Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

LA TENTATIVE D'ASSASSINAT D'UN CHEF MAFIEUX DE L'ONTARIO COMMANDITÉ PAR LES FAMILLES DE LA COSA NOSTRA ?

4 Mai 2019, 16:22pm

Publié par Xav

Pat Musitano
Pat Musitano

Le 25 Avril dernier, Pat « Fat Pat » Musitano, chef d’une faction mafieuse affiliée à la Ndrangheta basée à Hamilton dans l’Ontario, fut victime d'une tentative d'assassinat devant le bureau de son avocat. Au vu des tensions actuelles et plus particulièrement dans la région de l’Ontario, ou trois factions mafieuses, les Luppino, les Papalia et les Musitano se disputent ce territoire, on pourrait penser qu’une guerre entre faction a lieu actuellement dans un seul but, prendre le pouvoir. Mais en raison des arrestations récentes dans la famille de Buffalo, dont Giuseppe Violi et son frère Domenico qui se sont exilés  à Hamilton après l'assassinat de leur père Paolo, la question que tout le monde se pose est « Les familles de la Cosa Nostra peuvent-elles être derrière cette tentative d'assassinat ? ». Le premier, qui aurait refusé une intronisation dans la famille Bonanno, purge actuellement une peine de seize années de prison pour trafic de cocaïne et de fentanyl suite à l’opération « Otremens ». Le Second, fraichement nommé Underboss de la famille de Buffalo, fut arrêté dans une opération conjointe lancée par le FBI et la GRC, la police Canadienne, des inculpations qui permirent d’entendre par la suite des enregistrements effectués par un informateur du gouvernement, un Soldat de la famille Bonanno, Vincent Morena. Le scénario le plus envisageable serait que les familles Luppino et Papalia, rivales de la famille Musitano et affiliées avec des familles de la Cosa Nostra, seraient à l’origine de cet assassinat. Une théorie plus que probable, mais l’ordre d’exécuter Pat Musitano serait-il venu de New-York ? de la famille Bonanno ?, qui a toujours eu un pied-à-terre au Canada ou de la famille Buffalo ? Petit retour en arrière. En Septembre 2017, Vincent Morena qui avait décidé de collaborer avec les autorités après une arrestation pour trafic de cocaïne, fut intronisé dans la famille Bonanno. Ce jour là, sur le territoire Canadien, le Capitaine Damiano Zummo, initia sans le vouloir un informateur du gouvernement dans les rangs de la famille Bonanno. La cérémonie en elle même fut assez anecdotique, loin des rites d'intronisation voulus et souhaités par cette organisation criminelle. Mais en étant devenu un Soldat de la Cosa Nostra, Vincent Morena avait une facilité d'accès envers les autres membres qui était beaucoup plus facile, les gangsters se dévoilant plus facilement devant un membre fait de leur organisation, que devant un simple Associé. Ces enregistrements furent capitaux pour les autorités Américaines et Canadiennes, qui comprirent rapidement que la famille de Buffalo, qu’elle pensait défunte, était toujours bien active et pire encore, qu’elle s’était renforcée. Rapidement, Vincent Morena interrogea Domenico Violi sur la situation actuelle de la famille Musitano ou quelques mois auparavant, Angelo Musitano avait été abattu devant son domicile. Domenico Violi certifia que le meurtre d’Angelo Musitano était un « message pour Pat », pour lui démontrer que désormais, ses jours étaient comptés. Il ajouta par la même occasion, « qu’avant Noël », Pat Musitano serait « parti », sous-entendait, être assassiné. Ces enregistrement ont prouvé aux autorités, que la famille Bonanno avait une relation assez particulière avec la famille de Buffalo, désormais gérée par Joseph Todaro Jr. Alors même si ce dernier se défend farouchement d’être le Parrain d’une famille de la Cosa Nostra, il est clair que la famille de Buffalo a toujours eu des liens très étroits avec la famille Luppino et il serait possible qu’elle aurait aidé cette dernière pour planter les derniers clous au cercueil de la famille Musitano. La famille Bonanno, a quant-à elle, toujours eu des liens historiques avec le Canada, en particulier avec la famille Rizzuto, ou son ancien Parrain, Vito Rizzuto était un membre intronisé des Bonanno. Depuis, son influence sur ce territoire à certes diminué, mais une intronisation d’un membre de la famille Bonanno sur le sol Canadien pourrait démontrer par la suite, que les Bonanno veulent contribuer à la reconstruction de certains business, en soutenant cette fois-ci, des membres de factions affiliés à la Ndrangheta.

Lire la suite

PEINE CONFIRMÉE POUR VINCENT ASARO

28 Avril 2019, 07:43am

Publié par Xav

Vincent Asaro
Vincent Asaro

La deuxième cour d’appel du circuit de Manhattan a confirmé la peine de huit années de prison pour incendie volontaire pour le Capitaine de la famille Bonanno, Vincent Asaro. En Juin 2017, ce dernier avait pour la première fois de sa longue carrière criminelle, décidé de plaider coupable pour éviter de terminer sa vie derrière les barreaux. Devant la juge fédérale, Vincent Asaro, bras croisés, avait déclaré : « J’ai demandé à une personne de bruler sa voiture, J’ai pris des dispositions pour que mon ordre soit effectué ». Cette mise en scène avait fortement déplu à Vincent Asaro, mais pour son avocate, il était nécessaire que le Capitaine de la famille Bonanno puisse reconnaitre ses crimes pour éviter une longue peine de prison. Mais lors du verdict, la juge fédérale décida d’accepter cet accord de plaidoyer, mais aussi de prendre en compte une partie des remarques des procureurs fédéraux, qui demandaient que la juge puisse utiliser, lors de son verdict, l’ensemble du passé criminel de Vincent Asaro. Les procureurs qui étaient encore énervés d'avoir perdu un procès contre le Capitaine de la famille Bonanno quelques mois auparavant, avaient souligné dans leur rapport final, que Vincent Asaro avait participé au fameux casse dit de la Lufthansa et même si ce dernier avait été déclaré non-coupable lors de cette affaire. Furieux, les avocats de Vincent Asaro avaient stipulé par la suite que : « Même si le jury avait décidé d’acquitter Monsieur Asaro de toutes les charges retenues contre lui, la juge fédérale a remis en cause catégoriquement la véracité et la crédibilité des jurés présents lors de ce procès ». La peine maximale pour un incendie volontaire est de cinq à six années de prison. En acceptant de plaider coupable, Vincent Asaro espérait pouvoir sortir du tribunal en homme libre, pensant que la juge allait prendre compte ses mois de détention depuis son inculpation. Les avocats de la défense ont donc fait appel de ce verdict, mais le panel de trois juges a conclu que le jugement rendu en 2017 contre le Capitaine de la famille Bonanno était « juste » et que la juge avait bien fait de citer des crimes antérieurs dans la prononciation de son verdict. Car même si ces délits n’ont pas été commis personnellement par Vincent Asaro, ils ont été orchestrés par plusieurs de ses Associés : « Ces anciennes infractions ont néanmoins éclairé la juge pour confirmer que Vincent Asaro était un individu dangereux pour notre société et pour notre communauté » déclarèrent les juges dans leur rapport. Revenant sur son dernier crime, l’incendie volontaire d’un véhicule appartenant à un individu qui lui aurait coupé la route dans les rues de New-York, les juges stipulèrent que ce : « crime n’était pas simplement un accès de colère incontrôlé, mais un exemple de la capacité de Vincent Asaro à exercer son pouvoir dans ce monde souterrain pour intimider et nuire des citoyens respectueux de la loi ». Vincent Asaro est actuellement incarcéré dans la prison fédérale de sécurité moyenne de Loretto dans l’État de la Pennsylvanie, sa date de sortie est prévue le 22 mai 2022, il aura alors quatre vingt sept ans.

Lire la suite

LE NOUVEAU CONSIGLIERE DE LA FAMILLE GAMBINO EST ...

20 Avril 2019, 06:45am

Publié par Xav

Michael Paradiso
Michael Paradiso

Un mois à peine après le meurtre de Francesco « Franky Boy » Cali, assassiné visiblement par un déséquilibré qui flirtait avec sa propre nièce, la famille Gambino n’a pas perdu de temps et aurait nommé trois personnes susceptibles de pouvoir gérer les affaires le temps de la nomination d’un nouveau Parrain. Domenico « Italiam Dom » Cefalu et Lorenzo Mannino des membres qui exerçaient déjà une certaine influence dans les différents buisiness de la famille Gambino, ont été confirmés comme faisant partie de cette organe de direction. Mais grande surprise, le troisième homme sélectionné pour prendre la place de Consigliere, serait un Capitaine, connu pour être l’un des seuls gangsters a avoir frappé au visage John Gotti, Michael « Mikey Boy » Paradiso. Né à New-York en 1940, Michael Paradiso fut intronisé dans la Cosa Nostra au début des années 1960. Opérant depuis Brooklyn et le Queens, Michael Paradiso est connu des autorités pour son tempérament violent, mais surtout pour sa « grande gueule » et c’est à cause de cela que le FBI l’inculpa à la fin des années 1980 pour plusieurs meurtres, avec comme témoin principal, son propre frère, Philip Paradiso. En effet, ce dernier l'appelait régulièrement pour parler des affaires concernant la famille Gambino et Michael Paradiso se confiait beaucoup sur sa vie criminelle. Un jour, il fut enregistré en train de se vanter d'avoir participé à plusieurs meurtres à Brooklyn, il sous-entendait avoir tué un associé de la famille Gambino, Frank Morici. Michael Paradiso ne s'entendait pas très bien avec Frank Morici, qu'il accusait régulièrement de « balancer des ragots » sur sa propre famille. En 1978, un soir d'hiver, Frank Morici sortit d'un bar à New-York quand il fut touché de plusieurs balles. Michael Paradiso était fier de raconter à son frère qu'il avait tué pour lui faire plaisir : « Un matin, ils m'ont montré (la famille Gambino) une liste avec les noms d'une dizaine de personnes à exécuter. Je les ai tous tué, à commencé par Frank Morici, que j'ai tué pour toi » déclara t'il à Philip Paradiso qui enregistrait secrètement la conversation. Pendant sa carrière criminelle, Michael Paradiso fut arrêté à plusieurs reprises pour divers délits, comme le trafic de drogue, le détournement de camions, l’extorsion ou encore le prêt usuraire et à chaque fois, il refusa de collaborer avec le FBI. Michael Paradiso avait certes une « grande gueule » mais il savait la boucler devant les autorités. Face à autant de preuves, son procès fut expéditif et Michael Paradiso sera condamné à une peine de dix neuf années de prison, un verdict qu’il acceptera sans broncher. Pendant son incarcération, il sera accepté à plusieurs reprises pour une libération conditionnelle et à chaque fois, Michael Paradiso retourna sur la case prison, pour n’avoir pas respecté les règles imposées par la justice. Finalement, en 2006, avec les remises de peines habituelles, Michael Paradiso alors âgé de soixante six ans, fut libéré de prison et retourna à New-York, pour non pas prendre sa retraite, mais travailler de nouveau pour la famille Gambino. Michael Paradiso avait tendance à parler, à se plaindre et à n’importe qui. C’est une personne qui n’a aucun filtre et peut se confier à un Associé assis à côté de lui, comme un Parrain de la Cosa Nostra. Très rapidement, le FBI enregistra des conversations discriminantes, laissant supposer que Michael Paradiso pouvait rapidement avoir recours à la violence : « Si j'utilise mes mains, je pourrais tuer quelqu'un. Je vais le tuer, je vais le poignarder, je vais lui couper sa putain de gorge. Quand je deviens fou, je suis une personne différente, je n'aime pas être comme ça, mais je pourrais lui arracher sa putain de tête » déclara t’il à un Associé de son équipe. Quelques semaines seulement après sa libération, Michael Paradiso fut une nouvelle fois inculpé d’extorsion et de trafic de drogue. Il faut comprendre que la prison n’a aucun effet dissuasif, laissant supposer par un procureur fédéral que Michael Paradiso était simplement « fou ». Michael Paradiso l’a déjà revendiqué haut et fort qu’il passé de meilleurs moments derrière les barreaux qu’avec sa propre famille. Un soir, alors qu’il recevait sa fille et son mari, il lui déclara que son beau-fils lui manquait de « respect » tout en continuant, furieux : « J'ai effectué 19 années en prison avec des « nègres » et j'ai passé des meilleurs Thanksgiving et fêtes de Noël avec eux. Tu sais pourquoi ? parce ce que à chaque fois, ton putain de mari à une mauvaise attitude envers moi et un jour je vais lui tirer dans sa putain de tête. Et tu sais quoi ? tu vas tellement me rendre fou, que je vais te tuer aussi ». Finalement, Michael Paradiso sera condamné à cinq années de prison et comme à son habitude, à sa sortie, il retournera dans les rues de New-York, travailler pour la famille Gambino. ibéré de prison en 2011, Michael Paradiso a curieusement végéter sous le radar du gouvernement fédéral. A sa sortie de prison la direction de la famille ayant changée, Michael Paradiso a sans nul doute revu son comportement, en évitant de se faire remarquer par les autorités. Condamné à plusieurs reprises pour trafic de drogue, Michael Paradiso avait été sanctionné et rétrogradé en Soldat pendant son incarcération, mais selon le FBI, Michael Paradiso avait repris ses galons de Capitaine et était devenu un personnage important depuis quelques temps. La famille Gambino sait pertinemment que Michael Paradiso a su prouver sa valeur à la Cosa Nostra, en passant près de vingt cinq années derrière les barreaux et son respect accumulé pendant toutes ces années d’incarcération a du jouer dans la balance.

Lire la suite

VINCENT ESPOSITO FILS DE VINCENT GIGANTE VIENT DE PLAIDER COUPABLE

12 Avril 2019, 07:43am

Publié par Xav

Vincent Esposito
Vincent Esposito

Vincent Esposito, fils de l’ancien Parrain de la famille Genovese, Vincent « The Chin » Gigante, vient de plaider coupable cette semaine devant un un juge fédéral, pour des accusations de racket. Selon le procureur de New-York, Vincent Esposito a « reconnu », qu’il avait gagné « des millions de dollars avec d’autres membres de la famille Genovese, en extorquant ou en exigeant des pots de vins à des individus ou à des structures, en utilisant la menace et la peur comme arme principale ». Le directeur adjoint du FBI pour la ville de New-York, déclara par la même occasion, que « Vincent Esposito avait utilisé différents stratagèmes pour extorquer des paiements annuels à des responsables syndicaux, en les menaçant de leur faire perdre leur emploi s’ils ne cédaient pas aux chantages des membres de la famille Genovese ». Encore très actif dans le domaine de la construction, les familles de la Cosa Nostra utilisent encore à l'heure actuelle leur influence, pour extorquer des centaines de millions de dollars par an aux organisations syndicales de ce secteur, qui sont pour la plupart, déjà sous la coupe de familles mafieuses. Les sommes engendrées dans ce buisiness sont colossales. Vincent Esposito qui n’a pas été identifié formellement comme un membre intronisé de la famille Genovese, aurait utilisé une équipe d’Associés pour demander des commissions venant d’investissement syndicaux, représentant des centaines de milliers de dollars par mois. Lors de son arrestation l'année dernière, les agents du FBI avaient perquisitionné son domicile et retrouvé près de 3,8 millions de dollars en liquide, une arme à feux non répertoriée, des coups de poings américain, ainsi qu’une liste de membres intronisés de la famille Genovese. Les co-accusés dans cette affaire, Frank Cognera et Vincent D’Acunto, considérés comme des représentants syndicaux, mais aussi identifiés comme des Associés de longue date de la famille Genovese, ont décidé eux aussi de passer le même accord. Après son arrestation, Vincent Esposito fut incarcéré quelques semaines au Métropolitan Center. Par la suite, un juge fédéral décidera de le libéré sous caution mais à certaines conditions. La première bien entendu, est l’interdiction pour ce dernier de côtoyer les membres de la Cosa Nostra. La deuxième est l’obligation de payer sous caution près de 9,8 millions de dollars soutenu par une hypothèque de la maison de sa propre mère située dans l’Upper East Side dans l’arrondissement de Manhattan. La dernière condition est l’embauche au frais de Vincent Esposito, d’un agent de surveillance armé, recruté, afin d’empêcher toute sorties non autorisées du membre de la famille Genovese, qui sera détenu à domicile. De plus, le juge a exigé que la maison de la mère de Vincent Espositio soit équipée de caméras de surveillance pour permettre aux agents fédéraux de pouvoir visionner à tout moment, les moindres fais et gestes du mafieux, un coût estimé à près de cinq cent milles dollars. Le procès de Vincent Esposito aurait dû commencer au mois de Juin, avant ce surprenant retournement de situation et cet accord de plaidoyer. Le principal témoin dans cette affaire n’était autre que le fils de sa demi-sœur, un ancien dirigeant syndical corrompu, qui en savait peut-être un peu trop sur les business actuels de Vincent Esposito. Ce dernier sera condamné en Juillet prochain et l’accord de plaidoyer effectué avec les procureurs fédéraux, prévoit une peine maximale de trente mois de prison dans un pénitencier fédéral, mais dans ce genre d'accord, seul le juge à le dernier mot et peut décider de suivre ou non, les directives des procureurs. Pour la petite anecdote, Vincent Esposito devient le deuxième fils de Vincent Gigante à décider de plaider coupable. Le premier, Andrew Gigante avait utilisé le même procédé en 2003 et fut condamné à deux ans de prison. 

Lire la suite

ALFONSO D'ARCO ANCIEN ACTING BOSS DE LA FAMILLE LUCCHESE VIENT DE DÉCÉDER - PARTIE 3

6 Avril 2019, 16:19pm

Publié par Xav

Alfonso D'Arco
Alfonso D'Arco

Après avoir manqué l’assassinat de Peter Chiodo, Alfonso D’Arco avait été un peu mis sur la touche. De sa cellule, Vittorio Amuso était furieux etdécidera d’encadrer la direction de la famille, en demandant à Steven « Wonderboy » Crea, Salvatore « Sal » Avellino et à Frank « Big Frank » Lastorino d’assister Alfonso D’Arco dans ses taches quotidiennes. Ce dernier accepta cette réorganisation sans bronché, mais une convocation dans une chambre de l’hôtel Kimberly pour une réunion d’urgence, laissa Alfonso D’Arco perplexe sur les intentions réelles de Vittorio Amuso et d’Anthony Casso. Frank Lastorino et Salvatore Avellino étaient présents ainsi que le Soldat Mike DeSantis, qui curieusement portait un gilet pare-balle. De plus, Alfonso D’Arco remarqua qu’une arme avait été déposée dans la salle de bain à proximité des protagonistes, qui au fil des minutes, devenaient de plus en plus nerveux. Alfonso D’Arco connaissait ses mises en scène par cœur. Il avait participé à plusieurs assassinats pour le compte de la famille Lucchese et il était persuadé qu’il venait de tomber dans un guet-apens. Frank Lastorino faisait des aller-retours sans cesse dans la chambre, laissant penser qu’il attendait quelqu’un ou le bon moment pour passer à l’acte. De plus Frank Lastorino ne quittait pas des yeux Alfonso D’Arco et quand il passait devant la salle de bain, son regard se portait de plus en plus sur l’arme posée sur un meuble, laissant présagé à Alfonso D’Arco, que celui qui allait se munir du pistolet allait le descendre. Dans un instinct de survit, Alfonso D’Arco s’échappa de la chambre, prit l’ascenseur le plus proche et quitta l’hôtel le plus rapidement possible. Pour la première fois de sa vie, Alfonso D’Arco avait peur. Il savait que le duo Amuso/Casso étaient prêts

Frank lastorino
Frank Lastorino

à tuer des civils pour éviter les poursuites judiciaires et l’Acting Boss de la famille Lucchese voulait mettre sa famille à l’abri. Désormais, il voulait mettre hors d’état de nuire ce couple paranoïaque et la seule solution était de rompre son serment d’allégeance à la Cosa Nostra et de collaborer pour la première fois de sa longue carrière criminelle avec les autorités fédérales. Son témoignage fut capital, précieux voire impressionnant. Nullement impressionné, Alfonso D’Arco témoignera lors du procès de Vittorio Amuso. Calmement, l’ancien Acting Boss de la famille Lucchese raconta dans les moindres détails la folie meurtrière de Vittorio Amuso et d’Anthony Casso. Il déclara comment le Parrain de la famille Lucchese avait déclaré la guerre à sa faction du New-Jersey, qui était gérée à cette époque par le Capitaine, Anthony « Tumac » Accetturo. Vittorio Amuso réclamait 50 % des recettes de l’équipage du New-Jersey. Après le refus d’Anthony Accetturo, ce dernier sera rétrogradé au rang de Soldat et le reste des membres convoqués, dans le sous-sol d’une maison de Brooklyn pour être informé de la nouvelle chaine de commandement. Mais les mafieux du New-Jersey refuseront cette invitation, pensant que cette réunion allait se terminer par un traquenard. Vittorio Amuso enragé par ce manque de respect, décidera d’assassiner tous les membres de cette faction, en utilisant avec cette fameuse phrase « Whack Jersey ». Le procès de Vittorio Amuso dura près d’un mois, mais il fallut sept heures seulement aux jurés pour déclarer coupable le Parrain de la famille Lucchese et le faire condamner à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle. Alfonso D’Arco viendra aussi par la suite témoigner contre Anthony Casso. L’ancien Acting Boss de la famille Lucchese attendait ce procès avec impatience, il avait hâte de faire enfermer Anthony Casso pour de bon. En plus de son témoignage, il y avait aussi celui de Peter Chiodo, qui était devenu un témoin fédéral et qui était désormais prêt physiquement pour planter le dernier clou dans le cercueil d’Anthony Casso. Face aux preuves accumulées et face à la collaboration de deux anciens membres de la famille Lucchese, Anthony Casso décidera lui aussi de rompre son serment allégeance à la Cosa Nostra et de coopérer avec les procureurs fédéraux. Mais contrairement à Alfonso D’Arco et Peter Chiodo, qui avaient décidé définitevement de tourner la page sur leur passé criminel, Anthony Casso profitait encore de son statut pour berner les autorités et faire du trafic en prison. Face à ce comportement, l’ancien Underboss de la famille Lucchese sera exclu du programme de protection des témoins et condamné à plusieurs centaines d’années de prison. Alfonso D’Arco continuera quant-à lui à venir collaborer différents procès contre des membres de la Cosa Nostra. Témoin exemplaire, il terminera sa vie dans le programme de protection des témoins avec sa famille, loin de New-York.

Lire la suite

ALFONSO D'ARCO ANCIEN ACTING BOSS DE LA FAMILLE LUCCHESE VIENT DE DÉCÉDER - PARTIE 2

30 Mars 2019, 17:40pm

Publié par Xav

C’était une époque instable. Le duo Amuso/Casso respectivement Boss et Underboss faisaient régner la terreur dans la famille Lucchese. La moindre suspicion pouvait entrainer un contrat et personne n’était épargné. La première cible fut Michael Pappadio. Ce dernier n’était pas n’importe qui, c’était un Capitaine très puissant, gagnant près d’un million de dollars par an dans le racket des vêtements. Possédant une résidence de plus de deux millions de dollars dans le Queens, des appartements à New-York et même dans l'État de la Floride, Michael Pappadio était un peu jalousé par la direction dont Anthony Casso qui le soupçonnait de ne verser que le strict minimum sur ses business et pire encore de collaborer avec les autorités. Une première réunion houleuse avait eu lieu entre Anthony Casso et Michael Pappadino en présence de Vittorio Amuso. Refusant de céder ses affaires, le Capitaine de la famille Lucchese avait fini par claquer la porte. Sans aucune preuve formelle sur une éventuelle collaboration, Vittorio Amuso décidera de placer un contrat sur sa tête, qui sera confié à Alfonso D’Arco. Michael Pappadio fut emmené dans la boulangerie de Salvatore Avellino, un autre Capitaine de la famille Lucchese. Une fois à l’intérieur, Michael Pappadio fut frappé

Michael Pappadio
Michael Pappadio

à plusieurs reprises par Alfonso D’Arco et George Zapolla. Il aura fallu plusieurs balles avant que Michael Pappadio qui avait une carrure assez imposante, ne flanche et ne tombe à terre. Anthony Casso était rentré dans une forme de paranoïa extrême et voyait des membres collaboraient de tous les côtés. En 1989, Vittorio Amuso et Anthony Casso se fixèrent sur Anthony DiLapi. Ce dernier était un Capitaine originaire du Bronx et comme Michael Pappadio très actif dans l’industrie vestimentaire. Respecté et apportant énormément d’argent à la famille Lucchese, Anthony DiLapi faisait parti intégrante de cette organisation criminelle sous Anthony Corallo, qui l’avait aidé à prendre plusieurs rackets dans la ville de New-York. Le problème est qu’Anthony DiLapi était originaire du Bronx et le couple Casso/Amuso, se méfiaient de quiconque appartenant à cette

Anthony DiLapi
Anthony DiLapi

faction. Se sentant menacé, Anthony DiLapi déménagea sur la côte Ouest Américaine, à Los Angeles. Ce déménagement non autorisé par la direction de la famille Lucchese convainc Vittorio Amuso de lancer un contrat sur sa tête, qu’il confia alors à Alfonso D’Arco. Avec l’aide de deux détectivités corrompus du NYPD, Stephen Caracappa et Louis Eppolito, Alphonso D’Arco localisa le domicile d’Anthony DiLapi. Après des journées de surveillance et pour éviter de se faire repérer, Alfonso D’Arco demanda alors à son fils, Joseph de faire ses « os », d’exécuter un contrat pour le compte de la famille Lucchese. L’assassinat d’Anthony DiLapi fera la une des journaux Américains et la photo de ce meurtre restera dans les anales de la Cosa Nostra. Son corps sera retrouvé sur le dos, criblé de plusieurs balles dans le corps. Comme son père auparavant, Joseph D’Arco avait tué pour la famille Lucchese. La prochaine cible fut Bruno Facciolo. Ce dernier était lui aussi un Capitaine, un proche de l’équipe Vario, de Paul et de son frère Peter. Il aurait été l'un des protagonistes dans l'assassinat de Thomas DiSimone, un célèbre Associé de la famille Lucchese rendu célèbre pour son interprétation de Joe Pesci dans le film de de Martin Scorsese, Goofellas. Stephen Caracappa et Louis Eppolito  avaient certifié à Anthony Casso que Bruno Facciolo commençait à collaborer avec les autorités. Le contrat fut une nouvelle fois confié à Alfonso D’Arco, mais ce dernier qui connaissait personnellement Bruno Facciolo, le sous-traita à Louis Daidone. Le but était d’attirer Bruno Facciolo qui était devenu méfiant et très faible physiquement et lui mettre un canari mort dans sa boucher pour laisser passer un message. Bruno Facciolo fut attiré dans un garage détenu par Louis

Bruno Facciolo
Bruno Facciolo

Daidone, mais avant de rentrer à l’intérieur, Bruno Facciolo essaya de s’échapper avant de se faire rattraper de force. Ce dernier sera poignardé à plusieurs reprises avant de faire se faire tirer dessus, Bruno Facciolo était devenu la huitième personne assassinée de la famille Lucchese en même pas dix huit mois et à l’instar des individus précédente, il s’avéra par la suite que Bruno Facciolo ne collaborait pas avec les services de police. L’affaire « Windows Case » lancée par les procureurs fédéraux au début des années 1990 chamboula fortement les familles de la Cosa Nostra. Après le procès dit de la Commission en 1985, les procureurs fédéraux s’était aperçus, après des années d'enquête, que les cinq familles de New-York, utilisaient un syndicat corrompu pour l’obtention d’un contrat de près de 150 millions de dollars pour le changement des fenêtres. Le principal syndicat qui régissait certains aspects des logements de New-York était la Housing Authority, qui à cette époque était complètement infiltré par quatre des cinq familles de New-York. Ce contrôle quasi totale leur permettait de toucher en moyenne entre un et deux dollars pour chaque remplacement de fenêtre. Dans la famille Lucchese, les accusés furent Vittorio Amuso, Anthony Casso, qui décideront de devenir des fugitifs pour éviter leur

Peter Chiodo
Peter Chiodo

arrestation et Peter Chiodo. Pour passer les messages et les directives aux membres de la famille, Vittorio Amuso nommera Alfonso D’Arco comme Acting Boss, mais cette nomination ne sera que temporaire. Malgré leur statut de fugitif le couple Amuso/Casso continuait à faire régner la terreur à distance. Relâché sous caution en attendant son procès, Peter Chiodo continua ses activités au sein de la famille Lucchese, mais il n’en fallut pas plus à Vittorio Amuso et Anthony Casso pour penser que leur Capitaine allait décider de collaborer avec la justice. Le 08 Mai 1991, Peter Chiodo était en train de faire réparer sa voiture dans un garage de Staten-Island, c’était en milieu d’après midi, quand une voiture avec deux individus à l’intérieur commencèrent à tirer sur Peter Chiodo, le touchant à douze reprises, aux bras, aux jambes et au torse. Grâce à sa corpulence, Peter Chiodo s'en sorti miraculeusement. Furieux, Vittorio Amuso et Anthony Casso engagèrent une autre équipe de tueurs pour « terminer le travail », mais la surveillance policière à l’hôpital était très importante, empêchant les mafieux de la famille Lucchese d’exécuter le contrat. Alfonso D’Arco qui avait supervisé cette tentative de meurtre, fut convoqué à l’hôtel Kimberly pour une réunion d’urgence, nous étions en Septembre 1991. 

Lire la suite

ALFONSO D'ARCO ANCIEN ACTING BOSS DE LA FAMILLE LUCCHESE VIENT DE DÉCÉDER - PARTIE 1

30 Mars 2019, 08:25am

Publié par Xav

Alfonso D'Arco
Alfonso D'Arco

Alfonso « Little Al » D’Arco, ancien Acting Boss de la famille Lucchese, vient de décéder, il avait quatre vingt six ans. Alfonso D’Arco était loin d’être le gangster que l’on pouvait voir dans les films sur la mafia. Il ne buvait pratiquement pas, ne fumait pas et est rester fidèle à sa femme tout au long de sa vie. Vivant son adolescence à Brookyln, il décida de quitter à l’âge de dix neuf ans, son métier de vendeur dans un magasin de friandises pour s’enrôler dans l’armée, avec l’espoir de pouvoir combattre en Corée. Malheureusement pour Alfonso D’Arco son séjour dans l’US Army ne dura que deux ans et de retour dans les rues de Brooklyn, Alfonso D’Arco commença à côtoyer des membres de la Cosa Nostra, en particulier Jimmy Alto, un membre influent de la famille Genovese, qui lui appris les règles élémentaires du milieu. Rapidement, Alfonso D’Arco commença à gagner sa vie grâce aux détournements de camions, l’une de ses spécialités. Apprécié pour sa faculté à ramener de l’argent et pour son refus catégorique de parler aux forces de police, Alfonso commença vite à se faire un nom dans son quartier. Mais après quelques mois d’activité, Alfonso D’Arco fut arrêté une nouvelle fois et condamné à deux semaines de prison pour escroquerie. En prison, Alfonso côtoya Vittorio « Vic » Amuso, qui à cette époque n’avait aucune autorité dans le milieu, mais qui deviendra quelques années plus tard, le Parrain de la famille Lucchese. A sa sortie de prison, son mentor Jimmy Alto, décèdera d’un cancer du poumon et Alfonso D’Arco commença à reprendre les rênes d’un restaurant, dénommé the Greenhouse qu’il renommera par la suite le « At Joey’s », un endroit qui sera fréquenté par des personnalités du crime organisé, comme Thomas « Tommy » Eboli, une figure de la famille Genovese. Alfonso D’Arco essayer de montrer à tout le monde qu’il gagnait sa vie légitimement, mais en réalité son restaurant était une façade, lui permettant de gérer plusieurs activités illégales. C’est à cette époque qu’Alfonso D’Arco commença à côtoyer des membres de la famille Lucchese, dont Paul Vario, un Capitaine réputé, propriétaire lui aussi d’un diner dans Brooklyn. Mais le restaurant d’Alfonso D’Arco était sous surveillance constante de la police et rapidement il décidera de mettre la clé sous la porte. Pour essayer de gagner sa vie et pour rembourser ses dettes, Alfonso D’Arco pris alors contact avec Vittorio Amuso et Gaspipe Casso qui à cette époque, étaient très actifs dans le trafic de drogue. Les deux mafieux lui proposèrent de vendre un kilos d’héroïne pour près de cent cinquante mille dollars, mais cette vente sera finalement annulée après avoir appris que la drogue en question était remplie de caféines. Alfonso D’Arco sera intronisé dans la famille Lucchese en 1982, il avait alors cinquante ans, en même temps que Louis Daidone surnommé « Louie Bagels » un surnom qui lui avait été attribué » car il possédait une entreprise de boulangerie dénommé le « Bagels By The Bay ».  Un an après avoir été intronisé dans la Cosa Nostra, Alfonso D’Arco sera condamné à dix années de prison pour pour possession d’héroïne, dont il purgera quatre ans avant d’être libéré en conditionnelle. A sa sortie de prison, Alfonso D’Arco fut nommé Capitaine et repris ainsi l’équipe de son ancien ami, Paul Vario. A cette époque, les règles de la Cosa Nostra stipulaient qu’un Capitaine fraichement nommé, reprenait l’intégralité des buisiness de la personne qu’il remplaçait : Les biens, les rackets, les prêts, les entreprises. Mais Alfonso D’Arco céda une bonne partie de ses buisiness à la famille de Paul Vario, par respect. En général, un Capitaine gagne beaucoup plus d’argent qu’un simple Soldat et Alfonso D’Arco, avec tout l’argent accumulé depuis des années, revint à son ancienne passion, la restauration, en un nouveau restaurant, la « Donna Rosa ». Grâce à ses contacts avec des producteurs alimentaires, Alfonso D’Arco récupérait les meilleurs ingrédients et au meilleur prix pour son restaurant. Le Capitaine de la famille Lucchese travaillait avec son fils John, un chef cuisinier passionné qui aidait son père pendant les services. Comme auparavant avec At Joey’s, le restaurant d’Alfonso D’Arco ramenait une multitude de personnalités du grand écran, comme Robert De Niro ou politique, comme John Kennedy Jr. Intronisé dans la Cosa Nostra, Alfonso D’Arco n’avait jamais exécuté un contrat, mais lors de son intronisation, ce dernier avait prêté serment de servir et d’utiliser son arme pour le bien de la famille Lucchese. Nous étions en 1988 et la famille était désormais gérée par Vittorio Amuso et Alfonso D’Arco devait régler un problème pour la famille, exécuter un individu récalcitrant.

Lire la suite

QUI PEUT DEVENIR LE NOUVEAU PARRAIN DE LA FAMILLE GAMBINO ?

24 Mars 2019, 09:50am

Publié par Xav

Francesco Cali
Francesco Cali

Le Parrain de la famille Gambino, Francesco « Franky Boy » Cali, a été enterré en début de semaine à Staten-Island, dans une certaine intimité. Les enterrements de membres de la Cosa Nostra sont toujours une occasion pour les services de police du NYPD et pour les agents fédéraux, de mettre à jour leur organigramme en photographiant les mafieux se présentant à la cérémonie. En début de matinée, plusieurs voitures de marques différentes, dont une Maserati Quattroporte, se sont garés devant le Scarpaci Funeral Home, la maison funéraire ou reposait Francesco Cali après son assassinat. Les membres de la famille Gambino avaient préféré se rassembler à l’intérieur du salon funéraire pour présenter leur respect à la famille de Frank Cali et évitant ainsi une exposition auprès des fédéraux. Quelques heures plus tard, Frank Cali fut transporté au cimetière de New Dorp ou il fut enterré dans un luxueux mausolée coutant de près quarante cinq milles dollars, payé intégralement selon le gérant du cimetière, par des membres de la famille Gambino. Cette dernière cérémonie ne rassembla que les membres proches de la famille de Francesco Cali, une douzaine de personnes au maximum, qui se recueillirent en toute intimité, sous les yeux au loin, des agents fédéraux. Désormais la question que tout le monde se pose est : Qui sera le nouveau Parrain de la famille Gambino ?. Sur le papier, Peter « One Eye » Gotti, a toujours le titre honorifique de Boss, mais désormais âgé de soixante dix neuf, souffrant de nombreux problèmes de santé et libérable en 2032, Peter Gotti n’a plus réellement d’influence dans les choix stratégiques de la famille Gambino. Depuis des années, Francesco Cali avait organisé la famille à sa façon. Cloisonnant ses activités, essayant de relancer les relations avec Cosa Nostra en Sicile pour le trafic de drogue et essayant de faire du business sous le radar du gouvernement fédéral. Francesco Cali fit aussi rentrer dans l’organigramme des Gambino, des membres d’origine Sicilienne, des mafieux d’expérience, qui ont su prouver pendant de nombreuses années, leur allégeance à la Cosa Nostra. Une stratégie qui s'avéra payante, car depuis l’Opération Old Bridge en 2008, ou Francesco Cali avait été condamné à un peu plus d’un an de prison, la direction de la famille Gambino ne fut pas réellement inquiétée par les agences gouvernementales. Francesco Cali et son mentor Dominick « Italian Dom » Cefalu, voulait en terminer avec l’ère Gotti. Finir avec les couvertures du Time Magazine. En terminer avec les médias qui à une époque, s’agglutinaient devant les clubs sociaux pour photographier les membres de la Cosa Nostra, Francesco Cali voulaient recentrer les activités criminelles de la famille Gambino vers les rackets historiques de la mafia. A ce jour, il est peu probable que les Siciliens qui gèrent la famille Gambino depuis l’incarcération de Peter Gotti, ne laissent une place aussi importante à un membre d’une autre faction, mais après l’assassinat de Francesco Cali, désormais tout est possible. Voici un petit tour d’horizon des candidats susceptibles d’arriver sur le trone :

 

Lorenzo Mannino
Lorenzo Mannino

Lorenzo Mannino : Capitaine d’un équipage à Brooklyn et proche de Francesco Cali, Lorenzo Mannino, qui est lui aussi d’origine Sicilienne, est connu des autorités pour être un un individu violent et un important trafiquant de drogue. Au début des années 1990, Lorenzo Mannino était un Associé dans l’équipe de John Gambino, un ancien haut dirigeant de cette organisation criminelle, qui à cette époque gérait la faction des Zips. Dans l’argot de la Cosa Nostra, les Zips sont les membres d’origines Sicilienne. Souvent à part, très actifs dans le trafic drogue, les Zips ont aussi la particularité de ne pas respecter à la lettre les règles imposées dans la Cosa Nostra. En 1994, Lorenzo Mannino sera condamné à quinze années de prison pour trafic de drogue et tentative de meurtre. A sa sortie de prison, il sera intronisé dans la famille Gambino et rapidement élevé au rang de Capitaine. Dernièrement, lors de l’opération « Project OTremens » orchestrée par le FBI et la GRC, la Gendarmerie Royale du Canada et visant plusieurs familles de la Cosa Nostra entre le Canada et les Etats-Unis, Lorenzo Mannino était considéré selon certaines écoutes, comme une personnalité de choix dans la famille Gambino pour le trafic de drogue. 

Domenico Cefalu
Domenico Cefalu

 

Domenico «  Italian Dom » Cefalu : Né en Sicile et intronisé sous John Gotti au début des années 1990, Domenico Cefalu a déjà par le passé occupé des postes à responsabilité au sein de la famille Gambino. D’Acting Boss au milieu des années 2000, il avait été considéré comme le nouveau Parrain de la famille Gambino, après l’incarcération de Peter Gotti. Au fil des années, Domenico Cefalu avait laissé sa place à Francesco Cali, préférant se retirer petit à petit des affaires en raison de problèmes de santé. Aujourd’hui, tout à changé. Domenico Cefalu, de part son expérience, est considéré comme le chef de la faction Sicilienne chez les Gambino et pourrait très bien reprendre du service pendant un moment, le temps de retrouver l’homme idéal pour reprendre les rênes.  A noter que son frère, Dominick Cefalu, occuperait actuellement un poste de Capitaine et serait lui aussi, un candidat probable à la succession de Francesco Cali.

 

Daniel Marino
Daniel Marino

Daniel Marino : C’est un peu une figure dans la famille Gambino, avec une carrière criminelle s’étalant sur plusieurs décennies. Daniel Marino a toujours rêvé d’avoir un poste à responsabilité au sein des Gambino, jusqu'à comploter avec un autre Capitaine, James « Jimmy Brown » Failla pour assassiner John Gotti au milieu des années 1980. Après sa sortie de prison au début des années 2000, Daniel Marino intègrera par la suite un panel de décision au côté de John Gambino et Bartolomeo Vernace. Mais cette prise de pouvoir fut temporaire et Daniel Marino sera de nouveau inculpé et condamné après avoir plaidé coupable de racket et d’extorsion. Libéré d’un pénitencier fédéral au en 2014, Daniel Marino aurait repris le contrôle d’une équipe de Soldats à Brooklyn.

 

Nicholas Corozzo
Nicholas Corozzo

Nicholas « Little Nick » Corozzo : Identifié comme un Capitaine, Nicholas Corozzo a toujours eu une seule obsession, prendre le contrôle de la famille Gambino. Après l’opération Old Bridge, Nicholas Corrozo fut inculpé à deux reprises pour des histoires de meurtre et de racket. Pour éviter la justice, ce dernier devint un fugitif pendant près de quatre mois avant de se rendre aux autorités, accompagné de son avocat. Plaidant coupable, il sera condamné en Février 2008 à treize années de prison, une peine qu’il purgea pendant un moment au pénitencier fédéral de Supermax dans l’État du Colorado, avant d’être transféré dans une prison de plus faible sécurité, à Allenwood dans l’État de la Pennsylvanie. Libérable en Mars 2020, Nicholas Corozzo sera certes âgé de quatre vingt ans, mais pourrait représenter un candidat probable à la succession de Francesco Cali. A noter que son frère, Joseph « Jo Jo » Corozzo, a occupé pendant des années le poste de Consigliere.

Lire la suite

LES AVOCATS D'ANTHONY COMELLO VONT-ILS PLAIDER LA FOLIE ?

22 Mars 2019, 17:29pm

Publié par Xav

Anthony Comello
Anthony Comello

Lors des premières heures de son interrogatoire, Anthony Comello avoua rapidement avoir assassiné le Parrain de la famille Gambino, Francesco « Franky Boy » Cali, mais dès l’arrivée de son avocat, ce dernier changea radicalement de comportement et devint de plus en plus énigmatique. D’après les rapports de police, le meurtre de Frank Cali ressemblerait plus au film Roméo et Juliette qu’au légendaire film de Martin Scorsese Goodfellas. Anthony Comello était amoureux et entretenait une liaison avec la nièce de Frank Cali. Mais pour le Parrain de la famille Gambino, cette romance ne pouvait se faire et cela pour plusieurs raisons. Frank Cali n’aimait pas tellement le mode de vie d'Anthony Comello : Il travaillait dans la construction, n’avait pas de casier judiciaire, mais pire encore, il était psychologiquement instable et accro à différentes drogues. Alors que Francesco Cali essayait depuis plusieurs années, avec l’aide des Inzerillo, de relancer le trafic de drogue entre la famille Gambino et Cosa Nostra en Sicile, Frank Cali n’acceptait pas dans sa propre famille des toxicomanes. Après avoir été interrogé par les enquêteurs, Anthony Comello fut transféré dans une prison dans le nord de l’État du New-Jersey, dans le comté d’Ocean, à l’isolement, pour sa sécurité. Pour avoir assassiné un Parrain de la Cosa Nostra, Anthony Pomelo sera marqué très certainnement au « fer rouge » et la famille Gambino attend surement l’incarcération définitive d’Anthony Comello dans une prison d’État à New-York pour essayer d’intenter à sa vie. A l’isolement et avec l’obligation de passer des examens psychiatriques, Anthony Comello aura pendant son incarcération une épée de Damoclès au dessus de sa tête. Forcément, les prisons aux Etats-Unis ne sont pas remplies de membres de la Cosa Nostra, mais ces derniers peuvent très bien sous-traiter des contrats à des gangs de rue, comme les Bloods ou les Crips, qui représentent quant-à eux une part non-négligeable de la population carcérale. Les autorités sont aussi conscientes que la famille d’Anthony Comello pourrait être aussi le nouveau souffre douleur de la famille Gambino, mais les règles dans la Cosa Nostra stipulent bien que la famille d’un mafieux ne doit pas être mêlée aux affaires sauf que. Sauf qu’il y a quelques années, John Gotti, Parrain de la famille Gambino, avait décidé de faire assassiner John Favara, son voisin, qui avait renversé accidentellement et mortellement, le fils du Parrain de la famille Gambino, Frank. Après avoir reçu des menaces verbales et physiques, John Favara avait décidé pour lui et pour la sécurité de sa famille, de déménager d’Howard Beach, mais il sera finalement kidnappé un soir de Juillet, en rentrant du travail, son corps ne sera jamais retrouvé. Lors de sa comparution, Anthony Comello leva sa main à plusieurs reprises pour laisser apparaître sur sa main droite, des inscriptions « Pro Trump », un comportement étrange, mais tellement habituel pour ses amis : « Il avait un compte Instagram secret. Il avait l’habitude de publier des choses sur Trump et contre les Démocrates » déclara l’un de ses amis. Anthony Pomelo aurait aussi utilisé les réseaux sociaux pour se filmer devant les maisons du maire de New-York, Bill De Blasio, et du gouverneur de cet État, Andrew Cuomo, les incitant à sortir de chez eux, un comportement étrange, qui pourra sans nul doute servir à la défense pour justifier de sa folie. Pourtant le NYPD aurait eu une occasion de l’arrêter il y a moins d’un mois, quand Anthony Comello s’était présenté dans le tribunal fédéral de Manhattan pour demander l’arrestation de plusieurs élus Démocrates. Les policiers présents, l’avaient fait fuir, mais Anthony Comello évitera une inculpation. Pour ses amis, Anthony Comello n’était pas tout « seul dans sa tête », tout en précisant : « C’est triste, c’est une question de temps avant qu’il soit retrouvé mort en prison ».

Lire la suite

L'ASSASSINAT DU PARRAIN DE LA FAMILLE GAMBINO NE SERAIT PAS LIÉ À LA COSA NOSTRA

17 Mars 2019, 08:46am

Publié par Xav

Anthony Comello
Anthony Comello

Les enquêteurs en sont désormais persuadés, l’assassinat du Parrain de la famille Gambino, Francesco « Franky Boy » Cali, ne serait pas lié aux activités criminelles de la Cosa Nostra. Quelques heures après le crime, les policiers du NYPD avaient pu récupérer des empruntes de doigts sur la plaque d’immatriculation du véhicule de Frank Cali. Des empruntes digitales qui mèneront directement à un individu dénommé Anthony Comello, domicilié à Staten-Island, mais qui sera finalement arrêté dans l’État du New-Jersey, dans la ville de Brick Township. Agé de vingt quatre ans, Anthony Comello vit avec ses parents et travaille dans divers chantiers de constructions dans l’État du New-Jersey. Interrogé toute la journée par les détectives en charge de cette enquête, Anthony Comello fut incarcéré en fin de journée dans une prison du New-Jersey, en attendant un nouvel interrogatoire qui pourrait confirmer les motifs de cet assassinat et une future extradition prévue à New-York pour répondre à des accusations de meurtre au premier degré. A la base, cet assassinat avait ravivé l’idée qu’une guerre entre famille venait d’éclater, trente quatre ans après l’assassinat du Parrain de la famille Gambino, Paul « Big Paulie » Castellano. En réalité, le vrai motif serait tout autre et se baserait uniquement sur une histoire d’amour entre la nièce de Frank Cali et Anthony Comello, une romance que le Parrain de la famille Gambino avait décider d’arrêter. Anthony Comello, qui n’appartient à aucune organisation criminelle, aurait été scandalisé par cette décision et aurait décidé d’assassiner Frank Cali par vengeance. Le soir de ce meurtre, la famille de Frank Cali ainsi que sa nièce étaient présentes au domicile du Parrain de la famille Gambino pour le repas familial. Anthony Comello n’avait aucun casier judiciaire et par le passé, il avait demandé un permis de port d’armes, c’est à partir de ce jour, que ses empruntes furent répertoriés dans la base de données des services de police. Ce meurtre passa du statut du crime parfait à l’amateurisme le plus complet. En effet, dans un geste inhabituel pour meurtre qui aurait pu être lié à des membres de la Cosa Nostra, Anthony Comello, qui ne portait aucune paire de gants, avait ramassé volontairement la plaque d’immatriculation du véhicule à Frank Cali, laissant une bonne partie de ses empruntes. S’enfuyant de la scène de crime, Anthony Pomelo n’avait pas pensé par la même occasion de récupérer cette plaque, qui lui sera finalement fatal : « Anthony Pomelo est pour moi, l’un des assassins les plus stupides de l’histoire de la ville de New-York voire même des Etats-Unis. Sans parler du fait que la victime était le Parrain de la famille Gambino » déclara l’un des détectives en charge de ce dossier. Désormais les policiers vont essayer de comprendre les relations que pouvaient entretenir la famille Comello avec la famille de Frank Cali. Vivant à moins de vingt minutes de route, Anthony Comello vit dans une très belle demeure à Eltingville. Selon les premières constations, Frank Cali n’aurait pas apprécié que Anthony Comello, qui n’a aucune réputation et aucun casier judiciaire, puisse flirter avec sa nièce, pour ce dernier cela était trop suspect. Après cette arrestation, John Gotti Jr, critiqua ouvertement dans la presse les services de police, pour avoir pensé pendant un moment, que son oncle, Gene Gotti, qui a été libéré de prison il y a quelques mois, ait pu orchestrer ce meurtre crapuleux : « Je me demande si les services de police seront assez intelligents pour présenter des excuses ». Dans la soirée, le chef de la police de New-York déclara : « Nous présenterons nos excuses à la famille Gotti, quand cette cette dernière s’excusera auprès des familles de Paul Castellano, d’Edward Lino et de Wilfred Johnson ».

Lire la suite