Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

Articles avec #lucchese tag

L'ANCIEN UNDERBOSS DE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE DEMANDE À SON COUSIN DE COLLABORER AVEC LE FBI

29 Juillet 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Lucchese

L'ANCIEN UNDERBOSS DE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE DEMANDE À SON COUSIN DE COLLABORER AVEC LE FBI

Pendant tout le procès, les avocats de la défense avaient déclaré que Nicodemo Scarfo Jr était le principal accusé dans le contrôle de la société "First Plus" en raison de son nom de famille et de sa relation avec son père, l'ancien Parrain de la famille de Philadelphie, Nicodemo Scarfo Sr. Bien entendu, ces derniers oublièrent de stipuler que Nicodemo Scarfo Jr était avant toute chose connu pour avoir été pendant des années un Capitaine de la famille Lucchese, opérant principalement dans l’État du New-Jersey. Cette ligne de défense n'a pas permis de faire acquitter Nicodemo Scarfo Jr, qui fut reconnu coupable de toutes les accusations retenues contre lui, laissant présager à coup sur, une condamnation à une lourde peine de prison (Cf : Un Capitaine de la famille Lucchese reconnu coupable). Maintenant, Nicodemo Scarfo Jr, attend sa comparution devant un tribunal fédéral dans les prochains mois, pour recevoir son verdict, il risque au vu de son passé au sein de la pègre, près de trente ans de prison, mettant fin à sa carrière criminelle qui fut très mouvementée. La seule solution pour éviter de terminer sa vie derrière les barreaux, et de prendre l'initiative de coopérer avec la justice et espérer par la suite que le juge fédéral le libère pour sa collaboration. Mais pour Nicodemo Scarfo Jr, travailler avec le gouvernement fédéral est beaucoup plus difficile que de se faire incarcérer dans un pénitencier de haute sécurité. En début de semaine, son cousin, l'ancien Underboss de la famille de Philadelphie, Phil Leonetti (voir photo) qui avait collaboré avec le FBI et avait permis de faire incarcérer Nicodemo Scarfo Sr à une peine de prison à perpétuité, lui demanda de "sauter le pas" et de commencer à donner des informations à la justice : "Il n'est pas vraiment un gangster mais son père avait une énorme influence sur lui. Par moment, je lui disais, cette vie n'est pas faite pour toi et il était d'accord, mais il suffisait que son père lui parle pour changer d'avis". Les membres de la famille de Philadelphie n'avaient pas du tout apprécié que Phil Leonetti puissent collaborer contre eux et sachant qu'il était entré dans le programme de protection des témoins, hors de leur portée, ils avaient tenté de le discréditer en stipulant que Phil Leonetti s'était enfuit dans le programme de protection des témoins avec plus d'un million de dollars qui appartenait à son Oncle, une chose qui s'avéra bien entendu totalement fausse. Mais pour ce dernier, avoir collaboré avec la justice est la plus "belle chose" qui lui soit arrivé. Grâce à sa coopération, il a pu commencer une nouvelle vie, loin des complots et des trahisons de la Cosa Nostra. Dans un entretien téléphonique accordé à un journaliste de Philadelphie, il déclara que Nicodemo Scarfo Jr avait encore la possibilité lui aussi de changer de vie, même si pour lui les informations qu'il pourrait donner à la justice Américaine seraient moins impressionnantes. Pour Phil Leonetti, Nicodemo Scarfo Jr a toujours vécu sous l'emprise de son père, le Parrain de la famille de Philadelphie dans les années 1980, considéré comme l'un des Parrains les plus violents dans l'histoire de la Cosa Nostra. Condamné pour plusieurs meurtres, il évita une condamnation à mort, mais reçu une peine de prison à perpétuité avec une possibilité de libération conditionnelle en 2033, il aura alors 103 ans : "Son père c'est le mal absolu. Je me souviens qu'il arrêtait pas d'harceler son fils pour qu'il rentre dans la Mafia et Nicodemo Scarfo Jr, pleurait à cause de la pression qu'exerçait son père. Il a détruit toute sa famille" déclara Phil Leonetti. Une chose étonnante, Phil Leonetti déclara qu'une fois qu'il était rentré dans le programme de protection des témoins, il lui arriva par moment d'aller rendre visite à grand mère qui habitait à Atlantic City et de croiser de temps en temps son cousin : "Il ne souciait pas que j'avais collaboré. Je lui ai dis de me rejoindre et de coopérer, mais il a préféré écouter son père". A cause de l'influence néfaste de son père, qui même incarcéré continuait à avoir une emprise totale sur son fils, Nicodemo Scarfo Jr avait survécu de justesse à une tentative d'assassinat le soir d'Halloween, au restaurant "Dante & Luigi" en 1989 : "Il m'avait expliqué que c'était Joey Merlino qui lui avait tiré dessus" déclara Phil Leonetti. A cette époque, les membres de la famille de Philadelphie venaient de sortir de plusieurs années de terreur avec le règne de Nicodemo Scarfo Sr, et des rumeurs courraient comme quoi, son fils voulait prendre la relève, une chose que plusieurs Soldats et Capitaines n'acceptèrent pas dont Joey Merlino, qui était déjà un individu très respecté et craint dans la Cosa Nostra. Le problème est qu'aujourd'hui le délais de prescription sur cette affaire a expiré depuis longtemps et même si Nicodemo Scarfo Jr décidait de collaborer avec le gouvernement fédéral, il ne pourrait pas utiliser ces informations pour tenter de réduire sa peine de prison. Nicodemo Scarfo Jr a deux condamnations précédentes pour racket et jeux et y a quelques années, il fut inculpé avec plusieurs membres de la famille Lucchese dont Joseph DiNapoli, Matthew Madonna et Anielo Migliore d'avoir participé à une escroquerie sur des paris sportifs qui engendra des centaines de millions de dollars à la famille Lucchese, cette affaire ne fut pas encore jugée, mais cela ne changera pas grand chose pour Nicodemo Scarfo Jr. Ce dernier a toujours suivi les conseils de son père, c'est grâce à lui qu'il fut intronisé dans la famille Lucchese, pour essayer de protéger son fils contre les membres de son ancienne famille, mais certaines personnes à Philadelphie ne l'avaient pas oublié pour autant, et venaient de temps provoquer Nicodemo Scarfo Jr pour lui montrer qu'ils gardaient toujours un oeil sur lui. Par exemple, en 1996, l'ancien Capitaine de la famille Lucchese ouvrit un restaurant dénommé "Amici" à Ventnor dans l'Etat du New-Jersey. Quand les membres de la famille de Philadelphie qui à cette époque était dirigée par Joey Merlino, apprirent cette nouvelle, Joey Merlino envoya des individus pour racketter l'établissement. Un manque de respect significative de la part de Joey Merlino envers Nicodemo Scarfo Jr, qui fut réglé grâce à l'intervention de la famille Lucchese. Ce genre de comportement est typique de la nouvelle génération qui dirige actuellement la famille de Philadelphie. Pour Phil Leonetti, des individus comme Joey Merlino ou George Borgesi n'ont aucun scrupule pour s'immiscer dans les affaires des autres. Mais derrière, il y aussi une ancienne génération avec des mafieux comme Phil Narducci, qui d'après Phil Leonetti serait prêt à les tuer si ces derniers empiétaient sur ses affaires. Pour l'instant, Nicodemo Scarfo Jr est toujours incarcéré, en attendant son transfert définitif dans un pénitencier fédéral, qui aura lieu en Octobre prochain. Mais pour l'aider, Phil Leonetti va demander la clémence au juge fédéral, en demandant à ce dernier de prendre en compte la vie qu'a pu avoir son cousin par le passé, car malgré qu'il soit initié dans la Cosa Nostra, Nicodemo Scarfo Jr à eu en partie cette vie dans le crime organisé à cause de son père. D'ailleurs, dans l'affaire sur le racket de la société "First Plus", Nicodemo Scarfo Sr, malgré son incarcération, donnait des conseils à son fils sur la façon de vider les caisses de l'entreprise. Phil Leonetti raconta une anecdote qui se passa dans la vie de Nicodemo Scarfo Jr, son frère, Mark Scarfo, avait tenté de se suicider en 1988, il était alors âgé seulement de dix sept ans. Il survécut, mais resta dans le coma puis dans un état végétatif jusqu'a son décès cette année. Il raconta que pendant toute cette période, ce fut la mère de Nicodemo Scarfo Jr et lui même qui s'en occupa, son père avait décidé depuis longtemps de le renier :"Il m'a dit qu'une fois qu'il sortirait du coma, il aurait plus de contact avec lui" déclara Phil Leonetti

Lire la suite

UN CAPITAINE DE LA FAMILLE LUCCHESE RECONNU COUPABLE

6 Juillet 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Lucchese

UN CAPITAINE DE LA FAMILLE LUCCHESE RECONNU COUPABLE

Généralement, quand les jurés commencent à être unanimes sur plusieurs points dans un procès, on peut s’attendre à un verdict rapide, et une sentence qui est prise rapidement, est généralement un mauvais point pour la défense. En fin de semaine, le jury est revenu dans le tribunal fédéral pour mettre un terme à près de six mois de procès ou les procureurs fédéraux avaient essayé de démontrer que la société basée au Texas « First Plus » avait été « gangrenée » par deux individus liés à la Cosa Nostra, Nicodemo Scarfo Jr (voir photo), un Capitaine de la famille Lucchese et son Associé, Salvatore Pelullo. Face au jury, se trouvait, les deux individus en question, incarcéré depuis leur arrestation en 2010, ils avaient revêtu leur habit de prisonnier. A côté d'eux, une ribambelle d’avocats de la société, accusés d'avoir profité de ce « désordre » au sein de l'entreprise pour se faire de l'argent. Nicodemo Scarfo Jr, un Capitaine de la famille Lucchese, avait été accusé par le gouvernement, d’avoir « tiré les ficelles » depuis l’État du New-Jersey et alors que ce dernier était en contrôle judiciaire, en jouant sur sa notoriété au sein de la Cosa Nostra pour racketter la société. Pour réussir son « coup », et pour éviter d'agir personnellement, il avait fait appel à Salvatore Pelullo, un individu âgé de 46 ans, Associé de la famille Lucchese, déjà connu des autorités judiciaires pour des condamnations pour fraude. Ce dernier qui aimait manger au restaurant sur la musique du « Parrain », utilisait ses relations au sein de la Cosa Nostra et de son amitié grandissante avec Nicodemo Scarfo Jr, pour menacer les employés de la société, qui terrifiés par la perspective d'avoir des ennuis avec la Cosa Nostra, avaient aidé les deux amis à se hisser à la tête de l’entreprise. C’est dans une salle d’audience bondée, ou les familles des différents accusés étaient venues écouter le résultat final de ce procès, que le président du jury commença à lire son verdict. Quand le juré commença à lire les accusations de Nicodemo Scarfo Jr, le mot « coupable » raisonna près de vingt cinq fois dans la salle d’audience, alors que Salvatore Pelullo, fut reconnu coupable de vingt quatre chefs d’inculpations sur vingt quatre, une grande victoire pour les procureurs fédéraux, mettant fin à une enquête qui aura duré plusieurs années. La plupart des autres accusés dans ce procès, furent relativement épargnés, seul John Maxwell l’ancien PDG de la société et son frère William, un avocat spécialisé, qui travaillait pour l’entreprise furent reconnus coupables. En absence, de précédente condamnation, les deux individus risquent d’être condamnés à une peine légère derrière les barreaux, alors que William Maxwell, ne pourra plus exercer son métier d'avocat. Pour Nicodemo Scarfo Jr, et Salvatore Pelullo, cela est différent. Le Capitaine de la famille Lucchese, est un habitué de la justice Américaine, ayant un très lourd casier judiciaire, il pourra être condamné à près de trente ans dans une prison fédérale. Âgé de quarante huit ans, cela équivaut à une condamnation à mort pour Nicodemo Scarfo Jr, il rejoindra alors les traces de son père, l’ancien Parrain de la famille de Philadelphie, condamné à la prison à perpétuité depuis plusieurs dizaines d’années pour différents meurtres. Salvatore Pelullo, étant lui aussi un habitué de ce genre de délits, sera condamné sans nul doute à une lourde peine de prison. Les autorités ont commencé à s’intéresser à la société « First Plus » au printemps 2007, quand ils remarquèrent que deux individus liés à la Cosa Nostra commençaient à manœuvrer pour y prendre le contrôle. Après plusieurs écoutes, il était évident que Salvatore Pelullo et Nicodemo Scarfo Jr avaient réussi leur coup, mais bizarrement, leurs noms n’apparaissaient pas dans les documents de l’entreprise envoyés aux organismes gouvernementaux. L’enquête devint de plus en plus importante et les autres écoutes étaient stupéfiantes, on pouvait entendre Salvatore Pelullo se « vanter » avoir des relations avec la famille Lucchese, et menaçait un employé de la société de « violer » sa femme et de faire « prostituer » ses filles si il ne l’aidait pas à diriger l’entreprise. Son rêve aurait été sans nul doute de devenir un membre initié de la Cosa Nostra, tellement Salvatore Peullo était « imprégné des valeurs » de l’organisation criminelle. Pour Nicodemo Scarfo Jr, sa vie de gangster est visiblement terminée. Initié dans la famille Lucchese, grâce à l’aide de son père, qui ne voulait pas que ce dernier reste à Philadelphie après son incarcération, Nicodemo Scarfo Jr n’a jamais visiblement était considéré comme un membre à part entière de la famille mafieuse. En 2007, quelques années avant son arrestation, Nicodemo Scarfo Jr avait été rétrogradé au rang de « Soldat » en raison de sa trop grande couverture médiatique. Vic Amuso, le Parrain de la famille Lucchese et ami de son père était toujours le Parrain, mais Steven Crea, un membre important de la famille mafieuse, qui venait de sortir de prison, et qui deviendra par le suite le prochain Boss, en avait assez que les médias se concentrent sur eux, et décida que Ralph Perna un Capitaine réputé de la famille qui opère lui aussi dans le New-Jersey, le remplace par la suite.

Lire la suite

VERDICT ATTENDU POUR NICODEMO SCARFO JR

3 Juillet 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Lucchese

VERDICT ATTENDU POUR NICODEMO SCARFO JR

Il semble que le jury a décidé de passer à la vitesse supérieure et de faire condamner Salvatore Pelullo (voir photo) et Nicodemo Scarfo Jr à des peines de racket. Les délibérations ont repris en début de semaine et même si la semaine dernière les questions posées au juge fédéral pouvait laisser perplexe les procureurs fédéraux et les avocats de la défense (Cf :Les délibérations se poursuivent contre un Capitaine de la famille Lucchese), une note adressé au juge fédéral montre que les jurés se sont déjà mis d’accord à « l’unanimité » sur plusieurs accusations : « Nous sommes unanimes sur certains points, mais pas encore sur d’autres » déclara un des jurés dans une lettre adressée au juge fédéral, en « demandant plus de temps pour arriver à un verdict ». Cette réponse, couplée à une enquête antérieure sur la façon de répondre à l’accusation, ont semé le « désarroi » dans le camp de la défense, qui pourrait voir Salvatore Pelullo et Nicodemo Scarfo Jr se faire condamner à des longues peines de prison, alors que les sept autres accusés dans cette affaire, sont jugés pour un délit simple de « conspiration » : « Cela ne semble pas très bon » déclara un des avocats de la défense. Pendant plus de six mois, les procureurs fédéraux ont essayé de mettre en évidence que Nicodemo Scarfo Jr, un Capitaine réputé de la famille Lucchese, avait pris le contrôle, avec l’aide son père Nicodemo Scarfo Sr, incarcéré dans une prison fédérale et de son associé Salvatore Pelullo, un Associé de la famille Lucchese, la société de prêt hypothécaire « First Plus » basée au Texas. Pendant des années, Salvatore Pelullo, aurait profité de ses relations au sein de la Cosa Nostra pour siphonner près de douze millions de dollars qu’il dépensa avec Nicodemo Scarfo Jr pour assouvir leur train de vie luxueux. Si les procureurs fédéraux arrivent à faire condamner Nicodemo Scarfo Jr à une peine de racket, il ne faudra pas espérer que ce dernier décide de collaborer avec le FBI. La Cosa Nostra est tellement ancré dans sa vie, que le Capitaine de la famille Lucchese, a pris l’habitude après chaque arrestation de ne pas adresser la parole aux autorités judiciaires. Pendant le procès, Nicodemo Scarfo Jr ne parla qu’a son avocat, et le reste du temps, il resta attentif au débat, tout le contraire de Salvatore Pelullo, qui ne cessa de rigoler et fini même par se faire exclure du procès, une attitude que le jury a du prendre en compte pendant les délibérations. Fait exceptionnel, pendant les délibérations, un des jurés quittera volontairement les débats pour cause d’un départ en vacances programmé depuis des mois et avec l’accord du juge fédéral, Robert Kugler. Mais aucune inquiétude, car un nouveau juré va le remplacer automatiquement, la politique veut que les délibérations reprennent de zéro, mais sans une objection majeure de la nouvelle personne, elles pourront continuer normalement, avec un verdict attendu pour la fin de semaine. Les observateurs pensent que ce même jury pourrait faire condamner les différents avocats de la société « First Plus » pour leur malversation financière. Ce fut le cas avec Donal Manno, un ancien avocat de Nicodemo Scarfo Jr, accusé par les autorités, de fraude et d’entrave à la justice. Ce dernier aurait depuis son arrestation, continuellement menti pour éviter que la justice ne s’intéresse plus profondément aux « aux escroqueries » qu’il a pu effectuer avec son client pendant plusieurs années. En raison de leurs précédentes condamnations, Savatore Pelullo et Nicodemo Scarfo Jr pourraient être condamnés à près de trente ans de prison dans un pénitencier fédéral. Les cinq autres accusés, font face à des peines plus légères, mais ils pourraient perdre leur titre d’avocat s’ils étaient reconnus coupables, ce qui pour certains, pourrait se révéler dévastateur.

Lire la suite

LES DELIBERATIONS SE POURSUIVENT DANS LE PROCES CONTRE UN CAPITAINE DE LA FAMILLE LUCCHESE

27 Juin 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Lucchese

LES DELIBERATIONS SE POURSUIVENT DANS LE PROCES CONTRE UN CAPITAINE DE LA FAMILLE LUCCHESE

Le jury a entamé son sixième jour de délibération dans le procès contre Nicodemo Scarfo Jr (voir photo à droite) et Salvatore Pelullo (voir photo à gauche) et il avance à petit pas dans les différentes charges retenues contre les différents accusés. Les jurés composés de sept femmes et cinq hommes ont envoyé en début de semaine, une question au juge fédéral Robert Kugler, laissant supposé plusieurs spéculations auprès des procureurs et de la défense, car les renseignements demandés par le juré était en rapport avec la charge principale de racket qui dirige l’acte d’accusation, sans celle-ci Nicodemo Scarfo Jr et Salvatore Pelullo seraient libres à l’heure actuelle comme les autres accusés dans cette affaire : « Je pense qu’ils sont encore en train de délibérer sur les premiers chefs d’inculpation » déclara un des avocats. Pendant tout le procès, le gouvernement fédéral a prétendu que Nicodemo Scarfo Jr, un Capitaine de la famille Lucchese et son bras droit Salvatore Pelullo ont dirigé par la force, la société de prêts hypothécaires « First Plus » basée au Texas en 2007. L’acte d’accusation montre que le duo a utilisé des faux contrats et profita de l’argent de l’entreprise pour assouvir leur train de vie somptueux, qui comprend l’achat d’un yacht, un jet d’affaire, une Bentley et plusieurs maisons dont une à Atlantic City. Nicodemo Scarfo Jr et Salvatore Pelullo qui sont incarcérés depuis le début de l’affaire, avaient été arrêtés avec onze autres accusés dont la femme de Nicodemo Scarfo Jr, Lisa Murray qui avait plaidé coupable peu de temps après. Pendant tout le procès, Savatore Pelullo s’était fait remarquer à plusieurs reprises par son comportement insolent, se moquant des différents témoins qui venaient témoigner à la barre et en les insultant. Ce comportement avait obligé le juge fédéral à l’exclure tout simplement de la salle de tribunal et il avait donc du suivre la fin de son procès de sa cellule. Pendant les délibérations, les accusés et leurs avocats, ont pu attendre dans le couloir, à proximité de la salle d’audience ou une sandwicherie et une cafétéria étaient ouverts pour l’occasion, quand à Nicodemo Scarfo Jr, il est lui aussi détenu par mesure de sécurité dans une prison pas loin du tribunal. Lorsque l’on demande à John Maxwell, un ancien Associé de Salvatore Pelullo et lui aussi accusé dans cette affaire, comment il occupe son temps pendant les délibérations, il déclara en souriant, qu’il « regarde des films sur son ordinateur portable » : « Ces gars là sont les dommages collatéraux du gouvernement. Leur but c’était de les avoir à deux (Nicodemo Scarfo Jr et Salvatore Pelullo), mais ils ne se sont jamais rendus compte, que mon client était une victime dans cette affaire, c’est une honte » déclara un ami de John Maxwell. Les autres « dommages collatéraux » seraient William Maxell, frère de John Maxwell, qui fut grassement payé par Salvatore Pelullo pour servir d’avocat de la société First Plus, David Adler un autre avocat qui fut recruté par le « duo » et Gary McCarthy, lui aussi un avocat de la société, spécialisé dans les questions commerciales. Nicodemo Scarfo Jr a déjà malgré son âge, un passé sulfureux dans le crime organisé. Son père n’était autre que Nicodemo Scarfo Sr, ancien Parrain de la famille de Philadelphie dans les années 1980, qui purge actuellement une peine de prison à perpétuité pour plusieurs meurtres. Après l’incarcération de son père, Nicodemo Scarfo Jr avait voulu prendre le pouvoir, mais plusieurs membres de la famille de Philadelphie en avaient assez du « règne de terreur » que pouvait exerçait la « famille Scarfo » et le 31 Octobre 1989, le soir d'Halloween, il fut atteint de plusieurs balles dans un restaurant, Nicodemo Scarfo Jr survécut miraculeusement, mais il comprit très vite le message, il n’était plus le bienvenu à Philadelphie. Son père, pour sauver son fils, demanda à la famille Lucchese de le « recueillir » et devint un membre initié de cette famille. Entre 2007 et 20011, Nicodemo Scarfo Jr demanda plusieurs fois de l’aide à son père Nicodemo Scarfo Sr, qui à cette époque était incarcéré dans la même prison fédérale de l’ancien Parrain Lucchese, Vic Amuso. Nicodemo Scarfo Sr qui malgré ses années d’incarcération, n’avait pas perdu son sens des affaires, et conseilla son fils et Salvatore Pelullo dans leur prise de contrôle de la société, bien sûr une compensation financière était obligatoire et d’après Nicodemo Scarfo Sr, Vic Amuso demandait beaucoup d’argent (Vic Amuso, cédera sa place de Parrain à Steven « Winderboy » Crea par la suite). La défense a toujours prétexté que le gouvernement fédéral, jouait sur le « spectre de la Cosa Nostra » pour embellir l’affaire et convaincre le jury qu’il y avait une fraude avérée. Mais pour ces derniers, Salvatore Pelullo, malgré ces précédentes condamnations pour les mêmes délits, était un simple entrepreneur, qui reprenait des entreprises en difficulté pour les « remettre à flot ». Salvatore Pelullo qui d’après la justice Américaine, a profité pleinement de son statut d’Associé de la famille Lucchese, pour menacer les employés de la société First Plus, organisant des diners avec ses amis dans des restaurants somptueux du Texas sous la musique du « Parrain ».

Lire la suite

FIN DE PROCES POUR UN CAPITAINE DE LA FAMILLE LUCCHESE

18 Juin 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Lucchese

FIN DE PROCES POUR UN CAPITAINE DE LA FAMILLE LUCCHESE

« On va l’éplucher couche par couche comme un oignon » voila par quoi a commencé le procureur fédéral pendant son réquisitoire final, dans l’affaire contre Nicodemo Scarfo Jr (voir photo), un Capitaine de la famille Lucchese et son Associé, Salvatore Pelullo, soupçonnés d’avoir dilapidé pendant plusieurs années pour près de douze millions de dollars la société « First Plus » basé au Texas. Pendant plus de trois heures, le procureur fédéral, Stephen D'Aguanno a tenté d’expliquer comment Nicodemo Scarfo Jr et Salvatore Pelullo ont falsifié des contrats, ont nommé des actionnaires fictifs et ont dépensé sans compter l’argent de l’entreprise pour assouvir leur train de vie luxueux. Dans un réquisitoire qui marqua près de cinq mois de procès, le procureur fédéral expliqua comment Salvatore Pelullo avait été nommé à la « tête » de l’entreprise dans un seul but, s’enrichir et relayer les ordres de Nicodemo Scarfo Jr, qui tapit dans l’ombre et avec l’aide son père incarcéré dans une prison fédérale, donna des conseils, pour vider le plus rapidement possible les caisses de la société depuis leur prise de contrôle en 2007. En plus de falsifier des documents, Salvatore Pelullo était très généreux, et faisait même profiter ses amis dans son escroquerie. Un de ses conseillers, William Maxwell, qui lui aussi fut arrêté, fut accusé d’avoir touché près de cent mille dollars par mois pour avoir « aidé » la société a mettre en place des contrats avec la deuxième entreprise de Salvatore Pelullo, « Seven Hills Management », un contrat qui fut beaucoup plus avantageux que celui de Nicodemo Scarfo Jr, qui gagnait près de trente trois mille dollars par mois, sans avoir aucune activité dans l’entreprise, ce dernier qui réside dans le New-Jersey, donnait la plupart de ses « conseils » par téléphone. Et pour montrer que Salvatore Pelullo et Nicodemo Scarfo Jr étaient déjà connus des autorités, le procureur fédéral démontra que l’Associé de la famille Lucchese avait déjà été condamné pour ce genre de délits par le passé, alors que Nicodemo Scafo Jr connu des autorités depuis des années pour sa relation avec la famille Lucchese était coutumier de ce genre de méfaits. Stephen D'Aguanno expliqua que l’association Pelullo-Scarfo ne représentait pas la Cosa Nostra, mais que les deux individus avaient « utilisé » leur « réputation » au sein de la pègre pour se mener au sommet de la société en menaçant la plupart des salariés présents dans l’entreprise. Et outre Nicodemo Scarfo Sr, qui s’était impliqué personnellement dans cette extorsion depuis la prison fédérale a Atlanta en ou il était incarcéré, Nicodemo Scarfo Jr et Salvatore Pelullo avaient aussi reçu le « soutient » de Vic Amuso, ancien Boss de la famille Lucchese qui à cette époque, était incarcéré dans la même prison que le père de Nicodemo Scarfo Jr depuis sa condamnation à perpétuité en 1992. Les deux anciens parrains ne furent pas inculpés par la justice Américaine pour éviter des dépenses inutiles au vu de leurs condamnations respectives, mais dans plusieurs conversations téléphoniques, Nicodemo Scarfo Sr avait bien rappelé à son fils, que « Oncle Vic » (Vic Amuso), attendait un pourcentage non négligeable de l’argent touché par Nicodemo Scarfo Jr et Salvatore Pelullo. Agé aujourd'hui de 80 ans, l'ancien Parrain n'avait pas perdu pour autant son « sens des affaires » Pour la défense et en particulier pour l’avocat de Salvatore Pelullo, Michael Farrell, cela est simple, les procureurs fédéraux ont essayé de médiatiser l’affaire en faisant planer le spectre de la Cosa Nostra. Mais pour eux, son client n’est ni un voleur, ni un Associé de la famille Lucchese, il est juste un « expert en redressement » d’entreprises en difficulté : « Le gouvernement n’a jamais laissé la moindre chance à mes clients et ils veulent vous convaincre aujourd’hui qu’ils sont coupables de tous ces crimes. Je peux vous dire que Salvatore Pelullo a sauvé beaucoup d’entreprises grâce à son talent » déclara Michael Farrell, en affirmant que son client avait été classé par un média Américain comme des meilleurs entrepreneurs des États-Unis. Il décrivit Salvatore Pelullo comme un individu ayant le « sens aiguisé des affaires, un preneur de risque » qui avait pour but de prendre des entreprises en difficulté pour les remonter financièrement : « Prendre la société ? il voulait tout simplement sauver cette entreprise ? » hurla t’il dans le tribunal. Il décria par la même occasion que Nicodemo Scarfojr avait était inculpé, non pas pour ces précédentes condamnations pour racket et pour être un membre initié de la famille Lucchese, mais en raison de son nom, car son père était l’ancien Parrain de la famille de Philadelphie « Le gouvernement veut vous faire croire qu’il est un gangster, alors que ce n’est pas le cas. Ils (les procureurs) veulent que vous condamnez mes clients en raison de leur relation supposée avec la Cosa Nostra ». Pour Donald Manno, le deuxième avocat de Nicodemo Scarfo Jr, il exhorta le jury à « examiner » les faits et non les « détournements » supposés des deux accusés.

Lire la suite

NE JAMAIS RIRE PENDANT UN PROCES FEDERAL - SUITE ET FIN

25 Avril 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Lucchese

NE JAMAIS RIRE PENDANT UN PROCES FEDERAL - SUITE ET FIN

Il n’aura pas fallu longtemps au juge fédéral Robert Kugler d’ordonner que Salvatore Pellulo (à gauche sur la photo), un Associé de la famille Lucchese, accusé avec son ancien « bras-droit » Nicodemo Scarfo Jr (à droite sur la photo), d’avoir pillé plusieurs millions de dollars de la société « FirstPlus », d’être exclu du procès pendant plus d’un mois. Il faut dire que le juge fédéral, avait déjà été très patient avec ce dernier, l’ayant prévenu à plusieurs reprises, des conséquences que pouvait avoir son comportement s'il continuait à rigoler pendant son procès. Déjà en Mars dernier, Salvatore Pellulo avait faillit être exclu, avant que Robert Kugler ne lui dise une dernière fois de s’arrêter (Cf : Ne jamais rire pendant un procès fédéral). Les rires, et les hurlements de l’Associé de la famille Lucchese pendant le procès, pour se moquer de ses anciens collaborateurs venus témoigner, n’ont pas été appréciés par les procureurs fédéraux et surtout par le jury. Que va-t-il alors se passer pour Salvatore Pellulo ? Le juge fédéral Robert Kugler a deux solutions. La première, il pourrait demander à l’Associé de la Cosa Nostra de suivre son procès dans une salle annexe, seul avec son avocat. La deuxième solution, est que ce dernier reste incarcéré, le temps que le juge décide de son retour. En début de semaine, Salvatore Pellulo répliqua avec l‘aide de son avocat, en demandant tout simplement la nullité de son procès, car selon lui, le juge fédéral à « violé » le cinquième (« vise à protéger contre les abus de l'autorité du gouvernement dans une procédure juridique. ») et le sixième amendement (« Dans toutes poursuites criminelles, l'accusé aura le droit d'être jugé promptement et publiquement par un jury impartial de l'État et du district où le crime aura été commis »). Toujours d’après Salvatore Pellulo, la décision du juge de « l’expulser » du procès est selon lui injustifié, car les « rires » de Salvatore Pellulo, reproché par le juge pendant le témoignage des différents témoins, n’étaient en faites que des « tentatives » pour « discuter » avec son avocat. Déjà rappelé à l’ordre le mois dernier lors du témoignage de Cory Leshne, il avait de nouveau dérapé pendant la déclaration sous serment de Ken Stein, un ancien expert de la société en début de semaine : « Bien qu’il n’est pas contesté avoir fait une remarque sur le témoignage de Ken Stein (Salvatore Pellulo avait traité ce dernier de menteur). Ces dernières, étaient adressées à son avocat, pour l’aiguiller sur la stratégie à suivre pendant le procès » déclara un de ses avocats. Salvatore Pellulo stipula par ailleurs, que le fait de ne pas pouvoir porter d’autres vêtements que celui de la prison ou il est actuellement incarcéré, peut lui porter préjudice pendant le procès. Tout naturellement, J. Michael Farrell et Troy A. Archie les avocats de Salvatore Pellulo, ont demandé au juge fédéral d’annuler la sanction prise contre leur client, jugeant que le fait que ce dernier ne puisse pas assister à son procès, était une violation de ses droits constitutionnels. Ils attirèrent aussi l'attention du juge, en lui signifiant que Salvatore Pellulo souffre de trouble bipolaire depuis de nombreuses années, mais le juge fédéral Robert Kugler connu pour son « inflexibilité » a rejeté la requête des avocats. Selon l’acte d’accusation, Salvatore Pellulo, a collaboré avec Niocdemo Scarfo Jr et son père actuellement incarcéré dans un pénitencier fédéral Nicodemo Scarfo Sr pour dilapider les fonds d’une société basée au Texas « FirstPlus ». D’après le FBI, l’Associé de la famille Lucchese, avait réussi à prendre le contrôle de l’entreprise en « menaçant » les différents membres du conseil d’administration. Salvatore Pellulo fait face à près de vingt cinq charges accusations dont le racket, la fraude en valeurs mobilières, la fraude électronique, la fraude postale, la fraude bancaire, l'extorsion, le blanchiment d'argent et entrave à la justice.

Lire la suite

UN CAPITAINE DE LA FAMILLE LUCCHESE PERSECUTE ?

22 Avril 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Lucchese

UN CAPITAINE DE LA FAMILLE LUCCHESE PERSECUTE ?

La réunion qui se déroula en Février 2000 dans le New-Jersey entre Peter "Pete the Crumb" Caprio et un Associé de la famille de Philadelphie, n’était pas pour lancer un contrat contre Nicodemo Sarfo Jr (voir photo), mais simplement une réunion d’affaire rien de plus : « Si j’avais voulu le tuer, il serait déjà mort depuis longtemps », avait déclaré le vieux mafieux à Philip "Philly Fay" Casale, sans savoir que ce dernier était en train de l’enregistrer secrètement. Des enregistrements qui furent écoutés lors du procès contre Nicodemo Scarfo Jr et Salvatore Pelullo, accusé par la justice Américaine d’avoir racketté, fraudé, et d’avoir blanchi pour près de 12 millions de dollars en prenant le contrôle pendant des années d’une société basée au Texas « FistPlus ». Mais pour la défense, les procureurs fédéraux ont « exagéré » cette affaire, car le fils de l’ancien Parrain de la famille de Philadelphie était actionnaire dans cette société. Toujours d’avocat de Nicodemo Scarfo Jr, Michael Riley, si son client est actuellement incarcéré, c’est qu’il porte le nom « Scarfo » et non pas en raison de son appartenance à la famille Lucchese de New-York, un motif que l’avocat oublie très certainement de déclarer au jury. Michael Riley continua sur sa lancé, en déclarant que la famille de Nicodemo Scarfo Jr fut et continue à être « persécutée » depuis des années, en raison de l’incarcération à vie de Nicodemo Scarfo, Parrain de la famille de Philadelphie dans les années 1980. Tellement persécutée, que selon lui, un des frères de Nicodemo Scarfo Jr avait du changé de nom et qu’un autre avait fait une tentative de suicide, une situation insupportable, qui vient selon lui, du résultat de l’ « acharnement » fait par le FBI et les procureurs fédéraux contre sa famille. Pour essayer de confirmer le passé criminel du Capitaine de la famille Lucchese, les procureurs ont fait appel jeudi dernier, à un agent du FBI, spécialiste de la Cosa Nostra, Kenneth Terracciano. Pour ce dernier, le père de Nicodemo Scarfo Jr, a « contrôlé » la famille de Philadelphie jusqu’à son incarcération en 1988. Le problème étant qu’une lutte pour le pouvoir éclata très rapidement dans la famille de Philadelphie, ou plusieurs membres, qui en avaient plus qu’assez du « règne de terreur » qu’avait pu laisser Nicodemo Scarfo, lança un contrat contre son fils, qui était soupçonné depuis l’incarcération de son père de vouloir prendre les rênes de la Cosa Nostra. Une fusillade éclata alors au restaurant « Dante & Luigi » le soir d'Halloween en 1989. Atteint de plusieurs balles, Nicodemo Scarfo Jr survécu miraculeusement. D’après Kenneth Terracciano, cet tentative d’assassinat fut marqué de l’emprunte de Joey Merlino, ancien ami de Nicodemo Scarfo Jr pendant leur jeunesse, et d’après les médias, actuel Parrain de la Cosa Nostra à Philadelphie : « Vous avez dis au jury et à tout le monde présent dans ce tribunal, que cette tentative d’assassinat était l’origine de Joseph Merlino » déclara l’avocat de Nicodemo Scarfo Jr : « Il a juste donné son opinion » répliqua le procureur fédéral. Suite à cette tentative manquée, le père de Nicodemo Scarfo Jr devait réagir pour éviter d’une part que sa famille soit tuée, mais d’autre part pour que sa « deuxième » famille ne termine pas dans une guerre interne qui pourrait profiter à d’autres organisations criminelles de prendre du terrain sur la Cosa Nostra. De la prison fédérale ou il était incarcéré, il prit contact avec la famille Lucchese et fit « déménager » son fils à Newark dans le Nord du New-Jersey, ou il « travailla » pour des Capitaines très respectés de la famille de New-York : « Il est resté là-bas, et est finalement devenu un membre initié de la famille Lucchese ». Mais même une fois « retiré » de la famille de Philadelphie, dix années plus tard, le FBI l'avait prévenu que sa vie était menacée, non pas par Joseph Merlino son ancien ami, mais cette fois-ci par Peter "Pete the Crumb" Caprio, un tueur à gages réputé de la famille de Philadelphie. Retour le 18 Février 2000, Peter Caprio était en train de manger dans un restaurant du New-Jersey avec Philip Casale. Après le diner Peter Caprio rejoignit le bar, accompagné de plusieurs mafieux et la discussion s’orienta très vite sur Nicodemo Scarfo Jr. Mais alors que la plupart des personnes réunies ce soir là, étaient des anciens « Lieutenants » de Nicodemo Scarfo Sr, dix ans après la tentative d’assassinat manquée le soir d’Halloween, personne ne savait à quoi ressembler aujourd’hui son fils : « Ces gars là, qui ont travaillé pendant des années avec son père, n’avaient pas la moindre idée de comment était Nicodemo Scarfo Jr et avait qui il travaillait » déclara l’avocat du Capitaine de la famille Lucchese, Michael Riley.

Lire la suite

NE JAMAIS RIRE PENDANT UN PROCES FEDERAL

14 Mars 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Lucchese

NE JAMAIS RIRE PENDANT UN PROCES FEDERAL

Il voulait faire le pitre pendant le procès et faire rire ses anciens Associés, mais le juge fédéral, Robert Kugler n’a pas trouvé ca très drôle et révoqua immédiatement la caution de John Maxwell l’ancien PDG de « FirstPlus » soupçonné avec Nicodemo Scarfo Jr et Salvatore Pellulo (voir photo) d’avoir aidé à dilapider pendant des années les caisses de son entreprise. Pendant le contre-interrogatoire de Cory Leshner, un ancien Avocat et un des témoins clé du gouvernement (Cf : Et pendant ce temps là…), John Maxwell, ne put s’empêcher de rigoler et ceux à plusieurs reprises en plein tribunal. Le verdict fut donc sans appel, ce dernier qui était encore libre en attendant son verdict, rejoindra dès à présent Nicodemo Scarfo Jr et Salvatore Pellulo dans le centre de détention ou ils sont incarcérés depuis leur arrestation, en Novembre 2011. L’avocat de John Maxwell, Mark Catanzaro, va demander dans quelques jours au juge fédéral de revenir sur sa décision, prétextant que ce dernier était en « état de choc » quand il apprit que sa caution fut révoquée. Mais pour le juge, Robert Kugler, ce n’était pas la première fois qu’il demandait à l’accusé de cesser de rigoler pendant les interrogatoires. Pour justifier de sa décision, il envoya donc une lettre à l’avocat de John Maxwell, prétextant que : « Ce dernier et malgré plusieurs avertissements, a gêné par ses fous-rires le procès et ceux en présence du jury. La révocation de sa caution est une sanction adaptée pour un outrage au tribunal » déclara le juge fédéral. Cory Leshner, était en train de se faire interroger par l’avocat de Nicodemo Scarfo jr, Michael Riley, quand celui-ci expliqua la personnalité de Salvatore Pellulo. Pour ce dernier, l’Associé de la famille Lucchese, était quelqu’un d « arrogant » mais qui pouvait être aussi « bon et généreux ». Mais il déclara qu’a plusieurs reprises, Salvatore Pellulo avait « menacé d’étouffer » un individu, même s’il ne l’a jamais vu agresser quelqu’un et c’est à ce moment là, que John Maxwell éclata de rire. Le juge fédéral Robert Kugler, demanda alors au jury de sortir de la salle d’audience et s’adressa aux accusés : « Vous voulez passez les prochaines nuits en prison, car vous trouvez ca drôle ? » déclara alors Robert Kugler, qui s’adressait forcément à John Maxwell, étant donné que Nicodemo Scarfo Jr et Salvatore Pellulo sont détenus depuis leur arrestation en Novembre 2011. Pour l’avocat de John Mawell, son client « n’était pas le seul à rire » pendant le procès. En effet, le juge fédéral avait aussi demandé à Salvatore Pellulo d’arrêter de rigoler quand Cory Leshner était en train de racontait sa première confrontation avec Nicodemo Scarfo Jr à un barbecue en 2006 : « Vous voulez continuer à rire M.Pellulo, vous pensez que c‘est drôle. Si vous n’arrivez pas à vous contrôler, il y des personnes dans ce tribunal qui vous feront sortir » avait aussi déclaré le juge fédéral à l’ancien bras droit de Nicodemo Scarfo Jr. Étant déjà incarcéré, et ne pouvant pas payer une amende car selon son avocat, son client n’a plus « d’argent », Salvatore Pellulo pourrait suivre, s’il continue a avoir un comportement inacceptable pendant le reste de son procès dans une salle annexe du tribunal, via un écran de télévision.

Lire la suite

LES PROCUREURS RACONTENT LA VIE DE NICODEMO SCARFO JR DANS LA COSA NOSTRA LORS DE SON PROCES

1 Mars 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Lucchese

LES PROCUREURS RACONTENT LA VIE DE NICODEMO SCARFO JR DANS LA COSA NOSTRA LORS DE SON PROCES

Le procès de Salvatore Pelullo et de Nicodemo Scarfo Jr (voir photo) arrive déjà à sa septième semaine, et pour les procureurs, il est temps de raconter en détail la vie très mouvementée du Capitaine de la famille Lucchese. Ce dernier qui est aujourd’hui âgé de 47 ans est accusé par la justice Américaine d’avoir racketté avec l’aide de son associé, près de 12 millions de dollars pendant plusieurs années à une société cotée en bourse dénommée, « FirstPlus » se trouvant au Texas (Cf : le procès de Nicodemo Scarfo Jr continue). Nicodemo Scarfo Jr est le fils d’un ancien Boss de la famille de Philadelphie dans les années 1980, un Parrain connu des autorités comme étant un des Boss de la Cosa Nostra les plus sanguinaires, Nicodemo Scarfo Sr. Ce dernier qui est aujourd’hui âgé de 84 ans, purge actuellement une peine de prison à perpétuité dans le centre médical fédéral de Butner en Caroline du Nord, qui malgré son incarcération, fut au centre des débats qui se déroulèrent en milieu de semaine : « Vous savez que mon client avait faillit se faire tuer en 1989 ? » déclara l’avocat de Nicodemo Scarfo Jr, Michael Riley, à son propre agent de probation, Sharon O'Brien. L’avocat de la défense, faisait référence à la tentative d’assassinat orchestré par des membres de la famille de Philadelphie, contre le fils de l’ancien Parrain, le soir d’Halloween dans le restant Dante & Luigi (Cf : La femme d’un Capitaine de la famille Lucchese admet avoir fraudé le fisc Américain). Cette tentative de meurtre envers Nicodemo Scarfo Jr, envoyait un message clair, la famille de Philadelphie en avait assez de l’ère Scarfo, car pour les autorités, le fils du célèbre Parrain avait l’intention de prendre le pouvoir après l’incarcération de son père. De sa prison fédérale ou il était incarcéré, Nicodemo Scarfo Sr pris alors les devants et demanda à la famille Lucchese de New-York, d’initier son fils dans leur rang. La technique employée par l’avocat de Nicodemo Scarfo Jr est de démontrer au jury que son client a toujours eu des ennuis avec la justice, non pas parce qu’il est un membre de la Cosa Nostra, mais en raison de son nom de famille. En effet, les procureurs fédéraux ont toujours considéré son père comme étant un « psychopathe » ayant un penchant important pour la « violence » et toujours d'après son avocat, si son client a faillit être assassiné en 1989, c'est en raison notamment, des nombreux ennemis que pouvait avoir son père à cette époque.. Toujours d’après Michael Riley, les procureurs ont fait planer le « spectre » de la Mafia pour essayer de rendre ce procès plus « spectaculaire », car selon lui, sans ce sujet, cette affaire serait tombée à l'eau. Contre-attaque des procureurs qui déclarèrent que Nicodemo Scarfo Jr, utilisait ses relations au sein de la Cosa Nostra, pour arriver à ses fins et détourner des millions de dollars de l’entreprise « FirstPlus », mais ironiquement, dans les enregistrements audio que passèrent ces derniers pendant le procès, ce sont plus Salvatore Pelullo, l’Associé de Nicodemo Scarfo Jr, qui était en train de se vanter de ses « relations » présumées avec plusieurs familles de New-York et qui menaçait à nombreuses reprises différents individus de l’entreprise. Le procès contre les deux mafieux pourraient prendre des mois, et en attendant, Salvatore Pelullo et de Nicodemo Scarfo Jr sont incarcérés sans caution possible. Si le jury décidait de les reconnaitre coupable, les deux accusés risqueraient jusqu’à près de trente ans dans un pénitencier fédéral. Dans cette affaire, Nicodemo Scarfo Sr et l’ancien Boss de la famille Lucchese, Vittorio "Vic" Amuso, incarcérés tous les deux dans des prisons fédérales, furent accusés par la justice Américaine, d’avoir aidé Nicodemo Scarfo Jr à prendre le contrôle de la société. Les deux anciens Parrains ne furent pas poursuivis, étant condamnés tous les deux à des peines de prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle, la justice Américaine avait préféré ne pas les poursuivre, pour ne pas engendrer des frais de justice supplémentaires. Mais malgré cela, les procureurs ont voulu démontré que Nicodemo Scarfo Jr, ainsi que son Associé, Salvatore Pellulo étaient partis rendre visite plusieurs fois à Nicodemo Scarfo Sr, qui était à cette époque, incarcéré dans une prison fédérale à Atlanta dans l’État de Géorgie. D’après les procureurs, l’ancien Parrain a conseillé à plusieurs reprises son fils, sur le rachat de la société « First Plus » et dans la manière dont ou il pouvait se faire de l’argent en vidant les caisses de l’entreprise. Nicodemo Scarfo Sr, en a aussi profité pour donner son point de vue dans plusieurs lettres adressées à son fils, sur certains membres de la famille Lucchese, implantés dans l’État du New-Jersey, comme Ralph Perna et les frère Tacceta (Michael et Martin Taccetta). D’après le FBI, Nicodemo Scarfo Jr est un membre de la famille Lucchese, faisant ses affaires principalement dans cet État, mais ce dernier doit rendre des comptes à un homme, Ralph Perna, un Capitaine très influent et très respecté de la famille mafieuse. Ralph Perna avait repris les affaire de Michael et Martin Tacceta, qui pendant des années, contrôlaient les affaires de la famille Lucchese dans le New-Jersey avant que ces derniers ne soient condamnés à des lourdes peines de prison pour racket. La particularité de Ralph Perna, c’est qu’il a fortement impliqué ses fils, John et Joseph Perna dans ses affaires illégales (John et Joseph Perna seront initiés dans la famille Lucchese le 10 Novembre 2007, dans une cérémonie qui s’était déroulé dans la maison familiale de Ralph Perna : Cf : Initiation dans la Cosa Nostra), ce qui pouvait créer certaines tensions entre la famille Perna et Nicodemo Scarfo Jr. Dans cette lettre, Nicodemo Scarfo Sr mettait en garde son fils sur ses « collègues » mafieux : « Mon cher fils, Ralph Perna et les Tacceta sont des rats, et les plus jeune (John et Joseph PErna) sont des rats qui ont été glorifiés et qui sait ce qu’ils vont faire plus tard, car ce sont des menteurs ». Le procureur fédéral se moqua un peu de cette lettre envoyée par l’ancien Parrain, car pour lui, ce dernier à toujours pris l’habitude de considérer les personnes avec qui il faisait affaire comme des « rats ».

Lire la suite

LE PROCES DE NICODEMO SCARFO JR CONTINUE

16 Février 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Lucchese

LE PROCES DE NICODEMO SCARFO JR CONTINUE

Alors que le procès de Joseph Ligambi et George Borgesi, s’est soldé par des acquittements pour les deux accusés (Cf : « Not Guilty »). Le procès de Nicodemo Scarfo Jr, un Capitaine de la famille Lucchese et fils de l’ancien Parrain de la famille de Philadelphie Nicodemo Scarfo Sr est toujours en cours dans un tribunal fédéral du New-Jersey. Ce dernier, est accusé par la justice Américaine, avec un de des Associés, Salvatore Pelullo (voir photo) d’avoir « joué » de son influence au sein de la Cosa Nostra, pour racketter pendant plusieurs années, une société financière dénommée « FistPlus » basée au Texas (Cf : Le procès de Nicodemo Scarfo Jr a débuté). En début de semaine, les procureurs fédéraux racontèrent comment Salvatore Pelullo arriva, grâce à l’appuie de Nicodemo Scarfo Jr, à la tête du conseil d’administration de l’entreprise. Pour témoigner lors de ce procès, les procureurs appelèrent, une personne qui connaissait très bien la compagnie et qui a travaillé pendant des années avec Nicodemo Scarfo Jr et Salvatore Pelullo, Robert O’Neal, un ancien président de « FirstPlus ». A la barre des témoins, il raconta comment Salvatore Pelullo, pour célébrer sa nomination en Octobre 2007, avait invité tout les membres du conseil d’administration dans un restaurant chic de Dallas, dénommé le « DelFrisco ». A l’intérieur du restaurant, Salvatore Pelullo, « trônait » au bout de la table, et pendant le repas, il avait demandé au patron du « DelFrisco » de mettre la musique du « Parrain », le célèbre film de Francis Ford Copolla : « Il a mis le thème du Parrain, au moins trois ou quatre fois pendant le repas » répondit Robert O’Neal au procureur Adam Small. Il raconta aussi par ailleurs que sa signature avait été « contrefaite » dans au moins deux documents, permettant l’achat d’une société à 1.8 millions de dollars. Cet achat, est d’après les procureurs fédéraux, un des premiers méfaits de Salvatore Pelullo et Nicodemo Scarfo Jr à la tête de « FirstPlus ». Car pour ces derniers, cela est évident que les deux mafieux ont « vidé » les caisses de l’entreprise pour « assouvir », leur mode de vie jugés luxueux par les procureurs fédéraux. En plusieurs années, Nicodemo Scarfo Jr et Salvatore Pelullo auraient dépensé près de 12 millions de dollars dans l’achat de voitures de luxe, dans des maisons somptueuses ou encore dans un yacht qu’ils appelèrent « Priceless ». Dans la même journée, un autre témoin, David Roberts, qui avait servi de « conseiller » auprès de Salvatore Pelullo, déclara avoir été « menacé » à plusieurs reprises par ce dernier. Il stipula que l’Associé de la famille Lucchese, utilisait la peur et l’intimidation pour arriver à ses fins, tout en se « vantant » de ses « connexions » auprès de la famille Lucchese de New-York. Devant le tribunal, David Roberts raconta qu’il était « effrayé » par la personnalité de Salvatore Pelullo et qu’une fois que ce dernier était arrivé à la tête de l’entreprise, il avait menacé David Roberts de « faire violer » sa femme, si ce dernier décidait de "coopérer avec la justice" : « Ma femme aurait été violé et mes enfants mis sur le trottoir. Même si ce que je faisais été illégal, je devais le faire, car j’avais peur. » déclara, encore paniqué l’ancien conseiller de Salvatore Pelullo. Au cours du contre-interrogatoire, les avocats de la défense, essayèrent de discréditer le témoignage de David Roberts en déclarant qu’il avait emprunté 38000 dollars à Salvatore Pelullo, et qu’il ne l'avait jamais remboursé, chose surprenant pour une personne, qui martela devant le jury qu’il avait peur de l’Associé de la famille Lucchese. Mais surtout pourquoi emprunter de l’argent, alors que d’après les avocats des deux accusés, David Roberts gagnait très bien sa vie, près de 150000 dollars par an. D'après le FBI, en Septembre 2008, huit mois après avoir été « viré » de l’entreprise, David Roberts ne fut pas surpris de recevoir la visite de plusieurs agents du fédéraux, qui lui posèrent plusieurs questions sur ses anciens employeurs. Ce dernier savait que Salvatore Pelullo "vidé" les caisses de l'entreprise, mais il ne savait pas que celui-ci, avait déjà eu des condamnations dans le passé pour le même genre de crimes Juste avant lui, Robert O’Neal raconta la même chose, pour lui, il ne savait pas que Salvatore Pelullo avait déjà été condamné plusieurs fois pour fraude quelques années auparavant. Avant de clôturer la séance, les procureurs racontèrent la première rencontre de Robert O'Neal avec Nicodemo Scarfo Jr. Celle-ci se se déroula dans un restaurant Italien à Philadelphie, ville ou son père fut pendant des années un des Parrains les plus puissants mais aussi les plus craints de la Cosa Nostra. Ce jour là, son ami, William Maxwell, qui l’avait accompagné sur les lieux du rendez-vous, montra Nicodemo Scarfo Jr de loin, alors que ce dernier se tenait près du restaurant : « Vous le voyez, c’est lui qui à l’argent, c’est notre Parrain » déclara t’il.

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>