Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

PROCÈS DE LA FAMILLE BONANNO : LA DÉFENSE CONTRE-ATTAQUE

1 Mars 2019, 17:32pm

Publié par Xav

Joseph Cammarano Jr
Joseph Cammarano Jr

Les plaidoiries de la défense ont commencé et l’avocate de Joseph Cammarano Jr, n’avait qu’un seul objectif, essayer de casser le mythe de la mafia. L’Acting Boss de la famille Bonanno qui fut exceptionnellement libéré de prison pendant son procès, ne doit pas être jugé en raison de  « son physique provenant d’un film de gangster » déclara son avocate. Cette dernière exhorta les jurés de la cour fédérale de Manhattan, de ne pas croire les « histoires fantaisistes » des procureurs fédéraux et de ses principaux témoins, alors que Joseph Cammarano Jr, paisible, l’écoutait attentivement à la table de la défense : « Il était une fois cette chose que l’on appelé mafia, mais pas aujourd’hui, désormais cela est fini » déclara t’elle, tout en continuant : « Le fait de paraître dans un tribunal habillé comme un gangster, ne fait pas de vous un membre identifié de la mafia. Ne soyez pas distrait, ne laissez pas votre vision que vous avez des films de gangsters, prendre le dessus sur vous ». Habillé d’un costume bleu marine, d’une chemise claire, les cheveux peignés en arrière, Joseph Cammarano pourrait être le portrait craché de de Billy Batts, joué par Frank Vincent dans le film de Martin Scorsese, Goodfellas, sauf que désormais la réalité a rattrapé la fiction. Joseph Cammarano Jr est identifié depuis des années, comme un membre intronisé de la Cosa Nostra, comme son père auparavant, Joseph Cammarano Sr. Inculpé de plusieurs charges fédérales, l’Acting Boss de la famille Bonanno a répondu facilement, à la sortie du tribunal, aux questions des journalistes, lui demandant si ce dernier ressemblait à un gangster : « Non » déclara t’il en rigolant : « Ce n’est pas de ma faute si je porte la carte de l’Italie sur mon visage ». Le discours des procureurs fédéraux est forcément différent. Pour ces derniers, Joseph Cammarano Jr et son acolyte, John « Porky » Zancocchio, identifié quant-à lui, comme l’actuel Consigliere de la famille Bonanno, ont « dirigé une organisation criminelle sophistiquée, qui utilisait l’intimidation, les menaces ou encore la violence pour arriver à leur fin ». Pour justifier de leurs propos, les procureurs fédéraux ont

John Zancocchio
John Zancocchio

commencé à faire appel à leur premier témoin, l’ancien Capitaine, Peter « Pug »

Lovaglio. Ce dernier viendra témoigner pendant plusieurs jours lors de ce procès, pour raconter son passé criminel dans la famille Bonanno. Dès les premières minutes de son interrogatoire, il identifia formellement Joseph Cammarano Jr comme l’actuel Acting Boss de cette organisation criminelle et déclara que sa nomination avait été effectuée dans un garage désaffecté à New-York. Il raconta aussi son long casier judiciaire, y compris ses condamnations pour blanchiments d’argent et fraude boursière. L’avocate de Joseph Cammarano Jr se jeta alors sur l’occasion, pour envoyer les premières salves contre cet ancien renégat : « Monsieur Lovaglio a déjà menti à maintes reprises, il n’est plus crédible », ajoutant que par le passé, il avait déjà aveuglé « un ancien officier à la retraite de la police de New-York ». Pour John Zancocchio cela fut quelque peut différent. Son avocat reconnaît que son client et deux autres individus non identifiés, avaient agressé Steven Sabella, mais c’était en raison des commentaires racistes qu’avaient fait l’objet le petit fils de John Zancocchio sur les réseaux sociaux : « Il ne l’a pas fait pour la famille Bonanno, mais pour la famile Zancocchio. Je peux comprendre que certains d’entre vous, vont penser qu’il n’aurait pas dû frapper cette personne, mais ce n’est pas un délit de racket » déclara son avocat.