Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

patriarca

UN ANCIEN CAPITAINE DE LA FAMILLE PATRIARCA ARRÊTÉ POUR ENTRAVE À LA JUSTICE

3 Juillet 2016, 06:31am

Publié par Xav

UN ANCIEN CAPITAINE DE LA FAMILLE PATRIARCA ARRÊTÉ POUR ENTRAVE À LA JUSTICE

Robert « Bobby » DeLuca (voir photo) était un ancien Capitaine de la famille Patriarca, connu du grand public pour avoir été enregistré lors de sa cérémonie d’intronisation en 1989. Ce jour là, le FBI avait réussi à placer plusieurs micros dans le plafond d’une maison située au 34 Guilde Street à Medford dans le Massachussetts. En 2011, Robert DeLuca disparut du jour au lendemain, sans donner aucune nouvelle. En réalité, ce Capitaine réputé de la famille Patriarca, avait décider de plaider coupable de racket, tout en acceptant de coopérer avec les autorités fédérales. Secrètement, et alors que Robert DeLuca aurait put être un candidat probable de futur Parrain, ce dernier enregistra à plusieurs reprises dans différentes réunions, Luigi « Baby Schacks » Manocchio, qui sera condamné par la suite à cinq ans et demi de prison. Pour sa collaboration, Robert DeLuca sera condamné à une seule journée de prison, une seule journée pour une moitié de vie dévouée à la Cosa Nostra. Mais en réalité, l’ancien Capitaine de la famille Patriarca, n’avait pas tout dévoilé de toutes ses anciennes activités. La semaine dernière, Robert DeLuca, qui était actuellement dans le programme de protection des témoins fut arrêté et accusé d’entrave à la justice et de fausse déclaration dans le meurtre de Steven Disarro, un ancien propriétaire de boite de nuit, assassiné en 1993 par la famille Patriarca. Robert DeLuca qui a brièvement comparu devant un juge fédéral, a été incarcéré sans caution possible, en attendant un procès qui devrait intervenir dans plusieurs mois. L’ancien Capitaine de la famille Patriarca aurait induit en erreur les erreurs dans cette affaire, malgré une clause du contrat, qui stipulait que toute fausse information, pouvait entrainait une rupture entre le FBI et le mafieux, qui est désormais âgé de soixante dix ans. Les restes du corps de Steven Disarro avaient étés découverts, enterrées, sous un complexe d’appartements, appartenant à un Associé de la famille Patriarca, William Ricci. L’acte d’accusation stipula que Steven Dissaro avait acquis The Channel, une boite de nuit que contrôlait la famille Patriarca et en particulier, l’ancien Parrain devenu informateur Francis « Cadillac » Salemme. Malgré le fait que personne ne fut inculpé dans ce meurtre, le FBI avait fortement soupçonné Francis Sallemme d’avoir commandité cet assassinat. Mais lors de son arrestation en 2011, Robert DeLuca nia toute connaissance sur cette disparition. En plus de ce meurtre crapuleux, le FBI s’interroge désormais sur d’autres assassinats non résolus, commandités par la famille Patriarca, dont Robert DeLuca aurait pu avoir avoir connaissance. En 2003, Steven « The Rifleman » Flemmi, ancien proche de l’ancien Boss du Winter Hill Gang, James J. Bulger, qui coopéra avec les autorités fédérales, déclara que Steven Disarro avait été étranglé dans l’ancienne maison de l’ex épouse de Francis Salemme, et que le corps avait été déplacé par la suite avec l’aide de deux Associés de la famille Patriarca. Le problème, est que Steven Flemmi et Francis Salemme quelques années plus tars, déclaront que Robert DeLuca était présent lors de « l’enterrement ». En échange de sa coopération, Francis Salemme purgera seulement cinq années de prison.

Lire la suite

RETOUR À LA CASE PRISON POUR LE CONSIGLIERE DE LA FAMILLE PATRIARCA

23 Avril 2016, 07:10am

Publié par Xav

RETOUR À LA CASE PRISON POUR LE CONSIGLIERE DE LA FAMILLE PATRIARCA

La violence et le meurtre ont toujours été des domaines ou Anthony Parrilo excellait. Ancien garde du corps de stars de cinéma et ancien chauffeur de l’ancien Parrain de la famille Patriarca, Luigi « Baby Schacks » Manocchio (voir photo), c’est ce dernier qui le fera rentrer dans la Cosa Nostra, en le faisant devenir un Associé. Anthony Parillo gravit rapidement les échelons. Sa capacité à récupérer l’argent des mauvais payeurs en fit une personne appréciée dans la famille Patriarca. De plus, Anthony Parrilo à la « gâchette facile ». En 1977, il assassina un Associé de la famille Patriarca, Ronnie Leone et son voisin Rudy Baronet, qui malheureusement pour lui était au mauvais endroit au mauvais moment. Anthony Parrilo en avait plus qu’assez que Ronnie Leone puisse permettre de refuser de distribuer une partie de ses bénéfices à la famille Patriarca. Anthony Parrilo organisa une réunion pour essayer « d’arranger les choses ». En arrivant sur les lieux, Ronnie Leone et son ami Rudy Baronet furent tués de plusieurs balles dans le corps. L’assassinat se déroula chez un Associé d’Anthony Parrillo, Denis Roche, et quand la petite amie du Capitaine de la Cosa Nostra arriva sur les lieux, elle vit le mafieux en train de découper les deux corps tranquillement : « J’espère que tu as l’estomac solide » lui déclara t’il sourire aux lèvres. Quelques années plus tard, Denis Roche sera exécuté, et sa petite amie craignant alors pour sa vie décidera de collaborer avec la justice. Son témoignage fera condamné Anthony Parrilo en 1981 à vingt années de prison pour meurtre, une peine que le Soldat de la famille Patriarca fraichement intronisé dans la Cosa Nostra, acceptera sans broncher. A sa sortie de prison en 2011, Anthony Parrilo, retourna faire son business dans la rue et devint rapidement un membre incontournable dans cette organisation criminelle. A cette époque, la famille Patriarca fut frappée par plusieurs opérations du FBI, qui firent condamnés des membres hauts placés de sa hiérarchie à des peines de prison. Après l’incarcération de son « mentor », Luigi Manocchio pour racket, les frères DiNunzio, Anthony et Carmen ont repris la relève avant d’être à leur tour arrêtés. En 2011, alors qu’Anthony Parrilo venait de sortir de prison, il supervisa l’activité du Club 295, un ancien bar qui appartenait à Luigi Manocchio se situant dans le quartier Italien de Providence. Pendant l’une des soirées, Anthony Parrilo cassa le nez et poignarda un individu qui était en train d’avoir un rapport sexuel avec sa copine dans les toilettes du club. Mais c’est seulement cinq ans après les faits qu’Anthony Parrilo se retrouva devant un tribunal pour répondre aux accusations de tentative de meurtre et d’agression. La première charge fut rejetée par le juge et Anthony Parrilo sera finalement condamné à une peine beaucoup moins longue que prévue, soit cinq ans à purger dans une prison d’État. Agé de soixante cinq ans, il est fort probable que l’actuel Consigliere de la famille Patriarca, continue à sa sortie à travailler activement pour la Cosa Nostra. Une famille qui aura retrouvé alors la plupart de ses membres incarcérés ces dernières années.

Lire la suite

UN NOUVEAU PARRAIN POUR LA FAMILLE PATRIARCA ?

7 Février 2016, 08:35am

Publié par Xav

UN NOUVEAU PARRAIN POUR LA FAMILLE PATRIARCA ?

Louis DiNunzio qui est le fils de l’ancien Acting Boss de la famille Patriarca, Anthony DiNunzio, vient d’être condamné à dix huit mois de prison pour trafic de drogue. Selon le FBI, Louis DiNunizo avait été intronisé dans la famille Patriarca il y a quelques mois et aurait conspiré avec trois Associés, dans la distribution en en grande quantité plusieurs kilos de marijuana entre l’État de la Californie et l’État de du Massachusetts Louis DiNunzio devra se présenter le mois prochain dans une prison fédérale, pour commencer à purger sa peine, en même temps qu’Anthony « Spucky » Spagnolo, ancien Acting Boss, qui avait plaidé coupable d’extorsion le mois dernier. Cette condamnation pour la famille Patriarca est anecdotique, tellement cette dernière est en plein chamboulement ces derniers temps. En effet, selon plusieurs sources judiciaires, elle devrait très prochainement changer de Parrain à la tète de son organisation. L’actuel Boss, est Peter « Crazy Horse » Limone, un gangster de la vieille école, qui a passé pratiquement près de la moitié de sa vie derrière les barreaux pour un meurtre dont il sera finalement acquitté. Mais Peter Limone rencontre actuellement plusieurs soucis de santé et serait rentré dans une préretraite. Mais avant de partir, ce dernier aurait comme objectif, de donner les rênes de la famille, à un membre très influent, qui vient de sortir de prison après avoir purgé plusieurs années pour extorsion, l’ancien Underboss, Carmen « Big Cheese » DiNunzio (voir photo). Carmen DiNunizo a eu un comportement exemplaire pendant son incarcération, mais est toujours lié des contraintes très strictes sur sa liberté surveillée, mais ces contraintes n’empêchent pas du moins ce dernier, d'avancer ses pions. D'après le FBI, l’intronisation récente de deux nouveaux membres, des proches de Carmen DiNunzio dans la famille Patriarca coïnciderait à une prise totale du pouvoir dans les mois qui arrivent. Les deux nouveaux affranchis, Johnny Scarpelli et Salvatore Marino avaient été inculpés avec Carmen DiNunzio dans une affaire de racket fédéral et d’extorsion en 2006. En même temps que ces nouvelles initiations, Carmen DiNunzio aurait promu son ancien chauffeur et garde du corps, Grégory « Fat Greg » Costa au rang de Capitaine, signe que l’ancien Underboss de la famille Patriarca est en train petit à petit de réorganiser à sa guise, les rangs de la famille. « Ce nouveau sang neuf » dans une borgata, qui selon les procureurs va de « mieux en mieux » aurait eu lieu, quelques semaines après la sortie de Carmen DiNunizo d’un pénitencier fédéral. Ces manœuvres orchestrées par « Big Cheese » comme il est très couramment surnommé, a pour but bien entendu de consolider son pouvoir, mais aussi de faciliter le retour de son frère dans les rues de Boston en 2018. Les frères DiNunzio sont devenus des membres à part entière de la Cosa Nostra en 1997 et ont très rapidement gravi un à un les échelons de la pègre, en se mettant sous la protection de l'ancien Parrain désormais à la retraite, Luigi « Baby Cabanes » Manocchio. L’influence des frères DiNunzio est telle que même incarcérés pendant plusieurs années, ces derniers avaient mis une énorme pression auprès de leurs membres, en leur expliquant, que si l’un d’entre eux, essayaient de prendre une partie de leur business pendant leur absence, Anthony DiNunzio se ferait un plaisir de les « enterrer vivant ». Les différents Acting Boss, qui se sont succédés pendant ces dernières années au sein de la famille Patriarca, ont démontré une chose, que les frères DiNunzio avaient beaucoup plus d’influence que le propre Parrain en exercice, Peter Limone. Anthony « Spucky » Spagnolo un proche d’Anthony DiNunzio avait continué avant son inculpation pour extorsion, a gérer les affaires fleurissante de ce dernier dans ce domaine. La famille Patriarca va rentrer dans une nouvelle ère. Cette dernière qui a toujours été dirigée par des membres de la vieille école, pour la plupart étant né en Italie, va se voir dans les prochains mois, se voir dirigée par des mafieux de la deuxième, voire de la troisième génération, marquant alors un tournant dans l’histoire de cette famille, qui a la particularité d’avoir deux factions, l’une à Providence dans le Rhode-Island et une autre à Boston dans l’Etat du Massachusetts.

Lire la suite

LA FAMILLE PATRIARCA RÉORGANISE SES ÉQUIPES

30 Décembre 2015, 08:02am

Publié par Xav

LA FAMILLE PATRIARCA RÉORGANISE SES ÉQUIPES

Quand un membre de la Cosa Nostra est incarcéré, sa hiérarchie peut décider de lui faire perdre ses galons. La semaine dernière, l’Acting Boss de la famille Patriarca , Anthony « Spucky » Spagnolo a plaidé coupable des charges d'extorsion qui étaient retenues contre lui, et sera condamné en Mars prochain au maximum à vingt quatre mois de prison. Anthony Spagnolo avait profité de l'incarcération d'Anthony DiNunzio, actuellement incarcéré, pour occuper le poste d'Acting Boss. En raison de son incarcération, Anthony Spagnolo va être rétrogradé, et laissera sa place à un autre membre expérimenté. Des rumeurs veulent qu’il soit remplacé par Carmen « Big Cheese » DiNunzio, ancien Consigliere, fraichement libéré de prison après avoir purgé près de six années pour racket. Pendant son incarcération, Carmen DiNunzio avait eu selon les services pénitenciers, un « comportement exemplaire ». Mais selon certaines sources, ce dernier qui est encore sous la contrainte d’une liberté surveillée très stricte, ne serait pas enclin à reprendre tout de suite du service. Mais la volonté actuelle de la famille Patriarca est de s’entourer de différents Acting Boss pour « soulager » l’actuel Parrain Peter « Crazy Horse » Limone qui est rentré dans une « semi-retraite » et qui souffrirait de nombreux problèmes de santé. Pour s’apercevoir de la bonne santé d’une famille de la Cosa Nostra, il faut regarder comment cette dernière réagit au moindre chamboulement orchestré dans sa famille. En effet, la famille Patriarca, ne perd pas de temps et veut surement montrer aux yeux de ses concurrents, qui n’espèrent qu’une chose que de reprendre une partie de son territoire, qu’elle est encore en mesure, malgré, une sévère répression du FBI ces dernières années, menant la plupart de ses membres derrière les barreaux, qu’elle sait réorganiser rapidement ses équipes. Une des premières décisions de Carmen DiNunzio sera de profiter de l’absence d’Anthony Spagnolo pour promouvoir au rang de Capitaine, son ancien garde du corps et chauffeur, qui servirait aussi de « collecteur » pour la famille, Gregory Costa. Ce dernier avait été arrêté à la fin des années 2000, avec Carmen DiNunzio dans une affaire de racket fédéral et a purgé quelques années derrière les barreaux. Anthony Spagnolo a toujours été réticent de faire passer Gregory Costa au rang de Capitaine, prétextant qu’il allait attendre la libération de Carmen DiNunzio pour lui en parler de « vive voix », son incarcération va débloquer cette situation. Gregory Costa est un fidèle de Carmen DiNunzio, qu’il considère un peu comme son « fils » et malgré son incarcération, ce dernier n’a jamais pris l’initiative de « trahir » son chef en prenant le contrôle d’une partie de son équipe, cette promotion vient sans doute le récompenser de sa fidélité sans faille. En effet, trahir les frères DiNunzio est chose à ne pas faire dans la famille Patriarca. Avant sa condamnation à six années de prison pour racket en 2012, Anthony DiNunzio avait prévenu les membres de la famille, que celui qui oseraient prendre du « pouvoir » ou une partie de son « business », à lui ou son frère, qu’il prendrait un plaisir non négligeable à les regarder se faire « enterrer vivant ».

Lire la suite

L'ACTING BOSS DE LA FAMILLE PATRIARCA PLAIDE COUPABLE

22 Décembre 2015, 09:11am

Publié par Xav

L'ACTING BOSS DE LA FAMILLE PATRIARCA PLAIDE COUPABLE

En Octobre 2014, l’Acting Boss de la famille Patriarca, Anthony « Spucky » Spagnolo (voir photo), et le Soldat Pryce « Stretch » Quintina étaient arrêtés et accusés par la justice Américaine, d’avoir extorqué pendant plusieurs années une entreprise de fabrication de machines de poker, demandant des milliers de dollars au propriétaire de la société comme signe de protection. D’après les procureurs fédéraux, les membres de la famille Patriarca, avaient chassé volontairement les concurrents de la société qu’ils étaient en train d’extorquer, pour être dans une situation de quasi monopole dans ce domaine. Ces arrestations, intervenaient dans une période assez trouble pour la famille Patriarca. Les frères DiNunzio qui géraient à eux deux les activités criminelles de la famille dans la rue, étaient incarcérés et le Parrain officiel, Peter Limone n’était plus que l’ombre de lui-même. Ce dernier, disposant d’une liberté très limitée pour diriger la famille et commençant à souffrir de plusieurs problèmes de santé, avait décidé depuis quelques années de s’entourer d’Acting Boss. Soupçonné dans plusieurs assassinats, Anthony Spagnolo a su pendant ses nombreuses années au sein de la famille Patriarca, qu'il avait la « carrure » nécessaire pour occuper ce genre de poste. Le jour de leurs arrestations, Anthony Spagnolo et Pryce Quintina avaient été libérés sous caution en attendant un procès, qui au final, ne commencera jamais. En effet, les deux vieux mafieux, qui sont âgés respectivement de soixante treize et soixante quinze ans, et qui se sont présentés la semaine dernière dans un tribunal fédéral, en boitant pour le premier et en portant une prothèse auditive pour le second, ont tous les deux décidé de plaider coupable des charges retenues contre eux. Si le juge fédéral en charge du dossier reste indulgent et accepte cet accord de plaidoyer, Anthony Spagnolo sera condamné au maximum à vingt quatre mois de prison, quant-à Pryce Quintina, il pourrait être incarcéré près de dix huit mois derrière les barreaux, le verdict a été fixé en Mars prochain. Leurs avocats ont essayé une dernière fois devant le juge de démontrer qu’une longue peine d’emprisonnement, pouvait être « fatale » pour les deux accusés. Mais l’un des procureurs fédéraux, présent pendant cette courte audience, démontra le contraire. Pour lui il ne fait aucun doute que leur âge n’a jamais été une « barrière » pour commettre des délits et surtout menacer des individus pour les remettre dans « le droit chemin ». L’une de ses victimes, était le propriétaire d’une entreprise, Consititution Vending Co, qui installait des machines de poker dans des restaurants sous contrôle de la famille Patriarca, à Revere, une petite ville au nord de Boston. Quand la victime reprit cette entreprise en 2004, elle fit comme son prédécesseur, c'est-à-dire, payer « l’impôt de rue » aux mafieux du coin, qui lui assurait selon lui, une protection contre les gangs qui oseraient s’en prendre à son business. Le problème, est qu’une nouvelle entreprise dénommée Moose Lodge, s'installa à proximité et essaya de concurrencer les activités de Consititution Vending Co. L’installation des machines de poker dans les clubs sociaux détenus par la famille Patriarca, a toujours été un business très lucratif pour les mafieux, qui engendrent très facilement des milliers de dollars de bénéfice, sans devoir débourser le moindre dollar aux propriétaires des différentes machines. Lorsque Anthony Spagnolo apprit la nouvelle, il demanda à Pryce Quintina d’aller menacer le chef d’entreprise, qui apeuré, décida finalement de ne pas se lancer dans ce business, géré essentiellement par la famille Patriarca, mais décida de coopérer avec la justice. Lors d'une première audience survenant quelques heures après leurs arrestations,, Pryce Quintina avait nié tout menace physique, et avec Anthony Spagnolo réfutèrent par la même occasion appartenir à la Cosa Nostra.

Lire la suite

LA FIN D'UNE ÉPOQUE POUR LA FAMILLE PATRIARCA

16 Juin 2015, 05:00am

Publié par Xav

LA FIN D'UNE ÉPOQUE POUR LA FAMILLE PATRIARCA

Quand la population de la Nouvelle-Angleterre entendait le nom Angiulo dans les années 1970, il pensait directement à la Cosa Nostra. Gennaro, Donato, Michele et Francesco étaient quatre frères qui ont participé activement aux activités criminelles de la famille Patriarca pendant plusieurs dizaines d’années. Les quatre frères, avaient tous une particularité qui leur était propre. Le leader était incontestablement Gennaro qui en raison de son tempérament sulfureux, donnait ses ordres. Donato surnommé « Danny » par ses amis, étaient un Capitaine de la famille. Michele ou « Mike » était la personne la plus appréciée pour son tempérament charmeur, il était le plus approchable des frères Angiulo. Le dernier, Francesco ou « Frank », était quant-à lui le plus discret, le plus calme aussi. Membre initié de la Cosa Nostra, il était surtout « reconnu » pour ses talents de comptable, mais depuis la semaine dernière, le dernier des frères, Francesco est décédé d’une insuffisance cardiaque à l’âge de quatre vingt quatorze ans, mettant fin à une époque qui aura marqué l’âge d’or dans la famille Patriarca : « Il était comme le dernier des Mohicans » déclara son neveu Jay Gennaro Angiulo, stipulant aussi que son oncle avait vécu toute sa vie dans le North End, sauf pendant sa période d’incarcération dans les années 1980 et 1990. Mais pour ce dernier sa période en prison à plus était une fierté pour Francesco Angiulo. Une fierté d’avoir fait ses quatorze années de prison en ne parlant pas une seule fois et en survivant qui plus est, à un cancer et à une opération du cœur pour sortir avec tout le respect accumulé d’un pénitencier fédéral en 2000. Après ça, Francesco Angiulo continua à conduire ses deux vielles Cadillacs, l’une blanche, l’autre noire et passait le plus clair de son temps assis sur les marches de sa maison, profitant un maximum du soleil, tout en regardant les gens passés dans la rue : « Il a passé tous les obstacles, comme mon père » déclara de nouveau le fils de Gennaro Angiulo « Qui aurait cru qu’ils auraient pu sortir en vie de prison ?. Personne !, et ils sont tous rentrés à la maison » conclu t’il. Car pour la population du quartier de Little Italy, les frères Angiulo, étaient des personnes serviables, qui faisaient respecter l’ordre et la sécurité dans leur quartier. Si vous aviez un problème ? Vous alliez voir l’un des quatre frères et il était très vite réglé. Un soucis d’argent ?, un conflit de voisinage ? Un problème avec un malfrat ?, allez voir les frères Angiulo et ils s’occupaient du reste. Mais pour le FBI, malgré leur façade romanesque, ils étaient des personnes violentes qui ont gagné énormément d’argent grâce aux activités criminelles de la famille Patriarca. Toujours d’après les autorités fédérales, les bookmakers contrôlés par les frères Angiulo, rapportaient au bas mot près de quarante cinq mille dollars de l’époque et cela par jour. Francesco qui a servi dans la marine marchande, a très vite appris le métier de comptable et son talent a servi par la suite à la famille Patriarca. Contrairement à ses trois autres frères, Francesco Angiulo n’a jamais été condamné pour des crimes violents, les voisins de son quartier et même le procureur qui avait inculpé Francesco Angiulo dans les années 1980 en étaient formels, ce dernier était un homme « calme et privé. Il n’a jamais fait de mal à personne », mais le problème est qu’il était impliqué dans les rackets d’une famille les plus violentes des États-Unis. D’après le procureur fédéral Anthony Cardinale, qui avait inculpé les frères Angiulo dans les années 1980, il déclara que ces derniers étaient très différents du célèbre James « Whitey » Burlger, un gangster Irlandais voisin, travaillant à proximité des quatre frères, qui coopérait avec le FBI et qui avait « inondé » selon lui son quartier ou il avait son repère de drogue, alors que les frères Angiulo avaient pour principe que le North End, lieu ou ils avaient leurs affaires soit propre : « Toute la zone qu’ils contrôlaient était sure. Personne n’osait voler une maison ou braquer un magasin alors qu’ils étaient présents » déclara de nouveau Anthony Cardinale. Les frères ont gagné leur argent grâce aux prêts usuraires et aux jeux, mais ils ont comme tout bon membre de la Cosa Nostra, étaient impliqués dans différents assassinats liés à la pègre. En 1981, le FBI posa un miro dans le repère de Gennaro Angiulo, lieu ou il avait ses habitudes. Ce dernier, qui était l’Underboss de la famille Patriarca, fut enregistré en train de se vanter dans plusieurs délits dont des meurtres qui n’avaient pas encore été résolus (Il se révéla par la suite que les gangsters James Bulger et Steven Flemmi avaient donné des informations au FBI sur les endroits ou ils faillaient planquer les micros. Gennaro Angiulo sera condamné en 1986 à près de quarante cinq de prison et sera libéré en 2007 pour des raisons de santé). A la fin des années 2000, le paysage du North End était complètement différent de la grande époque des frères Angiulo. La famille Patriarca avait été très affaiblie par une série d’arrestations, laissant une hiérarchie dirigée par différents Acting Boss, alors que le quartier qui était majoritairement d’origine Italienne à laissé place à une population multiculturelle. Francesco Angiulo continua à rendre visite à son frère Gennaro à sa sortie de prison jusqu'à son décès en 2009. Michele est décédé en 2006 après avoir purgé trois années de prison pour jeux illégaux. Donnato est décédé lui aussi en 2009 après avoir purgé près de onze années de prison pour racket, il avait été libéré en 1997. Dans l’esprit des habitants du North End, qui ont connu les frères Angiulo, ces derniers n’étaient pas des « mauvaises personnes », et ont aidé selon eux « plusieurs habitants ». Pour Francesco, un parent de la famille qui refusa d’être identifié raconta que ce dernier avait fait la même chose pendant près de trente ans, « rien d’illégal, il était juste assis à son bureau et regardait la télé ».

Lire la suite

LA FAMILLE PATRIARCA DANS L'IMPASSE

15 Mai 2015, 05:59am

Publié par Xav

LA FAMILLE PATRIARCA DANS L'IMPASSE

Quand vous prêtez serment d’allégeance à la Cosa Nostra, c’est pour la vie. Normalement, il y a deux solutions possibles pour quitter une famille mafieuse : décider de coopérer avec la justice, se repentir de ses actes criminelles, en espérant que la justice soit clémente et puisse donner une seconde chance au mafieux. La deuxième, quittait sa famille dans un cercueil, en décédant en différentes circonstances. A notre époque, les mentalités ont beaucoup changé dans cette organisation criminelle, certains mafieux peuvent décider à un âge avancé, de prendre leur « retraite », de quitter des fonctions au sein de la Mafia, en essayant désormais de gagner de l’argent dans des affaires légitimes. Mais on ne quitte pas la Cosa Nostra aussi facilement et même si ce genre de décisions peuvent être tolérées par une hiérarchie mafieuse, le membre initié qui décide de stopper sa carrière criminelle, peut être rappelé à tout moment pour diverses raisons, ce dernier sera donc alors dans l’obligation de réagir favorablement aux sollicitations de son « ancienne famille ». Il est rare qu’un membre intronisé de la Cosa Nostra qui décide de mettre des distances avec sa famille mafieuse, puisse couper totalement les ponts avec ses anciens Associés. Généralement, et même si ce dernier ne participe plus aux affaires illégales de sa famille, il peut rester en contact très actif avec la plupart des membres de la Cosa Nostra, pour servir de « conseiller » dans différentes affaires, c’est ce qui arrive actuellement au sein de la famille Patriarca. Cette dernière est dans une situation assez particulière, car elle subit depuis quelques années les attaques répétées de la justice Américaine. L’ancien Parrain Luigi « Baby Cabanes » Manocchio a du démissionner de son poste en 2009, après avoir été condamné à près de cinq ans et demi pour divers rackets. Le Boss actuel Peter « Crazy Horse » Limone qui est âgé de quatre vingt un ans, commence d’après certains spécialistes à ne plus être capable « mentalement » de gérer une famille de la Cosa Nostra. Les différents Acting Boss qui ont été nommés pour « l’épauler », comme Anthony DiNunzio ou encore Anthony Spagnolo ont subi les « foudres » du gouvernement fédéral. Le premier purge une peine de six ans de prison après avoir plaidé coupable en 2012 d’avoir extorqué plusieurs clubs de Striptease dans l’État du Rhodes-Island. Le Second a été arrêté en Octobre dernier pour extorsion. Le frère d’Anthony DiNunzio, Carmen « The Big Cheeze » DiNunzio, vient de quitter une prison fédérale récemment après avoir passé lui aussi près de six années dans un pénitencier fédéral pour des charges d’extorsion. Le problème est que Carmen est sur le coup d’une surveillance très stricte du gouvernement fédéral et doit subir pendant quelques années des contraintes très lourdes sur sa libération surveillée, à la moindre incartade, ce dernier retournera en prison purgeait le reste de sa peine. La famille Patriarca est donc dans l’embarras, elle compte plus d’une trentaine de membres et elle doit avoir des personnes d’expérience à sa tête pour pouvoir gérer toutes les affaires illégales dont elle s’occupe, sous peine de se faire prendre les différents rackets par d’autres organisations criminelles, c’est pour cela qu’elle « rappelle » des membres censés être à la retraite. Vincent « The Animal » Ferrara (voir photo), est un Capitaine de cette famille, âgé de soixante six ans, qui décida de stopper sa carrière criminelle, après avoir purgé près de seize ans de prison pour divers meurtres (Au début, il avait été condamné a près de vingt deux ans après avoir décidé de plaider coupable, mais sa peine fut raccourcie par un juge fédéral, en raison d’une négligence de la part des procureurs qui avaient « oublié » d’admettre que le témoin qui devait témoigner dans son procès avait finalement décidé de se rétracter). Vincent Ferarra, en purgeant plusieurs années dans un pénitencier fédéral en ne dévoilant en aucun cas les secrets de la famille Patriarca, a su démontrer sa valeur et sa décision de quitter les affaires criminelles de la famille fut généralement « acceptée » par la hiérarchie. Mais d’après les agents fédéraux en charge de la famille Patriarca, Vincent Ferrara a assisté ces derniers mois, à des repas avec le Parrain Peter Limone et l’Acting Boss Anthony Spagnolo, non pas pour parler « affaires » mais tout simplement par « respect » de ses anciens Associés de travail. Vincent Ferrara a été initié dans la famille Patriarca au début des années 1980 et à très vite, grâce à l’aide l’ancien Consigliere de l’époque, Joseph « JR » Russo, gravit les échelons de la pègre. A la fin des années 80, une lutte de pouvoir éclata entre deux factions de la famille Patriarca, et Vincent Ferrara fut l'un des principaux acteurs de cette guerre interne. L’Underboss à cette époque, William « Wild Guy » Grasso fut assassiné affaiblissant considérablement le pouvoir du Parrain à cette époque Raymond Patriarca Jr (Le fils de l’emblématique Parrain Raymond Patriarca Sr, sera condamné à huit ans de prison en 1992 et dès sa sortie en 2000, prendra aussi lui aussi sa retraite et s’éloignera des affaires criminelles de la Cosa Nostra). Cette lutte de pouvoir se terminera finalement par les arrestations de Vincent Ferrara et Joseph Russo au début des années 1990 et aboutira à de longue peine de prison.

Lire la suite

LA FAMILLE PATRIARCA EN PLEINE INCERTITUDE

27 Novembre 2014, 06:19am

Publié par Xav

LA FAMILLE PATRIARCA EN PLEINE INCERTITUDE

En 2009, pris dans une affaire de racket, le Parrain de la famille Patriarca, Luigi « Baby Cabanes » Manocchio, avait laissé le pouvoir à Peter Limone (voir photo), mais ce dernier, disposant d’une liberté très limité pour diriger la famille et commençant à souffrir de plusieurs problèmes de santé, décida depuis quelques années de s’entourer d’Acting Boss. Pour lui cette démarche est simple, un membre respecté de la famille, gère les activités sur le terrain, et surveille les intérêts de la famille, le Boss en exercice n’est la que pour prendre les décisions sur son orientation et intervenir en cas de conflit interne. Cette disposition permet aussi de diminuer un peu la pression que peut exercer les agents fédéraux sur l’actuel Parrain. Le gouvernement fédéral disposant de la loi Rico, elle peut faire condamner un membre important d’une famille du crime organisé et le faire incarcérer pour plusieurs années en prison. Le problème est qu’au jour d’aujourd’hui, il ne fait pas très bon d’être un Acting Boss dans la famille Patriarca. Le premier qui fut nommé à ce poste fut Anthony DiNunzio, qui resta à peu près deux ans à ce poste, avant de se faire arrêter et condamner à six ans de prison dans un pénitencier fédéral, pour avoir racketté pendant plusieurs années des boites de striptease dans le Rhode-Island. Son frère Carmen « The CheezeMan » DiNunzio qui occupait le poste de Consigliere, fut lui aussi condamné à six années pour corruption. Suite à ce chamboulement dans la famille, Anthony « Spucky » Spagnolo, un Capitaine respecté de la famille Patriarca, qui avait remplacé au pied levé Anthony DiNunzio, fut arrêté avec le Soldat Pryce « Stretch » Quintina, en Octobre dernier pour extorsion (Cf : L’Acting Boss de la famille Patriarca arrêté pour extorsion). Face à cette situation, Peter Limone se démonta pas et nomma de nouveau, un Capitaine respecté et craint de la famille, Anthony Parrillo . Si ce de dernier est aussi redouté dans la famille Patriarca, c’est en raison de sa dernière condamnation pour un double meurtre dans une affaire de drogue en 1977. Cette année là, il avait assassiné un Associé de la famille Patriarca, Ronnie Leone et son voisin Rudy Baronet, qui malheureusement pour lui était au mauvais endroit au mauvais moment. Ronnie Leone devait pas mal d’argent à Anthony Parrillo sur une affaire de drogue, et l’Associé de la famille Patriarca avait beaucoup de mal à le rembourser. Après plusieurs menaces fait par le mafieux pour obtenir son argent il convoqua Ronnie Leone à une réunion pour essayer d’obtenir un arrangement à l’amiable. Ce genre de phrase, « s’arranger avec quelqu’un », n’est pas dans le vocabulaire d’un membre de la Cosa Nostra, ces derniers, menacent, tuent, pour essayer d’obtenir au final ce qu’ils veulent, vouloir avoir un « arrangement à l’amiable », avec un Associé qui ne veut pas donner une part de ses bénéfices à un membre de la Cosa Nostra dans un trafic, c’est comme « s’allonger devant lui », une chose inacceptable. En arrivant sur les lieux, Ronnie Leone et son ami Rudy Baronet furent tués de plusieurs balles dans le corps. L’assassinat se déroula chez un Associé d’Anthony Parrillo, Denis Roche, et quand la petite amie du Capitaine de la Cosa Nostra arriva sur les lieux, elle vit le mafieux en train de découper les deux corps tranquillement : « J’espère que tu as l’estomac solide » lui déclara t’il sourire aux lèvres. En 1981, Dennis Roche fut tué et Janice Costa, la copine d’Anthony Parrillo craignit immédiatement pour sa vie, en pensant que cet assassinat était lié au double meurtre de Ronnie Leone et Rudy Baronnet et elle décida de collaborer avec la justice. Son témoignage permit de faire condamner Anthony Parillo à une peine de vingt ans de prison pour meurtre, au final il purgea onze années dans une prison fédérale et repris dès sa sortie ses activités au sein de la famille Patriarca. En 2011, il fut accusé par la justice d’avoir harcelé son ex-femme. Il se présenta directement chez elle, rentra dans son jardin, en lui hurlant de sortir de chez elle. Apeurée, et connaissant la notoriété et la violence d’Anthony Parrillo, elle appela la police qui arriva directement sur les lieux pour arrêter le mafieux. Vu son casier judiciaire, il fut tout de suite incarcéré mais libéré plus tard sous caution. Aujourd’hui, Anthony Parrillo arrive à la tête d’une famille qui est en pleine incertitude. Outre les arrestations depuis quelques années des différents Acting Boss, elle doit faire face aussi aux arrestations de Capitaines, qui chamboulent un peu plus son organisation. Récemment, le Soldat, Alfred « Chippy » Scivola a été placée dans une maison de transition fédérale avant sa sortie prévue pour Janvier 2015. Le vieux mafieux qui est âgé de soixante treize ans, avait été condamné à près de trois ans de prison en 2011, pour avoir extorqué plusieurs boîtes de striptease. Plaidant coupable des accusations retenues contre lui, sa peine fut considérablement réduite, mais ce dernier avait admit « travailler » pour la Cosa Nostra et en être un membre initié, une chose contraire à l’omerta, les membres initiés ayant interdiction de révéler leur présence dans cette organisation criminelle. La semaine dernière, Edward « Eddie » Latto qui a été condamné à neuf ans de prison il y a deux ans pour plusieurs charges fédérales, vient d’être de nouveau accusé par la justice Américaine d’avoir été à la tête d’une équipe gagnant de l’argent grâce aux paris sportifs. Transféré de sa prison fédérale ou il purgeait sa peine, à une prison d’État, s’il est reconnu coupable, le Capitaine de la famille Patriarca qui est âgé de soixante sept ans, pourrait terminer sa vie derrière les barreaux.

Lire la suite

L'ACTING BOSS DE LA FAMILLE PATRIARCA ARRÊTÉ POUR EXTORSION

8 Octobre 2014, 04:43am

Publié par Xav + A.S

L'ACTING BOSS DE LA FAMILLE PATRIARCA ARRÊTÉ POUR EXTORSION

Ils ont plus de soixante dix ans, ont du mal à entendre les accusations des différents procureurs, ont l’air tellement inoffensif avec leur survêtement de jogging et leur paire de sandales, mais en réalité les deux hommes sont des membres très influents de la famille Patriarca, une famille de la Cosa Nostra opérant dans les États du Rhode-Island et du Massachusetts. Arrivant menottes aux poignets, Anthony « Spucky » Spagnolo, considéré par le FBI comme l’actuel Acting Boss et le Soldat Pryce « Stretch » Quintina, ont été accusés par la justice Américaine d’avoir extorqué pendant plusieurs années, une entreprise de fabrication de machines de poker, demandant des milliers de dollars au propriétaire de la société comme signe de protection. Les deux individus sont déjà connus depuis des dizaines d’années par la justice Américaine, comme étant des membres importants et actifs de la Cosa Nostra, respectant l’omerta malgré les nombreuses condamnations qu’ils ont pu avoir à cause de leurs activités criminelles : « Ils représentent l’histoire de la famille Patriarca » déclara le lieutenant de police Stephen P. Johnson, en charge de la lutte contre le crime organisé à Boston, stipulant qu’Anthony Spagnalo avait été fortement impliqué dans le trafic de drogue pour le compte de la famille mafieuse. Les deux individus avaient déjà montré leur loyauté auprès de la famille Patriarca au début des années 1990, quand ils refusèrent d’admettre devant un tribunal fédéral, qu’ils étaient des membres initiés de la Cosa Nostra, mais avaient accepté par ailleurs de plaider coupable à des accusations d’extorsion et de trafic de drogue. Le verdict avait été assez clément pour les deux mafieux, Anthony Spagnalo avait été alors condamné à neuf ans de prison alors que Pryce Quintina, avait purgé près de sept années dans un pénitencier fédéral. Face aux arrestations affectant la hiérarchie de la famille Patriarca, le FBI suppose qu’Anthony Spaganlo serait en train de gérer les activités de l’organisation criminelle, en attendant que les frères DiNunzio, Anthony et Carmen, condamnés respectivement à six ans et demi et six ans de prison pour plusieurs charges fédérales, ne soient enfin libres. Dans cette affaire, Anthony Spaganlo aurait ordonné au Soldat Pryce Quintina d’aller extorquer tous les mois l’entreprise, en demandant au gérant près de cinquante mille dollars par mois entre 2004 et 2012. L’installation des machines de poker dans les clubs sociaux détenus par la famille Patriarca, a toujours été un business très lucratif pour les mafieux, qui engendrent très facilement des milliers de dollars de bénéfice sans devoir débourser le moindre sous aux propriétaires des différentes machines. D’après les procureurs fédéraux, les membres de la famille Patriarca, auraient chassé volontairement les concurrents de la société qu’ils étaient en train d’extorquer, pour être dans une situation de quasi monopole dans ce domaine. Mais le chef d’entreprise en avait plus qu’assez d’obéir aux ordres des mafieux, et avait pour projet d’installer des machines hors des clubs sociaux, dans des bars non détenus par la famille Patriarca, c'est à ce moment là que l'Acting Boss de la famille Patriarca intervint. Anthony Spaganlo ne se dégonfla pas et alla voir directement le propriétaire pour le menacer de faire machine arrière sous peine de recevoir des dommages corporels. En attendant, les deux individus ont été libérés sous caution et placés en résidence surveillée, ils risquent jusqu'à vingt ans de prison.

Lire la suite

UN ASSOCIE DE LA FAMILLE PATRIARCA CONDAMNÉ POUR CAMBRIOLAGE

5 Septembre 2014, 05:00am

Publié par Xav + A.S

UN ASSOCIE DE LA FAMILLE PATRIARCA CONDAMNÉ POUR CAMBRIOLAGE

Un individu qui d’après le FBI, aurait des liens avec la famille Patriarca en Nouvelle-Angleterre, a été condamné en début de semaine pour plusieurs cambriolages à quarante et un mois dans un pénitencier fédéral. D’après les procureurs fédéraux, Gennaro Miele, âgé de soixante deux ans, aurait cambriolé la maison de Nicola Melia, un Associé de la famille Gambino, âgé de soixante dix huit ans, en raison d’un conflit autour d’un prêt usuraire. L’Associé de la famille Patriarca et un complice dénommé Napoléon Andrade, étaient rentrés par effraction dans la maison de Nicola Mellia. A l’intérieur, le vieil homme qui était en train de dormir, se réveilla brusquement et se fit ligoter par les deux ravisseurs, avant de se faire dérober pour près de 216 000 dollars d’argent en liquide et de bijoux. Toujours d’après les procureurs, avant de s’enfuir, l’Associé de la famille Gambino, demanda à Gennaro Miele et Napoléon Andrade, si ces derniers pouvaient lui laisser quelques dollars, pour pouvoir s’acheter un « café » au Starbuck » au coin de sa rue, une petite provocation de la part de Nicola Mellia qui voulait montrer aux cambrioleurs, qu’il n’était pas du tout impressionner par l’invasion de son domicile. A une époque ce genre de cambriolage aurait pu entrainer une guerre entre les deux familles. En effet, un Associé de la famille de la Cosa Nostra, même s’il n’est pas initié, doit reverser une partie de ses revenues à Soldat, un membre à part entière de l’organisation. Le problème dans cette histoire, est qu’un Associé de la famille Patriarca, s’en est pris volontairement à un Associé de la famille Gambino, une série de réunions a du donc avoir eu lieu entre les deux familles pour résoudre ce conflit qui opposait finalement pas seulement Gennaro Miele et Nicola Melia mais aussi deux Soldats de deux familles de la Cosa Nostra. Le FBI s’intéressait depuis quelques temps à cette affaire et en particulier à Napoléon Andrade, mais aucune preuve tangible ne reliait l’Associé de la famille Patriarca dans cette histoire, de plus pour ne rien arranger, Nicola Melia ne divulgua aucune information à la police qui arriva sur les lieux plusieurs minutes après le cambriolage. C’est pendant une des surveillances, ou le FBI avait utilisé l’aide d’un témoin du gouvernement dans une affaire de drogue, qu’il pu en train faire le lien entre les deux individus dans cette affaire. Dans l’enregistrement, on pouvait entendre Napoléon Andrade se vantait d’avoir participé à un cambriolage dans la maison d’un « Italien », et qu’il avait « ramassé plusieurs centaines de milliers de dollars » : « La dernière fois, j’ai attaché un vieil homme (Nicola Mellia), Je n’ai pas été bien après ça » déclara Napoléon Andrade. Cette déclaration avait permis d’arrêter les deux individus et pour Gennaro Miele, très en colère de se faire prendre à cause de son ami, n’hésita pas d’après les procureurs, à menacer les personnes qui voudraient collaborer contre lui. L’affaire fut vite jugée et Napoléon Andrade fut condamné à onze ans de prison pour trafic de drogue, plus cinq ans et demie pour l’invasion de domicile. .

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 > >>