sorte d’avoir une collision avec un autre véhicule appartenant lui aussi à un client de Ron Galati. Une fois les voitures endommagées, les individus en question, allaient voir l’Associé de la famille de Philadelphie pour faire réparer leur véhicule. Ce type d’arnaque avait fait augmenté considérablement les profits de l’ American Collision Inc et bien sur avait rapporté beaucoup d'argent à la famille de Philadelphie. De plus, toujours d’après Louis Monacello, Ron Galati avait trafiqué plusieurs documents pour gagner plusieurs appels d’offres venant de la ville de Philadelphie. Normalement, au vu des condamnations de Ron Galati et de la réputation qu’avait le garage auprès des autorités, l’American Collision Inc aurait être exclu de ce genre d’appels d’offres, mais curieusement, elle les gagna très facilement, car l’Associé de la famille de Philadelphie avec l’aide de sa « deuxième famille », avait beaucoup de relations. D’après le FBI, l’argent engendrait illégalement par Ron Galati, lui permettait de vivre une vie de « pacha », en organisant des repas somptueux dans différents restaurants Italiens de la ville. La plupart de ses anciens Associés, qui furent arrêtés il y a quelques semaines, avaient déclaré aux autorités que Ron Galati se prenait un peu comme « Don Corleone » et n’hésitait pas à utiliser plusieurs dialogues du film. C’est dans un de ces restaurants, que Ron Galati aurait menacé publiquement son ancien beau-fils, avant que celui-ci ne se fasse tirer dessus, ce restaurant qui appartenait à un ami du Consigliere de la famille de Philadelphie, George Borgesi (Cf : « Not Guilty ») a désormais fermé ses portes.

Lire la suite

LA FAMILLE GENOVESE CONTROLE TOUJOURS LES DOCKS DU NEW-JERSEY

9 Juin 2014, 05:40am

Publié par Xav + A.S

LA FAMILLE GENOVESE CONTROLE TOUJOURS LES DOCKS DU NEW-JERSEY

En quelques mois, la famille Genovese, très discrète depuis plusieurs années, montre encore son influence dans le racket à New-York et dans le New-Jersey, deux États voisins, à forte influence mafieuse. Dernièrement, Carmine « Papa Smurf » Franco (Cf : Un Associé de la famille Genovese veut éviter la prison), un Associé de longue date de la famille Genovese fut condamné à un an et un jour pour son implication dans le milieu des déchets dans les Etats de New-York et du New-Jersey, son frère, Robert Franco, un membre initié, est en attente d’un verdict pour les mêmes accusations. Fin Mai, le FBI interpella trois dockers du New-Jersey (Salvatore LaGrasso, Michael Nicolosi, et Julio Porrao), suspectés d’être des Associés de la famille Genovese et accusés avoir racketté les docks du port de Newark pendant des années et d’après les autorités, ces individus n’auraient pas agis seul, ils seraient aux ordres d’un seul homme, Stephen « Beach » Depiro (voir photo), un des Soldats les plus importants de la famille Genovese dans le New-Jersey. A première vue, ce dernier, ressemble à un homme d’affaire, portant des vêtements de grande marque, roulant en voiture de sport et allant même d’après son avocat, à la messe tous les jours. Mais pour la justice Américaine, ce dernier utiliserait l’intimidation et la violence pour contrôlait d’une main de fer le Port de Newark (Elizabeth Marine Terminal), la principale plateforme pour l’arrivée des marchandises à New-York et dans le New-Jersey. Pourtant, son casier judiciaire, ne montre aucun crime violent, mais il est indiqué que pendant des années, il était fortement impliqué dans le détournement des marchandises pour la famille Genovese, en donnant à cette époque, une partie de ses bénéfices, à Lawrence Ricci, un ancien membre de la famille mafieuse, qui fut assassiné en 2005. Une implication tellement forte dans ce secteur, qui lui valut une arrestation en 2011 et pour échapper à une incarcération avant le début de son procès, le Soldat de la famille Genovese, fit appel comme plusieurs autres membres de la Cosa Nostra, à différents prêtres pour plaider sa cause. Et grâce à ces aides, Stephen Depiro, fut libéré sous caution et détenu à domicile depuis Mars 2011, en attendant un procès qui met du temps à démarrer : « Il ne faut pas oublier que Stephen Depiro a prêté serment jusqu'à la fin de ses jours pour la famille Genovese » déclara un des procureurs. Une incarcération forcée, qui n’empêcha pas ce dernier de demander à la justice de sortir plusieurs fois, pour mettre des fleurs sur la tombe de sa mère ou pour des représentations dans ces différents restaurants, La Campagna à Millburn, la Griglia à Kenilworth, et le Stella Marina à Asbury Park : « C’est un homme dévoué et sympathique, qui est capable de gérer n’importe quelle situation. C’est un modèle pour notre famille. » déclara sa femme. Pourtant ce n’est pas cette image qui émerge des différents enregistrements captés par le FBI, ou on pouvait l’entendre discuter avec un Associé de la famille Genovese, sur la façon de « briser » les mains à un docker qui refusait de payer « les hommages » à la famille mafieuse pendant les fêtes de Noel : « Il a besoin de ses mains pour travailler, si on fait ça, il ne travaillera plus pendant un petit moment » avait déclaré son Associé. De plus les nombreux rapports de surveillance, montre clairement Stephen Depiro en train d’assister avec des membres de haut rang de la famille Genovese, dont Tino "T" Fiumara (qui décèdera en 2010), à des réunions dans différents restaurants de Long-Island, en y mêlant à plusieurs reprises, Daniel Dellisanti, un ami et Soldat de la famille Genovese, déjà condamné pour meurtre et trafic de drogue. « Même si Stephen Depiro, est un fils et un mari attentionné, il est le successeur le plus récent de Tino Fiumara depuis sa mort. Il utilise la violence pour récupérer de l’argent » déclara un des procureurs. En attendant le procès de Stephen Depiro, les trois Associés de la famille Genovese, arrêtés fin Mai, décidèrent de plaider coupable des accusations retenues contre eux devant la juge fédérale Claire C. Cecchi, à Newark. Selon les documents judiciaires, Salvatore LaGrasso, Michael Nicolosi, et Julio Porrao ont admis qu’ils avaient comploté entre eux et avec d’autres membres, pour contraindre les dockers à payer leurs hommages à la famille Genovese et pour pouvoir travailler tranquillement. Salvatore LaGrasso, Michael Nicolos ont été suspendus de leurs activités, alors que Julio Porrao était déjà à la retraite lors de son arrestation, ils risquent jusqu'à vingt ans de prison et une amende de 250.000 dollars. Le verdict sera rendu le 17 Septembre prochain.

Lire la suite

LE BOSS DE LA OUTFIT CONSTRUIT DES ECOLES DANS LA BANLIEUE DE CHICAGO

6 Juin 2014, 05:00am

Publié par Xav + A.S

LE BOSS DE LA OUTFIT CONSTRUIT DES ECOLES DANS LA BANLIEUE DE CHICAGO

Quand le maire de la ville de Park Ridge dans l’État de l’Illinois procède à un appel d’offres pour faire construire une école, cela semble tout à fait normal, mais quand l’entreprise sélectionnée appartient au Boss de la Outfit (Famille de la Cosa Nostra basée essentiellement dans l’État de l’Illinois et dans la ville de Chicago), cela semble inquiéter la justice Américaine et plus particulièrement le FBI. Quand on regarde de plus près, on peut s’apercevoir que l’entreprise est au nom de Joséphine DiFronzo, la femme de Peter DiFronzo, mais d’après ces derniers, la société D&B qui se situe à Melrose Park, appartiendrait à John "No Nose"Di Fronzo (voir photo), Boss actuel de la Outfit depuis 1996 et à son frère Peter DiFronzo, un Soldat de la Cosa Nostra. John DiFronzo qui a « miraculeusement » échappé au procès dit des « Secrets de familles », impliquant et condamnant plusieurs membres de la Outfit, dont Joey « Joe The Clown » Lombardo, Frank Calabrese Sr et James Marcello en 2005, continuerait à gérer les activités criminelles de la Mafia Italienne, qui serait composée d’une trentaine de membres actifs dans Chicago et ces environs. Pourtant John DiFronzo avait été fortement impliqué par Nick Calabrese, le fils de Frank Calabrese comme l’un des tueurs d’Anthony et Michael Spilotro, connus par le film de Martin Scorsese « Casino » en 1995, mais malgré ce témoignage, John DiFronzo évita un procès et cela lui permit de devenir le nouveau Parrain de la Mafia à Chicago. Scott Mackall, le gestionnaire des installations de la ville de Park Ridge, déclara que la société D&P, ne « fournissait qu’une seule benne » pour le projet et que ce dernier avait été sous-traité par l’entreprise, Palatine Bergen Construction Corporation, qui doit effectuer le plus « gros » du travail. Ce n’est pas la première fois que la société D&P tente de s’immiscer dans les constructions de plusieurs bâtiments. Selon un rapport du gouvernement Américain en 2008, la société D&P a fait l’objet d’une procédure disciplinaire, pour avoir comme salarié, de nombreux membres appartenant au crime organisé, indiquant que le conseil d’administration de l’entreprise, comprenait John DiFronzo et son frère Peter DiFonzo, alors que la femme de ce dernier a refusé à plusieurs reprises de répondre aux questions des journalistes, prétextant un « acharnement » contre sa famille. Quand John DiFronzo fut interrogé à la sortie de la société par des journalistes, celui-ci déclarait ne « rien faire de spécial », alors que son frère Peter s’enfuit avec sa voiture sous les hurlements de sa fille ordonnant aux journlaistes de le laisser tranquille : « Je n’ai jamais entendu parler d’eux » déclara Scott Mackall, en essayant de tenter tant bien que mal de se justifier auprès des journalistes. La construction de l’école qui devrait se terminer le 08 Août prochain, devrait couter près de 4,5 millions de dollars : « Il y a eu plusieurs offres de faites, mais nous avons chois les plus intéressantes » déclara de nouveau Scott Mackall. Déjà en 2011, D&P avait déjà participé à la construction de la « South Shore High School » et d’une école primaire dans la périphérie de Chicago : « Il n’envoie pas un très bon message au demi million d’élèves scolarisés en école publique » avait déclaré un journaliste. Pourtant même en fouillant minutieusement, le FBI n’a rien à reprocher à cette société, sauf qu’elle soit contrôlée par des membres du crime organisé. Un entrepreneur déclara même qu’il avait choisi cette entreprise en raison de ses prix compétitifs. Alors John DiFronzo a-t-il abandonné ses activités au sein de la Outfit pour se concentrer sur une entreprise légale ? Pas vraiment, encore il y a peu, il fut filmé à la sortie d’une pizzeria détenue par Marco D’Amico un membre imminent de la Outfit de Chicago. Interrogé sur sa présence suspecte dans ce restaurant, Joseph DiFronzo s’efforça de dire aux journalistes, que cela n’était que pur hasard et qu’il ne connaissait pas le propriétaire des lieux.

Lire la suite

UN MEMBRE DE LA FAMILLE "PERSICO" DERRIERE LES BARREAUX

3 Juin 2014, 05:00am

Publié par Xav + A.S

UN MEMBRE DE LA FAMILLE "PERSICO" DERRIERE LES BARREAUX

Les Perscico, une famille entièrement dévouée à la Cosa Nostra et en particulier à la famille Colombo. Il y d’abord le patriarche, le Parrain actuel, Carmine « The Snake » Persico, qui depuis sa condamnation à la prison à perpétuité en 1986, dirige la famille Colombo de la prison fédérale de Butner en Caroline du Nord. Il y a son frère, Théodore Persico Sr, un capitaine réputé de la famille Colombo, qui vient de sortir de prison en 2013, après avoir passé la plus grande partie de sa vie derrière les barreaux. Son deuxième frère, Alphonse Persico, était lui un membre « dévoué » de la famille Colombo, qui fut pendant un temps Underboss, avant de mourir d’un cancer du larynx dans le centre médical pour les prisonniers fédéraux à Springfield dans le Missouri en 1989. Ce dernier venait d’être condamné à une peine de vingt cinq ans de prison pour extorsion de fond en 1987. Il y a le fils de Carmine Perscico, Alphonse « Allie Boy » Persico, qui fut pendant quelques années Acting Boss de la famille Colombo, et qui purge depuis 2007, une peine de prison à perpétuité dans le pénitencier fédéral de Coleman dans l’Etat de Floride pour le meurtre de William Cutolo. Michael Persico est le deuxième fils de Carmine Persico. Michael a toujours été considéré pendant des années comme le « bon fils de la famille », éloigné des activités criminelles de son père et de son frère et se refusant de devenir un membre initié de la famille Colombo. Michael Persico, faisait plus penser à un chef d’entreprise, gagnant sa vie légalement, mais d’après le FBI, ce dernier aurait donné une grande partie de son argent, lors de la guerre interne qui éclata dans la famille au début des années 1990, pour « soutenir » la faction Perscico. Un membre légendaire de la famille Colombo, John « Sonny » Franzese, avait été enregistré il y a quelques années par un informateur, en déclarant que : « Michael ne doit pas être un Affranchi, il fait un autre travail pour nous ». Après ces déclarations, a pression qu’exerça le FBI sur Michael Persico était devenue de plus en plus forte, il était maintenant accusé par la justice Américaine, de racket fédéral, mais aussi, d’avoir participé au meurtre de Joseph Scopo en 1993. Mais son absence de casier judiciaire plaida en sa faveur, et avant l’ouverture de son procès, il accepta de plaider coupable en 2012, d’une seule charge de racket fédéral, il devrait être condamné très prochainement à une peine maximale de quarante six mois de prison. Mais en début de semaine, c’était au tour du fils de Théodore Perscico Sr, de faire parler de lui dans les médias Américains. Theodore « Skinny Teddy » Persico Jr est lui aussi devenu depuis plusieurs années un membre initié de la famille Colombo. Considéré par le FBI, comme un individu extrêmement dangereux, une « tête brulée», qui n’hésite pas à recourir à la violence pour obtenir ce qu’il veut. Une façon de fonctionner qui l’entraina à passé une grande partie de sa vie d’adulte derrière les barreaux. Dans plusieurs enregistrements, on pouvait l’entendre « réclamer » à ses Associés une liste des personnes que la famille Colombo soupçonnait de « coopérer avec la justice » : « Je n’ai rien à perdre, je peux devenir fou vous savez. Ils (le gouvernement et le FBI) peuvent me faire quoi ?, me mettre en prison ?, je n’ai pas de femme, je n’ai pas d’enfant, je n’ai rien à perdre. » avait-il déclaré. Arrêté en 2010, il fut accusé d’avoir commandité plusieurs meurtres, dont celui de Joseph Scopo en 1993. Au début des années 1990, Théodore Perscio purgait une peine de prison dans un pénitencier fédéral et reçu une autorisation de sortie de quelques heures pour assister aux funérailles de sa grand-mère. Plusieurs membres de la famille Colombo étaient réunis au salon funéraire Scarpaci à Bensonhurst. A l’intérieur, Théodore Perscio arriva menotté, accompagné de trois gardiens de prison, ce qui n’empêcha pas ce dernier de faire passer des messages à plusieurs de ses Associés. Après avoir prié quelques minutes près du corps de sa grand-mère, Théodore Perscio Jr s’assit et d’après un ancien Soldat de la famille Colombo qui décida de coopérer avec le FBI, Anthony Russo, profita de cette occasion pour ordonner le meurtre de Joseph Scopo. La conversation à voix basse étant hors de portée des gardiens qui le « surveillaient » : « Vous allez voir Joey pour mettre fin à cette guerre » aurait-il déclaré, plusieurs mois plus tard, Joseph Scopo était abattu devant son domicile, mettant fin à la guerre interne qui avait éclatée dans la famille Colombo entre la faction menée par Vittorio « Little Vict » Orena et celle de Carmine Persico. Face à tant de preuves, Théodore Perscio décida de plaider coupable et la juge fédérale Sandra Townes, qui venait de condamner un ancien Capitaine de la famille Gambino à la prison à perpétuité, fut intransigeante et condamna le Soldat de la famille Colombo à près de douze ans dans un pénitencier fédéral : « Je vous assure, que je ferai de mon mieux pour ne plus me retrouver devant vous. » déclara Théodore Perscio Jr après le verdict.

Lire la suite

BARTOLOMEO VERNACE CONDAMNE A LA PRISON A PERPETUITE

31 Mai 2014, 08:00am

Publié par Xav + A.S

BARTOLOMEO VERNACE CONDAMNE A LA PRISON A PERPETUITE

Il aura fallu attendre plus de trente ans pour que le meurtrier de deux individus assassinés dans un bar à New-York, le 11 Avril 1981, ne soit condamné à la prison à perpétuité. Cette nuit là, Frank Ricardi et une femme étaient en train de boire un verre tranquillement Un homme arriva et accidentellement renversa son verre sur la robe de sa compagne, ce qui mit immédiatement en fureur l’Associé de la famille Gambino. Pour empêcher une bagarre quasi-certaine, John D'Agnese, un des propriétaires, demanda gentiment à Frank Ricardi de sortir, ce qu’il fit difficilement, mais en jurant devant tout le monde qu’il allait revenir pour régler ses comptes. Quelques minutes, plus tard, trois individus armés, rentrèrent dans le ShamRock's Bar et tirèrent à plusieurs reprises sur les deux propriétaires John D'Agnese et Richard Godkin. Malgré les nombreux témoins présents dce soir là, la justice Américaine mit dix sept ans avant d’arrêter et de juger Bartolomeo Vernace (voir photo à gauche), un membre initié de la famille Gambino, soupçonné depuis des années comme étant un des tireurs cette nuit là. Lors de procès, deux individus étaient prêts à témoigner. Le premier se rétracta en arrivant à la barre des témoins, en déclarant tout simplement qu’il « ne savait plus » si Bartolomeo Vernace était bien le tireur cette nuit là. Plus tard, il déclarera aux journalistes : « Deux hommes sont morts pour une histoire de verre renversé, c’est normal d’avoir peur non ? ». Le deuxième témoin aurait du être Linda Gotti, la nièce du célèbre Parrain de la famille Gambino John Gotti et ancienne petite amie de John D’Agenese, mais en refusant à la dernière minute elle aussi de venir témoigner dans le tribunal, Bartolomeo Vernace fut acquitté de ce double meurtre. Connu sous les pseudonymes de « Bobby Glasses », « Pepe » et « John Canova », Bartolomeo Vernace, devint de plus en plus actif dans la famille Gambino en gérant ses affaires depuis un café à Cooper Avenue dans le Queens. D’après le FBI, le Capitaine de la famille Gambino, était impliqué dans le vol, le trafic de drogue, les prêts usuraires, et le jeu et engendrait des millions de dollars de bénéfices à la famille Gambino. Sa position au sein de la famille mafieuse était tellement importante, qu'entre 2008 et 2010, il fut un des trois capitaines avec Daniel « Danny » Marino et John Gambino, qui géraient les affaires quotidiennes de la famille Gambino, avant la nomination de Dominick Cefalu comme Parrain officiel. Mais son ascension s’arrêta brusquement le 20 Janvier 2011, quand le FBI l’arrêta de nouveau pour le meurtre de John D'Agnese et Richard Godkin. Incarcéré depuis son arrestation, Bartolomeo Vernace ne parla pas une seule fois avec le FBI et les procureurs fédéraux et refusa même une « offre » de douze ans de prison, si ce dernier acceptait de plaider coupable. Son procès débuta en 2012 et ces cinq semaines furent une formalité pour la justice Américaine, présentant une à une toutes les preuves impliquant Bartolomeo Vernace dans cette fusillade, ce qui permit au jury de déclarer coupable le Capitaine de la famille Gambino du meurtre de John D'Agnese et Richard Godkin. Ces dernières semaines, et quelques jours avant que le verdict contre Bartolomeo Vernace ne soit prononcé, ses avocats déclarèrent que l’acquittement de leur client dans un procès d’appel pouvait être possible, en raison des déclarations faites par Francesco "Frank" Fiordilino, un ancien Associé de la famille Bonanno qui avait témoigné lors du procès contre le Capitaine de la famille Gambino, ce dernier avait déclaré, qu’il avait continué à commettre des crimes alors qu’il était dans le programme de protection des témoins (Cf : Un ancien Associé de la famille Bonanno avoue ses crimes dans le programme de protection des témoins). En attendant, c’est en habit classique de prisonnier, que Bartolomeo Vernace se présenta en début de semaine devant un juge fédéral à New-York pour recevoir son verdict, et c’est sans surprise, qu’il fut condamné à une peine de prison à perpétuité : « Monsieur Vernace a tué notre père, et nous avons jamais oublié » déclara la fille de Richard Godkin, Christine Orsini. Sa voix était encore tremblante, quand elle raconta à la presse, comment un ami de la famille avait sonné chez eux en pleine nui, pour leur dire que son père venait d’être assassiné : « Ma vie a été bouleversé, attendre près de trente trois ans pour avoir un verdict, c’est très long » déclara t’elle. Bartoolomeo Venace refusa de s’exprimer avant l’énoncé du verdict par la juge Sandra Townes et ce sera le seul accusé dans cette affaire à être condamné. Frank Ricardi étant décédé en 2007, alors que le troisième suspect, Ronald Barlin, ne fut jamais inquiété.

Lire la suite

ANNULATION DU PROCES CONTRE ANTHONY NICODEMO

28 Mai 2014, 05:00am

Publié par Xav + A.S

ANNULATION DU PROCES CONTRE ANTHONY NICODEMO

Le discours de l’avocat d’Anthony Nicodemo (voir photo) dans le tribunal, fut jugé « très peu crédible » par les journalistes présents dans la salle. Il faut dire que Brian McMonagle s’efforça pendant plusieurs minutes à expliquer au jury que son client n’était que la victime dans cette affaire, que sa vie, avait basculé à cause d’un individu qui le prit en otage pour s’enfuir d’un meurtre crapuleux, ce 12 Décembre 2012 : « Il n’y a vraiment aucun moyen que le jury puisse croire une histoire pareil » avait déclaré un journaliste à la sortie du tribunal, et pourtant… Alors que la défense s’apprêtait à appeler son premier témoin, le juge fédéral Jeffrey Minehart a tout simplement décidé d’annuler le procès contre le Soldat de la famille de la Philadelphie. La raison ?, deux des jurés ont été exclus par le juge pour des motifs encore inconnus, et au même moment, on apprenait par les médias Américains, que la police de Philadelphie avait décidé d’ouvrir une enquête contre un des individus, et face à cette situation, le juge fédéral décida, avec l’avis des procureurs et de l’avocat de la défense d’annuler le procès, pour le rapporter à une date ultérieure. D’après la police, un des membres de la famille d’Anthony Nicodemo fut interrogé, car selon certaines sources, une conversation de ce dernier avec un membre de sa famille à la sortie de la salle d’audience, avait soulevé plusieurs préoccupations. L’un des jurés exclus dans ce procès, réside actuellement dans le sud de Philadelphie, un lieu à forte densité mafieuse et ou la Cosa Nostra à encore une énorme influence. Cela ne veut pas dire que forcément, cet individu avait été « acheté » dès le départ par des membres de la Cosa Nostra, mais cette conversation a soulevé plusieurs doutes à son sujet. Le juge fédéral, Jeffrey Minehart, n’a pratiquement rien dit sur ce qui venait de se passer, déclarant seulement, qu’une conférence aura lieu le 12 Juin prochain avec les procureurs en charge du dossier et plusieurs pistes étaient étudiées pour renforcer la protection des jurés lors du prochain procès. Les procureurs ont seulement déclaré que la prochaine fois, ils feront appel à six jurés suppléants au lieu de deux précédemment. Le prochain jury pourrait être aussi « séquestré » pendant toute la durée du procès et au pire des cas, les procureurs pourraient demander à juger l’affaire en dehors de la ville de Philadelphie. En attendant, Anthony Nicodemo qui est détenu sans caution possible depuis son arrestation, restera en prison dans l’attente d’un nouveau procès. Depuis quelques jours les procureurs, avaient essayé de démontrer, que même si le Soldat de la famille de Philadelphie n’avait pas « tiré sur la gâchette », il avait au moins participé à cet assassinat, en utilisant sa propre voiture comme véhicule de fuite : « Même s’il n’a pas tiré, il est aussi coupable que lui » avait déclaré le procureur fédéral, faisant référence à plusieurs reprises à Dominic Grande, un Associé de la famille de Philadelphie et ami de longue date d’Anthony Nicodemo, qui ne fut jamais inculpé dans cette affaire. Dernièrement, Brian Zarello, avait fait appel à un médecin légiste, Lissette Vega qui avait démontré que l’ADN d’Anthony Nicodemo et ses empreintes digitales avaient été retrouvées un peu partout dans son véhicule, une preuve qui aurait pu être « suffisante » pour faire condamner définitivement Anthony Nicodemo, mais d’après l’avocat de la défense, il était logique de retrouver ce genre de choses dans son propre véhicule, d’ailleurs l’emprunte digitale de Dominic Grande avait été retrouvée lui aussi sur le capot de la Honda Pilot. La tentative de l’avocat de la défense, de faire passer son client comme la victime dans cette affaire, était la seule solution possible face aux nombreux arguments et preuves développés par les procureurs pendant le procès. La question qui se pose actuellement, est comment va réagir Anthony Nicodemo par la suite ?, va-t-il coopérer ou continuer malgré tout à garder cette même ligne de défense qui pourrait l’entrainer sans nul doute à terminer sa vie derrière les barreaux.

Lire la suite

ET PENDANT CE TEMPS LA...

25 Mai 2014, 05:40am

Publié par Xav + A.S

ET PENDANT CE TEMPS LA...

"PAPA STROUMPH " CONDAMNE A UN AN DE PRISON :

Les lettres des différents prêtres de New-York et celle de l’ancien Sénateur du New-Jersey, Henry McNamara (Cf : Un Associé de la famille Genovese veut éviter la prison), n’auront pas suffi pour faire éviter la prison à Carmine "Papa Smurf" Franco (voir photo) un Associé de la famille Genovese, ce dernier fut condamné à un an et un jour dans une prison fédérale. Le juge fédéral Kevin Castel déclara lors de son verdict, que Carmine Franco, qui a un lourd passif avec la Cosa Nostra, avait volé et menacé avec l’aide de ses associés, plusieurs de ses concurrents, avec pour seul objectif, avoir le monopole sur le traitement des ordures dans l’État du New-Jersey. Même si ce dernier ne stipula qu’aucune preuve prouvait l’existence d’éventuelles menaces envers les différents clients que pouvait « gérer » Carmine Franco, sa relation de longue date avec la famille Genovese pouvait prétendre le contraire. En acceptant de plaider coupable, Carmine Franco, ne risquait plus "que" trois ans dans une prison fédérale, sa peine fut considérablement réduite par le juge, en raison des nombreux problèmes de santé dont souffre l’Associé de la famille Genovese. Carmine Franco aura passé pratiquement toute sa vie à travailler dans le domaine des déchets dans les États de New-York et du New-Jersey, avec pour seul but, enrichir la famille Genovese. Mais en raison de ses nombreuses condamnations, la justice Américaine avait interdit à l’Associé de la famille Genovese de continuer d'exercer toute activité dans le traitement des ordures. Par ailleurs, son travail en tant que bénévole dans plusieurs églises, avaient permis à Carmine Franco de se donner une image d’une personne « généreuse », prêt à aider les plus « démunis », mais cela n’aura pas suffit pour éviter une nouvelle fois la prison. Arrêté en Janvier 2013 avec plusieurs membres de la Cosa Nostra, dans une grande opération menée par le FBI, et avant que ce dernier ne plaide coupable, Carmine Franco pouvait être condamné à la base à près de vingt ans de prison, c’est pour cela que l’avocat de Carmine Franco, Michael Critchley, déclara que le verdict était : « Juste et équitable ».

ET PENDANT CE TEMPS LA...

UN CAPITAINE DE LA FAMILLE LUCCHESE ARRÊTE :

Quand on parle d'Avellino, on pense directement à la série "The Sopranos", qui est la ville d’origine des parents de Tony Soprano, mais quand on parle d’Avellino aux agents du FBI à New-York, la plupart répondront d'office Salvatore Avellino, un Capitaine réputé de la famille Lucchese qui purgea près de 13 ans de prison de 1993 à 2006 pour plusieurs délits. Mais, il y aussi son "jeune" frère, Carmine Avellino (voir photo), un peu moins connu du gouvernement fédéral, même si ce dernier purgea près de dix ans et demi de prison, pour avoir participé à l’assassinat de deux éboueurs à Long Island en 1994, il est depuis des années lui aussi un Capitaine de la famille Lucchese. Le vieux mafieux qui est aujourd’hui âgé de 70 ans, a été arrêté par le FBI la semaine dernière pour avoir demandé à deux de ses Associés de « frapper un vieil homme » qui lui devait près de 100000 dollars venant de plusieurs prêts. Cette arrestation fut possible grâce aux nombreux enregistrements vidéos et téléphoniques orchestré par le FBI pas ces derniers mois, mais en 2010. Alors pourquoi avoir attendu quatre ans pour procéder à l’arrestation du Capitaine de la famille Lucchese à son domicile ?, une interrogation que son avocat, Scott Leemon a encore du mal à comprendre : « Ces allégations contre mon client remontent à pus de quatre ans. Pourquoi ils (le FBI) ne l’ont pas arrêté avec les autres accusés il y a de cela quelques années ». Encore plus surprenant, les deux Associés qui ont menacé l’individu en question, Michael et Daniel Capra ont été tous les deux arrêtés en Septembre dernier. Michael Capra, qui pour éviter de croupir en prison, avait demandé à sa femme de mentir aux agents du FBI, en prétextant que le jour ou il avait menacé la victime supposée, il était chez lui à son domicile de Long Island. Mais cette dernière s'embrouilla très rapidement face aux procureurs, qui ne tardèrent pas à la faire inculper d'entrave à la justice. Quant à Carmine Avellino, le juge fédéral en charge de cette affaire, demanda une caution d’un million de dollars à l’accusé en échange de sa liberté, une somme que le Capitaine de la Cosa Nostra, accepta sans sourciller. Carmine Avellino qui risque jusqu’à vingt ans de prison s’il est reconnu coupable, et sous surveillance électronique et doit rentrer chez lui au plus tard à 19 heures, sous peine d’être incarcéré en attendant son procès.

ET PENDANT CE TEMPS LA...

L'ANCIEN ACTING BOSS DE LA FAMILLE COLOMBO RÉCLAME SES AFFAIRES A LA JUSTICE :

Acting Boss de la famille Colombo de 2008 à 2009, et condamné à dix neuf ans d’emprisonnement pour trafic de drogue, racket, extorsion de fonds et prêt usuraire, Ralph DeLeo (voir photo) continue malgré tout à faire parler de lui. En début du mois, il demanda une requête à un juge fédéral de Somerville, lui demandant tout simplement de pouvoir récupérer ses effets personnels, confisqué par le FBI lors de son arrestation en 2009, incluant des couteaux, des albums, un ordinateur, plusieurs milliers de dollars en petite monnaie, des montres et même un fusil à plomb. Autant de choses que Ralph DeLeo voudrait récupérer, pour surement améliorer son confort en prison, en vendant une partie de ses objets. Et du confort il lui en faudra pour espérer survivre dans des conditions aussi extrêmes qu'une prison de haute sécurité aux États-Unis, mais ce dernier qui a déjà passé plus de la moitié de sa vie derrière les barreaux, ne semble pas tellement inquiet sur son sort. Purgeant sa peine dans la prison fédérale de haute sécurité à Butner en Caroline du Nord avec Carmine « The Snake » Percisco l’actuel Parrain de la famille Colombo, sa date de libération est prévu pour Octobre 2025, il aura alors 82 ans.

ET PENDANT CE TEMPS LA...

LE NEVEU DE MARTIN SCORSESE ARRÊTE POUR TRAFIC DE DROGUE :

Le neveu du légendaire réalisateur Martin Scorsese, a été arrêté pour avoir essayé de vendre de l’héroïne à des policiers en civil. Frank Scorsese (voir photo), âgé de 39 ans, et le fils du frère ainé de Martin Scorsese, célèbre pour avoir réalisé des films comme, « Les Affranchis », « Casino » et encore récemment « The Wolf Of Wall Street ». Frank Scorsese vendait directement de l’héroïne et plusieurs médicaments, dans l’atelier de carrosserie ou il travaillait, dénommé « Fix It Auto » à New-York. Le propriétaire du garage en question, John Santillo 55 ans et son épouse Lori Santillo 57 ans ont eux aussi été arrêtés par la police. Ces derniers ont été vus à au moins une reprise par des policiers en civil, en train de donner des médicaments à Frank Scorsese, pour que ce denier puisse les revendre aux différents clients du garage. De plus, la perquisition dans les bureaux, ont permis de trouver près de soixante douze enveloppes contenant quelques grammes d’héroïne qui étaient cachés dans la veste de John Santillo. La fouille de la maison avait permis quand à elle de récupérer de la drogue en grande quantité et huit armes à feux planquées dans une armoire. John Poppe, l’avocat de Frank Scorsese, déclara que le vrai coupable dans cette affaire, le vrai « loup » n’était autre que John Santillo, qui fut libéré sous caution, après avoir payé près de 76000 dollars. Mais le problème, est que Frank Scorsese était déjà connu des autorités pour ce genre de délits. En Mars dernier, il avait été libéré de prison, après avoir y avoir passé trente jours pour possession illégale d’armes à feux et de stupéfiant, alors qu’il circulait en voiture dans les rues de New-York. Roulant sans permis de conduire, lors de son arrestation, il en avait profité pour agresser les agents de police.

Lire la suite

UN ANCIEN ASSOCIE DE LA FAMILLE BONANNO AVOUE SES CRIMES DANS LE PROGRAMME DE PROTECTION DES TEMOINS

24 Mai 2014, 08:30am

Publié par Xav + A.S

UN ANCIEN ASSOCIE DE LA FAMILLE BONANNO AVOUE SES CRIMES DANS LE PROGRAMME DE PROTECTION DES TEMOINS

Un ancien Associé de la famille Bonanno, Francesco "Frank" Fiordilino, a réussi la semaine dernière à faire regretter le gouvernement fédéral de lui avoir donné sa chance de commencer une nouvelle vie dans le programme de protection des témoins. Une vie dévouée au crime, pour cet individu d'origine Italienne et comme pour la plupart d'entre eux qui se lancent dans le crime organisé, être un "Affranchi", est le rêve de toute une vie. Et pour prouver aux membres de la famille Bonanno que ce dernier était prêt à « tuer pour la famille, pour la Cosa Nostra », il participa à l’assassinat d’un trafiquant de drogue, Thomas Sajn, qui fut tué en 1993 à New-York. Mais malgré ses connections avec la famille Bonanno (son oncle, Franck « Cheech » Navarro était un membre initié de la famille mafieuse), Francesco Fiordilino, n’a jamais réussi à devenir un membre à part entière de la famille Bonanno. Inculpé en 2002 pour le meurtre de Thomas Sajn, l’Associé de la Mafia, oublia très vite les règles élémentaires d’adhésion à la Cosa Nostra, en décidant de collaborer avec la justice dans sa lutte contre les cinq familles de New-York. Pendant plusieurs années, il aida cette dernière en témoignant contre des anciens membres de différentes familles, dont en 2004 dans le procès contre son ancien Boss, Joseph Massino. A l’ouverture du procès de l’ancien Parrain, il avait déclaré à la presse : « Je suis totalement en paix avec moi-même d’avoir témoigné contre mes anciens Associés. Je ne suis plus obligé de mentir, de tricher, ou faire semblant d’être quelqu’un ». Jugeant sa participation au meurtre de Thomas Sajn comme « lâche », il avait accusé les membres de la Cosa Nostra de vivre dans un monde « de mensonge, de cupidité et de destruction. Je n’ai jamais vu de loyauté et de respect dans la Cosa Nostra. Je pourrai parler pendant des heures, en racontant comment les membres entre eux s’insultaient les uns les autres autour d’une table. Je suis bien content que cela soit derrière moi. » En récompense de sa précieuse collaboration, le procureur fédéral Greg Andres, qui fut un moment « condamné à mort » par la famille Bonanno, avait demandé à ce que ce dernier soit libéré de prison pour avoir contribué efficacement à la lutte du gouvernement fédéral contre la Cosa Nosta aux États-Unis. Mais même en étant rentré dans le programme de protection des témoins, Francesco Fiordilino, devait continuer à venir témoigner dans des procès contre des membres du crime organisé. Ce fut le cas, en 2006 dans le procès contre Baldassare « Baldo » Amato (voir photo), un membre très respecté de la famille Bonanno, que Francesco Fiordilino connaissait très bien. Baldassare Amato est une figure du crime organisé à New-York. Arrivé aux États-Unis de Castellamare Del Golfo à l’âge de dix huit ans, il devint rapidement quelqu’un de confiance dans la Mafia Italienne et fut pendant des années, le garde du corps personnel de Carmine Galante, Boss de la famille Bonanno dans les années 1970. Quand ce dernier fut tué le 12 Juillet 1979, dans le restaurant « Joe and Mary's », Baldassare Amato alors âgé de seulement vingt sept ans était présent et avait pu « miraculeusement » se sauver avant l’arrivée de la police. Pour les procureurs fédéraux, Baldassare Amato a passé l’essentiel de sa vie d’adulte dans la Cosa Nostra, un homme à fort caractère, qui parle avec un accent très prononcé. Même si ce dernier ne dépassa jamais le rang de Soldat, il était extrêmement apprécié dans la famille Bonanno, car il faisait parti des membres d’origine Sicilienne, qui respectaient le plus les « valeurs » de la Cosa Nostra, alors que la plupart des membres nés aux États-Unis décidaient de collaborer, les Siciliens, respectaient l'omerta jusqu'au bout. Et les « Zips » comme ils étaient surnommés, étaient craints et respectés, car ils étaient prêt à tout, à tuer des juges, des policiers et même la famille des membres ayant décidé de coopérer avec la justice. En 2006, alors que le procès de Baldassare Amato pour meurtre avait commencé dans un tribunal fédéral à New-York, Francesco Fiordilino devait être un des témoins vedette. Mais face à Baldassare Amato, l’ancien Associé de la famille Bonanno, prit peur et refusa un instant de témoigner contre ce dernier : « Votre honneur, je ne peux pas témoigner » avait-il déclaré. Surpris, le juge fédéral Nicholas Garaufis habitué à siéger face aux membres de la Cosa Nostra, demanda pour quelle raison, Francesco Fiordilino, ne voulait pas venir à la barre des témoins : « Je ne témoigne pas c'est tout ». Finalement, après avoir parlé avec le procureur fédéral, Francesco Fiordilino décida finalement de témoigner contre Baldassare Amato, jugeant tout simplement qu’il était tout simplement « nerveux », car le Soldat de la famille Bonanno connaissait très bien la famille de Francesco Fiordilino et qu’il serait capable de s’en prendre à eux. Finalement son témoignage fut crucial, car Baldassare Amato fut condamné à plusieurs peines de prison à perpétuité, qu’il purge actuellement dans un pénitencier fédéral. Retour en 2013, un membre de la famille Gambino, Bartolomeo Vernace, qui a fit parti d’une équipe composée de trois capitaines, dirigeant la famille Gambino de 2008 à 2010, fut reconnu coupable des meurtres de Richard Godkin et John D'Agnese le 11 avril 1981 au ShamRock's Bar dans le Queen. Pendant ce procès, le témoignage de Francesco Fiordilino fut jugé « essentiel » par les procureurs fédéraux, mais ce que ces derniers ne savaient pas, c’est que l’ancien Associé de la famille Bonanno, venait d’avouer après le procès, des crimes commis, alors qu’il était dans le programme de protection des témoins. Les avocats de Bartolomeo Vernace, Charles Carnesi et Joseph DiBenedetto, saisirent l’occasion pour demander à la cours, de rejuger tout simplement leur client, prétextant que le témoignage de Francesco Fiordilino ne peut pas être jugé crédible en raison de ses activités criminelles révélées il y a quelques semaines et si le juge fédéral décide de retenter un nouveau procès, alors, Bartolomeo Vernace, à des chances d’être acquitté dans cette affaire. Car la culpabilité de l’ancien Capitaine de la famille Gambino était due en grande partie grâce au témoignage de Francesco Fiordilino qui fut jugé très crédible car ce dernier était devenu d’après les procureurs « un citoyen modèle » depuis qu’il a quitté sa vie dans la Cosa Nostra, ce qui avait beaucoup influencé le jury lors de son apparition à la barre des témoins. Mais en réalité, et depuis son intégration dans le programme de protection des témoins, l’Associé de la famille Bonanno continuait a gagner de l’argent grâce aux jeux. Il avait expliqué aux procureurs, qu’il avait continué à gagner de l’argent illégalement pour « rembourser ses dettes » auprès de ses anciens Associés, car il « craignait pour sa vie. »

Lire la suite