Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

PROCÈS DE LA FAMILLE BONANNO : LE TÉMOIGNAGE DE STEVEN SABELLA REMIS EN CAUSE PAR LA DÉFENSE

9 Mars 2019, 08:41am

Publié par Xav

John Zancocchio
John Zancocchio

Steven Sabella, un ancien Associé de la famille Bonanno, est venu en début de semaine, apporter son témoignage contre l’un des accusés vedettes de ce procès, le Consigliere, John "Porky" Zancocchio, Au début des années 2010, Steven Sabella gérait plusieurs boites de striptease et côtoyait de temps en temps les membres de la famille Bonanno qui venaient en début ou en fin de soirée, pour y faire la fête ou boire un verre. Steven Sabella était identifié comme un Associé de la famille Bonanno, mais mise à part son supérieur, le Soldat Joseph « Joe Valet » Sabella, un individu qui n’a aucun lien de parenté avec ce dernier, Steven Sabella n’a jamais tellement cotoyé s’était jamais approché des pontes de la famille Bonanno. Un soir, alors que Steven Sabella travaillait dans l’un de ses clubs, John Zancocchio arriva avec Steven Sabella et le Capitaine, Gerard « Jerry » Chili. John Zancocchio était visiblement très énervée et n’appréciait pas tellement l’humour de Steven Sabella. John Zancocchio était selon des proches, contrarié par une rumeur à son encontre qui aurait été propagé par qui ? par Steven Sabella. Au bout d’un moment, et après une nouvelle mauvaise blague sur John Zancocchio ce dernier se retourna vers l’Associé de la famille Bonanno et le frappa dessus à plusieurs reprises. En tant qu’Associé, Steven Sabella, savait pertinemment qu’il était interdit de frapper un membre intronisé de la Cosa Nostra et mise à part se défendre pour éviter les coups, ce dernier ne pouvait pas faire grand chose. Nez ensanglanté, œil au beurre noir, lèvre fendue et des dents ébréchées, Steven Sabella était visiblement mal en point, mais les coups cessèrent quand Gerard Chili empêcha John Zancocchio de frapper l’Associé de la famille Bonanno  sur la têteavec une chaise. Quand le procureur demanda à Steven Sabella ce qu’il pensait de John Zancocchio : « Je ne peux plus le supporter ». Ce dernier ne témoigna pas tout de suite avec les autorités, il savait que dans ce milieu que collaborer avec les autorités, pouvaient mener à de gros problèmes, surtout que Steven Sabella avait des entreprises à gérer. Mais au fil des mois et après cette altercation, l’Associé de la famille Bonanno déclara qu’il avait perdu beaucoup d’argent avec ses différentes affaires et que son activité dans l’usure et les paris sportifs avaient baissé de régime depuis son altercation avec John Zancocchio. La défense essaya de discréditer le plus possible le témoin du gouvernement en déclarant au jury, que Steven Sabella avait spécifié aux autorités, lors de sa coopération, qu’il était dépendant à la cocaïne et qu’il en achetait en moyenne pour près de quatre cent dollars par semaine. Le but de cette manœuvre est particulièrement simple : Convaincre le jury que ce témoignage ne peut être crédible, surtout quand il provient d’un toxicomane. Les avocats s’attardèrent aussi sur les publications insultantes de Steven Sabella sur le profil Facebook de la fille de John Zancocchio. Des insultes, mais aussi des menaces sur l’actuel Consigliere de la famille Bonanno. Les publications ayant eu lieu pendant la coopération de Steven Sabella et quelques jours seulement avant l’ouverture de ce procès, les avocats ont demandé si son accord n’avait pas « été déchiré » face à un tel comportement. La réponse de Steven Sabella fut catégorique : « Non ce ne fut pas le cas ».