Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

patriarca

LE PROCÈS DE FRANCIS SALEMME SE TERMINE AVEC LE TÉMOIGNAGE DE STEPHEN FLEMMI

18 Juin 2018, 16:34pm

Publié par Xav

Francis Salemme
Francis Salemme

Le juge fédéral qui préside actuellement le procès de Francis « Cadillac Frank » Salemme, a finalement accepté la protection maximale pour des agents fédéraux encore en activité. Les deux fonctionnaires des US-Marshals, maquillés, portant des perruques et des fausses barbes pour dissimuler leur identité, se sont présentés à la barre des témoins. Les agents qui utilisèrent des pseudonymes, ont confirmé que Francis « Cadillac Frank » Salemme avait quitté Atlanta, lieu ou il résidait à l’époque dans le programme de protection des témoins, pour éviter de se faire arrêter pour le meurtre de Steven DiSarro. L’ancien Parrain de la famille Patriarca sera arrêté quelques jours plus tard dans un hôtel du Connecticut. Le témoignage de ces deux agents fédéraux étaient stratégiques, très importants pour les procureurs fédéraux et le juge fédéral avait décidé pour l'occasion, de fermer la salle d’audience au public pendant leur témoignage. L’un des agents, qui se faisait appeler John Douglas, portait un faux nez avec une barbe touffue. Son collègue était surnommé Kevin Smith, portait quant-à lui un costume sombre, des longs cheveux roux avec une queue de cheval et une barbe rousse bien fournie, indétectable. John Douglas déclara que son patron lui avait dit que Francis Salemme allait être inculpé pour le meurtre de Steven DiSarro et qu’il fallait lui retirer son passeport, ce qui, selon l’agent fédéral a rendu Francis Salemme méfiant. N’ayant plus de nouvelle depuis un moment, John Douglas est allé voir l’ancien Parrain de la famille Patriarca dans son appartement d’Atlanta, il se rendit alors compte que ce dernier s’était enfui. Quelques jours après sa fuite, Kevin Smith expliqua qu’ils sont rentrés dans une chambre d’hôtel du Connecticut, vers 12h30. Francis Salemme qui était encore au lit, ne portant que des sous vêtements, déclara alors « J’abandonne ». Après le témoignage des deux agents fédéraux, le procès continua avec les déclarations Stephen « Rifleman » Flemmi ancien bras droit de l'ancien chef du Winter Hills Gang, James « Whitey » Bulger. Ce dernier qui purge actuellement plusieurs peines de prison à perpétuité pour plusieurs meurtres est un informateur du FBI depuis les années 1960, mais a finalement commencé à témoigner dans des procès fédéraux après son arrestation au début des années 1990. Stephen Flemmi déclara qu’avec James Bulger, il avait payé des agents fédéraux pour soutirer des informations. Citant même les noms, comme John Connolly, qui sera condamné par la suite pour racket, obstruction à la justice et meurtre : « Il nous a donné des informations et nous agissions alors en conséquence » déclara t’il. Sur l’assassinat de Steven DiSarro, Stephen Flemmi stipula qu’il était rentrait dans la maison de l’ex-femme de Francis Salemme pour lui rendre visite. En arrivant, il assista au meurtre de Steven DiSarro,  quitta alors les lieux rapidement. Les avocats de la défense essayèrent de contre-attaquer en déclarant que Stephen Flemmi avait dit à son fils, Billy, qu’il était impliqué dans l’assassinat de Steven Dissaro : « Avez-vous dit cela » demanda alors l’avocat : « Absolument pas » déclara Stephen Flemmi. L’avocat de la défense continua alors son offensive, demandant alors pourquoi il n’avait pas signalé à l’agent de la DEA, qui lui servait à cette époque d’agent de transition pendant sa collaboration, le meurtre de Steven DiSarro : « Il n’y avait pas de corps et j’étais préoccupé avec mes enfants ». Quand il quitta la salle d’audience, Stefen Flemmi sortit de la salle d’audience sans regarder une dernière fois son ancien partenaire d’affaire, Francis Salemme. Ce dernier se retourna alors vers les médias présents dans la salle d’audience : « C’est incroyable ».

Lire la suite

LE TÉMOIGNAGE GLAÇANT DE JOSEPH DELUCA CONLUT UNE SEMAINE ASSEZ RUDE POUR L'ANCIEN PARRAIN DE LA FAMILLE PATRIARCA

3 Juin 2018, 07:29am

Publié par Xav

Steven DiSarro
Steven DiSarro

Après le témoignage de Robert DeLuca, ce fut au tour de son frère, Joseph, un ancien Soldat dans la famille Patriarca d'arriver à la barre des témoins. Le déclaration sous serment  de Robert DeLuca s’était terminé par un contre-interrogatoire très agressif de la part des avocats de la défense. L’un des avocats de Francis Salemme avait demandé à l’ancien gangster s’il était conscient de mentir au gouvernement fédéral : « Vous avez menti et ils ne savaient pas que vous mentiez, c’est exact ? » « Oui » déclara Robert DeLuca. L’avocat de la défense demanda alors si Robert DeLuca touchait près de soixante quatre mille dollars par an, de la part du gouvernement fédéral en vertu de sa collaboration : « Je ne sais pas, je vivais essentiellement grâce à mes gains gagnés aux jeux en Floride » déclara t’il. Joseph DeLuca fut contrairement à son frère, plus loquace et détailla avec une certaine minutie l’assassinat de Steven DiSarro. Le soir du meurtre, il reçut un appel de Francis Salemme, lui expliquant qu’il avait un « paquet à déposer » et qu’il le ramènerait le lendemain dans l’après-midi. Étant un membre de la Cosa Nostra, Joseph DeLuca, savait que le mot « paquet » signifiait un « corps ». Après cet appel, Joseph DeLuca fut assez bouleversé. Il était dans l’obligation d’obéir à son Parrain sous peine de mort, mais il ne voulait pas non plus que son frère Robert, qui avait « déjà un casier judicaire », soit impliqué dans cet assassinat : « Pour nous c’était simple, il fallait que l’un d’entre nous soit encore dans les rues pour gérer notre buisiness ». Le lendemain, comme prévu, Joseph DeLuca, rencontra Francis Salemme, qui était assez mécontent de voir que son frère ne donnait aucun signe de vie. Avant de partir, le Parrain de la famille Patriarca, lui donna consigne de mettre du « poivre » sur le corps de Steven DiSarro, pour éviter que les animaux s’en servent comme gibier. Joseph DeLuca qui ne voulait pas faire intervenir son frère dans cette histoire, décidera quand même de l'appeler, en panique, pour se sortir plus facilement de ce calvaire. Dans la journée, Robert DeLuca le contacta et lui expliqua avoir trouvé une « solution » à ce problème. Un dénommé William Ricci, un ami proche de l’ancien Capitaine de la famille Patriarca, détenait un moulin, avec un terrain vague qu'il utilisait principalement pour enterrer des produits dangereux. Il fallait donc creuser un trou assez profond, ce qui pris plusieurs heures. En attendant le corps de Steven DiSarro avait été entreposé dans le four à l’intérieur du moulin. Joseph DeLuca déclara devant le tribunal, s'être sentir mal à l’aise, non pas car il faisait quelque chose d’horrible, mais contrarié d’apercevoir, non loin du moulin, une maison avoisinante : « J’avais peur que les voisins pensent qu’on était en train de faire quelque chose d’illégal et qu’ils appellent les autorités ». Cinq jours plus tard, Robert DeLuca appela son frère, il fallait retourner au moulin récupérer la bâche qui avait permis d’envelopper le corps. La scène fut digne des Affranchis, le célèbre film de Martin Scorsese. Joseph DeLuca et son frère se rencontrèrent de nouveau devant moulin, et déterrèrent une nouvelle fois le corps afin de récupérer cette fameuse bâche. Dans la salle d’audience, la femme de Steven DiSarro, accompagnée de son fils et de ses filles, essuyait ses larmes face au témoignage glaçant de Joseph DeLuca, et ce n’était pas terminé. Après le témoignage de Joseph DeLuca, les procureurs fédéraux décidèrent de diffuser des enregistrements de Francis Salemme en train de monter la tête à son fils, pour qu’il puisse exécuter plus facilement ce contrat : « DiSarro va se retourner contre toi. C’est un serpent, un bon à rien ». L’enregistrement a été effectué a l’aéroport Hilton Boston Logan, par des agents fédéraux qui s’était installés tranquillement sur un banc, à quelques mètres près de Francis Salemme et son fils.

Lire la suite

ROBERT DELUCA TÉMOIGNE DANS LE PROCÈS DE L'ANCIEN PARRAIN DE LA FAMILLE PATRIARCA

2 Juin 2018, 09:48am

Publié par Xav

Robert DeLuca
Robert DeLuca

Francis « Cadillac Frank » Salemme, l’ancien Parrain de la famille Patriarca est arrivé en fin de semaine à la cour fédérale dans un fauteuil roulant. Silhouette voûtée, enveloppé dans un costume beaucoup trop grand, Francis Salemme s’agrippa à une chaise avant de s’asseoir sur le banc des accusés, mais l'arrivée des jurés dans le tribunal l'obligea à se lever, péniblement. L’image de Francis Salemme, qui est désormais âgé de quatre vingt quatre ans, n’a plus rien avoir avec des photos prises il y a des décennies, ou le Parrrain de la famille Patriarca, mâchoire serrée, gérait d’une main de fer cette famille de la Cosa Nostra, depuis le Sud Boston. Aujourd’hui inculpé du meurtre d’un ancien Associé, Steven DiSarro, Francis Salemme, assiste désormais impuissant au défilé de ses anciens collègues mafieux, qui viennent témoigner que Cadillac Frank était bien l’investigateur principal dans ce meurtre crapuleux. A une époque, Francis Salemme avait été lui aussi de l’autre côté de la barrière. Au début des années 2000, ce dernier avait aidé les procureurs fédéraux sur plusieurs enquêtes liées à la Cosa Nostra, mais aussi sur le célèbre gangster Irlandais, ancien chef du Winter Hill Gang, James « Whitey » Bulger. Cette semaine, Robert « Bobby » DeLuca, un ancien Capitaine dans la famille Patriarca, qui était devenu par la suite un collaborateur pour le gouvernement fédéral, est venu témoigner contre son ancien Parrain. Robert DeLuca risque gros. Après avoir intégré le programme de protection des témoins, Robert DeLuca avait été arrêté par le FBI et inculpé d’obstruction à la justice, il aurait pendant sa collaboration « oublié » de mentionner le meurtre de Steven DiSarro. Risquant désormais près de vingt années de prison après avoir accepté de plaider coupable, Robert DeLuca sait pertinemment qu’une condamnation de Francis Salemme peut lui être favorable, dans l’optique par la suite de retrouver la liberté. Un enjeu surement trop dur à supporter pour l’ancien Capitaine de la famille Patriarca, qui refusa de parler avant de se faire rappeler à l’ordre par le juge fédéral. A la barre des témoins Robert DeLuca, commença à parler : « Je lui ai dit (à Francis Salemme), débarrasse-toi de lui, tue-le, tu n’as pas besoin de lui ». Francis Salemme aurait alors répondu « Ouais, Frankie Boy (Francis Salemme Jr), va s’en occuper ». Il rentra alors plus dans les détails. Il expliqua qu’il avait assisté au meutre de Steven DiSarro, qu’il avait vu Francis Salemme Jr étranglait l’ancien propriétaire de boite de nuit, devant les yeux de son père, alors que Paul Weadick, co-accusé dans se procès, tenait les jambes de Steven DiSarro. Robert DeLuca qui est incarcéré depuis son arrestation en 2016, fait aussi face à dix années de prison pour le meurtre de Kevin Hanrahan. Sur cet assassinat, Robert DeLuca expliqua qu’il avait demandé à deux tueurs à gage de l’exécuter, alors que Robert DeLuca regardait la scène tranquillement depuis sa voiture. Après ce meurtre, il aurait alors appelé Francis Salemme pour lui signaler que le contrat avait bien été éxécuté.

Lire la suite

SÉCURITÉ MAXIMALE POUR LE TÉMOIGNAGE D'AGENTS INFILTRÉS

27 Mai 2018, 07:14am

Publié par Xav

Francis Salemme
Francis Salemme

Le procès de l’ancien Parrain de la famille Patriarca, Francis « Cadillac Frank » Salemme se poursuit et dans un effort pour incarcérer définitivement, voire condamner à mort cet ancien renégat, le gouvernement fédéral est prêt à tout. Cette semaine, les procureurs fédéraux ont déclaré avoir l’intention de faire appel à deux agents des US Marshals encore en exercice, et pour éviter qu’ils se fassent reconnaître lors de leur audition, les procureurs songeraient à faire appel à plusieurs maquilleurs de l’industrie cinématographique. Mais interroger des agents encore actifs posent plusieurs problèmes de taille. La première, il faut cacher le plus possible leur identité et surtout pouvoir les protéger, sans compromettre les enquêtes futures. Le deuxième problème, les procureurs fédéraux ont demandé au juge, que ces agents sous couverture, ne puissent être interrogés par les avocats de la défense, ils feront donc leur déclaration et partiront aussi tôt. Mais seul le juge peut décider et ce dernier même s’il est plutôt favorable, regrette fortement que les procureurs en font une affaire publique, à la limite du chantage. Mais pour le gouvernement fédéral, ces témoignages peuvent être déterminants pour la suite du procès. En effet, en 2006, Francis Salemme était surveillé de près par des agents fédéraux. Le Parrain de la famille Patriarca allait être inculpé d’un jour à l’autre et le FBI, aidé par les US Marshals, voulait suivre les moindre faits et gestes de l’ancien homme fort de la Cosa Nostra. A cette époque, la justice Américaine avait une nouvelle fois changé l’identité de Francis Salemme après que ce dernier soit venu témoigner dans un procès de membres de la Cosa Nostra. Quand Francis Salemme fut appréhendé, il avait sur lui près de vingt huit mille dollars en liquide et une valise pleine de vêtements. L’ancien Parrain de la famille Patriarca savait qu’on allait l’inculper du meurtre de l’ancien Associé Steven DiSarro et qu’il risquait gros, la seule solution pour lui, était de prendre la fuite. Les procureurs fédéraux avaient aussi pensé de mettre un écran pour protéger les futurs témoins, une option rejetée par le juge, de même la possibilité de coiffer d’un chapeau, d’une fausse moustache et d’une paire de lunette, les agents, le juge déclara que cela pouvait « très dommageable pour la défense ». Les témoins devraient être appelés à la fin du procès, ce qui laisse le temps au gouvernement fédéral de préparer la logistique et de convaincre le juge. Le procès de Francis Salemme a débuté il a près de deux semaines et aucune des deux parties n’a réussi pour le moment à faire la différence.

Lire la suite

LE PROCÈS DE L'ANCIEN PARRAIN DE LA FAMILLE PATRIARCA A COMMENCÉ

13 Mai 2018, 07:57am

Publié par Xav

Thomas Hillary avec Robert DeLuca
Thomas Hillary avec Robert DeLuca

Le procès de l’ancien Parrain de la famille Patriarca, Francis « Cadillac Frank » Salemme a commencé et les premiers repentis ont commencé à témoigner à la barre. L’un d’entre eux, Thomas Hillary, a longtemps été un Associé de la Cosa Nostra, sous les ordres de Francis Salemme. Mais au début des années 1990, risquant plusieurs années de prison, et n'étant plus dans les petits papiers de la direction, il décidera de coopérer avec les autorités fédérales et de rentrer avec sa famille dans le programme de protection des témoins. A son adolescence, vivant dans un quartier gangréné par la Cosa Nostra, Thomas Hillary côtoya Raimond Patriarca Jr, en sachant que son père, Raymond « LS » Patriarca, était à l'époque le Parrain de la Nouvelle-Angleterre. Tout naturelle, Thomas Hillary rentra dans le business, mais n’étant pas d’origine Italienne, il avait aucune chance d’être intronisé dans la Cosa Nostra, mais ce fut un Associé efficace en affaire et très apprécié des autres membres dont Robert « Bobby » DeLuca. Ce dernier était quant-à lui, un membre intronisé et était une étoile montante dans cette organisation criminelle, montant les échelons un à un et avec lui, Thomas Hillary gagnera énormément d'argent. En signe de leur amitié, Robert DeLuca proposa à ce dernier d'être son témoin à son mariage, nous étions en 1976. En tant qu’Associé, Thomas Hillary était fortement impliqué dans les affaires criminelles de la famille Patriarca et avait plus de liberté qu’un membre intronisé qui suivait à la lettre les ordres de son supérieur. A la barre des témoins, Thomas Hillary revint sur son passé criminel, un brin nostalgique : « Si nous avions des problèmes avec les syndicats, nous les corrigions. Nous détournions énormément de camions bourrés de marchandises, nous avions ce qu’on voulait, on était un peu comme des vedettes de cinéma ». En 1984 après le décès de Raymond Patriarca Sr d’une crise cardiaque et de l’ascension de son fils à la tête de la famille, Thomas Hillary eut le droit à une autre mission, prendre soin de Francis Salemme. Ce dernier avait la particularité d’être d’origine Irlandaise par sa mère et Italienne par son père, mais à cette époque, pour être intronisé dans la Cosa Nostra, il fallait que les deux parents soient Italiens. Mais Raymond Patriarca Sr adorait Francis Salemme et fit une entorse au règlement en l’intronisant dans ses rangs. Mais après le décès du Parrain et sans doute pour le remercier de l’avoir fait un membre de la Cosa Nostra, Francis Salemme commença a rentrer en conflit ouvert avec Raymond Patriarca Jr. Le nouveau Parrain demanda à Thomas Hillary de s’occuper de l'ancien ami de son père. Le motif ?, Francis Salemme venait de passer plus de quinze ans derrière les barreaux et il avait besoin d’aide pour se remettre dans le business  en gros, il avait besoin d'argent. Thomas Hillary accepta sans sourciller, un Associé de la Cosa Nostra qui aide un Soldat à se remettre à flot, cela montrait sans nul doute, un énorme signe de respect de la part de la direction de la famille. Avec Francis Salemme, Thomas Hillary commença à vendre de la fausse marijuana à des clients : « On gagné pas mal d’argent et si l’individu se rendait compte de la supercherie, il pouvait rien faire, nous étions des gangsters, eux non », déclara l’ancien Associé de la Cosa Nostra. C’est Thomas Hillary qui fit rencontrer Francis Salemme à Steven DiSarro, un propriétaire d’une boite de nuit prisée de la Nouvelle-Angleterre : « Steven était un ami, un bon gars » déclara t’il devant les jurés. Aujourd’hui et devant lui, Francis Salemme est jugé pour le meurtre de celui qu’il considérait un peu comme son « petit frère ». Mais au début des années 1990, Thomas Hillary senti le vent tourné, il ne sentait plus dans l’équipe, cela devenait beaucoup plus compliqué. Un jour, il comprit qu’il n’avait plus sa place, quand Francis Salemme l’agrippa par la gorge et l’ordonna de quitter la ville sous peine de le tuer, chose qu’il fit immédiatement en déménageant avec sa famille en Floride, au soleil, loin de ses anciens amis, qui désormais le haïssaient. Encore aujourd’hui, plus de vingt ans après, en témoignant dans le tribunal, Thomas Hillary était encore énervé de s’être fait trahi par Francis Salemme, et s’excusa à plusieurs reprises au juge pour son comportement. L’avocat de la défense essaya de l'attaquer en demandant si Thomas Hillary avait purgé quelques années de prison pour tous ces crimes : « Aucune » déclara t’il : « D’après mes calculs, vous avez touché, vous et votre famille, près de six cent mille dollars de la part du gouvernement fédéral, depuis avoir été mis sous protection » déclara l’avocat de la défense. Thomas Hillary lui répondit sèchement : « Je ne suis pas comptable ».

Lire la suite

UN ANCIEN PARRAIN DE LA FAMILLE PATRIARCA INCULPÉ ?

11 Mai 2018, 07:21am

Publié par Xav

Raymond Patriarca
Raymond Patriarca

Un informateur du gouvernement a déclaré devant un grand jury fédéral la semaine dernière, que l’ancien Parrain de la famille Patriarca, désormais en « retraite », Raymond Patriarca Jr, avait payé l’un de ses tueurs à gages préférés, Kevin Hanrahan pour assassiner deux membres influents de cette organisation criminelle, Francis « Cadillac Frank » Salemme et Luigi « Baby Shacks » Manocchio. C’était une période instable, nous étions au début des années 1990 et depuis quelques années, deux clans à l’interne s’étaient formés dans la famille Patriarca. D’un côté, nous avions les fidèles de Raymond Patriarca Jr. De l’autre côté, des membres très mécontents que la famille puisse être gérée par une personne qu’il considère comme « inefficace » et pas très « intelligente ». Il faut dire que Raymond Patriarca Jr n’avait pas forcément le même charisme que son père, un Parrain emblématique, qui avait géré les affaires de la famille sans sourciller pendant près de trente ans. Mais au milieu des années 1980, sa santé devenant défaillante, Raymond Patriarca avait préparé la future gouvernance pour son fils, pour continuer à gérer un business estimé à plusieurs centaines millions de dollars par an. Raymond Patriarca savait sans doute que la prise de pouvoir de son propre fils, allait créer un certain mécontentement auprès de certains membres qui voulaient enfin tourner la page. Il demanda alors à William « Wild Guy » Grasso, un Capitaine expérimenté, reconnu pour sa cruauté, mais surtout pour être un assassin psychotique et paranoïaque, de servir d’Underboss à son fils. Le plan était simple, Raymond Patriarca pensait que l’influence de William Grasso empêcherait certains membres de faire un « coup d’’état », en essayant de prendre la place de Parrain. De plus « LS » comme était surnommé Raymond Patriarca dans la Cosa Nostra, avait réussi à avoir l’appui de la famille Gambino de New-York et ainsi renforcer la future hiérarchie mafieuse. Mais en Juin 1989, William Grasso se fera assassiné, son corps sera retrouvé dans une rivière à Wiethersfield, une banlieue de Hartford, par deux pécheurs. Avec cet assassinat, l’influence de Raymond Patriarca Jr s’était de nouveau affaiblie. Pour le Parrain, les meurtriers présumés ne pouvaient être que Luigi Manocchio, qui était sous la coupe de Francis Salemme, dans un seul but, prendre sa place, une guerre interne était prête à éclater. Le FBI alerter par cette situation préféra passait à l’attaque avant. En Mars 1990, Raymond Patriarca Jr et plusieurs membres de la Cosa Nostra sont arrêtés et inculpés de plusieurs charges fédérales tenant de la loi RICO. Incarcéré, Raymond Patriarca Jr nomma comme Acting Boss, Nicholas « Nicky » Bianco, qui sera lui aussi emprisonné une année après sa nomination. En 1992, Raymond Patriarca Jr sera condamné à huit années de prison après avoir plaidé coupable. Ce dernier, qui pensait déjà se retirer des affaires, voulait avant de partir, régler ses comptes. En prison, Raymond Patriarca Jr proposa près de cent mille dollars à Kevin Hanrahan. Le gangster qui servait un peu d’homme à tout faire dans la famille Patriarca, particulièrement pour exécuter les sales besognes, était en froid avec Francis Salemme depuis quelques temps après une histoire d’extorsion. Kevin Hanrahan accepta le contrat et acheta plusieurs kilos d’explosifs dans le but d’assassiner Francis Salemme, mais aussi Luigi Manocchio. Pour le premier, Kevin Hanrahan voulait faire sauter son véhicule une fois que le mafieux se serait installé au volant. Pour le second, plus spectaculaire, Kévin Hanrahan était prêt à faire exploser le Euro Bar, le quartier général de Luigi Manocchio situé à Providence. Alertés, Francis Salemme et Luigi Manocchio décidèrent de changer leurs habitudes et seront sauvés pas l’assassinat de Kévin Hanrahan quelques mois plus tard. Aujourd’hui, Raymond Patriarca Jr s’est retiré des affaires de la Cosa Nostra après sa libération de prison au début des années 2000, mais il est possible qu’avec ces nouvelles informations, les procureurs puissent décider d’inculper l’ancien Parrain pour tentative de meurtre. Le FBI et les procureurs à défaut d’arriver à faire condamner les membres actuels et actifs de la famille Patriarca, préfèrent se pencher sur les anciennes « gloires » de cette organisation criminelle. Après Francis Salemme et Robert « Bobby » DeLuca, l’arrestation de Raymond Patriarca Jr fermerait définitivement la page d’une époque sulfureuse dans l'histoire de cette famille.

Lire la suite

UN ANCIEN CAPITAINE DE LA FAMILLE PATRIARCA VA TÉMOIGNER LORS DU PROCÈS DE FRANCIS SALEMME

15 Avril 2018, 08:16am

Publié par Xav

Robert DeLuca
Robert DeLuca

L’ancien Parrain de la famille Patriarca, Francis « Cadillac Frank » Salemme, ancien collaborateur de la justice Américaine, va dans quelques semaines, être jugé pour le meurtre d’un ancien Associé, Steven DiSarro. Francis Salemme après avoir avoir coopéré avec les autorités fédérales, profitait paisiblement de sa nouvelle vie dans le programme de protection des témoins. Mais quand un ancien membre haut placé de la famille Patriarca, Robert « Bobby » DeLuca, lui aussi repenti, fut arrêté pour entrave à la justice, tout bascula dans la vie de Francis Salemme.  Il faut dire, que ce dernier avait déjà été condamné pour parjure en 2005 et cette fois-ci, si le gouvernement fédéral avait la preuve que Francis Salemme avait caché sa participation dans un assassinat crapuleux orchestré sous ses ordres, leur vengeance serait alors impitoyable. Sentant surement le vent tourné, Francis Salemme quitta le lieu ou il habitait depuis des années pour se réfugier dans un hôtel du Connecticut, ou il sera appréhendé quelques jours après sa fuite. Désormais incarcéré en attente de son procès, les procureurs fédéraux s’ont prêt à demander la peine de mort contre l’ancien Parrain de la famille Patriarca désormais âgé de quatre vingt quatre ans. Sans grande surprise, Robert DeLuca pour éviter une nouvelle peine de prison, viendra témoigner dans ce futur procès. Il parlera que son frère, Joseph, avait été intronisé dans la Cosa Nostra après s’être débarrassé d’un corps pour le compte de Francis Salemme, c’était en 1993, l’année qui marqua aussi la promotion au rang de Capitaine pour Robert DeLuca. Selon son frère, Joseph DeLuca voulait prouver sa valeur au Parrain de la famille Patriarca en l’aidant à se debarasser du corps de Steven DiSarro. Il rencontra alors Francis Salemme dans une pharmacie dans le Nord de Providence. Il fut alors conduit dans une usine de fabrication de bijoux, ou le corps de Steven DiSarro avait été laissé après son assassinat. Joseph DeLuca accompagné de deux hommes enterrera alors l’ancien Associé de la famille Patriarca, derrière un moulin situé lui aussi à Providence et appartenance à William Ricci, un ancien partenaire en affaire de Robert DeLuca. Ce même William Ricci, qui avouera en 2015, après une nouvelle arrestation, aux enqueteurs que le corps de Steven DiSarro était enterré derrière sa propriété. Selon Robert DeLuca, Steven DiSarro a été étranglé à son domicile par le fils de Frank Salemme, aujourd’hui décédé de cause naturelle. L’ancien Capitaine de la famille Patriarca déclara que Francis Salemme avait l’impression que cet ancien propriétaire d’une boite de nuit branchée, volait la famille. Robert DeLuca aurait proposé alors à son Parrain de « se débarrasser de lui », Francis Salemme aurait alors répondu « Ok, Frankie Boy (le fils de Francis Salemme) s’en chargera » . Pour Robert DeLuca, la condamnation de son ancien Parrain pourait faire de lui de nouveau un homme libre. Actuellement incarcéré, Robert DeLuca a déjà plaidé coupable d’avoir menti à la justice, il y a vingt ans, en donnant une version différente sur cette affaire. L’ancien Capitaine de la famille Patriarca, qui a été exclu du programme de protection des témoins, recevra son verdict après le procès de Francis Salemme prévu dans les prochaines semaines.

Lire la suite

LA COSA NOSTRA AUX ÉTATS-UNIS EN 2017

30 Décembre 2017, 08:34am

Publié par Xav

Encore une année remplie de désillusions pour les procureurs fédéraux et les agences gouvernementales en charge de la surveillance des familles de la Cosa Nostra. L’opération East Coast lancée contre plusieurs mafieux de hauts rangs, dont des Capitaines de la famille Genovese et l’actuel Parrain de la famille de Philadelphie, devait redorer le blason d’un bureau fédéral en perte de vitesse depuis quelques années sur ce sujet. Au jour d’aujourd’hui, cette affaire devient actuellement une affaire très difficile à gérer pour les procureurs fédéraux, qui n’espèrent qu’une seule chose, tourner le plus rapidement la page. Pourtant, tout avait bien commencé. Le FBI avait démontré par plusieurs mois d’enquête, que la famille de Philadelphie et en particulier son Parrain, Joseph Merlnio, avait effectué du buisiness avec la famille Genovese et ses Capitaines, Pasquale « Patsy » Parrello et Eugene « Rooster » O’Nofrio. Mais au fil des mois, les procureurs avaient remarqué que deux agents du FBI en charge de la surveillance du principal témoin, un Associé de la famille Genovese, John Rubio, avaient largement transgressé le cadre légal, ce qui mènera au licenciement de l’un de ses agents. Au final, les procureurs fédéraux embarrassés de remarquer leur principal témoin complètement discréditer avant même l’ouverture des procès, ont décidé de négocier des accords de plaidoyer très avantageux avec les principaux accusés. Surement vexé d’avoir été la cause d’une future débâcle, le FBI passe une nouvelle fois à l’offensive et cibla une famille, les Lucchese. La hiérarchie mafieuse fut inculpée de plusieurs charges fédérales tenant de la loi RICO : le meurtre, le racket, l’extorsion, encore et toujours les mêmes délits. Ces arrestations ont prouvé une nouvelle fois, que les Parrains de la Cosa Nostra, même incarcérés dans de prisons fédérales, continuent à régner sur leur empire criminel. L’année 2018 sera sans doute une année charnière pour les agences gouvernementales dans leur lutte contre la Cosa Nostra. Les prochains procès définiront sans nul doute leur future stratégie, qui devra être dessiner très rapidement. En effet, alors que la justice Américaine enchaine les échecs contre les familles mafieuses, ces dernières profitent de cette situation pour se renforcer, pour se réorganiser. Laisser ces organisations criminelles la possibilité de respirer, leur permettent de pouvoir se reconstruire, même quand on pensait qu’une famille était défunte, comme la famille de Buffalo.

 

 

La famille Genovese :

 

Liborio Bellomo
Liborio Bellomo

 

Parrain : Liborio « Barney » Bellomo
Acting Boss : Peter « Petey Red » Dichiara
Underboss : ?
Consigliere : ?

Membres : + 250
Associés : + 1000

 

L’année 2016 s’était mal terminée pour la famille Genovese. L’affaire East Coast couplée avec l’opération Shark, avait démontré des ramifications entre la Roll’s Royce du crime organisé aux Etats-Unis et la famille de Philaldephie, mais aussi une implatation encoe importante à New-York. En Mai dernier Pasquale « Patsy » Parrello, l’un des Capitaines incriminés dans l’affaire East Coast décidera de plaider coupable, profitant des offres assez avantageuses des procureurs fédéraux. En Août, Venero « Benny Eggs » Mangano, un membre emblématique de la famille Génovese, qui a longtemps servi dans le panel de direction, décédé de cause naturelle à l’âge quatre vingt quinze ans. On ne sait pas si ce mafieux de la vieille école jouait encore une part importante dans les décisions familiales, mais une chose est sûre, la hiérarchie de la famille Genvose n’a pas était une seule fois inquiété par les différentes opérations menées par les agences gouvernementales. Liborio « Barney » Bellomo serait toujours l’actuel Parrain, épaulé par Peter « Petey Red » DiChiara. Opérant depuis le quartier de Cherry Streets, les activités récentes et les aller-retours incessants dans le club social détenu par l’actuel Acting Boss de la famille Genovese, confirment que ce dernier joue un rôle essentiel dans la structure de la famille Genovese. Pour les autres postes ? on attendra, la famille Genovese reste encore une famille très cloisonnée confirmant ainsi sa supériorité par rapport aux quatre autres familles New-Yorkaise. A noter qu’une partie de son équipe basée à Springfield dans l’État du Massachussetts, a subi les frais de l’opération East Coast.

 

 

La famille Gambino:

 

Peter Gotti
Peter Gotti

 

Parrain : Peter « One Eye » Gotti
Acting Boss : Francesco « Frankie Boy » Cali
Underboss : ?
Consigliere : ?

Street Panel : Joseph « Sonny « Juliano
                      Anthony Gurino          

Membres : + 200-250
Associés : + 1000

 

 

Sans l’inculpation en Décembre dernier du Capitaine, John « Johnny Boy » Ambrosi, la famille Gambino a relativement été épargnée cette année, la raison surement à son panel de rue se trouvant en dessous de la hiérarchie mafieuse, la protégeant ainsi des des inculpations sur des agences fédérales. Seulement, sur les trois Capitaines que composent ce panel, l’un d’entre eux, John Gambino est décédé en Novembre, laissant derrière lui, d’importante connexion avec les autres mafias italiennes dans le trafic de drogue. L’année dernière, on se posait la question pour savoir si Francesco Cali était devenu ou non le nouveau Parrain, à la place d’un Domenico Cefalu devenant vieillissant et préférant prendre sa retraite. Les informations qui ont découlé de l’affaire East Coast ont démontré qu’en réalité, Peter Gotti, qui était devenu le Boss de la famille Gambino au début des années 2000, occuperait toujours cette faction et ce malgré, son incarcération pour racket et une libération prévue en 2032. Dans un sens, il semble, que pour l’actuel hiérarchie mafieuse, dirigeait principalement par des membres d’origine Sicilienne, cette organisation ne semble par pour autant les contrariés. Peter Gotti est certes toujours le Parrain, un titre plus honorifique qu’autre chose, et ils savent qu’en cas d’opération d’envergure contre la famille Gambino, le Parrain sera toujours la cible prioritaire.

 

La famille Lucchese :

 

Vittorio Amuso
Vittorio Amuso

 

Parrain : Vittorio « Vic » Amuso
Acting Boss : Matthew Madonna
Underboss : Steven « Wonderboy » Crea
Consigliere : Joseph DiNapoli

Membres : + 100-130
Associés : + 1000

 

La famille Lucchese était surement trop tranquille. Après l’opération East Coast, le FBI décida quelques mois plus tard d’inculper une grande partie de la hiérarchie mafieuse. Steven Crea, Matthew Madonna qui était déjà incarcéré, Joseph DiNapoli, ainsi que des Capitaines et des Soldats, furent accusés de plusieurs charges fédérales tenant de la loi RICO, dont le racket, l’extorsion et le meurtre. Cette opération avait confirmé en partie la hiérarchie actuelle de la famille Lucchese, qui avait eu beaucoup de mal à se reconstruire après la fin de l’ère Amuso/Casso, qui avait créé un climat délétère dans cette famille, qui avait toujours été habituée à une certaine stabilité. Justement, pendant des années, les agences gouvernementales pensaient que Vittorio Amuso, l’ancien Parrain, incarcéré à perpétuité pour plusieurs meurtres, avait décidé de laisser sa place à Steven Crea, cette opération infirma le contraire. Bien qu’incarcéré dans une prison fédérale de haute sécurité, Vittorio Amuso, n’aurait jamais voulu céder son titre de Parrain.

 

 

La famille Bonanno :

 

Michael Mancuso
Michael Mancuso

 

Parrain : Michael « The Nose » Mancuso
Acting Boss : Joseph « Joe C» Cammarano
Underboss : ?
Consigliere : Anthony « Fat Tony » Rabito

Membres : + 100-120
Associés : + 1000

 

En 2017, l’actualité liée à la famille Bonanno, s’est concentrée en grande partie sur une seule personne, le Capitaine Vincent « Vinny » Asaro. Visiblement très énervé d’avoir vu ce dernier se faire acquitter dans l’affaire dit de la Lufthansa, les procureurs fédéraux inculpèrent Vincent Asaro, d’incendie volontaire. Ce dernier qui avait décidé de plaider coupable por la première fois de vie, a finalement été condamné après de huit années de prison, signifiant sans nul doute, la fin de son parcours criminel. La famille Bonanno est en pleine restructuration. Il ne fait plus aucun doute pour le FBI que Michael Mancuso, Parrain de cette organisation criminelle, gérait une grande partie des affaires de la famille Bonanno, depuis une prison fédérale du Texas, par le biais de différents intermédiaires, dont son propre neveu, le Soldat Franck « Frankie Boy » Salerno. Les agences gouvernementales en sont conscientes, et avait décidé transférer ce dernier dans plusieurs pénitenciers fédéraux, d’abord à Danbury dans l’État du Connecticut et désormais à Allenwood dans l’État de la Pennsylvanie, pour essayer de couper les liens entre sa cellule et la famille Bonanno. Mais Michael Mancuso qui est actuellement incarcéré pour des histoires de meurtre, devrait sortir de prison très prochainement en 2019 et continue à réorganiser les rangs, en intronisant de nouveaux membres. L’un d’entre eux, qui a décidé de collaborer avec le FBI, Vincent Morena, a pu enregistrer sa « cérémonie » d’intronisation, mais aussi permettre au FBI d’arrêter le Capitaine Damiano Zummo. Cette opération lancée par le FBI en Novembre dernier, a permis de confirmer une présence assez significative de la famille Bonanno au Canada, notamment dans la région d’Ontario.

 

 

La famille Colombo :

 

Carmine Persico
Carmine Persico

 

Parrain : Carmine « The Snake » Persico
Acting Boss : Andrew « Andy Mush » Russo
Underboss : Benjamin « The Claw » Castellazo
Consigliere : Thomas « Tom Mix » Fareze

Membres : + 90-110
Associés : + 1000

 

La famille Colombo reste toujours la plus petite des quatre autres familles New-Yorkaise. Gérée depuis plusieurs décennies par Carmine Persico à partir du pénitencier fédéral de Butner dans l’État de la Caroline du Nord, la famille Colombo n’a vraiment pas fait parler d’elle cette année. Carmine Persico a essayé, avec l’aide de ses avocats, à plusieurs reprises de sortir de prison, sans succès. Quant-à son fils, Michael Persico, un Associé de la famille Colombo, il a été condamné à cinq années de prison pour racket. Ce dernier joue un rôle déterminant dans cette organisation criminelle et malgré son simple statut d’Associé, garde une réelle influence dans les rues.

 

La famille DeCavalcante :

 

Philip Abramo
Philip Abramo

 

Parrain : ?
Acting Boss : ?
Underboss : ?
Consigliere : Frank Nigro

Membres : + 50-80
Associés : + 1000

 

Depuis le décès de Giovanni « John » Riggi, l’ancien Parrain et de Francesco « Frank » Guarani  qui faisait office d'Acting Boss et futur successeur, il est très difficile d’avoir un aperçu de l’actuel hiérarchie de la famille DeCavalcante. Encore très bien implantée dans l’État du New-Jersey, malgré la présence significative des familles Lucchese, Genovese et Gambino dans cet État, elle reste une famille stable, qui va retrouver dans les prochaines années, des membres influents, qui avaient été incarcérés au début des années 2000 après de la défection de Vincent « Vinny » Palermo. Philip Abramo surnommé « The King Of Wall Street », un membre influent de la famille DeCavalcante au début des années 1990, sera libérable en Janvier 2018, après avoir purgé près de quinze années pour meurtre et racket et pourrait se présenter comme un candidat sérieux au poste suprême. Charles Marjuri, qui a toujours été intéressé au poste de Parrain, pourrait être aussi une possibilité. Cette année, le Soldat Jerry Balzano avait fait le tour des médias Américains, après avoir été filmé en train d’agresser physiquement un automobiliste, un peu trop collant à son gout. En Avril dernier, il plaidera coupable, sans aucune excuse aux victimes et sera prochainement condamné à une peine maximale de deux années dans une prison d’État.

 

 

La famille de Philadelphie :

 

Joseph Merlino
Joseph Merlino

 

Parrain : Joseph « Joey » Merlino
Acting Boss : Steven « Handsome Steve » Mazzone
Underboss : ?
Consigliere : Joseph « Uncle Joe » Ligambi

Membres : + 70-80
Associés : + 500-1000

 

Encore une année assez mouvementée pour la famille de Phialdelphie, qui va voir son Parrain, Joseph Merlino, comparaitre dans les prochaines semaines dans un tribunal fédéral, pour répondre des accusations portées contre lui suite à l’affaire East Coast. Cette opération avait chamboulé quelque peut les lignes, dans cette famille jugée pour avoir un goût très prononcé par la violence et ou les clans y sont monnaie courante. En effet, il s’est avéré que Joseph Merlino avait fait du buisness avec les familles New-Yorkaise et en particulier avec la famille Genovese, sans prévenir pour autant les membres de sa famille et donc effectuer un partage équitable des bénéfices suite à ces rackets. Pour le clan Narducci, représentant les membres de la vieille école, de l’ère Scarfo, l’attitude du Parrain est surement irresponsable, une chose que les proches de Joseph Merlino essayent de tempérer le plus possible. En effet, la moindre étincelle peut déclencher une guerre de clan intestine que la famille de Philaldephie connaît très bien. Joseph Merlino avec ce procès joue à quitte ou double. Ce dernier pourrait très bien se faire acquitter et ainsi renfoncer encore plus sa position au sein de la famille de Philadelphie. Par contre, s’il est condamné à une lourde peine de prison, il est très probable que certains de ses membres, comme George Borgesi, Phil Narducci ou encore Steve Mazzone puissent se positionner pour reprendre les rênes d’une famille qui a su regarnir ses rangs ces dernières années.

 

 

La famille Patriarca :

 

Carmen DiNunzio
Carmen DiNunzio

 

Parrain : ?
Acting Boss : Carmen « The Big Cheeze « DiNunzio
Underboss : ?
Consigliere : Matthew « Good Looking Matty »Guglielmetti

Membres : + 60-70
Associés : + 500

 

Cette année, la famille Patriarca a vu son Parrain, Peter « The Crazy Horse » Limone décédé de causes naturelles. Depuis plusieurs mois déjà, Peter Limone, qui était très affaibli par des problèmes de santé, avait laissé peu à peu son pouvoir à son Acting Boss, à Carmen DiNunzio. Ce dernier à déjà une très forte réputation dans la famille Patriarca. Libéré de prison en 2015 après avoir purgé quelques années pour corruption et racket, Carmen DiNunzio à la particularité d’être très apprécié par les membres des deux factions que composent la famille Patriarca, celle de Providence dans l’État du Rode-Island et celle de Boston dans l’État du Massachusetts, ou Carmen DiNunzio est originaire et ou est situé son club social le Gemini Social Club. Carme DiNunzio est accompagné de Matthew Guglielmetti du Rhode-Island, en tant que Consigliere qui vient de purger près de dix années de prison pour trafic de drogue. La hiérarchie de la famille Patriarca est en pleine reconstruction et devrait être définitive en 2018, avec la sortie prochain du frère de Carmen, Anthony DiNunzio, qui servait déjà d’Acting Boss à la famille quand son frère était incarcéré et nul doute qu’il jouera un rôle important dans le buisiness familial ces prochaines années. A noter, qu’Anthony Spagnalo, un autre Acting Boss de la famille Patriarca vient de sortir de prison, mais devrait être rétrogradé au rang de Capitaine.

 

 

La Outfit :

 

Salvatore DeLaurentis
Salvatore DeLaurentis

 

Parrain : Salvatore « Solly D » DeLaurentis
Acting Boss : Albert « Albie The Falcon » Vena
Underboss : Salvatore « Sammy Cards » Cataudella
Consigliere : Marco D’Amico

Membres : + 40-60
Associés : + 500

 

La Outfit continue à gagner de l’influence dans l’État de l’Illinois, en imposant une structure solide, qui lui permet de se préparer à des futures opérations du FBI. Les membres de sa hiérarchie, sont des individus ayant passé de nombreuses années derrière les barreaux et de ce fait, démontré leur loyauté envers la Cosa Nostra. Avec l’arrivée de Salvatore DeLaurentis, la Outfit de Chicago à su réorganiser ses rangs et apaiser certaines tensions qu’il pouvait y avoir avec la faction de Cicero gérait actuellement James « Jimmy » Inendino. De part son expérience et sa très bonne connaissance de la rue, Salvatore DeLaurentis avait repris sans forcer, le pouvoir à John « No Nose » DiFronzo devenant vieillissant et plus dans les capacités une structure criminelle aussi important que la Outfit. A ses côtés, Albert Verna considéré comme l’individu le plus dangereux de Chciago selon le FBI, a le respect nécessaire pour faire passer des messages aux membres de la Outfit dans les rues. Ne voulant pas complètement désorganisé la hiérarchie mise en place par John DiFronzo, Salvatore DiLaurentis, avait gardé Marco D’Amico au poste de Consigliere, après le refus de Joseph « Joe The Builder » Andriarchi pour des raisons de santé. Alors que l’année 2017 fut relativement tranquille, l’année 2018 promet d’être plus compliquée pour la Outfit. En effet, dernièrement, le nouveau directeur du FBI en place à Chicago, a assurer que la Outfit était bien une priorité des agents fédéraux, en sachant qu’Albert Vena avait déjà était dans le collimateur des agents fédéraux 2016, quand ces derniers avaient essayé de le relier à plusieurs meurtres crapuleux, sans succès.

 

 

La Famille de Détroit :

 

Jack Giacalone
Jack Giacalone

 

Parrain : Jack « Jacky The Kid » Giacalone
Acting Boss : Peter « Blackie » Tocco
Underboss : Anthony « Chicago Tony » La Piana
Consigliere : Anthony « Tony Pal » Palazzolo
Membres : 40-50
Associés : +1000

 

La famille de Détroit continue à être l’une des familles de la Cosa Nostra aux Etats-Unis. Dirigée par Jack « Jackie The Kid » Giacalone depuis le décès de Giacomo Tocco en 2014, ce dernier a pris dès sa prise de fonction des disponibilités pour être soulagé de la pression exercée par les autorités fédérales en s’entourant d’hommes de confiance. En Acting Boss, Peter Tocco continue à faire la relation entre le Parrain et les membres sur le terrain, en transmettant les messages sur un territoire assez vaste. En Underboss, Anthony LaPiana, un mafieux de la vieille école, un criminel en col blanc, qui a des ramifications jusqu’à Chicago avec la Outfit. En Consigliere, Anthony Palazzolo, qui avait repris les fonctions après le départ en retraite de Dominic « Uncle Dom » Bommarito, qui est décédé en Janvier dernier de causes naturelles. Quatre Capitaines sont actuellement en place et l’un d’entre eux, Giuseppe D’Anna, un membre de la faction Sicilienne est sortie d’une prison fédérale après avoir purgé quelques années pour extorsion et agression. La famille de Détroit est extrêmement cloisonnée et tenue par des liens du sang, rendant la collaboration avec les autorités fédérales encore plus difficile.

 

 

La Famille de Buffalo :

 

Stefano Magaddino
Stefano Magaddino

 

Parrain : Anthony Todaro / Frank BiFulco ?
Acting Boss : ?
Underboss : Joe Violi ?
Consigliere : Victor Sansanese ?
Membres : 20-40
Associés : +200

 

On l’a pensé défunte, anéanti depuis de nombreuses années et le décès de l’ancien Parrain Joseph Todaro Sr, avait donné très peu de chance à cette organisation criminelle de se reconstruire. La famille de Buffalo reste une famille historique de la Cosa Nostra. Le premier Boss en exercice, Stefano Magaddino devint un membre permanent de la Commission, lors de la création par Charles « Lucky » Luciano. Tout est parti d’une opération du FBI en Novembre dernier accompagné de la police Canadienne contre la famille Bonanno et des membres de la NDranghetta, la mafia Calabraise. Dans les personnes inculpées figuraient des membres de la famille de Buffalo, ce qui intrigua forcément les agences gouvernementales. Les conversations audios confirmèrent leur crainte, la famille de Buffalo serait encore très active. Quand Joseph Todaro Sr repris la famille dans les années 1980, la famille de Buffalo était déjà très affaiblie et renforça ainsi ses liens avec des membres de la mafia Calabraise, basée à Hamilton dans l’Ontario pour se renforcer. Quand Joseph Todaro Sr pris sa retraite en, il confia l’ensemble de ses affaires à son fils, Joseph Todaro Jr, propriétaire de plusieurs pizzerias dans la région de Buffalo. Préférant se légitimer il se serait très vite lui aussi retiré des affaires cette famille mafieuse, sans réelle certitude pour les agents fédéraux. Ce qui se passe aujourd’hui avec la famille de Buffalo peut aussi se produire avec d’autres familles de la Cosa Nostra qu’on croient défuntes depuis de nombreuses années, en Californie par exemple.

Lire la suite

FRANK MARRAPESE UN CAPITAINE DE LA FAMILLE PATRIARCA VIENT DE DÉCÉDER

23 Décembre 2017, 08:10am

Publié par Xav

Frank « Bobo » Marrapese
Frank « Bobo » Marrapese

Frank « Bobo » Marrapese, un Capitaine de la famille Patriarca, est décédé cette semaine dans un hôpital du Rhode-Island ou il avait été transféré il y a quelques jours pour des problèmes cardiaques, il était âgé de soixante quatorze ans. Frank Marrapese a un long parcours criminel au sein de la Cosa Nostra. Racketteur professionnel et à certains moment, tueurs à gages pour le compte de la famille Patriarca, il n’aura jamais cédé aux sirènes du gouvernement fédéral et a passé près de la moitié de sa vie derrière les barreaux, toujours pour les mêmes motifs, racket, violence et meurtre. Frank Marrapese était très fier de sa réputation au sein de la Cosa Nostra, se vantant que les individus quand ils entendaient son nom « faisaient dans leur pantalon ». Depuis son club social dénommé le Acorn Social Club, Frank Marrapese gérait son buisiness avec son équipe de Soldats et était devenu en quelques années, l’un des repères favoris de tous les membres de la famille Patriarca. Au début des années 1970, le FBI était étonné de l’ascension fulgurante de Frank Marrapese et commença à surveiller de plus près son repère, en pensant qu’au vu de l’activité, quelques semaines d’enquête suffiront pour faire inculper et condamner définitivement le Capitaine de la famille Patriarca. La surveillance sur Frank Marrapese était omniprésente voire oppressante, ce qui ne dérangeait pas le Capitaine de la famille Patriarca, qui fut enregistré en train de parler à l’un de ses Soldats : « Comment tu penses que je me sens ? J’ai trois maisons, cinq entreprises, cinq enfants, deux copines et une femme et maintenant ? Je suis là, je suis presque au sommet ». Au final, les agences gouvernementales assembleront des preuves pendant près de dix années, pour au final inculper en 1984, Frank Marrapese, du meurtre d’un Associé de la Cosa Nostra, Richard « Mickie » Callei. Le Capitaine de la famille Patriarca qui purgeait déjà à cette époque une peine de prison pour extorsion, acceptera sa peine sans broncher, la perpétuité dans un pénitencier fédéral, on était en 1987. En 2008, après vingt huit années derrière les barreaux, Frank Marrapese sera libéré de prison et malgré des lourdes contraintes sur sa libération conditionnelle, sera en 2011, inculpé et finalement condamné en 2013 à neuf années de prison pour racket et extorsion, toujours les mêmes habitudes pour le mafieux qui n’a jamais su se réhabiliter. En Septembre dernier, Frank Marrapese avait effectué une demande de libération conditionnelle, qui avait été logiquement refusée. Les juges savaient pertinemment, qu’une fois sortie de prison, Frank Marrapese aurait repris son business au sein de la famille Patriarca, et au vu de sa notoriété, aurait pu prétendre à un poste de haut rang au sein de la hiérarchie mafieuse.

Lire la suite

DIFFICULTÉ DANS LA PRÉPARATION DU PROCÈS DE L'ANCIEN PARRAIN DE LA FAMILLE PATRIARCA

4 Novembre 2017, 07:55am

Publié par Xav

Frank Salem
Frank Salemme

Francis « Cadillac Frank » Salemme, a un parcours assez atypique dans la Cosa Nostra. Au début de sa carrière criminelle, Francis Salemme n’avait aucun lien de parenté, ni aucune association avec des membres de la famille Patriarca. Mais dans les années 1950, ce dernier qui purgeait une courte peine de prison, fut incarcéré avec Anthony Morelli, un membre influent de la famille Patriarca. Son frère, Frank, surnommé « Butsey », avait été le premier chef répertorié de la famille de Providence basé dans dans l’État du Rhodes-Island, avant que cette dernière ne fusionne avec une autre faction, celle de Boston, basée dans l’État du Massachussetts, pour former la famille Patriarca.En prison, Anthony Morelli fut épaté par les facultés de Frank Salemme et lui demanda de le recontacter à sa sortie de prison. Une fois libéré, ce dernier devint en quelques années, un membre important, un proche du Parrain, Raymond Patriarca, qui adorait sa faculté à obéir coute que coute aux règles imposées par la famille mafieuse et surtout par sa faculté à ramener beaucoup d’argent. Mais en raison de ses origines à moitié Irlandaise par sa mère et Italienne par son père, son intronisation, était à cette époque, impossible. Mais au fil des années, les mentalités dans la Cosa Nostra changèrent et Frank Salemme prêtera serment d’allégeance et devient un Soldat aux ordres de Raymond Patriarca. Pendant sa carrière criminelle, Frank Salemme était très proche de certains membres du fameux Winter Hill Gang. Ce gang géré par Whitey Bulger, avait dans ses rangs, des individus d’origines Irlandaise, mais aussi Italienne, la plupart des tueurs à gage sans scrupule, que Frank Salemme connaissait très bien pour avoir passé une partie de son enfance avec eux. Suite à de nombreuses tensions au sein de la famille Patriarca, Frank Salemme deviendra au début des années 1990, le Parrain de cette famille mafieuse. Mais son règne fut de courte durée et en 1996, il sera inculpé de racket avec Whitey Bulger, mais aussi Steve Flemmi. Lors de son

Stephen Flemmi et James Bulger
Stephen Flemmi et James Bulger

incarcération, Frank Salemme se rendra compte que ces derniers collaboraient depuis des années avec les autorités fédérales et pour sauver sa peau lui, deviendra l’un des premiers Parrains de la Cosa Nostra à coopérer avec la justice Américaine. Son témoignage fut jugé

par les procureurs fédéraux et en signe de récompense, Frank Salemme sera transféré dans un autre État, sous une nouvelle identité. Dans le programme de protection des témoins fut assez trouble. En 2004, il sera arrêté pour parjure et entrave à la justice et condamné à cinq années de prison. A sa sortie, Frank Salemme réintègrera de nouveau et de justesse, le programme de protection des témoins. Mais en Juillet 2016, dernier coup de théâtre, Frank Salemme fut recherché, puis arrêté par la suite par le FBI pour avoir participé activement au meurtre de Steven DiSarro, un ancien propriétaire de boite de nuit qui entretenait des relations assez particulières avec la famille Patriarca. Selon les nouvelles accusations portées dans ce dossier, Steven DiSarro, aurait été étranglé par Frank Salemme Jr, fils de l’ancien Parrain en présence de l'ancien Parrain de la famille Patriarca et de Robert DeLuca, ancien Underboss qui décidera par la suite de coopérer. Pour les procureurs fédéraux, l’attitude décontractée de Frank Salemme pendant son arrestation et lors de sa première comparution devant un tribunal était inacceptable. Mais ce qui énervait visiblement le plus les procureurs, c'est le fait que Frank Salemme est une nouvelle fois menti aux autorités fédérales et ceux malgré les règles très strictes établies lors de sa coopération avec la justice Américaine, de dévoiler par exemple toutes les informations en sa connaissance sur son passé criminel, ont décidé de faire inculper Frank Salemme de meurtre et demander la peine de mort pour ce crime. Dans cette affaire, les procureurs fédéraux pourront s’appuyer sur le témoignage de Robert « Bobby » DeLuca, qui lui aussi fut arrêté alors qu'il était rentré dans le programme de protection des témoins, mais aussi sur le témoignage de Stephen Flemmi ancien ami de Frank Salemme.  Mais depuis plus d’un an, l’affaire semble trainer en longueur et Frank Salemme qui est actuellement incarcéré, a demandé par le biais de ses avocats, des nouvelles sur l’avancée de son dossier. L’ancien Parrain de la famille Patriarca, est en effet assez surpris de ne pas recevoir des preuves de son implication dans le meurtre de Steven DiSarro, pour qu’il puisse ainsi préparer sa défense. Lors d’une audience intermédiaire, les avocats de la défense ont alors demandé une nouvelle fois d’avoir tous les éléments nécessaires assez rapidement pour préparer un futur procès. Ce silence est selon la défense assez significatif d’un certain malaise que peut avoir les procureurs fédéraux, dans leur faculté à préparer à bien ce procès, qui devrait débuter en 2018. La liste des personnes pouvant témoigner est nombreuse, mais leur passé criminel peut être un poids trop lourd à porter et ainsi ne pas convaincre un jury de la culpabilité de Frank Salemme.

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 > >>